Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

La désincorporation des salariés, l’exemple de la mercerie parisienne (1680-1776)

The disincorporation of salaries, the example of Parisian haberdashers (1680-1776)
Laurence Croq
p. 115-128

Résumés

Cet article montre, à travers l’exemple des commis de la mercerie parisienne aux xviie-xviiie siècles, que le système corporatif était une institution englobant faiblement ses membres avant d’avoir été supprimé par Turgot. Sous Louis XIV, le marché du travail est cloisonné et segmenté pour les professions incorporées. Chaque corps contrôle son recrutement, les étapes de la formation des nouveaux maîtres forment un cursus intégré. Les commis de la mercerie, quelque soit leur origine, sont engagés après avoir fait leur apprentissage. Leur fonction, temporaire, prend place entre un passé et un avenir professionnels qui sont inscrits dans le cadre corporatif. À partir de la Régence, le marché du travail devient plus fluide. Les places accessibles aux hommes récemment sortis de l’apprentissage sont moins nombreuses car elles sont occupées par les femmes, les teneurs de livres, les commis âgés, les salariés précaires... La tendance est encore accentuée dans les années 1740-1750. Les fils de bonne famille qui travaillent chez leurs parents ne s’identifient plus, même temporairement, aux commis issus de milieux plus modestes. Les employés s’engagent indifféremment au service du maître d’une communauté ou d’une autre. Le salariat est de plus en plus déconnecté de la réception à la maîtrise et de l’établissement à la tête d’une petite entreprise. Le salarié sans espoir d’établissement devient une figure dominante.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce sont les lois d’Allarde (mars), Le Chapelier (juin) et Goudard (septembre).
  • 2 S. L. Kaplan, 1776, ou la naissance d’un nouveau corporatisme, dans S. L. Kaplan et P. Minard (éd.) (...)
  • 3 Ibid, p. 80.

1Les historiens ont bien étudié les différentes étapes de la suppression des corporations françaises. Celle-ci n’était pas un projet fort et cohérent des législateurs au début de la Révolution, les lois de 1791 n’étaient pas le résultat de la mise en œuvre d’un programme global libéral1. Les recherches de Steven Kaplan ont élargi la réflexion à la période antérieure à la Révolution, elles ont montré qu’après la disgrâce de Turgot, le système corporatif n’avait pas été rétabli tel quel mais avait été profondément réformé2, au grand dam des vétérans des corporations qui rejettent «le nouveau corporatisme encadré d’août»3.

  • 4 P. Minard, Trade without institution? French debates about restoring guilds at the start of the nin (...)
  • 5 J. Revel, Les corps et communautés, dans K. Baker (éd.), The French Revolution and the creation of (...)

2On peut encore élargir l’interrogation sans encourir le reproche de faire une lecture téléologique4. Car réduire l’histoire de la fin des corporations à ses quinze dernières années contourne les interrogations sur la puissance réelle de ces structures d’incorporation5. Celle-ci dépend de la reconnaissance de la communauté par le pouvoir central, de l’étendue de ses attributions et des contrôles qu’elle exerce sur ses membres, mais aussi de l’intensité avec laquelle les acteurs s’identifient à elle. Le système corporatif était-il une institution englobant fortement ses membres avant d’avoir été supprimé par Turgot? la réforme de février 1776 a t-elle démantelé des corps et communautés organisant rigoureusement la vie économique et seriale?

  • 6 En 1736, le procureur du roi au Châtelet reçoit le serment de 1012 hommes et femmes, membres des 12 (...)
  • 7 Mémoire de Préel, vers 1690, nombre de maîtres par métier (BNF, Joly de Fleury, 1728, fol. 31), cit (...)
  • 8 C. Sargentson, The manufacture and marketing of luxury goods: the marchands merciers of the late 17 (...)
  • 9 F. Angiolini et D. Roche (éd.), Culture et formations négociante dans l’Europe moderne, Paris, 1995
  • 10 L. Croq, Les chemins de la mercerie, le renouvellement de la marchandise parisienne (années 1660-17 (...)

3L’étude du salariat de la mercerie parisienne au xviiie siècle servira de terrain d’enquête. La mercerie est une communauté prestigieuse puisque c’est un des six-corps, avec les drapiers, les épiciers, les orfèvres, les pelletiers et les bonnetiers. Bon nombre de notables, échevins, marguilliers et consuls au tribunal de commerce sont issus de la mercerie. C’est aussi un des corps les plus nombreux6 (les merciers seraient plus de 4000 vers 16907, environ 2200 vers 1725-1755 et 3200 en 17758), car il continue à intégrer petits et grands commerçants, au contraire des villes portuaires où le négociant9 n’appartient généralement pas à une communauté. Le nombre de nouveaux maîtres reçus par année est en constante augmentation (en majeure 44 sur 1678-1680, 75 de 1736 à 1750, jusqu’à 132 de 1764 à 1775), mais la reproduction familiale reste stable proportionnellement, la part des fils de maître ne dépasse jamais un quart des nouveaux merciers10.

  • 11 D. Roche, Le Peuple de Paris, Paris, 1981. M. Baulant, Le salaire des ouvriers du bâtiment à Paris, (...)
  • 12 P. Minard, Typographes des Lumières (suivi des Anecdotes typographiques de Nicolas Contat, 1761), P (...)

4Les salariés de la mercerie sont appelés, comme ceux des autres marchands, «garçons». Le terme renvoie à une condition économique de dépendant et au célibat, les deux étant a priori temporaires. Les commis des merciers parisiens sont des employés dont le statut s’inscrit dans le cursus corporatif, après l’apprentissage et avant la maîtrise, ce sont potentiellement des futurs chefs d’entreprise (ou des associés de sociétés commerciales) et de futurs chefs de famille. Leur condition est donc ambiguë, entre la bourgeoisie dans laquelle ils ont vocation à s’intégrer, et le peuple de Paris11, dont ils sont proches par leur statut économique qui les rattache au groupe des employés12. S’identifient-ils aux bourgeois? Se distinguent-ils des autres salariés, domestiques et ouvriers?

  • 13 Sur 817 épouses de marchands merciers identifiées (mariages en 1e noces seulement), 28 sont des veu (...)
  • 14 Archives nationales de France (désormais AN), Y 11222B, 24 juillet 1735, plainte de Catherine Perri (...)
  • 15 AN, F 12/781A, dossier 11, 20 juin 1720, minute d’arrêt du conseil du roi. Y 14572, 11 août et 28 o (...)
  • 16 J. S. Ravel, The contested parterre: public theater and French political culture, 1680-1791, Ithaca (...)

5Les commis sont mal connus pour plusieurs raisons. Ils apparaissent parfois dans les actes notariés, quand le notaire vient inventorier les biens de leur défunt maître, ou quand leur employeur les a couchés comme légataires particuliers dans son testament. Les contrats d’embauche sont exceptionnels. On ne peut pas reconnaître les commis dans un contrat de mariage quand ils épousent la veuve du mercier qu’ils servaient, mais les remariages de veuves de merciers avec de jeunes marchands sont exceptionnels13. Les archives de la police et de la justice sont plus riches. Les salariés sont parfois victimes de violence14, ils apportent leur témoignage dans les enquêtes après un vol, ou en cas de vente de marchandises prohibées15; les merciers utilisent apparemment les mêmes arguments que les libraires-imprimeurs chez lesquels sont saisis des ouvrages interdits, ils accusent leurs employés. Comme jeunes hommes, les garçons font aussi partie des spectateurs du parterre qui sont perturbateurs16.

6L’essentiel de la documentation permet donc d’apercevoir les commis à un moment de leur vie, au mieux on connaît un morceau de leur parcours. 106 individus, 79 hommes et 27 femmes, ont été repérés de 1686 à 1775 (indépendamment des commis incarcérés à Bicêtre et des alloués).

Tableau 1
PRÉSENTATION DU CORPUS

Tableau 1PRÉSENTATION DU CORPUS

NB : quatre salariés ont été comptés deux ou trois fois, quand ils ont été au service d’un marchand ou de plusieurs pendant plusieurs périodes

7Sous Louis XIV, les commis sont intégrés dans plusieurs structures d’appartenance. Au xviiie siècle, la condition de salarié sort du parcours corporatif pour devenir, dans la majorité des cas, un état extérieur à la mercerie comme à l’ensemble des communautés. Les modalités de l’établissement des commis sont aussi profondément transformées.

Trois degrés d’incorporation temporaire

8Sous Louis XIV, les commis de la mercerie sont intégrés dans trois groupes : le corps de la mercerie, la confrérie des valets merciers, et le groupe des garçons marchands, indépendamment de leur appartenance à la maison d’un marchand.

  • 17 R. de Lespinasse, Les métiers et corporations, II, Paris, 1892, p. 232-285.
  • 18 AN, F 12/781A, dossier 11, 20 juin 1720, minute d’arrêt du conseil du roi.

9Les statuts de la mercerie rédigés en 1613, confirmés en 1645, sont en vigueur jusqu’à la Révolution17. Ils imposent aux futurs marchands merciers qui ne sont pas fils de maître six années de formation : les trois années d’apprentissage doivent être suivies de trois années comme commis avant la réception à la maîtrise. Le nombre d’apprentis est limité à un par maître, en revanche, celui des garçons n’est pas contingenté. Être commis est donc a priori un état temporaire réservé à des jeunes adultes avant leur établissement, c’est-à-dire avant leur installation comme petit chef d’une entreprise familiale et avant leur mariage. La vocation des commis à devenir maître est reconnue par la justice. Le 30 août 1718, «un particulier a déposé un ballot de toiles peintes interdites» chez Jacques Sauvage, les marchandises ont été saisies à la suite d’une perquisition, un arrêt du conseil du 16 septembre suivant sanctionne son garçon de boutique, Bernard Demée, qui est déclaré incapable pour toujours de parvenir à aucune maîtrise. Demée fait appel, arguant qu’«il seroit d’autant plus à plaindre s’il demeuroit privé pour toujours du fruit de ses travaux et de l’application qu’il a eue depuis plusieurs années pour se rendre capable d’exercer la profession qu’il se proposait d’embrasser». Un autre arrêt du 20 juin 1720 lui permet de se présenter pour être admis dans le corps de la mercerie après le 1er janvier 172118.

  • 19 G. Fagniez, Essai sur l’organisation de l’industrie à Paris aux xiiie et xive siècles, dans Bibliot (...)
  • 20 BNF, F-22410 ou F-23613 (843), déclaration d’octobre 1659 portant confirmation des statuts des fact (...)
  • 21 Elle se réunit dans l’église de l’hôpital du Saint-Sépulcre. En 1676, elle passe commande au peintr (...)
  • 22 J.-B. Denisart, Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence ..., 1 (...)
  • 23 Il sera reçu comme fils de maître en avril 1751 le même jour que son frère Jean-Louis. L’autre marg (...)

10Les commis de la mercerie sont aussi incorporés dans une confrérie placée sous le patronage de Saint Louis, la confrérie des «valets merciers»19. En 1659, celle-ci est aussi appelée confrérie «des facteurs garçons des marchands de la ville de Paris»20. Regroupe t-elle l’ensemble des salariés des six-corps, ou bien seulement de la mercerie? Quelles sont ses relations avec la confrérie des marchands merciers qui est dirigée dès la seconde moitié du xviie siècle par les gardes de la communauté21? Aucune source ne donne la moindre indication. Quoi qu’il en soit, au début des années 1690, «les garçons merciers à Paris» ont nommé «pour marguillier de cette confrérie, un sieur Denis Richer, garçon marchand, mais fils d’un marchand mercier». Ils le font condamner, «par sentence du 8 août 1695, à accepter cette charge, &c. mais par arrêt du 11 janvier 1696, cette sentence [est] infirmée, & Denis Richer déchargé, &c.»22. L’arrêt du Parlement décharge aussi tous les fils de marchands merciers d’être marguilliers de la confrérie de Saint-Louis. Mais l’arrêt ne semble pas appliqué, puisque en 1749, l’un des 2 marguilliers de la confrérie est un fils de maître, Octavien Mathieu Beroin Villercy23. Les jeunes employés, qu’ils soient héritiers ou hommes nouveaux, partagent donc un même lieu.

  • 24 Audiger, La Maison réglée, et l’art de diriger la maison..., Amsterdam, 1700, 3e édition, p. 177-19 (...)
  • 25 À titre de comparaison, voir le barème du prospectus des Annonces, affiches, nouvelles et avis dive (...)

11Enfin les salariés de la mercerie appartiennent au groupe des employés temporaires de la marchandise. L’édition d’Amsterdam de La maison réglée d’Audiger distingue nettement le monde des marchands et des commis d’une part, celui des artisans et des ouvriers d’autre part : la «Règle générale pour les manières de vivre & de faire des Marchands avec leurs Garçons de Boutique & Apprentifs» et le «Devoir des Garçons Marchands tant en gris qu’en détail, & comme ils se doivent comporter dans les Magazins & dans les Boutiques» précèdent l’énoncé des devoirs «Des Artisans, & de quelle manière les Maistres doivent vivre avec leurs Compagnons & Apprentifs» et du «Devoir des Garçons de métier»24. Commis et ouvriers appartiennent à deux sphères professionnelles différentes, la première étant socialement supérieure à la seconde25. Les multiples éditions du Parfait négociant de Savary insistent sur l’importance de ces années de formation professionnelle pour le futur marchand, elles présentent les tâches et responsabilités des commis qui sont partiellement communes avec celles des apprentis. À la veille de la Révolution, l’Encyclopédie méthodique revient sur la spécificité des tâches des garçons marchands :

  • 26 Encyclopédie méthodique. Commerce, tome 2, Paris-Liège, 1783, p. 481.

Ce sont les garçons qui aident à ranger, à plier, à remuer & à vendre les marchandises dans la boutique ou le magasin, ou qui même les portent en ville lorsqu’il en est besoin. Ce sont eux qui vont recevoir & faire accepter les lettres & billets de change; qui tiennent les livres, qui en tirent les extraits pour dresser les mémoires & parties des débiteurs; qui sollicitent les dettes : enfin, qui sous les ordres du marchand, font tout le détail du commerce26.

  • 27 AN, MC, VI 747, 27 novembre 1761, inventaire après décès d’Elisabeth Pelagie Galliot épouse Louis P (...)
  • 28 AN, MC, CXII 683, 29 juillet 1740, testament.

12Les garçons marchands sont présentés différemment des apprentis mais aussi des domestiques. En 1761, Louis Pierre Bon emploie «Catherine Martin, fille de boutique», «Jean Pierre Bon» (un parent qui fait office de commis) et «Marguerite Deteux, fille domestique»27. A contrario, le 29 juillet 1740, Claude Brison, qui a fait venir le notaire à son domicile pour faire son testament, se présente comme «Savoiard domestique de M. Delamain, marchand mercier, chez lequel il demeure rue de la Tableterie paroisse Saint-Germain l’Auxerrois»28. Il y a là un des signes d’une moindre confusion des sphères domestique et professionnelle que dans les milieux artisanaux.

  • 29 S. L. Kaplan, L’apprentissage au xviiie siècle : le cas de Paris, dans Revue d’histoire moderne et (...)

13À côté des commis, il y a les alloués 29qui sont extérieures du cursus apprenti-commis-maître, à moins que ce ne soient des fils de maître qui complètent leur formation en dehors de la boutique familiale. Les contrats d’allouage sont rares dans la mercerie, nous en avons trouvé treize (à rapporter aux 405 contrats d’apprentissage trouvés entre 1680 et 1775); aucun n’est postérieur à 1761. Six alloués appartiennent à des familles qui comportent déjà des merciers. Aucun des maîtres, ni des alloués, n’habite le faubourg Saint-Antoine. Les maîtres n’ont pas de lien de parenté avec leurs employés, ils ne sont pas non plus voisins. Ce ne sont pas de petits merciers, mais de bons marchands. L’image misérable de l’alloué est inadaptée, mais aucun des alloués ne devient maître.

14Les commis de la mercerie apparaissent donc comme un groupe à la fois distinct et intégré à différents niveaux.

Des parcours diversifiés

15À partir du règne de Louis XV, cette image du salariat se brouille. La figure du commis devient plurielle. Les employés sont de moins en moins d’anciens apprentis qui peuvent, un jour, espérer devenir maîtres. L’apprenti ayant achevé ses trois ans peine à trouver un employeur qui lui permette d’achever sa formation car les concurrents sont nombreux : femmes, teneurs de livres et vieux commis, mais aussi travailleurs précaires.

  • 30 S. Juratic, Le monde du livre à Paris entre absolutisme et Lumières. Recherches sur l’économie de l (...)
  • 31 AN, MC, XXXIX 297, 16 février 1718, création de pension.

16Le métier connaît d’abord une féminisation partielle, comme dans la librairie30. La première fille de boutique apparaît, dans notre corpus, en 1718 : Marguerite Thibault, veuve Jacques Gillon, marchand bourgeois de Paris, habite rue des Bourdonnais paroisse Saint-Germain l’Auxerrois, elle «veut donner des marques de sa bienveillance à Marie Anne Lochon, fille majeure, sa fille de boutique depuis plusieurs années» qui demeure avec elle, elle veut aussi «l’engager davantage à lui continuer ses services et fidélité avec affection et attention jusqu’au jour du décès de ladite Gillon sans qu’elle puisse la quitter ni se marier pendant ledit temps»; elle lui constitue donc 200 livres de rente viagère «à condition qu’elle ne pourra prétendre aucun gages à compter du 1e janvier dernier et qu’elle demeurera chez lad de Gillon en la qualité de fille attachée à son service sans se marier avant le décès de ladite veuve»; si Mlle Lochon veut se retirer du service de ladite dame pour se marier, aller servir ailleurs ou rester en son particulier, à moins que ce soit du consentement écrit de la veuve, Mme Gillon sera seulement tenue de lui payer ses gages à 100 livres par an31.

  • 32 «[...] une jeune demoiselle de dix-sept ans fort aimable tant par la figure que par ses bonnes qual (...)
  • 33 En 1725, la corporation, qui a son bureau rue Quincampoix (no 22), comprend 659 membres. A. Frankli (...)
  • 34 Par exemple, AN, MC, XVI 747, 22 juin 1761, apprentissage de maîtresse lingère de Marie Elisabeth C (...)
  • 35 AN, MC, XXIV 751, 29 novembre 1756, arrêté de compte de tutelle des filles de François Louis Le Dou (...)

17L’expansion de ce salariat féminin va à l’encontre des règlements des merciers, mais même les gros marchands y ont recours32. Il transgresse aussi les règlements des marchandes lingères33 : les contrats d’apprentissage de la communauté interdisent en effet explicitement aux apprenties d’aller travailler chez les merciers34. Une partie des filles de boutique des merciers ont en effet été formées par des lingères, telle Marie Catherine Françoise Ledoux, fille majeure d’un marchand mercier ruiné : apprentie lingère de 1747 à 1749 chez Mlle Daussargues, elle travaille en 1756 chez M. Moreau, marchand mercier quai de l’Horloge du Palais35.

  • 36 Sophie Pestrelle était première fille de boutique d’Antoine- Joseph Bolotte, mercier reçu par suffi (...)

18Les filles de boutique restent cependant minoritaires à toutes les périodes. Par ailleurs, cette féminisation globale ne traduit pas un mouvement général : Gersaint a une fille de boutique en 1725, un garçon de magasin en 1750; Nolan a recruté sa fille de boutique quelques années avant son commis. Les raisons de cette expansion du salariat féminin ne sont pas claires, les avantages qui sont généralement mis en avant ne semblent pas ici pertinents. Le genre féminin n’est pas plus docile que le sexe fort, si l’on en croit les déboires du couple Bolotte avec sa première fille de boutique36. Reste le charme de la jeune femme qui peut attirer ou retenir les clients tout autant que celui de la patronne.

  • 37 D. Julia, L’éducation des négociants français au 18e siècle, dans F. Angiolini et D. Roche (éd.), C (...)
  • 38 P. Jouanique, Un classique de la comptabilité au siècle des Lumières, la Science des négociants de (...)
  • 39 A. Franklin, Dictionnaire historique... cit., tome 2, p. 688.
  • 40 C. Métayer, Les écrivains publics du Paris populaire. Cimetière des Saints-Innocents xvie-xviiie si (...)
  • 41 AN, MC, XLI 485, 31 mars 1744, liquidation de la société entre la veuve et les héritiers de Jean Ma (...)
  • 42 Deux négociants associés engagent un commis au prix de 3000 livres par an, le commis d’un armateur (...)
  • 43 N. Coquery, Les écritures boutiquières au xviiie siècle : culture savante, encadrement légal et pra (...)
  • 44 M. Nikitin, Jean-Baptiste Payen (1759-1820) et l’ombre d’E T. Jones. Les débuts de la tenue des liv (...)

19À la concurrence des femmes, s’ajoute, dans les années 1740, celle des hommes qui occupent durablement une place de commis. Ce sont d’abord les teneurs de livres, salariés spécialisés dans la tenue des comptabilités. Le titre de «teneur de livres» s’est popularisé dès la seconde moitié du xviie siècle. Barrême père, l’auteur du Livre facile pour apprendre l’arithmétique de soymesme et sans maistre... (1672) et Barrême fils sont «professeurs teneurs de livres» en 167737. Claude Irson, lorsqu’il publie son Arithmetique pratique et raisonnee en 1692, se présente comme «seul Juré Teneur de Livres, étably par Lettres Patentes de sa Majesté, pour l’ordre & l’Examen, la vérification & liquidation de toutes sortes de comptes». Enfin, les rééditions de l’ouvrage de Mathieu de la Porte, La Science des négociants et teneurs de livres (1e édition 1704)38 font connaître la qualité dans toute la France. À Paris, le titre de «teneur de livres» appartient théoriquement à la corporation des écrivains39, mais aucun des hommes qui prennent cette qualité dans notre corpus ne figure dans la liste des maîtres écrivains jurés établie par Christine Métayer40. Et, dans la base Arno des Archives nationales, il n’apparaît que quatre fois, dont deux pour désigner des habitants de Lyon. Sa diffusion comme qualité sociale à Paris semble donc un phénomène tardif et indépendant des appellations corporatives. Le premier «teneur de livres» du corpus apparaît en 1742, il est au service de Jean Martin Sandrin et René Dehargue, associés depuis 173641. Ces salariés sont employés par des gros marchands qui ont été gardes ou auraient pu l’être : Sandrin a été garde en 1729, Gaucherel est garde en 1739, échevin en 1750, Fatoud a été candidat à la garde mais il n’a eu que quelques voix en 1749 et 1752. Les teneurs de livres sont bien mieux rémunérés que les simples commis, leurs employeurs tiennent à les conserver à leur service : Godefroy est payé 1000 livres par an entre 1739 et 1750; dans les années 1770, Carcelle (ou Courcelle) touche 500 livres, revenus nets en sus de son logement (il a sa chambre dans la maison de son employeur), de sa nourriture, et des impôts qui sont à la charge de son patron. La comparaison avec les salaires payés aux commis des armateurs bordelais est difficile, car on ne sait si leurs employés vivent chez eux ou bien ont un logement personnel42. Mais cette spécialisation d’une partie du personnel des merciers témoigne de l’importance que les plus gros marchands attachent à leur comptabilité, à la différence des boutiquiers dont les livres de comptes sont négligemment tenus43. Ce n’est pas un hasard si le fils du mercier Pierre Payen, «industriel de la chimie» qui fonde en 1792 «une fabrique de chlorure d’ammoniaque», rédige deux ouvrages de comptabilité qui sont publiés dans les années 181044. Avec la qualité de «teneur de livres», c’est le rapport à la qualification, au savoir, à la compétence qui prime sur l’appartenance corporative.

  • 45 AN, Y 11349 A, 3 mai 1763, déclaration d’effraction sur la porte du magasin du sieur Lecomte.
  • 46 AN, Y 11388, 28 juin 1772, information sur une tentative de vol de toiles du sieur Gruel

20Des hommes âgés servent aussi d’employés de commerce à de bons marchands. Ce sont parfois d’anciens faillis (même si ceux-ci se reconvertissent de préférence comme employés dans une administration) : François Thouin s’est marié en 1709, il est devenu garçon de boutique après sa faillite (il vit encore en 1747 et sa veuve décède en 1753). François Chauvin a 62 ans en 1763, soit vingt ans de plus que son maître Pierre Nicolas Lecomte45. Adrien François Denis a 48 ans en 1772, alors que son employeur André Marie Gruel en a 4146. Les autres commis dont l’âge est bien avancé sont probablement d’anciens apprentis qui ne se sont jamais établis. Louis Joseph Lochart qui a environ 55 ans en 1751-1755 a sensiblement le même âge que Pierre Henry, chez qui il vit et travaille.

  • 47 P. Dupieux, Les attributions de la juridiction consulaire de Paris (1563-1792). L’arbitrage entre a (...)
  • 48 Un autre exemple : le 21 décembre 1779, François Jean Bailly, «ci devant commis chez les négociants (...)
  • 49 Archives des hôpitaux de Paris, 1Q266, p. 53, 59, 129, 155, 156 et 240.

21Les travailleurs précaires forment le quatrième groupe des concurrents des jeunes gens sortis de l’apprentissage, à moins que ce ne soit pour partie les mêmes hommes. Le 30 janvier 1761, le consulat rend un arbitrage entre Méaille, «teneur de livres», et Thomas Rousseau, bonnetier. «Le comptable avait à vérifier des écritures et à établir un bilan. L’état demandé aurait pu se distinguer par la concision. Mais le scribe, qui cherchait à révéler ses capacités afin de se procurer du travail par la suite, accumula cinquante-cinq pages. Pendant huit à dix jours, il fut nourri; puis il fit traîner la besogne afin d’exiger un salaire très élevé. On lui accorde huit à dix louis. L’arbitre conclut : ‘Combien de gens à Paris qui s’occupent de tenir les écritures dans les maisons de commerce à raison de cent écus par an d’honoraires, sans la table ni le logement, se trouveraient heureux d’être occupés comme l’a été le sieur Méaille.’ Ainsi la comptabilité aurait impliqué des appointements un peu inférieurs à 2 livres par jour».47 Une partie des salariés des merciers sont donc rémunérés le temps d’une mission, l’appartenance corporative de leur maître temporaire est indifférente. Les plus malheureux deviennent des délinquants et sont incarcérés à l’hôpital. On a en effet trouvé six «commis chez les marchands», ou «commis chez les négociants» dans les registres des entrées de l’hôpital de Bicêtre des années 1779-1781. Un seul est marié. Deux d’entre eux sont d’origine parisienne, tel Antoine Esprit Lemaire, «garçon marchand d’étoffes» et soldat de recrue pour les colonies françaises, garçon de 22 ans, de la paroisse Saint-Paul : gâté, il est enfermé le 2 décembre 1779 à Bicêtre d’où il sort guéri le 3 mai 1780 et est envoyé aux colonies48. Deux autres viennent des régions d’immigration traditionnelles, la Normandie (le 24 septembre 1779, Laurent Heudier dit Desfontaines «commis chez des négociants», garçon de 36 ans, originaire de Saint-Victor, pays de Caux, passe du grand Châtelet à la Force, il mourra à l’infirmerie de Saint-Roch le 22 septembre 1783) et la Picardie (le 22 décembre 1779, Pierre Grevin, «commis chez les négociants», marié, 29 ans, de la Neuville Saint-Pierre, quitte le Grand Châtelet pour entrer à la Force, sa condamnation à mort par arrêt du parlement du 14 mai 1779 a été commuée en prison perpétuelle à Bicêtre). Les deux derniers sont originaires du sud-est : Jean-Claude Grive, «tenant les livres chez les négociants», soldat au régiment d’Anjou infanterie, garçon, 27 ans, de Grenoble, est emprisonné le 9 septembre 1781 aux cabanons, on paie pour lui une pension de 200 livres par an (il meurt le 15 juillet 1782 à l’infirmerie); Honoré David, «commis chez les négociants», garçon de 30 ans, de Josiéen-Provence près Barcelonnette, qui vient du Fort l’Évêque, est enfermé le 16 septembre 1779 dans les cabanons49. On ignore tout des raisons de leur incarcération, mais le service de marchands n’aura été qu’une étape dans leur vie professionnelle avant leur décès précoce, un départ aux colonies ou un engagement dans l’armée.

  • 50 AN, MC, XLI 485, 17 janvier 1744, dépôt de procuration; XXXIX 407, 8 février 1751, notoriété ensuit (...)
  • 51 AN, Y 15798, 5 juin 1751, scellés après le décès d’Augustin Thomas Gabriel.
  • 52 M. Garden, Ouvriers et artisans au xviiie siècle : l’exemple lyonnais et les problèmes de classific (...)

22La transgression de l’ordre corporatif par des recrutements extérieurs n’est donc pas un phénomène marginal, elle est massive. La diversification des profils des commis employés par les marchands et l’augmentation du nombre des salariés sans espoir d’établissement va de pair avec une évolution des qualifications sociales. Les commis âgés prennent le titre de «marchand bourgeois de Paris» dans les actes notariés. Les commissaires de police, particulièrement vigilants quant à l’exactitude des qualités déclarées par les témoins, débusquent les titres usurpés. Ainsi Louis Joseph Lochart, qui est né sur la paroisse de Saint-Merry en 1696, se présente comme «marchand bourgeois de Paris» demeurant rue Saint-Denis paroisse Sainte-Opportune dans quatre actes notariés de 1744 à 175550. On découvre qu’il est commis lors de l’apposition des scellés sur les biens de son beau-frère, Augustin Thomas Gabriel, en 175151. Lochart est au service d’un notable, Pierre Henry, garde en 1748, consul en 1759, marguillier de la paroisse de Sainte-Opportune, et administrateur de l’hôpital des petites Maisons. C’est l’expression «demeurant chez» qui permet de distinguer le patron salarié du patron. Cette discrétion des hommes mûrs sur leur condition de salarié n’est pas une spécificité parisienne : Maurice Garden a aussi remarqué qu’à Lyon, les registres paroissiaux ne comportent quasiment pas de compagnons âgés de plus de 30 ans52. On l’observe aussi dans l’usage de la qualité de «bourgeois de Paris», qui cache le plus souvent un domestique en activité ou retraité.

23Les jeunes gens qui travaillent dans le commerce d’un de leurs parents tiennent aussi à la discrétion sur leur condition économique et préfèrent ne plus avoir de qualité. Dans la première moitié du xviiie siècle, ils se présentaient ou étaient présentés comme «commis» ou «garçon», mais Antoine Pelletier est le dernier en 1750. Non que les marchands se privent de recourir au travail familial, mais l’on n’ose plus englober sous une même appellation les parents et ceux qui sont étrangers à la famille. Les commis repreneurs d’entreprise tendent même à imiter les héritiers. Quand Réveillon rachète en 1753 le commerce de Maroy, on devine qu’il est son commis parce qu’il demeure à la même adresse que le vendeur. Ce refus des titres portés autrefois même par les fils de famille correspond sans doute à une dévalorisation du salariat. Garçon, commis sont des qualités trop indignes pour être portées par de futurs chefs d’entreprise.

  • 53 S. L. Kaplan, Réflexions sur la police du monde du travail, 1700- 1815, dans Revue historique, 261, (...)
  • 54 M. Marraud, De la ville à l’État. La bourgeoisie parisienne xviie- xviiie siècle, Paris, 2009, note (...)
  • 55 J.-A. Durbec, Les Six-Corps des marchands de Paris, dans Bulletin de la Chambre de commerce de Pari (...)
  • 56 Encyclopédie méthodique. Commerce, tome 1, Paris-Liège, 1783, p. 57.

24Cette hypothèse est confortée par l’évolution de la confrérie des garçons marchands. En 1749, un édit proclame que «toute confrérie doit être regardée comme une association illégale»53, et l’arrêt de 1696 est réédité. La confrérie de «tous les garçons-facteurs et apprentifs des marchands» élit les sieurs Sauvage et Nau comme nouveaux administrateurs. Les Six-corps (sans les merciers) prennent fait et cause pour les deux élus, fils de maître, ils assurent qu’ils n’ont pas de confrérie commune et que la prétendue «confrérie des garçons-facteurs des marchands de Paris» est la confrérie des seuls merciers54. Celle-ci produit un règlement en 15 articles de 1658, confirmé par lettres patentes d’octobre 1659, des lettres de surannation de 1673 et un arrêt de la Cour de Parlement qui ordonnait l’enregistrement de ces lettres (11 août 1674). D’après ces statuts, elle s’occupe uniquement de culte divin et d’aumônes, mais n’organise ni festins ni repas. La cotisation est de 4 sols pour les garçons-facteurs et de 2 sols pour les apprentis. Les Six-Corps, toujours sans les merciers, forment opposition à l’arrêt de 167455. À la veille de la Révolution, la confrérie a son siège dans la basse Sainte-Chapelle du Palais où ses biens seront saisis, et elle est surnommée l’alloyau56, on n’en sait pas plus. Mais il est clair que les fils de maître et apparentés et les salariés ordinaires ne peuvent plus partager le même espace de sociabilité.

25Les jeunes gens sortis d’apprentissage sont donc concurrencés par différents acteurs sur le marché du travail et isolés. Certains réussissent cependant à devenir maîtres.

Devenir marchand, fortune et infortune des commis

  • 57 L. Depambour-Taride, Les origines du fonds de commerce : l’apparition de la clientèle dans les sour (...)
  • 58 AN, MC, XLII 261, 9 mars 1706, inventaire après décès de Philippe Morand, marchand mercier (Bertran (...)
  • 59 G. Riello, Le déclin des corporations de Londres : les cordonniers au xviiie siècle, dans Revue d’H (...)

26L’accès à la maîtrise est étroit à la fin du xviie siècle, on l’a vu, avec une moyenne annuelle est de 44 nouveaux merciers. «Le parfait négociant contient des modèles de contrats destinés à ceux qui veulent entrer en association, mais aucune formule de vente de boutique. Savary explique, en effet, qu’on entre dans le commerce soit parce qu’on est fils de marchand, soit par l’association, soit par le mariage avec la fille d’un marchand»57. Un seul homme de notre corpus entre dans ces catégories : en 1711, Bertrand Le Camus épouse la fille de son maître défunt et reprend son commerce58, mais le jeune homme est le fils d’un notable de Boulogne-sur-Mer. Or les apprentis issus de familles bourgeoises urbaines se raréfient sous Louis XV; comme à Londres, le recrutement des communautés qui était largement provincial à la fin du xviie siècle devient de plus en plus local59. Les modalités d’accès au corps sont donc transformées.

  • 60 À titre de comparaison, «une étude portant sur deux paroisses du centre de la ville de Tours montre (...)
  • 61 M. Davies, Governors and governed : the practice of power in the Merchant Taylors’ Company in the f (...)

27Au mitant des Lumières, la mercerie s’ouvre davantage puisque le nombre des nouveaux merciers reçus chaque année double par rapport à la période précédente. Mais la moitié des nouveaux merciers sont des hommes mûrs, issus pour la grande majorité de l’artisanat : ceux-ci ont quitté leur communauté pour devenir mercier, ou bien ils ont acquis la qualité de mercier tout en conservant leur ancienne appartenance corporative; ce recrutement correspond très probablement à l’accès «by rédemption» des communautés de métier anglaises. Les hommes qui ont emprunté la voie traditionnelle apprenti-commis ne représentent donc qu’un quart des entrants de la mercerie. De fait, l’apprentissage est alors peu pratiqué : 79 contrats sont signés en 1751, 69 en 1761. Environ 30% de ces apprentis seront reçus maîtres, soit une petite vingtaine par an. Les sources disponibles ne permettent malheureusement pas de savoir si ce taux diminue60, mais ces données sont comparables à celles des tailleurs londoniens aux xve-xvie siècles : entre la moitié et les deux tiers des apprentis de Londres n’achèvent pas leur formation et quittent la ville, ou bien ils s’engagent comme salariés dans le monde du travail61.

28Reste à déterminer comment les commis qui deviennent marchands y parviennent. Est-il nécessaire de disposer d’un capital familial? Ou bien peut-on accumuler par son travail un capital suffisant pour s’établir à la tête d’un commerce? Y a t-il des organismes de prêt? Les maîtres contribuent-ils à l’établissement de leurs commis?

  • 62 AN, MC, CXII 661, 30 mars 1728, testament de Pierre Boudin; id, 26 octobre 1728, inventaire après d (...)
  • 63 AN, MC, CXV 593, 22 octobre 1751, liquidation de la succession d’Henri Lehuart.

29La rémunération des employés de commerce fait l’objet de pratiques variées. La rétribution de quelques commis n’est pas monétarisée. Simon Lefebvre «garçon de boutique», pourtant parent de l’épouse de son maître, n’est pas payé, «ses nourritures et entretiens sont compensés par ses services»62. Simon Lehuart, garçon marchand de Simon Queil de Rochandré vers 1751, n’a touché aucun appointement la première année63.

30Les revenus des autres salariés sont des gages ou des appointements. Les fonctions des salariés du commerce et celles des domestiques sont clairement distinctes, mais pas forcément le nom de leurs revenus. Les employés à gages sont du genre masculin et féminin. Les revenus sont faibles, 100 livres par an, c’est-à-dire équivalents de ceux des domestiques.

  • 64 AN, MC, XCVIII 516, 4 octobre 1751, inventaire après décès de Henri Maximilien Gaucherel.
  • 65 AN, MC, III 949, 15 décembre 1751, testament de Jacques Godefroy.
  • 66 AN, MC, XCVIII 532, 29 octobre 1755, partage de la succession de Henri Maximilien Gaucherel.
  • 67 AN, MC, XLI 485, 19 mars 1744, testament de Jeanne Verrier veuve Jacques Briard, cy devant au servi (...)
  • 68 AN, MC, III 949, 29 décembre 1751, inventaire après décès de Jacques Godefroy.

31Le terme d’appointements, qui sert aussi à nommer la rétribution des clercs de notaires, des précepteurs, apparaît la première fois en 1724 pour qualifier le salaire du parent d’un maître. Il n’est jamais employé pour qualifier l’argent gagné par une femme. Le montant des appointements varie entre 150 et 1000 livres par an. Les commis qui sont au service de gros marchands et les teneurs de livres perçoivent 500 à 1000 livres par an. Leur profil peut être précisé à travers la figure de Jacques Godefroy puisque nous disposons de son testament et de son inventaire après décès. Godefroy est issu d’une famille de petite bourgeoisie mais en voie de déclassement : son oncle, Michel Godefroy, greffier civil au parlement de Paris, était séparé de biens à la fin du xviie siècle, son père, Pierre Godefroy, était «bourgeois de Paris». Jacques Godefroy a deux sœurs dont les époux ont apparemment fait de mauvaises affaires : Jeanne Claire Godefroy est l’épouse de Claude Lefebvre, marchand bonnetier, Anne Elisabeth Godefroy, veuve de Nicolas Meusnier, s’est remariée avec le sieur Lousier, coutelier armurier à Troyes. Godefroy travaille, à partir du 5 novembre 1739, pour un grand notable, Henri-Maximilien Gaucherel (1702-1751), marchand mercier de soie, marguillier de Saint-Germain l’Auxerrois en 1745, quartinier depuis 1731, échevin en 1750, et porteur de la châsse de Sainte Geneviève depuis 1731. Il est rémunéré 1000 livres par an. Il vit, rue des Bourdonnais paroisse Saint-Germain l’Auxerrois, dans un petit logement qui dépend de la maison de son maître, mais il paie lui-même sa capitation. Le 16 février 1750, Godefroy cesse son travail mais continue à vivre chez son ancien maître. Le 27 septembre 1751, Gaucherel meurt, Godefroy n’apparaît ni dans son testament (alors que Gaucherel fait des dons à ses domestiques), ni dans son inventaire après décès commencé le 15 octobre suivant; ni la pièce où vit Godefroy, ni sa personne ne sont mentionnées64. Godefroy tombe malade peu après, il rédige son testament le 15 décembre65 «dans la maison de Mme la veuve Gaucherel, où pend pour enseigne la Couronne d’or, dans une petite chambre en entresol sur le derrière, ayant vue sur la petite cour»; il y décèdera peu avant la nouvelle année. Le testament révèle un homme qui se pense et agit comme un bourgeois, ce qui est cohérent avec sa qualité de «marchand bourgeois de Paris». Il choisit Nicolas Gilles Pigeon, procureur au Châtelet, son «ancien ami», pour l’exécution du testament, et il lui donne un diamant de 800 livres; celui-ci n’est pas un voisin puisqu’il réside rue et paroisse Saint-Jacques de la Boucherie. Soucieux d’empêcher la saisie de ses biens par les créanciers de ses sœurs, il substitue la propriété de sa succession à leurs enfants. Godefroy est propriétaire, avec sa sœur Lefebvre, d’une maison qui est située grande rue du faubourg Saint-Antoine (évaluée 18 000 livres en 1745); il y dispose d’une chambre où est accroché un «portrait de Jean-Baptiste Godefroy frère». Les legs particuliers montrent un homme bien intégré dans la maisonnée de son maître et dans son quartier : 120 livres sont destinés aux pauvres de sa paroisse, 300 livres à M. Lefebvre, teneur de livres de Mme Gaucherel, 24 livres «à la nommée Nanette, cuisinière de ladite dame», et ... 200 livres à Mme Gaucherel «en reconnaissance des bontés qu’elles a eues pour moi et de la confiance dont elle m’a toujours honoré». Ce don peut paraître étonnant, voire absurde. M. et Mme Gaucherel ont marié trois de leurs huit enfants avec chacun une dot de 60 000 livres en 1744, 1747 et 1751, Mme Gaucherel est à la tête d’une fortune de quelques centaines de milliers de livres. Mais Godefroy exprime sa gratitude envers une famille qui a un sens aigu du devoir d’état : les Gaucherel garde leurs vieux serviteurs sous leur toit; et quand le teneur de livres Lefebvre mourra quelques années plus tard rue des Bourdonnais, ses frais d’inhumation seront payés par Mme Gaucherel pour un montant de 146 livres66, somme sensiblement égale aux dépenses d’enterrement payées par les Gaucherel pour leur jeune parent, Charles Louis Gaucherel. Le don d’une partie de ses biens à son maître traduit le sentiment d’intégration des salariés dont on peut trouver d’autres témoignages67, même s’il s’agit probablement d’une pratique archaïque. L’inventaire de Godefroy, décédé «garçon non marié»68, témoigne enfin de son auto-formation : indépendamment des inévitables livres de dévotion, du Nouveau Testament et du Dictionnaire de Furetière, on remarque «un volume folio tenant de l’art de tenir les livres de compte», un dictionnaire franco-allemand, plusieurs cartes de géographie et un petit volume de cartes géographiques servant à l’histoire ancienne de M. Roslin. Cet exemple présente le cas d’un commis qui dispose de capitaux économiques conséquents (au minimum 10 000 livres). Il ne semble pas avoir cherché à sortir du salariat, peut-être parce qu’il s’est enrichi à un âge avancé, peut-être parce qu’il était heureux chez les Gaucherel.

  • 69 AN, MC, XCVIII 532, 29 octobre 1755, partage de la succession de Henri Maximilien Gaucherel.

32Un seul des salariés de notre corpus est payé au pourcentage des ventes et des rentrées d’argent (2%)69.

33L’accumulation du capital est donc possible pour les commis les plus compétents, qui sont aussi les moins nombreux, mais pour les autres, elle ne permet pas l’établissement. Les positions socio-économiques intermédiaires entre l’employeur et le salarié qu’on trouve dans les manufactures et qui sont lucratives sont rares dans le commerce parisien parce qu’il y a peu de sociétés en commandite.

  • 70 AN, MC, XXVIII 375, 22 juillet 1761, testament de Jean Nolan (garde en 1736, grand garde en 1758, m (...)

34Les gages ou appointements ne sont qu’une des formes de la contribution que le maître peut apporter à l’établissement de son salarié. Il faut aussi prendre en compte les dons ou les transactions ponctuels. Avant le mitant du xviiie siècle, ces dons, dont la valeur oscille entre 100 et 500 livres, sont tournés vers le passé, les testateurs les justifient généralement par le désir de remercier leurs salariés de leurs bons services. Les employés sont pensés comme des bons pauvres. Ces legs n’ont, sauf exception, aucun lien avec l’avenir familial et professionnel de l’employé. Ceux que Jean Nolan, un notable de 73 ans, fait en 1761 sont à la charnière de cet ancien système de valeur et des nouvelles mentalités. Il récompense son garçon et sa fille de boutique qui ont été à son service pendant plus de 30 ans en leur donnant des rentes viagères (400 à 500 livres par an pour la demoiselle, 600 pour l’homme)70. À partir des années 1750, désormais, les relations entre maîtres et commis s’intensifient uniquement quand l’avenir familial ou professionnel du salarié est en jeu.

  • 71 AN, MC, LXVII 594, 13 août 1755, mariage Jacques-Paul Mouchet – Marie Eleonore Lando.
  • 72 La seule exception est le don par Reveillon de la moitié des ustensiles de son commerce à Saffroy, (...)
  • 73 AN, MC, XXXVIII 208, 16 décembre 1720, dépôt du testament olographe de Joachim Granderye. Sur la bo (...)
  • 74 AN, MC, XLI 511, 9 avril 1750, apprentissage
  • 75 AN, MC, XLI 521, 10 octobre 1752, remariage Paul Dhollande, veuf – Marie Anne Vitry.

35Les salariées qui se marient bénéficient de dons qui sont spécifiés dans leurs contrats71. Pour les salariés masculins, le mariage est secondaire, c’est l’établissement à la tête d’une boutique qui est central72. Dès 1720, un maître, janséniste, prévoit la cession de son commerce à son commis en lui faisant un don de 8000 livres et en lui accordant un an de bail gratuit73. En 1750, un mercier engage son salarié comme apprenti et appuie son établissement. Paul d’Hollande est le fils d’un menuisier, né en 1713 à Plainville dans le diocèse d’Amiens. Il devient garçon de boutique de Richard Thimothée Boucher, teinturier et mercier, et de son gendre Laurent Garnier, mercier reçu par suffisance en 1747, qui sont associés. Le 9 avril 1750, Garnier prend Dhollande comme apprenti, «sans aucun deniers déboursés» «pour reconnoistre par ledit sieur Garnier les bons services qui luy ont été rendus ainsi qu’au sieur Richard Thimothée Boucher son beau père et associé par led sieur Dhollande en qualité de garçon de boutique depuis tout le passé jusqu’à cedit jour»74. À rebours des exigences corporatives, l’apprentissage suit donc l’exercice de la fonction de commis, et il est fictif puisque l’intégration de Dhollande dans le corps de la mercerie suit de peu (il est reçu le 16 juillet). Dhollande, qui a 37 ans, s’est marié le 31 mars : il est peu fortuné puisqu’il ne précise pas le montant de ses biens, mais Garnier et Boucher sont témoins (et ils le seront aussi à son remariage deux ans plus tard75).

  • 76 L. Croq, La vie familiale à l’épreuve de la faillite : les séparations de biens dans la bourgeoisie (...)
  • 77 «On apprend que la veille, mardi gras vers cinq heures du matin, M. l’archiprêtre curé de Saint-Sév (...)

36Mais le phénomène le plus marquant est l’apparition des ventes de fonds de commerce aux anciens commis (cinq contrats). La transaction n’est qu’un acte économique, le commis n’épouse pas concomitamment la fille du maître. Deux -au moins – de ces ventes ont été faites dans un contexte où le vendeur voulait vendre rapidement son fonds. L’ancien maître de Réveillon, séparé de biens depuis janvier 1750, lui cède son commerce bien amoindri en 175376. La veuve du riche marchand de soie Pierre Charles Mathieu de Longchamp, enterré le 10 octobre 1781, vend son fonds à son commis peu avant son remariage le 13 février 1782.77

Tableau 2
POTS-DE-VIN ET CAUTIONS DANS LES CESSIONS DE COMMERCES À DES COMMIS (1740-1785)

Vendeur-acquéreur(s)

Valeur des marchandises avec ou sans ustensiles (en livres)

Ustensiles

Pots-de-vin ou épingles (en livres)

Loyer annuel (en livres)

Caution

174678

Groux – Delamare

36512

3500

1050

sa mère et son frère

175179

Charpentier – Lechantre

39104

30000

(son père, maître menuisier, acquiert le fonds avec lui)

175380

Maroy –Reveillon

4568

300

480

René Dehargue

1773

Reveillon – Leclerc

38347

6000

178181

veuve de Longchamp – Bizet

82812

6000

un couple, dont l'homme, huissier priseur au Châtelet, se nomme aussi Bizet, et deux marchands d'étoffes de soie apparemment sans rapport de parenté

  • 78 AN, MC, XXX 300, 10 mars 1746, vente Groux – Delamarre.
  • 79 AN, MC, LXXIX 74, 31 décembre 1751, vente Charpentier – Lechantre.
  • 80 AN, MC, LXXV 629, 13 juillet 1753, vente Maroy – Réveillon.
  • 81 AN, MC, XXVI 700, 31 décembre 1781, vente veuve de Longchamp – Bizet.

Note78
Note79
Note80
Note81

  • 82 AN, MC, X 637, 4 mai 1773, vente Reveillon – Leclerc.
  • 83 L. Croq, Être et avoir, faire et pouvoir : les formes d’incorporation de la bourgeoisie parisienne (...)
  • 84 «Exposé justificatif pour le sieur Reveillon, entrepreneur de la Manufacture royale de papiers pein (...)
  • 85 N. Lyon-Caen, Un roman bourgeois sous Louis XIV. Récits de vies marchandes et mobilité sociale : le (...)

37Les cinq contrats de vente comportent des pots-de-vin, qui s’ajoutent à la valeur des marchandises et ustensiles de boutique. Les pots-de-vin apparaissent nommément dans les années 1740 dans les cessions de fonds de commerce de mercerie (j’en ai trouvé onze en tout). Ainsi, en 1773, Reveillon évalue à 6000 livres les ustensiles de sa boutique «pour leur valeur et pot de vin», mais il les offre à ses anciens commis82. Ces ventes sont aussi remarquables parce que quatre des cinq acquéreurs sont cautionnés, ce qui souligne l’importance déterminante du crédit familial dans l’accès à la maîtrise. Les actes dont Réveillon est partie prenante sont originaux à tout point de vue. La valeur du fonds de commerce qu’il achète en 1753 est très modique, il est cautionné non par un parent, mais par un gros marchand de soie qui fait campagne avant son élection comme garde de la mercerie. Un an après, il épouse la fille de son ancien maître. Et en 1773, il cède son commerce à un de ses deux garçons de boutique mais n’exige qu’une caution morale (la vente est signée «en présence et de l’agrément de François Marie Cauger licencié en théologie de la faculté de Paris recteur de l’université et professeur d’éloquence au collège Mazarin y demeurant paroisse Saint-Sulpice», cousin du sieur Le Clercq»)83. Le récit de son établissement que Réveillon a rédigé en 1789 est une fable84, mais sa tonalité dramatique souligne que, sans un concours de circonstances heureux, il serait resté un salarié. Il ressemble fort à Homassel, jeune commis sans le sou qui ne parvient pas à s’intégrer dans la mercerie parisienne, mais qui devient entrepreneur par la conjonction d’un faisceau de chances85.

  • 86 S. Woolf, The Poor in Western Europe in the Eighteenth and Nineteenth Centuries, Londres, 1986.
  • 87 P. Chaunu, La mort à Paris 16e, 17e, 18e siècles, Paris, 1978, p. 421-422.
  • 88 Ainsi Jean Henri Landry lègue 2000 livres aux pauvres marchands et artisans de la paroisse Saint-Ro (...)
  • 89 R. Canac, Un exemplaire du développement du colportage : la commune de Mizoën, ensuite de C. Robert (...)
  • 90 F.-J. Ruggiu, L’individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaise et française (1720-1780) (...)
  • 91 I. W. Archer, The livery companies and charity in the sixteenth and seventeenth centuries, dans I. (...)

38Les jeunes hommes doués mais sans fortune ne font pas partie du public des œuvres de charité en pays catholique86. Les charités institutionnelle et privée sont tournées vers les pauvres, malades, honteux87... Elles dotent parfois des filles, exceptionnellement des garçons. Elles sont surtout destinées à secourir les artisans et les marchands en voie de déclassement ou déjà ruinés88. En milieu protestant, l’établissement des jeunes marchands sans fortune semble plus aisé. Dans le village de Mizoën en Oisans, au xviie siècle, les marchands colporteurs de la communauté alimente par des dons et des obligations une caisse qui sert, entre autres choses, «à effectuer des prêts d’investissement pour les nouveaux marchands»89. En Angleterre, dès le xvie siècle, des testateurs laissent des fonds qui seront prêtés à des marchands pauvres90, et des organismes charitables liés aux corporations prêtent de l’argent sans intérêt à des jeunes gens désireux de s’établir91.

39Le capital familial détenu par les commis reste donc fondamental pour leur intégration dans la mercerie. Sous Louis XIV, il s’agit d’un capital autant symbolique qu’économique, c’est-à-dire d’un fort capital social, alors qu’au temps de Louis XV, la détention d’un capital économique important suffit, quelle que soit son origine. Une caution expresse compense le déficit de capital symbolique et de crédit.

Conclusion

40Sous Louis XIV, le marché du travail est cloisonné et segmenté pour les professions incorporées. Les commis de la mercerie sont engagés après avoir fait leur apprentissage, ils sont clairement distingués des alloués. Leur fonction, temporaire, prend place entre un passé et un avenir professionnel et familial. Chaque corps contrôle son recrutement, les étapes de la formation des nouveaux maîtres forment un cursus intégré. Le commis occupe une place centrale dans le dispositif de renouvellement du corps, il ressemble à l’apprenti et au maître, c’est le même homme, à un âge différent. Les commis, issus de la bonne bourgeoisie, intègrent souvent à la fois le corps de la mercerie et une famille de merciers. Ceux qui échouent et restent de bons serviteurs bénéficient de la bienveillance de leurs maîtres.

41À partir de la Régence, le marché du travail devient plus fluide. Progressivement, le recrutement des commis s’émancipe du cadre corporatif, les places accessibles aux hommes récemment sortis de l’apprentissage sont moins nombreuses, occupées par les femmes, les teneurs de livres, les commis âgés, les salariés précaires... La tendance est encore accentuée dans les années 1740-1750. Les employés s’engagent indifféremment au service du maître d’une communauté ou d’une autre. Le salariat est de plus en plus déconnecté d’un avenir professionnel précis, en particulier d’un établissement à la tête d’une petite entreprise. Le salarié sans espoir d’établissement devient une figure dominante. Les fils de bonne famille ne s’identifient plus, même temporairement, aux commis issus de milieux plus modestes.

  • 92 «Après avoir été clerc de notaire en province, c’est dans cette rue [Montorgueil] que mon père avai (...)
  • 93 M. Marraud, Permanences et déplacements corporatifs dans la ville, le corps de l’épicerie parisienn (...)
  • 94 AN, MC, XVII 628, 16 février 1761, vente de fond de boutique d’épicier par François Bazin, marchand (...)

42L’accroissement des procédures de contrôle des compagnons et autres salariés des ateliers et commerces témoigne aussi de la distanciation croissante avec les maîtres. Celle-ci est peut-être moins forte dans le corps des épiciers que dans le reste des communautés de métiers, même s’ils recrutent aussi des teneurs de livres92. En effet, des épiciers, dont une partie s’était déjà opposé à l’adoption du certificat de congé au milieu du xviiie siècle, s’insurgent en 1786 contre son extension à tous les salariés. L’épicerie est un corps beaucoup moins nombreux que la mercerie, qui peut faire, à intervalle plus ou moins régulier, un décompte précis de ses membres93. Par ailleurs, dans la base Arno, il est frappant de voir la multiplicité des ventes de fonds de commerce et cessions de baux à d’autres épiciers, dont certains sont des garçons, indépendamment des transmissions familiales, actes tout à fait exceptionnels dans la mercerie94. 16% des maîtres du corps de l’épicerie soutiennent que les garçons, qui sont des jeunes gens «de bonne famille», «bien élevés», «instruits», sont en quelque sorte leurs «élèves», et qu’ils ne sont traités «point comme des serviteurs... [mais] comme [des] amis». L’enregistrement «tient de la servitude pour laquelle ils ne sont pas nés», le livret est seulement approprié «à des états de la plus basse extraction», à celui des domestiques et «à la classe des gens de métier». En face, le discours des gardes énonce des valeurs qui deviendront la norme au xixe siècle, mais qui font encore débat :

  • 95 S. L. Kaplan, La fin des corporations, Paris, 2001, p. 309-311.

L’amitié est un sentiment réfléchi, qui n’est point à leur portée. En thèse générale, il ne peut y en avoir entre deux êtres aussi disproportionnés d’âge, d’état et de considération. L’égalité peut encore moins se rencontrer entre le maître, indépendant de son subalterne, et celui qui participe à la domesticité. Car les conventions sociales impriment ce caractère à tout gagiste, commis, garçon, compagnon, ouvrier, etc.95.

43Ce discours des gardes de l’épicerie, qui met à égalité le garçon et l’ouvrier, aurait pu émaner des gardes de la mercerie. La modernisation de la vie économique a permis une ouverture progressive du marché du travail. L’univers corporatif parisien s’est en partie dissout de l’intérieur comme structure et pas seulement sous les coups de boutoir de la politique monarchique. Les frontières entre les salariés, qui sont de moins en moins rattachés à un corps, se sont atténuées.

Haut de page

Notes

1 Ce sont les lois d’Allarde (mars), Le Chapelier (juin) et Goudard (septembre).

2 S. L. Kaplan, 1776, ou la naissance d’un nouveau corporatisme, dans S. L. Kaplan et P. Minard (éd.), La France, malade du corporatisme? xviiie-xxe siècles, Paris, 2004, p. 56-58.

3 Ibid, p. 80.

4 P. Minard, Trade without institution? French debates about restoring guilds at the start of the nineteenth century, dans I. A. Gadd et P. Wallis (éd.), Guilds and association in Europe, 900-1900, Londres, 2006, p. 85.

5 J. Revel, Les corps et communautés, dans K. Baker (éd.), The French Revolution and the creation of modern political culture, vol. I : The political culture of the Old Regime, Oxford, 1987, p. 225-242.

6 En 1736, le procureur du roi au Châtelet reçoit le serment de 1012 hommes et femmes, membres des 124 corps et communautés parisiens. Les couturières sont les plus nombreuses (124, soit 11%), suivies par les merciers avec plus de 8%. En 1762, sur 1035 nouveaux maîtres et maîtresses, il y a 135 maîtresses couturières (13%), les cordonniers sont à la deuxième place avec 8% et les merciers à la troisième avec à peine plus de 7%. C. H. Crowston, Fabricating women. The seamstresses of Old Regime France, 1675-1791, Durham-Londres, 2001, p. 326-327.

7 Mémoire de Préel, vers 1690, nombre de maîtres par métier (BNF, Joly de Fleury, 1728, fol. 31), cité par A. Thillay, Le Faubourg Saint-Antoine et ses «faux-ouvriers». La liberté du travail à Paris aux xviie et xviiie siècles, Paris, 2002, p. 394.

8 C. Sargentson, The manufacture and marketing of luxury goods: the marchands merciers of the late 17th and 18th century Paris, dans R. Fox et A. Turner (éd.), Luxury trades and consumerism in Ancien Regime Paris. Studies in the history of the Skilled Workforce, Ashgate, 1998, p. 102.

9 F. Angiolini et D. Roche (éd.), Culture et formations négociante dans l’Europe moderne, Paris, 1995.

10 L. Croq, Les chemins de la mercerie, le renouvellement de la marchandise parisienne (années 1660-1760), dans A. Bellavitis, L. Croq et M. Martinat (éd.), Mobilité et transmission dans les sociétés européennes (xvie-xviiie siècles), Rennes, 2009, p. 87- 122.

11 D. Roche, Le Peuple de Paris, Paris, 1981. M. Baulant, Le salaire des ouvriers du bâtiment à Paris, de 1400 à 1726, dans Annales ESC, 26, 1971, p. 463-483. D. Garrioch et M. Sonenscher, Compagnonnages, confraternities and associations of journeymen in eighteenth-century Paris, dans European History Quarterly, 16, 1986, p. 25-45. M. Sonenscher, Work and wages. Naturel law, politics and the eighteenth century French trades, Cambridge, 1989.

12 P. Minard, Typographes des Lumières (suivi des Anecdotes typographiques de Nicolas Contat, 1761), Paris, 1989.

13 Sur 817 épouses de marchands merciers identifiées (mariages en 1e noces seulement), 28 sont des veuves de merciers.

14 Archives nationales de France (désormais AN), Y 11222B, 24 juillet 1735, plainte de Catherine Perrin, femme séparée quant aux biens de Jean Leguer, marchand de galons, et Marie Poittevin, sa fille de boutique.

15 AN, F 12/781A, dossier 11, 20 juin 1720, minute d’arrêt du conseil du roi. Y 14572, 11 août et 28 octobre 1782, plaintes déposées par Marie Madeleine Delangle épouse André-Joseph Fistiony (en 1765, Fistiony vend des marchandises prohibées ou omet de payer des droits dûs au roi, mais ce sont ses deux commis qui sont emprisonnés).

16 J. S. Ravel, The contested parterre: public theater and French political culture, 1680-1791, Ithaca, 1999, p. 235.

17 R. de Lespinasse, Les métiers et corporations, II, Paris, 1892, p. 232-285.

18 AN, F 12/781A, dossier 11, 20 juin 1720, minute d’arrêt du conseil du roi.

19 G. Fagniez, Essai sur l’organisation de l’industrie à Paris aux xiiie et xive siècles, dans Bibliothèque de l’École des Chartes, 30, 1869, p. 83.

20 BNF, F-22410 ou F-23613 (843), déclaration d’octobre 1659 portant confirmation des statuts des facteurs garçons des marchands de la ville de Paris pour leur confrérie fondée par Saint-Louis en la Sainte-Chapelle.

21 Elle se réunit dans l’église de l’hôpital du Saint-Sépulcre. En 1676, elle passe commande au peintre Charles Le Brun d’un tableau qui est mis sur le retable de l’autel du chœur. Les chanoines disent différents services pour 250 livres par an jusqu’en 1691, puis pour 150 livres par an. AN, MC, XXXIX 176, 3 et 4 août 1691, convention entre les chanoines du Saint-Sépulcre, et les gardes de la mercerie. Pour une comparaison, voir l’étude d’O. Christin sur la confrérie des orfèvres: Le May des orfèvres, dans Actes de la recherche en sciences sociales, 105, 1994, p. 75-90.

22 J.-B. Denisart, Collection de décisions nouvelles et de notions relatives à la jurisprudence ..., 1771, 1e vol., p. 610, article «Confréries», no 5. Denis Richer devient Denis Richard dans d’autres sources.

23 Il sera reçu comme fils de maître en avril 1751 le même jour que son frère Jean-Louis. L’autre marguillier de la confrérie est un nommé Jean-Jacques Cavalier

24 Audiger, La Maison réglée, et l’art de diriger la maison..., Amsterdam, 1700, 3e édition, p. 177-191. Ce chapitre n’existe pas dans l’édition parisienne de 1700.

25 À titre de comparaison, voir le barème du prospectus des Annonces, affiches, nouvelles et avis divers de l’Orléanois : «Pour l’annonce des garçons-marchands ou clercs d’avocats, de notaires ou de procureurs et commis, qui chercheront à se placer» : 12 sols. «Pour les demandes des ouvriers qui chercheront du travail» : 6 sols. G. Feyel, Négoce et presse provinciale en France au 18e siècle : méthodes et perspectives de recherches, dans F. Angiolini et D. Roche (éd.), Culture... cit., p. 461.

26 Encyclopédie méthodique. Commerce, tome 2, Paris-Liège, 1783, p. 481.

27 AN, MC, VI 747, 27 novembre 1761, inventaire après décès d’Elisabeth Pelagie Galliot épouse Louis Pierre Bon.

28 AN, MC, CXII 683, 29 juillet 1740, testament.

29 S. L. Kaplan, L’apprentissage au xviiie siècle : le cas de Paris, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 40, 1993, p. 461-466.

30 S. Juratic, Le monde du livre à Paris entre absolutisme et Lumières. Recherches sur l’économie de l’imprimé et sur ses acteurs, Paris, 2003, p. 163, donne deux exemples de filles de boutique employées en 1752 et 1753.

31 AN, MC, XXXIX 297, 16 février 1718, création de pension.

32 «[...] une jeune demoiselle de dix-sept ans fort aimable tant par la figure que par ses bonnes qualités, et l’aînée des huit enfants d’une veuve marchande à Lille en Flandres, laquelle demeuroit chez les Sieur et Dame Vanot marchand de mousseline et de dentelles rue Saint-Denis à l’enseigne de la Picarde, qui s’en étoient chargés pour lui apprendre le commerce [...]». S.-P. Hardy, Mes loisirs ou journal d’événemens tels qu’ils parviennent à ma connaissance (1753-1789), D. Roche et P. Bastien (dir.), I, Québec, 2008, p. 556 (12 décembre 1769).

33 En 1725, la corporation, qui a son bureau rue Quincampoix (no 22), comprend 659 membres. A. Franklin, Dictionnaire historique des arts, métiers et professions exercés dans Paris depuis le xiiie siècle, Marseille, 1987, tome 2, p. 436-437. Voir aussi N. Coquery, L’hôtel aristocratique. Le marché du luxe à Paris au xviiie siècle, Paris, 1998, p. 59.

34 Par exemple, AN, MC, XVI 747, 22 juin 1761, apprentissage de maîtresse lingère de Marie Elisabeth Chauvin avec Gabrielle Madeleine Julie Monvoisin épouse Hérau.

35 AN, MC, XXIV 751, 29 novembre 1756, arrêté de compte de tutelle des filles de François Louis Le Doux, marchand mercier.

36 Sophie Pestrelle était première fille de boutique d’Antoine- Joseph Bolotte, mercier reçu par suffisance en 1764, et de son épouse, Marie Jeanne Bataille, sous l’enseigne «À la tête d’or» rue Saint-Honoré. En décembre 1772, ils écrivent au lieutenant général de police pour se plaindre que «Mlle Pestrelle avait mené une cabale puis enlevé toutes les filles de boutique». M. Sapori, Rose Bertin, Ministre des modes de Marie- Antoinette, Paris, 2003, p. 57.

37 D. Julia, L’éducation des négociants français au 18e siècle, dans F. Angiolini et D. Roche (éd.), Culture... cit., p. 234-235.

38 P. Jouanique, Un classique de la comptabilité au siècle des Lumières, la Science des négociants de Mathieu de la Porte, dans Études et documents, Comité pour l’histoire économique et financière de la France, 5, 1993, p. 339-361. P. Jeannin, La diffusion des manuels de marchands : fonctions et stratégies éditoriales, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 45, 1998, p. 515-557.

39 A. Franklin, Dictionnaire historique... cit., tome 2, p. 688.

40 C. Métayer, Les écrivains publics du Paris populaire. Cimetière des Saints-Innocents xvie-xviiie siècle, Paris, 2000, p. 389-408 (le patronyme Lefebvre est bien représenté mais sans prénom, on ne peut savoir s’il s’agit bien du teneur de livres de Gaucherel).

41 AN, MC, XLI 485, 31 mars 1744, liquidation de la société entre la veuve et les héritiers de Jean Martin Sandrin d’une part et René Dehargue d’autre part.

42 Deux négociants associés engagent un commis au prix de 3000 livres par an, le commis d’un armateur spécialisé dans la traite négrière «ne touche pas plus de 1200 lt par an en 1784». Deux autres associés engagent un commis pour 500 lt la première année, 600 la 2e, 700 la 3e, plus la nourriture. P. Butel, Les négociants bordelais, l’Europe et les Îles au xviiie siècle, Paris, 1974, p. 169-170.

43 N. Coquery, Les écritures boutiquières au xviiie siècle : culture savante, encadrement légal et pratiques marchandes, dans N. Coquery, F. Menant et F. Weber (éd.), Écrire, compter, mesurer. Vers une histoire des rationalités pratiques, Paris, 2006, p. 163- 180.

44 M. Nikitin, Jean-Baptiste Payen (1759-1820) et l’ombre d’E T. Jones. Les débuts de la tenue des livres des manufacturiers, dans Histoire & mesure, 11, 1996, p. 119-137.

45 AN, Y 11349 A, 3 mai 1763, déclaration d’effraction sur la porte du magasin du sieur Lecomte.

46 AN, Y 11388, 28 juin 1772, information sur une tentative de vol de toiles du sieur Gruel

47 P. Dupieux, Les attributions de la juridiction consulaire de Paris (1563-1792). L’arbitrage entre associés, commerçants, patrons et ouvriers au xviiie siècle, dans Bibliothèque de l’école des chartes, 95, 1934, p. 116-148.

48 Un autre exemple : le 21 décembre 1779, François Jean Bailly, «ci devant commis chez les négociants et depuis ayant travaillé chez le sr Chiroux inspecteur de police», garçon de 24 ans et demi, originaire de la paroisse Saint-Pierre des Arcis, quitte le Grand Châtelet pour les cabanons de Bicêtre d’où il sort le 18 mai 1780, il s’engage alors pour les colonies.

49 Archives des hôpitaux de Paris, 1Q266, p. 53, 59, 129, 155, 156 et 240.

50 AN, MC, XLI 485, 17 janvier 1744, dépôt de procuration; XXXIX 407, 8 février 1751, notoriété ensuite d’un partage; CV 1236, 2 juin 1751, vente d’une portion de maison; XLI 531, 13 mai 1755, constitution d’une rente viagère.

51 AN, Y 15798, 5 juin 1751, scellés après le décès d’Augustin Thomas Gabriel.

52 M. Garden, Ouvriers et artisans au xviiie siècle : l’exemple lyonnais et les problèmes de classification, dans Revue d’histoire économique et sociale, 48, 1970, p. 28-54, reproduit dans R. Favier et L. Fontaine (éd.), Un historien dans la ville, Paris, 2008, p. 99.

53 S. L. Kaplan, Réflexions sur la police du monde du travail, 1700- 1815, dans Revue historique, 261, 1979, p. 61.

54 M. Marraud, De la ville à l’État. La bourgeoisie parisienne xviie- xviiie siècle, Paris, 2009, note 7, p. 126.

55 J.-A. Durbec, Les Six-Corps des marchands de Paris, dans Bulletin de la Chambre de commerce de Paris, 1952, p. 160-162.

56 Encyclopédie méthodique. Commerce, tome 1, Paris-Liège, 1783, p. 57.

57 L. Depambour-Taride, Les origines du fonds de commerce : l’apparition de la clientèle dans les sources parisiennes, dans Revue historique de droit français et étranger, 63, 1985, p. 341-342.

58 AN, MC, XLII 261, 9 mars 1706, inventaire après décès de Philippe Morand, marchand mercier (Bertrand Le Camus est un des deux garçons de boutique); XLII 279, 19 septembre 1711, mariage Bertrand Le Camus d’Houloue – Claire Morand.

59 G. Riello, Le déclin des corporations de Londres : les cordonniers au xviiie siècle, dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 54, 2007, p. 156-157 (d’après les recherches de Stephan R. Epstein).

60 À titre de comparaison, «une étude portant sur deux paroisses du centre de la ville de Tours montre que 75% des ouvriers mariés entre 1690 et 1715 ont accédé à la maîtrise, 40% de ceux qui ont convolé entre 1735 et 1745 et 8% seulement de ceux qui l’ont fait entre 1760 et 1770». C. Petit frère, 1784, Le scandale du Mariage de Figaro. Prélude à la Révolution française?, Bruxelles, 1989, p. 166, note 37.

61 M. Davies, Governors and governed : the practice of power in the Merchant Taylors’ Company in the fifteenth century, dans I. A. Gadd et P. Wallis (éd.), Guilds, society & economy in London, 1450-1800, Londres, 2002, p. 68.

62 AN, MC, CXII 661, 30 mars 1728, testament de Pierre Boudin; id, 26 octobre 1728, inventaire après décès.

63 AN, MC, CXV 593, 22 octobre 1751, liquidation de la succession d’Henri Lehuart.

64 AN, MC, XCVIII 516, 4 octobre 1751, inventaire après décès de Henri Maximilien Gaucherel.

65 AN, MC, III 949, 15 décembre 1751, testament de Jacques Godefroy.

66 AN, MC, XCVIII 532, 29 octobre 1755, partage de la succession de Henri Maximilien Gaucherel.

67 AN, MC, XLI 485, 19 mars 1744, testament de Jeanne Verrier veuve Jacques Briard, cy devant au service de M. Marsollier, marchand, demeurant devant la maison de M. Marsollier : elle lègue une rente viagère de 50 livres à son frère et le surplus «à mondit sieur Marsollier chez lequel j’ai demeuré».

68 AN, MC, III 949, 29 décembre 1751, inventaire après décès de Jacques Godefroy.

69 AN, MC, XCVIII 532, 29 octobre 1755, partage de la succession de Henri Maximilien Gaucherel.

70 AN, MC, XXVIII 375, 22 juillet 1761, testament de Jean Nolan (garde en 1736, grand garde en 1758, marguillier de Saint-Germain l’Auxerrois en 1736).

71 AN, MC, LXVII 594, 13 août 1755, mariage Jacques-Paul Mouchet – Marie Eleonore Lando.

72 La seule exception est le don par Reveillon de la moitié des ustensiles de son commerce à Saffroy, un de ses deux garçons de boutique, celui qui ne rachète pas le fonds de commerce.

73 AN, MC, XXXVIII 208, 16 décembre 1720, dépôt du testament olographe de Joachim Granderye. Sur la bourgeoisie janséniste, voir N. Lyon-Caen, La boîte à Perrette. Le jansénisme parisien au xviiie siècle, Paris, 2010.

74 AN, MC, XLI 511, 9 avril 1750, apprentissage

75 AN, MC, XLI 521, 10 octobre 1752, remariage Paul Dhollande, veuf – Marie Anne Vitry.

76 L. Croq, La vie familiale à l’épreuve de la faillite : les séparations de biens dans la bourgeoisie marchande parisienne aux xviie- xviiie siècles, dans Annales de démographie historique, 118, 2009, p. 33-52.

77 «On apprend que la veille, mardi gras vers cinq heures du matin, M. l’archiprêtre curé de Saint-Séverin [...] avoit donné dans sa chapelle la bénédiction nuptiale à la Demoiselle de Varenne veuve du Sieur Pierre-Charles-Matthieu de Longchamp marchand d’étoffes de soie [...] décédé le 8 et inhumé le 10 octobre 1781 et au nommé Lainé fils d’un boucher du fauxbourg Saint-Marcel pour lequel elle avoit de l’inclination dès avant son premier engagement qui n’avoit point été volontaire mais forcé». S.-P. Hardy, Mes loisirs... cit., à paraître (13 février 1782).

78 AN, MC, XXX 300, 10 mars 1746, vente Groux – Delamarre.

79 AN, MC, LXXIX 74, 31 décembre 1751, vente Charpentier – Lechantre.

80 AN, MC, LXXV 629, 13 juillet 1753, vente Maroy – Réveillon.

81 AN, MC, XXVI 700, 31 décembre 1781, vente veuve de Longchamp – Bizet.

82 AN, MC, X 637, 4 mai 1773, vente Reveillon – Leclerc.

83 L. Croq, Être et avoir, faire et pouvoir : les formes d’incorporation de la bourgeoisie parisienne de la Fronde à la Révolution, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, Paris, novembre 2009 (1e partie, chapitre 7, «Réveillon, un cas exceptionnel normal»).

84 «Exposé justificatif pour le sieur Reveillon, entrepreneur de la Manufacture royale de papiers peints, faubourg St.-Antoine», Mémoires du Marquis de Ferrieres, Bruxelles, 1823, p. 293-296. L. R. Rosenband, Jean-Baptiste Reveillon : a Man on the Make in Old Regime France, dans French Historical Studies, 20, 1997, p. 481-510.

85 N. Lyon-Caen, Un roman bourgeois sous Louis XIV. Récits de vies marchandes et mobilité sociale : les itinéraires des Homassel, Limoges, 2008.

86 S. Woolf, The Poor in Western Europe in the Eighteenth and Nineteenth Centuries, Londres, 1986.

87 P. Chaunu, La mort à Paris 16e, 17e, 18e siècles, Paris, 1978, p. 421-422.

88 Ainsi Jean Henri Landry lègue 2000 livres aux pauvres marchands et artisans de la paroisse Saint-Roch «pour continuer leur commerce et leur travail». AN, MC, XLVI 386, 1e décembre 1761, dépôt de testament olographe.

89 R. Canac, Un exemplaire du développement du colportage : la commune de Mizoën, ensuite de C. Robert-Muller, A. Allix, Les colporteurs de l’Oisans, Grenoble, 1925, p. 92-93.

90 F.-J. Ruggiu, L’individu et la famille dans les sociétés urbaines anglaise et française (1720-1780), Paris, 2007, p. 461.

91 I. W. Archer, The livery companies and charity in the sixteenth and seventeenth centuries, dans I. A. Gadd et P. Wallis (éd.), Guilds, Society... cit., p. 20. R. M. Berger, The most necessary luxuries. The Mercers’ Company of coventry, 1550-1680, State College PA, 1993, p. 239-240.

92 «Après avoir été clerc de notaire en province, c’est dans cette rue [Montorgueil] que mon père avait fait ses débuts à Paris, comme teneur de livres chez un épicier. Désireux de se lancer dans les affaires, il pensa à se marier à près de trente ans». P.-J. Béranger, Ma biographie, Paris, 1875, p. 5-6.

93 M. Marraud, Permanences et déplacements corporatifs dans la ville, le corps de l’épicerie parisienne aux xviie-xviiie siècles, dans Histoire & Mesure, 2010, p. 3-45.

94 AN, MC, XVII 628, 16 février 1761, vente de fond de boutique d’épicier par François Bazin, marchand épicier, à François Fatou, garçon épicier; CI 507, 19 février 1761, vente et transport de bail par Louis Nicolas Benoit Hebert, marchand épicier, à Pierre François Martinet, garçon marchand épicier; XIX 760, 28 février 1761, vente de fonds de boutique par Come Martial Sivry, marchand épicier, à Louis Coiffrel, garçon épicier; XC 405, 17 mars 1761, vente de marchandises d’épicerie par Marie Angélique David, femme séparée quant aux biens de Claude Guyot, marchand épicier, à Pierre Claude Caruel, garçon épicier, moyennant 2764 livres; L 469, 13 mai 1761, vente de boutique d’épicier par Pierre Barbier à Joseph Plocque, garçon épicier.

95 S. L. Kaplan, La fin des corporations, Paris, 2001, p. 309-311.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1PRÉSENTATION DU CORPUS
Légende NB : quatre salariés ont été comptés deux ou trois fois, quand ils ont été au service d’un marchand ou de plusieurs pendant plusieurs périodes
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Croq, « La désincorporation des salariés, l’exemple de la mercerie parisienne (1680-1776) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 115-128.

Référence électronique

Laurence Croq, « La désincorporation des salariés, l’exemple de la mercerie parisienne (1680-1776) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/598 ; DOI : 10.4000/mefrim.598

Haut de page

Auteur

Laurence Croq

Université Paris Ouest-Nanterre, CHISCO, laurence.croq@orange.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org