Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

Hors normes corporatives : le travail des écuyers et des maîtres d’art équestre en Europe (milieu du xve-milieu du xviie siècle)

Outside corporate regulations: the work of riding instructors and equestrian masters in Europe (mid 15th – mid 17th century)
Elisabetta Deriu
p. 91-102

Résumés

À la fois dresseur de chevaux et formateur de cavaliers, le maître écuyer vante une progéniture mixte : les montures qu’il a dressées ; les élèves écuyers auxquels il a transmis son savoir-faire. Pourtant, aucun document officiel ne certifie du nombre et de la qualité des élèves s’étant formés à son école. Étudier le travail des écuyers et des maîtres d’art équestre en Europe au xve-xviie siècle est d’autant plus ardu que cette profession n’est ni encadrée par des statuts, ni marquée par le franchissement obligatoire d’étapes d’accès à l’exercice professionnel comme peuvent l’être d’autres métiers à la même époque. Basée sur ma thèse de doctorat d’histoire Le cheval et la cour (2008), mon étude s’ouvre aussi à de nouvelles perspectives de recherche permettant d’appréhender le statut de ces professionnels parmi les plus polyvalents et mobiles.

Haut de page

Texte intégral

1Étudier le travail des écuyers et des maîtres d’art équestre en Europe entre le milieu du xve et le milieu du xviie siècle, est d’autant plus ardu qu’il n’existe aucun registre, aucun recensement, aucune liste exhaustive de cavaliers professionnels regroupés en fonction de l’art qu’ils pratiquent : au xve-xviie siècle cette profession n’est ni encadrée par des statuts, ni marquée par le franchissement obligatoire d’étapes d’apprentissage, et d’accès à l’exercice professionnel comme peuvent l’être d’autres métiers à la même époque. Le travail fourni par cette catégorie professionnelle est pourtant loin d’être informel, ainsi qu’on peut le constater en consultant les documents faisant état de leur activité, que ce soit à la cour ou ailleurs, comme par exemple dans les académies équestres.

  • 1 E. Deriu, Le cheval et la cour. Pratiques équestres et milieux curiaux, Italie et France (milieu du (...)

2Issue des premiers résultats d’une étude menée dans le cadre de ma thèse Le cheval et la cour soutenue à l’université de Paris XII en 20081, mon analyse est loin d’être exhaustive ; elle se base sur des sources d’archives et littéraires, relatives ou non à l’art équestre, mais concernant tout particulièrement des professionnels italiens et français, parmi les plus polyvalents et mobiles, et actifs dans tous les pays européens. Il n’est pas aisé d’établir un profil type du groupe « professionnels de l’art équestre au xvie-xviie siècle » à partir d’éléments tels que, par exemple, la provenance géographique, l’origine sociale, l’âge ; ou encore la formation reçue, ou l’accès à la profession. Cette difficulté repose non pas tant sur un manque d’informations, quant plutôt sur l’extrême hétérogénéité des sources disponibles pour une époque ou un pays donnés. Quoique très fragmentaires, les données disponibles permettent souvent de définir les parcours individuels des professionnels du cheval. C’est donc principalement à partir des individus dont j’ai pu appréhender le profil, que j’ai essayé de définir les modalités de travail des écuyers et des maîtres et d’art équestre.

  • 2 Circulation et appropriation des techniques équestres, dans Deriu, op. cit., p. 33-34 sq.

3Pour avoir une idée -aussi limitée soit-elle – du cadre où ceux-ci évoluent, il faut tout d’abord bien comprendre ce que l’on entend par « art équestre ». De nos jours, ce terme renvoie tout particulièrement à l’équitation savante, de haut niveau, « de manège », sachant que c’est précisément au cours du xvie-xviie siècle qu’elle s’affirme en Europe en tant que discipline de moins en moins utilitaire, de plus en plus autonome et spectaculaire. Il s’agit aussi, au début, d’une discipline princière à part entière qui se dote progressivement de règles plus ou moins strictes, et dont la pratique et l’enseignement ont lieu essentiellement en milieu curial, puis dans des établissements ad hoc, souvent en lien avec la cour. Les termes écuyer et maître écuyer (tableau 1) désignent alors des cavaliers de haut niveau et spécialisés, à la fois, dans l’exécution d’exercices de manège, dans le dressage des chevaux destinés à cette discipline, et dans la formation des hommes qui souhaitent s’y consacrer. Au milieu du xvie siècle, s’inaugure alors une production particulièrement copieuse de traités imprimés d’art équestre, destiné à un lectorat choisi et dont les auteurs sont, pour la grande majorité d’entre eux, des écuyers professionnels. La production de matériaux théoriques et normatifs fait partie intégrante du travail de ces écuyers : bien des ouvrages publiés à l’époque circulent déjà avant leur parution sous forme de supports didactiques manuscrits à l’intention des élèves et des amis du maître, ou d’autres connaisseurs2.

  • 3 L’art étant une technique, ou méthode, ou ensemble de compétences, procédures ou règles susceptible (...)
  • 4 Profession, dans Atilf-TLFi en ligne : cf. infra, Ressources web.

4En réalité, la dénomination « art équestre » regroupe un plus vaste ensemble de savoirs et savoir-faire qui, tout en s’éloignant de l’équitation proprement dite, restent du ressort du cavalier. Dès le début de la Renaissance, grâce surtout à la littérature normative, se met en place un idéal de cavalier parfaitement accompli, s’adonnant à de nombreuses activités différentes, qui portent toutes le nom d’art : l’art d’emboucher les chevaux, c’est-à-dire de les brider ; de les ferrer ; de les soigner ; de les élever. En tant qu’arts, ces techniques, étayées par un vaste bagage théorique, interviennent sur le cheval afin que l’homme puisse s’en servir en fonction de ses besoins3. Selon les auteurs de traités, tout homme souhaitant exercer la profession équestre se doit de les connaître et pratiquer, en plus de l’équitation. Or, cette expression peut prêter à confusion, le terme profession évoquant en général une activité qui procure un salaire ou une rétribution4. En réalité, les mots profession et professer dont on repère de nombreuses occurrences en sondant les traités, renvoient principalement au gentilhomme qui se consacre en connaisseur aux disciplines équestres, sans que cela comporte une rémunération.

  • 5 Cavalier, dans A. Furetière, Le dictionnaire universel, I, La Haye-Rotterdam, 1690, p. non numéroté (...)
  • 6 Firenze Città nobilissima illustrata da Ferdinando Leopoldo Del Migliore, Florence, 1684, p. 240. F (...)
  • 7 Florence : la famille Piccardini, dans Deriu, op. cit., p. 461.

5Néanmoins, il existe des personnes de noble extraction pour lesquelles l’art équestre constitue une source de moyens d’existence. Il ne s’agit pas de grands officiers curiaux, comme par exemple le Grand écuyer à la cour de France, ou le Master of the Horse à la cour anglaise, dont les fonctions peuvent néanmoins comporter des tâches ayant trait à l’équitation. Il ne s’agit pas non plus de personnages portant le titre honorifique d’écuyer ou, en Italie, de cavaliere, qui ne reflète guère, ni ne suppose la pratique d’un quelconque talent en matière équestre (tableau 1)5. Il s’agit de nobles qui travaillent quotidiennement au contact des chevaux et des personnels d’écurie. Tel est le cas de la famille Piccardini, au service de la maison grand-ducale de Toscane au xvie-xviie siècle. Issus de la noblesse romaine6, les différents membres de cette famille ne revêtent pas seulement de fonctions représentatives, ou de gestion des effectifs chevalins ou humains, mais ils exercent effectivement leurs talents de cavaliers, maîtres d’équitation et dresseurs, pour leurs employeurs les Médicis. Les registres de la Garde-robe médicéenne font état du moindre fait les concernant, comme par exemple leur présence dans l’écurie, les écuyers qu’ils côtoient, ou encore les objets auxquels ils ont recours dans le cadre de leurs activités quotidiennes : un mors de bride, des rênes, ou encore un seau !7

  • 8 Chevaucheur dans E. Huguet, Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, II, Paris, 1932 (...)
  • 9 BN, Ordonnances et statuts des Espronniers, s.l., s.d ; Lettres patentes qui autorisent les article (...)

6Tous les professionnels du cheval ne sont pas nobles, certes ; les chevaucheurs d’écurie, par exemple, peuvent se voir confier plusieurs tâches relevant non pas de l’équitation, mais nécessitant tout de même un homme sachant bien monter à cheval : la livraison de dépêches, ou du courrier8. Par ailleurs, le statut social et professionnel de nombre d’hommes de cheval ou artisans que la littérature normative affuble de l’étiquette d’« humble », « bas », « vil » ou « vénal » est souvent plus prestigieux qu’on ne l’imagine à un premier abord. Prenons par exemple les selliers-lormiers spécialisés dans la fabrication des selles et d’autres parties du harnachement du cheval, et des éperonniers qui fabriquent non seulement les éperons pour le cavalier, mais aussi les brides pour le cheval : il s’agit d’artisans très bien organisés, pouvant exercer à la cour et dont le règlement de métier, en France, est approuvé et encadré par des actes royaux, comme en 1577-16029.

Tableau 1
L’« HOMME QUI MONTE À CHEVAL », xve-xviie SIÈCLE : TABLEAU LEXICAL NON EXHAUSTIF

Tableau 1L’« HOMME QUI MONTE À CHEVAL », xve-xviie SIÈCLE : TABLEAU LEXICAL NON EXHAUSTIF
  • 10 Par exemple, AN, O1 855, Extrait du Règlement général, fait par le Roy Henry III. le premier Janvie (...)
  • 11 AnF, MC, XXXIII, 171, 2 janvier 1556, fo 219 ro-vo, [Jehan Rousseau : résignation de l’état de chev (...)

7Les archives européennes conservent des lettres patentes et des ordonnances réglementant nomination ou acquisition du statut, fonctions et prérogatives des grands officiers au service d’un monarque. Ces pièces fournissent parfois des précisions sur la répartition et les charges des officiers subordonnés10. Encore, il est possible de repérer, en France par exemple, des documents concernant le statut administratif, voire même pénal, des chevaucheurs, y compris un par ailleurs très rare acte notarié validant une renonciation à cette charge en 155611. Il en va de même pour les métiers de l’artisanat relevant du domaine équestre, l’accès auxquels est fort bien documenté, à l’instar de l’exemple cité plus loin.

8En revanche, le flou documentaire est grand concernant les professionnels du cheval tels ceux issus de la famille Piccardini. Aucun document officiel ne vient sanctionner, à ma connaissance, la formation et l’entrée dans la profession des cavaliers, et notamment de ceux de haut niveau. Comment donc devient-on écuyer ? Et comment devient-on maître écuyer-sachant, surtout, que dans ce cas précis l’attribut de maître n’a strictement aucun lien avec l’obtention d’une maîtrise à l’issue d’une période d’apprentissage ?

  • 12 C. Corte, Il Cavallerizzo[...], Venise, 1573 (1ère éd. 1567). S. de La Brouë, Preceptes principaux (...)

9Une réponse, quoique partielle, à ces questions nous est parfois livrée par les écuyers eux-mêmes ; ou, tout du moins, par ceux qui ont mis la main à la plume à l’issue de leur carrière. Les traités d’art équestre contiennent souvent des renvois autobiographiques, y compris des détails relatifs aux débuts des auteurs : c’est le cas, en particulier, des ouvrages de Claudio Corte (Il cavallerizzo, 1562), et de Salomon de La Broüe (Préceptes, 1593, puis Cavalerice françois, 1602)12, par exemple, où la cour est décrite en tant que lieu propice à l’apprentissage et à la transmission des savoirs et des techniques équestres, ainsi que de tout ce qui a trait au savoir vivre en milieu curial. L’initiation de ces trois auteurs aux disciplines équestres date de leur première jeunesse, alors qu’ils sont pages, ou « domestiques » : Fiaschi à la cour de la maison d’Este, à Ferrare ; Corte, sous la houlette de son père, auprès de la duchesse de Milan, Isabelle d’Aragon-Sforza (1470-1525) ; La Brouë dans la maison d’Henri Ier baron de Damville, puis duc de Montmorency, maréchal et connétable de France (1534-1614).

10Corte se souvient des prouesses techniques auxquelles il avait assisté, tout en expliquant en quoi consistait son entraînement quotidien :

  • 13 « Aider le cheval » : lui donner des ordres, dans ce cas précis à l’aide des jambes et des talons, (...)

Et je me souviens que mes maîtres, lorsque j’étais enfant et page de la Très Excellente Dame la Duchesse de Milan, Donna Isabelle d’Aragon, exécutaient des voltes, et des cercles [...] En apprenant à chevaucher, mes maîtres me faisaient parfois monter en portant un seul éperon, tantôt d’un côté, tantôt de l’autre, ainsi qu’à beaucoup d’autres jeunes gentilshommes et pages, et pas à moi seulement, puisqu’ils voulaient qu’on apprenne à aider le cheval par ce seul moyen [...]13

11L’école des pages n’est en aucun cas un centre de formation professionnelle ante-litteram, mais elle accorde une grande place à tout ce qui, relevant du cheval, peut étoffer l’éducation du jeune gentilhomme. En s’adressant au duc de Montmorency, La Brouë décrit avec emphase sa propre formation, marquée par l’efficacité et l’élégance en selle de l’arbiter elegantiarum qu’était le duc :

  • 14 La Brouë, op. cit., p. non numérotée. Foyers curiaux, dans Deriu, op. cit., p. 530-531.

Et cette passion avait commencé à me posséder dès mon enfance : car étant page et encore fort petit, je commençai à voir que tous les Princes, & généralement toute la plus brave Noblesse de la Cour, tâchaient soigneusement à [...] recherc[cher] l’exemple de tous vos gestes14.

12Tous les pages ne deviennent pas écuyers, certes, mais la qualité des enseignements reçus peut souvent ouvrir la voie à une brillante carrière dans ce domaine : Fiaschi est un auteur très célèbre déjà de son vivant, Corte – nomen omen – gagne sa vie en tant qu’écuyer circulant d’une cour à l’autre, et La Brouë devient à son tour maître écuyer en milieu curial, chargé entre autres de la formation équestre des pages.

  • 15 N. Chorier, Estat Politique de la Province de Dauphiné, III, Grenoble, 1671, p. 439 sq. ; Pluvinel, (...)

13La cour n’est pas le seul endroit où les jeunes peuvent se former à l’équitation : il existe aussi des écoles d’art équestre, et des académies pour gentilshommes, payantes. Les premières, qui s’appuient sur les services d’un ou plusieurs maîtres de renom, dispensent des cours d’équitation de haut niveau, généralement ouverts à tous les gentilshommes, même étrangers. Dans les secondes, dont l’accès est plus restreint parce que réservé, à quelques exceptions près, à la noblesse locale, l’équitation n’est qu’une parmi les disciplines enseignées : l’offre formateur peut être alors beaucoup plus vaste et comprendre aussi des cours de maniement des armes, de voltige, de mathématiques, ou des lettres, par exemple. Qu’il s’agisse d’écoles ou d’académies, aucun de ces établissements ne délivre de certificat, ou de brevet d’écuyer, ou de maître écuyer. Et pourtant, l’un des écuyers français les plus renommés, Antoine de Pluvinel, aurait appris son métier à partir des années 1560-70 sous la houlette d’un fameux maître italien15. On ne dispose d’aucune preuve formelle émanant de l’école qu’il aurait fréquentée, car contrairement aux académies, les écoles d’art équestre ne produisent, à ma connaissance, aucun type d’archives ou de documents, ni aucune attestation de réussite. Cela paraît ne pas avoir influé sur la future carrière de Pluvinel, car il est à la fois écrivain, maître écuyer chargé, entre autres, de la formation équestre de Louis XIII, et aussi écuyer principal en son écurie. Le fait de ne pas avoir reçu une éducation formelle à la cour ne semble donc pas barrer la route à l’obtention d’une ou plusieurs charges prestigieuses en milieu curial.

  • 16 P. Hurtubise, Pierre, Les « métiers » de cour à Rome à l’époque de la Renaissance, dans C. Dolan (é (...)

14La cour est une « créatrice directe d’emplois »16, abritant les hommes de cheval dont elle a besoin pour ses différentes activités, mais elle ne fonctionne pas en vase clos : tous les professionnels équestres ne sont pas issus du milieu curial où ils travaillent ; ils peuvent y cumuler les fonctions, et parfois même exercer ailleurs. Les hommes de cheval font généralement preuve d’une certaine polyvalence et mobilité, tant du point de vue géographique que social.

  • 17 Hurtubise, op. cit., p. 222.
  • 18 Corte, op. cit., p. V.
  • 19 Les documents d’archives concernant la Maison de Charles IX pour la période indiquée par Corte ne g (...)

15Les sources les plus fiables concernant leur travail à la cour restent les registres des personnels affectés aux différents services de la Maison, de l’Écurie, ou du Haras. Tous les professionnels exerçant à la cour n’y sont pas cités, surtout lorsque ceux-ci n’exercent que temporairement, sur invitation par exemple, une ou plusieurs fonctions au service d’un seigneur donné. Il ne s’agit pas d’employés à proprement parler, mais d’« individus hors catégorie » dont les archives curiales ne tiennent guère compte17. Cela explique peut-être pourquoi autant d’écuyers dont les sources littéraires mentionnent la carrière internationale, ne figurent pas dans les rôles des cours où ils auraient exercé. C’est le cas de Claudio Corte, qui se vante à plusieurs reprises d’avoir été au service du roi Charles IX, ainsi que de la reine Elisabeth Ière18 : pour l’instant, je n’ai repéré aucune trace du passage en France ou en Angleterre de cet écuyer italien, pourtant parmi les plus célèbres en son temps19.

  • 20 Traité dont je propose une édition critique ainsi qu’une traduction en français. Ibid., p. 774-947.
  • 21 L. Grottanelli, Caterina de’ Medici duchessa di Mantova, Florence, 1894, p. 19. Un écuyer florentin (...)
  • 22 Florence : la famille Piccardini, dans Deriu, op. cit., p. 463.
  • 23 C. Sodini, L’Ercole Tirreno. Guerra e dinastia medicea nella prima metà del ‘600, Firenze, 2001, p. (...)

16Et même lorsque, comme dans le cas de la famille Piccardini, les registres de cour fournissent des preuves tangibles de leurs activités quotidiennes, toutes les fonctions qu’ils sont appelés à remplir n’y sont pas mentionnées. Cela ne signifie pas pour autant que ces écuyers évoluent dans un cadre informel. Bien au contraire. Prenons le cas de Valerio Piccardini, auteur d’un traité d’art équestre manuscrit intitulé Écrits de Cavalerie (Scritti di Cavalleria, du début xvie siècle)20 : les registres que j’ai pu consulter ne citent jamais la qualification de Piccardini, ni ses fonctions. En revanche, les fonds de correspondance italiens comme étrangers, témoignent de sa grande polyvalence au service de la cour florentine : lors d’importantes missions officielles datant du début du xviie siècle, il escorte un cheval de prix à la cour d’Angleterre, pour ensuite le monter devant le monarque21 ; il accompagne la suite princière en France22 ; il recherche et achète des chevaux de bonne qualité pour le grand-duc ; il intervient en tant qu’homme d’armes lors d’une campagne militaire23.

  • 24 Corte, op. cit., p. 47.
  • 25 Hurtubise, op. cit., p. 233-234 et n. 92.

17Cette souplesse des fonctions et des rôles joués par les professionnels du cheval en milieu curial se traduit parfois par un processus relativement rapide de promotion sociale qui peut paraître étonnant à nos yeux. Claudio Corte porte l’exemple d’un apprenti cuisinier devenu un cavallerizzo très compétent, et travaillant désormais en tant que tel, toujours au service du même seigneur24. Il ne s’agit pas d’une invention littéraire. Les archives de la cour pontificale font état, entre autres, d’un palefrenier dont la carrière évolue jusqu’à la fonction de maître d’hôtel, dans les années 154025.

  • 26 « [...] partiran aprimera comoditat » ; « dos cents ducats peraque aquells se distribuisca entrelos (...)

18Même s’il évolue de manière satisfaisante au sein d’une cour donnée, l’écuyer peut élargir considérablement son champ d’action, tout en faisant preuve de fidélité au seigneur qui l’emploie. Considérons les professionnels du cheval au service d’un monarque, comme par exemple ceux actifs dans les domaines italiens de la couronne d’Espagne. Ils savent faire preuve de mobilité, mais lorsqu’ils se déplacent, c’est tout d’abord dans le cadre de leurs fonctions. Ils ne changent pas d’employeur. Par conséquent, les transferts de personnel sont strictement encadrés et nécessitent l’intervention de plusieurs officiers en charge dans les institutions équestres de départ et d’accueil. En 1605, les haras royaux sardes manquent de personnel spécialisé, en particulier d’un assistant écuyer et d’un maréchal-ferrant. Ils sollicitent donc des haras royaux napolitains l’envoi de ces deux professionnels. La réponse est favorable : le régent de la Trésorerie royale en Sardaigne reçoit alors plusieurs lettres de l’écuyer du roi d’Espagne pour le royaume de Naples, autorisant le déplacement des deux officiers depuis leur établissement d’origine, ceux-ci étant prêts à partir « dès que possible ». Le notaire de la Procuration royale en Sardaigne prépare soigneusement leur départ, leur assignant deux cents ducats que le trésorier remet ensuite « [...] aux dits écuyer et maréchal [...] en couverture des frais nécessaires »26.

  • 27 A. Massari Malatesta, Compendio dell’Heroica Arte di Cavalleria [...]. Venise, 1590 ; Della ragione (...)
  • 28 Massari Malatesta, Compendio... cit., p. 45.
  • 29 Les déplacements des maîtres écuyers, dans Deriu, op. cit., p. 516.

19Académies et écoles d’équitation sont également des créatrices d’emplois. La carrière d’un écuyer ou d’un maître écuyer en déplacement peut être très aléatoire, sans aucune garantie d’un contrat durable. Il n’en reste pas moins que la mobilité reste une source de prestige pour les professionnels qui tentent leur chance loin de leur lieu d’origine ou de formation. C’est le cas d’Alessandro Massari Malatesta, auteur de deux célèbres traités : un Compendio (1590), et Della ragione e modi d’imbrigliar Cavalli (1593)27. Dans les années 1590, Massari Malatesta occupe un poste dans l’académie padouane des Hoplosophistes28, une société de gentilshommes ayant intégré par la suite l’académie Delia, toujours Padoue29. Massari Malatesta enchaîne les déplacements vers d’importantes villes en Italie et, ainsi qu’il l’affirme, à l’étranger :

  • 30 « Non lascierò io quivi dire, che la continuata mia esperienza di molti anni in molte principalissi (...)

Je ne laisserai donc pas de dire ici, qu’une expérience continue de plusieurs années et dans plusieurs villes d’Europe parmi les principales, & encore ailleurs, ainsi que l’étude des écrivains exerçant cette profession, m’a inspiré la hardiesse de rédiger ce traité tel que je l’ai conçu en exerçant publiquement et pendant longtemps à Paris, à Naples, à Padoue, et à Rome30.

  • 31 Pour l’instant, je n’ai pu accéder à aucun document similaire émanant des académies françaises pend (...)

20En général, les académies pour gentilshommes garantissent des conditions de travail durables et satisfaisantes. La plupart des académies françaises et italiennes sont fondées ou officiellement reconnues à partir des années 1590. En France, elles s’implantent dans les principales villes du royaume ; en Italie, celles du ressort de la République de Venise sont situées dans l’ensemble de ses domaines de terre ferme, à cheval entre la Vénétie et la Lombardie. Administrées localement, mais dépendant du Doge, toutes les académies vénitiennes embauchent leurs personnels selon les mêmes modalités. Elles peuvent être appréhendées dans leur intégralité à partir d’un document très rare31, le contrat d’embauche du nouveau maître d’équitation de l’académie Filotima, fondée à Vérone dès 1565 :

  • 32 ASVr, Fondo Accademia Filotima, no 237.
  • 33 Messieurs : les régents de l’académie.
  • 34 Conduite : dans ce contexte, l’administration de l’académie par les régents, renouvelés périodiquem (...)
  • 35 Compagnie : l’ensemble des membres de l’académie.
  • 36 Cavalcadour de bardelle... poulains : chargé du premier dressage (débourrage) des poulains. Pour ce (...)
  • 37 Troupe : répartition des académiciens au sein de la compagnie.
  • 38 ASVr, ‘Fondo dell’Accademia Filotima’, no 237 : « Condotta di un cavallerizzo in persona di Baldass (...)

Emploi d’un maître d’équitation en la personne de Baldassar Manzadori, pendant la période de trois ans 1607-1610, avec un salaire de 400 écus32.
[R
o]
Les susdits Messieurs
33, ayant délibéré de conduire un maître d’équitation pour ranimer l’honorable exercice de la Cavalerie dans cette Ville, pour autant qu’il leur est possible, ont par conséquent élu [à ce poste] Monsieur Baldessare Manzadori, lequel aura l’obligation, pourvu qu’il approuve [cette décision], d’observer les Chapitres suivants, auxquels sont également soumis les Messieurs susdits [ :]
Premièrement, que la charge dudit Monsieur Baldessare ait une durée de trois ans révolus, à compter du premier jour du mois d’août 1607, jusqu’à l’année 1610, avec un salaire annuel de 400 écus valant six trônes chacun, qui lui sera versé par avance et par échelons tous les quatre mois, à raison de 133 écus nouveaux [...], ledit Monsieur ayant l’obligation d’enseigner à vingt Cavaliers, cette charge en prévoyant autant [ ;]
2. Que ledit Monsieur Baldessare ait l’obligation d’entraîner tous les jours fériés les Chevaux que lui enverront Messieurs les Cavaliers faisant partie de la Conduite34, à commencer d’abord par les premiers Chevaux arrivés à l’Ecole, en continuant ainsi jusqu’au Cheval arrivé en dernier ; déclarant qu’aucun Cavalier ne pourra lui envoyer plus de deux Chevaux, dont un le Matin, et que ledit maître d’équitation ne pourra instruire plus d’un Cavalier, à savoir le Cavalier lui-même faisant partie de la Compagnie35 ou, à la place de celui-ci, l’un de ses frères, enfants, ou neveux ; il ne pourra ni instruire d’autres Cavaliers, ni monter d’autres Chevaux que ceux faisant partie de cette Compagnie, selon les modalités susdites ; ledit maître d’équitation sera pourtant libre de faire travailler deux Chevaux de sa propriété, sans dépasser ce nombre, ainsi que deux Cavaliers, à son profit, pourvu qu’ils soient étrangers, et pas autrement [ ;]
3. Que ledit maître d’équitation soit astreint à embaucher un cavalcadour de bardelle chargé du débourrage des poulains36, lequel devra monter les poulains desdits Messieurs les Cavaliers, tous les jours fériés, et dans le même ordre prescrit pour le maître d’équitation, même s’il ne peut travailler qu’un poulain après les deux Chevaux susnommés [ ;]
4. Que ledit Monsieur Baldessar ne doive demander les versements de son traitement à personne d’autre qu’à Messieurs les Chefs de ladite Conduite, lesquels seront obligés de préparer le traitement susdit dans la manière susdite, le soin de recevoir l’argent des autres Cavaliers faisant partie de la Troupe37 étant de leur compétence [ ;]
5. Qu’au cas où ledit Maître d’équitation devrait quitter cette Ville pour quelle raison que ce soit, il sera obligé d’en demander la permission aux quatre Messieurs susdits ; aussi, ne pourra-t-il partir sans obtenir la permission de la plupart d’entre eux ; laquelle permission devra être écrite, sous peine d’une amende de cinq Ducats, et de dix Ducats au terme de dix jours ; et si pendant ce temps il fallait le retenir, qu’il ait ou non sa licence, que les susdits Messieurs s’accordent selon qu’il leur paraîtra bon [ ;]
6. Que si pendant ladite Conduite, quelqu’un parmi lesdits Cavaliers décédait (qu’à Dieu ne plaise), ou quittait la Compagnie pour quelle autre raison que ce soit, lesdits quatre Messieurs puissent en assurer la relève, pourvu que l’on ne dépasse pas le nombre de vingt [ ;]
7. Que l’on élise, une fois par an, quatre autres Cavaliers en raison d’un par Troupe, par tirage au sort, qui se joindront à Messieurs les Chefs susdits ; lesquels huit, ou la majorité d’entre eux, devront tous ensemble juger et délibérer à propos de toute chose relevant ou de l’entraînement des chevaux, ou des fautes du maître d’équitation ; en somme, de tous les cas qui pourront se produire au sein de ladite Compagnie, pour remédier de façon satisfaisante à tous les désagréments pouvant naître entre lesdits Cavaliers et le Maître d’équitation38.

  • 39 Particularités des académies de la Sérénissime, dans Deriu, op. cit., p. 482-483.

21À quelques exceptions près, dues aux réalités locales et concernant, par exemple, le montant du salaire et la durée de la mission, le contrat du maître d’équitation au sein des académies vénitiennes comporte plusieurs constantes : salaire annuel versé par échelons ; maison de fonction ou allocation d’une somme mensuelle destiné à l’hébergement ; engagement à fournir des enseignements aux membres de l’académie aux jours et périodes indiqués ; obligation de signaler tout déplacement aux administrateurs de l’académies39.

  • 40 Le ‘cavallerizzo di Francia’, ibid., p. 512-514.
  • 41 Ibid.

22Ce type de contrat attire de nombreux candidats au poste de maître d’équitation, y compris parmi ceux qui jouissent d’une position plus qu’enviable au sein d’une cour. Prenons encore en exemple la famille Piccardini. Deux, voire peut-être trois générations de Piccardini exercent stablement leur métier au service des Médicis : cela n’empêche pas Valerio Piccardini d’aller tenter sa fortune ailleurs, au service d’un autre employeur. Non pas dans une autre cour, mais dans une académie équestre pour gentilshommes, qui plus est à l’étranger, c’est-à-dire en dehors de la Toscane. En 1608, alors qu’il se trouve en France, après avoir été pressenti par correspondance par les administrateurs de la prestigieuse académie Delia de Padoue, Piccardini se voit attribuer le seul poste de maître d’équitation au sein de cet établissement. Le contrat encadrant fonctions et conditions de travail de Valerio Piccardini ne diffère guère de ceux qui sont conservés dans les archives des autres établissements vénitiens, sauf en ce qui concerne le traitement : ayant été arrêté à 700 écus, le salaire annuel versé à Piccardini est nettement plus élevé que celui généralement attribué, et se situant autour de 300-400 écus, comme c’est le cas pour le maître écuyer Manzadori à la même époque. Un argument de taille pour s’assurer le service d’un écuyer de renom, dont l’expérience à l’étranger lui vaut à l’époque l’appellation d’« écuyer venant de France », ou cavallerizzo di Francia40. Le travail de Piccardini reste soumis aux mêmes conditions pendant environ six ans, période après laquelle il rentre à Florence, rappelé par « son seigneur naturel » le grand-duc de Toscane41. Après un déplacement de très longue durée, mais toujours au sein d’un même établissement, Piccardini fait donc retour à sa cour d’origine.

  • 42 C. Billot, Les Italiens naturalisés Français sous le règne de François Ier (1514-1547), dans R. Com (...)
  • 43 J.-F. Dubost, La France Italienne, xvie-xviie siècle, Paris, 1997.
  • 44 Annexe II dans Dubost, op. cit., p. 404-407.
  • 45 No 19594, dans Catalogue des actes de François Ier, VI, Paris, 1894, p. 136. Billot, op. cit., p. 4 (...)
  • 46 Dubost, op. cit., p. 106.

23D’autres écuyers italiens s’installent définitivement à l’étranger, jusqu’à obtenir leurs lettres de naturalité. Les lettres patentes examinées par Claudine Billot dans son étude42, puis celles formant le corpus à la base du travail La France italienne de Jean-François Dubost43 fournissent de précieux détails relatifs à provenance, composition de la famille, et insertion professionnelle des hommes de cheval provenant de la Péninsule, mais désormais actifs, souvent de longue date, en France. Bon nombre d’entre eux est au service d’une famille de l’aristocratie, ou de la maison royale. Plusieurs font déjà partie de la suite de seigneurs résidant en France, comme c’est le cas pour ceux au service de la branche française de la maison des Gonzague44. Le déplacement des spécialistes italiens peut parfois être imposé par la volonté royale, ou s’effectuer dans le cadre d’échanges commerciaux. Ainsi, Antonio Rangone (ou Ranconne) dit Serpentis arrive-t-il en France « du Royaume de Naples, son pays, pour diriger les haras » par ordre du roi François Ier : il est naturalisé en 152845. Les Gonzague-Nevers, en revanche, confient à leurs écuyers italiens le suivi des transactions nécessaires pour l’acquisition de chevaux venant d’Italie et destinés au marché français46.

24Il est plus rare que les écuyers se mettent à leur propre compte en dehors des réseaux curiaux ou d’une clientèle nobiliaire.

25Il existe néanmoins des professionnels exerçant leur métier de façon plus indépendante, en milieu urbain, notamment. C’est ce que laissent supposer les contrats de location, entre particuliers, d’immeubles et terrains destinés à l’installation d’écuries et de carrières d’entraînement, datant des années 1610-1620, et conservés à Paris, aux Archives nationales. L’un d’entre eux témoigne de l’activité d’un maître apparemment sans attaches à la cour, et souhaitant exercer sa profession à Paris.

  • 47 AnF, MC, CXXII, 1602, 31 décembre 1620, fo XLIII.
  • 48 H. Drévillon, La société des escrimeurs, dans P. Brioist, H. Drévillon, P. Serna (éd.), Croiser le (...)

26En 1620, Pierre Dagues, avocat en Parlement, accorde à Hugues de Villelongue la permission « de faire construire une carrière couverte pour lui servir à faire dresser les chevaux, et en disposer le temps de son bail d’une maison à St. Germaindes-Près ». Villelongue s’engage à remettre les lieux « en pareil estat » à la fin de son bail47. Puisque cette maison de Saint-Germain-de-Près ne comporte aucun espace spécialement conçu pour les activités équestres, c’est au futur locataire – un dresseur, un maître, un propriétaire de chevaux ? – qu’appartient la tâche de l’y aménager. Cet exemple rappelle les démarches accomplies par les maîtres escrimeurs au début de leur carrière : la recherche et la location d’une salle d’armes48.

27Ce type de contrat permet donc de rapprocher les conditions de travail des maîtres écuyers à celles des maîtres d’armes, ces derniers exerçant une discipline considérée comme noble, et nécessitant également d’une salle pour l’enseignement et l’entraînement. Sauf que, contrairement aux maîtres d’armes, l’apprentissage et le travail des écuyers ont lieu hors normes corporatives. Et pourtant, que ce soit en milieu curial ou ailleurs, la transmission du savoir équestre s’effectue bien souvent de père en fils, exactement comme c’est le cas pour bon nombre de métiers artisanaux, même au sein d’une corporation.

  • 49 P. Caracciolo, La Gloria de Cavallo [...], Venise, 1567.
  • 50 Ferraro, op. cit. ; cf. supra, note 9.
  • 51 Caracciolo, op. cit., p. 141-143. La singularité de cette liste réside dans le fait qu’elle rappell (...)
  • 52 Ferraro, op. cit., p. 71-79.

28En effet, la famille de l’écuyer ne compte pas que des descendants biologiques et des collatéraux du maître. La filiation du maître se mesure aussi en termes d’élèves formés à son école, et ayant appris ses théories, sa façon de monter à cheval ; en termes de montures dressées par ses soins. À la fois dresseur de chevaux et formateur de cavaliers, le maître écuyer vante une progéniture mixte : les montures qu’il a dressées et les élèves écuyers auxquels il a transmis son savoir-faire. Pourtant, aucun document officiel ne certifie du nombre et de la qualité des élèves s’étant formés à l’école d’un bon maître écuyer. Il nous reste seulement des énumérations informelles, quoique imprimées, de chevaux et cavaliers cités par les auteurs équestres en souvenir de leur propre carrière, et la cautionnant, en quelque sorte. C’est le cas des listes fournies par deux auteurs issus de l’aristocratie napolitaine : Pasqual Caracciolo, auquel on doit le traité Gloria del Cavallo (1567)49, et Pirro Antonio Ferraro, auteur du Cavallo Frenato (1602)50. Caracciolo, qui aborde de façon érudite l’art équestre établit ses listes en y répartissant pas moins de soixante-dix-huit écuyers selon le prestige dont ils jouissent, en trois catégories différentes : « Magnifiques », « Excellents » et « Illustres »51 (fig. 1-3). Ecuyer à la cour de Naples sous Philippe II, Ferraro énumère les élèves de son père, le maître Giovan Battista Ferraro, également actif dans le milieu curial napolitain. L’« arbre » des filiations comporte deux volets bien distincts, se présentant sous forme d’autant de longues énumérations de disciples et de montures. Pirro Antonio évoque tout d’abord les élèves issus de l’école de son père, « non seulement beaucoup de chevaux [...] mais [aussi] beaucoup de Princes, Cavaliers, & d’autres s’étant consacrés à cette profession ». Puis il cite une vingtaine d’élèves qu’il aurait lui-même formés, comprenant trois membres de la famille Ferraro, et plusieurs membres des maisons italiennes illustres, comme les Colonne et les Gonzague. Très abondante, la partie consacrée aux chevaux présente les montures dressées par Giovan Battista Ferraro à partir des années 1520-58 jusqu’au jour de sa mort, le 25 octobre 156252.

29Si les informations concernant le statut professionnel des professionnels de l’art équestre sont relativement abondantes, celles relatives à leur statut conjugal sont en général bien plus rares, ou lacunaires. Selon la littérature normative, le parfait écuyer se doit d’avoir une épouse. Claudio Corte, par exemple, est un fervent défenseur de cette assertion :

  • 53 « [...] il mio cavallerizzo voglio, che sia maritato, per sfuggire molti inconvenienti, che dal non (...)

Je veux que mon cavallerizzo soit marié, pour échapper à bien des inconvénients qu’entraîne le fait de ne pas l’être [...] c’est vraiment une mauvaise chose, qu’un jeune gouverne une cavallerizza importante, de surcroît, sans être marié ; car c’est bien à cause de cela qu’il sera obligé à faire des choses qui probablement ne siéent pas au Cavalier Chrétien. L’homme qui n’a pas d’épouse, ni d’enfants dans sa maison, n’a guère d’autorité lorsqu’il est chargé d’une tâche de gouvernement importante. Et en vérité, le fait d’avoir une épouse lui confère une grande réputation53.

  • 54 Idem, p. 142.
  • 55 Idem, p. non numérotée.

30L’épouse n’est pas seulement un remède à la débauche, le remedium conscupiscientiæ approuvé par l’Église, elle est aussi l’un des éléments sur lesquels repose le prestige et la crédibilité du cavalier. Le cavallerizzo est avant tout un pater familiæ : sa capacité à gouverner -et le personnel qu’il a sous ses ordres, et les chevaux qu’on lui a confiés – dérive de sa condition d’homme marié dont l’autorité s’exerce pour commencer sur son épouse et sur ses enfants. Claudio Corte s’inspire ici des classiques. Lycurgue n’avait-il pas établi que tout Grec occupant un poste d’importance, ou ayant le grade de commandant ou de capitaine de cavalerie ou de l’armée, devait être marié ? Les Romains prônent le mariage pour les hommes qui se destinent aux charges de dictateur, préteur, censeur, questeur et maître de cavalerie54. En dépit de cela, Corte, tout en préconisant le mariage chez le parfait écuyer dont il brosse le portrait, affirme pour sa part ne pas avoir d’épouse55.

  • 56 « [...] uno dei più stimati, primi et celebrati homeni che in questo regno siano di questa professi (...)
  • 57 « Mi considerò anco che stava ammogliato et che difficile-mente la Moglie si contentava restare sen (...)
  • 58 « [...] [Avrebbe ricevuto] da quelle Signore di Padova ogni ragionevole sodisfatione et buon tratta (...)
  • 59 « [...] nato si può dire a cavallo, e portato dalli cavalieri in palma di mano », ASPd, Fondo Delia (...)

31Les sources d’archives confirment que la présence d’une épouse décide souvent de la carrière du cavallerizzo ; l’influence féminine est pourtant bien loin d’agir selon les modalités prévues par Corte, comme le prouve le fonds de correspondance appartenant aux archives de l’académie Delia de Padoue. En 1608, les académiciens padouans dépêchent leurs représentants partout en Italie à la recherche d’un maître d’équitation. L’un d’entre eux, Agostino Dolce, envoyé à Naples, rapporte avoir enfin repéré un candidat susceptible d’intéresser les recteurs de l’académie : Horatio Pentaschi, « l’un des hommes les plus réputés, importants et célébrés dans ce Royaume [de Naples], parmi ceux qui exercent cette profession, si bien qu’il n’a guère son pareil en Italie »56. L’écuyer napolitain hésite pourtant à accepter la proposition des académiciens, principalement en raison de sa condition d’homme marié. Dolce poursuit en effet en disant que Pentaschi « [lui] fit aussi valoir qu’il était marié, et que son épouse se serait difficilement accommodée à rester sans lui, et que l’amener dans un pays si lointain, où ni lui ni elle n’avaient la moindre connaissance lui paraissait, à elle, très étrange »57. Dolce revient alors à la charge en tâchant d’impressionner favorablement l’épouse du cavallerizzo : elle voyagerait en compagnie de la propre épouse de Dolce, et à son arrivée à Padoue, lui assure-t-il, elle ferait l’objet de tous les honneurs en « recev[ant] », en somme, « toute satisfaction raisonnable et bon traitement de la part des Dames de Padoue »58. Pourtant, en dépit de la bonne volonté de Dolce, les pourparlers paraissent s’enliser, l’écuyer Pentaschi hésite... Aussi, les académiciens qui, en attendant, ont poursuivi leurs recherches, proposent-ils le poste de maître écuyer à un cavalier milanais de 28 ans, Gaspare de’ Nigri : « né, on peut dire, en selle, et porté aux nues par les autres cavaliers »59 et, surtout, non marié.

  • 60 No 18494, dans Catalogue des actes de François Ier, V, Paris, 1892, p. 734.
  • 61 No 19595, idem, VI, Paris, 1894, p. 136.
  • 62 Ferraro, op. cit., p. non numérotée.
  • 63 Biblioteca Comunale Ariostea, Ferrare, Anonyme, Memorie intorno alla famiglia Fiaschi di Ferrara, p (...)
  • 64 Caracciolo, op. cit., p. non numérotée.
  • 65 H. de Terrebasse, Antoine de Pluvinel Dauphinois, Lyon, 1911, p. 43 sq.

32L’épouse paraît alors être une entrave à la mobilité du cavallerizzo, et donc à la progression de la carrière de celui-ci, plutôt qu’un facteur de promotion sociale. En réalité, un grand nombre d’écuyers de renom fondent une famille. Les écuyers italiens installés en France ne font pas exception. Par exemple, en 1525 l’écuyer sicilien Mathieu Bello, qui occupe la charge de chevaucheur d’Écurie du Dauphin, est marié lorsqu’il obtient ses lettres de naturalité, et réside à Valence, en Dauphiné60. Ou encore, le garde des harnais de l’Écurie du roi, Romain Vérat, originaire de Ferrare et naturalisé en 1528, est également marié. Il s’est établi à Blois61. Il en va de même pour les auteurs de traités. On sait que les deux maîtres Ferraro ont été mariés, Giovan Battista étant le père de Pirro Antonio, et celui-ci étant à son tour le père de deux enfants62. Cesare Fiaschi a eu pour épouse Barbara Romei, mais meurt sans descendance63. Pascale Caracciolo évoque à plusieurs reprises l’existence de beaux-frères, et d’ailleurs dédie on ouvrage à ses enfants64. Antoine Pluvinel, en revanche, se marie en 1599 avec Marie Mansel, « de l’illustre maison de Saint-Léger » dont il aura une descendance toute féminine65.

  • 66 K. Raber-T. J. Tucker (éds.), The culture of the horse. Status, discipline, and identity in the ear (...)

33En dépit du manque, ou de l’hétérogénéité des sources, il est donc possible de définir de manière satisfaisante le profil et le(s) parcour(s) individuels de certains écuyers, que ce soit du point de vue professionnel, ou social. Pourtant, l’exigüité des données quantitatives que j’ai pu rassembler dans les principales archives européennes ne m’a pas permis de fournir des statistiques satisfaisantes concernant parcours de formation, durée des fonctions, conditions d’exercice et traitement des écuyers et des maîtres écuyers pendant la période allant du milieu du xve au milieu du xviie siècle. Par ailleurs, la bibliographie relative aux conditions de travail des professionnels du cheval est loin d’être abondante, du moins pour ce qui est de la période examinée. À ma connaissance, ce sujet n’a fait pour l’instant l’objet d’aucune monographie publiée. Si l’art équestre fait désormais l’objet d’une production historiographique riche et variée, de larges pans de l’histoire du cheval et des hommes de cheval à l’époque moderne restent encore à explorer. Le travail des écuyers et des maîtres écuyers – à la fois « hors catégorie » au sein de la cour et « hors normes corporatives » au-delà de l’enceinte curiale – est méconnu, surtout en ce qui concerne le xve-xviie siècle : mieux situer ces professionnels du cheval est donc nécessaire et urgent, dans la mesure où cette catégorie professionnelle est au cœur même d’une époque qui, ne l’oublions pas, est « saturé[e] de chevaux et de culture équestre »66.

Haut de page

Notes

1 E. Deriu, Le cheval et la cour. Pratiques équestres et milieux curiaux, Italie et France (milieu du xve-milieu du xviie siècle), thèse de doctorat d’Histoire sous la direction de Jean-François Dubost, Université de Paris XII (désormais UPEC : Université de Paris Est-Créteil Val de Marne), 2008.

2 Circulation et appropriation des techniques équestres, dans Deriu, op. cit., p. 33-34 sq.

3 L’art étant une technique, ou méthode, ou ensemble de compétences, procédures ou règles susceptibles de « modifier la nature dans un but d’adaptation à l’usage de l’homme ». Art, dans Atilf-Trésor de la Langue Française Informatisé (TLFi) en ligne : cf. infra, Ressources web.

4 Profession, dans Atilf-TLFi en ligne : cf. infra, Ressources web.

5 Cavalier, dans A. Furetière, Le dictionnaire universel, I, La Haye-Rotterdam, 1690, p. non numérotée ; Escuyer, ibid., II, p. non numérotée. Les spécialistes du cheval à la cour : problèmes de terminologie, dans Deriu, op. cit., p. 177-191.

6 Firenze Città nobilissima illustrata da Ferdinando Leopoldo Del Migliore, Florence, 1684, p. 240. Florence : la famille Piccardini dans Deriu, op. cit., p. 461-464.

7 Florence : la famille Piccardini, dans Deriu, op. cit., p. 461.

8 Chevaucheur dans E. Huguet, Dictionnaire de la langue française du seizième siècle, II, Paris, 1932, p. 254-255. Sur cette figure professionnelle, cf. E. Vaillé, Histoire générale des Postes françaises. II. De Louis XI à la création de la surintendance générale des postes (1477-1630), Paris, 1949, et tout particulièrement, Les chevaucheurs de l’écurie du roi de Charles VIII à Henri III, p. 38-55.

9 BN, Ordonnances et statuts des Espronniers, s.l., s.d ; Lettres patentes qui autorisent les articles concernant le règlement du métier de sellier-lormier, proposés par les jurés et maîtres dudit métier. Acte royal, février 1577, Confirmation par Henri IV desdites lettres patentes, novembre 1595. imprimé, s.l., 1602. En Italie, l’auteur napolitain Pirro Antonio Ferraro défend la noblesse de la technique d’emboucher les chevaux, en soulignant l’importance de ce savoir-faire pour la formation du cavalier qui se veut réellement complet. Il faut bien qu’il maîtrise tous les aspects de la réalisation de la bride, puisque c’est bien celle-ci qui permet au cavalier de se servir de sa monture : « la bride est le véritable gouvernail qui permet de guider une telle machine ». Le cavalier ne saurait donc négliger de s’instruire sur tout ce qui relève de la création des différentes parties de l’instrument qui est à la base même de la discipline qu’il pratique. Faute de quoi, il risque de se retrouver à la merci d’artisans incompétents et incapables de répondre à ses attentes : car on comprend vite que la plupart des fabricants de brides « prennent des vessies pour des lanternes ». Chez Ferraro, l’appropriation d’un savoir-faire artisanal est loin d’être incompatible avec la pratique d’un art noble, puisqu’il est lié au métier des armes, tout comme la métallurgie, considérée comme un savoir technique non dérogeant. Ainsi, l’appropriation de compétences artisanales permet au cavalier aristocrate d’appréhender toutes les nuances de l’art équestre et de s’imposer ainsi en tant que véritable arbitre en la matière. P. A. Ferraro, Cavallo frenato [...], Naples, 1602, p. 16.

10 Par exemple, AN, O1 855, Extrait du Règlement général, fait par le Roy Henry III. le premier Janvier 1585, pour le service & les fonctions de tous les Offices de sa Maison & de ses Conseils & Finances, « L’ordre que le Roy veut être tenu par le Grand Écuyer, & ceux qui sont sous sa charge », imprimé.

11 AnF, MC, XXXIII, 171, 2 janvier 1556, fo 219 ro-vo, [Jehan Rousseau : résignation de l’état de chevaucheur d’écurie ordinaire de la maison du roi].

12 C. Corte, Il Cavallerizzo[...], Venise, 1573 (1ère éd. 1567). S. de La Brouë, Preceptes principaux [...], La Rochelle, 1593, ensuite réédité en 1602 sous le titre de Cavalerice François [...], Paris, 1602.

13 « Aider le cheval » : lui donner des ordres, dans ce cas précis à l’aide des jambes et des talons, afin qu’il exécute un mouvement donné. Corte, op. cit., p. 61.

14 La Brouë, op. cit., p. non numérotée. Foyers curiaux, dans Deriu, op. cit., p. 530-531.

15 N. Chorier, Estat Politique de la Province de Dauphiné, III, Grenoble, 1671, p. 439 sq. ; Pluvinel, Antoine de, dans A. Rochas, Biographie du Dauphiné, II, Paris, 1860, p. 256.

16 P. Hurtubise, Pierre, Les « métiers » de cour à Rome à l’époque de la Renaissance, dans C. Dolan (éd.), Travail et travailleurs en Europe au Moyen Âge et au début des temps modernes, Toronto, 1991, p. 217.

17 Hurtubise, op. cit., p. 222.

18 Corte, op. cit., p. V.

19 Les documents d’archives concernant la Maison de Charles IX pour la période indiquée par Corte ne gardent aucune trace de sa présence à la cour royale. Le dépouillement des importants fonds de correspondance de la BnF pourrait être plus fructueux. Les déplacements des maîtres écuyers, dans Deriu, op. cit., p. 515.

20 Traité dont je propose une édition critique ainsi qu’une traduction en français. Ibid., p. 774-947.

21 L. Grottanelli, Caterina de’ Medici duchessa di Mantova, Florence, 1894, p. 19. Un écuyer florentin à Londres (1605), dans Deriu, op. cit., p. 423.

22 Florence : la famille Piccardini, dans Deriu, op. cit., p. 463.

23 C. Sodini, L’Ercole Tirreno. Guerra e dinastia medicea nella prima metà del ‘600, Firenze, 2001, p. 102-108 ; Florence : la famille Piccardini, dans Deriu, op. cit., p. 463.

24 Corte, op. cit., p. 47.

25 Hurtubise, op. cit., p. 233-234 et n. 92.

26 « [...] partiran aprimera comoditat » ; « dos cents ducats peraque aquells se distribuisca entrelos predits picador ayudant yalbeiter cobrant de aquells les csuthelles necssaires [...] » : ASC, AAR, P6 b. 41, 15 juillet 1605, fo 238. Écuyers et artisans en voyage entre la Sardaigne, Naples, et l’Espagne, dans Deriu, op. cit., p. 510.

27 A. Massari Malatesta, Compendio dell’Heroica Arte di Cavalleria [...]. Venise, 1590 ; Della ragione e modi d’imbrigliar Cavalli [...], Roma, 1593.

28 Massari Malatesta, Compendio... cit., p. 45.

29 Les déplacements des maîtres écuyers, dans Deriu, op. cit., p. 516.

30 « Non lascierò io quivi dire, che la continuata mia esperienza di molti anni in molte principalissime città d’Europa, & altrove ancora, e lo studio fatto dintorno à gli scrittori di questa professione m’hà dato ardire di comporre questo trattato tal qual’è » ; « per molto tempo che in Parigi, in Napoli, in Padova, e in Roma publicamente essercitandomi ho raccolte ». Massari Malatesta, Della ragione e modi...cit., p. E 2.

31 Pour l’instant, je n’ai pu accéder à aucun document similaire émanant des académies françaises pendant la même époque. Pour un panorama du fonctionnement de ce type d’établissements en France, cf. C. Doucet, Les académies d’art équestre dans l’Ouest et le Sud-Ouest de la France, xvie-xviiie siècle, thèse, Bordeaux III, 1998, et Les académies équestres et l’éducation de la noblesse (xvie-xviiie siècle), dans Revue historique, 628, 2003/4, p. 817-836.

32 ASVr, Fondo Accademia Filotima, no 237.

33 Messieurs : les régents de l’académie.

34 Conduite : dans ce contexte, l’administration de l’académie par les régents, renouvelés périodiquement par ballottage. Par extension, le terme conduite désigne aussi la période de temps où les régents exercent leur conduite : voir au cha chapitre 6 du contrat.

35 Compagnie : l’ensemble des membres de l’académie.

36 Cavalcadour de bardelle... poulains : chargé du premier dressage (débourrage) des poulains. Pour ce faire, il a recours non pas à une selle en cuir mais à une bardelle : une selle plate et sans arçon faite de grosse toile piquée et de bourre, également dite bastine, et destinée spécialement aux jeunes chevaux. Bardelle1, dans Atilf/TLFi en ligne (cf. infra, Ressources web).

37 Troupe : répartition des académiciens au sein de la compagnie.

38 ASVr, ‘Fondo dell’Accademia Filotima’, no 237 : « Condotta di un cavallerizzo in persona di Baldassar Manzadori, pel triennio 1607-1610 con salario di scudi 400 ». [Ro ] Havendo deliberato gli infrascritti Sig[no]ri per ravivar per quanto sia loro possible l’honorato essercitio delle Cavaleria in questa Citta di condurre un Cavallerizzo hanno pero fatto eletione, cosi contentandosi esso del Sig[no]r Baldessare Ma[n]zadori, con obligo di servarsi di essi Sig[no]ri et da lui gli infrascritti Capitoli. P[rim]o Che la condotta di esso Sig[no]r Baldessare habbia da durare per anni tre conti cominciando dal primo di agosto 1607 sino all’anno 1610 con salario scudi 400 da troni sei l’uno ogni anno, d’esserli pagati in in [sic] ratte di quatro in quatro mesi avanti tratto, cioe scudi [nuovi 133 et una...] et habbia da esser obligato a venti Cavalieri, [che] ta[n]ti sara[n]no nella Condotta. 2. Che detto Sig[no]r Baldessare sia obligato ogni giorno feriale essercitatare [sic] gli Cavalli delli Sig[no]ro Cavalieri della Condotta che gli saranno mandati, com[in]ciando prima delli primi Cavalli che giongeranno alla Scola, cosi secon[dando] sino al ultimo che giungera ; dechierando che niuno Cavaliero possa mandar piu di due Cavalli uno per Matina, et che detto cavalarizzo no[n] [possa] essercitar piu d’un solo Cavaliero o sia il medesimo descritto nella Compag[nia] overo in loco suo un suo fratello, figliolo, o nepote, o germano, ne pos[sa] essercitar altri Cavalieri, ne cavalcare altri Cavalli, che quelli soli d[i] detta Compagnia nel modo predetto, dando pero liberta ad esso Cavala[rizzo] di poter essercitare duoi suoi Cavalli et n[on] piu et duoi Cavalieri, a [suo] utile, pure che siano forastieri et n[on] altrimente. 3. Che detto Cavalarizzo sia tenuto obligato, a tener un stramazzado[r] per li p[oledri] da bastina, quale debbi ogni di feriale cavalcar gli poledri di essi sig[no]r[i] Cav[alieri] con l’istesso ordine, che si è prescritto al Cavalarizzo, no[n] potendo pero [...] [Vo ] Apresso gli prenominati duoi Cavalli far essercitar piu di un poledro. 4. Che detto Sig[no]r Baldessar no[n] habia de domandar gli denari delle sue rate ad altri che alli Sig[no]r[i] Capi, di detta Condotta, quali siano obligati far le paghe sudette nel modo sudette, riscodendo loro dalli altri Cavalieri che sarano della sua tropa. 5. Che occorendo [sic] che detto Cavalerizzo si habbi da partir da questa Citta per qual si voglia causa sia obligato domandar liventia alli quatro Sig[no]ri sudetti, ne si possi partir senza la licentia della magior parte di essi, la quale debba apparir in scritura, sotto pena contrafacendo di Ducati cinq[ue], et pasando giorni otto di Ducati dieci, et se per tempo se havera da tratener[l]o, ó con lice[n]tia, ó senza, sia terminati [sic] dalli sudetti Sig[no]ri quello li parera seco[n]do il caso. 6. Che occorrendo che nel tempo di detta condotta mancasse (che no[n] voglia Dio) alcuno de Cavalieri sotto scritti, o per altro accidente, dalla Compagnia si levassero, possino gli sudetti quatro Sig[no]ri rimettere il cambio sta[n]do pero nel numero delli vinti. 7. Che ap[p]resso alli Sig[no]ri Capi sudetti siano cavati di anno in anno quatro altri Cavalieri della Compagnia uno per tropa a sorte, quali tutti otto insieme, ó la magior parte di essi habbino a giudicare et deliberare tutte le cosse appartenenti, ó all’essertitio de cavalli ó mancamanti del Cavalarizzo, et in so[m]ma di tutti le casi che possino occorrere in detta compagnia per so[te]sfare et remediare atutti [sic] gli disgusti, che possano nascere tra detti [sic] Cavalieri et Cavalerizzo.

39 Particularités des académies de la Sérénissime, dans Deriu, op. cit., p. 482-483.

40 Le ‘cavallerizzo di Francia’, ibid., p. 512-514.

41 Ibid.

42 C. Billot, Les Italiens naturalisés Français sous le règne de François Ier (1514-1547), dans R. Comba, G. Piccinni, G. Pinto (éd.), Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell’Italia medievale, Naples, 1984, p. 477-491.

43 J.-F. Dubost, La France Italienne, xvie-xviie siècle, Paris, 1997.

44 Annexe II dans Dubost, op. cit., p. 404-407.

45 No 19594, dans Catalogue des actes de François Ier, VI, Paris, 1894, p. 136. Billot, op. cit., p. 486.

46 Dubost, op. cit., p. 106.

47 AnF, MC, CXXII, 1602, 31 décembre 1620, fo XLIII.

48 H. Drévillon, La société des escrimeurs, dans P. Brioist, H. Drévillon, P. Serna (éd.), Croiser le fer. Violence et culture de l’épée dans la France moderne, Paris, 2002, p. 94.

49 P. Caracciolo, La Gloria de Cavallo [...], Venise, 1567.

50 Ferraro, op. cit. ; cf. supra, note 9.

51 Caracciolo, op. cit., p. 141-143. La singularité de cette liste réside dans le fait qu’elle rappelle les critères de classement adoptés par Stefano Guazzo dans son ouvrage La civil conversatione (1574). Guazzo y opère en effet une subdivision des gentilshommes en trois catégories de noblesse : les « seminobles », les « nobles », et les « très nobles » (« Seminobili », « nobili » ; « nobilissimi ») : S. Guazzo, La civil conversatione, éd. A. Quondam, I, Ferrare, 1993, p. 125.

52 Ferraro, op. cit., p. 71-79.

53 « [...] il mio cavallerizzo voglio, che sia maritato, per sfuggire molti inconvenienti, che dal non essere maritato seguitano [...] Brutta cosa è veramente, che un giovane governi cavallerizza d’importanza, che è molto peggio, un non maritato, il qual bene spesso per questo, sarà costretto a far cose, che forse à Cavalier Cristiano non stanno bene » : Corte, op. cit., p. 141-142.

54 Idem, p. 142.

55 Idem, p. non numérotée.

56 « [...] uno dei più stimati, primi et celebrati homeni che in questo regno siano di questa professione, che poco meglio si possa trovar di lui in Italia ». ASPd, Fondo Accademia Delia, lettre d’Agostino Dolce citée dans M.-T. Mazzarolli Ancillotto, L’Accademia Delia. Notizie Storiche e biografiche dei cavallerizzi (1608-1931), Padova, 1931 (IXe), p. 24.

57 « Mi considerò anco che stava ammogliato et che difficile-mente la Moglie si contentava restare senza lui, che il condurla in paese tanto lontano, dove nè lui nè lei havevano pur piccola cognitione li pareva strano assai [...] », cité ibidem.

58 « [...] [Avrebbe ricevuto] da quelle Signore di Padova ogni ragionevole sodisfatione et buon trattamento », cité ibidem.

59 « [...] nato si può dire a cavallo, e portato dalli cavalieri in palma di mano », ASPd, Fondo Delia, lettre d’Antonio Paoluzzi de Milan, citée ibid.

60 No 18494, dans Catalogue des actes de François Ier, V, Paris, 1892, p. 734.

61 No 19595, idem, VI, Paris, 1894, p. 136.

62 Ferraro, op. cit., p. non numérotée.

63 Biblioteca Comunale Ariostea, Ferrare, Anonyme, Memorie intorno alla famiglia Fiaschi di Ferrara, pervengono al 1707, manuscrit du xviiie siècle, feuillets non numérotés.

64 Caracciolo, op. cit., p. non numérotée.

65 H. de Terrebasse, Antoine de Pluvinel Dauphinois, Lyon, 1911, p. 43 sq.

66 K. Raber-T. J. Tucker (éds.), The culture of the horse. Status, discipline, and identity in the early modern world, New York, 2005, p. 1.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Tableau 1L’« HOMME QUI MONTE À CHEVAL », xve-xviie SIÈCLE : TABLEAU LEXICAL NON EXHAUSTIF
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Elisabetta Deriu, « Hors normes corporatives : le travail des écuyers et des maîtres d’art équestre en Europe (milieu du xve-milieu du xviie siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 91-102.

Référence électronique

Elisabetta Deriu, « Hors normes corporatives : le travail des écuyers et des maîtres d’art équestre en Europe (milieu du xve-milieu du xviie siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/596 ; DOI : 10.4000/mefrim.596

Haut de page

Auteur

Elisabetta Deriu

elisabettaderiu@hotmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org