Navigation – Plan du site
Nouvelles approches et nouveaux objets du fait religieux en sciences sociales

La production académique d’un savoir sur le religieux :une étude des thèses en cours en France

Matthieu Brejon de Lavergnée et Sara Teinturier

Résumés

À l’occasion du quarantième anniversaire de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine (AFHRC) en 2014, un bilan des recherches menées sur les religions dans le champ académique en France a été réalisé. Dans ce cadre, nous avons proposé une analyse sur le corpus des thèses alors en cours portant sur les religions, complétée par une enquête qualitative menée auprès de doctorant.e.s et de directeurs de thèse en histoire. De l’ensemble des données collectées, quelques tendances peuvent être tirées à titre exploratoire qui dressent le portrait de la fabrique de la recherche en France : principales évolutions concernant le sujet des thèses, lieux de production du savoir académique, posture des jeunes chercheurs dans leur champ, mais également place de l’histoire parmi les sciences sociales portant sur le religieux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 in Gumplowicz 2016, p. 250.

Rares sont ceux qui travaillent sur leur propre religion comme si c’était la religion des autres – et sur celles des autres comme si c’était la leur, c’est-à-dire en conservant à la fois distance et sympathie pour l’objet de leur étude. De même, il est fort difficile, mais impératif, d’étudier les religions mortes comme si elles étaient vivantes, et les vivantes (aussi) comme si elles étaient mortes.
Guy G. Stroumsa1.

  • 2 Poulat 1956, p. 161 ; 163.
  • 3 AFHRC – Lunel 2014.
  • 4 Coulmont – Martin 2014.

1En 1956, alors qu’il inaugure ce qui allait devenir un régulier « bulletin des thèses » des Archives de sciences sociales des religions, É. Poulat justifie l’intérêt porté à de tels travaux : « Ils apportent une information plus ou moins élaborée, plus ou moins vaste, mais toujours neuve et originale », et se caractérisent par « la diversité des recherches et des points de vue2 ». J. Prévotat voit un objectif similaire dans la création de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine en 1974 : « Au fond, l’idée de l’association était la suivante : faire connaître les travaux des jeunes chercheurs, leur demander de venir expliquer, soit quelle avait été leur thèse, soit où ils en étaient dans leurs recherches, et donc, suivre l’histoire en train de se faire, année par année, [...] essayer de suivre l’historiographie au jour le jour » – le « reflet de ce qui est en train de se faire » ajoute F. Gugelot en insistant sur l’apport de cette jeune génération à la recherche3. C’est dire qu’au début du XXIe siècle, la remarque n’a pas vieilli. Répertorier les thèses en cours portant sur le religieux, quels que soient les champs disciplinaires d’inscription ou les thématiques, constitue un observatoire privilégié de l’état de l’étude du religieux, dans ses différentes dimensions : objets d’analyse, positionnements institutionnels des disciplines, transformations et reconfigurations des problématiques, méthodologies. Les Archives ont poursuivi l’exercice du « bulletin des thèses » jusqu’à la fin des années 1970. Ce n’est que récemment que la fabrique de la recherche sur le religieux a attiré de nouveau l’attention. En effet, en vue des quarante ans de l’Association française d’histoire religieuse contemporaine, un premier panorama de ces thèses était succinctement présenté à la journée d’études de l’AFHRC à Lyon en septembre 2013, annonçant un exposé plus complet à la journée de 2014. Dans le même temps, B. Coulmont et O. Martin présentaient, par une approche statistique, la manière dont le religieux était traité dans les doctorats en sociologie4.

2C’est dans cet esprit que nous entendons situer ici la production des thèses en histoire religieuse, dans le contexte plus global de l’ensemble de la production académique des thèses sur le religieux en France.

Mille thèses en histoire et sciences sociales des religions

  • 5 Corpus de thèses mis à jour en janvier 2015.

3Le corpus des thèses en cours en France en 2014 a été constitué à partir de la base theses.fr. Il comprend, toutes disciplines confondues, les thèses portant sur la période contemporaine telle qu’entendue en France, soit du XIXe au XXIe siècle. La base a été interrogée à partir d’une trentaine de mots-clefs visant à ratisser au plus large l’objet d’études que sont les religions. Pour chaque thèse, nous avons retenu le nom et le prénom de l’auteur, le titre complet de la thèse, le nom du ou des directeur(s), l’établissement et la ville d’inscription, la ou les disciplines ainsi que la date d’inscription. Le résumé de la thèse n’est mobilisé que dans un deuxième temps, celui d’une analyse plus qualitative, bien que la nature de l’exercice exclut d’entrer plus avant dans des thèses par définition non disponibles5.

  • 6 Une fois éliminées les deux thèses inscrites en 1995 et 1998, et les sept thèses dont la date d’ins (...)

4On obtient ainsi un corpus de près de mille thèses, 990 exactement, dont il convient de présenter d’emblée les limites, outre celles inhérentes à une recherche par mots-clés. Certaines thèses, indiquées comme en cours, ont en réalité été soutenues ; d’autres, commencées depuis quinze ans, ont probablement été abandonnées – elles sont même sans doute assez nombreuses : 22 % sont inscrites depuis dix ans et plus6 ; quelques auteurs ont pu s’inscrire deux fois avec un sujet proche ou nouveau. À vrai dire, cela importe peu car ces données n’affectent que marginalement les résultats. Tout sujet déposé, quel que soit son devenir académique, témoigne de l’intérêt pour un aspect du religieux et, pris dans un ensemble statistiquement significatif, permet de tracer une évolution du champ d’études. Le corpus témoigne principalement pour les années 2002-2013.

  • 7 Enquête par courrier électronique en décembre 2015, relancée en juin 2016. Taux de réponse assez fa (...)

5Nous avons complété cette approche quantitative par un questionnaire qualitatif adressé à un certain nombre de doctorant.e.s et de directeurs de thèse en histoire contemporaine, afin d’interroger plus finement l’une des disciplines les mieux représentées au sein des recherches sur le religieux7.

Fig. 1 – Année d’inscription des thèses sur le religieux en cours en France en 2014.

Fig. 1 – Année d’inscription des thèses sur le religieux en cours en France en 2014.

Les disciplines d’élection du religieux au sein de l’Université

6Une première analyse des disciplines d’étude du religieux fournit les résultats suivants, présentés par ordre décroissant :

Tab. 1 – Disciplines d’inscription des thèses en cours.

Histoire 160
Sociologie 152
Science politique 77
Droit privé 53
Sciences religieuses 49
Droit public 47
Langues et littératures arabes 47
Langues et littératures anglo-saxonnes 46
Ethnologie 38
Philosophie 36
Anthropologie 36
Théologie catholique 23
Sciences économiques 21
Arts 21
Sciences de gestion 21
Psychologie 17
Histoire du droit 17
Sciences de l'éducation 15
Géographie 14
Langue et littératures françaises 13
Sciences de l'information et de la communication 12
Littératures et civilisations comparées 11
Langues et littératures hébraïques et juives 11
Sciences du langage 9
Histoire de l'art 8
Langues et littératures romanes 7
Théologie protestante 7
Droit canonique 6
Langues et littératures autres 5
Langues et littératures germaniques 4
Langues et littératures slaves 4
Urbanisme 3
Total 990

Lire : 160 thèses en cours en France en 2014 ont été inscrites en histoire.

7Les disciplines reines sont l’histoire et la sociologie qui représentent ensemble près d’une thèse sur trois. Plus de 150 thèses sont déposées dans chacune de ces disciplines. On arrive même à 39 % du corpus si l’on ajoute les 8 thèses en histoire de l’art et surtout les 74 thèses d’anthropologie et d’ethnologie, l’approche sociologique s’imposant alors devant la démarche historique.

8Viennent ensuite les disciplines établies : littérature (16 %), entendue au sens large avec deux aires dominantes – langues et littératures anglo-saxonnes d’une part, arabes d’autre part ; droit (12 %), où l’on additionne droit privé, droit public et histoire du droit ; science politique (8 %), troisième discipline au sens strict qui profite de sa proximité historique avec le droit et de son rapprochement épistémologique avec la sociologie. Éparses si l’on considère isolément chacune des disciplines suivantes, elles forment ensemble un bloc conséquent d’analyse du religieux : les sciences religieuses – où l’on a regroupé « Science des religions » et « Religions et systèmes de pensée » principalement représentées à l’EPHE, qui peuvent tirer aussi bien vers l’histoire, la sociologie, la philosophie, etc. – la philosophie et la psychologie, la théologie et le droit canonique représentent ensemble 138 thèses, soit 14 % du corpus.

9On distingue enfin des disciplines émergentes, qui représentent moins de 5 % de la base de données : sciences économiques et sciences de gestion ; sciences de l’éducation, sciences de l’information et de la communication ; arts – théâtre, musique, cinéma… ; géographie et urbanisme.


  • 8 Claval 1992. Voir également Dorel 2002 ; Venon 2011. Maud Lasseur (2016) rappelle dans un article (...)
  • 9 Venard 2010.

10L’interprétation de tels résultats est délicate. Pourquoi l’histoire et la sociologie attirent-elles de manière privilégiée les doctorants qui s’intéressent au religieux ? À l’inverse, pourquoi d’autres disciplines semblent-elles négliger le religieux, par exemple la géographie, pourtant académiquement liée à l’histoire ? Faut-il chercher des réponses du côté des effectifs des facultés capables de fournir des viviers de doctorants plus ou moins importants ? À Paris-Sorbonne, pour 14 thèses inscrites en histoire, 2 seulement le sont en géographie et dirigées par un même spécialiste du Liban. À Paris 8, on en compte 6 en histoire mais 5 en géographie où l’offre, plus large, est représentée par 4 directeurs. Il paraît évident que les centres d’intérêt des professeurs, l’offre de formation qui en découle, les axes thématiques des centres de recherches jouent un rôle d’orientation ou non vers cette thématique. La structuration interne des disciplines peut aussi être invoquée : outre l’ancienneté de ce champ de recherches en histoire, en sociologie et en science politique (Durkheim, Comte, Siegfried), il existe des associations telle l’AFHRC qui rassemble quelque 250 membres pour la plupart spécialistes du domaine, et des revues comme la Revue d’histoire de l’Église de France qui paraît depuis 1910. C’est également le cas en sciences sociales des religions, aux frontières disciplinaires poreuses à l’image des laboratoires et centres de recherches à l’origine des Archives de sociologie des religions, devenue symptomatiquement Archives de sciences sociales des religions. En science politique, plutôt bien représentée dans la production des thèses, la situation est encore autre. Pas d’association scientifique d’un sous-champ en « science politique du religieux », mais, par exemple, dans la tradition héritée de Siegfried et renouvelée par G. Michelat et M. Simon, le maintien de l’analyse du religieux en termes de sociologie électorale. On note également un regain d’intérêt dont témoignent les sessions qui se saisissent de la problématique religieuse lors du congrès bisannuel de l’Association française de science politique (AFSP), et des dossiers thématiques dans la revue qui lui est liée, la Revue française de science politique. Rien de tel en géographie où le savoir est structuré autrement8. Aussi l’intérêt relativement récent de la géographie pour le religieux contraste-t-il avec les renouvellements disciplinaires de la sociologie des religions depuis les années 1930 au contact de l’histoire aussi bien que du droit, donnant naissance à de nombreux travaux, à des spécialistes reconnus, à des programmes de recherches dont l’apogée se situe à la fin des années 1990 mais dont la fécondité se mesure encore, malgré la raréfaction des postes, dans le nombre de thèses en cours dans ces disciplines9.

11Il convient enfin de noter une évolution récente. Un certain nombre de thèses est marqué par la transversalité de ses thématiques et de ses méthodologies qui peuvent relever de plusieurs sous-champs disciplinaires. L’exemple le plus évident est celui des approches en termes de genre. Leur identification disciplinaire s’en trouve bousculée, à l’image des enseignants-chercheurs et chercheurs récemment nommés qui circulent entre différentes disciplines de production du savoir sans s’apparenter exclusivement à l’histoire, à la sociologie ou à la science politique. Cette situation n’est pas sans soulever des interrogations pour les futurs doctorants ou jeunes docteurs qui doivent s’inscrire dans une section CNU ou CNRS, à l’exclusion de toute autre.

Où moissonner le religieux ?

  • 10 ANGL : anglicanisme – ATH : athéisme – AUTRES : autres spiritualités, cultes, religions – BOUD : b (...)

Fig. 2 – Champ thématique des thèses en cours portant sur le religieux10.

Fig. 2 – Champ thématique des thèses en cours portant sur le religieux10.
  • 11 D. Avon, réponse au questionnaire, 22 décembre 2015.
  • 12 Rares exceptions, significativement chez des doctorants plus âgés : F. Knerr (50 ans), sur le dioc (...)
  • 13 AFHRC – Lunel, 2014.
  • 14 Boutry 2006.

12La principale surprise de ce tableau est la place de l’islam qui occupe 40 % des thèses en cours portant sur le religieux. Le catholicisme se trouve loin derrière, à 15 %, sans parler du judaïsme et du protestantisme à moins de 5 %. Les autres cultes ou religions sont marginalement étudiés. Les religions « orientales » intéressent peu : orthodoxie, bouddhisme, hindouisme représentent moins d’1 %, curieux effet de distorsion entre un intérêt social – voir le succès éditorial de l’écrivain et moine bouddhiste M. Ricard – qui ne se traduit pas en demande savante. On pourrait y ajouter un intérêt non négligeable, mais faible proportionnellement, pour les autres religions (AUTRES), catégorie fourre-tout où l’on a placé les religions populaires, les mormons, la sorcellerie, la magie, le spiritisme, etc. Les sectes et nouveaux mouvements religieux qui ont un temps bénéficié d’un intérêt médiatique n’occupent guère que 20 thèses. Ces statistiques corroborent le sentiment de D. Avon, professeur d’histoire contemporaine à l’université du Maine au sujet des thèses qu’il dirige : « Aucun sujet sur le protestantisme, ni sur les religions venues d’Extrême-Orient, ni sur les mouvements religieux dits « sectaires ». Faible intérêt pour les sujets liés à la pratique religieuse, notamment du catholicisme, dans une perspective locale ou non11. » Bref, les marges sont délaissées tandis que l’un des champs de recherche qui a mobilisé toute une génération de chercheurs investissant, dans la tradition lebrasienne, le genre de la monographie diocésaine, est abandonné12. Un des principaux défis que l’histoire religieuse a connu est sous-jacent, à savoir sa capacité à « intégrer autre chose que le christianisme » (C. Prudhomme13) tandis que P. Boutry a rappelé combien la dimension religieuse des faits historiques contribuait à l’intelligence de l’histoire sociale14.

  • 15 Tiberj 2017.
  • 16 Il resterait à étudier le contenu des thèses portant sur les religions en France ; il est possible (...)

13Aussi le contraste est-il frappant entre un intérêt pour le catholicisme qui paraît s’amoindrir à mesure qu’il recule dans la société française et un islam surreprésenté dans les thèses. Jouent de manière combinée la modification en cours de la structure religieuse (et de la population) de notre pays et la conjoncture internationale des années 2000-2010 qui conduit l’islam à saturer les médias ; le second motif a indéniablement un effet accélérateur. Deux types de facteurs sont ainsi en jeu. Les uns, endogènes aux sciences sociales, relèvent d’une sorte de « rattrapage » lié à des renouvellements théoriques et épistémologiques importants, par exemple l’intérêt pour les études coloniales et postcoloniales. Les autres leur sont exogènes et relèvent de la mise à l’agenda politique de « l’islam comme problème public » ou de « l’islam et la laïcité » qui informent clairement les fléchages de postes et de financement, orientant fortement la recherche. L’athéisme, qui progresse en Europe15, ne retient en revanche que marginalement l’attention, balayé par un « retour » du religieux qui semble bien plus questionner le monde universitaire. Le champ « Religieux » (REL) de notre tableau en témoigne également. On y a classé les travaux portant sur la religion en général, le statut des religions au sein d’un espace, l’analyse de l’œuvre d’un auteur, d’un concept, etc. Là se trouvent de nombreux travaux interrogeant la « laïcité », que le terme figure explicitement dans le titre de la thèse ou qu’il soit suggéré par des mots voisins (pluralité, diversité, religion et politique, citoyenneté, séparation, etc.). Quant à l’étude du concept de laïcité en tant que tel, ou de la laïcité comme conviction, le sujet apparaît marginal et notre échantillon ne permet pas d’en tirer d’autre enseignement qu’un décalage entre une surenchère des débats sociétaux depuis le début des années 1990 et un intérêt a priori plus restreint dans le champ académique dont il conviendrait d’interroger la signification exacte16. Si le lien entre migration et religion est posé, de même que les métissages et bricolages du croire favorisés par le marché mondial de la religion, la comparaison entre systèmes de croyances ou le dialogue entre religions intéresse moins (œcuménisme, interreligieux), de même que les phénomènes de conversion d’une religion à l’autre. Les relations entre judaïsme et christianisme (principalement catholique) cèdent le pas à celles entre judaïsme et islam : étude comparée de leur rapport à la bioéthique, des usages du terme « communauté », des jeunes Français juifs et musulmans face au conflit israélo-palestinien, des espaces de mixité confessionnelle (Tétouan, Berlin), etc.

L’islam : nouveau venu des thèses en sciences sociales du religieux

14Si l’on considère le phénomène massif que représente l’étude de l’islam, on observe deux groupes de disciplines dont l’histoire et la sociologie forment les types opposés. Si l’histoire représente 16,2 % de l’ensemble des thèses, seules 6,5 % des thèses portant sur l’islam sont inscrites dans cette discipline. En revanche, la sociologie représente 15,4 % de l’ensemble des thèses mais 20,1 % des thèses sur l’islam. Les sciences religieuses, la philosophie, l’histoire du droit sembleraient rétives à l’étude de l’islam à la différence de la science politique, du droit, de l’économie ou de la gestion. Dans ces dernières disciplines la thématique la plus abordée est, de loin, la finance islamique dans ses différentes dimensions – 72 thèses repérées, soit presque une thèse sur cinq. Cet objet de recherches vient loin devant celui du statut de la femme en islam, autre thème récurrent (39 thèses).

Fig. 3 – Contribution comparée des disciplines à l’étude de l’islam.

Fig. 3 – Contribution comparée des disciplines à l’étude de l’islam.

Lire : L’histoire représente 16 % de l’ensemble des thèses mais seulement 6 % des thèses sur l’islam.

  • 17 GIS Moyen-Orient et mondes musulmans 2014.
  • 18 Ibid., p. 28.
  • 19 Dans le contexte post-attentats 2015-2016 et la demande d’expertise forte adressée au monde académ (...)

15Peut-on faire l’hypothèse d’un effet rattrapage dans un certain nombre de disciplines qui interrogent les sociétés contemporaines par rapport à une tradition d’islamologie bien implantée en France dans les « vieilles » disciplines ? À moins que l’on ne parle pas tout à fait de la même chose et que l’on soit face à deux types d’approches : l’approche classique, fondée sur des sources, et supposant la maîtrise des langues orientales, en particulier de l’arabe, qui fait profondément défaut aujourd’hui en France, quand elle ne vient pas s’ajouter aux difficultés d’accès aux sources dans certains pays17 ; l’approche « culturaliste » qui observe un milieu, des pratiques, un espace mais auxquelles l’analyse religieuse au sens strict fait (plus ou moins) défaut. « En France, l’étude de l’islam comme religion est perçue comme marginale, voire non pertinente » souligne C. Mayeur-Jaouen, professeur d’histoire de l’islam moderne et contemporain à l’INALCO18. L’essor des études économiques et de droit privé portant sur la finance islamique semble corroborer cette analyse. Ces thèses répondent à une demande sociale, sont plus aisément réalisables en un temps limité, peuvent assurer des débouchés professionnels et, sous réserve d’inventaire, n’excluent toutefois pas une analyse de l’islam comme religion et système de croyances. Si l’analyse du religieux comme tel ne paraît pas être l’axe premier de nombreuses thèses de sociologie ou de science politique – ainsi de l’étude de l’islam en milieu carcéral, de l’islam politique en Turquie ou au Bangladesh, des politiques publiques de l’islam en France… –, on ne saurait négliger que certaines embrassent aussi l’étude de la prédication, de l’invention des traditions religieuses, de la conversion, des ministres du culte (imam), de l’enseignement coranique, etc.19.

16Une analyse plus fine permettrait d’observer enfin, sur thèses soutenues, les traitements de l’islam et notamment si les savoirs et méthodes accumulés par l’étude du christianisme sont réinvestis ou au contraire inopérants. La présidence de l’AFHRC par D. Avon (2011-2014) a par exemple encouragé, lors de ses journées de septembre, les communications de doctorants travaillant sur l’islam, favorisant un échange avec les spécialistes du christianisme. Toutefois, la publication d’un volume collectif croisant genre et religion a révélé la difficulté à obtenir des textes scientifiquement acceptables sur l’islam, à la différence semble-t-il de la qualité des travaux portant sur l’islam médiéval20. L’association Dîwân des doctorants en histoire des mondes musulmans médiévaux organise des rencontres depuis 1998 ; l’association Halqa des doctorants en sciences sociales sur les mondes musulmans modernes et contemporains n’a été fondée qu’en 201321.

L’offre : directeurs et institutions de recherches en histoire

  • 22 Cuchet 2013.
  • 23 C. Mayeur-Jaouen, réponse au questionnaire, 7 décembre 2015.
  • 24 Hervieu-Léger 2003.
  • 25 J.-D. Durand, réponse au questionnaire, 18 juin 2016.

17Si la thèse répond à une demande, elle est aussi une offre portée par un directeur et un centre de recherches. Or à l’époque faste des postes nombreux dans l’université, où l’histoire religieuse s’était taillée une large place, a succédé une période de vaches maigres, accélérée pour le religieux22. Elle résulte en partie d’une défiance vis-à-vis de l’objet, pour des raisons épistémologiques – une « niche » d’où l’on paraît incapable de sortir pour faire de l’histoire sociale ou culturelle « comme les autres » (C. Mayeur-Jaouen23) – ou idéologiques – un catholicisme exculturé dans une société sécularisée24, défiance redoublée à l’égard des chercheurs : « Lorsque l’objet est lié au catholicisme, suspicion de confessionnalisme » (D. Avon) ; « le spécialiste d’histoire de l’islam doit fournir des gages (pas converti, pas musulman d’origine, surtout pas de nom arabe) » (C. Mayeur-Jaouen). Cause ou effet, les chercheurs en histoire religieuse évoluent vers d’autres champs de recherches et baissent la garde : « Si les collègues spécialistes d’histoire religieuse défendaient mieux leur propre discipline, celle-ci serait moins en difficulté » (J.-D. Durand25). L’université de Lille 3 en fournit un exemple où se sont succédé Y.-M. Hilaire, J. Prévotat et J. Lalouette. On n’y trouve plus désormais de professeur d’histoire religieuse contemporaine. On pourrait aussi évoquer Montpellier (G. Cholvy), Nantes (M. Launay), Bordeaux (M. Agostino), etc.

18Les 160 thèses en cours en histoire se répartissent entre 26 villes universitaires mais avec une très nette concentration sur Paris (plus d’une thèse sur deux) – résultat très certainement généralisable au-delà de l’histoire religieuse –, concentration qui n’exclut pas une certaine spécialisation provinciale comme à Lyon (une thèse sur dix) ou à Montpellier.

Tab. 2 – Villes universitaires des thèses en cours en histoire religieuse.

Ville universitaire
Paris 88
Lyon 19
Montpellier 9
Le Mans 6
Bordeaux 4
Brest 4
Marseille 3
Rouen 3
Strasbourg 3
Villes ≤ 2 21
Total 160

Lire : 88 thèses en histoire religieuse sont en préparation à Paris.

19Si l’on resserre l’analyse sur les deux principales villes universitaires, on observe le rôle très net joué par l’École des hautes études en sciences sociales (43 % des thèses parisiennes, 24 % de l’ensemble des thèses), suivie par l’École pratique des hautes études et l’université Paris-Sorbonne. À Lyon, plus de la moitié des thèses en histoire religieuse sont inscrites à l’université Lumière Lyon 2. Mais il est aussi des logiques communes de laboratoire, 5 des 6 directeurs lyonnais relevant du Larhra (Laboratoire de recherches historique Rhône-Alpes) et de son axe « Religions et croyances » qui revendique la « longue tradition lyonnaise d’histoire du catholicisme, du christianisme, des religions, des missions […] dans une perspective résolument non confessionnelle26»

Tab. 3 – Établissements parisiens d’inscription des thèses en cours en histoire religieuse.

EHESS 39
EPHE 15
Univ Paris-Sorbonne 14
Univ Paris 8 6
Univ Paris-Diderot 4
SciencesPo Paris 3
Univ Paris 1 3
Univ Paris Ouest Nanterre 2
INALCO 1
Univ Cergy-Pontoise 1
Univ Paris 3 1
Total 91

Lire : 39 thèses sont en préparation à l’EHESS.

Tab. 4 – Établissements lyonnais d’inscription des thèses en cours.

LyonUniv Lyon 2 11
Univ Lyon 3 5
ENS Lyon 3

20La concentration des doctorants au sein de quelques établissements se retrouve-t-elle du côté des directeurs ?

Tab. 5 – Nombre de thèses dirigées par professeur.

Directeurs Thèse dirigées
1 13
2 9
17 <2-6>
78 1

Lire : 2 professeurs dirigent chacun 9 thèses.

21Le nombre de directeurs est bien supérieur à celui des professeurs identifiés comme spécialistes d’histoire religieuse. C’est dire qu’ils répondent à une demande locale d’inscription en thèse qui se tourne vers le/les spécialistes d’histoire contemporaine d’une autre spécialité, ou bien que des thèses qui incluent le religieux sans en faire leur objet premier figurent aussi dans notre corpus. Les exemples sont nombreux, et pas forcément provinciaux : une thèse sur les congrégations féminines soignantes avec un spécialiste du XIXe siècle (SciencesPo Paris), sur l’intégration des mosquées dans l’espace urbain avec un spécialiste d’histoire sociale de Paris (EHESS), sur la mémoire en Irlande avec un historien du Royaume-Uni (Tours), etc. Quelques spécialistes, peu nombreux (dont deux émérites), dirigent 4 thèses et plus : 

Tab. 6 – Nom des directeurs dirigeant 4 thèses et plus en 2016.

BOUTRY Philippe 13
BOUDON Jacques-Olivier 9
SORREL Christian 9
AVON Dominique 6
IANCU Carol 5
PELLETIER Denis 5
DURAND Jean-Dominique 4

Lire : P. Boutry dirige 13 thèses en histoire religieuse.

22Ce résultat pose la question de la spécialisation et de la concentration des thèses sous la direction de quelques directeurs – tous des hommes – à l’heure où les écoles doctorales s’orientent vers des règles plus restrictives. Comment assurer la direction de thèses sur les sujets traitant de la religion dans un contexte de potentielle pénurie d’expertise académique de cette thématique ?

  • 27 Dumons – Sorrel 2013, p. 10.
  • 28 Les nominations récentes de Patrick Cabanel et de Valentine Zuber au rang de directeur d’études à (...)

23Par ailleurs, la plupart dirige exclusivement ou principalement des thèses sur le catholicisme. Cette approche n’interdit évidemment pas d’envisager ses rapports avec la société, la politique, la culture mais, à un temps où le catholicisme comme institution a été décloisonné par son insertion dans une approche plus générale du christianisme – dont témoigne l’Histoire du christianisme, en 14 volumes, sous la direction de J.-M. Mayeur (1990-2001) – a succédé celui de son réinvestissement comme « objet d’étude autonome27 ». Le « profil » des directeurs marque les sujets de leurs étudiants : militantisme et débats intellectuels chez D. Pelletier ; Saint-Siège, épiscopat et clergé chez J.-O. Boudon ; papauté, Italie, clergé chez P. Boutry ; une approche plus territoriale – française et missionnaire – chez C. Sorrel. Cette spécialisation existe aussi en histoire du judaïsme dans les thèses dirigées par C. Iancu (Montpellier 3), bien que le statut minoritaire de ce culte conduise plus souvent à des thèses sur les rapports et jeux de représentations avec les protestants, les catholiques et (plus rarement) les musulmans. Le faible intérêt pour le protestantisme se traduit par son absence ici. Il faudrait citer toutefois l’un de ses spécialistes, J.-P. Willaime (EPHE, section des sciences religieuses), qui est le seul à diriger plusieurs thèses sur le protestantisme – sans s’y limiter – inscrites en sociologie, sciences religieuses ou histoire28. D. Avon, venu de l’histoire du catholicisme, est désormais reconnu comme spécialiste de l’islam. Il fait figure d’exception en histoire religieuse contemporaine mais, peut-être parce que Le Mans n’est pas Paris, les thèses sous sa direction restent relativement peu nombreuses si on les compare aux thèses en sociologie et science politique dirigées par F. Khosrokhavar, N. Göle ou O. Roy à l’EHESS. Cette double spécialité catholicisme/islam peut néanmoins correspondre à des approches originales, telle cette thèse sur les musulmans dans les mouvements catholiques d’éducation populaire en France depuis 1967.

24Si l’on considère les périodes étudiées, on observe deux fois plus de thèses sur le XXe siècle que sur le XIXe siècle, et même autant de thèses en histoire du temps présent (XXe-XXIe s.) que sur le XIXe. Le contemporain voire le très contemporain suscite un intérêt croissant auquel l’islam contribue proportionnellement pour une large part. Les thèses sur le XXe sont réparties de manière à peu près équilibrée entre trois groupes : avant 1950 (21), après 1950 (24), un long XXe siècle (19). Avant 1950, l’entre-deux-guerres des catholiques retient particulièrement l’attention ainsi que la Deuxième Guerre mondiale. Le champ géographique est au contraire particulièrement ouvert.

Tab. 7 – Période d’étude des thèses en cours en histoire religieuse contemporaine.

Siècles étudiés
XIXe 33
XIXe-XXe 14
XXe 64
XXe-XXIe 15XI
XXIe 21
Longue durée 13
Total 160

La demande : faire de l’histoire religieuse

25Pourquoi faire de l’histoire religieuse ? Les réponses d’une dizaine de doctorants suggèrent que c’est rarement l’objet « religieux » et la spécialisation « histoire religieuse » qui est à l’origine de leur thèse.

  • 29 Myriam Bizien-Filippi, réponse au questionnaire, 7 décembre 2015.
  • 30 Anthony Favier, ibid., 8 décembre 2015.
  • 31 D. Moussel-Brillaxis, ibid., 6 juillet 2016.

26M. Bizien-Filippi s’intéressait d’abord « à l’accueil et à l’organisation des immigrées à la JOCF29 », A. Favier aux « effets inattendus et paradoxaux d’une réalité exogène (urbanisation, féminisme) à la doctrine sur le catholicisme vu comme un fait social30 », D. Moussel-Brillaxis au Mexique où elle a vécu avant qu’on lui propose de travailler sur les organisations féminines d’Action catholique : « Étudier la formation d’un État et d’une nation modernes par le biais des femmes a tout de suite éveillé mon intérêt31. »

  • 32 C. Maligot, ibid., 19 janvier 2016.
  • 33 J.-M. Martin, ibid., 11 janvier 2016.
  • 34 C. Muller, ibid., 17 juin 2016.
  • 35 S. Huguet, ibid., 23 juin 2016.
  • 36 A. Jusseaume, ibid., 11 janvier 2016.

27Aussi le jeu des rencontres et des « hasards » de parcours (C. Maligot32) est-il déterminant. Un cours, un séminaire : J.-M. Martin suit en L3 le cours Politique et religion au XXe siècle de J.-O.Boudon à Paris-Sorbonne33, C. Muller rencontre B. Dumons dans un séminaire de M1 sur le genre (ENS Lyon)34. Une orientation amicale vers un collègue plus spécialisé ou en capacité institutionnelle de diriger une thèse joue également : au sein d’une même université, de J. Grondeux vers J.-O. Boudon (S. Huguet35), entre dixneuviémistes de J.-F. Chanet vers P. Boutry (A. Jusseaume36) comme entre vingtiémistes de D. Pelletier vers C. Prudhomme (A. Favier) ou, moins linéaire, d’O. Wieviorka vers É. Fouilloux (pour des raisons intellectuelles) puis D. Pelletier (pour des motifs institutionnels) pour C. Maligot.

  • 37 La socialisation scientifique réticulaire spécifique des plus jeunes générations de chercheurs s’o (...)

28Les directeurs sont parfois de vrais « maîtres ». C. Maligot écrit ainsi : « Je reprends ici à mon compte “l’agnosticisme méthodologique” avancé par Étienne Fouilloux, comme la rigueur méthodologique d’Olivier Wieviorka vis-à-vis des sources, ou le souci de déconstruction du fait religieux, que j’ai trouvé dans la direction de ma thèse, par Denis Pelletier. » Mais au-delà de ces rapports verticaux qui balancent entre « logiques d’allégeance institutionnelles implicites et généalogies intellectuelles plus ou moins assumées » (A. Favier), la socialisation universitaire des doctorants est beaucoup plus horizontale. Peu mettent en avant les lieux spécialisés en histoire religieuse comme l’AFHRC (A. Favier, D. Moussel) et les rencontres estivales du Carrefour d’histoire religieuse (A. Favier). Ce sont plutôt les séminaires qui favorisent les échanges entre champs historiques voire périodes différentes (plus rarement avec d’autres disciplines) et jouent un rôle de stimulation intellectuelle. Le genre est familier à cette génération de doctorants trentenaires qui profite de l’épanouissement de cette approche tardivement diffusée en France dans les départements d’histoire. A. Favier cite l’association Effigies qui réunit les doctorant.e.s en études de genre, l’école d’été des doctorant.e.s en études de genre du Campus Condorcet à l’INED, le séminaire genre et histoire du master 2 (Lyon 2/ENS Lyon), A. Jusseaume le groupe « Genre et classes populaires » (Paris 1 Panthéon-Sorbonne). L’analyse de réseaux, qui suppose également un fort investissement méthodologique, fournit à C. Maligot un lieu d’échanges intellectuels (Quantilille, école d’été en méthodes quantitatives du CNRS ; séminaire de l’École française de Rome ; colloque Res-Hist), « un vrai facteur d’explication dans la thèse » mais encore, « du point de vue idéologique, l’avantage de la caution du chiffre, avancé auprès des historiens autres que ceux du fait religieux, qui critiquent parfois le subjectivisme qu’un tel objet d’étude ne peut manquer d’impliquer selon eux. » Ces socialisations très universitaires tranchent avec celles, plus confessionnelles, de la génération qui a fait l’histoire religieuse d’après-guerre37. C. Maligot l’évoque sur le ton de l’humour, au sujet des jésuites de l’équipe Sources chrétiennes, à Lyon : à 16 heures, « tout le monde s’arrêtait une demi-heure, pour descendre manger des gâteaux et boire du thé à la cuisine, et faire des blagues en latin. Rue Sala, j’ai vu la passion de l’historien briller dans les yeux de certains pères jésuites, qui avaient passé depuis bien longtemps l’âge de la retraite, oublier le temps et l’heure (et surtout les horaires de bureau), s’abîmer les yeux sur du grec et du latin. […]. Je crois que la passion de la recherche est née de ces exemples-là de chercheurs. »

29Quoi qu’il en soit, le religieux apparaît comme fortement décloisonné au sein des champs de spécialité historiques. En revanche, le recours aux autres domaines du savoir, s’il est désiré, est plus problématique. La lecture, au gré des besoins, « de façon concrète plus que vraiment théorique » (D. Moussel), vient pallier les lacunes d’une formation fort peu pluridisciplinaire. Les historiens se tournent principalement vers la sociologie : A. Jusseaume « braconne » au gré de ses lectures et « mobilise régulièrement la sociologie (Goffman) » ; l’histoire du temps présent conduit M. Bizien-Filippi à réaliser des entretiens et à travailler sur une bibliographie « en bonne partie composée d’ouvrages de sociologie, science politique, ethnologie parfois même » ; C. Muller se revendique, à la suite de M. Della Sudda, d’une « socio-histoire du genre et du catholicisme ». L’histoire des intellectuels pousse plutôt vers la philosophie et la littérature, la sociologie s’avérant « décevante » (J.-M. Martin).

  • 38 AFHRC – Lunel 2014.

30Le rapport à la théologie soulève de manière aiguë la question des coûts d’entrée en histoire religieuse. Ils sont élevés car la théologie est « une langue à part entière, qu’il s’agit d’apprendre, pour pouvoir communiquer avec elle ». C. Maligot ne la découvre qu’à la faveur d’une année à la Frei Universität de Berlin et souligne la contradiction entre le temps nécessaire à ces apprentissages, surtout s’ils supposent d’envisager aussi d’autres systèmes de croyances – juifs en l’occurrence –, et le temps imparti à la thèse. Une « histoire historienne de la théologie » – du moins en thèse – est-elle encore possible s’interroge la doctorante ? Le résultat du travail d’une génération qui est parvenue à « déconfessionnaliser » l’histoire religieuse (G. Cholvy) se marque aussi par l’entrée dans cet univers professionnel d’étudiants sans « aucune conviction religieuse », amenés à se forger une « culture religieuse, comme un historien de l’économie doit avoir un minimum de culture économique » (J.-O. Boudon)38.

  • 39 V. Goossaert, réponse au questionnaire, 15 décembre 2015.

31Ces atouts/difficultés exprimés en termes de bagage culturel sont soulignés par d’autres doctorants. C. Muller écrit qu’elle n’a « pas de culture catholique particulière (ce qui pose régulièrement des problèmes) » tandis que J.-M. Martin évoque sa « familiarité » avec certains sujets : « Il est évident qu’avoir des notions de théologie aide à comprendre les débats intellectuels qui marquent l’histoire du catholicisme au XXe siècle. » Ces réflexions ne sont pas propres au catholicisme. La moitié des étudiants de V. Goossaert, directeur d’études à l’EPHE (taoïsme et religions chinoises), sont chinois et taïwanais, facilitant leur accès à la langue sinon à la discipline39. Parmi les étudiants de D. Avon travaillant sur l’islam, plusieurs sont étrangers ou ont la double nationalité. C. Mayeur-Jaouen compte aussi parmi ses étudiants de master, dont peu accèdent à une thèse, beaucoup de « Français musulmans pratiquants ». Certains sont « des imams, aumôniers de prison, musulmans convertis, etc. ou des catholiques curieux de l’autre. » À l’inverse, une position d’étrangeté n’est pas sans atout : « Je ne savais rien du concile » ou presque, écrit C. Maligot, avant de lui consacrer sa thèse. Outre l’éloignement propice de l’événement, ne rien attendre du concile, l’aborder comme un objet froid, est peut-être le garant d’une meilleure intelligibilité.

  • 40 Delumeau, 1996. Notre question était précisément : « Faites-vous un lien entre vos engagements per (...)
  • 41 Bourdieu 1987.
  • 42 Raison du Cleuziou 2014.
  • 43 « Ma rencontre personnelle avec l’histoire religieuse est inséparable d’un engagement personnel da (...)
  • 44 « J’ai adhéré avec enthousiasme à l’Église conciliaire et je me suis éloigné, non sans déchiremen (...)
  • 45 Comme au colloque de Roubaix en 1999. Sur cette historiographie, voir Cavalin – Viet-Depaule 2009.

32De la question de la « culture » religieuse on glisse insensiblement vers celle de la « foi » qui interroge le lien entre engagements personnels et objet d’étude. Nous avons ainsi posé la question, de manière volontairement plus large que J. Delumeau qui écrivait il y a vingt ans : « Nos convictions religieuses ont-elles influencé notre pratique de l’histoire ? Notre familiarité avec l’histoire religieuse influence-t-elle nos prises de position comme croyants40 ? » Interroger ainsi ses collègues supposait la familiarité d’une génération qui se reconnaissait comme chrétienne et universitaire, dans un entre-soi formé par les « talas » (ceux qui vont-à-la-messe) de Normale Sup, les anciens militants de la Jeunesse étudiante chrétienne (JEC), les membres de la Paroisse universitaire ou du Centre catholique des intellectuels français. P. Bourdieu, dans un texte publié en 1987, avait épinglé vigoureusement ses collègues sociologues des religions et insisté sur la nécessité, plus que sur d’autres sujets, de la réflexivité sur leur propre posture41. Cet univers n’existe plus même s’il est, parmi nos enquêtés, des talas, des chrétiens de toutes nuances, des athées et de ceux qui évacuent la question42. Il est aussi d’autres engagements, faiblement dictés par le lien à l’Église : bénévolat, humanitaire, scoutisme – laïque ou confessionnel –, éducation populaire, féminisme. Il faut ainsi prendre acte de l’effacement de deux figures qui ont marqué l’histoire religieuse : le catholique engagé (type Cholvy43) et le chrétien en rupture (type Fouilloux44). Tous deux se définissaient par rapport à l’institution – du cœur aux marges – et nourrissaient un sentiment passionnel vis-à-vis de leur Église. Cette génération pensa sa manière de faire de l’histoire en termes de pratique religieuse (le grand moment de la sociologie religieuse lebrasienne), d’espoirs (le concile, l’œcuménisme) et de crises (moderniste, conciliaire, prêtres-ouvriers). Les clercs eux aussi tendent à disparaître. On ne croise plus guère dans les colloques ni des prêtres qui demandent aux sciences sociales des clefs d’intelligence pastorale, ni d’épouses d’ex prêtres-ouvriers entrés au CNRS45.

  • 46 Marrou 1954, chap. 8 : « L’existentiel en histoire ».
  • 47 Fouilloux – Fourcade 2015, p. 141.
  • 48 « L’historien croit toujours parler des autres, jamais de lui-même ; pourtant ses lecteurs le retr (...)
  • 49 Marrou 1954, p. 231.
  • 50 Bien que plus facilement avouables, des origines sociales modestes, un parcours d’immigré n’en fon (...)
  • 51 Pour une discussion de cette notion, entre ethnologie et sociologie, voir Bernand 2001.
  • 52 Cuchet 2013, p. 223-230.

33Cette question clef de « l’existentiel » chez ceux qui lurent et relurent Marrou46 (la génération des thèses des années 1960-1970) est devenue seconde pour ne pas dire oiseuse pour la génération de doctorants des années 2000-2010. Aussi agace-t-elle même. C. Maligot relève qu’on lui pose plus souvent la question du « pourquoi » que du « sur quoi » : « Le grand jeu de la communication de thèse consiste donc à survivre à un colloque sans que l’on me demande ma confession, ni jusqu’où le choix de mon sujet de recherche est un choix confessionnel. » Est-ce à dire que la communauté académique suppose comme problématique l’écart entre la posture connue ou supposée du jeune chercheur et son sujet d’étude ? Pose-t-on de la même manière de telles questions à qui se réclame d’histoire des relations internationales ou d’histoire sociale ? Mais, de manière plus paradoxale, on admet très bien la part de militantisme qui peut coexister avec une recherche en histoire des femmes, du genre ou des sexualités. Serait-ce l’influence des historiographies américaines où la frontière est beaucoup moins nette entre engagements personnels et objets d’études, qu’il s’agisse des LGBTQ Studies, des African-American Studies ou encore des Religious Studies ? Ou y aurait-il, dans notre société sécularisée, des identités acceptables et des identités inavouables ? On observe ainsi un hiatus entre un soupçon de confessionnalisme adressé à une génération de chercheurs qui a parfaitement intégré l’« agnosticisme méthodologique » pour reprendre la formule d’Étienne Fouilloux47. Ceux qui se reconnaissent une culture catholique ne négligent pas pour autant « d’adopter un regard naïf et sans préjugés dans la lecture de mes sources afin de tout mettre en question, y compris ce qui semble aller de soi » (D. Moussel) ; « 1905 est la règle qui régit ma pratique professionnelle », soit une nette séparation des sphères, une « histoire à la fois désengagée et aconfessionnelle » (C. Maligot). Toutefois, à relire Marrou ou ses héritiers48, on se rappelle que l’historien construit lui-même son objet, qu’il pose aux sources les questions qui l’habitent ou qui préoccupent son époque, qu’il lui faut donc expliciter « son itinéraire intérieur » et son « lieu »49. Mais cette explicitation, et sa publicité, sont précisément rendues difficiles par la délégitimation d’une identité religieuse50. On relève néanmoins deux types de réponses : la foi personnelle, ou la fréquentation de celle des autres (à travers leurs cultes par exemple), facilite une compréhension de l’intérieur de l’expérience religieuse et de ses traductions sociales ; l’expérience de la marginalité, quelle qu’elle soit – religieuse, sexuelle, ethnique… – développe une sensibilité aux marges, aux minorités, aux à-côtés. Bien que l’historien dépende de ses sources, et qu’elles soient principalement produites par des institutions, le « religieux » est aussi à chercher à l’heure du « bricolage »51 des croyances dans les spiritualités laïques, les pratiques rituelles non confessionnelles, les syncrétismes, bref là où l’on (les historiens) a peu l’habitude de le chercher, dans les rayons « psychologie » et « ésotérisme » de la Fnac résume avec humour G. Cuchet52.

  • 53 Question posée également par C. Mercier qui interroge la figure d’Ozanam (1813-1853) sous cet angl (...)

34Pour finir (provisoirement) sur cette question des rapports entre l’historien du religieux et son objet, il est certain que l’insertion des jeunes chercheurs dans des réseaux transnationaux vient interroger la stricte séparation des sphères héritée de l’université française et de son historiographie religieuse53. Plus libres quant à leurs (non-)appartenances confessionnelles, sûrs de produire une histoire (scientifique) du religieux plus qu’une histoire religieuse (confessante), ils n’ont pas de peine à envisager un dialogue avec des univers où la frontière est moins nette, les divinity departments des universités britanniques ou les facultés de théologie et de sciences religieuses germaniques. « Comment mieux articuler les lieux confessants et non confessants de production de savoir sur le religieux ? » (A. Favier). Peut-être peuvent-ils aussi trouver là des lieux où on ne leur reprochera pas de « mauvaises » raisons – entendons confessionnelles – de venir à l’histoire religieuse.

Conclusion

  • 54 Mauger 1999 ; Mauger 2011.

35Au terme de cette recherche exploratoire, s’il est une évidence, c’est qu’être doctorant.e sur une thématique religieuse dans la France du début du XXIe siècle est susceptible d’emporter sur des territoires parfois inattendus. Méthodologies, disciplines, terrains, questionnements, affiliations institutionnelles et modes de sociabilité académique : on n’étudie plus le religieux comme l’ont fait les générations précédentes, tout en s’inscrivant dans des filiations intellectuelles souvent assumées. Les évolutions internes des disciplines jouent certainement dans cette situation. Celle-ci est aussi le fruit d’une relation spécifique entre interrogation sociétale et demande d’expertise. G. Mauger rappelle que le choix des « objets [de recherche] intéressants » pour la sociologie, mais aussi les autres sciences humaines et sociales, s’inscrit à la croisée d’intérêts propres aux sphères étatique, médiatique et scientifique54. En ce sens, étudier les thèses en cours sur le religieux, ce n’est pas seulement s’intéresser aux seuls objets nouveaux qui peuvent être dévoilés par des recherches inédites ; c’est aussi informer sur la manière dont ce religieux s’inscrit dans la société contemporaine et comment celle-ci s’efforce de l’appréhender.

Haut de page

Bibliographie

AFHRC – Lunel 2014 = AFHRC et F. Lunel, AFHRC. 1974-2014. Quarante ans d’histoire. Film de 63 minutes (inédit), Paris, 2014.

Archives du monde du travail, Chrétiens et ouvriers en France 1937-1970, Paris, 2001.

Béraud 2014 = C. Béraud, et al., Le religieux dans les sciences sociales en France, une légitimité problématique. Colloque de l’AFSR, 3-4 février 2014, Paris.

Béraud 2015 = C. Béraud, Pourquoi devenir sociologue du catholicisme, à la fin du XXe siècle ?, dans Les sociologies françaises : héritages et perspectives : 1960-2010, Rennes, 2015, p. 221-231.

Bernand 2001 = C. Bernand et al., Regards croisés sur le bricolage et le syncrétisme, dans Archives de sciences sociales des religions, 114, 2001, p. 61-66.

Bourdieu 1987 = P. Bourdieu, Sociologues de la croyance et croyance de sociologues, dans Archives de sciences sociales des religions, 63-1, 1987, p. 155-161.

Boutry 2006 = P. Boutry, De la sociologie religieuse à l’histoire sociale et culturelle du religieux, dans Le Mouvement social, 215, 2006, p. 3-8.

Brejon de Lavergnée – Della Sudda 2015 = M. Brejon de Lavergnée, M. Della Sudda (dir.), Genre et christianisme. Plaidoyers pour une histoire croisée, Paris (Cahiers de l’AFHRC, n° 2), 2015.

Cavalin – Viet-Depaule 2009 = T. Cavalin, N. Viet-Depaule, Des prêtres-ouvriers au mouvement missionnaire français. Bilan historiographique et nouvelles perspectives, dans Histoire et missions chrétiennes, 1, 2009, p. 9-41.

Cholvy 2004 = G. Cholvy, Débats et combats autour de notre histoire religieuse contemporaine, dans D. Avon et M. Fourcade (dir.), Mélanges offert à Gérard Cholvy, Montpellier, 2004, p. 55-65.

Claval 1992 = P. Claval, Le thème de la religion dans les études géographiques, dans Géographie et cultures, 1992 [En ligne], consulté le 23 juillet 2016. URL : http://gc.revues.org/3501

Coulmont – Martin 2014 = B. Coulmont, O. Martin, La place du religieux dans les doctorats. Qualifications et recrutements en sociologie, dans C. Béraud, et al., Le religieux dans les sciences sociales en France, une légitimité problématique. Colloque de l’AFSR, Paris, 3-4 février 2014.

Cuchet 2013 = G. Cuchet, Faire de l’histoire religieuse dans une société sortie de la religion, Paris, 2013.

Delumeau 1996 = J. Delumeau, L’historien et la foi, Paris, 1996.

Dorel 2002 = G. Dorel, Festival international de géographie de Saint-Dié. Religions et Géographie. 2002, [En ligne], http://archives-fig-st-die.cndp.fr/actes/actes_2002/

Dumons – Sorrel 2013 = B. Dumons, C. Sorrel (dir.), Le catholicisme en chantiers, France, XIXe-XXe siècles, Rennes, 2013.

Fouilloux – Fourcade 2015 = É. Fouilloux, M. Fourcade, Religion, culture et histoire. Lignes de vie et de recherche, Châteauneuf-sur-Charente, 2015 (Chemins intellectuels et spirituels, 1960-2015).

GIS Moyen-Orient et mondes musulmans 2014 = GIS Moyen-Orient et mondes musulmans, Livre blanc des études françaises sur le Moyen-Orient et les mondes musulmans. Groupement d’intérêt scientifique du CNRS, 2014, [En ligne], http://majlis-remomm.fr/wp-content/uploads/2014/08/Livre_blanc_Orient_septembre2014.pdf

Gumplowicz 2016 = Ph. Gumplowicz, A. Rauwel, Ph. Salvadori (dir.), Faiseurs d’histoire. Pour une histoire indisciplinée, Paris, 2016.

Hervieu-Léger 2003 = D. Hervieu-Léger, Catholicisme, la fin d’un monde, Paris, 2003.

Hervieu-Léger 2015 = D. Hervieu-Léger, Objet perdu et retrouvé : de quelques singularités de la scène française de la sociologie des religions, dans Les sociologies françaises : héritages et perspectives : 1960-2010, Rennes, 2015, p. 209-220.

Lagrée 1996 = M. Lagrée, Chemins de traverse, dans J. Delumeau, L’historien et la foi, Paris, 1996, p. 131-147.

Lagroye 2006 = J. Lagroye, La vérité dans l’Église catholique : contestations et restauration d’un régime d’autorité, Paris, 2006 (Sociologiquement).

Lassave 2014 = P. Lassave, Les sociologues des religions et leur objet, dans Sociologie, 2, 5, 2014, p. 191-206.

Lasseur 2016 = M. Lasseur, Introduction aux approches géographiques du religieux, dans L’information géographique. Dossier spécial « Religion », 80, 1, 2016, p. 8-13.

Marrou 1954 = H.-I. Marrou, De la connaissance historique, Paris, 1954.

Mauger 1999 = G. Mauger, Pour une sociologie de la sociologie. Notes pour une recherche, dans L’Homme et la société, 131, 1, 1999, p. 101–120 ;

Mauger 2011 = G. Mauger, La participation des sociologues au débat public sur l’insécurité, dans Histoire@Politique, 14, 2011, p. 112–121.

Mercier 2014 = Ch. Mercier, Universitaire et catholique : Ozanam, un modèle fondateur ? dans Revue d’histoire de l’Église de France, 244, janvier-juin 2014, p. 49-64.

Paradeise – Lorrain – Demazière 2015 = C. Paradeise, D. Lorrain, D. Demazière, Introduction générale. Cinquante ans de sociologie française, dans Les sociologies françaises : héritages et perspectives : 1960-2010, Rennes, 2015, p. 9-37.

Pelletier 2001 = D. Pelletier, La crise catholique. Religion, société, politique (1965-1978), Paris, 2001.

Poulat 1956 = É. Poulat, Thèses et mémoires présentés en France de 1940 à 1954 et touchant à la sociologie des religions, dans Archives de sociologie des religions, vol. 1, n° 1, 1956, p. 159-171.

Raison du Cleuziou 2014 = Y. Raison du Cleuziou, Qui sont les cathos aujourd’hui ? Sociologie d’un monde divisé, Paris, 2014.

Tiberj 2017 = V. Tiberj, Les citoyens qui viennent, Paris, 2017.

Venard 2000 = M. Venard (dir.), Un siècle d’histoire du christianisme en France. Bilan historiographique et perspectives, dans Revue d’histoire de l’Église de France, t. 86, n° 217, juillet-décembre 2000, p. 321-769.

Venayre 2012 = S. Venayre, Disparu ! Enquête sur Sylvain Venayre, Paris, 2012.

Venon 2011 = F. Venon, Géographie et religion en France et au Québec, Paris, 2011.

Haut de page

Notes

1 in Gumplowicz 2016, p. 250.

2 Poulat 1956, p. 161 ; 163.

3 AFHRC – Lunel 2014.

4 Coulmont – Martin 2014.

5 Corpus de thèses mis à jour en janvier 2015.

6 Une fois éliminées les deux thèses inscrites en 1995 et 1998, et les sept thèses dont la date d’inscription n’est pas connue, soit 221 sur 983.

7 Enquête par courrier électronique en décembre 2015, relancée en juin 2016. Taux de réponse assez faible, malgré les liens d’interconnaissance des auteurs avec les enquêtés. Quatre directeurs de thèse ont répondu, un s’est excusé faute de temps, dix doctorants ont renvoyé une réponse souvent plus fournie. Les entretiens conduits dans le cadre de la réalisation d’un film pour les quarante ans de l’AFHRC ont également été mobilisés.

8 Claval 1992. Voir également Dorel 2002 ; Venon 2011. Maud Lasseur (2016) rappelle dans un article récent « l’implication encore timide de la géographie dans le renouvellement des sciences sociales sur le religieux », particulièrement dans le champ académique français, tout en soulignant dans le même temps ses dynamismes inédits.

9 Venard 2010.

10 ANGL : anglicanisme – ATH : athéisme – AUTRES : autres spiritualités, cultes, religions – BOUD : bouddhisme – CATH : catholicisme – CHR : christianisme – FRC MC : franc-maçonnerie – HIND : hindouisme – INTER : inter-religieux – ISL : islam – JUD : judaïsme – MONOT : monothéismes – NMR, SECTES : Nouveaux mouvements religieux ou sectes – OEC : œcuménisme – ORTH : orthodoxie – PROT : protestantismes – REL : religion.

11 D. Avon, réponse au questionnaire, 22 décembre 2015.

12 Rares exceptions, significativement chez des doctorants plus âgés : F. Knerr (50 ans), sur le diocèse d’Agen, qui souligne « le vide historiographique en histoire du catholicisme contemporain local » ; J.-M. Charlas (56 ans), sur Lyon, qui insiste sur la proximité géographique des sources, « indispensable pour un chercheur qui a une activité professionnelle dans cette ville ». Réponses au questionnaire, 10 et 9 décembre 2015.

13 AFHRC – Lunel, 2014.

14 Boutry 2006.

15 Tiberj 2017.

16 Il resterait à étudier le contenu des thèses portant sur les religions en France ; il est possible que la laïcité y apparaisse plus explicitement.

17 GIS Moyen-Orient et mondes musulmans 2014.

18 Ibid., p. 28.

19 Dans le contexte post-attentats 2015-2016 et la demande d’expertise forte adressée au monde académique sur l’islam, les modalités d’attribution de fonds de recherche sur le sujet fait l’objet de vifs débats au sein même de la communauté universitaire.

20 GIS Moyen-Orient et mondes musulmans 2014. Voir Brejon de Lavergnée – Della Sudda 2015.

21 http://diwan.hypotheses.org ; http://halqa.hypotheses.org

22 Cuchet 2013.

23 C. Mayeur-Jaouen, réponse au questionnaire, 7 décembre 2015.

24 Hervieu-Léger 2003.

25 J.-D. Durand, réponse au questionnaire, 18 juin 2016.

26 Site internet du laboratoire : http://larhra.ish-lyon.cnrs.fr/religions-et-croyances, consulté le 26 juillet 2016.

27 Dumons – Sorrel 2013, p. 10.

28 Les nominations récentes de Patrick Cabanel et de Valentine Zuber au rang de directeur d’études à l’EPHE permettent d’envisager un regain de thèses sur le protestantisme, si tant est qu’elles rencontrent une demande.

29 Myriam Bizien-Filippi, réponse au questionnaire, 7 décembre 2015.

30 Anthony Favier, ibid., 8 décembre 2015.

31 D. Moussel-Brillaxis, ibid., 6 juillet 2016.

32 C. Maligot, ibid., 19 janvier 2016.

33 J.-M. Martin, ibid., 11 janvier 2016.

34 C. Muller, ibid., 17 juin 2016.

35 S. Huguet, ibid., 23 juin 2016.

36 A. Jusseaume, ibid., 11 janvier 2016.

37 La socialisation scientifique réticulaire spécifique des plus jeunes générations de chercheurs s’observe également dans les autres disciplines comme la sociologie et la science politique. Voir par exemple Paradeise 2015, p. 19-20.

38 AFHRC – Lunel 2014.

39 V. Goossaert, réponse au questionnaire, 15 décembre 2015.

40 Delumeau, 1996. Notre question était précisément : « Faites-vous un lien entre vos engagements personnels et votre sujet de thèse ? Ces liens sont-ils assumés, implicites, mis à distance ? »

41 Bourdieu 1987.

42 Raison du Cleuziou 2014.

43 « Ma rencontre personnelle avec l’histoire religieuse est inséparable d’un engagement personnel dans la foi chrétienne », Delumeau 1996, p. 53. Voir aussi Cholvy 2004 ; Lagroye 2006.

44 « J’ai adhéré avec enthousiasme à l’Église conciliaire et je me suis éloigné, non sans déchirement, d’une Église en voie de restauration sous le pontificat de Jean-Paul II. Pendant les quarante ans qui ont suivi je suis resté un “chrétien sans Église”… », dans Fouilloux – Fourcade 2015.

45 Comme au colloque de Roubaix en 1999. Sur cette historiographie, voir Cavalin – Viet-Depaule 2009.

46 Marrou 1954, chap. 8 : « L’existentiel en histoire ».

47 Fouilloux – Fourcade 2015, p. 141.

48 « L’historien croit toujours parler des autres, jamais de lui-même ; pourtant ses lecteurs le retrouvent dans ses livres » écrit M. Lagrée. Lagrée 1996, p. 131.

49 Marrou 1954, p. 231.

50 Bien que plus facilement avouables, des origines sociales modestes, un parcours d’immigré n’en font pas moins l’objet d’une nécessaire réflexivité, comme le démontre S. Venayre en déconstruisant le récit d’ego-histoire de G. Noiriel. Venayre 2012.

51 Pour une discussion de cette notion, entre ethnologie et sociologie, voir Bernand 2001.

52 Cuchet 2013, p. 223-230.

53 Question posée également par C. Mercier qui interroge la figure d’Ozanam (1813-1853) sous cet angle. Mercier 2014.

54 Mauger 1999 ; Mauger 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Année d’inscription des thèses sur le religieux en cours en France en 2014.
Titre Fig. 2 – Champ thématique des thèses en cours portant sur le religieux10.
Titre Fig. 3 – Contribution comparée des disciplines à l’étude de l’islam.
Légende Lire : L’histoire représente 16 % de l’ensemble des thèses mais seulement 6 % des thèses sur l’islam.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Matthieu Brejon de Lavergnée et Sara Teinturier, « La production académique d’un savoir sur le religieux :une étude des thèses en cours en France », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 29 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/3389 ; DOI : 10.4000/mefrim.3389

Haut de page

Auteurs

Matthieu Brejon de Lavergnée

Université Paris-Sorbonne, matthieu.brejon@gmail.com

Sara Teinturier

Université de Montréal, sara.teinturier@umontreal.ca

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org