Navigation – Plan du site
Mélanges

Le savoir du « peuple » : expériences de marche et revoltes. Palerme 1773

The knowledge of the ‘people’: the example of markets and revolts in Palermo in 1773
Simona Laudani
p. 465-473

Résumés

Le marché d’Ancien Régime apparaît, pour les différentes figures professionnelles du monde du travail urbain, comme un lieu identitaire fort et structuré, où la pratique quotidienne de l’exercice de tous les petits pouvoirs liés à la distribution des ressources devient fondamentale pour la connaissance des mécanismes de l’administration annonaire et des possibilités liées à cette gestion, et donc pour la construction de cette mentalité que l’on peut appeler, dans cette acception, « culture populaire », ou mieux, que l’on peut définir aussi participation consciente capable de gérer et d’engendrer comportements, humeurs, habitus. Connaissance qui se révèle stratégique au cours des nombreuses révoltes dans les villes capitales d’âge moderne, pendant lesquelles l’expérience mûrie et la profonde connaissance de la dialectique des pouvoirs qui sont liés à cette gestion, se manifestèrent avec une grande clarté. À Palerme le peuple des corporations montra son protagonisme, pendant toutes les phases de la grande révolte de 1773, dès le début pacifique de la révolte jusqu’à la phase violente de la protestation populaire. Il s’agit là d’un « protagonisme » conscient et bien organisé, lié à la place des corporations dans l’organisation des pouvoirs dans la ville qui démontre comment derrière le mot « émeute » se cache une profonde rationalité et une profonde connaissance des mécanisme sociaux, une connaissance pratique, qui dérive aussi, en grande partie, de l’expérience directe de la gestion du marché et de la distribution des vivres.

Haut de page

Notes de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple la discussion des années 1960 entre E. Labrousse et R. Mousnier sur les ordres et (...)
  • 2 L’apport de la l’anthropologie culturelle et de la network analysis a été très important pour le re (...)
  • 3 Aujourd’hui, la déconstruction des catégories sociales est souvent opérée à partir de la vision de (...)

1La référence aux méthodes de classification des ordres et classes1, capables de les mettre en ordre d’une façon ordonnée et rassurante, ayant été abandonnée, les sociétés de l’Ancien Régime apparaissent aujourd’hui à l’historien social comme une poussière d’identités fragmentées, liées par des réseaux jamais définis de relations, d’alliances familiales, de patronage et/ou par des liaisons institutionnelles2. La dimension actuelle de la recherche a tendance à ramener les agrégats sociaux à des représentations et/ou à des auto-représentations, et les hiérarchies sociales, qui pendant la période moderne ont été définies avec beaucoup de rigidité par de nombreux traités, cérémonies, prescriptions, sont maintenant considérées sous l’angle des discours, des définitions et des symboles3.

  • 4 S. Cerutti, Processus et expérience : individus, groupes et identités à Turin, au xviie siècle, dan (...)

2La dynamique sociale est lue à partir de la relativité des rapports sociaux, du jeu infini du patronage et du contrat, de la reconnaissance mutuelle de légitimité. Comme l’écrit Simona Cerutti, « au lieu de tenir pour évidente l’appartenance des individus à des groupes sociaux (et d’analyser le rapports entre les sujets définis a priori), il s’agit de renverser la perspective d’analyse et de s’interroger sur la façon dont les relations créent des solidarités et des alliances, aboutissant, à terme, à des groupes sociaux. En ce sens, l’important n’est pas de nier l’utilité de toutes les catégories socioprofessionnelles – exogènes ou contextuelles – mais de les imprégner des rapports sociaux qui, aujourd’hui comme alors, contribuent à leur naissance »4.

  • 5 D. Cohen, La nature du peuple, les formes de l’imaginaire social (xviiie-xxie siècles), Seyssel, 20 (...)

3Les sociétés de l’époque moderne sont considérées ainsi comme le résultat d’une continuelle négociation, par laquelle la souveraineté et les différents pouvoirs se construisent à la fois sur la volonté d’entrer en négociation avec les diverses forces sociales, et sur la capacité d’imposer les termes et les limites de cette négociation sociale et politique, à partir de la fixation des règlements d’appartenance et de classification sociale. Les diverses appartenances aux groupes sociaux, les différentes catégories et leur définition apparaissent de plus en plus comme des discours qu’il faut interpréter à partir des mentalités du temps, des conjonctures politiques et institutionnelles, des rapports de force à l’intérieur de la réalité urbaine qui en imposaient la représentation, et a fortiori, en rapport avec les divers contextes culturels qui les ont interprétés. « Le discours de description du monde n’est en effet pas seulement de l’ordre des imaginaires collectifs en lien avec les conditions économiques et politiques. Il dépend des normes du jugement scientifique qui ont, différemment selon les époques, été constituées pour le forger »5.

4Aujourd’hui donc, la recherche ne focalise plus son attention sur les classifications sociales et sur les catégories professionnelles, mais surtout sur la décodification des contextes politiques et culturels et sur les rapports de forces qui sont en même temps la cause et la conséquence de cette classification. Cela concerne les catégories de noblesse, de clergé, qui sont liées plus directement à la symbolique des pouvoirs, mais aussi les nombreuses figures sociales et professionnelles du monde du travail, dont la définition a toujours posé problème aux historiens sociaux.

5La question qui se pose est alors inévitablement liée à la possibilité de prendre en considération un sujet collectif, ou mieux, d’étudier les divers sujets sociaux dans leurs manifestations collectives, pendant les moments de représentation et d’autoreprésentation comme entité plurielle (fêtes, processions/révoltes, agitations), mais aussi à partir de leurs fonctions professionnelles codifiées, comme à l’intérieur des corporations. Cette question ne concerne pas seulement les aspects heuristiques, mais – comme souvent dans l’étude des dynamiques sociales – envisage plusieurs niveaux et prende en compte des plans différents et complexes (culturels, idéologiques, identitaires).

  • 6 Pour cette question voir F : Benigno, Il popolo che abbiamo perduto. Note sul concetto di cultura p (...)
  • 7 Voir, entre autres, N. Coquery (dir.), La boutique et la ville. Commerces, commerçants, espaces et (...)

6C’est donc dans ce contexte historiographique qu’il faut comprendre la manière dont, récemment, une partie de l’histoire sociale a proposé une reformulation du concept de culture populaire, visant à redonner une légitimité heuristique à son travail sur les sociétés d’Ancien Régime. Cette reformulation n’entend plus la culture populaire dans la signification anthropologique du terme, comme liée au folklore, à un patrimoine de connaissances traditionnelles distinctes de la culture des savants6, mais se réfère plutôt à une interprétation qui entend la culture populaire comme culture matérielle, comme le résultat d’une expérience mûrie dans la pratique quotidienne, dans l’exercice physique et direct des rapport sociaux7. Ainsi l’interprétation du social se voit-elle ouvrir une nouvelle perspective gnoséologique, capable de penser le collectif, de considérer la globalité de l’agrégation sociale, au-delà de toute catégorisation a priori déterminée, rigide et abstraite.

  • 8 Le terme de « protagonisme » est d’Haim Burstin, notamment dans La Révolution à l’œuvre. Le faubour (...)
  • 9 P. Bourdieu, Raisons Pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, 1994, p. 23.
  • 10 Ibid., p. 24.

7Dans cette acception, en effet, le concept de culture populaire nous renvoie aux contextes concrets, aux pratiques sociales, économiques, et politiques, aux expériences matérielles, quotidiennes des classes laborieuses dont on souligne le protagonisme comme plèbes urbaines conscientes de leur rôle politique aussi bien que social et économique8. Une telle tentative peut s’appuyer sur la définition que Pierre Bourdieu donne de l’espace social global, comme d’un champ où « à chaque classe de position correspond une classe d’habitus (ou de goûts) produits par les conditionnements sociaux associés à la condition correspondante et, par l’intermédiaire de ces habitus et de leurs capacités génératives, un ensemble systématique de biens et de propriétés, unis entre eux par une affinité de style »9. Et à leur tour, les habitus sont « principes de vision et de division, les différences dans les pratiques, les biens possédés, les opinions exprimées deviennent des différences symboliques et constituent un véritable langage »10.

8Ce langage, comme tous les langages, est conventionnel, et ne doit donc jamais être interprété, ni utilisé, comme une catégorie immanente, anthropologique, mais au contraire, comme un concept toujours historique, contingent, qui trouve sa définition et sa signification en rapport avec la diversité des contextes, des expériences personnelles et collectives des plèbes urbaines, de leurs représentations et des regards qui, de temps en temps, les ont examinées. Expériences qui, à leur tour, ne sont jamais des expériences isolées, mais toujours relationnelles, et qui trouvent leur définition dans les rapports avec les autres parties de la société, en particulier dans certains contextes et/ou institutions où la collaboration transversale entre les différentes classes de la société devient inévitable, comme dans la gestion des pratiques de marché, lieu par excellence de la formation et de la manifestation de la culture populaire.

Marché et expérience

  • 11 R. Ago, Popolo e papi. La crisi del sistema anonario, dans Subalterni in tempo di modernizzazione. (...)

9Le marché d’Ancien Régime apparaît en effet comme le lieu où les différentes figures professionnelles du monde du travail urbain trouvent la possibilité d’exprimer leurs capacités personnelles et collectives, de renforcer les liens sociaux, d’intervenir dans la gestion de la redistribution des ressources dans laquelle elles trouvent leur identité, et surtout leur rôle non seulement économique, mais aussi social et politique11. Le marché est donc un lieu identitaire fort et structuré, où la pratique quotidienne de la gestion et de l’exercice de tous les petits pouvoirs liés à la distribution (pouvoir du crédit, pouvoir de discrimination, pouvoir sur la qualité et sur la quantité de la distribution) devient fondamentale pour la connaissance des mécanismes de l’administration annonaire et des possibilités liées à cette gestion, et donc pour la construction de cette mentalité que l’on peut appeler, dans cette acception, « culture populaire », ou mieux, que l’on peut définir aussi participation consciente capable de gérer et d’engendrer comportements, humeurs, habitus.

10Et cela est en particulier possible dans le contexte des villes d’Ancien Régime où l’organisation du marché réglé ouvre de grands espaces à la participation populaire, en particulier à cette partie du peuple organisée dans les institutions corporatives, qui est essentielle au fonctionnement du système et à la construction du consensus et qui à travers cette collaboration, solidifie une ancienne liaison de patronage avec les élites de la ville.

11Dans cette perspective, le cas de Palerme pendant la période moderne peut être un point d’observation intéressant pour comprendre comment c’est précisément à partir de la gestion du complexe système annonaire de la ville que beaucoup de professions, à travers l’agrégation corporative, trouvent leur place spécifique, organisée et institutionnalisée à l’intérieur de la vie économique et sociale, mais aussi, institutionnelle et politique de la ville.

  • 12 Pour H. Bresc, Un monde méditerranéen. Economie et société en Sicile 1300-1400, Rome, 1986, à Paler (...)
  • 13 « Il Senato prima del 1781 avea affidata la cura di provveder palermo (sic), e quindi era sotto la (...)
  • 14 S. Laudani, Pane, politica e consenso nella Palermo del ’700, dans B. Marin et C. Virlouvet (dir.), (...)

12Tardive par rapport aux autres corporations européennes, l’apparition des corporations siciliennes en tant qu’institutions publiques est profondément liée aux événements institutionnels et politiques du royaume et à la vie administrative des gouvernements locaux. Ce n’est pas un hasard si l’affirmation et l’organisation du système corporatif en Sicile coïncide, à la fin du xive siècle, avec le début de la dynastie aragonaise, alors que les villes commencent à jouer un rôle important dans le nouveau système de négociation entre la Couronne et les classes sociales du royaume (clergé, noblesse et villes) à l’intérieur du Parlement12. Aux nouvelles fonctions politiques et institutionnelles qui sont attribuées aux villes, semble correspondre une représentation différente du monde du travail, plus adéquate à l’image d’une société urbaine hiérarchiquement structurée, à l’intérieur de laquelle chaque catégorie sociale peut trouver son propre rôle, par rapport aux autres classes. Mais c’est surtout à partir du xviie siècle que les corporations vont se voir attribuer d’importantes fonctions dans la redistribution des ressources fondamentales qui sont soumises à l’organisation annonaire. La municipalité palermitaine, pour éviter les disettes, achète directement ou indirectement à travers les arrendatari ou les partitari (marchands qui avaient pris en location pour un an ou plus la gestion des approvisionnements), une certaine quantité de viande, d’huile et de blé qui est revendue aux corporations qui seules peuvent les revendre dans leurs boutiques, selon un prix préfixé par le Consiglio Civico (Conseil de la ville), dont font partie les représentants des métiers13. Le pain en particulier est soumis aux règles du panizzo, c’est-à-dire du système de production et de distribution contrôlé par la ville : il ne peut être vendu librement, mais seulement dans les boulangeries désignées par la municipalité, et dont les boulangers ont acheté le blé de l’annone14.

  • 15 V. Vigiano, Il Caricatore di Palermo (xvi-xvii secolo), dans MEFRIM, 120, 2, 2008, p. 491-501.

13En outre, pour ce que concerne le pain et le blé, Palerme possède, à partir de la seconde moitié du xviie siècle, son caricatore – un dépôt de grain – qui jouit de tous les privilèges des dépôts royaux (le privilège d’exportation, de crédit, d’anticipation d’argent sur les permis d’exportation, etc.), mais qui dépend de la municipalité15. Un grand nombre de corporations (pesatori, trasportatori, etc.) sont présentes dans la gestion du caricatore, et partagent avec les officiers de la ville (vice portulano, notaio, etc.), les marchands et les spéculateurs, tous les pouvoirs liés à l’administration. Dans toutes ces fonctions, les corporations travaillent en étroite relation avec les institutions citadines : le Senato (le gouvernement de la ville), qui avait la responsabilité de l’approvisionnement, le Pretore, qui était le chef de l’administration et le consulo maggiore de toutes les corporations de la ville et qui, en tant que maître portulan de l’entrepôt de Palerme et chargé des approvisionnements urbains, était aussi responsable de toutes les corporations annonaires qui géraient le système de la distribution des ressources dans les marchés et les boutiques.

14Aussi ce système d’approvisionnement urbain amène-t-il les corporations à une collaboration complexe avec le gouvernement local. D’un côté, il permet aux magistratures urbaines de gérer l’annone et, d’un autre côté, il permet aux membres des corporations d’exercer un contrôle politique sur un aspect fondamental de l’économie et de la vie sociale de la ville, celui de l’administration et de la distribution des approvisionnements.

  • 16 V. Vadalà, Palermo sacro e laborioso, Palerme, 1987.
  • 17 Pendant la révolte de 1773, les maisons des Gravina et de Castellana ont été défendues par les corp (...)
  • 18 Ibid., p. 193-195.

15Pour mieux comprendre la complexité de cette situation, il faut encore considérer que tous les membres du Sénat, ainsi que le Préteur, étaient choisis par le vice-roi parmi les grands nobles du royaume, qui résidaient presque tous à Palerme, siège de la vice-royauté et de toutes les magistratures. Les six Sénateurs étaient nommés en fonction des quartiers de résidence (Albergaria, Kalsa, Seralcadi, Loggia, et le Cassaro, la rue principale de la ville qui avait deux représentants). Ce système visait à asseoir la présence de l’administration urbaine sur le territoire, rivalisant ainsi avec le profond ancrage dans la ville des corporations, dont les activités marquaient de leur présence les rues, les quartiers, les lieux de réunion et de culte, jusqu’à leur donner leur nom. Un grand nombre de rues tiraient en effet leur nom des métiers qui y travaillaient, et qui y avaient leurs confréries, et leurs églises16. En conséquence s’établissait facilement, entre les corporations et les familles de la grande noblesse palermitaine, un lien de patronage qui se révélait très important surtout à l’occasion des conflits politiques où se formaient différents partis qui, comprenant des nobles aussi bien que des maîtres de corporations, réunissaient verticalement différentes catégories sociales. Ainsi, par exemple, les relations entre la famille des Gravina, princes de Comitini, et la corporation des menuisiers apparaissent très étroites, de même celles du duc de Castellana avec les tanneurs17, ou encore les rapports de dépendance de la corporation des marmorari (les artisans du marbre) et du prince de Petraperzia qui, pour protéger deux artisans, pendant les années 1780, n’hésita pas à s’opposer au vice-roi, le marquis Domenico Caracciolo18.

Expériences et révoltes

16C’est au cours des nombreuses révoltes de la Palerme moderne que l’expérience mûrie dans la gestion des mécanismes du marché annonaire, et la profonde connaissance de la dialectique des pouvoirs qui sont liés a cette gestion se manifestèrent avec une grande clarté. Pendant toutes les phases de la grande révolte de 1773 à Palerme, comme dans celles de 1708 ou de 1647, le peuple des corporations montra son protagonisme, dès le début de la révolte, pendant une phase pacifique de processions, jusqu’à la phase violente de la protestation populaire. Il s’agit là d’un protagonisme conscient et bien organisé, lié à la place des corporations dans l’organisation des pouvoirs dans la ville.

  • 19 Ibid., p. 29-39.
  • 20 Le prince du Cassero était le représentant d’une des plus anciennes et nobles familles du royaume, (...)

17Durant la première phase de la révolte de 177319, la plupart des corporations palermitaines organisèrent des processions à travers les rues de la ville pour invoquer Santa Rosalia, la patronne de la Ville, en faveur de la guérison du Pretore, le prince de Cassaro, qui était eu fin de vie20. Les processions, qui durèrent trois jours, semblent obéir à une grammaire bien connue. Il s’agit d’une sorte de réitération de scénarios déjà expérimentés dans un grand nombre d’autres révoltes, à Paris, comme à Madrid, à Palerme comme à Naples, quand les processions religieuses servent d’entrée en matière et de préparation à la violence. Il est frappant de constater que les modalités des récits littéraires rendant compte de la révolte de 1773 et des précédentes révoltes du xviie siècle à Naples et à Palerme sont étonnamment similaires : dans chaque cas, on retrouve le rôle central de la religion et de sa ritualité, qui repropose les mêmes instruments expressifs (les défilés, la mortification corporelle, les images sacrées) selon le trinôme sacré-sang-pouvoir ; communes sont également l’incertitude de la frontière entre prière et magie, l’importance attribuée aux lieux symboliques des pouvoirs civils et religieux de la ville, ainsi que la terminologie, et les formes du récit utilisées dans les narrations.

  • 21 Fogliani resta vice-roi de Sicile de 1755 jusqu’en 1773.
  • 22 V. Vadalà, Palermo sacro... cit.

18Le comportement de la foule et sa représentation littéraire célèbrent le pouvoir du peuple, sa présence forte et organisée, sa conscience de la valeur symbolique et politique des lieux de la ville qui sont à marquer de sa présence. Ainsi, les processions commencent, parcourent et arrivent aux lieux les plus représentatifs de la ville : le Cassaro, la rue principale, celle de tous les défilés des pouvoirs laïcs et religieux, le sanctuaire de Santa Rosalia lieu de la religiosité et de l’identité urbaine par excellence, la Cathédrale (c’est-à-dire la maison de l’archevêque Filangeri qui deviendra, grâce à la révolte de 1773, le Président du Royaume, assumant la fonction de vice-roi à la place de Fogliani21), la place Pretoria (qui est la place du palais Pretorio, ou place de l’hôtel de ville, résidence du Préteur, leur chef22). L’image donnée par cette manifestation est de dévotion religieuse et civile, de discipline, encore une fois religieuse et civile, de puissance et d’unité. Une unité bien représentée, mais qui, notamment pendant cette mise en représentation que constitue le défilé, souligne la pluralité des voix sociales et politiques qui existent à l’intérieur des corporations. Il n’y a en réalité pas un seul, mais plusieurs défilés qui marquent la ville d’un parcours particulier à chaque corporation. Unité, donc, mais aussi pluralité et surtout savante représentation de force.

  • 23 Biblioteca Comunale di Palermo, manoscritto Qq H118, Relazione de’ tumulti di Palermo del 1773 del (...)

19La présence des corporations n’arrive jamais par hasard, mais chacun des gestes du peuple pendant la révolte a une finalité et une signification bien déterminée. Ainsi, pendant la deuxième phase de la révolte, apparaît pour la première fois en public le pain. C’est un jeune garçon, appelé Sturapesci qui, en agitant un petit pain, crie à la foule « Pain blanc, pain blanc... nous voulons ! ! ! Notre père n’est pas encore mort, et déjà le pain est mauvais ! »23. Rien n’est laissé au hasard, mais les cris et les gestes de Sturapesci montrent une profonde connaissance de la réalité. Le pain qu’il agite n’est pas un pain quelconque, mais du pain produit par la boulangerie du palais royal qui appartient au vice-roi, auquel sont destinés les revenus de la panification, par un privilège qui expose en même temps le vice-roi aux soupçons d’abus et de spéculation, surtout pendant les périodes de disette. Donc, agiter le pain « du palais » représente une mise en accusation concrète du vice-roi. En outre, Sturapesci souligne la mauvaise qualité du pain, non pas sa pénurie ou son prix, car à Palerme pendant les période de disette, il n’y a aucune augmentation des prix du pain, mais seulement un abaissement de la qualité et du poids. La rébellion de Saturapesci, et donc du peuple de Palerme, montre une parfaite connaissance du mécanisme de l’approvisionnement et des règles de la panification publique, connaissance qui est évidente pendant toutes les phases de la révolte, non seulement dans la partie du peuple « più colto » des corporations, mais aussi à l’intérieur du peuple « più volgare » qu’on appelle « plèbe ».

  • 24 I. Bianchi, Delle sedizioni, cit dans F. Venturi, Il giovane Filangieri in Sicilia, dans Archivio S (...)

20En effet, comme l’écrit Isisdoro Bianchi, la distance entre les deux est mince, « poichè l’artista ha nella plebe dei parenti, quando non vi abbia ancora degli amici »24. Un peuple, donc, qui ne peut pas être défini ou compris comme un sujet collectif homogène, mais comme un réseau de liens, de proximités familières, d’amitiés, de voisinage, où la distinction entre le peuple des corporations, haut peuple, et le bas peuple, la plebaglia comme on dit, est assez légère, contrairement à la représentation qu’en donnent les sources de l’époque, qui s’efforcent de marquer une distance entre le premier et le second, pour atténuer le rôle des corporations dans la révolte.

  • 25 S. Wahnich, La longue patience du peuple. 1792. Naissance de la République, Paris, 2008.

21Un rôle qui reste en réalité très important, comme en témoignent la profonde conscience et la précision dans la connaissance des questions affrontées. Ainsi, les demandes que les rebelles présentent à l’autorité royale sont toujours étonnamment précises. Ils ne demandent pas une augmentation des quantités de pain, ni une réduction des taxes. Ils ne crient pas leur désespoir et n’implorent pas la clémence des autorités : celle qu’on appelle « plèbe » exige la restauration de la légalité25. Elle veut l’éloignement du vice-roi Fogliani et du maire Lanza qui en était très proche, la reconnaissance du droit pour les corporations de constituer la milice armée pour défendre les murs de la villes, et aussi l’élection d’un nouveau Préteur, qui doit être le Marquis de Sortino, le frère du prince du Cassaro, qui était en fin de vie. Des demandes essentiellement politiques. La soi-disant « plèbe » demande autoritairement le retour aux règles qui avaient été violées par le mauvais gouvernement et le rétablissement des équilibres traditionnels. Ce faisant, elle dévoile une profonde connaissance des mécanismes du pouvoir. Il ne s’agit pas du pouvoir en un sens abstrait et générique ; la plèbe se montre bien consciente des dynamiques, des intérêts et des groupes en jeu : elle est capable de reconnaître les protagonistes, d’indiquer les responsables, de choisir son parti. Un parti qui est le résultat d’un accord plus large, plus articulé, traversant verticalement la société pour s’allier avec une fraction importante de l’élite palermitaine hostile au vice-roi.

22Aussi pendant la phase la plus violente de l’émeute, quand la foule se heurte aux responsables du mauvais gouvernement, la violence n’est jamais irraisonnée. Les récits de la révolte soulignent le caractère « non violent de la violence ». Le recours aux armes, l’utilisation de la violence et du feu, semblent faire partie d’une grammaire de l’émeute, d’un patrimoine culturel reconnu par la communauté, d’un droit qui est confirmé par l’existence de la milice urbaine attribué aux corporations. La révolte semble être la représentation violente d’un besoin de réaffirmation de la légalité violée. Et, en effet, au-delà d’une représentation symbolique de la violence, qui a l’intérêt de réduire aux yeux de l’autorité royale la violence réelle de la sédition, il semble exister, au sein même du désordre insurrectionnel, un profond besoin de sécurité, une mobilisation des droits collectifs, une recherche de l’ordre perdu. Mais les aspects symboliques sont toujours portés par, et/ou portent en même temps, des exigences concrètes, bien présentes et repérables.

23Ainsi l’assaut donné à la Vicaria, la prison royale, et la libération des prisonniers qui s’ensuit, tout comme la recherche des armes et l’attaque des armureries municipales, font partie d’un scénario déjà écrit, d’une grammaire traditionnelle de toutes les révoltes. Il s’agit d’un rite qui est chaque fois reproposé, grâce à la canonisation des descriptions des révoltes passées, grâce à un souvenir transmis par la mémoire collective et qui devient presque une nécessité coutumière. Mais qui, néanmoins, au-delà des aspects rituels, dévoile des objectifs très concrets. Les armes sont, en effet, nécessaires à l’occupation des bastions de la ville, à la possibilité de former les milices urbaines pour défendre et contrôler la ville, selon l’ancien privilège reconnu aux corporations palermitaines et que Charles de Bourbon avait cherché, sans succès, à révoquer.

  • 26 F. M. Emanuele e Gaetani marchese di Villabianca, Diario Palermitano, in G. Di Marzo (éd.), Bibliot (...)

24Ce privilège était, pour elles, source de force et d’identité : on voit donc bien ici que les nécessités concrètes et les principes identitaires sont strictement liés les uns aux autres, dans un rapport qui trouve sa justification dans les contextes historiques, et qui ne se fige pas en une donné anthropologiquement stable. Et ainsi, pendant que le peuple armé marchait par les rues de la ville « in forma di pattuglia [...] coi tamburi battenti e strumenti di fiato, sotto due stendardi o bandiere di bastimenti, che a forza si fecero dare da’ marinai della cala di Piedigrotta, di color rosso l’uno, e di bianco l’altro, portando in trionfo ed a lume di ceri accesi, con aria di maestà, e con quella maestà di popolo solita assumersi in consilimi funzioni [...] l’adorara tela della reale effige »26, la corporation des marins de la Kalsa, « che è la tribù più popolata e la più guerriera sperimentata in simili avventure », prit possession du bastion dit de Vega, barra l’accès des principales rues de la ville, et posa deux « colombrine » face au palais de l’archevêque, contrôlant ainsi une partie stratégique du territoire. L’action de force des corporations témoigne de la pluralité des porteurs légitimes de la violence dans les sociétés d’Ancien Régime. La possibilité concréte de garantir l’ordre leur est reconnue. Ce sont les corporations qui vont identifier et désigner les responsables de la rupture des très délicats équilibres sociaux et économiques de la ville, liés à la gestion de l’annone.

  • 27 Voir W. Beik, The violence of the French crowd from Charivari to Revolution, dans Past and Present, (...)
  • 28 Biblioteca Comunale di Palermo, manoscritto 4 Qq D46, Dis tinta relazione del popolare scompiglio a (...)

25Encore une fois, rien ne se passe par hasard : la foule connaît les responsables des malversations par leur nom et prénom27. Les premières maisons brûlées sont celles de Gazzini et de Di Giorgio. Le premier est un marchand génois, qui avait spéculé sur le blé ; le second est un fermier des gabelles qui s’était enrichi par la gestion frauduleuse des gabelles et de l’approvisionnement de la ville. Leurs meubles sont saisis et jetés dans la rue : les bibelots de prix, les tableaux, les papiers administratifs, les fiacres, tout est porté sur la place Marina, lieu des exécutions capitales, des autodafés, « incorregendo i capi dei sollevati alla grand opera tutto il resto del Popolo, con gridare, che quella robba era frutto di usura e sangue de’ poveri, onde conveniva che restasse incenerita »28. C’est ensuite le tour des maisons des nobles qui faisaient partie du gouvernement civil d’être brûlées, ainsi que celles des fonctionnaires qui avaient été proches du vice-roi et que la foule savait malhonnêtes. Les seules maisons épargnées furent celles de quelques familles nobles liées par un rapport de patronage à telle ou telle corporation, qui intervint alors pour préserver leur patrimoine.

  • 29 F. Benigno, Gli specchi della rivoluzione. Conflitto ed identità politica nell’Europa moderna, Rome (...)

26Le recours au feu n’est donc pas l’expression d’une violence gratuite, mais bien d’une volonté punitive orientée : la foule ne saccage, et ne vale pas, mais elle brûle. En infligeant une condamnation, elle met en acte un rituel ancien selon lequel la faute est purifiée par le feu. Dans la Palerme de 1773, comme dans la Naples de Masaniello, le feu est « simbolo di vita e di purificazione, di dannazione dei peccati e di resurrezione [...]. I roghi che si accendono uno dopo l’altro nella città insorta bruciano i simboli del latrocinio consumato a danno della collettività in nome della sua parte più inerme ed indifesa, i poveri, che sono invece benedetti. Il fuoco dell’inferno, non va dimenticato, è la sorte che deve toccare al ricco epulone della parabola evangelica, mentre al povero Lazzaro si spalancano le porte dei cieli. Ma il fuoco è anche lo strumento dell’ira che Dio scaglia contro Moab : manderò il fuoco in Giudea e divorerò i palazzi di Gerusalemme »29. La faute n’est pas abstraite, c’est un dommage concret : l’usure et le monopole sont des profits illicites, résultats d’une appropriation violente, d’une violation non pas de normes abstraites et génériques de Marché, mais du fonctionnement réel, de l’ordinaire concret de la place du marché.

27Mais c’est surtout dans la phase finale de la révolte que la foule et les corporations montrèrent toute leur puissance et l’importance de leur place dans le dispositif politique de la cité. C’est en effet la foule en arme qui demande la destitution du vice-roi en criant « vive le roi, dehors le vice-roi », et ce sont les corporations qui accompagnent au port le fiacre où se trouvait le vice-roi, le prince de Petraperzia et l’archevêque Filangeri, et qui les défendent de la violence de la foule. Les membres de quelques corporations, en effet, montent sur le fiacre et éloignent les manifestants, avec une inversion de rôle très efficace : ceux qui avaient manifesté contre le vice-roi deviennent, selon un manuscrit déjà cité, les défenseurs de l’ordre social. La révolte n’est pas une rébellion irréfléchie et violente ; elle est le moyen de restaurer un ordre que la corruption du vice-roi et de ses amis ont brisé, et les corporations sont les protagonistes de cette mission, en alliance avec une partie de la noblesse palermitaine, comme le prince de Petraperzia et l’archevêque Filangeri, entre autres.

28Le parcours que la foule, en colère et criant « Vive le roi, dehors le vice-roi », oblige le fiacre à parcourir, a une profonde valeur symbolique : le fiacre doit prendre la rue du Cassaro. Même si, à plusieurs reprises, on tenta de prendre des rues secondaires, plus cachées, la ritualité doit s’accomplir. Le vice-roi est donc forcé de parcourir la ville du Palais royal jusqu’à la mer, effectuant ainsi le trajet inverse des cortèges solennels habituels (de la mer au palais royal). En bouleversant le parcours de la représentation du pouvoir, la foule dépouille le vice-roi de ses attributs royaux et de sa légitimité.

29Ce n’est qu’après le départ du vice-roi, alors que la rébellion était finie, qu’il y eut quelques cas de saccage et de désordres violents. Mais les corporations reprirent immédiatement la ville en main : elles organisèrent une assemblée publique pour trouver des solutions aux problèmes économiques et fiscaux, formèrent la milice urbaine pour restaurer la paix et restèrent armées, même si le gouvernement royal avait ordonné le désarmement. Seule la médiation du prince de Petraperzia put renouveler l’équilibre social. Un équilibre qui laissa la ville entre les mains de la noblesse et des corporations pendant une année entière.

30La révolte, comme tous les événements extrêmes, révèle la complexité sociale et culturelle des villes d’Ancien Régime, la difficulté de définir ce qu’on appelle « plèbe », mais aussi la richesse de savoirs, de relations qui la caractérise. On y perçoit sa capacité à tisser et à utiliser les réseaux sociaux, à s’insérer dans les allées du pouvoir, dans les institutions, dans un rapport avec les élites. Cette capacité vient de loin ; elle s’est édifiée pendant des siècles grâce à la structuration des rapports sociaux, à la configuration des pouvoirs urbains, aux expériences et aux liens mûris dans la gestion du marché, surtout celui contrôlé par l’annone publique, qui donne aux membres des corporations une profonde connaissance du système et la capacité de l’utiliser pour renforcer leur présence.

  • 30 A. Farge, La vie fragile : violence, pouvoir et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, 1992, (...)
  • 31 S. Cerutti, Processus et expérience... cit., p. 167.

31Ce peuple est représenté par les sources officielles et les récits de la révolte comme une unité, comme un seul sujet collectif. La foule elle-même semble souvent s’approprier cette représentation, pour relancer l’image auto-légitimante d’une collectivité solide, unitaire, forte. Comme l’écrit Arlette Farge, « étudier les foules, c’est s’attacher à comprendre comment une population en mouvement produit de l’intelligible et du pensable à partir de sa propre anxiété à déchiffrer et à s’approprier les événements qui lui sont donnés en spectacle »30. Un jeu de miroirs dans lequel l’image imposée devient quelquefois l’image reprise et vice-versa, et qui souvent a trompé aussi les chercheurs en sciences sociales, qui l’ont adoptée comme une clé pour lire les classes laborieuses de l’Ancien Régime, en canonisant et en amplifiant ainsi à l’infini l’illusion. Il faut donc répartir du vocabulaire des acteurs sociaux et reformuler les critères d’analyse des historiens pour déplacer l’attention de la classification « vers les relations qui l’avaient produite ; ce nouveau regard faisait réapparaître toute la variété des systèmes de représentation simultanément exprimée par les contemporains. L’appropriation du langage des protagonistes marquait le commencement de la recherche, certainement pas son achèvement »31.

  • 32 S. Kaplan, Le complot de famine : histoire d’une rumeur au. xviiie siècle, Paris, 1982.

32En conclusion, on peut dire que la révolte de Palerme en 1773 exige de l’historien une lecture non pas simplifieé mais attentive à la complexité de l’organisation sociale de la ville d’Ancien Régime et aux relations qui lient les sujets sociaux. On ne peut se contenter de lire cette révolte comme une révolte de subsistances. La disette, même si elle est évoquée par la foule, reste en marge du mouvement. Les revendications du peuple sont politiques et institutionnelles. Assurément, le concept de révolte provoquée par la rumeur du complot de famine est fort utile pour analyser les comportements du peuple palermitain, parce que ce qui provoque la réaction de la foule n’est pas la disette, mais la conviction qu’autour de l’approvisionnement un délit a été commis par les administrateurs de la ville et par le vice-roi, principaux intéressés dans le commerce du blé et du pain32. Cette rumeur n’est pas générique ou sans motivation, mais trouve ses origines dans la profonde connaissance des dynamiques administratives et politiques du système de l’approvisionnement urbain, dont les corporations faisaient partie.

33Il s’agit donc d’une connaissance qui se développe à l’intérieur du système. Mais l’analyse doit aller encore plus loin : il n’est pas possible de lire cette révolte (et plus généralement toute révolte) à l’intérieur d’un schéma dual, qui distinguerait une révolte par le haut et une révolte par le bas. La première serait une révolte aux motivations exclusivement politiques, dirigée par les élites qui utilisent le petit peuple et le peuple des corporations pour leurs luttes politiques et factionnelles. On ne peut opposer à cette première forme de révolte politique une insurrection du peuple dont les motivations seraient surtout économiques. La révolte de Palerme montre bien qu’il n’y a pas dissociation entre le politique et l’économique, que les deux revendications ne sont pas séparées et que les deux perspectives doivent être tenues ensemble. Il y a une profonde alliance entre les élites et les peuples, ou mieux entre une partie des élites et une partie du peuple. Une telle alliance est fondée sur les liens du patronage et de la quotidienneté, sur l’expérience de collaboration de tous les jours, sur la pratique de la gestion et de l’administration de la ville.

34Derrière le mot « émeute » se cache une profonde rationalité et une profonde connaissance des mécanismes sociaux, une connaissance pratique, qui dérive aussi, en grande partie, de l’expérience directe de la gestion du marché et de la distribution des vivres.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple la discussion des années 1960 entre E. Labrousse et R. Mousnier sur les ordres et classes et la polémique entre Porchnev et Mousnier sur le concept de classe dans l’Ancien Régime. De belles synthèses des études sur la classification sociale dans D. Cohen, Ordres et classes à l’époque moderne, dans C. Delacroix et al. (dir.), Historiographies. Concepts et débats, Paris, 2010, vol. II, p. 1140-1149 ; M. Garden, Ouvriers et artisans au xviiie siècle. L’exemple lyonnais et les problèmes de classification, dans Revue d’histoire économique et sociale, 1, 1970, p. 28-54. À partir de la seconde moitié des années 1970 la micro-histoire conteste la version classique de l’histoire sociale fondée sur l’individuation des groups sociaux et professionnels, sur l’appartenance à l’ordre ou à la classe. Voir entre autres C. Ginzburg, C. Poni, La micro-histoire, dans Le Débat, 17, 1981, p. 133-136 ; E. Grendi, Micro-analisi e storia sociale, dans Quaderni Storici, 35,1977, p. 506-520 ; M. Gribaudi et A. Blum, Des catégories aux liens individuels : l’analyse statistique de l’espace social, dans Annales ESC, 45 (6), p. 1365-1402 ; J. Revel, Micro-analyse et construction du social, dans J. Revel (dir.), Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, 1996, p. 15-36, mais aussi toutes les autres études de ce volume.

2 L’apport de la l’anthropologie culturelle et de la network analysis a été très important pour le renouvellement de l’histoire sociale. Pour la première, voir surtout E. P. Thompson, The moral economy of the English crowd in the eighteenth century, dans Past and Present, 1971, 50, p. 79-214; Id., Anthropology and the discipline in historical context, dans Midland History, printemps 1972; Id., Folklore, anthropology and social history, dans Indian Historical Review, III, 2, janvier 1977. Pour la network analysis, voir entre autres P. Carrington, J. Scott, S. Wasserman, Models and methods in social network analysis, Cambridge (MA), 2005; F. Corbisiero, Social Network Analysis. Tendenze, metodi e tecniche dell’analisi relazionale Milano, Franco Angeli, 2007 ; M. Forsé, L. Tronca, Capitale sociale e analisi dei reticoli, Milan, 2005 ; F. Piselli (dir.), Reti, Rome, 1995 ; A. Salvini, L’analisi delle reti sociali. Risorse e meccanismi, Pise, 2005 ; Ead., Analisi delle reti sociali. Teorie, metodi, applicazioni, Milan, 2007 ; J. Scott, Social network analysis. A handbook, Londres, 2000 ; S. Wasserman, K. Faust, Social network analysis. Method and applications, Cambridge (MA), 1996.

3 Aujourd’hui, la déconstruction des catégories sociales est souvent opérée à partir de la vision de l’analyse historique propre au linguistic turn. Voir à ce propos F. Benigno, Gli affanni della memoria. Un momento di riflessione nella storiografia italiana, dans Storica, 33, 2005, p. 95-117.

4 S. Cerutti, Processus et expérience : individus, groupes et identités à Turin, au xviie siècle, dans J. Revel (dir), Jeux d’échelles... cit, p. 170.

5 D. Cohen, La nature du peuple, les formes de l’imaginaire social (xviiie-xxie siècles), Seyssel, 2010, p. 7.

6 Pour cette question voir F : Benigno, Il popolo che abbiamo perduto. Note sul concetto di cultura popolare, dans Giornale di storia costituzionale, 18/II, 2009, p. 151-180.

7 Voir, entre autres, N. Coquery (dir.), La boutique et la ville. Commerces, commerçants, espaces et clientèles xvie-xxe siècles, Tours, 2000 ; L. Fontaine, L’économie morale – Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, 2008 ; H. Medick, Plebeian culture in the transition to capitalism, dans R. Samuel et G. Stedman Jones (éd.), Culture, ideology and politics. Essays for Eric Hobsbawm, Londres, 1983, p. 84-112 ; A. Montenach, L’économie du quotidien. Espaces et pratiques du commerce alimentaire à Lyon au xviie siècle, Grenoble, 2009.

8 Le terme de « protagonisme » est d’Haim Burstin, notamment dans La Révolution à l’œuvre. Le faubourg Saint-Marcel (1789-1794), Seyssel, 2005.

9 P. Bourdieu, Raisons Pratiques. Sur la théorie de l’action, Paris, 1994, p. 23.

10 Ibid., p. 24.

11 R. Ago, Popolo e papi. La crisi del sistema anonario, dans Subalterni in tempo di modernizzazione. Nove studi sulla società romana nell’Ottocento, Milano, 1985; Ead., L’economia barocca. Mercati ed istituzioni nella Roma del seicento, Rome, 1998; B. L. Anderson et A. J. H. Latham (dir.), The Market in History, Londres, 1986; E. P. Thompson, The moral economy of the English crowd... cit.; S. Kaplan, Principio di mercato e piazza di mercato nella Parigi del xviii secolo, dans Quaderni Storici, 58, 1985, p. 225-240.

12 Pour H. Bresc, Un monde méditerranéen. Economie et société en Sicile 1300-1400, Rome, 1986, à Palerme jusqu’au xve siècle, « si les métiers sont nombreux et distingués avec précision par une nomenclature fine, il n’existe pas d’« Arts » dotés de statuts et contrôlés par une autorité » ; et de même pour S. R. Epstein, Potere e mercato in Sicilia. Secoli xiii-xvi, Turin, 1996, c’est seulement au cours du xve siècle qu’il y a eu institutionnalisation des métiers.

13 « Il Senato prima del 1781 avea affidata la cura di provveder palermo (sic), e quindi era sotto la sua disposizione un Capitale di 200 mila once. Grani, Latticini, Oli e carni eran le cose, la di cui provvista davasi a partitari con diritto proibitivo. Ad ogni 5 anni per lo più rinnovava il partito dei grani per la quantità di salme 30mila o 36mila, e l’ultimo stipulatone a 7 Febbraio dell’anno 1777 fu per onze 2 :10 la salma. BCP, Manoscritto Qq H 115, n. 33 (Consulta del Consultore Dragonetti del 20 Giugno 1793), f. 339.

14 S. Laudani, Pane, politica e consenso nella Palermo del ’700, dans B. Marin et C. Virlouvet (dir.), Nourrir les cités de Méditerranée. Antiquité-Temps modernes, Paris, 2003, p. 419-442 ; Id., Rivolte, conflitti politici e sistema annonario nella Palermo del ’700, dans MEFRIM, 112, 2, 2000, p. 669-686.

15 V. Vigiano, Il Caricatore di Palermo (xvi-xvii secolo), dans MEFRIM, 120, 2, 2008, p. 491-501.

16 V. Vadalà, Palermo sacro e laborioso, Palerme, 1987.

17 Pendant la révolte de 1773, les maisons des Gravina et de Castellana ont été défendues par les corporations. S. Laudani, « Quegli strani accadimenti ». La rivolta palermitana del 1773, Rome, 2005, p. 71

18 Ibid., p. 193-195.

19 Ibid., p. 29-39.

20 Le prince du Cassero était le représentant d’une des plus anciennes et nobles familles du royaume, et était devenu la référence politique pour cette partie de la noblesse palermitaine qui était opposée au vice-roi. Il était aussi bien connu du peuple pour son opposition à Fogliani.

21 Fogliani resta vice-roi de Sicile de 1755 jusqu’en 1773.

22 V. Vadalà, Palermo sacro... cit.

23 Biblioteca Comunale di Palermo, manoscritto Qq H118, Relazione de’ tumulti di Palermo del 1773 del d.d. Domenico Caccamisi, f. 390v. Dans le manuscrit anonyme Qq F231, Distinta e breve relazione di tutto l’occorso nella città di Palermo ne’ giorni 19-20 e 21 settembre 1773, les mots criés sont rapportés en dialecte.

24 I. Bianchi, Delle sedizioni, cit dans F. Venturi, Il giovane Filangieri in Sicilia, dans Archivio Storico per la Sicilia Orientale, 1, 1968, p. 37. Isidoro Bianchi est un franc-maçon, ami de cœur de Gaetano Filangieri, qui était le neveu de l’archevêque Filangeri. Pendant les jours de la révolte, Bianchi était à Monreale, une petite ville située à coté de Palerme où la révolte se propagea dans les jours suivants.

25 S. Wahnich, La longue patience du peuple. 1792. Naissance de la République, Paris, 2008.

26 F. M. Emanuele e Gaetani marchese di Villabianca, Diario Palermitano, in G. Di Marzo (éd.), Biblioteca storica e letteraria di Sicilia, vol. XV, Palerme, 1875, p. 304-305.

27 Voir W. Beik, The violence of the French crowd from Charivari to Revolution, dans Past and Present, 197, 2007, p. 75-110.

28 Biblioteca Comunale di Palermo, manoscritto 4 Qq D46, Dis tinta relazione del popolare scompiglio accaduto in Palermo Capitale della Sicilia nel Settembre del 1773 : Descritta da D. Cristofaro Rizzo Palermitano, f. 51.

29 F. Benigno, Gli specchi della rivoluzione. Conflitto ed identità politica nell’Europa moderna, Rome, 1999, p. 264-265.

30 A. Farge, La vie fragile : violence, pouvoir et solidarités à Paris au xviiie siècle, Paris, 1992, p. 199.

31 S. Cerutti, Processus et expérience... cit., p. 167.

32 S. Kaplan, Le complot de famine : histoire d’une rumeur au. xviiie siècle, Paris, 1982.

Haut de page

Note de fin

1 Je souhaite remercier Déborah Cohen pour la relecture de la version française du texte. Cet article se base sur la communication présentée à la journée d’étude «Culture populaire et capitalisme de marché», organisée par Déborah Cohen, le 3 février 2010, Maison Méditerranéenne des Science de l’Homme, Aix-en-Provence.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Simona Laudani, « Le savoir du « peuple » : expériences de marche et revoltes. Palerme 1773 », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-2 | 2011, 465-473.

Référence électronique

Simona Laudani, « Le savoir du « peuple » : expériences de marche et revoltes. Palerme 1773 », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/626 ; DOI : 10.4000/mefrim.626

Haut de page

Auteur

Simona Laudani

Università degli Studi di Catania, simlau@tiscali.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org