Navigation – Plan du site
Enfance et monde adulte (moyen âge-époque contemporaine)

Adultes et enfants en la maison royale de Saint-Cyr (fin xviie-xviiie siècles)

Adults and children in the royal house of Saint-Cyr (end of the 17th to 18th century)
Dominique Picco
p. 359-370

Résumés

Observer les relations entre adultes et enfants dans le cadre de la Maison royale de Saint-Louis, fondée par Louis XIV en 1686 à l’intention des filles de la noblesse désargentée et construite non loin de Versailles, permet de croiser des problématiques propres à l’histoire de l’enfance, de l’éducation et des relations entre individus du même sexe ou de sexe opposé. Si ces deux premiers champs ont déjà été largement balisés par des recherches récentes, le troisième reste à approfondir. Les sources sont ici nettement déséquilibrées au profit des adultes ; il existe en effet peu d’écrits d’élèves à côté de quelques témoignages d’anciennes biaisés par le regard rétrospectif d’adultes sur leur enfance. De nombreux écrits ont par contre été produits par l’institution ou par la fondatrice et inspiratrice des règles pédagogiques en vigueur Mme de Maintenon. Plusieurs configurations relationnelles ont été mises en évidence tant au sein de cette école que vis-à-vis du monde extérieur. Si l’existence de la clôture conditionnait en grande partie les relations avec l’extérieur, son étanchéité a été relativisée.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Depuis peu l’histoire de la famille en France à l’époque moderne s’intéresse aux grands parents, fr (...)

1Examiner les relations entre adultes et enfants dans le cadre de la Maison royale de Saint Louis installée à Saint-Cyr entre 1686 et 1793 permet de croiser des problématiques propres à l’histoire de l’enfance et de l’éducation mais aussi, plus largement, celles relevant des relations entre individus. Au premier champ se rattache la question de la définition de l’enfance, de ses limites et de ses représentations, au second celle de l’éducation des filles nobles hors de leur milieu familial pour laquelle Saint-Cyr constitue un observatoire privilégié. Si ces deux premiers terrains ont déjà été largement balisés, le troisième est encore en cours de défrichement, en particulier sous l’angle des relations entre individus d’âge différents, voire de générations distinctes (enfant/adulte), de sexe opposé ou identique ou encore de statut inégal en termes de pouvoir et de savoir (parent/enfant, maître/élève)1.

2De multiples interrogations surgissent en matière de sources disponibles et utilisables, l’inventaire restant à faire tant du côté de l’écrit que de l’image. Se pose d’emblée la question de leur déséquilibre au profit des adultes : l’enfant écrit peu et ses écrits, à de très rares exceptions près, n’ont pas été conservés pour l’époque moderne. Le témoignage sur l’enfance est donc biaisé par le regard rétrospectif que les adultes portent sur leur passé.

3Ces questions ne pourront toutes trouver réponse dans un article interrogeant les rapports adultes/enfants dans le cadre d’une institution scolaire pour filles, unique en son genre dans le royaume de France, thématique à la fois neuve et potentiellement riche pour l’historien du social, de l’éducation, des femmes et du genre. Saint-Cyr et ses protagonistes, adultes et enfants, fonctionnent ici comme un champ d’expérimentation dont il est nécessaire de cerner les contours avant de passer en revue les sources disponibles et les problèmes qu’elles génèrent. De là, plusieurs pistes de recherche peuvent être ouvertes.

Le cadre expérimental

4Tout au long de son histoire, la Maison royale de Saint-Cyr se situe au plus près du pouvoir monarchique tant par son emplacement, ses fondateurs et protecteurs successifs que par ses objectifs.

L’institution, ses objectifs et ses protecteur

  • 2 Lettres Patentes du 28 juin 1686, Bibliothèque nationale de France (ci-après BNF), Ms. fr. 14029.

5Les bâtiments ont été construits en dix-huit mois en 1685-86, sous la houlette de Jules Hardouin Mansart sur les terres de la seigneurie de Saint-Cyr acquise par Louis XIV et située au bout du petit parc de Versailles. Cette construction élégante et fonctionnelle a été élevée à la hâte dans un bas-fond humide peu propice à la bonne santé des pensionnaires. Si en tant que signataire des Lettres patentes de 16862, Louis XIV est bien le fondateur de cette institution d’un genre nouveau, Françoise d’Aubigné, marquise de Maintenon, y est étroitement associée. Bien loin d’être un caprice de favorite, cette édification répond en effet tout autant aux objectifs du monarque qu’à ceux de son épouse secrète. Les places de demoiselles de Saint-Cyr mises à la disposition de la noblesse de France offrent en effet au roi l’opportunité de dédommager des familles brisées ou ruinées par le service aux armées mais également de s’assurer de leur fidélité en les rendant redevables devant lui. Pour la marquise, l’institution officialise une passion pour l’éducation des enfants, née à la fin des années 1660 quand elle fut chargée de celle des enfants du roi et de Mme de Montespan. Ayant elle-même souffert d’une éducation négligée dans une famille noble mais pauvre, elle est également venue en aide à des amies religieuses élevant des filles pauvres à Rueil puis à Montmorency, avant de contribuer à leur installation en 1684, à Noisy. Mme de Maintenon incarne également l’intérêt de la réforme catholique pour l’éducation des filles, premières éducatrices des générations à venir.

  • 3 Lettres patentes du 1er juin 1763 citées dans Th. Lavallée, Histoire de la Maison Royale de Saint-C (...)

6Après la mort de Louis XIV, la marquise se retire à Saint-Cyr et y vit les quatre dernières années de sa vie. Non seulement les successeurs du roi soleil ne remettent pas en question cet établissement, mais ils le confirment sans en modifier l’esprit. En 1763, Louis XV réserve son accès aux seules filles de militaires3 et commande d’importants travaux tandis que, quelques décennies plus tard, Louis XVI permet l’agrandissement du patrimoine foncier de la communauté. Cependant la famille royale vient rarement à Saint-Cyr, en dehors de la reine Marie Leszinska et de Mme Elisabeth, sœur de Louis XVI. L’ancienne Maison royale ouverte à toutes les filles de France, sans distinction de naissance, survit aux premières années de la Révolution avant sa fermeture, sur ordre de la Convention, en mars 1793, après le départ des dernières élèves et des religieuses devenues de simples institutrices.

Les demoiselles

  • 4 Voir par exemple, P. Heylot, Histoire des ordres monastiques religieux et militaires, Paris, J. B. (...)
  • 5 Preuves de Noblesse des filles demoiselles reçues dans la Maison de Saint Louis, fondée à Saint-Cyr (...)
  • 6 Expression employée par Mme de Caylus dans ses Souvenirs, Paris, 1986, p. 92.
  • 7 Voir D. Picco, Origines géographiques des demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793), dans Ch. Grell et A (...)

7L’institution a une capacité d’accueil de deux cent cinquante places. Les nouvelles sont admises entre sept et douze ans, en moyenne à dix ans. Sauf cas particulier – décès, maladie, reprise par les familles ou renvoi –, les pensionnaires restent jusqu’à vingt ans, âge où elles reçoivent dot et trousseau. Entre temps, elles ne retournent jamais chez elles à la faveur de vacances contrairement aux collégiens. Reçues petites filles, elles ressortent jeunes filles, sont donc élèves à Saint-Cyr bien au-delà de l’enfance et sont d’ailleurs toujours présentées sous les traits de jeunes filles sur les gravures du temps4. Ces demoiselles, comme il est d’usage de les nommer, appartiennent toutes à une noblesse ancienne, attestée sur quatre degrés du côté paternel au généalogiste du roi à qui il revient de constituer leur dossier de preuves5. Leurs familles doivent également fournir un certificat de pauvreté établi par leur évêque. L’apparente homogénéité de leur milieu masque pourtant d’importantes disparités liées aux pratiques curiales du temps. En d’autres termes, un certain nombre de familles faisaient « leurs preuves de pauvreté6 » afin d’obtenir une place. Une majorité d’entre elles appartient néanmoins à des branches cadettes de noblesses provinciales. À de très rares exceptions près, elles sont toutes sujettes du roi de France, des quatre coins du royaume jusqu’aux colonies. La diversité de leurs origines géographiques s’accroît au fil du temps avec une meilleure information sur l’existence de cette maison et le désenclavement du territoire7. Cette diversité pose des problèmes linguistiques, puisque la langue maternelle des nouvelles est souvent le patois de leur maisonnée, ce qui ne signifie pas pour autant qu’elles ne parlent pas français, mais elles le maîtrisent mal avec un accent que leurs maîtresses doivent effacer.

  • 8 Voir D. Picco, Vivre et mourir à Saint-Cyr entre 1686 et 1793, dans J.-P. Bardet, J.-N. Luc et alii (...)

8Pendant un peu plus de dix ans, ces demoiselles sont élevées et éduquées aux frais de l’État. Logées, chauffées, nourries, habillées, blanchies, soignées, elles connaissent des conditions de vie exceptionnelles et sont pourtant durement frappées par la mort : 414 d’entre elles meurent en cours de scolarité à 13 ans et demi en moyenne, soit un peu moins de quatre par an avec des pointes de dix décès annuels en cas de crise8. Réparties en quatre classes – les rouges entre sept et dix ans, les vertes de onze à quatorze, les jaunes entre quinze et seize et enfin les bleues jusqu’à vingt ans – elles bénéficient d’une éducation complète et conforme sous bien des aspects à ce qui se faisait à l’époque dans les couvents féminins : instruction religieuse et morale, lecture, écriture, calcul et travaux d’aiguille. La volonté de distinction sociale est en outre clairement affichée par l’apprentissage d’une bonne prononciation et de l’art de la conversation auquel concourent la pratique du théâtre, le chant, la musique, la danse et, plus original, l’étude de l’histoire et de la géographie. Chaque classe dispose de son propre matériel pédagogique : plumes et papiers, cartes de géographie et livres. Au siècle des Lumières, malgré cette diversité, cette éducation ne correspond plus à la demande sociale et semble bien trop passéiste pour ces contemporains.

Le personnel d’encadrement

  • 9 Elles s’apparentent aux Filles de la Charité, aux Filles de la Croix et aux sœurs des Écoles charit (...)
  • 10 Leur transformation est similaire à celle des ursulines en 1612 et des visitandines en 1618. Voir L (...)
  • 11 Trente prises de voile entre 1686 et 1692.
  • 12 Catherine Travers du Pérou (1666-1748). Après avoir été maîtresse générale des classes, elle est él (...)
  • 13 Voir D. Picco, Vivre et mourir... cit., p. 151-153.
  • 14 Née à Besançon en 1742. Maîtresse générale des classes vers 1782. Voir Preuves de Noblesse... cit., (...)
  • 15 Voir Archives départementales des Yvelines (ci-après ADY), Séquestres révolutionnaires, 3Q79 et 3Q8 (...)
  • 16 Supérieure, assistante, dépositaire, maîtresse des novices, maîtresse du chœur, économe, secrétaire (...)

9Environ une centaine d’adultes, presque uniquement des religieuses, côtoie chaque jour les demoiselles. Lors de la fondation, les Dames de Saint Louis forment une communauté séculière ; ces piae dominae, non astreintes à la clôture, ne prononcent en effet que des vœux simples9. En 1692, la communauté, devenue régulière, est rattachée à l’ordre de Saint Augustin10 ; à cette fin, quarante Dames font un nouveau noviciat suivi de vœux solennels et perpétuels. Religieuses de chœur, astreintes à la clôture, elles ont voix au chapitre, mais conservent appellation et costume primitif jusqu’en 1707, année où Louis XIV consent qu’elles portent l’habit monastique. Parmi la première génération de Dames11, issues intégralement ou presque de la maison de Noisy, un petit nombre choisit de quitter la maison lors de sa réforme ou des troubles liés au quiétisme ; la majorité demeure donc et marque durablement l’institution puisque la dernière s’éteint en 174812. À partir de 1694, le règlement exige que les nouvelles Dames soient recrutées parmi les anciennes demoiselles : sur les cent dix professions suivantes, cent cinq sont effectivement le fait d’anciennes élèves. Chaque année, cinq à dix prises de voile permettent de faire face au décès des Dames qui survient en moyenne à 57 ans sur toute la période mais, à la fin du xviiie siècle, à près de 70 ans13. Les élèves sont donc encadrées par des femmes de plus en plus âgées dont le renouvellement est de plus en plus lent. Les sources attestent cependant que les fonctions de maîtresses des classes étaient occupées par les plus jeunes, environ une quinzaine, placées sous l’autorité de la maîtresse générale élue par le chapitre. Cette dernière devait également assurer la liaison avec les familles, comme en témoigne la correspondance de Mme de Crécy14 dans les années 1790-9315. Les autres Dames occupent les fonctions conventuelles classiques16.

  • 17 Voir Registre des décès du personnel de la maison ADY, 4E2416.
  • 18 Ibid.

10À leurs côtés évoluent quarante converses dont on ne sait presque rien, si ce n’est qu’elles prononcent trois vœux simples et peuvent êtres renvoyées. D’origine modeste, sans compétence pédagogique, elles sont chargées du service de la communauté. Le registre obituaire atteste du décès de trente d’entre elles, à un âge moyen de 60 ans entre 1717 et 179017. Enfin, les basses besognes de service et les relations avec l’extérieur sont assurées par une douzaine de sœurs servantes n’ayant prononcé aucun vœu et gagées par la communauté. Dix-sept d’entre elles sont mortes à Saint-Cyr à un âge moyen de 32 ans entre 1706 et 179018.

  • 19 Voir L. Mezzadri, Les prêtres de la mission à Saint-Cyr, dans Revue de l’histoire de Versailles et (...)
  • 20 Chaque année ils reçoivent 3800 livres : 400 livres par prêtre, 300 par frère, 500 livres pour couv (...)
  • 21 Voir plan des bâtiments dans Th. Lavallée, Histoire de la Maison Royale... cit., p. 56.
  • 22 Voir État et revenus des charges et dépenses de la Maison royale de Saint Louis en 1717, dans Recue (...)
  • 23 Mémoires de Manseau, Bibliothèque municipale de Versailles (ci-après BMV), G 351 à 353. Publié sous (...)

11En raison de la clôture instaurée en 1692, seuls quelques hommes sont tolérés. Une dizaine de clercs – six prêtres et trois frères – appartenant à la congrégation de la Mission19 assurent le service de l’ensemble de la communauté. Rétribués annuellement par les Dames20, ils sont chargés de la célébration des messes et des offices, de l’administration des sacrements, de l’instruction religieuse de tous – religieuses, élèves et domestiques – et se voient également confier des missions sur les terres appartenant à la communauté. Ils logent au rez-de-chaussée de la cour du dehors et bénéficient d’un accès particulier à l’église et aux confessionnaux21. Certaines sources attestent également de l’emploi d’un économe, de deux boulangers, d’un cuisinier, d’un portier, d’un cocher et d’un garçon à tout faire22, sans oublier bien sûr, l’intendant de la maison, dont le premier, Pierre Manseau, signale dans ses Mémoires que Mme de Maintenon lui « a toujours fait l’honneur de [lui] donner l’entrée de la clôture23 ».

Les adultes du monde extérieur

  • 24 Souvent détenteurs d’autres charges, ils reçoivent chacun 500 livres par an plus des primes.
  • 25 Dans ce but, la communauté y louait une maison 1500 livres. Entre 1688 et 1701, les actes de baptêm (...)
  • 26 Au début du xviiie siècle, Besse reçut une gratification de 200 livres pour des « soins extraordina (...)
  • 27 Ibid.
  • 28 Mémoires de Manseau... cit., p. 58.
  • 29 Lettre d’Henriette Victoire de Bombelles au marquis de Bombelles, 17 janvier 1770, ADY, E 405.

12Les contacts avec les adultes du monde extérieur sont limités et contrôlés, les plus fréquents se produisant avec le monde médical. Le personnel soignant de la maison – Dames, converses et demoiselles astreintes à passer du temps aux infirmeries pour y faire les lits, balayer les salles et faire la lecture aux malades – ne suffit pas. Un médecin, un chirurgien et un dentiste attachés à la maison24 ne sont pas logés sur place mais au village25. Les Dames font parfois appel à d’autres médecins26 ou à des « spécialistes », tel M. de Saint Yves qui reçoit 45 livres en août 1722 « pour une demoiselle dont il a traité les yeux »27. Les familles des pensionnaires peuvent leur rendre visite, quatre fois par an durant les octaves des quatre grandes fêtes religieuses. Les rencontres se déroulent au parloir en présence d’une religieuse sauf pour les pères, mères, frères et sœurs28 autorisés à rester seuls avec une élève, situation que rappelle une demoiselle dans une lettre à son frère : « Vous m’avez dit mon cher frère le jour que j’eus le bonheur d’être seule avec vous au parloir [...] »29.

  • 30 Quatre évêques de Chartres ont été sacrés à Saint-Cyr. Voir J. Dubu, Les consécrations épiscopales (...)

13La Maison royale et ses habitants peuvent aussi recevoir des visiteurs exceptionnels. Ainsi, en 1689, la cour est-elle invitée par le roi à assister aux représentations d’Esther de Racine données par les demoiselles. Quelques années plus tard, seules quelques personnes sont admises à celles d’Athalie, nouvelle pièce de Racine écrite à l’intention des élèves mais jouée en habit ordinaire et sans fard. Les visites de Louis XIV sont fréquentes surtout dans les dernières années du siècle, quand la duchesse de Bourgogne, arrivée de Savoie à onze ans en 1696 et mariée l’année suivante, aime à rester parmi des fillettes de son âge à Saint-Cyr. Au cours du xviiie siècle, les reines, filles et sœurs de roi continuent à fréquenter les lieux en particulier à l’occasion des prises de voile des demoiselles. Les évêques de Chartres viennent régulièrement, pour de simples visites pastorales ou en des circonstances plus solennelles comme les prises de voile ou leur propre sacre30.

  • 31 Mme Campan, Mémoires, Paris, 1988.

14Quelques visiteurs célèbres, notamment des personnalités russes, sont mentionnés dans les annales de la maison : le tsar Pierre le Grand en 1717, la princesse d’Analth, mère de la future tsarine Catherine en 1757, l’ambassadeur de Russie en 1762 suivi, en 1764, de l’archimandrite. D’autres ont mentionné leur passage dans une lettre comme Horace Walpole ou dans leurs souvenirs pour Mme Campan31, venue plusieurs fois à Saint-Cyr dans les années précédant la Révolution. Sans doute bien d’autres personnes ont-elles franchi les grilles de l’institution sans qu’il n’en reste de trace écrite.

15Ce cadre, une institution à finalité éducative à l’ombre du pouvoir, ainsi que ces protagonistes, enfants et adultes, suggère d’emblée plusieurs remarques. Les pensionnaires passent ici bien plus que le temps de l’enfance et semblent, au vue des représentations, n’avoir jamais été petites filles. Derrière la clôture, les demoiselles sont en contact permanent avec des femmes, en particulier des religieuses d’âges variés – certaines sont à peine plus âgées qu’elles – dont la plupart n’ont jamais revu le monde extérieur depuis leur admission, enfant, dans cette même école. Des relations avec d’autres adultes sont néanmoins possibles : Saint-Cyr n’est donc pas hermétique aux influences du monde extérieur.

Quelles sources pour une histoire des relations entre enfants et adultes ?

16Une fois dessiné le cadre dans lequel évoluent demoiselles et adultes qui les entourent chaque jour ou leur rendent occasionnellement visite, il faut envisager les sources disponibles pour étudier la nature de leurs relations.

Du côté de l’institution

  • 32 Règlements généraux de la Maison de Saint Louis établie à Saint-Cyr. Ms., 1695, BNF, Ms fr. 14446 e (...)
  • 33 Règle, Esprit de l’institut, Constitutions et règlements de la Maison de Saint Louis à Saint-Cyr, B (...)

17Il n’existe pour Saint-Cyr aucun plan d’éducation du type Ratio studiorum des collèges jésuites, il faut se tourner en matière de préceptes éducatifs et pédagogiques vers les textes normatifs et les écrits de Mme de Maintenon. Hormis les différentes Lettres patentes, les textes réglementaires comprennent les Constitutions, Règlements et l’Esprit des filles de Saint Louis dont il existe plusieurs versions, manuscrites32 ou imprimées33, datant toutes de la fin du xviie siècle, mais qui demeurent en vigueur jusqu’à la fermeture de la maison. Ces textes sont riches sur le recrutement des Dames et leur vie religieuse, l’organisation de leur quotidien, la nature de leurs fonctions mais laconiques sur l’éducation des demoiselles. Sur les 67 articles des Constitutions de 1694, un seul y est consacré et si les contenus sont rapidement énumérés, rien n’est dit de la pédagogie ni des relations entre institutrices et élèves, par exemple en termes de discipline.

  • 34 Lettres de Madame de Maintenon, éd. H. Bots et E. Bots-Estourgie, vol. I, II et III, Paris, 2009, 2 (...)

18À en croire ses contemporains, Mme de Maintenon écrivait tout le temps et en particulier des textes pédagogiques dont des Entretiens – véritables conférences avec certaines Dames – des Instructions directement adressées aux demoiselles, des Conversations ou impromptus moraux pour cinq à six fillettes d’âge bien précis ou encore des Proverbes, jeu défini en ces termes par Furetière : « on joue aux proverbes, quand on fait quelque geste ou représentation qui désigne quelque proverbe ». À cela s’ajoutent ses correspondances particulières avec certaines Dames – dont les supérieures – ou avec de simples demoiselles34. Reste ici à repérer des informations susceptibles d’éclairer la conception que la marquise se faisait des relations entre adultes et enfants, entre éducatrices et élèves et qu’elle souhaitait voir régner dans cette institution. L’inconvénient majeur de ce type de sources est de ne renseigner que sur des principes, un idéal à mettre en pratique et aucunement sur les réalités vécues.

  • 35 Mémoire de ce qui s’est passé de plus remarquable depuis l’Etablissement de la Maison de Saint-Cyr. (...)
  • 36 Mémoire de ce qui s’observe dans la royale maison de St Louis fondée par Louis XIV maintenue et con (...)

19Quelques documents relevant de la famille des annales conventuelles subsistent dont un long manuscrit couvrant les années 1684-1740 écrit par une des supérieures, Catherine du Pérou, et connu sous le titre Mémoires de ce qui s’est passé de plus remarquable depuis l’établissement de la Maison de Saint-Cyr35. Au milieu du siècle, des Dames ont rédigé plusieurs mémoires, à la demande de La Beaumelle qui préparait une publication de la correspondance de Mme de Maintenon et une histoire de l’institution36. L’intérêt des auteures est peu tourné vers l’éducation et les allusions aux relations entre adultes et enfants sont rares.

  • 37 Admise à St Cyr en 1690. Voir Preuves de Noblesse... cit., vol. III, 1690, preuve n° 30.
  • 38 Cte d’Haussonville et G. Hanottaux, (éd.), Souvenirs sur Madame de Maintenon, suivi de Mémoires et (...)
  • 39 Mémoires de Manseau... cit.
  • 40 Souvenirs de Mme de Caylus... cit.

20On connaît peu d’écrits émanant du personnel en dehors d’une série de lettres de Marie Jeanne d’Aumale Mareuil (1683-1756)37, maîtresse des classes puis secrétaire de Mme de Maintenon, adressées à des Dames et à des demoiselles entre 1708 à 1728. Elle est également l’auteure de mémoires passés à la postérité sous le nom de Mémoires sur Mme de Maintenon38. Rien dans les écrits de Mlle d’Aumale ne concerne les relations entre adultes et élèves. Pierre Manseau, intendant de Saint-Cyr, donne dans ses Mémoires39 couvrant les années 1686-1690, quelques informations. Les Souvenirs de Mme de Caylus40 sont un peu à part car elle ne fut ni Dame, ni demoiselle. Enlevée par sa tante, la marquise de Maintenon, à sa famille protestante pour être éduquée dans le catholicisme, elle vint souvent à Saint-Cyr et interpréta même le prologue d’Esther mais ne fit cependant dans ses écrits qu’une brève présentation de l’institution.

Du côté des élèves

  • 41 Née à Bitche en octobre 1750. Voir Preuves de Noblesse... cit., vol. XVII, 1759, preuve n° 90.
  • 42 Lettre d’Henriette Victoire de Bombelles au marquis de Bombelles 17 Janvier 1770... cit.

21La seule lettre connue d’une élève au cours de sa scolarité est signée Henriette Victoire de Bombelles (1750-1822)41. Lorsqu’en juin 1770, elle écrit à son frère Marc qui lui fait office de père depuis la mort de ce dernier, elle se prépare à quitter la maison royale. Il s’agit, selon ses propres termes, d’une lettre de contrebande, « qui n’a point passé par les mains des personnes qui sont obligées de lire les lettres que nous écrivons et celles qu’on nous écrit. C’est une règle bien établie, mais que je vais pourtant enfreindre pour des raisons de bon sens sans être d’importance »42.

  • 43 Née en Auvergne, elle épousa en 1749 son cousin Antoine de Combes. Voir Preuves de Noblesse... cit. (...)
  • 44 P. M. de Combes Morelles, Œuvres spirituelles, Paris, Delaguette, 1778, tome 1.
  • 45 Voir Preuves de Noblesse... cit., vol. XV, 1746, preuve n° 28.
  • 46 Archives départementales de Dordogne (ci-après ADD), 2J1004.
  • 47 Entre 1773 à 1783. Voir ADY, E398-404.
  • 48 ADY, E406-407.

22Seuls les écrits de quatre anciennes demoiselles ont traversé les siècles. Sept ans après sa mort, quelques textes de Perette Marie de Combes Morelles (1728-1771), pensionnaire à Saint-Cyr entre 1737 et 174843, sont publiés sous le titre Œuvres spirituelles et accompagnés d’une préface anonyme racontant sa vie et justifiant la sélection opérée44 parmi ses écrits. Marie de la Barthe Vézat (1735-vers 1777) fut demoiselle entre 1746 et 175745 et revint dans son Périgord natal pour épouser François de Roffignac, marquis de Marzac. Au moment où ce dernier entreprend à Paris des démarches afin d’obtenir une place pour leur fille à Saint-Cyr, cette maison d’éducation et ces institutrices font partie des sujets abordés dans leur correspondance46. Après sa sortie, Henriette de Bombelles écrit à son frère pendant plus de dix ans47. Entre 1771 et 1781, elle entretient également une correspondance avec sa petite sœur Jeanne Renée, dite Bonbon (1752-1828), elle aussi élève dans la même institution entre 1763 et 1773 ; cette dernière correspond aussi avec leur frère48. Ces écrits d’anciennes élèves constituent des récits rétrospectifs, consignés plus ou moins longtemps après le passage à Saint-Cyr et donc susceptibles d’en donner une vision déformée par le temps et le souvenir.

Regards extérieurs

  • 49 ADY, séquestres révolutionnaires... cit.
  • 50 Marianna ou Marie-Anne, qui deviendra plus tard Elisa, est née À Ajaccio en janvier 1770, admise à (...)
  • 51 Lettre à Joseph Bonaparte et à Jospeh Fesh, mai et juin 1792, dans N. Bonaparte, Correspondance gén (...)

23Du côté des familles des demoiselles, les rares documents conservés se rattachent tous aux débuts de la Révolution, moment où les parents s’inquiètent du devenir de l’école et de leurs enfants. Par un hasard de classement, certaines lettres ont été rangées avec les documents administratifs liés à la procédure de sortie dans les dossiers individuels des élèves ayant quitté Saint-Cyr au moment de sa suppression49. À la même époque, Napoléon Bonaparte évoque dans plusieurs lettres à son frère Joseph et à son oncle Joseph Fesh, ses visites à sa sœur Marianna50, pensionnaire dans cet établissement depuis 1784 et qu’il vient chercher lui-même en septembre 179251.

  • 52 Procès verbal de la visite de l’évêque de Chartres, novembre 1692, reproduit par Th. Lavallée, Hist (...)
  • 53 Mémoires de ce qui s’est passé... cit., 2eme partie, p. 75-77.
  • 54 Lettre à George Montaigu, 17 septembre 1769, Lettres d’Horace Walpole écrites à ses amis pendant se (...)
  • 55 Ibid.
  • 56 Lettre de 1812 à son excellence le comte de L..., publiée dans Mme Campan, De l’éducation suivi des (...)
  • 57 Ibid.

24Quelques visiteurs, plus ou moins célèbres, ont couché par écrit quelques informations, dans des documents de nature fort différente. Le procès verbal établi à l’issue de la visite pastorale de Paul Godet des Marais, évêque de Chartres, du 22 au 24 novembre 1692, insiste sur l’adaptation des lieux à la transformation de Saint-Cyr en établissement régulier52. Les visiteurs russes n’ont laissé, à notre connaissance aucun témoignage direct de leur passage qui n’est connu que par les Mémoires de ce qui s’est passé qui restituent leur émerveillement face à la réussite de l’établissement53. Quant à Horace Walpole, il narre sa visite en septembre 1769, dans une lettre adressée le jour même à Georges Montaigu54. Il a parcouru la maison, de l’église jusqu’aux classes, il y a même soupé, mais il n’a vu les élèves que de très loin55. Mme Campan, née Jeanne Genet (1752-1822) lectrice de Mesdames, filles de Louis XV, puis première femme de chambre de Marie-Antoinette, fait état de plusieurs passages dans l’établissement : « Je suis entrée deux fois dans la maison de Saint-Cyr à des jours de représentations d’Esther »56. Elle évoque même de véritables conversations pédagogiques avec les Dames, notant que « Des religieuses de cet établissement m’ont assuré, en appuyant leur opinion de beaucoup d’exemples, que les enfants arrivaient des nobles chaumières du Poitou et du Béarn toutes remplies de la valeur et de la grandeur de leurs titres, et cela dès l’âge le plus tendre »57.

25À partir de ces matériaux est-il possible d’appréhender, dans le cadre de cette institution éducative, les relations adultes/enfants autrement que de manière théorique ?

Saisir les relations entre les adultes et les enfants

26Les sources disponibles offrent au moins trois regards sur les relations adultes/enfants.

Protéger les enfants du monde extérieur

  • 58 Procès verbal de la visite de l’évêque de Chartres, novembre 1692... cit., p. 310.
  • 59 Constitutions de 1693, ADY, J3435.
  • 60 Mémoires de Manseau... cit., p. 60.
  • 61 Constitutions de 1686 citées dans Mémoires de Manseau... cit., p. 279.

27La clôture exigée par la réforme de l’établissement mise en place à partir de 1692 visait à isoler l’éducation des demoiselles du monde extérieur ; à cette fin, il fallait non seulement interdire mais rendre impossible les relations de part et d’autre de la clôture. D’où sa matérialisation dans l’espace et son inspection minutieuse rapportée dans le procès verbal de la visite de l’évêque de Chartres en 1692. L’étanchéité de la clôture est vérifiée : les confessionnaux sont à doubles entrées et accessibles aux prêtres uniquement par la cour du dehors, les parloirs n’ont pas de guichet, la taille des tours est convenable. Quant à l’église, elle est divisée en deux : le chœur, réservé aux Dames et aux demoiselles, est séparé du reste du bâtiment par une clôture « faite de bonne et forte menuiserie, avec trois grandes et fortes grilles de fer bien travaillé, ayant chacune un petit guichet pour la communion, fermé de bonnes serrures [...] »58. Tout est donc fait pour que les relations avec les personnes extérieures à la maison, y compris les prêtres, se limitent à la parole, sans aucun contact corporel. Lorsque, en des circonstances particulières, la clôture doit être franchie, des précautions sont prises. Ainsi, il est interdit aux Dames de « donner entrée aux médecins et chirurgiens [...] aux heures indues, à moins d’une absolue nécessité »59. Manseau précise que « quand les confesseurs, les médecins et les chirurgiens entrent dans la clôture, ils sont conduits par les portières jusques dans les infirmeries, et quand ils en sortent, ils sont reconduits par la première et sous infirmière jusques à la porte de la maison »60. La surveillance des visites et de la correspondance entrante et sortante dont le principe a été posé pour les Dames dès les premières Constitutions61, ont été appliqués aux élèves et respectés au moins jusqu’en 1770, si l’on en croit la lettre non approuvée de Mlle de Bombelles. Ceci revenait à soumettre ces enfants, ces jeunes filles, au même régime que les religieuses de la maison.

  • 62 Lettre d’Horace Walpole... cit., p. 221-212.

28Cependant, la réalité de la vie à l’intérieur de l’établissement dérogea à ces normes, en particulier en termes de visites. Non seulement la famille royale, protectrice de la maison, était admise mais également des étrangers qui en faisaient la demande, tel Horace Walpole qui, en 1769, explique avoir « obtenu de l’évêque de Chartres l’autorisation d’entrer à Saint-Cyr ». Il précise que son amie, Mme du Deffand, avait écrit à la supérieure « la priant de me faire voir tout ce qui pouvait être vu » si bien que, le jour venu, « toutes les portes s’ouvrirent devant nous et les religieuses rivalisèrent d’attentions pour nous être agréables »62. La narration qui suit fait état d’un circuit qui met l’institution en représentation aux yeux des visiteurs, en particulier les élèves :

  • 63 Ibid., p. 214-215.

Nous avons visité ensuite les salles de chaque classe : dans la première, les demoiselles, qui étaient en train de jouer aux échecs, reçurent l’ordre de nous chanter les chœurs d’Athalie ; dans une autre elles exécutèrent des menuets et des danses de campagne, tandis qu’une religieuse non moins habile que Sainte Cécile jouait du violon. Dans les autres classes, elles jouèrent devant nous des proverbes et des dialogues écrits par Mme de Maintenon pour leur instruction [...] Notre visite s’est terminée par le jardin [...] où les demoiselles ont joué devant nous aux petits jeux63.

29Si l’auteur ne mentionne aucune conversation avec les élèves, d’autres situations le permettaient, en particulier les représentations théâtrales dont, quelques décennies plus tard, Mme Campan se fait l’écho.

  • 64 Mme Campan, Lettre de 1812... cit.

Ces représentations étaient publiques, lorsque la famille royale y assistait, et tous les hommes étaient admis dans l’intérieur. J’ai rencontré ces jours-là dans les cloîtres un écuyer du Roi donnant le bras à une religieuse, qui était sa sœur, et un page se promenant avec une élève qui était la sienne et qu’accompagnait une dame religieuse. La présence du souverain, le respect qu’inspirait cet asile pieux, introduisant pour un seul jour cette grande liberté, ne pouvait en bannir la décence64.

30À la différence de Mme de Maintenon, aucune crainte face à ces représentations ouvertes au monde extérieur, ne perce sous la plume de cette mémorialiste.

Les relations entre Dames et demoiselle

31Les règlements stipulent que les Dames sont au service des élèves ; en effet

  • 65 Règlements généraux de la Maison royale de Saint Louis... cit., p. 31.

comme l’éducation des demoiselles est la fin particulière de l’institut des Religieuses de Saint Louis, elles comprendront que c’est à cela que se doivent rapporter tous leurs emplois et s’il se peut dire toutes les actions de leur vie : qu’elles sont obligées de quitter toutes les autres fonctions plutôt que de négliger cette éducation dont elles sont si étroitement et si indispensablement chargées [...]65.

  • 66 Voir Constitutions de 1686... cit., p. 238-239.
  • 67 Il en était de même chez les ursulines et les visitandines.
  • 68 Mémoire de ce qui s’observe... cit., p. 7.
  • 69 Constitutions de 1686... cit., p. 254.
  • 70 Ibid., p. 268.

32En conséquence, les Dames voient leurs obligations religieuses allégées : pas de mortifications, peu d’oraisons et uniquement la récitation de l’Office de Notre Dame66. Cette disponibilité correspond à l’esprit des ordres nés à l’époque tridentine où l’observance de la récitation des Heures devient secondaire par rapport aux activités pastorales ou éducatives67. Ces institutrices doivent garder également du temps car elles « doivent cultiver en esprit et en grâce les divers talents dont elles sont pourvues pour êtres plus utiles à l’éducation »68. Elles doivent en effet être des modèles pour leurs élèves : « il faut qu’une Dame de Saint Louis fasse elle-même l’exemple de toute ce qu’elle voudra inspirer à ces jeunes filles » disent les premières Constitutions69. Elles doivent toujours « enseigner par leurs exemples autant que, par leurs paroles, les vérités de la religion, qu’elles ne donnent jamais lieu aux demoiselles de douter de ce qu’elles disent, faute de pouvoir pratiquer ce qu’elle enseignent »70. Le lien entre la qualité de l’éducation délivrée et la profondeur de leur foi personnelle est intense, car si elles sont avant tout éducatrices, elles restent moniales. En termes de carrière, elles sont toutes, à un moment ou à un autre, maîtresse de classe – en particulier dans les années suivant leur profession – car aucune grande charge ne peut être occupée pendant plus de deux mandats successifs, soit six années.

  • 71 Mémoires de Manseau... cit., p. 60.
  • 72 Ibid., p. 281.
  • 73 Mme de Maintenon, Entretien sur l’éducation des filles, Paris, 1854, p. 269.
  • 74 Ibid., p. 296.
  • 75 Mémoire de ce qui s’est passé... cit., p. 28.

33Face aux demoiselles, quelque soit leur âge, le rapport est hiérarchique ; pouvoir et savoir ne sont que d’un côté. La présence des Dames est constante aux côtés de demoiselles qui ne sont jamais seules à l’église, en classe, au réfectoire, au jardin et même la nuit puisque les maîtresses dorment au bout des dortoirs. Durant un siècle, pour instruire leurs élèves, elles mettent en pratique une organisation et une pédagogie préconisées par Mme de Maintenon. Chaque classe est placée sous la responsabilité d’une maîtresse assistée de deux ou trois adjointes prises parmi les novices ou les demoiselles au ruban noir - les meilleures bleues se destinant souvent au noviciat. Elles doivent diversifier les méthodes, du cours ex cathedra aux jeux, en passant par l’image et le travail par table, c’est-à-dire par bande de dix élèves regroupées selon leurs aptitudes. Outre les dévotions et l’instruction religieuse, les activités sont variées : chaque jour après « une leçon générale de lecture », « on les fait écrire et jeter » ; l’après-midi, après la récréation, « elles travaillent en broderie, tapisserie ou linge », puis « on leur montre l’orthographe » ; après la collation, elles reçoivent de nouvelles « leçons d’écriture, de lecture, et de jet »71. Les apprentissages sont progressifs – « il faut leur dire peu de choses à la fois, afin qu’elles retiennent plus facilement »72 – et adaptés à leur âge puisque, pour la fondatrice, « la manière d’instruire les rouges est différente de celle qui convient aux bleues »73. Les enseignantes usent de douceur et de persuasion, encouragent l’entraide et l’émulation par des récompenses « bons points », « fruits, oranges, pâtisseries » ou « gants blancs »74. Mais elles peuvent également sanctionner ; les punitions corporelles restent exceptionnelles, on leur préfère celles qui contribuent à la formation sans faire souffrir, ni humilier. Quelques demoiselles ont été exclues dont trois bleues accusées d’avoir tenté d’empoisonner à la ciguë la supérieure, Mme du Pérou75. Une autre

  • 76 Histoire de la Maison royale de Saint-Cyr par Mme d’Éperville... cit., fol. 28.

ayant du mépris pour une de ses maîtresses qui n’était point de condition quoique parente de Mme de Maintenon fût chassée de la communauté et renvoyée en Poitou chez ses parents. Mme de Maintenon fut si fort sollicitée qu’elle lui accorda enfin le droit de revenir, mais en rentrant, elle dût se conformer à la pénitence qu’on lui imposa76.

  • 77 Mme de Maintenon, Projet pour la conduite des deux premières classes de Saint-Cyr (juin 1690) cité (...)
  • 78 Mémoire de ce qui s’observe... cit., p. 7.

34Une Dame « ne fait pas seulement vœu de les instruire, mais à les élever, et ce terme comprend les soins des mères pour leurs enfants »77. Si la relation avec les demoiselles comporte donc en théorie une dimension affective, les sources ne contiennent qu’une seule trace de maternage. Chaque matin, les demoiselles « se peignent, se coiffent, se lacent et s’habillent l’une l’autre mais aux petites classes, les maîtresses rendent ce service aux demoiselles de leurs dortoirs »78. Les règlements précisent que l’affection des maîtresses ne doit jamais s’adresser à une élève en particulier ; à cette fin tête à tête, billets et présents sont interdits. Malgré toutes ces précautions, une liaison est attestée 

  • 79 Histoire de la Maison royale de Saint-Cyr par Mme d’Éperville... cit., fol 24.

[...] étant découvert qu’il y avait des amitiés particulières entre une dame et une demoiselle et pour se voir elles se dérobaient la nuit de leur cellule et allaient dans le lit l’une de l’autre la demoiselle fut chassée avec une servante qui facilitait ce commerce et la dame fut enfermée dans sa cellule pour tout le reste de l’année [...] depuis ce châtiment il ne se commit plus de péché de cette nature79.

Regards des demoiselles

  • 80 Lettre d’Henriette Victoire de Bombelles au marquis de Bombelles, 17 janvier 1770... cit.
  • 81 Françoise Emilie de Champlais (1714-1797). Elle prononce ses vœux en 1736 et est supérieure de 1782 (...)
  • 82 Lettre d’Henriette Victoire de Bombelles au marquis de Bombelles, 17 janvier 1770... cit.

35Le seul écrit d’une demoiselle au cours de sa scolarité émane d’une jeune fille de dix-neuf ans et demi sur le point de quitter la maison. Enfreignant le règlement en adressant clandestinement une lettre à son frère, Henriette de Bombelles s’inquiète. « Je suis très craintive » car « si jamais à Saint-Cyr l’on venait à le savoir quelques excuses que je puisse alléguer je serais dans les plus grandes humiliations et désagrément en sortant de cette maison ce que je serais fâchée de m’attirer »80. Elle demande à son frère d’écrire avant son départ à Mme de Champlais81 – sans doute alors maîtresse générale des classes – pour, entre autres, « la remercier des bontés qu’elle a pour moi et lui en demander la continuation », une Dame qui, pense-t-elle, l’aime « comme sa fille ». Henriette résume son sentiment à l’égard de l’institution en la formule : « je suis très heureuse à Saint-Cyr »82.

36Aucune information n’est disponible sur le maintien, à l’issue de leur scolarité, de liens entre les anciennes élèves et leurs enseignantes. Quant à savoir ce que les relations avec les maîtresses ont laissé comme souvenir, les informations sont rares. La correspondance que la demoiselle de Bombelles entretient avec son frère pendant au moins cinq ans après sa sortie, ne trahit aucune nostalgie, aucune affection à l’égard de ses anciennes maîtresses, même lorsqu’elle a l’occasion de raconter sa visite à Jeanne, leur petite sœur.

  • 83 Lettre d’Henriette Victoire de Bombelles à son frère, 13 mars 1774, ADY, E399.

J’ai été hier avec Mme de Saint-Phalle et le baron à Saint-Cyr voir ma petite sœur que j’aime tendrement, j’en ai été contente et j’ai même pleuré en nous séparant, elle est engraissée (à surprendre) et peut-être qu’elle a de trop ce que je n’ai pas assez car je suis très maigre [...]83.

  • 84 Ibid.

37L’absence d’allusion à Saint–Cyr, non seulement à l’éducation reçue mais aux femmes qui ont entouré enfance et adolescence se retrouve dans les lettres adressées par Jeanne à son frère entre 1777 et 178184. D’après ces échanges épistolaires, il semble évident qu’une fois quittée l’institution, ces deux jeunes femmes ont tourné la page très rapidement.

38Le regard que Perette de Combes Morelle porte sur son séjour est fort différent. Âgée de neuf ans en 1737, lorsqu’elle arrive à Saint-Cyr, elle a perdu sa mère depuis quatre ans. Plus tard, elle écrit :

  • 85 P. M. de Combes Morelles, Œuvres spirituelles... cit., tome 1, p. 6.

Je fus donc transplantée dans votre jardin ; quel soin n’a-t-on pas d’y cultiver les jeunes plantes ! [...] pour une mère que vous m’aviez ôtée vous m’en rendîtes quarante-six. Ne puis-je pas leur donner ce nom ? Des personnes qui sacrifient leur santé, leur repos et chaque moment de leur vie, à l’éducation de la jeunesse, ne deviennent-elles pas les mères de celles qu’elles engendrent en Jésus Christ ? [...] quel talent pour reprendre et corriger les enfants !85.

39Elle ne passe sous silence ni les difficultés qu’elle eut à se plier aux règles, ni les stratégies de contournement dont elle usa :

  • 86 Ibid., p. 7

je feignais des maux qui prenaient source dans les différentes inventions de ma malice. Les fréquentes saignées et les remèdes que l’on me donnait, n’auraient-ils pas du épuiser une complexion aussi faible que la mienne ? Je n’avais alors que dix ou onze ans ; c’est ainsi que je ruinais mon tempérament pour être dispensée de la règle. Ma conscience me reprochait vivement cette manœuvre, ainsi que les viandes défendues que je mangeais à l’infirmerie les jours d’abstinence, comme l’infirmière l’exigeait86.

40Marie de la Barthe n’est sortie de Saint-Cyr que depuis neuf ans, lorsqu’en 1764, son époux s’y rend. Elle le charge alors de toute une série de commission pour les Dames.

  • 87 Voir plus haut.
  • 88 Angélique Bonne de Mornay Montchevreuil (1700-1776). Admise à Saint-Cyr en 1710, dame depuis 1723 e (...)
  • 89 Suzanne du Han Crevecœur (1701-1773), dame depuis 1721, supérieure à quatre reprises entre 1755 et (...)
  • 90 À cette époque, trois Dames sont issues de la famille de Bosredon : deux sœurs – Anne Claire (1693- (...)
  • 91 Marie Françoise de Mussan (1716-1791) fait profession en 1739. Voir Preuves de noblesse... cit., vo (...)
  • 92 Suzanne de la Martonie (1716-1789) prend le voile en 1738. Voir Preuves de noblesse... cit., vol. X (...)
  • 93 Non identifiée.
  • 94 Marie Agnès de Durfort (1734-1805), novice en 1755 et dame en 1757. Elle a le même âge que Marie de (...)
  • 95 ADD, 2J1004.

N’oublie pas mon cher St Cyr, il faut que tu demandes d’abord Mme de Champlais87 qui est celle qui s’est intéressée à moi, ensuite tu lui demanderas à voir la supérieure qui est Mornay88 après Madame du Han89, Mme de Bosredon90 [...] Mme de Mussan91, Madame de la Martorie92, Mme de la Menardière93 et Madame de Durfort94, ma compagne et mon amie [tu] demanderas à Mme de Champlais de ma part un catéchisme [qui a] été demandé par un garde du roy [...] tu ajouteras à ces dames que je souhaiterais bien [illisible] ne manque à mon bonheur que le plaisir de les revoir [...] enfin, dis leur je te prie que je ne n’ai oublié personne, que je voudrais que tu les vis toutes [...]95.

41Ce passage trahit le souvenir très vif que garde Marie de la Barthe de son passage à Saint-Cyr, la reconnaissance et l’affection réelles qu’elle porte aux Dames, en particulier à Mme de Champlais.

42L’observation des relations entre adultes et enfants à l’intérieur de la Maison royale de Saint-Cyr se heurte à des obstacles difficiles à contourner : inégale répartition des sources entre normes réglementaires, théories pédagogiques et réalités de la pratique et du vécu ; absence quasi totale de témoignages des demoiselles durant leur scolarité ; absence de différenciation iconographique entre les âges contrastant avec la conscience que Mme de Maintenon avait de la nécessaire adaptation de la pédagogie aux différentes classes, enfin maigreur des informations émanant des anciennes élèves. Ces dernières sont trop peu nombreuses et trop anecdotiques pour permettre à l’historienne d’analyser la représentation a posteriori de l’enfance et de l’adolescence – en particulier en termes de relations avec le monde des adultes.

  • 96 « Elle a le sang de la famille. Du reste elle est absolument neuve. Elle ne se souvient de rien, pa (...)

43Malgré tout, quelques perspectives intéressantes peuvent être dégagées. En premier lieu l’existence d’un décalage entre les normes et les pratiques relationnelles de part et d’autre de la clôture : avec prudence, compte tenu de la faiblesse de l’échantillon, il est possible d’affirmer que les liens souhaités par Mme de Maintenon, entre les Dames et les demoiselles, ont pu s’épanouir. La diversité des attitudes face à l’école et aux enseignantes des rares anciennes élèves dont le témoignage a survécu invite à considérer qu’hier comme aujourd’hui le souvenir des années passées dans le cadre d’une même institution scolaire est différent selon les individus. Il en est de même pour les parents. Si, en 1792, Napoléon Bonaparte remarque que sa sœur a perdu son identité corse et est devenue une aristocrate96, d’autres manifestent leur reconnaissance à la maîtresse générale, Mme de Crécy. Le 18 septembre 1792, la mère d’Antoinette de Blou, seize ans, écrit :

  • 97 Dossier Blou, ADY, 3Q79. Sa gouvernante, munie de cette lettre, vient la chercher.

Soyez assurée Madame de tout mon regret de ne pouvoir moi-même aller vous remercier des soins et des peines que vous avez bien voulu prendre de ma fille pour son éducation, sans les circonstances Madame et ma mauvaise santé, je me serais acquittée envers vous et envers ma fille de ces devoirs si chers à mon cœur. [...] Qu’il aurait été heureux pour elle Madame d’être plus longtemps dans votre respectable maison et de profiter jusqu’à vingt ans de l’excellente éducation de St Cyr et des vertus qui vous distingue. Je tacherais Madame de cultiver en elle les excellents principes qu’elle a reçus de vous. Faîtes agréer s’il vous plaît mes témoignages de reconnaissance à toutes les Dames ses maîtresses. Mon mari se joint à moi pour vous remercier et vous assurer de son respectueux hommage et de sa vive reconnaissance [...]97.

Haut de page

Notes

1 Depuis peu l’histoire de la famille en France à l’époque moderne s’intéresse aux grands parents, fratries, oncles et tantes. Voir V. Gourdon, Histoire des grands parents (17e-20e), Paris, 2001 ; D. Lett, Histoire des frères et sœurs, Paris, 2004 ; M. Oris et alii, Les fratries. Une démographie sociale de la germanité, Berne, 2007 ; M. Trevisi, Au cœur de la parenté. Oncles et tantes dans la France des Lumières, Paris, 2008.

2 Lettres Patentes du 28 juin 1686, Bibliothèque nationale de France (ci-après BNF), Ms. fr. 14029.

3 Lettres patentes du 1er juin 1763 citées dans Th. Lavallée, Histoire de la Maison Royale de Saint-Cyr (1686-1793), Paris, 1853, p. 247.

4 Voir par exemple, P. Heylot, Histoire des ordres monastiques religieux et militaires, Paris, J. B. Coignard, 1715.

5 Preuves de Noblesse des filles demoiselles reçues dans la Maison de Saint Louis, fondée à Saint-Cyr par le Roi au mois de juin de l’an 1686, et formée par les soins et par la conduite de Madame de Maintenon ; dressées par Mr Charles [et Louis Pierre] d’Hozier, 1685-1766, 19 vol. , BNF, Ms. fr. 32118-32126.

6 Expression employée par Mme de Caylus dans ses Souvenirs, Paris, 1986, p. 92.

7 Voir D. Picco, Origines géographiques des demoiselles de Saint-Cyr (1686-1793), dans Ch. Grell et A. Ramière de Fortanier (éd.), L’éducation des jeunes filles nobles en Europe xviie et xviiie siècles, Paris, 2004, p. 107-126.

8 Voir D. Picco, Vivre et mourir à Saint-Cyr entre 1686 et 1793, dans J.-P. Bardet, J.-N. Luc et alii. (éd.), Lorsque l’enfant grandit. Entre dépendance et autonomie, Paris, 2003, p. 135-156.

9 Elles s’apparentent aux Filles de la Charité, aux Filles de la Croix et aux sœurs des Écoles charitables de l’Enfant Jésus plus connues sous le nom de filles ou dames de Saint Maur ou sous celui de filles Barré.

10 Leur transformation est similaire à celle des ursulines en 1612 et des visitandines en 1618. Voir Lettres patentes de 1694, BNF, Ms. fr. 11674 et 22290.

11 Trente prises de voile entre 1686 et 1692.

12 Catherine Travers du Pérou (1666-1748). Après avoir été maîtresse générale des classes, elle est élue huit fois supérieure et dirige donc la communauté pendant presque un quart de siècle.

13 Voir D. Picco, Vivre et mourir... cit., p. 151-153.

14 Née à Besançon en 1742. Maîtresse générale des classes vers 1782. Voir Preuves de Noblesse... cit., vol. XV, 1749, preuve n° 67.

15 Voir Archives départementales des Yvelines (ci-après ADY), Séquestres révolutionnaires, 3Q79 et 3Q80.

16 Supérieure, assistante, dépositaire, maîtresse des novices, maîtresse du chœur, économe, secrétaire, portière.

17 Voir Registre des décès du personnel de la maison ADY, 4E2416.

18 Ibid.

19 Voir L. Mezzadri, Les prêtres de la mission à Saint-Cyr, dans Revue de l’histoire de Versailles et des Yvelines, 1990, t. 74, p. 41-51.

20 Chaque année ils reçoivent 3800 livres : 400 livres par prêtre, 300 par frère, 500 livres pour couvrir leurs menus frais. Traité du 23 novembre 1692. ADY, D163-1.

21 Voir plan des bâtiments dans Th. Lavallée, Histoire de la Maison Royale... cit., p. 56.

22 Voir État et revenus des charges et dépenses de la Maison royale de Saint Louis en 1717, dans Recueil de pièces et mémoires sur Saint-Cyr, p. 128 et suivantes. BNF, Ms. fr. 11674.

23 Mémoires de Manseau, Bibliothèque municipale de Versailles (ci-après BMV), G 351 à 353. Publié sous le titre Mémoires de Manseau, intendant de la maison royale de Saint-Cyr, Versailles, 1902, p. 56.

24 Souvent détenteurs d’autres charges, ils reçoivent chacun 500 livres par an plus des primes.

25 Dans ce but, la communauté y louait une maison 1500 livres. Entre 1688 et 1701, les actes de baptêmes de sept enfants du chirurgien Bergerand prouvent qu’il vivait bien dans la paroisse de Saint-Cyr.

26 Au début du xviiie siècle, Besse reçut une gratification de 200 livres pour des « soins extraordinaires pendant les grandes maladies », ADY, D251.

27 Ibid.

28 Mémoires de Manseau... cit., p. 58.

29 Lettre d’Henriette Victoire de Bombelles au marquis de Bombelles, 17 janvier 1770, ADY, E 405.

30 Quatre évêques de Chartres ont été sacrés à Saint-Cyr. Voir J. Dubu, Les consécrations épiscopales de Saint-Cyr, dans Autour de Françoise d’Aubigné marquise de Maintenon, Albineana, 10-11, Niort, 1999, p. 357-370.

31 Mme Campan, Mémoires, Paris, 1988.

32 Règlements généraux de la Maison de Saint Louis établie à Saint-Cyr. Ms., 1695, BNF, Ms fr. 14446 et Règlements de la Maison de Saint Louis établie à Saint-Cyr. Ms., XVIIIe, BNF, Ms. fr. 25224.

33 Règle, Esprit de l’institut, Constitutions et règlements de la Maison de Saint Louis à Saint-Cyr, BNF, 8° Lk(7)8625.

34 Lettres de Madame de Maintenon, éd. H. Bots et E. Bots-Estourgie, vol. I, II et III, Paris, 2009, 2010, 2011.

35 Mémoire de ce qui s’est passé de plus remarquable depuis l’Etablissement de la Maison de Saint-Cyr. Ses commencements, jusqu’à l’année mille sept cent quarante, Manuscrit, XVIIIe, BMV, p. 629-630.

36 Mémoire de ce qui s’observe dans la royale maison de St Louis fondée par Louis XIV maintenue et confirmée dans les avantages dont elle a joui dans le commencement par la protection de l’héritier de la gloire et du trône de ce grand roi, Manuscrit XVIIIe, BNF, NAF 10678 ; Mémoire de ce qui s’est passé par rapport à l’établissement de la maison royale de Saint-Louis, dans Recueil de pièces et mémoires, BNF, Ms. fr. 11674 ; Histoire de la Maison royale de Saint-Cyr par Mme d’Éperville, BNF, NAF 10677.

37 Admise à St Cyr en 1690. Voir Preuves de Noblesse... cit., vol. III, 1690, preuve n° 30.

38 Cte d’Haussonville et G. Hanottaux, (éd.), Souvenirs sur Madame de Maintenon, suivi de Mémoires et lettres inédites de Mademoiselle d’Aumale, Paris, 1902. Voir aussi ADY, J 3039.

39 Mémoires de Manseau... cit.

40 Souvenirs de Mme de Caylus... cit.

41 Née à Bitche en octobre 1750. Voir Preuves de Noblesse... cit., vol. XVII, 1759, preuve n° 90.

42 Lettre d’Henriette Victoire de Bombelles au marquis de Bombelles 17 Janvier 1770... cit.

43 Née en Auvergne, elle épousa en 1749 son cousin Antoine de Combes. Voir Preuves de Noblesse... cit., vol. XII, 1737, preuve n° 94.

44 P. M. de Combes Morelles, Œuvres spirituelles, Paris, Delaguette, 1778, tome 1.

45 Voir Preuves de Noblesse... cit., vol. XV, 1746, preuve n° 28.

46 Archives départementales de Dordogne (ci-après ADD), 2J1004.

47 Entre 1773 à 1783. Voir ADY, E398-404.

48 ADY, E406-407.

49 ADY, séquestres révolutionnaires... cit.

50 Marianna ou Marie-Anne, qui deviendra plus tard Elisa, est née À Ajaccio en janvier 1770, admise à Saint-Cyr en juin 1784.

51 Lettre à Joseph Bonaparte et à Jospeh Fesh, mai et juin 1792, dans N. Bonaparte, Correspondance générale, Tome I, Les apprentissages 1784-1797, Paris, 2004, p. 109-113.

52 Procès verbal de la visite de l’évêque de Chartres, novembre 1692, reproduit par Th. Lavallée, Histoire de la Maison Royale... cit., p. 308-318.

53 Mémoires de ce qui s’est passé... cit., 2eme partie, p. 75-77.

54 Lettre à George Montaigu, 17 septembre 1769, Lettres d’Horace Walpole écrites à ses amis pendant ses voyages en France (1739-1775), Paris, 1872, p. 209-216.

55 Ibid.

56 Lettre de 1812 à son excellence le comte de L..., publiée dans Mme Campan, De l’éducation suivi des conseils aux jeunes filles, Paris, 1824, tome II, p. 3 et s.

57 Ibid.

58 Procès verbal de la visite de l’évêque de Chartres, novembre 1692... cit., p. 310.

59 Constitutions de 1693, ADY, J3435.

60 Mémoires de Manseau... cit., p. 60.

61 Constitutions de 1686 citées dans Mémoires de Manseau... cit., p. 279.

62 Lettre d’Horace Walpole... cit., p. 221-212.

63 Ibid., p. 214-215.

64 Mme Campan, Lettre de 1812... cit.

65 Règlements généraux de la Maison royale de Saint Louis... cit., p. 31.

66 Voir Constitutions de 1686... cit., p. 238-239.

67 Il en était de même chez les ursulines et les visitandines.

68 Mémoire de ce qui s’observe... cit., p. 7.

69 Constitutions de 1686... cit., p. 254.

70 Ibid., p. 268.

71 Mémoires de Manseau... cit., p. 60.

72 Ibid., p. 281.

73 Mme de Maintenon, Entretien sur l’éducation des filles, Paris, 1854, p. 269.

74 Ibid., p. 296.

75 Mémoire de ce qui s’est passé... cit., p. 28.

76 Histoire de la Maison royale de Saint-Cyr par Mme d’Éperville... cit., fol. 28.

77 Mme de Maintenon, Projet pour la conduite des deux premières classes de Saint-Cyr (juin 1690) cité par J.Prévot, La première institutrice de France. Madame de Maintenon, Paris, 1981, p. 99-100.

78 Mémoire de ce qui s’observe... cit., p. 7.

79 Histoire de la Maison royale de Saint-Cyr par Mme d’Éperville... cit., fol 24.

80 Lettre d’Henriette Victoire de Bombelles au marquis de Bombelles, 17 janvier 1770... cit.

81 Françoise Emilie de Champlais (1714-1797). Elle prononce ses vœux en 1736 et est supérieure de 1782 à 1788. Voir Preuves de Noblesse... cit., vol. X, 1724, preuve no 23.

82 Lettre d’Henriette Victoire de Bombelles au marquis de Bombelles, 17 janvier 1770... cit.

83 Lettre d’Henriette Victoire de Bombelles à son frère, 13 mars 1774, ADY, E399.

84 Ibid.

85 P. M. de Combes Morelles, Œuvres spirituelles... cit., tome 1, p. 6.

86 Ibid., p. 7

87 Voir plus haut.

88 Angélique Bonne de Mornay Montchevreuil (1700-1776). Admise à Saint-Cyr en 1710, dame depuis 1723 et supérieure à six reprises entre 1749 et 1776. Pas de dossier de preuves, car elle entre après une de ses sœurs.

89 Suzanne du Han Crevecœur (1701-1773), dame depuis 1721, supérieure à quatre reprises entre 1755 et 1773. Voir Preuves de noblesse... cit., vol. VII, 1710, preuve n° 35.

90 À cette époque, trois Dames sont issues de la famille de Bosredon : deux sœurs – Anne Claire (1693-1780) et Marie Jeanne (1702-1775) – ainsi que leur nièce Catherine (1746-1807). Voir Preuves de noblesse... cit., vol. V, 1704, preuve n° 95 et vol. XVI, 1754, preuve n° 93.

91 Marie Françoise de Mussan (1716-1791) fait profession en 1739. Voir Preuves de noblesse... cit., vol. X, 1727, preuve n° 73.

92 Suzanne de la Martonie (1716-1789) prend le voile en 1738. Voir Preuves de noblesse... cit., vol. X, 1728, preuve n° 96.

93 Non identifiée.

94 Marie Agnès de Durfort (1734-1805), novice en 1755 et dame en 1757. Elle a le même âge que Marie de la Barthe. Pas de dossier de preuves, car elle entre à Saint-Cyr après une de ses sœurs.

95 ADD, 2J1004.

96 « Elle a le sang de la famille. Du reste elle est absolument neuve. Elle ne se souvient de rien, pas plus que si elle fût née à Saint-Cyr. Elle est aristocrate ». Lettre à Joseph Fesch, 5 juin 1792, N. Bonaparte, Correspondance... cit., p. 110.

97 Dossier Blou, ADY, 3Q79. Sa gouvernante, munie de cette lettre, vient la chercher.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Dominique Picco, « Adultes et enfants en la maison royale de Saint-Cyr (fin xviie-xviiie siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-2 | 2011, 359-370.

Référence électronique

Dominique Picco, « Adultes et enfants en la maison royale de Saint-Cyr (fin xviie-xviiie siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 25 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/617 ; DOI : 10.4000/mefrim.617

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org