Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

La pluriactivité dans les métiers du bâtiment dijonnais : l’exemple de Joseph Taisand (1723-1785)

Pluriactivity in construction works in Dijon: the example of Joseph Taisand (1723-1785)
Sylvie Dubois
p. 165-171

Résumés

Dans une capitale provinciale où les professionnels du bâtiment étaient nombreux, l’obligation de démarquer son entreprise de la masse relevait de la nécessité économique. Alors que certains se spécialisent dans les grandes adjudications des États de la province, Joseph Taisand, adopte une démarche plus originale : à la fois architecte, entrepreneur de ponts et chaussées, artificier, propriétaire d’une tuilerie, producteur de chaux et même auteurs de traités techniques, il réussit à s’imposer auprès de nombreux commanditaires et en premier lieu de la municipalité. Ce travail a pour but de montrer comment la polyvalence et la pluriactivité peut assurer de meilleurs revenus mais tendra aussi, à travers la biographie de cet entrepreneur dijonnais, à démontrer la spécificité et la fragilité de cette profession.

Haut de page

Texte intégral

1Dans la capitale des Ducs de Bourgogne, l’activité architecturale et les travaux d’urbanisme sont nombreux au cours du xviiie siècle, à la fois dans les secteurs public et privé. Dijon, siège des États de la Province s’embellie par leur biais à travers notamment la construction d’une nouvelle aile au Palais des États. La création d’un service des Ponts et Chaussées et le creusement du canal de Bourgogne stimule les interventions dans ce domaine. La municipalité, quant à elle, entreprend la modernisation du centre-ville par des travaux d’élargissement de la voierie, de percement de nouvelles rues, du progressif remplacement des bâtiments à pans de bois par la pierre de taille, l’assainissement du petit cours d’eau traversant la ville, le Suzon, etc. Dijon est en outre le siège du Parlement, de la chambre des Comptes, de l’Intendance. Les hommes qui peuplent ses institutions, indispensables à la vie architecturale dijonnaise, se font, construire de gracieux hôtels particuliers entre cour et jardin ou de majestueux châteaux à la campagne. Aussi tout concourt à un contexte favorable aux professions du bâtiment qui, du reste, occupe 2 % de la population dijonnaise. Pourtant, cette situation ne bénéficie pas à tous. Ainsi, les tailleurs de pierre sont parmi les artisans les plus indigents. Payant une taille bien souvent inférieure à 2 livres, ils ont d’autant plus souvent recours aux institutions charitables. Dans les catégories supérieures des métiers du bâtiment (maçons, entrepreneurs), les inégalités économiques sont également importantes. De grandes disparités de revenus existent et ceux-ci restent très instables. Face à ces fragilités, il est nécessaire d’adopter des stratégies professionnelles, qui dans le cadre de ces métiers, prend la plus part du temps la forme d’une diversification des activités, voir d’une pluriactivité.

  • 1 Archives municipales de Dijon, [désormais AMD] I 40.

2Nous avons choisi d’axer cette étude sur la personne de Joseph Taisand, entrepreneur dijonnais incontournable pour cette période, moins peut-être pour ses productions, que pour sa personnalité qui transparaît dans bien des sources. Une riche documentation inédite sur ce personnage est effectivement disponible, d’abord du fait d’une abondante et protéiforme activité professionnelle, mais aussi car les archives municipales conserve une longue supplique, en partie autographe, dans laquelle il relate sa vie et ses travaux avec moult détails1. Il y décrit les principales causes de faillite dans le secteur et la fragilité de cette profession qui expliquent la nécessité du recours à divers mécanismes de défense. Cette supplique a aussi servi de support à une réflexion de l’entrepreneur sur les défaillances du système de l’adjudication dans laquelle il dénonce les pratiques malhonnêtes d’une partie de sa profession. A travers cet exemple, il s’agira d’appréhender les difficultés économiques auxquelles sont confrontées ces professions qui expliquent le besoin d’embrasser de multiples métiers. Par ailleurs, nous montrerons dans un premier temps que, par nature, ces professions brassent un très large spectre d’activités.

Professionnels du bâtiment : une définition floue

  • 2 C. Chédeau, Les arts à Dijon au xvie siècle : les débuts de la Renaissance (1494-1551), Aix-en-Prov (...)
  • 3 H. Sambin, Oeuvre de la diversité des termes dont on use en architecture eduict en ordre, Lyon, 157 (...)

3La polyvalence est perceptible, en premier lieu, dans la terminologie de ces professions et dans la définition des tâches qui leurs sont propres. Comme c’est le cas dans de nombreuses villes de province, il est très difficile dans ces métiers d’associer un titre et une activité unique. Prenons l’exemple de l’architecte. À la différence des grands architectes parisiens qui ne s’occupent que de conception et de dessin architectural, l’architecte dijonnais est souvent entrepreneur, maçon, chef de travaux et possède une formation autre que purement architecturale. Cette situation n’est pas propre au xviiie siècle. Déjà, pour le xvie siècle, Catherine Chédeau2 a montré que la frontière entre architecte, maçon, tailleur de pierre et imagier est très ténue. La personnalité incontournable de la Renaissance dijonnaise, Hugues Sambin, est exemplaire. Menuisier, architecte, théoricien3, sculpteur, il est également ornemaniste et hydraulicien. Au xviiie siècle, les architectes des États de la province sont amenés à réaliser des travaux aux facettes variées. Le plus connus d’entre eux, Charles-Joseph Le Jolivet, outre ses attributions ordinaires d’architecte, supervise également tous les travaux d’embellissement des bâtiments provinciaux (sculpture, peinture...) ; il donne ainsi le dessin des tapisseries qui orneront la Salle des États ou conçoit des décors de fête. Ce dernier est également rémunéré par la ville en endossant la fonction de voyer. En outre, un ingénieur des Ponts et Chaussée comme Thomas Dumorey conçoit également les plans et les décors intérieurs du château d’Arcelot. Joseph Poyet, charpentier de formation se fait recevoir dans la corporation des entrepreneurs, etc.

  • 4 R. Carvais, La force du droit : contribution à la définition de l’entrepreneur parisien du bâtiment (...)

4Les définitions données dans les grands dictionnaires contemporains entretiennent la confusion. Pour Savary de Bruslon, le titre de maître maçon : « se dit de l’entrepreneur qui fait les marché des ouvrages pour les faire exécutés par d’autres et de l’ouvrier qui les construit et qui travaille de la main sous ses ordres ». L’Encyclopédie constate « quoi qu’il y ait beaucoup de différence entre l’Architecte et le Maître Maçon, l’un exerçant un art libéral et l’autre seulement un métier, on les confond cependant souvent ensemble, à cause que les uns et les autres peuvent être également reçus parmi les Architectes Experts Jurés du Roi ». A Dijon, ces charges n’existent pas mais les maçons ou entrepreneurs n’hésitent pas à se parer du titre d’architecte. Inversement, les architectes, qui ne peuvent se contenter des activités des cabi­nets d’architecture doivent exercer les fonctions d’entrepreneurs et se faire recevoir dans la corporation. Comme le souligne Robert Carvais4 les seules conditions pour exercer l’activité d’entrepreneur en bâtiment étaient d’appartenir à la corporation et de signer avec le maître d’ouvrage un devis ou un marché.

5En second lieu, les entrepreneurs du bâtiment ne sont pas spécialisés dans un type d’activité. L’éventail de leurs tâches est grand : ouvrages civils, militaires, religieux, ouvrages d’art, mais aussi travaux plus « grossiers » comme du remblayage, du pavement, ou de l’entretien des chaussées... La fonction d’expert est en outre très fréquente dans ces professions et constitue une source de revenus non négligeable. Les recours en justice sont en effet fréquents entre particuliers et professionnels ou entre professionnels et nécessite la médiation de spécialistes pour les toisés, les corrections de devis, les constatations des malfaçons...Joseph Taisand passe ainsi aisément du curage du cours du Suzon et à l’enlèvement des boues, à la réalisation, sur les plans de François Dumorey, du château d’Arcelot.

6Malgré ou à cause de cette amplitude d’activités, les conditions d’exercice dans les métiers du bâtiment restent très difficiles.

Des conditions d’exercice difficiles

  • 5 Pour la ville de Dijon : il est adjudicataire de la reconstruction de la maison de la petite Bouche (...)
  • 6 AMD I 40.
  • 7 Archives Départementales de la Côte-d’Or [désormais ADCO] 1H 136.
  • 8 D. Dinet, Religion et société : les réguliers et la vie régionales dans les diocèses d’Auxerre, Lan (...)
  • 9 Imprimé à Dijon en 1769, in 4o, Bibliothèque Municipale de Dijon [désormais BMD] 18256.
  • 10 BMD, Ms 1192, Nathalie Ferron l’a retranscrit et publié dans son mémoire de maîtrise consacré à La (...)

7Face au nombre important de professionnels sur le marché dijonnais, les entrepreneurs doivent donc être présents dans toutes les branches d’activités citées plus haut. Dans sa supplique, Joseph Taisand commence par énumérer l’ensemble de ses compétences reconnues par les autorités provinciales et municipales : « Supplie humblement Joseph Taisand, entrepreneur à Dijon, qui l’a été de la ville 30 ans5, 25 du roi pour les fortifications du château, des ponts et chaussées de la province qu’il est encore, et qu’il travaille depuis 1752 en cette partie, qui a été artificier du roi de la province et de la ville, 12 ans canonnier, 12 autres au château de Dijon, qui a eu l’adjudication des pavés et de l’enlèvement des boues de la ville 9 ans, qui a achever de construire les chemins autours de la ville et qui les a entretenus 27 ans, qui a fait les châteaux de Missery, d’Arcelot, de Montmuzard, de Verrey sous Salmaise6 ». Il travaille aussi pour les institutions religieuses : outre des travaux d’expertise, il réalise le perron de l’église Saint-Etienne, la nouvelle aile du bâtiment des Bénédictins sur les plans de Charles Saint-Père7 et les Cis­terciennes de Tart lui confient plusieurs chantiers notamment la restauration d’un petit cloître8. Mais il travaille aussi pour de simples particuliers tel Alexandre Chrétien, maître de jeu de paume et de billard. Joseph Taisand est également l’auteur de deux traités : Mémoire sur la nature, la propriété et les manières d’exploiter la pierre des carrières de Dijon pour rendre les édifices auxquelles elle est employée plus solide et plus durable9 et Anecdotes sur les diféren chantié de charité que l’on a établi à Dijon et remarques sur iceux10.

  • 11 Pour l’adjudication de la Porte Guillaume, les propositions s’étalaient de 38000 à 42000 livres.
  • 12 P. Bodineau, L’urbanisme dans la Bourgogne des Lumières, Dijon, 1986, p. 241.
  • 13 ADCO C 3722.
  • 14 P. Verley, Entreprises et entrepreneurs du xviiie siècle au début du xxe siècle, Paris, 1994, p. 10

8L’éviction de la concurrence est d’autant plus décisive que ces activités nécessitent des apports financiers considérables. Il faut d’abord remporter les marchés qui, pour les institutions municipales et provinciales, sont délivrés aux enchères11. Plus que la renommée ou la qualité du travail, c’est bien de rentabilité, de gestion des coûts, dont il est question ici. Comme le souligne Pierre Bodineau, la concurrence est si vive que certains entrepreneurs proposent d’accomplir les travaux à des conditions tellement favorables pour l’administration « qu’il est impossible qu’ils soient tant soit peu dédommagés de leurs peines12 ». Pour pouvoir se présenter à ces enchères, il faut encore proposer une bonne caution. L’entrepreneur doit ensuite se procurer les matières premières, les acheminer jusqu’au chantier et payer les ouvriers et les autres artisans présents sur les chantiers tels que les charpentiers, menuisiers, serruriers, peintres. Parfois, il peut avoir à s’acquitter d’amendes, notamment lorsqu’il dépose des matériaux ou des gravas sur la voie publique. La délibération des Elus des États du 11 janvier 1751 précise encore à l’article VIII que « dans le cas de chômage des moulins, foulons, battoirs, forges, fourneaux et autres usines quelques elles soient, pendant la construction des ouvrages, l’adjudicataire sera tenu de dédommager les meuniers, maîtres, propriétaire ou fermiers d’iceux13 ». Ici, le terme d’entrepreneur prend tout son sens puisqu’il doit organiser le chantier afin de limiter les pertes économiques d’où quelques tentatives, étudiées ci-après, de maîtriser certains coûts de production. Certains aspects de la profession d’entrepreneur en bâtiment ne sont pas en effet éloignés de la définition de l’entrepreneur proto-industriel telle que la donne Patrick Verley : il y a entreprise en présence de quatre activités interdépendantes « la gestion d’une production, la gestion d’une main d’œuvre, la gestion d’une commercialisation et la gestion des problèmes de financement14 ». Si la commercialisation fait place à la gestion de la commande, l’entrepreneur en bâtiment doit prendre ses décisions en fonction de ces quatre éléments primordiaux et indivisibles les uns des autres.

  • 15 AMD I 40.
  • 16 ADCO C 3722.

9Joseph Taisand rappelle l’âpreté de la concurrence et la malhonnêteté de certains de ses concurrents. L’éventail des compétences est annihilé ici par les pratiques frauduleuses qui faussent les adjudications. Ces accusations se tournent vers ceux qu’il appelle les « gros », ceux qui à force de corruption monopolisent les adjudications. « Il fallait que si les petits voulait travailler ils les reprennent d’eux souvent à moitié et au dessous de ce qu’ils les avaient vu délivrer. Quant on fit la montée de Viteaux et tous les autres ouvrages jusqu’ à Auxerre et sur toutes les autres routes les petits n’osèrent plus y toucher (...) sans oser rien dire parce qu’on faisait conduire en prison ceux qui voulait s’opiniâtrer (...) Quand on délivra la porte Saint-Pierre à Poyette pour 7000 livres il donna des mémoires d’augmentation qui montait plus haut que le prix principal il fut toujours trouver des échevins honnêtes mais le nombre en est trop peu considérable la pluralité des voie l’emporte15 ». Il rappelle qu’il n’a pas voulu se prêter à ces pratiques : « on ne lui reproche rien que de n’avoir pas été traitable parce qu’il n’a jamais voulu se prêter à aucune infamie et à plusieurs monopoles qui lui ont été proposés ». Il est vrai qu’il apparaît dans la liste des compagnies légitimes pour enchérir sur les ouvrages de la Province associé à l’architecte-entrepreneur Edme Verniquet mais cependant, les États font rarement appel à lui, au profit de Machureau ou Duleu qui sont ouvertement cités dans son texte. Les autorités provinciales prennent tardivement en compte ces pratiques frauduleuses et tentent vers la fin du siècle de réglementer les adjudications. Dans leur délibération du 27 novembre 177116, les élus des États constatent « que lors des adjudications qui se font par-devant nous il pouvait arriver que plusieurs compagnies d’entrepreneurs se réunissent pour enchérir d’autant moins sur le prix des ouvrages que quelques-uns d’entre eux se céderoient les entreprises moyennant des rétributions illégitimes ; que même ils sous-marchanderaient à des ouvriers subalternes les ouvrages dont ils seraient chargé, ce qui serait préjudiciable à la Province ». Ils défendent donc « à tous entrepreneurs de former aucune association secrète », « de faire aucune convention écrites ni tacite pour appréciés entre eux les ouvrages ou en faire des distributions frauduleuses avant ni après adjudication » et demande à ce que les compagnies ne soient formées à l’avenir que de gens de l’art et du métier ».

  • 17 ADCO C 3808.

10À la période où Joseph Taisand exerce à Dijon, la communauté des entrepreneurs doit faire face à la recrudescence du travail clandestin. Les « faux ouvriers » très bien organisés tiennent des assemblées, ont des compagnons travaillant sous leurs ordres, délibèrent, se cotisent et cause de nombreuses pertes de chantiers à la corporation. Les divers recours contre le chef de cette « cabale » sont des échecs et les entrepreneurs dijonnais doivent composer avec cette main d’œuvre bon marché qui tire les contrats vers le bas. L’évolution défavorable de la conjoncture économique aggrave encore cette situation. Par économie, la Province supprime la fonction d’architecte des États en 1776, estimant que les ingénieurs et sous-ingénieurs peuvent exercer cette fonction17 (le cas échéant, les États n’auront qu’à employer ponc­tuellement un architecte). Les inégalités soulevées par Taisand et la frilosité grandissante des États, entraînent une méfiance grandissante des entrepreneurs. Elle transparaît dans les Anecdotes sur les chantiers de charité où Taisand voit d’un mauvais œil la concurrence de ces chantiers et fait part à l’Intendant de l’oisiveté et de l’incapacité des ouvriers qui y sont employés. De même, à la veille de la Révolution, la corporation se voit dans l’obligation de prendre des mesures protectionnistes. Elle décide, vu le manque d’ouvrages, d’interdire aux particuliers d’employer des entrepreneurs et maçons étrangers à la ville.

11En outre, les métiers du bâtiment sont confrontés à une forte précarité due aux aléas propres à ce type de chantiers : saisonnalité, intempéries, accidents...Taisand évoque ainsi dans sa supplique le terrible sinistre intervenu dans son habitation en 1757. Bien qu’à plusieurs reprises il avait réclamé un hangar approprié pour mettre à l’abris des intempéries les décors de fêtes municipales et provinciales, la municipalité ne lui en obtint pas la possibilité et lui propose de poursuivre ses activités à son domicile. Il doit donc entreposer chez lui la poudre pour illuminer ces compositions. Suite à la négligence d’un de ses ouvriers un incendie éclat et détruit l’ensemble de l’immeuble. Son épouse périt dans les flammes.

  • 18 ADCO 4E2/1368.
  • 19 ADCO 4E2/1375.

12Les économies de Taisand sont aussi mises à mal par de nombreux procès. L’entreprenariat est en effet souvent montré du doigt pour ses retards, ses malfaçons, ses dépenses hors devis....qui mènent les professionnels du bâtiment devant les instances judiciaires. Cependant, la personnalité de Taisand n’est pas totalement étrangère à cette situation économique. D’un caractère très procédurier, il déclare avoir intenté « 36 procès pour défendre son honneur et ses intérêts ». Il a notamment des problèmes avec ses associés de l’entretien des pavés qui selon lui ne fournissent pas un travail satisfaisant. Les Bénédictins entament également un procès contre lui mettant en cause ses devis et travaux réalisés à la nouvelle aile du couvent. Les divers recours et expertises feront courir les procédures plus de 3 ans après son décès. Aussi, notre entrepreneur se retrouve, à la fin de sa vie, criblé de dettes. Ainsi, le 5 août 1781, « étant dans l’incapacité de satisfaire Messieurs ses créanciers il les a convoqués pour la proposition d’abandon volontaire de tout son mobilier à l’exception néanmoins de ses habits et de ceux de sa femme et de ses enfants et des meubles qui sont dans son domicile18 ». Les créanciers acceptent et la vente aux enchères est proclamée le 22 décembre 178219.

  • 20 C. Lamarre, L’hôpital de Dijon au xviiie siècle, Langres, 2004, p. 148.
  • 21 C. Lamarre, op cit, p. 126.
  • 22 BMD Ms 1192.

13Taisand attribue comme cause principale de sa faillite, ses accidents et ses maladies qui « l’ont empêcher de vaquer à ses affaires et ses entreprises qui était et qui ont été considérables. Il fallait les faires conduire et veiller par d’autres. Les ouvriers, les domestiques le volaient et souvent les préposés était de concert avec eux, joint à cela la dépense que les remèdes, les chirurgiens, les médecins lui ont compté pendant presque 29 ans qui lui dépensait tous ce qu’il gagnait et avait gagné ». Souvent évoqués dans les demandes de modérations d’impôts, accidents ou maladies, grèvent les activités de tout artisan, mais les métiers du bâtiment y sont plus sensibles. La dangerosité du métier est en effet très importante. Les tailleurs de pierre meurent plus précocement que les autres artisans. Parmi les 65 tailleurs de pierre dont nous possédons l’âge de décès, 20 sont morts entre 30 et 40 ans et 8 à moins de 30. La moyenne d’âge au décès est de 46,9 ans dans cette profession alors qu’elle est de 61,5 ans chez les orfèvres par exemple. Christine Lamarre remarquait, à ce propos, dans son étude sur l’Hôpital Général de Dijon que les malades accueillis sont très jeunes et souvent issus des métiers du bâtiment20. De même, ces métiers qui sollicitent de fortes capacités physiques « usent » prématurément les individus qui, ne pouvant plus travailler, ont recours à la charité publique. Les vieillards issus du bâtiment constituent à eux seuls 16 % des vieillards recueillis à l’Hôpital21. Joseph Taisand rappelle la dangerosité des métiers de la construction à l’Intendant Amelot dans ses Anecdotes sur les différents chantiers de charité. « Je luy dit que quand il s’était avensé [dans les carrières], le dessus se roulait et écrasait tout les ouvrié qui se trouvait dessous, que ceux qui n’était pas tué tout à fait, qui n’avait que les jenbe, les cuise et les brea cassé venait à la charge de l’opital le reste de leur jours. On perd bon ouvriers qui reste très longtemps à se former à tirer la pierre, qui est le métié le plus fatiguen de tous les métié. Il semble, et il n’y a pas à en douter, que c’est la providence qui les enardi à s’exposer comme ils le font après tout les acciden qui tue leur confrère ou qui les extropie pour le reste de leur jours souz leur ieux22 ».

14Ces conditions d’exercice nécessitent donc l’établissement de stratégies économiques pour lutter contre ces divers risques de pertes de revenus. Taisand, comme d’autres entrepreneurs de la ville, choisi la pluriactivité.

Les multiples activités de Joseph Taisand

  • 23 AMD I 36.
  • 24 AMD I 44.
  • 25 ADCO C 3337. 27.

15Taisand doit pour se démarquer de ses puissants concurrents ajouter d’autres cordes à son arc. En plus de ses activités de construction, il est artificier. Dans son texte, il déclare être artificier du roi et de la Province. Si ici, il se pare d’un titre qu’il ne possède pas, il en exerce réellement les fonctions. Il aurait appris le métier d’artificier avec un maître parisien venu travailler à Dijon. Son activité est avérée dès 1744 et il est aidé dans cette tâche par un membre de l’Académie des Sciences, l’abbé Fabarel. Il apparaît d’abord comme fournisseur de poudre notamment pour les tirs de canon en l’honneur de divers personnages comme en 1754 pour le Vicomte de Saulx-Tavannes ou en 1765 pour l’entrée du maréchal de France Clermont Tonnerre23. Mais il conçoit également des feux d’artifice pour diverses festivités comme la Saint-Jean24, les entrées du prince de Condé ou en 1752 pour la fête de la convalescence de Monseigneur le Dauphin25. Il n’omet pas de faire valoir à la ville qu’il lui fait économiser de l’argent et évite la venue d’un artificier parisien. Il est effectivement le seul à manipuler l’artifice dans la ville jusqu’en 1757. Il rappelle que de nombreux gentilshommes amateurs exerçaient également l’artifice, mais à la suite des incendies intervenus dans leurs domiciles, ils lui ont tous vendus leurs stocks. Cependant, dès 1760, Cuny puis Virey apparaissent comme artificiers. C’est que de graves circonstances, évoquées dans sa supplique, expliquent l’arrêt de l’activité d’artificier de Taisand. Lors de la préparation d’un décor de fête l’entrepreneur est victime d’un grave accident : à cause d’une bourrasque de vent il chute de l’arc de triomphe sur lequel il installait les feux. Il eu le grand trochanter brisé, sept contusions à la tête et vingt deux sur le reste du corps. Autre fait encore plus marquant, la mort de sa première femme dans l’incendie de son entrepôt de poudre évoqué ci-dessus.

  • 26 In octavo imprimé à Dijon chez Louis-Nicolas Frantin, 1777 (BMD L 51361).

16Afin de compenser les pertes de revenus dues à ces tragiques événements, il s’engage alors dans une nouvelle activité pour laquelle il n’a pas de concurrent direct à Dijon. Taisand se fait marchand en utilisant à la fois ses savoirs techniques et ses capacités financières. Accidents et maladies ont par ailleurs diminué ses capacités physiques et il choisi alors les activités commerciales moins harassantes. Il construit et installe d’abord une tuilerie au faubourg Saint-Nicolas. Il n’existait pas d’entreprise de ce type à Dijon même. Il cherche ainsi à diversifier ses revenus mais aussi à maîtriser ses coûts de production en assurant lui même la fabrication d’une partie de ses matières premières. Toutefois, le plâtrier François Nogaret, un de ses collaborateur sur le chantier de Saint-Bénigne, lui reproche dans son traité Observations sur l’emploi de la brique, du carreau, de la tuile et du plâtre dans la construction des bâtiments26, de vendre bien trop cher des tuiles ou carreaux que l’on peut trouver de meilleure qualité et moins onéreuses à quelques lieues de Dijon. L’état actuel des recherches ne permet pas toutefois de conclure à la réussite de la tuilerie (qualité de sa production, prix, écoulement des marchandises), qui a la mort de Taisand sera reconvertie en atelier d’ornements en terre cuite.

  • 27 Avis, Affiches et Annonces de Dijon, BMD Mic 104, annonce du 1er avril 1777.

17C’est pourtant la pratique de prix bas que Taisand ne manque pas de rappeler à propos de sa deuxième activité annexe : la production et la vente de chaux. Il diversifie ainsi sa production tout en amortissant les frais de construction de la tuilerie. Il ne manque pas de vanter la qualité de sa marchandise dans une annonce publicitaire passée dans les Avis, Affiches et Annonces de Dijon : « On sait combien la rareté et la cherté des bois ont insufflé sur le prix de la chaux qui est double aujourd’hui de ce qu’il étoit il y a 40 ou 50 ans. On sait encore que dans le temps des travaux de la campagne pendant les fenaisons et les moissons, il est très difficile de s’en procurer, ou de l’employer fusée et de mauvaise qualité, inconvénients qui résultent nécessairement des intempéries de l’air, dans les fours bâtis proche ou au milieu des bois. D’après ces considérations le sieur Taisand entrepreneur, à cru rendre service au Public, s’il lui procuroit en tout temps et à bon prix de la chaux non fusée et de meilleure qualité que celle dont on fait usage. Il y a réussi et vient d’en cuire 200 queues dans le four de sa tuilerie établie faubourg Saint-Nicolas. Son magasin peut devenir celui du public, qui s’y adressera sans doute avec d’autant plus de confiance qu’il paiera cette marchandise moins cher quoi que d’un plus sur usage27 ».

18D’autres entrepreneurs dijonnais, utilisent ces activités commerciales pour contrôler les prix des matières premières. On trouve entre autre de nombreux entrepreneurs marchands de bois. Jean Bellevaut, installe une manufacture de pierres polies dans la région de Comblanchien. Cependant, certains choisissent des commerces plus éloignés de leurs activités principales, commerces ayant comme unique but une rentabilité rapide comme le négoce du vin.

19Notre entrepreneur est exempté d’impôts à cause de ses fonctions de canonnier au château. Il exerce bien entendu cette activité du fait de ses capacités techniques liée à sa formation d’artificier mais nous possédons de nombreux autres exemples d’artisans d’art pratiquant des activités de surveillance et de défense (sergent du guet, portier, soldat ou garde au château). Ces activités ne demandant pas de compétences particulières sont particulièrement appréciées car elles exonèrent d’impôts.

20Enfin, de nombreux entrepreneurs dijonnais sont également rentiers. Si, nous ne possédons pas de données pour tous les membres de cette profession, il est avéré qu’au moins 35 % sont propriétaires. Nous ne sommes plus ici dans une pluriactivité de survie mais les revenus de la terre ou d’autres investissements ne sont pas négligeables dans les stratégies d’accroissement des profits mise en place par ces professionnels. Le foncier, à la différence des entreprises de bâtiment, à en outre l’avantage de nécessité une mise de fonds propres moindre, caractère non négligeable en période du hausse du prix des revenus la terre. On remarque encore une grande variété dans la nature de ces investissements refuges. Taisand possède à la fois des immeubles urbains en location et des domaines agricoles et viticoles. D’autres comme Jean-Baptiste Duleu investissent dans des auberges. Un certains nombres possèdent également des carrières avec toujours le même intérêt de contrôle du prix des matières premières.

  • 28 A. Poitrineau, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France. xviie-xviiie siècles, Paris, (...)

21Si Taisand cumule les accidents et autres infortunes, une partie de ses concurrents Jouissent des revenus importants – imposition, contrats de mariages et inventaires après décès en témoignent – sans pratiquer pas la pluriactivité, preuve qu’elle n’est pas une réponse systématique aux problèmes rencontrés dans la profession. La diversification reste une pratique très individuelle et n’intervient que dans des cas très précis. En autre, la pluriactivité dans les strates supérieures du bâtiment n’est en aucun cas comparable avec celle de certains maçons ou manouvriers (souvent poussés des campagnes pauvres vers les villes durant la morte saison), étudiés par Abel Poitrineau28, qui la pratique systématiquement pour assurer la survie de leurs familles.

22L’itinéraire de Joseph Taisand, est donc représentatif de la nécessité d’adaptation d’un professionnel aux besoins et aux nouvelles formes du marché et notamment d’une concurrence sans cesse accrue. Ces adaptations ne peuvent s’effectuer qu’au niveau individuel car s’il a été fait peu état dans cet exposé du rôle de la corporation, c’est que ses principes volent en éclats tout au long de la seconde moitié du siècle. Elle essaie tant bien que mal de préserver ses privilèges mais ne peut lutter, entre autre, contre les « faux ouvriers ». Les liens corporatifs se distendent et nombre de maîtres sont, par exemple, sans cesse rappelé à l’ordre pour cause d’absence aux assemblées. Le monde de la construction dijonnaise n’est donc plus régit par ces principes égalitaristes mais par l’individualisme et la concurrence qui obligent les maîtres à redéfinir leur place au sein de la société.

Haut de page

Notes

1 Archives municipales de Dijon, [désormais AMD] I 40.

2 C. Chédeau, Les arts à Dijon au xvie siècle : les débuts de la Renaissance (1494-1551), Aix-en-Provence, 1999.

3 H. Sambin, Oeuvre de la diversité des termes dont on use en architecture eduict en ordre, Lyon, 1572.

4 R. Carvais, La force du droit : contribution à la définition de l’entrepreneur parisien du bâtiment au xviiie siècle, dans Entreprises et entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics (xviiie-xixe siècles), Histoire économie et société, Paris, 1995, p. 151-152.

5 Pour la ville de Dijon : il est adjudicataire de la reconstruction de la maison de la petite Boucherie, de la maison du portier de la Porte de Bourbon, du rélargissement de la rampe du moulin de l’Ouche, de la couverture d’une partie du cours du Raines, de travaux aux murailles et portes de la ville et de la construction de casernes destinées au logement des invalides au bâtiment de Clairvaux.

6 AMD I 40.

7 Archives Départementales de la Côte-d’Or [désormais ADCO] 1H 136.

8 D. Dinet, Religion et société : les réguliers et la vie régionales dans les diocèses d’Auxerre, Langres et Dijon (fin xvie-fin xviiie siècle), Paris, 1999, p. 416.

9 Imprimé à Dijon en 1769, in 4o, Bibliothèque Municipale de Dijon [désormais BMD] 18256.

10 BMD, Ms 1192, Nathalie Ferron l’a retranscrit et publié dans son mémoire de maîtrise consacré à La corporation des architectes, entrepreneurs, tailleurs de pierre, maçons et paveurs à Dijon au xviiie siècle, maîtrise dirigée par B. Garnot, Dijon, 1998.

11 Pour l’adjudication de la Porte Guillaume, les propositions s’étalaient de 38000 à 42000 livres.

12 P. Bodineau, L’urbanisme dans la Bourgogne des Lumières, Dijon, 1986, p. 241.

13 ADCO C 3722.

14 P. Verley, Entreprises et entrepreneurs du xviiie siècle au début du xxe siècle, Paris, 1994, p. 10.

15 AMD I 40.

16 ADCO C 3722.

17 ADCO C 3808.

18 ADCO 4E2/1368.

19 ADCO 4E2/1375.

20 C. Lamarre, L’hôpital de Dijon au xviiie siècle, Langres, 2004, p. 148.

21 C. Lamarre, op cit, p. 126.

22 BMD Ms 1192.

23 AMD I 36.

24 AMD I 44.

25 ADCO C 3337. 27.

26 In octavo imprimé à Dijon chez Louis-Nicolas Frantin, 1777 (BMD L 51361).

27 Avis, Affiches et Annonces de Dijon, BMD Mic 104, annonce du 1er avril 1777.

28 A. Poitrineau, Remues d’hommes. Les migrations montagnardes en France. xviie-xviiie siècles, Paris, 1983.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Dubois, « La pluriactivité dans les métiers du bâtiment dijonnais : l’exemple de Joseph Taisand (1723-1785) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 165-171.

Référence électronique

Sylvie Dubois, « La pluriactivité dans les métiers du bâtiment dijonnais : l’exemple de Joseph Taisand (1723-1785) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2013, consulté le 19 août 2017. URL : http://mefrim.revues.org/602 ; DOI : 10.4000/mefrim.602

Haut de page

Auteur

Sylvie Dubois

sylvie.dubois1@club-internet.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org