Navigation – Plan du site
Enfance et monde adulte (moyen âge-époque contemporaine)

La place des enfants

Jean-François Chauvard et Angela Groppi
p. 311-314

Texte intégral

  • 1 Il s’agit des « Giornate di studio internazionali » organisées par le Dipartimento di Storia modern (...)

1La question des relations complexes qui s’instaurent entre enfants et adultes et de leur caractère variable au cours du temps est à la base des essais publiés ici, qui trouvent leur origine dans le colloque consacré à « La place des enfants. Enfance et monde des adultes entre Moyen Âge et époque contemporaine » qui s’est tenu à Rome les 5 et 6 octobre 20091.

  • 2 Ph. Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, 1960.
  • 3 J.-L. Flandrin, Enfance et société, dans Annales ESC, 1964, 2, p. 322-329.
  • 4 D. Alexandre-Bidon, D. Lett, Introduction à Les enfants au Moyen Âge. ve-xve siècle, Paris 1997, p. (...)

2En écho avec le cinquantenaire de la publication du livre que Philippe Ariès a dédié à L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime2, cette rencontre a voulu porter la réflexion sur certains des thèmes qui animent aujourd’hui la vaste tradition historiographique inaugurée par ce texte fondateur. Un texte qui a contribué à insérer dans le domaine de l’enquête historique cette enfance dont, à l’époque, – comme Jean-Louis Flandrin eut l’occasion d’écrire dans son compte rendu sur les « Annales » en 1964 – « personne encore n’avait écrit l’histoire »3 ; un écrit pionnier dans les pages duquel, pour la première fois, « l’enfant devient véritablement un objet d’histoire »4.

  • 5 L’enfant à travers les siècles, entretien avec Philippe Ariès, dans L’histoire, 1980, 19, p. 85-87.
  • 6 D. Lett, Dix ans de travaux sur l’enfance. Histoire médiévale occidentale, dans Annales de démograp (...)

3Comme il arrive souvent aux novateurs, peu respectueux des traditions en vigueur et des parcours consolidés, les thèses d’Ariès ont été critiquées à plusieurs reprises et contestées, dès leur parution et au cours des années suivantes, au point de pousser l’auteur à nuancer ses affirmations dans la Préface à la réédition de 1973, puis encore dans l’interview qu’il donna à Michel Winock en 1980, où il précisa, entre autres, qu’il n’avait jamais affirmé « aussi brutalement » certaines des opinions qui lui avaient été contestées5. Il est vrai, comme cela a été soutenu dans un bilan des études sur le sujet, que l’histoire de l’enfance dans ces dernières décennies s’est construite en grande partie en opposition avec les thèse d’Ariès6 ; mais il est vrai également que c’est précisément à partir de ce texte que l’enfance a acquis le statut d’objet d’étude, se soustrayant comme les autres âges de la vie au destin d’une naturalité apparemment immuable. C’est grâce aux multiples filons nés de l’expérience désormais lointaine de Philippe Ariès si aujourd’hui le monde de l’enfance n’est plus un monde étranger au domaine de l’histoire, comme il l’avait été des années durant, quand il semblait que seuls les psychologues, les pédagogues et les médecins devaient s’occuper de l’enfance, quand les enfants du passé figuraient tout au plus comme facteur démographique à mettre en relation avec les pourcentages d’adultes et à prendre en considération seulement pour leur espérance de vie ou éventuellement pour leur présence dans le monde du travail et le monde de l’école.

  • 7 Cf. en particulier N.Z. Davis, La règle à l’envers, dans Ead., Les cultures du peuple. Rituels, sav (...)

4La dimension historique et la perspective de la longue durée ont contribué à mettre en évidence toute l’ambiguïté qui se cache derrière la notion d’âge, dans la mesure où l’identification des âges de la vie s’oppose avec la variété des significations que chaque époque leur attribue. La conception des âges n’est ni uniforme ni immobile dans le temps et dans l’espace ; l’enfance, comme les autres âges de la vie, est une construction sociale et culturelle : chaque société a sa propre idée de ce qu’est l’enfance et il existe pour chaque époque une variabilité sémantique pour les termes qui la désignent. De là dérive la fortune du célèbre adage populaire selon lequel « les enfants d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’autrefois » (exactement comme les vieillards ne le sont plus et ainsi de suite...). De là, également, l’urgence pour les chercheurs qui étudient le sujet de comprendre ce qui se cache derrière les termes qui tour à tour ont désigné ceux que nous appelons aujourd’hui les enfants, d’explorer le sens de la terminologie variée employée pour désigner au cours de l’histoire les « petits » : qui étaient les « infanti », les « pueri », les « putti », les « puellae », les « fanciulli », les « mammoli », et quel âge avaient-ils ? Combien de temps durait l’enfance ? Quand commençait l’adolescence ? Quand entrait-on dans le monde des adultes ? Quelles étaient les stratégies de différenciation qui construisaient l’identification des différentes classes d’âge en rapport également aux dynamiques des genres ?7

5Chaque société a sa propre idée de ce qu’est l’enfance, et, par ailleurs, chaque société voit ses enfants prendre consistance au croisement des réalités biologiques, des rôles sociaux, des élaborations symboliques et des différences de genre. On le sait, l’histoire de l’enfance est encore autre chose que l’histoire des enfants, même si les deux termes apparaissent souvent interchangeables par souci de synthèse. C’est justement pour cette raison que, malgré la masse surabondante de la production historiographique sur le sujet, l’idée de pointer le regard vers les enfants du passé, avec l’intention d’en saisir les traits essentiels, n’est pas dénuée de sens pour explorer leurs relations avec le monde des adultes, afin de donner substance et profondeur historique à ce qui est présenté comme une des principales préoccupations de notre époque contemporaine : les rapports difficiles entre les générations.

6On insiste beaucoup aujourd’hui sur l’immense fracture qui sépare les générations, et on souligne de toutes parts les difficultés que les parents (et en particulier les pères) ont à transmettre à leurs propres enfants des modèles de comportement, des hiérarchies de valeurs, des règles et des styles de vies sur lesquels ils ont fondé leur propre éducation et leur propre existence.

7Cette idée d’une nette fracture générationnelle renvoie en grande partie à une enfance « imaginaire » faite de relations harmonieuses entre parents et enfants, et d’enfants nécessairement et exclusivement inscrits dans des univers familiaux. De fait, de nombreuses études ont contribué au cours de ces dernières années à mettre en évidence à quel point il peut être trompeur d’étudier le monde de l’enfance en partant exclusivement du noyau familial et des rapports entre parents et enfants. Par rapport à ce qui est souvent représenté comme une projection restrictive et anachronique, il apparaît encore plus nécessaire de se demander qui étaient autrefois les agents chargés de transmettre les univers de valeur et de styles comportementaux aux nouvelles générations : si ceux-ci se restreignaient aux instituts d’éducation, d’assistance et de formation proposés par les différentes institutions religieuses et laïques, et surtout de quelle manière ces agents interagissaient avec les familles.

  • 8 V. Gourdon, Histoire des grands-parents, Paris, 2001 ; G. Alfani, Padri, padrini, patroni. La paren (...)

8Il s’agit naturellement aussi de réfléchir à la fonction des parents : quels ont été les rôles des pères et mères comme éducateurs ? Quand et comment l’adage inspiré par Érasme qui veut que les mères nourrissent et les pères éduquent a perdu sa signification ? Mais aussi quel a été le rôle des autres figures proches des enfants : les oncles et tantes, les grands-parents, les parrains et marraines, les nourrices, les domestiques, et même les frères et sœurs8. Ce sont toutes des questions aux-quelles l’historiographie de ces dernières années a donné de nombreuses réponses et sur lesquelles nous continuons à nous interroger.

  • 9 Cfr. Q. Antonelli, E. Becchi (dir.), Scritture bambine. Testi dans E. Becchi, D. Julia (dir.), Stor (...)

9Quoique l’on puisse considérer désormais dépassé l’adage longtemps répété selon lequel les enfants sont les grands muets de l’histoire, détenteurs d’un rôle uniquement passif, on ne peut pas nier que faire l’histoire de l’enfance soit beaucoup plus aisé que faire l’histoire des enfants. Les enfants du passé, comme cela a été souligné plusieurs fois, restent des objets historiographiques difficiles à saisir : dans la quasi totalité des sources dont nous disposons ils sont l’objet des paroles et du discours d’autrui, nous obligeant ainsi à les étudier à travers les traces qu’ils ont laissé d’eux-mêmes chez les adultes, à travers le verre déformant d’un regard qui les reflète. Il existe en effet de nombreux documents de nature prescriptive, normative, mais aussi littéraire, et de type biographique et autobiographique, qui consentent d’explorer les idées sur l’enfance diffusées dans certains groupes sociaux particuliers à un moment historique déterminé. Les témoignages qui permettent de placer, au centre de l’enquête, les enfants avec leurs expériences directes et personnelles, considérés non comme une catégorie sociale mais comme un ensemble diversifié d’individus, sont beaucoup moins nombreux9.

10Le défi qui est encore engagé et sur lequel les historiens concentrent leurs interrogations est précisément celui d’explorer l’écart existant entre le plan des préceptes et de la vie collective et celui des pratiques et de la vie individuelle, avec l’objectif de saisir les grands traits de la relation complexe qui s’instaure entre les enfants et les adultes. Une relation riche de variables institutionnelles, sociales, économiques, juridiques, émotionnelles qui impriment à l’âge (pas uniquement enfantin) un caractère provisoire, non seulement et non tant parce qu’il est transitoire mais plutôt en raison de ses limites incertaines et changeantes. Dans une telle perspective, explorer le monde des enfants est une des manières de se focaliser sur les relations d’échange ou d’opposition entre espace public et espace privé, pour accéder à des pratiques sociales traditionnellement exclues de la sphère publique ; une manière d’accéder à une relecture de l’histoire dans son ensemble.

  • 10 Cf. E. Becchi, D. Julia, Storia dell’infanzia, storia senza parole ? dans E. Becchi, D. Julia (dir. (...)

11L’opération n’est pas simple et demande de forcer le plus possible les barrières imposées par le cercle souvent vicieux qui lie les enfants aux adultes. De la presse spécialisée à la presse quotidienne nous voyons chaque jour combien prescriptions et exhortations sur comment traiter « l’objet » enfant affluent de toutes parts, suggérant des lignes de conduite conformes aux dernières découvertes de la science (qu’elle soit médicale, pédagogique, psychologique...). Fruit d’un désir tout puissant de contrôle total, celles-ci donnent l’illusion d’un monitorage permanent de l’univers enfantin et sont destinées le plus souvent à une rapide obsolescence. Elles révèlent ainsi leur nature de constructions artificielles, mues par une utopie du bien-être et du bonheur qui finit par enfouir les enfants en chair et en os sous le masque d’une enfance imaginaire et protocolaire, d’un irréel « enfant idéal »10.

12Une telle angoisse prescriptive répond à la demande angoissée d’un monde adulte qui sait peu de chose et veut peut-être peu savoir des enfants, puisqu’il ne souhaite rien d’autre que d’être informé des « mystères de l’enfance » à travers classifications, explications, conseils, solutions à l’usage de tous et identiques pour tous. Ainsi, dans la recherche spasmodique de systèmes comportementaux et de gestes conformes, on finit souvent par s’approprier cet « autre » par excellence qu’est l’enfant, le manipulant et le broyant à travers le prisme des particularismes individuels et de nos propres fantasmes.

  • 11 J.-L. Flandrin, Enfance et société, dans Annales ESC, 1964, 2, p. 322-329.
  • 12 J.-B. Pontalis, La chambre des enfants, dans Nouvelle revue de psychanalyse, 19, 1979, 19, p. 5-6.

13Jean-Louis Flandrin, dans le compte-rendu du livre d’Ariès déjà évoqué, soutenait que les enfants obsèdent la pensée contemporaine en raison de l’intérêt presque exclusif que la psychanalyse freudienne accorde à l’enfance « dans son explication des troubles psychiques de l’adulte »11. Une obsession que le psychanalyste J.-B. Pontalis, quelques années plus tard, en ouverture d’un numéro de la « Nouvelle revue de psychanalyse » consacré à L’enfant où figure également une interview à Ariès, avait analysé avec plus de rigueur en ces termes : « S’il est vrai en effet, comme le veut la version “populaire” de la psychanalyse, que “tout se joue dans les premières années”, la société adulte ne fera jamais assez preuve de sollicitude savante envers l’enfant. Puisque c’est l’enfant qui fait – et défait – l’adulte, il ne peut être que notre capital le plus précieux. Pas question de le laisser “dormir”«12. Le fait de ne pas avoir laissé dormir les enfants est une question de longue date, et la vulgarisation de la pensée freudienne (qui dans la réalité nous invite à prêter attention à l’enfant qui est en nous) en est une preuve.

14Les enfants sont des adultes en devenir, des hommes en taille réduite, le futur de l’humanité ; des anneaux fondamentaux dans la chaîne de transmission des valeurs comme du patrimoine et du nom. Ce qui explique, durant des siècles, la place privilégiée des garçons et la discrimination légale des bâtards, ou encore le statut précaire des orphelins ; la nécessité de les contrôler, de leur donner une formation rigoureuse, de les conformer aux attentes familiales, sociales et religieuses, en en façonnant le caractère et les rôles et en imposant règles et valeurs. Les petits doivent être maintenus dans l’ordre et l’obéissance et il faut, pour pouvoir le faire, produire un savoir à leur sujet, mettre en acte des pratiques de contrôle oscillant continuellement entre l’affectueux et le coercitif : que l’on pense à l’obsession pédagogique du vaste projet disciplinaire de la Contre Réforme, aux différences de genre et de rang dans les styles éducatifs, à l’endoctrinement des futurs citoyens pratiqué pendant la Révolution française ou dans de nombreux régimes totalitaires, mais aussi aux rituels de consommation de notre époque.

  • 13 C. Lévi-Strauss, Le Père Noël supplicié, dans Les temps modernes, 1952, 77, p. 1572-1590 (rééd., Le (...)
  • 14 N. Z. Davis, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au 16e siècle, Paris, 1979 ; D (...)

15D’autre part, les enfants sont aussi ce qu’il peut y avoir de plus différent d’un adulte ; ils sont le non adulte par excellence, l’opposé des adultes, l’autre par antonomase, au point de pouvoir être identifiés avec les morts comme nous dit Lévi-Strauss dans son bel essai sur le Père Noël supplicié13. Et c’est justement pour les soustraire à leur statut différentiel qu’ont été élaborés toute une série de rites de passage à travers lesquels les jeunes générations pourront être incorporées dans le monde des adultes : des rites qui aident les adultes à maintenir les petits dans l’ordre et l’obéissance et à exorciser l’inquiétude que ces derniers inspirent, aussi parce que leur innocence, comme on le sait, n’est pas nécessairement faite de pureté angélique, mais peut être structurellement liée au massacre et à la violence14.

16La question est complexe. Le regard pluriel, particulièrement attentif aux écarts entre norme et pratique et aux différences de genre, présent dans les pages qui suivent, veut être une contribution pour l’aborder.

Haut de page

Notes

1 Il s’agit des « Giornate di studio internazionali » organisées par le Dipartimento di Storia moderna e contemporanea della Sapienza-Università di Roma, l’École française de Rome et le CNRS.

2 Ph. Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, Paris, 1960.

3 J.-L. Flandrin, Enfance et société, dans Annales ESC, 1964, 2, p. 322-329.

4 D. Alexandre-Bidon, D. Lett, Introduction à Les enfants au Moyen Âge. ve-xve siècle, Paris 1997, p. 9.

5 L’enfant à travers les siècles, entretien avec Philippe Ariès, dans L’histoire, 1980, 19, p. 85-87.

6 D. Lett, Dix ans de travaux sur l’enfance. Histoire médiévale occidentale, dans Annales de démographie historique, 2001, 2, p. 17.

7 Cf. en particulier N.Z. Davis, La règle à l’envers, dans Ead., Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au 16e siècle, Paris, 1979, p. 159-209 ; O. Niccoli, Il seme della violenza. Putti, fanciulli e mammoli nell’Italia tra Cinque e Seicento, Rome-Bari, 1995 ; S. Ulivieri (dir.), Le bambine nella storia dell’educazione, Rome-Bari, 1999 ; I. Taddei, Fanciulli e giovani. Crescere a Firenze nel Rinascimento, Florence, 2001.

8 V. Gourdon, Histoire des grands-parents, Paris, 2001 ; G. Alfani, Padri, padrini, patroni. La parentela spirituale nella storia, Venise, 2007 ; M. Trévisi, Au cœur de la parenté. Oncles et tantes dans la France des Lumières, Paris, 2008.

9 Cfr. Q. Antonelli, E. Becchi (dir.), Scritture bambine. Testi dans E. Becchi, D. Julia (dir.), Storia dell’infanzia... cit., p. VIinfantili tra passato e presente, Rome-Bari, 1996.

10 Cf. E. Becchi, D. Julia, Storia dell’infanzia, storia senza parole ? dans E. Becchi, D. Julia (dir.), Storia dell’infanzia... cit., p. VIII.

11 J.-L. Flandrin, Enfance et société, dans Annales ESC, 1964, 2, p. 322-329.

12 J.-B. Pontalis, La chambre des enfants, dans Nouvelle revue de psychanalyse, 19, 1979, 19, p. 5-6.

13 C. Lévi-Strauss, Le Père Noël supplicié, dans Les temps modernes, 1952, 77, p. 1572-1590 (rééd., Le Père Noël supplicié, Pin-Balma, 1996).

14 N. Z. Davis, Les cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au 16e siècle, Paris, 1979 ; D. Crouzet, Les guerriers de Dieu. La violence au temps des troubles de religion vers 1525-vers 1610, Seyssel, 1990 ; O. Niccoli, Il seme della violenza. Putti, fanciulli e mammoli nell’Italia tra Cinque e Seicento, Roma-Bari, 1995 ; D. Julia, L’infanzia agli inizi dell’epoca moderna... cit., p. 231-311, G. Ricci, I giovani, i morti. Sfide al Rinascimento, Bologne, 2007 ; A. Defrance, D. Lopez, F.-J. Ruggiu (dir.), Regards sur l’enfance au xviie siècle, Tübingen, 2007.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Chauvard et Angela Groppi, « La place des enfants », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-2 | 2011, 311-314.

Référence électronique

Jean-François Chauvard et Angela Groppi, « La place des enfants », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-2 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/612

Haut de page

Auteurs

Jean-François Chauvard

École française de Rome, dirmod@efrome.it

Articles du même auteur

Angela Groppi

« Sapienza » Università di Roma, Angela.groppi@uniroma1.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org