Navigation – Plan du site
Enfance et monde adulte (moyen âge-époque contemporaine)

Enfance, enfances de princes en France (xviie-xviiie siècles)

Childhood, the early years of French princes (17th to 18th centuries)
Pascale Mormiche
p. 395-407

Résumés

Quand, aux xviie et xviiie siècles, les princes et princesses françaises étaient des enfants, quelles différentiations pouvaient-on observer entre eux ? Leur statut social, leur position dans la fratrie, face une éventuelle accession au pouvoir que peut rendre possible la mort de l’enfant précédent, leur sexe déterminent leur place dans la famille royale et princière. De cela découlent les codes mis en place, les attitudes observées à leur égard et les relations entre eux. Quelle enfance était alors possible ? Difficilement perceptible car elle est masquée par la représentation royale ou princière, il est parfois possible d’entrevoir le caractère de l’enfant, les relations dans la fratrie ou la sororité, tandis qu’avec le xviiie siècle, les sentiments s’expriment plus facilement au sien de la famille qui s’élargit.

Haut de page

Texte intégral

1Les familles royales et princières françaises ont vu naître plus de cent soixante-dix princes et princesses pendant les xviie et xviiie siècles en comptant les enfants qui moururent tôt et ne furent que rarement considérés dans la démographie ou l’historiographie princière. Quel fut le monde de ces enfants qui furent princes ?

2Dotés à leur naissance d’une titulature, les jeunes princes sont immédiatement soumis à une stratégie de différenciation qui les intègre dans un ordre familial, social, un ordre qui est également politique puisqu’ils assurent la continuité de l’Etat royal. Princes et princesses se situent aux confins de plusieurs catégories : élite sociale, élite politique ou nobiliaire, jeunesse. Sexe, aînesse et position dans la parenté les marquent précocement en leur attribuant une place particulière tant dans l’espace que dans la continuité familiale. Au palais, ils vivent dans un espace réservé, séparés de la cour. Ils sont entourés d’adultes qui ne sont pas leurs parents. Ils ne voient leurs parents que dans des temps et des espaces limités, souvent en public. Leur enfance est nettement cloisonnée entre le temps des femmes, gouvernantes et nourrices puis après que les garçons aient atteint leurs sept ans, le temps des hommes, gouverneurs et précepteurs. Leur éducation est une affaire d’Etat étant donnée la nécessité de la transmission politique, ce qui clôt en un mot bien rapide la question de la fracture intergénérationnelle.

3Quelles enfances sont possibles pour un prince dans le rapport complexe de sa position face au pouvoir ? Intégrés socialement par leur naissance, ils sont perfectibles par l’éducation selon les finalités politiques du rôle auquel la naissance les destine. Quelles éducations et quelles relations peuvent distinguer ces enfants ? Les bornes chronologiques sont plus précoces pour les filles du fait de leur jeune âge au mariage. D’autre part, que peut-on savoir de ces enfances soumises à la représentation ?

4Ces enfants princes ont un rôle social assigné par le système politique mais ils constituent un ensemble d’individus différenciés

Naître prince

5Naître prince suppose d’être l’aîné de la famille et de ce fait destiné au pouvoir. Il y eut seulement une dizaine de garçons dans ce cas pendant deux siècles. Une charge énorme pèse sur leurs épaules : ils sont nés pour être rois. Leur vie est déterminée et ils doivent être exemplaires. Les attitudes de respect et déférence dès la naissance orientent les sentiments de l’enfant. « Il [le futur Louis XIII] estoit naturellement et de son observation observateur des respects qu’on lui doit » (1er février 1607). « Il avoit naturellement ces jalousies qui touchent le respect qui luy estoit dû » (11 janvier 1609). Le personnel a comme obligation de lui faire prendre une attitude royale par des remarques quotidiennes telles que celle-ci quand il a quatre ans : « manger des cerises debout, c’est manger en laquais » (16 juillet 1605).

Être l’aîné impose des séparations lors du passage aux hommes

6À l’âge de sept ans, cette séparation est d’abord physique : les garçons changent de lieu d’éducation, de Saint Germain à Paris, ou de l’aile des princes vers leur appartement d’éducation. Cette séparation hautement symbolique correspond à un changement de personnel : le « passage aux hommes ». Les princes sont placés entre les mains d’une équipe d’une quinzaine d’hommes portant soutanes et habits de cour. C’est la partie éducative de sa Maison de prince, qu’il faut nettement distinguer des gardes mais surtout des domestiques que les princes fréquentent rarement. Les pères choisissent le personnel éducatif qui encadre l’enfant de jour comme de nuit pendant plus d’une dizaine d’années. L’enfant n’est jamais laissé seul. Il vit avec ce personnel dirigé par son gouverneur à qui le père a délégué son pouvoir paternel et d’éducation. Il passe plus de cinq heures par jour à étudier, à quoi s’ajoutent les charges de représentation curiale. Il est aidé, conseillé et soutenu en public tandis qu’il est morigéné en privé. Le passage aux hommes est donc une étape dans la vie d’un garçon. Il fait naître le sentiment d’isolement nécessaire de l’adulte face au pouvoir.

Naître princesse

7Naître princesse signifie être née fille de roi et reine, ou de prince, aînée ou cadette de dauphin. Soixante dix-huit princesses naquirent dans les familles princières et royales en deux siècles donc les filles représentent 45 % du groupe. Les filles de France étaient rares. Ce qui rend plus exceptionnelles certaines sororités abondantes, celles des enfants de Philippe d’Orléans ou de Louis XV. En mars 1732, La Gazette fait alors l’annonce de la naissance de Mme Adélaïde d’un ton désabusé : « la reine est accouchée d’une fille, en voilà quatre et deux garçons ».

  • 1 « Je n’étois pour lors qu’une enfant, je n’avois part à rien et ne pouvois rien remarquer, [...] si (...)
  • 2 Ibid., p 19. Vers 1637, « Monsieur se donnoit lui-même la peine de penser à mon divertissement et v (...)
  • 3 L. Bély, Une famille comme les autres ? Louis XIV et les siens, dans Histoire des familles, de la d (...)

8La Gazette et Dangeau signalent toutes les naissances royales et princières de filles en mettant l’accent sur l’état de santé de la mère. Puis la jeune fille disparaît chez les mémorialistes pendant plus d’une dizaine d’années. Elle réapparaît ponctuellement lors de son baptême, d’éventuelles maladies, de sa présentation à la cour mais surtout au moment de son mariage. Les princesses restent jusqu’à leur mariage entre les mains des mêmes gouvernantes. La grande Mademoiselle est la seule qui témoigne dans ses Mémoires où elle dit peu de choses de son enfance, la percevant surtout comme un état sans raisonnement1. On la voit cependant jouer avec un père attentif et généreux : « à quoi Monsieur prit le plaisir de se jouer d’abord avec moi. Il étoit au haut de l’escalier [de Chambord] lorsque j’arrivai, il descendit quand je montai, et rioit bien fort de me voir courir, dans la pensée que j’avois de l’attraper »2. La grande Mademoiselle eut une enfance privilégiée car elle fut instruite et présentée tôt comme un grand personnage de la cour. Elle ne connut pas le sort des princesses aînées qui, vers 13-14 ans, subissent un déracinement, un exil imposé par la raison d’Etat en raison de leur mariage3. Les mariages des princesses entrent dans l’économie des échanges de la monarchie avec le système de dots, d’alliances et signatures de paix avantageuses.

Naître cadet

9Le cadet a un rôle important tant que son aîné n’a pas lui-même d’enfant. Il se trouve en position d’hériter s’il survit. Deux garçons seulement ont été dans ce cas : Gaston et Philippe d’Orléans. D’ailleurs peu de troisièmes garçons survécurent. Seules trois familles sur vingt-neuf eurent des benjamins à élever.

10Le cadet est dans une position ambiguë car il peut être appelé à jouer un rôle politique dans l’avenir mais pour un temps indéterminé, il lui faut apprendre la soumission imposée par la famille, la domesticité, et revendiquée rapidement par l’aîné. Les frères et sœurs doivent rendre les honneurs au futur roi ou chef de famille. Le Journal d’Héroard regorge d’indications sur l’enfant choisi pour lui donner sa serviette lors du repas ou sur le déroulement d’autres codes de cérémonie. L’aîné est dispensé de jour maigre alors que ses frères et sœurs font maigre le vendredi ou pendant Carême. Le jour de l’anniversaire de Berry [1758], c’est l’aîné, le duc de Bourgogne qui allume son feu d’artifice.

11Ainsi le prince héritier comprend très vite qu’il domine sa fratrie.

  • 4 Madame de Motteville, Mémoires, 1647, éd. Paris, 1851, p. 139.

Quand le roi avait un petit différend avec le duc d’Anjou son frère, en ces occasions qui ne manquaient jamais dans l’enfance, la reine voulait toujours qu’il fut obéi. Tant de grandeur anticipée ne lui paraissait pas dangereuse, vue l’innocence naturelle de ce jeune monarque4.

  • 5 R. Le Maistre, La santé du prince, ou le soing qu’on doit y observer, Paris, 1616, in-12, p. 148.

12Le cadet a lui-même rapidement conscience de l’obligation de soumission même dans les jeux. Ainsi en août 1615, Gaston jouait dans sa chambre à la guerre avec quelques jeunes seigneurs de son âge. Une sentinelle crie à la porte : « Qui vive » à tous ceux qui viennent. « Un gentilhomme arrivé répond, Vive Monsieur. Gaston commande là-dessus qu’on le tue, ne cessant jusqu’à ce que l’autre fut contraint de dire Vive le roi, et alors Monsieur commanda de sauver le gentilhomme et de lui donner la vie »5. Les jeux des princes sont des apprentissages du métier de roi.

13Le gouverneur de Philippe d’Anjou, Plessis-Praslin théorise le rôle du frère :

  • 6 César de Choiseul Du Plessis-Praslin, Mémoires des divers emplois et des principales actions du Mar (...)

Les frères des rois ne sauraient avoir assez de grandeur d’âme, des sentiments trop nobles et des vues trop élevées ; mais tout cela doit être subordonné à ce qu’ils doivent à leur souverain, car pour être frères, ils ne laissent pas d’être leurs sujets, quoique la nature oblige les rois à en faire une très grande différence ; et quand les uns et les autres sont dans des sentiments réciproques, les rois ne voient jamais leur autorité blessée, et leurs frères sont toujours dans la grandeur et l’élévation qui est due à leur naissance. [...] Il [le gouverneur] lui inspira les sentiments de respect et de tendresse qu’il devoit au roi et lui fit comprendre que sa véritable grandeur consistoit à être dans les bonnes grâces de Sa Majesté, à ne jamais lui donner de soupçon de sa fidélité par une ambition mal réglée6.

14Cette soumission des adultes et de leurs congénères donnent à l’aîné un caractère souvent opiniâtre. « Dans le particulier, il [Bourgogne mort en 1761] avait des accès d’humeur considérables [...] ce prince enfant était né avec beaucoup d’esprit, mais un caractère de fierté et de hauteur que rien ne pouvait abaisser ». Ainsi Bourgogne s’emporte contre son sous-gouverneur Boisgelin :

  • 7 « Entre les mains d’un gouverneur jésuitique, bas et adulateur, s’il avait vécu ces qualités fâcheu (...)

je crois que je suis le maître ici [...] mais vous n’êtes qu’un gentilhomme et je suis un prince un jour qui [...], vos raisonnements n’empêcheront pas que vous êtes fait pour m’obéir, [...] et quelque chose que vous me disiez au respect que l’on me rend, aux soins qu’on prend pour moi plus que les autres, fait que je suis sûrement d’une espèce autre que vous tous7.

  • 8 F. Gaquère, La vie et les œuvres de Claude Fleury, Paris, 1925, p. 181.

15Un isolement et une absence de salut protocolaire par les gardes royales ont puni de tels propos. Chez les deux frères Conti, l’aîné est aussi le plus irascible. « Menacé d’être battu par le coléreux, le second garda le respect pour son frère et souffrit l’insulte avec modération qui fit l’admiration de toute la petite cour, particulièrement de M de Montausier »8.

16Indépendamment de cette culture de la soumission, l’éducation des cadets a été aussi importante que celle de leur aîné car le risque de mortalité est élevé. Certes, ils commencent en décalage leur éducation mais ils peuvent la prolonger s’ils le souhaitent. Toutefois à la suite du mariage de l’aîné, les benjamins pâtissent parfois de la dissolution de l’équipe éducative qui encadre tous les garçons d’une même fratrie (le gouverneur des princes devenant le gentilhomme de la Chambre du seul aîné).

Tabella 1
DURÉES D’ÉDUCATION ENTRE LES MAINS DES HOMMES

Tabella 1DURÉES D’ÉDUCATION ENTRE LES MAINS DES HOMMES
  • 9 Bibliothèque Méjanes, Ms 502 (153), Millet de Jeure, f. 355.

17Le cadet reçoit une éducation similaire même dans le domaine militaire. Cependant les enfants ne doivent pas prendre ensemble de risques. En 1655, Louis XIV étant au siège de Landrecies, « la reine voulu retenir ce jeune prince [Philippe d’Anjou] auprès d’elle pour lui tenir compagnie et ne pas voir exposer en même temps des deux uniques enfants »9.

Naître cousin du prince royal

18Généralement la naissance d’un cousin n’a pas lieu à la cour mais dans l’hôtel familial. Les mémorialistes signalent ces naissances mais ne mentionnent ces princes que lorsqu’ils participent pour les premières fois aux activités de cour, aux cérémonies. Notons qu’une seule famille sur vingt-neuf réussit l’exploit d’élever toute la fratrie jusqu’à l’âge adulte, ce sont les neuf enfants de Louis III de Bourbon Condé qui naissent régulièrement de 1690 à 1709.

19L’investissement éducatif paraît, autant qu’il est possible de l’estimer, dix fois moindre que celle d’un prince royal. Le personnel encadrant l’enfant est de moins haute noblesse. L’équipe éducative comprend quatre à cinq personnes soit le tiers du personnel d’éducation d’un prince royal pour une durée similaire d’une dizaine d’années. Cet investissement moindre s’oppose à l’éducation royale devenue un élément de représentation de la monarchie absolue dans laquelle elle a investi fortement. En témoigne l’attitude des Orléans à partir de 1709, date de leur rétrogradation du rang de petit-fils de France. Les Orléans modifient la socialisation de leur fils qui n’est plus élevé comme un héritier potentiel ce qui diminue les coûts d’éducation. Dès lors l’enfant ne dispose plus que d’un sous-gouverneur dans son tout jeune âge, un gouverneur de bonne noblesse n’étant nommé que lorsque le prince âgé de plus de dix ans est admis à la cour. Le précepteur reste toujours d’une excellent niveau, généralement académicien.

  • 10 Mémoires, cité par G. Bosq de Beaumont et M. Bernos, Le fils du régent, dans Revue des deux mondes, (...)

20Pour conclure sur ce point, il existe une nette hiérarchie entre les princes-enfants. Ils sont élevés en fonction de l’ordre de naissance qui est invariable et non pas selon leur caractère individuel ou leur personnalité. La notion de primogéniture détermine fortement la spécificité des rapports sociaux qui encadrent ces enfants. Cette différenciation définit nettement la forme de leur encadrement par les adultes et la transmission des valeurs. Il va sans dire que la démographie peut briser des destins en raison de la mortalité enfantine des princes. C’est la seule adaptation possible. Parfois il arrive d’évoquer l’éventualité d’une telle succession. En témoigne ces propos tenus à Marly en 1715 par le jeune duc de Chartres (12 ans) après que Louis XIV lui ait demandé s’il serait bien aise de devenir roi : « A Dieu ne plaise, je ne pense jamais à cela, je serois trop fâché de tout de qu’il faudrait qu’il arrivast pour cela »10. Conclusion de sa grand-mère : « Cet enfant ne vivra pas, il a trop d’esprit ».

Un rôle social assigné par le système politique et affirmé par la formation : les princes sont perfectibles

21Contrairement aux autres enfants, les princes n’ont pas à chercher une place, un trajet éducatif dans la société. Leur existence sociale liée à leur naissance, détermine leur intégration. Ondoyés dans la chambre où ils sont nés, ils reçoivent plus tard le complément de baptême à la chapelle royale ou à celle de la résidence princière. C’est alors que leurs noms et qualités sont portés sur le registre paroissial comme la plupart des autres enfants par le curé qui s’est déplacé au palais avec le grand aumônier de France. Vers l’âge de dix ans, ils reçoivent seulement leurs prénoms donnés par leur parrain et marraine, membres de la famille maternelle royale, princière, souvent souverains étrangers ou membres de l’Église romaine dans la cérémonie supplétive au baptême en la chapelle royale. En attendant, ils sont nommés par leur titre princier. Nul doute que cela ne renforce leur compréhension personnelle de la place que les adultes leur assignent dans la société des princes.

Transmission d’un modèle de comportement, d’une hiérarchie de valeurs

  • 11 Bibliothèque municipale de Versailles, manuscrit 1464 Mss 56, lettre n° 17 de Mme de Ventadour à Mm (...)
  • 12 Ibid., lettre n° 6, du 24 février 1716, f. 78.

22Les princes passent immédiatement après leur naissance entre les mains de l’équipe des gouvernantes choisies par le roi pour la première éducation. Ce sont elles qui sont chargées de leur transmettre les usages, les comportements requis par leur rôle social, de dresser et redresser les corps comme les premières impressions. L’enfant est caché dans ses appartements le temps de son éducation intellectuelle, mais le prince est exposé lors des cérémonies monarchiques. Il est rapidement soumis à la représentation. Si l’on en croit sa gouvernante, le duc d’Anjou, futur Louis XV serait capable à l’âge d’un an et demi de distinguer les types de cérémonies : « notre prince fantasque [...] est merveilleux pour les cérémonies et les grandes occasions, il se met quelquefois peu en peine des médiocres »11. Le public comme les ambassadeurs se pressent pour analyser dans ses attitudes d’enfant un avenir heureux et s’assurer de sa bonne santé apparente, gage d’emplois futurs dans sa maison. Mme de Ventadour craint cet empressement : « l’empressement de le voir le feroit étouffer. Paris l’aime à la folie »12.

Apprendre le métier de roi : le prince perfectible

  • 13 Un document rédigé à la demande d’Anne d’Autriche établit les premières occupations et les soins pé (...)

23L’enfant est mis en contact très tôt avec l’écrit et les connaissances. D’abord dans sa chambre, âgé de deux ou trois ans, « son Altesse royale [Louis XIV] s’entraîne à voir et lire un livre, ou gloser sur les portraits et en dire son advis, à y donner sa veu et son attention »13. Vers cinq ans, il apprend à lire sur des « Livres qu’il faudra avoir composé pour luy ouvrir l’esprit à l’histoire : on pourra lui lire de toutes les villes conquises par le Roy son père avec leurs noms, temps et façon de la prinse ». Dans les jeux « de cartes, de la prime, du picquet, de l’homme et du petit triomphe, [...] des Jeux de ballon, de volant », il faut lui apprendre à être beau joueur et bon perdant : « Il faudra qu’il joue avec sincérité et franchise, le visage gai [...] sans passion ».

24Au milieu du xviie siècle, l’enfant princier est perçu comme le prince qu’il doit devenir. Cela est bien différent du regard de la Renaissance qui s’est poursuivi jusqu’à Héroard, laissant l’enfant à sa place d’enfant. Désormais avec le Grand Siècle, le jeune enfant doit faire le roi en toutes circonstances. Il doit maîtriser l’art de l’action politique, agir pour faire sans tenir compte de sa santé et de sa timidité. Ce changement est voulu par Louis XIV qui entend harmoniser les éducations princières afin de les distinguer du modèle d’éducation aristocratique. C’est pourquoi il fait venir à la cour les cousins, les princes de Conti conviés à des enseignements communs avec le grand Dauphin tout en les détournant d’une éducation domestique trop favorable au jansénisme. Cet exemple fait réfléchir le grand Condé, bien obligé de constater l’excellence de l’éducation princière à la cour de France. Condé convient qu’il faut adapter ses héritiers à la nouvelle culture de cour, ce qu’il fait dans les années 1685 remettant en cause les choix éducatifs que la famille Condé avaient opérés pendant cinq générations, à savoir confier leurs fils aux collèges jésuites. Dans la décennie 1670-1680, se met en place le modèle d’éducation princière qui crée une différenciation éducative forte avec le reste de la société, tout en conservant des distinctions de naissance entre les jeunes princes.

25Etre prince-enfant passe par l’apprentissage d’un comportement précis d’une complexité énorme et ceci avant l’âge de l’acquisition des connaissances disciplinaires. Ce qui caractérise ces éducations, c’est la précocité demandée aux princes et princesses, bien avant le contenu d’un savoir. Le prince n’a pas le temps d’être un enfant.

Révélation au monde par la présentation à la cour et le projet de mariage

26Vers l’âge de quatorze-quinze ans, le prince paraît à la cour. Il est alors considéré comme digne d’être vu, comme élevé. Le prince ou la princesse sont alors observés par les représentants des cours européennes qui diffusent des portraits afin d’envisager d’après leurs traits physiques des alliances possibles. Ce qui importe alors, c’est la qualité de la représentation du prince, sa conformité au modèle princier, son adaptation à la vie de cour. Le Mercure, média de la monarchie, le représente comme un vrai prodige.

  • 14 Mercure galant, p. 207 et s. ; en juillet 1685, mariage de Louis III de Bourbon Condé.

M le duc de Bourbon est un jeune prince qui commençant à entrer dans le monde, n’y a fait encore aucun pas qui n’ait marqué avec avantage qu’il soutiendra dignement & l’auguste nom qu’il porte & la gloire des grands hommes qu’il a pour ayeux. Il s’est fait admirer dans ses études & il n’en estoit pas encore sorty qu’il a brillé dans ses exercices. Ainsi l’on peut dire qu’il y a paru habile dans un temps où l’on en voit peu qui ayent commencé un si pénible travail. Si son application luy a donné de l’adresse, le sang des Bourbons & le désir de la gloire luy ont donné la force qu’il [sic] luy manquoit. Sa bonne grâce jointe à toutes ces choses, l’a fait admirer dans le carrousel & il y a receu des applaudissements si publics qu’ils ont été entendus de toute l’assemblée. Un prince si accomply dans un âge où les autres n’ont pas encore respiré l’air du monde meritoit d’estre uny à une princesse toute parfaite14.

27Ce jeune prince aîné de la famille Condé, cousin du roi ferait preuve d’une éducation réussie, aurait soigné une culture d’apparence aristocratique avec les valeurs de bon courtisan, bon cavalier et bon chasseur. Il montrerait une certaine honorabilité dans ses gestes et une érudition convenable. En fait, la représentation correspond peu à la réalité. C’est un prince rétif aux études, peu attentif, très enfantin et emporté avec ses domestiques. Le Mercure traduit dans son propre modèle de références ce qui peut être révélé à la cour et à ses sujets.

Que peut-on savoir de ces enfances soumises à la représentation ? Les rapports sociaux effectivement vécus

28Les vingt-neuf familles étudiées sur deux siècles renseignent sur les types de fraternité ou sororité. Louis XIII est élevé dans une fratrie de onze enfants mélangeant les sexes, les enfants légitimes ou légitimés. Il dut s’imposer et se distinguer de ses frères et sœurs. Le grand dauphin qui a eu six frères et sœurs, se retrouve vite enfant unique après la mort d’un frère puis d’une sœur qu’il ne connut que trois ans. Louis XV, bien qu’il soit le troisième d’une fratrie de garçons, n’en connut aucun. Il vécut des morts douloureuses entre 1712 et 1715 avant d’être considéré comme un survivant précieux. Louis, dauphin fils de Louis XV fut le seul garçon survivant d’une sororie de huit filles qu’il ne connut que tardivement car elles furent élevées à l’abbaye de Fontevrault. Toutefois, le prince n’est pas toujours seul car des enfants sont associés à son éducation, fils d’autres princes, fils du gouverneur ou du sous-gouverneur qui apprennent le métier de service en étant élevés avec le prince. Cette analyse ne permet pas de dégager une typologie de familles mais en replaçant l’enfant dans un contexte de groupe d’âge, il est possible d’envisager le façonnement de sa personnalité.

  • 15 J. Houdaille, Fécondité des familles souveraines du xvie au xviiie siècle, Populations, juillet-oct (...)

29Les familles princières n’ont pas été épargnées par la mort de leurs jeunes enfants même si celle-ci est deux fois moins élevée que celle de la population générale15. La mortalité infantile reste cependant énorme. Sur 170 enfants nés, 28 enfants n’atteignent pas la fin de leur première année soit 16 % (160 pour mille) d’enfants morts. 62 sont morts avant d’atteindre leur septième année soit 36 % (360 pour mille). Devant cette hécatombe des enfants, on comprend que les princes portent rarement « le deuil des maillots » c’est-à-dire celui des enfants de moins de sept ans, sinon la cour serait trop souvent en deuil. Mais cette règle d’étiquette masque la réalité de la douleur durement vécue dans l’intimité des princes.

30Peu de princes vécurent dans une famille présentant un schéma parental complet. Un déséquilibre net s’impose entre la famille paternelle très représentée et la famille maternelle étrangère qui reste lointaine. Certains membres de la famille maternelle sont parrains ou marraines mais ne sont pas présents lors du baptême. Les princes royaux ne connaissent la famille maternelle que par les ambassades, les portraits, les cadeaux et les lettres et quelques visites des oncles maternels qui deviennent plus fréquentes au xviiie siècle.

31D’autre part, les deuils des parents entament les familles : Louis XIII et son frère, Louis XIV et son frère orphelins de père, vécurent leur enfance avec leur mère, famille réduite. Berry, futur Louis XVI, perd son frère à l’âge de sept ans puis fut orphelin de père à onze ans, de mère à treize ans. Il a quatorze ans quand meurt sa grand-mère Marie et vingt ans à la mort de son grand-père Louis XV. Berry a vécu un deuil par an entre 1765 et 1768. Le cas de Louis XV orphelin de père et de mère (1712) puis rapidement d’arrière-grand-père (1715) reste un cas extrême. Il explique le fort attachement aux adultes qui l’ont élevé, Mme de Ventadour et l’évêque de Fréjus ainsi qu’à l’âge de l’adolescence à ses (grands) oncles et cousins, le régent, Maine et Toulouse.

  • 16 Selon Luynes seront présentes, en plus du roi, de la reine, du dauphin, de Mme Henriette (la mariée (...)
  • 17 E. Badinter, L’Infant de Parme, Paris, 2008 ; Lettres de Louis XV à l’Infant Ferdinand de Parme, éd (...)

32À la fin du xviie siècle, la famille paternelle s’accroît avec l’allongement de la vie, l’enfant connaît son oncle et sa tante, et même ses cousins et cousines. La famille s’accroît également avec les enfants légitimés de Louis XIV. Bientôt, l’enfant eut autour de lui une vingtaine de parents proches qu’il rencontre régulièrement à Versailles ainsi que l’on peut le voir lors des cérémonies curiales. Le dauphin Louis eut la famille la plus complète puisqu’il connaissait ses deux parents, ses deux grands-parents (Stanislas et son épouse), ses sœurs, ses cousins Condé, Orléans puisque le duc vivait encore à la cour, ses lointains cousins Conti, Penthièvre. Lors du mariage de sa sœur en janvier 1739, la famille présente à Versailles comprend une vingtaine de princes et princesses16. Cette reine d’Espagne revint ensuite vivre à Versailles lors de plusieurs séjours. Le cousin de Parme correspondait avec Louis XV mais pas directement avec ses propres cousins, semble-t-il17.

33La famille s’est élargie mais reste déséquilibrée. La démographie qui laisse les familles vivre plus longtemps ensemble a eu pour conséquence de faire naître des relations entre les générations. Les liens familiaux paraissent empreints de politique, ce qui est loin d’être la réalité que les sources ne nous laissent pas deviner. Progressivement en effet, les sentiments familiaux et des relations entre individus sont admis dans les actes monarchiques et curiaux et peuvent ainsi être mis en évidence.

Les relations vécues entre frères

34On a déjà évoqué la hiérarchie imposée par l’aîné au cadet qui se traduit par des relations quotidiennes conflictuelles. En revanche dans le cas d’une fraternité sans enjeu de pouvoir, les princes paraissent élevés avec égalité. C’est le cas de Bourgogne, Anjou, Berry dans les années 1690-1700. L’amitié entre les frères a été favorisée par Fénelon qui les encourage à s’écrire quotidiennement. Cette correspondance raconte leur étude quotidienne, leur promenade, les conseils des aînés aux cadets. Rédigée en latin, elle n’est pas libre puisqu’elle est conçue comme un exercice de maniement de langue corrigé par les précepteurs. Il n’en reste pas moins qu’elle représente un vrai gage d’enfance puisque Philippe devenu roi d’Espagne la fait recopier afin de pouvoir la relire et rêver à Madrid aux bons moments passés avec ses frères.

  • 18 « La première chose que fit Monseigneur le duc de Bourgogne quand il sut, le jeudi, le parti que le (...)

35La séparation définitive en raison du mariage ou de l’accession au pouvoir est durement ressentie. Reprenons le cas du duc d’Anjou qui devient roi d’Espagne et que Bourgogne et Berry accompagnent jusqu’à la frontière en 170018. Puisque la séparation se rapproche jour après jour, Louis XIV admet que ces petits-fils se comportent à minima dans les cérémonies protocolaires avec les représentants des villes étapes, comme il admet que les princes lui adressent de moins longues lettres quotidiennes pour consacrer tous leurs instants aux derniers moments en tête-à-tête avant la frontière. C’est par ces détails concrets que l’on perçoit le roi prend en compte les sentiments alors qu’aucun mémorialiste n’évoque directement la douleur des frères, s’en tenant au sentiment de fierté monarchique.

  • 19 J.-E. Gastelier, Lettres sur les affaires du temps (1738-1741), éd. H. Duranton, Paris-Genève, 1993 (...)

36En revanche, le chagrin apparaît vivement une quarantaine d’années plus tard quand une princesse suit à son tour la même route. Mme Elisabeth qui a eu treize ans le 14 août 1739, part pour l’Espagne un mois après son mariage. Un témoin qui assiste à la scène publique valorise la douleur du frère : « Monsieur le dauphin en a été pénétré de douleur. Cet aimable prince en la quittant fondait en larmes. Il se retira dans son cabinet où il s’est fait apporter son dîner. Cette sensibilité annonce un cœur fait pour le bonheur des peuples19« . De la même façon, les larmes se dissimulent encore moins quelques années plus tard lorsque Louis XV part à la guerre :

  • 20 Lettre du 4 mai 1744 : Un page de Louis XV, Correspondance inédite de J. M. comte de Lordat, 1740-1 (...)

M le dauphin et Mesdames ont été fort touchées du départ du roi. M le dauphin avoit les larmes aux yeux en sortant de chez le roi. Il est dans le même cas que moi c’est à dire au désespoir de ne pas suivre le roi. Il disoit l’autre jour qu’on le trouvait trop jeune pour aller à l’armée et qu’on ne le trouvait pas trop jeune pour se marier20.

37Mais il y a bien là un peu de colère à se sentir encore enfant. En mai 1745, alors que le dauphin part à son tour pour la guerre, Luynes met l’accent sur les larmes que la séparation cause chez la mère et son fils :

  • 21 Charles Philippe d’Albert (duc de) Luynes, Mémoires du duc de Luynes... cit., p. 433.

La Reine a attendu M. le Dauphin ; lorsqu’il a passé pour aller chez le Roi, elle étoit à la porte du petit passage qui va chez elle ; elle l’a rappelé, elle l’a embrassé vingt fois, fondant en larmes. [...] La Reine dit à M. le Dauphin en l’embrassant : « Dans quatre jours vous ne songerez plus à moi » M. le Dauphin lui répondit avec amitié : « Maman, serois-je dans l’affliction où vous me voyez de vous quitter, si j’étois capable de vous oublier ? » J’ai entendu conter par la Reine cette réponse de M. le Dauphin21.

38La douleur manifestée à la cour est devenue de l’ordre de la normalité alors qu’elle était inexprimée, inexprimable auparavant.

Les cousins

39Les cousins se rencontrent journellement à la cour lors des chasses, des soirées, des bals et des jeux d’appartements. Mais les mémorialistes prêtent peu d’attention à ces relations familiales tellement leur intérêt est polarisé par le roi. C’est toujours la relation verticale intergénérationnelle qui est mise en avant et non transversale. Regardons les tableaux, les cousins sont côte à côte lors des réceptions d’ambassadeurs. Lors de la réception du doge de Gênes en mai 1685, ils encadrent de Louis XIV avec le grand dauphin (vingt-quatre ans), le duc du Maine (quinze ans), le duc de Bourbon (dix-sept ans) et le duc de Chartres (onze ans). D’autres cousins sont autour de Louis XIV lors de la réception des ambassadeurs de Perse en 1715, Louis XV (cinq ans) et le nouveau duc de Chartres (douze ans). Lors de toutes les cérémonies à la cour, le dauphin (avant ses dix ans) paraît en couple miniature avec sa cousine « Mademoiselle », Marie-Louise d’Orléans, transfiguration du couple du roi et de la reine qu’ils suivent dans l’ordre cérémonial, préfiguration du futur couple royal et ceci au moins jusqu’au remariage de l’oncle Philippe d’Orléans en novembre 1671 et à la naissance des enfants du nouveau couple. Mademoiselle est alors reléguée dans ses appartements, avant-goût du chemin de croix qu’elle a vécu comme reine d’Espagne après 1679.

40La concurrence, la complémentarité et la complicité jouent pourtant entre les cousins. En privé, les garçons se battent ou jouent à la guerre. Conti s’est battu avec le grand dauphin allant même jusqu’à lui casser le nez. Fin juillet 1733, le dauphin Louis (4 ans) rend régulièrement visite à son cousin le duc de Chartres, Louis-Joseph 1er d’Orléans (8 ans) à Saint Cloud.

  • 22 Journal de la cour et de Paris pour le mois de novembre 1732 jusqu’au mois de novembre 1733, éd. H. (...)

Le duc de Chartres a fait faire, sur le bruit de la guerre, un habit d’ordonnance qu’il a fait voir avec empressement. Il fait régulièrement l’exercice et prend comme nom de guerre celui de Jolicœur. Il fit, il y a quelques jours, les honneurs de Saint Cloud à M le Dauphin avec des grâces et une politesse et des façons que l’on en connaît point à cet âge22.

41En 1737, Chartres continue à inviter à plusieurs occasions le dauphin, de quatre ans son cadet, pour faire des embuscades dans l’ouvrage de fortification construit à Saint Cloud pour son instruction militaire. Ainsi les fortins d’entraînement militaire dont la construction représentent un coût, servent pour plusieurs princes à la fois dans les jardins des Maisons princières.

La grand-mère

42On a la chance d’avoir le témoignage d’une grand-mère et de son petit-fils : il s’agit de comparer les lettres quotidiennes et privées de la princesse Palatine avec le journal rétrospectif que tient Louis d’Orléans. Le 3 mai 1715, la princesse reçoit en privé son seul petit-fils âgé de douze ans :

  • 23 Lettres de la princesse Palatine, éd. Paris, 2002, p. 513.

Après le dîner, quand mon petit fils le duc de Chartres est venu chez moi, je lui ai donné un spectacle approprié à son âge. Trois chiens, trois pigeons et un chat. Un char de triomphe où est assise une chienne nommé Adrienne. Un gros chat traîne le char, un pigeon fait le cocher, deux autres font les pages et un chien fait le laquais. Il est assis derrière. Le chien s’appelle Picquart, et quand la dame descend de voiture, Picquart lui porte sa traîne, un chien qui danse aussi les olivettes en passant par trois cercles23.

  • 24 Journal de Louis d’Orléans, ibid., 1915, p. 124.

43Princesse allemande d’une culture attentive à l’enfance, elle organise pour lui seul une distraction. Lui dans le même temps, raconte comment il simule des maladies, utilisant sa faible santé pour avoir du temps disponible pour aller chez sa grand-mère. Il juge que sa grand-mère lui a donné « la grande liberté qu’on donne à son petit-fils et qu’elle me donnoit plus grande que bien d’autres n’auroient fait »24.

44Deux ans plus tard, la princesse Palatine évalue l’éducation donnée par sa belle-fille :

  • 25 Lettre du 9 décembre 1717 : Lettres de la princesse Palatine, éd. Paris, 2002, p. 531.

On a fort mal élevé les enfants de princes, les garçons comme les filles. Dès l’âge de neuf ans, on leur a laissé faire toutes leurs volontés. Mme d’Orléans ne s’est jamais, même pour un instant occupée de ses enfants : son fils seul a eu le bonheur d’avoir de bons gouverneurs qui l’élèvent bien et chrétiennement. Ce qu’il y a de certain, c’est que jamais de ma vie je n’ai vu élever, je ne dirais pas des enfants de princes, mais ceux de simples gentilshommes aussi mal que l’ont été ceux-ci. Ils ont pourtant eu la même gouvernante [Mme de Conflans Jussac] que ma fille à moi mais celle-ci, Dieu merci, n’a pas été élevée de cette façon. Un jour, je demandais à la gouvernante pourquoi elle n’élevait pas aussi bien mes petites-filles que ma fille. Elle me répondit : « Avec Mademoiselle, j’avais votre appui mais avec ces enfants-ci, quand je me plaignais d’elles, la mère se moquait de moi avec les filles ; ce voyant, j’ai laissé tout aller comme cela pouvait ». C’est de là que provient cette belle éducation, mais comme je n’ai pas fait le mariage, je ne me suis pas plus occupée des enfants25.

45Avec le même personnel, une différenciation s’est effectuée nettement sur l’investissement éducatif selon le sexe, la position face au pouvoir et le cycle de vie des parents.

Au sommet de l’état, une autorité paternelle et royale très forte avec des pères très présents et attentifs

46Louis XIII et surtout Louis XIV savent que le métier de roi est déterminant sur trois points : la transmission du pouvoir à leur fils, l’équilibre des alliances européennes par les mariages de leurs filles et la paix du royaume par l’entente avec les Grands, les cousins.

  • 26 Philippe de Courcillon (marquis de) Dangeau, Journal du marquis de Dangeau... cit., t. XI, p. 438.

47À chaque étape de la vie de chaque enfant, le roi fait des choix. Il a choisi seul le personnel d’éducation selon de critères d’équilibre de réseaux, de projets, de théorie politique et de caractères. Ces choix vont jusqu’à lui faire préférer comme précepteurs des académiciens parlant un français reconnu comme élégant par leurs pairs ayant même une figure avenante. Le roi est préoccupé de la santé et de l’éducation quotidienne de ses fils et petits-fils au sujet desquels il échange des lettres quasi-quotidiennes avec la gouvernante. C’est lui qui décide de l’isolement des enfants lors des maladies dans la famille royale : ainsi le 16 août 1707, le roi fait venir d’urgence la duchesse d’Orléans sur le soupçon de vérole de son fils dont les appartements sont conjoints de ceux de son arrière-petit-fils : « Si je ne regardois que moi, il ne seroit pas question de transporter votre fils ; mais je dois compte à l’État, qui me reprocheroit d’avoir hasardé le duc de Bretagne [l’héritier] pour trop ménager le duc de Chartres [le cousin] »26.

48Louis XIV rend régulièrement visite à ces petits-fils lorsqu’ils séjournent à Noisy, au bout du parc de Versailles. En juin 1693, il s’enquiert des travaux d’élevage et des garennes qu’il a autorisés aux trois frères au moment même où il est pour la dernière fois de son règne à la tête de son armée dans les combats de la ligue d’Augsbourg. On connaît aussi la simplicité toute remplie de respect que les princesses et le dauphin Louis portent à leur grand-père Stanislas, duc de Lorraine. Des échanges de lettres et de dessins ponctuent cette relation. Le grand père Louis XV est également attentif à l’éducation du duc de Parme dont il suit les études et les progrès hebdomadaires.

Les princes écrivent à leurs parents

49Les lettres sont rares car pour qu’un échange de lettres se mette en place, il faut une séparation. Le duc du Maine écrit des lettres au roi sous la dictée de sa gouvernante, Mme de Maintenon. Le ton en est condescendant mais ne manque pas d’humour. Le 9 février 1678, il félicite son père sur la prise de Gand :

Si votre Majesté continue à prendre des villes, il faudra que je sois un ignorant car Monsieur Le Ragois [le précepteur] ne manque jamais à me faire quitter mon étude quand la nouvelle en arrivée & je ne quitte la lettre que j’ay l’honneur de vous écrire que pour aller faire un feu de joie.

50Mme de Maintenon adapte l’épître VIII de Boileau nommé historiographe en octobre 1677 et tient à faire savoir que le duc du Maine possède cette culture.

51Début août 1738, le dauphin écrit à Louis XV à Compiègne qu’il était venu se promener au jardin des Tuileries, qu’il étudiait de son mieux et qu’il faisait tous les efforts pour suivre son exemple. Le roi lui a fait réponse :

  • 27 J.-E. Gastelier, Lettres sur les affaires du temps... cit., 1993, p. 128.

Je suis charmé cher enfant de la réception que vous a faites ma bonne ville de Paris. Travaillez à vous perfectionner pour vous rendre digne du sang dont vous sortez. Imitez-moi dans le bon et si j’ai du mauvais ne le pratiquez point. Notre union sera le support de la couronne et le repos d’un père qui vous aime tendrement27.

52Le ton est très respectueux car la lettre est destinée à être rendue publique dans le but de valoriser l’éducation d’un prince savant et d’un futur bon roi. Dans les lettres, il est par conséquent difficile de faire la part de la représentation et de l’enfance.

53L’admiration pour le jeune roi peut aller jusqu’à concurrencer l’amour paternel. Faut-il croire d’Argenson qui témoigne des sentiments quasi-paternels du régent à l’égard du jeune Louis XV ?

  • 28 Mémoires du marquis d’Argenson, ministre sous Louis XV, éd. R. d’Argenson, Paris, 1825, p. 195.

Une anecdote que les historiens ne diront pas assez, et peut-être pas du tout, c’est que Philippe d’Orléans, régent du royaume, vers la fin de ses jours, et depuis la majorité du Roi, avait pris Louis XV dans une véritable affection, même aux dépens de son propre fils, M. le duc de Chartres. Il poussait la prévention contre celui-ci jusqu’à l’excès, disant qu’il réunissait tous les défauts de nos princes du sang : la bosse de M. le prince de Conti, la voix rauque de M. le Duc, la sauvagerie de M. de Charolais. Il se disait à lui-même : « Comment, je souhaiterais que mon fils régnât au préjudice de cet aimable enfant qui est aujourd’hui mon maître naturel ? Ah ! que bien plutôt mes vœux soient opposés ! » Le Roi plaisait encore au Régent par son esprit naturel et naïf. Le Roi a certainement beaucoup d’esprit, surtout une heureuse mémoire. Voilà ce que lui ont valu dès lors ses qualités aimables, la préférence que lui accorda le Régent sur son propre fils28.

L’enfance est-elle possible dans le temps rare du jeu et de l’absence de protocole ?

54Il est difficile d’entrevoir l’enfant derrière le prince. Il comprend vite que sa personnalité doit être double entre son attitude publique que l’on attend aussi sérieuse que celle d’un adulte et l’attitude qu’il peut observer en privé. Il faudrait pouvoir mesurer le temps passé en public pour mesurer la contrainte imposée à l’enfant. Les sources sont rares, Héroard en est la principale. Il montre en privé un Louis XIII très impertinent avec sa gouvernante, la menaçant, la frappant, lui répondant de façon à lui désobéir. Un enfant « opiniâtre » répète souvent Héroard mais principalement avec Mme de Monglas avec laquelle les relations sont tendues. Louis XIV a tendance à se soustraire à l’autorité de son gouverneur pour rejoindre la reine qui est plus tolérante à son égard dans les appartements de laquelle le gouverneur n’a pas autorité. Mais il supporte mal que sa mère lui impose des rubans, des croix. Sa mère le punit en demandant qu’il ne soit plus obéi par son personnel. Le frère Philippe passe un temps important à se faire choyer par les femmes de la reine. Les enfants ont toujours été remis à leur place par leurs parents qui ont toujours tenu à ce qu’ils se sachent supérieurs mais respectent les adultes qui sont à leur service. Difficile équilibre !

  • 29 Bibliothèque municipale de Versailles, manuscrit 1464 Mss 56, lettre n° 12 de Mme de Ventadour à Mm (...)

55Les solidarités apparaissent entre les enfants. La petite sœur du grand dauphin, la petite Madame (1667-1672) propose de se faire fouetter à sa place en septembre 1671. Très jeune, Louis XV amuse sa gouvernante avec des farces : vers l’âge d’un an, « il sera boufon car il n’y a pas de singeries qu’il ne fasse »29. Quelques années plus tard, à Meudon, il lui fait croire pendant une journée qu’il sera boiteux. Bien que le jeune Louis XV soit un enfant facile, Mme de Ventadour a pris conscience très tôt de la nécessité de l’isoler en raison de sa sensibilité. Elle n’hésite pas à le soustraire à l’étiquette en cas de malaise. Mais constatant un changement de son caractère vers cinq ans, elle craint que les témoins ne s’en aperçoivent et ne la rendent responsable de ce qu’elle estime être un défaut d’éducation et non une caractéristique de son caractère. Tous cependant continuent d’admirer ce bel enfant. Seul Buvat, qui sert le régent, perçoit la timidité du roi en public :

Nous avons un jeune roi qui est petit boudeur opiniâtre : il ne fut pas possible à Mme de Ventadour de lui faire donner une audience favorable à l’ambassadeur du roi de Sicile [c’est pourtant le représentant de son dernier grand-père vivant, Victor-Amédée de Savoie] lorsqu’il fit son entrée, s’étant caché derrière les rideaux de son lit et n’ayant pas voulu paraître, quelque chose qu’on ait pu lui dire.

  • 30 Jean Buvat, Gazette de la régence, t. I, éd. Paris, 1865, p. 105 (le 24 août 1716).

56C’est le premier jugement négatif de Buvat sur son roi de six ans et une critique de l’éducation royale. Désormais la gouvernante ne peut cacher plus longtemps au public la timidité du roi. L’inquiétude est de mise : « Il n’est pas aisé de faire un bon roi d’un jeune roi. Ceux qui n’étoient pas destinés au trône et qui y viennent dans un âge avancé, ce sont toujours les meilleurs rois »30.

  • 31 Philippe d’Orléans, à la mort de Monsieur son père en 1701, n’est plus le fils de Monsieur mais un (...)

57Ce sont surtout les princes qui ne régneront pas qui eurent la possibilité de vivre une enfance relativement équilibrée. Les Orléans voient leur prétention au trône diminuer fortement après 170931. Prenant acte de ce fait, le duc d’Orléans modifie l’éducation de ses enfants et le choix de l’encadrement éducatif. Premier garçon au milieu d’une fratrie de sept filles, le fils de Philippe d’Orléans, Louis 1er changea souvent de précepteurs. Notamment messieurs Frémont qui « n’avaient nul usage du monde ce qui fit qu’ils se donnèrent beaucoup de ridicules à Versailles où l’on me mena alors ». Il est un des rares princes à laisser un journal dont la date exacte de rédaction n’est pas connue, mais c’est le regard d’un adulte sur ses souvenirs d’enfance. C’est aussi un regard libre car à la date de rédaction, le duc d’Orléans n’a plus de prétention au trône. Il raconte sa timidité de jeune duc de Chartres, ses imaginations, ses peurs d’enfant. Alors que « j’avois peur des ombres que les corps portoient sur les murailles », la gouvernante cherche à y remédier et à immédiatement à chasser ses peurs : « on faisoit courir de petits garçons après leur ombre pour m’accoutumer à cet objet-là ». Une attention constante est portée sur lui. Le jeune prince se souvient d’avoir été laissé libre, même si l’on sait que les cours étaient réguliers et la surveillance sans relâche. Les enfants ont plus de liberté dans leur corps, leur expression et leur développement. Ainsi l’académicien Fonce-magne commet-il un court texte sur « l’Homme de cinq ans » : c’est une petite fable pour faire apprécier au très jeune prince son passage aux hommes et définir les règles élémentaires de conduite à table ou envers les adultes. Le ton est totalement adapté à un enfant sans référence aux vertus ou comportement de prince.

  • 32 Archives de Chantilly, cote 1243 – 1245 : Exercices scolaires : thèmes, versions, rédactions autogr (...)

58Chez les Condé, le précepteur Millot, marqué par son enseignement à l’académie des Nobles à Parme et ses relations avec Condillac, met par écrit les commentaires qu’il fait à l’oral pour mortifier le duc d’Enghien. Ainsi le 21 août 1779, lors de l’étude des premiers capétiens, un jour où le prince âgé de neuf ans devait être particulièrement inattentif, apparaît sur le cahier d’exercice, un commentaire en latin du précepteur : quosque tandem musca tibi quousque cantilene pro studio erit ? que le prince doit traduire en dessous : « jusqu’à quand aurez vous des mouches et des chansons au lieu d’étude ? », avant que le précepteur le reformule comme suit : « Jusqu’à quand une mouche, une chanson vous tiendra-t-elle lieu d’étude ? »32. Plus tard en octobre 1779, le duc d’Enghien rédige une lettre à son père, bien différente de celles que l’on a citées au-dessus :

Je sens bien tout ce que vous me dîtes, mon cher papa, je l’ai déjà éprouvé plusieurs fois. Je n’ai rien à répliquer à tout ce que vous me dites car c’est toutes des bonnes raisons mais mon cher papa, si vous vous y prenez par la crainte de vous faire de la peine, vous me corrigerez, oui, je renoncerez [sic] à être contrariant, je n’aurai plus d’humeur, on sera toujours content de moi. Oui, mon cher papa, je ne vous fais pas de vaines promesses inspirées par la crainte mais elles seront gravées jusqu’au fond de mon cœur, je n’y manquerai jamais, soyez-en sûr, mon cher papa, que je ne vous rendrai jamais malheureux. Ah, j’en mourois de chagrin, mon cher papa. Vous m’avez corrigé, je sens maintenant que de chagrins je m’attirois en faisant mal, que de punitions, il me falloit subir mais je change de genre de vie et je pourrez [sic] faire votre bonheur.

59La lettre toute maladroite soit-elle, indique bien l’existence d’un rapport filial nouveau et intime. Elle est cependant suivie du commentaire féroce du précepteur Millot, dubitatif face aux résolutions de son élève : verba et voces.

60Aussi voit-on chez les Orléans le sous-gouverneur Bonnard jouer à la guerre à quatre pattes avec les deux princes d’Orléans dans les appartements du Palais royal. Mme de Genlis acheva l’émancipation de ces l’éducations princières, commencée au début du xviiie siècle et qui témoigne d’une indépendance et d’une ouverture d’esprit des Orléans face à la tradition royale.

61Vers 1780, la figure maternelle de la reine apparaît dans l’éducation royale. Marie-Antoinette introduit des changements dans l’éducation des enfants royaux dont Louis XVI lui a confié la charge exclusive ce qui ne s’est jamais vu pour une reine de France. En 1783, une révolution transforme dans l’allure des enfants : plus de poudre, plus de rouleaux, des cheveux libres. La mode à l’anglaise apparaît dans l’aile des princes à Versailles, avec des habits d’enfant comme les autres enfants d’aristocrates. La reine garde ses enfants auprès d’elle, modifie pour ce faire les appartements du rez-de-chaussée du château. Comportement impensable quelques années auparavant, elle se retire de la cour et s’enferme avec eux lors des maladies. Des lieux spécifiques d’éducation sont projetés, jardins, espaces de jeux, galerie de maquette de marine et de physique... Mais les circonstances politiques et les décès des enfants ne permettent pas d’aller plus loin dans l’interprétation des modifications que la reine aurait entreprises de son propre chef.

62Pour conclure, la construction de la monarchie absolue sur le plan politique a figé pour un temps (1660-1720), les principes d’éducation des princes destinés au pouvoir. Le modèle d’éducation princière que met en place par Louis XIV pour son successeur supposé, le grand dauphin, mais qui fut encore de mise plusieurs générations après, pour son arrière-petit-fils, était en mesure de former et distinguer un prince revêtu de toutes les vertus, de toutes les connaissances du moment, un prince universel. Pour la monarchie, il s’agit de produire à destination du public des images, des représentations de futurs princes en niant la nature de l’enfance et en manifestant une différenciation forte selon le sexe et la place face à la succession. Mais le principe de réalité rattrapa le roi. Cette éducation qui entendait faire assumer aux enfants princiers dès leur enfance, leur intégration sociale, était difficile à vivre au quotidien.

63Au xviiie siècle, le rythme des études et de la surveillance ne se s’est pas relâché mais le ton change, prenant en compte la nature enfantine, l’évolution des âges et des facultés de l’enfant. Ce rapport différent entre adultes et enfants est réapparu puisqu’il était perceptible jusqu’à l’éducation de Louis XIII. Ce modèle libéral d’éducation est introduit chez les princes qui n’étaient pas destinés au pouvoir. Dès 1745-1750, avec la relecture des pédagogues du xvie et avec de nouveaux excellents pédagogues princiers, Millot, Foncemagne, Condillac... il fallu reconnaître que le passage d’un état de connaissance à l’autre, la progressivité des acquisitions, le rôle du jeu dans la construction de l’enfant primaient face au statut social et politique de l’enfant. Il faut attendre 1780 pour que cela pris en compte et rendu public pour les princes destinés au pouvoir. Pour un prince, apprendre restait malgré tout l’acquisition rigoureuse de connaissances au-dessus du commun.

Haut de page

Notes

1 « Je n’étois pour lors qu’une enfant, je n’avois part à rien et ne pouvois rien remarquer, [...] si je n’eusse point eu l’esprit d’un enfant, j’aurois remarqué [...], mais je n’écoutois de tout ce qu’on me disoit que ce qui étoit à la portée de mon âge », Mademoiselle de Montpensier, Mémoires, éd. Chéruel, I, p. 7, 12, 39.

2 Ibid., p 19. Vers 1637, « Monsieur se donnoit lui-même la peine de penser à mon divertissement et venoit incessamment dans ma chambre [...] Monsieur avoit la complaisance à vouloir en être [dans les parties de volant] et de jouer avec moi des discrétions que je gagnois le plus souvent, dont j’étois payée en montres et en toutes sortes de bijoux ».

3 L. Bély, Une famille comme les autres ? Louis XIV et les siens, dans Histoire des familles, de la démographie et des comportements en hommage à Jean-Pierre Bardet, Paris, 2007, p. 309-324.

4 Madame de Motteville, Mémoires, 1647, éd. Paris, 1851, p. 139.

5 R. Le Maistre, La santé du prince, ou le soing qu’on doit y observer, Paris, 1616, in-12, p. 148.

6 César de Choiseul Du Plessis-Praslin, Mémoires des divers emplois et des principales actions du Maréchal du Plessis, éd. A. Petitot et Monmerqué, Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, t. 57, Paris, 1827, p. 299-300.

7 « Entre les mains d’un gouverneur jésuitique, bas et adulateur, s’il avait vécu ces qualités fâcheuses n’auraient fait que croître et embellir [...] si j’avais été auprès de lui, j’aurais taché de le maintenir dans une juste mesure, si difficile à garder ». Jean-Nicolas Dufort de Cheverny, Mémoires, éd. J. P. Guicciardi, Paris, 1990, p. 321.

8 F. Gaquère, La vie et les œuvres de Claude Fleury, Paris, 1925, p. 181.

9 Bibliothèque Méjanes, Ms 502 (153), Millet de Jeure, f. 355.

10 Mémoires, cité par G. Bosq de Beaumont et M. Bernos, Le fils du régent, dans Revue des deux mondes, XIII, 1915, p. 127.

11 Bibliothèque municipale de Versailles, manuscrit 1464 Mss 56, lettre n° 17 de Mme de Ventadour à Mme de Maintenon, f. 46.

12 Ibid., lettre n° 6, du 24 février 1716, f. 78.

13 Un document rédigé à la demande d’Anne d’Autriche établit les premières occupations et les soins pédiatriques. BnF naf 19043 : Maximes d’éducation et direction puérile, des dévotions, mœurs, actions occupations, divertissements, jeux et petites études de Mr le Dauphin attribué à Audin prieur de Thermes et la Fage, composé entre septembre 1640 et mai 1643.

14 Mercure galant, p. 207 et s. ; en juillet 1685, mariage de Louis III de Bourbon Condé.

15 J. Houdaille, Fécondité des familles souveraines du xvie au xviiie siècle, Populations, juillet-octobre 1976, p. 961-970.

16 Selon Luynes seront présentes, en plus du roi, de la reine, du dauphin, de Mme Henriette (la mariée) et de Mlle Adélaïde, les princesses : « Mme la Duchesse mère, Mlle la princesse de Conty, Mademoiselle, Mlle de Clermont, Mlle de Sens, Mlle de la Roche-sur-Yon, et de légitimée : Mlle du Maine. De princes : M. le duc d’Orléans, M. le duc de Chartres, M. le Duc, M. le comte de Charolois (Bourbon-Condé), M. le comte de Clermont, M. le prince de Conty, et de légitimés : M. le prince de Dombes, M. le comte d’Eu et M. de Penthièvre ». Charles Philippe d’Albert (duc de) Luynes, Mémoires du duc de Luynes sur la Cour de Louis XV (1735-1758), éd. Paris, 1860-1865, t. III, p. 20-24.

17 E. Badinter, L’Infant de Parme, Paris, 2008 ; Lettres de Louis XV à l’Infant Ferdinand de Parme, éd. Ph. Amiguet et S. De Bourbon, Paris, 1938.

18 « La première chose que fit Monseigneur le duc de Bourgogne quand il sut, le jeudi, le parti que le roi avoit pris d’accepter le testament [Anjou devient roi d’Espagne], ce fut de faire prier le roi par M. de Beauvilliers de trouver bon qu’il conduisit le roi son frère jusqu’à la frontière. Le roi répondit à M. de Beauvilliers que Monseigneur le duc de Bourgogne lui faisoit plaisir d’avoir pensé cela ; que non seulement il le trouvoit bon, mais qu’il y enverroit le duc de Berry avec lui. Ils ne mèneront nul précepteur au voyage, ce qui augmente fort la joie que Monseigneur le duc de Berry a de voyager ». Philippe de Courcillon (marquis de) Dangeau, Journal du marquis de Dangeau, avec les additions du duc de Saint-Simon, éd. E. Soulié, L. Dussieux et P. de Chennevières, Paris, 1854-1860, t. VII, 1856, p. 421-422.

19 J.-E. Gastelier, Lettres sur les affaires du temps (1738-1741), éd. H. Duranton, Paris-Genève, 1993, p. 287.

20 Lettre du 4 mai 1744 : Un page de Louis XV, Correspondance inédite de J. M. comte de Lordat, 1740-1747, rééd. Paris, 1908, p. 23.

21 Charles Philippe d’Albert (duc de) Luynes, Mémoires du duc de Luynes... cit., p. 433.

22 Journal de la cour et de Paris pour le mois de novembre 1732 jusqu’au mois de novembre 1733, éd. H. Duranton, Saint-Étienne, 1981, p. 122.

23 Lettres de la princesse Palatine, éd. Paris, 2002, p. 513.

24 Journal de Louis d’Orléans, ibid., 1915, p. 124.

25 Lettre du 9 décembre 1717 : Lettres de la princesse Palatine, éd. Paris, 2002, p. 531.

26 Philippe de Courcillon (marquis de) Dangeau, Journal du marquis de Dangeau... cit., t. XI, p. 438.

27 J.-E. Gastelier, Lettres sur les affaires du temps... cit., 1993, p. 128.

28 Mémoires du marquis d’Argenson, ministre sous Louis XV, éd. R. d’Argenson, Paris, 1825, p. 195.

29 Bibliothèque municipale de Versailles, manuscrit 1464 Mss 56, lettre n° 12 de Mme de Ventadour à Mme de Maintenon, f. 41.

30 Jean Buvat, Gazette de la régence, t. I, éd. Paris, 1865, p. 105 (le 24 août 1716).

31 Philippe d’Orléans, à la mort de Monsieur son père en 1701, n’est plus le fils de Monsieur mais un Petit-fils de France. À la mort du régent en 1723, les ducs d’Orléans deviennent de simples princes de sang.

32 Archives de Chantilly, cote 1243 – 1245 : Exercices scolaires : thèmes, versions, rédactions autographes du duc d’Enghien (1779-1784). De même, après : « Racontez la suite d’Alcibiade et ce qu’il dit en apprenant sa condamnation » [...] se trouve le commentaire du précepteur : « est-ce là conter avec élégance ? » suivi de la réponse du jeune duc : « non, mais aussi je n’y ai pas mis d’attention ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tabella 1DURÉES D’ÉDUCATION ENTRE LES MAINS DES HOMMES
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pascale Mormiche, « Enfance, enfances de princes en France (xviie-xviiie siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-2 | 2011, 395-407.

Référence électronique

Pascale Mormiche, « Enfance, enfances de princes en France (xviie-xviiie siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/620 ; DOI : 10.4000/mefrim.620

Haut de page

Auteur

Pascale Mormiche

Université de Cergy Pontoise, pascale.mormiche@free.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org