Navigation – Plan du site
Nouvelles approches et nouveaux objets du fait religieux en sciences sociales

Les sources latines de l’Amérique, au carrefour de l’histoire érudite et de l’anthropologie religieuse et sociale

Boris Jeanne

Résumés

Les chercheurs qui se sont intéressés à l’évangélisation de l’Amérique à l’époque moderne, tant dans une optique d’histoire des missions que d’anthropologie historique, se sont abondamment servis soit dans le vivier des sources castillanes et portugaises, généralement des récits de conquistadors et/ou de missionnaires, que dans les codex, lienzos et autres documents rédigés en langues locales, celles des Indiens relatant a posteriori leur culture précoloniale et la manière dont elle a été bouleversée par l’installation de la domination ibérique et catholique. Il existe en revanche un important gisement documentaire de cette période qui a été laissé de côté : il s’agit des sources qui ont été produites en latin. Elles permettent pourtant une approche renouvelée d’une histoire des missions longtemps limitée à une simple description de la progression du christianisme en dehors d’Europe, et d’une anthropologie historique qui se méfiait des sources produites par la puissance dominante – a fortiori par les religieux ». Dans son article, présenté ici dans une version inachevée et légèrement remaniée par les coordinatrice et coordinateurs de ce volume, Boris Jeanne présente les apports de ces fonds pour de nouvelles approches du fait religieux.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Boris Jeanne, professeur d’histoire-géographie au lycée Emmanuel Mounier d’Angers, chercheur assoc (...)

11Les chercheurs qui se sont intéressés à l’évangélisation de l’Amérique à l’époque moderne, tant dans une optique d’histoire des missions que d’anthropologie historique, se sont abondamment servis dans le vivier des sources castillanes et portugaises, généralement des récits de conquistadors (Bernal Díaz del Castillo) et/ou de missionnaires (Bernardino de Sahagún), ainsi que dans les codex, lienzos et autres documents rédigés en langues locales (nahuatl, quechua, etc.), où des Indiens relatent a posteriori leur culture précoloniale et la manière dont elle a été bouleversée par l’installation de la domination ibérique et catholique. Il existe en revanche un important gisement documentaire de cette période d’installation coloniale qui a été presque complètement laissé de côté : il s’agit des sources produites en latin. Ainsi, quand Bernardino de Sahagún eut fini d’interroger ses informateurs indiens sur leur passé précolonial, afin d’en dresser un tableau complet qui lui permette de débusquer tous les restes de paganisme dans la société coloniale nouvelle, il a traduit ou fait traduire ces récits du nahuatl vers l’espagnol, mais aussi vers le latin, notamment dans un volume trilingue

  • 2 La bibliographie vaticane en fait foi : on n’a rien écrit à ce jour sur AAA 1816, composé à destin (...)

2et illustré, connu sous le nom de Codex de Florence : ce document a été abondamment travaillé et commenté, tant dans son texte nahuatl et castillan que par ses images – mais finalement très peu pour son texte en latin, dont une version isolée du reste avait pourtant été transmise à la curie romaine sous le nom de Breve compendio, encore aujourd’hui disponible à l’Archivio Segreto Vaticano (ASV), mais jamais consulté2. Les spécialistes ont relevé de nombreuses différences entre les textes nahua et castillan et ont fondé de nombreuses analyses sur cette différence : pourquoi le décalage avec le texte latin n’en serait pas moins fécond ?

  • 3 Les trois volumes d’America Pontificia n’en constituent qu’une première approche ! (Aracena 1868).
  • 4 C’est d’ailleurs la position défendue par la collection Fabrica Mundi des éditions Le Manuscrit, q (...)

3En partant de cette remarque initiale – la frilosité des américanistes à mobiliser les sources latines de l’Amérique – on peut déjà proposer deux regrets scientifiques : 1- on se prive de textes rédigés à l’époque par des auteurs tournés vers cette koinè du XVIe siècle qu’était le latin, et donc adressés au public occidental le plus large – l’Europe, pas seulement la péninsule Ibérique ; 2- on oublie d’aller chercher au cœur du monde catholique de l’époque, les archives romaines, où de nombreux documents sont effectivement rédigés en latin, un vaste vivier d’écritures grises en amont des bulles et des brefs déjà très étudiés, et sans cesse remobilisées par la Curie pour développer sa politique universelle3. Ces sources latines de l’Amérique permettent pourtant une approche renouvelée d’une histoire des missions, longtemps limitée à une simple description de la progression du christianisme en dehors d’Europe, et d’une anthropologie historique qui se méfiait des sources produites par la puissance dominante – a fortiori par les religieux. Elles permettent également, grâce à l’angle d’approche américaniste, une relecture des archives romaines, de leur classement, de leurs conditions de conservation, et de leurs utilisations politiques et institutionnelles. Ainsi, il n’est pas anodin de constater que parmi les premiers guides permettant de s’orienter dans l’énorme masse documentaire de l’Archivio segreto vaticano figure le Guida delle fonti per la storia dell'America Latina de Lajos Pásztor (1970), comme si toute approche américaniste invitait nécessairement à une perspective globale4.

Les raisons d’une longue mise à l’écart des sources latines relatives à l’Amérique

4Comment expliquer que des sources rédigées dans la langue la plus commune de l’Occident à l’époque moderne aient été si longuement négligées, du moins sous-exploitées, par la recherche américaniste d’une part, mais aussi par les autres domaines de recherche en histoire et en sciences sociales, qui pourtant auraient pu y trouver de nombreux matériaux propres à affiner la définition de ce qu’était l’Occident dans la première modernité – une Europe étendue à l’Amérique ?

  • 5 Voir, pour une édition française, la publication de la Ratio chez Belin, avec une présentation de (...)
  • 6 Lajos Pásztor (1854-1928) était un historien hongrois et l'un des rares connaisseurs laïcs de l'Ar (...)
  • 7 Pizzorusso 2001.

5L'explication la plus élémentaire semble être tout simplement l’ignorance du latin, dont l’usage à l’époque contemporaine a périclité, pour ne se trouver plus enseigné que dans des filières particulières ou bien de manière optionnelle, alors qu’auparavant le latin était le pilier d’une éducation bien ordonnée. La ratio studiorum des jésuites, matrice de l’organisation moderne des enseignements5, place le latin (comme le grec) dans les matières inférieures à la théologie et à la philosophie, mais elle est elle-même rédigée en latin. Quand on analyse la bibliographie relative aux documents pontificaux qui mentionnent des espaces américains, on n’est pas surpris de trouver en première ligne des ecclésiastiques (à commencer par Lajos Pásztor, archiviste de l'ASV)6, des Italiens et des Français (chez qui le latin demeure une matière encore présente dans les collèges et les lycées, voire en classe préparatoire littéraire chez les Français), mais bien peu d’Ibériques et d’Américains. La démarche de ces latinistes qui cherchent du matériel américain n’est d’ailleurs pas spécialement américaniste à la base : ce sont plutôt des chercheurs intéressés par le Saint-Siège, qui vont ensuite suivre le filon américain après en avoir bien repéré la richesse – et nous pensons alors à l’œuvre cadastrale de Giovanni Pizzorusso, Matteo Sanfilippo et Alexander Koller à propos des liens archivistiques entre le Saint-Siège et les Habsbourg7.

  • 8 Jeanne 2011, chap. 1 et 9, – ainsi que la version remaniée à paraître de la thèse de doctorat sous (...)
  • 9 Eguíluz 1960 et Barlow – Smisor 1943.

6À la décharge des chercheurs américains, c’est-à-dire des États-Unis et du Canada, des pays résultant des indépendances des vice-royautés de Nouvelle-Espagne et du Pérou (Mexique, Colombie, Pérou, Chili, Argentine, etc.), mais aussi du Brésil, on trouve assez peu d’archives en latin de leur côté de l’océan Atlantique. Les pièces, pourtant nombreuses à en juger par le nombre d’affaires américaines traitées en cour de Rome ou par le tribunal apostolique du nonce à Madrid8, ont disparu des couvents et des dépôts, notamment en raison des fréquentes flambées anticléricales dans chacun de ces jeunes États. Cela incite fort peu les chercheurs américains à poursuivre leurs efforts à Rome, ou dans d’autres dépôts, notamment ecclésiastiques, de la péninsule Ibérique. Quant aux chroniques de mission rédigées en latin, assez peu nombreuses par ailleurs, elles ont été précocement traduites en castillan, à l’image de l’Itinerarium Catholicum de Jean Foucher, un théologien franciscain de la Sorbonne plus connu en Nouvelle-Espagne sous le nom de Juan Focher et édité en 1573 à Séville par son coreligionnaire Diego Valadés : il s’agissait du premier traité de missiologie publié en Europe, mais il a surtout intéressé les chercheurs pour ce qu’il raconte de la guerre contre les Chichimèques dans le nord de la Nouvelle-Espagne (histoire politique et militaire), et beaucoup ont considéré que la traduction castillane d’Antonio Eguíluz (1960) pouvait suffire à leurs travaux9.

  • 10 Qui doit diriger les paroisses des diocèses des nouveaux mondes, des prêtres arrivés de péninsule (...)

7L’analyse directe du texte original latin révèle pourtant bien l’histoire du document lui-même, la façon dont Focher n’a pu aller jusqu’au bout de son œuvre, et la manière dont Valadés s’est servi de notes éparses pour produire un texte complet qui puisse lui servir de viatique pour pénétrer certains lieux d’influence de l’époque (le conseil des Indes à Madrid, la curie pontificale à Rome, le Grand Couvent des cordeliers à Paris). En appréhendant le texte indirectement dans sa traduction récente castillane, le chercheur passe à côté de cette histoire chaotique, révélatrice à la fois de la situation en Europe vis-à-vis des missions chez les franciscains, mais aussi de la situation locale des missions franciscaines outre-Atlantique, qui étaient alors déchirées entre péninsulaires et créoles10.

  • 11 Pour être exhaustif, il faudrait également mentionner les Archives Nationales françaises, où sont (...)
  • 12 La conveniencia est le terme utilisé par la diplomatie ibérique pour signifier son pré carré : il (...)

8D’autre part, l’accès à la documentation pontificale « américaniste » n’est pas simple, et pas seulement parce 30 à 40 millions de documents attendent les chercheurs à l’ASV – auquel on peut ajouter la Biblioteca Apostolica Vaticana, la congrégation de Propaganda Fide, et le Saint-Office, afin de reconstituer le paysage complet des archives conservées par le Saint-Siège depuis ses origines11. Il n’y a pas que le nombre qui pose problème, il y a surtout l’archivage. En effet, qui cherche à Rome des documents anciens sur l’Amérique coloniale se heurte aux conséquences du patronage ecclésiastique des couronnes ibériques. Selon elles, tout ce qui concerne les nouvelles Églises en construction outre-mer ne regarde que le conseil des Indes et son homologue portugais, mais surtout pas le pape, qui est considéré comme une puissance étrangère, et qui a juridiquement abandonné son droit de regard sur ces terres d’évangélisation à partir du moment où il en a laissé la charge d’entretien aux souverains ibériques par différentes bulles du second XVe siècle. Il est donc impossible de rencontrer un fonds « Amérique » ou « Nouvelle-Espagne », « Pérou », « Philippines », dans la documentation pontificale de cette époque, car cela aurait constitué une violation manifeste de la « convenance 12 », c’est-à-dire des barrières institutionnelles dressées par le Patronage. Le chercheur américaniste doit donc chercher partout : les documents relatifs aux diocèses d’outre-Atlantique n’ont pas été mis en exergue par les hommes de la Curie. La réunion des deux couronnes portugaise et espagnole en 1580 a ajouté beaucoup de confusion à la conservation des documents, et il n’est donc pas rare de trouver un papier ou un dossier évoquant le domaine hispanique dans des séries portugaises, et inversement. Comment alors trouver quelque chose qui soit pertinent ?

  • 13 Fish 1911, Blouin 1998 ainsi que Pásztor 1970 (NdE).
  • 14 Auparavant installés dans des rangées d’armoires assez ternes, ces index ont fait l’objet d’un red (...)
  • 15 Nous avons également tiré profit du fichier établi par le cardinal Garampi, dont les nombreux volu (...)

9Nous pouvons donner l’exemple de la méthode utilisée pour nos propres recherches doctorales, qui s’intéressaient aux milieux romains tournés vers l’Amérique au second XVIe siècle. En premier repérage, croiser le vieux guide américaniste de Carl Fish avec celui, plus systématique, de Pásztor, mais aussi avec le récent guide de l’ensemble des fonds de l’Archivio segreto vaticano coordonné par Francis Blouin, afin de dégager tous les fonds documentaires susceptibles de contenir des documents du XVIe siècle13. À charge pour nous ensuite d’aller vérifier le contenu de ces fonds dans les nombreux catalogues, pour la plupart demeurés manuscrits, de la salle des index de l’Archivio14 : il s’agit là d’une étape indispensable, quoique délicate en raison de l’état très divers de ces index, afin d’ajuster la sélection à des documents pouvant avoir trait à l’Amérique15.

  • 16 Boris Jeanne prévoyait dans les annexes bibliographiques de l’article une description exhaustive d (...)
  • 17 Metzler 1991. L’équipe du préfet des archives a surtout puisé dans la Secrétairerie des Brefs, et (...)
  • 18 Nous avons donc également entrepris de lire des journaux consistoriaux, qui sont des notes prises (...)

10L’ordre de dépouillement des fonds ainsi repérés a été déterminé selon une logique verticale : il s’agissait de partir des fonds les plus proches du pape, les plus prestigieux et donc souvent dans le meilleur état, puis de descendre de proche en proche les étages de la construction institutionnelle de la Curie, afin d’y repérer les documents et donc les individus qui intéressent prioritairement la Nouvelle-Espagne, puisque le lien Rome-Mexico était au cœur de la thèse, mais aussi parfois toute l’Amérique en général – un document brésilien pouvant attirer notre attention dans un fonds où l’on pouvait espérer trouver davantage en explorant les index16. L’étage supérieur des documents propres au pape et concernant l’Amérique a fait l’objet d’un travail d’édition se voulant exhaustif de la part de Josef Metzler17, et nous sommes donc passés à la strate immédiatement inférieure, celle du Consistoire qui réunit le pape et les cardinaux toutes les semaines pour attribuer les bénéfices les plus importants, dits « consistoriaux » : les diocèses américains y étaient discutés comme les autres18.

  • 19 Cf. doc. 12.

11Il ne faudrait d’ailleurs sans doute pas exotiser à l’extrême ces Églises du Nouveau Monde, et s’interroger également sur leur manière de fonctionner, qui est in fine la même que celle des diocèses européens. C’est ce que nous avons cherché à mesurer en nous plongeant dans les rapports de grâce entre la Nouvelle-Espagne et le Saint-Siège, en parcourant des circuits archivistiques allant de la supplique locale au bref pontifical. En effet, en privilégiant les documents signés par le pape dans les trois volumes d’America Pontificia, Josef Metzler propose une vision des rapports entre Rome et l’Amérique sous le prisme de l’événement et de l’exceptionnel, alors qu’une quantité considérable de suppliques sont en amont de ces brefs pontificaux compilés « hors-sol » dans America Pontificia : on en ignore tout le substrat. Mais l’accès à ces documents n’est pas chose aisée, puisque les registres de suppliques dont nous disposons sont en fait des copies exécutées « au kilomètre » par des scribes dont la graphie peut être particulièrement handicapante pour le chercheur19.

12Aussi, avons nous privilégié les minutes abrégées de ces brefs, dans les registres du Latran, car elles disposent d’un index géographique fiable en ce qui concerne la période qui nous occupe. On a donc cherché des toponymes américains permettant de sélectionner une liste de minutes ; puis, chaque minute proposant un renvoi vers les brefs du Latran, c’est en lisant ce bref que l’on peut ensuite remonter vers le registre de suppliques correspondant. Cette méthode, quoique laborieuse puisque nécessitant la commande de trois documents pour une seule « affaire », permet d’obtenir cependant assez vite un premier aspect des relations gracieuses entre Rome et l’Amérique, tant dans le nombre de documents (combien de suppliques arrivaient chaque année du Nouveau Monde ?) que dans leur durée de traitement (combien de temps un suppliant du Nouveau Monde doit-il attendre la réponse du Saint-Siège ?).

  • 20 Tribunal du for interne (« tribunal des consciences » selon J. B. d’Onofrio) auquel on a recours p (...)
  • 21 Tribunal du for externe, issu de la volonté du pape de trancher personnellement les différends jud (...)
  • 22 La Cancelleria rédige et expédie les documents pontificaux.
  • 23 D’autres pistes ont été négligées faute de temps et de compétences, comme celle de l’argent par ex (...)

13Nous avons également consulté les archives de la Pénitencerie20 et de la Rote21, ainsi que celle de la Chancellerie22, non seulement pour affiner notre approche des relations directes entre Rome et la Nouvelle-Espagne, mais aussi pour observer les membres de la Curie qui traitaient ces demandes : parmi eux, certains se détachaient-ils comme des spécialistes des affaires américaines ? Précisons que nous avons préféré suivre cette piste des recours gracieux devant les tribunaux pontificaux (ainsi que celui du nonce apostolique à Madrid, comme nous le verrons), car elle nous semblait riche d’un potentiel également sociologique et politique à propos des suppliants du Nouveau Monde23.

  • 24 ASV, Spagna.
  • 25 Le cardinal-neveu était également très impliqué dans les relations de Rome avec les autres États t (...)
  • 26 Dès 1640, le Portugal retrouve son indépendance.
  • 27 Broggio 2009.
  • 28 Les visites ad Limina sont un puissant vecteur d’imposition de la centralité romaine : chaque évêq (...)

14Poursuivant, nous avons intégralement examiné la documentation de la Secrétairerie d’État des terres espagnoles24, afin de bien comprendre les modes d’information du secrétaire d’État qui, à l’époque, s’impose comme le véritable pivot des affaires étrangères du Saint-Siège, particulièrement en ce qui concerne l’Espagne25. Notre champ d’étude englobant l’avènement de Philippe II sur le trône de Portugal et la création de la Monarchie Catholique en 1580, nous avons également consulté la documentation portugaise de la secrétairerie d’État, ce qui nous a permis de mieux saisir la construction de cet ensemble politique éphémère26 au prisme de la perception romaine, et d’essayer de comprendre le rôle des possessions américaines dans cette union des deux couronnes. Comme d’autres dicastères envisageaient également une action à l’échelle internationale, incluant potentiellement l’Amérique, nous avons donc consulté les archives de la prestigieuse Congrégation du Concile, chargée de faire enregistrer les canons tridentins dans tous les diocèses de l’horizon catholique, mais aussi de répondre à des questions précises sur le dogme et la liturgie redéfinis à cette occasion. Les fonds de la Congrégation du Concile conservent ainsi une belle collection de dubia circa sacramenta, où des missionnaires s’interrogent sur l’efficacité de leur action au regard de la situation particulière à laquelle ils font face, et de nombreux religieux du Nouveau Monde se sont adressés à la Congrégation pour exprimer leurs doutes27. Des interrogations sur le traitement de l’information américaine sont ainsi apparues et nous ont amené dans les fonds de la Congrégation des Évêques, afin de vérifier si les nominations aux bénéfices épiscopaux présentées par le roi de Castille étaient précédées d’une enquête de probité dans les diocèses américains, comme c’est le cas pour tous les autres diocèses relevant d’un patronage moins accompli. Nous y avons surtout trouvé les premières relations de visites ad limina apostolorum concernant des diocèses américains (en l’occurrence Puebla-Tlaxcala et Oaxaca-Antequera), alors que Sixte Quint venait d’en rappeler la nécessité, à la fin de notre période d’étude28.

15Nous avons ainsi parcouru des fonds de l’Archivio segreto vaticano dont la cohérence interne ne fait pas de doute, et au sein desquels nous étions certains de trouver du matériel pertinent. Mais la méthode arrêtée pour cerner des documents relatifs à l’Amérique dans l’ensemble de l’Archivio nous invitait alors à nous plonger dans les très diverses armoires du dépôt vatican, bien moins correctement indexées que les fonds décrits précédemment, et nous devons alors assumer avoir été guidé davantage par l’intuition développée à force de fréquenter ces archives pontificales que par une rigueur matérialiste rendue impossible par le classement de cet ensemble encore relativement vierge d’investigations américanistes. Ainsi, en ce qui concerne les archives du château Saint-Ange et les miscellanea armadi, nous avons convoqué tous les index et commandé tous les volumes de la période 1568-1594 présentant un lien avec l’Espagne en général (donc de nombreux volumes intitulés « Hispaniarum variarum »), puisque rarement apparaissait un lien direct avec l’Amérique en particulier. Cette enquête archivistique, dans ses difficultés (peu d’index, paléographie exigeante, dispersion des documents) et ses réussites (les documents rencontrés ont trait à de très divers modes de relation entre le Saint-Siège et le Nouveau Monde, de la fréquence de l’Eucharistie à la pêche des perles), est constitutive des conclusions que nous présentons : cet éparpillement, cette discrétion des sources relatives à l’Amérique dans les fonds vaticans, est pleinement un élément d’interprétation – le Saint-Siège se fait diplomatiquement très discret dans ses relations avec l’Amérique au second XVIe siècle, mais sa curiosité est non seulement manifeste, mais surtout guidée par quelques principes et obsessions.

  • 29 Le bâtiment se trouve place Pie XII, face à la colonnade du Bernin.

16Nous avons d’ailleurs pu constater des déplacements d’archives au sein des divers dépôts romains, déplacements dont l’interprétation apporte des éléments à notre enquête. De manière très évidente pour qui travaille sur l’histoire des missions, les archives de la Propaganda Fide ont été dépouillées : certes l’institution a été créée en 1622, c’est-à-dire bien en dehors de notre cadre chronologique, mais nous avons pu y trouver des documents antérieurs à cette date, témoignant de la circulation de certains dossiers entre les armoires vaticanes et la Propaganda Fide. Dans cette même logique, nous avons demandé et obtenu de consulter les registres anciens de la congrégation des Rites, créée en 1588 : ces documents sont désormais entreposés dans les locaux de la Congrégation pour la Cause des Saints, en dehors de l’ASV29. Enfin, les archives de la congrégation du Saint-Office, troisième grand dépôt pontifical en dehors de l’ASV et de la Propaganda Fide, nous ont permis de vérifier le degré d’orthodoxie des individus repérés par nos recherches précédentes.

  • 30 Il s’agit des registres des commensaux du pape, et bien évidemment nous aurions aimé savoir qui a (...)
  • 31 Les archives des cardinaux-bibliothécaires sont à la Biblioteca apostolica vaticana : notre intérê (...)
  • 32 Ces récollections de nouvelles de diverses villes compilées par l’employé d’un grand prince comme (...)

17En ce qui concerne les archives des missionnaires, et non plus seulement celles du Saint-Siège, la priorité a été donnée aux dépôts franciscains, puisqu’il s’agissait d’abord dans notre problématique doctorale de trouver des traces du passage à Rome du franciscain Diego Valadés, puis de reconnaître ceux avec qui il avait eu des contacts. Cela nous a amené à la curie générale de l’Ordre, où se trouvent les registres des procurateurs ultramontains de l’observance franciscaine (prélature obtenue par Valadés en 1575), ainsi que quelques autres documents du XVIe siècle qui ont survécu aux diverses avanies de ces archives. Valadés ayant séjourné aux couvents de l’Aracoeli et de San Pietro in Montorio, nous avons obtenu les autorisations exceptionnelles de sonder les archives historiques de la province romaine réformée (où sont conservés les documents de l’Aracoeli) et celles de San Francesco a Ripa (où ont été transférés les papiers de San Pietro in Montorio). Nous y avons profité de nos sessions de travail pour consulter également les nécrologes de tous les couvents romains, afin de trouver trace de la disparition de Valadés. Nous sommes donc parvenus à reconstituer en partie l’entourage franciscain présent à Rome autour du prélat créole. Et pour étoffer cet entourage en dehors de ses seuls coreligionnaires, nous nous sommes tournés vers les fonds manuscrits de la Biblioteca apostolica vaticana, où ont été déplacés de nombreux documents de l’ASV : ruoli di palazzo30, papiers des cardinaux31, collections d’avvisi32 – des listes et des compilations d’informations qui nous renseignent sur la vie quotidienne dans les milieux pontificaux mais aussi dans les rues de Rome, sur les bruits qu’on y entend et les personnages qu’on y croise.

18C’est dans ce même esprit que nous avons abordé les fonds de l’Archivum Romanum Societatis Iesu, afin d’approfondir nos connaissances sur les membres de la Compagnie de Jésus rencontrés au fur et à mesure de notre enquête, en espérant y trouver à la fois des documents de leur main envoyés à Rome avant ou après leur passage dans la Ville, et des commentaires sur leurs actions rédigés par les jésuites de Rome.

  • 33 En ce qui concerne l’historiographie française, nous pensons en premier lieu aux travaux complémen (...)

19Ainsi, il nous a été nécessaire de sonder la plupart des grands fonds d’archives pontificaux pour tout le second XVIe siècle, en essayant dans le dépouillement de maintenir éveillée une curiosité sur la présence possible dans ces fonds de documents sur le Nouveau Monde en général, du fait de l’impossibilité politique à les trouver réunis au sein d’une même collection. Ce type d’approche archivistique, américaniste en milieu romain, apporte chaque jour au chercheur une meilleure connaissance de l’architecture globale des archives romaines, et plus on avance dans cette connaissance parfois intuitive (en particulier dans le domaine des miscellanées et des variae), plus on trouve des documents pertinents. Les limites imposées par le patronato eclesiástico précédemment soulignées demeurent, et il ne nous a pas été possible de révéler l’existence d’une « nation américaine » à Rome au XVIe siècle, comme nous l’ambitionnions au départ de la recherche. Cependant, l’approche américaniste fait apparaître des connexions inédites. S’il est acquis par l’histoire religieuse33 que les réformes protestantes (Zwingli, Luther, Calvin, les anabaptistes) ont poussé la chrétienté romaine à revoir la plupart de ses principes – pour au final les réaffirmer, c’est tout le sens du concile de Trente –, le rôle de la découverte et de l’exploitation/évangélisation des nouveaux mondes dans cette redéfinition du christianisme n’avait pas encore été poussé jusque dans ses ultimes conclusions. Or, à un christianisme malade de ses contradictions, il fallait apporter un remède que les expériences missionnaires auprès de populations néophytes et lointaines, mais aussi diverses et décalées dans le temps, ont finalement proposé à l’usage de territoires supposés anciens de la Chrétienté. Les missions extérieures ont provoqué une sorte d’appel d’air vers la prédication, et entraîné des missions intérieures dont on étudie aujourd’hui encore les retombées. À Milan, c’est le cardinal Charles Borromée qui fait face à cette exigence de prédication et de pastorale en quittant la curie romaine pour s’installer dans son siège épiscopal. En Bretagne, Michel Le Noblez fait peindre au XVIIe siècle les célèbres taolennoù, dont l’outillage iconographique rappelle celui qui a été développé pour la conversion des populations de Nouvelle-Espagne. À Rome, fin XVIe, a lieu la rencontre entre Christophe de Cheffontaines, un prédicateur franciscain du Finistère s’étant fait remarquer localement par ses prêches en breton et qui était parvenu jusqu’à la tête de son ordre (ministre général), et Diego Valadés, un missionnaire de la province franciscaine du Saint-Évangile (correspondant à un territoire excédant largement la vallée de Mexico), sans doute de mère indienne et de père conquistador, entré dans l’ordre sous la protection de Pierre de Gand, prêchant en nahuatl, otomi et tarasque avant de s’embarquer pour Séville, où il édite son coreligionnaire Focher comme nous l’avons mentionné plus haut, avant d’arriver à Rome. Cheffontaines le fait élire procurateur général de l’Ordre auprès de la curie romaine en 1575, avant que Philippe II ne l’en fasse expulser en 1577 pour plusieurs entraves au patronato. C’est donc à Pérouse en 1579 qu’il publie sa Rhetorica Christiana en latin, un manuel de prédication « tout-en-un » : règles de rhétorique cicéronienne, abrégé du Livre des sentences de Pierre Lombard, art de la mémoire, auxquels il ajoute des planches gravées de sa main, illustrant la manière de prêcher par l’image tant à Mexico que dans les terres reculées des Chichimèques.

  • 34 Par exemple, pour retrouver Diego Valadés dans les index, il ne faut pas oublier de regarder égale (...)
  • 35 Baudrillart 1912.
  • 36 On connaît pourtant l’exemple de Pierre Chaunu, immense spécialiste de la conquête et de l’exploit (...)
  • 37 La Contre-réforme mathématique d’Antonella Romano vient heureusement commencer de connecter ces hi (...)
  • 38 Jeanne 2012c.
  • 39 L'auteur fait ici référence à un programme de travail en cours dans le cadre des activités du Grou (...)

20Ce rapprochement entre Cheffontaines et Valadés, esquissé à Paris en 1572 et poursuivi à Rome entre 1575 et 1577, montre également à quel point les archives en latin de l’Amérique nécessitent, peut-être encore plus que d’autres, le recours à une analyse de réseau dont la première des conditions pour cette époque est l’érudition. Face au nombre de documents relativement peu nombreux, l’extrême variété des acteurs, leurs multiples activités et leurs déplacements fréquents, voire la variabilité de leur onomastique34, imposent de chercher dans de très diverses bases de données. Parmi les réflexes à acquérir en cours de recherche, on pense à la consultation systématique du récent Dizionario degli Italiani – dont il existe un équivalent espagnolet aux anciens dictionnaires d’érudition catholiques comme le Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique 35. Cette recherche d’individus est souvent difficile, car elle doit connecter des champs épistémologiques différents et encore souvent déconnectés. Ainsi, les spécialistes de la Contre-réforme s’intéressent peu à l’Amérique, et inversement36 ; autour de la date de 1582 et de la réforme grégorienne du calendrier, de nombreux mathématiciens sont convoqués à Rome et on retrouve ces érudits dans plusieurs commissions de réforme : cela oblige à chercher du côté de l’histoire des sciences, et donc dans une bibliographie encore différente37 ; dès lors qu’il faut chercher un individu qui ne soit ni portugais, ni hispanique, ni italien – c’est-à-dire des Français, des Flamands, des Allemands, etc. – les outils habituels ibériques et italiens, d’ordinaire très riches, deviennent brusquement très pauvres. Nous pouvons en conclure que l’histoire globale nécessite une érudition globale, et chacune des enquêtes – on reconnaît là, volontairement convoqué, le vocabulaire de la microstoria38peut s’avérer assez longue, par exemple afin d’identifier tous les signataires d’un document – on cite même des morts chez les jésuites39 du Collège Romain interrogés en 1589 sur le statut des mariages des indigènes des Philippines – ou tous les membres d’une congrégation cardinalice : ce travail est pourtant nécessaire dans le cadre d’une analyse de réseau, afin de pouvoir rebondir ensuite par élargissement à partir des individus repérés et connectés.

Quelles précautions méthodologiques appliquer à ce type de source ?

  • 40 On renvoie ici aux récits italiens des découvertes.
  • 41 L'auteur suggère dans une note inachevée une référence à « RP ». Nous renvoyons ici à ses réflexio (...)
  • 42 Il faut encore une enquête afin de déterminer si ce mot a été décalqué du portugais ou du castilla (...)

21Ce n’est donc pas sans certaines précautions que le chercheur se tourne vers les archives latines de l’Amérique – mais quelles sont celles qui jouent ici particulièrement, au-delà des réflexes habituels de l’historien devant son matériel ? En effet, le choix du latin pour transmettre des idées, des connaissances, des informations sur les nouveaux mondes – dont le portugais, le castillan et les langues locales étaient alors les canaux d’expression habituels, ainsi que l’italien dans une certaine mesure40 – est un choix nécessairement significatif. À la Curie par exemple, il est réservé à un certain niveau hiérarchique de documentation : entre eux, les hommes du pape communiquent en italien. Chez Valadés, il s’agit là d’un choix stratégique vis-à-vis du public qu’il ambitionne, et c’est aussi une manière de tourner le dos à la couronne hispanique – qui cherche à imposer un usage large du castillan depuis la fin du XVe siècle. Le latin répond donc à un choix institutionnel et/ou politique. Chaque document en latin concernant l’Amérique présuppose une approche incluse dans le jeu impérial entre Portugal/Castille et Saint-Siège. L’histoire a démarré en 1455 avec la bulle Romanus Pontifex, où on observe un vocabulaire latin anticipant sur les découvertes et les liens entre le pouvoir et la propagande de la foi41. Dans ces bulles, on trouve donc des néologismes, fruit de l’effort de traduction dans une langue commune de réalités très neuves dont le portugais et l’espagnol ont été les premières éponges en se mélangeant avec des termes locaux. Que l'on songe ici à la très vaste galerie chromatique des métissages qui a bien du mal à rendre compte de la largeur de la palette des mélanges biologiques qui ont lieu dans les îles et sur la terre ferme, entre Indiens, Espagnols, Africains et Asiatiques. On pourrait aussi évoquer la faune et la flore américaines inconnues de Pline : il faut trouver des mots. Le latin de curie commence par enregistrer les termes étrangers tels qu’ils lui arrivent (mestizo devient meticus42 ; maïs devient mayzium), reste au chercheur à déterminer à quel point le scripteur utilisant ce terme peut savoir de quoi il parle ou s’il se contente d’enregistrer une réalité à laquelle il n’a pas accès. Mais on ne peut pas demeurer sur une position pessimiste à l’échelle des trois siècles de l’époque moderne, tant la documentation s’accumule et est archivée à Rome : le Saint-Siège finit par se réapproprier ce vocabulaire exotique latinisé.

  • 43 Ricard 1933 ; Baudot 1977 ; Borges Morán 1992 et Prosperi 1996.
  • 44 De Almeida 2012 (NdE).
  • 45 Daniel 7.
  • 46 Gruzinski 2006 ; Boucheron 2012 (NdE). L'auteur évoque le travail de Lussault. Il pourrait s'agit (...)

22Cette proposition est justifiée notamment par le fait que, comme les attentes de Rome ne correspondent pas à celle des Couronnes, le pape et la Secrétairerie d’État doivent trouver des angles d’approche diplomatique pertinents lors de leurs audiences. La maîtrise des données locales, et donc du vocabulaire, est déterminante dans ce genre de négociations face à un souverain tel que Philippe II. Là où la Couronne se contenterait bien d’une religion lui assurant simplement de contribuer à l’imposition de l’ordre public et social nouveau, colonial, le Saint-Siège réclame de son côté l’excellence de la conversion des populations néophytes. En effet, un filtre millénariste s’applique à la lecture des sources pontificales concernant l’Amérique à l’époque moderne. Les travaux de Robert Ricard, de Georges Baudot et de Pedro Borges Morán ont montré, avant qu’Adriano Prosperi ne reprenne cette réflexion dans un cadre universel, à quel point les missionnaires du nouveau monde avaient baigné dans un milieu joachimite43. Ainsi, les douze premiers franciscains autorisés à partir en Nouvelle-Espagne par la bulle Omnimoda de 1522 sont tous issus de la province ecclésiastique Saint-Gabriel d’Estrémadure et ils étaient conduits par Martin de Valence qui les avait longuement préparés avant leur départ par une formation spirituelle empreinte de joachimisme. Cette perspective millénariste missionnaire perdure localement, en Nouvelle-Espagne notamment, tant dans sa version triomphaliste allant de Motolinía à Torquemada, que dans sa version pessimiste illustrée par Sahagún et Mendieta, à l’échelle d’un long XVIe siècle. Elle est reprise ensuite par d’autres chroniqueurs franciscains à Rome ou au Brésil44. Mais surtout, elle percole les milieux cardinalices de Rome et irrigue les correspondances diplomatiques, dans une version très simplifiée par rapport à la théologie complexe de Joachim de Flore inspirée notamment par une interprétation du songe de Daniel sur les empires45. Lorsque l’Évangile aura bien été annoncé à tous les hommes sur toute la terre adviendra la seconde parousie, le retour du Christ sur terre à la tête d’une armée défiant celle du démon – l’inévitable victoire de Jésus fera s’accomplir la fin des temps. Cela donne au Saint-Siège et aux missionnaires une double responsabilité dont le Secrétaire d’État se fait abondamment l’écho : d’abord, il faut annoncer l’Évangile partout, ce qui a déjà été fait en Afrique et en Asie au Moyen Âge, ce qui est donc en train de se faire en Amérique – la quatrième et dernière partie du monde où n’avait pas été annoncée la Bonne Nouvelle – ; ensuite, il faut faire grossir au maximum les rangs des chrétiens afin de se préparer à la bataille commandées par Jésus contre les armées infernales. Il faut avoir en tête ce filtre millénariste à la lecture des sources latines relatives à l’Amérique. Il explique par exemple l’intérêt considérable apporté à la Flotte des Indes dans la correspondance entre le secrétaire d’État et le nonce à Madrid, car tout cet argent rapporté du Nouveau Monde chaque année en septembre, et dont le Roi Catholique perçoit un cinquième (Quinto Real), doit servir, selon le Saint-Siège, à payer la guerre des Flandres, cette contre-réforme militaire destinée à ramener dans le giron romain les Pays-Bas calvinistes. Le leitmotiv de la croisade médiévale contre les infidèles musulmans pour la reconquête des terres saintes d’Orient a donc évolué, tenant compte de la fracture profonde de la chrétienté d’Occident et de la connexion des quatre parties du monde : l’intérêt du Saint Siège pour l’Amérique est motivé par des problématiques intra-européennes – et dans ces termes, on se trouve bien au début de la globalisation46.

23Au-delà du millénarisme des missionnaires américains retrouvé en cour de Rome, les archives latines de l’Amérique sont donc à lire avec un autre filtre méthodologique, celui de la cure d’âmes systématiquement mise en avant par les prélats – c’est le rôle pastoral du clergé, particulièrement réaffirmé au concile de Trente – et qui, précisément pour ce second XVIe siècle objet de notre étude, cache en fait une réaffirmation diplomatique, après un siècle de reculs divers devant les couronnes européennes. Si les souverains ibériques ne sont sans doute pas allés aussi loin que leurs homologues français dans les brimades infligées au pouvoir pontifical (on pense inévitablement à Philippe le Bel), il est en revanche évident que tant les Aviz que les Trastamares et les Habsbourg ont eu à cœur d’exercer leurs droits au maximum, droits acquis par des bulles de concession de patronage : au second XVIe siècle – mais pas avant – la Secrétairerie d’État n’hésite plus à dénoncer « les abus des bulles alexandrines », en référence à Alexandre VI Borgia, signataire de la bulle Inter Caetera de 1493 renégociée par les couronnes portugaise et castillane au traité de Tordesillas en 1494. Ce qui était une gêne pour le chercheur américaniste intéressé par les archives romaines – l’éviction du Saint-Siège de cet espace diplomatique – devient alors un formidable gisement. En effet, la structure profondément centripète du christianisme romain fait que, malgré la barrière du patronato eclesiástico, de nombreux ecclésiastiques mais aussi des fidèles écrivent tout de même directement au pape, notamment pour se plaindre de dysfonctionnements locaux que la couronne ne prend pas le temps de résorber – Rome demeure l’autorité de tutelle pour les religieux et les croyants, ainsi qu’une autorité symbolique. Les archives de Rome au second XVIe siècle s’enrichissent donc de nombreux documents, de Nouvelle-Espagne et du Pérou pour l’essentiel, que la Secrétairerie d’État ne manque pas de soigneusement compiler, et qu’elle désigne sous l’expression « abus des Indes » dans ses échanges avec le nonce à Madrid : il s’agit de donner à ce dernier de quoi négocier, mettre du poids dans la balance face au roi de Castille, protecteur « négligent » de ces Églises du Nouveau Monde, afin de réclamer diverses choses – de l’argent pour payer la guerre des Flandres, nous l’avons vu, mais surtout une représentation diplomatique officielle outre-Atlantique. C’est la grande affaire du nonce à Mexico qui anime presque tout le règne de Philippe II, alors que défilent les papes, les secrétaires d’État et les nonces entre 1568 (premier projet de nonciature) et 1594 (abandon du projet et activation de la procédure de visite ad Limina). Chacune des petites histoires vécues dans les diocèses américains, qui sont remontées vers Rome et qui ont été utilisées par l’histoire des missions afin de décrire la construction ecclésiologique de l’Amérique, sont à reprendre dans le cadre de l’histoire politique du jeu diplomatique entre le Saint-Siège et les couronnes, et voilà bien le filtre qu’il faut garder en mémoire à chaque fois qu’un fonctionnaire curial se penche sur une affaire américaine : il s’agit bien in fine de trouver le moyen de contourner le patronage ecclésiastique, de revenir sur les « abus des bulles alexandrines ».

Annexe47

Un bilan des résultats de ce renouveau historiographique

24Quels sont les apports de la prise en compte des sources latines de l’Amérique dans l’histoire des missions, de la diplomatie européenne, de la construction territoriale de l’Amérique, de la structure institutionnelle de la curie, et plus généralement de l’évolution sociale et culturelle de l’Occident au XVIe siècle ? Nous en avons dégagé quatre types.

Apport ethnographique

  • 48 Ces documents ont été dépouillés par l'auteur (NdE).

25Qu’apprenons-nous des populations locales ? Moins que dans les Relaciones geograficas ou dans les papiers en castillan de Sahagún48 ! On citera l’exemple fameux de cet évêque mexicain dont la relation ad limina fait quatre pages, alors qu’il en envoie 80 à Philippe II.

26La plupart des informations qui transitent par Rome ne sont pas de première main – et c’est d’autant plus intéressant pour l’analyse de réseau, car cela permet de pister les « infos » de « là-bas » jusqu’à « ici », de repérer les passeurs, et parfois de souligner un court-circuit – à l’exemple de ces documents sur la pêche aux perles dans le Pacifique : personne d’autre n’en parle en ces termes, nous sommes donc là vraisemblablement face à une véritable communication spontanée entre le Pérou et Rome, et le document a été conservé, démontrant la grande curiosité de la Curie pour ces récits du lointain.

Apport anthropologique

  • 49 Lestringant, 1990.

27Nous en apprenons surtout de la manière de concevoir l’Autre à Rome, ou plus précisément de l’évolution de cette conception, où l’on passe assez rapidement du bon sauvage analysé par Lestringant49 à des néophytes dont l’avenir eschatologique est important à double titre : les vieux-chrétiens sont responsables du salut des nouveaux (et on pourra leur demander des comptes à la fin des temps) ; les armées du Christ doivent grossir afin de préparer la seconde parousie. Le souci romain pour les indigènes, à travers les archives en latin comme en italien et castillan/portugais, est très différent de celui des Ibériques aux commandes, au contact politique et social de ces populations – on cherche même à protéger les Indiens des Ibériques !

  • 50 Voir les nombreux travaux de Benedetta Albani sur le mariage dans le Nouveau Monde, en particulier (...)

28Cela est surtout vrai pour le XVIe siècle, car après la catastrophe démographique vécue par les Indiens, l’arrivée toujours plus importante d’Européens (motivés par l’immense potentiel économique américain) mais aussi d’Africains (contraints par le commerce triangulaire), et donc un considérable métissage des populations au sein des sociétés coloniales nouvelles, les stratégies mises en place par les indigènes changent – et il est fréquent de revendiquer une identité indienne, même mince, afin de s’appuyer sur le droit indien et de réclamer fermement son dû : c’est la même chose vis-à-vis de Rome, à qui l'on écrit des suppliques, des doutes, des demandes de dispense (notamment matrimoniales50), et même des honneurs.

Apport institutionnel

29Fonctionnement interne de la Curie : qui fait quoi ? L’importance des congrégations cardinalices ; le devenir interne des documents du lointain ; la circulation entre les dicastères ; le mercato des auditeurs de Rote et autres mécanismes des honneurs…

Apport politique

30Forte réévaluation de la relation entre Rome et Madrid, de la manière dont la liaison Madrid-Mexico est protégée (même du pape !), de la manière dont Rome s’inclut dans la Monarchie catholique sans en faire institutionnellement ni territorialement partie, et de la manière dont les territoires de la Monarchie catholique sont gérés, entre surveillance et échappatoire.

Conclusion : et l’histoire religieuse dans tout ça ?

  • 51 Boris Jeanne rencontre évidemment ici des préoccupations et des questions qui sont au cœur des rec (...)

31Ce qui se joue par ailleurs, c’est quelle est l’importance du « religieux » dans ces travaux ? Tous les acteurs ecclésiastiques agissent, du moins en façade, ad maiorem Dei gloriam : doit-on le prendre en compte systématiquement ou au contraire le rejeter comme un prétexte justifiant discours et pratiques de domination ? La part de « sincérité religieuse » doit-elle être prise en compte par l’historien, par le praticien des sciences sociales – et serait-ce là une nouvelle approche du religieux que de prendre en compte le religieux dans les SHS51 ?

Haut de page

Bibliographie

Albani 2013 = B. Albani, Un intreccio complesso : il ricorso alla Sede Apostolica da parte dei fedeli del Nuovo Mondo. Prime note su uno studio in corso, dans Mélanges de l’École Française de Rome, Moyen âge, 125-1, 2013, p. X – XIII.

Aracena 1868 = D. Aracena, América pontificia o tratado completo de los privilejios que la Silla Apostólica ha concedido a los católicos de la América Latina, Santiago-du-Chili, 1868.

Barlow – Smisor 1943 = R.H. Barlow, G.T. Smisor, Nombre de Dios, Durango. Two documents in Náhuatl concerning its foundation, Sacramento, 1943.

Baudot 1977 = G. Baudot, Utopie et histoire au Mexique, Toulouse, 1977.

Baudrillart 1912 = A. Baudrillart, A. Vogt, U. Rouziès (dir.), Dictionnaire d'histoire et de géographie ecclésiastiques, Paris, 1912.

Blouin 1998= F. Blouin, Vatican archives. An inventory and guide to historical documents of the Holy See, New York-Oxford, 1998.

Borges Morán 1992 = P. Borges Morán, Religiosos en Hispanoamerica, Madrid, 1992.

Boucheron 2012 = P. Boucheron, Histoire du monde au XVe siècle, Paris, 2012.

Broggio 2009 = P. Broggio, C. de Castelnau-L’Estoile, G. Pizzorusso, Le temps des doutes : les sacrements et l’Église romaine aux dimensions du monde, dans MEFRIM, 121-1, 2009, p. 5-22.

Broggio et al. 2009 = P. Broggio, C. de Castelnau-L'estoile et G. Pizzorusso (éd.), Administrer les sacrements en Europe et au Nouveau Monde : la Curie romaine et les Dubia circa sacramenta, dans MEFRIM, 121-1, 2009.

De Almeida 2012 = M. De Almeida, « L'Orbe Serafico, Novo Brasilico » : Jaboatão et les franciscains à Pernambouc au XVIIIe siècle, thèse de doctorat, EHESS, 2012.

Demoustier 1997 = A. Demoustier et alii (dir), Ratio studiorum : plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, Paris, 1997.

Eguíluz 1960 = Focher, Juan, Itinerarium catholicum proficiscentium ad infideles convertendos. Itinerario del misionero en América, éd. P. Antonio Eguíluz, Madrid, 1960.

Eubel 1913 = K. Eubel, Hierarchia catholica medii aevi sive summorum pontificium, s.r.e. cardinalium, ecclesiarum antistitum series : e documentis tabularii praesertim vaticani collecta, digesta, edita, Münster, 1913.

Fish 1911= C. R. Fish, Guide to the materials for American history in Roman and other Italian archives, Washington, 1911.

Gruzinski 2006 = S. Gruzinski, Les quatre parties du monde : histoire d'une mondialisation, Paris, 2006.

Jeanne 2011 = B. Jeanne, Mexico-Madrid-Rome. Sur les pas de Diego Valadés, une étude des milieux romains tournés vers le Nouveau Monde à l'époque de la Contre-Réforme (1568-1594), thèse de doctorat, EHESS, 2011.

Jeanne 2012a = B. Jeanne, L’Américanisation à l’épreuve des jeux d’échelle : micro-histoire des continents, dans L. Bénat-Tachot, S. Gruzinski, B. Jeanne (dir.), Fabrica Mundi. Les processus d’américanisation, I, Ouvertures théoriques, Paris, 2012, p. 37-64.

Jeanne 2012b = B. Jeanne, Les États pontificaux face à Philippe II, marge ou centre alternatif de la Monarchie catholique ? Retour sur les fondements juridiques, politiques et pragmatiques d’un empire conjoncturel, dans Astérion [En ligne], 10, 2012, URL : http://asterion.revues.org/2284.

Lestringant 1990 = F. Lestringant, Le Huguenot et le Sauvage. L'Amérique et la controverse coloniale en France, au temps des guerres de religion, Paris, 1990.

Lussault 2017 = M. Lussault, Hyper-lieux : les nouvelles géographies politiques de la mondialisation, Paris, 2017.

Metzler 1991 = J. Metzler, America Pontificia primi saeculi evangelizationis 1493-1592. Documenta pontificia ex registris et minutis praesertim in Archivo Secreto Vaticano existentibus, Cité du Vatican, 1991.

Pásztor 1970 = L. Pásztor, Guida delle fonti per la storia dell'America Latina negli archivi della Santa Sede e negli archivi ecclesiastici d'Italia, Cité du Vatican, 1970.

Pizzorusso 2001 = G. Pizzorusso et al., Gli archivi della Santa Sede come fonte per la storia moderna e contemporanea, Viterbe, 2001.

Prosperi 1996 = A. Prosperi, Tribunali della coscienza. Inquisitori, confessori, missionari, Turin, 1996.

Ricard 1933 = R. Ricard, La conquête spirituelle du Mexique, Paris, 1933.

Romano 1999 = A. Romano, La Contre-réforme mathématique : constitution et diffusion d'une culture mathématique jésuite à la Renaissance, 1540-1640, Rome, 1999 (BEFAR, 306).

Haut de page

Notes

1 Boris Jeanne, professeur d’histoire-géographie au lycée Emmanuel Mounier d’Angers, chercheur associé au laboratoire Mondes Américains (UMR 8168, EHESS) a rédigé cet article, resté inachevé, pour le dossier consacré aux « Nouvelles approches du fait religieux ». La version proposée ici est légèrement remaniée, respectant le style et les réflexions de son auteur.

2 La bibliographie vaticane en fait foi : on n’a rien écrit à ce jour sur AAA 1816, composé à destination de Pie V (1570).

3 Les trois volumes d’America Pontificia n’en constituent qu’une première approche ! (Aracena 1868).

4 C’est d’ailleurs la position défendue par la collection Fabrica Mundi des éditions Le Manuscrit, qui publie les travaux de l’axe « Américanisation » du laboratoire Mondes Américains (UMR 8168).

5 Voir, pour une édition française, la publication de la Ratio chez Belin, avec une présentation de Dominique Julia, dans la traduction d'Adrien Demoustier 1997 (NdE).

6 Lajos Pásztor (1854-1928) était un historien hongrois et l'un des rares connaisseurs laïcs de l'Archivio segreto vaticano à son époque. Il est très connu pour son immense Histoire des Papes (1886-1961) qui reste aujourd'hui un instrument de référence (NdE).

7 Pizzorusso 2001.

8 Jeanne 2011, chap. 1 et 9, – ainsi que la version remaniée à paraître de la thèse de doctorat sous le titre Une « nation américaine » à Rome au second XVIe siècle ? Sur les pas de Diego Valadés, une étude des milieux romains connectés au Nouveau Monde sous la Monarchie Catholique (1580-1640) ; ainsi que Albani 2013.

9 Eguíluz 1960 et Barlow – Smisor 1943.

10 Qui doit diriger les paroisses des diocèses des nouveaux mondes, des prêtres arrivés de péninsule Ibérique par bateau ou des prêtres nés et ordonnés sur place, faisant donc partie de ce groupe social natif américain qu’on appelait les Créoles ? La discussion est âpre dans les salles capitulaires des couvents des ordres mendiants chargés de l’évangélisation – on reproche aux Créoles d’être nés dans la zone torride et d’être donc inaptes à la direction des âmes que requiert la prêtrise.

11 Pour être exhaustif, il faudrait également mentionner les Archives Nationales françaises, où sont conservées des séries emportées par les armées napoléoniennes, et Trinity College.

12 La conveniencia est le terme utilisé par la diplomatie ibérique pour signifier son pré carré : il n’est pas convenable que le Saint-Siège cherche à contourner les usages du patronage ecclésiastique. À l’inverse, et puisque c’est Alexandre VI qui a concédé le plus de droits aux couronnes ibériques par une bulle de 1493 renégociée ensuite par les deux couronnes à Tordesillas en 1494, la diplomatie pontificale fait souvent référence aux « abus des Borgia » pour désigner ces bulles du XVe siècle.

13 Fish 1911, Blouin 1998 ainsi que Pásztor 1970 (NdE).

14 Auparavant installés dans des rangées d’armoires assez ternes, ces index ont fait l’objet d’un redéploiement dans la salle Léon XIII de l’ASV, et leur consultation a ainsi été rendue beaucoup plus aisée.

15 Nous avons également tiré profit du fichier établi par le cardinal Garampi, dont les nombreux volumes occupent une place considérable dans la salle Léon XIII.

16 Boris Jeanne prévoyait dans les annexes bibliographiques de l’article une description exhaustive des sources manuscrites consultées pour sa thèse, mais il n’a pu rédiger cette partie. Les lecteurs intéressés devront se reporter à sa thèse.(NdE).

17 Metzler 1991. L’équipe du préfet des archives a surtout puisé dans la Secrétairerie des Brefs, et repéré d’intéressantes duplications de documents dans d’autres fonds de l’Archivio comme les armoires de miscellanées, ce qui nous a incité à aller voir dans ces fonds très hétérogènes également. Cependant, nous n’avons pas abandonné la Secrétairerie des Brefs pour autant, car certains hasards nous ont amené à y repérer des documents absents d’America Pontificia, accréditant encore la « richesse américaniste » des fonds romains malgré l’écran supposé du patronato eclesiástico.

18 Nous avons donc également entrepris de lire des journaux consistoriaux, qui sont des notes prises par certains cardinaux pendant ou immédiatement après les débats, et dont nous espérions obtenir des détails plus importants que les seules annonces d’attribution de bénéfices telles qu’elles apparaissent dans les Acta Camerarii et les Acta Vicecancelarii, et donc in fine dans l’outil de Conrad Eubel, Eubel 1913. En effet, ces documents se font l’écho de débats, parfois virulents, entre les différentes factions de cardinaux au sujet de ces bénéfices consistoriaux.

19 Cf. doc. 12.

20 Tribunal du for interne (« tribunal des consciences » selon J. B. d’Onofrio) auquel on a recours pour obtenir une grâce.

21 Tribunal du for externe, issu de la volonté du pape de trancher personnellement les différends judiciaires envoyés à Rome depuis les diverses parties du monde, et de l’impossibilité du consistoire à traiter toutes ces affaires.

22 La Cancelleria rédige et expédie les documents pontificaux.

23 D’autres pistes ont été négligées faute de temps et de compétences, comme celle de l’argent par exemple (dîmes, taxes et bénéfices), qui aurait exigé un dépouillement considérable de documents de la Chambre apostolique.

24 ASV, Spagna.

25 Le cardinal-neveu était également très impliqué dans les relations de Rome avec les autres États temporels, mais nous ne l’avons jamais croisé dans nos dépouillements.

26 Dès 1640, le Portugal retrouve son indépendance.

27 Broggio 2009.

28 Les visites ad Limina sont un puissant vecteur d’imposition de la centralité romaine : chaque évêque est tenu de venir à Rome, « aux seuils des apôtres », présenter devant le pape un rapport sur l’état de son diocèse, selon une périodicité fixée à trois ans par Sixte Quint, avec un caractère obligatoire tout à fait dans la ligne tridentine de reconquête pastorale. Il va sans dire que ces rapports sont une mine d’informations pour les chercheurs. Cependant, des aménagements sont proposés pour les diocèses lointains, et ce n’est jamais l’évêque en personne qui se déplace (sans quoi son siège serait vacant pendant deux ans), mais un représentant dûment mandaté.

29 Le bâtiment se trouve place Pie XII, face à la colonnade du Bernin.

30 Il s’agit des registres des commensaux du pape, et bien évidemment nous aurions aimé savoir qui a partagé la table de Grégoire XIII en même temps que Diego Valadés. Malheureusement, ces documents sont indisponibles précisément pour le pontificat du pape bolonais.

31 Les archives des cardinaux-bibliothécaires sont à la Biblioteca apostolica vaticana : notre intérêt s’est porté en priorité sur celles de Guglielmo Sirleto, le prélat qui a commandé les Catholicae Assertiones de Diego Valadés, dont l’unique manuscrit se trouve également dans la collection ottobuonienne de la bibliothèque.

32 Ces récollections de nouvelles de diverses villes compilées par l’employé d’un grand prince comme le duc d’Urbino (dont la collection vaticane est très importante) sont une source foisonnante d’anecdotes sur les bruits de la ville.

33 En ce qui concerne l’historiographie française, nous pensons en premier lieu aux travaux complémentaires de Pierre Chaunu et de Jean Delumeau.

34 Par exemple, pour retrouver Diego Valadés dans les index, il ne faut pas oublier de regarder également à Velades et Vilades ; pour le jésuite Vincenzo Lenoci, consulter également Lanuci, voire Delle Noci. Un « carnet d’alias » peut être utile.

35 Baudrillart 1912.

36 On connaît pourtant l’exemple de Pierre Chaunu, immense spécialiste de la conquête et de l’exploitation des nouveaux mondes, mais aussi du temps des réformes. Pourtant, l’historien français faisait peu la connexion entre ces deux versants de son travail, peut-être parce que l’approche quantitative de ses travaux américanistes ne l’amenait pas sur la piste des individus, alors qu’il eût été inspiré de suivre certains Américains au-delà de leur voyage avec la Flotte des Indes qu’il a tant étudiée, car nombreux furent ceux qui quittèrent Séville pour des espaces de réforme ou de contre-réforme.

37 La Contre-réforme mathématique d’Antonella Romano vient heureusement commencer de connecter ces historiographies: Romano 1999.

38 Jeanne 2012c.

39 L'auteur fait ici référence à un programme de travail en cours dans le cadre des activités du Groupe de recherches « Écritures grises » (NdE).

40 On renvoie ici aux récits italiens des découvertes.

41 L'auteur suggère dans une note inachevée une référence à « RP ». Nous renvoyons ici à ses réflexions sur le Romanus Pontifex parues dans la revue Astérion. Jeanne 2012b (NdE).

42 Il faut encore une enquête afin de déterminer si ce mot a été décalqué du portugais ou du castillan, ou bien s'il a été extrait de la Germanie de Tacite.

43 Ricard 1933 ; Baudot 1977 ; Borges Morán 1992 et Prosperi 1996.

44 De Almeida 2012 (NdE).

45 Daniel 7.

46 Gruzinski 2006 ; Boucheron 2012 (NdE). L'auteur évoque le travail de Lussault. Il pourrait s'agit très probablement des réflexions du géographe Michel Lussault sur la mondialisation : Lussault 2017 (NdE).

47 Nous reproduisons ci-dessous, fidèlement à l'état du manuscrit de Boris Jeanne, diverses notes qui rendent compte de la discussion de l'auteur avec les premiers lecteurs de son texte. Nous avons laissé à ces notes de travail la spontanéité de leur écriture (NdE).

48 Ces documents ont été dépouillés par l'auteur (NdE).

49 Lestringant, 1990.

50 Voir les nombreux travaux de Benedetta Albani sur le mariage dans le Nouveau Monde, en particulier dans le dossier Administrer les sacrements en Europe et au Nouveau Monde : la Curie romaine et les Dubia circa sacramenta coordonné par Paolo Broggio, Broggio et al. 2009.

51 Boris Jeanne rencontre évidemment ici des préoccupations et des questions qui sont au cœur des recherches actuelles, tendues en permanence entre le double péril d'une dissolution du « religieux » et celui, inverse, de reconduire le discours des acteurs de l'évangélisation. Mais n'est-ce pas dans ce même débat que la compréhension contemporaine de la violence revendiquée au nom d'une référence religieuse se trouve plongée ? Ces dernières remarques de Boris Jeanne disent ce que l'avenir de ses recherches auraient pu nous apporter, pour le passé comme pour le présent (NdE).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Boris Jeanne, « Les sources latines de l’Amérique, au carrefour de l’histoire érudite et de l’anthropologie religieuse et sociale », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 29 septembre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/3085 ; DOI : 10.4000/mefrim.3085

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org