Navigation – Plan du site
Sources

La légation de Flavio Chigi à Paris en 1664 : mémoire et documents nouveaux (avec quelques observations sur le Journal de voyage du cavalier Bernin en France de Paul de Chantelou)

The legateship of Flavio Chigi in Paris in 1664 : new memoirs and documents (with comments on the Journal de voyage du Cavalier Bernin en France de Paul de Chantelou)
Daniela Del Pesco
p. 475-512

Résumés

Paul de Chantelou (Le Mans 1609-Paris 1694) est un amateur d’art, un collectionneur et un des premiers partisans de Poussin. Les historiens de l’art le connaissent comme l’auteur du Journal de voyage du cavalier Bernin en France, un texte riche en informations sur le Bernin, qui nous renvoie également une image puissante de la cour de France sous le règne de Louis XIV. En effet, Chantelou est avant tout un officier, un « maître d’hotel » du roi et, en cette qualité, rédige à l’occasion de la légation en France du cardinal Flavio Chigi (1664) un Mémoire officiel (BNF, ms. fr. 6143), que nous publions et commentons ici. La mission du cardinal et le voyage du Bernin sont liés tous deux aux efforts entrepris alors pour apaiser les rapports difficiles qu’entretiennent le gouvernement pontifical d’Alexandre VII Chigi et la monarchie absolue de Louis XIV. Chantelou enregistre jour après jour les événements de la légation au cours du voyage de Lyon à Paris, décrivant les lieux traversés et l’accueil reçu de la part des communautés urbaines et de la cour. Le Mémoire nous renseigne précisément sur la manière de voyager, sur les cérémoniaux et sur les rapports sociaux. En dépit de la sobriété de son langage, ce texte laisse émerger les rôles et la conflictualité qui caractérisent la lutte entre Rome et Paris pour le contrôle du pouvoir et des biens ecclésiastiques dans la France de Louis XIV. L’essai introductif vise également à souligner, à travers l’analyse des écrits de Chantelou, l’importance que mémoires et correspondances épistolaires peuvent assumer comme sources de l’histoire et de l’histoire de l’art.

Haut de page

Texte intégral

Je tiens à remercier Jean-François Chauvard, sans qui la publication de cette étude n’aurait pas été possible ; Claire Challéat, Catherine Chagneau et Claude Bisquerra pour avoir relu avec tant d’attention mon texte français. Mes remerciements vont aussi à Domitilla Cavalletti et Annie Jacques.

1Cette étude porte sur une source de premier plan, ces Mémoires que les ministres de cour ou le Roi commandaient comme comptes-rendus des missions officielles ou des visites des ambassadeurs, diplomates étrangers, hommes illustres ou artistes.

  • 1 Memoire du traitement fait par la Maison du Roy a Monsieur le Cardinal Chigi Legat a Latere en Fran (...)

2Elle souligne en particulier l’apport de deux textes écrits par Paul Fréart de Chantelou, maître d’hôtel de Louis XIV : le Mémoire redigé à l’occasion de la légation du cardinal Flavio Chigi auprès de Louis XIV durant l’été 16641 et le Journal de voyage du Cavalier Bernin en France, qui nous renseigne sur le séjour de l’illustre artiste italien à Paris, de juin à octobre 1665.

3L’analyse montrera combien le « mémoire » se révèle être un type de source très important non seulement pour l’histoire des institutions politiques, des dynamiques sociales, des structures territoriales et du cérémonial de cour, mais aussi pour l’histoire de l’art, des collections et des idées sous Louis XIV.

  • 2 C. Germ, Louis XIV et le Saint-Siège, Paris, 1894, I, p. 468, 483 ss., 497, 499 ss., 503 ss., 520 s (...)

4Les voyages du cardinal Flavio Chigi et celui du Bernin s’inscrivent dans un contexte semblable : les rapports difficiles entre la Papauté et la France, qui se détériorèrent avec la nomination sur le trône de saint Pierre d’Alexandre VII Chigi en 16552.

  • 3 Charles III de Créquy (ou Créqui) (1623-1687), duc et pair (1652), ambassadeur à Rome (1662-65) pui (...)

5Au cours du conclave, le cardinal Mazarin tenta de s’opposer de diverses façons à l’élection du cardinal siennois, peu favorable à la France au moment des négociations de la paix de Westphalie. Le Saint-Siège sera mis à rude épreuve par une succession d’événements difficiles : l’épidémie de peste à Rome en 1656, la paix des Pyrénées entre France et Espagne (1659), l’avancée menaçante des Turcs en Europe que la France ne semblait pas contraster. Les difficultés avec la France risquaient de se transformer en un conflit ouvert quand le nouvel ambassadeur de France, Charles III, duc de Créquy3, arriva à Rome le 20 août 1662 avec le but officiel de définir une alliance contre les Turcs, et celui, bien réel, de défendre la politique de Louis XIV : contrôler sur le territoire français tant la nomination du clergé que les revenus fiscaux des biens ecclésiastiques.

  • 4 B. Neveu, «Regia fortuna» : le palais Farnèse durant la seconde moitié du xviie siècle in Le palais (...)

6Le 20 août 1662 les Français revendiquèrent la juridiction de la zone autour du palais Farnèse, résidence de l’ambassadeur, empêchant aux soldats de la Garde corse du pape d’accomplir leurs fonctions. En réponse à l’offense des Français, les gardes encerclèrent l’ambassade et tirèrent avec leurs arquebuses, faisant plusieurs morts et blessés, dont un des pages du duc4. Il s’agissait d’un prétexte pour infliger une lourde humiliation au pontificat d’Alexandre VII : l’ambassadeur rapporta l’événement au roi comme une ignoble violation ourdie par la famille du pape et par le cardinal Imperiale, gouverneur de Rome.

  • 5 Le droit de régale avait été souvent la cause de conflits entre la papauté et les rois de France. A (...)
  • 6 Articoli accordati nel trattato fatto ivi in Pisa tra il nostro Padre Alessandro settimo per divina (...)

7Dès 1661, par ses réformes, Louis XIV avait affirmé rapidement son autorité et l’autonomie du clergé français par rapport au pape5. L’« affaire des gardes Corses » donna à Louis XIV l’occasion de manifester son attitude face à l’Église de Rome. Le nonce apostolique Coelio Piccolomini fut contraint de quitter la France qui revendiquait la possession d’Avignon et la reprise des négociations à propos de Castro et de Comacchio, terres que l’Église avait acquis depuis longtemps en les soustrayant aux Farnèse et aux Este. Le 12 février 1664 fut signée la paix de Pise qui imposait de très dures conditions à Alexandre VII6.

  • 7 Articoli accordati... cit.

8D’après les accords, Don Mario Chigi, frère du pape, devait se déclarer étranger à l’incident, le cardinal Imperiale devait se rendre en France pour présenter ses excuses, tandis que la famille et les ministres du pape devaient accueillir solennellement à Rome le duc et la duchesse de Créquy. Une amnistie aurait été accordée à ceux qui auraient pris leur défense. L’incapacité des gardes corses de servir l’Église devait être déclarée publiquement : une Pyramide, dite « de la vergogna », allait être bâtie face à leur caserne à la mémoire de l’injure faite à la France. Enfin, Avignon aurait été restitué au pape « immediatamente doppo che il legato haverà veduto sua maestà »7.

  • 8 C. Conforti, Dimore estensi a Roma nei secoli del barocco, dans G. Cantone (dir.), Centri e perifer (...)

9Castro et Ronciglione furent rendus après paiement au duc de Parme ; Comacchio demeura dans les domaines de l’Église, et aux ducs de Modène fut accordé le « giuspatronato » sur l’abbaye de Pomposa. Les Este auraient touché une somme d’argent (300000 écus) ou reçu « un palazzo di simil somma in Roma » ; ils obtinrent en effet le palais Este alla Pigna, près du Panthéon8. Un article des accords prévoyait qu’un légat porte à Louis XIV les excuses du pape, indiquant très précisément les mots à prononcer lors de l’audience officielle accordée par le roi :

  • 9 Articoli accordati... cit.

Sire, la santità sua ha havuto sentimento, e rammarico grandissimo de’ sfortunati accidenti che sono occorsi dispiacendoli à maggior segno, l’occasione di disgusto di vostra maestà assicurandola, che non è stata mente di S.Stà che la M.tà vostra sia offesa, ne il sig. duca di Crequy suo Ambasciatore ; desiderando sua S.tà che per l’avvenire passi una buona corrispondenza trà ambe le parti, come è stata sempre, e io in mio nome particolare, testimonio con ogni più rive-rente divotione a vostra maestà il godimento che io, con questo mezo, si apra l’adito di poter far conoscere alla M.tà vostra, con gli atti più humili e sinceri del mio ossequio quanta sia la veneratione che io e tutta la mia casa porta al nome glorioso di V.ra M.tà, con quanta fede, et ambitione professi ogni legge più vera di servitù alla real persona di V.ra M.tà, e quanto siano stati lontani da sentimenti nostri gli accidenti occorsi in Roma e con quanta amarezza habbia udito che io e la mia Casa siamo stati gravati d’opinioni si sinistre e lontane da quelle riverenze e divotioni, che professiamo et havemo particolar devotione, desiderio, et ambitone di professare a V.M.tà. Anzi, se io, e la mia Casa havessimo havuto minima parte nell’attentato delli 20 agosto, ci stimaressimo immeritevoli del perdono, che havessimo voluto, e dovuto domandare alla M.tà vostra, supplicandola à credere, che queste parole, e questi sensi vengono espressi da un cuor sincero, portato assieme con tutti di casa mia à venerar sempre con titolo di devotione vera la M.tà Vostra9.

  • 10 Flavio Chigi fut nommé legato a latere aupès de la Cour de France le 24 mars 1664 : BAV, Vat. lat. (...)
  • 11 Après l’audience du légat à Fontainebleau, le 29 juillet 1664, Don Mario Chigi put rentrer à Rome.

10Le cardinal Flavio Chigi, fils de Mario Chigi et neveu du pape, reçut la croix de légat le 23 avril 166410 et le 5 mai partit pour la France présenter les « excuses officielles »11 (fig. 1).

  • 12 D. Bernini, Vita del Cavalier Gio. Lorenzo Bernino descritta da Domenico Bernino suo figlio, Rome, (...)
  • 13 Voir D. del Pesco, Il Louvre di Bernini nella Francia di Luigi XIV, Naples, 1984.

11Néanmoins, dès le mois de mars 1664, juste après la signature le 12 février du traité de Pise, s’établit une correspondance entre Colbert et Bernin au sujet des projets pour le Louvre. Le 4 mai, Bernin fut chargé de dessiner la façade du palais face à l’église de Saint-Germain-l’Auxerrois. Un premier dessin fut envoyé à Paris le 24 juin et réceptionné le 25 juillet, pendant la légation de Flavio Chigi. Un deuxième projet fut envoyé de Rome en janvier 1665. Le 23 avril 1665 Alexandre VII décréta « ut per tres menses praesentiam istic [en France] dilecti filii equitis Bernini concedemus »12 et le 2 juin Bernin arrivait à Paris13. Ces événements suggèrent les liens entre le traité de Pise, la légation Chigi en France de 1664 et le séjour du Bernin à Paris en 1665.

Les mémoires de la légation du cardinal Flavio Chigi en France (1664)

  • 14 Diario del viaggio dell’E.mo Sig. Card.Chigi [legato a Latere] da Civitavecchia a Marsiglia, Sienne (...)

12De nombreux documents conservés en Italie et à Paris nous permettent de suivre le déroulement de la légation du cardinal Chigi en France. S’il est ainsi possible confronter les informations fournies par ces textes, de typologies et de longueurs différentes14, les événements politiques à l’origine de ce voyage n’y sont toutefois presque pas abordés.

Fig. 1 – N. de Larmessin, Portrait du cardinal Chigi, A Paris chez P. Bertrand, Rue S.t Jacques, à la Pomme d’Or, proche S.t Severin. Avec Privilège du Roy [1664], BnF, Département des estampes et de la photo-graphie, Collection Michel Hennin 4222.

  • 15 Tel est le titre du Mémoire BNF, ms.fr. 6143, ff. 1-39. Des copies manuscrites presque identiques d (...)

13Le Mémoire Chigi de Paul de Chantelou est un véritable « mémoire de service », rédigé rapidement afin de mémoriser « le traitement fait par la maison du Roi à Monsieur le cardinal Chigi, Légat a latere en France »15 du 21 mai au 14 août 1664. Il se compose de 72 pages qui nous renseignent sur les itinéraires et les activités officielles de la légation italienne enregistrés dans les « archives » du règne de Louis XIV.

  • 16 BAV, Chigi, E. II. 38 (ff. 297 du 23 avril au 12 août 1664). Des passages de ce Mémoire ont été uti (...)

14Côté italien, la Relazione del viaggio fatto dall’ill.mo Sig. Card.e Chigi de Sebastiano Baldini, qui faisait partie de la suite du cardinal et se définit lui-même comme « romano diarista », nous donne de précieuses informations sur les cérémonies, les personnages, les habits, mais aussi sur les paysages et les monuments visibles le long du voyage16.

  • 17 BNF, ms.it. 1271 (ff. 30r-145r). Ce mémoire s’ouvre à la date du 5 mai 1664 et se conclut le 9 octo (...)

15Le mémoire rédigé par Monseigneur Francesco Ravizza, commissaire de la Chambre Apostolique et auditeur de Monsieur le Légat, est le plus riche en informations concernant les aspects diplomatiques de la mission. Ravizza, que Chantelou décrit comme la « personne en qui il [le légat] a le plus de confiance », orchestre les accords diplomatiques entre le pape et Louis XIV et négocie notamment l’entrée solennelle du cardinal Chigi à Paris. Le récit de Ravizza se signale aussi par les descriptions des lieux traversés pendant le voyage et des prestigieuses demeures visitées dans les alentours de Paris17.

  • 18 BAV, Chigi, E. II. 35 (153 ff., du 7 mai au 30 août 1664).

16La mission est aussi documentée par le Registro della Legatione di Francia dell’Emin.mo Cardinale Chigi18, un recueil des documents reçus et des lettres envoyées par le cardinal Chigi au secretaire d’État du Pape, Monseigneur Rospigliosi, entre le 7 mai et le 30 août 1664. Ces documents révèlent les rapports du cardinal avec la cour de France et l’organisation des audiences royales à Fontainebleau. Y sont également consignés les accueils des communautés et des notables des villes traversées par la légation. Les remarques personnelles du cardinal Chigi se limitent à signaler les difficultés du voyage.

  • 19 Dans le Registro il y a aussi les rapports rédigés par Monseigneur Francesco Ravizza, notamment la (...)
  • 20 Pourtant dans le mémoire de Baldini (BAV, Chigi E. II. 38) on ne trouve pas le rapport du séjour du (...)
  • 21 Dans BNF, ms. it. 1271 on remarque les interruptions du rythme quotidien du récit à l’occasion des (...)

17Le Registro19 suit le rytme irrégulier et périodique des « dispacci », tandis que le Mémoire Chigi de Chantelou, la Relazione de Baldini20 et le texte de Ravizza adoptent un rythme quotidien21.

  • 22 Le mémoire de Baldini comprend le Ruolo di tutta la comitiva e famiglia condotta dal card. Flavio C (...)
  • 23 Francesco Piccolomini, fils de Virginia Piccolomini Chigi, sœur de Mario, Fabio et d’Augusto Chigi (...)
  • 24 BNF, ms.fr. 6143, 7 juin; pour les données biographiques de ces personnages, voir les notes au Mémo (...)

18Grâce à Baldini nous apprenons que la légation était composée de 179 personnes22, parmi lesquelles Sigismondo Chigi, « gentilhomme » neveu du Pape, le jeune marquis Francesco Piccolomini23, Monseigneur Alessandro Colonna, protonotaire, et Monseigneur Vitaliano Visconti, dataire, destiné, après la mission, à devenir nonce en Espagne. Bonaccorso Bonaccorsi est le « majordome » de la légation, Mons. Carlo Roberti Vittori, « segretario di Stato », fut le premier nonce apostolique en France après la crise de 166224.

  • 25 En 1665, Canini travaillait dans le palais du cardinal à Rome (SS. Apostoli) et en 1666 à Formello (...)
  • 26 A. Pampalone, Dizionario Biografico degli Italiani, sub voce; S. Prosperi Valenti Rodinò, Canini en (...)

19Participait également au voyage Giovanni Angelo Canini (1609-1666), un artiste très apprécié du cardinal Chigi25 qui s’était formé dans l’entourage du Dominiquin, de Passeri, et des antiquaires romains tels que Bellori et avait été choisi pour sa pratique du dessin, pour représenter les sites traversés pendant le voyage26.

20Côté français, Paul de Chantelou, maître d’hôtel de la Maison du Roi, prenait directement les ordres du duc d’Enghien, Henri-Jules III de Bourbon, Grand Maître du Roi, nommé justement en 1664 chef des 171 membres du service personnel de Louis XIV. Henri-Jules était le fils du Grand Condé, le général vainqueur des Espagnols à la bataille de Rocroi.

21Monsieur le Prince, duc d’Orléans et frère de Louis XIV, le représentait lors de l’accueil du cardinal Chigi à Fontainebleau. Le marquis de Villeroy, chef de l’armée, fut consulté pour certaines détails de l’accueil. Le marquis Charles de Montausier et Monsieur de Bellefonds accueillirent l’hôte italien dès son arrivée à Lyon. Monsieur de Bellefonds occupait la fonction de Premier Majordome du roi, qui, dans le personnel de cour, venait tout de suite après celle du Grand Maître. Charles de Montausier de Saint-Maure (1610-1690), Maréchal de camp et chevalier des ordres du roi, était l’accompagnateur officiel chargé de rester aux côtés du cardinal. C’était un homme de cour et de culture, dont Molière s’inspira pour le personnage principal du Misanthrope. Il fréquentait l’hôtel de Rambouillet et dédia à sa femme, Julie d’Argennes, le recueil de poésies La Guirlande de Julie. D’après les Mémoires Chigi nous savons que Julie, alors gouvernante de M. le Dauphin, participa avec son mari à l’accueil du cardinal.

  • 27 Les 19 dessins de Canini illustrant les étapes de la légation Chigi sont conservés à la BAV, Chigi (...)
  • 28 B. Cacciotti, La collezione di antichità del cardinale Flavio Chigi, Roma, 2004.

22Les Mémoires italiens décrivent le voyage de Flavio Chigi à partir de de Civitavecchia ; les dessins de Canini illustrent le parcours le long des côtes de la Méditerranée des cinq galères qui transportent la légation de Civitavecchia à Marseille27, puis les sites sur la route de Marseille à Nemours, où la légation arrive le 26 juin. Canini dessine ponctuellement les sites archéologiques satisfaisant ainsi le goût du cardinal, collectionneur de statues antiques (fig. 2)28.

23L’étude du Mémoire de Chantelou confronté avec les autres ouvrages du genre et les dessins de Canini, révèle la structure et la teneur de ce document encore inédit.

  • 29 Le dessin de Thomas Blanchet de la porte triomphale aménagée à l’occasion de l’entrée du Légat se t (...)
  • 30 BAV, Chigi E. II. 38, f. 129v. Tarare est à 25 km de Lyon.
  • 31 Saint-Symphorien-de-Lay est à 53 km de Lyon.
  • 32 BAV, Chigi E. II. 38, f. 138-139. Roanne est à 87 km à nord-ouest de Lyon.

24Le récit de Chantelou commence le 21 mai 1664 lorsque la nouvelle du débarquement du cardinal à Marseille parvint à Fontainebleau où le roi résidait alors avec sa cour. Le 29 mai, les personnes de la Maison du roi, chargées d’accueillir les hôtes italiens, quittèrent Fontainebleau et se dirigèrent vers le sud. Le 6 juin ils atteignaient Lyon, où la légation italienne était arrivée le 31 mai29. Le légat était impatient de poursuive son voyage et, le 6 juin, confiait à Chantelou : « io me ne anderei piuttosto a mie spese ». On lui fit remarquer alors que s’il partait le lendemain il ne recevrait pas les honneurs qu’il méritait et qu’il vallait mieux partir deux jours après. Chantelou envoya un courrier à La Besle (L’Arbresle) pour faire préparer le déjeuner du lendemain à Tarare, « luogo posto in fondo di molti monti che lo circondano »30, où le cardinal arriva le samedi 7 juin. Le 8 juin, le voyage poursuivit à cheval jusqu’à Saint Saphorin31 et le lendemain la légation arriva à Roanne, sur les bords de la Loire, où fut préparé « un bateau avec les provisions avec un controlleur et un chef de chaque service ». Le voyage se poursuivit en remontant la Loire en bateau, comme l’écrivit Baldini, « sendo alla man manca il Borbonese, et alla dritta la Borgogna, questa e quella circondano il fiume con colli amenissimi »32.

Fig. 2 – Giovan Paolo Canini, Antichissima piramide posta fuori della città di Vienna. Vienna del Rodano, BAV, ms. Chigi F.VIII.191, f. 41r.

  • 33 Marcigny, en Bourgogne, à 25 km de Roanne.
  • 34 Digoin, à 131 km au nord de Lyon.
  • 35 BNF, ms.fr. 6143, f. 9.
  • 36 BAV, Chigi E. II. 35, f. 45v (lettre du 14 juin de Nevers).
  • 37 Bourbon-Lancy en Saône-et-Loire.
  • 38 BAV, Chigi E. II. 38, f. 162v.

25Le 10 juin, la légation arrivait à Marsigny33, où Son Excellence logea chez les Récollets, « plus prez du port » ; le 11, à Digoin34, le cardinal se promena et prit son repas en public35. Dans une lettre à Mons. Rospigliosi le légat écrivait au sujet de Marsigny et de Digoin : « non hanno quelli habitanti potute fare gran dimostrazioni per essere molto poveri et angusti in modo che alla maggior parte de’miei toccò d’habitare nelle case di paglia »36. Le 12 juin, jour de la Fête-Dieu, eut lieu « l’arrivée au port de Bourbonlancy »37, localité thermale très renommée depuis l’antiquité pour les Aquae Nisenae. « Borbone è situato sopra un monticello dal quale si gode la vista delle belle campagne e dei castelli convicini »38, note Monseigneur Baldini. L’accueil prévoyait une audience et la bénédiction des habitants, mais le moment fort du séjour fut la « visite aux fontaines d’eau chaude et bains ». Canini en fit une esquisse, jointe aussi au manuscrit de Chantelou (fig. 3) qui la décrit ainsi :

  • 39 BNF, ms.fr. 6143, f. 8; le plan des bains est sur une page non numerotée; il se touve aussi à la BN (...)

la construction est magnifique et solide, et de la manière dont batissoient les Romains avec des grands quartiers de pierre, dont les liaisons ne paroissent presque point. Il y a divers bassins de fontaines d’eau chaude les unes plus, les autres moins ; il y a en a mesme une d’eau froide proche des chaudes. On voit de ces bassins faits tout d’une pierre, quoy qu’ils ayent cinq ou six pieds de profondeur. Quelques uns du lieu assurerent qu’ils estoient de pierre fuzille. Son Excellence jetta quelques pieces d’argent dans le bain qui est un peu separé des fontaines ; des jeunes garçons du lieu qui estoient là tous nus sur le haut du bain, se precipiterent aussy tost dedans pour les aller prendre au fond de l’eau qui est distant du haut du bassin de dix ou douze pieds. Quelques uns des Prelats et seigneurs s’y baignerent39.

26Monseigneur Ravizza écrivait quant à lui :

  • 40 BNF, ms.it. 1271, f. 63.

Sorge l’acqua ch’è di niun sapore sotto un gran sasso vivo con sette vene aggiustate in modo di pozzetti alti un’huomo col coperchio di pietra simile a’quelli de’sepolcri, eccetto uno ch’è il maggiore degli altri scoperto, di venti passi di circonferenza. È calda a’un segno, che non può tenersi dentro la mano per un’Avemaria senza scottarsi ; versa poi tiepida compotabile per condotti nel Bagno contiguo che è a guisa d’una Peschiera, rotondo e circondato da muri affinché non sia veduto chi si bagna. Si scende nel Acqua, che non cuopre un’Huomo, per una scala di gradini di legno. E doppo finito il Bagno s’entra nella stanza contigua dove sono i letti, e si compisce la cura pagandosi à tal effetto 12 scudi il giorno. Vi sono però case di legno e di gesso vicine grandi e capaci per alloggiare quei malati che vogliono trattarsi bene e spender più. La struttura dell’edificio del bagno mostra esser opra de’Romani. Alcuni riferiscono, che in tempo di Antonio vi era, et altri che furono scoperti sotto Costantino, doppo esser stati qualche secolo sconosciuti40.

  • 41 BAV, Chigi E.II. 35, f. 44v.
  • 42 Distance à laquelle une arme à feu peut lancer un projectile.

27Le 13 juin, la légation atteignait Dezize, au confluent de la rivière Aron et de la Loire. L’île sur laquelle la petite ville est bâtie offre un coup d’œil singulier et pittoresque : « le peuple en armes recut S.E. sur la greve du port ». À trois heures, fatigués « da questo tedio del fiume dopo quattro giorni di viaggio per Aqua »41, les hôtes arrivaient à Nevers en Bourgogne, où Monsieur de Vieubourg, Gouverneur de la ville, « vint au devant de S.E. et la receut à une portée de pistolet du pont42 avec la noblesse du pays au nombre de deux ou trois cent chevaux ». Le cardinal traversa le pont monumental sur la Loire dans un bain de foule ; il rendit « visite à l’eglise Cathedrale, où il fut reçu par tout le Clergé et les Religieux », qui chantèrent le Te Deum. Son Excellence donna sa bénédiction et concéda « dix années d’indulgences et dix quarantaines. De là Elle fut au chateau, où estoit son logement ». À Nevers, Baldini décrit la beauté de la cathédrale Saint-Cyr et Sainte-Juliette, les monuments funéraires de Louis (1539-1595) et Henriette Gonzague de Clèves (1542-1601) :

  • 43 Louis IV, duc de Nevers, marié à Henriette de Clèves, héritière du duché de Nevers, conseiller du d (...)

Ha questa città una bellissima Catedrale tanto dentro, quanto fuori lavorata alla gotica con un bizzarro campanile pieno di bassi rilievi. Il quadro dell’Altar maggiore è una mad.a con Bambino in marmo bianco di rilievo con altri bassi rilievi attorno con 4 colonne di porfido. A mano manca dell’Evangelio vi è sollevato in alto il deposito di Lud.co Gonzaga, e di Enrica sua moglie consistenti in 2 statue di marmo bianco, che stanno in ginocchio guardando l’una l’altra, e nella mano dritta vi sono 2 altre simili [...] sollevate di 2 palmi da terra sopra basi di marmo bianco e negro ben lavorati43.

Fig. 3 – Plan des thermes de Bourbonlancy, BNF, 6143, Cinq Cents de Colbert 175, f. 7v-8.

  • 44 BNF, ms.it. 1271, f. 64 v.
  • 45 Voyage de France. Mœurs et coutumes françaises (1664-1665), rélation de Sébastien Locatelli, prêtre (...)

28L’église fut appreciée aussi par Monseigneur Ravizza : « la detta catedrale è un vaso capace di struttura gotica, laquale ha tre navate di molta proporzione e quantità di bassi rilievi particolarmente..sopra l’altar maggiore. Vi sono tre belli sepolcri di marmo colle statue de’duchi di Mantua prima duchi di Nevers defunti »44. Le 5 novembre 1664, Sebastiano Locatelli, « prêtre bolonais », qui voyageait de Lyon à Paris, décrivait « les tombeaux des Ducs, tous en marbre blanc et en pierre de touche apportés d’Italie, naturellement à très grands frais »45. Exécuté par le sculpteur liégeois Thomas Tollet, le monument funéraire se trouvait à gauche du maître-autel et a été détruit pendant la Révolution.

  • 46 BNF, ms.it. 1271, f. 66.
  • 47 BAV, Chigi E. II. 35, f. 47v.

29Le 15 juin la légation se rendit à La Charité-sur-Loire, à 30 kilomètres au nord de Nevers. « Son Eminence alla à la Charité où elle fut reçue avec beaucoup d’appareil, les rues estant toutes tapissées et même couvertes en beaucoup d’endroits à cause de la pluie », écrit Chantelou. Le dîner fut servi dans le « réfectoire du prieuré des Bénédictins ». Le lendemain, « Son Eminence s’embarqua et arriva à Cosne », au confluent du Nohain, « che hoggi si governa sotto la direttione di Monsieur di Colbert, una delle fortezze fabricate dagli Ugonotti de quali hora vi dimorano venti famiglie »46. Dans sa lettre à Rospigliosi le cardinal évoque « la povertà et angustia del luogo »47.

  • 48 BNF, ms.it 1271, f. 68v. Pierre Séguier (1588-1672), protecteur de Charles Le Brun, acquit le châte (...)

30Le 17 juin, il est à Gien sur la Loire, selon Monseigneur Ravizza « terra assai grande, e civile spettante al Gran Cancelliere del Regno », Pierre Séguier48, chancelier de France de 1635 à 1672, où Chantelou ne remarque « aucun préparatif d’accueil ». Le 18 juin Son Éminence arrivait à Châteauneuf-sur-Loire où il s’entretint pour la première fois ave Philippe d’Orléans. Les voyageurs italiens eurent l’occasion d’admirer le château et les jardins (fig. 4) de Louis Ier Phélipeaux de La Vrillière, Secrétaire de État, que Baldini décrit comme

  • 49 BAV, Chigi E.II. 38, ff. 160-161.

un palazzo con giardino in piano, la parte che riguarda la riviera lungo mille passi andanti e largo 500. Vi si cala per una scalinata, che alla metà ha un ponte levatoio con un ripiano bellissimo, e poggioli a proposito per tenere i vasi. A mano dritta ha una civilissima boscaglia circondata da spalliere fittissime, dentro vi sono artifitiosi viali e fontane, che formano peschiere tonde. Nel mezzo di questi boschi si apre il piano del giardino, di là sei fontane sorgenti da terra...49.

  • 50 BAV, Chigi, F.VIII. 191, ff. 57v-58r, sans date, le dernier de l’album.

31Canini note sur son dessin : « Castelnuovo... di Monsù de Vigilier, secretario di stato di sua maestà »50.

  • 51 BAV, Chigi E.II. 38, ff. 163v. Le parcours sur la Loire de Roanne à Orléans (9-19 juin) est à peu p (...)
  • 52 BNF, ms.fr. 6143, ff. 15 et 16.
  • 53 Branche réformée de l’ordre franciscain, créée au xvie siècle dans l’aire franco-allemande flamande (...)
  • 54 Cette province fut fondée en 1619. Pour les commandes artistiques de Chantelou dans cette région, v (...)

32Du 19 au 25 juin, le cardinal Chigi gagnait enfin « la città d’Orleans, che fu il termine della lunga navigazione fatta in tanti giorni ..senza mangiar né i pranzi una vivanda calda »51 (fig. 5). L’accueil solennel se déroula jusqu’à l’église de la Sainte Croix ; les langues utilisées sont le latin et l’italien avec ceux qui parlent français. Le cardinal logea dans la demeure généralement destinée au roi52. Il célébra plusieurs fois la messe aux Récolletz « avec appareil grand et pompeux par la richesse de sa chapelle et autres ornements de l’église ». Les Récollets53, qui avaient déjà hébergé le cardinal à Marsigny près de Lyon, l’accueillent souvent pour célébrer la messe ou pour lui offrir l’hospitalité. Chantelou était particulièrement attaché à cet ordre et le couvent de Château-du-Loir, ville dont il est le gouverneur, faisait justement partie de la « province » de Sainte-Marie-Madeleine d’Orléans54.

Fig. 4 – Giovan Paolo Canini, Veduta di Castelnuovo (Châteauneuf), BAV, Chigi F.VIII. 191, f. 57v-58r.

Fig. 5 – Giovan Paolo Canini, Veduta di Orleans, BAV, Chigi F.VIII. 191, f. 54.

33Dans cette ville, le légat se rend aussi chez les Capucins « qui sont de l’autre côté de la rivière » – il s’agit de l’église Saint-Jean le Blanc. Il est accompagné par « un cortège de six carrosses a six chevaux, pages, valets de pied, douse chevaux de main avec leurs houssers ». Par ailleurs, « les promenades en carrosse par la ville pour en voir les plus belles rues et places publiques » sont quotidiennes : le 23 juin « sur les six ou sept heures

  • 55 BNF, ms.fr. 6143, f. 12.
  • 56 BNF, ms.it 1271, f. 77.

34S.E. fut à la promenade à la maison de M. Des-cures », maréchal des logis du Roi55. Mons. Ravizza précisait que le légat se rendit « in una villa, chia-mata Nepti due leghe lontano da Orleans spettante al Maresciallo del logi del Re [M. Déscures] dove sono lunghi viali coperti di alberi, giardini ben disposti, e si videro anche trè isole in mezzo ad un fiume detto Sorse »56.

  • 57 Pithiviers est à 48 km au nord d’Orléans et à 90 Km de Paris.
  • 58 BAV, Chigi E.II. 38, f. 179.
  • 59 BNF, ms.it. 1271, ff. 78v, 79.

35Le 25 juin la légation quittait Orléans pour Pithiviers57, au nord-est, « città di 600 in 700 fuochi.soggetta a M. d’Orleans. Vi sono molti ugonotti e massimamente i più nobili, ma non hanno qui il tempio, sendo fuori della città il quarto di una lega »58. Il faisait chaud et aucun accueil n’était prévu ; Monseigneur Ravizza nous apprend que la légation logea dans « una casa d’un particolare molto commoda di dove si godeva la vista d’un bellissimo parco e pomaro contigui. Si aspettò il pranzo più hore le quali si passarono in discorsi, e nel leggere la descrittione d’alcune fortezze d’Alemagna, le piante delle quali erano ligate in due libri trovati nell’alloggiamento »59.

  • 60 Le sieur Girault, aide des introducteurs des Ambassadeurs, tels que Monsieur de Bonneuil, est cité (...)

36Du 26 juin au 2 juillet, le cardinal séjourna à Nemours (fig. 6). Le 26, il assista à la Messe à la Grande Église, le 27, à la Collégiale Saint-Bernard. Si aucun accueil particulier ne lui avait été réservé, il recevait chaque jour de nombreuses visites des membres de la cour venus lui rendre hommage : arrivent M. de Bonneuil, Introducteur des Ambassadeurs, Girault60 son aide, maître de cérémonies, le duc François Beauvillier de Saint- Aignan qui venait de Fontainebleau, où résidaient Louis XIV et la cour, pour lui porter les compliments du roi ; l’entrevue avec le duc de Saint-Aignan, premier gentilhomme de la Chambre du Roi, dura un quart d’heure ; le cardinal reçut les hommages de la reine, de la reine mère, du prince Philippe d’Orléans, frère du roi et de la princesse, du prince de Condé et de son fils, le duc d’Enghien, tous représentés par des délégués (par le « primo caualerizzo »).

37Le duc de Saint-Aignan profita de son passage à Nemours pour aller voir sa fille au couvent de La Joye, tandis que Son Eminence faisait une « promenade le long la petite rivière de Loin ».

  • 61 Scaramouche fut une création de l’acteur italien Tiberio Fiorilli (Naples 1608 – Paris 1694), ami d (...)
  • 62 BNF, ms.fr. 6143, f. 14.
  • 63 Le chevalier de Trelon est Claude François de Marode (Merode), marquis de Trelon.
  • 64 BNF, ms.fr. 6143, f. 16.
  • 65 BNF, ms.it. 1271, f. 90 r e v.

38Le 29 juin, jour de la Saint-Pierre, Mes demoiselles de Saint-Aignan et de Béthune assistèrent au couvent de la Joie à la messe servie par Monseigneur Roberti. Son Éminence bénit les religieuses qui se trouvaient derrière la grille et reçut « un présent d’ouvrages de leurs mains ». Il déjeuna avec l’acteur Jean Dousset, « agréable dans ses naïvetés ordinaires soutenues de la présence et de l’esprit de Scaramouche61, avec qui il fit des dialogues assez agréables »62. Le 30 juin il reçut la visite du fils de Monsieur de Lionne, secrétaire d’État des Affaires Étrangères, et du chevalier de Trelon63. Le 3 juillet le légat arrive « incognito » à Fontainebleau « où [il] vit Sa Majesté, le roi estoit dans le cabinet des bains et avoit nommé seulement cinq personnes pour être présents à entretenue »64, qui dura une demi-heure. Puis le roi se retira ; le cardinal présenta ses hommages à la reine et à la reine mère et « dîne dans la galerie des cerfs avec Monsieur et Madame de Montausier, gouvernante de Monseigneur le Dauphin ». Au dîner participèrent également Monsieur de Lionne, le cavalier de Souvré, ambassadeur de Malte, Monseigneur Ravizzi et Monseigneur Bonvisi65.

Fig. 6 – Giovan Paolo Canini, Veduta di Nemur, BAV, Chigi F.VIII, 191, f. 55.

  • 66 BAV, Chigi E.II. 35, f. 98.

39Le jour suivant, Son Éminence arrivait à Vincennes où il logea jusqu’au 25 juillet dans l’appartement de Monsieur, Philippe d’Orléans, qui avait été réalisé à l’intérieur du vieux château quand le cardinal Mazarin en était le gouverneur. Les appartements du roi, de la reine et du dauphin étaient décorés de peintures de Sève, de Bourson et de Dorigny. Comme l’atteste le Registro, le légat supporta mal ce long séjour à Vincennes : « star qui tanti giorni, dove non è a gradimento che di un bosco, e di una campagna aperta, e l’uno e l’altro sono praticabili la mattina à buon hora, e la sera sul tardi per la sferza del sole, e del caldo »66.

40Dans une lettre envoyée à Monseigneur Rospigliosi le 7 juillet 1664 le cardinal Chigi signale

  • 67 Philippe-Charles d’Orléans, duc de Valois, fils de Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV, et d’Hen (...)
  • 68 BAV, Chigi E.II. 35, f. 81r e v (lettre du Cardinal Chigi, «dal bosco di Vincennes», 7 juillet 1664 (...)

le difficoltà, massime circa il mio trattamento, e ricevimento in Parigi. Mentre dopo essermi stato surrogato il Principe di Condé in luogo del sig duca d’Orléans per venire secondo il solito a ricevermi essendogli sensato questo di non poter venire (f. 81r) per non lasciar la signora duchessa sua moglie in Fontanablò per trovarsi nel nono mese della sua gravidanza67 (altrimenti non haverebbe mancato di fare il solito)... feci che, essendo l’ingresso pubblico in detta città una cosa la quale solo ridondava in honorevolezza mia, io per non pregiudicare in minima cosa alla Santa Sede, stimavo bene non portarmi a Parigi à fare detta funzione, ma solo mi bastava di andare a Fontanablò per soddisfare à quelle parti alle quali mi obbligava il trattato di Pisa (f. 82r)68.

  • 69 Ibid. Le 30 juin Chantelou note que : «chacun ayant dit que le Roy estant à Fontainebleau, il n’est (...)

41Monseigneur Ravizza se rendit plusieurs fois à Fontainebleau pour négocier l’entrée solennelle du légat à Paris : du18 au 22 juin, puis les 29 et 30 juin et enfin le 2 juillet, ce qui explique que le 3 juillet le légat put enfin se rendre chez Louis XIV à Fontainebleau. Le 11 juillet, le cardinal Chigi communique à Rome69 que l’entrée aura lieu mais pas avant le début du mois d’août ; il fallait attendre la naissance du fils du duc d’Orléans et la résolution des nouvelles difficultés liées à une indisposition du Prince de Condé et aux questions d’étiquette soulevées par le Parlement de Paris. Dès lors, le séjour du légat à Vincennes fut rythmé par les audiences, toujours plus nombreuses, de dames, de nobles, de dignitaires de la cour et des membres du clergé. Il rencontra, entre autres, l’abbé d’Harcourt, Grand Aumônier du Roi le 19 juillet, Jean-Baptiste Colbert le 4 août puis le 5 août chaque fois pendant une demi heure, Hugues de Lionne, secrétaire d’État des Affaires Étrangères le 5 août pendant une demi heure, le duc de Villeroy, autorité suprême de l’armée et le Bailly de Souvré, ambassadeur et commandeur de l’ordre de Malte.

  • 70 Recueil des gazettes nouvelles, ordinaires et extraordinaires (1664), p. 764. Les mots prononcés pa (...)
  • 71 BAV, Chigi E.II.38, f. 253.
  • 72 Paris, Archives des Affaires Etrangères, Correspondance de Rome, 164, ff. 95v-96r.

42Les entrevues avec Louis XIV se succédèrent, toujours à Fontainebleau : le 29 juillet eut lieu l’audience la plus officielle et la plus solennelle en grand apparat et en présence des représentants de la cour (fig. 7, 8, 9). Au cours de l’audience, qui dura une demi heure, le légat « lui parla dans les termes portez en l’article du traité de Pise, en sorte que Sa Majesté fut très satisfaite »70. Sebastiano Baldini note : « Il Re replicava cortesemente e spesse volte rideva con domestica maestà »71 aux mots du légat. Une lettre d’Hugues de Lionne nous apprend que : « M. le Légat dit quelque chose à Sa Majesté que personne n’entendit [...] après quoy, mettant son bonnet à la main que Sa Majesté eut peine à luy faire remettre, il commença à réciter les termes du traité d’un ton si haut que toute l’assistance les entendoit »72.

  • 73 M. Battaglini, Annali del Sacerdozio e dell’Imperio, Venise, 1709, t. III, p. 333.

43Le fait que Louis XIV reçût le légat à Fontainebleau et non à Paris, comme l’aurait voulu l’étiquette et comme il était advenu avec le légat Barberini en 1625, et que l’on hésitât à concéder à Chigi l’entrée solennelle à Paris n’était pas des signes positifs. Marco Battaglini, qui connaît bien les documents de la légation Chigi, affirme que tous les problèmes auraient été résolus si le cardinal avait concédé à Louis XIV « la remise de la nomination des bénéfices ecclésiastiques des diocèses de Metz, Toul et Verdun et d’un chapeau cardinalice en faveur du Roi »73. Toutefois, le pape Alexandre VII, rapidement consulté, refusa caté-goriquement ces requêtes qui ne faisaient pas partie du traité de Pise et qui auraient constitué de dangereux précédents.

Fig. 7 – L’Audience donnée par Loius XIV à Fontainebleau, à Monseigneur le cardinal Chigi, tapisserie de la tenture de l’Histoire du Roi, realisée aux Gobelins (Mobilier National, Paris, première version, 1665-1672). Dans le cartouche inférieur on lit : « Audience donnée par le roy Louis XIV à Fontainebleau au cardinal Chigi, neveu et légat a latere du pape Alexandre VII, le XXIX juillet MDCLXIV pour la satisfaction de l’injure faite dans Rome à son ambassadeur » (cl. du Mobilier National, photo Ph. Sebert).

Fig. 8 – L’Audience donnée par sa Majesté en son chasteau de Fonteinebelleau, à Monseigneur le cardinal Chigi, légat en France pour l’exécution du traitté de Pise en présence des Princes et seigneurs de la Cour, avec les cerémonies observées à son entrée dans Paris, Almanach Royal pour l’année M. DC. LXV, A Paris chez Pierre Landry et chez Nicolas Langlois, BNF, Département des Estampes et de la photographie, Collection Michel Hennin, n. 4293.

Fig. 9 – L’Audience royale donnée à Monseigneur le Cardinal Legat à Fontainebelleau [sic], à Paris, chez Nicolas Poilly, BNF, Département des Estampes et de la photographie, Collection Michel Hennin, n. 4294.

  • 74 BAV, Chigi E.II. 38, f. 281 : «composta di sei pezzi di diamante».

44Le 30 juillet, on organisa une somptueuse partie de chasse avec le roi ; le lendemain une spectaculaire revue générale des troupes en compagnie du souverain, et le dimanche 3 août un déjeuner. Le 4 août, le cardinal passait une heure avec le roi et une demi heure avec Philippe d’Orléans. Le 5 août, Son Éminence reçut comme présent du roi une somptueuse croix en diamants74 qu’il porta le soir lors de sa dernière audience qui dura une demi heure.

  • 75 Ivi, f. 255-256.
  • 76 Ivi, f. 180 v.
  • 77 La princesse d’Elide de Molière, donnée précédemment aussi à Versailles. Au sujet de ce spectacle, (...)
  • 78 Sebastiano Baldini nous précise qu’il s’agit de la représentation de la Comédie italienne L’Avarizi (...)

45Sebastiano Baldini signale la pluie pendant la partie de chasse et l’étonnement des spectateurs voyant « nelle mani di chi maneggia il Breviario tanta maestria d’armi [e] la lindura e la grazia che il legato avea nell’attione »75. Baldini apprécie le jardin de Fontainebleau « fatto all’uso d’Italia tutto circondato di muraglie con viali e boschi artificiosi tagliati all’uso di Genzano e del giardino de’signori Barberini a Castelgandolfo »76. Les journées du cardinal se terminent souvent par des spectacles de théâtre qui se déroulent toujours à Fontainebleau : la comédie ballet Le Prince d’Ithaque77 est représentée le 30 juillet, Othon le 31 juillet et l’Œdipe de Corneille le 3 août. Le 2 août, le légat avait assisté à une comédie italienne que Sebastiano Baldini jugea « così goffa [..] e senza soggetto e senza cosa alcuna di buono, che se l’havessero recitata in Roma non gli si sarebbe lasciata finire »78, et le 5 août ce fut le tour d’une « comédie espagnole ».

  • 79 A. Brejon de Lavergnée, Deux portraits de Jacob-Ferdinand Voet, dans La Revue du Louvre et des Musé (...)

46Chantelou accompagna le cardinal visiter les demeures les plus prestigieuses. La qualité des châteaux et des jardins français fut très appréciée du légat, qui baptisa du nom de Versaglia sa nouvelle villa près de Formello, créa dans son palais d’Ariccia une galerie de « Belle », c’est à dire de femmes célèbres pour leur beauté suivant le modèle français79, et dans son palais de Rome aux Santissimi Apostoli une « stanza alla francese ».

  • 80 René de Longueil (m. 1677), président de la cour des Aides, c’est à dire une des cours souveraines (...)

47Le 6 juillet, Son Éminence se rendit au Raincy à l’est de Paris, où il admira le somptueux parc des Bourbon-Condé, puis, le 7 juillet, « à Maisons où m. de Maisons lui donna la collation ». Il s’agit de René de Longueil, président de la « Cour des Aides »80, propriétaire du château situé à l’ouest de Paris, conçu par François Mansart et peut-être le chef-d’œuvre de ce dernier (fig. 10). Monseigneur Ravizza note :

  • 81 BNF, ms.it. 1271, ff. 91-93v. Ravizza rapporte aussi la visite du légat à «San Germano» (Saint-Germ (...)

Per il parco di San Germano si passò ad un’altra casa di Campagna d’un Presidente del Parlamento detta Maisons, fatta alla moderna, e di Architettura perfetta accompagnata da Giardini, e da un parco grandissimo cinto di Muraglia. La Piazza avanti il Palazzo hà à mano sinistra una alla meravigliosa nel mezzo della quale vi è una fabrica à figura tonda coperta con cupola, che serve pel maneggio de’cavalli. Da’ certe grandi arcate che sono all’intorno, si entra in quattro anditi disposti in forma di linee che riguardano in detto tondo edifitio, come nel suo centro, dove sono le stanze per i cavalli. L’entrata prima del palazzo è un ridotto à ottangolo con colonne assai bizarre. Sopra à queste corrisponde la sala del primo piano della medesima figura. Gli alloggiamenti del sud. Palazzo sono bellissimi, che ecedono tanto questi, quanto le fabriche il grado di Genilhuomo privato. Il tutto è stato edificato di pianta dal d.o Presidente e dicesi che vi habbia speso sopra à un millione di scudi. Vi sono anche viali d’alberi spatiosissimi : ed in cima di uno di essi il d.o Presidente fabrica una casa d’architettura, e figura bizzarra come si è detto della stalla, per habitatione de’ cacciatori, e de’cani81.

  • 82 J.-P. Babelon et Cl. Mignot (dir.), François Mansart. Le Génie de l’architecture, Paris, 1998, p. 1 (...)

48En harmonie avec le château, le pavillon d’écurie était caractérisé en son centre par une rotonde et un portique de colonnes, jugé trop majestueux par les adeptes de la convenance. L’abreuvoir avait la forme et l’élégance d’une grotte à l’italienne82. Les grands axes du parc, les guérites d’entrée et la vaste avant-cour introduisaient au domaine.

49Le 8 juillet, le légat se rendit à Rueil, ancien lieu de résidence de Richelieu (fig. 11). Chantelou rapporte que le soir « durant le repas [il] parla fort de la beauté des Maisons qu’ [il] avait vu et de M.me d’Aiguillon avec beaucoup d’estime. [Il] ayme a ce qu’on peut juger les maisons où il y a l’eau et du couvert plus que celles qui n’ont pas ces avantages et sont magnifiques de bastiments ». Restauré par Lemercier pour le cardinal de Richelieu vers 1636, le domaine de Rueil avait un parc avec une fontaine en cascade semblable à celle réalisée plus tard à Saint-Clou ; à l’époque de la visite du cardinal Chigi il appartenait à Marie-Madeleine d’Aiguillon de Vignerot du Pont-de-Courlay (1604-1675), dame de Combalet puis duchesse d’Aiguillon, la nièce et héritière universelle du cardinal Richelieu. En tant que légataire elle eut la charge de compléter les édifices de Lemercier à la Sorbonne, que le cardinal Chigi visita à la fin de son séjour parisien. Elle devait également faire réaliser dans l’église annexe de l’université la sépulture de Richelieu, pour laquelle elle demanda conseil au Bernin. Femme de lettres cultivée, son salon au Palais du Petit Luxembourg était fréquenté par certains des personnages historiques que cite Chantelou dans son Journal : Saint Vincent de Paule, Corneille, Pascal et Tallemant des Réaux, qui en donne un portrait dans ses Historiettes. Monseigneur Ravizza décrit la visite du cardinal Chigi à Rueil le 8 juillet :

  • 83 BNF, ms.it. 1271, f. 94r et v.

andò incognito a veder Ruel casa di campagna della duchessa Nipote del Car.le Richelieu, la quale fece al card.e legato una lautissima collatione ingrandita da una spasa di numerosi argenti, anche di boccali e baccili d’oro, e indorati con altre suppellettili pretiose, le quali rimostrarono apunto non poter essere che parte dell’eredità d’un card. Richelieu. Il Palazzo ch’è fabricato con Architettura moderna, è più commodo che grande. Le maggiori delitie consistono in una grand abbondanza d’acqua e di fontane, e vi sono alcune cadute d’acqua maggiori à quelle che si vedono in Tivoli83.

Fig. 10 – Château de Maisons, estampe de N. de Poilly e A. Pérelle (v. 1690).

Fig. 11 – Vue de la cascade de Ruel, estampe de I. Silvestre (1645-1658).

  • 84 Ravizza ne mentionne pas cette visite.

50Le même jour, Chantelou rapporte que le légat visita à Saint-Cloud84 le domaine de Philippe d’Orléans sur les berges de la Seine (fig. 12). Connu pour sa cascade artificielle sur la pente vers le fleuve, réalisée justement en 1664 par Antoine Le Pautre, ce très bel endroit reçut également en 1665 la visite du Bernin, venu proposer des projets pour les fontaines du parc.

  • 85 BAV, Chigi E.II. 35, f. 98v

51Le 10 juillet, le cardinal se rendit à Versailles – ce que Chantelou ne mentionne pas – et il écrit le 11 juillet à Rospigliosi qu’on l’a conduit « a vedere alcuni luoghi di delizie ch’hanno ne’contorni di Parigi, e hieri particolarmente à quello che ha’ il Re à Versaglia, amenissimo per ogni conto »85. Monseigneur Ravizza raconte ainsi cette visite :

  • 86 BNF, ms.it. 1271, f. 96v.

Versaglia, Delizia del Re, dove è un bel palazzo diviso in trè appartamenti fabricati con moderna architettura in due anni dal presente Ré. Questi erano adornati lascivamente con quantità di ritratti di dame, di specchi, ed altre curiosità [..] si andò a spasso per gli horti e giardini pieni di fiori, et passati un viale d’alberi lungo circa un miglio, s’arrivò ad un casino di campagna con fabbriche intorno, e serragli di diversi animali [la Ménagerie]. Al salire le scale del casino s’udì la musica italiana con un concerto d’Arpa, Tiorba, e Violini, e in tali trattenimenti si passò la giornata86.

  • 87 BAV, Chigi E.II. 38, ff. 213r; pour la viste à Versailles, voir ff. 210v-215r.
  • 88 C. Constans, J. Mounicq, Versailles, Paris, 1998, p. 46.

52Baldini décrivit quant à lui « i boschi pieni di viali, luoghi lavorati all’uso d’Italia, che terminano in un laghetto di cigni circondato d’alberi alla Ménagerie » (fig. 13). En 1663, la ferme de la Boissière avait été transformée en une Ménagerie réservée à toute sortes d’oiseaux et d’animaux sauvages et exotiques. À l’intérieur du château, Baldini admira « arazzi, studioli intarsiati d’oro e d’argento inimitabili [....] onde ben potevano assomigliare al palazzo incantato d’Atalanta o di Psiche descritto da Lucio Apuleio »87. Trois mois auparavant, du 7 au 14 mai 1664, les divertissements des Plaisirs de l’Île enchanée avaient été organisés dans le parc de Versailles. Grâce à des constructions éphèmeres installées le long de la Grande allée – la plus belle perspective du parc, qui descend du château jusqu’au bassin des Cygnes –, Carlo Vigarani avait aménagé trois espaces destinés chacun à accueillir pendant une journée un spectacle différent. Vigarani s’était occupé des machines, Gissey des costumes, Lully, Périgny et Benserade des vers et Molière avait supervisé le théâtre. Après la fête de 1664, Le Nôtre devait réaménager le parterre occidental, et, la même année, le projet de Louis Le Vau était retenu pour l’aménagement du château, en dépit des critiques de Colbert qui écrivait le 18 août 1664 : « tout ce que l’on projette de faire n’est que rapetasserie »88. Les travaux reprirent trois ans plus tard : on garda le vieux château et on lui adjoignit une enveloppe s’appuyant sur les quatre anciens pavillons.

Fig. 12 – Vue et perspective de St.-Cloud, estampe de I. Silvestre (1645-1658).

Fig. 13 – La Ménagerie dans le parc de Versailles, estampe de A. Pérelle (v. 1690).

  • 89 BNF, ms.it. 1271, f. 133r.

53Le 6 août, le cardinal se rendit à Vaux-le-Vicomte pour voir la somptueuse demeure qui avait causé la disgrâce de Fouquet. Le château avait été réalisé par Le Vau, Le Brun et Le Nôtre, « le groupe » destiné à régner sur les chantiers de Louis XIV. Dans le rapport de Ravizza on lit « v[isit]ò Delitia già del foquet che si dice vi habbia speso sopra à due Millioni di scudi abbondante di acqua, e fontane bellissime, e vi è un palazzo di fabrica moderna, adobbato di pretiosi suppellettili »89. Bernin visita lui aussi ces endroits prestigieux.

  • 90 BNF, ms.fr. 6143, f. 32.

54Le cardinal Chigi se rendit à Paris le 17 et le 19 juillet. Le 7 août il arriva in « incognito » et pendant six jours il logea au Palais Mazarin où Bernin devait résider l’année suivante. Le 8 août Son Éminence visita le Louvre et le cabinet des peintures. « Elle fut surprise de la beauté et quantité des tableaux de Raphaël qui y sont, et des autres grands Maistres »90. Sebastiano Baldini relate avec plus de détails cette visite :

  • 91 Dans son premier projet pour le Louvre (Musée du Louvre,Cabinet des dessins et des Arts Graphiques, (...)
  • 92 Le maréchal de France Charles I de Créquy (ou Créqui) (1573-1638) participa aux campagnes en Italie (...)
  • 93 BAV, Chigi E.II. 38, ff. 291, 292r et v. Baldini écrit en marge du f. 291v : «Il Louvre posto press (...)

Quando fu l’ora di uscire si risolse di andare a vedere il famoso palazzo del Louvre : Palazzo Reale, che stava sotto i rifacimenti per la poca cura tenutane per il passato, e per l’abbrugiamento di una galleria [la Petite Galerie], e per le fabbriche nuove riducendosi in quadro, con buona proporzione. Anzi, sendo stata mandata al Cav.r Bernino la pianta del sito, affinchè ne stendesse un Palazzo Reale, questi, senza obedire al vecchio91, mandò al Re un disegno così magnifico e sontuoso, che non piaceva più il primo veduto da S.Em.za in una casa contigua dell’Architetto [Louis Le Vau] alzato di cartoncini nella stessa figura che deve farsi co’materiali. Di là montando in carozza entrò nello sfasciume del Louvre che per l’ampiezza del giro è vasto, ma senza regola di architettura, co’tetti sfasciati, co’pavimenti guasti a segno che se non si metteva mano co’riparamenti si sarebbe in gran parte rovinato tra poco tempo. Salito di sopra trovò una sala lunga non molto alta puntellata con molti travi, che lo reggevano. Per tutte le stanze si trovarono in terra appoggiati al muro quadri bellissimi di tutti i buoni Pittori. Ve n’erano quattro pezzi grandi assai di Paolo Veronese donati a S.M. dal duca di Créquy92 comprati da lui a Venezia m.20 s.di [20000 scudi] quando fu colà ambasciatore, sei ritratti di Tiziano mirabili, e d’altri famosi pittori, levati dalle stanze che da muratori si aggiustavano ; non vi era altra suppellettile bensì molte stanze e gabinetti messi a oro, e le più vaghe erano l’appartamento della regina ben conservato a pian terreno [aile sud] dove sono i bagni della medesima regina che sono i più belli, vaghi e ricchi di tutto il Palazzo93.

  • 94 Voir le texte imprimé : All’eminentissimo prencipe Flavio Chigi della S.ta Chiesa Romana cardinale (...)
  • 95 BNF, ms.it. 1271, ff. 133v-135; BNF, ms.fr. 6143, ff. 35-36.
  • 96 Nicolas de Lamessin (graveur); Titre principal au centre : «LA POMPEVSE ET MAGNIFIQVE ENTREE DE FLA (...)

55Enfin, le 9 août eut lieu l’entrée solennelle du cardinal à Paris94 (fig. 15, 16). Le cortège, d’une importance considérable et d’une pompe fastueuse, partit de la Porte Saint-Antoine et se dirigea vers Notre-Dame95. Les planches de l’Almanach illustrèrent l’événement96. Le lendemain, le cardinal Chigi célébra une messe tout aussi somptueuse, avant de partir, le 12 août, pour Avignon, qui venait d’être rendue à l’Église conformément aux accords de la paix de Pise.

  • 97 P. Blet, op. cit., p. 33
  • 98 M. Fumaroli, dans Baltasar Gracian. L’homme de cour, précédé Le d’un essai de M. Fumaroli, éd. de S (...)

56Il quittait la France en ayant rempli sa mission, mais sans satisfaire « au désir de Louis XIV et de ses ministres qui avaient espéré qu’il aurait ajouté aux excuses prévues la concession de grâces demandées depuis longtemps, à savoir l’extension dans les nouvelles conquêtes du droit royal de nomination aux bénéfices ecclésiastiques majeurs »97. Durant son règne, Louis XIV s’était fixé comme objectif « de poser la monarchie française en contre-Papauté d’un catholicisme d’État moderne et exemplaire, uniformisateur, centralisateur, bureaucratique, mercantiliste et militaire, tenant la Rome papale en tutelle comme un vieil ancêtre dont on assume l’héritage »98.

Fig. 14 – Vue du Louvre du costé du Faubourg St.-Germain, estampe de I. Silvestre (v. 1645), gravée par N. Pérelle (v. 1690).

Paul Fréart de Chantelou, « maître d’hôtel » du roi

57Paul Fréart de Chantelou (1609-94) naquit au Mans où son père, maire de la ville, s’était converti au catholicisme pendant les guerres de Religion et en était devenu un défenseur acharné. Il y reçut une très bonne éducation, pratiqua le chant, la danse et la poésie.

  • 99 H. Chardon, Collectionneurs manceaux : les Fréart de Chantelou, Le Mans, 1867, passim; I. Pantin, L (...)

58À Paris, il fut avant tout un fonctionnaire de cour, un « maître d’hôtel » du roi, capable de se comporter avec désinvolture dans un milieu réglé par des normes de comportement très codifiées99. Chantelou fut aussi un expert en œuvres d’art, un « connaisseur », un collectionneur passionné d’œuvres antiques et contemporaines et l’un des plus irréductibles partisans de Nicolas Poussin.

59De 1638 à 1643, Richelieu étant au pouvoir, Sublet de Noyers, ministre de la guerre et « Surintendant des bâtiments », avait entraîné ses cousins, Paul de Chantelou et Roland Fréart de Chambray, ce dernier auteur de textes théoriques sur l’art, dans des entreprises destinées à favoriser le développement et la diffusion internationale des arts et de la culture française. Les points forts du programme de Sublet étaient le soutien apporté à la Compagnie de Jésus dans sa lutte contre la prégnante présence huguenote, la réouverture du chantier du Louvre et une vaste activité éditoriale au sein de l’Imprimerie royale, fondée dans le but de diffuser l’image d’une monarchie absolue moderne et de définir une nouvelle culture nationale.

60Après la mort de Richelieu, Sublet de Noyers fut contraint de démissioner le 10 avril 1643. Chantelou s’installa alors avec son frère à la campagne, dans leur propriété de Dangu en Normandie. En 1645, Paul Fréart de Chantelou fut nommé secrétaire de Louis II de Bourbon, le « Grand Condé », général vainqueur des Espagnols à Rocroi. Il fut ainsi associé aux dramatiques événements de la Fronde.

Fig. 15 – L’entrée magnifique du cardinal Chigi légat a latere envoyé en France par le pape Alexandre VII son oncle vers Louis XIV, roy de France et de Navarre, Almanach pour l’année M. DC. LXV, A Paris chez Jean Sauvé, BnF, Département des Estampes et de la photographie, Collection Michel Hennin, n. 4295. À coté du Cardinal on voit Jenri Jules de Bourbon le Grand Condé et son fils, le duc d’Enghien.

61Chantelou devint « maître d’hôtel » du roi en 1647 et, en 1653, il obtint la charge d’« Intendant de la Maison, Domaine et Finances » de Philippe d’Orléans, frère cadet de Louis XIV, charge qu’il occupait encore lors des voyages du cardinal Chigi et du Bernin à Paris. Par son mariage avec Marie de Montmort, Chantelou reçut en 1656 la charge de gouverneur du château et du bourg de Châ-teau-du-Loir dans la région du Mans et acquit, en 1660, le château de Fontenailles à Ecommoy, tout proche.

  • 100 BAV, Chigi E.II. 35, f. 39 (lettre envoyée de St. Saphorin à Rome, le 8 juin 1664).

62Comme maître d’hôtel, Chantelou recevait les ordres d’Henry-Jules III, duc d’Enghien, fils du Grand Condé, le « Grand Maître de France » qui était à la tête des 170 membres du service personnel du roi. En vertu de sa bonne connaissance de la langue italienne, il fut chargé d’accueillir à Paris en 1664 le cardinal Flavio Chigi, puis en 1665 le Bernin. Dans une lettre envoyée à Monseigneur Rospigliosi, Flavio Chigi évoquait sa rencontre avec Chantelou, à Lyon, le 5 juin 1664 : « [è] colà comparso il marchese di Montosier [Charles de Montausier] con alcuni ministri della casa Reggia destinati à servirmi che si riducono a oltre la persona del suddetto sig.r Marchese in un altro cav.re Chiamato Monsù Cantelou, che hà ufficio di maestro di Casa »100.

63D’après le Mémoire Chigi, Chantelou, en dépit de cette longue expérience et de sa culture, semble avoir joué un rôle modeste même s’il avait quelque responsabilité. Il était chargé de veiller sur les étapes du voyage et surtout d’organiser les repas de ses hôtes illustres. Par exemple, le 9 août Chantelou précise qu’il se rendit « dès les quatre heures du matin à l’abbaye Saint-Antoine pour y faire la recette du poisson du diner de Son Eminence et de M. Le Comte d’Harcourt ».

64Certaines pages sont exemplaires, comme celles où il rapporte qu’il doit décider si les repas du cardinal doivent être pris en public ou en privé, veiller à l’art de disposer les tables pour les repas, et porter une attention spéciale au programme culinaire et à la disposition des places, détails qui illustrent tous les hiérarchies sociales de l’époque. Il évoque également les habitudes vestimentaires dictées par les circonstances, les caractéristiques des vêtements, l’usage du couvre-chef pour les officiers, les trajets codifiés empruntés par chaque hôte à l’issue d’une audience. En revanche, il ne fait jamais allusion au contenu des audiences que le Roi accorde au cardinal. Enfin, Chantelou se préoccupe à plusieurs reprises des ennuis de santé qui affectèrent Flavio Chigi durant le voyage : le 10 juin le cardinal a mal à la tête, le 18 juin il a trop mangé et le 23 juin il se plaint de maux d’estomac.

  • 101 N. Elias, The Court Society, New York, 1983, p. 130.
  • 102 Ivi, p. 130.
  • 103 Ivi, p. 85. Elias insiste aussi sur les changements du cérémonial à partir des années 1690 et sur l (...)
  • 104 Pour la révision des théories d’Elias, voir J. Duindam, Vienna and Versailles. The Courts of Europe (...)

65Le Mémoire Chigi nous offre une image précise et détaillée du cérémonial à la cour de Louis XIV, une stratégie précisément élaborée avec l’approbation du roi, comme un système efficace pour exercer son pouvoir et garder le contrôle des différents corps qui la composent101. Si l’étiquette et le cérémonial ne furent pas une création de Louis XIV et vantaient déjà une longue tradition européenne, ce roi a su les soumettre à une codification rigoureuse et en faire un instrument de son pouvoir absolu102. Elias a écrit que le cérémonial « served as an indicator of the position of an individual within the balance of power between the courtiers, a balance controlled by the King and very precarious »103. Pour Elias la naissance d’un État moderne était le résultat de l’action du roi, qui avait limité le pouvoir de la noblesse de cour usée par des conflits continuels à travers le langage métaphorique du cérémonial. Les théories d’Elias ont été ensuite corrigées à la faveur d’une vision plus complexe qui a mis en valeur le rôle des élites, de l’entourage du roi et des pouvoirs financiers et régionaux104.

66Les volumes dédiés à L’Etat de la France, publiés par Nicolas Besongne presque chaque année pendant le règne de Louis XIV, indiquent minutieusement les fonctions, les gages et les privilèges des membres de la Maison du Roi et de la couronne, de l’armée, du clergé et des gouverneurs du territoire. La diffusion de ces textes imprimés permet de suivre l’évolution des membres de la cour dans leur assujettissement au contrôle royal. De même, les écrits de Chantelou indiquent très clairement son souci de conserver les charges et les rôles laborieusement conquis au sein de la cour.

67Obligé de rédiger rapidement les nouvelles concernant le voyage de Flavio Chigi, Chantelou adopte un style concis qui lui permet de rendre compte de chaque journée de manière succincte, fournissant des détails essentiellement sur les cérémonies, les promenades et l’étiquette de cour.

  • 105 À la fin du Mémoire Chigi, Chantelou explique longuement qu’il n’a pas voulu accepter de gratificat (...)

68Il ne résiste cependant pas toujours au désir de parler de questions personnelles105 ou des rapports spécifiques qu’il entretient avec des personnages de haut rang comme les Bourbon-Condé et Philippe d’Orléans, dont il est l’« Intendant de la Maison, Domaine et Finances ».

69Le 4 juillet, après la visite à Raincy, demeure des Bourbon-Condé que Chantelou servait depuis longtemps, Son Éminence le légat

dit que le vestibule et le salon etaient fort beaux et demanda a m. de Chantelou combien cette maison pouvoit avoir cousté ; il luy dit qu’elle coustoit bien plus qu’il ne paroissoit, qu’on disoit que la dépence en montoit bien a cinq cent mil escus parce que il y avoit eu beaucoup de choses refaites et de terres remuées.

70Ainsi, Chantelou n’hésitait pas à se montrer au courant du coût de ce prestigieux ensemble conçu par Louis Le Vau et par André Le Nôtre.

71Par certains détails, tels que le fait d’être admis à assister aux conversations de tant d’illustres personnages et les éloges à l’égard de sa collection de tableaux, soigneusement insérés dans un document officiel comme le Mémoire Chigi, Chantelou se montre sensible et attentif à ce qui se dit sur lui. Cette attitude d’auto promotion s’impose également dans la rédaction du Journal de voyage du Cavalier Bernin en France.

  • 106 BNF, ms. fr. 6143, f. 19. Voir : Relation du voyage de France de l’illustrissime François Cardinal (...)

72Le 10 juillet, Chantelou note dans le Mémoire Chigi qu’il se rend a Paris présenter ses respects et rendre compte de son service a « Monseigneur le Prince », le duc Philippe d’Orléans. Le 16 juillet, Son Altesse le prince de Condé, en qualité de Grand Maître du Roi, charge qu’il partageait avec son fils, le duc d’Enghien, reprochait à Chantelou de s’être assis à côté du cardinal Chigi. Chantelou lui répondit qu’il s’en était tenu aux usages appliqués en 1625 par le maître d’hôtel à l’occasion de la légation du cardinal Francesco Barberini dont il existait la relation « faicte par Messire Melchior de Chevrières, marquis de Saint Chamond »106.

73Le 17 juillet après-midi, Chantelou était à Paris pour recevoir des ordres de Son Altesse, le duc d’Enghien, et le 2 août il soulignait que le cardinal Chigi et le duc d’Orléans « furent demie heure et plus en conversation, parlant de la beauté et grandeur de Paris, du bastiment du Louvre, des projets de l’embellir ; parlèrent de la peinture, mesme des tableaux du sr. De Chantelou et que l’avantage qu’avoient eu ces Seigneurs italiens de ce qu’il savoit la langue ».

  • 107 BAV, Chigi E.II. 38, f. 274 (2 août). De nombreuses médailles illustrant les édifices de Rome réali (...)

74Si Chantelou ne précise pas qu’ils évoquèrent aussi les édifices de Rome réalisés sous Alexandre VII, Sebastiano Baldini note : « Dal complimento passarono i discorsi alle fabriche di Roma fatte da S. S.tà, et al maraviglioso lavorio della Catedra, e del superbo portico di S. Pietro architettura del S.r Cav. Bernino, se ben l’una é l’altra notata con molti difetti, lodando i pensieri di macchine si sontuose »107.

  • 108 S. Fraschetti, op. cit., p. 338.

75L’arrivée, le 25 juillet, du premier dessin du Bernin pour le Louvre n’est pas mentionnée dans le Mémoire Chigi, même si Colbert le 3 octobre 1664 écrivait à l’artiste108 :

  • 109 Musée du Louvre, Cabinet des dessins et des Arts Graphiques, Recueil du Louvre, I, ff. 3, 4.
  • 110 Observations sur les plans et élévations de la façade du Louvre, envoyés de Rome par le Cavalier Be (...)
  • 111 G. B. Depping, Correspondance administrative sous le règne de Louis XIV, Paris, 1850-55, IV, p. 538 (...)

76avendolo fatto vedere [le premier dessin109] al Sig. Cardinal Chigi nella sua Legazione, e parimente le osservazioni fattevi da me di ordine regio110, S.E. si è preso l’assunto di parlarvene al suo ritorno a Roma, ed anche eccitarvi ad una nuova fatica sopra un’opera così grande. Mi rimetterò dunque, se vi piace, alla conferenza, che ne haverà S.E. [Flavio Chigi], con Voi111.

Fig. 16 – LA POMPEVSE ET MAGNIFIQVE ENTREE DE FLAVIO CARD.AL CHIGI / Legat a Latere en France, faite a Paris le 9.e d’Aoust 1664, sous les auspices et par les ordres / de sa Maj.te tres-Chrestienne, ou se voit son Eminence accompagnée de Mr le Prince de / Condé, de M.r le Duc d’Anguien, precedée du Clergé, de la ville, et de la Noblesse, et / suivie des Prelats Italiens, et Evesques François, BNF, Département des Estampes et de la photographie, Collection Michel Hennin, n. 4296.

  • 112 Ch. De Mouy, op. cit., II, p. 345-346.

77Il faut mentionner dans le Mémoire de Chantelou les remarques nombreuses concernant le nombre de pas parcourus par le Roi ou par le Légat pour raccompagner à la porte de la salle les personnages auxquels ils ont accordé une audience. Plus le parcours est long, plus le personnage est digne de respect et de considération auprès du roi ou du cardinal Chigi112. Après l’audience du 29 juillet à Fontainebleau, le roi reconduisit le Légat jusqu’à la porte de la chambre et « daigna faire un pas en dehors de la chambre royale ».

78Jean-Marie Apostolidès montre l’identité entre le corps du Roi et les hiérarchies de la cour :

  • 113 J.-M. Apostolidès, Le roi-machine : spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, 1981, p. 1 (...)

Chacun de ses gestes est décomposé et donne naissance à des rites, à des hiérarchies. Chacune de ses fonctions biologiques, de la manducation a la défécation, est l’objet d’un nouveau rituel symbolique. Le corps se voit annexé par le corps imaginaire ; les deux ne forment plus qu’un seul corps glorieux...qui fonctionne comme un horologe [et] entraîne un cérémonial mécanisé à l’extrême à la cour113.

79Les cérémonies et les audiences décrites dans le Mémoire Chigi nous font comprendre aussi comment l’architecture et l’agencement des demeures royales étaient conçues en fonction de l’étiquette de cour et comment elle respectaient la distinction entre les activités publiques de représentation et l’activité politique du Roi.

80Les cérémoniaux et les rapports sociaux au sein de la cour occupent une place de premier plan dans le Mémoire de Chantelou qui s’avère par ailleurs un document très intéressant pour les informations portant sur la façon de voyager, les itinéraires et le rythme des voyages à l’époque. Une sélection avertie nous signale les édifices considérés comme les plus prestigieux et dignes d’être visités par un hôte étranger : Le Raincy, Rueil, Maison, Vaux-le-Vicomte, le Louvre, la Sorbonne et le Val-de-Grâce.

81On y parle aussi des présents et des dons apportés par le cardinal : des chevaux napolitains pour le roi, des monnaies avec les édifices de Rome réalisés par Alexandre VII, des tableaux, des reliques et aussi de petits cadeaux typiquement italiens : éventails, gants, parfums.

82Le 2 août Chantelou rapporte que

  • 114 BNF, ms.fr. 6143, f. 27.

L’abbé Castiglionj luy presenta aussy quatre tableaux, dont l’un est une Vierge auvec le petit Christ, S.te Elizabeth et un petit S.t Jean de la main de Leonardo da Vincj ou de Bernardo Louïno ; L’autre, un portrait d’une Venitienne de la main du Titian ou de Paul Veronese ; Les deux autres sont des batailles d’un Salvator Rosa et du Bourguignon. Il donna outre cela a Sa Majesté les reliques du corps de S.t Zenon. A la Reyne Mere une chasse [caisse] dans laquelle sont les reliques d’un autre corps saint, une Vierge du Guercino da Santo [Cento]114.

83M. Brejon de Lavergnée a mis en valeur le témoignage d’Olivier Lefèvre d’Ormesson qui dans son Journal de 1664, avec le décalage d’un jour, écrivit :

  • 115 O. Lefèvre d’Ormesson, Journal, éd. Chéruel, Paris, 1861, II, p. 199-200, cit. par A. Brejon de Lav (...)

3 aout 1664, Après le disner, M. Le Légat envoya ses présens au Roy : quatre tableaux, deux grands modernes de Batailles, l’un del Bourguignone et l’autre del Salvator Rosa ; un Léonard Dalvins qui est une Vierge et un Titian, qui est le portrait de sa maistresse et quantité d’essences et de gants115.

  • 116 Paris, Louvre, inv. 360; inv. Le Brun 1683, n. 152 : «Leo nardo, Manière» (A. Brejon de Lavergnée, (...)
  • 117 Paris, Louvre, inv. 158, deposé à Toulouse, Musée des Augustins; inv. Le Brun 1683, n. 153 : «Ritra (...)
  • 118 Bataille héroique, Paris, Louvre, inv. 585; inv. Le Brun 1683, n. 154 (A. Brejon de Lavergnée, op. (...)
  • 119 La Bataille d’Arbelles, Paris, Louvre, inv. 111; inv. Le Brun 1683, n. 155; deposé au Musée nationa (...)

84D’après l’inventaire de Le Brun nous pouvons identifier les « quatre » tableaux : le « Léonard da Vinci ou Luino », est la Vierge tenant l’enfant Jesus endormi accompagnée de trois anges du Louvre116, ce qui rendrait peu précis le témoignage de Chantelou qui cite « une Vierge avec le petit Christ, S.te Elizabeth et un petit S.t Jean de la main de Leonardo da Vincj ou de Bernardo Louïno ». Le « Titien ou Véronèse », est la copie du portrait d’Elisabetta Querini Massola, connu aussi par une gravure de Giuseppe Canale d’après Tiziano117. Les batailles de Salvator Rosa118 et du Bourguignon119, qui ont les mêmes dimensions, sont les tableaux qui avaient été commandés en 1652 par Monseigneur Corsini, nonce du pape en France, pour en faire hommage à Louis XIV, mais qui ne partirent à Paris qu’en 1664, apportées par le cardinal Chigi.

  • 120 Inventario di tutte le robbe imballate qui in Roma per servitio dell’Em.mo et Rev.mo Cardinale Chig (...)
  • 121 Voir n. 6 dans ASF, Magalotti, 224. Avec le mot «Mad.a» on indique une «Vierge» comme nous renseign (...)
  • 122 Voir n. 4 dans ASF Magalotti 224. Le tableau qui représente Sainte Martine refusant d’adorer les id (...)
  • 123 Voir n. 7 dans ASF, Magalotti 224. Sur commande du Bernin, Courtois réalisa La Predica di San Franc (...)

85Le mémorandum italien, l’Inventario di tutte le robbe imballate qui in Roma per servitio dell’em.mo et rev.mo card.le Chigi nell’andata che farà in Parigi (ASF, Magalotti, 224)120, recense les quatre tableaux et la Vierge du Guerchin (« Mad.a »), mais aussi, parmi les cadeaux du cardinal, des peintures de Guido Reni121, une Santa Martina de Pierre de Cortone122, un « adornamento di gioie con pittura del beato Francesco di Sales » de Guillaume Courtois123 et « un quadro di tela..per traverso dentro vi è una pietà con dui angeli e paese di mano di Agostino Carracci » qui, pour son sujet et format, pourrait être une copie de la Pietà de Caprarola d’Annibal Carrache (Naples, Musée de Capodimonte).

  • 124 Les numéros 8, 10 et 11 sont «adornamenti di gioie» de sujet religieux; figurent également des obje (...)

86l’Inventario delli quadri nobili124, qui se trouve dans l’Inventario di tutte le robbe imballate, énumère :

  1. un quadro in tavola di p.mi s.4 dentro ve...la Mad.a con putto in braccio, s. Gio e doi angeli, mano di Leonardo da Vinci, con sua cornice di ebano negro, battente di argento di getto liscio con sua attaccaglia di argento di lastra con angioli di bassorilievo con sua tendina di ormesino cremesino, e merletti argento, suoi cordini e fiocchi d’argento e cremese con sua cassa.

  2. due battaglie in tela di p.mi 20. di mano di Sal-va.re Rosa et altra di Guglielmo Cortese borgognone senza cornice e...con sua cassa.

  3. un quadro in tela tirato in la sua tavola, dentro v è un ritratto della Contarina dama veneziana mano di Titiano con sua cornice dorata intagliata con sua tendina di ormesino color di persico, con suoi lacci d’oro e seta con merletti d’oro di palmi s.4.1/2 con sua cassa.

  4. un quadro in rame di p.mi 2. 1/2 et 1. 1/2 dentro vi e S.ta Martina mano di Pietro da Cortona con sua cornice d’argento, con sua tendina di taffetano merletto d’argento et oro con suoi cordoni compagni per attaccare e cassa di Albaccio [...].

    • 125 Probablement il s’agit une réplique de la Vierge de douleur du palais Patrizi à Rome, œuvre tardive (...)

    un quadro in tela con una Mad.a piangente con le mani gionte, mano di Guercino, con sua cornice di ebano negro con il fregio di diaspro verde e battente d’argento di getto con dui puttini e cartella e suo filo d’argento con anelli compagni e sua tendina di taffeta pavonazzo, merletto di argento, e suoi lacci di argento e seta con suoi fiocchi compagni d’attaccare e pendere con sua cassa d’alburno125.

  5. un quadro in tela da testa dipinto la mad.a con le mani gionti al petto mano di Guido Reni con sua cornice di ebano nera con sui fogliami di piastra dorata e sua tendina d’ormesino merlettato d’oro e suoi lacci di attaccare, e pendere di seta simile, et oro con la sua cassa di alburno.

  6. un adornamento di gioie con pittura del b.to Fran.co de sales con angeletti portato in aria, mano di guglielmo cortese, con partimenti de calcedoni, et Agata, e colonne de lapis in cima.. con la reliquia del b.to fran.co, cioè un pezzo della sua veste pavonazza...15 un quadro di tela..per traverso, dentro vi è una pietà con dui angeli e paese di mano di Agostino Carracci con sua cornice di ebano e fregio..con suo battente di foglie di rame argentato dorato e sua attaccaglia di rame di getto con dui puttini e fascia dorata con suo laccio di seta et oro per attaccare dentro la sua cassa.

Les lettres de chantelou a colbert et le journal de voyage du cavalier bernin en France

87La tâche de Paul de Chantelou lors du voyage de Bernin fut très semblable à celle qu’il avait eu durant la mission du cardinal Chigi à Paris.

  • 126 Institut de France, ms. 2105. L’édition plus récente de ce manuscrit est celle de M. Stanic´, Chant (...)
  • 127 Paris, Institut Néerlandais, Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, ms. 9170.

88Le Journal de voyage du Cavalier Bernin en France de Chantelou est un texte volumineux : alors que le Mémoire Chigi comprend 72 pages, le manuscrit du Journal retrouvé à la bibliothèque de l’Institut à Paris par Ludovic Lalanne et publié de 1877 à 1884 en compte 587126. Un second manuscrit du xviie siècle du Journal, acquis par l’Institut Néerlandais de Paris (Fondation Custodia) en 1969, compte 571 pages127.

89Le Journal de voyage du Cavalier Bernin en France est connu surtout des historiens de l’art ; il s’agit d’un texte extrêmement riche en renseignements. De nombreuses pages relatent les rencontres, les déplacements dans Paris et ses alentours de Bernin et de Chantelou, et nous restituent une image vivante de la ville et des travaux de l’artiste italien à Paris, mais aussi des comportements des personnages de la cour – quelques 200 noms sont cités –, des artistes et des architectes au service de l’aristocratie et des bourgeois-gentilshommes. D’autres pages sont consacrées à des réflexions théoriques sur l’art, à des appréciations sur les œuvres, tableaux, statues, décorations et collections.

  • 128 D. del Pesco, op. cit., 2007. Les rapports entre les mémoires de la légation Chigi et le Journal on (...)

90L’hypothèse avancée dans mes études sur le Journal, dont j’ai établi l’édition critique italienne128, est que ce texte si riche a été initialement conçu sous la forme succincte et essentielle d’une série de lettres. Rédigées par Chantelou à la demande de Colbert durant le séjour de Bernin en France, ces lettres faisaient office de rapports de service, qui transmettaient rapidement et de manière efficace les informations concernant l’emploi du temps d’un artiste au service du roi. Certaines lettres officielles relatives au voyage de Bernin, conservées dans la documentation du ministère de Colbert, sont une preuve très précise du rapport existant entre le Journal et ces textes qui ont la même fonction que le mémoire rédigé à l’occasion de la légation Chigi.

91Pour la mission du Bernin, nous ne possédons pas de mémoire analogue à ceux de la légation Chigi : on peut supposer que si le grand Bernin suscitait le plus vif intérêt, surtout à la cour de Rome, il n’en demeurait pas moins qu’un artiste autorisé par le Pape à « demeurer pendant trois mois au service de Sa Majesté en France ».

92La mission du légat concernait, quant à elle, un cardinal de premier rang et s’inscrivait de fait dans l’histoire officielle des rapports entre le royaume de France et le Saint Siège et, par conséquent, exigeait d’être documentée par un mémoire.

93Il faut souligner que le Journal, comme les mémoires, est structuré par la succession des journées. Pour comprendre la genèse du Journal il faut prendre en considération les nombreuses pièces complémentaires des manuscrits. Un ensemble d’annotations et de lettres nous permet d’imaginer comment devait se présenter le Journal dans la phase initiale de sa rédaction : des notes succinctes, couchées jour après jour, et des documents annexes qui auraient été ordonnés et réécrits postérieurement dans la forme littéraire du journal de voyage. Après une première ébauche, le texte aurait été complété par des réflexions et des annotations qui lui auraient donné cette forme ample et cette richesse culturelle que nous lui connaissons.

94Le Journal devient donc un ouvrage littéraire de qualité. De compte-rendu sur le séjour d’un artiste au service du Roi, il devient le témoin culturel d’un moment de profondes transformations des activités artistiques en France et révèle les ambitions de son auteur qui souhaite jouer un rôle dans les nouvelles institutions crées par Colbert.

95Les événements relatés dans le Journal nous indiquent qu’il a été rédigé à partir de 1665. L’année 1674, date de la mort du dédicataire, Jean Fréart, le frère de Chantelou, peut constituer une limite pour dater une grande partie du Journal. Les 587 pages du manuscrit de l’Institut présentent de nombreuses variantes, corrections, espaces en pointillé destinés à être complétés. Le récit quotidien s’arrête le 27 octobre 1665, suivi d’une lettre réservée cachetée, envoyée par Chantelou à Colbert le 15 juin 1668, et de lettres échangées entre Bernin et Chantelou jusqu’en 1678.

96La deuxième version manuscrite du texte de Chantelou, conservée à l’Institut Néerlandais de Paris présente un texte qui inclut les corrections du manuscrit de l’Institut. Toutefois, en général, les citations en italien sont laissées en blanc ou transcrites avec davantage d’erreurs que dans le texte de l’Institut. Les documents annexes sont moins nombreux : le dernier est « l’écrit cacheté » du 15 juin 1668.

97Le manuscrit Custodia est donc postérieur à celui de l’Institut, dont il est vraisemblablement une copie, même si celui de l’Institut inclut des textes qui s’étendent jusqu’à la fin de 1678.

  • 129 Nous publions ci-dessous quatre lettres de Chantelou à Colbert des «Mélanges Colbert» qui ne semble (...)

98Des lettres signées par Chantelou et destinées à Colbert signalent la similitude des sujets, des expressions et des mots employés avec ceux repris dans le Journal qui, toutefois, révèle une écriture plus ample et plus riche129.

1)

  • 130 BNF, Mél. Colbert 130, ff. 229v, 230r.

Dimanche 14 juin 1665130 Monseigneur

  • 131 Francesco Butti (1604-1682), abbé, collectionneur et poète, auteur de textes pour opéras à l’italie (...)

Je pensois avoir l’honneur de vous voir aujourdhui et nous vous avons attendu mon frère et moi jusques a une heure apres midy au bastimens des Tuileries. M. le Cavalier Bernin, s’estan aussy preparé, Monseigneur, pour vous faire veoir ses desseins y ayant travaillé avec une assiduité extraordinaire, toutte la journée hier, et ce matin. Lundy au soir je fus avec luy voir la maison de m. Le Coigneux au faubourg St. Germain M. l’abbe Bu[t]ti131 m’ayan[t] dit quel en estoit la situation digne de luy estre monstrée. Mais il ny trouva rien a son goust. Hier M. le nonce [monseigneur Roberti] le vint voir a l’heure quel a accostumé de sortir, de sorte que le temps qu’il employe à la promenade se passa presque tout en conversation. Mrs de l’Académie des peintres estoient venus en corps un peu auparavant le saluer. Ils les receu avec beaucoup de civilité et les entretint d’historiettes selon leur profession fort agréablement. Ce soir Monseigneur M. le Nonce est encore revenu. Il a esté à la promenade avec luy au cours.

Quand M. le Nonce le eu quitté il m’a repeté ce qu’il m’avoit déjà dit une autrefois que l’on luy faisoit trop bonne chère et qu’il me prioit qu’il peust avoir du meilleur vin francois qu’on trouvé qu’il commencoit a s’y accoustumir. J’ai donné l’ordre au S.r Beaupin pour l’un et pour l’autre. Je suis avec toute sorte de zèle et de respect
Monseigneur vostre très humble et très obéissant et très obligé serviteur Chantelou

99Journal de voyage du Cavalier Bernin en France, lundi 15 juin :

  • 132 L’hôtel Coigneux était au Faubourg Saint-Germain (actuel lement rue de Grenelle).

Le 15.e [juin] Il a travaillé à ses dessins avec grande assiduité. Le soir il a été voir la maison de M. Le Coigneux au faubourg Saint-Germain132, l’abbé Butti m’ayant dit qu’il en estimait la situation digne d’estre montée au Cavalier ; mais il ne l’a pas trouvée belle.

100Journal, mardi 16 juin, relation de la visite des Membres de l’Académie :

Ils les receu avec beaucoup de civilités et les entretint.

101Journal, mercredi 17 et jeudi 18 juin :

Les 17.e et 18.e. Le Cavalier a travaillé avec une assiduité grande à ses dessins, afin qu’ils fussent prets pour les faire voir à M. Colbert que l’on attendait à Paris. Le soir, M. Le Nonce l’étant venu voir, l’a mené à la promenade. Il [le Cavalier] m’a répété, en le quittant, ce qu’il m’avait déjà dit d’autres fois qu’il commençait à s’accoutumer au vin français, mais qu’on lui faisait trop bonne chère.

2)

  • 133 BNF, Mél. Colbert, 130, ff. 419r, 419v (blanc), 420r.

102Chantelou évoque le travail du Bernin pour le buste en marbre de Louis XIV et la commande d’un projet pour le maître-hôtel de Val-de-Grâce dans un lettre à Colbert du 26 juin133 :

  • 134 Voir Journal, 13 juin, Chantelou rapporte aussi que Bernin a rencontré au Val-de-Grâce Tubeuf, suri (...)
  • 135 Étienne Jeannot de Bartillat, garde du Trésor royal depuis 1662.

Ce vendredi 26 juin 1665
Monseigneur
à la promenade ce soir M. le Cavalier Bernin ma dit qu’il auroit besoin d’aller à St. Germain dimanche affin de voir le Roy, que ce seroit sans incommoder Sa Majesté, qu’il suffiroit qu’il la vit durant la Messe ou ailleurs. Il a travaillé avec grande attache ces deux jours cy au modelle de son buste. Hier au soir M.le President Tubeuf134et M. de Bartillat135le vinrent prier de la part de la Reyne Mère de faire un dessein pour l’autel de Val de grace. Il tesmoigna qu’il aprehendoit que ce fut par le mouvemens du directeur des Religieuses qui luy en avoit déjà parlé, qu’ à cause de cela il eust eté bien aisé d’en avoir un ordre écrit. M. Tubeuf l’assura que c’estoit le desir de la Reyne apres quoy il [le Cavalier] dit que cela donné il y penseroit. M. le Nonce [Roberti] vint au mesme temps et l’on fut à la promenade, comme nous auons esté ce soir avec M. l’abbé Buti. Je suis avec toute sorte de respect Monseigneur vostre très humble et très obéissant serviteur Chantelou

103Journal, jeudi 25 juin :

M. Tubeuf et M. de Bartillat, ce même jour, sont venus le prier, de la part de la Reine mère, de faire un dessin pour l’autel de Val de grâce. Il leur a témoigné qu’il avait peur que cette prière ne fut par le mouvement du directeur des religieuses qui lui en avoit déjà parlé ; que pour ce sujet il eut eté bien aisé d’en avoir un ordre par écrit. Je lui ai dit que ces messieurs étaient l’un le surintendant de la maison, l’autre le trésorier de la Reine, lesquels l’assuraient que c’était le désir de Sa Majesté. Il leur dit que, cela étant, il y penserait.

104Vendredi 26 juin, Chantelou écrit dans le Journal, en concordance parfaite avec la lettre qu’il adresse à Colbert le même jour : « J’ai écrit à M. Colbert, à la prière du Cavalier, qu’il aurait besoin d’aller à Saint-Germain le dimanche 28, afin de voir le Roi ; que ce serait sans incommoder Sa Majesté ; qu’il suffisait qu’il vit le Roi à la messe ou ailleurs ».

3)

  • 136 BNF, Mél. Colbert 130 bis, ff. 523-524r.

105Lundi 20 juillet Chantelou écrit à Colbert136 :

  • 137 Filippo Angeli, «fou» que le Grand Condé avait amené des Pays-Bas et qu’il offrit au roi.
  • 138 Henri de Beringhen, chevalier des ordres du roi, conseiller d’État.
  • 139 Anne, duc de Noailles, capitaine de la première compagnie de gardes du roi.

A Paris ce lundy
Monseigneur,
hier le Roy donna à l’issue de son disner une heure à M. Le C. Bernin comme vous luy aviés dit. Je m’estois rendu chez vous au sortir de table mais j’appris que vous estés allé a Chatou.
Auparavant que M. le Cavalier dessignast il montra au Roy son dessein de la fassade du costé de la rivière se l’estant faict expliquer et l’ayant beaucoup regardée. Sa M.té la montra à tous ceux qui estoient là presens, et au sujet des statues desquelle [sic] faisoit faire une académie à Rome de jeunes sculpteurs qui travailleroient à ces ouvrages sous le Cavalier. Ensuite elle se placea où et comment il voulut. Au commencement le Roy estoit debout, mais il desira un moment après que Sa M.té s’assisist. Comme il prenoit le craion, Langels137vint dire un mot tout bas au Roy, s’en estant allé, aussitost la Reyne vint et demeura toujours là durant qu’il travailla. M. de Beringhen138, Madame de Montausier, M. de Nouailles139estant venus les uns après les autres, le Roy commanda qu’on leur fist voir les dessins.
Je suis avec toute sorte de respect et de zèle Monseigneur Vostre très humble et très obéissant et très obligé serviteur Chantelou »

106Journal, dimanche 19 juillet :

[...] Le Cavalier, d’abord qu’il a été entré, a présenté à S.M. Son dessin de la façade du costé de la rivière, et le Roi, l’ayant bien considéré et se l’estant faict expliquer, l’a montré ensuite à S.M. De Saint -Aignan [Premier gentilhomme de la chambre] qui était là présent, et à quelques autres. S.M. après a voulu le considérer avec la façade du devant du Louvre [....] S.M. s’est mise après dans la situation qu’Elle a cru que pouvait désirer le Cavalier pour donner moyen de travailler à son dessin, se tint debout quelque temps, durant quoi il a considéré le Roi avec attention, puis a désiré que S.M. soit assise, et comme il commençait à prendre le crayon, l’Angeli est venu dire tout bas un mot au Roi, puis s’en est allé. Aussitôt après, la Reine est venue, laquelle s’est assise aussi, et a demeuré là toujours pendant que le Cavalier a dessiné auprès du Roi [..]. MM. De Noailles et de Beringhen éstant entrés après, et M.me de Montausier, le Roi m’a commandé de leur montrer les dessins ».

4)

  • 140 BNF, Mél. Colbert 106, ff. 610r et v, 611r.

107Une autre lettre de Chantelou à Colbert nous permet de confronter les comptes-rendus à Colbert et le Journal140.

  • 141 Pour l’histoire de ce chantier : N. Sainte-Fare Garnot, Le décor des Tuileries sous le règne de Lou (...)

108La reprise du chantier des Tuileries par le surintendant Colbert s’explique par sa volonté d’établir un siège parisien pour la Couronne et par l’invention d’un stratagème pour remédier aux lenteurs du chantier du Louvre141.

  • 142 Charles Perrault, en qualité de premier commis des bâtiments du roi, était chargé aussi du Louvre.

A Paris le 27 juillet 1665
Monseigneur, j’ai appris hier que j’eus eu l’honneur de vous escrire. M. Perrault142 vin nous communiquer quelques propositions pour des changements à faire au Palais des Tuileries. Mon frère luy en dit son sentiment, le mien estoit de voir sur le lieu affin de mieux juger ce que peut convenir. Ce matin Monseigneur nous avons esté pour prendre M. Perrault pour voir sur le lieu mesme et discourir ensemble sur ce sujet. Mais ne l’ayant pas trouvé, nous y sommes allés, mon frère [Roland Fréart] et moi, au bastiment et avons jugé à propos de vous escrire icy nos sentimens. Ils sont, Monseigneur, que puisqu’ on veut faire régner le long de la terrasse la corniche qui est au dessus de l’œuvre corinthien, ce seroit une chose bien plus reguliaire et plus noble de faire regner aussy le mesme ordre corinthien en la place des consolles destinés à porter des bustes faisans entre chaque fenestre deux pilastres. En outre nous avons veu diverses choses dans ces ouvrages qu’on pourroit regularizer et d’autres aussy qui sont mauvaises et aussi cela très mal exécutées. Sur cela Monseigneur je prends la hardiesse de vous dire que quoy que ce soit bon de faire des marchés des choses pour le mesnage il en arrive souvent que les ouvrages sont malfaits. Ce qu’il faut fuir, surtout dans les bastimens ou les deffauts sont exposés aux yeux de tout le monde et s’éternisent dans les civils. Il y a de plus quelque espèce de honte de corriger de jour à autre et beaucoup de depences, ce qui fait cognoistre la vertu du proverbe qui dit qui più spende manco spende.
Au reste M. Perrault me dit il y a quelques temps la bonté Monseigneur que vous aviez eue pour mon frère [Roland Fréart], et qu’il vous avoit représenté son peu de santé. Il est vray que la tache qu’il a eue à son cabinet depuis quinze ou vingt ans a altéré son tempérament et que il est faible. Mais je sens que l’action le fortifiera et qu’il..[sic] il servira volontiers aux choses dont vous le jugerez digne et moi en tous ce que vous plaira de commander. Monseigneur. Votre extremement très obéissant et très obligé serviteur chantelou.

109Journal, vendredi 3 et jeudi 4 juillet :

...M. Perrault est venu le soir nous communiquer à mon frère et moi quelques changements que l’on proposait d’y faire [aux Tuileries]. Nous lui en avons dit notre sentiment, et que ces vases que l’on a mis à l’entablement ne sont ni beaux ni convenablement placés ; qu’il serait mieux de faire régner la corniche de l’ordre corinthien le long de la terrasse, que d’y avoir mis une autre corniche, laquelle n’a liaison ni rapport à celle là ; que ce serait aussi une chose bien plus régulière de faire régner le même ordre corinthien entre les fenêtres à la place de ces consoles qui y sont, faisant entre chaque fenêtre deux pilastres ; qu’il y a dans tout cet ouvrage plusieurs choses que l’on pourrait régulariser, d’autres qui sont mauvaises et très mal exécutées ; qu’il est bon de faire des marchés pour l’économie, mais que cela souvent il arrive qu’on n’a que des ouvrages mal faits ; ce qu’il faut fuir surtout dans les bâtiments, où les fautes sont exposées aux yeux d’un chacun et demeurent à la postérité ; qu’il y a, outre cela, quelque honte de corriger de jour à autre et qu’il est vrai ce que dit le proverbe italien : qui più spende manco spende.

5)

  • 143 BNF, Mél. Colbert 130 bis, ff. 951v, 952r. Cette lettre a été publiée par H. Chardon, op. cit., 186 (...)
  • 144 Journal, mercredi 22 juillet Chantelou cite une visite du Cavalier chez Mignard : «Sour les quatre (...)
  • 145 M. Herval, Contrôleur général des finances; sa maison avait été décoré par Mignard et Dufresnoy.
  • 146 Everhard Jabach (1618 -1695), collectionneur et banquier à Paris. Sa première collection de dessins (...)
  • 147 Dans Journal, 25 juillet, Chantelou dit que c’est Pierre Mignard qui envoya le billet.
  • 148 Monsieur de Rive, oncle de Monsieur de Lionne (Journal, 25 juillet 1665).

A Paris ce 26 juillet 1665143.
Monseigneur
M.le Cavalier Bernin, m’ayant [...] demandé à aller à S. Germain comme il y est allé les dimanches precedens, Je crois que vous n’aures pas désagréable que je vous dise ce qu’il a fait depuis que vous estes parti d’icy ; qui a esté de travailler toujours au Buste du Roy hors les deux festes de cette semaine, la première desquelles il fut avec l’abbé Buti voir les dessins chez Mignard144 qui après le mena chez M. Herval145. Ils avoient fait parole auparavant d’aller hier matin veuoir ceux du S.r Jabat146. Mais comme M. l’abbé Buti147 luy envoya un billet qui donnoit advis que le dit s.r Jabat estoit allé a la Campagne, il fut surpris de cette nouvesté et après me dist non cè qui puntualità. Ayant un peu peiné il dist qu’il vouloit venir céans et y vint ou il vit avec attention les tableaux que j’ay de M Poussin. Son fils et le seigneur Mathia [de Rossi] y estoient aussy qui tous tesmoignèrent de l’admiration au delà beaucoup de ce que j’eusse attendu mais principalement le Cavalier. L’après disnée Monseigneur il fut après sa meridienne veoir le bastiment des Tuileries, et monta jusques en haut et vit qu’il y avoit des poutres de sapin. Il trouva au retour M. de Rive148et quelques autres que M. l’abbé Buti avoist amenés pour voir les dessins, il me demanda après à aller voir Messieurs de l’Académie je luy dit qu’elle ne se tenoit pas les festes. Ce matin Monseigneur il a esté voir la place du devan du Louvre le contour et le rez de chaussée et en suite la Salle des Machines avec le sr Begarani [Carlo Vigarani]. Présentement j’arrive de S.t Clou avec luy. Il a trouvé la situation fort belle, les eaus et le couvert. Monseigneur, Je suis avec toute sorte de respect et de zèle Vostre très humble très obligé serviteur Chantelou »...

110Journal, samedi 25 juillet :

[..]à huit heures un quart, il [Mignard] a envoyé un billet par lequel il a mandé que Jabach était allé à La Campagne. Le Cavalier est demeuré un peu étonné. Je luy ai dit que Mignard avait tort d’avoir attendu si tard à envoyer cet avis. Il a répondu : Non è suo diffetto, è della nazione ; non c’è qui puntualità.
Suit un compte-rendu de la visite du Cavalier à la collection de Chantelou, beaucoup plus détaillé que celui rapporté dans la lettre. Au sujet des Tuileries, Chantelou note dans le Journal à la même date :
L’apres disnée il a été avec le seigneur Mattia au bastiment des Tuileries à fin de veoir de certaines largeurs de salles, et les poutres dont on se sert ici pour les planches. Il m’a dit au retour qu’il y en avait vu de sapin. [...] Entrant chez lui il a trouvé M. de Rive, oncle de M. de Lionne, et quelques autres que l’abbé Butti avait amenés. L’Abbé leur a fait voir les dessins du Louvre.

111Journal, dimanche 26 juillet :

Le 26.e. J’ai su chez le Cavalier qu’il était dans le cloitre de Saint-Germain l’Auxerrois pour considérer les environs de la façade du Louvre, le rez-de-chaussée et les pentes..[..]. Vigarani, s’estant trouvé là, l’a mené avec les seigneurs Paolo [Bernini], Mattia [de Rossi] et moi vers la grande salle des Comédies [..] ; L’après dinée il a été à Saint Cloud, dont il a trouvé la situation extremement belle à cause de la vue et des eaux.

  • 149 D. del Pesco, Gian Lorenzo Bernini e Carlo Vigarani alla corte di Luigi XIV, dans W. Baricchi, J. d (...)

112Dans le Journal, les textes dédiés à la façade est du Louvre commencée par Louis Le Vau, et à la Salle des Machines de Vigarani sont beaucoup plus détaillées et plus critiques149.

Du mémoire au journal : un même language

113Malgré les différences entre la mission du cardinal Chigi et celle de Bernin, Chantelou se trouva dans l’obligation de produire des textes qui avaient au moins deux objectifs similaires : en premier lieu, fournir des « rapports » pour informer les autorités – le Roi et son ministre Colbert -, sur le comportement des hôtes italiens, en second lieu, établir des « procès-verbaux » des événements, destinés aux Annales officielles.

114Dans le cas de Bernin, les rapports devaient, semble-t-il, aussi rendre compte du travail effectué par l’artiste au regard des rémunérations attribuées par le « Surintendant des bâtiments ».

115Dans le Journal, Chantelou se réfère au Mémoire Chigi quand il écrit :

  • 150 Journal, 3 septembre 1665.

[Je] luy [au Roi] ay ensuite presenté le Journal du service que j’ay fait faire par les officiers de sa Maison à M. le Cardinal Légat, et luy ay dit, que tout le particulier de ce qui s’estoit passé durant que S. E. à esté en France y estoit noté, au moins de ce qui estoit venu à ma connoissance ; Sa Ma.té à dit à M. de Bellefond qu’il falloit transcrire cela dans le registre du bureau, et puis m’a commandé de le porter le soir à sa chambre150.

116Cette remarque nous indique que les mémoires, en tant que documents officiels, étaient rédigés dans leur forme définitive a posteriori, avec un délai par rapport aux événements.

  • 151 La comparaison entre les lettres de Chantelou à Colbert et le Journal montre quelques décalages tem (...)

117La comparaison entre le Mémoire de la légation Chigi et le Journal de voyage du Cavalier Bernin permet de vérifier que la structure et le style du premier sont semblables aux parties les plus descriptives du second151.

118Les passages relatifs à l’attribution à Chantelou de la première et de la seconde charge sont formulés avec plus ou moins les mêmes mots. Dans le Mémoire Chigi, Chantelou commence sa relation en racontant comment le roi lui a ordonné de se mettre à la disposition du cardinal :

Sa Majesté allant souper trouva par la galerie de M[aîtr]e Rousse [la galerie de Rosso Fiorentino à Fontainebleau]... le Sieur de Chantelou, m[aîtr]e d’hostel de Sa Majesté, et l’ayant appellé luy commanda d’avertir tous les offices de se tenir prest pour aller au devant de Mr. le Légat, et d’escrire a Mr. le Grand Maitre [le duc d’Enghien ] d’envoyer ses ordres pour ce service.

119Dans le Journal, on lit à la date du 1er juin :

  • 152 Paris, Institut de France, ms. 2105, f. 3.

M. Colbert me repartit qu’il falloit que j’envoyasse toute suite avertir ces M.rs de mon quartier venir incessamment pour ces services, et qu’il falloit, que sans remise je partisse le lendemain de fort grand matin [...]. Je me suis rendu chez Sa Seigneurie le duc d’Enghien, grand majordome, pour l’avertir et prendre congé de lui152.

120Les citations en italien des traits d’esprit du cardinal et de Bernin sont les mêmes, le récit des habitudes « italiennes » des hôtes, telle la sieste, est récurrent.

121Le portrait physique et psychologique de Bernin tracé par Chantelou dans les premières pages du Journal a une place et une structure semblable à celui du cardinal Chigi qui apparaît à la sixième page du Mémoire concernant son ambassade :

Il ne sera peut être pas désagréable de dire icy quelques choses de la personne de Mr le Cardinal Chigi ; c’est un homme fort bien fait, de phisionomie noble, et qui fait juger qu’il a de la bonté et de la douceur ; l’on voit dans ses yeux beaucoup de vivacité ; son poil est fort noir, et son teint blanc, il a le visage assez plein et le corps aussi ; la main belle et la jambe fort bien faite, pour sa taille elle est médiocre et son age de trente trois ou trente quatre ans ; au reste il est grave et ne parle guère.

122Dans le Journal, on lit à propos du Cavalier, à la date du 6 juin :

J’ai jugé... que ce ne seroit pas une chose inutile... que je vous fasse icy un léger crayon, où comme disent les peintres italiens, in squisse [sic] de luy, et de son esprit. Je vous dirai donc que le Cavalier Bernin est un homme d’une taille médiocre, mais bien proportionnée, plus maigre que gras, d’un temperament tout de feu, son visage a du rapport à une aigle, particulièrement par les yeux. Il a le poil des sourcis fort long, le front grand, un peu cavé par le milieu et relevé doucement au dessus des yeux. Il est chauve et les cheveux qui lui restent sont crespés, et tous blancs. Aussi de son [sa] propre confession il a soixante cinq ans, il est pourtant vigoreux pour cet age là, et marche délibérément à pied, comme s’il n’avoit que trente ou quarante ; l’on peut dire que son esprit est des plus beau, que la nature ait jamais formé.

Pouquoi chantelou a-t-il rédigé le journal ?

123Il est juste de répéter que le Journal de Chantelou va au delà des limites des Mémoires. Chantelou aurait abordé un travail si ambitieux dans l’espoir de réaliser un « grand livre » pour célébrer au même temps un roi exceptionnel et un illustre artiste qui en avait reconnu la grandeur acceptant de lui rendre service.

124Mais les opinions exprimées par Chantelou, le choix sévère et précis des œuvres d’art et d’architecture qu’il commente, ses jugements sur les personnes et les situations, apparaissent aussi comme des prises de position personnelles étayées de manière exhaustive par des arguments solides et appropriés s’inscrivant dans les débats qui avaient lieu à la cour de Louis XIV, sous l’impulsion de Colbert alors « Surintendant des bâtiments ».

125Chantelou ne se limite pas à une chronique du voyage de Bernin mais il introduit, pour des raisons d’intérêt personnel, de nombreux éléments qui rehaussent son propre prestige et celui de son frère. Ce mélange peut expliquer, me semble-t-il, l’hétérogénéité particulière du texte du Journal qui est à la fois un écrit biographique-narratif, un journal de voyage et une œuvre riche d’implications théoriques et d’allusions à des conjonctures historico-politiques. Ainsi, le Journal ne peut-il être classé parmi les genres littéraires de l’époque.

126Ce penchant à souligner ses capacités personnelles était déjà présent dans les pages concises du Mémoire Chigi. Dans le Journal du voyage de Bernin à chaque occasion Chantelou fait remarquer qu’il est apprécié en tant qu’accompagnateur par le grand artiste et qu’il est un « connaisseur » capable de découvrir, d’évaluer des œuvres d’art présentes sur le marché et d’émettre des jugements sûrs.

  • 153 Pour la chronologie de la rédaction du Journal, cf. D. del Pesco in Le Bernin et l’Europe, cit., Pa (...)

127La rédaction du Journal, récit d’une grande qualité culturelle, pouvait être déterminante pour acquérir du poids dans une situation où le Roi et son ministre Colbert étaient fortement engagés dans la définition des nouvelles institutions liées à la production artistique par lesquelles s’exprimera le prestige de la France de Louis XIV en Europe153.

128Le Journal n’est donc pas seulement un texte sur Bernin, mais un récit fortement ancré dans la réalité de la situation française.

  • 154 D. del Pesco, Paul de Chantelou, Roland Fréart e Charles Errard : successi e insuccessi dall’Italia (...)

129Chantelou et son frère Roland avaient commencé, à l’époque de Richelieu, à affirmer leurs idées dans le domaine de l’art en collaborant aux nombreuses initiatives prises par le surintendant des Bâtiments Sublet de Noyers154. L’attitude normative de Roland Fréart dans ses écrits – le Parallèle de l’architecture (1650), la traduction de Palladio (1650) et du manuscrit de Léonard de Vinci sur la peinture (1651) – répondait aux besoins de la nouvelle Académie royale de peinture et de sculpture, fondée en 1648. En effet, elle était appelée à mettre en place des instruments didactiques efficaces et à affirmer son niveau culturel pour assumer son rôle de prestige.

130Cette première phase d’activités fut brusquement interrompue par la mort de Richelieu en 1642 qui conduisit à la disgrâce de Sublet de Noyers, mais une nouvelle opportunité apparut pour les deux frères Fréart dans les années 1661-1662, quand Louis XIV prit effectivement le pouvoir. Roland publia l’Idée de la perfection de la peinture et, l’année suivante, la traduction de la Perspective d’Euclide. En 1663, Le Brun fut nommé secrétaire perpétuel (Chancelier) de l’Académie royale de peinture au détriment de Charles Errard, l’ami des Fréart. Ce choix dut affecter les deux frères : il n’est pas une page du Journal concernant Le Brun qui ne souligne ses limites.

131En janvier 1664 Colbert devint « Surintendant des bâtiments » ; il lança son grand projet de réformes institutionnelles qui ouvrait de nouvelles possibilités. La situation semblait évoluer de manière positive pour les frères Fréart : en mai 1664 Chantelou fut chargé d’accompagner le cardinal Chigi et l’année suivante le Bernin. Le 6 septembre 1665, on demanda à Roland Fréart, toujours sur ordre de Colbert, de suivre la réalisation du projet du Bernin pour le Louvre. Dans ce contexte, le lien entre les deux frères se voyait renforcé.

132Au cours de ces années les Fréart cherchaient à s’attirer la considération de la cour et des milieux académiques face à l’opportunité de la création de l’Académie de France à Rome. Ils pensaient que la production d’un texte pouvait renforcer leur position. Chantelou écrivit le Journal en rapport étroit avec son frère. Les passages théoriques sont des citations presque littérales des écrits de Roland, même s’il ne partageait pas sa vision radicale du classicisme.

  • 155 M. Foisil, Le goût du Bernin d’après le Journal de Chantelou, dans Études européennes. Mélanges off (...)

133La comparaison entre les textes des deux Fréart permet de remarquer les similitudes du language et l’usage des mêmes expressions techniques comme « justesse du dessin, habile composition, costume, grâce, perspective » pour qualifier l’art de Raphaël, et, avec une connotation négative, celles de « libertinage, herésie de l’art, abus » associées à l’art de Michelange mais aussi des « Lombards », c’est à dire les peintres vénitiens et le Corrège155. Le Journal participait activement aux débats, recueillant les idées de Chantelou et de son frère. Le projet de nomination au poste de directeur de l’Académie de France à Rome de leur très cher ami Poussin ne se réalisa pas à cause de la mort du peintre, mais la direction de l’Académie romaine fut attribuée en 1666 à Charles Errard, l’ami fidèle de la retraite à Dangu après la disgrâce de Sublet de Noyers en 1643.

134On peut supposer que les manuscrits de l’Institut et Custodia ont été à nouveau élaborés autour de 1671-72. En effet, dans les deux, à la date du 2 juin, César d’Estrée est nommé par son titre de « cardinal », obtenu cette année-là, alors que, dans le texte du Journal du 22 août 1665, il est mentionné sous le nom de « M. De Laon », en référence au siège épiscopal qu’il occupait depuis 1653.

135On pourrait penser que le manuscrit de l’Institut est une version mise au propre d’une première ébauche de Chantelou, afin d’avoir une idée plus précise du texte et, éventuellement, pour le faire connaître. Le manuscrit de l’Institut Néerlandais, qui est postérieur à celui de l’Institut, aurait pu être rédigé dans le but de présenter le texte à une époque qui se situe entre 1668, date du dernier document annexé, c’est-à-dire l’écrit cacheté de Chantelou à Colbert, et 1671-72, date de la nomination du « cardinal d’Estrée ».

136De décembre 1667 à juillet 1668, Roland Fréart revint du Mans à Paris et reçut des paiements des caisses du roi. Il est possible qu’il ait reçu ces paiements comme membre du Petit conseil, nommé en avril 1667, auquel prenaient part Louis Le Vau, Le Brun, Charles et Claude Perrault. Mais Perrault fut chargé d’élaborer les nouveaux plans pour le Louvre et l’on envisagea d’écarter les projets de

137Bernin. Dans l’écrit cacheté du 16 juin 1668, Chantelou demandait encore que le projet de Bernin soit réalisé, événement qui aurait automatiquement représenté une reconnaissance pour les frères Fréart, qui avaient manifestement des liens d’amitié avec l’artiste italien.

138La référence au « cardinal d’Estrée » indique que Chantelou se remit à travailler à son Journal en 1671, année de la création de l’Académie d’architecture qui – moindre victoire pour les deux frères – adopta les écrits de Roland Fréart comme texte pour les éléves.

139D’autre part, à Rome, Errard faisait élire, en 1672, « Académicien de mérite » pour la sculpture Paolo, le fils de Bernin ; et en 1673 Mattia de Rossi, l’assistant de Bernin à Paris, fut appelé comme professeur d’architecture.

  • 156 Lettre de Carlo Cartari du 15 janvier 1675 (BNF, ms. it. 2084, ff. 102-137). D’après les guides de (...)

140Par ailleurs, la publication en 1672 des Vite dei pittori, scultori e architetti moderni de Bellori dédicacé à Colbert, en ignorant Bernin qui, à l’époque, se trouvait dans une période difficile pour des motifs personnels et professionnels, ne pouvait qu’entraîner Chantelou à poursuivre son travail sur le Journal. En 1673, Pier Filippo, autre fils de Bernin, recueillait des matériaux variés pour écrire une biographie qui redonnerait une image positive de son père, en cherchant à élaborer « une défense et une contre attaque »156. La même année prit fin l’intense correspondance entre Bernin et Colbert au sujet de l’exécution du monument équestre de Louis XIV ; l’œuvre, péniblement terminée par le vieil artiste, n’intéressait manifestement plus.

  • 157 T. Montanari, op. cit., 1998, p. 400. De La Chambre publia l’Éloge du Monsieur le Cavalier Bernin d (...)

141Il n’est pas surprenant que devant ces difficultés sur le front français, qui s’ajoutaient à celles de Rome, la tentative de Pier Filippo Bernini de faire publier, déjà à la fin de 1673, une biographie en italien sur son père fût associée à l’idée de produire aussi une « Vie » de Bernin en français. Le 9 décembre de la même année, un Avis publié à Rome rappelle qu’une biographie « est écrite par son cher ami, un abbé » qui, selon toute probabilité, est l’abbé De La Chambre157, ami de Chantelou, qui l’avait présenté à Bernin en 1665. Ainsi, De La Chambre avait-il pu partir pour Rome avec le Chevalier et parcourir la première partie du voyage jusqu’à Villejuif dans le carrosse du nonce Roberti, avec Chantelou et l’abbé Butti. Du reste, les premiers témoignages du Journal proviennent du texte de De La Chambre, texte peu apprécié par l’entourage du Bernin parce qu’il était moins élogieux qu’il ne l’espérait.

142Peut-être Chantelou a-t-il appris que l’on souhaitait que le Cavalier soit aussi soutenu en France pour lutter contre la perte d’intérêt pour son monument équestre.

143Le projet de Chantelou d’écrire un texte biographique sur Bernin, si tant est qu’il ait existé, ne fut jamais réalisé : l’absence d’un texte définitif du Journal pourrait être mis en relation avec le fait que l’auteur se retira de la vie publique en 1675, mais aussi avec le décès de son frère Roland Fréart en 1676.

  • 158 Journal, éd. Stanic´, p. 295; éd. del Pesco, p. 470.

144Dans ces circonstances, cependant, Chantelou ne devait pas abandonner complètement l’idée de réaliser un livre sur le séjour de Bernin en France, comme le suggère la présence, en annexe du manuscrit de l’Institut, d’une lettre du 18 décembre 1678, envoyée par Bernin à Chantelou, qui marque la reprise de leur correspondance, interrompue depuis deux ans. Dans cette lettre Bernin écrivait : « il y a pas mal de temps que j’ai terminé la statue équestre [de Louis XIV], mais quand ils la verront, ils trouveront que ce n’est pas grand chose, mais comme les autres seigneurs sont courtois, prudents et discrets, ils seront indulgents »158.

145On peut donc se demander si Chantelou, en 1678, devant les difficultés de son vieil ami qui écrivait sur un ton bien différent de celui du séjour parisien, sûr de lui et un peu arrogant, pensait utiliser d’une autre façon son volumineux manuscrit. Depuis que Chantelou s’était retiré de la vie publique, le manuscrit avait perdu ses objectifs de célébration d’un grand artiste et de promotion personnelle à laquelle son auteur avait aspiré par le passé.

146La lettre peut avoir été ajoutée au manuscrit simplement parce qu’elle était en rapport avec l’activité de Bernin en France, mais la nécessité de réhabiliter le maître apparaissait encore actuelle comme le prouve la demande adressée à Filippo Baldinucci d’écrire une biographie du Bernin, aux alentours de 1678.

147Les dix dernières années de la vie de Bernin, durant les pontificats Altieri et Odescalchi furent certainement les plus mélancoliques, et pas seulement pour des raisons personnelles. Aux difficultés financières des ces papes s’ajoutait une exigence diffuse d’austérité qui imprégnait les formes de la production artistique. La nouvelle hégémonie politique de la France de Louis XIV sur l’Europe se manifestait aussi à Rome où les sculpteurs formés à l’Académie de France obtenaient les principales commandes et où l’intense activité de Carlo Maratta et de Carlo Fontana révélait un équilibre et une élégance formelle désormais essentiellement anti-berniniennes.

148Pour conclure, il faut se demander si le Journal, destiné à l’origine à la promotion sociale de l’homme de cour et de culture qu’était Fréart de Chantelou, pouvait être proposé en 1678 comme un écrit biographique pour soutenir Bernin en témoignage d’une vieille amitié.

149Comme l’a montré l’analyse attentive et directe des documents d’archives, les lettres de service sont devenus, sous la plume de Chantelou, un texte d’une grande importance. C’est seulement en croisant les sources diverses – mémoires, lettres, biographies, journaux de voyage –, avec les textes théoriques sur l’art italien et français, que l’on peut comprendre le Journal du voyage du Cavalier Bernin en France, mais aussi avoir une image réelle des faits et des dynamiques occultes d’une situation politique et historique complexe à un tournant de l’histoire européenne.

Haut de page

Notes

1 Memoire du traitement fait par la Maison du Roy a Monsieur le Cardinal Chigi Legat a Latere en France, BNF, ms.fr. 6143. J. Lionnet en cite quelques passages dans Les événements musicaux de la Légation du cardinal Flavio Chigi en France, Eté 1664, dans Studi musicali, XXV, 1996, 1-2, p. 127-153. Ce mémoire est mentionné par M. Stanic´, Le génie de Gianlorenzo Bernini d’après le Journal de Chantelou. Un chapitre italophile de la littérature artistique du Grand Siècle, dans Revue d’esthétique, 31/32, 1997, p. 110-12.

2 C. Germ, Louis XIV et le Saint-Siège, Paris, 1894, I, p. 468, 483 ss., 497, 499 ss., 503 ss., 520 ss., 527 ss.; L. Von Pastor, Storia dei papi : dalla fine del medio evo, XIV, Rome, 1944-63; Ch. De Moüy, L’Ambassade du duc de Créquy, Paris, 1893, 2 vol.

3 Charles III de Créquy (ou Créqui) (1623-1687), duc et pair (1652), ambassadeur à Rome (1662-65) puis en Angleterre (1677). Premier gentilhomme de la Chambre et gouverneur de Paris (1675), il vécut à la cour de Louis XIV la deuxième partie de sa vie. Collectionneur comme son grand père, Charles I de Créquy (voir ci-après note 92), il possédait un cabinet d’environ 230 tableaux (A. Schnapper, Collections et collectionneurs dans la France du xviie siècle, Paris, 1994, p. 383-385). En 1642 et 1645, il participa aux campagnes de la guerre des Trente Ans, en 1649 à celles en Espagne et fut fait Lieutenant-général après le siège d’Orbetello (1646).

4 B. Neveu, «Regia fortuna» : le palais Farnèse durant la seconde moitié du xviie siècle in Le palais Farnèse, Rome, 1981, I, 2, p. 486-495.

5 Le droit de régale avait été souvent la cause de conflits entre la papauté et les rois de France. A. Furètiere (Dictionnaire universel, éd. La Haye, 1690, p. 1759) nous donne cette définition de régale : «droit qui appartient au Roi sur les Benefices. Il consiste à avoir l’administration des revenus des Evechez durant que le siège est vacant et de pourvoir aux Benefices qui viennent à vaquer pendant ce temps-là». L’un des aspects essentiels de la mission de Coelio Piccolomini, nonce en France à partir de 1656, était le rôle qu’il devait remplir, par rapport à celui du roi de France, lors de la nomination d’un évêque (P. Blet, Les nonces du Pape à la cour de Louis XIV, Paris, 2002, cap. 1, p. 16-29).

6 Articoli accordati nel trattato fatto ivi in Pisa tra il nostro Padre Alessandro settimo per divina providenza sommo Pontefice, e l’altissimo, e potentissimo principe Luigi 14° per la Dio gratia Rè di Francia, e di Navarra, copie des accords signés avec la médiation du duc de Toscane, Archivio di Stato di Firenze, Magalotti, 224, 17, p. 14 [pages non numérotées].

7 Articoli accordati... cit.

8 C. Conforti, Dimore estensi a Roma nei secoli del barocco, dans G. Cantone (dir.), Centri e periferie del Barocco : corso internazionale di alta cultura, Rome, 1992, p. 213-232; C. Curci, Il palazzo Este in Roma, dans Rivista storica del Lazio, 1999, 11, p. 51-110.

9 Articoli accordati... cit.

10 Flavio Chigi fut nommé legato a latere aupès de la Cour de France le 24 mars 1664 : BAV, Vat. lat. 13.409, f. 73; Pouvoirs de Monseigneur l’éminentissime Cardinal Chigi legat a latère en France, suivant la Bulle donnée à Rome à Saincte Marie Major, l’An de l’Incarnation de N.S. le IX. des Kalendes d’Avril M. DC. LXIII. qui revient au 24. Mars de la présente année 1664. Avec la Commission de la Légation en Latin & en François, Paris, chez Alexandre Lesselin, 1664.

11 Après l’audience du légat à Fontainebleau, le 29 juillet 1664, Don Mario Chigi put rentrer à Rome.

12 D. Bernini, Vita del Cavalier Gio. Lorenzo Bernino descritta da Domenico Bernino suo figlio, Rome, 1713, p. 123; S. Fraschetti, Il Bernini, Milan, 1900, p. 340-341.

13 Voir D. del Pesco, Il Louvre di Bernini nella Francia di Luigi XIV, Naples, 1984.

14 Diario del viaggio dell’E.mo Sig. Card.Chigi [legato a Latere] da Civitavecchia a Marsiglia, Sienne, Archivio Chigi Saracini (enveloppe 2); BAV, Chigi E. II. 36 (documents concernant la Légation en France en 1664 et mémoire de la légation du cardinal Barberini en France en 1625); BAV, Chigi n. 9046; Mss. Chigiani, 2565, XX-XXI, Relaz. e diario della legazione in Francia (1664); BAV, ms. Capponi 234; BAV, Vat. lat. 8354, ff. 278-287. Pour les correspondances épistolaires, cf. Archivio Segreto Vaticano, Segreteria di Stato. Francia.

15 Tel est le titre du Mémoire BNF, ms.fr. 6143, ff. 1-39. Des copies manuscrites presque identiques de ce Mémoire sont : BNF, Mél. Colbert, 79, ff. 90-119; voir aussi BNF, Collection de Cinq Cents de Colbert, 173, Mémoirs concernant les Légats et leur réception en France depuis 1501 jusques en 1664, Légation Chigi, ff. 169 sv.; BNF, Collection de Cinq Cents de Colbert, 175, Mémoire du traitement fait par la Maison du Roy à Monsieur le Cardinal Chigi, Légat a latere en France (1664), cit. par A. Vautier dans Voyage de France. Mœurs et coutumes françaises (1664-1665), rélation de Sébastien Locatelli, prêtre bolonais, éd., Paris, 1905, p. 162, 264. Voir aussi les textes imprimés : Relation de la conduite presente de la Cour de France, adressée à un Cardinal à Rome, par un seigneur romain, de la suite de son Eminence Monseigneur le Cardinal Flavio Chigi, legat du Saint Siege vers le Roy tres-chrestien. Traduite de l’italien en françois, Leyde, Antoine Du Val, 1665; Commissio legationis. Dilecto filio Flavio tituli sanctae Mariae de Populo, sanctae Romanae Ecclesiae Cardinali Chisio nuncupato, ad Charissimum in Christo filium nostrum Ludovicum Franciae et Navarrae Regem Christianissimum... Paris, Lesselin, 1664 (Texte latin et traduction française des bulles qui furent publiées en plusieurs éditions).

16 BAV, Chigi, E. II. 38 (ff. 297 du 23 avril au 12 août 1664). Des passages de ce Mémoire ont été utilisés par A. Schiavo, Il viaggio del Bernini in Francia nei documenti dell’Archivio Segreto Vaticano, dans Bollettino del Centro di studi per la storia dell’architettura, 10, 1956, p. 23-80, par A. Angelini, Gian Lorenzo Bernini e i Chigi tra Roma e Siena, Sienne, 1998, p. 197-210 et par C. Benocci (éd), I giardini Chigi tra Siena e Roma : dal Cinquecento agli inizi dell’Ottocento, Sienne, 2005, p. 150-160.

17 BNF, ms.it. 1271 (ff. 30r-145r). Ce mémoire s’ouvre à la date du 5 mai 1664 et se conclut le 9 octobre 1664, jour du départ du cardinal Chigi, qui se trouvait à Montefiascone, pour Castelgandolfo où Alexandre VII séjournait. Le 10 août le cardinal avait quitté Paris; Ravizza décrit aussi les étapes du voyage vers Avignon et le retour en Italie. Ce mémoire de la BNF presente des corrections, tandis qu’une copie «propre» du compte-rendu rédigé par M. Ravizza se trouve à Rome à la Biblioteca Corsiniana, cod. 243, col. 38-A-18. (Relazione della legazione in Francia del sig. Card.le Flavio Chigi, l’anno 1664 di mons. Ravizzi ms. di carte 209). Le manuscrit BAV, Chigi E.II. 37 est un cahier de notes que monseigneur Ravizza rédigea presque chaque jour.

18 BAV, Chigi, E. II. 35 (153 ff., du 7 mai au 30 août 1664).

19 Dans le Registro il y a aussi les rapports rédigés par Monseigneur Francesco Ravizza, notamment la Relazione dell’ingresso pubblico di S. E. a Parigi.

20 Pourtant dans le mémoire de Baldini (BAV, Chigi E. II. 38) on ne trouve pas le rapport du séjour du légat à Paris du 9 au 11 août 1664.

21 Dans BNF, ms. it. 1271 on remarque les interruptions du rythme quotidien du récit à l’occasion des missions de Ravizza à Fontainebleau pour préparer les visites du légat.

22 Le mémoire de Baldini comprend le Ruolo di tutta la comitiva e famiglia condotta dal card. Flavio Chigi in Francia nella sua Legazione, où sont cités les participants à la légation embarqués dans chacune des cinq galères (ff. 7-12).

23 Francesco Piccolomini, fils de Virginia Piccolomini Chigi, sœur de Mario, Fabio et d’Augusto Chigi qui était le père de Sigismondo Chigi.

24 BNF, ms.fr. 6143, 7 juin; pour les données biographiques de ces personnages, voir les notes au Mémoire Chigi de Chantelou. Dans BNF, ms. it. 1271, f. 30r, on lit que le cardinal est sur la galère avec «Agostino Chigi, Mons Corsini, tesoriere, Mons. Colonna, protonotario, Mons. Visconti, datario, mons. Bonaccorsi, majordomo, mons. Ravizzi, auditore, il principe D. Sigismondo Chigi, Francesco Piccolomini, Goffredo Marini, Filippo Nerli e Adriano Nini».

25 En 1665, Canini travaillait dans le palais du cardinal à Rome (SS. Apostoli) et en 1666 à Formello (chapelle de la villa Versaglia).

26 A. Pampalone, Dizionario Biografico degli Italiani, sub voce; S. Prosperi Valenti Rodinò, Canini en France dans Seicento : la peinture italienne du xviie siècle et la France, Paris, 1990, p. 199-214; M. Montembault et J. Schloder. L’album Canini du Louvre et la collection d’antiques de Richelieu, Préface de Jacques Thuillier. Avant-propos de Françoise Viatte, Paris, 1988. Vingt-six des statues envoyées de Rome en 1633 faisant partie de la décoration de la cour du château de Richelieu furent dessinées par Canini (Musée du Louvre, cabinet des dessins, RF 36716); ces dessins auraient permis au cardinal d’imaginer les antiques dans leur futur cadre. N. Turner, Drawings by Giovanni Angelo Canini, dans Master drawings, 16, 1978, p. 387-397; D. Gasparro, Les sculptures antiques de Richelieu et les dessins perdus de l’album Canini, dans Revue du Louvre, 53, 2003, 1, p. 59-66. Canini dédia a Flavio Chigi les dessins conservés à la BAV, Chigi G. VIII. 224; à la même période appartient un dessin avec l’Allégorie de la France et de l’Italie (Rome, Académie de Saint-Luc). L’Iconografia cioè disegni di immagini de’ famosissimi Monarchi, Regi, Filosofi, Poeti e Oratori dell’antichità (1669) de Canini fut présenté à Colbert à l’occasion du voyage en France en 1664.

27 Les 19 dessins de Canini illustrant les étapes de la légation Chigi sont conservés à la BAV, Chigi F.VIII. 191 (craie noire sur papier blanc). Sur la plupart des dessins est indiquée la date à laquelle la légation séjourna dans le lieu représenté. Canini a dessiné les quatre galères, les Rocchette, l’Argentario, auquel sont consacrés deux dessins, Livourne, où le cardinal reçoit les hommages des dignitaires siennois et florentins, le fort «detto la scola», Massa Carrara, le «forte Santa Maria», Porto Venere, Portofino, Savone (2 dessins) où un concert est organisé en l’honneur du cardinal. Le sites français représentés sont Monaco, Nice, «forte di Santo Spirito» (St. Supin), Bréganson, «scoglio fuori del porto della sità», la «sità a oriente», Saint Tropez (on lit «Sant Orpes»), «forte dell’isola d’eres [Hyères]», «posto incontro la bocca del porto di Marsilia», Marseille; les localités des Bouches du Rhône et du Vaucluse (Arles, le Pont du Gard, l’amphithéâtre de Nîmes, Avignon), «ponte Santo Spirito sotto vi passa il Rodano», Valence, Vienne et la «piramide posta fuori della città di Vienna», Lyon, les villes le long de la Loire (Roanne, Gien, Marcigny, Bourbon-Lancy, Châteauneuf, Orléans), Nemours étant la dernière ville illustrée.

28 B. Cacciotti, La collezione di antichità del cardinale Flavio Chigi, Roma, 2004.

29 Le dessin de Thomas Blanchet de la porte triomphale aménagée à l’occasion de l’entrée du Légat se trouve à la BAV, Chigi F.VIII.191, f. 44. Voir aussi les planches gravées dans Cl.- F. Ménestrier, Relation de l’entrée de Mgr l’éminentissime cardinal Flavio Chigi, neveu de Sa Sainteté, et son légat apostolique en la ville de Lyon, Lyon, chez A. Jullieron, 1664, et les textes imprimés : L’entrée solennelle dans la ville de Lyon, de monseigneur l’éminentissime cardinal Flavio Chigi, neveu de Sa Sainteté, et son légat «à latere» en France; avec les noms, qualités et blasons des prélats, seigneurs et gentilshommes de sa suite, pareillement les noms, qualités, blasons et harangues des personnes les plus considérables qui composent les corps de la ville de Lyon, selon l’ordre qu’ils ont tenu dans la prononciation des harangues qu’ils ont faites à cette Éminence (31mai), Lyon, A. Fumeux, 1664; L’entrée de Monseigneur le légat Flavio Chigi, neveu de Sa Sainteté dans la ville de Lyon. En vers burlesques. P.L.S.G.I.C.D.C.S.L., Lyon, A. Jullieron, 1664.

30 BAV, Chigi E. II. 38, f. 129v. Tarare est à 25 km de Lyon.

31 Saint-Symphorien-de-Lay est à 53 km de Lyon.

32 BAV, Chigi E. II. 38, f. 138-139. Roanne est à 87 km à nord-ouest de Lyon.

33 Marcigny, en Bourgogne, à 25 km de Roanne.

34 Digoin, à 131 km au nord de Lyon.

35 BNF, ms.fr. 6143, f. 9.

36 BAV, Chigi E. II. 35, f. 45v (lettre du 14 juin de Nevers).

37 Bourbon-Lancy en Saône-et-Loire.

38 BAV, Chigi E. II. 38, f. 162v.

39 BNF, ms.fr. 6143, f. 8; le plan des bains est sur une page non numerotée; il se touve aussi à la BNF, Collection de Cinq Cents de Colbert, 175, fol. 8; BAV, Chigi F.VIII.191, f. 51r (avec légendes en italien).

40 BNF, ms.it. 1271, f. 63.

41 BAV, Chigi E.II. 35, f. 44v.

42 Distance à laquelle une arme à feu peut lancer un projectile.

43 Louis IV, duc de Nevers, marié à Henriette de Clèves, héritière du duché de Nevers, conseiller du duc d’Anjou – futur Henri III – membre du conseil royal et chef de l’armée royale, prit part activement aux guerres de religion en combattant les Réformés. Girault de Saint-Fargeau, en 1838, cite les monuments funéraires des Gonzague comme «ouvrage d’un habile sculpteur italien»; on peut en voir la description dans G. de Soultrait, Guide archéologique dans Navers, Nevers, 1856, p. 37. Pierre Colman (La dalle funéraire du sculpteur Thomas Tollet (1537-1621), dans Bulletin du Patrimoine artistique de Bruxelles, 1959, p. 158-162), signale la présence de Tollet à Nevers à partir de 1592 (p. 160). E. J. Ciprut (Mathieu Jacquet, sculpteur d’Henry IV, Paris, 1967, p. 66) affirme que Tollet a exécuté en 1591 les monuments funéraires des Gonzague et que vers 1601, Henriette de Clèves, veuve de Louis Gonzague, commandait à Mathieu Jacquet une sépulture et un epithaphe pour le cœur de la princesse Henriette de Gonzague et de Clèves, sa belle sœur, veuve d’Henri de Lorraine (p. 67). Il s’agissait d’un monument en marbre noir dans un cadre de marbre blanc, entouré des images de la Religion et de la Chasteté en demi taille en relief (ivi, p. 142-143). Cfr. aussi J. Gessler, A propos de Thomas Tollet, sculpteur liégois, dans Chronique archéologique du Pays de Liège, XXIV, 1933, p. 79-81; J. Breuer, Les orfèvres du Pays de Liège. Une liste des membres du métier, dans Bulletin de la Société des bibliophiles liégois, XIII, 1935, p. 66; A. Boltansky, Les Nevers : une maison noble et ses clientèles dans la trame de l’État royal (vers 1550-vers 1620), thèse de doctorat, Université de Paris I, N. Lemaître (dir.), 2001.

44 BNF, ms.it. 1271, f. 64 v.

45 Voyage de France. Mœurs et coutumes françaises (1664-1665), rélation de Sébastien Locatelli, prêtre bolonais, éd. A. Vautier, Paris, 1905, p. 96; éd. it. Viaggio di Francia. Costumi e qualità di quei paesi (1664-1665), éd. L. Monga, Moncalieri, 1990, p. 183 : «vi sono di molti serenissimi della Casa Gonzaga, fabricati di marmi candidissimi e pietra paragone, trasportati quivi fin dall’Italia». Le voyage en France de Locatelli (24 avril 1664-16 juin 1665) coïncida avec la mission du légat Chigi. Locatelli se trouvait à Lyon au moment de l’entrée solennelle du cardinal et note soigneusement plusieurs détails concernant le séjour du légat en France.

46 BNF, ms.it. 1271, f. 66.

47 BAV, Chigi E. II. 35, f. 47v.

48 BNF, ms.it 1271, f. 68v. Pierre Séguier (1588-1672), protecteur de Charles Le Brun, acquit le château de Gien en 1654.

49 BAV, Chigi E.II. 38, ff. 160-161.

50 BAV, Chigi, F.VIII. 191, ff. 57v-58r, sans date, le dernier de l’album.

51 BAV, Chigi E.II. 38, ff. 163v. Le parcours sur la Loire de Roanne à Orléans (9-19 juin) est à peu près de 250 km.

52 BNF, ms.fr. 6143, ff. 15 et 16.

53 Branche réformée de l’ordre franciscain, créée au xvie siècle dans l’aire franco-allemande flamande, dérivant du mouvement né dans la péninsule ibérique et solidement structuré par Pietro d’Alcantara au xve siècle, l’ordre des Récollets observe strictement la règle de Saint-François d’Assise. A côté des Alcantarins ibériques et des Réformés italiens, les Récollets se divisent en deux «nations» : les Récollets français et les Récollets germano-belges. La stricte observance de la règle franciscaine se traduit par leur engagement à vivre dans une extrême pauvreté et à respecter le temps dédié à la «récollection» – au début du xviie siècle, deux heures de prière mentale par jour. L’activité pastorale de l’ordre s’étend également à d’autres continents et s’opposa, en France, à la diffusion du protestantisme.

54 Cette province fut fondée en 1619. Pour les commandes artistiques de Chantelou dans cette région, voir D. del Pesco, Nicolas Poussin, Barthélemy de Mélo e altri. Paul de Chantelou e Françoise Mariette, committenti d’arte a Parigi e nel Maine. Riflessioni su un testamento, dans Confronto, 10-11, 2007-2008, p. 18-44.

55 BNF, ms.fr. 6143, f. 12.

56 BNF, ms.it 1271, f. 77.

57 Pithiviers est à 48 km au nord d’Orléans et à 90 Km de Paris.

58 BAV, Chigi E.II. 38, f. 179.

59 BNF, ms.it. 1271, ff. 78v, 79.

60 Le sieur Girault, aide des introducteurs des Ambassadeurs, tels que Monsieur de Bonneuil, est cité à maintes reprises dans J. Rousset de Missy, Le Cérémonial diplomatique des cours d’Europe, Amsterdam, 1739. N. Besongne, L’Éstat de la France, nouvellement corrigé et mis en meilleur ordre (...), Paris, E. Loyson, 1663, 2 vol., vol. 1, f. 212 cite «M. de Chabenat-Bonoeil, Introducteur des Ambassadeurs».

61 Scaramouche fut une création de l’acteur italien Tiberio Fiorilli (Naples 1608 – Paris 1694), ami de Molière, directeur de la Comédie italienne à l’hôtel de Bourgogne à Paris. Le cardinal Fabio Chigi, plus tard Alexandre VII, fut le parrain du fils de Scaramouche. (L. Rasi, Comici italiani, biografia, bibliografia, iconografia, Florence et Paris, 1897, au mot Fiorelli).

62 BNF, ms.fr. 6143, f. 14.

63 Le chevalier de Trelon est Claude François de Marode (Merode), marquis de Trelon.

64 BNF, ms.fr. 6143, f. 16.

65 BNF, ms.it. 1271, f. 90 r e v.

66 BAV, Chigi E.II. 35, f. 98.

67 Philippe-Charles d’Orléans, duc de Valois, fils de Philippe d’Orléans, frère de Louis XIV, et d’Henriette-Anne d’Angleterre, naquit le 16 juillet 1664.

68 BAV, Chigi E.II. 35, f. 81r e v (lettre du Cardinal Chigi, «dal bosco di Vincennes», 7 juillet 1664).

69 Ibid. Le 30 juin Chantelou note que : «chacun ayant dit que le Roy estant à Fontainebleau, il n’estoit pas necessaire que M. Le Légat allast à Paris pour y faire une entrée, mais seulement pour voir la ville, si Son Eminence en avoit la curiosité» (BNF, ms.fr. 6143, f. 15).

70 Recueil des gazettes nouvelles, ordinaires et extraordinaires (1664), p. 764. Les mots prononcés par le légat étaient établis par un article de la paix de Pise (voir supra note 9 et texte relatif). L’audience à Fontainebleau du 29 juillet 1664 est représentée dans une tapisserie des Gobelins de Charles Le Brun, série de l’Histoire du Roi, atelier de Lefebvre, dont on fit plusieurs éditions. La première de ces tapisseries (Mobilier National, Paris, GMTT95|1 en dépôt au Louvre) fut exécutée en 1665-1672 (m. 4.70 × 7.05). Un dessin préparatoire est à Fontainebleau, Musée du Château, inv. 276692, m 0,49 × 0,75. J. Vittet souligne les différences entre le décor de la Chambre du Roi à Fontainebleau et celui qui est représenté dans la tapisserie (dans P.-F. Bertrand, Tapestry production at the Gobelins during the reign of Louis XIV, 1661-1715, dans Tapestry in the Baroque, éd. Th. P. Campbell, New Haven, 2007, p. 374, 378-379). Deux estampes de l’Alamanach Royal, très diffusées, enregistrent ces événements : L’Audience donnée par sa Majesté en son chasteau de Fonteine-belleau, à Monseigneur le cardinal Chigi, légat en France pour l’exécution du traitté de Pise en présence des Princes et seigneurs de la Cour, avec les cerémonies observées à son entrée dans Paris, Almanach Royal pour l’année M. DC. LXV, A Paris chez Pierre Landry et chez Nicolas Langlois, rue S. Jacques; L’audience Royale donnée à Monseigneur Le Cardinal Legat à Fontainebelleau [sic], à Paris, chez Nicolas Poilly, ruë S. Iacques à la Belle Image; Vignette, partie sup., en haut à dr. : «Comme son Eminence Saluë leur Majestez». Vignette, partie inf., en haut à dr. : «Sa reception a N[ost]re Dame».

71 BAV, Chigi E.II.38, f. 253.

72 Paris, Archives des Affaires Etrangères, Correspondance de Rome, 164, ff. 95v-96r.

73 M. Battaglini, Annali del Sacerdozio e dell’Imperio, Venise, 1709, t. III, p. 333.

74 BAV, Chigi E.II. 38, f. 281 : «composta di sei pezzi di diamante».

75 Ivi, f. 255-256.

76 Ivi, f. 180 v.

77 La princesse d’Elide de Molière, donnée précédemment aussi à Versailles. Au sujet de ce spectacle, Chantelou écrit : «La comédie pleût extremement à tous ces Messieurs, les Italiens et plus et moins selon qu’ils entendoyent la langue. Elle est composée, outre le corps de la pièce, de divers recits, de petits ballets, de danses pastorales et de machines, de sorte qu’Elle est autant pour les yeux que pour les oreilles». (BNF, ms. fr. 6143, ff. 25v, 26r).

78 Sebastiano Baldini nous précise qu’il s’agit de la représentation de la Comédie italienne L’Avarizia di Scaramuccia (BAV, Chigi E.II. 38, f. 267r). Les «seigneurs italiens» assistèrent à une comédie aussi le 28 juillet (BNF, ms. fr. 6143, f. 23v).

79 A. Brejon de Lavergnée, Deux portraits de Jacob-Ferdinand Voet, dans La Revue du Louvre et des Musées de France, 1983, 5/6, p. 372-374. Voir aussi : C. Benocci et T. Di Carpegna Falconieri, Le belle : ritratti di dame del Seicento e del Settecento nelle residenze feudali del Lazio, Rome, 2004; I Chigi a Formello : il feudo, la storia e l’arte, catalogue exp. Museo dell’Agro Veientano, éd. I. van Kampen, Formello, 2009.

80 René de Longueil (m. 1677), président de la cour des Aides, c’est à dire une des cours souveraines en charge des affaires fiscales et des finances ordinaires relevant de la Chambre du Trésor.

81 BNF, ms.it. 1271, ff. 91-93v. Ravizza rapporte aussi la visite du légat à «San Germano» (Saint-Germain-en Laye), «casa di campagna del re» (f. 93r et v), et au Château de Madrid, «oggi mal ridotto e rovinoso» (f. 94).

82 J.-P. Babelon et Cl. Mignot (dir.), François Mansart. Le Génie de l’architecture, Paris, 1998, p. 174-179. Dans le projet de Mansart deux pavillons d’écurie étaient prévus, mais un seulement fut bâti.

83 BNF, ms.it. 1271, f. 94r et v.

84 Ravizza ne mentionne pas cette visite.

85 BAV, Chigi E.II. 35, f. 98v

86 BNF, ms.it. 1271, f. 96v.

87 BAV, Chigi E.II. 38, ff. 213r; pour la viste à Versailles, voir ff. 210v-215r.

88 C. Constans, J. Mounicq, Versailles, Paris, 1998, p. 46.

89 BNF, ms.it. 1271, f. 133r.

90 BNF, ms.fr. 6143, f. 32.

91 Dans son premier projet pour le Louvre (Musée du Louvre,Cabinet des dessins et des Arts Graphiques, Recueil du Louvre, I, ff. 3, 4), Bernin propose des formes tout à fait nouvelles mais sur la base des dessins de Le Vau qu’il avait reçus de Paris (D. del Pesco, op. cit. 1984, p. 15-16).

92 Le maréchal de France Charles I de Créquy (ou Créqui) (1573-1638) participa aux campagnes en Italie en 1624, 1630, 1635, 1636, et 1637, et fut tué en 1638 pendant le siège de Crema. Il fut ambassadeur à Rome en 1633-34 et à Venise en 1636, où il acquerit une importante collection d’environ 170 tableaux, parmi lesquels Les Pèlerins d’Emmaus de Véronèse (Paris, Louvre). A. Schnapper, op. cit., p. 150-151, 158-159.

93 BAV, Chigi E.II. 38, ff. 291, 292r et v. Baldini écrit en marge du f. 291v : «Il Louvre posto presso la Senna in vicinanza del Ponte Nuovo; detto il Louvre perché così si chiamava il sito dove Carlo V re di Francia fabbricò un bel Palazzo, ma non essendo assai capace, nè magnifico, Francesco p.mo cominciò a fabricare quello che oggi si va perfezionando, che fu seguitato da Enrico 2° e gran parte fatto da Luigi 13o havendo anco Caterina dei Medici moglie di Enrico 2o fatto il palazzo detto».

94 Voir le texte imprimé : All’eminentissimo prencipe Flavio Chigi della S.ta Chiesa Romana cardinale legato à latere del Sanctissimo Nostro Padre papa Alessandro VII al Rè Christianissimo. A tres-haut, tres-puissant, et tres-eminent prince Flavius Chigi, cardinal de la Ste Église Romaine, & legat à latere de nostre Tres-Saint Pere le pape Alexandre Septième, auprès du roy de France Tres-Chrestien. Requête des prisonniers de la Conciergerie adressée au cardinal Flavio Chigi, lors de son entrée solennelle à Paris le 9 août 1664, pour qu’il intervienne en leur faveur, Paris, 1664.

95 BNF, ms.it. 1271, ff. 133v-135; BNF, ms.fr. 6143, ff. 35-36.

96 Nicolas de Lamessin (graveur); Titre principal au centre : «LA POMPEVSE ET MAGNIFIQVE ENTREE DE FLAVIO CARD.AL CHIGI / Legat a Latere en France, faite a Paris le 9.e d’Aoust 1664. sous les auspices et par les ordres / de sa Maj. te tres-Chrestienne, ou se voit son Eminence accompagnée de Mr le Prince de / Cond é de M.r le Duc d’Anguien, precedée du Clergé, de la ville, et de la Noblesse, et / suivie des Prelats Italiens, et Evesques François» (fig. 16). – Vignette dans la partie sup., en haut à g., dans un médaillon : «Les Couches de la Reyne, et le Vœu que Cette grande et pieuse Princesse / à faite au Ciel, par l’Intercession de S.te Geneviefue po(ur) recouvrir sa santé». – Vignette dans la partie sup., en haut à dr., dans un médaillon : «La Victoire Remportée en Hongrie, Sur les Turcs, par les Chrestiens, / au passage du Raab, ou les françois ont Signalez leur Valeur». Vignette dans la partie inf., au centre : «Le Cardinal Legat Recoit les complimens de la cour de Parlement de Paris prononcé par Monsieur de / Lamoignon son premier President, apres avoir receu ceux du Clergé et de la ville». – Mention du graveur en bas à g. sur une feuille d’acanthe. Mention d’éditeur typogr. en noir et rouge, sous le calendrier; autre mention d’éditeur gravée en bas à dr. de la planche inf. : «P. Bertrand ex. cum privil. Regis». – Texte dans la planche inf., au centre, sous le titre principal : «Mais outre tout l’Esclat dont vous estes surpris / Tant de marques dhonneur et saintes et royales / – Trouvent dans ce Legat qui en fait tout le prix / Pour un noble Suppost les vertus Cardinales» (répresentés en bas); voir aussi L’entrée magnifique du cardinal Chigi légat a latere envoyé en France par le pape Alexandre VII son oncle vers Louis XIV, roy de France et de Navarre, Almanach pour l’année M. DC. LXV, A Paris chez Jean Sauvé, rue S. Jacques (fig.15).

97 P. Blet, op. cit., p. 33

98 M. Fumaroli, dans Baltasar Gracian. L’homme de cour, précédé Le d’un essai de M. Fumaroli, éd. de S. Roubaud, Paris, 2010, p. 33.

99 H. Chardon, Collectionneurs manceaux : les Fréart de Chantelou, Le Mans, 1867, passim; I. Pantin, Les Fréart de Chantelou, Le Mans, 1999, p. 17-21; D. del Pesco, Bernini in Francia. Paul de Chantelou e il Journal de voyage du Cavalier Bernin en France, Naples, 2007, p. 7-41.

100 BAV, Chigi E.II. 35, f. 39 (lettre envoyée de St. Saphorin à Rome, le 8 juin 1664).

101 N. Elias, The Court Society, New York, 1983, p. 130.

102 Ivi, p. 130.

103 Ivi, p. 85. Elias insiste aussi sur les changements du cérémonial à partir des années 1690 et sur la réduction progressive des caractéristiques «privées» des rituels concernant le roi. Voir aussi : R. E. Giesey, Cérémonial et puissance souveraine : France, xve-xviie siècles, Paris, 1987.

104 Pour la révision des théories d’Elias, voir J. Duindam, Vienna and Versailles. The Courts of Europe’s Dynastic Rivals 1550-1780, Cambridge, 2003, éd.it. Rome, 2004, p. 15-19 et notes 10, 11, 12.

105 À la fin du Mémoire Chigi, Chantelou explique longuement qu’il n’a pas voulu accepter de gratifications de ses hôtes italiens, allant jusqu’à déchirer l’argent qu’ils lui avaient donné et qu’il fut contraint à accepter des «pierreries». Il s’agit d’une très longue digression dans l’organisation du texte (ff. 37-38), peut-être excessive, pour souligner sa propre honnêteté et son propre désintéressement.

106 BNF, ms. fr. 6143, f. 19. Voir : Relation du voyage de France de l’illustrissime François Cardinal Barberin, Légat a Latere de nostre saint Père le pape Urbain huitiesme, faicte par Messire Melchior de Chevrières, marquis de Sant-Chamond...mareschal des camps et armées de Sa Majesté (13 avril-6 octobre 1625), BNF, Mélanges Colbert, 79, ff. 1-89. Voir aussi dans la Collection de Cinq Cents de Colbert, 173 : Mémoirs concernant les Légats et leur réception en France depuis 1501 jusques en 1664... : François Barberini, 1625, ff. 75-168; Facultates reverendissimo D. Fracisco Barberino Legato, Parisiis, 1625, in 4o, impr., f. 118; Collection de Cinq Cents de Colbert, 174, Relation du voyage de France de l’illustrissime François Cardinal Barberin, Légat a Latere de nostre saint Père le pape Urbain huitiesme, faicte par Messire Melchior de Chevrières, marquis de Sant-Chamond, copie.

107 BAV, Chigi E.II. 38, f. 274 (2 août). De nombreuses médailles illustrant les édifices de Rome réalisées par Alexandre VII se trouvaient parmi les dons apportés de Rome par le légat.

108 S. Fraschetti, op. cit., p. 338.

109 Musée du Louvre, Cabinet des dessins et des Arts Graphiques, Recueil du Louvre, I, ff. 3, 4.

110 Observations sur les plans et élévations de la façade du Louvre, envoyés de Rome par le Cavalier Bernin, publiées par P. Clément, Lettres, instructions et mémoires de Colbert, V, Fortifications, Sciences, Lettres, Beaux-Arts, Bâtiments, Paris, 1868, p. 246-50.

111 G. B. Depping, Correspondance administrative sous le règne de Louis XIV, Paris, 1850-55, IV, p. 538, lettre de Elpidio Benedetti à Colbert : «30 settembre 1664. Ho ricevuto..i fogli delle osservazioni fatte sopra il disegno del sig. cav.re Bernino. Per meglio accertare l’intento di V. Ecc mi riservo à comunicarle prima al sign. Cardinale legato che sarà qui tra pochi giorni». Un deuxième projet de Bernin fut envoyé à Paris en janvier 1665 (Stockholm, Nationalmuseum, THC 5146).

112 Ch. De Mouy, op. cit., II, p. 345-346.

113 J.-M. Apostolidès, Le roi-machine : spectacle et politique au temps de Louis XIV, Paris, 1981, p. 156.

114 BNF, ms.fr. 6143, f. 27.

115 O. Lefèvre d’Ormesson, Journal, éd. Chéruel, Paris, 1861, II, p. 199-200, cit. par A. Brejon de Lavergnée, L’inventaire Le Brun 1683, Paris, 1987, p. 207.

116 Paris, Louvre, inv. 360; inv. Le Brun 1683, n. 152 : «Leo nardo, Manière» (A. Brejon de Lavergnée, op. cit., 1987, p. 207).

117 Paris, Louvre, inv. 158, deposé à Toulouse, Musée des Augustins; inv. Le Brun 1683, n. 153 : «Ritratto della Contarina Dama Veneziana» (A. Brejon de Lavergnée, op. cit., 1987, p. 208, date le tableau vers 1543).

118 Bataille héroique, Paris, Louvre, inv. 585; inv. Le Brun 1683, n. 154 (A. Brejon de Lavergnée, op. cit., 1987, p. 209; S. Loire, Peintures italiennes du xviie siècle du Musée du Louvre. Florence, Gênes, Lombardie, Naples, Rome et Venise, Paris, 2006, p. 320-325). Dans sa correspondance, le peintre rappelle le destin d’une bataille peinte pour Neri Corsini et de la Vocazione di Protagora alla filosofia (Saint-Petersbourg, Ermitage). Lettere inedite di Salvator Rosa a G. B. Ricciardi, éd. A. De Rinaldis, Roma, 1939, p. 40, 51.

119 La Bataille d’Arbelles, Paris, Louvre, inv. 111; inv. Le Brun 1683, n. 155; deposé au Musée national du Château de Versailles, Antichambre du Grand Couvert sous le nom de Pietro da Cortona (A. Brejon de Lavergnée, op. cit., 1987, p. 210). A. Brejon a soutenu l’attribution à Guillaume Courtois, avancée par T. Bajou, de ce tableau qui a été longtemps donné à Jacques Courtois (La peinture à Versailles, xviie siècle, Paris, 1998, p. 70); A. Brejon de Lavergnée, Pour Guillaume Courtois, Pietro da Cortona, actes du colloque, Rome, 1997, Milan, 1998, p. 126-128.

120 Inventario di tutte le robbe imballate qui in Roma per servitio dell’Em.mo et Rev.mo Cardinale Chigi legato nell’andata che farà in Parigi (ASF, Archivio Magalotti 224, et Venezia, Biblioteca Correr, codice Cicogna, 1697, ff. 306-323, signalé par A. Angelini, op. cit. 1998, p. 200; voir aussi M. Stanic´, 1997, p. 111). L’Inventario di tutte le robbe imballate (ASF, Magalotti, 224) est de 18 pages, non numerotées, réparties en paragraphes : «sartoria; cucina; credenza; bottigliaria; dispensa; guardaroba; acque e cuscinetti odoriferi di Lucca; quadri, adornamenti, reliquiarii e corpi santi; per lo scopator segreto di sua eminenza; selle; segretaria; cappella; galanterie diverse» (195 colis au total); suit un inventaire des «quadri Nobili» (21) et un inventaire des «quadri diversi» (67).

121 Voir n. 6 dans ASF, Magalotti, 224. Avec le mot «Mad.a» on indique une «Vierge» comme nous renseigne Chantelou (BNF, ms. fr. 6143, f. 27). Nous connaissons différentes versions de ce sujet «con le mani gionti al petto» realisées par Guido Reni ou d’après lui. La version citée par Malvasia chez le comte Segni de Bologne (cm. 68 × 55) se trouve dans la collection Salina Brazzetti de Bologne, une autre version est à la Gemäldegalerie de Kassel. Une copie de cette version se trouve au Musée des Beaux-Arts et d’Archéologie de Châlons-en-Champagne (coll. Charles Picot, cm. 60,8 × 51,5) et à Oldenburg, Landes Museum (cm. 58,5 × 46,5). Sujet gravé par Edelinck (B.N. Est. Bd 27 fo 56).

122 Voir n. 4 dans ASF Magalotti 224. Le tableau qui représente Sainte Martine refusant d’adorer les idoles (huile sur cuivre, m0,498 × 0,348) déposé à Aix en 1895 a les mêmes dimensions que celui cité dans l’Inventario di tutte le robbe imballate. J. M. Merz a étudié différentes versions de ce sujet peintes par Pierre de Cortone et suggéré en 2003 que le tableau d’Aix-en-Provence pouvait être celui mentionné en 1690 dans un inventaire de la collection Chigi à Rome : «Un quadro in rame di p.mi 2 alto et p.mi 1 1/2 largo (cm 45 × 34) dentro vi sta S.ta Martina mano di Pietro da Cortona, con sua cornice d’argento di piastra et attaccaglia simile, sue tendine di tappeto torchino, compagni p. attaccare e pendere». J. M. Merz, Sainte Martine refuses to adore the idols : Pietro da Cortona’s painting at Princeton in context, dans Record Princeton University Art Museum, 62, 2003, p. 84-105. La date de cet inventaire ferait supposer l’existence de deux versions de dimensions identiques du tableau donné par le cardinal Chigi. Pour le tableau d’Aix, voir A. Brejon de Lavergnée et N. Volle, Musées de France. Répertoire des peintures italiennes du xviie siècle, Paris, 1988, p. 123; S. Loire, op. cit., 2006, p. 438.

123 Voir n. 7 dans ASF, Magalotti 224. Sur commande du Bernin, Courtois réalisa La Predica di San Francesco di Sales destiné au sanctuaire de Galloro et payé en 1663. F. A. Salvagnini, I pittori Borgognoni Cortese (Courtois) e la loro casa in Piazza di Spagna, Rome, 1937, 2 vol., p. 164, date le tableau de 1666.

124 Les numéros 8, 10 et 11 sont «adornamenti di gioie» de sujet religieux; figurent également des objets d’art decoratif (n. 9, «un quadro con dentro un bassorilievo di argento con un assunta della madonna con gloria d’angeli con sua cornice d’ebano»); des reliquiaires (n. 16, 17, 18, 21); des «adornamenti di pietre fine» (n. 19).

125 Probablement il s’agit une réplique de la Vierge de douleur du palais Patrizi à Rome, œuvre tardive du peintre (Capolavori da scoprire : Colonna, Pallavicini, Patrizi Montoro, exp. Rome 2007, Genève, 2007). Des copies de ce tableau sont conservées aux Musées des Beaux-Arts de Nantes et de Caen.

126 Institut de France, ms. 2105. L’édition plus récente de ce manuscrit est celle de M. Stanic´, Chantelou. Journal de voyage du Cavalier Bernin en France, Paris, 2001.

127 Paris, Institut Néerlandais, Fondation Custodia, Collection Frits Lugt, ms. 9170.

128 D. del Pesco, op. cit., 2007. Les rapports entre les mémoires de la légation Chigi et le Journal ont été signalés par H. Chardon (op. cit., p. 144-49); par Jean Lionnet (op. cit., p. 130); par Milovan Stanic´(op. cit. 1997, p. 116); par D. del Pesco dans La genèse du Journal de voyage du Cavalier Bernin en France, écrit biographique et portrait critique de l’artiste, dans Le Bernin et l’Europe, actes du colloque, Paris, 1998, éd. Ch. Grell e M. Stanic´, Paris, 2002, p. 25-41. Chardon avait écrit à ce propos : «On peut cependant, jusqu’à un certain point, considérer comme quelques pages détachées du Journal de l’Amateur, les lettres qu’il écrivit à Colbert pour lui rendre compte des faits et gestes du Bernin. Elles seront probablement comprises dans la publication que poursuit avec tant de zèle M. Pierre Clément [op. cit.]; déjà M. Depping, [op. cit.] et nouvellement M. Jal [Dictionnaire critique de biographie et d’histoire, Paris, 1867] en ont fait bon nombre».

129 Nous publions ci-dessous quatre lettres de Chantelou à Colbert des «Mélanges Colbert» qui ne semblent pas avoir été citées ni transcrites par nos prédécesseurs. En italique sont indiqués les phrases que nous retrouvons dans le Journal de Chantelou. D. del Pesco, op. cit., 2007, passim, rapporte au texte du Journal de voyage du Cavalier Bernin les lettres concernant le voyage du Bernin qui avaient déjà été mentionnées ou publiées. Pour ces lettres, cf. : G. B. Depping, op. cit., IV, sez. IV, 1855, p. 538-40 (1664); 551-557 (été 1665); A. Jal, op. cit., 1867, sub voce Bernin; H. Chardon, op. cit., 1867, p. 144-149; P. Clément op. cit., 1868, p. 245 sgg; 251-65; 501; 505-506-507. M. Stanic´, (op. cit., 2001, p. 398-402) a réédité des lettres de Chantelou à Colbert des Mélanges Colbert : 129, ff. 9 (aussi dans Depping, op. cit., p. 552; Chardon, op. cit., p. 144); 130, 131, f. 205 (aussi en Jal, op. cit., p. 209; Depping, op. cit., p. 556 sq.; Chardon, op. cit., p. 148). Pour les événements rapportés par Chantelou voir la correspondence entre Rome et Paris à la BNF, ms. it. 2082-83-84 de la Bibliothèque Nationale de France, publié en partie dans L. Mirot, Le Bernin en France, dans Mémoires de la Société de l’Histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 31, 1904, p. 161-287. Dans le ms. it. 2083 de la BNF il y a quatre lettres de Chantelou au Bernin : f. 79 (24 février 1667, en italien); ff. 183-185 (8 janvier 1666, en italien); ff. 195-197 (le même texte en français); ff. 223-226 (1 janvier 1666, lettre de Chantelou en français et vœux de joyeuse année écrits en italien par Roland Fréart). Cfr aussi les lettres dans les biographies de D. Bernini (1713) et de F. Baldinucci (1682) et dans les Notizie de’ professori del disegno da Cimabue in qua de Baldinucci (Firenze 1681, éd. 1845-47, VI, p. 583-701). Voir aussi les documents publiés par E. Esmonin, Le Bernin et la construction du Louvre, dans Bulletin de la Société de l’Art français, 1911, p. 31-42 et par S. Fraschetti, op. cit., passim.

130 BNF, Mél. Colbert 130, ff. 229v, 230r.

131 Francesco Butti (1604-1682), abbé, collectionneur et poète, auteur de textes pour opéras à l’italienne qu’il contribua à introduire en France. Secrétaire (gentiluomo) du cardinal Antonio Barberini, il précéda ce dernier en France en 1645, et fut son intermédiaire avec le cardinal Mazzarino. Après la mort de celui-ci en 1661, les rapports avec Colbert furent souvent difficiles.

132 L’hôtel Coigneux était au Faubourg Saint-Germain (actuel lement rue de Grenelle).

133 BNF, Mél. Colbert, 130, ff. 419r, 419v (blanc), 420r.

134 Voir Journal, 13 juin, Chantelou rapporte aussi que Bernin a rencontré au Val-de-Grâce Tubeuf, surintendant de la Maison de la Reine.

135 Étienne Jeannot de Bartillat, garde du Trésor royal depuis 1662.

136 BNF, Mél. Colbert 130 bis, ff. 523-524r.

137 Filippo Angeli, «fou» que le Grand Condé avait amené des Pays-Bas et qu’il offrit au roi.

138 Henri de Beringhen, chevalier des ordres du roi, conseiller d’État.

139 Anne, duc de Noailles, capitaine de la première compagnie de gardes du roi.

140 BNF, Mél. Colbert 106, ff. 610r et v, 611r.

141 Pour l’histoire de ce chantier : N. Sainte-Fare Garnot, Le décor des Tuileries sous le règne de Louis XIV, Paris, 1988, cap. I.

142 Charles Perrault, en qualité de premier commis des bâtiments du roi, était chargé aussi du Louvre.

143 BNF, Mél. Colbert 130 bis, ff. 951v, 952r. Cette lettre a été publiée par H. Chardon, op. cit., 1867, p. 146-147; cf. D. del Pesco, op. cit., 2007, p. 270-271.

144 Journal, mercredi 22 juillet Chantelou cite une visite du Cavalier chez Mignard : «Sour les quatre heures, nous avons été chez Mignard qui a montré au Cavalier diverses ouvrages»; le 6 juillet il écrit : «il parla après de quelques dessins que Mignard lui avait montés chez lui».

145 M. Herval, Contrôleur général des finances; sa maison avait été décoré par Mignard et Dufresnoy.

146 Everhard Jabach (1618 -1695), collectionneur et banquier à Paris. Sa première collection de dessins (5500 feuilles) fût vendue en 1670 à Louis XIV; une deuxième collection comptait en 1695, 687 peintures et 4000 dessins, conservés au Louvre. B. Py, Everhard Jabach collectionneur (1618-1695). Les dessins de l’inventaire de 1695, Paris, 2001, p. 13.

147 Dans Journal, 25 juillet, Chantelou dit que c’est Pierre Mignard qui envoya le billet.

148 Monsieur de Rive, oncle de Monsieur de Lionne (Journal, 25 juillet 1665).

149 D. del Pesco, Gian Lorenzo Bernini e Carlo Vigarani alla corte di Luigi XIV, dans W. Baricchi, J. de La Gorce (dir.), Gaspare & Carlo Vigarani : dalla corte degli Este a quella di Luigi XIV, Cinisiello Balsamo, 2009, p. 205-218.

150 Journal, 3 septembre 1665.

151 La comparaison entre les lettres de Chantelou à Colbert et le Journal montre quelques décalages temporels et nous indique que la première partie du Journal a été rédigée quelque temps après les événements rapportés. C. Gould (Bernini in France : an episode in seventeenth-century history, London, 1981, p. 141-142) écrit : «The original [du Journal] was made... at least six years, and probably several more after the event». G. C. Bauer (Diary of the Cavaliere Bernini’s Visit to France, éd. A. Blunt et G. C. Bauer, Princeton, NJ, 1985, p. 10) objecte que : «This is an unreasonable conclu sion and entirely at variance with the nature of the Journal which after 6 June must have been written almost day by day». M. Stanic´ pense que le Journal a été écrit en prise directe, sauf pour les premières parties et date le manuscrit de l’Institut entre la fin juin 1668 et 1674, date de la mort de Jean Fréart. Stanic´ met l’élaboration du manuscrit en relation avec la querelle entre Poussinistes et Rubénistes en 1673, année de la publication du Dialogue sur le coloris de Roger De Piles (M. Stanic´, op. cit., 2011, p. 30).

152 Paris, Institut de France, ms. 2105, f. 3.

153 Pour la chronologie de la rédaction du Journal, cf. D. del Pesco in Le Bernin et l’Europe, cit., Paris, 2002, p. 25-41 et Eadem, op. cit., 2007, p. 185-200.

154 D. del Pesco, Paul de Chantelou, Roland Fréart e Charles Errard : successi e insuccessi dall’Italia, dans M. Bayard (dir.), Rome – Paris, 1640 : transferts culturels et renaissance d’un centre artistique, Paris, 2010 (Collection d’histoire de l’art de l’Académie de France à Rome, 14), p. 141-174.

155 M. Foisil, Le goût du Bernin d’après le Journal de Chantelou, dans Études européennes. Mélanges offerts à Victor Lucien Tapié, Paris, 1973, p. 65-78.

156 Lettre de Carlo Cartari du 15 janvier 1675 (BNF, ms. it. 2084, ff. 102-137). D’après les guides de Rome de Titi, Gaspare Celio, Fioravante Martinelli, Baglione et Alveri, il existait un vaste choix de textes traitant des œuvres de Bernin, qui auraient été sélectionnés pour rédiger une biographie de l’artiste (T. Montanari Bernini e Cristina di Svezia. Alle origini della storiografia berniniana, dans A. Angelini, op. cit., p. 385 sgg. et, en part., p. 410-25; M. Delbeke, E. Levy, S. F. Ostrow (dir.), Bernini’s biographies. Critical essays, University Park (PA), 2006).

157 T. Montanari, op. cit., 1998, p. 400. De La Chambre publia l’Éloge du Monsieur le Cavalier Bernin dans le Journal des savants le 24 février 1681, et il lut la Préface pour servir à l’histoire de la vie et des ouvrages du Cavalier Bernin à l’Académie de peinture le 2 janvier 1685.

158 Journal, éd. Stanic´, p. 295; éd. del Pesco, p. 470.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – N. de Larmessin, Portrait du cardinal Chigi, A Paris chez P. Bertrand, Rue S.t Jacques, à la Pomme d’Or, proche S.t Severin. Avec Privilège du Roy [1664], BnF, Département des estampes et de la photo-graphie, Collection Michel Hennin 4222.
Légende Fig. 2 – Giovan Paolo Canini, Antichissima piramide posta fuori della città di Vienna. Vienna del Rodano, BAV, ms. Chigi F.VIII.191, f. 41r.
Légende Fig. 3 – Plan des thermes de Bourbonlancy, BNF, 6143, Cinq Cents de Colbert 175, f. 7v-8.
Légende Fig. 4 – Giovan Paolo Canini, Veduta di Castelnuovo (Châteauneuf), BAV, Chigi F.VIII. 191, f. 57v-58r.
Légende Fig. 5 – Giovan Paolo Canini, Veduta di Orleans, BAV, Chigi F.VIII. 191, f. 54.
Légende Fig. 6 – Giovan Paolo Canini, Veduta di Nemur, BAV, Chigi F.VIII, 191, f. 55.
Légende Fig. 7 – L’Audience donnée par Loius XIV à Fontainebleau, à Monseigneur le cardinal Chigi, tapisserie de la tenture de l’Histoire du Roi, realisée aux Gobelins (Mobilier National, Paris, première version, 1665-1672). Dans le cartouche inférieur on lit : « Audience donnée par le roy Louis XIV à Fontainebleau au cardinal Chigi, neveu et légat a latere du pape Alexandre VII, le XXIX juillet MDCLXIV pour la satisfaction de l’injure faite dans Rome à son ambassadeur » (cl. du Mobilier National, photo Ph. Sebert).
Légende Fig. 8 – L’Audience donnée par sa Majesté en son chasteau de Fonteinebelleau, à Monseigneur le cardinal Chigi, légat en France pour l’exécution du traitté de Pise en présence des Princes et seigneurs de la Cour, avec les cerémonies observées à son entrée dans Paris, Almanach Royal pour l’année M. DC. LXV, A Paris chez Pierre Landry et chez Nicolas Langlois, BNF, Département des Estampes et de la photographie, Collection Michel Hennin, n. 4293.
Légende Fig. 9 – L’Audience royale donnée à Monseigneur le Cardinal Legat à Fontainebelleau [sic], à Paris, chez Nicolas Poilly, BNF, Département des Estampes et de la photographie, Collection Michel Hennin, n. 4294.
Légende Fig. 10 – Château de Maisons, estampe de N. de Poilly e A. Pérelle (v. 1690).
Légende Fig. 11 – Vue de la cascade de Ruel, estampe de I. Silvestre (1645-1658).
Légende Fig. 12 – Vue et perspective de St.-Cloud, estampe de I. Silvestre (1645-1658).
Légende Fig. 13 – La Ménagerie dans le parc de Versailles, estampe de A. Pérelle (v. 1690).
Légende Fig. 14 – Vue du Louvre du costé du Faubourg St.-Germain, estampe de I. Silvestre (v. 1645), gravée par N. Pérelle (v. 1690).
Légende Fig. 15 – L’entrée magnifique du cardinal Chigi légat a latere envoyé en France par le pape Alexandre VII son oncle vers Louis XIV, roy de France et de Navarre, Almanach pour l’année M. DC. LXV, A Paris chez Jean Sauvé, BnF, Département des Estampes et de la photographie, Collection Michel Hennin, n. 4295. À coté du Cardinal on voit Jenri Jules de Bourbon le Grand Condé et son fils, le duc d’Enghien.
Légende Fig. 16 – LA POMPEVSE ET MAGNIFIQVE ENTREE DE FLAVIO CARD.AL CHIGI / Legat a Latere en France, faite a Paris le 9.e d’Aoust 1664, sous les auspices et par les ordres / de sa Maj.te tres-Chrestienne, ou se voit son Eminence accompagnée de Mr le Prince de / Condé, de M.r le Duc d’Anguien, precedée du Clergé, de la ville, et de la Noblesse, et / suivie des Prelats Italiens, et Evesques François, BNF, Département des Estampes et de la photographie, Collection Michel Hennin, n. 4296.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniela Del Pesco, « La légation de Flavio Chigi à Paris en 1664 : mémoire et documents nouveaux (avec quelques observations sur le Journal de voyage du cavalier Bernin en France de Paul de Chantelou) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-2 | 2011, 475-512.

Référence électronique

Daniela Del Pesco, « La légation de Flavio Chigi à Paris en 1664 : mémoire et documents nouveaux (avec quelques observations sur le Journal de voyage du cavalier Bernin en France de Paul de Chantelou) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/628 ; DOI : 10.4000/mefrim.628

Haut de page

Auteur

Daniela Del Pesco

d.delpesco@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org