Skip to navigation – Site map
Familles laborieuses. Rémunération, transmission et apprentissage dans les ateliers familiaux de la fin du Moyen Âge à l’époque contemporaine en Europe

Une histoire de la famille à part entière ?

Anna Bellavitis, Manuela Martini and Raffaella Sarti

Full text

  • 1 Malgré le développement considérable connu par l’histoire de la famille depuis un démi-siècle (il (...)

1L’économie historique de la famille est un domaine de recherche de plus en plus fréquenté, dont le rayon d’influence s’élargit progressivement, en parallèle avec le renouveau que l’histoire de la famille connaît depuis quelques décennies. Que ce soit dans l’étude de l’entrepreneuriat, de l’économie rurale, des réseaux marchands ou des corporations, la prise en compte de la famille, du Moyen Âge à l’époque contemporaine, ne se limite plus à en mettre au jour les caractères résiduels, mais signifie mener l’enquête jusqu’au cœur de leur fonctionnement1

  • 2 Ce programme fait partie des activités de l’axe de recherche n° 4 : « Le laboratoire politique et (...)
  • 3 Dans une bibliographie immense, sur laquelle on reviendra par la suite, voir, à titre d’exemple et (...)
  • 4 Le numéro spécial de Gender and history : Men at home. Domesticities, authority, emotion and work (...)

2Les articles ici réunis, issus du programme de recherche Travail en famille, travail non rémunéré. Formes et acteurs du travail domestique productif en Europe, XVe-XXIe siècle 2, s’inscrivent dans le sillage d’une tradition ancienne d’échanges entre histoire sociale et histoire économique, entre histoire de la famille et histoire du travail3. À travers une grille de lecture qui lui est propre, l’histoire du genre a enrichi ces domaines interconnectés en leur ouvrant des perspectives nouvelles4

  • 5 Sur le problème des continuités et ruptures en histoire de la famille, cf. Sabean, Mathieu, Teusch (...)

3Les relations économiques entre membres des familles sont ici déclinées à partir de la problématique de la rémunération du travail, une perspective qui en mobilise d’autres, d’ordre juridique et anthropologique, également centrales pour le sujet. Qui dit famille dit hiérarchies : hiérarchies des âges et des générations, hiérarchies de genre. Qui dit famille dit conflit et, presque toujours, conflit économique. Les familles dont il est question sont celles des artisans, et d’artisans-entrepreneurs, dans des villes européennes, de Rouen à Barcelone en passant par Turin ou Vienne, et sur une longue durée, allant du Moyen Âge aux dernières décennies du XXe siècle. Le choix de la très longue durée comporte sans doute des risques, bien qu’il soit celui qui s’impose sur un sujet présentant de forts aspects de continuité, en dépit de césures historiques majeures comme l’abolition des corps de métier, l’industrialisation ou l’évolution du droit familial5. La famille prise en considération par les textes réunis est à la fois la famille des corésidants, qu’ils soient ou non liés par des relations de parenté, la household au cœur des travaux de démographie historique, mais c’est aussi celle des liens de parenté, verticaux et horizontaux, agnatiques et cognatiques, et des droits qui en découlent et qui la structurent et enfin celle des liens choisis, des parentés créées par des actes volontaristes, comme dans le cas de l’adoption. La force de la parentèle « artificielle », qui crée des liens allant au-delà du cadre biologique, et de la parentèle « pratique », reconfigurant les bornes du cercle familial en fonction d’objectifs donnés, sort indéniablement accentuée par l’observation des formes de travail rémunéré et non rémunéré qui est à l’origine de notre questionnement. De manière différente mais poussées par des mobiles semblables, ces deux parentèles « choisies » émergent par de là les époques comme des formations sociales particulièrement vivaces.


4Par des études ciblées sur des contextes urbains traversés par des dynamiques sociales intenses, les articles de la première partie prennent en considération les relations économiques entre membres d’une même famille, unis par des liens de parenté agnatique ou cognatique et étudiées à partir de sources très différenciées, en privilégiant comme angle d’attaque la valeur du travail et les formes de reconnaissance de cette valeur. L’analyse fine d’une source de la richesse du Catasto florentin de 1427 permet à Isabelle Chabot de dénicher les rapports de travail à l’intérieur des familles d’artisans, de domestiques, de « gens du peuple » et de mettre en évidence les relations complexes entre les droits qui découlent des liens de parenté (droit à la dot, droit à l’héritage) et la rémunération, monétaire ou non, pour le travail accompli. On découvre également, dans les déclarations fiscales des servantes, des capacités de négociation tout à fait inattendues face à des maîtres qui ne respectent pas leurs engagements, et l’ambiguïté de rapports de travail qui se confondent avec des relations de type familial. L’accent est mis sur les femmes, filles, épouses, mères et veuves, sur leur travail dans le cadre de l’entreprise familiale ou à l’extérieur ; un travail qui n’apparaît que par une analyse à l’échelle « micro » de sources le plus souvent très peu explicites sur le sujet.

5Tout comme pour l’univers des boutiques des artisans et artistes de la Florence médiévale étudiés par Christiane Klapisch-Zuber et Isabelle Chabot, pour l’époque moderne aussi actes notariés, cadastres, relevés fiscaux, sources judiciaires et correspondances fournissent la documentation la mieux à même d’éclairer comment les rôles familiaux, les droits et devoirs de chacun s’articulent avec les besoins de l’entreprise, avec la nécessité de produire et de vendre, de former des jeunes de boutique ou des apprentis, de tisser des alliances et de constituer des compagnies commerciales ou des sociétés industrielles. Il est vrai que le plus souvent ces documents offrent des traces indirectes de ces collaborations, échanges ou transactions. Il est très rare de trouver des contrats de travail stipulés entre membres d’une même famille. Cela arrive parfois dans le cas de l’apprentissage, ou alors, comme dans le cas de Barcelone, dont il est question dans l’article d’Àngels Solà Parera, quand la famille s’associe avec un tiers, ce qui oblige à préciser dans le contrat de société les obligations et les rémunérations de chacun. D’autres indices, comme le fait que la dot d’une fille soit équivalente à la donation faite à ses frères qui reprennent l’entreprise familiale, ou que, dans un legs testamentaire à son épouse, un maître de maison et d’atelier fasse allusion au travail qu’elle a accompli à ses côtés, révèlent toutefois que l’apport des membres de la famille en termes de travail et de temps consacré à l’entreprise familiale est une condition nécessaire à son fonctionnement.

  • 6 Zucca Micheletto 2011.
  • 7 Cavallo, Warner 1999 ; Pellegrin, Winn 2003.

6Si les dots peuvent être considérées comme des salaires différés payés aux filles par leurs parents, parfois après de longues années de travail gratuit dans l’entreprise familiale, comme le suggèrent Corine Maitte et Juanjo Romero Martín, elles sont souvent le capital nécessaire voire indispensable au démarrage de la boutique ou de l’entreprise qu’elles forment avec leurs maris. Elles sont souvent aussi une ressource que l’on mobilise à des moments critiques, quand on veut émigrer, par exemple, ou quand il s’agit de rembourser des dettes (Maitte, Solà Parera)6. Les contrats de mariage ou les sources judiciaires et notariales permettent de documenter l’apport financier de l’épouse, alors que l’apport en termes de travail quotidien au sein de l’entreprise est presque impossible à évaluer. Et pourtant, les statuts de la plupart des corporations européennes, accordant à la veuve le droit de prendre la place du mari à la tête de l’entreprise, reconnaissent implicitement la valeur du travail accompli par l’épouse ainsi que ses capacités techniques souvent développées dans l’entreprise de sa famille d’origine et/ou à côté de son mari. Il peut s’agir de règles très strictes et contraignantes, qui interdisent par exemple à la veuve de prendre des apprentis, comme c’est le cas à Barcelone, ou qui l’obligent à se remarier rapidement avec un membre de la même corporation. D’une part, dans les articles d’Àngels Solà Parera et de Corine Maitte, nous retrouvons tous les aspects contradictoires d’une condition à la fois d’autonomie et de fragilité, tels qu’ils ont été mis en évidence par de nombreuses recherches des dernières décennies7 ; d’autre part, sont mis en lumière des aspects jusqu’à présent relativement peu étudiés, comme les conséquences de la durée souvent courte du veuvage chez les femmes du milieu artisanal propriétaires d’une boutique. Les mécanismes du fonctionnement de la boutique artisanale sont ainsi mis en rapport avec le cycle de vie des acteurs et avec le poids des relations conjugales.

  • 8 Crowston 2001.
  • 9 Sabean 1998 ; Sabean, Mathieu, Teuscher 2007 ; Lanzinger 2015.
  • 10 Crowston 2008.

7En reconnaissant aux veuves le droit de prendre la place du maître de métier, les règlements corporatifs consacraient en même temps le rôle protecteur du père de famille et chef d’atelier, au-delà de sa propre existence. C’est aussi ce rôle et une organisation familiale de la production que les maîtres artisans avaient voulu préserver en s’opposant à l’abolition des corporations, à la fin du XVIIIe siècle, par exemple, dans le cas français, lors des réformes de Turgot8. Et pourtant, l’ancienne organisation de la production à base familiale, fondée sur le travail non rémunéré des membres de la famille et sur les mêmes hiérarchies de genre et de génération, a survécu à la fin de l’Ancien Régime et à l’abolition des corps de métier. Nous la retrouvons à Barcelone au XIXe siècle, dans l’industrie de la soie, où, selon Juanjo Romero Martín, on observe une accentuation du caractère familial de la production. Du reste ceci est vrai également pour d’autres contextes européens d’un long XIXe siècle s’étalant largement sur le siècle suivant. Dans les régions où le processus d’industrialisation prend les formes de la petite industrie diffuse, le rôle (y compris économique) de la famille et le la parenté, loin de s’affaiblir, s’est au contraire renforcé9. En parallèle on assiste à une « patrimonialisation » du métier, c’est-à-dire à sa transformation en une propriété transmissible à l’intérieur de la famille. Il s’agit en fait d’une évolution de très longue durée, commencée au début de l’âge moderne, et toutefois, contrairement à ce qu’on a pu affirmer, jamais linéaire et unidirectionnelle. Des mouvements d’ouverture et fermeture des corps de métier scandent l’histoire de l’artisanat européen, notamment en ce qui concerne les femmes, et ceci en dépit de ce qu’on a appelé la « thèse du déclin » selon laquelle les femmes auraient été progressivement expulsées des métiers organisés et des métiers tout court à l’époque moderne10

  • 11 Frader 2008. Des nombreuses études ont recemment demontré que la curbe en U des taux de participat (...)
  • 12 Sabel, Zeitlin 1997.

8De même, l’industrialisation ne s’accompagne pas uniformément de l’affirmation du modèle du male breadwinner, de l’homme gagne-pain salarié11. Les innombrables exemples proposés par les recherches sur les alternatives historiques au modèle fordiste illustrent la gamme infinie des apports à l’entreprise familiale des collaborateurs familiaux, principalement des femmes et des enfants12.

9L’article d’Anna Badino sur les entreprises familiales à Turin entre les années 1960 et 1980 permet de mettre au jour des similitudes surprenantes entre des contextes géographiques et historiques très éloignés. Elle attire notre attention sur la longue durée de l’invisible centralité des femmes dans les entreprises familiales. Le cas de la sicilienne Renza est, de ce point de vue, particulièrement éclairant. Émigrée à Turin en 1968 avec son mari, ouvrier à la Fiat et homme violent qui ne s’occupe pas de sa famille, grâce à sa capacité entrepreneuriale elle arrive à acheter une pizzeria et par la suite un restaurant plus grand. Véritable architecte du succès familial, étant analphabète elle n’apparaît pourtant pas dans les sources. Le titulaire des entreprises qu’elle a créées, est toujours son mari.


10Protagonistes de la deuxième partie de ce recueil sont les apprentis, des jeunes qui, dans la plupart des cas, ne sont pas liés par des relations de parenté avec le maître qui les héberge, qui participent au travail de l’entreprise et sont assimilés de fait à des membres de la famille.

  • 13 Sur l’adoption (théoriquement interdite) dans l’Europe médiévale et moderne, cf. Corbier 1999 ; Ga (...)

11L’apprentissage, principal moyen de transmission des savoirs et des connaissances techniques dans les sociétés d’Europe médiévale et moderne, apparaît dans l’article de Christiane Klapisch-Zuber sous la forme d’une relation de parenté choisie, au point que l’apprenti arrive à perdre son patronyme, substitué par celui de son maître. Nous sommes dans un milieu particulier, celui des peintres et sculpteurs de la Renaissance italienne, où la relation d’hommage et de dépendance symbolisée par le changement de nom comporte une contrepartie importante : la transmission des secrets d’un métier qui a acquis une reconnaissance sociale inédite. Le problème se pose quand la relation de parenté fictive créée entre l’apprenti et le maître autorise ce dernier à ne pas rémunérer son élève, car un père n’est jamais obligé de stipuler un contrat d’apprentissage avec son fils ni de lui payer un salaire. Il est difficile d’écarter l’hypothèse que certaines de ces adoptions étaient dues à l’intérêt économique que le maître sans doute tirait de la transformation de son apprenti en fils adoptif. Klapisch-Zuber fournit à ce propos des exemples où indéniablement il y a exploitation par le recours à l’adoption. Si le cas des artistes rend manifeste que la limite entre apprentissage et adoption peut être très floue, tout contrat d’apprentissage recèle en puissance cette même ambiguïté, exprimée par les formules « comme un bon père » ou « une bonne mère » de famille fréquemment présentes dans les contrats13.

  • 14 Cf., dans une bibliographie en plein essor, au moins Minns, Wallis 2013.
  • 15 De Munck, Kaplan, Soly, 2007 ; Bellavitis 2006.

12La rémunération de l’apprentissage pose des problèmes spécifiques, qui peuvent se résumer dans l’opposition entre l’apprentissage comme moyen d’éducation, ce qui impliquerait que le maître soit rémunéré, comme le sont les maîtres d’école, et l’apprentissage comme moyen pour le maître artisan d’exploiter des travailleurs jeunes et inexpérimentés, en les sous-payant. Si, dans le cas de l’Angleterre, la rémunération du maître, ou de la maîtresse, semble être la règle générale pour tout métier, dans d’autres villes et régions européennes les pratiques semblent plus variées14. Une polarisation Europe du Nord / Europe du Sud, parfois mise en avant, ne semble pas toujours résister à la vérification des faits, du moins pour l’époque moderne, même si elle n’apparaît pas dépourvue de tout fondement. Toutefois, plutôt qu’une simple polarisation géographique il s’agit, semble-t-il, d’une différenciation entre, d’une part, des régions et des métiers dans lesquels la transformation capitaliste des entreprises et la concentration de la force de travail et/ou la prolétarisation de la main d’œuvre ont été précoces (même sans qu’il y ait ensuite une véritable industrialisation), comme c’est le cas de l’Italie médiévale, et, d’autre part, des régions et des métiers dans lesquels ces processus n’ont pas eu lieu, ou ont eu lieu beaucoup plus tardivement, et avec des caractéristiques différentes. Ainsi, à Anvers comme à Venise, dans les métiers très spécialisés, comme la peinture, ou qui transforment des matières premières particulièrement précieuses, comme l’or ou les diamants, c’est l’apprenti – ou plutôt sa famille – qui paye le maître, mais, dans d’autres métiers, l’apprenti reçoit un salaire qui parfois est progressif, et augmente en fonction de l’expertise et des compétences acquises, sans oublier les cas où il peut être seulement logé et nourri par son maître. Cela vaut pour les garçons comme pour les filles15.

  • 16 Giret, Issehnane 2010.
  • 17 Bellavitis 2006.

13La définition de ce salaire dans l’art de la laine de Padoue et de Florence au XVIe siècle est ici interrogée par Andrea Caracausi, qui, en se fondant surtout sur des sources judiciaires, en arrive à la conclusion que le salaire est défini au cas par cas, non pas seulement selon les différents métiers, mais en fonction des capacités de chacun à apprendre et à devenir rapidement productif. Dit autrement, à côté des différences entre régions, villes et métiers il faut prendre en compte également celles entre individus. Cette hypothèse a au moins deux conséquences : la première, déjà mise en évidence par d’autres études, c’est que le champ de la négociation entre individus est très large et ne peut pas être entièrement réduit à un arbitrage dans le cadre des normes corporatives ou d’une quelconque forme de « négociation collective » (avant la lettre…), la deuxième, que le contrat d’apprentissage arrive à la fin d’une période pendant laquelle des relations préalables entre futur maître et futur apprenti ont été tissées et peut-être bien même à la conclusion d’une période d’essai. C’est toute la question de la fonction des corps de métier dans la régulation du marché du travail qui est ici posée, de même que celle de la possibilité, pour les apprentis, d’accéder au métier, à la fin d’un contrat d’apprentissage. Les maîtres lainiers qui se déplacent dans les boutiques des collègues pour voir des jeunes au travail et pour « faire leur marché » s’apprêtent en réalité à embaucher des jeunes travailleurs qui enchaînent des contrats d’apprentissage se succédant les uns aux autres, un peu comme c’est le cas aujourd’hui dans le système des stages qui, pour les jeunes, tendent à remplacer des véritables contrats de travail16. Caracausi suggère que les contrats impliquant une plus longue durée de l’apprentissage étaient signés avec les apprentis plus jeunes, moins productifs que les plus âgés. Cependant, dans le cas de Padoue, les sources disponibles ne permettent pas de connaître les âges des apprentis et donc d’arriver à établir avec certitude les conséquences de cette variable sur la durée des contrats et sur le montant du salaire, alors que, par exemple, dans le cas de Venise, à la même époque, on peut affirmer que, le plus souvent, un apprenti jeune aura un contrat de plus longue durée17.

14De même qu’à Padoue au XVIe siècle, aussi à Rouen au XVIIIe, le contrat d’apprentissage n’est pas stipulé entre des inconnus, bien au contraire. Beatrice Zucca Micheletto démontre que les contrats sont stipulés peu de temps après l’admission du maître ou de la maîtresse dans le corps de métier et viennent de fait régulariser une relation de travail et dépendance préexistante. Si les règlements des corps de métier, dans la plupart des cas et des villes, ne précisent pas, ou très rarement, durée et contenu de l’apprentissage, ils sont en revanche souvent très explicites sur l’obligation faite à l’apprenti de ne pas quitter son maître avant la fin du contrat. Le souci d’éviter des attitudes opportunistes ne découle pas simplement du devoir, commun à toute institution, d’imposer le respect de règles de comportement, mais il s’agit, beaucoup plus concrètement, de permettre aux maîtres de rentabiliser la force de travail de ceux et celles à qui on a transmis des connaissances et des secrets de fabrication.

  • 18 Romano 1996 ; Bellavitis 2006. Une préoccupation qui a donné origine à des sources tout à fait exc (...)

15Toute la complexité de la relation d’apprentissage dans la société médiévale et moderne se retrouve dans ces règlements, que les tribunaux corporatifs et les institutions urbaines font respecter avec plus ou moins d’efficacité. Si ces interdictions et obligations se retrouvent fréquemment dans les lois des corps de métier et des villes, depuis le Moyen Âge, la mobilité des apprentis et des jeunes travailleurs dépend aussi de conjonctures spécifiques. Ainsi, à Turin, au XVIIIe siècle, époque pendant laquelle Beatrice Zucca Micheletto identifie une « exaspération » dans les rapports de travail, une figure professionnelle spécifique, le « bidello », était censée surveiller la conduite des jeunes travailleurs et apprentis dans certains métiers. Dans le cas de Venise, la réglementation extrêmement précoce de l’apprentissage, non pas au niveau de chaque corporation, mais au niveau du gouvernement central, et qui remonte au XIIIe siècle, était en bonne partie consacrée à sanctionner les fuites des apprentis, ainsi que celles des domestiques18.

16À Vienne, au XVIIIe siècle, 40% des apprentis tisserands de soie ne terminaient pas leur apprentissage, alors que c’était le cas de seulement 14% des apprenties. Cette différence est expliquée par Annemarie Steidl par le fait que la période d’apprentissage prévue pour les filles était beaucoup plus courte (entre 2 et 4 ans) que celle qui était prévue pour les garçons (jusqu’à 6 ou 7 ans), même si, à Vienne aussi, beaucoup se décidait au cas par cas en fonction de l’âge et du développement physique, voire du poids des jeunes. La raison de cette différence dans la durée, à l’intérieur d’un même métier, était due à l’écart salarial entre hommes et femmes, car maintenir des jeunes garçons en apprentissage le plus longtemps possible permettait de ne pas les payer comme journaliers (dont les salaires étaient plus hauts) ce qui, en même temps, ne pouvait que les stimuler à s’enfuir pour chercher ailleurs un travail mieux payé. Pour les jeunes femmes les contraintes étaient plus lourdes à cause de la segmentation du marché du travail urbain. La soie était le seul métier dans lequel les filles pouvaient suivre un apprentissage et trouver par la suite un travail qualifié, elles avaient donc moins de choix que leurs collègues de sexe masculin.

  • 19 Ago 1992.

17Si les filles et les garçons travaillaient côte à côte, ainsi que les femmes et les hommes, dans les boutiques des artisans et dans les entreprises familiales, faisant fréquemment les même choses (la division du travail étant souvent limitée, tout particulièrement dans les entreprises très petites), les parcours de vie, les « carrières », les niveaux et les formes de rémunération des uns et des autres se révèlent encore une fois très différenciées à cause de normes culturelles qui n’ont rien à voir avec les capacités de travail individuelles. C’est évidemment les cas des femmes, souvent condamnées à travailler dans l’ombre, dont les capacités, gagnent en visibilité surtout dans les situations de crise des équilibres familiaux et dans les phases de rupture ou de passage, comme on l’a vu dans le cas du veuvage ou de la stipulation de contrats avec des tiers. Les contributions recueillies dans ce volume montrent, avec une évidence toute à fait particulière, la nature hiérarchique et le potentiel en termes d’exploitation de la famille-entreprise. On arrive à dévoiler cette « nature » seulement si on aborde l’étude des entreprises familiales en les analysant à partir des expériences concrètes et singulières de ses différents acteurs plutôt qu’en les considérant comme des communautés indifférenciées. C’est surtout en nous efforçant de comprendre la position, les attributions, les chances de mobilité, les expériences des membres subordonnés – par la loi et la morale – à l’autorité du chef de famille selon des clivages de genre et génération, qu’on peut s’approcher d’une évaluation correcte de cette nature. Les cas des apprentis peintres « adoptés » comme fils pour éviter de leur payer un salaire ou les contrats d’apprentissage qui normalement établissent de renvoyer l’apprenti après quelques jours de maladie ne révèlent pas seulement les limites des prétendues solidarités familiales, mais aussi leur instrumentalisation. Lorsque des conflits assez significatifs pour que les sources nous permettent d’en saisir au moins en partie l’ampleur surgissent, il est possible d’entrevoir des histoires de l’économie familiale faites de négociations, rivalités, violences, exploitations, fuites. Mais il est vrai également qu’on découvre ainsi des véritables solidarités et des « jeux d’équipe », pour élargir aux entreprises familiales une formule proposée par Renata Ago à propos des comportements des familles de la noblesse19. Au-delà des intérêts et des buts partagés, les formes de coopération intrafamiliale qu’on aperçoit en filigrane des choix économiques sont manifestement aussi le fruit de sentiments qui soudent les liens au sein de la famille. Même sans aborder ici le vaste thème de l’affectivité inhérente aux obligations familiales, tout cela nous interroge sur le mélange, tout à fait spécifique, de collaboration consentie et pouvoir asymétrique qui se développe au sein des familles-entreprises. Question toujours cruciale lorsqu’on constate que certaines asymétries et formes d’exploitation perdurent de nos jours dans des sociétés pourtant égalitaires et démocratiques, a priori désormais très éloignées des sociétés médiévales et de l’Ancien Régime, statutairement inégales, dont les études ici réunies offrent des aperçus marquants. La longue durée confirme ainsi toutes ses potentialités comme outil de travail pour une histoire de la famille « à part entière ».

Top of page

Bibliography

Ago 1992 = R. Ago, Giochi di squadra : uomini e donne nelle famiglie nobili del XVII secolo, dans M. A. Visceglia (dir.), Signori, patrizi, cavalieri in Italia centro-meridionale nell’Età moderna, Rome-Bari, 1992, p. 256-264.

Ågren, Erickson, 2005= M. Ågren, A. L. Erickson (dir.), The marital economy in Scandinavia and Britain, 1400-1900, Aldershot-Burlington, 2005.

Badino 2011 = A. Badino, Tutte a casa? Donne tra migrazione e lavoro nella Torino degli anni Sessanta, Rome, 2011.

Bellavitis 2006 = A. Bellavitis, Apprentissages masculins, apprentissages féminins à Venise au XVIe siècle, dans Histoire Urbaine, 15, 2006, p. 49-73.

Borderías 2013 = C. Borderías, Revisiting women´s labor force participation in Catalonia (1920-1936), dans Feminist Economics, 19, 2013, 4, p. 224-242.

Cavallo, Warner 1999 = S. Cavallo, L. Warner (dir.), Widowhood in Medieval and Early Modern Europe, New York, 1999.

Colli 2003 = A. Colli, The history of family business. 1850-2000, Cambridge, 2003.

Corbier 1999 = M. Corbier (dir.), Adoption et fosterage, Paris, 1999.

Crowston 2008 = C. Crowston, Women, gender and guilds in Early Modern Europe : an overview of recent research, dans J. Lucassen, T. De Moor, J. L. van Zanden (dir.), The return of the guilds, dans International Review of Social History Supplements, 53, p. 19-44.

Crowston 2001 = C. Crowston, Fabricating women. The seamstresses of Old Regime France, 1675-1791, Durham, 2001.

Daumas 2003 = J.-C. Daumas, À propos du capitalisme familial, dans Id. et al. (dir.), Le capitalisme familial : logiques et trajectoires, Besançon, 2003.

De Munck, Kaplan, Soly 2007 = B. De Munck, S. L. Kaplan, H. Soly (dir.), Learning on the shop floor. Historical perspectives on apprenticeship, New York-London, 2007.

Delille, Woolf 1987 = G. Delille, S. J. Woolf (dir.), Travail et famille dans l’Europe préindustrielle dossier dans Mélanges de l’École française de Rome Moyen Âge-Temps modernes, 99, 1987, 2, p. 827-1125.

Frader 2008 = L. L. Frader, Breadwinners and citizens : gender in the making of the French social model, Durham-Londres, 2008.

Garbellotti, Rossi 2012 = M. Garbellotti, M. C. Rossi (dir.), Pratiche dell’adozione in età bassomedievale e moderna, dossier dans MEFRIM, 124-1, 2012, URL : http://mefrim.revues.org/80.

Garbellotti 2015 = M. Garbellotti, Transferts d’enfants. Famiglie adottive e affidatarie nell’Italia di età moderna, dans Genesis, 14, 2015, 1, p. 11-32.

Giret et Issehnane 2010 = J.-F. Giret, S. Issehnane, L'effet de la qualité des stages sur l'insertion professionnelle, CEREQ Net.Doc, 71, 2010.

Goldin 1995 = C. Goldin, The u-shaped female labor force function in economic development and economic history, dans T. P. Schultz (dir.), Investment in women’s human capital and economic development, Chicago, 1995, p. 61-90.

Hirsch 1999 = J.-P. Hirsch, Les deux rêves du commerce. Entreprise et institution dans la région lilloise (1760- 1860), Paris, 1991.

Joly 2001 = H. Joly, Le capitalisme familial dans les entreprises moyennes : un déclin réversible, dans Entreprises et histoire, 28, 2001, p. 64-76.

Lanzinger 2015 = M. Lanzinger, Verwaltete Verwandtschaft. Eheverbote, kirchliche und staatliche Dispenspraxis im 18. und 19. Jahrhundert, Vienne-Cologne-Weimar, 2015.

Lemercier 2006 = C. Lemercier, Liens privés et régulation de l’économie : la famille et l’institution (Paris, XIXe siècle), dans Revue d’histoire du XIXe siècle, 33, 2006, p. 23-53.

Martini 2016 = M. Martini, Bâtiment en famille. Migrations et petite entreprise en banlieue parisienne au XXe siècle, Paris, 2016.

Martini, Bellavitis 2014 = M. Martini, A. Bellavitis (dir.), Household economies, social norms and practices of unpaid market work in Europe from the Sixteenth Century to the Present, n° monographique de The History of the Family, 19, 2014, 3.

Minns, Wallis 2013 = C. Minns, P. Wallis, The price of human capital in a pre-industrial economy : premiums and apprenticeship contracts in 18th century England, dans Explorations in Economic History, 50, 2013, 3, p. 335-350.

Pellegrin, Winn 2003 = N. Pellegrin, C. H. Winn (dir.), Veufs, veuves et veuvage dans la France d’Ancien Régime, Paris, 2003.

Romano 1996 = D. Romano, Housecraft and statecraft : domestic service in Renaissance Venice, 1400-1600, Baltimore, 1996.

Ruggiu 2010 = F.-J. Ruggiu, Histoire de la parenté ou anthropologie historique de la parenté ? Autour de Kinship in Europe, dans Annales de Démographie Historique, 2010, 1, n° 119, p. 223-256.

Sabean 1998 = D. W. Sabean, Kinship in Neckarhausen, 1700-1870, Cambridge, 1998.

Sabean, Mathieu, Teuscher 2007 = D. W. Sabean, J. Mathieu S. Teuscher (dir.), Kinship in Europe. Approaches to long-term development (1300-1900), New York-Oxford, 2007.

Sabel et Zeitlin 1997 = C. Sabel, J. Zeitlin (dir.), World of possibilities. Flexibility and mass production in western industrialization, Cambridge, 1997.

Sarti 2015 = R. Sarti (ed.), Men at home, domesticities, authority, emotions and work, n° monographique de Gender & History, 27, 2015, 3.

Sarti, Bellavitis, Martini = R. Sarti, A. Bellavitis, M. Martini (dir.), What is work? Gendered perspectives between home, family and business, à l’examen chez l’éditeur Berghahn.

Zucca Micheletto 2011 = B. Zucca Micheletto, À quoi sert la dot ? Aliénations dotales, économie familiale et stratégies des couples à Turin au XVIIIe siècle, dans Annales de Démographie Historique, 2011, 1, p. 161-186.

Top of page

Notes

1 Malgré le développement considérable connu par l’histoire de la famille depuis un démi-siècle (il suffit de penser aux études sur la household comme unité de production) à celles sur la transmission du patrimoine et la dot ou à l’impact économique du mariage tardif et du célibat, l’histoire économique s’est intéressée de manière intermittente à la dimension familiale dans les activités économiques. C’est seulement depuis une trentaine d’années que s’est développé un filon d’études abordant directement cette question. En situant l’économie familiale au centre de l’enquête, ces travaux permettent de dépasser les limites qui caractérisent à la fois les études de faits économiques socialement décontextualisés et celles d’histoire de la famille ignorant le fonctionnement des mécanismes économiques. Voir, à titre d’exemple dans une littérature florissante, Hirsch, 1999 ; Ågren, Erickson, 2005 ; Colli, 2003 ; Daumas, 2003 ; Joly, 2001 ; Lemercier, 2006 ; Martini, Bellavitis, 2014 ; Martini, 2016. 

2 Ce programme fait partie des activités de l’axe de recherche n° 4 : « Le laboratoire politique et social italien » pour la période 2012-2016. Une première publication en est issue (Martini, Bellavitis 2014) et une autre est à l’examen chez l’éditeur Berghahn (Sarti, Bellavitis, Martini). 

3 Dans une bibliographie immense, sur laquelle on reviendra par la suite, voir, à titre d’exemple et en gage de continuité, Delille, Woolf 1987.

4 Le numéro spécial de Gender and history : Men at home. Domesticities, authority, emotion and work renouvelle du point de vue de la masculinité la lecture courante de l’espace domestique comme espace assigné aux femmes (Sarti, 2015). 

5 Sur le problème des continuités et ruptures en histoire de la famille, cf. Sabean, Mathieu, Teuscher, 2007 et Ruggiu 2010.

6 Zucca Micheletto 2011.

7 Cavallo, Warner 1999 ; Pellegrin, Winn 2003.

8 Crowston 2001.

9 Sabean 1998 ; Sabean, Mathieu, Teuscher 2007 ; Lanzinger 2015.

10 Crowston 2008.

11 Frader 2008. Des nombreuses études ont recemment demontré que la curbe en U des taux de participation des femmes au marché du travail formel est une illusion statistique, liée aux défauts d’enregistrement des recensements de la population active disponibles, Goldin, 1995, Badino 2011 ; Borderías 2013.

12 Sabel, Zeitlin 1997.

13 Sur l’adoption (théoriquement interdite) dans l’Europe médiévale et moderne, cf. Corbier 1999 ; Garbellotti, Rossi 2012  ; Garbellotti 2015.

14 Cf., dans une bibliographie en plein essor, au moins Minns, Wallis 2013.

15 De Munck, Kaplan, Soly, 2007 ; Bellavitis 2006.

16 Giret, Issehnane 2010.

17 Bellavitis 2006.

18 Romano 1996 ; Bellavitis 2006. Une préoccupation qui a donné origine à des sources tout à fait exceptionnelles, telles que les 55.000 Accordi dei garzoni enregistrés auprès de la Giustizia Vecchia de 1573 à 1773 et qui font actuellement l’objet du programme international de recherche ANR/FNS Gaws. Garzoni : apprenticeship, work, society (École Polytechnique Fédérale de Lausanne, Universités de Lille 3 et de Rouen).

19 Ago 1992.

Top of page

References

Electronic reference

Anna Bellavitis, Manuela Martini and Raffaella Sarti, « Une histoire de la famille à part entière ? », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [Online], 128-1 | 2016, Online since 03 March 2016, connection on 24 September 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2433 ; DOI : 10.4000/mefrim.2433

Top of page

About the authors

Anna Bellavitis

GRHIS-Université de Rouen, IUF - anna.bellavitis@univ-rouen.fr

By this author

Manuela Martini

ICT-Université Paris Diderot-Paris 7 - manuela.martini@univ-paris-diderot.fr

Raffaella Sarti

Università di Urbino-Carlo Bo - raffaella.sarti@uniurb.it

Top of page

Copyright

© École française de Rome

Top of page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org