Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

La plasticité du travail comme ressource dans les petites villes du midi pyrénéen au xviiie siècle

Work flexibility as a ressource in the small towns of the southern Pyrenees
Jean-Michel Minovez
p. 143-154

Résumés

Dans la France méridionale, la pauvreté des sols et des richesses naturelles fait que les hommes n’ont d’autres ressources que le fruit de leur « industrie ». Une des conséquences en est la plasticité plus ou moins marquée du travail. Toutes les couches de la société sont concernées. Les classes supérieures cumulent plusieurs fonctions, comme les petits marchands. La modestie du milieu artisanal transforme les valets et les compagnons en ouvriers saisonniers très mobiles professionnellement et géographiquement, alors que les maîtres pratiquent souvent des activités complémentaires à leur métier principal, tout comme les laboureurs. Ainsi, artisans et laboureurs des petites villes pratiquent largement la pluriactivité, par la diversification du travail urbain fondé sur l’exercice d’un métier complété par celui de fabricant dans la proto-industrie lainière urbaine et, surtout, par un partage entre travail industriel et travail rural, comme les brassiers et journaliers.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 C’est-à-dire, le fruit de leur travail.

1Dans la France méridionale, la pauvreté des sols et des richesses naturelles fait que les hommes n’ont d’autres ressources que le fruit de leur « industrie »1. On doit ce constat récurrent aux divers commis et officiers des institutions d’Etat ; évaluant les potentialités économiques des territoires dont ils ont la charge, ils constatent leur faiblesse et la modestie des revenus qu’elles engendrent pour le plus grand nombre. Cela a des effets aux deux extrémités de la société : favoriser une pauvreté endémique et limiter l’émergence d’une élite sociale fortunée pouvant prétendre vivre « noblement ». Pour ces raisons, le travail est une ressource largement partagée dans presque toutes les couches de la société des petites villes du Midi français de la seconde modernité.

2Pourtant, le travail n’est pas aisé à étudier car il repose sur une grande liberté d’entreprendre : les corporations sont absentes, l’accès au métier passe rarement par l’apprentissage, les maîtres sont d’abord des donneurs d’ouvrages et les compagnons sont peu nombreux et très mobiles géographiquement et professionnellement. En outre, l’image est troublée par l’existence d’une forte population paysanne vivant en ville, souvent liée à une dynamique proto-industrie textile. Enfin, les classes dominantes offrent une image plus complexe que celle d’un monde vivant sans travailler.

3Les sources pour tenter d’en connaître les structures sont éclatées et parfois pauvres en informations. Le Midi ne dispose que d’un faible nombre d’inventaires après-décès, les sources fiscales – ne concernant que les chefs de familles – mentionnent rarement les professions des individus. Lorsqu’elles apparaissent elles ne sont qu’indicatives d’une activité à la teneur d’abord identitaire, négligeant presque toujours la pluralité de statuts : tel paysan vendant un peu de bois et diverses marchandises ne se fait-il pas appeler « trafiquant », tel autre réduit à la condition de brassier ne se présente-t-il pas comme « laboureur » ? Tenter d’approcher la complexité du travail revient à mobiliser toutes les sources disponibles en les croisant pour tenter d’obtenir l’image la moins déformée possible du réel. L’analyse des rapports des divers commis et officiers des institutions de l’Etat, celle des sources fiscales (registres de la capitation, compoix, enregistrement des actes, déclarations de succession), leur croisement entre-elles puis avec les sources notariales (obligations, actes de vente, contrats d’apprentissage et de mariage), nous permettent de déceler une organisation du travail bien plus complexe que ne le laisse entrevoir la prise en compte isolée d’une source.

4Afin de disposer d’une homogénéité de résultats, il a été choisi de porter l’attention sur un espace géographique se situant entre Toulouse au Nord, vallées de la Garonne et de l’Ariège, à l’Ouest et à l’Est, et Pyrénées au Sud. Afin de faciliter le raisonnement, on abordera successivement les groupes formés par les gens de métiers et les marchands, le monde paysan urbain, la proto-industrie qui y est liée, pour terminer par l’analyse des officiers et des praticiens. En dépassant les catégories, il s’agira de tenter de révéler les formes du travail dans leur pluralité, leur caractère parfois informel et temporaire. La démarche ainsi envisagée doit permettre de révéler la forte mobilité professionnelle sur des temps courts et le caractère largement répandu de la pluriactivité qui est loin d’être réservée au seul monde paysan. On choisira pour cela d’ancrer le propos au xviiie, siècle au cours duquel ces mécanismes se révèlent pleinement.

Gens de métiers et marchands

  • 2 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, Paris, 1974, (...)

5La richesse de la composition sociale des petites villes, l’importance relative des revenus qui y est liée, favorise le développement d’un artisanat de service. Il trouve à l’intérieur des petites villes une population suffisamment nombreuse et aisée, bénéficie, en outre, d’une clientèle résultant de la domination de la ville sur les campagnes, les petits villages et les bourgs environnants. L’artisanat des villes offre une image assez banale de diversité de métiers qu’il serait oiseux de détailler puisqu’elle rappelle ce que l’on peut observer ailleurs. Connaître la structure de la population est, en revanche, essentiel mais complexe. Ainsi, l’analyse du monde des artisans a posé bien des problèmes à Georges Frêche ; dans sa thèse monumentale, traitant de l’ensemble de la société de « Midi-Pyrénées », il s’appesantit très légitiment sur l’analyse fouillée des classes supérieures urbaines et du monde paysan ; en revanche, il ignore presque totalement le monde des artisans qu’il n’aborde que sous l’aspect très restrictif des salaires2. La difficulté réside dans la capacité à identifier les gens de métier et leur différents statuts au sein des petites villes, où les glissements d’un métier à l’autre sont nombreux, où les métiers ne sont pas organisés, rendant particulièrement difficile la distinction entre maître et compagnon. Ainsi, les sources fiscales font généralement référence au métier lui-même pour désigner le contribuable ; il est question de potier, de tisserand, de tailleur, de forgeron, de maréchal, de serrurier, etc., sans autre mention. On trouve parfois, pour les meuniers, la mention de « valets », mais d’une manière bien marginale.

  • 3 Archives départementales de la Haute-Garonne (désormais ADHG), C 1983, Enquête sur la capitation du (...)
  • 4 ADHG, 3 E 24.956, Contrat de mariage, 1788.
  • 5 K. Amiel, Marchands de laine, marchands d’étoffes en Comminges et Nébouzan au xviiie siècle, Mémoir (...)

6L’enquête sur la capitation du diocèse de Rieux de 1734 nous éclaire un peu sur cette situation3. La majorité des artisans travaille souvent seule dans les ateliers, parfois avec l’aide d’un ou plusieurs apprentis, plus rarement avec un ou plusieurs compagnons saisonniers. Les maîtres sont le plus souvent dénommés par le nom de leur spécialité ; le terme « maître » apparaît rarement dans les registres des sources fiscales alors qu’on le rencontre fréquemment dans les registres notariés ; on trouve aussi parfois le terme de « patron », comme pour Jean Cazaux de Labarthe-de-Rivière qui est dit « patron tisserand »4. Ce qui caractérise l’artisan, c’est d’abord la possession d’un atelier et/ou d’une boutique qui le sédentarise au moins partiellement ; citons à titre d’exemple Bertrand Mauvesin maître charpentier à Miramont, Jean Dorignac, maître sellier et Jean-Louis Bergougna, maître boulanger, tous deux à Saint-Gaudens, Gabriel Carde, charpentier à Valentine, Thomas Abadie, maître maçon à Pointis-Inard5.

  • 6 ADHG, 3 E 24.956, Contrat d’apprentissage, 7 mars 1754.

7Leurs ouvriers sont parfois repérables dans les archives notariales où ils apparaissent sous les mêmes vocables que le maître mais sont parfois différenciés par l’emploi du mot « ouvrier », plus rarement par celui de « garçon », « compagnon » ou « valet ». Qu’ils soient apprentis ou ouvriers, il s’agit d’abord de jeunes gens : enfant ou jeunes adultes. Les différences de statuts ne paraissent pas très marquées ; ainsi, entre un apprenti et un ouvrier, seul l’âge semble les distinguer dans bien des cas. En effet, les apprentis sont souvent des enfants embauchés sans paiement de l’apprentissage. Ils sont donc des ouvriers mais plus jeunes que ceux dénommés de cette manière. C’est le cas de Pierre Aviraignet de Lespiteau qui est embauché par Dominique Save, tisserand de Valentine, qui « promet d’enseigner audit Aviraignet le métier de tisserand et lui montrer à faire des cadis et rases, de le nourrir à sa table, de le loger dans sa maison et de le blanchir »6.

  • 7 M. Dufaur, L’élection de Comminges à la fin de l’Ancien Régime, Aspet, 1987, t. 2, p. 509.
  • 8 A. Sarramon, Les paroisses du diocèse de Comminges en 1786, Paris, 1968.
  • 9 J.-M. Minovez, La puissance du Midi. Les draperies de Colbert à la Révolution, Rennes, (à paraître (...)
  • 10 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées... cit., p. 387-389 ; A. Dufaur, L’élection de Commi (...)
  • 11 Les Pyrénées centrales ne représentent pas une région de départs importants d’artisans aux xviie, x (...)

8En dehors des zones de spécialisation, la main-d’œuvre salariée paraît extrêmement mobile, ce qui conduit certains auteurs à conclure au caractère secondaire de l’activité artisanale pour cette population d’abord tournée vers le travail paysan7. Incontestablement, les déclarations des communautés le prouvent, la mobilité professionnelle est importante pour cette plèbe ouvrière8. La pluriactivité accentue le phénomène, y compris pour les fonctions nécessitant des savoir-faire complexes ; ainsi, dans le Comté de Foix, les apprêteurs sont saisonniers9. La plasticité du travail touche aussi à la mobilité géographique de ces ouvriers qui courent d’un donneur d’ouvrage à l’autre (qu’il soit maître artisan ou simple particulier). Tel est le cas des tailleurs, charrons, tonneliers, scieurs de long, et de biens d’autres, qui s’installent là où ils sont embauchés, le temps d’effectuer une tache, pour partir, le travail accompli, vers un autre lieu. Ces ouvriers là – car ils sont bien ouvriers, ne possédant pas la matière première qu’ils travaillent et étant payés à façon – échappent largement à l’enregistrement dans les sources fiscales. Seules les archives notariales permettent de les identifier ; mais elles ne permettent pas d’évaluer l’ampleur du phénomène, trop d’embauches étant négociées oralement. Enfin, notons qu’au nord, les Pyrénéens quittent les régions de la zone axiale et du piémont pour la plaine, et surtout pour l’Espagne qui, encore au xviiie siècle, offre des conditions de vie plus avantageuses10. À cette époque, l’émigration est essentiellement saisonnière et dure de six à neuf mois. Le prolétariat agricole occupe une place prépondérante dans les départs ; les artisans y sont aussi bien représentés11.

  • 12 J.-M. Minovez, Société des villes, société des champs en Midi toulousain sous l’Ancien Régime, Aspe (...)
  • 13 P. Poujade, Une société marchande. Le commerce et ses acteurs dans les Pyrénées modernes, Toulouse, (...)
  • 14 ADHG, C 1925, Enquête sur la capitation du diocèse de Rieux, 1744.
  • 15 ADHG, 3 E 25.000, Obligation, 29 janvier 1789.
  • 16 ADHG, 3 E 27.641, Contrat de mariage, 6 février 1768.
  • 17 ADHG, 3 E 25.000, Obligation, 22 juin 1787.

9La mobilité observable chez les artisans est présente aussi dans le monde des marchands : mobilité géographique, surtout pour quelques grands négociants installés en Espagne ou à Bayonne, mobilité professionnelle avant tout pour les petits commerçants locaux. Le monde des marchands est encore plus divers que celui des artisans et la mobilité est la plus forte chez les plus petits, souvent dénommés « trafiquants ». Petits marchands ne tenant pas boutique, spécialisés ou non, ils disposent de peu de trésorerie et leur horizon commercial est limité. Ils sont très sensibles aux aléas de la conjoncture. Certains pratiquent donc une double activité qui n’a pas toujours de liens avec le commerce. Ainsi, en 1750, dans le diocèse de Rieux, près de 7 % des trafiquants pratiquent une double activité, combinant commerce et artisanat, comme « trafiquant et hôte », « trafiquant et tisseur », « trafiquant et chaussetier », « trafiquant et radelier », « trafiquant et voiturier », « trafiquant et boulanger »12. Cette même diversité est observable en Pays de Foix dans le dernier tiers du xviie siècle où l’on recense des marchands-blanchers, marchands-chaudronniers, marchandschaussetiers, marchands-bonnetiers, marchands-orfèvres, marchands-peigneurs, marchands-ferriers13. Mais beaucoup de ces trafiquants sont avant tout des paysans qui profitent d’opportunités pour se lancer ponctuellement dans le commerce, spécialisé ou non. C’est le cas en 1744, dans le diocèse de Rieux, où plusieurs dizaines d’entre eux se livrent au commerce du bois entre les Pré-Pyrénées et Toulouse14. On retrouve le même phénomène dans la région de Saint-Gaudens où Jean dit Couret, d’abord brassier à Valentine, puis métayer dans cette ville en 1785, est trafiquant à Aspret en 178915. Il en est de même de Louis Bascans qui est dit marchand dans son acte de mariage et brassier dans son contrat de mariage ; la dot de son épouse n’est que de 200 livres et ses parents, incapables de fournir un apport, ne s’engagent que sur une somme de 400 livres à percevoir après leur décès16, confirmant l’appartenance de Louis Bascans à cette masse des petits marchands qui alternent emploi agricole et commerce. Le choix de cette double appartenance est souvent motivé par l’absence d’activité productive complémentaire qui pousse les paysans à adopter le statut de colporteur ou de trafiquant ; c’est le cas de Jean-François Soulé puis de son fils François à Pauilhac en Vallée d’Aure où il n’y a « ni commerce, ni industrie »17.

  • 18 ADHG, 4 E 2293, Acte de mariage, 1er janvier 1769.
  • 19 ADHG, 3 E 24.942, Contrat de mariage, 4 septembre 1750.
  • 20 K. Amiel, Marchands de laine, marchands d’étoffes... cit., p. 92-93, p. 134, p. 168.
  • 21 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées... cit., p. 487.
  • 22 ADHG, 2 E 1828, Délibération de la communauté, 30 mars 1779.

10Si la masse des commerçants de la région sont des gens modestes et des boutiquiers, une minorité d’entre eux forme la part la plus importante des classes supérieures des petites villes. Au cours du xviiie siècle, quelques négociants en gros, spécialisés ou non, ont su profiter de la proximité de zones de spécialisation productive fortement exportatrices et/ou de la situation de leur ville sur un axe majeur de circulation d’un produit spécifique ; de gros négociants se spécialisent, par exemple, dans le commerce du fer en Pays de Foix, dans celui de la laine et des étoffes en Comminges et Nébouzan, ou encore des mules un peu partout dans les Pyrénées. Si un certain nombre d’entre eux est issu du monde paysan comme Louis Bascans18, si l’on trouve aussi quelques ascendances dans le milieu de la fabrique avec, par exemple, Pierre Montaut dont le père, Jean, était tisserand, le milieu marchand paraît faiblement mobile. Sont marchands les fils de marchands. Ainsi, les Saux de Valentine le sont depuis au moins trois générations19. Cela est encore plus marqué pour les négociants. L’explication réside dans la capacité à accumuler assez de capital pour assurer une trésorerie suffisante et des biens immobiliers susceptibles d’être gagés pour assoir les emprunts. Leur puissance financière en fait les créanciers principaux des sociétés dans lesquelles ils évoluent, on le verra. Ils intègrent alors pleinement le cercle étroit des élites par la constitution de domaines fonciers, des mariages valorisants, voire l’achat de seigneuries, nuançant ainsi l’image d’un milieu fortement homogame et endogame. Ainsi, Duran, l’un des plus importants marchands du Comminges au milieu du xviiie siècle, donne naissance à un négociant et aussi à Jean-Gabriel, avocat au parlement qui se marie à Marie-Jeanne Lapène, fille de Jean, négociant. Son fils, Jean-Marie Gabriel, est négociant en 1793 lorsqu’il épouse Julie-Marie Lauvergnat, fille de l’ancien inspecteur des manufactures de la généralité d’Auch, alors que sa fille, Jeanne-Jacquette, se marie au négociant saint-gaudinois Pierre Fondas en 178820. L’enrichissement par le commerce et le prêt à intérêt les conduit à acheter beaucoup de terres. Les plus prisées sont les terres nobles, exemptées de la taille et qui donnent parfois un titre seigneurial ; c’est le cas de Gaudens Pegot et de Jean Lapène, tous deux négociants de Saint-Gaudens qui acquièrent, l’un la métairie noble de Blavin, l’autre celle de Saint-Martin dont il se dit seigneur. Plus important encore est le cas de la famille Estremé, enrichie par le commerce des mules avec l’Espagne. Jean acquiert, le 26 juillet 1761, la seigneurie de Villeneuve-de-Rivière au « très haut et très puissant seigneur Emeric François de Durfort, comte de Civrac et de dame Marie-Françoise Pardailhan de Gondrin d’Antin son épouse petite-fille de la marquise de Montespan »21. Aucun de ces négociants ne renonce pour autant à son travail d’origine. Terres et seigneuries ne font qu’ajouter à la diversité des revenus qui composent leurs fortunes. Ils se montrent d’ailleurs soucieux de ne rien en perdre ; ainsi Jean Estrémé assigne en justice Ribis, marchand de Villeneuve-de-Rivière, pour obtenir sa condamnation au paiement des lods et ventes du four acquis par lui sur le sieur Jeannet Martin22.

Paysans des villes, paysans en ville

  • 23 P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, 1960, p. 258.
  • 24 J.-P. Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle, Paris, 1983.

11La petite ville est aussi un espace où le monde paysan a sa place, participant de l’absence de coupure entre environnement urbain et rural, où la vie agricole occupe une place importante. Dans sa thèse pionnière, Pierre Goubert avait montré comment une ville moyenne comme Beauvais « conservait dans son aspect même plus d’un trait campagnard », le dixième de la population appartenant au monde des travailleurs des campagnes23. De la même manière, Jean-Pierre Poussou a souvent insisté sur la médiocrité de densité urbaine du Sud-Ouest, donnant aux petites villes une place importante, très liée au milieu agricole, au point que les évolutions des campagnes et des villes étaient étroitement partagées24.

  • 25 J. Sentou, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse sous la Révolution, Toulouse, 1969, p. 389 et p.  (...)
  • 26 ADHG, 3 E 24.999, Obligation, 7 février 1785
  • 27 ADHG, 3 E 24.998, Obligation, 18 avril 1782.

12Les villes de notre zone d’étude, quelle que soit leur taille, ont pour caractéristique de posséder une superficie importante qui se traduit par une présence non négligeable de foncier agricole. Même Toulouse se trouve dans ce cas et son gardiage est constitué d’un vaste terroir agricole ; ainsi, beaucoup de Toulousains non exploitants résidant en ville y possèdent des biens fonciers, d’autres sont des exploitants agricoles et vivent sur leurs terres ; enfin, il existe toute une série de salariés agricoles (brassiers, laboureurs, ouvriers agricoles, manouvriers et même bergers) qui travaillent pour les propriétaires petits et grands, se repliant sur les jardins en période de chômage2525. La situation n’est guère différente pour les villes de la région, Saint-Gaudens ou Montesquieu en sont de belles illustrations ; la plasticité du travail y est telle qu’elle rend la définition de catégories peu probante. Ainsi, à la fin du xviiie siècle, Jean Villeneuve dit Couret, habitant micro-propriétaire de Valentine, est métayer de Jean Baric, curé de Valentine. Le 7 février 1785, Couret et son fils Joseph, brassier à Valentine, obtiennent un prêt en argent pour l’achat d’une paire de bœufs. Il s’agit là des bases d’un attelage pour le labour. Or, le cheptel vif est fourni dans le contrat de métayage et les brassiers n’apportent, en général, que leur force de travail. Comment interpréter alors cet achat ? Un agriculteur disposant d’une surface agricole insuffisante pour nourrir sa famille cherche à s’employer comme métayer ou comme brassier. Il ne renonce pas pour autant à exploiter ses biens propres. Cela nécessite de disposer pour cela du cheptel vif et d’un train de culture suffisant. L’achat d’une paire de bœuf répond à cet objectif. Couret et son fils peuvent alors labourer leurs biens propres, comme ceux qu’ils louent ; Joseph a aussi la possibilité de proposer ses sevices à d’autres propriétaires ne disposant pas du nombre suffisant d’attelages pour leur exploitation. Ainsi, Couret et son fils sont à la fois salariés et exploitants de biens dont ils sont propriétaires ou qu’ils louent. Leur statut est donc multiple et évolue au gré des mutations contractuelles saisonnières26. Nombreux sont alors les paysans dont les dénominations changent sur des temps courts. Beaucoup sont alternativement mentionnés comme métayers et brassiers. Ainsi, Jean Castex de Labarthe-Inard ou Grégoire Vinsonneau de Villeneuve-de-Rivière apparaissent comme brassiers au début des années 1780 ; en 1782, ils sont métayers de Paul Lormant, un négociant de Valentine27. On a souvent assimilé ce fait à la négligence des rédacteurs d’actes et de rôle. En réalité, l’évolution des statuts professionnels sur des temps courts l’explique au moins tout autant.

  • 28 M. Dufaur, L’élection de Comminges . . . cit., p. 512-513 ; G. Frêche, Toulouse et la région Midi-P (...)
  • 29 J. Sentou, Les fortunes dans les campagnes toulousaines sous la Révolution française (1719-1789), d (...)
  • 30 J.-M. Minovez, Société des villes, société des champs... cit., p. 39-45.
  • 31 Ibid., p. 76.
  • 32 Au milieu du xviiie siècle, c’est le cas, par exemple, de Guillaume Penent, François Faure, Jacques (...)
  • 33 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées... cit., p. 560-563.
  • 34 ADHG, 3 E 24.971, Vente, 13 août 1789.
  • 35 ADHG, 3 E 24.950, Constitution de rente, 20 septembre 1759.

13Les villes ont donc une population paysanne importante en rapport avec l’étendue de leur terroir agricole. Etre paysan habitant d’une ville signifie-t-il pour autant résider en ville ? La faiblesse des revenus ou des salaires confine souvent les paysans les plus modestes dans la condition de brassier plus ou moins misérable. Les exemples commingeois le montrent bien28. La situation n’est guère différente dans les campagnes toulousaines29. Cette modestie de la propriété paysanne s’observe aussi pour le diocèse de Rieux au milieu du xviiie siècle30. Elle démontre une tendance structurelle séculaire qui n’est pas sans conséquence sur la répartition spatiale des paysans. Incapables de s’installer sur les terres qu’ils travaillent, beaucoup d’entre eux vivent alors dans les villes et les bourgs, dans des maisons de louage ; ainsi, à Montesquieu-Volvestre, en 1701, plus de 70 % des brassiers et journaliers habitent « en ville », près de 25 % logent dans des maisons de villages dépendant du consulat montesquivien et seuls 6 % sont dits résider « hors de la ville »31. Cette structure accroît très sensiblement la part qui relève du travail temporaire et du travail informel au sein de la population urbaine. La ville accueille les populations agricoles aux activités les plus plastiques alors que la zone rurale environnante est habitée majoritairement par les exploitants agricoles, qu’ils soient propriétaires ou non. Ainsi, les plus aisés d’entre eux, dotés de patrimoines similaires aux marchands, logent dans de grandes maisons rurales avec leurs valets de labour et servantes32. Les paysans non exploitants résident majoritairement en ville. Ils y sont même de plus en plus nombreux. En effet, le xviiie siècle représente une période de dégradation du salaire réel qui conduit à un endettement croisant des micro-propriétaires et à l’éviction de la propriété foncière, son corolaire33. Les archives notariales du Comminges regorgent d’obligations concernant les petits paysans. Dans une logique de survie, ils empruntent de la nourriture ou les sommes pour en acquérir. Ils gagent pour cela leurs maigres biens fonciers et rarement leur maison urbaine, car sa perte signifierait la réduction à l’état de vagabond. Souvent incapables de rembourser leur créancier, ils cèdent leur bien comme Mathieu et Jacques Reulet, vendeurs d’une pièce de terre labourable pour 150 livres à Jacques Foix, marchand de Saint-Gaudens34. Toutefois, les créanciers ne réclament pas forcément le paiement des obligations et la vente des terres n’est pas toujours inéluctable. Une partie des dettes est consolidée. Ainsi, Simon Aviraignet constitue une rente au denier vingt sur une somme de 180 livres dont le débiteur est Pierre Mauvesin, laboureur de Rieucazé35. Ce type de formalisation est toutefois peu répandu et conduit à penser qu’une pratique non contractualisé du paiement du seul intérêt de la dette a pu occuper une place plus importante dans la seconde moitié du xviiie siècle.

La proto-industrie est aussi urbaine

  • 36 ADHG, 3 E 24.999, Obligation, 28 juin 1785.
  • 37 ADHG, 3 E 24.938, Vente, 30 septembre 1745.

14La précarité du monde agricole a poussé nombre de paysans à chercher des activités complémentaires aux travaux des champs en développant la pluriactivité. Dans les Pyrénées centrales et la plaine qui les sépare de Toulouse, une importante industrie de la draperie s’est implantée. La majorité des pluriactifs est représentée par une plèbe de petits paysans massivement endettés, contractant des obligations dans une contrainte dominante de survie. Leur endettement consiste en emprunts destinés à rembourser des dettes, acheter les moyens de subsistance ou payer une dot. La majorité des prêts porte sur des sommes d’argent et des produits (grains le plus souvent) « pour [assurer la] subsistance ». C’est le cas, par exemple, de Bertrand Suberville à Villeneuve-de-Rivière qui reçoit du négociant Jean-Joseph Lafforgue une valeur de 560 livres « pour argent prêté et fourniture en grains pour sa subsistance et celle de sa famille »36. Les obligations sont contractées grâce aux garanties qu’offrent les rares biens des tisserands (petites maisons, quelques lopins de terre). Elles aboutissent bien souvent à leur cession ; les petits travailleurs du textile et les laboureurs modestes (souvent pluriactifs dans le textile) sont les principaux vendeurs de biens immobiliers au xviiie siècle dans l’élection de Comminges et les Etats du Nébouzan, surtout au profit des marchands. C’est le cas de François Pignon, tisserand de Saint-Médard, qui vend pour 142 livres de terres labourables à Jean Baruteau, marchand de Castillon, pour rembourser « des dettes » contractées à l’égard d’Alexandre de Méribens, sieur de Villeneuve-de-Rivière37. Ainsi, ces micro-propriétaires ou brassiers sans terre n’ont d’autres choix que de chercher une activité complémentaire aux travaux des champs. Sans moyens financiers et souvent endettés, ils sont bien incapables d’acquérir les matières premières nécessaires au cycle de production. Ils forment alors la masse des ouvriers-paysans du textile.

  • 38 ADHG, 3 E 25.000, Obligation, 16 août 1788.
  • 39 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ? 1661-1914, Paris, 1997, p. 173.
  • 40 Les sources fiscales ne font jamais mention des enfants et les femmes y apparaissent peu ; elles so (...)
  • 41 ADHG, 3 E 24.994, Obligation, 24 août 1771.
  • 42 ADHG, 3 E 24.994, Obligation, 2 juin 1771.
  • 43 ADHG, 3 E 25.001, Contrat de location, 22 janvier 1790.
  • 44 ADHG, 1 L 646, Tableau des marchands [...], canton de Saint-Gaudens, 23 pluviôse an 7.

15Alors que le monde des ouvriers-paysans offre une image sociale assez homogène, celui des donneurs d’ouvrage est, au contraire, très hétérogène. Les plus modestes sont représentés par les fabricants du Kaufsystem. Comme leurs ouvriers, ils sont des paysans pluriactifs, même si les sources les identifient alternativement comme « laboureur », « tisserand » ou encore « fabricant ». Ce qui les caractérise, c’est la possession de biens immobiliers et mobiliers et une capacité d’endettement supérieurs aux ouvriers-paysans ; cette condition sociale leur permet d’assumer les coûts relatifs au tissage d’une ou plusieurs pièces d’étoffe. Les archives notariales permettent de repérer des actes très répétitifs attestant d’une pratique très répandue chez les « laboureurs » qui consiste à acheter aux marchands locaux une petite quantité de laine suffisante pour tisser une ou plusieurs pièces d’étoffes, ce qui fait d’eux des fabricants. Jean Ladrix en représente une bonne illustration ; fabricant d’Ancizan en vallée d’Aure, il achète à crédit à Bertrand Bascans, négociant de Valentine, et à Jean Cazaux dit « Mouneau », marchand de Labarthe-de-Rivière, pour plus de 436 livres pour des fournitures et de la laine38. C’est la même pratique qu’on repère à Montesquieu où toute une société est atteinte d’une « démangeaison » de produire des tissus en période de forte demande ; en effet, forgerons, voituriers, tisserands et « quelques ouvriers de premier rang », se lancent dans la production indépendante ; pour cela, ils obtiennent des marchands de laine, sous la caution de leurs vignes et de leurs champs, quelques balles nécessaires à leur entreprise39. Les fabricants sont presque toujours des hommes, mais l’entreprise est souvent une affaire familiale40 ; l’épouse est engagée dans l’exercice du métier et financièrement impliquée ; ainsi, Françoise Giret, femme de Jean Cazaux dit « Chinchin », tisserand de Labarthe-de-Rivière, se porte acquéreur à crédit de plus de 129 livres de fournitures et de laine « pour l’entretien du commerce dudit Cazaux »41. Jeanne-Marie Bize, avec son époux Pierre Grand, laboureur à Labarthe-de-Rivière, achète à crédit pour plus de 231 livres de laine à Bernard Jean Morel, négociant à Saint-Gaudens42. En 1751, chaque fabricant du Comminges languedocien a en moyenne moins de quatre métiers en sa possession. Etant financièrement et techniquement incapables de contrôler les foulons, les ateliers d’apprêts et les rares teintureries, ils vendent la majorité de leur production en blanc aux marchands. Certains font procéder à la teinture et aux apprêts dans le pays, comme Duran négociant à Saint-Gaudens qui, en 1782, teint les cadis qu’il achète au marché de Saint-Gaudens. Il recourt aux quelques maîtres indépendants du territoire. Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, l’endettement des fabricants et les difficultés de remboursement semblent s’accroître ; certains ne sont plus capables d’acquérir l’outil de production. On voit alors des facturiers contraints de le louer comme Paul Adoue à Valentine qui reçoit de Bertrand Bascans, négociant de la même ville, quatre métiers à tisser les cadis, un ourdissoir, le tout estimé à seulement 60 livres43. La modestie de la somme montre à quel point les fabricants ont peu de marges de manœuvres financières. On comprend aussi pourquoi les marchands de l’inspection des manufactures de Saint-Gaudens se transforment, pour partie, en marchand faisant fabriquer44. Ils pallient ainsi les insuffisances des facturiers mais les réduisent en même temps à l’état de prolétaire.

  • 45 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain... cit., passim.

16Malgré tout, le Kaufsystem continue de dominer dans le Midi pyrénéen ; le Verlagsystem l’emporte seulement dans le territoire des petites draperies du Volvestre. À Montesquieu, moins de trente marchands-fabricants contrôlent l’activité dans la deuxième moitié du xviiie siècle. Contrairement aux fabricants du Kaufsystem, ils sont rarement pluriactifs et représentent une des premières formes du capitalisme industriel ; ils organisent le travail des manufactures, résident en ville, où ils ont bureaux, boutiques et ateliers d’apprêts, négocient les produits finis ou semi-finis sur les marchés régionaux. Ils emploient pour cela un ensemble très varié de paysans-ouvriers, improprement dénommés « artisans » dans certaines sources fiscales. Ils recourent aussi à des façonniers pour les opérations lourdes en immobilisations ; ils ne possèdent que rarement les moulins foulons (à l’exception des Boué à Montesquieu) et leurs ateliers et leurs ateliers de teinture ne permettent que de teindre en petit teint. En cinquante ans, les plus importants marchands-fabricants ont développé, par autofinancement, la concentration verticale de leur activité, en particulier les familles Boué, Alard, Chourre et Sévène. Leurs profits capitalistes ont aussi servi à développer leur patrimoine foncier inexistant ou très faible avant leur entrée dans l’industrie, ajoutant au travail de manufacturier le statut très rémunérateur de rentier du sol. Ainsi, à Montesquieu, où on ne trouve que 665 propriétaires fonciers en 1791 pour une population de plus de 3 440 habitants en 1790, neuf marchands-fabricants se classent parmi les quarante plus grands possédants : Pierre Chourre (13e), François Boué (14e), Jean Nouguiez (15e), Jean Chourre (16e), Raymond Sévène (18e), Bernard Fauré (19e), André Massip (27e), François Fortané (34e) et François Alard (37e). Les niveaux de fortune atteints ne sont en rien comparables à ceux des plus grands négociants commingeois, mais ils préparent quand même le changement de statut qui voit, sous l’Empire puis la monarchie censitaire, les industriels les plus importants de Montesquieu devenir des rentiers du sol45.

  • 46 J.-M. Minovez, Les manufactures royales de draps fins du Midi toulousain et leurs entrepreneurs au (...)

17Quelques rares marchands-fabricants parviennent toutefois à se hisser à un niveau de contrôle économique et financier similaire à celui des grands négociants ; c’est le cas de la famille Marcassus. Tout commence en 1711 lorsque le marchand toulousain Jean Marcassus reprend la manufacture de la Terrasse dans la ville de Carbonne. Il est d’abord un grand négociant qui traite au mieux l’achat des matières premières : laines et drogues nécessaires à la teinture et aux apprêts qu’il achète lui-même ou par l’intermédiaire d’associés et de commissionnaires. Entreposées dans un premier temps dans sa maison toulousaine, elles sont ensuite acheminées dans les ateliers de ses manufactures (La Terrasse dans le diocèse de Rieux et Auterive dans le diocèse de Toulouse à partir de 1726) ou distribuées à ses ouvriers façonniers ou bien revendues à d’autres fabricants dans un but purement spéculatif. Marcassus regroupe dans la manufacture de La Terrasse les outils et ustensiles nécessaires à la production textile : chaudière à dégraisser, chaudières et cuves pour la teinture, ateliers d’apprêts, un foulon à trois battants. S’y ajoutent six petites maisons où Marcassus loge une partie de ses ouvriers, et une maison plus importante destinée au directeur technique de l’établissement. En tout, 150 employés habitent dans les bâtiments de la protofabrique. Seule une partie du filage et l’essentiel du tissage s’effectuent à l’extérieur des locaux. La négociation des draps semble incomber au sieur Roussel de Saint-Chinian qui dispose d’un établissement à Marseille en association avec Jean Marcassus ; l’essentiel des ventes des draps fins prend la route de Constantinople et de Smyrne par l’intermédiaire des négociants de Marseille, alors qu’une partie gagne aussi Pondichéry et probablement Chandernagor, Bassorah et les ports chinois via Lorient ou Bordeaux. Mise à part la mauvaise décennie 1780, les Marcassus ont dominé la production française de draps de grande finesse destinée au Levant, assurant en moyenne un quart des ventes jusqu’en 1780, talonnés ensuite par Montolieu et Pennautier. Cette réussite a permis à Jean Marcassus d’être élu capitoul en 1721, d’être anobli, de prendre les titres d’écuyer, de seigneur puis de baron de Puymaurin, du nom de la terre acquise en 1713, de devenir consul de la bourse des marchands de Toulouse et syndic général de la Province de Languedoc. Il obtient l’érection de ses deux établissements en manufactures royales en 1736. À sa mort, son fils Nicolas-Joseph lui succède et poursuit son œuvre. C’est sous sa direction que la Terrasse et Auterive atteignent leur plus grand développement. Parallèlement, il achète de nombreux domaines dans la région toulousaine et devient un des notables les plus riches de la région. En même temps, il est un des personnages les plus influents de la province de Languedoc. Il voyage beaucoup, intègre les académies de Marseille, Montpellier et Nîmes. Il parcourt notamment l’Italie, développant son goût pour la peinture, la musique et l’art en général que la remarquable collection d’objets constituée au long de sa vie vient attester. De retour à Toulouse, il est un des premiers associés de l’Académie de peinture, sculpture et architecture de la ville dont il rédige les statuts en compagnie de Mondran. Il est aussi un membre éminent de l’Académie des sciences dont il a gravi les échelons pour atteindre les titres de directeur en 1747 et de vice-président en 1764. À sa mort en 1791, son fils Jean-Pierre Casimir prend la suite mais ne parvient pas à éviter leur fermeture en 1789 et 180646.

Officiers et praticiens

  • 47 Y. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, 1715-1780, Paris, 1974.
  • 48 Les Sers de Mauzac, les Despinas, seigneur de Cardonne, les Descat, seigneur de Gouteversisse, les (...)
  • 49 Comme le baron de Saint-Elix, capitaine de dragons au régiment d’Orléans, ou Joseph de Lartigue, se (...)
  • 50 J.-M. Minovez, Société des villes, société des champs... cit., p. 138-142.

18Le tableau ne serait pas complet si l’on ignorait les praticiens du droit et de santé ainsi que le second ordre de la société qui n’est pas formé seulement d’oisifs. L’ancienne noblesse est encore bien représentée par les lignages modestes, bien répartis sur le territoire, malgré un processus marqué de régression par extinction biologique aux xvie et xviie siècles. Ils appartient aux classes sociales urbaines supérieures où ils côtoient robins, clergé, roturiers fortunés (bourgeois rentiers, marchands importants et négociants). Si une partie vit noblement, la majorité exerce une activité grâce à l’achat de charges, aux magistratures publiques, à l’exercice d’un métier. Cette « classe oligarchique »47, fait des petites villes et des bourgs des pôles d’urbanité et de centralité au milieu des campagnes. Montesquieu-Volvestre est une des cités où se concentre une partie importante des vieux lignages résidant dans de grandes maisons en ville48. Beaucoup vivent de leurs rentes. D’autres sont officiers aux armées. Ils appartiennent majoritairement à la petite noblesse incapable d’acquérir des charges importantes. Par manque de moyens financiers, ils accèdent au grade d’officier grâce à des bourses qui leurs permettent d’être cadet. Longue de plusieurs décennies, leur carrière se limite au grade de lieutenant ou de capitaine en second, faute de pouvoir lever une compagnie ou un régiment, étant justes capables d’acheter et d’entretenir leur propre équipement49. Les capitaines qui ont su se distinguer au combat peuvent accéder au grade de lieutenant-colonel, et être ainsi les véritables chefs au combat des régiments, comme Henri de Tournemire, sieur de Raisac, habitant de Cazères, ou d’Espinas de Cardonne, seigneur de Gouzens, habitant à Montesquieu ; ces carrières font, cependant, figure d’exception50.

  • 51 Ainsi, Gratens voit résider son seigneur Pierre Firmin Alexandre de Fumel, Président du Parlement d (...)
  • 52 Comme d’Anceau, seigneur de Mauran, d’Aiguevives et Méric, seigneur de Montgazin, tous deux à Saint (...)
  • 53 Archives privées de la famille Carsalade du Pont.

19La proximité toulousaine a aussi pour effet de favoriser le développement une noblesse de robe appartenant aux magistratures supérieures des juridictions ordinaires, comme on peut le constater au milieu du xviiie siècle51. Les conseillers au Parlement de Toulouse sont les plus nombreux52. Certaines de ces familles connaissent parfois des destinées nationales comme les seigneurs de Montesquieu-Volvestre. Les premiers d’entre eux sont les Laloubère. Famille bourgeoise bien installée dans la principale ville du diocèse de Rieux dès le xive siècle, elle s’affirme au xviie siècle grâce à un mathématicien célèbre le jésuite Antoine de Laloubère et à son frère, Arnaud. Ce dernier s’est élevé par le droit : il devient conseiller puis lieutenant principal au sénéchal de Toulouse. De son union avec Jeanne, fille de François de Bertrand, seigneur de Molle-ville et conseiller au Parlement de Toulouse, naît un fils, Simon, en 1642. Elève des jésuites, il étudie le droit à Paris et embrasse la carrière diplomatique. On le trouve secrétaire d’ambassade en Suisse, résident de France à Strasbourg à partir de 1678, ambassadeur extraordinaire au Siam en 1687. Protégé de Pontchartrain, il est élu à l’Académie française en 1693. À partir de la fin du xviie siècle, ses activités se redéploient en direction du Languedoc. Il est élu capitoul en 1696 et chargé de rétablir les Jeux Floraux de Toulouse dont il devient mainteneur en 1700. Parallèlement, il a acquis la charge de maire de Montesquieu en 1692 et propose au roi Louis XIV, en 1695, d’échanger des seigneuries royales contre des terrains qu’il possède à Marly. Le roi, intéressé par ce domaine où il voit la possibilité de construire un château, échange en 1700 plusieurs seigneuries de Languedoc, dont celle de Montesquieu, contre le domaine de Marly. Simon de Laloubère construit alors un château à Montesquieu dans lequel il réside et meurt en 1729, deux ans après son épouse Etiennette de Bertrand. Cette dernière était une des petites cousines de la mère de Simon car arrière-petite-fille de François de Bertrand. Simon, mort sans postérité, étant lié par sa mère et sa femme aux Bertrand, les biens et la seigneurie de Montesquieu passent dans les mains de Marc-Antoine Bertrand de Molleville. Conseiller au Parlement de Toulouse, comme son trisaïeul, il réside régulièrement à Montesquieu, exige le respect de ses droits et se trouve en constant conflit avec la communauté. Vieillissant, résidant alternativement dans son château de Laloubère et dans son hôtel à Toulouse, il transmet la seigneurie à son fils Antoine-François. Juriste de formation et magistrat, celui-ci acquiert une charge de maître des requêtes. Repéré par Maupeou, il devient intendant de Bretagne en 1784. La Révolution le ramène à Paris où il est nommé ministre de la Marine en 1791. Emigré en Angleterre en 1792, son château de Montesquieu est livré aux flammes dans des conditions obscures et ses propriétés dispersées comme biens nationaux53.

  • 54 Ainsi, au milieu du xviiie siècle, Paul Marty, habitant de Gaillac-Toulza, est conseiller au présid (...)
  • 55 Archives privées du château de Mauran (Saint-Julien, Haute-Garonne), d’après les notes prises par l (...)

20Les magistratures supérieures ne représentent toutefois qu’une faible minorité des offices détenus par les élites des petites villes du Midi pyrénéen. La majorité est constituée par des offices de juridiction inférieure dans lesquelles les roturiers dominent et occupent les fonctions de lieutenants-principaux, de procureurs, de sergents, etc.54 On a souvent affaire à des dynasties familiales qui se transmettent les charges et y ajoutent d’autres magistratures. À Rieux, le cas de la famille de Thomas en est un bon exemple. Issu d’un lignage bien installé dès le xvie siècle, Jean est capitoul en 1590. Son fils Urbain obtient la charge de lieutenant principal de la judicature royale de Rieux au milieu du xviie siècle et la conserve jusqu’au début du xviiie siècle. Son fils, Pierre-Jean, est écuyer et sert l’évêque de Rieux. Son fils aîné, docteur en médecine, devient syndic du diocèse de Rieux puis subdélégué jusqu’en 1782. Son frère cadet obtient la charge de receveur des tailles du diocèse55.

  • 56 Comme Baqué et Bernard Naves au Fousseret, Jean-Denis Sicard à Gaillac-Toulza, Félix Sauresse à Sai (...)
  • 57 Comme Bernard Corbière et Guilhaume Ignace Lassalle, tous deux de Bérat, Jean Bataille à Lagrâce-Di (...)
  • 58 J.-M. Minovez, Notaires et société en Midi toulousain. L’exemple de Montesquieu-Volvestre, du xive (...)

21La présence de juridictions royales supérieures et inférieures favorise le développement parallèle des fonctions libérales juridiques. Les avocats profitent de ces institutions publiques et privées pour prospérer et être présents partout dans les villes et les bourgs56. La proximité du Parlement de Toulouse fait qu’un grand nombre d’entre eux en dépend57. Gravitant autour des institutions provinciales, les avocats profitent aussi des tribunaux seigneuriaux dans lesquels ils exercent souvent la charge de juge seigneurial comme Pierre Garrigue, avocat au parlement de Toulouse et juge à Montesquieu dans les années 1770, ou Joseph Trinqué-Loubères, avocat et juge du Comte de Sabran pour ses seigneuries du Comté de Foix. Les avocats vivent alors très bien au xviiie siècle car la profession rapporte : les maîtres du barreau sans cause sont rares et la pratique d’une double activité augmente les revenus. En outre, ils bénéficient souvent d’un héritage culturel et financier antérieur à leur formation et à l’exercice de leur profession, étant presque toujours issus de familles qui ont déjà enclenché un processus d’enrichissement. Ainsi, Charles Louis Pailhès, avocat à Montesquieu, est le fils du notaire Louis Pailhès et petit-fils d’un propriétaire foncier, Bernard Pailhès. Ce dernier développe son bien entre 1661 et 1691 par une série d’acquisitions de parcelles dont l’essentiel se fait au détriment de familles aisées. Durant la même période, il paie à son fils Louis des études de droit lui permettant d’obtenir la licence puis une charge de notaire. Louis poursuit la politique d’acquisition foncière de son père et devient un des principaux propriétaires de la ville. Il achète enfin une charge de conseiller du roi et de maire perpétuel de Montesquieu qu’il doit céder à Simon de Laloubère lorsque ce dernier devient seigneur. À son tour, il finance des études de droit pour son fils qui devient avocat et hérite des biens de son père en 1720. L’avocat Charles Louis Pailhès continue d’acquérir des biens fonciers et devient un grand notable local, ce qui lui permet de devenir maire de la ville en 1761, les fonctions municipales étant à nouveau électives58.

  • 59 N. Castan, Les criminels de Languedoc, Toulouse, 1980, p. 91.
  • 60 J.-M. Minovez, Notaires et société en Midi toulousain... cit., p. 50-51.

22Dans une moindre mesure, les notaires profitent aussi de l’environnement favorable qu’offre la présence de multiples juridictions, l’ascension de Louis Pailhès en fournit un bel exemple, on l’a vu. Présents dans les villes où ils exercent une profession tournée, d’abord, en direction d’une clientèle privée, on les retrouve aussi greffier des institutions publiques, ou feudistes lors de la réaction seigneuriale, ou encore procureur des nobles locaux59. Mais leur situation est moins enviable que celle des avocats, comme l’atteste l’infériorité sensible de leurs patrimoines comparés. En dehors de leur étude, les notaires continuent d’être d’abord des scribes : ils tiennent les registres des municipalités, des assiettes diocésaines et des confréries. Pour autant, il faut se garder de toujours réduire leur rôle à celui d’un simple greffier. Ceux de l’assiette diocésaine de Rieux ne se contentent pas de rédiger les actes de délibérations et les procès-verbaux de l’assiette, ils participent aussi à la répartition de l’impôt. Certains finissent même par disposer d’un pouvoir considérable, bien au-delà des fonctions traditionnelles dévolues aux notaires. Ainsi, Jean Resclauze, membre de la très influente Confrérie de la Sainte-Trinité à Montesquieu en 1775, en est le syndic, feudiste, notaire et, en compagnie de deux autres notables, trésorier et administrateur. Il n’est en rien un simple scribe mais bien un juriste recherché capable de rédiger et d’interpréter des actes, d’éviter les contestations éventuelles dans la réception de legs, de préparer les pièces pour les procès, de gérer les biens et lever les redevances seigneuriales, etc. C’est cette expertise qui lui permet d’être au service de plusieurs seigneurs : il est procureur de Louis Auguste Elzéar, comte de Sabran, comte de Forcalquier, marquis de Fornex, il exerce cette même fonction auprès de Jean-Louis Descat, seigneur de Goutevernisse et encore de Louis Lapasse pour ses seigneuries de Lahitère, Saint-Christaud et Tersac, enfin de Jacques d’Espinas pour la seigneurie de Gouzens60.

  • 61 J. Sentou, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse... cit. ; J.-M. Minovez, Société des villes, soci (...)

23La présence de classes sociales supérieures dans les villes favorise le développement d’un autre groupe d’élite urbaine à leur service : les professions libérales médicales. Les médecins étaient les mieux lotis. Mais leurs revenus les situaient au bas de la hiérarchie des notables ; l’étroitesse des effectifs des classes supérieures et l’indigence du reste de la population ne leur permettait pas de s’enrichir à l’image des avocats. On note cependant plusieurs d’entre eux qui parviennent à s’élever socialement par l’acquisition de biens fonciers et par l’exercice de fonctions électives comme Blaise Binet, médecin à Rieux. La situation des praticiens médicaux de second ordre est encore plus inconfortable ; statutairement, les chirurgiens – aussi barbiers jusqu’en 1755 – et les apothicaires ne sont pas toujours « regardés comme bourgeois » ; fiscalement, ils sont comparables aux artisans et laboureurs petits et moyens, appartenant plus au monde de la boutique qu’à celui des classes supérieures. Quelques-uns d’entre eux parviennent toutefois à intégrer le groupe des élites, mais ils sont rares. On peut même repérer une réussite exceptionnelle, celle d’Abolin, habitant de Montesquieu, issu d’une famille bourgeoise de la ville, qui a fait sa fortune comme apothicaire du roi de Naples61.

Conclusion

24Les petites villes au sud de Toulouse, entre vallées de la Garonne et de l’Ariège, offrent l’image d’une très grande diversité et d’une forte mobilité dans les structures du travail. Les classes supérieures elles-mêmes, cumulent des fonctions au sein des professions juridiques et commerciales alors que la petite noblesse d’épée participe directement à la gestion de ses domaines tout en servant dans les armées du roi. Les petits marchands, les trafiquants en particulier, du fait de l’étroitesse de leur zone d’action et de la faiblesse de leur trésorerie, s’obligent souvent à diversifier leurs activités. De la même manière, la modestie du milieu artisanal transforme les valets et les compagnons en ouvriers saisonniers très mobiles professionnellement et géographiquement, alors que les maîtres pratiquent souvent des activités complémentaires à leur métier principal, tout comme les laboureurs. Ainsi, artisans et laboureurs des petites villes pratiquent largement la pluriactivité, par la diversification du travail urbain fondé sur l’exercice d’un métier complété par celui de fabricant dans la proto-industrie lainière urbaine, et surtout par un partage entre travail industriel et travail rural. La pauvreté de la masse paysanne, tenue à l’écart de la possession de l’essentiel des biens fonciers, a été un facteur qui a favorisé le développement de la condition d’ouvriers-paysans de la proto-industrie textile.

Haut de page

Notes

1 C’est-à-dire, le fruit de leur travail.

2 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées au siècle des Lumières, vers 1670-1789, Paris, 1974, p. 553-563.

3 Archives départementales de la Haute-Garonne (désormais ADHG), C 1983, Enquête sur la capitation du diocèse de Rieux, 1734.

4 ADHG, 3 E 24.956, Contrat de mariage, 1788.

5 K. Amiel, Marchands de laine, marchands d’étoffes en Comminges et Nébouzan au xviiie siècle, Mémoire de maîtrise d’histoire sous la dir. de J.-M. Minovez, Université de Toulouse II-Le Mirail, 2007, p. 142 et p. 117.

6 ADHG, 3 E 24.956, Contrat d’apprentissage, 7 mars 1754.

7 M. Dufaur, L’élection de Comminges à la fin de l’Ancien Régime, Aspet, 1987, t. 2, p. 509.

8 A. Sarramon, Les paroisses du diocèse de Comminges en 1786, Paris, 1968.

9 J.-M. Minovez, La puissance du Midi. Les draperies de Colbert à la Révolution, Rennes, (à paraître en 2012).

10 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées... cit., p. 387-389 ; A. Dufaur, L’élection de Comminges… cit., t. 2, p. 518-519.

11 Les Pyrénées centrales ne représentent pas une région de départs importants d’artisans aux xviie, xviiie et xixe siècles comme ont pu le montrer Abel Châtelain et Abel Poitrineau et plus récemment Alain Belmont.

12 J.-M. Minovez, Société des villes, société des champs en Midi toulousain sous l’Ancien Régime, Aspet, 1997, p. 87-97.

13 P. Poujade, Une société marchande. Le commerce et ses acteurs dans les Pyrénées modernes, Toulouse, 2008, p. 176-177.

14 ADHG, C 1925, Enquête sur la capitation du diocèse de Rieux, 1744.

15 ADHG, 3 E 25.000, Obligation, 29 janvier 1789.

16 ADHG, 3 E 27.641, Contrat de mariage, 6 février 1768.

17 ADHG, 3 E 25.000, Obligation, 22 juin 1787.

18 ADHG, 4 E 2293, Acte de mariage, 1er janvier 1769.

19 ADHG, 3 E 24.942, Contrat de mariage, 4 septembre 1750.

20 K. Amiel, Marchands de laine, marchands d’étoffes... cit., p. 92-93, p. 134, p. 168.

21 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées... cit., p. 487.

22 ADHG, 2 E 1828, Délibération de la communauté, 30 mars 1779.

23 P. Goubert, Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730, Paris, 1960, p. 258.

24 J.-P. Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle, Paris, 1983.

25 J. Sentou, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse sous la Révolution, Toulouse, 1969, p. 389 et p. 413.

26 ADHG, 3 E 24.999, Obligation, 7 février 1785

27 ADHG, 3 E 24.998, Obligation, 18 avril 1782.

28 M. Dufaur, L’élection de Comminges . . . cit., p. 512-513 ; G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées... cit., p. 202.

29 J. Sentou, Les fortunes dans les campagnes toulousaines sous la Révolution française (1719-1789), dans Les ortunes en France et dans la région toulousaine de la Révolution à nos jours, Toulouse, 1976, p. 64.

30 J.-M. Minovez, Société des villes, société des champs... cit., p. 39-45.

31 Ibid., p. 76.

32 Au milieu du xviiie siècle, c’est le cas, par exemple, de Guillaume Penent, François Faure, Jacques Dupau et Jean-Paul Daussas à Bérat, de Jean Merly à Montesquieu, de Paul Darnaud et Pierre Cantegril à Saint-Sulpice.

33 G. Frêche, Toulouse et la région Midi-Pyrénées... cit., p. 560-563.

34 ADHG, 3 E 24.971, Vente, 13 août 1789.

35 ADHG, 3 E 24.950, Constitution de rente, 20 septembre 1759.

36 ADHG, 3 E 24.999, Obligation, 28 juin 1785.

37 ADHG, 3 E 24.938, Vente, 30 septembre 1745.

38 ADHG, 3 E 25.000, Obligation, 16 août 1788.

39 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain ? 1661-1914, Paris, 1997, p. 173.

40 Les sources fiscales ne font jamais mention des enfants et les femmes y apparaissent peu ; elles sont présentes dans les actes notariés, mais les documents ne font que peu état de leur profession. Les obligations permettent de révéler certaines de leurs activités qui resteraient invisibles sans cela.

41 ADHG, 3 E 24.994, Obligation, 24 août 1771.

42 ADHG, 3 E 24.994, Obligation, 2 juin 1771.

43 ADHG, 3 E 25.001, Contrat de location, 22 janvier 1790.

44 ADHG, 1 L 646, Tableau des marchands [...], canton de Saint-Gaudens, 23 pluviôse an 7.

45 J.-M. Minovez, L’impossible croissance en Midi toulousain... cit., passim.

46 J.-M. Minovez, Les manufactures royales de draps fins du Midi toulousain et leurs entrepreneurs au XVIIIe, dans Annales du Midi, 229, 2000, p. 21-40.

47 Y. Castan, Honnêteté et relations sociales en Languedoc, 1715-1780, Paris, 1974.

48 Les Sers de Mauzac, les Despinas, seigneur de Cardonne, les Descat, seigneur de Gouteversisse, les Mailhac, seigneur de Palays, des membres des familles Lartigue de Goueytes, de Tersac, de Pailhès, etc.

49 Comme le baron de Saint-Elix, capitaine de dragons au régiment d’Orléans, ou Joseph de Lartigue, seigneur de Goueytes, capitaine d’infanterie, Daudian, capitaine de grenadier au régiment de Brissan à Bérat, Cizy Combes du Barry, ancien officier à Rieux, Joseph André de Baron, chevalier de Saint-Louis, à Cazères.

50 J.-M. Minovez, Société des villes, société des champs... cit., p. 138-142.

51 Ainsi, Gratens voit résider son seigneur Pierre Firmin Alexandre de Fumel, Président du Parlement de Toulouse. A Lafitte, on trouve de Bastard, conseiller en la Grand’ Chambre du Parlement de Toulouse.

52 Comme d’Anceau, seigneur de Mauran, d’Aiguevives et Méric, seigneur de Montgazin, tous deux à Saint-Sulpice.

53 Archives privées de la famille Carsalade du Pont.

54 Ainsi, au milieu du xviiie siècle, Paul Marty, habitant de Gaillac-Toulza, est conseiller au présidial de Toulouse, Vincent de Ville, est lieutenant principal de judicature royale et Jean-François de Cahuzac, lieutenant principal à Gimont.

55 Archives privées du château de Mauran (Saint-Julien, Haute-Garonne), d’après les notes prises par le général Henri Ménard (archives déposées aux ADHG).

56 Comme Baqué et Bernard Naves au Fousseret, Jean-Denis Sicard à Gaillac-Toulza, Félix Sauresse à Saint-Elix, Saint- Paul à Latrape, Jean-Raymond Dayral à Saint-Sulpice.

57 Comme Bernard Corbière et Guilhaume Ignace Lassalle, tous deux de Bérat, Jean Bataille à Lagrâce-Dieu, Antoine, Daydé-Commenge à Latrape, Boutaud et Bataille à Saint- Sulpice.

58 J.-M. Minovez, Notaires et société en Midi toulousain. L’exemple de Montesquieu-Volvestre, du xive au xixe siècle, dans J.-L. Laffon (éd.), Visages du notariat dans l’histoire du Midi toulousain (xive-xixe siècles), Toulouse, 1992, p. 34-36.

59 N. Castan, Les criminels de Languedoc, Toulouse, 1980, p. 91.

60 J.-M. Minovez, Notaires et société en Midi toulousain... cit., p. 50-51.

61 J. Sentou, Fortunes et groupes sociaux à Toulouse... cit. ; J.-M. Minovez, Société des villes, société des champs... cit., p. 121-125.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Michel Minovez, « La plasticité du travail comme ressource dans les petites villes du midi pyrénéen au xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 143-154.

Référence électronique

Jean-Michel Minovez, « La plasticité du travail comme ressource dans les petites villes du midi pyrénéen au xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/600 ; DOI : 10.4000/mefrim.600

Haut de page

Auteur

Jean-Michel Minovez

Université de Toulouse, Laboratoire FRAMESPA-UMR 5136 du CNRS, jean-michel.minovez@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org