Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

Les travaux publics comme ressource : les ateliers de charité dans les dernières décennies du xviiie siècle

Public work as a resource: charity workshops in the last decades of the 18th century
Anne Conchon
p. 173-180

Résumés

Alors que les ateliers de charité ont laissé de nombreuses archives normatives et comptables, la façon dont les individus mobilisaient effectivement les ressources en travail offertes par ces dispositifs d’assistance dans des contextes de crise ou de difficultés économiques, reste quant à elle beaucoup plus difficile à saisir. Si les quelques listes de travailleurs employés sur les chantiers qui ont été conservées ne disent rien de leurs stratégies pour adapter cette ressource en travail à leurs besoins, quitte à la conjuguer avec d’autres expédients, elles permettent tout au moins d’entrevoir des logiques d’action dans l’exploitation que les individus assistés font de ces opportunités d’emploi sur les chantiers routiers (provenance géographique de la main d’œuvre, fréquence de travail, stratégies familiales...).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cf. D. Cohen et M. Johnson, Women’s work, women’s welfare: the ateliers de filature in Paris 1790-1 (...)
  • 2 A. Tuétey, L’Administration des ateliers de charité 1789-1790. Rapport de J.-B. Edme Plaisant, Pari (...)
  • 3 Cf. parmi une riche bibliographie, F. Leleu-Desseaux, Assister et soigner. L’exemple d’Amiens, thès (...)
  • 4 Cf. E. Chaudron, L’Assistance publique à Troyes à la fin de l’Ancien régime et pendant la Révolutio (...)

1Sous l’Ancien Régime le travail est traditionnellement conçu comme une solution à la pauvreté, autant pour économiser les systèmes d’assistance que pour répondre aux demandes de main d’œuvre. Parmi les dispositifs d’assistance par le travail qui s’inscrivent dans des logiques segmentées de lutte contre le chômage, les ateliers de charité sont sans doute les institutions les moins étudiées. Il s’agit d’établissements de travail libre créés lors de difficultés conjoncturelles qui privaient momentanément les ouvriers des ressources de leur travail, pour leur permettre de toucher un salaire en contrepartie d’une occupation et leur assurer un minimum vital. Les ateliers de charité pouvaient consister en travaux de filature à domicile1, mais pour l’essentiel ont concerné des chantiers routiers et quelques canaux. Les ateliers de charité de Paris ont précocement attiré l’attention des historiens2. Ceux établis dans diverses régions ont fait l’objet de plusieurs études spécifiques3 ou de quelques développements plus généraux4. Il ne s’agira pas d’étudier les ateliers de charité du point de vue institutionnel (comme l’ont fait les historiens du droit) ou dans la perspective de discipline au travail (qui est celle adoptée par W. Olejniczak), mais de les saisir dans leur finalité et leur fonction propres qui était de fournir par le travail une ressource à des journaliers sans emploi. Après un bref rappel historique de l’institution des ateliers de charité dans les dernières décennies du xviiie siècle, il s’agira de saisir la ressource salariale qu’ils sont censés procurer aux travailleurs pauvres, avant de tenter de comprendre la façon dont les individus se sont appropriés ces dispositifs de travail.

  • 5 Un arrêt du parlement du 22 avril 1532 prescrivait d’employer les mendiants valides aux travaux de (...)
  • 6 J. Guyader, op. cit., p. 593-598.
  • 7 A.N. F11 1191. Instruction sur les travaux de charité (8 octobre 1770).
  • 8 A.N. F11 1191. Copie de la lettre adressée par l’abbé Terray aux intendants des 21 généralités des (...)
  • 9 A.N. F11 1171. Mémoire sur les moyens de procurer, par une augmentation de travail, des ressources (...)
  • 10 En butte à la mauvaise volonté des États de Bretagne, l’intendant Caze de la Bove ne parvint à crée (...)

2Depuis le xvie siècle, des travaux tels que le curage des fossés, le nettoyage des rues ou la réfection des murailles de la ville pouvaient être commandés pour secourir des hommes vivant habituellement de leur travail mais fragilisés temporairement par la conjoncture5. Avant le dernier tiers du xviiie siècle, des ateliers furent ponctuellement établis6 pour soulager la misère de ceux qui étaient les plus exposés à la cherté des subsistances et à la pression démographique sur la demande de travail. Il faut toutefois attendre les années 1770 pour que soient généralisées ces institutions qui perdureront jusqu’aux premières années de la Révolution. En octobre 1770, l’abbé Terray pour répondre aux difficultés frumentaires décida de la création d’ateliers de charité destinés à viabiliser les routes et faciliter ainsi la circulation des grains. Il envoya à cet effet une lettre circulaire aux 21 intendants pour qu’ils déterminent le nombre des ateliers à ouvrir pendant l’hiver7 : « le seul moyen de soulager efficacement le peuple et de le mettre à portée d’acheter les denrées qui lui sont nécessaires est de lui procurer un salaire et d’établir à cet effet des travaux publics dans tous les lieux où cette ressource peut être nécessaire. Ce secours rejaillit sur le pauvre seul, le riche ne se présente pas pour travailler. Il ne peut donc point y avoir d’arbitraire dans la distribution de ce bienfait ; quiconque en a besoin y a un droit certain, en se présentant au travail et en se mettant en état de participer aux salaires qui en sont la juste récompense »8. Une impulsion nouvelle fut donnée par Turgot qui généralisa en 1775 les ateliers de charité pour soulager les habitants des villes et des campagnes en leur offrant du travail « dans les lieux où les récoltes sont moins abondantes, où la misère pourrait se faire sentir, où il est le plus nécessaire de procurer des salaires aux journaliers », en les employant notamment à ouvrir ou à réparer les chemins de traverse9. Comme intendant du Limousin, il avait déjà expérimenté cette forme de secours en travail. Devenu contrôleur général des finances, il promulgua le 2 mai 1775 une « instruction pour l’établissement et la régie des ateliers de charité », qui complétait celle édictée par l’abbé Terray en 1770. Dans certaines provinces du royaume, le système des ateliers de charité ne fut toutefois guère ou pas utilisé10.

  • 11 Cf. Journal de Paris (15 août 1777).
  • 12 A.D. Haute-Vienne C 331. Lettre de M. Delacombe (17 juillet 1777).
  • 13 A.D. Haute-Vienne C 343. Lettre de M. Dumas (27 décembre 1782).

3En fonction des besoins locaux, les travailleurs étaient employés à des « travaux de main d’œuvre » qui n’exigeaient pas de qualification particulière : il pouvait s’agir de réparer les remparts, de construire ou d’entretenir les routes, d’endiguer les rivières, de nettoyer les rues, de construire le canal de Picardie ou d’extraire de la tourbe11... Ces ateliers ouverts de façon temporaire lors des graves crises, fonctionnaient quelques semaines ou plusieurs mois. Ils permettaient d’occuper les salariés pendant les mois d’hiver où l’offre de travail se contractait pour fermer généralement au printemps ou à l’été, quand les travaux des champs offraient de nouveau des moyens de subsistance. Dans la généralité de Limoges, en 1777, les ateliers de charité se vidèrent avec la moisson12, tandis que les travaux tardèrent à reprendre en décembre 1782 parce que la récolte des châtaignes n’était pas terminée13. Le calendrier des ateliers de charité est de fait largement déterminé par celui des travaux agricoles et le caractère saisonnier de la demande de main d’œuvre. Or, les mois d’hiver n’étaient sans doute pas la saison la plus opportune pour un travail sur les routes.

  • 14 A.N. F11 1191.
  • 15 Lettre de Necker à Terray de Rozières (24 décembre 1778) citée par J.-L. Harouel, op. cit., p. 17.
  • 16 J.-L. Harouel, op. cit., p. 29 et p. 32.
  • 17 A.D. Indre C 417.
  • 18 O. Hufton, The Poor of eighteenth century 1750-1789, Oxford, 1974, p. 191.

4Un des enjeux de cette politique fut de déterminer qui des citadins et des ruraux devaient en être les principaux bénéficiaires. L’abbé Terray avait prescrit de placer les ateliers de charité près des villes les plus peuplées « afin d’occuper plus de peuple et d’éviter les mouvements que la cherté occasionne plutôt dans les villes que dans les campagnes »14. Il était convenu en outre d’établir des ateliers de charité dans les campagnes les plus éprouvées par la disette. Alors que Turgot avait souhaité les ouvrir indistinctement aux ruraux et aux citadins, Necker estimait que seuls les premiers devaient en bénéficier dans la mesure où ils étaient largement financés par l’impôt des campagnes. Selon lui, il ne fallait « placer qu’avec beaucoup de circonspection les ateliers de charité auprès des villes, qui ont souvent d’autres établissements pour prévenir ou secourir la mendicité »15. Son ambition était au contraire de multiplier et de disperser autant que possible les ateliers de charité dans le ressort des généralités afin de permettre au plus grand nombre de bénéficier des secours de charité. Il n’en reste pas moins que, même si la majorité des ateliers furent établis dans les campagnes, les villes furent abondamment dotées en fonds de charité. En 1773, les secours alloués pour l’ensemble de la généralité furent dépensés pour la seule ville de Montauban touchée par une grave inondation16. Sur la somme de 100 000 livres accordée en 1786 à la généralité d’Orléans, près de la moitié revint à la ville d’Orléans17. De même en Auvergne, les ateliers semblent largement profiter aux villes. À la veille de la Révolution, les assemblées provinciales de Champagne, de Normandie et de Touraine, soucieuses de prévenir les désordres, utilisèrent les trois-quarts des fonds alloués par l’Etat pour des ateliers urbains18.

  • 19 A.N. AD/XIV/6. Lettres Patentes du roi sur le décret de l’Assemblée nationale, du 31 août 1790, con (...)
  • 20 A.N. AD/XIV/6.
  • 21 Bulletin des lois (no 642).

5Demandés dans de nombreux cahiers de doléances pour secourir les pauvres valides, les ateliers de charité perdurèrent au cours des premières années de la Révolution. Face à l’afflux massif de chômeurs attirés à Paris par la perspective d’un salaire assuré, la municipalité les employa d’abord à réparer les voies publiques, démolir la Bastille et construire un chemin à Montmartre. Le manque d’ouvrages pour les occuper comme les désordres qui faisaient craindre pour l’ordre public déterminèrent toutefois les autorités à fermer les ateliers en août 1789. Dès le mois suivant la municipalité parisienne était contrainte devant la recrudescence du nombre d’indigents d’ouvrir de nouveaux chantiers pour occuper 4 000 travailleurs âgés de plus de seize ans. Un règlement édicté le 11 novembre 1789 et complété le 24 septembre de l’année suivante était censé garantir une meilleure discipline des ouvriers. Face à l’augmentation des effectifs (6 000 en décembre 1789 et 17800 en septembre 1790), les ateliers furent réservés aux chômeurs nés ou domiciliés depuis un an à Paris, et des « ateliers de secours » furent organisés en province19. Après une première allocation de 30 000 Lt accordée aux départements en mai 1790 pour soulager la Capitale, la loi du 19 décembre 1790 affecta une somme de 6,6 millions à l’établissement d’ateliers de charité en province20 ; à cause de lenteurs administratives, cet argent ne fut que partiellement dépensé. Des travailleurs furent employés à travaux de terrassement, de voierie, de déblaiement, au creusement de canaux (de Bourgogne et de Dieppe) et au comblement des carrières de Vaugirard. Après la dissolution au 1er juillet 1791 des chantiers de travaux publics, seuls furent maintenus les ateliers de filature. Même si à partir de 1793, le service militaire contribua à faire reculer sensiblement le chômage, les travaux publics continuèrent dans le cadre d’« ateliers de secours », financés par les taxes révolutionnaires sur les riches, à offrir des opportunités d’emploi pour les plus pauvres. Par le décret du 21 pluviôse an II (9 février 1795), la Convention affecta cinq millions « à la réparation des routes de la République, et si, elles n’en ont pas besoin, à d’autres travaux utiles » (art. 2). Sur la somme de dix millions, qui devait profiter à tous les districts de la République21, la moitié devait être affectée à la réparation des routes par indigents valides (à la place des ateliers de charité), tandis que le reste des fonds devant profiter aux indigents.

6Entre la politique d’Ancien Régime et les initiatives révolutionnaires, c’est donc une évidente continuité qui reconnaît à tout homme valide la faculté de subvenir à ses besoins par son travail et justifie la création d’emplois largement subventionnés par l’Etat pour construire ou entretenir des ouvrages routiers. L’ampleur du chômage et la précarisation des relations de travail vont toutefois contribuer à déstabiliser le financement de ce système.

7Les ateliers de charité avaient vocation à secourir des salariés assurant habituellement par leur travail la subsistance de leur famille, mais ayant sombré dans l’indigence temporaire ou menacés par une médiocrité permanente. Comme l’avait montré E. Labrousse, les salariés se retrouvaient en période de crise cyclique dans l’incapacité d’augmenter l’effort consenti pour pallier la réduction de leurs gains causée par la baisse du salaire réel, dans la mesure où le marché du travail subissait symétriquement de fortes contractions.

  • 22 W. Olejniczak, op. cit., p. 88.
  • 23 Lettre de Necker à Terray de Rozières (12 mars 1778) citée par J.-L. Harouel, op. cit., p. 15.
  • 24 J.-L. Harouel, op. cit., p. 57.

8Les travaux étaient financés grâce à des subventions royales complétées par des contributions municipales et des dons privés. Le financement par la monarchie provenait du moins imposé effectif, une diminution sur le montant de la taille à collecter dans chaque généralité en cas de mauvaises récoltes et de difficultés conjoncturelles (incendies, épizooties...). Une partie de cette somme servit à alimenter les fonds spécifiquement affectés aux « travaux de charité ». En Champagne, où les fonds versés par la monarchie sont connus entre 1770 et 1789 (à l’exception de l’année 1776)22, les sommes dépensées sont considérables (1,6 millions Lt. pour 1637 ateliers soit 75 % de l’ensemble des fonds de charité) ; de même en Haute-Guyenne ce sont 140 000 Lt. en moyenne qui sont affectées chaque année entre 1780 et 1789 aux ateliers de charité. Souvent sollicitée pour des rallonges budgétaires, la monarchie accorda des crédits supplémentaires avec parcimonie. Le versement des fonds royaux de charité était conditionné par le montant des contributions que consentaient à payer les autorités municipales ou de riches donataires locaux. Au minimum, leur gratification devait représenter un tiers de l’allocation royale, sinon l’équivalent de la somme allouée par la monarchie23. De nombreuses communautés consentirent à lever une contribution volontaire sur leurs habitants ou s’engagèrent à fournir gratuitement le transport des matériaux afin d’obtenir un atelier de charité. Etant donné les contraintes budgétaires de la monarchie, la libéralité relative des institutions ou des notables locaux servit souvent de critère pour arbitrer entre les demandes d’ateliers de charité. Ainsi en 1780, sur les 63 demandes d’aides reçues par l’Administration provinciale de Haute-Guyenne, seules 26 furent approuvées pour l’année 178024 ; les autres dossiers figureront toutefois dans les états de distribution des années suivantes. Devant la pression de la misère, la monarchie fut cependant amenée à assouplir les règles d’attribution de fonds de secours sans la conditionner au versement de contributions locales. Ces fonds étaient prioritairement destinés au paiement des salaires des ouvriers qui se présentaient sur les ateliers. En Haute-Guyenne, ils absorbent ainsi 60 à 70 % des sommes allouées aux ateliers de charité. La proportion est à peu près semblable en Limousin. Le reliquat servait à rémunérer l’achat et la réparation des outils ainsi que les appointements des piqueurs et des conducteurs.

  • 25 A.D. Haute-Vienne C 343.

9Les modalités de la rémunération font l’objet d’une attention scrupuleuse de la part de l’administration. Dans l’instruction de 1770 il était prévu de payer les ouvriers par des méreaux à remettre aux boulangers ou autres commerçants qui se faisaient ensuite rembourser par le caissier. Dès 1775, les salaires furent payés en argent pour pallier les inconvénients que présentait le système des jetons à échanger contre des denrées (risques de vol ou perte, transport des subsistances...). À l’ouverture de l’atelier, les ouvriers recevaient un billet qu’ils devaient présenter au chef de brigade à la fin de chaque semaine de travail pour toucher leur solde ; ils pouvaient toutefois bénéficier d’acomptes pour leur subsistance journalière. Si les documents comptables confirment cette préférence pour une rémunération en argent, la base de calcul des salaires apparaît pour le moins fluctuante. Dans son instruction, Turgot avait recommandé que les ouvriers soient payés à la tâche plutôt qu’à la journée de façon à aiguillonner leur zèle et à les inciter à maximiser leurs gains. Il n’en reste pas moins qu’en 1782 sur les ateliers de charité du gué de Verthamont et du pont de Saint-Léonard en Limousin, pour lesquels subsistent des documents comptables, le salaire était généralement calculé à la journée ; les équipes employées au port de L’Houmeau près d’Angoulême étaient quant à elles rémunérées à la tâche. Pour une journée de travail de huit heures, le salaire des hommes se montait généralement à 10-12 sols, celui des femmes à 6-10 sols et celui des enfants à 4-6 sols. En Limousin le prix d’une journée de travail se situait de fait entre 10 et 12 sols pour les hommes employés au pont de Saint-Léonard, et entre 8 et 15 sols au gué de Verthamont25. Les modulations salariales selon les ouvriers ne sont motivées par aucune appréciation explicite des conducteurs de travaux ; elles témoignent pourtant d’une certaine individualisation de la rémunération laissée à la discrétion du chef d’atelier et fondée sur une évaluation relative des performances ou de l’endurance liée notamment à l’âge des travailleurs. Le tarif journalier fixé pour chacun des hommes employé au pont Saint-Léonard comme au gué de Verthamont reste d’une grande stabilité sur la durée du chantier, même si plusieurs ouvriers présents de façon régulière se voient gratifier d’un ou deux sols supplémentaires dans les dernières semaines.

  • 26 A.N. F11 1191. Instruction de Terray (art. 18) « sans cette attention on nuirait au travail de l’ag (...)

10Qu’elle soit payée à la tâche ou à la journée, la main d’œuvre devait recevoir une paie inférieure aux salaires courants proposés sur le marché du travail de façon à limiter l’afflux de travailleurs et les inciter à rechercher des emplois mieux rémunérés26. La forte affluence aux ateliers de charité d’Aurillac et de Saint-Flour obligea ainsi les autorités à réduire le montant des salaires. De même la commission intermédiaire de Chalons estimait en 1788 que le taux trop élevé de rémunération portait préjudice à l’embauche dans les manufactures locales et de salariés agricoles. Il n’en reste pas moins que le salaire journalier en vigueur sur les ateliers de charité du Limousin n’est guère éloigné de celui que touchaient les manœuvres employés par les entrepreneurs de travaux publics ou par les cantonniers.

  • 27 Cf. T. Hitchcock, P. King et P. Sharpe (éd.), Chronicling poverty: the voices and strategies of the (...)
  • 28 A.D. Haute-Vienne C 338 Rôle de deux ateliers de charité au port (septembre 1780-janvier 1781) et a (...)

11Si les ateliers de charité sont largement documentés à propos de l’offre d’emploi qu’ils proposent, il n’en est pas de même du point de vue de la demande des individus et de leur capacité à y recourir. Les quelques rôles d’ateliers de charité conservés permettent de se départir quelque peu du carcan normatif des instructions pour tenter d’approcher ces travailleurs intermittents, et d’articuler une politique d’emploi avec les logiques d’action mises en œuvre par les individus27. Les archives départementales de la Haute-Vienne conservent à cet égard plusieurs documents remarquables28.

12Dans la correspondance administrative les ouvriers travaillant sur les ateliers sont désignés comme des journaliers « pauvres » ou « indigents ». En principe étaient considérés comme « pauvres » sous l’Ancien Régime ceux qui ne vivant que de leur travail et ne possédant aucune propriété, se trouvaient en situation de le devenir ; le qualificatif d’« indigents » s’appliquait à ceux qui avaient déjà sombré dans la pauvreté. On sait que ces désignations pouvaient revêtir des significations différentes selon les régions et renvoyer à des critères variables sur la définition des seuils de précarité. Dans la généralité de Limoges, à raison de 25 ateliers par an, ce sont quelque 12 000 à 15 000 ouvriers qui furent occupés grâce aux fonds de charité. Même si le nombre des ateliers de charité augmente dans les dernières décennies du xviiie siècle à l’échelle du royaume, il semble qu’ils n’aient pas été à la hauteur du sous-emploi et du chômage croissant à la veille de la Révolution.

  • 29 A.D. Haute-Vienne C 331. Réponse au subdélégué de Chalus (16 décembre 1777).
  • 30 A.D. Haute-Vienne C 342. Atelier de charité sur le chemin de Chabanes à Feytiat.
  • 31 A.D. Haute-Vienne C 338. Rôle de l’atelier de charité de la rampe de Saint-Cibard au port de L’Houm (...)
  • 32 Pour l’atelier de charité de Saint-Bonnet, seuls le nom du chef de brigade et le nombre d’hommes so (...)
  • 33 A.D. Haute-Vienne C 331. Lettre de Desais à M. Beaulieu (20 mars 1777) : « je ne perdrais pas de te (...)
  • 34 A.D. Haute-Vienne C 343. Pour l’atelier de charité de Saint Léonard, un état distinct est établi po (...)
  • 35 Lettre du subdélégué de Blois à l’intendant d’Orléans (26 mai 1775) citée par C. Bloch, op. cit., p (...)

13Etaient admis à ces travaux de secours « indistinctement tous ceux qui sont reconnus avoir besoin de travail pour subsister »29, au vu d’un certificat d’indigence délivré par le curé de leur paroisse d’origine. Conditionnée par la résidence, cette ressource d’un travail rémunéré dans le cadre des ateliers charité devait permettre de maintenir sur place des individus, qui auraient pu être tentés de migrer en ville et de grossir le nombre de mendiants. Il importe toutefois de préciser un tant soit peu l’espace social des ateliers de charité en deça des catégories d’intervention de l’administration qui assignaient leurs bénéficiaires dans la catégorie des pauvres. Dans les rôles quand ils ont été conservés, sont désignés les ouvriers – des charpentiers et des marchands de clous à L’Houmeau, un carrier au gué de Verthamont, des « mineurs » et des techniciens en charge du nivellement ou de la construction des aqueducs à Chabannes30 –, indispensables au fonctionnement des ateliers mais qui se distinguent nettement des journaliers en brigades autant par leur qualification que par leur salaire31. Les chefs d’ateliers sont aussi souvent identifiés ; ce sont eux qui recevaient les salaires des ouvriers qu’ils encadraient32. En revanche, les ouvriers placés sous leurs ordres, parfois anonymes, se laissent plus difficilement saisir. Quand ils sont nommés, rien n’est dit de l’âge de ces hommes ou de l’emploi qu’ils occupaient communément. À Amiens, de nombreux ouvriers des manufactures textiles trouvèrent, semble-t-il à s’employer dans les ateliers de charité. Ce sont sans doute pour l’essentiel des ouvriers habitués au travail de la terre et à l’effort physique, même si en principe les métayers n’y avaient pas accès. Rares sont les précisions concernant leur attache géographique. Alors que les curés étaient censés établir la liste des indigents de leur paroisse, aucun document de ce type n’a été retrouvé dans les archives de la Haute-Vienne. Il semble même que de telles listes n’aient souvent pas été établies33. Dans tous les cas ce ne sont pas des considérations de revenu ou des critères fiscaux qui président à la structuration des rôles d’ateliers : il n’est pas question de « pauvres » ou d’« indigents » mais ce sont les tâches qui, comme à Saint-Léonard ou au gué de Verthamont, dictent le clivage entre les ouvriers préposés aux travaux de pioche et de déblai, et les charretiers dévolus au transport des matériaux34. À cet égard, il semble que ce ne soit pas toujours les plus pauvres qui trouvaient à s’embaucher : « je remarque que ce sont les gens aisés qui en profitent le plus, parce qu’on les emploie de préférence avec leurs chevaux et autres bestiaux, au lieu que les pauvres valides n’en ont point »35.

  • 36 A.D. Haute-Vienne C 331. Requête du curé de Lamongerie (10 mars 1778).
  • 37 A.D. Haute-Vienne C 331. Lettre de M. Desais à M. Beaulieu (20 mars 1777) : « je prévoie qu’il sera (...)

14En principe les ateliers de charité obéissent à un strict contrôle – établi selon le critère de la résidence – dans l’inscription de ces travailleurs occasionnels. Symétriquement, c’est l’absence de mobilité qui est invoquée pour expliquer le processus de paupérisation de ceux à qui pourraient profiter de tels dispositifs d’assistance : « les domestiques et servantes ont passé ailleurs ; les métayers déguerpissent journellement, parce que les maîtres n’ont pas de quoy leur fournir les aliments nécessaires »36. L’instruction du 2 mai 1775 conseillait ainsi d’affecter par avance à un atelier les pauvres des paroisses avoisinantes de façon à prévenir un afflux massif et désordonné à l’ouverture des travaux. Ainsi à Toulouse, seuls les ouvriers domiciliés dans la ville et dans l’une des paroisses du gardiage (banlieue) étaient admis dans les ateliers de charité, au vu d’un certificat délivré par le curé de leur paroisse attestant leur domicile et leur pauvreté. Sur les quelques rôles où sont précisées les paroisses d’origine, on s’aperçoit toutefois que pouvaient aussi être acceptés des travailleurs originaires d’autres villages. Dans les rôles des ateliers de charité établis à L’Houmeau près d’Angoulême, figure une majorité de travailleurs domiciliés dans la localité ou ses environs. Sur le chantier on trouve également des manœuvres réguliers provenant de régions voisines : au port quatre sont originaires du Languedoc, cinq d’Auvergne, deux du Limousin et deux du Périgord). Un journalier, François Grondin, domicilié en Basse-Normandie, vient aussi s’y employer. Les travailleurs languedociens constituent une équipe de quatre hommes venant de Craponne, sans doute apparentés dans la mesure où ils possèdent le même patronyme, Jean Besse l’aîné, Jean-Baptiste, Pierre et Antoine. Une telle amplitude géographique dans le recrutement de la main d’œuvre peut s’expliquer en l’espèce par la difficulté à trouver des bras sur place37.

  • 38 Cf. Billiard, D. Debordeaux et M. Lurol, (éd.) Vivre la précarité. Trajectoires et projets de vie, (...)
  • 39 A.D. Haute-Vienne C 343.

15Ces listes ne permettent pas de comprendre les choix opérés par des individus, limités dans le risque de leurs choix et bridés par la contrainte de l’incertitude, dans la mesure où ils ne fournissent aucune information sur leur situation socioéconomique et leur rapport discontinu à l’emploi38. Seul le nombre de jours travaillés – en considérant qu’on peut y voir en creux le besoin impératif de trouver des ressources – fournit un assez bon indicateur de l’utilité de tels dispositifs d’assistance. Sur les 32 ouvriers attachés à l’atelier de charité de Saint-Léonard au cours de la semaine du 24 au 29 novembre 1783, 50 % y travaillèrent les six jours de la semaine (sans compter Jean Gragnier qui comptabilisa 5 jours 3⁄4 ouvrés), tandis que trois n’effectuèrent que deux journées de labeur39. De tels écarts ne se retrouvent pas les semaines suivantes : entre 70 et 85 % des manœuvres se rendirent chaque jour à l’atelier. Si l’on observe une évidente homogénéité dans la liste nominative des ouvriers attachés au chantier entre le 24 novembre et le 6 décembre 1782, sa composition se renouvelle fortement au cours de la seconde quinzaine d’activité. Au cours de chacune de ces deux périodes, la volatilité de la main d’œuvre apparaît assez limitée : 25 % des ouvriers présents la première semaine ne revinrent pas sur le chantier ; au cours de la seconde quinzaine, seul François Carque fut remplacé par Léonard Carque, sans doute un parent. Sept hommes seulement travaillèrent tout au long du mois, et deux pendant trois semaines. Pour ces hommes présents de façon continue sur le chantier, le travail sur l’atelier de charité les occupent quasiment tous les jours. Jean Pinquet s’employa par exemple à temps plein pendant les trois premières semaines, mais ne travailla que trois des cinq jours au cours de la dernière. Pour les travailleurs occasionnels, le champ des possibles apparaît circonscrit par un va-et-vient dans un ensemble d’activités au gré des opportunités d’emploi, autorisant le passage d’une relation d’assistance occasionnelle à un emploi salarié, et réciproquement. Le travail intermittent comme manœuvres sur les chantiers routiers pouvait aisément s’insérer dans une combinaison d’activités et dégager des ressources complémentaires. Il reste malheureusement illusoire de mesurer ce que pouvait représenter en temps et en argent le recours aux ateliers de charité à l’échelle du cycle d’une vie.

  • 40 A.N. F11 1191. Copie de la lettre adressée par l’abbé Terray aux intendants des 21 généralités des (...)

16Autant que l’analyse des trajectoires individuelles, celle des stratégies familiales se révèle tout aussi impossible à mener à partir des seules archives des ateliers de charité. Dans les directives qui encadraient leur fonctionnement, hommes, femmes et enfants âgés de plus de sept ans y étaient indistinctement admis. Dans son instruction de 1770, l’abbé Terray prévoyait l’emploi des femmes et des enfants de telles sorte que les « secours sont augmentés dans la proportion du nombre de bras dont chaque famille est composée »40. Le principe sera repris par Turgot, même si les femmes et les enfants devaient être prioritairement employés dans des ateliers de filature. Sur les chantiers routiers, les travaux étaient rigoureusement définis et calibrés en fonction de l’âge et du sexe : aux hommes, il revenait de bêcher la terre, de la charger dans des brouettes, de la transporter, de la répandre et de l’aplanir ; les femmes et les filles devaient porter sur la tête des corbeilles contenant une quantité de terre équivalente à la moitié environ d’une charge de brouette ; quant aux enfants, ils étaient requis d’utiliser une corbeille de taille moyenne. Les brigades, composées d’une dizaine de personnes, devaient associer les membres d’une même famille, permettant ainsi grâce à la compensation entre le revenu des parents et celui des enfants, d’assurer un revenu suffisant. Or, dans les rôles conservés dans le Limousin pour les dernières années de l’Ancien régime, ne figure aucune femme ; quant aux enfants ou aux jeunes hommes, ils ne sont pas identifiés comme tels grâce à la mention de leur âge, mais sont repérables à travers les dénivellations dans la grille des salaires. Sur la route du gué de Verthamont, Pierre Rannou vint travailler accompagné de son fils aux mois de mai et d’août 1782 ; le premier touchait entre 12 et 14 sols par jour tandis que le second ne recevait que 8 sols. De même sur la dizaine d’ouvriers originaires de l’Hourmeau, à l’œuvre pendant près de quatre mois sur la rampe de Saint-Cibard, plusieurs portant le même patronyme – François Ricaud, Jean Ricaud aîné, Jean Ricaud jeune d’une part, et Jacques et Jean Caillaud d’autre part, travaillent au sein de la même brigade. Si minces soient-ils, ces indices laissent entrevoir des logiques familiales qui reposent sur des assortiments de travaux en fonction des capacités de chacun.

17Les ateliers de charité constituent une réponse spécifique en période de crise et trouvent leur plein épanouissement lors du retournement conjoncturel des années 1770. Même s’ils ont pâti de lenteurs administratives et ne pouvaient à l’évidence répondre à l’ampleur de la crise sociale des dernières décennies du xviiie siècle, ils assurèrent tout au moins à certains un salaire de subsistance grâce aux ressources de leur travail. Il s’inscrit dans des expériences collectives et individuelles pour des ouvriers réduits à leur seule force de travail. Même si les archives ne rendent pas compte de la rationalité des acteurs, notamment dans la combinaison qu’ils pouvaient faire entre la valorisation de leur propre fond, les possibilités d’emplois salariés dans l’agriculture ou dans la proto-industrie, et l’embauche sur les chantiers routiers, les rôles d’ateliers permettent de mesurer les effectifs à l’ouvrage au fil des semaines et de suivre des individus dans leur rapport avec ce dispositif de secours : si quelques-uns saisissent toutes les opportunités de travail qui leur sont offertes, d’autres n’y recourent que de façon très ponctuelle. Ces listes, où les intéressés sont considérés non pas comme des pauvres mais comme des travailleurs à part entière, confirment l’importance du travail en équipes qui peuvent rassembler des membres d’une même famille, voire profiter à des filières de migrants. Leviers d’assistance respectueux de la liberté des individus et partiellement dégagés de la morale disciplinaire ou de l’exercice de la contrainte, les ateliers de charité participent par ailleurs à la valorisation du travail salarié, entendu comme un droit imprescriptible de l’individu sur la propriété de sa force de travail.

Haut de page

Notes

1 Cf. D. Cohen et M. Johnson, Women’s work, women’s welfare: the ateliers de filature in Paris 1790-1782, dans Consortium on Revolutionary Europe 1750-1850: Proceedings, 1983, p. 654-671; L. Di Caprio, The origins of welfare state: women, work, and the French Revolution, Urbana, 2007.

2 A. Tuétey, L’Administration des ateliers de charité 1789-1790. Rapport de J.-B. Edme Plaisant, Paris, 1906. Y. Forado-Cunéo, Les ateliers de charité de Paris pendant la Révolution française, dans A. Maretheux et L. Pactat (dir.), La Révolution française. LXXXVI et LXXXVII, 1933, respectivement p. 317-342 et p. 29-61 et 103-123.

3 Cf. parmi une riche bibliographie, F. Leleu-Desseaux, Assister et soigner. L’exemple d’Amiens, thèse d’histoire du droit, Paris II, 2000. J. Guyader, Un remède à l’exclusion : ateliers de charité et ‘grenier d’abondance’ à Toulouse (1729-1790), dans Revue Historique de Droit Français et Étranger, 78, 2000, p. 591-614 ; J. Musset, Les ateliers de charité dans la généralité de Caen jusqu’en 1775, dans Revue de l’Avranchin, L, 1973, p. 13-28. W. Olejniczak, Working the body of the poor. The « Ateliers de charité » in late eighteenth century France, dans Journal of social history, 24, 1990, p. 87-107. P. Saillol, Routes et ateliers de charité sous la Constituante 1789-1791, dans Études creusoises, 9, 1988, p. 163-176. J.-L. Harouel, Les Ateliers de charité dans la province de la Haute-Guyenne, Paris, 1969. A. Cros, Les Ateliers de charité dans la généralité de Limoges de 1770 à 1783, mémoire DES Université de Poitiers, 1962. H. Hemmer, Les Ateliers de charité à la veille de la Révolution, dans Mémoires de la société des sciences naturelles et archéologiques de la Creuse. XXXI, 19501953, p. 405-417. J.-L. Vandewiele, Donner du travail aux pauvres. Le rôle des ateliers de charité dans la construction du réseau routier normand au xviiie siècle, dans Sur la route de Louviers. Voies de communication et moyens de transport en Normandie de l’Antiquité à nos jours, Louviers, 2008, p. 185-192.

4 Cf. E. Chaudron, L’Assistance publique à Troyes à la fin de l’Ancien régime et pendant la Révolution 1770-1800, Paris, 1923, p. 40-49 ; J.-P. Gutton, La société et les pauvres, l’exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, 1971, p. 465-467 ; B. Allemandou et J.-J. Le Pennec, 60 000 pauvres à Bordeaux ! La politique d’aide sociale sous la Révolution, Bordeaux, p. 123-148.

5 Un arrêt du parlement du 22 avril 1532 prescrivait d’employer les mendiants valides aux travaux de voirie (cité par C. Bloch, L’Assistance et l’État en France à la veille de la Révolution, Paris, 1908, p. 44.

6 J. Guyader, op. cit., p. 593-598.

7 A.N. F11 1191. Instruction sur les travaux de charité (8 octobre 1770).

8 A.N. F11 1191. Copie de la lettre adressée par l’abbé Terray aux intendants des 21 généralités des pays d’élection le 5 novembre 1770.

9 A.N. F11 1171. Mémoire sur les moyens de procurer, par une augmentation de travail, des ressources au peuple de Paris dans le cas d’une augmentation dans le prix des denrées (1775).

10 En butte à la mauvaise volonté des États de Bretagne, l’intendant Caze de la Bove ne parvint à créer qu’un nombre limité d’ateliers de charité dans une trentaine de localités (à Hédéafin pour niveler le champ de foire, à Redon pour les travaux d’embellissement de la ville et l’aménagement de la place de Bertrand...). Cf. H. Fréville, L’Intendance de Bretagne : 1679-1790. Essai sur l’histoire d’une intendance en pays d’États au xviiie siècle. III, Rennes, 1953, p. 118.

11 Cf. Journal de Paris (15 août 1777).

12 A.D. Haute-Vienne C 331. Lettre de M. Delacombe (17 juillet 1777).

13 A.D. Haute-Vienne C 343. Lettre de M. Dumas (27 décembre 1782).

14 A.N. F11 1191.

15 Lettre de Necker à Terray de Rozières (24 décembre 1778) citée par J.-L. Harouel, op. cit., p. 17.

16 J.-L. Harouel, op. cit., p. 29 et p. 32.

17 A.D. Indre C 417.

18 O. Hufton, The Poor of eighteenth century 1750-1789, Oxford, 1974, p. 191.

19 A.N. AD/XIV/6. Lettres Patentes du roi sur le décret de l’Assemblée nationale, du 31 août 1790, concernant les ateliers de secours à former, soit dans la ville de Paris & sa banlieue, soit dans différents départements.

20 A.N. AD/XIV/6.

21 Bulletin des lois (no 642).

22 W. Olejniczak, op. cit., p. 88.

23 Lettre de Necker à Terray de Rozières (12 mars 1778) citée par J.-L. Harouel, op. cit., p. 15.

24 J.-L. Harouel, op. cit., p. 57.

25 A.D. Haute-Vienne C 343.

26 A.N. F11 1191. Instruction de Terray (art. 18) « sans cette attention on nuirait au travail de l’agriculture et au lieu d’opérer un bienfait, on feroit un très gd mal ». De même dans la loi du 21 pluviôse an III, il était prévu que « le salaire des indigents employés aux travaux de secours, sera fixé aux trois quarts du prix moyen de la journée de travail, déterminée par le canton » (art. VII). Cf. loi du 24 vendémiaire an II (titre I art. XIII).

27 Cf. T. Hitchcock, P. King et P. Sharpe (éd.), Chronicling poverty: the voices and strategies of the English poor, Basing stoke, 1997.

28 A.D. Haute-Vienne C 338 Rôle de deux ateliers de charité au port (septembre 1780-janvier 1781) et au cimetière (octobre 1780-juin 1782) de L’Houmeau ; C 343. Registre des tâches de l’atelier de Saint-Bonnet, chemin de Saint-Léonard à Saint-Germain (janvier-juin 1782) et Registre des tâches de l’atelier de Saint-Bonnet, chemin de Saint-Léonard à Saint-Germain (mars-juin 1784). C 343. Liste des ouvriers employés sur la route du gué de Verthamont (mars-août 1782) ...

29 A.D. Haute-Vienne C 331. Réponse au subdélégué de Chalus (16 décembre 1777).

30 A.D. Haute-Vienne C 342. Atelier de charité sur le chemin de Chabanes à Feytiat.

31 A.D. Haute-Vienne C 338. Rôle de l’atelier de charité de la rampe de Saint-Cibard au port de L’Houmeau.

32 Pour l’atelier de charité de Saint-Bonnet, seuls le nom du chef de brigade et le nombre d’hommes sous ses ordres sont précisés.

33 A.D. Haute-Vienne C 331. Lettre de Desais à M. Beaulieu (20 mars 1777) : « je ne perdrais pas de temps à demander aux curés des paroisses qui peuvent y être assujettis à cet atelier un état détaillé des personnes qui voudront s’employer à ce genre de travail ».

34 A.D. Haute-Vienne C 343. Pour l’atelier de charité de Saint Léonard, un état distinct est établi pour les charretiers aux mois de novembre et décembre 1783

35 Lettre du subdélégué de Blois à l’intendant d’Orléans (26 mai 1775) citée par C. Bloch, op. cit., p. 203. Au pont de Saint-Léonard et au gué de Verthamont, la journée d’un bouvier ou d’un charretier était fixée entre 3 et 4 Lt.

36 A.D. Haute-Vienne C 331. Requête du curé de Lamongerie (10 mars 1778).

37 A.D. Haute-Vienne C 331. Lettre de M. Desais à M. Beaulieu (20 mars 1777) : « je prévoie qu’il sera difficile dans cette saison de trouver des personnes propres à s’occuper à ce genre de travail. Ce canton est un pays de vignoble, on y sème des blés de mars en tous genres, les vignes et les blés d’Espagne occupent les bras ; encore a-t-on de la peine à en trouver dans certaine saison à prix d’argent, on taille la vigne ; il faudra amasser le sarment, ensuite donner la première culture, épanprer [sic], lier la vigne, sarcler les froments et les lins, bécher la terre pour les blés d’Espagne, les semer et les sarcler ; tout le monde est occupé petits et grands, maris et femmes ».

38 Cf. Billiard, D. Debordeaux et M. Lurol, (éd.) Vivre la précarité. Trajectoires et projets de vie, La Tour-d’Aigues, 2000.

39 A.D. Haute-Vienne C 343.

40 A.N. F11 1191. Copie de la lettre adressée par l’abbé Terray aux intendants des 21 généralités des pays d’élection le 5 novembre 1770.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Conchon, « Les travaux publics comme ressource : les ateliers de charité dans les dernières décennies du xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 173-180.

Référence électronique

Anne Conchon, « Les travaux publics comme ressource : les ateliers de charité dans les dernières décennies du xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 13 mars 2013, consulté le 22 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/603 ; DOI : 10.4000/mefrim.603

Haut de page

Auteur

Anne Conchon

Université Paris 1 - IDHE, Anne.Conchon@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org