Navigation – Plan du site
Mélanges

« L’année des quatre empereurs ». L’École française de Rome en 1922-1923

« L’année des quatre empereurs ». The École française de Rome in 1922-1923
Louis-Napoleon Panel
p. 285-298

Résumés

Dans l’histoire de l’École française, l’année universitaire 1922-1923 tient une place singulière. Pour avoir connu quatre directeurs en l’espace de vingt mois, un témoin la qualifie d’« année des quatre empereurs ». Confrontée par la mort de Louis Duchesne à une crise de succession, l’École vit en effet sous une direction transitoire, tandis que Rome est le cadre de profonds changements. Un nouveau pontificat s’y ouvre, un nouveau régime s’y installe. Dans ce contexte, les Farnésiens et leurs directeurs successifs s’efforcent de relancer l’activité d’une institution en partie paralysée par la disparition du prélat qui la dirigea durant vingt-sept ans. Cet intérim romain, considéré comme un pensum par André Pératé, qui l’exerce le premier, est retenu par Carcopino, qui prend sa suite, comme la plus belle de ses années. Au palais Farnèse, le futur ministre s’initie à l’administration et à la diplomatie en même temps qu’il s’insère dans les sphères de pouvoir romaines et vaticanes. Moment charnière pour une institution modernisée et rénovée en quelques mois, l’année scolaire 1922-1923 apparaît ainsi comme une étape décisive dans la carrière de Carcopino.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. Durry, Souvenirs du Farnèse (1923), dans Hommage à la mémoire de Jérôme Carcopino, Paris, 1977, (...)
  • 2 Rome, Archives de l’École française de Rome, dossier Carcopino (EFR). Discours de Pierre Boyancé lo (...)
  • 3 Georges Vallet, Jérôme Carcopino, directeur de l’EFR, dans Hommage à la mémoire... cit., p. 331.
  • 4 À l’école de toute l’Italie. Pour une histoire de l’École française de Rome, Rome, 2010 (Collection (...)
  • 5 Quelques semaines avant sa mort, Carcopino avait exprimé sa volonté que les quelque dix mille lettr (...)
  • 6 Notamment les trois volumes de mémoires de Jérôme Carcopino : Souvenirs de sept ans, Paris, 1953 ; (...)

1Dans l’histoire de l’École française, l’année universitaire 1922-1923 tient une place singulière. Celle-ci, dit un témoin, « pourrait être appelée l’année des quatre empereurs : Monseigneur Louis Duchesne, André Pératé, Jérôme Carcopino, Émile Mâle »1. Cernés par deux très longues directions, ces vingt mois d’interrègne n’ont guère retenu l’attention. À l’heure d’évoquer cet intermède, l’École elle-même n’a pu que constater le trou de mémoire qui l’avait emporté. « Les archives de cette école, où sont venus tant de chartistes parmi les plus fameux, sont pauvres, même désespérément pauvres » observe Pierre Boyancé2. « Il n’y a rien qui concerne la direction intérimaire de Jérôme Carcopino » regrette également Georges Vallet3. Quarante ans plus tard, un recensement des sources4, coïncidant avec l’ouverture de la correspondance de Carcopino5, permet cependant de considérer, en regard des témoignages6, ce moment particulier de l’évolution de l’École française. D’avril 1922 à septembre 1923, l’EFR vit sous une direction transitoire, tandis que Rome est le cadre de profonds changements. Un nouveau pontificat s’y ouvre, un nouveau régime s’y installe. Dans ce contexte, les Farnésiens et leurs directeurs successifs s’efforcent de relancer l’activité d’une école en partie paralysée par la mort brutale du prélat qui la dirigea durant vingt-sept ans. Considéré comme un pensum par Pératé, cet intérim devient, pour Carcopino, une étape essentielle de sa carrière.

Une crise de succession

  • 7 Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Ms N.A.F. 17 491. Lettres de Louis Duchesne à Léonti (...)
  • 8 Pierre de Nolhac, Souvenirs d’un vieux romain, Paris, 1930, p. 1-2.
  • 9 Paris, BnF, Ms N.A.F. 17 491. Lettre de Louis Duchesne à Madame Haguenin, 30 mars 1922.

2La succession de Duchesne, mort subitement le 21 avril 1922, était en fait ouverte depuis près d’un an. N’ayant demandé sa reconduction, en 1919, qu’à titre transitoire, puis « indiqué au ministère [...] comme date fatale, le 30 juin 1922 », il avait envisagé de passer sa charge au philologue Louis Canet, âgé de 38 ans7. Cependant, le désir exprimé par Pierre de Nolhac de finir sa carrière à Rome avait infléchi ses projets8. En choisissant Nolhac, Duchesne optait pour une « combinaison » consistant à échanger son poste de conservateur du musée Jacquemart-André contre la direction de l’École, une telle manœuvre présentant pour l’ecclésiastique l’intérêt de lui garantir, pour la fin de ses jours, un revenu et un logement à Paris9.

  • 10 Rome, EFR. Lettre de Jérôme Carcopino « à un cousin corse », 5 mai 1922.
  • 11 Paris, Archives nationales (AN) F/17/17767. Lettre de Jules Cambon, chargé d’affaire de l’ambassade (...)
  • 12 Nantes, Archives du ministères des Affaires étrangères (MAE) Italie/189. Note du ministère des Affa (...)
  • 13 P. de Nolhac, op. cit., p. 20.
  • 14 M. Durry, art. cit., p. 67.
  • 15 Rome, EFR. Lettre de Jérôme Carcopino « à un cousin corse », 5 mai 1922.

3Cependant, d’autres candidats espéraient diriger l’École française à la rentrée 1922, dont Charles Diehl, que Duchesne avait courtoisement écarté en lui promettant la direction d’un institut d’études byzantines projeté à Constantinople. S’agissait-il, comme le pense Carcopino, d’une manœuvre de Barrère pour éviter la nomination, à un poste impliquant des relations soutenues avec le Saint-Siège, d’un directeur protestant10 ? Pour l’ambassade, le successeur de Duchesne « ne doit inspirer aucune défiance à l’administration de la bibliothèque vaticane et des archives vaticanes »11. Ces lieux seraient même les seuls, selon le quai d’Orsay, « où les membres de l’École française soient assurés de pouvoir travailler en pleine liberté », compte tenu des restrictions fréquemment opposées aux étrangers par l’administration italienne12. Le Vatican a cependant toléré durant des années le luthérien Mommsen, qui refusait pourtant de saluer Léon XIII13. Aussi se peut-il que l’ambassadeur, soucieux de garder la maîtrise du Palais et de sa vie mondaine, ait prétexté la question confessionnelle pour écarter la candidature d’un professeur jugé trop « fastueux pour un universitaire »14. Entre temps, Duchesne avait fait lui-même des « ouvertures » à deux de ses anciens pensionnaires, Jacques Zeiller et Carcopino. Si le second prétend les avoir déclinées, le premier crut en revanche en l’opportunité, au point d’être « très ulcéré » en apprenant que, sur une nouvelle intervention de Barrère, on « ne songeait plus à un père de famille, les enfants étant impossibles dans les locaux du Palais Farnèse »15.

  • 16 Rome, EFR. Lettre de Jean Colin à André Pératé, 17 mai 1922.
  • 17 Maurice Prou, Rapports sur les travaux de l’EFR durant l’année 1921-1922, dans CRAI, 1923, p. 292.
  • 18 Rome, EFR. Lettre d’Alfred Coville, directeur de l’Enseignement supérieur, à André Pératé, directeu (...)

4La mort inattendue du directeur, alors que le ministre ne s’est encore arrêté sur aucun nom, ouvre donc une crise de succession. Dans l’immédiat, Léon Bérard ne peut que nommer à Rome un intérimaire. Profitant de ce qu’André Pératé, est venu visiter à Rome son fils adoptif, le Farnésien Pierre Fabre, Alfred Coville, alors directeur de l’Enseignement supérieur, le nomme directeur par intérim, afin d’expédier les affaires courantes jusqu’aux vacances d’été. Jean Colin, « membre bibliothécaire » délégué par ses camarades, lui remet mi-mai la caisse et les comptes de l’École16. Venu à Rome essentiellement pour y conduire des travaux personnels17, et pressé de retrouver son poste de conservateur du musée de Versailles, Pératé obtient cependant de rentrer à Paris au bout de quarante jours, avec pour seule consigne de « confier la direction du service à un membre de l’école qui paraîtra qualifié pour ces fonctions »18. Directeur par aventure, guère motivé par ses fonctions transitoires, Pératé fut aussi durant son intérim un objet d’amusement pour les membres. Aux souvenirs de l’un d’entre eux,

  • 19 M. Durry, art. cit., p. 67.

ce fut charmant. M. Pératé nous faisait vivre dans la Rome de 1885 (dont la nôtre différait beaucoup), où l’heure des réceptions était fixée d’après celle, variable, de l’Ave Maria. Il invitait dans des cafés dont lui et nous étions les seuls clients ou dans des restaurants que la pioche des terrassiers avait rasé depuis quelque vingt ans19.

  • 20 Paris, AN F/17/17767. Lettre de Camille Barrère, 6 juillet 1922.

5L’expérience a du moins comblé d’aise l’ambassadeur, lequel a « cordialement accueilli » Pératé, qui a « écrit un beau livre sur Sienne », et vient en outre « de produire une traduction admirable de la Divine comédie ». Barrère serait donc très favorable à ce que l’intérimaire soit titularisé pour la rentrée, ce que l’intéressé refuse20. Dès lors, deux noms circulent dans les cercles français de Rome à la veille des vacances.

  • 21 Paris, AN F/17/17767. Lettre d’André Pératé, directeur de l’École française de Rome par intérim à A (...)

Tout le monde, écrit Pératé, m’interroge sur la future direction de l’École et il m’est bon d’être Versaillais pour garder de conveat un silence prudent. Je dois dire que M. de Nolhac me semble très demandé ; quant à Monsieur Carcopino, que l’on tient en haute estime, la seule mention de ses sept enfants suffit à terrifier l’ambassade21.

6Les autorités parisiennes doivent toutefois se prononcer en trois étapes. Les candidats sont d’abord classés par l’Académie des inscriptions et belles-lettres. Le choix de la compagnie, qui en droit n’est qu’indicatif, doit ensuite être validé par le comité consultatif de l’Enseignement supérieur, avant qu’un décret du ministre ne prononce la nomination, en principe pour six ans, d’un nouveau directeur. Une telle procédure, ne pouvant se dérouler ni dans l’urgence, ni durant les vacances universitaires, est renvoyée à la rentrée d’octobre.

  • 22 Nantes, MAE Rome-Quirinal/1278. Note anonyme du 6 juin 1922.
  • 23 Paris, IF. Registre des procès-verbaux de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, séance du (...)
  • 24 Paris, AN F/17/17767. Comité consultatif de l’Enseignement supérieur du 10 octobre 1922.

7Membre de l’Académie des inscriptions depuis 1910 et chargé de suivre les travaux des Écoles, Diehl tente de passer outre le veto de Barrère. En effet, Nolhac, élu le 15 juin à l’Académie française, n’a pas les suffrages du parlement des savants, et notamment de son secrétaire perpétuel, René Cagnat, qui souhaite soutenir la carrière de son gendre, Alfred Merlin22. Ainsi, au départ de Pératé, la compagnie désigne-t-elle Diehl, classant Merlin en seconde ligne23. Nolhac, le candidat du ministère, est alors contraint de se retirer. De son côté, le comité consultatif a évoqué les noms de deux professeurs en Sorbonne, Charles Jordan et Jérôme Carcopino. Le second étant jugé trop jeune, et le premier ne faisant pas l’unanimité, la direction de l’Enseignement supérieur se rallie finalement aux choix de l’Académie en désignant Charles Diehl, suppléé par Jordan24.

  • 25 Rome, EFR. Lettre du ministre de l’Instruction publique au ministre des Affaires étrangères, 15 déc (...)
  • 26 Auguste Jardé, dans Annuaire de l’association d’entraide de l’École normale supérieure, 1928, p. 51 (...)
  • 27 Paris, IF 7135. Au La Pérouse, à l’invitation de Bellessort, « avec Émile Mâle, Louis Bertrand et q (...)

8À la rentrée, le refus persistant de Barrère d’accueillir Diehl au palais Farnèse empêche néanmoins le ministère de pourvoir l’École d’un directeur. Soucieux de procéder à une désignation régulière et consensuelle, Léon Bérard décide alors de faire durer l’intermède, en renvoyant la nomination officielle à la rentrée 1923. Sur ces entre-faites, Pératé, reçu par le président de la République, et ayant formellement refusé de repartir pour Rome, suggère de nommer comme intérimaire l’un de ses jeunes collègues. Ainsi Bérard annonce-t-il à « l’ambassadeur de France à Rome que les circonstances [n’ayant] pas permis de procéder au remplacement définitif de Monseigneur Duchesne à l’École française, [il a] en conséquence décidé, par arrêté du 15 décembre, d’y déléguer pour un an M. Carcopino »25. Ce dernier rejoint Rome dans les derniers jours de 1922, après avoir confié ses élèves à Merlin et Jardé, nommés chargés de cours pour la suite de l’année universitaire26, et fêté ce qui marque une étape décisive de sa carrière27.

L’apprentissage de l’administration

  • 28 Rome, EFR. Projet de rapport au ministre de l’Éducation nationale, 20 février 1938.
  • 29 O. Motte, Les origines des Mélanges d’archéologie et d’histoire, dans Mélanges de l’École française (...)
  • 30 « Est-ce que la cherté de Cuggiani t’oblige à suspendre les mélanges ? », demande Albertini à Carco (...)
  • 31 Paris, EFR. Rapport de Carcopino au ministre de l’Éducation nationale du 20 juillet 1937.

9À l’aube de 1923, l’administration de l’École est encore assurée, en quasi-totalité, par son directeur, qui n’a ni secrétaire, ni comptable. Son personnel administratif se compose en effet d’un appariteur, Cesare Simonetti, d’un garçon de bureau, Francesco Ferreri et du « cavaliere Tarquini », entré au service de l’École en 1909. Quoique « ce subalterne italien s’intitule attaché à la bibliothèque, il est trop clair, dit Carcopino, que faute de l’intelligence et de l’instruction nécessaire, il ne saurait jouer un autre rôle que celui de “garçon” »28. Par défaut d’adjoint scientifique, le directeur intérimaire apprend donc, sur le tas, à gérer ses finances, suivre l’entretien des locaux et diriger les publications. Si, par leur qualité, les Mélanges d’archéologie et d’histoire, dont l’École française s’est dotée en 188129n’ont jamais prêté le flanc à la critique, leur périodicité, en revanche, malmenée par la guerre, puis par le cours élevé de la lire, est alors un sujet de préoccupation30. La revue, « avant la guerre, paraissait en quatre fascicules trimestriels, ce qui est trop » estime le directeur31. Cependant, à partir de 1915, l’École tournant au ralenti, la tomaison en est devenue annuelle, puis bisannuelle. En 1920, les Mélanges sont parus en deux volumes semestriels, dédiés « à Mgr Duchesne pour le 25eanniversaire de sa direction », mais la mort de celui-ci a aussitôt compromis le retour à la normale.

  • 32 Mélanges d’archéologie et d’histoire (MAH), XIC, 1922, p. 1-2.

Nos Mélanges, confessait André Pératé, comme la plupart des revues savantes, ont été gravement retardés par la guerre ; ils nous a paru bon, pour leur rendre leur activité normale, de réunir en un seul volume les années 1921 et 1922 ; et nous exprimons le vœu que l’année 1923 soit entièrement consacrée à la glorieuse mémoire de Monseigneur Duchesne32.

  • 33 Une mission archéologique à Aïn-Tounga, dans MAH, XXVII, 1907, p. 23-64.
  • 34 Paris, EFR. Le rapport de Carcopino du 20 juillet 1937 précise qu’« il conviendrait d’étendre [les (...)
  • 35 C. Diehl, Rapports sur les travaux de l’École française de Rome durant l’année 1922-1923, dans CRAI(...)

10Quel que soit son respect pour la mémoire du prélat, Carcopino l’entend cependant autrement. Pour avoir fait lui-même ses premières armes dans la revue de l’École française, et s’y être forgé un nom avec son article sur l’inscription d’Aïn-Tounga33, l’intérimaire souhaite que les Mélanges continuent d’être, pour les membres en cours de mandat, un terrain d’essai et un tremplin de carrière. Aussi décide-t-il que la tomaison « XL », datée de 1923, paraîtra semestriellement, optant ainsi pour une « périodicité égale à celle des Mitteilungen de l’institut allemand »34. Reste que sa décision de renoncer au volume annoncé en l’honneur de Duchesne, et donc de repousser la collaboration des « plus notables parmi les anciens membres » est évidemment susceptible de froisser ceux qu’agaçaient déjà la nomination d’un si jeune directeur. Or elle est saluée par l’Académie. « Les Mélanges d’archéologie et d’histoire, écrit son rapporteur, dont M. Carcopino s’est efforcé d’assurer la périodicité régulière, apportent la preuve de la commune ardeur au travail que constate au palais Farnèse le rapport du directeur. Tous les membres de l’École y ont collaboré ». L’attention prêtée aux jeunes membres par leur directeur est donc encouragée par leurs anciens, satisfaits que « les Mélanges, qui sont actuellement dans leur 40eannée, offrent aux membres de l’École l’occasion d’annoncer et de faire connaître les premiers résultats de leur activité scientifique »35.

  • 36 Un inventaire sommaire avait été réalisé par Dom Quentin avant l’arrivée de Pératé, 29 avril 1922 ( (...)
  • 37 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 277.
  • 38 Ce fonds a été conservé telle qu’en 1922. Les 1 370 volumes de Duchesne constituent la série DU de (...)
  • 39 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 233.

11En 1923, la bibliothèque s’enrichit du reste à peu de frais. En prenant possession de l’appartement directorial, Carcopino y a découvert l’importance des ouvrages et des papiers laissés par Duchesne36. Le prélat ayant fait don de ses livres à l’École, l’intérimaire doit lui-même, faute de bibliothécaire, « procéder à l’inventaire détaillée de sa bibliothèque personnelle »37. Sont ainsi extraits de son cabinet de travail plus d’un millier d’ouvrages et plusieurs milliers de tirés à part, qui attestent la diversité de ses centres d’intérêt, et, à travers de fréquentes dédicaces, l’ampleur de ses relations et de ses amitiés38. Les manuscrits de l’académicien, en revanche, sont à partager, selon leur caractère, entre sa famille, l’École et la destruction. Le tri est confié à son exécuteur testamentaire, le bénédictin Henri Quentin, auquel Carcopino ne peut refuser « de pénétrer, sans autre avis, aussi souvent qu’il le faudrait, dans le salon de l’école française », où « Duchesne avait rangé toutes les lettres relatives à sa condamnation et dont il avait remis la clef à Dom Quentin »39.

  • 40 Suivant le testament de Duchesne, daté du 26 septembre 1914, ses papiers professionnels demeurent à (...)
  • 41 Paris, BnF, Ms N.A.F. 17260. Lettre de Jérôme Carcopino à Louis Duchesne, 31 janvier 1912.
  • 42 Ces « notes amoncelées par Duchesne jusqu’à sa mort pendant trente ans » ont été intégrées par l’ab (...)
  • 43 Parues initialement en 1885 dans les MAH, avec une préface de De Rossi, Les sources du martyrologe (...)
  • 44 Maurice Pernot, Monseigneur Louis Duchesne, dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome(...)

12Outre l’énorme correspondance du défunt directeur, Carcopino s’intéresse de près aux travaux inédits susceptibles d’être « serrés dans son tiroir »40. En plus d’expurger la correspondance de Duchesne, Quentin est en effet chargé de préparer l’édition posthume de son quatrième volume sur le christianisme antique, achevé en 1912, mais exclu de la publication par les rigueurs de l’Index. « Les condamnations passent et l’œuvre reste » avait prédit Carcopino à son maître, en apprenant cette interdiction41. On imagine donc la satisfaction avec laquelle l’intérimaire suit la publication des inédits de Duchesne. « On trouva dans ses papiers, outre le manuscrit de son quatrième volume, publié en 1925 sous le titre : L’Église au vie siècle, et des notes relatives à divers sujets, les éléments complets d’une nouvelle édition de ses deux premiers ouvrages : le Liber pontificalis42et le Martyrologe Hiéronymien43 »44.

  • 45 J. Carcopino, Bibliothèque A. Engel, in MHA, XL, 1923, p. 163. « Cette bibliothèque comprend plus d (...)
  • 46 Rome, EFR. Rapport au ministre de l’Éducation nationale, 20 juillet 1937.
  • 47 J. Blanc, Frédéric Engel-Dollfus, un industriel saint-simonien, Paris, 2003, 189 p.
  • 48 O. Motte, art. cit., p. 393-483.
  • 49 L’École française de Rome (1875-1975), Paris, 1975, p. 31.
  • 50 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 111.
  • 51 F. Charles-Roux, Souvenirs diplomatiques : une grande ambassade à Rome (1919-1925), Paris, 1961, p. (...)

13Aux 4500 titres à incorporer au catalogue de la bibliothèque, s’ajoute le contenu de quarante-huit caisses, livrées au palais Farnèse au moment même où Carcopino y emménageait45. « À peine débarqué à Rome comme directeur intérimaire, j’avais à y recevoir, le 30 décembre 1922, les 3000 volumes de numismatique de la donation Engel »46. Ancien membre des écoles de Rome et d’Athènes, Arthur Engel s’y était spécialisé dans l’étude des monnaies antiques et médiévales. Après avoir hérité de son père, l’industriel et philanthrope Frédéric Engel-Dollfus47, lequel s’était déjà distingué comme mécène de l’École française48, Engel décide de l’imiter en offrant « les ouvrages de numismatique qu’il avait rassemblé durant toute sa vie, contribuant ainsi à former une des sections les plus riches de la bibliothèque » du palais Farnèse49. Les legs concomitants de Duchesne et d’Engel, nécessitant une telle quantité de rayonnages, motivent finalement la demande du directeur d’augmenter la surface de l’École, en annexant une pièce qu’elle « avait toujours revendiquée comme le prolongement de ses propres locaux »50, et qu’elle prend le parti d’annexer tandis que l’ambassadeur est parti gérer les occupations – plus sérieuses – de Fiume et Corfou51.

  • 52 Rome, EFR. Rapport au ministre de l’Éducation nationale, 20 juillet 1937.

Ne sachant plus où caser [les livres, dit Carcopino], j’implorai la générosité de M. Charles-Roux, qui gérait alors l’ambassade comme chargé d’affaires. Compatissant à ma gêne, il prit sur lui, en l’absence de M. Barrère, d’attribuer à l’École le Salone, une salle immense dont les services de l’ambassade ne faisaient rien, mais qu’ils avaient émis la prétention de garder sous prétexte qu’elle avait vue sur la salle d’Hercule. À son retour de Lausanne, M. Barrère confirma ce beau cadeau52.

  • 53 Paris, IF 7154. Lettre de Louis Leschi, 21 janvier 1924 : « Le salone que vous aviez conquis sur le (...)
  • 54 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 112.

14L’ouverture donnant sur le premier étage est occultée, les murs sont garnis de rayonnages, et bientôt un membre peut annoncer à son maître que « le Salone, que vous aviez conquis sur le consulat, est habitable, grâce au poêle »53. Fier de cette première extension des frontières de son établissement, Carcopino en fera, quinze ans plus tard, la pièce de réception et de prestige54.

  • 55 Nantes, MAE SOFE/312. « Il y a quinze ans, j’avais déjà présidé la distribution des prix » précise (...)
  • 56 Rome, EFR. Projet de lettre à l’ambassadeur de la République française près le Saint-Siège, 19 juin (...)
  • 57 Nantes, MAE SOFE/311. « J’ai demandé qu’on voulut bien se reporter aux procès-verbaux du conseil d’ (...)

15L’activité de l’intérimaire s’étend par ailleurs au lycée Chateaubriand, placé sous la double tutelle de l’ambassadeur et du directeur de l’École française. Carcopino en préside la remise des prix, « représentant, dans une fête universitaire, la place qui est due [...] à la Sorbonne », mais posant également en recteur officieux des établissements français d’Italie55. Membre de son conseil d’administration, l’intérimaire est également amené, du fait de « la situation financière peu brillante du lycée français », à rompre le bail passé avec l’ambassade près le Saint-Siège « afin de chercher pour l’internat un immeuble d’un prix inférieur à celui qu’avaient consenti les établissements français »56. Pour remédier à la crise, Carcopino propose, au risque de s’aliéner les sympathies d’un certain nombre de ses compatriotes, d’élargir le recrutement du lycée, alors réservé aux ressortissants français. « Ma proposition d’admettre les Italiens » rappelle-t-il quinze ans plus tard, s’est heurtée en 1923 « à l’opposition de Barrère pour qui cette admission entraînerait l’ingérence des inspecteurs italiens ». La situation restera donc inchangée jusqu’en 194057.

« Bonne année, bon travail »

  • 58 M. Durry, art. cit., p. 68.
  • 59 J. Roserot de Melin, Pierre Fabre (1894-1955), dans MAH, 79, 1957, p. 350.

16Dès l’annonce de sa nomination, Carcopino avait reçu de « la membrure un télégramme respectueux de félicitations ; la réponse ne tarda pas, marquée d’imperatoria brevitas : “bonne année, bon travail” »58. De fait, l’intérimaire se préoccupe avant tout de l’activité de ses membres. L’École compte alors trois chartistes et trois normaliens. Les premiers sont Fernand Benoît et Robert Brun en première année, Jean Porcher en deuxième année, tous trois employés à déchiffrer, dans les archives du Saint-Siège, l’histoire pontificale du Moyen âge et de la Renaissance. De voir Carcopino, un archicube antiquisant, prendre leur tête, « les chartistes tremblaient, mais ceux qui avaient suivis ses cours à la Sorbonne et à l’École normale était tout réjouis ». De fait, le nouveau directeur les connaît tous les trois. Vétéran de la membrure 1920 admis au privilège de la troisième année, Pierre Fabre n’a pas été son élève, pourtant, Carcopino le situe comme le fils de Paul Fabre, Farnésien qui fut maître de conférence à l’École normale, et mieux encore comme le petit-fils de Fustel de Coulanges59. Quant aux deux autres, ils ont été ses disciples, tant en Sorbonne que rue d’Ulm, et lui doivent en partie leur accès au Farnèse. Membre de deuxième année, Marcel Durry s’est d’ailleurs engagé, sous sa direction, dans une thèse sur les prétoriens.

  • 60 M. Prou, art. cit., p. 391.
  • 61 L’EFR reçut plus de 50 % de normaliens avant 1895, pour 30 % de chartistes. R. Muller, Les chemins (...)
  • 62 O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège, Rome, 2003, p. 57 : « À l (...)

17Évidemment motivés pour poursuivre, dans les heureuses conditions que leur offre l’École française, leurs travaux personnels, les membres semblent moins enthousiastes pour participer aux entreprises collectives initiées par celle-ci. En 1923, cette exigence est pourtant formellement rappelée par l’Académie, estimant que l’École n’a pas pour seul but de voir aboutir « des travaux personnels. Il leur appartient aussi de former ces grands ouvrages qui surpassent les forces d’un individu. C’est ainsi qu’au lendemain de sa création, l’École de Rome a entrepris la publication des registres pontificaux »60. Conçue comme une œuvre fédératrice, l’édition des Regesta pèse pourtant sur les seuls chartistes, habitués à ce type de source. Or, ces derniers ont longtemps été en minorité au palais Farnèse61. En outre, la guerre a interrompu le fil d’une édition que l’on peine à renouer, et dont l’Académie finit par s’inquiéter62. En juin 1923, Maurice Prou note sobrement que sa « commission se préoccupe de hâter l’achèvement de cette collection dont tous les historiens du moyen âge apprécient l’utilité », mais en réalité, le secrétaire perpétuel a déjà sommé le directeur intérimaire de reprendre la question des Regesta et de lui présenter, à brève échéance, un nouveau plan de travail.

  • 63 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 44
  • 64 C. Diehl, art. cit., p. 136.
  • 65 Rome, Accademia Belgica, correspondances reçues par Franz Cumont (AB) 7261. Lettre de Carcopino, 29 (...)
  • 66 C. Diehl, art. cit., p. 138.
  • 67 Rome, AB 7201. Lettre de Jérôme Carcopino, 12 avril 1923 : « Pour mes œufs de pâques, j’ai en effet (...)
  • 68 C. Diehl, art. cit., p. 136.
  • 69 P. Fournier, Rapport sur les travaux de l’EFR durant l’année 1926-1927, dans CRAI, 1928, p. 161 : « (...)
  • 70 Rome, EFR. Rapport au ministre de l’Éducation nationale, 20 juillet 1937.

18Pour Carcopino, la demande est importune. Se remémorant que, selon Duchesne, « l’École de Rome, c’est d’abord l’école buissonnière »63, le directeur intérimaire a entrepris de faire voyager ses membres, en les expédiant sur des chantiers de fouilles, archivistiques ou archéologiques. Ainsi, au printemps 1923, les chartistes s’affranchissent de l’Archivio segreto pour explorer d’autres fonds italiens. Engagé dans des Recherches sur les hellénistes à la cour pontificale, Porcher, « en étudiant au Vatican la précieuse série des Introitus et Exitus de la chambre apostolique et à l’Archivio di Stato les mandats de paiement adressés au camérier, a pu montrer [comment et à qui] les papes ont confié l’enseignement et l’étude du grec »64. En mai, Benoît, qui a jeté son dévolu sur le cardinal Alexandre Farnèse, « est à Parme où il fouille les archives des Farnèse ; Brun travaille à Prato »65. Ce dernier a en effet « entrepris l’étude approfondie d’un fond d’archives peut-être unique au monde, celui qui conserve à Prato la correspondance et les papiers d’affaires – plus de 100000 lettres – d’un négociant du xivesiècle »66. Le directeur peut donc annoncer de belles études, mais aucune qui porte sur les Regesta, et se doit de rassurer l’Académie67. Seules l’habileté de sa plume et les bonnes relations entretenues avec Diehl lui permettent de gagner du temps. L’année suivante, l’Institut note que si « la publication des registres pontificaux semble n’avoir fait nul progrès pendant l’année 1922-1923, un rapport très détaillé de M. Carcopino a rapporté à la commission la certitude que ces vœux exprimés par elle seraient satisfaits »68. Trois ans plus tard, la désillusion est sévère69, et Carcopino, de retour à Rome en 1937, a beau jeu de se plaindre en trouvant les Regesta à peu près en l’état70.

  • 71 Rome, AB 7284. « Il ne faut pas se dissimuler que pendant de longues années encore l’archéologie it (...)
  • 72 Paris, IF 7133. Lettre d’Eugène Albertini, 25 décembre 1922.
  • 73 Rome, AB 7201. Lettre de Jérôme Carcopino, 12 avril 1923.
  • 74 Paris, IF 7154. Lettre de Louis Leschi, 10 mai 1923.
  • 75 Rome, AB 7261. Lettre de Jérôme Carcopino à Franz Cumont, 29 juin 1923.
  • 76 C. Diehl, art. cit., p. 138

19Quant aux normaliens, eux aussi sont concernés par l’invitation au voyage. Fabre achève par un séjour en Sicile sa vaste étude sur le décor des basiliques paléochrétiennes. Quant aux deux antiquisants, le contentieux sur les fouilles italiennes n’ayant guère évolué depuis 1905, Carcopino sait par expérience qu’il doit leur trouver des chantiers archéologiques hors de la péninsule71. De même que Duchesne l’avait envoyé fouiller en Tunisie, Carcopino confie à son tour ses membres à son camarade Albertini, inspecteur adjoint des antiquités africaines72. Ainsi, début mai, « Durry est parti en Algérie, Leschi va le rejoindre : l’École se recroqueville et s’attriste »73. Le second notamment, pris en charge par Gsell à Tebessa74, y « a fait une abondante moisson épigraphique »75et « rapporté des documents intéressants de son exploration du pays des Nemencha »76.

  • 77 Duchesne refusait de s’immiscer dans les travaux de membres qu’il considérait déjà comme des maître (...)
  • 78 Paris, IF 7154. Lettre de Louis Leschi, 21 janvier 1924.
  • 79 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 22.
  • 80 Paris, IF 7154. « Je n’ai pas eu, même un jour, l’idée de vous maudire et vous remercie encore une (...)
  • 81 Ad Buecheler, dans MAH, XXXIX, 1922, p. 327-332. Attideia, dans MAH, XL, 1923, p. 135-159 et 237-32
  • 82 Les influences puniques sur les sarcophages Étrusques de Tarquinia, dans Atti della Pontifica Accad (...)
  • 83 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 115.
  • 84 La louve du Capitole, Paris, 1925, fut rédigée en 1923-1924.
  • 85 Ses Inscriptions de Doucen et occupation romaine dans le Sud Algérien, dans Revue des études ancien (...)
  • 86 Rome, AB 7284. « Je me suis donné, il y a quelques jours, la fête intellectuelle d’un joli feu d’ar (...)
  • 87 Encore la basilique de la Porta Maggiore, dans Revue archéologique, XVIII, 1923, p. 1-23.
  • 88 C’est sous cet angle que Carcopino décrit le forum dans La vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’e (...)
  • 89 M. Durry, art. cit., p. 69.

20On ne peut donc contester que, selon le vœu de leur directeur, les membres travaillent bien et beaucoup. Il est vrai que Carcopino se montre nettement plus directif que Duchesne77. « Je n’oublie pas avec quelle vigilance vous secouiez ce que vous appeliez mon indolence », lui rappelle Leschi78, Durry témoignant pour sa part, chez son maître, d’« un tempérament autoritaire dont il a souvent entendu les explosions verbales »79. La membrure, pour autant, ne se plaint pas d’un directeur certes très présent, mais attentif à leurs conditions de travail, soucieux de leur faire tirer un profit maximal de leur séjour romain, et finalement garant de leur liberté intellectuelle80. Se faisant pressant quant au rendu de leurs travaux, Carcopino paie lui-même d’exemple, en publiant dans chaque fascicule des Mélanges81et tirant un parti presque immédiat de ses observations quotidiennes. Visitant le musée étrusque de Corneto, Carcopino y est frappé par « l’analogie d’un sarcophage avec ceux de la nécropole carthaginoise de Sainte-Monique », vus des années plu tôt82et s’attache à « démontrer, en 1923, dans les Atti de l’Académie pontificale d’archéologie, qu’un sarcophage prétendu étrusque, égaré depuis cinquante ans au musée de Tarquinia, était sorti des ateliers de Carthage »83. Sa correspondance avec Cumont révèle également les travaux que lui inspire son intérim. Plus qu’à la louve admirée au Capitole84, il réfléchit à la domination romaine dans le sud de la Numidie85. Carcopino cherche également à interpréter la basilique de la porte majeure86, découverte en 1917 et visitée par lui durant son séjour romain87. Il y emmène ses élèves et leurs proches, de même que sur la voie latine, à Saint-Sébastien et même – « rare exploit » – au sommet de la colonne Trajane88. En quelques mois donc, aux dires des membres, l’intérimaire aurait « réussi à créer à l’École un climat de travail intense, mais dans une atmosphère vraiment familiale »89.

Carcopino et la diplomatie de l’esprit

  • 90 J. Carcopino, Souvenirs de la guerre en Orient..., p. 46.
  • 91 Paris, IF 7151. Lettre de Suzanne Jonnart.
  • 92 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 27.
  • 93 Paris, IF 7163. « Je sais bien que vous ne pourrez emmener toute votre petite famille, mais ceux qu (...)
  • 94 Rémy Puech résida à Villa Médicis de 1921 à 1933, où il fit notamment le buste de Mussolini. Son fr (...)
  • 95 M. Durry, art. cit., p. 68.
  • 96 Paris, IF 7146. Lettre de Louis Gillet à Jérôme Carcopino, 22 décembre 1922.
  • 97 J. Carcopino, Souvenirs romains, p. 207.
  • 98 Il fut le traducteur de Christian Hülsen, Le forum romain, Rome, 1906.
  • 99 C. Carcopino (ed.), Jérôme Carcopino, un historien au service de l’humanisme, Paris, p. I.
  • 100 Paris, IF 7678. Lettre de François Charles-Roux, 20 septembre 1923.

21Pour assurer à ses membres les meilleures conditions de travail, mais aussi pour porter sa carrière, Carcopino se dépense également en relations publiques. La plupart des responsables en poste dans la ville lui sont déjà connus. Ainsi Barrère résidait-il déjà au palais Farnèse dix-huit ans plus tôt, lorsque l’intérimaire n’était que membre. Quant au conseiller d’ambassade, Charles-Roux, c’est un camarade des Dardanelles90. Au palais Borghèse, Carcopino reconnaît également Jonnart, qu’il a croisé à Alger et à Salonique91, mais aussi son adjoint, René de Fontarce, qui fut vingt ans plus tôt son compagnon de croisière92. Le directeur reçoit à son tour, dans l’appartement dont il dispose avec son épouse et deux de ses enfants, les quatre autres étant restés à Paris93. Il y accueille les principaux éléments de la colonie française, notamment le sculpteur Denys Puech, directeur de l’Académie de France94, le recteur de Saint-Louis, le directeur du séminaire français de Rome, enfin l’abbé Lesellier, un érudit qui collabore régulièrement aux Mélanges95. Au-delà de ces cercles, déjà largement fréquentés par Duchesne, Carcopino s’emploie aussi à attirer dans son salon les représentants des universités et des lettres françaises de passage à Rome. L’intérimaire bénéficie cette fois du réseau normalien : après avoir reçu Gustave Lanson, directeur de la rue d’Ulm, Carcopino veille à grouper autour de lui les archicubes de sa génération. Louis Gillet assiste ainsi à plusieurs déjeuners organisés par l’École française96, tout comme Maurice Pernot, ancien Farnésien devenu correspondant à Rome du Journal des Débats, qui est un interlocuteur à soigner97. De même Carcopino, bon connaisseur du Forum98, prend-il soin de guider sur la Voie sacrée, « où chaque pierre devenait un témoin du passé et parlait par sa voix », le jeune diplomate Jean Mistler99. Celui-ci brigue alors, au quai d’Orsay, la direction du service des œuvres françaises à l’étranger, susceptible d’aider l’intérimaire dans ses entreprises. Dans l’immédiat, le poste est occupé par Giraudoux, que Carcopino, son « cube » au temps de la rue d’Ulm, s’efforce de se concilier100.

  • 101 Toute l’édition, 24 avril 1937.
  • 102 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 27.
  • 103 Paris, IF 7134. Lettre de Thomas Ashby, 16 décembre 1921.
  • 104 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 65.
  • 105 Rome, AB 7152. Une lettre de Carcopino du 18 février 1923 fait état d’une visite impromptue de Cumo (...)
  • 106 C’est l’un des rares exemples où l’on dispose, en miroir aux correspondances reçues par Carcopino e (...)

22L’appartement du directeur, à force de rassembler les intellectuels français, est donc devenu une sorte de consulat des savants, mais Carcopino n’apparaît pas encore comme cet « ambassadeur de la pensée française » en Italie101– une expression qui fera polémique lors de la vacance du poste diplomatique de Rome102. Au cours de son bref mandat, il est pourtant en relation constante avec les institutions italiennes et étrangères. Avec les anciens alliés, établis de longue date dans une ville qu’ils n’ont pas eu à quitter, la collaboration est aisée. « Nous allions souvent à l’école américaine sous le Janicule, plus encore à l’école anglaise de la Villa Giulia », rappelle Durry. Il est vrai que Carcopino connaît bien le directeur de la Scuola britannica, Thomas Ashby103, ce passionné d’Ostie qui l’avait aidé dans sa thèse104. Le principal partenaire étranger de Carcopino reste cependant le belge Franz Cumont. Entre Carcopino et lui se noue, dans la Rome de 1923, une profonde et durable amitié105, nourrie par une prodigieuse correspondance106. Cumont est de toutes les réceptions farnésiennes, mais travaille surtout au studio, au milieu des membres, qui pour la plupart lui envoient leurs travaux.

  • 107 Paris, IF 7134. Lettre de Walter Amelung à Jérôme Carcopino [1923].
  • 108 Rome, EFR. Rapport au ministre de l’Éducation nationale, le 20 juillet 1937.
  • 109 Petre Popescu-Gogan, « Jérôme Carcopino et la Roumanie », dans Hommage à la mémoire... cit., p. 235
  • 110 Discours de Vasile Pârvan lors de la réception de Jérôme Carcopino à l’Académie Roumaine, le 8 juin (...)
  • 111 Paris, IF 7135. Lettre de Fernand Benoît, 11 novembre 1923.
  • 112 Rome, EFR. Lettre du directeur de l’Enseignement supérieur à Jérôme Carcopino, le 28 septembre 1937 (...)

23Les relations avec les universitaires et archéologues allemands sont en revanche réduites au minimum durant la direction intérimaire107. Carcopino agit-il comme plus tard Mâle, qui « ne pouvait se résigner à inviter chez lui les Allemands » ? En réalité, si leur établissement de la Via Sardegna, fermé en 1915, n’a pas encore rouvert en 1923, ces derniers regorgent de projets. Comme le note Carcopino, « l’Allemagne qui, à la suite de la Grande Guerre, connut à Rome de 1919 à 1922 une éclipse quasi totale, a depuis rattrapé le temps perdu »108. Face à ce qu’il perçoit comme une concurrence, Carcopino développe une idée maîtresse : faire de son École la tête de réseau des instituts de nations qui furent, cinq ans plus tôt, les « petites alliées » de la France en Europe orientale. Aussi suit-il attentivement la création des instituts tchécoslovaque et roumain de Rome. Le second l’intéresse particulièrement. Avec la Roumanie, région pétrie de romanité, Carcopino ambitionne d’organiser un partenariat archéologique et universitaire. « Comme directeur de l’École française de Rome, il s’était lié d’une vive amitié avec Vasile Pârvan, directeur de l’École roumaine de la capitale de l’Italie »109. En le recevant, trois ans plus tard, au sein de l’Académie Roumaine, ce dernier rappelle même qu’« à l’époque où notre école commençait son activité, Carcopino a été un camarade et un ami actif et dévoué, un conseiller sûr, un collaborateur éminent : les deux écoles-sœurs étaient presque devenues une même école »110. Il ne resterait donc plus qu’à faire de même du côté polonais. C’est manifestement dans ce dessein que l’intérimaire a envoyé en Pologne, sous couvert de voyage d’étude, l’un de ses membres, Fernand Benoît. Constatant que « le change polonais – en proie aux spéculations des tribus juives – ne fait que baisser et n’incitera pas les étudiants à venir » à Rome, Benoît juge illusoire d’y espérer la création d’une école slave111. « Les Polonais sont incapables de faire ce qu’organisent les Tchèques : un institut à Rome. La France pourrait en quelque manière leur rendre service. Une section polonaise, plus ou moins rattachée à l’École française de Rome, serait peut-être à souhaiter, jusqu’au jour où grandie sous cette heureuse tutelle elle nous quitterait avec des raison de plus à une gratitude qui ne saurait manquer ». Si le projet est laissé sans suite en 1923, il n’en sera que mieux remis à l’ordre du jour quinze ans plus tard112.

L’École française anno I a fascibus renovatis

  • 113 Stephen L. Dyson, Eugénie Sellers-Strong. Portrait of an Archaeologist, London, 2004.
  • 114 Notons le curieux lapsus, qui, dans les Souvenirs de sept ans, a transformé le chapitre « fascistes (...)
  • 115 Paris, AN F/7/15487/A. Note des renseignements généraux, 18 janvier 1949.
  • 116 Évreux, Archives départementales de l’Eure 3/M/1150. Procès-verbal d’installation du maire de Verne (...)
  • 117 Louis-Modeste Leroy, Dans l’Eure (1883-1929). Quarante-six années de propagande et de politique rép (...)
  • 118 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 160 et 271.
  • 119 Manifeste coopératif des intellectuels et universitaires français, dans Revue des études coopérativ (...)
  • 120 Défenseur constant du maréchal Pétain, aux obsèques duquel il assiste (Paris, IF 7142, lettre d’And (...)
  • 121 Aux législatives de 1936, membre de l’Institut, il soutient le candidat radical Camille Briquet (Pa (...)

24L’intérim de 1923 est enfin à resituer dans son contexte politique. Le 24 novembre 1922, Mussolini a obtenu les pleins pouvoirs pour un an. Comme ses homologues étrangers – encore que la britannique Eugénie Strong se soit précocement manifestée en faveur du nouveau régime et de ses réalisations113– le directeur temporaire s’en tient, vis-à-vis du pouvoir, à une prudente réserve. Dans ses Souvenirs de sept ans, écrits à des fins de réhabilitation, Carcopino se défend d’avoir approuvé de quelque manière que ce soit, en 1937-1940, un régime de plus en plus hostile à la France, mais il ne dit rien des sentiments que suscita, lors de son intérim, son instauration114. Léon Bérard, qui le nomma à Rome le jour même où se réunissait le premier Gran consiglio del fascismo, connaissait cependant ses orientations politiques. Si ce n’est qu’après-guerre qu’un « blanc » des Renseignements généraux le décrit comme « modéré du centre tendance Jean Zay »115, Carcopino, fils d’un élu républicain de gauche116lié aux radicaux117, s’était déjà distingué à l’École normale en étant à la fois dreyfusard, favorable à la Séparation et hostile au socialisme118. En 1921, il a signé le Manifeste coopératif des intellectuels et universitaires français de Ramadier et Charles Gide119. Aussi en 1923, comme du reste tout au long de sa vie120, se réclame-t-il du centre-gauche121.

  • 122 R. Paribeni, L’Italia e il Mediterraneo orientale, Roma, 1916.
  • 123 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 43.
  • 124 Paris, IF 7678. Lettre de Stéphane Gsell, 24 septembre 1923.
  • 125 « Quand j’eus le privilège, en 1922, d’être promu à la direction par intérim de l’École française, (...)

25Durant son intérim, on ne relève, sur la liste des hôtes de l’École, aucun nom qui soit explicitement lié à la naissance du fascisme. Invitant régulièrement les Carcopino au théâtre ou en promenade, Roberto Paribeni, dont les enfants sont liés à ceux du directeur, n’est en 1923 qu’un historien nationaliste122, nommé par Giolitti à la tête du Museo Nazionale Romano, mais encore distant de Mussolini. Ettore Pais, l’un des rares sénateurs à avoir refusé sa confiance au Duce, est également choyé par le directeur intérimaire123. Avec l’aval de Jullian et Babelon, Carcopino fait obtenir à cet élève de Mommsen un cycle de conférence au collège de France124. Les amitiés nouées dans le salon rouge ne sont toutefois fondées que sur des échanges scientifiques, et se poursuivent dans les années 1930, tant avec des universitaires comme Pais et Parineni, finalement ralliés au fascisme, qu’avec des intellectuels antifascistes, comme Gaetano De Sanctis, autre correspondant du directeur intérimaire, radié de l’université pour avoir refusé le serment à Mussolini125.

  • 126 Rome, EFR. Lettre de François Charles-Roux, conseiller à l’ambassade de France auprès du roi d’Ital (...)
  • 127 Rome, EFR. Projet de réponse de Carcopino à François Charles-Roux (sd).

26Aussi est-ce plutôt du côté des échanges confidentiels avec « le premier étage » qu’apparaît la défiance, proclamée sur le tard, vis-à-vis du régime fraîchement mis en place. Dès sa prise de fonction, Carcopino doit en effet se soumettre aux premiers éléments de la législation fasciste, notamment à « l’obligation des étrangers faisant partie de corps ou d’institutions reconnues dans le Royaume de se déclarer à la questure »126. S’il ne s’agit en apparence que d’une formalité, Carcopino, habitué à ce que les membres et leur directeur circulassent librement dans un pays ami, y décèle un sous-entendu xénophobe. De fait, le projet de déclaration qu’il transmet à l’ambassade, feignant de n’en pas comprendre le sens, liste tout le personnel de l’École, dont les trois employés italiens127. Il est vrai que pour manifester ce genre de réticences, au vrai peu engageantes, l’intérimaire peut compter sur la complicité de Charles-Roux, lequel n’hésite pas à partager avec son ami ses impressions.

  • 128 Paris, IF 7678. Lettre de François Charles-Roux, 20 septembre 1923.

Excusez moi, lui écrit-il, si Corfou et Fiume m’ont un peu absorbé [...]. Il a fallu 63 coups de canons au Pirée, 21 à Prevesa, une messe de Requiem à Athènes et des excuses présentées en fustanelle de gala pour faire sortir les Italiens de Corfou. Il y faudra bien encore 50 millions de lire déposés dans une banque suisse. Quant à Fiume, ils y resteront. Il est vrai qu’en mettant la main dessus, notre Benito a tendu son autre main aux yougoslaves avec une offre d’entente cordiale ou d’alliance, à leur choix ! C’est un diable dans un Benito128.

  • 129 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 291.
  • 130 M. Durry, art. cit., p. 68.
  • 131 C. Diehl, art. cit., p. 134.

27Pour le reste, le directeur fait le choix de la continuité. En définitive, sont reçus durant son intérim les Italiens dont les relations de travail avec l’École française sont déjà anciennes, de même que les aristocrates habitués du salon de Duchesne, comme le comte Primoli129, ou les frères Blumensthil130. Comme le souligne Diehl, « Carcopino n’était pas un nouveau venu au palais Farnèse : il a donc pu mettre à profit, pour le plus grand bien de l’École, l’expérience qu’il avait des choses romaines et les relations qu’il avait conservées en Italie »131.

Une exceptionnelle intégration dans les cercles universitaires italiens

  • 132 Atti della pontificia academia romana di archeologia. Rendiconti, Roma, 1923, p. 10. Lorsqu’il y pr (...)
  • 133 Le Journal des Débats, 18 août 1923.

28Son bref intérim est cependant l’occasion d’accroître son intégration dans la société romaine, notamment à la faveur d’une double élection. L’Académie pontificale d’archéologie l’intègre en effet comme « membre effectif » le 28 juin 1923132. Au même moment, le jeune directeur est admis comme socio straniero de l’Académie des Lincei. Certes, ces honneurs s’adressent d’abord à sa fonction, même éphémère, mais le conduisent aussi à discuter en égal avec Cumont, De Sanctis, Paribeni et Hülsen, membres depuis longtemps de l’Académie pontificale, de même qu’avec Amelung et Ashby, ses vieux homologues romains. Surtout, ils le hissent au niveau des rares Français déjà admis aux séances vaticanes, dont René Cagnat, Henri Chatelain et Paul Monceaux, tous trois sexagénaires et membres de l’Institut de France. Quant aux Lincei, Carcopino y est élu avec deux compatriotes, Hauvette, de seize ans son aîné, et Pottier, contemporain de son propre père133.

  • 134 Paris, IF 7678. Lettre du préfet du palais à Camille Barrère, 11 mai 1923.

29Ces deux élections lui valent d’être reçu en audience privée par les deux souverains romains. Le 13 mai, il se rend au Quirinal pour un entretien d’une demi-heure avec Victor-Emmanuel134. Les propos échangés, notés par Carcopino au dos de sa convocation, permettent d’affirmer que cette première entrevue s’est confondue, dans ses souvenirs, avec celle de 1938. Venu se présenter au roi, Carcopino espérait obtenir des autorisations de fouilles en Italie. Ses notes ne retracent pourtant qu’une

  • 135 C’est sous ce nom que Richard Cœur de Lion décrivit l’embouchure du Tibre. Or Carcopino l’a identif (...)
  • 136 Paris, IF 7678. Lettre du préfet du palais à Camille Barrère, 11 mai 1923. Notes manuscrites au ver (...)

conversation banale sur la Corse – pauvre – la Sardaigne très riche et capable de suffire à quatre millions d’habitants ; sur le renouvellement de l’histoire ancienne par les papyri et les inscriptions ; sur Laurente ; sur Selvedenne et sur les fouilles d’Ostie135 ; sur celles de Sicile et le grand patriote qu’est Orsi. Le roi m’apprend le nom antique de Pola. Sur les monnaies de Rhodes et sa collection qui s’élève à 7200 pièces136.

  • 137 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 65-69.

30Aussi reconnaît-on sans peine les grandes étapes d’un dialogue rapporté trente ans plus tard137. Quant à la dimension politique de l’entrevue, elle se résume à ce que Carcopino croit deviner du roi d’Italie :

Grande simplicité extérieure ; intelligence extrême qui se voit dans les yeux gris, malicieux, avec un sourire charmant et spirituel et clairvoyant. Mais énorme orgueil patriotique. Cet homme a certainement toujours présentes à sa pensée la grandeur du pays qu’il incarne et l’immensité de l’avenir qu’il lui croit réservé.

  • 138 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 13. On ignore la date de cette audience, qui se situe néces (...)
  • 139 C. Carcopino, op. cit., p. 89.
  • 140 G. Bertier, Le Docteur Carcopino, dans Journal de l’école des Roches, 19 juillet 1913.
  • 141 À l’exception des années 1889-1893 passées à l’internat de Sainte-Barbe, où il est décrit, sous le (...)
  • 142 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 160.
  • 143 « Toute religion prise séparément est fausse, par contre la Religion est vraie et il faut une relig (...)
  • 144 Paris, AN 3/W/121. « Comme chef de famille, j’ai élevé dans mes principes de moralité chrétienne, d (...)
  • 145 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 216-237 et 278-281.
  • 146 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 13.
  • 147 J. Carcopino, La vie quotidienne..., cit., p. 242.
  • 148 J. Carcopino, Souvenirs de la Guerre en Orient..., p. 10.
  • 149 Voir les termes en lesquels il décrit l’évolution, strictement comparable, de son camarade André Ch (...)
  • 150 Sa « reconversion », qui « n’a donné lieu à aucun combat de l’âme ni à aucune manifestation ostenta (...)

31Si l’entrevue a produit une forte impression sur l’historien, elle est surclassée, un mois plus tard, par celle accordée par Pie XI138. En 1923, les sentiments de Carcopino vis-à-vis du pape et de l’Église catholique sont pourtant ambigus. « Catholique de naissance »139, le directeur intérimaire, élevé par un père veuf et anticlérical140, a fait ses études dans des établissements laïcs141. Comme membre de l’École française, il a approuvé la Séparation, tout en condamnant les excès des inventaires142. D’orientation déiste143, il est cependant très respectueux des cultes, notamment du catholicisme dans lequel il s’est marié et a élevé ses enfants144, et admire l’honnêteté intellectuelle, mais aussi la foi, de nombreux prélats qu’il a fréquentés, comme les Français Duchesne et Matthieu145. Pour ce qui est, en revanche, du souverain pontife, en qui il voit surtout, derrière « la grandeur de son magistère deux fois millénaire »146le continuateur des empereurs romains147, ses sentiments, à la veille d’être reçu, semblent plus mitigés. S’il admire en Pie XI, élu depuis l’année précédente, un authentique érudit, qui fut préfet de la Bibliothèque vaticane, et dont il reconnaît le savoir en matière d’archéologie chrétienne, il le croit également « dominé, avec sa génération, par l’ascendant de la science allemande ». Surtout, sa condamnation de l’armée du Rhin a heurté « la ferveur d[u] patriotisme » de Carcopino148. Aussi est-il heureusement surpris de constater que le saint-père « n’ignorait pas les travaux de [s]es maîtres Paul Monceaux et Stéphane Gsell ». Finalement, « subjugué » par sa « robuste apparence et le calme de son attitude », par son « autorité bouleversante où resplendissaient ses certitudes », l’académicien pontifical ainsi investi serait sorti de l’audience avec une durable admiration pour Pie XI, dont il louera l’activité antitotalitaire des années 1937-1939149, une période où lui même retourne à la religion150.

Un pari sur l’avenir

  • 151 Paris, AN AJ/16/5906. Distinction validée par le gouvernement français en 1924.
  • 152 Paris, IF 7162. Lettre de Charles Picard, 6 octobre 1923.
  • 153 C. Diehl, art. cit., p. 134.
  • 154 Paris, IF 7135. Lettre de Camille Barrère, 25 octobre 1923.
  • 155 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 157.

32En juillet, Carcopino rentre donc en France en ayant capitalisé une considérable autorité, que le roi consacre en lui accordant la distinction, élevée, de commandeur de la couronne d’Italie151. S’étant fait une place au sein des institutions italiennes, ayant soldé, au propre comme au figuré, la succession de Duchesne et relancé l’activité de l’École, Carcopino, selon Charles Picard, aurait « remis de l’ordre dans une maison qui en avait besoin »152. Ses six mois d’intérim ont surtout apporté la preuve de ses capacités de direction. L’Académie partage cet avis lorsqu’elle « remercie M. Carcopino de l’intelligence dont il a fait preuve au cours d’une mission parfois délicate ; il a ainsi heureusement préparé le moment où, par la nomination de notre confrère, l’École a retrouvé enfin la stabilité »153. Réticent, un an plus tôt, à l’accueillir, l’ambassadeur admet qu’il a « admirablement réussi. Tout le monde le reconnaissait et tous voyaient en [lui] le digne successeur de Monseigneur Duchesne »154. Quant à l’intéressé, il considère son semestre italien comme « une des grandes joies de [s]a vie, et peut-être la plus belle de ses années »155.

  • 156 Paris, IF 7678 »Si vous quittez ce poste, j’en serai navré et comme ami et comme Français. C’est vo (...)
  • 157 Paris, IF 7133. Albertini espère, le 25 décembre 1922, que Carcopino restera à Rome au moins pour « (...)
  • 158 Paris, IF 7154. Louis Leschi regrette, le 1ernovembre 1923, « qu’il n’y ait pas d’année suivante ».
  • 159 Paris, IF 7678. Lettre de François Charles-Roux, 20 septembre 1923.
  • 160 Rome, AB 7284. Lettre de Carcopino, 14 juin 1923.

33La question se pose donc de pérenniser sa position à la rentrée de 1923. Tous le poussent en ce sens : ses maîtres, comme Bellessort156, ses camarades, comme Albertini157, ses élèves, comme Leschi158. Dans le courant de l’été, Carcopino renonce cependant à solliciter sa titularisation. « Je ne me console pas de votre décision d’abandonner la direction de l’École », lui écrit alors Charles-Roux159. « J’avais toujours espéré que vous vous prêteriez à la transformation de votre intérim en définitif ; c’est un espoir que j’avais et que je gardais dans un intérêt égoïste ; mais je savais aussi que cet intérêt concordait parfaitement avec celui de l’École ». Officiellement, Carcopino, quoique passionné par ses fonctions directoriales, rentre car il « aurai[t] grande hâte de revoir [s]es garçons et [s]a seconde fille après une séparation de huit mois »160, mais le refus de l’intérimaire de candidater à sa propre succession tient à des raisons plus complexes. « Ce n’est pas, vous le pensez bien, sans un pénible serrement de cœur que, le 14 juillet prochain, je dirai adieu à la Ville, écrit-il à Cumont. Mais je ne puis, je ne dois pas y rester, et puis les raisons de ma décision sont si impérieuses qu’à mes regrets ne se mêlera nul remord : Fata nolentem trahunt, volentem ducunt ».

  • 161 Lettre de Charles Diehl au secrétaire perpétuel, 30 septembre 1923, CRAI, 1923, p. 392.
  • 162 Émile Mâle. Le symbolisme chrétien, Vichy, 1983, p. 62 : lettre de Stéphane Gsell à Émile Male, 28 (...)
  • 163 Paris, IF 7164. Lettre d’Edmond Pottier, 14 mai 1923.
  • 164 Paris, IF. Registres des procès-verbaux de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, séance du (...)
  • 165 Nantes, MAE SOFE/327. Lettre de Jean Marx à Alphonse Dupront, 18 mai 1935 : « Il faut attendre, pou (...)
  • 166 Paris, IF 7164. Lettre d’Edmond Pottier, 6 décembre 1922.
  • 167 Paris, IF 7678. Lettre de François Charles-Roux, 20 septembre 1923.

34Que vise l’allusion ? À l’automne 1923, convaincu que persistent les raisons qui ont déjà fait obstacle à son investiture, Diehl adresse à l’Académie une lettre d’une grande dignité faisant savoir qu’il se désiste161. Pressenti par Gsell, Mâle se montre réticent162. Pourquoi, dans ces conditions, Carcopino, poussé par de multiples personnes et fort d’un excellent bilan, refuse-t-il de se présenter ? Le risque existe de voir l’Institut hésiter à choisir un jeune universitaire n’appartenant pas à ses rangs, et Carcopino n’est pas homme à s’engager dans une bataille sans s’être d’abord assuré des conditions du succès. Pottier lui a d’ailleurs conseillé de s’en tenir à son mandat d’un an163. En outre, si le ministère acceptait sa titularisation à Rome, ce serait à l’évidence au sacrifice de sa carrière en Sorbonne, où il n’est entré que trois ans plus tôt. Aussi préfère-t-il consolider sa position à Paris, tout en pariant sur l’avenir. En octobre, l’Académie, qui a opté pour Mâle par 22 voix, désigne Carcopino « en deuxième ligne » par 25 voix164. L’intérimaire devient dauphin désigné165. Pottier pressent qu’il ira « un jour à l’École comme directeur, à [son] heure, et mis là par le jugement de [se]s pairs, non pas pour satisfaire les combinazioni plus ou moins équitables des groupes dirigeants »166et Charles-Roux prend date lorsqu’il souhaite, en renversant la proposition, « que ce ne soit que partie remise et que la direction du titulaire annoncé mais pas encore connu ne soit par sa durée qu’un intérim, après lequel nous vous verrons arriver de nouveau »167.

35Le 23 octobre 1923, le décret nommant Mâle à la tête de l’École française pour un premier mandat de six ans marque la fin de l’intermède. Le bref intervalle de 1922-1923 a néanmoins marqué l’École. En vingt mois propices à sa restructuration, elle est entrée dans l’après-guerre italien. Cet intérim romain, éclairant sur le processus de nomination, a promu, dans les cercles savants comme dans les sphères de pouvoirs, un jeune universitaire auquel chacun prête désormais de l’avenir. Plus qu’une parenthèse dans la vie de l’École française et dans celle de Carcopino, « l’année des quatre empereurs » en est une étape essentielle.

Haut de page

Notes

1 M. Durry, Souvenirs du Farnèse (1923), dans Hommage à la mémoire de Jérôme Carcopino, Paris, 1977, p. 67.

2 Rome, Archives de l’École française de Rome, dossier Carcopino (EFR). Discours de Pierre Boyancé lors de la remise des Mélanges Carcopino, 17 mars 1966.

3 Georges Vallet, Jérôme Carcopino, directeur de l’EFR, dans Hommage à la mémoire... cit., p. 331.

4 À l’école de toute l’Italie. Pour une histoire de l’École française de Rome, Rome, 2010 (Collection de l’École française de Rome, 431).

5 Quelques semaines avant sa mort, Carcopino avait exprimé sa volonté que les quelque dix mille lettres qu’il avait reçues au cours de sa carrière soient déposées à l’Institut de France (IF). Le délai de réserve a expiré le 17 mars 2010.

6 Notamment les trois volumes de mémoires de Jérôme Carcopino : Souvenirs de sept ans, Paris, 1953 ; Souvenirs romains, Paris, 1968 ; Souvenirs de la guerre en Orient, Paris, 1970.

7 Paris, Bibliothèque nationale de France (BnF), Ms N.A.F. 17 491. Lettres de Louis Duchesne à Léontine Bulteau, mars et juillet 1921.

8 Pierre de Nolhac, Souvenirs d’un vieux romain, Paris, 1930, p. 1-2.

9 Paris, BnF, Ms N.A.F. 17 491. Lettre de Louis Duchesne à Madame Haguenin, 30 mars 1922.

10 Rome, EFR. Lettre de Jérôme Carcopino « à un cousin corse », 5 mai 1922.

11 Paris, Archives nationales (AN) F/17/17767. Lettre de Jules Cambon, chargé d’affaire de l’ambassade de France en Italie, 10 avril 1922.

12 Nantes, Archives du ministères des Affaires étrangères (MAE) Italie/189. Note du ministère des Affaires étrangères au Président du Conseil, 29 avril 1922.

13 P. de Nolhac, op. cit., p. 20.

14 M. Durry, art. cit., p. 67.

15 Rome, EFR. Lettre de Jérôme Carcopino « à un cousin corse », 5 mai 1922.

16 Rome, EFR. Lettre de Jean Colin à André Pératé, 17 mai 1922.

17 Maurice Prou, Rapports sur les travaux de l’EFR durant l’année 1921-1922, dans CRAI, 1923, p. 292.

18 Rome, EFR. Lettre d’Alfred Coville, directeur de l’Enseignement supérieur, à André Pératé, directeur de l’École française de Rome par intérim, 29 juin 1922.

19 M. Durry, art. cit., p. 67.

20 Paris, AN F/17/17767. Lettre de Camille Barrère, 6 juillet 1922.

21 Paris, AN F/17/17767. Lettre d’André Pératé, directeur de l’École française de Rome par intérim à Alfred Coville, directeur de l’Enseignement supérieur, 23 mai 1922. Carcopino n’avait en réalité que six enfants.

22 Nantes, MAE Rome-Quirinal/1278. Note anonyme du 6 juin 1922.

23 Paris, IF. Registre des procès-verbaux de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, séance du 6 juillet 1922.

24 Paris, AN F/17/17767. Comité consultatif de l’Enseignement supérieur du 10 octobre 1922.

25 Rome, EFR. Lettre du ministre de l’Instruction publique au ministre des Affaires étrangères, 15 décembre 1922.

26 Auguste Jardé, dans Annuaire de l’association d’entraide de l’École normale supérieure, 1928, p. 51-57.

27 Paris, IF 7135. Au La Pérouse, à l’invitation de Bellessort, « avec Émile Mâle, Louis Bertrand et quelques Japonais ». Lettre d’André Bellessort, 17 décembre 1922.

28 Rome, EFR. Projet de rapport au ministre de l’Éducation nationale, 20 février 1938.

29 O. Motte, Les origines des Mélanges d’archéologie et d’histoire, dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge-Temps modernes, 1982, p. 393-483.

30 « Est-ce que la cherté de Cuggiani t’oblige à suspendre les mélanges ? », demande Albertini à Carcopino, le 12 février 1923 (Paris, IF 7133).

31 Paris, EFR. Rapport de Carcopino au ministre de l’Éducation nationale du 20 juillet 1937.

32 Mélanges d’archéologie et d’histoire (MAH), XIC, 1922, p. 1-2.

33 Une mission archéologique à Aïn-Tounga, dans MAH, XXVII, 1907, p. 23-64.

34 Paris, EFR. Le rapport de Carcopino du 20 juillet 1937 précise qu’« il conviendrait d’étendre [les MAH], comme j’avais réussi à le faire en 1923, à deux fascicules semestriels ».

35 C. Diehl, Rapports sur les travaux de l’École française de Rome durant l’année 1922-1923, dans CRAI, 1924 p. 139.

36 Un inventaire sommaire avait été réalisé par Dom Quentin avant l’arrivée de Pératé, 29 avril 1922 (Florence Callu, dans Monseigneur Duchesne et son temps, Rome, 1975, p. 334).

37 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 277.

38 Ce fonds a été conservé telle qu’en 1922. Les 1 370 volumes de Duchesne constituent la série DU de la bibliothèque de l’École française, ses 3 193 tirés à part, la série Misc.DU.

39 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 233.

40 Suivant le testament de Duchesne, daté du 26 septembre 1914, ses papiers professionnels demeurent à l’école, tandis que les documents privés sont détruits ou transmis à son neveu. Sa veuve les a déposés à la bibliothèque nationale en 1967 (F. Callu, art. cit., p. 333).

41 Paris, BnF, Ms N.A.F. 17260. Lettre de Jérôme Carcopino à Louis Duchesne, 31 janvier 1912.

42 Ces « notes amoncelées par Duchesne jusqu’à sa mort pendant trente ans » ont été intégrées par l’abbé Vogel à la réédition du Liber pontificalis, Paris, 1955.

43 Parues initialement en 1885 dans les MAH, avec une préface de De Rossi, Les sources du martyrologe hiéronymien, reprises par Duchesne au soir de sa vie, n’ont finalement jamais été rééditées.

44 Maurice Pernot, Monseigneur Louis Duchesne, dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Rome, 1931, p. 63.

45 J. Carcopino, Bibliothèque A. Engel, in MHA, XL, 1923, p. 163. « Cette bibliothèque comprend plus de 2000 brochures et de 1800 volumes dont plusieurs constituent de véritables raretés de bibliophile. Il a été possible de réserver aux richesses de cette collection spéciale une salle séparée où elle conservera sa physionomie propre ».

46 Rome, EFR. Rapport au ministre de l’Éducation nationale, 20 juillet 1937.

47 J. Blanc, Frédéric Engel-Dollfus, un industriel saint-simonien, Paris, 2003, 189 p.

48 O. Motte, art. cit., p. 393-483.

49 L’École française de Rome (1875-1975), Paris, 1975, p. 31.

50 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 111.

51 F. Charles-Roux, Souvenirs diplomatiques : une grande ambassade à Rome (1919-1925), Paris, 1961, p. 218-225.

52 Rome, EFR. Rapport au ministre de l’Éducation nationale, 20 juillet 1937.

53 Paris, IF 7154. Lettre de Louis Leschi, 21 janvier 1924 : « Le salone que vous aviez conquis sur le consulat est habitable, grâce au poêle ».

54 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 112.

55 Nantes, MAE SOFE/312. « Il y a quinze ans, j’avais déjà présidé la distribution des prix » précise Carcopino à Jean Marx, 20 novembre 1938.

56 Rome, EFR. Projet de lettre à l’ambassadeur de la République française près le Saint-Siège, 19 juin 1923.

57 Nantes, MAE SOFE/311. « J’ai demandé qu’on voulut bien se reporter aux procès-verbaux du conseil d’administration [de Chateaubriand] de 1923. On les a retrouvés ». Lettre de Carcopino à Jean Marx, 10 décembre 1937.

58 M. Durry, art. cit., p. 68.

59 J. Roserot de Melin, Pierre Fabre (1894-1955), dans MAH, 79, 1957, p. 350.

60 M. Prou, art. cit., p. 391.

61 L’EFR reçut plus de 50 % de normaliens avant 1895, pour 30 % de chartistes. R. Muller, Les chemins qui mènent à Rome : entrer à l’École française entre 1876 et 1914, dans MEFRIM, 120, 1, 2008, p. 261.

62 O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège, Rome, 2003, p. 57 : « À l’exception de Guillaume Mollat qui fournit imperturbablement ses fascicules de Lettres communes de Jean XXII, aucun fascicule [...] ne paraît entre 1920 et 1926 ».

63 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 44

64 C. Diehl, art. cit., p. 136.

65 Rome, Accademia Belgica, correspondances reçues par Franz Cumont (AB) 7261. Lettre de Carcopino, 29 avril 1923.

66 C. Diehl, art. cit., p. 138.

67 Rome, AB 7201. Lettre de Jérôme Carcopino, 12 avril 1923 : « Pour mes œufs de pâques, j’ai en effet reçu de M. Cagnat une lettre officielle me demandant un rapport sur l’état d’avancement de la publication des registres pontificaux ».

68 C. Diehl, art. cit., p. 136.

69 P. Fournier, Rapport sur les travaux de l’EFR durant l’année 1926-1927, dans CRAI, 1928, p. 161 : « Cet état des choses provoque, surtout à l’étranger, des réflexions peu flatteuses pour notre amour-propre ».

70 Rome, EFR. Rapport au ministre de l’Éducation nationale, 20 juillet 1937.

71 Rome, AB 7284. « Il ne faut pas se dissimuler que pendant de longues années encore l’archéologie italienne sera réduite à la portion congrue » écrit Jérôme Carcopino à Franz Cumont, le 14 juin 1923.

72 Paris, IF 7133. Lettre d’Eugène Albertini, 25 décembre 1922.

73 Rome, AB 7201. Lettre de Jérôme Carcopino, 12 avril 1923.

74 Paris, IF 7154. Lettre de Louis Leschi, 10 mai 1923.

75 Rome, AB 7261. Lettre de Jérôme Carcopino à Franz Cumont, 29 juin 1923.

76 C. Diehl, art. cit., p. 138

77 Duchesne refusait de s’immiscer dans les travaux de membres qu’il considérait déjà comme des maîtres, attitude que Carcopino apprécie (J. Carcopino, Souvenirs romains, p. 222). Grenier, en revanche, y voit une « égoïste apathie » (Paris, IF 7147).

78 Paris, IF 7154. Lettre de Louis Leschi, 21 janvier 1924.

79 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 22.

80 Paris, IF 7154. « Je n’ai pas eu, même un jour, l’idée de vous maudire et vous remercie encore une fois de toutes vos bontés pendant votre année de direction ». Lettre de Louis Leschi, 1er novembre 1923.

81 Ad Buecheler, dans MAH, XXXIX, 1922, p. 327-332. Attideia, dans MAH, XL, 1923, p. 135-159 et 237-324

82 Les influences puniques sur les sarcophages Étrusques de Tarquinia, dans Atti della Pontifica Accademia Romana di Archeologia, Memorie, I, 1924, p. 109.

83 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 115.

84 La louve du Capitole, Paris, 1925, fut rédigée en 1923-1924.

85 Ses Inscriptions de Doucen et occupation romaine dans le Sud Algérien, dans Revue des études anciennes, XXV, 1923, p. 33-48 préludent en effet à sa communication Sur l’extension de la domination romaine dans le sud de la Numidie, dans CRAI, 1924, p. 227.

86 Rome, AB 7284. « Je me suis donné, il y a quelques jours, la fête intellectuelle d’un joli feu d’artifice tiré par Rostovtzeff. Il a sur notre basilique des conceptions tumultueuses » écrit Carcopino à Cumont, 14 juin 1923.

87 Encore la basilique de la Porta Maggiore, dans Revue archéologique, XVIII, 1923, p. 1-23.

88 C’est sous cet angle que Carcopino décrit le forum dans La vie quotidienne à Rome à l’apogée de l’empire, Paris, 1939, p. 18.

89 M. Durry, art. cit., p. 69.

90 J. Carcopino, Souvenirs de la guerre en Orient..., p. 46.

91 Paris, IF 7151. Lettre de Suzanne Jonnart.

92 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 27.

93 Paris, IF 7163. « Je sais bien que vous ne pourrez emmener toute votre petite famille, mais ceux qui resteront seront certainement en de bonnes mains », lui écrit Maurice Pichon, 17 décembre 1922.

94 Rémy Puech résida à Villa Médicis de 1921 à 1933, où il fit notamment le buste de Mussolini. Son frère, ministre des Travaux publics en 1910, fut trente-quatre ans député radical de la Seine.

95 M. Durry, art. cit., p. 68.

96 Paris, IF 7146. Lettre de Louis Gillet à Jérôme Carcopino, 22 décembre 1922.

97 J. Carcopino, Souvenirs romains, p. 207.

98 Il fut le traducteur de Christian Hülsen, Le forum romain, Rome, 1906.

99 C. Carcopino (ed.), Jérôme Carcopino, un historien au service de l’humanisme, Paris, p. I.

100 Paris, IF 7678. Lettre de François Charles-Roux, 20 septembre 1923.

101 Toute l’édition, 24 avril 1937.

102 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 27.

103 Paris, IF 7134. Lettre de Thomas Ashby, 16 décembre 1921.

104 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 65.

105 Rome, AB 7152. Une lettre de Carcopino du 18 février 1923 fait état d’une visite impromptue de Cumont au palais Farnèse où il trouva porte close, Carcopino s’étant lui-même rendu à sa rencontre.

106 C’est l’un des rares exemples où l’on dispose, en miroir aux correspondances reçues par Carcopino et déposées à l’Institut de France, des courriers expédiés. Voir, en réponse aux 82 lettres de Jérôme Carcopino à Franz Cumont (AB 6798 à 12057), les 84 lettres de Franz Cumont à celui-ci (Paris, IF 7141).

107 Paris, IF 7134. Lettre de Walter Amelung à Jérôme Carcopino [1923].

108 Rome, EFR. Rapport au ministre de l’Éducation nationale, le 20 juillet 1937.

109 Petre Popescu-Gogan, « Jérôme Carcopino et la Roumanie », dans Hommage à la mémoire... cit., p. 235.

110 Discours de Vasile Pârvan lors de la réception de Jérôme Carcopino à l’Académie Roumaine, le 8 juin 1926.

111 Paris, IF 7135. Lettre de Fernand Benoît, 11 novembre 1923.

112 Rome, EFR. Lettre du directeur de l’Enseignement supérieur à Jérôme Carcopino, le 28 septembre 1937, sur l’admission du premier membre étranger, le polonais Lopuzanski.

113 Stephen L. Dyson, Eugénie Sellers-Strong. Portrait of an Archaeologist, London, 2004.

114 Notons le curieux lapsus, qui, dans les Souvenirs de sept ans, a transformé le chapitre « fascistes et antifascistes » (p. 699), consacré à ses dénégations, en « fascistes et fascistes » (p. 41) !

115 Paris, AN F/7/15487/A. Note des renseignements généraux, 18 janvier 1949.

116 Évreux, Archives départementales de l’Eure 3/M/1150. Procès-verbal d’installation du maire de Verneuil, le 26 mai 1904.

117 Louis-Modeste Leroy, Dans l’Eure (1883-1929). Quarante-six années de propagande et de politique républicaines, Verneuil, 1929, p. 154.

118 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 160 et 271.

119 Manifeste coopératif des intellectuels et universitaires français, dans Revue des études coopératives, 1, 1921, p. 7.

120 Défenseur constant du maréchal Pétain, aux obsèques duquel il assiste (Paris, IF 7142, lettre d’André Dewavrin du 28 septembre 1951), Carcopino a également exprimé son admiration pour des chefs de gouvernement tels que Pierre Waldeck-Rousseau et Robert Schumann (C. Carcopino, op. cit., p. 89) ou encore Pierre Mendès France (lettre de Jacques Demaire à l’auteur, 21 mai 2010). Un an avant sa mort, il vote encore pour le candidat centriste Alain Poher (entretien de Jérôme Carcopino avec l’amiral Robert d’Harcourt, 1969, 42 min., coll. privée).

121 Aux législatives de 1936, membre de l’Institut, il soutient le candidat radical Camille Briquet (Paris, AN 3/W/121), élu à la fois contre la droite et contre le candidat du Front populaire (lettre de J. Demaire). En 1965, membre de l’Académie française, il soutient Jean Lecanuet (Paris, IF 7153).

122 R. Paribeni, L’Italia e il Mediterraneo orientale, Roma, 1916.

123 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 43.

124 Paris, IF 7678. Lettre de Stéphane Gsell, 24 septembre 1923.

125 « Quand j’eus le privilège, en 1922, d’être promu à la direction par intérim de l’École française, j’avoue que j’évitai, plus que je ne la recherchai, la société de De Sanctis dont le neutralisme, pendant la Première Guerre mondiale, avait scandalisé nombre de ses compatriotes et indisposé tous les nôtres. Quand je revins à Rome en 1937, je compris que j’avais eu tort et que l’historien qui avait dédié l’un de ses volumes à tous ceux qui vouent à un égal mépris les oppresseurs sans vergogne et les opprimés sans révoltes, était simplement un chrétien qui voulait vivre sa religion [...] Conséquent avec lui-même, il avait préféré la retraite et la pauvreté à la prestation du serment exigé de lui par le fascisme ». J. Carcopino, Discours du président de l’Institut. Séance publique annuelle des cinq académies du 25 octobre 1957, Paris, Firmin-Didot, 1957, p. 6.

126 Rome, EFR. Lettre de François Charles-Roux, conseiller à l’ambassade de France auprès du roi d’Italie, au sujet du décret du 25 janvier 1923, 23 février 1923.

127 Rome, EFR. Projet de réponse de Carcopino à François Charles-Roux (sd).

128 Paris, IF 7678. Lettre de François Charles-Roux, 20 septembre 1923.

129 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 291.

130 M. Durry, art. cit., p. 68.

131 C. Diehl, art. cit., p. 134.

132 Atti della pontificia academia romana di archeologia. Rendiconti, Roma, 1923, p. 10. Lorsqu’il y présente ses travaux, le 24 mai 1923, Carcopino est qualifié de « membre correspondant ». Lui-même date son élection, qui n’apparaît pas dans les comptes rendus de séances, de 1922 (J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 16).

133 Le Journal des Débats, 18 août 1923.

134 Paris, IF 7678. Lettre du préfet du palais à Camille Barrère, 11 mai 1923.

135 C’est sous ce nom que Richard Cœur de Lion décrivit l’embouchure du Tibre. Or Carcopino l’a identifié comme la « forêt d’Enée » (J. Carcopino, Virgile et les origines d’Ostie, Rome, 1919, p. 316).

136 Paris, IF 7678. Lettre du préfet du palais à Camille Barrère, 11 mai 1923. Notes manuscrites au verso.

137 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 65-69.

138 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, p. 13. On ignore la date de cette audience, qui se situe nécessairement entre la protestation du pape « contre le comportement des Français dans la Ruhr », le 6 juin 1923, et le retour de Carcopino en France, le 15 juillet suivant.

139 C. Carcopino, op. cit., p. 89.

140 G. Bertier, Le Docteur Carcopino, dans Journal de l’école des Roches, 19 juillet 1913.

141 À l’exception des années 1889-1893 passées à l’internat de Sainte-Barbe, où il est décrit, sous le personnage transparent de Léniot, comme un athée par son camarade Valéry Larbaud (V. Larbaud, Fermina Marquez, Paris, 1911).

142 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 160.

143 « Toute religion prise séparément est fausse, par contre la Religion est vraie et il faut une religion » disait-il à ses enfants, dans l’entre-deux-guerres (C. Carcopino, op. cit., p. 90).

144 Paris, AN 3/W/121. « Comme chef de famille, j’ai élevé dans mes principes de moralité chrétienne, de devoir civique et d’honneur, trois filles [...] et trois fils ».

145 J. Carcopino, Souvenirs romains..., p. 216-237 et 278-281.

146 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 13.

147 J. Carcopino, La vie quotidienne..., cit., p. 242.

148 J. Carcopino, Souvenirs de la Guerre en Orient..., p. 10.

149 Voir les termes en lesquels il décrit l’évolution, strictement comparable, de son camarade André Chaumeix (J. Carcopino, Discours de réception à l’Académie française, Paris, 1956, p. 48).

150 Sa « reconversion », qui « n’a donné lieu à aucun combat de l’âme ni à aucune manifestation ostentatoire », se situe entre la mort de son second fils, en 1938, et ses premiers travaux sur les origines du christianisme, parus dix ans plus tard (C. Carcopino, op. cit., p. 90).

151 Paris, AN AJ/16/5906. Distinction validée par le gouvernement français en 1924.

152 Paris, IF 7162. Lettre de Charles Picard, 6 octobre 1923.

153 C. Diehl, art. cit., p. 134.

154 Paris, IF 7135. Lettre de Camille Barrère, 25 octobre 1923.

155 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans..., p. 157.

156 Paris, IF 7678 »Si vous quittez ce poste, j’en serai navré et comme ami et comme Français. C’est vous qu’il nous faut dans la ville » lui écrit Bellessort, le 18 août 1923.

157 Paris, IF 7133. Albertini espère, le 25 décembre 1922, que Carcopino restera à Rome au moins pour « les six ans réglementaires ».

158 Paris, IF 7154. Louis Leschi regrette, le 1er novembre 1923, « qu’il n’y ait pas d’année suivante ».

159 Paris, IF 7678. Lettre de François Charles-Roux, 20 septembre 1923.

160 Rome, AB 7284. Lettre de Carcopino, 14 juin 1923.

161 Lettre de Charles Diehl au secrétaire perpétuel, 30 septembre 1923, CRAI, 1923, p. 392.

162 Émile Mâle. Le symbolisme chrétien, Vichy, 1983, p. 62 : lettre de Stéphane Gsell à Émile Male, 28 septembre 1923.

163 Paris, IF 7164. Lettre d’Edmond Pottier, 14 mai 1923.

164 Paris, IF. Registres des procès-verbaux de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, séance du 19 octobre 1923.

165 Nantes, MAE SOFE/327. Lettre de Jean Marx à Alphonse Dupront, 18 mai 1935 : « Il faut attendre, pour faire quelque chose à Rome, l’arrivée de Carcopino ».

166 Paris, IF 7164. Lettre d’Edmond Pottier, 6 décembre 1922.

167 Paris, IF 7678. Lettre de François Charles-Roux, 20 septembre 1923.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Louis-Napoleon Panel, « « L’année des quatre empereurs ». L’École française de Rome en 1922-1923 », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 285-298.

Référence électronique

Louis-Napoleon Panel, « « L’année des quatre empereurs ». L’École française de Rome en 1922-1923 », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 02 juillet 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/609 ; DOI : 10.4000/mefrim.609

Haut de page

Auteur

Louis-Napoleon Panel

louisnpanel@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org