Navigation – Plan du site
Nouvelles approches et nouveaux objets du fait religieux en sciences sociales

Sur les pas de Boris Jeanne (1978-2017). Pistes pour une histoire connectée du fait religieux

Magali Della Sudda

Notes de l’auteur

Nous remercions chaleureusement Vanessa Caru et Émilie Rosenblieh pour leurs conseils et relectures.

Texte intégral

1Le volume que les Mélanges de l’École Française de Rome – Italie et Méditerranée modernes et contemporaines publient en cet été 2017 rend hommage à notre collègue et ami, Boris Jeanne, qui nous a quitté le 26 mars dernier. Passeur de savoirs entre les disciplines et les continents, ses recherches ont contribué de manière importante à relier des historiographies jusqu'alors disjointes : celle du catholicisme, en connectant différentes parties du monde ; celle du politique étroitement liée à une réflexion sur l'État et le gouvernement d'un empire qui se donne à voir dans les circulations entre Rome, Madrid et Mexico de la fin des années 1560 à l'aube du XVIIe siècle, celle des pratiques et circulations culturelles à travers une analyse fine des manuscrits et publications de Diego Valadès, métis franciscain originaire de la Nouvelle-Espagne et auteur de la Rhetorica Christiana, et de leur contexte de production ; celle de la genèse des groupes sociaux, par une étude attentive de la catégorie de « métisse » et de celle de « métissage ». Les travaux de Boris Jeanne s'inscrivent pleinement dans les nouvelles approches du fait religieux, témoignant des apports heuristiques des croisements disciplinaires et des circulations méthodologiques qui ont favorisé l’émergence d’un regard nouveau sur des objets canoniques de l’histoire religieuse.

2La proposition qu’il avait soumise, celle de se saisir des sources latines pour donner à voir la constitution d'une identification collective commune à ce groupe de religieux vivant à Rome à l'époque moderne, a toute sa place dans ce dossier sur les nouvelles approches du fait religieux en sciences sociales. Si sa réflexion ambitieuse n’a pu être menée à son terme sous la forme d’un article, cet avant-propos entend rendre compte de l’intérêt du travail de Boris Jeanne, et, en particulier, des pistes ouvertes par son projet d'article intitulé « Les sources latines de l’Amérique, au carrefour de l’histoire érudite et de l’anthropologie religieuse et sociale ». Le texte qu’il avait soumis présente une nouvelle approche du fait religieux, celle de l'histoire connectée qui relie les espaces géographiques, culturels, sociaux en interrogeant les catégories indigènes et les cadres de la pensée historique. Il ouvre une réflexion sur l’apport des fonds des Archives et de la Bibliothèque apostolique vaticanes, non seulement pour l’histoire du catholicisme, mais aussi pour questionner d’autres historiographies. Se saisissant de ces archives, ce panoptique de la chrétienté, Boris Jeanne a ainsi contribué de manière pionnière à l’écriture d’une histoire connectée et reliant des espaces cloisonnés par les traditions disciplinaires. C'est avec une patience minutieuse que les sources latines conservées dans des fonds épars – notamment des miscellanées –, rédigées par des clercs, destinées à décrire l'Amérique aux cours de Madrid et à la curie romaine, ont été consultées, étudiées et mises en regard. Suivant les pas de l'auteur de la Rhetorica christiana (1579), Boris Jeanne explore les dépôts d'archives du Vieux continent et de la Nouvelle-Espagne, tisse les liens entre les différentes parties du monde dans un récit qui articule finement les circulations matérielles et culturelles entre la Nouvelle-Espagne et l’Europe, et ouvre sur l'Asie. Dans les interstices du jeu des puissances – royaumes ibériques de la Monarchie catholique et papauté –, se lit la marge de manœuvre d'un Diego Valadès, courtier entre les différents territoires de la Monarchie catholique, maillon entre Rome et les espaces de la chrétienté. Inscrivant l’approche biographique dans une histoire globale, faisant jouer les échelles, il envisage une analyse des transformations de l’exercice de l’autorité pontificale qui se donne à voir dans la tentative de « synchronisation temporelle » – qu’opère la réforme du calendrier grégorien – et spatiale, qui faisait du souverain pontife le « notaire de la globalisation », pour reprendre les termes de Sloterdijk. La comparaison que Boris Jeanne entendait mener avec la période plus contemporaine renouait les fils de l’histoire. Il prolongeait un dialogue initié lors de notre rencontre aux Archives vaticanes, à laquelle nous devons tant. C’est cet échange entre historien et politiste autour des sources et de leurs usages, des dynamiques transnationales et des circulations que nous invitons à poursuivre. Que sa curiosité insatiable nous serve d'aiguillon.

3Séville, avril 2017

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali Della Sudda, « Sur les pas de Boris Jeanne (1978-2017). Pistes pour une histoire connectée du fait religieux », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/3388 ; DOI : 10.4000/mefrim.3388

Haut de page

Auteur

Magali Della Sudda

M. Della Sudda, Centre Émile Durkheim Sciences Po, Bordeaux, m.dellasudda@sciencespobordeaux.fr

Articles du même auteur

  • Introduction [Texte intégral]
    Paru dans Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 128-2 | 2016
Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org