Navegación – Mapa del sitio
Travail comme ressource

La pluriactivité des paysans parisiens au xvie siècle : signe de precarité ou d’aisance ?

The pluriactivity of Parisan peasants in the 16th century: an indication of insecurity or affluence?
Clément Gurvil
p. 155-163

Resúmenes

Au xvie siècle, les paysans marquent la ville de Paris tant par leur nombre que par leurs activités. Face aux bouleversements qui densifient l’espace urbain, ils s’adaptent et vont jusqu’à exercer une autre activité professionnelle. À côté de cette pluriactivité différée apparaît à l’œuvre une pluriactivité plus mouvante, épousant notamment la saisonnalité des activités agricoles. Question de survie pour une large partie des travailleurs de la terre pour lesquels l’entretien de leur famille nécessite l’apport d’un revenu complémentaire, la pluriactivité devient sécurité, voire investissement, pour quelques paysans disposant d’un capital fixe leur permettant de diversifier leurs affaires. Dans ce cas, le travail des épouses apporte à la fois un revenu supplémentaire et un débouché aux produits agricoles. Mais il demeure vital au sein des familles dont la situation économique est fragile.

Inicio de página

Texto completo

  • 1 J. de Roye, Journal connu sous le nom de Chronique scandaleuse, 1460-1483, II, Paris, 1896, p. 81.

1Au 4 janvier 1479, le chroniqueur Jean de Roye relate une anecdote intéressante à plus d’un titre : « Oudit an LXXVIII, le lundi devant les Roys, advint que plusieurs officiers du roy en son artillerie firent assortir une grosse bombarde, qui en ladicte annee avoit esté faicte à Tours, pour illec l’essaier et esprouver. Et fut acculee la gueule d’icelle aux champs devant la Bastille Sainct-Anthoine et la guelle d’icelle en tirant vers le pont de Charenton »1. L’essai attire la foule, mais le coup de canon ne donne pas les résultats escomptés : le canon explose, provoquant parmi les curieux amassés de nombreuses blessures et amputations ; le chroniqueur évoque d’ailleurs les bras et les jambes volant dans les airs.

2Outre l’aspect militaire et civil, le passage souligne une particularité de la ville de l’époque moderne, à savoir l’étroite imbrication de l’urbain et du rural. En l’occurrence, il témoigne de la présence de champs cultivés aux portes même de Paris. Ces champs reçoivent semences et labours des nombreux paysans qui peuplent la capitale et ses faubourgs. Ces paysans, pleinement parisiens, sont pour leur grande majorité des petites gens. Sans être miséreux, ils côtoient cependant plus facilement l’embarras que l’aisance. Il suffit que survienne la moindre difficulté économique ou plus dramatiquement une mauvaise récolte pour qu’une notable partie de la population agricole de la ville connaisse de graves difficultés pour vivre. Travailleurs de la terre, les paysans subissent le rythme répétitif des saisons qui implique pour eux l’alternance de moments d’intense labeur – du printemps à l’automne en passant par l’acmé estival – et de périodes plus calmes – les mois de l’hiver. Il n’est donc de fait pas étonnant de constater l’importance de la pluriactivité parmi ces citadins un peu particuliers, mais largement polyvalents.

3La pluriactivité implique, pour une personne, l’exercice de plusieurs activités rémunératrices. Elle n’est pas systématique, mais selon la population sur laquelle le projecteur est posé, elle représente un moyen très répandu de gagner sa vie. Dans le monde agricole de l’époque moderne par exemple, la monoactivité relève de la gageure. Par ailleurs, les gens vivent majoritairement au sein d’un ménage composé d’un nombre variable de membres. La pluriactivité d’un individu peut donc se fondre dans un ensemble plus grand facilitant la division du travail ou la diversification des tâches. Le caractère spécifique de tel ou tel métier permet aussi d’étaler plusieurs travaux en fonction des disponibilités. La répartition journalière ou annuelle des activités autorise ainsi une pluriactivité différée, même s’il reste bien évidemment possible, dans certains cas, d’associer deux travaux de manière simultanée. Enfin, la pluriactivité peut résulter d’un choix ou d’une contrainte : la diversification professionnelle, qui sanctionne la capacité des gens à se démultiplier, autrement dit qui révèle leur polyvalence, ou la nécessité, la survie économique ordonnant la pratique simultanée de diverses activités, représentent deux éléments opposés qui se rejoignent dans une pratique professionnelle polyactive.

  • 2 A. Croix, L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, 1993, p. 245-248.
  • 3 Ch. Cérino, A. Geistdoerfer, G. Le Bouëdec et al., (éd.), Entre terre et mer. Sociétés littorales e (...)

4L’importance de la pluriactivité est bien connue des historiens, et les travaux l’évoquant ne manquent pas. Par exemple, pour la Bretagne, citons l’étude d’Alain Croix – L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675 – dans laquelle surgissent les paysans-artisans, les paysans-pêcheurs et les paysans-marchands2 ; le colloque tenu à Lorient en 2002 sur les sociétés littorales et les pluriactivités3 ; et plus récemment la thèse de Morgane Vary sur l’Intégration sociale des populations marginales sur le littoral breton au xviiie siècle (2007), dans laquelle l’auteur souligne l’ampleur de la pluriactivité dans les usages quotidiens. Cela dit, les stratégies mises en œuvre par les gens, élaborées dans un contexte particulier et répondant à un objectif précis, restent encore dans l’ombre. Sans vouloir ni pouvoir apporter les éléments décisifs à cette problématique, nous entendons fournir une nouvelle pierre à l’édifice.

5Notre propos envisage en quoi la pluriactivité des paysans de Paris relève d’une diversification professionnelle qui sanctionne une stratégie réfléchie ou au contraire d’une nécessité subie. Afin de bien saisir l’importance de ce phénomène, nous présentons brièvement les cadres de l’existence de ce groupe social et les évolutions majeures qui les concernent. La pluriactivité professionnelle des agriculteurs parisiens est ensuite envisagée à partir de leur polyvalence qui apparaît comme un outil à double usage. Enfin, et dans la mesure où la pluriactivité ne résulte pas toujours d’une situation individuelle, mais au contraire d’un contexte familial spécifique, la dernière partie s’attache au travail des paysannes, qui contribue sans nul doute à maintenir à flot le ménage.

Des paysans dans un espace en mutation

  • 4 R. Abad, Le grand marché, Paris, 2002. Nous envisageons cette dimension, pour le xvie siècle, dans (...)
  • 5 J. Jacquart, Le poids démographique de Paris et de l’Île-de-France au xvie siècle, repris dans J. J (...)

6Les paysans de Paris vivent au rythme de l’agglomération. Intermédiaires privilégiés entre la ville et la campagne, ils font partie de ce « monstre démographique », selon l’expression heureuse de Bronislaw Geremek, qu’ils contribuent largement à approvisionner4. Selon les estimations proposées par Jean Jacquart, la population de la ville évolue, au cours du xvie siècle, de 150000 habitants vers 1500 à 300000 habitants vers 1600. Mais la croissance connaît des accidents, dont le plus grave intervient au cours des années 1589 et 1590, au moment des deux sièges consécutifs que subit la ville et qui aboutissent à une perte démographique très forte, la population parisienne se situant aux alentours de 200000 âmes au lendemain des blocus5. S’il reste très difficile de proposer un chiffre acceptable, la population agricole de la ville atteint certainement plusieurs milliers d’individus. Plus précisément, si l’on considère l’ensemble du siècle, les paysans forment une population beaucoup plus visible car quantitativement plus importante au début du règne de Louis XII qu’à la fin du règne du premier Bourbon.

7La croissance démographique de la population parisienne dans son ensemble explique la densification de l’espace parisien qui s’observe tout au long du siècle. Si les lotissements privés ont commencé à sortir de terre dès la fin du xve siècle, la décision royale de 1543 (édit de Sainte-Menehould) de se séparer des biens improductifs de la couronne a déclenché un mouvement qui ne fait que s’accélérer par la suite. Particuliers et institutions ecclésiastiques jouent alors la même partition, conduisant à la transformation de terres non bâties – et bien souvent agricoles – en de nouveaux lotissements dans lesquels les jardins endossent le rôle de pôle agricole de résistance. Le mouvement séculaire impose donc aux paysans de réagir à ces transformations paysagères radicales. Deux solutions s’offrent alors à eux : s’adapter pour rester, ou partir.

8La conjoncture économique évolue de concert avec la densification de l’urbanisation dans un sens fortement défavorable à la population paysanne de la ville. On en connaît les grandes articulations. En Île-de-France, la reprise économique des années 1450-1480 se poursuit jusque dans les années 1510-1520. L’ampleur du travail nécessaire favorise l’activité et le dynamisme des paysans qui, au vu de la demande, n’ont que l’embarras du choix. Après 1520, la situation se stabilise, les terres et les vignes ayant retrouvé un rythme normal de fonctionnement. La demande de main d’œuvre se restreint quelque peu, mais le contexte ne nuit pas encore aux travailleurs de la terre. En revanche, la décennie 1560 marque un retournement profond de la conjoncture qui voit l’horizon des agriculteurs s’assombrir petit à petit, le salaire réel chutant de manière vertigineuse. Le retour de l’embellie ne survient ensuite que dans les premières années du xviie siècle.

9La croissance démographique, la densification de l’urbanisation de l’espace parisien – la ville, les faubourgs et dans une moindre mesure la région des faubourgs – et la conjoncture économique déterminent l’évolution de la population paysanne de Paris. Cette dernière, composée de laboureurs, de vignerons, de jardiniers, de maraîchers et de manouvriers, connaît une véritable mutation que les archives, et tout particulièrement les minutes notariales, permettent de saisir. Au début du xvie siècle, les laboureurs prédominent largement, monopolisant le travail agricole et ne laissant que des miettes à de rares manouvriers. Mais plus les années passent, plus le tableau se complexifie. Les jardiniers-maraîchers apparaissent et se multiplient au point de dépasser les laboureurs dans la seconde moitié du siècle. Finalement, au seuil du xviie siècle, la population agricole de la capitale comprend essentiellement des jardiniers-maraîchers, suivis par une cohorte de manouvriers. Sans avoir totalement disparu, les laboureurs et les vignerons ne marquent plus que d’une légère empreinte le paysage urbain.

10Cette évolution générale explique l’importance de la pluriactivité au sein de la population agricole parisienne. Mais la relation au travail enregistre des variations significatives selon que l’on regarde telle ou telle partie du groupe social. La pluriactivité paysanne se lit ainsi comme la conséquence de deux stratégies différentes.

Une pluriactivité au double visage

  • 6 Archives nationales, Minutier central [désormais MC] liasse XIX étude 192, 8 décembre 1553.
  • 7 MC XIX 247, 11 décembre 1571.
  • 8 MC XIX 198, 26 avril 1555.
  • 9 MC XIX 199, 26 avril et 29 septembre 1555.
  • 10 MC XIX 209, 18 septembre 1558.
  • 11 MC XIX 296, 26 juin 1560.
  • 12 MC XIX 223, 22 octobre 1562.
  • 13 MC XIX 209, 18 septembre 1558

11La forte saisonnalité du travail de la terre nécessite, quand cela est possible, d’exercer un emploi complémentaire. C’est tout particulièrement vrai pour les laboureurs, les vignerons et les manouvriers dont la polyvalence s’oppose à la spécialisation des jardiniers et des maraîchers. D’ailleurs, l’activité de ces derniers étant à très forte valeur ajoutée, on ne les retrouve qu’en petit nombre dans une situation de diversification professionnelle. Prenons le cas de Claude Daniel. Entre le 8 décembre 15536, date à laquelle il apparaît pour la première fois, et le 11 décembre 15717, date à laquelle on le perd de vue, Claude Daniel apparaît dans dix-huit actes notariés différents. Il demeure dans le faubourg Saint-Antoine, mais change souvent de localité de résidence : principalement domicilié au pressoir Popincourt, on le retrouve au « petit Baffer » (en 1560, 1563, 1566 et 1567) puis à Reuilly (1571). Daniel apparaît le plus régulièrement en tant que laboureur, mais également aide maçon en 15558, manouvrier en 1555-15569, laboureur de vignes en 155810 et même jardinier en 156011. Ces dénominations révèlent-elles une pluriactivité agricole ou sanctionnent-elles au contraire une attitude pragmatique qui évolue en fonction des actes qu’il passe et de ses interlocuteurs ? À l’exception d’un acte conclu en 1562 avec un charpentier12, Claude Daniel s’entend le reste du temps avec un paysan des envions. Un seul acte pourrait attirer l’attention, à savoir un bail de septembre 1558 dans lequel Daniel, traitant avec le laboureur de vignes Claude Leblond, se déclare également laboureur de vignes13. Mais dans la mesure où l’objet du bail concerne une parcelle de terre et non une vigne, l’état professionnel de Daniel ne constitue pas un élément déterminant. Ainsi, le cas de ce paysan avant tout laboureur démontre sans ambiguïté l’extrême imbrication des métiers agricoles qui permettent une pluriactivité intense et continue.

12Qu’en est-il de l’ensemble du corpus documentaire que nous avons mobilisé ? Les minutes notariales dépouillées ont révélé 898 occurrences témoignant de quatre-vingt associations de métier. Quatre catégories d’associations ressortent.

13On découvre en premier lieu des combinaisons de métiers agricoles, de loin les plus fréquentes (56 % des associations), telles que laboureurs maraîchers (208 cas, particulièrement présents dans les décennies 1541-1560, mais repérables jusqu’en 1571-1580), jardiniers maraîchers (151 cas, en fort accroissement depuis la décennie 1521-1530 et bien présent par la suite), jardiniers laboureurs (108 cas, surtout observables entre 1531 et 1560, et beaucoup moins présents ensuite) ou encore laboureurs manouvriers (17 cas, pour lesquels les dernières mentions datent de la décennie 1551-1560). L’explication réside dans la proximité du travail des uns et des autres, qui s’exprime notamment par l’utilisation du même outillage agricole. Ainsi, les jardiniers et les maraîchers sont les mêmes hommes, travaillant soit dans les jardins, soit dans les marais de Paris, zone située dans l’ancien bras septentrional de la Seine qui suit les remparts de l’enceinte de « Charles V ».

  • 14 J.-M. Moriceau, Les fermiers de l’Île-de-France, Paris, 1994, p. 127-129.

14Une deuxième catégorie regroupe les combinaisons d’au moins un métier agricole et du terme « marchand » (215 cas). Elle renvoie sans nul doute principalement à la commercialisation de produits agricoles. Mais les dénominations professionnelles peuvent induire en erreur : être laboureur et marchand (90 % des associations de cette catégorie) ne signifie pas être marchand laboureur14. Vendre une gerbe de blé ne revient pas au même que commercialiser la récolte de dix hectares de cultures céréalières ! Cela dit, comme pour la catégorie précédente, cette double activité – de producteur et de vendeur – relève de la pure logique.

  • 15 Il décède en 1565. En août 1565, un acte notarié évoque ses enfants mineurs et sa veuve, Catherine (...)
  • 16 MC XIX 220, 21 mai 1561.

15La troisième catégorie rassemble les combinaisons d’au moins un métier agricole et d’un métier lié au travail de la terre : l’existence de paysans voituriers (45 cas), carriers (35), plâtriers (14), charretiers (7), maréchaux (6), arpenteurs (3), batteurs de plâtre (2) ou encore boulanger (1) sanctionne une pluriactivité professionnelle facilitée par la polyvalence de ces hommes. Être laboureur et carrier, manouvrier et voiturier, jardinier et maréchal permet de mobiliser ses instruments agricoles ou plus généralement ses outils de travail. Mais encore faut-il en posséder. Nous reviendrons sur ce point crucial bientôt. Pour l’heure, arrêtons-nous un instant sur le cas de Julien Périère. Cet homme apparaît à une vingtaine de reprises dans l’étude XIX du Minutier central au cours des années 1561-156515. Fils de Pierre Périère, laboureur et marchand plâtrier à la Croix-Faubin16, petit hameau du faubourg Saint-Antoine, Julien Périère, résidant peut-être chez son père, en tout cas à la Croix-Faubin, oscille lui aussi constamment entre le labourage et le commerce du plâtre, comme le montre clairement le tableau 1 qui recense toutes les occurrences retrouvées à son sujet. La période envisagée, relativement courte, a le mérite d’évacuer immédiatement l’existence d’une possible pluriactivité différée. Au contraire, les désignations professionnelles du paysan soulignent sa double activité simultanée, faite de labourage d’une part, de production et de commerce de plâtre d’autre part. Viable pendant six ans, cette situation s’arrête nette et Julien Périère disparaît du faubourg Saint-Antoine. Un déménagement, improbable mais toujours possible, ou une mort prématurée pourrait fournir une explication acceptable.

Tableau 1
DÉSIGNATIONS DE L’ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE DE JULIEN PÉRIÈRE ENTRE 1561 ET 1565

Tableau 1DÉSIGNATIONS DE L’ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE DE JULIEN PÉRIÈRE ENTRE 1561 ET 1565

16Une dernière catégorie englobe les associations non concernées par les précédents cas : on découvre ainsi vingt-cinq occurrences de paysans tonneliers, cinq cas de paysans bouchers, mais aussi un laboureur maçon, un laboureur ménestrel ou encore un manouvrier messager. La pluriactivité à l’œuvre ici ne correspond pas tout à fait à celle que nous venons de rencontrer. Elle procède d’une autre stratégie.

  • 17 AN, S 1971B, 9 janvier 1576.
  • 18 MC XIX 35, 10 mai 1511 et MC XIX 268, 23 mai 1544.
  • 19 MC XIX 80, 19 juillet 1537.
  • 20 MC III 7, 4 janvier 1532 nouveau style.

17Précisons aussi qu’avoir une double activité n’interdit pas d’exercer un troisième métier, ou du moins d’occuper une autre fonction. En 1576, Jean Tingaut, laboureur et maraîcher aux Porcherons, au nord-ouest de Paris, s’engage auprès des religieuses de Sainte-Opportune à entretenir la chambre de Justice et les Prisons localisées dans ladite maison et à garder les prisonniers17. En revanche, la désignation permanente d’un même métier peut dissimuler une activité professionnelle plus intense. Roger Sagaire constitue à cet égard un exemple éloquent. On le rencontre dans une trentaine d’actes s’échelonnant de 1511 à 1544, année au cours de laquelle a lieu son inventaire après décès18. Sagaire apparaît d’abord en tant que jardinier et laboureur, puis exclusivement jardinier et enfin jardinier ordinaire du roi, état qu’il conservera jusqu’à son décès. Cependant, son activité ne se résume pas, loin s’en faut, à des travaux d’horticulture. Jusqu’en 1537, Sagaire reste très attentif au marché de la terre et aux travaux agricoles. Locations et baux à rente se succèdent à un rythme soutenu. Durant cette période, il associe donc l’horticulture et l’agriculture. Et même s’il n’est pas toujours directement impliqué dans la production des fruits de la terre, il en tire des ressources certaines. À partir de 1537, l’homme s’intéresse de plus en plus aux carrières et passe des contrats de livraison de plâtre, de pierre et de moellon, dont 960 chariots « de plâtre cru de pierre » qu’il doit fournir à un marchand parisien entre le 20 juillet et le 19 novembre 153719. Une seconde association apparaît donc, combinant le travail au jardin et l’extraction de la pierre, sans que le labourage soit laissé de côté pour autant. De surcroît, il semble qu’il s’intéresse un temps à la cuniculiculture au moment où il fait creuser une fosse afin d’y installer des lapins20. Ainsi, en dépit d’une désignation dévoilant une simple mono-activité, l’exemple de Robert Sagaire montre une pluriactivité soutenue et diversifiée.

18Globalement, ces combinaisons de métier soulignent la logique professionnelle mise en œuvre par les travailleurs de la terre. Elles témoignent des capacités de chacun à gérer au mieux le calendrier agricole. Mais elles révèlent aussi une séparation qui existe entre les paysans qui disposent des moyens propres à faire élargir leurs activités et ceux qui n’ont que leur corps pour travailler. À cet égard, le capital d’exploitation détermine les conditions de possibilité d’une « pluriactivité de sécurité ». Les inventaires après décès permettent de se rendre compte que seule une petite partie des paysans parisiens est concernée.

  • 21 MC CVII 3, 9 avril 1555, et MC XIX 269, 7 avril 1541.
  • 22 MC CXXII 56, 8 mai 1533.

19Sur 271 inventaires après décès paysans retrouvés, couvrant la période allant de 1484 à 1613, seuls 95 mentionnent au moins un animal. Mais si on considère les animaux utiles en vue d’une diversification des revenus, il est clair que les volailles et les lapins n’ont pas la même valeur que les chevaux (81 trouvés chez 36 paysans), les ânes (52 chez 41 personnes), voire les bovins (42 chez 23 paysans). Ainsi, les paysans possédant des chevaux en grand nombre s’avèrent mieux armés pour faire fructifier leur potentiel de travail. Des hommes comme Thomas Bourgeoys ou Michel Lenfantin en font partie : avec respectivement onze et sept bêtes (soit respectivement un cheval pour 4,83 hectares et 1,02 hectare de terres cultivées), ces deux hommes peuvent se permettre d’entretenir d’autres affaires21. Bien sûr, il convient d’ajouter à ce cheptel vif un cheptel mort propre à utiliser la force des animaux. Les paysans les plus à l’aise ont ainsi tout un arsenal de véhicules facilitant les déplacements, à l’instar de Jean Duchesne dont les cinq chevaux peuvent tirer deux tombereaux et trois charrettes22. En tout, seuls 12 % des paysans dont l’inventaire a été retrouvé ont de tels véhicules (33 hommes se partagent 97 véhicules). De fait, il n’est pas étonnant de retrouver ces paysans en tant que carriers, plâtriers, voire voituriers (entre autres).

20Ces hommes se distinguent ainsi des paysans dont la situation économique précaire les oblige à s’engager ici et là en fonction des opportunités. Cultivant un lopin de terre trop petit pour subvenir à l’entretien de leur famille, ces hommes n’ont d’autre choix que la diversification professionnelle. Cette « pluriactivité de survie » concerne une grande partie des paysans, et tout particulièrement les laboureurs, les vignerons et les manouvriers (un seul jardinier a été retrouvé). On les retrouve dans des métiers de l’artisanat et de l’alimentation, mais aussi dans des emplois où la force physique prime (porteur ou crocheteur) ou encore des besognes plus ingrates (vidangeur de puits ou de fosse). À cet égard, le cas des paysans boueurs est suggestif.

  • 23 Passage cité par J.-P. Babelon, Paris au xvie siècle, Paris, 1986, p. 286.
  • 24 En 1542, le laboureur à la Croix-Faubin Pierre Lepreux passe contrat avec Jean Boullon, boulanger à (...)
  • 25 E. Coyecque, Recueil d’actes notariés relatifs à l’histoire de Paris et de ses environs au xvie siè (...)

21Les témoignages abondent qui soulignent cette calamité hygiénique et esthétique que sont les boues et immondices dans les rues des villes. En 1585, le Hollandais Arnold van Büchel juge que « Paris est très sale : certaines rues, bien que pavées, sont toujours couvertes de boues. L’odeur est si mauvaise que mes marines s’en étant imprégnées pendant trois jours, je cessai dès lors de rien sentir »23. Et pourtant, les autorités, le Parlement de Paris et les rois en tête, ont tenté d’améliorer la situation : une contribution hebdomadaire afin de couvrir les frais de nettoiement des rues est instaurée en 1506 et précisée en 1522. En 1539, 1554, 1563, les autorités s’alarment de la saleté des rues et renouvellent des ordonnances. En dépit d’un échec apparent, les études notariales conservent de nombreux marchés de vidange des boues, passés entre les commissaires – parfois des paysans24 – chargés annuellement de procéder à l’assainissement d’un quartier de la ville et des paysans parisiens. Le contrat dure la plupart du temps une année et concerne un espace limité : en 1526, Guillaume Brèchebourde, laboureur et voiturier par terre à Notre-Dame-des-Champs, s’engage à curer, hors de la porte Saint-Jacques, les rues des Tombes « et ses dependances [...] selon et ainsi que ladicte commission le porte, du jour que [lui] sera faict le commandement de faire ladicte wydange, jusques à ung an » ; il s’occupe également des mêmes lieux en 1528-152925.

  • 26 Le cas parisien se répète à l’envie, comme à Nantes où s’activent les charretier-éboueurs (A. Croix (...)
  • 27 Cité par J. Bourgeois-Gavardin, Les Boues de Paris sous l’Ancien Régime. Contribution à l’histoire (...)

22Mais cette activité manuelle difficile et dévoreuse de temps ne concerne pas seulement des paysans pour qui ce travail est vital. D’aucuns estiment cette occupation suffisamment bénéfique pour s’y adonner. On assiste alors à la rencontre complémentaire de la capacité de transport des paysans et du curage des rues urbaines26. En l’espèce, les boues représentent un engrais apprécié des paysans, conduisant soit à un gain net, les paysans boueurs gardant pour eux les boues ramassées, soit à un marché stipulant une livraison de tombereaux de boues : entre autres exemples du même type, en 1549, un contrat entre deux voituriers par terre et un jardinier de Saint-Marcel concerne une livraison de huit cents tombereaux de boues extraites des rues parisiennes27.

23Ainsi, le fait d’exercer une double, voire une triple activité, s’inscrit dans des orientations divergentes : pour les paysans les plus démunis, la survie impose de s’employer ailleurs, quelle que soit la besogne proposée ; pour les agriculteurs les mieux lotis, une diversification des affaires, déterminée en fonction des possibilités individuelles et des opportunités du moment, ne peut qu’apporter une sécurité supplémentaire en cas d’aléas climatiques. Il reste que l’économie paysanne urbaine ne s’appréhende qu’au regard des occupations professionnelles et rémunératrices remplies par les principaux membres du ménage. Le travail des femmes devient donc un élément de compréhension essentiel.

Le nécessaire travail des femmes

  • 28 O. Hufton, Le travail et la famille, dans N.Z. Davis et A. Farge (éd.), xvie-xviiie siècles, dans G (...)

24Membres à part entière du foyer au sein duquel se déroule une grande partie de leurs occupations quotidiennes, les paysannes participent pleinement à faire vivre le ménage. Pour un certain nombre, elles travaillent d’ailleurs avant de convoler en justes noces28. Mariée, la femme s’intègre dans une nouvelle cellule sociale, économique et fiscale. Son rôle dépend alors surtout des conditions d’existence courante de la communauté. Si les moyens dont dispose celle-ci assurent à la famille le nécessaire pour vivre sans chercher de revenus complémentaires, la femme pourra se concentrer sur les tâches ménagères ordinaires. Mais cela ne l’empêche pas d’exercer un métier particulier, établissant de fait une « pluriactivité de sécurité » au sein du ménage. En revanche, si la précarité l’emporte sur la stabilité, elle devra en plus s’enquérir d’une activité rémunérée indispensable, si possible dans une autre branche que celle de son époux, quitte à salarier modestement une jeune servante pour la remplacer au foyer. La distinction entre les tâches domestiques et le travail rémunéré contribue ainsi à déterminer la charge d’efforts que l’épouse doit fournir chaque jour.

  • 29 M. Lazare, Les aventures de Fémynie. Les femmes et la Renaissance, Paris, 2001, p. 109-133.
  • 30 S. Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, 2003, p. 99-148
  • 31 N. Dufournaud, Les femmes au travail dans les villes de Bretagne aux xvie et xviie siècles : approc (...)

25Essentiel, le travail des femmes reste cependant mal connu, mais les études abordant cette thématique se multiplient. Madeleine Lazare lui consacre un chapitre d’une petite trentaine de pages dans sa présentation des femmes à la Renaissance29. L’ouvrage de Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, consacré aux femmes à l’époque moderne, comprend de même un chapitre, plus étoffé, aux femmes au travail30. Plus récemment, Nicole Dufournaud a fait un point historiographique de la question et pointé les écueils que doivent surmonter les historiens qui se penchent sur la réalité du travail des femmes31. La grande concordance des développements de ces ouvrages montre que les connaissances générales sur le travail féminin reposent sur des bases solides. La difficulté réside désormais dans une appréhension plus fine de cet élément de l’économie familiale, et notamment sur l’ampleur de la pluriactivité mise en œuvre. En l’espèce, le cas des paysannes parisiennes résume en partie la situation, posant quelques certitudes, mais aussi beaucoup d’interrogations.

  • 32 MC LXXXVII 13, 5 avril 1551.

26La documentation que j’ai consultée m’a fourni trente-trois mentions d’activité professionnelle féminine. Restreint et de ce fait dissimulant largement la place des femmes dans les revenus paysans, ce corpus dresse un tableau cohérent. À l’exception de Barbe Tramblay, veuve du laboureur Gilles Cousin, « à present maistresse d’escole »32, cas unique relevant certainement de l’exceptionnel, trois types d’occupation ressortent, à savoir les métiers de maison comprenant notamment les métiers du textile, les métiers de la terre et les métiers du commerce.

  • 33 AN, Y 90, fol. 163 15 janvier 1545.

27Le travail à domicile, en tant que nourrice par exemple, facilite les choses, mais n’est pas toujours possible. Pour gagner quelque argent, il faut souvent sortir de chez soi : ainsi font les chambrières, les nourrices, les gardes-malades, les aides soignantes, voire les guérisseuses. Mais ces occupations semblent temporaires, comme l’atteste le cas de Guillemette Godette, femme de Macé Larmurier, manouvrier à Saint-Germaindes-Prés. Au début de l’année 1545, le couple donne une maison à Jean Vorse, avocat au Châtelet de Paris, « pour la bonne amour qu’ilz ont audit Vorse que ladicte femme a nourry de mamelle »33. Or s’il peut se prolonger quelques mois, l’allaitement ne dure qu’un temps, contraignant Godette à trouver un autre nourrisson à s’occuper ou une autre besogne. De fait, ces activités peuvent suffire, mais pas toujours. Il faut alors envisager une activité régulière et mieux rémunératrice.

  • 34 MC XIX 237, 9 juin 1566.

28Les métiers du textile figurent en bonne place parmi les paysannes. Les femmes des paysans parisiens exercent en nombre les métiers de couturière (en linge, en bonnets), mais aussi de lessiveuse. Pour ce dernier cas, prenons l’exemple de Fremyne Mangot, femme du manouvrier Jean de Saint-Christophe. En 1566, Mangot prend en location, pour quatre ans, une place « en l’eau pour mettre et asseoir dix selles à laver lessives avec leurs planches et hayons sur le bord de la riviere de Seine au long et joignant les grands degrés au-dessous du pont Saint-Michel »34. À l’évidence, au sein du couple, la femme représente l’élément stable du revenu du foyer alors que Saint-Christophe doit dénicher au coup par coup un travail sans nul doute peu rétribué. De surcroît, elle apparaît comme un véritable chef d’entreprise, sous-louant certainement à d’autres personnes quelques-uns des emplacements qu’elle loue.

  • 35 MC XXXIV 132 v., 18 mai 1600.
  • 36 R.L. de Lespinasse, Les Métiers et corporations de la ville de Paris. Recueils, statuts, règlements (...)

29Les métiers de la terre et du commerce apparaissent de manière inégale. Les premiers sont peu représentés, avec une jardinière et quatre maraîchères. Le travail en famille (c’est le cas de Jeanne Jacquelin qui appartient à une famille de maîtres jardiniers reconnue35) ou un veuvage (la corporation des maîtres jardiniers reconnaît aux veuves de maîtres, sous condition, de pouvoir continuer l’activité de leur défunt mari36) expliquent cette situation, d’autant plus dans cette activité spécialisée qu’est le jardinage. Mais on comprend bien que dans ce cas de figure, la famille ne demeure pas à l’abri d’un aléa climatique malvenu.

  • 37 Francesco Gregory d’Ierni, Paris en 1596, éd. G. Raynaud, dans Bulletin de la société de l’histoire (...)
  • 38 MC XIX 79, 14 novembre 1537.
  • 39 MC XIX 267, 7 novembre 1537.

30À cet égard, les métiers du commerce apparaissent comme un moyen efficace de conjuguer les efforts dans un même domaine, tout en bénéficiant de la sécurité qu’offre ce type de pluriactivité familiale. Les marchandes publiques jouent ce rôle, leur activité complétant celle de leurs maris. Dans sa relation de voyage à Paris qu’il effectue en 1596, Francesco d’Ierni met d’ailleurs l’accent sur le rôle des femmes dans la vie quotidienne. Tout particulièrement, il écrit que les « femmes plus que les hommes traitent les affaires »37. Alors que les paysans sont au champ ou au jardin, les femmes tiennent la boutique, endossant le costume de la marchande publique. Le couple formé par le laboureur et vigneron Georges Ferre et Gillette Courbet (dont le premier mari, Pierre Hardy, était maître maçon et tailleur de pierre38) constitue un bon exemple de cette pratique. L’inventaire après décès de Courbet, rédigé à l’automne 1537, révèle une activité commerciale de marchande beurrière : une cave aux beurres, deux places pour vendre du beurre, un stock de plus de 3500 livres de beurre à vendre montrent l’étendue de l’affaire florissante de l’épouse et, vue l’ampleur des dettes actives qu’elle détient, une insertion professionnelle réussie39.

31La paysanne parisienne occupe ainsi plusieurs charges. Aux activités domestiques, elle peut ajouter une activité rémunérée qu’elle exerce chez elle ou à l’extérieur du domicile. Par rapport à son mari, et comme l’a souligné Scarlett Beauvalet-Boutouyrie, elle apparaît ici comme une collaboratrice permanente, là en tant que travailleuse besognant sous le contrôle de son époux, ailleurs comme une travailleuse indépendante exerçant la plénitude des responsabilités qui s’imposent. En tout état de cause, dans la majeure partie des situations, le travail des paysannes parisiennes relève de la pluriactivité. Seule varie l’importance respective du travail domestique et de l’activité professionnelle rémunérée.

***

32En définitive, qu’il s’agisse d’une « pluriactivité de sécurité » ou d’une « pluriactivité de survie », les ménages paysans parisiens n’ont généralement pas le choix. Cela dit, en replaçant une dernière fois ce phénomène de polyvalence sur l’ensemble du siècle, on perçoit un double mouvement significatif. D’une part, la fréquence des indications d’une double activité professionnelle tend à diminuer au fil des décennies. Il faut certainement y voir la diminution progressive du nombre de laboureurs et de manouvriers et la montée en puissance, concomitante, des jardiniers-maraîchers dont la spécialisation poussée et la forte valeur ajoutée de la production n’entraînent pas le besoin d’une diversification des affaires. D’autre part, les mises en apprentissage dans les métiers de l’artisanat s’accroissent fortement et sont principalement le fait des laboureurs, des vignerons et des manouvriers qui espèrent offrir une vie meilleure à leur progéniture. La diminution apparente de la pluriactivité révèle alors le rétrécissement de la population agricole de Paris.

Inicio de página

Notas

1 J. de Roye, Journal connu sous le nom de Chronique scandaleuse, 1460-1483, II, Paris, 1896, p. 81.

2 A. Croix, L’âge d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, 1993, p. 245-248.

3 Ch. Cérino, A. Geistdoerfer, G. Le Bouëdec et al., (éd.), Entre terre et mer. Sociétés littorales et pluriactivités (xve-xxe siècle). Actes du colloque tenu à l’Université de Bretagne Sud-Lorient, 2002, Rennes, 2004.

4 R. Abad, Le grand marché, Paris, 2002. Nous envisageons cette dimension, pour le xvie siècle, dans une large partie de notre thèse dont une version remaniée et raccourcie est parue en 2010 aux éditions Honoré Champion.

5 J. Jacquart, Le poids démographique de Paris et de l’Île-de-France au xvie siècle, repris dans J. Jacquart, Paris et l’Île-de-France au temps des paysans (xvie-xviie siècles), Paris, 1990, p. 230-235.

6 Archives nationales, Minutier central [désormais MC] liasse XIX étude 192, 8 décembre 1553.

7 MC XIX 247, 11 décembre 1571.

8 MC XIX 198, 26 avril 1555.

9 MC XIX 199, 26 avril et 29 septembre 1555.

10 MC XIX 209, 18 septembre 1558.

11 MC XIX 296, 26 juin 1560.

12 MC XIX 223, 22 octobre 1562.

13 MC XIX 209, 18 septembre 1558

14 J.-M. Moriceau, Les fermiers de l’Île-de-France, Paris, 1994, p. 127-129.

15 Il décède en 1565. En août 1565, un acte notarié évoque ses enfants mineurs et sa veuve, Catherine Lefaulcheur (MC XIX 234, 28 août 1565).

16 MC XIX 220, 21 mai 1561.

17 AN, S 1971B, 9 janvier 1576.

18 MC XIX 35, 10 mai 1511 et MC XIX 268, 23 mai 1544.

19 MC XIX 80, 19 juillet 1537.

20 MC III 7, 4 janvier 1532 nouveau style.

21 MC CVII 3, 9 avril 1555, et MC XIX 269, 7 avril 1541.

22 MC CXXII 56, 8 mai 1533.

23 Passage cité par J.-P. Babelon, Paris au xvie siècle, Paris, 1986, p. 286.

24 En 1542, le laboureur à la Croix-Faubin Pierre Lepreux passe contrat avec Jean Boullon, boulanger à Conflans, et lui prête un tombereau garni de ses roues ferrées et de ses limons afin de l’aider dans son travail (MC XIX 161, 14 juillet 1542).

25 E. Coyecque, Recueil d’actes notariés relatifs à l’histoire de Paris et de ses environs au xvie siècle, Paris, 1905 : 9 avril 1526 (no 617) et 16 avril 1528 (no 887).

26 Le cas parisien se répète à l’envie, comme à Nantes où s’activent les charretier-éboueurs (A. Croix, La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie, la mort, la foi, II, Paris, 1981, p. 787-788).

27 Cité par J. Bourgeois-Gavardin, Les Boues de Paris sous l’Ancien Régime. Contribution à l’histoire du nettoiement urbain aux xviie et xviiie siècles, thèse manuscrite de doctorat de troisième cycle dirigée par E. Le Roy Ladurie, Paris, 1985, p. 20.

28 O. Hufton, Le travail et la famille, dans N.Z. Davis et A. Farge (éd.), xvie-xviiie siècles, dans G. Duby et M. Perrot (dir.), Histoire des femmes en Occident, III, Paris, 1991, p. 29.

29 M. Lazare, Les aventures de Fémynie. Les femmes et la Renaissance, Paris, 2001, p. 109-133.

30 S. Beauvalet-Boutouyrie, Les femmes à l’époque moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, 2003, p. 99-148.

31 N. Dufournaud, Les femmes au travail dans les villes de Bretagne aux xvie et xviie siècles : approches méthodologiques, dans Annales de la Bretagne et des Pays de l’Ouest, 114-3, 2007, p. 43-66.

32 MC LXXXVII 13, 5 avril 1551.

33 AN, Y 90, fol. 163 15 janvier 1545.

34 MC XIX 237, 9 juin 1566.

35 MC XXXIV 132 v., 18 mai 1600.

36 R.L. de Lespinasse, Les Métiers et corporations de la ville de Paris. Recueils, statuts, règlements depuis le xiiie siècle jusqu’à la fin du xviiie siècle, I, Les métiers de l’alimentation, Paris, 1886, p. 703-709 (articles 9 à 11).

37 Francesco Gregory d’Ierni, Paris en 1596, éd. G. Raynaud, dans Bulletin de la société de l’histoire de Paris et de l’Île-de-France, 12, 1885, p. 166.

38 MC XIX 79, 14 novembre 1537.

39 MC XIX 267, 7 novembre 1537.

Inicio de página

Índice de ilustraciones

Título Tableau 1DÉSIGNATIONS DE L’ACTIVITÉ PROFESSIONNELLE DE JULIEN PÉRIÈRE ENTRE 1561 ET 1565
Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Clément Gurvil, « La pluriactivité des paysans parisiens au xvie siècle : signe de precarité ou d’aisance ? », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 155-163.

Referencia electrónica

Clément Gurvil, « La pluriactivité des paysans parisiens au xvie siècle : signe de precarité ou d’aisance ? », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En línea], 123-1 | 2011, Publicado el 12 marzo 2013, consultado el 24 septiembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/601 ; DOI : 10.4000/mefrim.601

Inicio de página

Derechos de autor

© École française de Rome

Inicio de página
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org