Navigation – Plan du site
Mélanges

Le pape, le roi et l’abbé

Défendre à Rome l’autonomie de l’ordre ecclésiastique au début du règne de Henri III (1574-1575)
The pope, the king and the abbot: defending the autonomy of the ecclesiastical order at Rome at the beginning of the reign of Henri III (1574-1575)
Bertrand Marceau
p. 195-219

Résumés

En 1574, Henri III sollicite Grégoire XIII pour approuver les ordres de Saint-Louis et de la Passion, qui doivent servir à fonder son autorité royale. Toutefois, la mission confiée par le roi à l’abbé de Cîteaux Nicolas I Boucherat échoue et le pape refuse d’approuver cette création. Dans le contexte de confessionnalisation qui marque les élites européennes, Boucherat est un exemple d’agent pris dans une double contrainte d’obéissance à son souverain et au pape. À l’interface de la diplomatie officielle et de la diplomatie ecclésiastique, il sert formellement le projet des conseillers royaux pour financer les besoins militaires de la monarchie, tout en conservant une marge de manœuvre pour servir les intérêts de son ordre et défendre l’ordre ecclésiastique. Boucherat raisonne à l’échelle de la chrétienté catholique, dont le centre est à Rome, et non pas dans une logique nationale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article, présenté d’abord en novembre 2009 dans le séminaire de M. Alain Tallon, professeur à l (...)
  • 2 Modèle royal de sainteté, Louis IX est à la fois un saint façonné par les ordres mendiants et un sa (...)
  • 3 L’imitation de la Passion imprègne l’imaginaire pénitentiel du roi, en qui est uni la nature et la (...)
  • 4 « Mythe de l’accomplissement collectif », la croisade « est l’acte collectif par où s’est cherchée (...)
  • 5 Sur l’importance de la croix, instrument de la passion du Christ, dans la spiritualité des ordres m (...)
  • 6 La situation financière est particulièrement inquiétante au début de 1574, et la reprise de la guer (...)

1Le 30 mai 1574, la mort de Charles IX ouvre la succession du royaume de France1. Son frère puîné Henri, roi de Pologne depuis mai 1573, retourne lentement en France et entre à Lyon à la fin de l’été 1574. Alors que la France peine à trouver une forme de coexistence entre la majorité catholique et la minorité réformée, l’idéologie royale et le goût pour la chevalerie conduisent le nouveau souverain à solliciter l’approbation et le soutien du pontife pour l’établissement des ordres de Saint-Louis2 et de la Passion de Notre-Seigneur3. Henri III (15741589) s’inscrit dans la politique de son prédécesseur, qui avait esquissé un projet en faveur d’une nouvelle milice, et veut rendre un culte particulier au saint roi croisé4 et à la Passion du Christ. Ces deux ordres équestres, dont le roi prévoit l’érection pour son futur sacre, doivent servir à fonder son autorité royale et à accroître son prestige, aussi bien à l’intérieur du royaume que sur la scène européenne. Le projet de Henri III, qui a déjà dessiné la croix5, prévoit notamment la création d’un ordre militaire et religieux de 450 chevaliers dévoués au service de la monarchie. Alors que l’État connaît des difficultés financières chroniques6, l’établissement de commendes sur le temporel du clergé de France est le moyen de financer ces ordres. Chaque titulaire doit être pourvu de pensions sur les bénéfices ecclésiastiques. Dès l’automne 1574, le roi confie à l’abbé de Cîteaux Nicolas I Boucherat (1571-1584) une mission auprès de Grégoire XIII (1572-1585), afin que le pape autorise cette création.

  • 7 J. Boucher, L’ordre du Saint-Esprit dans la pensée politique et religieuse de Henri III, dans Cahie (...)
  • 8 Sommaire-Mémorial de Jules Gassot, secrétaire du roi (1555-1623), éd. P. Champion, Paris, 1934, p.  (...)
  • 9 V. Martin, Le gallicanisme et la réforme catholique. Essai historique sur l’introduction en France (...)
  • 10 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé, dans Mélanges d’archéologie et d’his (...)
  • 11 Lettres de Henri III, roi de France, recueillis par Pierre Champion, publiées avec des compléments, (...)
  • 12 BNF, fr. 3321, fol. 4r-13r. L’ensemble comprend quatorze lettres entre l’abbé de Cîteaux et Henri I (...)
  • 13 Une distinction doit être opérée non seulement entre Rome et l’Église de France, mais entre cette d (...)
  • 14 Les troubles de religion ont bouleversé les relations entre le pouvoir royal et les grands nobles. (...)

2L’échec final de la mission a conduit à son oubli relatif, oubli augmenté encore par le succès de l’érection de l’ordre du benoît Saint-Esprit en décembre 15787. Cette négociation, relatée brièvement dans les mémoires du secrétaire du roi Jules Gassot8, a toutefois été abordée aussi bien par Victor Martin9 que par Ivan Cloulas dans un article détaillé10. Un dossier manuscrit signalé par Michel François11 éclaire ce voyage sous un angle original et précise les difficultés rencontrées à Rome. Réalisée à la fin du xvie siècle, la copie manuscrite des échanges épistolaires entre Nicolas Boucherat et les membres de la cour de France est conservée à la Bibliothèque nationale de France12. Dans le cadre des rapports entre l’État et l’Église dans la seconde moitié du xvie siècle, quel est le sens de cette mission ? Pourquoi Henri III veut-il promouvoir un nouvel ordre de chevalerie et qu’attend-il du pape ? Pourquoi faire appel à l’abbé de Cîteaux ? Ce dossier épistolaire permet de poser le problème des rapports complexes entre la papauté, la cour de France et un ordre monastique ancien au début du règne de Henri III, et de faire apparaître les lignes de fracture à l’intérieur d l’Église, qui n’est pas une entité monolithique13, et à l’intérieur de l’État, dont la gestion est le résultat d’un équilibre savant entre les différents pouvoirs14.

  • 15 Revenus attachés à un office ecclésiastique, les bénéfices séculiers et réguliers sont l’objet de c (...)
  • 16 « Le royaume de France est sans doute le territoire de la Chrétienté où la marge de manœuvre accord (...)
  • 17 A. Borromeo, Gregorio XIII, dans Dizionario biografico degli Italiani, LIX, Rome, 2002 (Istituto de (...)
  • 18 La pression de la fiscalité royale sur le clergé est nettement accrue depuis le contrat de Poissy d (...)
  • 19 I. Cloulas, La monarchie catholique et les revenus épiscopaux : les pensions sur les mitres de Cast (...)

3Trois acteurs apparaissent nettement : le pape, le roi et l’abbé de Cîteaux. Les deux premiers se partagent la nomination et la provision aux bénéfices majeurs du royaume15, suivant une répartition qui profite au roi de France16. Au nom de son devoir de préservation des droits inviolables et des intérêts de l’Église, le pape, qui attend du nouveau roi la relance de l’alliance franco-espagnole dans la lutte contre les huguenots et contre les Turcs17, défend pied à pied l’autonomie de l’ordre ecclésiastique, dans le contexte d’adaptation du projet universaliste catholique au morcellement de la chrétienté. En revanche le roi, en personne ou représenté par ses conseillers, est d’abord préoccupé par l’équilibre précaire de sa couronne et il promeut en conséquence aux bénéfices selon des critères de politique intérieure, car l’importance du temporel ecclésiastique en fait une ressource inépuisable18. Lié à la construction de l’État royal, ce phénomène ne touche pas que la France et peut être comparé à l’utilisation des impositions ordinaires et des pensions épiscopales dans la monarchie du roi catholique, au moment où l’unité des royaumes espagnols s’achève19.

  • 20 Seul de tous les abbés réguliers de France, l’abbé de Cîteaux prête serment dans les mains du roi. (...)
  • 21 Cette position de « tiraillement entre la double allégeance au prince et au pape » n’est pas propre (...)
  • 22 R. de Ganck, Les pouvoirs de l’abbé de Cîteaux, de la bulle Parvus fons (1265) à la Révolution fran (...)

4Au milieu de cette tension entre l’Église et l’État se trouve l’abbé de Cîteaux, dont la mission délicate se caractérise par un jeu permanent entre la politique de son seigneur, le roi de France20, et celle de Rome. Dans le contexte de confessionnalisation qui marque les élites européennes dans la seconde moitié du xvie siècle, Nicolas Boucherat est un exemple d’agent pris dans une double contrainte d’obéissance, parfois contradictoire, à son souverain et au pape. En tant que supérieur général d’un ordre monastique, Nicolas Boucherat doit agir avec finesse : il négocie pour le roi alors qu’il cherche lui-même à maintenir l’indépendance de ses monastères face aux menaces de tutelle par les divers pouvoirs21. Les filiations et les réseaux cisterciens s’étendent à toute l’Europe catholique, imposant au général de l’ordre une politique d’équilibre entre les différents souverains22.

Le renouveau des ordres de chevalerie

  • 23 Sur la transmission de la culture chevaleresque dans la noblesse européenne confrontée à la genèse (...)
  • 24 M. Châtenet, Henri III et l’ordre de la cour. Évolution de l’étiquette à travers les règlements gén (...)
  • 25 P. Chevallier, Henri III, roi shakespearien, Paris, 1985, p. 263 ; M. Châtenet, op. cit., p. 134. E (...)

5Les motivations de Henri III en faveur de ce projet sont multiples, fondées à la fois sur le caractère personnel du souverain et sur l’imaginaire européen imprégné de la mentalité chevaleresque23. La prime origine se trouve sans doute dans le goût du souverain pour l’étiquette24. Dès son arrivée à Lyon le 6 septembre 1574, le roi ordonne un nouveau règlement pour remettre de l’ordre dans le cérémonial de la maison de France. Imitant des pratiques qui se tiennent à la cour de Bruxelles, en Autriche ou en Espagne, il choque les courtisans en instaurant entre lui et les gentilshommes une distance que ceux-ci répugnent à observer25. La création d’une milice participe du même but, former une élite en rassemblant les fidèles autour de sa personne.

  • 26 Protecteur de la France grâce à Louis XI, l’archange toutefois fit « pour lui moins de miracles que (...)
  • 27 Ainsi lorsque Robert II de la Marck, seigneur de Sedan, prend le parti de l’empereur en avril 1518, (...)
  • 28 G-F. Poullain de Saint-Foix, Histoire de l’ordre du Saint-Esprit, Paris, 1766, partie I, p. 51. Le (...)
  • 29 La rumeur accuse les Guise à la mi-novembre 1561. « On parlait déjà de représailles à exercer contr (...)
  • 30 En janvier 1579, Pierre de L’Estoile traduit le sentiment commun en écrivant : « On disoit que le r (...)

6La seconde raison réside dans la décrépitude de l’ordre de Saint-Michel, fondé en août 1469 par Louis XI26. Depuis cette date, le collier de l’ordre de Saint-Michel sert à distinguer les chevaliers et à les attacher fidèlement à la cour de France27. Son attribution sanctionne le lien de service entre le chevalier et le souverain, ce qui explique que la trahison du roi entraîne en sus des autres peines la dégradation de l’ordre28. À l’automne 1561, au moment où le vague projet de l’enlèvement d’un fils de France, le futur Henri III, est éventé, les représailles envisagées contre le duc de Nemours et contre les comploteurs comprennent la convocation d’un chapitre de l’ordre de Saint-Michel avec des mesures de répression29, signe que l’appartenance à l’ordre traduit encore la fidélité au souverain. Néanmoins, la plus grande facilité de distribution des colliers a affaibli le prestige de l’ordre30, dont la renommée a pâli dans les années 1560.

  • 31 Voir l’exemple de Jean des Vaux, seigneur de Lévaré, capitaine dans le Bas-Maine de 1560 à 1590, cr (...)
  • 32 Voir l’ordonnance de Charles IX du 14 août 1569 in G-F. Poullain de Saint-Foix, Histoire de l’ordre (...)
  • 33 Lorsque Catherine de Médicis a besoin d’appuis solides en Pologne pour la cause française, elle acc (...)
  • 34 Peu après son avènement, Henri III ne se prive pas de la nomination comme chevalier de l’ordre de S (...)
  • 35 Si l’on suit les mémoires de J. Gassot, c’est Lorraine qui « avoit donné ung advis au roy » en fave (...)

7Aux chevaliers rendant des services éminents à la monarchie, le collier de Saint-Michel est toujours attribué, particulièrement à destination des capitaines assurant le service du roi pendant les guerres de religion31. Si le roi la juge nécessaire, la convocation à son service militaire est obligatoire32. Au début des années 1570 encore, l’attribution du collier n’est pas inutile, aussi bien pour nouer des alliances avec l’étranger33 que pour des nécessités de politique intérieure34. Mais le besoin d’une nouvelle milice se fait sentir dans l’entourage royal, particulièrement sous l’influence du cardinal de Lorraine (1525-1574)35. L’ordre de Saint-Michel paraît insuffisant pour les projets du nouveau roi, qui tient à participer au renouveau des ordres de chevalerie en Europe. La concurrence des États européens en construction a trouvé en effet un champ de rivalité symbolique avec les ordres militaires, qui se sont développés à nouveau et réorganisés dans les années 1560-1570 en Espagne, en Toscane et en Savoie. Ces trois États montrent le profit que le souverain peut tirer d’une milice qui mêle service chevaleresque et dévotion religieuse, réformant le lien entre le prince et les grands nobles. Les exemples étrangers ont sans nul doute inspiré le projet de Henri III.

  • 36 Ordre dynastique, l’ordre de la Toison d’Or est créé à Bruges le 10 janvier 1430 par Philippe le Bo (...)
  • 37 Philippe le Bon voulait grouper autour de lui ses barons vassaux et attirer dans l’alliance bourgui (...)
  • 38 Les principes constants de la politique religieuse de Philippe II comprennent la main-mise renforcé (...)
  • 39 Fondé au milieu du xiie siècle par l’abbé cistercien de Fitero, l’ordre monastique et militaire de (...)
  • 40 Le chapitre général de Cîteaux avait placé Calatrava sous la dépendance de Morimond, au diocèse de (...)
  • 41 Le prieur, qui dirige les clercs, est un contrepoids face au maître de l’ordre. Le dernier prieur v (...)
  • 42 F. Fernández Izquierdo, La orden militar de Calatrava en el siglo xvi. Infrastructura institucional (...)

8En Espagne, les ordres de chevalerie servent le prestige de la couronne et lui fournissent de solides contributions financières. Le roi est ainsi à la tête de la Toison d’Or36, ordre bourguignon à la renommée inégalée, créé pour des fins de politique étrangère par un duc à qui faisait défaut la souveraineté régalienne37. Par le jeu des successions, la Toison d’Or s’est ajoutée aux autres ordres hispaniques, rehaussant l’autorité du roi catholique. Dans la péninsule ibérique, les ordres militaires et religieux ont été peu à peu convertis en ordre de cour, au service des objectifs religieux, politiques et financiers de Philippe II38, comme le montre l’accroissement de son pouvoir sur l’ordre de Calatrava39. Avec la reine Élisabeth, il passe la semaine sainte de 1560 dans le couvent-forteresse de la milice calatravaise, prélude au chapitre général tenu à Tolède en 1563, au cours duquel est abolie la tutelle de l’abbaye cistercienne de Morimond sur Calatrava40. La nomination du prieur de Calatrava, qui appartenait à l’abbé de Morimond, est transférée au roi, car Philippe II ne veut plus de prieur étranger41. C’est là l’une des transformations majeures dans les structures juridiques de l’ordre de Calatrava au xvie siècle42. Modèle d’intégration des ordres militaires et religieux à la couronne hispanique, la main-mise du Roi catholique sur le recrutement des chevaliers et sur les finances ne peut que susciter l’intérêt mêlé de convoitise du roi de France.

  • 43 La bulle est reproduite in G. Guarnieri, I Cavalieri di Santo Stefano nella storia della Marina Ita (...)
  • 44 G. Guarnieri, I Cavalieri di Santo Stefano, p. 41-42. Le 2 août 1554, à Marciano ou Scannagallo, la (...)
  • 45 F. Angiolini, Santo Stefano, ordre de, dans N. Bériou et P. Josserand (dir.), Prier et combattre... (...)
  • 46 Sur l’importance des commendes dans le patrimoine de la noblesse toscane, voir F. Angiolini, I cava (...)
  • 47 G. Guarnieri, I Cavalieri di Santo Stefano... cit., p. 98-105.

9Avant de susciter l’intérêt français, l’exemple espagnol a inspiré le grand-duc de Toscane, qui a fondé sous le vocable de Santo Stefano un ordre équestre au service des ambitions médicéennes. L’ordre florentin est approuvé le 1er octobre 1561 par une bulle de Pie IV43 et consacré à Pise le 15 mars 1562 en souvenir de la victoire des Médicis à Marciano44. Imitant l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem et les milices hispaniques, l’ordre de Santo Stefano (1562-1859) fonctionne comme une institution nobiliaire dotée d’un important patrimoine foncier45, qui renforce la cohésion de la classe dominante toscane46. Actives dès 1563, les galères de l’ordre, sur lesquelles servent tous les chevaliers, doivent protéger les rives de la mer Méditerranée contre les Turcs et contre les Barbaresques. La participation du Sacro Militare Ordine di Santo Stefano papa e martire à la victoire de Lépante du 7 octobre 1571 est l’un de leurs faits d’armes les plus éclatants47. L’imposition de l’État médicéen sur la scène internationale a été soutenue par la création d’un ordre vigoureux.

  • 48 En mai 1545, Emmanuel-Philibert reçoit lors de son séjour à la cour de l’empereur le collier de l’o (...)
  • 49 P. Josserand, Saint-Maurice, ordre de, dans N. Bériou et P. Josserand (dir.), Prier et combattre... (...)
  • 50 F.-O. Touati, Saint-Lazare de Jérusalem, ordre de, dans N. Bériou et P. Josserand (dir.), Prier et (...)
  • 51 L. Cibrario, Précis historique des ordres religieux et militaires de Saint-Lazare et de Saint-Mauri (...)
  • 52 Selon l’historiographe des ordres du roi Gautier de Sibert, « l’ordre se ressentit de ces malheureu (...)
  • 53 La mort de Pie V, le 1er mai 1572, interrompt aussi les négociations menées avec Philippe II, qui s (...)
  • 54 Ch. Coquelines, Bullarium Romanum, IV, p. III, 1746, p. 236-238. Selon les termes de cette bulle, l (...)
  • 55 Ch. Coquelines, Bullarium Romanum, IV, p. III, 1746, p. 239-241. Voir aussi L. Cibrario, Précis his (...)
  • 56 L’expression est le titre de l’un des chapitres de la thèse de R. Hyacinthe, L’ordre militaire de S (...)

10Le succès des ordres de chevalerie en Europe, qui permet la fondation de nouvelles milices, favorise aussi le renouvellement des ordres anciens. Général ayant servi Charles Quint48, beau-frère de Henri II, le duc de Savoie Emmanuel-Philibert saisit l’occasion pour créer l’Ordine dei Santi Maurizio e Lazzaro (1572-1868), issu de la réunion de l’ordre de Saint-Maurice49 et de la branche italienne de l’ordre de Saint-Lazare50. Homme de guerre et diplomate habile, le vainqueur de Saint-Quentin (1557), qui a rétabli l’indépendance de son duché aux termes du traité du Cateau-Cambrésis (1559), a profité de la renonciation en janvier 1571 du grand-maître de l’ordre de Saint-Lazare pour demander à Pie V la nouvelle érection de l’ordre de Saint-Maurice et la réunion des deux ordres51. Occupés par les troubles violents consécutifs à la Saint-Barthélemy, les gens du roi de France ne s’opposent pas au démembrement de l’ordre lazariste, bien que cette diminution affecte la souveraineté du royaume, dans lequel se situe de nombreux biens appartenant à l’ordre52. Après de longues négociations interrompues par la mort de Pie V53, Grégoire XIII approuve le nouvel ordre de Saint-Maurice le 16 septembre 157254 et la réunion des deux ordres deux mois plus tard55. Le souverain pontife est favorable à la fusion des deux entités, car les biens de l’ordre de Saint-Lazare constituent une base solide pour financer la vocation militaire de l’ordre de Saint-Maurice. À l’heure où toute force supplémentaire est la bienvenue dans les projets de croisade contre les Turcs, l’ordre des Saints-Maurice-et-Lazare constitue une « modernisation définitive »56 de milices anciennes, dont Henri III a vu les effets bénéfiques lors de son passage par la Savoie à l’été 1574.

  • 57 L. Cibrario, Précis historique des ordres religieux et militaires, p. 94-96.
  • 58 N. Jaspert, Maurice, saint, dans N. Bériou et P. Josserand (dir.), Prier et combattre... cit., p. 5 (...)
  • 59 P. Cozzo, La geografia celeste dei duchi di Savoia. Religione, devozioni e sacralità in uno stato d (...)
  • 60 Voir les descriptions des cérémonies des années 1572, 1573 et 1574 par l’aumônier d’Emmanuel-Philib (...)
  • 61 Sur les premiers effets de cette création dont la dimension internationale est marquée, voir A. Mer (...)

11Le 15 janvier 1573, les insignes de l’ordre des Saints-Maurice-et-Lazare sont envoyés par le pape à Emmanuel-Philibert57, ce qui n’est pas le signe de la dévotion personnelle du duc mais l’expression religieuse publique de la dynastie de Savoie, en réponse à l’ordre créé par les Toscans. De la même manière que saint Vincent appartient à la géographie sacrée de la Savoie, la promotion du culte de saint Maurice, patron de plusieurs ordres de chevalerie58, a pour but de remettre le duché de Savoie dans la course à la prééminence politique en Italie59. Les efforts du duc, qui accorde une grande attention aux cérémonies religieuses60, sont en partie couronnés de succès dans le jeu politique italien et international. La création de l’ordre, dont le siège est à Turin, est une contribution à l’indépendance politique du duché61.

  • 62 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 400, n. 1. L’ordre du Sai (...)

12Si l’on ajoute les créations toscanes et savoyardes à la rivalité avec sa majesté catholique, il appert que la renaissance des ordres européens pousse à l’érection d’une nouvelle milice propre à la monarchie française. Doté d’un grand sens politique, Henri III a compris le fruit qu’il peut tirer de cet instrument de politique intérieure et étrangère. Les ordres de chevalerie contribuent au renforcement des souverains européens, y compris de ceux qui ne possèdent pas la fonction régalienne. L’intérêt du roi pour les ordres est augmenté encore lors de son passage en Italie, le 22 juillet 1574, lorsqu’il reçoit le livre manuscrit des statuts de l’ordre du Saint-Esprit des mains de Luigi Mocenigo, doge de Venise62.

Les négociations romaines

  • 63 L Pastor, Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge. Tome XX : Grégoire XIII (1572-1585) (Suite (...)
  • 64 Depuis 1562, les dépenses liées aux guerres de religion sont financées par divers moyens, comme les (...)
  • 65 I. Cloulas, op. cit., p. 44.
  • 66 B. Barbiche, La nonciature de France aux xvie et xviie siècles : les nonces, leur entourage et leur (...)

13La période néanmoins n’est pas la plus favorable pour le projet français. Grégoire XIII, après avoir soutenu la candidature de l’archiduc Ernest au trône de Pologne, a certes abandonné l’Autrichien au profit du Français en 1573, mais cela s’explique moins par un soutien inconditionnel à la France que par la volonté de faire élire un prince catholique63. Par surcroît, les négociations pour l’aliénation des biens du clergé64 ont affecté les relations avec Rome. Lors de la quatrième aliénation, autorisée par la bulle du 24 août 157465, les pressions considérables exercées sur le nonce en France Salviati66 et sur les cardinaux ont terni l’entente diplomatique. La France ne cesse de réclamer la vente des biens ecclésiastiques, alors que Rome préfère concéder de manière temporaire une partie des revenus du clergé, afin de pas affecter durablement le temporel de l’Église de France.

  • 67 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 387. La mort de Charles I (...)
  • 68 P. Hurtubise, Correspondance du nonce en France, Antonio Maria Salviati (1572-1578), I, Paris, 1975 (...)
  • 69 Le 14 juin 1574, le cardinal de Côme Tolomeo Galli écrit au nonce en Espagne Ormaneto et mentionne (...)
  • 70 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 390. « En déduisant les d (...)
  • 71 U. Coldagelli, Boncompagni, Filippo, dans Dizionario biografico degli Italiani, XI, Rome, 1969, p.  (...)

14À l’occasion de la mort de Charles IX67, connue à Rome le 10 juin 1574, le souverain pontife dépêche officiellement en France Fabio Mirto Frangipani, archevêque de Nazareth et prédécesseur de Salviati à la nonciature de Paris, afin de présenter à la cour les condoléances pontificales68. En réalité, Frangipani doit préparer une alliance avec l’Espagne69 afin de négocier et préparer une action concertée des puissances catholiques contre les protestants, notamment les insurgés des Pays-Bas. L’archevêque de Nazareth est par ailleurs muni d’une bulle portant concession de la moitié des fruits et revenus du clergé français, qui doit être montrée seulement si la situation financière l’impose et si les exigences françaises sont trop fortes70. À l’occasion du passage en Italie du roi de France, le cardinal-neveu Filippo Boncompagni est créé légat du pape. Chargé de convaincre Henri III d’une alliance commune contre les huguenots, il rencontre le roi à Venise en juillet 1574, lors de son périple lent et sinueux, mais sans grand succès diplomatique71. Les intérêts français intérieurs et la politique pontificale sont divergents.

  • 72 Sur la carrière du baron de Ferrals, voir C.-M. de Witte, Notes sur les ambassadeurs de France à Ro (...)
  • 73 Selon un rapport de février 1574 sur la cour de Grégoire XIII, cité par L Pastor, Histoire des pape (...)
  • 74 V. Martin, Le gallicanisme et la réforme catholique, p. 123. L’affaire est au yeux de Henri III « t (...)

15Le caractère délicat de la mission impose un négociateur expérimenté et apprécié de la curie romaine. L’affaire n’est pas confiée à François de Rougier, baron de Ferrals, ambassadeur à Bruxelles puis à Rome72, qui est « riguardato da N. Sig più che amato, havendo in certe parti non solo vivezza, ma del terribile et troppo ardente »73. Le mépris nobiliaire de l’ambassadeur ordinaire conduit à un autre choix, qui se porte sur l’abbé de Cîteaux Nicolas Boucherat74

  • 75 É. Brouette, Nicolas I Boucherat, dans Dictionnaire des auteurs cisterciens, Rochefort, 1975 (La Do (...)
  • 76 L’ordre compte alors environ 700 monastères d’hommes et 900 de femmes.
  • 77 A. Tallon, La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, 1997 (Bibliothèque des Écoles franç (...)
  • 78 B. A. Marton, Cardinal Jérôme Souchier, dans Analecta cisterciensia, XXVIII, 1972, p. 143-145 ; ASV (...)
  • 79 Voir par exemple la charte de visite de l’abbaye de Port-Royal des Champs le 17 septembre 1572, in (...)
  • 80 A. Postina, Beiträge zur Geschichte der Cistercienserklöster des 16. Jahrhunderts in Deutschland, d (...)
  • 81 Selon la tradition cistercienne, François Ier préside en juin 1521 à Cîteaux le chapitre général de (...)

16Né à Pont-sur-Seine en 1515, ce religieux cistercien est d’abord profès du Reclus, au diocèse de Troyes, puis prieur de la même abbaye. Reçu docteur en théologie de l’Université de Paris en 1534, il est procureur général de l’ordre en cour de Rome et enfin élu abbé général de Cîteaux en décembre 157175. Sa longue expérience à l’intérieur de l’ordre fait de lui un homme connu aussi bien en France qu’en Italie76. En tant que procureur de Cîteaux, il a participé aux travaux de la commission chargée de l’index lors de la troisième période du concile de Trente77. Proche du cardinal Jérôme de La Souchière ou Souchier, il a été commis en 1569 à la visite des monastères cisterciens des États pontificaux ainsi que ceux des royaumes de Naples et de Sicile78. Son élection à Cîteaux n’interrompt aucunement ses visites, qui ont pour but essentiel de contrôler dans les monastères la bonne application des us cisterciens et des décrets tridentins. Ainsi, de 1572 à 1574, il inspecte avec une grande rigueur les établissements de France79, de Suisse, d’Allemagne, de Bohême et de Flandre80. Négociateur habile, dom Boucherat connaît l’importance des milices dans l’économie symbolique de la monarchie, puisque, en souvenir d’un chapitre général de l’ordre de Saint-Michel tenu à Cîteaux, huit blasons de chevaliers décorent le pourtour du chœur de l’église de Cîteaux81. Habitué à voyager dans les pays italiens, germaniques ou flamands pour des visites en tant que supérieur général, Nicolas Boucherat est donc l’homme idoine pour mener à bien cette mission.

  • 82 BNF, fr. 3321, fol. 4r. Copie d’une lettre du roi à N. Boucherat, éditée par M. François in Lettres (...)
  • 83 Sommaire-Mémorial de Jules Gassot, éd. P. Champion, p. 137. Le roi est « fort affectionné et dispos (...)
  • 84 Henri III est sacré à Reims le 13 février 1575 et son mariage avec Louise de Vaudémont est célébré (...)
  • 85 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].
  • 86 I. Cloulas, « Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé », p. 397. En effet « le roi préten (...)

17Le cadre de la mission est fixé par la lettre du roi du 11 novembre 157482 : « Monsieur de Cisteaux, je vous envoye touttes les despesches dont je vous ay parlé et bien instruict auparavant votre partement [...]. J’escris aussi à messieurs les cardinaulx qui peuvent favoriser cest affaire avec des lettres en blanc, que vous ferés subscrire et distribuer selon que vous jugerés a propos. Je vous prie vous y employer comme m’avés promis, et que je m’en assure, et que ce porteur m’en puisse bien tost apporter quelque bonne response ». Pressé par Lorraine, le roi attend une réponse rapide83, car la confirmation pontificale doit être expédiée pour son sacre84, « affin d’avoir moyen d’autant plus tost de restablir les esglises et donner contentement a votre noblesse, laquelle ne peut estre plus solennellement assamblée qu’a votre sacre »85. Si Nicolas Boucherat est chargé principalement de l’érection des deux ordres, il doit aussi demander l’autorisation d’une nouvelle aliénation de 2 000 000 livres tournois et la « reconnaissance du département de l’aliénation fait par les prélats, qui accroissait l’aliénation permise jusqu’à un million et demi de livres tournois »86.

  • 87 D. Cuisiat, Lettres du cardinal Charles de Lorraine (1525-1574), Genève, 1998, p. 14.
  • 88 Ce réseau est entretenu par des dépenses marquant la présence de la maison des Guise à Rome. L’inté (...)
  • 89 Élevé au cardinalat en mai 1570, Nicolas de Pellevé (15181594) est membre de la congrégation du Sai (...)
  • 90 BNF, fr. 3321, fol. 4r-v. Copie d’une lettre du cardinal de Lorraine à N. Boucherat, c. 20 novembre (...)
  • 91 « Le sieur Philippes Musot m’a donné beaucoup de bons et necessaires advertissemens, et s’y est for (...)
  • 92 ASV, Nunc. Avignon 3, fol. 917. Lettre du cardinal de Lorraine à Grégoire XIII, 20 novembre 1574, é (...)
  • 93 BNF, fr. 3321, fol. 4v-5r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Viterbe, [14 décem (...)

18Dans la mesure où rien ne peut se faire sans le cardinal Charles de Lorraine, qui joue « un rôle essentiel dans une politique royale dont l’apparence parfois incohérente s’explique bien par le jeu des pressions rivales, des antagonismes latents ou déclarés, le vouloir et intention du roi n’étant qu’une résultante toujours précaire »87, l’abbé de Cîteaux reçoit dès le début de sa mission une longue lettre de celui-ci. Frère du duc François et neveu du cardinal Jean, Charles de Lorraine lui garantit les commodités de son précieux réseau romain88. « J’escris en faveur de cest affaire a messieurs les cardinaulx mes amys, j’espere qu’ilz vous y ayderont. Vous communiquerés votre instruction a monsieur le cardinal de Pellevé89 et vous gouvernerés suyvant son advis. Je luy en escris bien amplement, mais le principal de votre negotiation n’est pas cela, qui se pourra poursuyvre et solliciter avec le temps, si maintenant il s’y trou-voit trop de difficulté. Mais il fault travailler au reste et manyer cela dextrement, selon les humeurs de ceulx avec lesquelz vous traittés »90. L’abbé peut se servir des obligés de Lorraine à Rome, comme les Musot ou Musotto : Antoine Musot pour bailler les courriers, ou Philippe Musot pour être averti des démarches à suivre91. Parallèlement, dans l’une de ses dernières lettres, le cardinal de Lorraine avertit Grégoire XIII du départ pour Rome de l’abbé général de Cîteaux, chargé d’une mission par le roi92. Cet appui est nécessaire pour se bien gouverner avec les intérêts contradictoires en jeu, ainsi que Nicolas Boucherat l’indique dans sa réponse : « Je sçai bien que les questions et demandes y contenuees ne seront faittes et que j’auray bon besoin d’estre garny de response »93. Boucherat connaît Lorraine depuis les années 1560 au moins et sait pouvoir compter sur son appui.

  • 94 Affluent occidental du Tibre dans son cours moyen, dans une vallée de Toscane, non loin de la Via F (...)
  • 95 BNF, fr. 3321, fol. 4v-5r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Viterbe, [14 décem (...)
  • 96 A. Tallon, La France et le concile de Trente (1518-1563)... cit., p. 48 : « Le printemps et l’autom (...)

19Le voyage est difficile, car « il a tant plu despuis mon partement de Boulogne, que je n’ay jamais passé rivière ny ruisseaux que sans bien grand danger, et finablement la riviere de la Paglia94 est sy excessivement creue que nous avons esté contraintz de sesjourner deux jours ; sans cela, je fusse arrivé a Rome des dimanche au soir et a tamps pour vous faire response »95. La principale difficulté du chemin est la montée des eaux, au printemps et à l’automne, dans la péninsule96, et l’abbé de Cîteaux arrive avec quelque retard le mercredi 15 décembre 1574.

  • 97 BNF, fr. 3321, fol. 10r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Guillaume Ruzé, Rome, [janvier 1575 (...)
  • 98 C’est seulement à partir de 1576 que, sur ordre de Henri III, l’accueil des Français à Rome est amé (...)
  • 99 BNF, fr. 3321, fol. 10r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à G. Ruzé, Rome, [janvier 1575].

20À ces difficultés pratiques s’ajoutent les questions financières, problème récurrent de la diplomatie. La mort à Avignon du cardinal de Lorraine, le 26 décembre 1574, accroît la précarité de la situation de Nicolas Boucherat, comme il apparaît dans une lettre à l’évêque d’Angers. Il « n’est possible que je puisse satisfaire a la despense que je fais, si le roy ne me donne l’ayde qu’il m’a promis. Feu monsieur le cardinal me fist laisser une quitanse de douze cent esculz »97. La perspective du jubilé de 1575 et l’afflux de pèlerins ont renchéri les loyers, et « le seul logis avec les meubles me coustent quarante esculz par mois98, encores que je sois bien estroitement logé, outre que touttes choses sont merveilleusement cheres a cause de l’année sainte »99.

  • 100 Selon la lettre de Salviati au cardinal de Côme (ASV, Segr. Stato, Francia 7, fol. 577r-580v. Lettr (...)
  • 101 BNF, fr. 3321, fol. 6r-7v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à C. de Médicis, Rome, [janvier 1575]
  • 102 Les clercs savent bien que l’Église est l’ordre du royaume le plus riche et que sa contribution aux (...)

21En outre, l’abbé de Cîteaux est confronté à la diplomatie de la rumeur, effet des négociations sur les aliénations de bien du clergé. « Après estre arrivé en ceste ville, j’ay esté fort étonné quand l’on m’a [fol. 6v] dict que plus de quinze jours auparavant mon arrivée, toutte ceste cour estoit advertie de la cause pour laquelle le roy m’avoit envoyé par deça100. Le pis est d’en avoir esté adverty en telle sorte qu’il leur sambloit que je fusse envoyé pour l’entiere ruine de l’Eglise de France »101. L’utilisation de l’expression « ruine de l’Eglise de France », qui revient à plusieurs reprises dans la correspondance, illustre la contradiction au cœur même de cette mission : dom Boucherat, prélat éminent héritier des feux de saint Bernard, a charge de négocier un projet qui diminue les droits et les revenus de cette Église102. Ce paradoxe apparent illustre la complexité des rapports entre l’Église et l’État, dont les positions apparemment fermes s’assouplissent devant les circonstances.

  • 103 Cardinal riche et abbé commendataire, Alessandro Farnese (1520-1589), parfois surnommé le faiseur d (...)
  • 104 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 15 (...)
  • 105 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 390-391. Le tiers des bén (...)

22Le clergé se distingue par une multiplicité d’acteurs, dont les intérêts sont proches mais ne se recoupent pas exactement. Ils ne disposent pas des mêmes informations et ne les divulguent pas de la même manière, provoquant des rumeurs qui obscurcissent le travail de Nicolas Boucherat. Certes, dès son arrivée à Rome le dimanche 12 décembre, Frangipani « avoit rabattu les coups, ayant faict entendre a sa sainteté et a plusieurs autres, et nota-ment au cardinal Farneze103, l’intention de sa majesté », mais cela ne suffit guère car dès la fin du mois de novembre, « ils estoient advertis de ma venue et persuadés je ne sçais de qui, que je venois pour ruiner l’Église de Franse »104. L’une des ces personnes est sans doute Jacques de la Saulsaye, syndic général du clergé de France, envoyé à Rome le 19 juillet 1574. Il porte au pape un mémoire contre les aliénations de leur temporel et démontre les défauts graves des aliénations105. Le caractère composite du clergé de France apparaît nettement, partagé entre les prélats proches de la cour de France, qui sont intéressés à l’accroissement des revenus royaux, dont ils sont parmi les premiers bénéficiaires, et les autres membres du clergé, qui craignent les effets négatifs de nouveaux départements.

  • 106 BNF, fr. 3321, fol. 11v-12r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à C. de Médicis, Rome, [janvier 157 (...)

23Dans ce contexte peu favorable, convaincre les membres de la curie demande du temps, ce que le roi n’a pas. Son envoyé ne cesse en conséquence de justifier l’ampleur et la célérité de son action : « Il ne c’est passé jour que je n’aye visité messieurs les cardinaulx deputés, desquels je vous ay envoyé la liste, en leur proposant touttes les raisons que je puis pour les faire aprehender le bien qui proviendra de l’erection des ordres de la Passion et de Saint-Louys, et restitution du service de Dieu, et le restablissement de la dicipline monastique et observance reguliere en tous les monasteres de France, la plupart desquelz sont grandement ruynés, tant par la malice du temps que faute de pasteurs reguliers »106. Afin de vaincre les suspicions soulevées par cette mission, le négociateur principal doit habilement défaire les positions de ceux qui l’ont précédé à la curie et gagner le soutien des cardinaux.

  • 107 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].
  • 108 L’archevêque titulaire de Nazareth, qui conserve la confiance pontificale, est à nouveau envoyé en (...)
  • 109 Bibl. nat. de France, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [ (...)
  • 110 Fils de Buoncompagno Buoncompagni et neveu de Grégoire XIII, Filippo Boncompagni est créé légat du (...)
  • 111 Autre neveu de Grégoire XIII, Filippo Guastavillani est créé cardinal le 5 juillet 1574 car le pape (...)
  • 112 Ancien nonce auprès du roi des Romains (1548-1554), ancien nonce en France (1552-1554), ancien nonc (...)
  • 113 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].
  • 114 Ainsi en 1577 Boncompagni et Guastavillani reçoivent-ils chacun une pension de 3 000 ducats, prise (...)
  • 115 A. Borromeo, Gregorio XIII... cit., p. 205.
  • 116 J.-F. Solnon, Henri III, un désir de majesté, Paris, 2001, p. 19-20. La famille d’Alessandro Farnes (...)

24Les négociations à Rome ne se peuvent mener à bien sans le secours des cardinaux. Le vendredi 17 décembre se tient une réunion rassemblant le cardinal de Pellevé, l’abbé de Cîteaux et Frangipani, « et conclud mondit sieur le cardinal de Pellevé qu’il envoiroit demander audianse à sa sainteté pour le sahmedi »107. La mission de Boucherat s’explique par le fait qu’il doit arriver plus vite que Frangipani, qui ne sait pas tout. Si Frangipani est l’œil du pape108, Boucherat est l’œil du roi, mais il n’est pas arrivé le premier à Rome, comme cela était prévu. C’est pourquoi « ledict seigneur de Nazaret n’ayant ouy parler avant son partement de Lion [Lyon] de l’ordre de Saint-Louys, comme aussy je n’avois faict, s’estonna de ceste adition et me dict que c’estoit beaucoup de choses ensemble »109. Parmi les nombreux cardinaux, plusieurs sont sollicités explicitement : « J’ay baillé touttes les lettres de votre majesté aux cardinaulx ausquelles elles s’adressent, lesquelz j’ay trouvé en bounne volonté de vous faire service et de s’employer en cest affaire, et entr’autres les cardinaux Saint-Sixte110 et Gastevillain111 et le nonce de sa sainteté, samblablement les cardinaux Farneze et Sainte-Croix112. Monsieur le dataire m’a dit de mesme »113. Or les deux neveux de Grégoire XIII, outre qu’ils sont protégés par Philippe II114, sont de peu d’utilité et ne brillent pas par leur sens politique. Le rôle du cardinal-neveu évolue sous Grégoire XIII, dont le dispositif curial ne s’appuie guère sur Filippo Boncompagni ni sur Filippo Guastavillani, les confinant à un rôle marginal115. Se distingue dans cette courte liste le cardinal Farnese, qui est l’un des rares à favoriser le roi de France en cette affaire116.

  • 117 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].
  • 118 P. Chevallier, Henri III... cit., p. 274-276. Le roi profite du séjour avignonnais pour être affili (...)
  • 119 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

25Si les cardinaux offrent quelques soutiens nécessaires, le rôle décisif appartient au souverain pontife. De prime importance sont donc les audiences pontificales, au cours desquels Grégoire XIII se forme son opinion propre. Reçu le samedi 18 décembre, Nicolas Boucherat rend compte au roi des questions du pape : « Sa sainteté demandoit sy votre majesté y vouloit mettre quelque chose du sien. Luy fust respondu que vous y voulliés mettre huict centz mille livre du votre, et par ce moyen luy fust faicte declaration de la milice soubs le nom de Saint-Louys, et a l’audiense que j’eus le sahmedi matin, presant monsieur le cardinal de Pellevé, j’ay exposé toutte ma creance à sa sainteté, et luy feis entendre la religieuse chrestienne et devote attention de votre majesté bien amplement »117. Grégoire XIII connaît la religion du roi, le plus dévot sans doute des fils de Catherine. Sa cour se trouve à la fin novembre 1574 à Avignon, Henri III participant pieds nus et le cierge à la main à une procession de Capucins118, dans une atmosphère de piété baroque et spectaculaire. Le pape, connu pour ses talents intellectuels, canoniste et fin manœuvrier surtout, « respondit quant a votre personne qu’elle avoit assés de preuve de votre bon zele a la religion et devotion au Sainct-Siege par tous les progres de votre eage, et quand au faict particulier qui ne se pouvoit presenter affaire de plus grande importance et lequel eust plus besoin d’estre poizé [pesé] et consideré, et qu’incontinant apres les festes [fol. 6r] ilz verront voz demandes, que cependant nous eussions a les faire translater en latin »119.

  • 120 V. Martin, Le gallicanisme et la réforme catholique... cit., p. 123.

26Les cahiers présentés par Nicolas Boucherat forment, selon l’expression de V. Martin, « un rapport extrêmement adroit sur l’institution projetée. Le nouvel ordre n’y était point donné comme le terme dernier des désirs de Henri III, mais simplement comme un moyen de mieux pourvoir à l’observation des lois ecclésiastiques, spécialement des décrets du concile de Trente, et de pacifier ainsi la conscience de sa majesté, désespérée de l’état scandaleux où elle voyait l’Église de France »120.

  • 121 La dévotion et la tendance à la pénitence personnelle du roi s’accentuent en outre au cours du règn (...)
  • 122 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 518r-520r. Cf. V. Martin, Le gallicanisme et la réforme catholi (...)
  • 123 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 518v. « Instituire un ordine et religione di militia, al numero (...)

27L’habileté de la présentation ne doit pas voiler la sincérité du désir de réforme ecclésiastique de Henri III, car mobiliser les ressources financières de l’Église et la réformer peuvent participer d’une contradiction inhérente à la politique religieuse des souverains121. Ainsi le mémoire, conservé à Rome122, présente-t-il consciencieusement l’érection d’une milice de 450 chevaliers assistés des clercs nécessaires : « Instituire un ordine et religione di militia, al numero di 450 cavalieri con altri officiali et ministri che si richiedono, così ecclesiastici come laici »123.

  • 124 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 518v. « Le chiese cathedrali, le curate et cento abbatie princi (...)
  • 125 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 519r. v. « Et perchè dette pensioni vadano guidate per bono ord (...)
  • 126 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 519r.
  • 127 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 519v. « Si erigge una militia et religione di tanti nobili, che (...)
  • 128 Sommaire-Mémorial de Jules Gassot, éd. P. Champion, p. 137. L’une des commandes les plus riches est (...)

28Afin de ne pas blesser trop ouvertement les intérêts du clergé, dont Nicolas Boucherat est un membre éminent, l’exemption pour les églises cathédrales, les cures et les cent premières abbayes du royaume de France est prévue124. Les pensions de la milice seront réparties en quatre provinces, Lyon, Paris, Tours et Toulouse125, avec pour but de restaurer les églises126. Rétablir les églises ruinées et purger le royaume des désordres, des trafics et de la simonie sont garantis par le serment de fidélité des chevaliers à Dieu, au Saint-Siège et au roi127. Les mémoires de J. Gassot présentent l’affaire dans le même sens, « laquelle chose estoit fort belle et specieuse et pour le soulaigement [...] des finances du roy, deffense et soustien de la religion catholicque », les pensions étant financées par de belles commendes, « la de dix-huict cens livres chacune, les aultres de trois mil, quatre mil, six mille et une demy-douzaine de vingt mil livres par an »128. L’adresse du projet royal est de présenter la création des pensions pour la milice comme un moyen de remédier aux abus des abbés commendataires et donc de contribuer puissamment à la réformation du catholicisme. Le fils aîné de l’Église conçoit les ordres nouveaux comme un moyen de conservation et de défense de la religion.

  • 129 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 519v.
  • 130 J. Thomas, Le concordat de 1516. Ses origines. Son histoire au xvie siècle. Première partie : Les o (...)
  • 131 L’article 3 de l’ordonnance de Blois confirme par exemple le privilège d’exemption pour les abbayes (...)

29Pour convaincre la curie de ses bonnes volontés, Henri III avance une concession sur les élections libres : « Si priva il Re della nominatione di dette chiese, lassando la elettione libera alli religiosi, con la confirmatione et provisione apostolica »129. Il est difficile de savoir si cette concession est de pure forme ou s’il s’agit d’un projet de nouveau concordat. Selon les termes du concordat de Bologne, « traité entre l’Église et l’État considérés dans leurs principes constitutifs »130, la nomination des évêques et des principaux bénéficiaires appartient au roi, et Henri III ne paraît pas avoir voulu diminuer le périmètre de ce droit obtenu par ses prédécesseurs, si l’on se fonde sur les termes de l’ordonnance de Blois de mai 1579131. L’argument présenté à Grégoire XIII est une concession qui ne paraît pas avoir connu de suite et représente une concession limitée, puisque la privation serait circonscrite aux nominations au nouvel ordre militaire, afin d’obtenir l’approbation du pape.

  • 132 Lettre de Fabio Mirto Frangipani au cardinal de Côme, Lyon, 20 septembre 1574, dans P. Hurtubise, C (...)
  • 133 J. Boucher, Société et mentalités autour de Henri III... cit., p. 56-59.
  • 134 « On peut sur ce point le comparer à Philippe II, roi bureaucrate par excellence », selon P. Cheval (...)

30Le pape diffère sa réponse par le moyen d’une commission qui prélude à un refus lentement publié. La réputation du roi Henri III, vainqueur à Jarnac et à Moncontour (1569), est bien ternie lors de ces audiences, en dépit des éloges d’usage. Le sentiment de la cour pontificale rejoint celui que Frangipani, déçu par le roi oisif, formule dans sa correspondance en traçant le portrait du troisième fils de Catherine : « Le vrai remède pour la France serait un souverain qui voulût agir en vrai roi. On n’observe rien de tel chez ce jeune homme. Son esprit ne va qu’aux loisirs et aux plaisirs ; son corps est faible et si peu sain, qu’on ne lui prédit que peu de temps à vivre »132. Les remarques de Nazareth, entièrement dépourvues de sympathie, occultent l’esprit méthodique et le sérieux du travail du monarque de vingt-trois ans, que le travail de bureau ne répugne pas133 et qui apporte un soin méticuleux au suivi des dépêches au secrétaire d’État Villeroy134.

  • 135 L. Pastor, Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge. Tome XIX : Grégoire XIII (1572-1585), Par (...)

31Le moment est propice en sus à un report des travaux, car les fêtes de Noël 1574, qui marquent l’entrée dans l’année jubilaire 1575, tiennent une place particulière dans l’économie spirituelle du pontificat de Grégoire XIII. Le pèlerinage pontifical du 3 janvier 1575 interrompt les audiences et les progrès de l’affaire des deux ordres, puisque le pape donne lui-même l’exemple de la visite des quatre églises de Rome135.

  • 136 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].
  • 137 Nous n’avons pas retrouvé cette liste, qui peut occuper l’un ou l’autre des feuillets des Recueils (...)
  • 138 BNF, fr. 3321, fol. 10r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].
  • 139 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].
  • 140 BNF, fr. 3321, fol. 6r-7v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à C. de Médicis, Rome, [janvier 1575]

32La discussion des cahiers est renvoyée à la commission cardinalice créée par le pape. « Monsieur le cardinal de Pellevé a demandé audiense, a laquelle nous luy avons faict presenter les cahyers, et a faict response qu’il les verroit premierement, et qu’apres il feroit congregation des premiers du college »136. Quelques semaines plus tard, une nouvelle lettre au roi mentionne la formation de « douze cardinaulx pour en avoir leur advis, desquels je vous envoye la liste137, et me samble qu’il sera bon pour en avoir briefve expedition que votre majesté commande des lettres pour un chascun d’eux par lesquelles elle racommande ceste affaire, en les requerant de vaquer en toutte diligence »138. En dépit de ses efforts, l’abbé de Cîteaux ne peut faire montre de plus de presse à l’égard des cardinaux, car c’est le pape lui-même qui retarde la décision. Le souverain pontife « a fait response qu’il failloit du tems pour resouldre cela, et beaucoup de bounnes et meures deliberations, qui est la conclusion que nous avons pu tirer de sa sainteté pour cest heure »139. L’envoyé du roi de France n’est pas dupe du caractère dilatoire de la commission cardinalice : « Encore qu’il ne nous aye dict parole par laquelle nous puissions juger qu’aucun soyt contraire de ce que le roy demande, si est-ce qu’il est vraysamblable que cest affaire ne sera si tost despechée que le roy desire, ains y yra du temps puisqu’il veult prandre conseil des cardinaulx, lesquels ont accoustumé avant que se resouldre de faire plusieurs difficultés et objections, voire en choses qu’ilz estiment de moindre importanse que cestuy-cy. Ce me samble, madame, qu’il se fauldra resouldre suyvant le proverbe qui dict assy tost cy assés bien »140. De la correspondance de Nicolas Boucherat, il ressort que la curie à son habitude gagne habilement un temps précieux ; toutefois l’ampleur des sommes rend une telle demande délicate et augmente le temps de la négociation.

  • 141 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 15 (...)
  • 142 BNF, fr. 3321, fol. 4v-5r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Viterbe, [14 décem (...)

33La difficulté principale est en effet le montant des demandes pour financer les deux ordres. Aussi longtemps que le projet royal ne paraît coûter que des sommes raisonnables, l’accord et le soutien des cardinaux ne sont pas impossibles à trouver. « Quand sa sainteté et les cardinaulx et autres ont entendu que le roy ne pretendoit pour l’erection de l’ordre de la Passion qu’une pension pecuniaire annuelle et [fol. 8r] perpetuelle, tous se sont rendus plus facilles et benevoles »141. Mais les sommes auxquelles Henri III prétend adosser son projet sont en réalité autrement importantes, bien que non spécifiées. « Il y a une autre chose a quoi j’ay pensé cy devant que la somme des deniers que sa majesté pretend prendre sur les monasteres pour les revenus des commandes [fol. 5r] qu’elle veult eriger, n’est point exprimée ny determinée au moings que j’aye veheu [vu]. Or il est certain que sa sainteté n’accordera jamais ce que je luy ay demandé, si ce n’est avec certaine somme de deniers qu’il permettra estre prinse par chascun an »142. Si le projet monarchique conserve un certain flou, dont les proches du roi attendent un effet bénéfique, cela ne peut abuser les cardinaux.

Défendre l’ordre ecclésiastique

  • 143 Santa Juliana di Perugia.
  • 144 L’ambiguïté du décret tridentin sur la clôture des religieuses amène la congrégation du Concile à p (...)

34Au service du roi de France, l’abbé de Cîteaux est bien conscient des obstacles nombreux qui s’élèvent à la curie et profite de sa longue présence à Rome pour traiter les affaires de son ordre. Dans un milieu qu’il connaît bien, Nicolas Boucherat s’emploie d’abord à défendre l’intégrité de l’ordre cistercien, dont les monastères sont sans cesse la proie de tractations pour leur possession. Dans une lettre à Lorraine, il lui demande « supplier le roy d’escrire a sa sainteté touchant [fol. 57v] Sainte-Julianne de Perouze143 et autre, en particulier la requerés en general de ne distraire ny permettre estre distraict aucun monastere de la jurisdiction dont je suis leur chef, qui est Cisteaux. C’est chose estrange comme les evesques de ce peys et d’Espaigne et les nonces du pape sont friands de la visitation des monasteres des nonains, et n’est pour autre raison que pour mettre la main au revenu ». L’exemple est ici très net de l’affaissement, après Trente, de la juridiction des chefs d’ordre anciens, dont Cîteaux. Le prétexte est toujours le même, celui de la réforme des moniales, qui doivent vivre étroitement gardées par la clôture144. L’intérêt immédiat des réformateurs comprend dans le même temps le patrimoine temporel des ordres bénédictins, sans commune mesure avec celui des mendiants.

  • 145 Évêque de Modène en 1529, Giovanni Morone (1509-1580) assiste à la diète de Worms (1541) et est cré (...)
  • 146 Lettre de J. de La Souchière à G. Morone, Clairvaux, 22 septembre 1564, éditée par B. A. Marton, Ca (...)
  • 147 Lettre de Ch. de Lorraine à G. Morone, Reims, 24 novembre 1564, éditée dans Lettres du cardinal Cha (...)
  • 148 Lettre 20 juillet 1572. Cf. L Pastor, Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge... cit., XIX, p (...)
  • 149 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 15 (...)
  • 150 BNF, fr. 3321, fol. 4v-5r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Viterbe, [14 décem (...)

35Au service de son ordre, Nicolas Boucherat doit avoir la faveur du protecteur de l’ordre de Cîteaux, qui est à cette date le doyen du Sacré Collège Giovanni Morone, dernier président du concile de Trente145. Membre de la congrégation du Concile à compter du 30 décembre 1563, le puissant cardinal a rendu quelquefois des offices signalés aux moines blancs. En 1564, c’est à lui que Jérôme de La Souchière avait fait appel afin que Cîteaux ne tombât in commendam146, et Lorraine avait pris la plume pour le remercier147. À peine élu général des Cisterciens, Boucherat a rendu compte au protecteur de l’ordre de l’ensemble de ses visites dans l’est de la France, en Bavière et en Bohême148. C’est pourquoi, une fois arrivé à Rome, Boucherat demande à Lorraine : « et me samble qu’il seroit bon que sa majesté luy escrit encore une autre bonne lettre samblable au cardinal Moron »149. L’office de protection, exercé depuis le xiiie siècle par un cardinal influent, le plus souvent romain, n’échappe pas aux tensions contradictoires entre les intérêts propres du cardinal et les affaires des réguliers protégés. L’abbé de Cîteaux ne se prive pas de critiquer vertement Morone : « Le cardinal Morron nous faict quelquefois office de bon protecteur, mais quand il est question des monasteres de ses pays mesmes de la Lombardie, il faict le froid, et pour vous dire la verité je n’ay autre raison sinon qu’il n’est guerres bon françois »150. Il est patent que les bornes du protectorat sont fixées par les intérêts particuliers du cardinal-protecteur, intérêts de personnes, de familles et de nations, qui tendent à amenuiser et même à briser le lien de charité à l’intérieur de l’ordre cistercien, qui continue malgré tout à se penser à l’échelle de la catholicité.

  • 151 Sur cette distraction et l’opposition qu’elle suscite de la part de la cour de France, voir A. Tall (...)
  • 152 En mai 1580, le vice-roi de Naples écrit à Morone pour lui demander la publication d’un bref qui in (...)
  • 153 A. Tallon, Conscience nationale... cit., p. 44 : « La défense de la juridiction des chefs d’ordre f (...)
  • 154 BNF, fr. 3321, fol. 4v-5r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Viterbe, [14 décem (...)
  • 155 A. Tallon, Giovanni Morone, il cardinale di Lorena e la conclusione del concilio, dans M. Firpo et (...)

36Boucherat entretient des rapports ambigus avec le cardinal Morone, dont l’action est parfois directement préjudiciable à l’ordre de Cîteaux. Ainsi une partie des distractions de monastères de moniales de la juridiction de l’abbé de Cîteaux en Italie au début des années 1580 est le fait même de Morone, qui appartient à la faction espagnole151 et agit en partie sous la domination de celle-ci152. Ces démembrements pour raison de nation sont insupportables à la cour de France, car elle brise l’universalité de l’Église, héritage historique que le gallicanisme est fier de défendre153. L’universalité spirituelle n’est pas qu’un argument diplomatique, puisqu’elle est partagée par les religieux cisterciens lombards, qui conservent le sentiment de l’appartenance à l’ordre de Cîteaux et veulent expressément demeurer dans la maison commune. Boucherat écrit ainsi à Lorraine : « Et touttefoi les abbés de ce pays ne se ressamblent pas, car ceulx de Lombardie m’ont requis de vous supplier de luy escrire, et despuis le concille de Trante, ont tous-jours dict et confessé que vous estes le vray protecteur de l’ordre de Cisteaux, voire de touts les ordres monastiques, et vous assure qu’ilz prient touts les jours Dieu pour vous »154. S’il faut faire la part de la flatterie dans ce jugement, il demeure que l’office de protection de Morone se double de la grande influence du cardinal de Lorraine, rendant problématique l’exercice plein du protectorat. Le Lorrain est rival du Milanais, marquant une ligne de fracture à l’intérieur de l’Église. Ces deux personnalités de carrière et de rang différents ont entretenu des rapports complexes qui n’ont pas débouché sur une véritable collaboration au lendemain du concile de Trente, en dépit de leurs affinités spirituelles155, forçant l’abbé de Cîteaux à trouver des compromis subtils.

  • 156 Le 27 novembre 1571, Giorgi, secrétaire du nonce en France, avertit par lettre le cardinal Rusticuc (...)
  • 157 Comme l’élection de dom Boucherat n’était pas encore confirmée par Rome, « on considéroit le siège (...)
  • 158 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 15 (...)

37Le travail premier de Nicolas Boucherat consiste dans la défense du chef d’ordre dont il a la charge, et il compte en cela sur la puissance du cardinal de Lorraine comme intermédiaire entre Rome et le roi. En dehors des guerres et des pillages, le danger le plus grave que court un monastère apparaît lors du temps de vacance, qui ouvre une période d’incertitude et souvent de troubles. Suite au décès du cardinal Jérôme de La Souchière, abbé titulaire à la fois de Clairvaux et de Cîteaux, qui est mort à Rome en novembre 1571, l’un et l’autre des sièges vacants avaient attiré la convoitise de plusieurs prétendants, dont le cardinal de Rambouillet156. Malgré plusieurs difficultés, l’élection de Nicolas Boucherat à Cîteaux, acceptée à Paris et à Rome, avait clos provisoirement l’affaire. Le souvenir ne s’est pas perdu des tentatives plus ou moins vigoureuses du temporel pour s’immiscer au-delà du droit dans les affaires du spirituel. À Cîteaux, dont la garde est commise aux officiers du bailliage de Dijon pendant la vacatio sedis, les revenus avaient été placés lors du premier semestre 1572 sous la coupe d’un économe, qui avait prélevé sa part sur les fruits de l’abbaye157. Aussi Boucherat prend-il soin d’indiquer dans sa correspondance que c’est « une chose qu’il ne faut oublier, car l’abbé mort, les gens du roy vouldront faire saisir le revenu soubs la main de sa majesté, en attandant que l’abbé soyt institué par le chapitre general, dont s’en ensuyvront de tres grands frais, voires intollerables »158. Cîteaux peut cependant se prévaloir de son statut d’exemption de la commende.

  • 159 Les quatre premières filles de Cîteaux sont La Ferté, Pontigny, Clairvaux et Morimond, toutes théor (...)
  • 160 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 15 (...)
  • 161 Ibid.

38Dans les cas de décès de l’abbé, la règle dans l’ordre cistercien est que le prieur gouverne au spirituel comme au temporel et convoque l’élection, à la veille de laquelle le père immédiat arrive dans l’abbaye. Le général des Cisterciens entend préserver et consolider ce privilège important. « Il me souvient aussy qu’il vous pleust me dire que les chefs d’ordre et leurs quattre filles159 ne seront point subjetz a la contribution pour les commandataires, et toutesfois le texte porte expressement que touttes les abbayes, excepté celles desquelles le roy a la nomination, y seront subjectes »160. Le projet royal recèle donc cette mauvaise manière à l’endroit des réguliers, et l’habileté mêlée d’ironie est grande dans l’envoi d’un moine éminent pour présenter un cahier qui légitime le dépouillement des abbayes de leur autonomie. Boucherat n’a pas d’autre choix devant cette aporie que de s’en remettre aux bons soins de Lorraine, avec qui il entretient des rapports formels plus proches qu’avec les gens de la cour de France. « Je vous supplie tres humblement, monseigneur, d’y penser et y donner ordre. Car quand les choses seront passées icy, il n’en fault attandre remission en France. Et touttesfois vous savés qu’il est impossible que lesdicts chefz et filles puissent satisfaire a leurs charges et visitations, si sont subjetz a la ditte contribution, dont procederoit la ruyne de tous les ordres »161. L’abbé de Cîteaux est bien conscient que seule Rome peut l’aider de manière décisive à protéger l’autonomie de son ordre et que la protection particulière offerte par le cardinal de Lorraine en fait un intermédiaire indispensable, plus que Morone.

  • 162 Ibid.
  • 163 O. Christin, À quoi sert de voter aux xvie-xviiie siècles ?, dans Actes de la recherche en sciences (...)
  • 164 Ibid., p. 29.
  • 165 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 15 (...)
  • 166 Sur la formation des structures et des réseaux cisterciens, voir le riche colloque du C.E.R.CO.R., (...)

39Afin de défendre les privilèges traditionnels de l’élection monastique, Nicolas Boucherat peut avancer deux arguments majeurs, la légitimité de l’élection canonique et la logique de chrétienté. En effet, il ne faut pas « esperer qu’un abbé de Clugny et de Cisteaux et de Premonstré soyent jamais tant respectés, craintz et obeys des abbés et prieurs qui se treuveront assemblés en un chapitre general, quand ils seront esleus par iceux comme s’y sont eleus seulement par les prieurs et couventz. Les abbés mesmement desditz ordres ont tousjour eu en singuliere reverance pour ce qu’ilz ont pouvoir de luy bailler un chef et superieur »162. La vertu de l’élection est d’attacher l’ensemble des votant saux intérêts du monastère, par le biais d’un processus long et complexe de sélection interne et de promotion soigneusement graduée. Selon les termes d’Olivier Christin, « l’exemple de Cîteaux [...] montre ainsi fort bien ce que peuvent représenter certaines élections dans la France d’Ancien Régime : un mode, à la fois efficace et difficile, de reproduction sociale et de transmission des fonctions »163, fondé sur une « vision organiciste et corporatiste de la formation de la volonté générale »164. De plus, le souvenir de l’expansion médiévale conserve l’idée d’un ordre européen et non national, dont la direction en conséquence ne peut échoir à un membre grandi en dehors de ce corps uni par les liens de la charte de charité. « Et ceste raison merite aussi bien pour Clervaulx et pour Morimond comme Cisteaux, lesquels ont en pays estranger chascun plus de quattre ou cinq centz filliations »165. L’évocation de la filiation nombreuse est un argument traditionnel des textes cisterciens, qui vise à maintenir envers et contre tout les fragments de l’uniformité primitive érigée au rang de modèle166. Sans négliger le caractère performatif de tels propos, et malgré la constitution progressive de congrégations nationales, le maintien de l’ordre rassemblé dans le chapitre général et dans la personne de l’abbé général est dans la seconde moitié du xvie siècle une réalité spirituelle et juridique vivante, illustrée par les nombreuses visites de juridiction fraternelle et correctrice de l’abbé de Cîteaux en dehors du royaume de France. Il est impensable de céder sur le point de l’élection, qui est à la source même de la légitimité monastique de Cîteaux.

  • 167 P. O. von Törne, Ptolémée Gallio, cardinal de Côme... cit., p. 12.
  • 168 Lettre de Henri III à Stanisław Hozjusz, Dijon, 2 février 1575, éditée par M. François in Lettres d (...)
  • 169 Sommaire-Mémorial de Jules Gassot, éd. P. Champion, p. 138. « Monsieur le cardinal Hosius, Polonois (...)

40Poussant les négociations pour les intérêts de son ordre, dom Boucherat attend patiemment le résultat de la mission que lui a confiée Henri III. Devant le peu de progrès de son affaire et le caractère imminent de son sacre, ce dernier écrit le 2 février 1575 au cardinal Stanisław Hozjusz, ce « théologien pourpré d’une érudition profonde »167, ancien légat au concile, ancien archevêque de Gniezo, membre de la commission établie par le pape. L’héritier du trône de France lui demande d’intervenir auprès de Grégoire XIII en faveur des « deux ordres de la Saincte Passion et monsieur Sainct Loys que je desire creer et establir en mon royaume [...] attendu que c’est pour le bien, utilité et augmentation de la saincte religion catholique, appostolique et romaine que je desire par tous moyens a moy possibles veoir accroistre en mon royaume »168. Cette intervention auprès du primat de Pologne, défenseur fidèle de l’Église, n’a pas eu les effets escomptés169.

Les causes de l’échec

  • 170 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 522r-529r.
  • 171 V. Martin, Le gallicanisme et la réforme catholique... cit., p. 125.
  • 172 Si la rhétorique romaine est appuyée nettement sur un droit ancien et une théologie progressivement (...)
  • 173 Le clergé doit payer une subvention de 160 000 livres par an, pour le rachat des domaines, aides et (...)
  • 174 C. Michaud, La recette générale du clergé... cit., p. 168.

41Le 3 mars 1575 est remis un mémoire exposant les motifs du refus de Grégoire XIII d’ériger les deux ordres170. Présidée par Giovanni Morone, la commission des douze cardinaux a éclairé le pontife, qui répond par la négative. « La thèse du pape fut celle-ci : mieux vaut un plus grave abus, nettement reconnu et stigmatisé comme tel, qu’un désordre moindre, mais s’abritant sous l’approbation pontificale »171. La rhétorique romaine prend garde de louer les bonnes intentions et vouloir du roi devant l’aggravation des malheurs du clergé de France, mais utilise un argument traditionnel : le refus de cautionner un système légitimant ces abus. Rome, qui invoque sa vocation à défendre l’intégrité des biens de l’Église, ne pourrait approuver un système remettant en cause les droits ecclésiastiques, quand bien même le projet royal représenterait sinon un progrès, du moins une clarification, dans l’organisation des rapports entre Église et État172. Informée par les nonces comme par le clergé de France, la Secrétairerie d’État n’ignore pas que la situation des finances publiques est précaire et que le trésor royal détourne le produit des décimes à d’autres usages que ceux réglés par les contrats de Poissy de 1561 et de 1567173. Le pouvoir royal ne se prive pas même de prélever directement des sommes dans les caisses des receveurs locaux du clergé, sans attendre la remise par les commis provinciaux au receveur général, dont les coffres sont à Paris174. Accepter la demande déposée par dom Boucherat serait le signe que Rome avalise les pratiques financières de la France pour combler la pénurie chronique d’argent. Le soupçon du détournement financier suffit à faire refuser la milice.

  • 175 P. Hurtubise, Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), I, p. 98-99. «  (...)
  • 176 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 398. Dans la lettre du ca (...)
  • 177 BNF, fr. 3321, fol. 10r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574]. « C (...)
  • 178 BNF, fr. 3321, fol. 11r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à J. de Morvilliers, Rome, [janvier 1 (...)
  • 179 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

42Le refus papal est atténué toutefois par la régularisation des aliénations du clergé. En effet, dans la mesure où les aliénations consenties en 1574 ont été supérieures au montant prévu, le pape accorde à regret une « approbation post-factum » dans la bulle du 13 janvier 1575175. Cette bulle est expédiée par le cardinal Tolomeo Galli le 24 janvier 1575176, alors même que la commission cardinalice qui doit statuer sur la milice henricienne adopte un rythme lent177 et peine à se réunir. Écrivant à l’évêque d’Orléans, Nicolas Boucherat ne peut que faire mention de son impuissance : « Je n’ay sçeu encores tant faire qu’ilz se soyent assemblés »178. Afin de ne pas faire accroire que son refus est motivé par des raisons de personne et de concilier le roi, Grégoire XIII a l’habileté, par avance et peut-être par anticipation, d’ajouter une autre concession, la dispense pour manger de la chair les jours interdits. « Au reste, sa sainteté a bien volentiers accordé a votre majesté la dispense de manger la chair a l’advenir les jours defendus et faire celebrer la messe hors l’esglise et absolution du passé. Mais il vous prie d’une chose, c’est quand elle mangera de la chair les jours deffendus, que ce ne soit point en public, affin que voz subjetz n’y prennent exemple ou en soyt offensés. J’ay donné charge de faire le bref de la dispense et vous sera envoyé par le premier courrier »179. Cette faveur sur un point mineur permet de ne pas céder sur la demande principale.

  • 180 BNF, fr. 3321, fol. 10r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à G. Ruzé, Rome, [janvier 1575].

43Les motifs qui peuvent expliquer le refus pontifical sont nombreux, certains immédiats et d’autres plus complexes. Parmi les causes circonstancielles, la mort du cardinal de Lorraine affecte pesamment le bon déroulement de la mission. S’adressant à Guillaume Ruzé, évêque d’Angers, Boucherat décrit la perte cet appui fondamental : « Monsieur, je ne vous diray point combien les nouvelles de la mort de monsieur le cardinal de Lorrayne m’ont aporté d’ennuy et de tristesse, saschant bien que vous le cognoissés mieux que je ne vous le saurois escrire. Et crains [fol. 10v] bien fort que l’affaire pour lequel je suis venu par-deça ne soit plus s’y favorisé comme il eust esté, car il y a beaucoup de personnes icy qui favorisoit beaucoup pour l’amour de lui »180. Certes, les activités du cardinal de Lorraine sont immédiatement reprises, avec ses papiers, par son neveu Louis de Lorraine, cardinal de Guise. Mais la faveur liée à la personne est diminuée, voire éteinte. L’échec tient ensuite au peu d’influence française dans l’entourage de Grégoire XIII et dans les institutions romaines.

  • 181 En 1574, les pensions versées aux cardinaux Gabriele Paleotti, Antonio Carafa, Giulo Santorio, Mich (...)
  • 182 A. Deroo, Saint Charles Borromée, cardinal et réformateur, docteur de la pastorale (1538-1584), Par (...)
  • 183 B. Barbiche et S. de Dainville-Barbiche, Les légats a latere en France et leurs facultés aux xvie e (...)
  • 184 J.-L. Benoît, Liste critique des abbés de Pontigny, dans M. Peyrafort-Huin, La bibliothèque médiéva (...)
  • 185 P. O. von Törne, Ptolémée Gallio, cardinal de Côme... cit., p. 15-16.
  • 186 Cardinal depuis la seconde promotion de Pie IV le 26 février 1561. G. Van Gulic et C. Eubel, Hierar (...)
  • 187 J.-L. Benoît, Liste critique des abbés de Pontigny... cit., p. 653.
  • 188 Pape connu pour son intérêt pour les collèges, Grégoire XIII accorde en ce sens le monastère de Sai (...)

44Dans le sacré collège, les cardinaux capables de négocier en faveur de la France, à l’instar de Santa Croce, ne sont pas à égalité avec les cardinaux favorables aux Espagnols, qui payent avec régularité des pensions181. Ainsi le poids de la famille d’Este, issue de la troisième principauté d’Italie, est-il diminué. Leur long règne à Milan (14971560) est terminé par la nomination de Charles Borromée comme administrateur de l’archidiocèse182. Certes, Ippolito d’Este (1509-1572) a occupé des fonctions éminentes : cardinal de Fer-rare et protecteur des affaires de France en cour de Rome, légat a latere en France183. Il fut même abbé commendataire de Pontigny (1560-1572)184, la deuxième fille de Cîteaux, qui lui a procuré des revenus utiles. Sa mort à l’automne 1572 laisse à son neveu Luigi une place amoindrie. Petit-fils de Louis XII par sa mère Renée, d’une prodigalité égale à ses revenus185, le cardinal Luigi d’Este186 est lui-aussi protecteur des affaires de France, mais ne tient pas un réseau d’ampleur suffisante encore en 1574. Comme son oncle, il est abbé de Pontigny (1573-1586)187, mais ce n’est qu’après la mort de Morone que, devenu protecteur de l’ordre de Cîteaux, il s’emploie à en défendre les intérêts et à promouvoir la fondation d’un collège cistercien à Rome, studium generale dont l’idée plaît à Grégoire XIII188.

  • 189 Archevêque de Milan, ville dans laquelle il entre triomphalement en septembre 1565, réformateur des (...)
  • 190 Le 26 juin 1565, à la fin d’une lettre, le cardinal de Lorraine le sollicite en faveur de Jérôme de (...)
  • 191 BNF, fr. 3321, fol. 11r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à J. de Morvilliers, Rome, [janvier 1 (...)
  • 192 Dix ans avant la mission de Boucherat, l’ambassadeur de Charles IX à Rome, Henri Clutin, décrit en (...)
  • 193 Il arrive à Milan le 24 février 1575, après la mort de son beau-frère Gonzaga. Cf. C. Sylvain, Hist (...)
  • 194 BNF, fr. 3321, fol. 12r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [c. 25 janvier 157 (...)
  • 195 Selon le témoignage de Luigi Mocenigo après l’arrivée de Borromée au service de son oncle, témoigna (...)
  • 196 A. Deroo, Saint Charles Borromée... cit., p. 370.

45Parmi les cardinaux importants, plusieurs sont sans opposition marquée au projet de Henri III, mais sans grande utilité non plus, à l’instar de Charles Borromée189. L’archevêque de Milan ne paraît pas s’être préoccupé beaucoup des affaires générales des Cisterciens, malgré quelques demandes190. Convoqué par le bref pontifical du 16 octobre 1574 et arrivé à Rome pour le voyage ad limina apostolorum le 21 décembre, Borromée rencontre quelquefois l’abbé de Cîteaux, ce qui laisse à ce dernier un commentaire peu élogieux sur le sens diplomatique du neveu de Pie IV : « Car on dict que le cardinal Borromée s’en ira a la fin de ce mois [de janvier 1575], et encores que veritable[ment] il mene une vie plus celeste que terestre, sy est-ce que je voudrois qu’il fust desja party, car quand je luy parle, si je ne suis hors de mon sens, il ne me respond rien a propos »191. Il ne sert à rien de traiter avec le cardinal milanais, très critiqué par les milieux diplomatiques192. Au roi, Boucherat écrit que du départ de Borromée193, il ne sera « pas marry, car encores que sa vie soit telle qu’elle samble plus divine que humaine, sy est-ce que luy en faisant parler deux fois, il ne m’a rien respondu a propos, combien qu’il die qu’il soit fort affectionné a votre service »194. Cela confirme la description de Borromée comme « un homme peu versé dans la pratique des affaires du monde, irrésolu, manquant de hardiesse par crainte de se tromper »195. Peu auparavant, Charles Borromée avait pourtant rencontré Henri III à Monza, le 10 août 1574, impressionnant le jeune roi et répondant à ses questions sur ses devoirs de pasteur. De son rapport mitigé au cardinal de Côme sur cette rencontre importante, dans lequel Borromée se déclare inapte à porter un jugement sur Henri III, il ressort qu’il est peu enclin à favoriser le roi de France, malgré son respect pour lui196. Réputé par les rapports diplomatiques comme inefficace pour toute négociation, Borromée, qui oublie pourtant rarement de servir les intérêts de sa parentèle et de sa clientèle, n’apporte aucune aide à Nicolas Boucherat dans son entreprise.

  • 197 Tolomeo Galli est créé cardinal le 12 mars 1565. Lors des tout débuts du pontificat de Grégoire XII (...)
  • 198 Selon les travaux de Per Olof von Törne, le cardinal de Côme Tolomeo Galli est lié sans retenue au (...)
  • 199 P. Hurtubise et R. Toupin, Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), II (...)

46Le parti français ne pèse pas plus auprès des figures majeures, comme le cardinal de Côme, auquel aucune allusion n’est faite dans la correspondance de Boucherat avec la cour de France. Secrétaire de Grégoire XIII depuis le 14 mai 1572197, proche des Espagnols198, Tolomeo Galli connaît les ressorts de la négociation dès la mi-novembre 1574 et la demande française pour les ordres de chevaliers (Commende di Cavalleria)199. Le cardinal de Côme n’est aucunement disposé à donner suite à cette requête, et si l’abbé de Cîteaux ne mentionne aucune rencontre avec lui, cette absence montre a silentio la fragilité du dispositif français auprès du souverain pontife.

  • 200 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 15 (...)
  • 201 La volonté romaine de contrôler les personnes bénéficiaires est la même pour les évêchés espagnols. (...)

47Indépendamment des raisons d’influence, les causes de cet échec sont aussi à rechercher dans la méfiance pontificale devant la substance du projet. Au-delà de la méfiance traditionnelle de Rome, qui n’est guère favorable aux idées gallicanes trop prononcées détachant l’Église de France de la juridiction pontificale, la crainte des abus qui en découlent s’ajoute à cette réticence. « Et il y en a quelques-uns des plus subtils qui m’ont dict qu’ilz ne peuvent estimer qu’il n’en advienne quel-qu’abus apres, sinon durant la vie du roy regnant a presant, pour le moings soubs le regne de ses successeurs »200. Sous couvert de religion, la cour présente un projet politique dangereux pour le clergé en tant qu’ordre. Déjà sensible sous Pie V, la méfiance romaine est encore accrue sous Grégoire XIII, qui craint l’arbitraire des attributions201.

  • 202 R. Hyacinthe, L’ordre militaire de Saint-Lazare de Jérusalem... cit., p. 188 ; G. de Sibert, Histoi (...)
  • 203 Du 21 avril 1571 au 19 octobre 1587, le grand-maître de l’ordre de Santo Stefano est François Ier d (...)
  • 204 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 15 (...)
  • 205 L. Cibrario, Précis historique des ordres religieux et militaires, p. 66. La seule obligation résid (...)
  • 206 P. Josserand, Saint-Maurice, ordre de... cit., p. 823-824 ; R. Hyacinthe, L’ordre militaire de Sain (...)
  • 207 Au moment de la fondation de l’ordre, en 1562, les commendes de grâce et d’ancienneté prédominaient (...)

48Un précédent ne plaide pas en faveur de la France : les guerres de religion ont laissé la branche française de l’ordre de Saint-Lazare en ruine, malgré les efforts du grand-maître François de Salviati, et cette organisation est tombée presque entièrement dans la main du roi202. Il est probable au surplus que l’expérience des autres institutions d’ordres de chevalerie, s’il a encouragé la cour de France à la création d’une nouvelle milice, a pesé à l’inverse dans la décision romaine. Écrivant au cardinal de Lorraine, Boucherat souligne que la curie connaît de présent les effets des ordres des chevaliers de Santo Stefano pour Florence203 et des chevaliers de Saint-Lazare pour la Savoie. « Bien vous dirai-je que l’ordre de Saint-Louys est venu mal a propos pour les raisons contenues esdites lettres, joint aussi que l’on commance a trouver mevais les ordres de Fleuranse et de Savoye, et dit on publiquement que c’est la ruyne des eglises de l’un et l’autre estat, pour ce que les corps et possessions des benefices y sont incorporés, chose qui m’a esté ditte par un des premiers, plus riches et meilleures cervelles de ceste court »204. Le mauvais exemple de l’ordre savoyard provient de ce que la bulle de Grégoire XIII concédant la grande maîtrise des deux ordres au duc de Savoie l’autorise à prendre possession des biens de l’ordre de Saint-Lazare, « à l’exception des églises déjà réunies à d’autres et des biens situés sur les domaines du roi d’Espagne »205. De plus, l’ordre des Saints-Maurice-et-Lazare n’a pas joué de rôle militaire majeur, alors que les biens de l’ordre avaient été donnés afin de servir à financer deux galères contre la piraterie ottomane206. Quant à l’ordre de Santo Stefano, il se distingue par l’importance des commendes de patronage, qui s’ajoutent aux commendes de grâce et d’ancienneté et qui ont connu un développement grevant les établissements toscans207.

  • 208 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 382.
  • 209 BNF, fr. 3321, fol. 11r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à J. de Morvilliers, Rome, [janvier 1 (...)

49Ajouté à l’accumulation récente des concessions demandées par la cour de France, le coût élevé des ordres établis peu auparavant peut donner à la curie un motif raisonnable de croire que le projet présenté recèle de grands dangers pour le patrimoine ecclésiastique français. Certes, tous les membres de la cour de France ne sont pas prêts à vendre inconsidérément, comme le montre l’opposition de Morvillier à une liquidation en octobre 1572208. Mais la conviction que la milice ne soit un prétexte futur à de graves abus est plus forte que les bénéfices hypothétiques. « Pour decider de cest affaire, je desirerois en eux plus d’experience des choses de la milice qu’il n’y en a, cela seroit cause qu’ils ne seroit si arrestés en leurs premiers opinions et relascheroient quelque chose de la severité de la loy, laquelle ils veulent suyvre avec toutte rigueur et en y a a[u]cuns de ceulx-la qui me demende quelle seureté peut donner le roy pour ses successeurs qu’ilz observeront ce qu’il promet »209. Lorsque les intérêts cisterciens sont saufs, Nicolas Boucherat épouse entièrement les vues du roi, désirant négocier avec des prélats moins sévères à l’endroit des intentions françaises. Mais la France manque de crédit, et Rome ne croit pas aux promesses de la cour.

  • 210 P. Hurtubise, Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), I, p. 98. « Le (...)
  • 211 Voir l’échec de la mise en place d’une communauté de prière autour de sa dynastie, qui s’explique p (...)
  • 212 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 400.
  • 213 La réforme passe par la marginalisation du conseil d’État au profit du conseil des affaires ou cons (...)

50Alors que le duc de Savoie avait mis de longs mois, par l’intermédiaire de son ambassadeur Vincent Parpaille, pour obtenir la création et l’approbation de son ordre, la mission de l’abbé de Cîteaux se conclut par un échec patent210. La décision de Grégoire XIII n’affecte pas la grâce propre au sacre du roi de France, mais le refus de l’augmenter par la sanction pontificale d’un nouvel ordre de chevalerie laisse Henri III désappointé. Cette négociation précipitée et son caractère inabouti ne sont qu’un rouage parmi d’autres de la mécanique romano-française, qui se grippe avec une régularité de métronome. L’échec de cette mission prive le roi à la fois d’un instrument prestigieux dans la reprise en main de la noblesse et du capital symbolique attaché aux ordres. Cet insuccès est le premier d’une longue série dans la politique ecclésiastique de Henri III, qui se place dans un rôle presque sacerdotal, mais peine à imposer ses initiatives en faveur d’une nouvelle religion royale211. Toutefois, l’avancement des projets royaux, du cardinal de Lorraine et de quelques membres du conseil, se lit en dépit de l’insuccès. Ce projet plus vaste peut être résumé par la formule d’Ivan Cloulas : « assurer le paiement d’une milice de soldats dévoués au roi les mettant en possession de revenus ecclésiastiques », et c’est pourquoi « le nonce à la cour, le pape à Rome, sont assiégés de sollicitations en vue d’obtenir l’établissement de commendes sur le temporel du clergé »212. Malgré les difficultés initiales, le roi entend réorganiser efficacement le gouvernement royal, renouvelant son entourage et écartant les anciens dignitaires213. Pour atteindre son plein effet, cette réforme doit s’établir sur des revenus financiers solides qui font défaut à la monarchie.

  • 214 Ainsi le dimanche 9 octobre 1575, le roi ordonne une procession générale à Paris, alors que la lutt (...)
  • 215 I. Cloulas, Correspondance du nonce en France Anselmo Dandino (1578-1581), Paris, 1970 (Acta nuntia (...)
  • 216 Lettre de Henri III à Grégoire XIII, Ollainville, 19 octobre 1578, éditée par M. François in Lettre (...)
  • 217 M. François, Lettres de Henri III, roi de France, IV, p. 89, n. 2.
  • 218 Sur le déroulement de la négociation de 1578, voir I. Cloulas, Correspondance du nonce en France An (...)
  • 219 D’autres financements sont trouvés, comme celui de 1581, qui consiste dans « le cinquieme des dons (...)
  • 220 La composante religieuse de la milice entourant le roi est primordiale. Les « chevaliers munis du s (...)
  • 221 Les premiers titulaires sont des grands officiers de la couronne, des membres du conseil ou des mar (...)
  • 222 BNF, Clairambault 1231, fol. 3r-v.
  • 223 Dans une lettre de Dandino au cardinal de Côme, il est question que l’abbé de Cîteaux, de concert a (...)
  • 224 Le roi ne cite pas dans sa plainte l’ordre de Savoie, peut-être en raison des liens familiaux d’Emm (...)
  • 225 Lettre de Henri III à d’Albain, son ambassadeur à Rome, Paris, 22 décembre 1578, éditée par M. Fran (...)

51Dues au caractère opiniâtre de Henri III, de nouvelles pressions sont inlassablement exercées au long de l’année 1575 et de nouvelles démarches sur les biens-fonds ecclésiastiques sont entamées en 1576. Dans une logique de consolidation étatique difficile, le roi, qui continue à exciper de sa dévotion envers les reliques de la Passion214, n’abandonne pas le projet de 1574 et veut rassembler la noblesse de cour autour de sa personne, faisant appel à une mystique religieuse. Les syndics du clergé de France sont en alarme encore à l’été 1578, lorsque le roi formule un nouveau projet d’ordre de chevalerie, présenté à Grégoire XIII par l’abbé de Birague215. Certes le nom a changé, car la milice a dorénavant pour nom « unne ordre du Seinct-Esprit, pour le bonheur que an ladicte feste j’ai acquys de deus royaumes tres beaus, l’un ellectif et l’autre successif »216. Cependant, le financement escompté est du même ordre, puisque le roi demande une subvention annuelle de 200 000 écus à prendre sur les bénéfices de France217. Pour les mêmes raisons qu’en 1575, le pape refuse d’approuver l’établissement d’une nouvelle charge sur le clergé français218. Anticipant le rejet de sa demande, le roi n’attend pas la réponse pontificale et se résout en décembre 1578 à établir l’ordre du Saint-Esprit, sans le financement prévu à l’origine219. Limité à cent chevaliers, le nouvel ordre se réunit en conseil politico-religieux220 au service du souverain, qui récompense et gratifie ses fidèles221. Le 31 décembre 1578, la première promotion comprend notamment Louis II de Lorraine, cardinal de Guise, archevêque et duc de Reims222, neveu de celui qui aurait pu faire aboutir la première demande. Le roi ne tint pas rigueur à Boucherat d’avoir échoué dans la mission confiée, puisqu’il songea quelque temps plus tard à lui accorder l’ordre du Saint-Esprit223. Mais il eut toute occasion de se « doulloir d’estre refusé de chose qui a esté cy-devant et pour mesme occasion accordée non seullement tres volontiers mais avec prieres à d’autres princes d’Italie, et specialement au duc de Florence pour l’institution de l’ordre de Sainct-Estienne224, qui n’ont toutesfois jamais faict tant de service au Sainct-Siege »225.

  • 226 Les Cisterciens ont particulièrement souffert des affrontements consécutifs à la Réforme. En sécula (...)

52À la lecture de cette correspondance diplomatique, Nicolas Boucherat apparaît comme formellement au service du roi de France, à l’interface de la diplomatie officielle et de la diplomatie ecclésiastique, servant le projet des conseillers et juristes royaux pour financer et organiser les besoins militaires de la monarchie. Toutefois, les lettres à Lorraine le montrent dégagé des conflits propres à la sphère royale, peu mêlé aux jeux curiaux et sans doute peu intéressé au succès de la négociation qu’il mène. Il n’est pas douteux que, en dépit des formules d’usage, l’abbé ne serve d’abord son intérêt particulier, à savoir celui de son ordre. Homme du xvie siècle, ayant vécu le déchirement de la chrétienté qui a durablement affecté l’ordre de Cîteaux226, Boucherat raisonne à l’échelle de la chrétienté catholique, dont le centre est à Rome, et non pas dans une logique nationale. La ligne d’équilibre qu’il doit tenir entre les logiques royales et pontificales est précaire, et ses qualités diplomatiques lui permettent de conserver une large autonomie tout en négociant au nom du roi.

  • 227 En raison « des conditions peu favorables au développement régulier d’une politique de nominations (...)
  • 228 C. Michaud, « La recette générale du clergé », p. 171. « Nous sommes bien en face d’une grève fisca (...)

53En dépit de ce qu’affirme l’abbé de Cîteaux dans ses lettres, il est donc permis de s’interroger sur la qualité de son engagement au service du roi. Si à titre personnel un succès aurait renforcé ses liens avec la cour, sa fonction le pousse plus sûrement à une forme de front commun avec le clergé séculier, qui profite de la faiblesse du pouvoir temporel pour s’émanciper. Le processus de nomination des évêques atteste de l’indépendance renouvelée du corps épiscopal sous le règne de Henri III. Ainsi les évêques nommés entre 1573 et 1589 sont-ils pour moitié nés dans la province ecclésiastique de leur futur diocèse, tandis que les nominations épiscopales sous François Ier et Henri II avaient réussi à briser les liens entre la noblesse provinciale et les sièges diocésains locaux227. Le clergé séculier ne paie plus que partiellement les décimes, à tel point que la grève des paiements est massive dans les années 1576-1579, car la période de dix ans prévue par le contrat de Poissy de 1567 approche de son terme228. Le recul de l’influence de la monarchie sur l’ordre ecclésiastique, séculier comme régulier, est net.

  • 229 Cité par H. Drouot, La première Ligue en Bourgogne et les débuts de Mayenne (1574-1579). Notes, Dij (...)
  • 230 P. Chevallier, Henri III, roi shakespearien... cit., p. 510. Les États provinciaux d’Auvergne, de N (...)
  • 231 Bibliothèque municipale de Dijon, ms. 3183, fol. 66v. C’est une main postérieure qui a ajouté ce co (...)
  • 232 J. Boucher, Société et mentalités autour de Henri III... cit., p. 42-48.

54Si l’habileté est sans doute un trait propre au caractère de Boucherat, qui sait user avec subtilité des habitudes romaines pour pousser son avantage, la capacité à conserver aux monastères cisterciens leurs privilèges antiques s’explique en conséquence par la faiblesse du pouvoir royal. Dans la capitale de la Chrétienté catholique, les positions françaises sont en recul, car la France ne finance plus ses cardinaux et ne dispose pas d’une faction solide. Dans son royaume, confronté à la pénurie d’argent, Henri III exerce avec précarité ses fonctions régaliennes. En juin 1578, devant le roi et au nom des États de Bourgogne, Nicolas Boucherat est choisi comme orateur pour prononcer les remontrances en faveur de la diminution des impôts. Imitant les propos attribués à Tibère, l’abbé rappelle opportunément que la charge du pasteur « est de tondre son troupeau et non point de l’escorcher »229, provoquant le mécontentement circonstancié de Henri III230. Néanmoins, ces remontrances furent prononcées « avec tant de grace et de vehemence que le roy dit de luy, au sortir de la, que cette pie avoit bien parlé & qu’il avoit pris plaisir a l’entendre »231. Si l’on ne doute pas de la vigueur du discours devant le roi Henri III, lui-même orateur remarquable232, l’éloquence de l’abbé de Cîteaux devant Grégoire XIII quelques années auparavant apparaît plus douteuse : la défense des projets royaux lui inspira un zèle moins appuyé, peut-être volontairement.

Haut de page

Notes

1 Cet article, présenté d’abord en novembre 2009 dans le séminaire de M. Alain Tallon, professeur à l’Université Paris IV-Sorbonne, a largement bénéficié de ses conseils, ainsi que de ceux de MM. Ignasi Fernández Terricabras, Jean-Pascal Gay, Alain Rauwel et Benoît Schmitz. Qu’ils trouvent ici l’expression de mes remerciements chaleureux pour leur relecture avisée.

2 Modèle royal de sainteté, Louis IX est à la fois un saint façonné par les ordres mendiants et un saint prud’homme, courtois et dévot. J. Le Goff, Saint Louis, Paris, 1996, p. 842-844. Sur l’imitation de l’ascèse et des pénitences de saint Louis par Henri III, voir N. Le Roux, La faveur du roi. Mignons et courtisans au temps des derniers Valois (vers 1547-vers 1589), Seyssel, 2000, p. 594-595.

3 L’imitation de la Passion imprègne l’imaginaire pénitentiel du roi, en qui est uni la nature et la surnature. Investie par le sacre, la personne du roi est liée à Dieu par une forme de tension sacrificielle. Cf. D. Crouzet, Désir de mort et puissance absolue de Charles VIII à Henri IV, dans Revue de synthèse, IVe série, no 3-4, 1991, p. 423-441, notamment p. 439 : « Poursuivant le processus de démilitarisation de la personne royale », Henri III renouvelle l’imaginaire du sacrifice royal, « ce à travers le théâtre d’une piété pénitente dont il se veut l’unique centre. Le corps royal [...] s’efforce avant tout de se donner à souffrir, de montrer qu’il est sacrificiel, qu’en lui seul se réalise l’œuvre de purification de la société temporelle ».

4 « Mythe de l’accomplissement collectif », la croisade « est l’acte collectif par où s’est cherchée séculairement l’incarnation de la Chrétienté vivante » au Moyen Âge, et encore largement au xvie siècle. A. Dupront, Le mythe de croisade, III, Paris, 1997 (Bibliothèque des histoires), p. 1655.

5 Sur l’importance de la croix, instrument de la passion du Christ, dans la spiritualité des ordres militaires, voir A. Demurger, Croix, dans N. Bériou et P. Josserand (dir.), Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Paris, 2009, p. 282-283. Cousue sur le manteau des chevaliers, la croix est l’insigne emblématique de la plupart des ordres militaires, signifiant le sang versé par et pour le Christ.

6 La situation financière est particulièrement inquiétante au début de 1574, et la reprise de la guerre en novembre 1574 aggrave la conjoncture. O. Poncet, Une utilisation nouvelle de la rente constituée au xvie siècle : les membres du conseil au secours des finances d’Henri III, dans Bibliothèque de l’école des chartes, 151, 1993, p. 307-357.

7 J. Boucher, L’ordre du Saint-Esprit dans la pensée politique et religieuse de Henri III, dans Cahiers d’histoire, XVIII, no 2, 1973, p. 129-142.

8 Sommaire-Mémorial de Jules Gassot, secrétaire du roi (1555-1623), éd. P. Champion, Paris, 1934, p. 136-138.

9 V. Martin, Le gallicanisme et la réforme catholique. Essai historique sur l’introduction en France des décrets du concile de Trente (1563-1615), Paris, 1919, p. 122-125.

10 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 71, no 1, 1959, p. 381-404.

11 Lettres de Henri III, roi de France, recueillis par Pierre Champion, publiées avec des compléments, une introduction et des notes pour la société de l’histoire de France par Michel François. Tome II : 1er septembre 1574 – 6 août 1576, Paris, 1965, p. 79, n. 2.

12 BNF, fr. 3321, fol. 4r-13r. L’ensemble comprend quatorze lettres entre l’abbé de Cîteaux et Henri III, le cardinal Charles de Lorraine, Catherine de Médicis, le sire de Villeroy Nicolas de Neuville, l’évêque d’Angers Guillaume Ruzé, le cardinal de Guise Louis de Lorraine et Jean de Morvilliers. Bien que non datées pour la plupart, on peut leur assigner pour date les mois de novembre-décembre 1574 et de janvier 1575. En janvier 1702, Clairambault, généalogiste des ordres du roi, a collationné une seconde copie sur les originaux pour le duc de Villeroy, copie qui ne diffère de la précédente que par quelques particularités purement graphiques ou grammaticales ; cf. BNF, Clairambault 1231, fol. 56r-68r.

13 Une distinction doit être opérée non seulement entre Rome et l’Église de France, mais entre cette dernière et l’État royal. « Église nationale, l’Église gallicane n’est pas une Église d’État, malgré la tutelle réelle du monarque ». A. Tallon, Conscience nationale et sentiment religieux en France au xvie siècle. Essai sur la vision gallicane du monde, Paris, 2002, p. 11-12.

14 Les troubles de religion ont bouleversé les relations entre le pouvoir royal et les grands nobles. Sur l’économie de la faveur, « forme naturelle de la relation unissant le prince à l’ensemble des membres de la noblesse » en vigueur au temps de Henri II, et son éclatement postérieur, voir N. Le Roux, La faveur du roi, p. 13 et 20-48. Le règne de Henri III se caractérise par l’apparition d’une élite restreinte, les mignons étant l’instrument du pouvoir, reliés à lui par un rapport de dilection.

15 Revenus attachés à un office ecclésiastique, les bénéfices séculiers et réguliers sont l’objet de convoitises renouvelées de la part des pouvoirs temporels. Sur la collation des bénéfices en France depuis le concordat de 1516, voir E. Magnin, Les bénéfices en France, dans R. Naz (dir.), Dictionnaire de droit canonique, II, Paris, 1937, col. 449-494.

16 « Le royaume de France est sans doute le territoire de la Chrétienté où la marge de manœuvre accordée au souverain pontife est la plus faible. Nomination royale, confirmation pontificale, et tout semble dit ». O. Poncet, La papauté et la provision des abbayes et des évêchés français de 1595 à 1661. Recherches sur l’esprit des institutions pontificales à l’époque de la réforme catholique, thèse sous la direction d’Y.-M. Bercé, Université Paris-Sorbonne (Paris IV), 1998, 2 vol. , p. 725.

17 A. Borromeo, Gregorio XIII, dans Dizionario biografico degli Italiani, LIX, Rome, 2002 (Istituto della Enciclopedia italiana), p. 207 ; id., Gregorio XIII, dans Enciclopedia dei Papi, III, Rome, 2000 (Istituto della Enciclopedia italiana), p. 180-202. Le pape bolonais continue la politique de Pie V en prêchant la croisade avec persévérance, malgré la paix séparée signée par Venise en 1573 avec les Turcs. A. Dupront, Le mythe de croisade, I, Paris, 1997 (Bibliothèque des histoires), p. 490.

18 La pression de la fiscalité royale sur le clergé est nettement accrue depuis le contrat de Poissy du 21 octobre 1561, qui permet au roi de payer une partie de la dette publique en prélevant les décimes sur les bénéfices du clergé de France. C. Michaud, La recette générale du clergé sous Henri III, dans R. Sauzet (dir.), Henri III et son temps, Paris, 1992, p. 167-176.

19 I. Cloulas, La monarchie catholique et les revenus épiscopaux : les pensions sur les mitres de Castille pendant le règne de Philippe II (1556-1598), dans Mélanges de la Casa de Velázquez, 4, 1968, p. 107-142.

20 Seul de tous les abbés réguliers de France, l’abbé de Cîteaux prête serment dans les mains du roi. Cf. A. Presse, Notes et documents sur les derniers temps de l’abbaye de Cîteaux, dans Analecta sacri ordinis cisteriensis, X, 1954, p. 174.

21 Cette position de « tiraillement entre la double allégeance au prince et au pape » n’est pas propre à Cîteaux et caractérise le monde des réguliers, dont « l’assise spatiale des réseaux religieux ne coïncide pas non plus avec celle des États. [...] À l’époque moderne, les ordres se situent donc dans un entre-deux institutionnel, ce qui leur confère aussi une plus grande marge de liberté ». B. Pierre, La bure et le sceptre. La congrégation des Feuillants dans l’affirmation des États et des pouvoirs princiers (vers 1560-vers 1660), Paris, 2006, p. 18.

22 R. de Ganck, Les pouvoirs de l’abbé de Cîteaux, de la bulle Parvus fons (1265) à la Révolution française, dans Analecta cisterciensia, XXVII, 1971, p. 3-63.

23 Sur la transmission de la culture chevaleresque dans la noblesse européenne confrontée à la genèse de l’État moderne, voir B. Deruelle, Enjeux politiques et sociaux de la culture chevaleresque au xvie siècle : les prologues de chansons de geste imprimées, dans Revue historique, CCCII/3, 2010, p. 552-576. Cette confrontation produit aux xvie et xviie siècles une floraison d’ordres nouveaux, comme l’ordre de San Pietro, fondé en septembre 1520 par des nobles des États pontificaux. Pour les seules années 1561-1562 sont fondés les ordres de Santo Stefano par Côme Ier de Médicis en 1561 ; du Sauveur du Monde par Éric XIV Vasa en Suède en 1561 ; de la Galsa par la République de Venise en 1562 ; de Tusin par l’empereur Maximilien II de Habsbourg en 1562. Voir le panorama suggestif de E. Postigo Castellanos, Flores en el jardín de los reinos. Las órdenes de caballería de tercera generación (1520-1660), dans M. Rivero Rodríguez (dir.), Nobleza hispana, nobleza cristiana : La orden de San Juan, II, Madrid, 2009, p. 1314-1318.

24 M. Châtenet, Henri III et l’ordre de la cour. Évolution de l’étiquette à travers les règlements généraux de 1578 et 1585, dans R. Sauzet (dir.), Henri III et son temps, Paris, 1992, p. 133-139.

25 P. Chevallier, Henri III, roi shakespearien, Paris, 1985, p. 263 ; M. Châtenet, op. cit., p. 134. En raison de l’opposition des courtisans, le règlement du 10 septembre 1574 n’est rédigé qu’en août 1578.

26 Protecteur de la France grâce à Louis XI, l’archange toutefois fit « pour lui moins de miracles que pour son très victorieux père, trois seulement » ; C. Beaune, Naissance de la nation France, Paris, 1985 (Bibliothèque des histoires), p. 196. Dès sa fondation, l’ordre de Saint-Michel « est un outil pour renforcer le pouvoir central après l’arrêt des guerres. La haute noblesse est étroitement encadrée par l’ordre » ; ibid., p. 197. Le caractère exclusif de cet ordre doit en outre être relevé, car c’est une nouveauté.

27 Ainsi lorsque Robert II de la Marck, seigneur de Sedan, prend le parti de l’empereur en avril 1518, il renvoie quelques mois plus tard au roi de France le collier de Saint-Michel, justifiant sa conduite en faveur de l’élection de Charles d’Espagne. Inversement son fils aîné Robert III de la Marck, élevé à la cour de France avec le duc d’Angoulême et Anne de Montmorency, marié en avril 1510 à la nièce du cardinal d’Amboise, reste-t-il fidèle à François Ier en conservant le collier de l’ordre de Saint-Michel. R. Goubaux, Essai sur Robert II de la Marck, seigneur de Sedan, mort en 1536, dans École nationale des chartes. Positions des thèses soutenues pour les élèves de la promotion de 1895 pour obtenir le diplôme d’archivistepaléographe, Chalon-sur-Saône, 1895, p. 44-46.

28 G-F. Poullain de Saint-Foix, Histoire de l’ordre du Saint-Esprit, Paris, 1766, partie I, p. 51. Le roi veut dégrader de l’ordre de Saint-Michel le seigneur de Saint-Valier, « convaincu d’être entré dans les projets de révolte du connétable de Bourbon » et condamné à mort par le parlement en janvier 1523.

29 La rumeur accuse les Guise à la mi-novembre 1561. « On parlait déjà de représailles à exercer contre eux ; d’un chapitre de l’ordre de Saint-Michel où des mesures graves seraient prises contre Nemours et d’autres chefs du parti catholique ». N. Valois, Projet d’enlèvement d’un enfant de France (le futur Henri III) en 1561, dans Bibliothèque de l’école des chartes, 75, 1914, p. 27.

30 En janvier 1579, Pierre de L’Estoile traduit le sentiment commun en écrivant : « On disoit que le roy avoit de nouvel institué cet ordre pour adjoindre a soi, d’un nouvel et plus estroit lien, ceux qu’il y vouloit nommer, a cause de l’effrené nombre des chevaliers de l’ordre Saint-Michel, qui estoit tellement avili, qu’on n’en faisoit non plus de compte que de simple aubereaus ou gentilastres, et appeloit-on des pieça le grand collier de cest ordre le collier a toutes bestes », P. de L’Estoile, Registre-journal du règne de Henri III. Tome III (1579-1581), éd. M. Lazard et G. Schrenck, Genève, 1997, p. 12.

31 Voir l’exemple de Jean des Vaux, seigneur de Lévaré, capitaine dans le Bas-Maine de 1560 à 1590, créé gouverneur et lieutenant-général des châteaux de Mayenne par lettres de décembre 1567. Charles IX le félicite d’avoir fait lever le siège du château de Lassay et chassé du Bas-Maine les rebelles huguenots, puis lui envoie en récompense le collier de l’ordre en avril 1571. Le seigneur de Lévaré est ensuite promu gentilhomme de la chambre de Henri III par nomination d’avril 1578. Cf. A. Angot, Réception d’un chevalier de l’ordre de Saint-Michel en 1571, dans Revue historique et archéologique du Maine, 38, 1895, p. 262-268.

32 Voir l’ordonnance de Charles IX du 14 août 1569 in G-F. Poullain de Saint-Foix, Histoire de l’ordre du Saint-Esprit, 1766, partie I, p. 50-51.

33 Lorsque Catherine de Médicis a besoin d’appuis solides en Pologne pour la cause française, elle accorde le collier de l’ordre de Saint-Michel à Albert Laski, palatin de Sieradz, ancien réformé converti au catholicisme en 1569. P. de Cenival, La politique du Saint-Siège et l’élection de Pologne (15721573), dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 36, no 1, 1916, p. 142 et 154. En l’espèce, la distribution du collier s’ajoute aux dons d’offices et aux expédients financiers.

34 Peu après son avènement, Henri III ne se prive pas de la nomination comme chevalier de l’ordre de Saint-Michel lorsqu’il veut favoriser un membre de la cour, comme le montre l’exemple de Philippe Hurault de Cheverny en septembre 1574 : son admission comme chevalier de l’ordre du roi est le signe de la place nouvelle, prépondérante, qu’il occupe dans l’administration des affaires. Ancien conseiller du cardinal de Lorraine, ancien chancelier et ancien conseiller d’État (1569), Cheverny est garde des sceaux en 1578 et chancelier de France en 1583. N. Le Roux, La faveur du roi... cit., p. 166.

35 Si l’on suit les mémoires de J. Gassot, c’est Lorraine qui « avoit donné ung advis au roy » en faveur d’une nouvelle milice. Cf. Sommaire-Mémorial de Jules Gassot, éd. P. Champion, p. 136.

36 Ordre dynastique, l’ordre de la Toison d’Or est créé à Bruges le 10 janvier 1430 par Philippe le Bon, à l’occasion de son mariage avec Isabeau de Portugal. Voir la synthèse de J. Paviot, Étude préliminaire, in R. de Smedt, Les chevaliers de l’ordre de la Toison d’Or au xve siècle. Notices bio-bibliographiques, Francfort, 2e édition, 2000, p. XV-XXXIII.

37 Philippe le Bon voulait grouper autour de lui ses barons vassaux et attirer dans l’alliance bourguignonne les souverains aragonais et portugais. C’est pourquoi le duc de Bourgogne refusa de se lier au roi d’Angleterre en intégrant l’ordre de la Jarretière et créa son propre ordre. Cf. C. Marinesco, Documents espagnols inédits concernant la fondation de la Toison d’Or, dans Comptes rendus de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, 100e année, no 3, 1956, p. 403.

38 Les principes constants de la politique religieuse de Philippe II comprennent la main-mise renforcée sur les ordres religieux par le contrôle de la nomination des supérieurs, par l’intervention dans les chapitres généraux, etc. I. Fernández Terricabras, Philippe II et la Contre-Réforme. L’Église espagnole à l’heure du Concile de Trente, Paris, 2001, p. 631.

39 Fondé au milieu du xiie siècle par l’abbé cistercien de Fitero, l’ordre monastique et militaire de Calatrava est intégré en plusieurs étapes à l’ordre de Cîteaux, dont il suit la règle. Cf. E. Rodríguez-Picavea Matilla, Calatrava, dans N. Bériou et P. Josserand (dir.), Prier et combattre. Dictionnaire européen des ordres militaires au Moyen Âge, Paris, 2009, p. 181.

40 Le chapitre général de Cîteaux avait placé Calatrava sous la dépendance de Morimond, au diocèse de Langres. Cf. M. Cocheril, La juridiction de Morimond sur les ordres militaires de la péninsule ibérique, dans Studia monastica, II, 1960, p. 372 ; J. O’Callaghan, The affiliation of the order of Calatrava with the order of Cîteaux, dans Analecta sacri ordinis cisterciensis, 16, 1960, p. 3-59 et 255-292.

41 Le prieur, qui dirige les clercs, est un contrepoids face au maître de l’ordre. Le dernier prieur venu de Bourgogne est Nicolas d’Avenne ou Avenius, mort en 1552. M. Cocheril, op. cit., p. 382-383.

42 F. Fernández Izquierdo, La orden militar de Calatrava en el siglo xvi. Infrastructura institucional. Sociología y prosopografía de sus caballeros, Madrid, 1992 (Consejo superior de investigaciones científicas, Biblioteca de historia),

p. 86.

43 La bulle est reproduite in G. Guarnieri, I Cavalieri di Santo Stefano nella storia della Marina Italiana (1562-1859), Pise, 3e édition 1960, p. 289-290. Les statuts se rapprochent de ceux de l’ordre de Saint-Jean.

44 G. Guarnieri, I Cavalieri di Santo Stefano, p. 41-42. Le 2 août 1554, à Marciano ou Scannagallo, la victoire de Gian Giacomo Medici, marquis de Marignan et chef de l’armée du duc de Florence, sur Piero Strozzi, maréchal de France, consolide la domination des Médicis et entraîne la chute de Sienne.

45 F. Angiolini, Santo Stefano, ordre de, dans N. Bériou et P. Josserand (dir.), Prier et combattre... cit., p. 853. Les chevaliers appelés grand-croix administrent l’ordre, qui est régi par un conseil de douze chevaliers. Trois catégories composent l’ordre : les chevaliers, les prêtres et les servants. Ces derniers ne subsistent guère que quelques décennies au sein de l’ordre.

46 Sur l’importance des commendes dans le patrimoine de la noblesse toscane, voir F. Angiolini, I cavalieri e il principe. L’ordine di Santo Stefano e la società toscana in età moderna, Florence, 1996, p. 83-95.

47 G. Guarnieri, I Cavalieri di Santo Stefano... cit., p. 98-105.

48 En mai 1545, Emmanuel-Philibert reçoit lors de son séjour à la cour de l’empereur le collier de l’ordre de la Toison d’Or. Charles Quint favorise le jeune prince, dont le père déchu, Charles II, est alors réfugié à Verceil. Cf. L. Romier, Les guerres d’Henri II et le traité du Cateau-Cambrésis (1554-1559), dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 30, 1910, p. 8.

49 P. Josserand, Saint-Maurice, ordre de, dans N. Bériou et P. Josserand (dir.), Prier et combattre... cit., p. 823-824. Le 16 octobre 1434, le duc Amédée VIII entre avec cinq chevaliers dans l’ermitage de Saint-Maurice, formant les premiers chevaliers de Saint-Maurice. Devenu pape en 1439 sous le nom de Félix V, Amédée ne poursuit pas la direction de ce petit groupe, qui ne paraît pas avoir connu de développement mais conserve un grand prestige.

50 F.-O. Touati, Saint-Lazare de Jérusalem, ordre de, dans N. Bériou et P. Josserand (dir.), Prier et combattre...cit., p. 823. Depuis la première moitié du xive siècle, l’ordre de Saint-Lazare de Jérusalem est démembré et les branches autonomes deviennent un enjeu politique en France, en Italie et même en Espagne, en raison du grand nombre d’établissements hospitaliers contrôlés.

51 L. Cibrario, Précis historique des ordres religieux et militaires de Saint-Lazare et de Saint-Maurice avant et après leur réunion, Lyon, 1860, p. 64-65.

52 Selon l’historiographe des ordres du roi Gautier de Sibert, « l’ordre se ressentit de ces malheureuses circonstances ; nos rois négligèrent ses droits & ses intérêts, quoiqu’ils ne cessassent pas de s’en regarder comme les conservateurs & les patrons », G. de Sibert, Histoire des ordres royaux hospitaliers-militaires de Notre-Dame du Mont-Carmel et de Saint-Lazare de Jérusalem, Paris, 1772, p. 318. Cet argument doit être nuancé, dans la mesure où les possessions des Lazaristes en France étaient gérées de façon indépendante des possessions en Italie.

53 La mort de Pie V, le 1er mai 1572, interrompt aussi les négociations menées avec Philippe II, qui s’était opposé à la tentative de Pie IV puis de Pie V de rénover l’ordre de Saint-Lazare en raison de l’autonomie que cette réforme aurait donnée à l’ordre dans les possessions espagnoles. Sur les tractations avec Philippe II, voir I. Fernández Terricabras, Religión y milicia en el siglo xvi. La polémica entre Felipe II y Pío V por la revitalización de la orden militar de San Lázaro (1567-1572), dans M. Rivero Rodríguez (dir.), Nobleza hispana, nobleza cristiana : La orden de San Juan, II, Madrid, 2009, p. 1250-1268.

54 Ch. Coquelines, Bullarium Romanum, IV, p. III, 1746, p. 236-238. Selon les termes de cette bulle, l’Institutio Militiae S. Mauritii Martyriis suit la règle de Cîteaux (sub regula Cisterciensi) et est placé sous la direction du duc de Savoie (sub regimine Emanuelis Philiberti Sabaudiae ducis, suorumque successorum), qui doit verser 15 000 écus de rente à l’ordre. Les négociations ont été menées à Rome par Vincent Parpaille, ambassadeur du duc.

55 Ch. Coquelines, Bullarium Romanum, IV, p. III, 1746, p. 239-241. Voir aussi L. Cibrario, Précis historique des ordres religieux et militaires, p. 66 : « Par l’effet de cette réunion, l’ordre géminé des Saints-Maurice-et-de-Lazare fut hospitalier et militaire et eut la double obligation de surveiller et soigner les lépreux aux termes de sa primitive institution, et de défendre le Saint-Siège apostolique ».

56 L’expression est le titre de l’un des chapitres de la thèse de R. Hyacinthe, L’ordre militaire de Saint-Lazare de Jérusalem au Moyen Âge, Millau, 2003, p. 177-181.

57 L. Cibrario, Précis historique des ordres religieux et militaires, p. 94-96.

58 N. Jaspert, Maurice, saint, dans N. Bériou et P. Josserand (dir.), Prier et combattre... cit., p. 595. Le culte du martyr de la Légion thébaine est développé en Germanie comme en Bourgogne, ce qui explique son adoption comme patron par l’ordre de la Toison d’Or.

59 P. Cozzo, La geografia celeste dei duchi di Savoia. Religione, devozioni e sacralità in uno stato di Età moderna, secoli xvi-xvii, Bologne, 2006 (Annali dell’Istituto storico-germanico in Trento), p. 240-241. L’attachement au culte des reliques du capitaine de la légion thébaine se traduit par leur transfert à Turin en 1591, sous le duc Charles-Emmanuel le Grand.

60 Voir les descriptions des cérémonies des années 1572, 1573 et 1574 par l’aumônier d’Emmanuel-Philibert, in P. Cozzo, La geografia celeste dei duchi di Savoia... cit., p. 267-283.

61 Sur les premiers effets de cette création dont la dimension internationale est marquée, voir A. Merlotti, Un sistema degli onori europeo per Casa Savoia ? I primi anni dell’Ordine dei Santi Maurizio e Lazzaro (1573-1604), dans Rivista Storica Italiana, CXIV, fasc. 2, 2002, p. 496-510.

62 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 400, n. 1. L’ordre du Saint-Esprit a été créé en 1352 par Louis Ier d’Anjou, roi de Naples et de la Sicile. Si l’on suit Poullain de Saint-Foix, l’ordre du Saint-Esprit ne put se soutenir, et le hasard mit « le titre original de son institution entre les mains d’un noble vénitien, qui en fit présent à Henri III, lorsqu’il passa par Venise à son retour de Pologne ; que ce prince voulant s’en approprier l’idée, le tint fort caché » (G-F. Poullain de Saint-Foix, Histoire de l’ordre du Saint-Esprit, 1766, partie I, p. 82-83). Les statuts du Saint-Esprit de Naples sont très proches de ceux de la Noble Maison de 1351.

63 L Pastor, Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge. Tome XX : Grégoire XIII (1572-1585) (Suite), Paris, 1938, XX, p. 284285 ; P. de Cenival, La politique du Saint-Siège et l’élection de Pologne (1572-1573)... cit., p. 116, 125, passim. L’empereur Maximilien pense l’accession de son second fils, Ernest, gouverneur de Bohême, au trône de Pologne, comme un moyen de réunir la couronne polonaise à l’Empire. Le cardinal Commendone, légat envoyé par le pape, soutient d’abord la cause impériale avant de favoriser la candidature du duc d’Anjou.

64 Depuis 1562, les dépenses liées aux guerres de religion sont financées par divers moyens, comme les taxes sur les grands personnages de la cour. Le temporel de l’Église de France est largement sollicité dans le même sens, par le biais de sept aliénations générales (1563, 1568, 1568-1569, 1574, 1576, 1586 et 1587-1588). Les ventes de bien-fonds ecclésiastiques servent à payer les troupes catholiques. Pour le mécanisme et les résultats généraux des ventes au profit des caisses de l’État royal, voir I. Cloulas, Les aliénations du temporel ecclésiastique sous Charles IX et Henri III (1563-1587), dans Revue d’histoire de l’Église de France, 44, no 141, 1958, p. 5-56.

65 I. Cloulas, op. cit., p. 44.

66 B. Barbiche, La nonciature de France aux xvie et xviie siècles : les nonces, leur entourage et leur cadre de vie, dans A. Koller, Kurie und Politik. Stand und Perspektiven der Nuntiaturberichtsforschung, Tübingen, 1998, p. 89. Né à Rome d’une famille de Florence, neveu du cardinal Giovanni Salviati, petit-neveu de Léon X, cousin de Catherine de Médicis, Antonio Maria Salviati (1537-1602) est nonce extraordinaire en France en 1571 et en 1571-1572, puis nonce en France du 11 juin 1572 au mois d’avril 1578.

67 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 387. La mort de Charles IX « fit croire au nonce qu’on allait interrompre la négociation de l’aliénation. Au contraire, la reine mère insista davantage : pourtant, les cardinaux de Lorraine, de Bourbon et d’Este n’hésitaient pas à lui offrir 100 000 écus pour lever des soldats en Allemagne ».

68 P. Hurtubise, Correspondance du nonce en France, Antonio Maria Salviati (1572-1578), I, Paris, 1975 (Acta nuntiaturae gallicae, 12), p. 89-90. Le décès de Charles IX provoque la réunion d’un consistoire secret, au cours duquel sont discutés les moyens d’une action concertée contre le danger protestant.

69 Le 14 juin 1574, le cardinal de Côme Tolomeo Galli écrit au nonce en Espagne Ormaneto et mentionne l’alliance entre la France et l’Espagne, afin d’aider Philippe II à vaincre les Néerlandais révoltés. Voir P. O. von Törne, Ptolémée Gallio, cardinal de Côme. Étude sur la cour de Rome, sur la secrétairerie pontificale et sur la politique des papes au xvie siècle, Paris, 1907, p. 151, qui se fonde sur Archivio Segreto Vaticano (ASV), Segr. Stato, Spagna 15, fol. 484.

70 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 390. « En déduisant les décimes payées chaque année (2 000 000 livres tournois), il restait 10 000 000 livres tournois ; Grégoire XIII permettait au roi d’en prendre la moitié soit 5 000 000 livres tournois ; c’était accorder beaucoup plus que ne demandait la reine mère (3 000 000 livres tournois) ».

71 U. Coldagelli, Boncompagni, Filippo, dans Dizionario biografico degli Italiani, XI, Rome, 1969, p. 687.

72 Sur la carrière du baron de Ferrals, voir C.-M. de Witte, Notes sur les ambassadeurs de France à Rome... cit., p. 108-110, qui signale en outre : « On remarquera que la correspondance de Ferrals nous manque complètement à partir de 1574 ».

73 Selon un rapport de février 1574 sur la cour de Grégoire XIII, cité par L Pastor, Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge... cit., XX, p. 523.

74 V. Martin, Le gallicanisme et la réforme catholique, p. 123. L’affaire est au yeux de Henri III « trop importante pour être négociée par l’ambassadeur ordinaire ; il en chargea l’abbé général de Cîteaux, Nicolas Boucherat ».

75 É. Brouette, Nicolas I Boucherat, dans Dictionnaire des auteurs cisterciens, Rochefort, 1975 (La Documentation cistercienne), p. 130-131.

76 L’ordre compte alors environ 700 monastères d’hommes et 900 de femmes.

77 A. Tallon, La France et le concile de Trente (1518-1563), Rome, 1997 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome), p. 757. Nicolas Boucherat n’est pas mentionné dans les actes officiels du concile, car les procureurs d’ordre n’ont pas de véritable statut à Trente, mais sa présence est attestée dans les travaux sur l’index.

78 B. A. Marton, Cardinal Jérôme Souchier, dans Analecta cisterciensia, XXVIII, 1972, p. 143-145 ; ASV, Segretaria dei Brevi 12, fol. 4r-5r. Bref de Pie V du 28 janvier 1569, sur la requête du cardinal de La Souchière, adressé à N. Boucherat, religieux du Reclus et procureur de l’ordre en cour de Rome, et à Denis de Lazeronis, prieur de Morimondo, au diocèse de Milan. Suite au rapport de visite (dont une copie se trouve in ASV, Conc. Trid. 2, fol. 116r-122v), Pie V fulmine la bulle de réforme de l’ordre le 8 mars 1570.

79 Voir par exemple la charte de visite de l’abbaye de Port-Royal des Champs le 17 septembre 1572, in BNF, fr. 15805, fol. 4 bis.

80 A. Postina, Beiträge zur Geschichte der Cistercienserklöster des 16. Jahrhunderts in Deutschland, dans Cistercienser Chronik, 13, no 149, 1901, p. 225-237 et 257-266. Plus de cent monastères germaniques, soit la quasi-totalité des couvents masculins et féminins, sont visités par l’abbé de Cîteaux. En septembre 1574, il termine ses inspections par les abbayes féminines du diocèse de Liège, Vivegnis le 14 septembre et Robermont le 17 septembre. ASV, Conc. Trid. 1, fol. 310v-311r.

81 Selon la tradition cistercienne, François Ier préside en juin 1521 à Cîteaux le chapitre général de l’ordre de Saint-Michel, en présence de sa mère Louise de Savoie, de son fils aîné et de nombreux chevaliers. Voir M. Lebeau, Chronologie de l’histoire de Cîteaux, Dijon, 1987, p. 29. Ce fait est contesté par le chroniqueur cistercien du xviiie siècle Nicolas Cotheret, qui n’a pas retrouvé dans les archives de l’abbaye de traces de cette visite et qui en conclut que le roi de France n’est pas venu à Cîteaux en 1521 : « Quelque circonstancié que soit tout ce narré, il n’en est pas cependant plus vraisemblable », dans L. Lekai, Les Annales de Cîteaux de Nicolas Cotheret II, dans Analecta cisterciensia, 41, 1985, p. 62.

82 BNF, fr. 3321, fol. 4r. Copie d’une lettre du roi à N. Boucherat, éditée par M. François in Lettres de Henri III, II, no 1166. Dans une autre lettre datée de Lyon, le 11 novembre 1574, le roi annonce au pape qu’il lui dépêche l’abbé de Cîteaux.

83 Sommaire-Mémorial de Jules Gassot, éd. P. Champion, p. 137. Le roi est « fort affectionné et disposé, voire avecq impatience, et ledict sieur cardinal aussy, qui en escrivoit à Rome à des cardinaux ses amis de grandes lettres de dix-huict et vingt fueillets » et plus.

84 Henri III est sacré à Reims le 13 février 1575 et son mariage avec Louise de Vaudémont est célébré deux jours plus tard. Bien que modeste, la cérémonie du sacre montre la grande influence des Guise à cette date, notamment l’office célébré par le cardinal de Guise. Voir J. Boucher, Société et mentalités autour de Henri III, Paris, 2007 (Bibliothèque littéraire de la Renaissance, LXVII), p. 219-220.

85 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

86 I. Cloulas, « Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé », p. 397. En effet « le roi prétendait ne pas pouvoir, étant donné les troubles, lever le million de livres qui lui avait été concédé sur les revenus du clergé. Il réclamait l’autorisation de se procurer cette somme par le moyen de ventes de biens ecclésiastiques ».

87 D. Cuisiat, Lettres du cardinal Charles de Lorraine (1525-1574), Genève, 1998, p. 14.

88 Ce réseau est entretenu par des dépenses marquant la présence de la maison des Guise à Rome. L’intérêt de Lorraine pour la capitale pontificale se traduit ainsi par une importante activité de mécène à la Trinité-des-Monts vers 1570, au moment de l’achèvement du chœur, où ses armes sont gravées. Cf. I. Balsamo, Le mécénat des Guises dans l’église de la Trinité-des-Monts à Rome (1570-1630), dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge-Temps modernes, 94, 2, 1982, p. 925.

89 Élevé au cardinalat en mai 1570, Nicolas de Pellevé (15181594) est membre de la congrégation du Saint-Office.

90 BNF, fr. 3321, fol. 4r-v. Copie d’une lettre du cardinal de Lorraine à N. Boucherat, c. 20 novembre 1574. Voir le résumé par D. Cuisiat, Lettres du cardinal Charles de Lorraine (1525-1574), p. 676, no 1276.

91 « Le sieur Philippes Musot m’a donné beaucoup de bons et necessaires advertissemens, et s’y est fort voluntiers employé touttesfois et quantes qu’il en a esté requis », in BNF, fr. 3321, fol. 6r-7v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à C. de Médicis, Rome, [janvier 1575].

92 ASV, Nunc. Avignon 3, fol. 917. Lettre du cardinal de Lorraine à Grégoire XIII, 20 novembre 1574, éditée par D. Cuisiat, Lettres du cardinal Charles de Lorraine (1525-1574), p. 676-677, no 1277.

93 BNF, fr. 3321, fol. 4v-5r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Viterbe, [14 décembre 1574].

94 Affluent occidental du Tibre dans son cours moyen, dans une vallée de Toscane, non loin de la Via Francigena reliant Rome à Paris, la Paglia peut être l’objet de violentes averses (nubifragio), provoquant des crues locales de grande intensité. M. Pardé, « Une trombe d’eau sur le bassin du Tibre », Revue de géographie alpine, 26, 1938, p. 209-210. Sur les crues du Tibre dans les années 1570, voir S. Enzi, Le inondazioni del Tevere a Roma tra il XVI e XVIII secolo nelle fonti bibliotecarie del tempo, dans Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 118, 1, 2006, p. 16.

95 BNF, fr. 3321, fol. 4v-5r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Viterbe, [14 décembre 1574].

96 A. Tallon, La France et le concile de Trente (1518-1563)... cit., p. 48 : « Le printemps et l’automne sont les deux saisons où les retards sont les plus fréquents. L’élément d’explication est l’eau : les fleuves peuvent être de très bons auxiliaires pour aller plus vite, mais se montrent des obstacles infranchissables en cas de crues ».

97 BNF, fr. 3321, fol. 10r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Guillaume Ruzé, Rome, [janvier 1575]. Au même évêque, quelques jours plus tard : « Au reste, je ne vous ay ja escrit que le roy m’a promis douze cents esculz pour mon voyage et les debvoit feu monsieur le cardinal de Lorraine faire mettre ez mains du sire Jacques Laurent. Estant de retour le roy je vous supplie bien humblement d’en dire un mot a sa majesté et luy remonstrer que veu les decimes et la taxe du million de livres que j’ay payé cest année, il m’est impossible de m’entretenir icy sans son ayde », in BNF, fr. 3321, fol. 11r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à G. Ruzé, Rome, [janvier 1575].

98 C’est seulement à partir de 1576 que, sur ordre de Henri III, l’accueil des Français à Rome est amélioré par l’octroi d’une aide financière, notamment à l’église et hôpital Saint-Louis. Voir J. Delumeau, Contribution à l’histoire des Français à Rome pendant le xvie siècle, dans Mélanges d’archéologie et d’histoire, 64, 1, 1952, p. 255-256.

99 BNF, fr. 3321, fol. 10r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à G. Ruzé, Rome, [janvier 1575].

100 Selon la lettre de Salviati au cardinal de Côme (ASV, Segr. Stato, Francia 7, fol. 577r-580v. Lettre de Salviati à Tolomeo Galli, Lyon, 15 novembre 1574), le départ de monsieur de Nazareth le 11 novembre pour Rome est signalé dès le 15 novembre. La secrétairerie pontificale n’ignore donc rien de la venue de Frangipani, porteur de lettres du roi, avec pour mission de parler au pape de l’érection de l’ordre de chevaliers (« Et ha un commissione di parlare a N.S. d’una erettione d’ordine de Cavalieri »). Puis est mentionné l’envoi de Nicolas Boucherat (« Per conto della quale espediscono costa Mons. di Bucherat, generale dell’ordine di Siteos »).

101 BNF, fr. 3321, fol. 6r-7v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à C. de Médicis, Rome, [janvier 1575].

102 Les clercs savent bien que l’Église est l’ordre du royaume le plus riche et que sa contribution aux finances royales est nécessaire dans la lutte contre l’hérésie. En 1563, dans le contexte de la première guerre de religion, le nonce en France Prospero de Santa Croce avait déjà conscience de la nécessité de la vente des biens du clergé. Cf. I. Cloulas, L’aide pontificale au parti catholique et royal pendant la première guerre de religion d’après les dépêches du nonce Santa Croce, dans Bibliothèque de l’école des chartes, 120, no 1, 1962, p. 163.

103 Cardinal riche et abbé commendataire, Alessandro Farnese (1520-1589), parfois surnommé le faiseur de papes, pensait succéder à Pie V en mai 1572. S. Andretta, Farnese, Alessandro, dans Dizionario biografico degli Italiani, XLV, Rome, 1995 (Istituto della Enciclopedia italiana), p. 62.

104 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 1574].

105 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 390-391. Le tiers des bénéfices est occupé par des huguenots, et les autres domaines du clergé sont « désertées à cause des troubles ; d’ailleurs, tout l’argent que pourrait tirer le roi de la perception des revenus ecclésiastiques passerait à payer les receveurs qu’il enverrait sur les lieux ». Voir aussiP. Hurtubise, Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578)... cit., I, p. 96, qui se fonde sur ASV, Segr. Stato, Francia 7, fol. 343r-345v. Mémoire du syndic général du clergé, Paris, 18 juillet 1574.

106 BNF, fr. 3321, fol. 11v-12r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à C. de Médicis, Rome, [janvier 1575]. L’abbé de Cîteaux indique la même chose dans des termes similaires dans une lettre à Henri III, et promet ceci : « Sire, il ne se perdra le temps et serés toujours adverty de touttes les occurrenses », in BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

107 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

108 L’archevêque titulaire de Nazareth, qui conserve la confiance pontificale, est à nouveau envoyé en France en novembre 1575 pour réconcilier Henri III avec son frère le duc d’Anjou, et en juillet 1578 pour empêcher exhorter le même duc d’Anjou à renoncer à son expédition en Flandre. Nommé nonce ordinaire à l’été 1586, il meurt à Paris en 1587. Sur sa mission de 1578 et ses liens avec Philippe II, auquel il adresse un rapport général de son ambassade en septembre 1578, voir I. Cloulas, La diplomatie pontificale médiatrice entre la France et l’Espagne. La mission de l’archevêque de Nazareth auprès de François d’Anjou (1578), dans Mélanges de la Casa de Velázquez, 5, 1969, p. 451-459.

109 Bibl. nat. de France, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

110 Fils de Buoncompagno Buoncompagni et neveu de Grégoire XIII, Filippo Boncompagni est créé légat du pape le 5 juillet 1574. Cf. P. O. von Törne, Ptolémée Gallio, cardinal de Côme... cit., p. 120.

111 Autre neveu de Grégoire XIII, Filippo Guastavillani est créé cardinal le 5 juillet 1574 car le pape ne pas rester sans car-dinal-neveu à Rome. G. Brunelli, Guastavillani, Filippo, dans Dizionario biografico degli Italiani, LX, Rome, 2003 (Istituto della Enciclopedia italiana), p. 490.

112 Ancien nonce auprès du roi des Romains (1548-1554), ancien nonce en France (1552-1554), ancien nonce en Espagne (1560), bon théologien et versé dans les sciences humanistes, Prospero de Santa Croce est créé cardinal le 12 mars 1565. G. Van Gulic et C. Eubel, Hierarchia catholica medii et recentioris aevi sive summorum pontificum, s.r.e. cardinalium, ecclesiarum antistitum series, III, Regensberg, 1923, rééd. Padoue, 1960, p. 40-41.

113 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

114 Ainsi en 1577 Boncompagni et Guastavillani reçoivent-ils chacun une pension de 3 000 ducats, prise sur les menses épiscopales espagnoles. Afin de s’attacher les faveurs des cardinaux, Philippe II constitue en effet des pensions à chaque vacance épiscopale advenue dans le royaume de Castille, pensions qui représentent un tiers des revenus annuels de chaque évêché. I. Cloulas, La monarchie catholique et les revenus épiscopaux... cit., p. 120.

115 A. Borromeo, Gregorio XIII... cit., p. 205.

116 J.-F. Solnon, Henri III, un désir de majesté, Paris, 2001, p. 19-20. La famille d’Alessandro Farnese est l’allié traditionnel de la France en Italie, et c’est en l’honneur du cardinal que Henri II et Catherine de Médicis ajoutent le prénom d’Alexandre à celui d’Édouard lors du baptême du futur Henri III, le 5 décembre 1551. Mais les Farnèse ont abandonné la cause française en 1556 et deviennent alors de fidèles serviteurs de Philippe II.

117 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

118 P. Chevallier, Henri III... cit., p. 274-276. Le roi profite du séjour avignonnais pour être affilié à la confrérie des pénitents blancs, tandis que Catherine de Médicis et le cardinal de Lorraine appartiennent à celle des pénitents noirs. Cf. J. Boucher, Société et mentalités autour de Henri III... cit., p. 1038.

119 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

120 V. Martin, Le gallicanisme et la réforme catholique... cit., p. 123.

121 La dévotion et la tendance à la pénitence personnelle du roi s’accentuent en outre au cours du règne, comme le montre une lettre de 1578 à Arnaud du Ferrier. Pour Henri III, « seule une réformation collective pourrait détourner l’ire divine, réformation irréalisable si celui que Dieu a placé à la tête de la société mondaine ne la commence pas en son propre être », D. Crouzet, Désir de mort et puissance absolue... cit., p. 439.

122 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 518r-520r. Cf. V. Martin, Le gallicanisme et la réforme catholique... cit., p. 123, n. 1. La cote donnée par V. Martin suit l’ancienne pagination, il faut donc trouver ce mémoire aux folios 518r-520r et non au folio 496.

123 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 518v. « Instituire un ordine et religione di militia, al numero di 450 cavalieri con altri officiali et ministri che si richiedono, così ecclesiastici come laici, col habito di una croce che Sua Maestà ha disegnata, sotto il nome della Croce di Jesù Christe, come difensori della fede Christiana et religione catolica romana, con certi oblighi contenuti nelle costitutioni et stabilementi, sotto il capo et gran Mastro del ordine et religione, che sarà Sua Maestà sua vita durante et li successori perputuamente ». Le soin personnel que le roi a mis dans le dessin de la croix s’explique par l’importance religieuse de cet attribut dans la cérémonie introduisant un chevalier dans l’ordre. Voir pour la Toison d’Or l’étude de la croix-reliquaire conservée à la Schatzkammer de Vienne dans F. Salet, La Croix du serment de l’ordre de la Toison d’Or, dans Journal des savants, no 2, 1974, p. 73-94.

124 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 518v. « Le chiese cathedrali, le curate et cento abbatie principali, le quali si conservaranno esenti di detta pensione ».

125 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 519r. v. « Et perchè dette pensioni vadano guidate per bono ordine, si doveranno pagare in ciascun’anno nei suoi disegnati termini, in quattro casse da diputarsi in quattro Provincie, nelle quale detta religione militare sarà compartita, sive in : la Lugdunense, Parisiense, Turonense et Tolosana, in ciascuna di quali saranno disegnati ricevitori di essa religione, che riceveranno et pagaranno secondo gli ordini et compartimenti, con intervento et autorità di ordinari di detti lochi come comissari apostolici diputati specialmente a tal effetto ».

126 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 519r.

127 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 519v. « Si erigge una militia et religione di tanti nobili, che con la professione publica di fede e altri obligi et giuramenti che prestaranno, doveranno ragionevolmente esser sempre fideli a Dio, alla Sede Apostolica et al Re ».

128 Sommaire-Mémorial de Jules Gassot, éd. P. Champion, p. 137. L’une des commandes les plus riches est destinée au frère cadet de Henri de Guise, le duc de Mayenne Charles de Lorraine.

129 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 519v.

130 J. Thomas, Le concordat de 1516. Ses origines. Son histoire au xvie siècle. Première partie : Les origines du concordat de 1516, Paris, 1910, p. 2.

131 L’article 3 de l’ordonnance de Blois confirme par exemple le privilège d’exemption pour les abbayes chefs d’ordre et pour les quatre premières filles de Cîteaux, qui sont pourvues par élection de religieux profès lors des vacations. Cet article est copié avec soin dans les archives des abbayes ; voir BNF, fr. 17590, fol. 99r.

132 Lettre de Fabio Mirto Frangipani au cardinal de Côme, Lyon, 20 septembre 1574, dans P. Hurtubise, Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578)... cit., I, p. 93.

133 J. Boucher, Société et mentalités autour de Henri III... cit., p. 56-59.

134 « On peut sur ce point le comparer à Philippe II, roi bureaucrate par excellence », selon P. Chevallier, Henri III, roi shakespearien... cit., p. 263.

135 L. Pastor, Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge. Tome XIX : Grégoire XIII (1572-1585), Paris, 1938, p. 167.

136 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

137 Nous n’avons pas retrouvé cette liste, qui peut occuper l’un ou l’autre des feuillets des Recueils de lettres et pièces originales pour le xvie siècle conservés à la Bibliothèque nationale de France.

138 BNF, fr. 3321, fol. 10r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

139 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

140 BNF, fr. 3321, fol. 6r-7v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à C. de Médicis, Rome, [janvier 1575].

141 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 1574].

142 BNF, fr. 3321, fol. 4v-5r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Viterbe, [14 décembre 1574].

143 Santa Juliana di Perugia.

144 L’ambiguïté du décret tridentin sur la clôture des religieuses amène la congrégation du Concile à préciser les conditions d’entrée et de sortie suivant les dispositions du couvent. Cf. P. Creytens, La giurisprudenza della S.C. del concilio nella questione della clausura dell monache (1564-1576), dans La sacra congregazione del concilio. Quarto centenario della fondazione (1564-1964). Studi e ricerche, Cité du Vatican, 1964, p. 563-597.

145 Évêque de Modène en 1529, Giovanni Morone (1509-1580) assiste à la diète de Worms (1541) et est créé cardinal en 1542. En dépit du procès pour hérésie ouvert contre lui en 1555 par Paul IV et de son arrestation en 1557, Morone est un diplomate de grande expérience dont l’arrivée à Trente au printemps 1563 a contribué au succès du concile. M. Firpo et O. Niccoli (dir.), Il cardinale Giovanni Morone e l’ultima fase del concilio di Trento. Atti del convegno di Trento, 5-6 giugno 2009, Bologne, 2010 (Annali dell’Istituto storico italogermanico in Trento 80), 293 p.

146 Lettre de J. de La Souchière à G. Morone, Clairvaux, 22 septembre 1564, éditée par B. A. Marton, Cardinal Jérôme Souchier... cit., p. 123-125. Cf. ASV, Conc. Trid. 2, fol. 348r-349v.

147 Lettre de Ch. de Lorraine à G. Morone, Reims, 24 novembre 1564, éditée dans Lettres du cardinal Charles de Lorraine (15251574), éd. D. Cuisiat, p. 516, no 919. Cf. ASV, Conc. Trid. 2, fol. 240r-v.

148 Lettre 20 juillet 1572. Cf. L Pastor, Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge... cit., XIX, p. 93.

149 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 1574].

150 BNF, fr. 3321, fol. 4v-5r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Viterbe, [14 décembre 1574].

151 Sur cette distraction et l’opposition qu’elle suscite de la part de la cour de France, voir A. Tallon, Conscience nationale, p. 43-44. Le plaidoyer de l’ambassadeur Paul de Foix est insuffisant pour faire fléchir Grégoire XIII en raison des désordres régnant en France. Plus de quarante années après la mort de Morone, les religieux de Clairvaux se plaignent encore de la mauvaise attitude du cardinal protecteur : « Comme il estoit milanois & sujet du roy d’Espagne, il s’es toit montré peu favorable aux affaires de France, comme aussi il avoit esté poussé & incité d’autres, plus passionnez que luy », dans Raisons et moyens proposez au roy par les religieux de l’abbaye de Clervaux, s.l., [1625], p. 39.

152 En mai 1580, le vice-roi de Naples écrit à Morone pour lui demander la publication d’un bref qui interdise aux supérieurs français de visiter les monastères de l’ordre de Cîteaux de son royaume. Cf. ASV, Conc. Trid. 2, fol. 159r. Lettre de Juan de Zúñiga y Requesens, vice-roi de Naples, à G. Morone, Naples, 3 mai 1580. « Aviendo le parecido a V. Sa Illma que era cosa conviniente [conveniente] al servicio de Dios y quietud deste reyno que no fuesen visitados los monasterios que enel ay dela orden de Sanct Bernardo por ministros franceses, estoy confiado que me hara merced enprocurar que su sd lo mande probeer ansy [así] poniendo estos monasterios de baxo de la congregon de Italia o declarando por un breve que no quedan ser visitados por ministres francesee [sic] ». L’atteinte au chef d’ordre est relevé par les religieux de Clairvaux : « Le vice-roy de Naples escrivit au [p. 38] cardinal Moron [sic], protecteur de l’ordre de Cisteaux, qui ne vouloit que le procureur general de l’ordre, ny autre qui fust de nation françoise, visitast au royaume de Naples, ny aux autres pays du royaume d’Espagne. Et par ce moyen, l’abbé de Cisteaux ne seroit plus chef d’ordre », dans Raisons et moyens proposez au roy... cit., p. 39.

153 A. Tallon, Conscience nationale... cit., p. 44 : « La défense de la juridiction des chefs d’ordre français semblait au contraire sinon une priorité, du moins une constante de la politique étrangère française dans la seconde moitié du xvie siècle. Seule l’anarchie de la fin du règne de Henri III explique que la monarchie lâche prise ».

154 BNF, fr. 3321, fol. 4v-5r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Viterbe, [14 décembre 1574].

155 A. Tallon, Giovanni Morone, il cardinale di Lorena e la conclusione del concilio, dans M. Firpo et O. Niccoli (dir.), Il cardinale Giovanni Morone... cit., p. 143-158, notamment p. 156 : « L’alleanza tattica sancita tra i due uomini, nell’estate 1563, non esclude né reticenza né diffidenza », et rien n’indique une évolution dans ce domaine onze ans après le concile.

156 Le 27 novembre 1571, Giorgi, secrétaire du nonce en France, avertit par lettre le cardinal Rusticucci du fait que le cardinal de Rambouillet veut être pourvu de Cîteaux ou de Clairvaux. Cf. B. A. Marton, Cardinal Jérôme Souchier... cit., p. 162-164.

157 Comme l’élection de dom Boucherat n’était pas encore confirmée par Rome, « on considéroit le siège abbatial vacant, ce qui réveilla la cupidité de certains particuliers, qui trouvèrent moyen de surprendre le roy et d’en obtenir des lettres d’économat, en vertu desquelles ils vinrent à mains armées s’établir économes dans Cîteaux, où ils firent plusieurs désordres ». Archives de Tamié, ms. 3, fol. 180v, éditée par L. Lekai dans N. Cotheret, Annales de Cisteaux... cit., p. 76-77.

158 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 1574].

159 Les quatre premières filles de Cîteaux sont La Ferté, Pontigny, Clairvaux et Morimond, toutes théoriquement exemptes de la commende.

160 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 1574].

161 Ibid.

162 Ibid.

163 O. Christin, À quoi sert de voter aux xvie-xviiie siècles ?, dans Actes de la recherche en sciences sociales, 140, 2001, p. 24.

164 Ibid., p. 29.

165 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 1574].

166 Sur la formation des structures et des réseaux cisterciens, voir le riche colloque du C.E.R.CO.R., Unanimité et diversité cisterciennes. Filiations, réseaux, relectures du xiie au xviie siècle. Actes du 4e Colloque International du C.E.R.C.O.R. (Dijon, 23-25 septembre 1998), Saint-Étienne, 2000 (Travaux et recherches XII), 715 p.

167 P. O. von Törne, Ptolémée Gallio, cardinal de Côme... cit., p. 12.

168 Lettre de Henri III à Stanisław Hozjusz, Dijon, 2 février 1575, éditée par M. François in Lettres de Henri III, roi de France, II, p. 104-105.

169 Sommaire-Mémorial de Jules Gassot, éd. P. Champion, p. 138. « Monsieur le cardinal Hosius, Polonois, [...] fut trouvé et respondu clairement que c’estoit la vraye destruction de l’Église, et que, s’il plaisoit à Sa Majesté, elle pouvoit faire de son fondz et bien propre telles fondations et liberalitez, et non point de celuy de l’Église ».

170 ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 522r-529r.

171 V. Martin, Le gallicanisme et la réforme catholique... cit., p. 125.

172 Si la rhétorique romaine est appuyée nettement sur un droit ancien et une théologie progressivement constituée, la possibilité de leur utilisation manipulée demeure.

173 Le clergé doit payer une subvention de 160 000 livres par an, pour le rachat des domaines, aides et gabelles du roi. Le contrat de Poissy est ratifié par l’assemblée du clergé de 1567. A. Duranthon, Collection des procès-verbaux des assemblées générales du clergé de France, depuis l’année 1560 jusqu’à présent, I, Paris, 1767, p. 23 et 44-48.

174 C. Michaud, La recette générale du clergé... cit., p. 168.

175 P. Hurtubise, Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), I, p. 98-99. « Les intéressés eurent tôt fait de constater que l’imposition avait été portée d’un million à un million et demi de francs ». Cf. ASV, Segretaria dei Brevi 80, fol. 18r.

176 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 398. Dans la lettre du cardinal de Côme au nonce Salviati, il est précisé que le montant total des ventes ne doit « pas dépasser la valeur de 1 500 000 livres tournois ». Cf. ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 499r-501v.

177 BNF, fr. 3321, fol. 10r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574]. « Car je crains qu’ils ne se veullent assembler par plusieurs fois, premier que de resouldre. Et si cela est, il se passera beaucoup de tamps avant que d’en avoir donné les advis au pape ».

178 BNF, fr. 3321, fol. 11r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à J. de Morvilliers, Rome, [janvier 1575]. Membre du grand conseil, maître des requêtes de l’hôtel du roi puis ambassadeur à Venise (1546), Jean de Morvilliers est nommé évêque d’Orléans en 1552. Il a l’expérience des affaires italiennes pour avoir été membre de la délégation française dirigée par Lorraine à Trente en 1562-1563.

179 BNF, fr. 3321, fol. 5r-6r. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [décembre 1574].

180 BNF, fr. 3321, fol. 10r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à G. Ruzé, Rome, [janvier 1575].

181 En 1574, les pensions versées aux cardinaux Gabriele Paleotti, Antonio Carafa, Giulo Santorio, Michele Bonelli et Vincenzo Giustiniani s’élèvent à la somme de 7 000 ducats. Cf. I. Cloulas, La monarchie catholique et les revenus épiscopaux... cit., p. 120.

182 A. Deroo, Saint Charles Borromée, cardinal et réformateur, docteur de la pastorale (1538-1584), Paris, 1963, p. 199.

183 B. Barbiche et S. de Dainville-Barbiche, Les légats a latere en France et leurs facultés aux xvie et xviie siècles, dans Archivum historiae pontificiae, XXIII, 1985, p. 159.

184 J.-L. Benoît, Liste critique des abbés de Pontigny, dans M. Peyrafort-Huin, La bibliothèque médiévale de l’abbaye de Pontigny, Paris, 2001, p. 653.

185 P. O. von Törne, Ptolémée Gallio, cardinal de Côme... cit., p. 15-16.

186 Cardinal depuis la seconde promotion de Pie IV le 26 février 1561. G. Van Gulic et C. Eubel, Hierarchia catholica medii, III, p. 38.

187 J.-L. Benoît, Liste critique des abbés de Pontigny... cit., p. 653.

188 Pape connu pour son intérêt pour les collèges, Grégoire XIII accorde en ce sens le monastère de Sainte-Suzanne. Cf. P. Zakar, Histoire de la stricte observance de l’ordre cistercien depuis ses débuts jusqu’au généralat du cardinal de Richelieu (1606-1635), Rome, 1966, p. 138, n. 9.

189 Archevêque de Milan, ville dans laquelle il entre triomphalement en septembre 1565, réformateur des Ursulines de sa ville en 1567, Charles Borromée (1538-1584) a publié le 10 septembre 1574 une lettre pastorale qui réaffirme la place du jubilé et des indulgences dans la vie des fidèles. Sur sa venue à Rome pendant l’hiver 1574, au cours de laquelle il descend chez les chartreux de Sainte-Marie-des-Anges, voir L Pastor, Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge, XIX, p. 165-166, et A. Deroo, Saint Charles Borromée... cit., p. 289-290.

190 Le 26 juin 1565, à la fin d’une lettre, le cardinal de Lorraine le sollicite en faveur de Jérôme de La Souchière, alors abbé de Clairvaux, dans sa cause pour Cîteaux. Cf. Lettres du cardinal Charles de Lorraine (1525-1574), éd. D. Cuisiat, p. 520, no 930.

191 BNF, fr. 3321, fol. 11r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à J. de Morvilliers, Rome, [janvier 1575].

192 Dix ans avant la mission de Boucherat, l’ambassadeur de Charles IX à Rome, Henri Clutin, décrit en termes rudes l’attitude de Borromée : « A la verité c’est un homme de paille et avecques lequel le negocier est temps perdu. Pour conclusion, il contrefaict le theatin jusques au bout et soubs ceste espece amasse force biens et benefices ». Lettre de H. Clutin à Charles IX, Rome, 4 mai 1564, citée par C.-M. de Witte, Notes sur les ambassadeurs de France à Rome et leurs correspondances sous les derniers Valois (1556-1589), dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge-Temps modernes, 83, 1, 1971, p. 103, n. 2.

193 Il arrive à Milan le 24 février 1575, après la mort de son beau-frère Gonzaga. Cf. C. Sylvain, Histoire de saint Charles Borromée, cardinal, archevêque de Milan, d’après sa correspondance et des documents inédits, II, Lille, 1884, p. 123

194 BNF, fr. 3321, fol. 12r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Henri III, Rome, [c. 25 janvier 1575]

195 Selon le témoignage de Luigi Mocenigo après l’arrivée de Borromée au service de son oncle, témoignage rapporté par A. Deroo, Saint Charles Borromée... cit., p. 114. De même l’ambassadeur espagnol Luis de Requesens y Zúñiga écrit à Philippe II en 1564 et 1565 que Borromée, « malgré toutes ses vertus, est bien l’homme le moins doué d’intelligence et d’énergie pour mener des négociations ».

196 A. Deroo, Saint Charles Borromée... cit., p. 370.

197 Tolomeo Galli est créé cardinal le 12 mars 1565. Lors des tout débuts du pontificat de Grégoire XIII, il y eut une brève lutte du pape pour imposer son neveu, Guastavillani, mais cela dura peu. Voir P. Hurtubise, Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), I, p. VII.

198 Selon les travaux de Per Olof von Törne, le cardinal de Côme Tolomeo Galli est lié sans retenue au roi d’Espagne, comme le montre sa lettre de service à Philippe II du 4 juillet 1572, deux mois après l’élection de Grégoire XIII. CF. P. O. von Törne, Ptolémée Gallio, cardinal de Côme... cit., p. 134 et 252, qui se fonde sur ASV, Fondo Pio 258, fol. 1.

199 P. Hurtubise et R. Toupin, Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), II, Paris, 1975 (Acta nuntiaturae gallicae, 13), p. 103-107. Lettre du cardinal Tolomeo Galli au nonce Salviati, Rome, 15 novembre 1574. Cf. ASV, Segr. Stato, Francia 283, fol. 463-468r.

200 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 1574].

201 La volonté romaine de contrôler les personnes bénéficiaires est la même pour les évêchés espagnols. Voir I. Cloulas, La monarchie catholique et les revenus épiscopaux... cit., p. 111.

202 R. Hyacinthe, L’ordre militaire de Saint-Lazare de Jérusalem... cit., p. 188 ; G. de Sibert, Histoire des ordres royaux hospitaliers-militaires... cit., p. 323. En 1578, François de Salviati parvient à un début de réforme de l’ordre hospitalier. La recherche des titres et possessions lui permet de conserver une partie des biens et de rénover la chapelle de Boigny, maison principale de l’ordre de Saint-Lazare en France.

203 Du 21 avril 1571 au 19 octobre 1587, le grand-maître de l’ordre de Santo Stefano est François Ier de Médicis, fils aîné de Côme de Médicis, né en 1541. Voir la liste des grands-maîtres héréditaires de l’ordre in H. C. Zeiniger, L’ordre sacré et militaire de saint Étienne, dans R. Bernardini, Il Sacro Militare Ordine di Santo Stefano papa e martire. Ordine dinasticofamiliare della casa Asburgo-Lorena, Pise, 1990, p. 137.

204 BNF, fr. 3321, fol. 7v-9v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à Ch. de Lorraine, Rome, [décembre 1574].

205 L. Cibrario, Précis historique des ordres religieux et militaires, p. 66. La seule obligation résidant dans le fait « de combattre les ennemis du Saint-Siège et d’entretenir deux galères pour la défense du père commun des fidèles », la contrepartie est bien faible. La défense du Saint-Siège incombe naturellement à tout catholique.

206 P. Josserand, Saint-Maurice, ordre de... cit., p. 823-824 ; R. Hyacinthe, L’ordre militaire de Saint-Lazare de Jérusalem... cit., p. 178. En 1573, deux galères sont affrétées à Nice contre les pirates de la mer Tyrrhénienne.

207 Au moment de la fondation de l’ordre, en 1562, les commendes de grâce et d’ancienneté prédominaient sur les commendes de padronato, notamment sous la forme de rentes viagères. D. Barsanti, Introduzione storica sulle commende dell’Ordine di Santo Stefano, dans Le commende dell’ordine di Santo Stefano. Atti del convegno di studi. Pisa, 10-11 maggio 1991, Pise, 1997 (Publicazioni degli archivi di Stato), p. 25-36.

208 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 382.

209 BNF, fr. 3321, fol. 11r-v. Copie d’une lettre de N. Boucherat à J. de Morvilliers, Rome, [janvier 1575].

210 P. Hurtubise, Correspondance du nonce en France Antonio Maria Salviati (1572-1578), I, p. 98. « Le Saint-Siège refusa net, convaincu qu’il ne s’agissait là que d’une nouvelle astuce pour obtenir une aliénation, indirecte cette fois, de biens d’Église ».

211 Voir l’échec de la mise en place d’une communauté de prière autour de sa dynastie, qui s’explique par « l’inadaptation de l’image royale qu’il entendait imposer à ses sujets ». A. Tallon, Conscience nationale, p. 128-132, particulièrement p. 129.

212 I. Cloulas, Grégoire XIII et l’aliénation des biens du clergé... cit., p. 400.

213 La réforme passe par la marginalisation du conseil d’État au profit du conseil des affaires ou conseil secret, dont les membres sont directement attachés à la personne du roi et se réunissent de manière informelle. N. Le Roux, La faveur du roi... cit., p. 336-353.

214 Ainsi le dimanche 9 octobre 1575, le roi ordonne une procession générale à Paris, alors que la lutte contre les hérétiques prend un tour difficile après la fuite de son frère François d’Alençon. Au cours de cette procession sont exposées les reliques de la Sainte-Chapelle en présence de tous les seigneurs et officiers de la cour, mais non des dames, dont la présence empêche la dévotion. P. de L’Estoile, Registre-journal du règne de Henri III. Tome I (1574-1575), éd. M. Lazard et G. Schrenck, Genève, 1992, p. 204.

215 I. Cloulas, Correspondance du nonce en France Anselmo Dandino (1578-1581), Paris, 1970 (Acta nuntiaturae gallicae, 8), p. 200-201.

216 Lettre de Henri III à Grégoire XIII, Ollainville, 19 octobre 1578, éditée par M. François in Lettres de Henri III, roi de France [...]. Tome IV : 11 mai 1578-7 avril 1580, Paris, 1984, p. 89-90.

217 M. François, Lettres de Henri III, roi de France, IV, p. 89, n. 2.

218 Sur le déroulement de la négociation de 1578, voir I. Cloulas, Correspondance du nonce en France Anselmo Dandino (1578-1581)... cit., p. 29-35. Au moment de sa nonciature, Dandino conserve dans ses papiers une copie non datée des statuts de l’ordre de la Passion, qui sont attribués au défunt cardinal de Lorraine et qui se trouvent aujourd’hui in BNF, NAF 3560, fol. 1r-21v.

219 D’autres financements sont trouvés, comme celui de 1581, qui consiste dans « le cinquieme des dons au dessus de 200 ecus en argent comptant et des deniers provenans des aubeynes, confiscations, lots et ventes, rachapts et autres droits et devoirs seigneuriaux », in BNF, Clairambault 1231, fol. 126r.

220 La composante religieuse de la milice entourant le roi est primordiale. Les « chevaliers munis du sainct Esprit » sont « comme frere des roys, en la grande confrarie », suivant l’avertissement donné en 1579 par Guillaume Postel : « Prenez garde qu’en vous la foy point ne varie, / Car Jesus est la sus plus que ne pensez fort, / Vous pouvant tous damner et sans vous faire tort ». Cité par F. Secret, De quelques courants prophétiques et religieux sous le règne de Henri III, dans Revue de l’histoire des religions, 172, no 1, 1967, p. 2.

221 Les premiers titulaires sont des grands officiers de la couronne, des membres du conseil ou des maréchaux. J. Boucher, L’ordre du Saint-Esprit... cit., p. 139. Voir le serment des cardinaux et des prélats in BNF, NAF 3560, fol. 88r.

222 BNF, Clairambault 1231, fol. 3r-v.

223 Dans une lettre de Dandino au cardinal de Côme, il est question que l’abbé de Cîteaux, de concert avec l’abbé général de Prémontré Jean Despruets (1572-1596), puisse obtenir l’ordre du Saint-Esprit. Lettre du nonce Dandino au cardinal Tolomeo Galli, Paris, 3 janvier 1580, éditée par I. Cloulas, Correspondance du nonce en France Anselmo Dandino (15781581)... cit., p. 573-576.

224 Le roi ne cite pas dans sa plainte l’ordre de Savoie, peut-être en raison des liens familiaux d’Emmanuel-Philibert avec la maison de France. L’épouse du duc de Savoie est en effet Marguerite de France, sœur de Henri II et tante de Henri III. Le roi a eu l’occasion de la rencontrer à Turin en août 1574, lors de son voyage de retour de Pologne.

225 Lettre de Henri III à d’Albain, son ambassadeur à Rome, Paris, 22 décembre 1578, éditée par M. François dans Lettres de Henri III, roi de France, IV, p. 121-122. On trouve ici un écho de « la certitude que la France est le pays le plus catholique qui soit, celui qui porte le plus grand respect au Siège apostolique, lequel a envers lui d’immenses obligations », selon le mot d’A. Tallon, Conscience nationale... cit., p. 282.

226 Les Cisterciens ont particulièrement souffert des affrontements consécutifs à la Réforme. En sécularisant les monastères d’Angleterre, la réforme anglicane a par exemple amputé l’ordre de dizaines de monastères.

227 En raison « des conditions peu favorables au développement régulier d’une politique de nominations épiscopales cohérente et suivie », « les familles habituées à fournir l’épiscopat du régime de la Pragmatique se rétablissent sur certains sièges ou s’y maintiennent » sous le règne de Henri III. M. Péronnet, Les nominations épiscopales sous Henri III, dans R. Sauzet (dir.), Henri III et son temps, Paris, 1992, p. 290.

228 C. Michaud, « La recette générale du clergé », p. 171. « Nous sommes bien en face d’une grève fiscale délibérée », jusqu’à la négociation et l’effacement d’une partie des dettes, puis l’établissement du nouveau contrat de Melun le 20 février 1580, peu avant la fermeture de l’assemblée du clergé.

229 Cité par H. Drouot, La première Ligue en Bourgogne et les débuts de Mayenne (1574-1579). Notes, Dijon, 1937 (Études bourguignonnes sur le xvie siècle), p. 138. Sur la défense des privilèges de la province dans le discours de Boucherat et l’agitation sociale en Bourgogne à cette époque, voir ibid., p. 160-164.

230 P. Chevallier, Henri III, roi shakespearien... cit., p. 510. Les États provinciaux d’Auvergne, de Normandie et de Bourgogne protestent contre l’accroissement de la charge fiscale. L’abbé de Cîteaux cite Roboam, fils de Salomon, qui avait perdu l’obéissance des dix tribus d’Israël, comme exemple des erreurs d’une mauvaise gestion royale.

231 Bibliothèque municipale de Dijon, ms. 3183, fol. 66v. C’est une main postérieure qui a ajouté ce commentaire au manuscrit autographe de Nicolas Boucherat, relié en vélin, qui conserve la harangue de Rouen aux folios 50r-66v.

232 J. Boucher, Société et mentalités autour de Henri III... cit., p. 42-48.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Marceau, « Le pape, le roi et l’abbé », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 195-219.

Référence électronique

Bertrand Marceau, « Le pape, le roi et l’abbé », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/606 ; DOI : 10.4000/mefrim.606

Haut de page

Auteur

Bertrand Marceau

Université Paris IV-Sorbonne, marceau.bertrand@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org