Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

La précarité des ouvriers de l’arsenal de Toulon à travers leurs mobilités (fin xviiie siècle-début xixe siècle)

Worker insecurity at Toulon’s arsenal and the question of mobility (end 18th to beginning 19th century)
Julien Saint-Roman
p. 103-113

Résumés

Les ouvriers de l’arsenal de Toulon connaissent la précarité du travail salarié. Les mobilités professionnelles et la contingence de leurs parcours individuels fragilisent encore plus la position de ces travailleurs. L’arsenal, agissant comme un poumon économique pour la ville, attire les ouvriers par milliers et les rejette dès qu’une campagne se termine ou que le budget de la Marine diminue. Et les nécessités de service quotidiennes conduisent les ouvriers à se déplacer dans les forêts européennes et sur les mers du monde. Tous ces mouvements représentent un risque pour eux et leurs familles, risque qu’ils cherchent à contenir par l’obtention d’un statut plus protecteur ou la transmission du métier à leurs enfants. L’acquisition de patrimoine, la pluriactivité et même la désertion sont d’autres moyens de combattre la précarité, mais eux non plus ne sont pas toujours efficients.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. Agulhon, Une ville au temps du socialisme utopique : Toulon de 1815 à 1851, Paris, 1970.
  • 2 D. Roche, De l’histoire sociale à l’histoire socio-culturelle, dans Mélanges de l’École française d (...)
  • 3 M. Acerra, Rochefort et la construction navale française (1661-1815), Paris, 1993, p. 131.
  • 4 M. Vergé-Franceschi, Toulon, port royal, 1481-1789, Paris, 2002, p. 260-261.
  • 5 P. Masson, Grandeur et misère des gens de mer, Paris, 1986, p. 135.

1Toulon, à la fin du xviiie siècle est une des plus grandes villes de France et a emboîté le pas des villes modernes. Par son port-arsenal, elle s’inscrit dans le mouvement industriel qui voit émerger la question sociale, sous la forme d’un socialisme utopique1. Toulon se pose comme un lieu privilégié pour l’enquête historique sur le fonctionnement culturel et social de ses acteurs individuels et institutionnels. « Conflits et alliances entre les groupes et les classes s’y dévoilent, les faits de comportements quotidiens, base d’une histoire de la culture matérielle, y sont l’objet d’un brassage révélateur des changements culturels profonds »2. Ce rôle de « multiplicateur culturel » et d’accélérateur historique touche toute la population de la ville, parmi laquelle les ouvriers de l’arsenal. Ceux-ci forment un groupe complexe où la diversité des métiers – du charpentier au serrurier en passant par les vitriers, les peintres, etc., une quarantaine au total – se superpose à la multiplicité des statuts. Ce que nous nommons « ouvrier » correspond autant à l’apprenti qu’au maître ; il peut, dans le même temps, être entretenu par l’État ou embauché par une entreprise sous-traitante, à moins que ce ne soit un ouvrier de levée c’est-à dire un travailleur réquisitionné par la Marine pour servir de main-d’œuvre supplémentaire. Cette hétérogénéité ne fait pas disparaître les différences économiques et sociales entre les ouvriers eux-mêmes et bien entendu, entre les ouvriers et l’ensemble de la population toulonnaise. Elle ne gomme pas non plus la disparité des origines géographiques de chacun. Dans sa thèse sur la construction navale à Rochefort, Martine Acerra décrit ainsi les ouvriers comme des acteurs tournés certes vers une production unique – le navire de guerre – mais dont « le mélange des métiers et des groupes, des origines et des sexes, des compétences, des responsabilités et des intérêts génèrent les tensions, les abus, les débordements, la petite et la moyenne délinquances révélateurs du goût de la fraude ou de la nécessité du larcin pour survivre »3. Le peuple toulonnais, par « sa misère, son inculture, son analphabétisme »4, n’est pas toujours décrit différemment. L’image de l’ouvrier des arsenaux se rapproche alors de celle des marins, réputés « séditieux, indociles, mutins, libertins »5, prompts à se laisser aller aux bagarres, aux vols et à l’alcool.

  • 6 M. Acerra, Rochefort et la construction navale française... cit., p. 131.
  • 7 F. Furet, Pour une définition des classes sociales inférieures à l’époque moderne, dans Annales ESC(...)
  • 8 L. Fontaine, L’économie morale, Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, (...)
  • 9 « qui se dit adverbialement d’un fonds dont on n’a pas la pleine propriété, dont on ne peut dispose (...)
  • 10 A. Fourcaut, De la classe au territoire ou du social à l’urbain, dans Le Mouvement Social, 200, 200 (...)

2On découvre derrière tous ces maux, par la lecture des archives, un monde marqué par la précarité. Comment en aurait-il pu être différemment tant cette « exceptionnelle concentration humaine d’hommes et de femmes d’horizons différents et de fonctions variées »6 dont l’arsenal est l’unique ressource ? Le travail fourni par l’établissement militaire apparaît comme le point commun rassemblant ces ouvrières et ces ouvriers. Il les relie au peuple, c’est-à-dire à l’ensemble de ceux dont « le travail est le seul patrimoine »7. L’activité laborieuse, salariée qui plus est, en ce xviiie siècle, est synonyme de pauvreté. Le peuple des villes, plus dépendant du salaire que celui des campagnes, travaille ou mendie, et le pauvre n’est rien moins que « celui qui, ne possédant que son travail, est susceptible de le devenir si, pour une quelconque raison, il ne peut travailler »8. Ajoutées à cela la mobilité, la pluralité géographique et la contingence des parcours individuels, nous retrouvons le cadre typique de la précarité. En effet, le terme de « précaire » à la fin xviiie siècle dépasse le cadre de la seigneurie donné au Moyen Âge et encore celui de la jurisprudence présente au xviie siècle9, mais son étymologie le lie irrémédiablement au thème de la prière et le renvoie toujours à l’idée de dépendance, de provisoire. À la veille de la Révolution française, il s’étend à ce qui est peu stable. Le Littré du xixe siècle définit le « précaire » comme ce qui ne s’exerce que par permission, que par tolérance, avec dépendance ; ou alors comme ce qui a peu de solidité, de force ; et enfin comme des choses dont on ne jouit que par une concession toujours révocable. Or la position de salariés d’État plonge les ouvriers de l’arsenal dans la dimension révocable du précaire. La précarité des travailleurs se traduit dans leur géographie via leurs recrutements et leurs migrations temporaires ou durables et nous fait comprendre comment les ouvriers de l’arsenal ne disposaient pas d’emblée d’une position solidement implantée. La précarité peut ainsi être vue comme ce que les sociologues appellent une « pauvreté potentielle » qui met le salarié dans une situation de dépendance du fait même de la révocabilité de son emploi. De ce point de vue, la mobilité sert de champ d’étude adéquat pour l’analyse de la précarité des ouvriers de l’arsenal de Toulon. Les territoires traversés par ces individus et ces groupes en déplacement permettent de redécouvrir les ouvriers et les classes populaires. D’une part parce que l’étude des territoires urbains favorise l’étude de « l’ensemble des habitants, leurs mobilités, circulations, migrations et réseaux »10. Les déplacements se perçoivent autant d’un point de vue global grâce à l’étude de la démographie de la ville et de l’arsenal que du point de vue micro-analytique par les itinéraires individuels dans une perspective réticulaire. D’autre part, parce que, si l’on s’intéresse principalement aux mobilités comme moyen d’assurer une activité sociale, en premier lieu professionnelle, si l’on exclut ce qui tient aux mobilités de loisirs où les finalités sont plus symboliques, et que l’on joue sur au moins deux échelles – celle quotidienne et la migration plus lointaine –, le territoire devient l’enjeu entre ceux qui l’occupent et ceux qui l’investissent nous fait dépasser le caractère trop local du sujet. La mobilité est alors synonyme d’instabilité et de risque, bref de précarité, en même temps qu’elle devient une opportunité dont le gain est difficile à appréhendé mais reste de l’ordre du possible.

3La question que nous nous posons est celle de savoir qui étaient ces ouvriers de l’arsenal de Toulon, d’où ils venaient et où ils allaient. Nous nous interrogeons en même temps sur les motivations de leurs déplacements ou leur désir d’immobilité. Nous souhaitons savoir ce que leur apportent leurs mouvements géographiques plus ou moins lointains, quels sont les impacts de ces migrations sur leur vie quotidienne autant que sur leur carrière professionnelle. La question du risque est centrale : quels sont les dangers qu’ils encourent et quels sont les profits qu’ils peuvent retirer de l’éloignement. Nous voudrions savoir pour les cas majoritaires où les mobilités sont synonymes de précarité, quels sont les moyens pour les ouvriers de l’arsenal de s’en prémunir. Pour tout cela nous partirons à la découverte des origines géographiques des ouvriers de l’arsenal de Toulon. Provençaux, méridionaux, d’aussi loin que se déployaient les ramifications de recrutements et d’approvisionnements de l’arsenal, l’origine géographique de ces ouvriers ne peut pas se réduire à la seule aire toulonnaise. Il en va de même quand on regarde les départs d’ouvriers en cas de licenciement. Leurs provenances et leurs destinations fluctuantes se retrouvent dans la sociologie des quartiers de la ville de Toulon. Nous verrons ensuite quels sont les effets des déplacements des ouvriers au-delà de leur cadre habituel. Les missions de l’arsenal obligeaient les personnels à bouger, que ce soit dans les forêts européennes, dans les arsenaux frères des côtes ponantaises, ou sur les mers du globe, et donc traverser des endroits inconnus peuplés de personnes étrangères. Ces expéditions étaient risquées mais s’avéraient parfois fort enrichissantes. Enfin nous nous pencherons sur les stratégies mises en place par ces ouvriers pour contrer la précarité de leur situation. La constitution d’un patrimoine immobilier pouvait servir d’ancre d’amarrage pour toute une famille, en même temps que l’exercice de plusieurs travaux eut pu sembler une source de revenus supplémentaires. Mais pour ne pas connaître les affres du travail à l’arsenal et les déplacements à Toulon, il n’y avait parfois pas d’autres choix que la désertion.

Des ouvriers aux origines diverses et aux horizons changeants

  • 11 D. M. J. Henry, Histoire de Toulon depuis 1789 jusqu’au Consulat d’après les documents de ses archi (...)
  • 12 M. Agulhon, Le recrutement du personnel ouvrier de l’arsenal de Toulon de 1800 à 1848, dans Provenc (...)

4Des érudits du xixe siècle voyaient les ouvriers de l’arsenal comme la « réunion de gens de divers pays, mais se recrutant principalement dans la campagne parmi les enfants des agriculteurs »11. Maurice Agulhon, lui, contestait cette « réalité du xixe siècle, repoussée à tort dans le passé ». Selon lui, le « milieu maritime toulonnais – ou provençal – en formait toujours le fond, mais les grands recrutements périodiques venaient brasser avec lui des éléments nouveaux, venus d’autres ports méditerranéens »12. L’étude de la démographie toulonnaise confirme cette assertion.

  • 13 M. Agulhon, Histoire de Toulon, Toulouse, 1980, p. 120.
  • 14 Ibid.
  • 15 J.-B. Gaignebet, Vauban et Toulon, dans Bulletin des Amis du Vieux Toulon et sa Région, 41, 1934, p (...)
  • 16 Service Historique de la Défense, Département Marine (désormais SHMT), 2G114, Constructions navales (...)
  • 17 SHMT, 1A1124, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 28 février 1779.
  • 18 Cf. la contribution de R. Merle dans l’ouvrage collectif, La vie pénible et laborieuse du colporteu (...)
  • 19 Cf. L. Fontaine, Ceux qui partent et ceux qui restent, dans Actes de la recherche en sciences socia (...)

5Avant la peste de 1720, Toulon comptait autour de 25 000 habitants ; l’épidémie réduisit la population à 10 000. La reprise ne fut pas immédiate, on compta encore « trente années frileuses »13 mais dans les années 1750, décennie où se font sentir les prémices à l’essor urbain toulonnais, 53 % des hommes sont nés hors de Toulon, pour 39 % des femmes, soit 46 % des conjoints14. Or, « qui dit aller à Toulon dit aller à l’Arsenal, qui dit vivre à Toulon dit vivre directement ou indirectement de l’Arsenal »15. Toulon retrouve son niveau démographique d’avant la peste dans les années 1760 et atteint au début de la Révolution près de 30 000 personnes. Parmi elles, les ouvriers de l’arsenal représentent 30 % des chefs de famille. Pour l’année 1791, 76,5 % des ouvriers de l’arsenal vivant à Toulon sont d’origine toulonnaise, tandis que 7,5 % sont d’origine varoise, 6 % d’origine provençale et 10 % du reste de la France. L’étude d’un registre de matricules de 1014 ouvriers employés aux constructions navales sur une longue période, soixante ans, entre 1736 et l’an III, permet de pondérer le caractère très toulonnais de ces ouvriers. Parmi eux, 49 % naquirent à Toulon, 11 % dans le Var, 17 % dans le reste de la France, et 1 % à l’étranger16. Signe de l’intégration par le mariage puis d’une forte endogamie sociale ? Preuve en tout cas que Toulon attire et fixe durablement. Les grands recrutements périodiques dont parle M. Agulhon sont, en premier lieu, les levées imposées par le système des classes. Elles s’effectuaient suivant les régions d’inspections, quatre au total : Bretagne, Normandie, Atlantique et Méditerranée. On estime qu’à la fin du xviiie siècle, la Provence ne fournissait qu’un cinquième des effectifs des gens de mer. Tout ouvrier exerçant une profession dite maritime dans les lieux maritimes, sur les côtes et les rivières affluentes, était, à ses débuts, inscrit sur l’état des apprentis ouvriers. À l’âge de 18 ans et après avoir figuré plus d’un an sur les registres, il était classé comme ouvrier non-navigant et disponible pour le service des arsenaux. L’ouvrier ayant navigué se retrouvait classé comme matelot sur le registre des gens de mer et il était spécifié sa profession. Lors d’une levée, les ouvriers étaient brusquement ramassés et envoyés dans les ports, sans ressource pour faire la route ni pour se loger. L’arsenal de Toulon recevait des ouvriers de toute la façade méditerranéenne de la France mais aussi du Sud-Ouest, des régions bordant le Rhône, et des régions forestières dans lesquelles la Marine s’approvisionnait en bois. Et en cas de nécessité, toutes les Inspections devaient s’entraider. La France recrutait même à l’étranger, notamment dans les États italiens (plus de 400 Italiens sont appelés en 1759), à Malte (ce fut le cas lors de la guerre en Amérique où pour suppléer au déficit d’effectifs embarqués, on compte par exemple 123 matelots maltais à bord de La Flèche17), à Raguse ou à Minorque. Les levées, apportant dans leur flux des « estrangers » qui pouvaient finalement élire domicile à Toulon, changeaient la physionomie de l’arsenal et de la ville. Les migrations les plus durables étaient souvent le fait de l’exode rural et amènent à Toulon des « ouvriers-paysans ». L’émigration des Gavots, habitants de la Haute Provence et du Sud du Dauphiné, par exemple, est une constante depuis la fin du Moyen Âge jusqu’au xxe siècle. Les habitants de ces terres pauvres, souvent surpeuplées, ont pratiqué l’émigration temporaire (travaux agricoles d’été, tournées de colportage l’hiver), et beaucoup se sont ensuite fixés au Sud de façon définitive18. Il en va de même des habitants des vallées de langue provençale du versant piémontais. En ce qui concerne l’arsenal, à chaque appel de main-d’œuvre non qualifiée a correspondu une « descente » alpine. Ces migrations vers Toulon permettent aux familles ou aux communautés villageoises des Alpes d’élargir l’espace géographique et social de leurs « fronts de métiers » et par là de mieux répondre aux structures de l’économie19.

6A contrario, l’absence d’armements provoquait le départ non seulement des ouvriers de levées mais aussi des ouvriers toulonnais au chômage. Chaque fin de conflit maritime se traduisait à Toulon par des vagues de licenciement dont le schéma se répétait toujours selon les mêmes critères. Le commandement du port congédiait en premier lieu les ouvriers de levée, puis les étrangers qui étaient en fait autant non-français qu’issus de régions au-delà du bassin toulonnais, puis les ouvriers locaux les moins compétents, pour petit à petit en arriver au noyau restreint des ouvriers entretenus. La fin de la Guerre d’Indépendance des États-Unis d’Amérique provoqua le licenciement de la moitié du personnel ouvrier et ouvrit pour les ouvriers restants une nouvelle période de misère à cause de la modicité des salaires, de l’irrégularité de leurs versements, et de l’augmentation du nombre de jours chômés. Ces licenciements massifs et cette pauvreté extrême dans la ville posaient problème à la direction du port soucieuse de conserver à Toulon et dans ses environs immédiats une main-d’œuvre au savoir-faire éprouvé. Dès 1781, le commandant du port posait la question au Ministre de la Marine :

  • 20 SHMT, 2007PA74, Registre de la Direction générale de l’arsenal, mémoire du 20 janvier 1781.

Quelle ressource, Monsieur le marquis, pour des malheureux accoutumés à travailler dans l’arsenal depuis leur enfance, qui n’auront plus de pain pour eux, pour leur famille qu’ils élèvent dans la même proffession, et qui nous fournissent cette excellente espece d’hommes de laquelle nous tirons nos maîtres pour la mer et l’elite de nos chefs d’ouvrages ? Les jeunes s’expatrieront, ils passeront en Espagne, sur la cote d’Italie ; ils s’y etabliront, ainsy qu’il est arrivé dans les temps malheureux ; les vieux seront dans la misere, tous enfin seront perdûs pour le Roy et pour une monarchie dont le veritable interest est d’être puissance maritime20.

  • 21 SHMT, 1A1260, Registre des mémoires envoyés à la Cour, mémoire du 4 janvier 1761.

7Il s’agissait ni plus ni moins des mêmes questionnements que ceux consécutifs aux licenciements opérés en décembre 1759 puisqu’à cette époque le commandant du port prévoyait que « d’icy à deux mois, tous ceux qui n’ont ny femme ny enfant ne seront plus dans le pays et passeront dans les pays etrangers où ils trouvent du pain en travaillant même une paye plus avantageuse que dans leur patrie », alors qu’il était passé « dans les pays étrangers presque la moitié des ouvriers réformés »21.

  • 22 A. Tramoni, Toulon 1789-1799, Draguignan, 1988, p. 115.
  • 23 M. Crook, Un nouvel espace politique sous la Révolution : les sections de Toulon, 1790-1793, dans L (...)
  • 24 H. Lauvergne, Choléra-morbus en Provence, Toulon, 1836, p. 20.
  • 25 Ibid., p. 22.

8On déduit de ces rapports que les ouvriers qui restent ne sont pas les plus riches. Les autorités se plaignent lors des périodes de récession économique ou de crise politique que seule la partie « indigente »22 des habitants de Toulon reste sur place. Les flux et reflux des ouvriers et des marins se retrouvent dans la géographie urbaine toulonnaise. Au xviiie siècle, l’identité par quartier est vivement ressentie, et ce depuis l’établissement de l’arsenal au siècle précédent qui entraîna la création de l’environnement urbain moderne. L’ouest, en arrivant de la route de Marseille, est constitué du nouveau quartier Saint-Roch où vivent les « serviteurs aristocratiques de la marine et de la garnison »23. Le centre-ville médiéval est habité par la bourgeoisie locale qui forme aussi la classe dirigeante de la municipalité. Les quartiers est, autour de la porte d’Italie – Saint-Jean, Saint-Lazare –, sont habités par les gens de mer et ouvriers de l’arsenal. Les maisons sont hautes et serrées, surpeuplées. Les rues sont longues, « d’une étroitesse presque algérienne »24 d’après les savants du xixe siècle, marqués par la conquête algérienne contemporaine. Toujours selon eux, la majorité des habitants est venue « se coloniser à cette place » pour y former « une macédoine de peuples »25 où l’on « parle le bas provençal, les idiomes corrompus de nos côtes, le mauvais italien, le génois, le corse, [...] toutes les nations qui vivent de la mer y sont représentées ».

9Ce qui nous amène à penser que, si la mobilité est une source de précarité, elle n’est pas non plus le sort de ceux dont les ressources sociales (en terme de liens sociaux), économiques (en tant que capital à investir, ou dépenser), voire intellectuelles (en terme de connaissances du monde) sont trop faibles pour ne pas saisir l’opportunité d’un voyage au long cours.

Les hasards de la mobilité à terre comme en mer

  • 26 E. Lévinas, De l’existence à l’existant, Paris, 1986 (1ère édition : 1947), p. 161-163.
  • 27 S. Jahan, Introduction, dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 113, 2006.

10Sans revenir sur la domination démographique des ouvriers d’origine toulonnaise et provençale dans l’arsenal, et sans revenir non plus sur les campagnes que pouvaient effectuer les ouvriers sur les vaisseaux de l’Etat et qui leur faisaient parcourir toutes les mers du monde, il nous faut préciser comment les mobilités de ces ouvriers – induites par les nécessités du travail à l’arsenal ou bien, à l’inverse, par le manque de travail disponible dans l’établissement naval – représentaient un risque dans un cas comme dans l’autre. Les déplacements accentuent un rapport à l’avenir de l’individu marqué par le risque c’est-à-dire par la fragilité et l’instabilité. Même s’il accomplissait une mission en compagnie de ses camarades, l’ouvrier perdait ses liens tant familiaux qu’amicaux et vivait dans une sorte de vulnérabilité. Son emploi n’était plus seulement précaire du fait de sa dangerosité et du versement aléatoire de sa paye, mais il l’était parce que les liens relationnels de l’ouvrier se trouvaient affaiblis. Ce dernier perdait également ses repères géographiques et ses certitudes devant un voyage jamais sûr. L’individu n’avait plus à faire à une conscience collective à la fois coercitive et rassurante. Il se trouve dans le « face à face redoutable d’une relation sans intermédiaire, sans médiation. Dès lors l’interpersonnel n’est pas la relation en soi indifférente et réciproque de deux termes interchangeables »26. Cette relation interpersonnelle si asymétrique, cette extériorité d’autrui si vive, fait que la mobilité « met en jeu le cours ultérieur de l’existence »27, brouillant donc l’anticipation vers l’avenir des individus.

  • 28 G. Buti, Un arsenal méditerranéen et ses aspects forestiers : Toulon au xviiie siècle, dans Andrée (...)
  • 29 SHMT, 1A285, Registre pour servir à la correspondance de l’ordonnateur envers la Commission de la M (...)
  • 30 G. Buti, Un arsenal méditerranéen et ses aspects forestiers... cit., p. 493.
  • 31 SHMT, 1A1123, Lettres écrites au Ministre de la Marine, lettre du p. 14 septembre 1777
  • 32 SHMT, 1A1126, Lettres écrites au Ministre de la Marine, lettre du 11 décembre 1781.

11Partons de l’exemple du bois. Une des grandes sources de mobilités des ouvriers de l’arsenal est la recherche de bois pour la Marine. Ces déplacements sont plus ou moins lointains, plus ou moins longs. L’arsenal est une entreprise très vorace en bois, des bois d’essence différente, au premier rang desquels le chêne, dont les besoins sont irréguliers, et dont l’approvisionnement doit être le plus rapide et le plus sûr possibles en cas de besoin. Les forêts provençales et françaises ne sont pas les seules pourvoyeuses en bois. Les prospections sont menées en Corse, dans les États italiens, en Albanie, Transylvanie, jusqu’en Norvège, Prusse et Pologne, parfois de façon moins aboutie en Afrique du Nord ou en Lituanie28. Les équipes envoyées par l’arsenal étaient généralement composées d’un ingénieur et d’un maître charpentier, chargés de repérer les forêts, marquer les bois, prélever des échantillons. Certains maîtres devenaient des prospecteurs sédentaires, comme ce fut le cas pour un maître mâteur qui resta en Pologne de 1784 à l’an III, tandis que d’autres n’effectuaient que des missions29. Cette « dilatation du territoire forestier couvrant les besoins de l’arsenal »30 implique quelques répercutions sur le comportement et la sociologie de nos acteurs. D’une part, la diversité de l’approvisionnement en bois de l’arsenal se ressent dans le recrutement des ouvriers de l’arsenal. D’autre part, la découverte de régions hors-Toulon de la part d’ouvriers toulonnais envoyés là-bas à des fins de prospection leur fait vivre « l’événement fondamental » de la rencontre de l’autre. Cette expérience n’est pas toujours pacifique, facile, évidente. Elle peut même être meurtrière. En 1777, Jean-Louis Engauran, charpentier détaché du port pour aller servir aux exploitations des bois d’Albanie meurt après deux années de résidence de ce pays. Il avait connu « le malheur en arrivant d’être blessé d’un coup de fusil et de voir son camarade tué à côté de lui dans le même moment ». La mobilité, surtout lorsqu’elle se termine par un événement funèbre, participe à la chute dans la pauvreté de familles entières. Ce même Engauran « laisse une veuve et deux enfants qui n’avoient d’autre ressource pour vivre que les journées du défunt »31. Et si la déchéance n’est pas immédiate, elle peut se révéler lorsque les tristes événements s’accumulent. Il en est ainsi de la famille Cauvin, dont le fils est lui aussi mort en Albanie au début de l’année 1781. Celui-ci était père de quatre filles, âgées de 7 à 14 ans. Sa femme les avait abandonnées à sa belle-famille « pour suivre un sergent d’infanterie ». Or cette même année 1781, Louis Cauvin, le grand-père, contre-maître des constructions, meurt de vieillesse, laissant sans ressource la grand-mère et les petites filles32.

  • 33 S. Jahan, Introduction... cit.
  • 34 Cité par Lepotier, Toulon, porte du Levant, Paris, 1972, 236-237.

12Le retour au port d’attache n’est pas toujours assuré. Il arrive aux vaisseaux du Roi de relâcher dans d’autres ports que Toulon, notamment à Rochefort ou Brest. Comment faisaient alors les ouvriers provençaux pour rejoindre leur lieu d’origine ? – La question aurait pu être posée pour les ouvriers ponantais en fin de mission à Toulon. – Ils traversaient la France de part en part, parcourant des régions où l’on ne parlait pas la langue d’oc, où le climat n’était pas aussi clément que dans le Sud-Est, à charge pour eux de trouver leur chemin, de trouver de quoi loger. Il leur fallait éviter les mauvaises rencontres, ne pas dépenser leurs soldes trop rapidement, et ne pas être assimilés à des vagabonds car à cette époque, le vagabondage est un « un délit sévèrement réprimé par la législation royale »33 autant que l’objet de peur de la part des communautés traversées. En 1781, l’intendant de la Marine à Toulon attirait l’attention du Ministre sur ces déplacements hasardeux : « J’ai vu de nombreuses paroisses paralysées par la dispersion ou la mort de leurs gens de mer. Les familles réduites à la misère par la disparition de leurs pères et de leurs fils. L’état dans lequel elles se trouvaient décourageait ceux qui restaient. [...] Les affectations prolongées sur des navires basées dans les ports du Ponant les mettaient au désespoir parce qu’ils voyaient leurs camarades revenir sans salaires, ayant été obligés de vendre leurs hardes, en cours de route, pour subvenir aux frais d’un voyage à pied interminable, épuisés de fatigue, de famine, de scorbut et demandant l’aumône ! »34. Or, deux ans plus tard, à la fin de la Guerre d’Indépendance des États-Unis, ce ne furent pas moins de 4000 matelots ayant servi sur des vaisseaux restant dans le Ponant qui se trouvèrent renvoyés par terre dans leurs foyers du Midi. Le risque apparaît bien comme une instabilité menaçante, où la fragilité de la situation migratoire se surajoute à celle de la pauvreté même de l’ouvrier.

13Il est des mobilités, dirait-on, positives. Elles sont le fait d’ouvriers plus qualifiés, dont les savoirs se monnayent à meilleur prix. Leurs départs ou leurs arrivées se font dans un but de promotion sociale, d’ascension hiérarchique. Parmi tous les métiers de l’arsenal, certains exigeaient de posséder un savoir-faire artistique. L’atelier des peintres était de ceux-là. Les broyeurs et les peintres intervenaient quand le bateau avait été armé, mais avaient des statuts bien différents.

  • 35 SHMT, 1A1127, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 2 octobre 1785.
  • 36 SHMT, 1A1128, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 14 mai 1787.
  • 37 SHMT 1A2125, Liste des citoyens attachés à la direction d’artillerie de la marine au port de la mon (...)
  • 38 J.-P. Dubreuil, La Vapeur dans la Marine de guerre, Toulon 18301860, Mémoire de maîtrise, Universit (...)
  • 39 Ibid., p. 142.

14Les broyeurs étaient de « mauvais peintres » : des matelots du bord simplement chargés de « peinturer » le bâtiment. Les peintres, eux, étaient de véritables artistes qui travaillaient à l’entreprise. Pour devenir un peintre de marine toulonnais digne de ce nom, dans la grande lignée des Puget, De La Rose, ou Van Loo, il fallait que les apprentis partissent étudier ailleurs. Ainsi, un élève de l’atelier de la peinture de l’arsenal est autorisé, en 1785, à se rendre à Rome pour « se perfectionner ». Un an avant lui, un autre élève avait reçu du Ministre une bourse afin « de s’y rendre et d’y subsister ». Le commandant du port proposa de fixer à trois ans la durée du séjour des deux élèves, « sauf, s’ils veulent séjourner plus longtems, d’y vivre à leur dépense »35. Ces voyages avec pour objectif l’accroissement de la qualification de cette main-d’œuvre n’étaient pas réservés aux artistes et apprentis-artistes. Des ouvriers partaient se confronter aux techniques en vigueur dans d’autres ports-arsenaux afin d’en acquérir les savoir-faire, soit pour eux-mêmes, soit pour les propager aux autres ouvriers de leur port d’attache. Les ouvriers étaient aussi envoyés en mission pour expertiser des mécanismes nouveaux, telle que la « poulierie mécanicienne » construite à Lorient en 1786-1787, pour laquelle Toulon sollicite « deux jeunes poulieurs les plus capables d’instruction »36. Ce nouveau matériel avait nécessité lui-même la venue de trois ouvriers anglais pour la construction des machines et la formation de la main-d’œuvre. Plus généralement, l’arsenal de Toulon ne disposait pas de personnel qualifié en nombre suffisant pour tous ses travaux. Si les métiers du bois étaient bien pourvus, ceux du fer nécessitaient l’apport de maîtres et d’ouvriers qualifiés. Ceux-là viennent souvent du Nord de la France. Ainsi, Jean-Baptiste Dard, maître fondeur à la fonderie de l’arsenal en l’an 2 (1794), est né à Fraisans dans le Doubs en 1759. Son père était fondeur en mine de fer. Lui déclare avoir été « employé toute sa vie dans la fonderie, soit à Montcenis, soit dans le département du Jura, du Doubs et de la Côte d’or ». Il fut « envoyé en 1787 à Constantinople » par la Marine pendant 7 mois, puis il fut pendant « 3 ans à la tête de la fonderie de Dardennes » et enfin, quitta « cette fonderie lors de la contre révolution de Toulon, pour porter ses talents à l’armée républicaine qu’il a servi dans les ateliers révolutionnaire de Marseille »37. La venue de ces ouvriers du fer s’accentuera au xixe siècle avec l’introduction de plus en plus massive des matériaux et matériels métalliques dans la construction navale. Recrutés parmi les meilleurs ouvriers du fer, en leur promettant de hauts salaires, ils sont aussi employés pour former les apprentis. Durant le premier tiers du xixe siècle, « les deux tiers des mécaniciens et chauffeurs de la Flotte sont des étrangers provenant de l’industrie privée »38. Leur réputation fait d’eux des ouvriers « exigeants, indisciplinés, peu zélés, les premiers à terre, les derniers à bord ». Ces « charbonniers », comme on les surnommait, « se prenaient pour des personnages »39. La mobilité de ces ouvriers permet, à coup sûr, d’élargir l’horizon de pensée de personnes que bien trop souvent l’on décrit comme frustres parce qu’issues d’un milieu populaire.

Quelques résistances ouvrières à la mobilité

  • 40 S. Llinares, L’apprentissage dans les arsenaux de la Marine au xviiie siècle, dans Techniques & Cul (...)
  • 41 Ibid.
  • 42 SHMT, 1A1127, Lettres écrites au Ministre de la Marine, le 9 octobre 1785.
  • 43 Ibid.
  • 44 S. Llinares, L’apprentissage dans les arsenaux de la Marine... cit.
  • 45 Ibid.
  • 46 SHMT, 2G114, Constructions navales, Matricules du personnel ouvrier, 1736 – an III. Reste un tiers (...)

15Nous l’avons dit plus haut : les ouvriers de l’arsenal étaient classés navigants ou non navigants selon qu’ils eussent été embarqués ou non. Mais comme le relève Sylviane Llinarès, « la distinction entre ouvrier non navigant et navigant est artificielle ». À la veille de la Révolution française, le quart des ouvriers dits non navigant est en fait embarqué. « Les ouvriers des professions spécifiques, comme celles des voiliers par exemple, passent en alternance de l’atelier au navire. Leur embarquement sur les vaisseaux du roi est nécessaire, de même pour les charpentiers, les calfats et les tonneliers »40. Un bâtiment de guerre détenait à son bord des officiers mariniers de réparation navale (maître, second, aide) et les matelots se révélaient être les véritables « hommes à tout faire » du navire. La carrière professionnelle de l’ouvrier débutait au grade d’apprenti. Le statut d’apprenti dans un arsenal militaire ne correspondait pas à celui de la société civile. Un apprenti se trouvait à la croisée des statuts, comme l’était l’ensemble des ouvriers. Il pouvait être navigant ou non, entretenu ou journalier ou à l’entreprise. La Marine misait sur « la quantité et le brassage des effectifs tant à la mer qu’à terre »41 pour sélectionner et former les meilleurs. Dans une lettre adressée au Ministre de tutelle en 1785, le commandant du port de Toulon se plaignait de ne compter que 240 enfants dans les ateliers de l’arsenal, ateliers « les plus intéressants où il nous importe de former et de multiplier les ouvriers »42. Il assurait pourtant qu’il était « désirable de multiplier l’espèce » des charpentiers, calfats, poulieurs et cordiers, en conséquence de quoi il recevait « dans ces quatre métiers tous les enfans qui se présent[aient]. Sans cette facilité, l’obligation de travailler pour le Roy est si onéreuse aux ouvriers que le mérite du père ne seroit jamais celui du fils »43. La Marine comptait aussi sur l’émulation « entretenue par l’avancement et le salaire chez les officiers mariniers et maîtres des ateliers privilégiés. Entre autres contreparties, ils assurent la transmission des savoirs en priorité à leurs enfants dans le but de leur succéder. Il est pourtant hasardeux de croire qu’ils aient un avenir « tout tracé », bien que la faiblesse du nombre à entretenir plaide en leur faveur »44. En effet, les périodes de baisse d’activité signifiait vagues de licenciement autant chez les ouvriers que chez les apprentis. L’évolution dans la carrière d’ouvrier de l’arsenal, d’apprenti à maître, en passant par les grades d’aide, de contre-maître, se faisait plus ou moins progressivement, en fonction des besoins de la Marine, des entrées et sorties des ouvriers. De tous les statuts, celui d’ouvrier entretenu est le plus recherché, offrant « la perspective d’une promotion par le travail, d’un avenir pour les enfants, et si l’on ne meurt pas à la tâche, d’une retraite en cas d’invalidité, dans le cas contraire, d’une pension pour les veuves »45. Ces différences de statuts expliquent, au moins en partie, le taux de reproduction professionnelle chez les ouvriers de l’arsenal. Si l’on reprend le même registre de matricule que précédemment, on remarque que 40 % d’entre eux avaient un père ouvrier. Les pères des ouvriers de ce registre étaient à 6 % des agriculteurs, 5 % d’entre eux exerçaient une profession maritime (patron de pêche, pilote, etc.) et 1 % était soldats de marine. 15 % des pères avaient un autre métier, marchand notamment46. Le travail étant le seul patrimoine des ouvriers, et l’arsenal étant la principale ressource des habitants de Toulon et de ses environs, de façon directe par l’emploi de plusieurs milliers d’individus, et indirecte par la sous-traitance, les ouvriers cherchaient à transmettre leur savoir-faire à leurs enfants, et l’apprentissage représentait un bon moyen d’y parvenir. Dans ce cas ne pas être mobile s’avérait une stratégie payante afin de faire rentrer son fils à l’arsenal, en même temps l’inculcation du savoir-faire technique par des méthodes faisant intervenir réflexion et intelligence permettait aux enfants des maîtres de bien mieux négocier leur embauche dans des chantiers privés, parfois lointains – en Italie notamment –, qui, lors de la baisse de l’activité navale militaire, étaient bien plus rémunérateurs.

  • 47 Cf. P. Laroque, Abandons d’enfants et classes sociales dans les villes maritimes de la Provence des (...)
  • 48 P. Letuaire, Notes et souvenirs sur la vie toulonnaise (2e série), Marseille, 1976, p. 16.
  • 49 G. Buti, Gens de mer et du terroir : capitaines-vignerons et marins-forestiers de la France méditer (...)
  • 50 P. Peretti, S. Poujol, Un canonnier de la Royale : Louis Albert (1728-1793), dans Bulletin des Amis (...)
  • 51 Archives Municipales de Toulon, G6 L206, Contributions et administrations financières, État des mai (...)
  • 52 N. Hampson, Les ouvriers des arsenaux de la marine au cours de la Révolution française (1789-1794), (...)
  • 53 M. Forget, La condition ouvrière à l’arsenal maritime de Toulon en 1845. Rédigé par un contremaître (...)
  • 54 G. Le Bouëdec, La pluriactivité dans les sociétés littorales (xviie-xixe siècle), dans Annales de B (...)

16Les ouvriers sédentaires n’avaient majoritairement pas ou très peu de patrimoine immobilier. Durant les décennies pré-révolutionnaires, les ouvriers de l’arsenal formaient entre 11 et 12 % de propriétaires, possédaient 9 % des maisons alors qu’ils pesaient pour presque 17 % dans la population toulonnaise. À titre de comparaison, les marchands négociants, qui formaient 3 % de la population, possédaient un peu moins de 12 % des maisons et constituaient 8,5 % des propriétaires47. Les habitations des classes populaires étaient bien souvent constituées d’un petit appartement d’une pièce48. Il leur arrivait de posséder un peu de terre mais cela ne faisait pas d’eux des « ouvriers-paysans ». Le même constat est porté sur les alentours de Toulon, dans les villes ou les villages tels que La Seyne, Six-Fours, Sanary à l’ouest, ou La Valette et La Garde à l’est. Mais ces acquisitions foncières ne suffisent pas à ce que les ouvriers abandonnent le travail à l’arsenal, et l’entretien d’un lopin de terre n’est pas toujours rentable. Premièrement parce que « la combinaison des travaux dans le temps est quelquefois difficile à réaliser étant donné la simultanéité des tâches et leur compétition dans le temps »49. Prenons le cas d’un canonnier de la Royale, Louis Albert (1728-1793)50. Toulonnais du quartier Saint-Jean, dont le père, canonnier lui-même, possède tout de même une propriété rurale. Louis commence sa carrière à 7 ans comme apprenti matelot. Il poursuit en tant que matelot puis aide-canonnier, et lorsqu’il est à terre, il est classé comme charpentier à l’arsenal. Il s’engage en 1753 (il a 27 ans) sur un navire commercial pour la Martinique et revient à Toulon deux ans plus tard. Puis on le retrouve à Brest et encore à Toulon, en 1762, où on le découvre porte-parole des mutins de son navire. Son rôle dans la mutinerie lui vaut d’être dégradé d’officier marinier à matelot à la plus basse paye. Trois ans plus tard, il est réhabilité par le roi. Dans les années 1780, il est promu maître-canonnier avant de devenir en mai 1793 capitaine du 1er bataillon du 2e régiment d’artillerie de la marine. Sa carrière exceptionnelle prend fin à la reprise de Toulon en décembre 1793 lorsque Louis Albert est fusillé sans jugement par les forces républicaines. La description de sa vie et de sa carrière laisse peu de place à la pluriactivité agricole sur la propriété rurale de son père – ce qui ne signifie pas que sa famille et lui-même n’en aient pas en profiter –, mais fait apparaître clairement une polyvalence qui lui permet de s’embarquer aussi bien dans le civil que dans le militaire, et d’être employé aussi bien à bord qu’à terre. Deuxièmement, la possession de terre ne signifie pas accroissement immédiat des revenus. Le travail de défrichement des terres, de leur amendement et de leur culture peut se révéler « extrêmement coûteux »51, surtout si le produit de cette culture n’est pas cher à la revente. Or qui dit coûts d’entretien élevés dit revenus plus faibles. Et dans le cas des ouvriers de l’arsenal, les revenus du travail sont faibles et se dépensent rapidement. En plus de se nourrir – le tiers du montant de la journée d’un ouvrier partait dans l’achat de pain –, de se vêtir et de se loger, l’ouvrier voyait son salaire amputé de diverses manières, à commencer par l’achat de ses outils de travail. Ce poste de consommation était si considérable qu’il décourageait nombre de prétendants à la profession52. La situation était encore plus grave pour les ouvriers de levée. Ils souffraient de recevoir un salaire moins élevé que celui perçu sur les chantiers civils tels que ceux du Havre ou de Marseille. Ils ne bénéficiaient pas non plus des avantages en nature des ouvriers bénévoles (distribution de pain, sortie de copeaux). Ils devaient enfin subvenir aux besoins de deux ménages : le leur et surtout celui de leur famille, souvent à l’autre bout de la France. La recherche d’un supplément de revenus passait donc par la famille. Le rôle des femmes y était crucial. Quand les maris embarquaient, elles s’occupaient de nourrir le ménage, aidées du reste de la famille. Au xixe siècle encore, les ouvriers qui habitaient en ville et ne possédaient pas de campagnes aux alentours de Toulon, à savoir les deux tiers des effectifs de 1845, faisaient « tenir par leurs femmes, de petites boutiques »53. Ces femmes d’ouvriers servaient également dans des maisons bourgeoises. Les femmes pouvaient très bien travailler elles-mêmes à l’arsenal. Comme leurs homologues masculins, elles étaient embauchées soit à la journée, soit à l’entreprise. Il y avait par contre peu de chance qu’elles accédassent aux grades les plus élevés. Les bras-nus, non qualifiés, formaient quant à eux la masse la plus vulnérable du peuple. Ils passaient d’un métier à l’autre selon les exigences du temps et l’offre d’emplois. Leur polyvalence était imposée par le risque, souvent réalisé, de la misère. Leur aptitude à fournir leur force de travail à différents postes leur évitait parfois de tomber dans une pauvreté totale car en multipliant les liens de subordination, ils les diluent et visent à une certaine forme d’indépendance. Cette situation renvoie à la notion de « pluriactivité ». Elle permet de se dégager du sens commun qui attribue trop volontiers aux populations du bord de mer une vocation maritime innée car « l’exercice des activités maritimes s’est toujours nourri d’un fort apport rural ou urbain extérieur au monde des gens de mer. [...] Le métier de gens de mer est donc plus ou moins ouvert sur d’autres secteurs d’activités, la construction navale et les métiers paramaritimes, le monde de l’artisanat et de la boutique et qui sont d’autant plus présents qu’il s’agit d’un port urbanisé »54.

  • 55 SHMT, 1A1128, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 12 juillet 1785.
  • 56 SHMT, 1A1121, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 30 mai 1762.
  • 57 SHMT, 1A1127, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 28 février 1786.
  • 58 SHMT, 2A144, Correspondance du Préfet maritime au Ministre, 1785. an 13, 24 pluviôse an XIII.

17La concurrence des activités dans le temps était sans doute une des raisons de l’insoumission des gens de mer et ouvriers. Les rapports des commandants du port de Toulon à leur ministre de tutelle reviennent sans cesse, tout au long du xviiie siècle et même au début du xixe, sur le caractère libertin des gens de la Camargue et du Roussillon. Il faut dire qu’à cette époque, les étangs de ces contrées regorgeaient de poissons et les activités marchandes se portaient bien. Le système des classes qui emportait les gens de mer tous les deux ou trois ans selon les besoins de la Marine, et même plus en temps de guerre, exerçait un contrôle serré des populations maritimes et donnait lieu en réponse à de multiples résistances telles que les dérobades, les désertions, les mutineries, ou les révoltes. Or les autorités étaient toujours en manque d’hommes lors des opérations importantes : « il se trouve toujours à la formation des levées un déficit considérable, provenant des malades, des infirmes et des fugitifs »55. Les ouvriers connaissaient leur force, ils en usaient et le faisaient ouvertement savoir, arguant « plus ils se trouveroient de désobéissants, moins ils seroient recherchés eu égard à la quantité qu’il faudroit punir »56. La rareté ne fait pas tout. La qualification des ouvriers et des gens de mer pesait tout autant sur l’indulgence forcée des autorités à leur encontre : « les matelots les plus libertins sont en même tems presque toujours les meilleurs matelots »57, se plaignait le commandant du port de Toulon en 1786. La désertion n’en était pas moins un moyen risqué de se soustraire au système des classes. La répression engendré par cet acte d’insoumission amenait l’ouvrier à un autre type de mobilité, celui de la fuite. En l’an XIII, un charpentier de Tarascon, ne répondant pas aux ordres de levée depuis deux ans, fut « signalé aux gendarmes [...] sans qu’on ait pu jamais le decouvrir et le contraindre au service ». Mais cet ouvrier se battit avec un patron de barque près d’Arles et fut appréhendé par les forces de l’ordre à ce moment-là. « Cet homme violent, emporté et très fort, lutta rigoureusement contre ces deux gendarmes » qui eurent bien de la peine à maîtriser le déserteur. Quelques personnes conseillèrent « à cet ouvrier d’obéir à la loi et de se laisser conduire ; ce qu’il eut l’air de faire avec soumission ». La prison se trouvant en Arles, il fallut traverser le Rhône, les deux gendarmes et l’ouvrier arrêté qui paraissait tranquille embarquèrent sur un bateau. Arrivés vers le milieu du fleuve, le déserteur plongea à l’eau, entraînant un gendarme dans sa chute. Le batelier et le deuxième gendarme aidèrent le premier à se monter à bord de la barque « tandis que l’ouvrier se sauvait à la nage ». Alors que le bateau prenait la direction du « nageur rebelle », « un coup de pistolet » fut tiré par un des deux gendarmes. « Quelques momens après ce coup de feu [...] l’ouvrier continuait à nager » puis disparut. « L’on croit qu’il s’est noyé »58.

Conclusion

18Les ouvriers de l’arsenal de Toulon participaient aux mobilités de l’industrialisation. La démographie de la ville montre que la deuxième moitié du xviiie siècle voit une croissance urbaine digne des villes modernes. On trouve parmi ces nouveaux venus des candidats au travail dans l’arsenal. Or l’établissement naval militaire est le cœur économique de la région toulonnaise. Les migrants poussés vers Toulon, ou appelés par la Marine, sont soumis aux aléas de la conjoncture politique (les guerres engendrent une augmentation de l’activité d’armement et de construction) et économique (hausse ou baisse du budget du Ministère de la Marine). Les fluctuations structurelles ou conjoncturelles sociales et économiques ne sont pas les seules à influer sur les mouvements des ouvriers de l’arsenal. Ceux-ci étaient amenés à se déplacer selon les nécessités de service (approvisionnements, navigation, formation). Mais toutes ces mobilités représentaient un risque et accentuaient le caractère précaire de leur statut de travailleur salarié. Face à ces risques, les ouvriers cherchaient à diminuer la révocabilité de leur emploi par l’obtention du statut d’entretenu de l’État et la transmission du métier à leurs enfants grâce à l’apprentissage. Ils tentaient d’accroître leur patrimoine afin de ne plus dépenser une partie de leurs salaires en loyer, et pour que leur famille puisse ne plus dépendre de la seule activité du mari et du père. Enfin, les ouvriers pouvaient se soustraire à l’appel et se retrouvaient confronter à la poursuite policière.

Haut de page

Notes

1 M. Agulhon, Une ville au temps du socialisme utopique : Toulon de 1815 à 1851, Paris, 1970.

2 D. Roche, De l’histoire sociale à l’histoire socio-culturelle, dans Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge-Temps Modernes, 91, 1, 1979, p. 18.

3 M. Acerra, Rochefort et la construction navale française (1661-1815), Paris, 1993, p. 131.

4 M. Vergé-Franceschi, Toulon, port royal, 1481-1789, Paris, 2002, p. 260-261.

5 P. Masson, Grandeur et misère des gens de mer, Paris, 1986, p. 135.

6 M. Acerra, Rochefort et la construction navale française... cit., p. 131.

7 F. Furet, Pour une définition des classes sociales inférieures à l’époque moderne, dans Annales ESC, 18, 1963, p. 459-474.

8 L. Fontaine, L’économie morale, Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, 2008, p. 26.

9 « qui se dit adverbialement d’un fonds dont on n’a pas la pleine propriété, dont on ne peut disposer, & qui est presque par emprunt », cf. l’article « précaire » dans Antoine Furetière, Dictionnaire universel, Rotterdam, 1690.

10 A. Fourcaut, De la classe au territoire ou du social à l’urbain, dans Le Mouvement Social, 200, 2002, p. 172.

11 D. M. J. Henry, Histoire de Toulon depuis 1789 jusqu’au Consulat d’après les documents de ses archives, Toulon, 1855, p. 43.

12 M. Agulhon, Le recrutement du personnel ouvrier de l’arsenal de Toulon de 1800 à 1848, dans Provence Historique, 12, 1962, p. 100.

13 M. Agulhon, Histoire de Toulon, Toulouse, 1980, p. 120.

14 Ibid.

15 J.-B. Gaignebet, Vauban et Toulon, dans Bulletin des Amis du Vieux Toulon et sa Région, 41, 1934, p. 60.

16 Service Historique de la Défense, Département Marine (désormais SHMT), 2G114, Constructions navales, Matricules du personnel ouvrier, 1736 – an III. Le lieu de naissance est inconnu pour 219 ouvriers (22 %).

17 SHMT, 1A1124, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 28 février 1779.

18 Cf. la contribution de R. Merle dans l’ouvrage collectif, La vie pénible et laborieuse du colporteur Esmieu, Forcalquier, 2002.

19 Cf. L. Fontaine, Ceux qui partent et ceux qui restent, dans Actes de la recherche en sciences sociales, 105, 1994, p. 29-36.

20 SHMT, 2007PA74, Registre de la Direction générale de l’arsenal, mémoire du 20 janvier 1781.

21 SHMT, 1A1260, Registre des mémoires envoyés à la Cour, mémoire du 4 janvier 1761.

22 A. Tramoni, Toulon 1789-1799, Draguignan, 1988, p. 115.

23 M. Crook, Un nouvel espace politique sous la Révolution : les sections de Toulon, 1790-1793, dans L’espace et le temps reconstruits. La Révolution française, une révolution des mentalités et des cultures ?, Aix-en-Provence, 1990, p. 54.

24 H. Lauvergne, Choléra-morbus en Provence, Toulon, 1836, p. 20.

25 Ibid., p. 22.

26 E. Lévinas, De l’existence à l’existant, Paris, 1986 (1ère édition : 1947), p. 161-163.

27 S. Jahan, Introduction, dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 113, 2006.

28 G. Buti, Un arsenal méditerranéen et ses aspects forestiers : Toulon au xviiie siècle, dans Andrée Corvol (éd.), Forêt et marine, Paris, 1999, p. 493.

29 SHMT, 1A285, Registre pour servir à la correspondance de l’ordonnateur envers la Commission de la Marine et des Colonies, an VII (1798-1799), lettre du 16 floréal an VII.

30 G. Buti, Un arsenal méditerranéen et ses aspects forestiers... cit., p. 493.

31 SHMT, 1A1123, Lettres écrites au Ministre de la Marine, lettre du p. 14 septembre 1777

32 SHMT, 1A1126, Lettres écrites au Ministre de la Marine, lettre du 11 décembre 1781.

33 S. Jahan, Introduction... cit.

34 Cité par Lepotier, Toulon, porte du Levant, Paris, 1972, 236-237.

35 SHMT, 1A1127, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 2 octobre 1785.

36 SHMT, 1A1128, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 14 mai 1787.

37 SHMT 1A2125, Liste des citoyens attachés à la direction d’artillerie de la marine au port de la montagne, an II.

38 J.-P. Dubreuil, La Vapeur dans la Marine de guerre, Toulon 18301860, Mémoire de maîtrise, Université de Nice, 1971, p. 139.

39 Ibid., p. 142.

40 S. Llinares, L’apprentissage dans les arsenaux de la Marine au xviiie siècle, dans Techniques & Culture, 45, 2005.

41 Ibid.

42 SHMT, 1A1127, Lettres écrites au Ministre de la Marine, le 9 octobre 1785.

43 Ibid.

44 S. Llinares, L’apprentissage dans les arsenaux de la Marine... cit.

45 Ibid.

46 SHMT, 2G114, Constructions navales, Matricules du personnel ouvrier, 1736 – an III. Reste un tiers des pères dont la profession est inconnue.

47 Cf. P. Laroque, Abandons d’enfants et classes sociales dans les villes maritimes de la Provence des Lumières. Un exemple : Toulon, Mémoire pour le Diplôme d’Études Approfondies, Université Lyon 2, 1993.

48 P. Letuaire, Notes et souvenirs sur la vie toulonnaise (2e série), Marseille, 1976, p. 16.

49 G. Buti, Gens de mer et du terroir : capitaines-vignerons et marins-forestiers de la France méditerranéenne au xviiie siècle, dans Christophe Cérino (éd.), Entre terre et mer. Sociétés littorales et pluriactivités (xve-xxe siècle), Rennes, 2004, p. 154.

50 P. Peretti, S. Poujol, Un canonnier de la Royale : Louis Albert (1728-1793), dans Bulletin des Amis du Vieux Toulon et de sa Région, 111, 1989, p. 141-163.

51 Archives Municipales de Toulon, G6 L206, Contributions et administrations financières, État des maisons de Toulon.

52 N. Hampson, Les ouvriers des arsenaux de la marine au cours de la Révolution française (1789-1794), dans Revue d’Histoire économique et sociale, 39, 1961, p. 290.

53 M. Forget, La condition ouvrière à l’arsenal maritime de Toulon en 1845. Rédigé par un contremaître charpentier de la Marine, dans Bulletin des Amis du Vieux Toulon et de sa Région, 94, 1972, p. 186-198.

54 G. Le Bouëdec, La pluriactivité dans les sociétés littorales (xviie-xixe siècle), dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 109, 2002.

55 SHMT, 1A1128, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 12 juillet 1785.

56 SHMT, 1A1121, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 30 mai 1762.

57 SHMT, 1A1127, Lettres écrites au Ministre de la Marine, 28 février 1786.

58 SHMT, 2A144, Correspondance du Préfet maritime au Ministre, 1785. an 13, 24 pluviôse an XIII.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Julien Saint-Roman, « La précarité des ouvriers de l’arsenal de Toulon à travers leurs mobilités (fin xviiie siècle-début xixe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 103-113.

Référence électronique

Julien Saint-Roman, « La précarité des ouvriers de l’arsenal de Toulon à travers leurs mobilités (fin xviiie siècle-début xixe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/597 ; DOI : 10.4000/mefrim.597

Haut de page

Auteur

Julien Saint-Roman

UMR 6570 TELEMME/MMSH/Aix-Marseille Université, julien.saint-roman@univ-provence.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org