Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

Ceux qui travaillent avec la mort : professionnalisation et travaux occasionnels de fossoyeurs, pleureuses et organisatrices de funérailles à Saragosse (Royaume d’Aragon) à la fin du Moyen Âge

Working with the dead: professionalisation and casual work of gravediggers, mourners and funeral organisers at Zaragoza (Kingdon of Aragon) at the end of the Middle Age
Ana del Campo
p. 81-90

Résumés

Cet article essaie d’approfondir les questions de la professionnalisation et de la valorisation sociale des gens qui exerçaient des travaux en relation avec la mort au Bas Moyen Âge. Il emploie trois types de documents : des testaments, des registres de comptes des exécutions testamentaires et, sur tout, des reçus de paiement ou bons de livraison rédigés par les travailleurs qui fournissaient des produits et services pour les funérailles. Ces travailleurs n’avaient pas l’habitude de s’identifier dans les sources en utilisant un terme professionnel. Le manque de cette dénomination n’empêchait pas que ceux qui travaillaient avec la mort devinssent de vrais professionnels, considérés nécessaires et appréciés par ses contemporains malgré l’existence de certains tabous. L’article reconstruit dans la mesure du possible les conditions de travail et les trajectoires professionnelles de quelques fossoyeurs, couturières de linceuls, pleureuses et organisatrices des funérailles de Saragosse, la capitale du Royaume d’Aragon.

Haut de page

Texte intégral

Je souhaite remercier les amis qui ont relu et corrigé le texte que j’ai rédigé en français. J’assume évidemment toute la responsabilité des erreurs commises dans l’article, en espérant qu’elles ne sont pas trop nombreuses.

  • 1 Jacques Le Goff remarquait que la conception du travail au Moyen Âge était très différente de la co (...)

1Quoique nous ayons employé le mot « professionnalisation » dans le titre de notre article, il faut comprendre que le terme est difficile à appliquer au Moyen Âge, au moins dans son sens moderne1. Tout d’abord, le mot possède actuellement une signification qui renvoie à l’organisation du travail, à sa réglementation, qui n’était généralement pas présente dans les métiers liés à la mort dans la période médiévale. Les personnes qui s’occupaient, entre autres tâches, de laver le cadavre, de l’habiller, de coudre le linceul, de creuser la fosse où il était inhumé, de montrer la douleur, etc., ne disposaient pas d’une organisation en corps de métier.

2D’autre part, on tend aujourd’hui à mettre en relation la professionnalisation et l’exclusivité du travail. On considère ainsi souvent que ceux qui exercent un seul emploi sont plus professionnels que ceux qui en ont plusieurs. Cependant, une telle conception ne peut pas être appliquée au Moyen Âge, l’Europe de cette période-là se caractérisant par une forte pluriactivité dans tous les groupes sociaux. Par conséquent, on ne doit pas associer la pluriactivité des hommes et des femmes du Moyen Âge à la précarité ou le manque de formation, comme habituellement quand on pense aujourd’hui à ce phénomène. Un notaire médiéval pouvait s’occuper aussi de commerce, de même qu’un menuisier posséder des terres dont les fruits étaient consommés par sa famille ou vendus pour obtenir un profit en argent. En ce qui concerne la mort, la pluriactivité était la norme, parce que presque tous ceux qui travaillaient avec des cadavres avaient aussi une autre ou quelques autres occupations. Certains tiraient la plupart de leur revenu des occupations liées à la mort, tandis que pour d’autres l’argent qu’ils gagnaient avec ces tâches ne constituait qu’une petite partie de leur rétribution.

  • 2 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge, xiiie-xvie siècle, Paris, 1998, p. 230.

3Pour terminer avec ces brèves remarques introductives, on doit tenir compte de la considération très particulière manifestée au Moyen Âge à l’égard des tâches en relation avec la mort, à cause d’une sorte de tabou lié à la mort et aux cadavres. D’après le verset de l’Ancien Testament selon lequel « celui qui touchera un corps mort de quelque per sonne que ce soit, sera souillé » (Nombres 19, 11), les sociétés chrétiennes de l’Europe médiévale envisageaient la mort comme quelque chose de contagieux. Saint Isidore de Séville († 636) reprit le précepte biblique et le canoniste Guillaume Durand († 1296) soulignait la « pollution ou impureté contractée par l’attouchement d’un cadavre d’un homme mort »2.

  • 3 Fasciculus Morum : A fourteenth-century preacher’s handbook, éd. S. Wenzel, University Park-Londres (...)

4La mort était une maladie – si l’on me passe l’expression – qui se transmettait par contact. De cette façon, si une personne touchait un cadavre, elle courrait le risque de mourir, en même temps qu’elle pouvait transmettre la mort en touchant quelqu’un d’autre. L’idée du cadavre comme source de souillure capable de transmettre la mort fut très bien exprimée dans les premières années du XIVe par un franciscain anglais alors qu’il rédigeait un manuel pour prédicateurs. Il expliqua qu’on ne laissait pas un corps mort dans la maison pour que la famille ne mourût pas, que le cadavre ne devait pas être jeté dans l’eau ni laissé en plein air, afin que ces deux éléments – l’eau et l’air – ne fussent pas pollués. Bien au contraire, l’anonyme franciscain anglais montra que les cadavres devaient être enterrés comme s’il s’agissait d’un poison mortel3.

  • 4 I. Bazán Díaz, Delincuencia y criminalidad en el País Vasco en la transición de la Edad Media a la (...)
  • 5 J. Delarue, Le métier de bourreau. Du Moyen Âge à aujourd’hui, Paris, 1979, p. 42-43.
  • 6 H. Klemettilä, Epitomes of evil: representation of executioners in Northern France and the Low Coun (...)
  • 7 E. Gacto Fernández, La pena de muerte, dans Cuadernos de His toria 16, 134, 1985, p. 18.
  • 8 I. Bazán Díaz, Verdugo, dans Enciclopedia general ilustrada del País Vasco, LI, San Sebastián, 2000 (...)

5Une des personnes qui souffrait le plus des conséquences de cette conception de la mort était le bourreau. Même si on n’abordera pas ce sujet, on peut rappeler que la souillure inhérente au condamné et à son cadavre rejaillissait sur le bourreau. On connaît des témoignages relatant les réticences des voisins à partager la table avec le bourreau et l’incompréhension collective à l’égard de la tâche qui était la sienne. Pour éviter de transmettre la mort qui l’avait déjà contaminé, le bourreau était obligé de porter toujours avec lui une petite branche, dont il se servait quand il allait au marché pour indiquer les produits qu’il voulait acheter4. De plus, en France le bourreau devait porter un vêtement spécifique, généralement une robe ou un manteau rouge, parfois orné d’une épée ou d’un gibet brodés comme signe distinctif5. Ces limitations, ainsi que les problèmes psycho logiques causés par la nature de son travail6, provoquèrent la démission de certains bourreaux7. Les autorités municipales et judiciaires eurent par ailleurs des difficultés à trouver du personnel pour occuper ce poste et durent même, dans certains cas, obliger quelqu’un à exercer cette fonction si désagréable8.

  • 9 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge... cit., p. 207.

6Néanmoins, excepté peut-être le cas des bourreaux, les autres emplois en relation avec la mort étaient considérés comme nécessaires au Moyen Âge. La société de cette époque acceptait ce fait et n’hésitait pas à accorder une certaine considération aux gens qui s’en occupaient. C’est pour cette raison que certains historiens, cherchant à rendre compte de cette estime sociale et à structurer en catégories ces activités, ont qualifié les activités en relation avec la mort de « petits métiers » et les gens qui les pratiquaient d’« artisans » de la mort9. De telles appellations s’accordent bien avec l’idée de « professionnalisation » dont on parlait auparavant, c’est-à-dire avec une conception moderne du terme. En dépit du manque d’organisation en corps de métier et de la forte pluriactivité, on peut affirmer que, dans une perspective actuelle, les gens qui exerçaient des activités associés à la mort étaient de véritables professionnelles.

Les sources

7Les sources inédites qu’on emploiera ici pro viennent des Archives des Protocoles de Notaires de Saragosse (désormais, AHPNS), où se sont conservés les actes enregistrés par les notaires de la capitale du Royaume d’Aragon dès les premières années du xive siècle et jusqu’à nos jours. Les documents que j’ai compilé dans ces Archives et que je mentionnerai au cours de l’article sont de trois types : des testaments, des registres de comptes des exécutions testamentaires et, enfin, des bons de livraison ou des reçus de paiement.

  • 10 J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Av (...)

8En ce qui concerne les testaments, on remarque qu’ils ne fournissent pas beaucoup d’in formation sur le sujet qui nous intéresse. En général, les testateurs se contentaient de choisir un lieu de sépulture, omettant toute référence à la réalisation de la tombe et aux funérailles10. Il n’était pas nécessaire de s’y attarder, la coutume se chargeant de régler ces aspects, à moins que le testateur ne les ait stipulés au préalable. Étant donné l’habituel manque d’instructions de cette sorte dans les actes de dernière volonté, il est facile de déduire qu’on ne trouvera presque aucune mention de ceux qui travaillaient en lien la mort.

9La même affirmation vaut aussi pour les registres de comptes des exécutions testamentaires. Ces documents consistaient en une liste des dépenses faites par les exécuteurs afin d’accomplir les désirs et les instructions du défunt. Les exécuteurs incluaient tous les objets qu’ils achetaient ou louaient pour les funérailles et l’enterrement, comme le linceul, le cercueil ou le brancard, ainsi que les différents services dont ils avaient besoin en ces occasions, comme les cloches ou les crieurs pour communiquer la nouvelle du décès à travers la ville. Dans les registres de comptes les exécuteurs testamentaires notaient le prix de chaque dépense, mais ils n’avaient pas l’habitude de préciser le nom des gens qui avaient vendu ou fourni les objets et services en question. Les exécuteurs de la ville de Saragosse mentionnaient dans le meilleur des cas le nom des personnes dont ils avaient acquis le linceul, les bougies, le drap d’or pour couvrir le brancard, le cercueil, les robes de deuil, etc. Si les comptes désignaient ciriers, drapiers ou charpentiers, il s’agissait d’artisans qui fabriquaient ou vendaient des produits utilisés après le décès et ne rentraient pas dans la catégorie de « ceux qui travaillent avec la mort ». Quand les registres de comptes se référaient aux personnes directement en relation avec le cadavre, ils demeuraient muets sur leurs noms, indiquant seulement les tâches que ces travailleurs en relation avec la mort avaient accomplies.

  • 11 AHPNS, Martín de Tarba, registre de 1442, s.f. (Saragosse, sine data).

10Un bon exemple du traitement différent reçu par les artisans « ordinaires » et les travailleurs de la mort dans les registres de comptes de Saragosse est celui fourni en 1442 à l’occasion du décès de Juana Crespo. L’exécuteur testamentaire, qui était le veuf de la défunte, enregistre l’achat d’une grosse quantité de tissu noir, qui coûta 75 sous d’Aragon, dans la boutique de Miguel Esteban (« a la botiga de Miguel Estevan, por XXII coudos e meo de trapo negro, [...] setanta e zynco sueldos »). Le veuf indique ensuite qu’il avait payé un tailleur pour la confection de trois robes de deuil (« pague al sastre por las quosturas de tres gramallas cinco sueldos »). On remarque que l’exécuteur mentionne le nom de l’artisan ou du marchand (le drapier Miguel Esteban), ou son métier (tailleur). En revanche, quand le veuf évoque l’argent payé au fossoyeur, il dit seulement que « faire la fosse de la défunte » coûta trois sous (« por fer la fossa de la deffuncta, III sueldos »)11. L’exécuteur garde donc le silence sur le nom du travailleur et s’abstient de toute référence à sa catégorie professionnelle.

  • 12 Par exemple, le type de référence le plus commun est celui qui apparaît dans un document tournaisie (...)

11Ce phénomène observé dans le cas de Sara gosse semble s’appliquer, à peu d’exception près, à toute l’Europe médiévale. En analysant les registres de comptes français, on trouvera quelques mentions de travailleurs en relation avec la mort où apparaissent leurs nom et la désignation de leur catégorie professionnelle, mais les exécuteurs utilisaient en général la formule « ceux qui » suivie de la tâche que ces gens avaient accompli et leur salaire12. Il s’agit autrement dit principalement de mentions anonymes dénuées de toute caractérisation professionnelle.

  • 13 Un des principaux apports de ma thèse de doctorat est juste ment l’emploi systématique de ces reçus (...)

12Cette absence de terminologie professionnelle identifiant les activités en relation avec la mort dans les registres de comptes se retrouve aussi dans un autre type de documents souvent exploités dans cette étude, les bons de livraison. Les bons de livraison qui nous intéressent, c’est-à dire ceux ayant un caractère funéraire, sont des documents très utiles pour les recherches sur le thème de la mort au Moyen Âge, car ils fournissent à l’historien une grande quantité d’informations détaillées. L’étude des bons de livraison d’une exécution testamentaire combinée avec celle des actes de dernière volonté du défunt permet de bien approfondir les circonstances matérielles des funérailles, mais les bons de livraison sont capables eux-mêmes de soutenir la recherche13.

  • 14 AHPNS, Juan Blasco de Azuara, protocole de 1399, f. 70r°-v° (Saragosse, 20 janvier 1399).
  • 15 AHPNS, Ramón Amat, protocole de 1396, f. 9r° (Saragosse, 30 septembre 1396).

13Ces reçus funéraires de paiement étaient générés chaque fois que les exécuteurs testamentaires allaient chez le notaire en compagnie de quelqu’un qui avait fourni un produit ou un service pour les funérailles. Cette personne déclarait alors avoir reçu des exécuteurs une certaine quantité d’argent pour son travail. Elle devait pour cela s’identifier en donnant son nom et en ajoutant parfois sa profession. Mais seuls les artisans ne travaillant pas en relation directe avec la mort incluaient après leur nom une référence à leur métier. On peut citer l’exemple de ciriers ou de charpentiers et, plus concrètement, celui d’un tel Sancho de Isuerre qui apparaît en 1399 dans un des reçus de paiement en déclarant : « Je, Sancho d’Isuerre, charpentier, voisin de la ville de Sara gosse, reconnais avoir reçu de vous, [...] exécuteurs du dernier testament de Anthona Rodrigez, [...] sept sous d’Aragon [...] pour le cercueil que vous avez acheté de moi pour enterrer la susdite défunte » (« Yo, Sancho d’Isuerre, fustero, vezino de la ciudat de Çaragoça, atorgo haber avido e recebido de vos, [...] exsecutores qui sodes del ultimo testament de Anthona Rodriguez, [...] sied sueldos dineros jaccenses, los quales vos a mi dastes e pagastes por razon de la tahut que pora enterrar la dita defunta de mi comprastes »)14. En ce qui concerne les ciriers, on peut citer un autre bon de livraison dans lequel Martín de Capilla se présente comme « cirier, voisin de la ville de Sara gosse » (« cerero, vezino de la ciudat de Caragoça ») et confirme qu’il a encaissé cent quatre-vingts sous d’Aragon pour les bougies qu’il a vendues aux exécuteurs de Bartolomé de Escatrón pour célébrer les funérailles de ce dernier, ainsi que sa neuvaine et son bout de l’an15. Cependant, lorsqu’il s’agit de travailleurs en relation avec la mort, on ne trouve dans les reçus de paiement aucune indication de métier ou aucun terme professionnel pour en définir l’activité.

La préparation du cadavre et le creusement de la fosse

  • 16 L’idée selon laquelle les défunts étaient enterrés nus, simple ment enveloppés dans le suaire, est (...)
  • 17 A. del Campo, Rituales y creencias en torno a la muerte... cit., p. 213-217.
  • 18 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge, cit., p. 113. M. C. Marandet, Le souci de l’au-delà... ci (...)
  • 19 F. Español Bertrán, Los indumentos del cuerpo a la espera del Juicio Final, dans J. Yarza Luaces (é (...)
  • 20 Il a été estimé que 2% des testateurs toulousains du Bas Moyen Âge voulurent être inhumés en habits (...)
  • 21 L’abbé Thiers voulait éviter le maléfice qui consistait à placer sous une serviette de table une ai (...)

14On fera maintenant un bref parcours à travers les activités en relation avec la mort afin de mieux savoir en quoi elles consistaient. La toilette funèbre impliquait deux tâches différentes – laver et habiller le cadavre – parce qu’il fallait en effet vêtir le défunt16. Celui-ci portait au moins une chemise et un bonnet, une coiffe ou un voile pour couvrir la tête17, alors que les prêtres portaient leurs vêtements liturgiques (une aube ou un sur plis, par exemple)18 et les nobles de riches robes à la mode19. Il y avait aussi des gens qui choisissaient de se faire inhumer en habit monastique en dépit de leur condition laïque20. Dans tous les cas, une fois habillé, le cadavre était enveloppé dans un linceul qui pouvait être cousu ou fermé avec des épingles. D’après l’abbé Thiers, l’aiguille utilisée pour coudre le linceul était terriblement dangereuse, car souillée par le contact avec le cadavre et capable de transmettre la mort21.

  • 22 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge... cit., p. 109.
  • 23 C. Treffort, L’Église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratiques commém (...)
  • 24 Ibid.
  • 25 D. Alexandre-Bidon, Le corps et son linceul... cit., p. 185-186.

15En ce qui concerne le lavage, on doit admettre qu’on ne sait pas exactement comment il se déroulait, car les sources qui s’y réfèrent pro viennent du milieu monastique et ne reflètent pas, par conséquent, ce qui se passait pour les laïcs. La dépouille nue était généralement allongée sur des planches de bois montées sur des tréteaux ou sur une natte étendue sur le sol22, encore qu’on puisse trouver des illustrations du Haut Moyen Âge qui montrent le défunt assis sur une petite chaise ou sur un tabouret23. Les Coutumes de Cluny (1081 1083) établissaient que la planche utilisée pour le lavage des cadavres devait être « réservée exclusivement à cet usage » (« Ponitur [le défunt] super tabulam ad hoc solum destinatam, nudatur, lavatur »)24 afin de ne pas contaminer d’autres choses ou d’autres personnes avec la souillure de la mort. Les Coutumes de Cluny ordonnaient aussi faire le lavage « de la tête à la plante des pieds » avec de l’eau chaude, mais il était possible d’ajouter des herbes odorantes, pour parfumer le cadavre, et du vin, surtout en présence de blessures, pour désinfecter25.

  • 26 Ibid., p. 185.
  • 27 Synodicon Hispanum. I. Galicia, éd. A. García y García, Madrid, 1981, Synode de Mondoñedo de 1541, (...)

16Il semble toutefois que l’Église n’obligeait pas les fidèles à faire un lavage funéraire si complet. Jean Beleth († 1182) rappelait que l’action de laver les cadavres avait une signification religieuse – celle de la purification par l’eau – plus importante que son but hygiénique, tandis que Guillaume Durand († 1296) reconnaissait que certains théologiens n’attachaient pas beaucoup d’importance à cette pratique. De plus, l’évêque de Mende recommandait de ne pas laver le cadavre quand le défunt avait reçu l’extrême-onction juste avant de mourir afin de ne pas effacer l’effet de l’huile sacrée26. Trois siècles plus tard, le synode célébré en 1541 à Mondoñedo (une ville du nord-ouest de la Péninsule Ibérique) critiquait une ancienne coutume selon laquelle « quelques personnes » lavaient « tout le cadavre » pour éliminer les péchés commis par le défunt. Ces gens-là avaient aussi l’habitude de raser le cadavre, mais l’évêque de Mondoñedo était indigné par une telle pratique, qu’il considérait « un rituel juif et encore morisque »27.

  • 28 E. Le Roy Ladurie, Montaillou, aldea occitana de 1294 a 1324, Madrid, 1981, p. 61.
  • 29 E. Mainé Burguete, Ciudadanos honrados de Zaragoza. La oli garquía zaragozana en la Baja Edad Media (...)

17Ce synode Galicien semblait se contenter d’un lavage presque symbolique du cadavre, peut-être un lavage réduit, semblable à celui pratiqué par les habitants du hameau de Montaillou : catholiques et cathares lavaient tous deux seulement le visage du défunt28. Cependant, il semble qu’on pratiquait à Saragosse le lavage intégral du corps, puisque les sources dont on dispose définissent cet acte comme un « bain ». Ainsi, quand Simón de Acirón, un riche notaire de la ville, ordonna son testament en 1397, il demanda que six hommes pauvres « baignent et nettoient » son cadavre (« los seys d’ellos banyen e sian tenidos banyar e limpiar el dito mi cuerpo quando sera finado »)29.

  • 30 M.C. Marandet, Le souci de l’au-delà... cit., p. 189.
  • 31 AHPNS, Juan Doto, protocole de 1397, f. 23r°-26r° (Sara gosse, 12 mai 1397).

18Cet acte de dernière volonté précise que la toi lette funèbre est faite par des pauvres, mais c’était souvent la famille qui s’en occupait. Il était égale ment possible d’embaucher quelqu’un. En 1429, un bourgeois de Toulouse léguait deux livres tournois à ceux qui prépareraient son cadavre et le mettraient dans le linceul30. Ce testateur-là n’indiquait pas s’il préférait que le travail soit exécuté par des hommes ou des femmes. On trouve une indication tout aussi vague dans le testament d’un voisin de Saragosse appelé Lorenzo Sánchez de Albir. Le document, qui date de 1397, contient une disposition où le testateur demande à ses exécuteurs d’organiser un repas « pour ceux qui me prépareront » (« ad aquellos que me parellaran »)31. Lorenzo Sánchez de Albir voulait par cette invitation remercier et récompenser pour leur travail les personnes qui se chargeraient de sa toilette funèbre.

  • 32 J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà... cit., p. 121. D. A lexandre-Bidon, La mort au Moyen (...)
  • 33 C. Daniell, Death and Burial in Medieval England, 1066-1550, Londres-New York, 1997, p. 43.
  • 34 J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà... cit., p. 121.

19Ce manque de précision concernant les gens responsables de la préparation du cadavre était assez commun parmi les testateurs du Bas Moyen Âge. Cela a suscité un débat entre les spécialistes, qui se demandent si c’étaient les hommes qui s’occupaient généralement de la toilette funèbre ou si les femmes aussi y prenaient part. La plupart des historiens supposent une prédominance féminine parmi les personnes assurant la toilette funèbre32. Les mentions testamentaires adressées à ces femmes constituent un des indices fondamentaux. Par exemple, on peut citer l’acte de dernière volonté rédigé par Alice Bumpsted à Londres en 1514, où la testatrice donnait une petite somme d’argent aux « deux femmes qui coudront mon linceul » (« two women that shall sew my winding sheet »)33. En France, les testateurs introduisaient souvent un legs aux « ensevelisseurs » ou « ensevelisseuses », mais les mentions aux ensevelisseuses étaient plus fréquentes34. Il est toutefois intéressant de noter que l’utilisation de ces termes spécifiques pourrait impliquer un certain degré de professionnalisation. Les « femmes » mentionnées dans le testament londonien pourraient avoir été des amies ou des membres de la famille de la testatrice, l’argent reçu ne constituant pas un salaire mais seulement une petite gratification pour leurs attentions envers la défunte. Par contre, les termes « ensevelisseurs » et « ensevelisseuses » semblent renvoyer à des personnes pour qui la toilette funèbre était devenue un travail et, par la suite, une source régulière de revenus.

  • 35 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge... cit., p. 221-222.

20De fait, on sait que la double tâche de laver le corps et de l’envelopper dans son linceul était habituellement assumée par certaines personnes en échange d’un salaire. Les habitants de Douai pouvaient par exemple embaucher pour ces activités les béguines de la ville, qui s’occupaient également de nettoyer la chambre du défunt et de laver ses draps. En même temps, quelques enluminures nous montrent que ce travail était exercé aussi par des femmes laïques. Certaines se rendaient chez le défunt pour y préparer le cadavre, d’autres possédaient leur propre boutique où les cadavres étaient apportés35.

  • 36 C. Treffort, L’Église carolingienne et la mort... cit., p. 66-67.

21Néanmoins, en dépit de ces témoignages évoquant des femmes, on ne trouve dans le cas de Saragosse que des hommes préparant les corps des défunts. Il est vrai que l’on possède encore peu de témoignages et que l’on doit poursuivre la recherche avant de tirer des conclusions à ce sujet, mais il est vrai aussi que nos documents rejoignent les sources apportées par d’autres historiens36, des sources qui réfutent l’idée de que la toilette funèbre était une affaire de femmes.

  • 37 AHPNS, Pedro López de Ansó, protocole de 1361, f. 51v° (Sara gosse, 14 mars 1361).
  • 38 Ibid., f. 51r°-v°.

22On peut citer d’abord deux reçus de paiement datant de 1361. Dans le premier, on voit les exécuteurs testamentaires de Domingo de Bierche payer quatorze sous d’Aragon à Nicolás de Aínsa pour avoir transporté le cadavre d’une église à une autre (« levar el cuerpo ») – peut-être pour la célébration des veillées – et avoir aménagé la fosse du défunt (« levantar un basso de piedra do se fizo la fuessa »)37. Ici Nicolás de Aínsa ne se désigne pas comme « fossoyeur » ; il dit seulement qu’il est un voisin de Saragosse. Le deuxième bon de livraison de cette année montre un autre voisin de la ville recevant six sous pour avoir été chargé de « baigner le susdit monsieur Domingo de Bierche et faire pour lui deux fosses, à savoir, l’une dans le cloître de la susdite église de Sainte Engracia et l’autre dans le cimetière » (« bannyar al dito don Domingo de Bierge e por fazerle dos fuessas, yes assaber, el una en la procession de la dita eglesia de Santa Engracia e la otra en el fossar »)38. Le nom du deuxième homme était Antón del Puerto et il ne se désignait pas non plus comme fossoyeur. Il semble que Antón creusa deux fosses parce que les exécuteurs de Domingo de Bierge hésitaient sur l’emplacement de la sépulture. Une fois la décision prise, Nicolás de Aínsa se chargea de préparer la fosse choisie pour l’inhumation.

  • 39 AHPNS, Pedro Anzárez de Ansó, protocole de 1398, f. 23v° (Saragosse, 15 mars 1398).
  • 40 AHPNS, Pedro de Carlos, registre de 1398 et 1399, f. 22v° (Saragosse, 28 mars 1398).

23En possession seulement de ces deux reçus de paiement appartenant à l’exécution testamentaire de Domingo de Bierche, il est impossible de savoir si les deux hommes s’occupaient de préparer les cadavres et les fosses d’une manière occasionnelle ou s’ils considéraient ces tâches comme un travail stable, puisqu’ils pouvaient bien avoir d’autres occupations professionnelles. Parmi ceux qui travaillaient régulièrement en relation avec les morts on trouve Pascual Moriello. Cet homme se présentait toujours comme « sonneur de l’église de Saint Paul de la ville de Saragosse » (« campanero de la glessia de Sant Paulo de la ciudat de Çaragoça ») et son métier consistait en effet à faire sonner les cloches. Cependant, il n’est pas rare de le voir en train de recevoir de l’argent pour avoir creusé une fosse pour un défunt qui avait demandé d’être enterré dans le cimetière paroissial de Saint Paul. On a trouvé ainsi deux reçus de paiement datant de mars 1398 où Pascual Moriello obtient une petite somme pour « faire la fosse » (fazer la fuesa), ainsi que pour « sonner les cloches » (tocar las campanas). Le premier document provient de l’exécution testamentaire de Sancho Cavero39, le second de l’exécution testamentaire de Nicolava Pertusa40.

  • 41 Sur l’organisation politique de Saragosse au Moyen Âge, cf. M. I. Falcón Pérez, Organización munici (...)
  • 42 AHPNS, Juan Blasco de Azuara, protocole de 1399, f. 76v° (Saragosse, 22 janvier 1399). Document cit (...)
  • 43 AHPNS, Juan López de Barbastro, protocole et registre de 1400, f. 131v° (Saragosse, 17 mai 1400).

24Enfin, on évoquera aussi le cas d’Antón de Val, qui pourrait être qualifié de véritable « professionnel de la mort », même s’il n’employait aucun terme concernant son métier pour se désigner dans les documents. Il se contentait d’expliquer qu’il était un « habitant de la ville de Saragosse » (« habitant en la ciudat de Çaragoça ») ; autre ment-dit, Antón de Val déclarait sa condition sociale inférieure, parce que les « habitants » n’avaient pas le droit de participer à l’activité poli tique de la ville, au contraire des « voisins » et sur tout des « citoyens » (les membres de l’aristocratie urbaine)41. Antón de Val apparaît une première fois dans un reçu de l’exécution testamentaire de Nicolás Don Lázaro, affirmant avoir touché six sous d’Aragon pour « le travail que j’ai fait en baignant et en nettoyant le susdit défunt et pour faire la fosse pour l’enterrer » (« el treballo por mi soste nido en vannyar e limpiar del dito defunto e por fer la fuessa pora enterrarlo »)42. Il apparaît à nouveau dans nos sources un an plus tard, quand il est payé pour avoir réalisé des tâches similaires pour le défunt Juan Gil Tarin. Antón de Val affirme dans ce bon de livraison : « je baignai et creusai la fosse pour le susdit monsieur Johan Gil » (« yo banye e fiz la fuesa al dito don Johan Gil »)43.

  • 44 AHPNS, Juan Blasco de Azuara, protocole de 1399, f. 838r°-v° (Saragosse, 25 novembre 1399).

25Non seulement Antón de Val apparaît fréquemment dans la documentation pour la réalisation de la toilette funèbre et son activité de fossoyeur, mais il allait parfois un peu plus loin et accomplissait d’autres travaux en relation avec la mort. En 1399, les exécuteurs testamentaires de Juan de Losada l’embauchèrent pour qu’il s’occupe des nombreuses démarches des funérailles. Ainsi, Antón de Val lava le cadavre et creusa la fosse, exactement selon son habitude, mais il se chargea aussi d’acheter le tissu destiné à la confection du suaire et de contacter la couturière chargée de tailler et de coudre ce linceul44. On observe ainsi qu’Antón de Val dépassa le rôle qu’il exerçait traditionnellement pour augmenter le nombre de services à fournir, se rapprochant donc considérablement de l’activité des organisateurs de funérailles.

Le deuil et l’organisation des funérailles

  • 45 AHPNS, Juan Blasco de Azuara, protocole de 1399, f. 335v°-336r° (Saragosse, 28 mai 1399).

26Le terme « organisateurs des funérailles » désigne les individus qui s’occupaient de préparer tous les éléments nécessaires aux funérailles et de diriger les différentes personnes qui y participaient. En réalité, au moins pour la Péninsule Ibérique, on devrait plutôt parler d’« organisatrices », parce que la plupart des personnes qui exerçaient cette activité étaient des femmes. Il y avait bien sûr quelques hommes, comme par exemple Martín de Épila, jeune étudiant en art à l’Université de Saragosse (« studiant en Artes en el Studio de la ciudat de Çaragoça ») qui travaillait sporadiquement comme organisateur de funérailles pour gagner un peu d’argent pour payer ses études. En 1399, les exécuteurs testamentaires de Juana Latorre embauchèrent Martín de Épila pour s’occuper des obsèques. Martín déclara ensuite dans un bon de livraison qu’il s’était chargé « des frais de l’exécution testamentaire de la susdite défunte, à savoir, [qu’il avait] acheté le linceul, le cercueil et creusé la fosse, payé les prêtres et autres choses nécessaires pour les susdites funérailles, selon ce qui est indiqué dans le livre des comptes » (« yo fiz las espensas de la defuncion de la dita defunta, a saber yes, compre mortalla, tahut e fer la fuessa, pagar clerigos et otras cosas neces sarias a la dita defuncion segunt que en el livro de conta yes contenido »)45. Malgré la rédaction confuse du document, on arrive à comprendre que Martín de Épila avait acquis le linceul et le cercueil, embauché un fossoyeur et payé les prêtres qui chantèrent la messe et célébrèrent l’enterrement. Malheureusement, le livre ou registre des comptes de l’exécution testamentaire n’est pas conservé, ce qui est dommage car on aurait pu y trouver des informations très intéressantes sur les personnes ayant travaillé aux funérailles, comme par exemple le salaire perçu par Martín.

  • 46 M. C. García Herrero, Las mujeres en Zaragoza en el siglo xv, II, Saragosse, 1990, p. 47-48.
  • 47 A. del Campo, El ritmo del duelo : La organización del funeral del rey de Aragón en Zaragoza a fine (...)

27En tout cas, si cet étudiant semble s’être occupé d’organiser des funérailles seulement pendant la période de ses études universitaires, d’autres per sonnes avaient fait de cette tâche leur moyen de vivre. Autrement dit, si certains exerçaient ce travail d’une manière occasionnelle, peut-être seule ment pendant un bref moment de leur vie où ils avaient besoin d’augmenter leurs revenus, on trouvait en même temps de véritables professionnels qui se consacraient pendant de longues années à l’organisation des funérailles, une activité devenue constante au cours de leur existence. Parmi ces derniers, on peut citer l’organisatrice des funérailles la plus prestigieuse de Saragosse et peut-être du Royaume d’Aragon. Elle s’appelait Catalina Beltrán de Izana et on connaît assez bien ses activités pendant la dernière décennie du xive siècle et la première du xve46. Elle était si importante que quand le roi de la Couronne d’Aragon Jean I mourut en 1396, elle fut embauchée par les autorités municipales de Saragosse pour diriger le deuil dans la pro cession funèbre organisée en l’honneur du monarque. Catalina prit part au cortège avec les femmes qui travaillaient pour elle, toutes faisant des gestes et des cris de deuil47.

28En réalité, Catalina Beltrán de Izana semble avoir été une pleureuse qui était devenue le chef d’un groupe de pleureuses. Elle dirigeait et coordonnait ainsi son personnel dans la réalisation de toutes les tâches inhérentes aux funérailles. Puisque Catalina exerçait déjà des fonctions d’organisation et de coordination en tant que chef de pleureuses, il semble tout à fait logique qu’elle étendit un peu plus son activité jusqu’à devenir organisatrice de funérailles. On tentera maintenant de décrire brièvement les activités de Catalina Beltrán de Izana, faisant de son cas un modèle du travail des organisatrices et organisateurs de funérailles.

  • 48 C. Bellanger, Cri et crieurs dans l’image, dans D. Lett et N. Offenstadt (dir.), Haro! Noël! Oyé! P (...)
  • 49 Quand Charles VII de France mourut en 1461, les crieurs parcoururent Paris en disant : «Priez pour (...)

29On sait que Catalina disposait au moins de trois femmes qui travaillaient pour elle d’une manière régulière. Leur travail commençait par l’annonce du décès. Catalina et ses trois pleureuses parcoururent la ville de Saragosse en proclamant la mort du roi Jean I, mais elles firent la même chose chaque fois qu’elles furent embauchées par la famille ou les exécuteurs de n’importe quel défunt. Il était possible aussi que la transmission de la nouvelle de la mort soit confiée aux crieurs publics ou aux crieurs des confréries. Dans ce cas-là, les crieurs revêtaient des habits noirs, agitaient en marchant une petite cloche, et portaient une bannière montrant les armoiries du défunt ou de la confrérie48. Il semble que les pleureuses, quoique elles aussi vêtues de deuil, ne portaient pas ces éléments quand elles parcouraient les rues pour annoncer un décès. Mais, en dépit de ces petites différences formelles, les crieurs et les pleureuses transmettaient un message identique : tous les deux annonçaient d’abord un décès ; tous les deux indiquaient ensuite où et quand auraient lieu les funérailles, demandant à leur auditoire de prier pour l’âme du trépassé49.

30Avec l’annonce de la mort le travail des organisatrices et organisateurs de funérailles ne faisait que commencer. Ils devaient ensuite acquérir le linceul et le cercueil, et contacter un fossoyeur pour creuser la fosse. Les organisateurs envoyaient parfois quelques femmes à la veillée funèbre pour qu’elles accompagnent le défunt de leurs prières et lamentations. Ensuite, concernant les funérailles proprement dites, les organisatrices et leurs col lègues masculins convoquaient les différents prêtres, couvents et confréries que le trépassé avait sollicités dans son testament.

  • 50 Sur le rôle joué par le deuil, il est très intéressant de lire les œuvres d’Ernesto de Martino. Cf. (...)

31Évidemment, quand les organisatrices étaient également des pleureuses, elles participaient au cortège funèbre en faisant le deuil. Elles se chargeaient de « pleurer » au sens médiéval du terme, c’est-à-dire qu’elles s’arrachaient les cheveux, se tordaient les mains, hurlaient, s’égratignaient le visage, se frappaient la poitrine, se balançaient, prononçaient des éloges funèbres, se déchiraient les vêtements... Mais les pleureuses devaient aussi « faire pleurer » les personnes présentes, parce que si la mort était contagieuse – comme on l’a vu -, le deuil était contagieux lui aussi. Les pleureuses guidaient et canalisaient donc le chagrin. L’expression physique de la douleur était une manière de refléter à l’extérieur le déséquilibre émotionnel survenu à l’intérieur à cause de la perte d’un être cher. Cette expression physique comportait des bénéfices psychologiques pour la famille et les amis du défunt, mais également un bénéfice de type social qui ne concernait pas seulement les parents du mort, mais la communauté toute entière. D’une part, le deuil des pleureuses et des personnes présentes réaffirmait la condition sociale du défunt, puisque les manifestations du chagrin pour sa perte rendaient plus visible l’honneur dû au mort. Le deuil était conçu comme une partie essentielle de l’affection et du respect que la société devait montrer envers le défunt. Bien sûr, la quantité et la qualité du deuil dépendaient de l’honorabilité du trépassé. D’autre part, la communauté réunie à l’occasion des obsèques renforçait ses liens de cohésion50.

  • 51 M.C. García Herrero, Las mujeres en Zaragoza en el siglo xv... cit., p. 47.

32Par ailleurs, les personnes chargées d’organiser les funérailles s’occupaient aussi d’acheter tous les produits nécessaires pour les offrandes, c’est-à dire du pain, du vin et des chandelles. La remise de l’offrande avait lieu le jour des obsèques, pendant la neuvaine et au bout d’un an. Les produits étaient disposés dans des paniers et l’organisatrice chargeait son personnel de les apporter à l’église où la messe était célébrée ou dans quelques autres sanctuaires de la ville. Ainsi, Catalina Beltrán de Izana reçoit en 1402 vingt sous d’Aragon des exécuteurs testamentaires du défunt Domingo San Julián. Catalina utilisa l’argent « pour payer [...] les hommes qui transportèrent les cierges et les femmes qui apportèrent l’offrande et pour mon propre travail les jours de l’inhumation, la neu vaine et la fin de la neuvaine du susdit défunt » (« pora pagar [...] los hombres qui levaron los brandones e las mulleres qui levaron la ofrenda, e pora mi treballo de los dias de la defuncion, novena e cabo de novena del dito defunto »)51.

  • 52 Sur les «defunteras» de Bilbao, cf. Fuentes documentales medievales del País Vasco : Ordenanzas mun (...)

33On peut observer en somme que les tâches des organisateurs et organisatrices des funérailles consistaient à agir comme intermédiaires entre les fournisseurs de services et de produits nécessaires pour les obsèques et les exécuteurs testamentaires, qui devaient accomplir les désirs et indications du trépassé. Considérant la prédominance des femmes dans l’organisation des funérailles et le caractère de leur travail, les ordonnances de la ville de Bilbao les appelaient « defunteras »52, c’est-à-dire les femmes qui s’occupaient des défunts. Les autorités municipales de cette ville basque de la Couronne de Castille octroyèrent, ou plutôt reconnurent, la catégorie professionnelle de ces femmes en employant un terme professionnel pour les désigner.

Conclusions

34Les ordonnances de Bilbao soulèvent à nouveau la question de l’identification des professionnels de la mort au Moyen Âge. On a vu qu’il est très rare de trouver quelqu’un qui se qualifie ou est qualifié comme « fossoyeur », « pleureuse », « organisatrice de funérailles » ou n’importe quelle autre profession liée à la mort. Que veut signifier le recours ou non à une terminologie professionnelle ?

  • 53 Les différentes dénominations qui se trouvent dans cette citation ont été extraites des comptes de (...)
  • 54 A. del Campo Gutiérrez, El status femenino desde el punto de vista del trabajo (Zaragoza, siglo xiv(...)

35L’absence d’un terme professionnel indique dans certains cas que les travailleurs se situaient hors d’une organisation en corps de métier. Par exemple, les femmes travaillant dans le bâtiment n’étaient qualifiées par aucun terme professionnel. Ainsi, les sources médiévales de Saragosse les désignent tout simplement comme « femmes » (« muylleres »), alors que les hommes qui exécutaient les mêmes tâches recevaient le nom professionnel de « garçons » (« moços ») ou « aide maçons » (« peones »)53. L’absence de terme professionnel dans le cas des femmes révèle la faible considération dont elles faisaient l’objet : elles étaient dépourvues d’une catégorie professionnelle et, par conséquent, ne pouvaient pas progresser ni être promues aide-maçons ou maîtres-maçon. Autrement dit, il était défendu aux femmes d’accéder à l’échelle de promotion de leur métier54.

  • 55 J. C. Zofio Llorente, Las culturas del trabajo en Madrid, 1500 1650 : Familia, ocio y sociabilidad (...)

36Cependant, la présence ou non d’un terme d’identification professionnelle n’est pas toujours un indice suffisant pour tirer des conclusions à l’égard de la catégorisation, la considération ou la professionnalisation du travail. La pluriactivité étant alors très répandue, chaque fois qu’un individu se présentait dans un document, il choisissait le métier le plus prestigieux socialement ou le plus proche du sujet abordé dans le document55. En même temps, il était possible aussi d’omettre toute référence au métier et de s’identifier seulement en donnant son nom et sa condition juridique. Ceux qui travaillaient avec la mort préféraient-ils peut-être cette solution à cause du tabou qui régnait sur ces activités ; l’omission du métier (ou d’un des métiers) ne signifiait pas, dans tous les cas, que ces personnes n’étaient pas de vrais professionnels. Évidement, on doit distinguer entre ceux qui exerçaient le métier occasionnellement et ceux qui s’y consacraient de manière régulière. Ces derniers se rapprochent du concept actuel de professionnalisation. En ce qui concerne les travailleurs en relation avec la mort, compte tenu de l’absence d’une terminologie professionnelle de référence dans la plupart des sources, il faudrait continuer les recherches afin de reconstruire la trajectoire des individus et déterminer le degré de professionnalisation de chacun.

Haut de page

Notes

1 Jacques Le Goff remarquait que la conception du travail au Moyen Âge était très différente de la conception actuelle. Cf. J. Le Goff, Travail, dans J. Le Goff et J. C. Schmitt, Dictionnaire raisonné de l’Occident médiéval, Paris, 1999, p. 1137.

2 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge, xiiie-xvie siècle, Paris, 1998, p. 230.

3 Fasciculus Morum : A fourteenth-century preacher’s handbook, éd. S. Wenzel, University Park-Londres, 1989, p. 212-213. L’extrait cité ci-dessus se trouve aussi dans : R. Horrox, Purgatory, prayer, and plague : 1150-1380, dans P. Jupp et C. Gittings (éd.), Death in England. An illustrated history, Manchester, 1999, p. 94. La citation, traduite de l’original latin en Anglais, est : «Nothing is more abhorrent than [a] corpse : it is not left in the house lest his family die; it is not thrown into the water lest it become polluted; it is not hung in the air lest it become tainted; but it is thrown in a ditch like deadly poison so that may not be seen any further, it is surrounded with earth so that its stench may not rise, it is firmly trodden down so that it may not rise again but stay, earth in earth».

4 I. Bazán Díaz, Delincuencia y criminalidad en el País Vasco en la transición de la Edad Media a la Moderna, Vitoria, 1995, p. 92-97.

5 J. Delarue, Le métier de bourreau. Du Moyen Âge à aujourd’hui, Paris, 1979, p. 42-43.

6 H. Klemettilä, Epitomes of evil: representation of executioners in Northern France and the Low Countries in the Late Middle Ages, Turnhout, 2006 (Studies in European Urban History, 8), p. 263 et ss. La pression psychologique supportée par le bourreau était tellement forte que celui-ci fut associé au Diable; cf. : S. Bylina, L’enfer en Pologne médiévale (xvie-xve siècles), dans Annales ESC, 42-5, 1987, p. 1236.

7 E. Gacto Fernández, La pena de muerte, dans Cuadernos de His toria 16, 134, 1985, p. 18.

8 I. Bazán Díaz, Verdugo, dans Enciclopedia general ilustrada del País Vasco, LI, San Sebastián, 2000, p. 259-264. I. Bazán Díaz, La pena de muerte en la Corona de Castilla en la Edad Media, dans Clío & Crimen, 4, 2007, p. 323 et 333 (article dis ponible gratuitement sur internet).

9 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge... cit., p. 207.

10 J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà. Les hommes, la mort et la religion dans la région d’Avignon à la fin du Moyen Âge (vers 1320 – vers 1480), Rome, 1980 (Collection de l’École Française de Rome, 47), p. 127-128. S. K. Cohn Jr., The cult of remembrance and the Black Death. Six Renaissance cities in central Italy, Balti more-Londres, 1992, p. 14.

11 AHPNS, Martín de Tarba, registre de 1442, s.f. (Saragosse, sine data).

12 Par exemple, le type de référence le plus commun est celui qui apparaît dans un document tournaisien de 1344, où l’on rétribue «ceux qui remuèrent la lama dudit seigneur Pieron Bonenfant, pour ce qu’ils prissent le péril sur eux et pour remuer les autres lames [dalles funéraires]». On trouve néanmoins quelques exceptions, comme celle d’un tel «Jehan le Martaut, fossayeur» qui travailla pour le duc de Berry. Cf. D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge... cit., p. 228.

13 Un des principaux apports de ma thèse de doctorat est juste ment l’emploi systématique de ces reçus funéraires de paie ment; cf. A. del Campo Gutiérrez, Rituales y creencias en torno a la muerte en Zaragoza durante la segunda mitad del siglo xiv, thèse dirigée par M.C. García Herrero, Saragosse, 2010.

14 AHPNS, Juan Blasco de Azuara, protocole de 1399, f. 70r°-v° (Saragosse, 20 janvier 1399).

15 AHPNS, Ramón Amat, protocole de 1396, f. 9r° (Saragosse, 30 septembre 1396).

16 L’idée selon laquelle les défunts étaient enterrés nus, simple ment enveloppés dans le suaire, est erronée, bien qu’on la répète très souvent dans la bibliographie. (Cf. J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà... cit., p. 121; D. Alexandre-Bidon, Le corps et son linceul, dans D. Alexandre-Bidon et C. Treffort (dir.), À Réveiller les morts. La mort au quotidien dans l’Occident médiéval, Lyon, 1993, p. 195 : D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge... cit., p. 219; M. C. Marandet, Le souci de l’au delà : la pratique testamentaire dans la région toulousaine (1300 1450), Perpignan, 1998, p. 190.

17 A. del Campo, Rituales y creencias en torno a la muerte... cit., p. 213-217.

18 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge, cit., p. 113. M. C. Marandet, Le souci de l’au-delà... cit., p. 190.

19 F. Español Bertrán, Los indumentos del cuerpo a la espera del Juicio Final, dans J. Yarza Luaces (éd.), Vestiduras ricas. El monasterio de las Huelgas y su época, 1170-1340, Madrid, 2005, p. 75.

20 Il a été estimé que 2% des testateurs toulousains du Bas Moyen Âge voulurent être inhumés en habits monastiques; cf. M. C. Marandet, Le souci de l’au-delà... cit., p. 190.

21 L’abbé Thiers voulait éviter le maléfice qui consistait à placer sous une serviette de table une aiguille qui avait été utilisée pour coudre un linceul. La personne qui en mangeant s’essuyait avec cette serviette courrait un grand risque de mourir. Cf. J. Delumeau, El miedo en Occidente (siglos xiv xviii). Una ciudad sitiada, Madrid, 2002, p. 95; D. Alexandre-Bidon, Le corps et son linceul... cit., p. 201-206.

22 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge... cit., p. 109.

23 C. Treffort, L’Église carolingienne et la mort. Christianisme, rites funéraires et pratiques commémoratives, Lyon, 1996, p. 66.

24 Ibid.

25 D. Alexandre-Bidon, Le corps et son linceul... cit., p. 185-186.

26 Ibid., p. 185.

27 Synodicon Hispanum. I. Galicia, éd. A. García y García, Madrid, 1981, Synode de Mondoñedo de 1541, 8, p. 75 : «Item nos consto por la visita que algunas personas, que no sienten bien de la fee, a la hora que un hombre espira y muere, le lavan todo el cuerpo, pensando que le lavan los pecados; y mas, y allende de esto, le raen las barbas, las quales despues guardan para hazer hechizos; y como esto sea rito judaico y aun morisco, anathematizamos y malde zimos y descomulgamos a todas las personas que, de aquí adelante, esto hizieren o vieren hazer y no lo denunciaren; y mas, allende de esto, los condenamos en cada diez mill maravedis y una penitenzia publica en la misa maior un dia de domingo».

28 E. Le Roy Ladurie, Montaillou, aldea occitana de 1294 a 1324, Madrid, 1981, p. 61.

29 E. Mainé Burguete, Ciudadanos honrados de Zaragoza. La oli garquía zaragozana en la Baja Edad Media (1370-1410), Sara gosse, 2006, document n° 4, p. 164-194 (en particulier p. 166). A. del Campo Gutièrrez, El Libro de testamentos de 1384-1407 del notario Vicente de Rodilla. Una introducción a los documentos medievales de últimas voluntades de Zaragoza, Sara gosse, 2011 (Collection Fuentes Históricas Aragonesas, 57), p. 72-104 (en particulier p. 74) (libre disponible gratuite ment sur internet).

30 M.C. Marandet, Le souci de l’au-delà... cit., p. 189.

31 AHPNS, Juan Doto, protocole de 1397, f. 23r°-26r° (Sara gosse, 12 mai 1397).

32 J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà... cit., p. 121. D. A lexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge... cit., p. 110 et 220. M. C. Marandet, Le souci de l’au-delà... cit., p. 188.

33 C. Daniell, Death and Burial in Medieval England, 1066-1550, Londres-New York, 1997, p. 43.

34 J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà... cit., p. 121.

35 D. Alexandre-Bidon, La mort au Moyen Âge... cit., p. 221-222.

36 C. Treffort, L’Église carolingienne et la mort... cit., p. 66-67.

37 AHPNS, Pedro López de Ansó, protocole de 1361, f. 51v° (Sara gosse, 14 mars 1361).

38 Ibid., f. 51r°-v°.

39 AHPNS, Pedro Anzárez de Ansó, protocole de 1398, f. 23v° (Saragosse, 15 mars 1398).

40 AHPNS, Pedro de Carlos, registre de 1398 et 1399, f. 22v° (Saragosse, 28 mars 1398).

41 Sur l’organisation politique de Saragosse au Moyen Âge, cf. M. I. Falcón Pérez, Organización municipal de Zaragoza en el siglo xv, Saragosse, 1978; E. Mainé Burguete, Ciudadanos honrados de Zaragoza, cit.; S. Lozano Gracia, Las parroquias y el poder urbano en Zaragoza durante los siglos xiv y xv, dans En la España Medieval, 29, 2006, p. 135-151 (article disponible gratuitement sur internet).

42 AHPNS, Juan Blasco de Azuara, protocole de 1399, f. 76v° (Saragosse, 22 janvier 1399). Document cité dans : A. del Campo Gutiérrez, Los espacios de la muerte en la ciudad bajome dieval, dans B. Arízaga Bolumburu et J.Á, Solórzano Tele chea (éd.), La convivencia en las ciudades medievales. Nájera, Encuentros Internacionales del Medievo 2007, Logroño, 2008, p. 451-452.

43 AHPNS, Juan López de Barbastro, protocole et registre de 1400, f. 131v° (Saragosse, 17 mai 1400).

44 AHPNS, Juan Blasco de Azuara, protocole de 1399, f. 838r°-v° (Saragosse, 25 novembre 1399).

45 AHPNS, Juan Blasco de Azuara, protocole de 1399, f. 335v°-336r° (Saragosse, 28 mai 1399).

46 M. C. García Herrero, Las mujeres en Zaragoza en el siglo xv, II, Saragosse, 1990, p. 47-48.

47 A. del Campo, El ritmo del duelo : La organización del funeral del rey de Aragón en Zaragoza a fines del siglo xiv, dans Pecia. Ressources en médiévistique, 19, en attente de publication.

48 C. Bellanger, Cri et crieurs dans l’image, dans D. Lett et N. Offenstadt (dir.), Haro! Noël! Oyé! Pratiques du cri au Moyen Âge, Paris, 2003, p. 74-75. M. Gaude-Ferragu, Le cri dans le paysage sonore de la mort à la fin du Moyen Âge, dans D. Lett et N. Offenstadt (dir.), Haro! Noël! Oyé!... cit., p. 95-97.

49 Quand Charles VII de France mourut en 1461, les crieurs parcoururent Paris en disant : «Priez pour l’âme du très hault, très puissant et très excellant prince le Roy Charles, VIIe de ce nom, et venez en la grant eglise de Nostre-Dame de Paris» (cf. M. Gaude-Ferragu, Le cri dans le paysage sonore de la mort,... cit., p. 96). De la même façon, un confrère de la confrérie du Purgatoire d’Avignon, actif comme crieur, marchait dans les rues de la ville en demandant : «Senhors confrayres et confrayressas de la confrayria de Purgatori, un nostre confrayre es passatz d’aquest mon e deu esser sebelit en tan glieya; digas per s’arma Pater Noster et Ave Maria per toto qui Dieu li perdon» (cf. J. Chiffoleau, La comptabilité de l’au-delà... cit., p. 120).

50 Sur le rôle joué par le deuil, il est très intéressant de lire les œuvres d’Ernesto de Martino. Cf. E. de Martino, Morte e pianto rituale nel mondo antico. Dal lamento funebre antico al pianto di Maria, Turin: 1958; E. de Martino, La fine del mondo. Contributo all’analisi delle apocalissi culturali, Turin, 1977.

51 M.C. García Herrero, Las mujeres en Zaragoza en el siglo xv... cit., p. 47.

52 Sur les «defunteras» de Bilbao, cf. Fuentes documentales medievales del País Vasco : Ordenanzas municipales de Bilbao (1477-1520), éd. J. Enríquez, C. Hidalgo de Cisneros, A. Lorente et A. Martínez, San Sebastián, 1995, p. 111, 121-122 et 143; M.I. del Val Valdivieso, El trabajo de las mujeres en el Bilbao tardomedieval, dans Formazio Koadernoak : Emakumeak Euskal Herriko Historian / Las mujeres vascas en la Historia, 24, 1997, p. 85-87.

53 Les différentes dénominations qui se trouvent dans cette citation ont été extraites des comptes de la construction du Palais de La Aljafería de Saragosse : «Item quatre femmes et un garçon, qui aidèrent le maître-maçon dans tout ce qu’il avait besoin» (Item IIII° muylleres e I moço que aiudoron al maestro a lo que avia menester). Cf. C. Orcástegui et E.Sarasa, El Libro-Registro de Miguel Royo, merino de Zaragoza en 1301 : una fuente para el estudio de la sociedad y economía aragonesa a comienzos del siglo xiv, dans Aragón en la Edad Media, 4, 1981, p. 123 (article disponible gratuitement sur internet).

54 A. del Campo Gutiérrez, El status femenino desde el punto de vista del trabajo (Zaragoza, siglo xiv), dans Aragón en la Edad Media, 18, 2004, p. 278 (article disponible gratuitement sur internet).

55 J. C. Zofio Llorente, Las culturas del trabajo en Madrid, 1500 1650 : Familia, ocio y sociabilidad en el artesanado preindustrial, thèse de doctorat dirigée par A. Alvar Ezquerra, Université Complutense, Madrid, 2002, p. 405 (thèse disponible gratuitement sur internet).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ana del Campo, « Ceux qui travaillent avec la mort : professionnalisation et travaux occasionnels de fossoyeurs, pleureuses et organisatrices de funérailles à Saragosse (Royaume d’Aragon) à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 81-90.

Référence électronique

Ana del Campo, « Ceux qui travaillent avec la mort : professionnalisation et travaux occasionnels de fossoyeurs, pleureuses et organisatrices de funérailles à Saragosse (Royaume d’Aragon) à la fin du Moyen Âge », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 26 mai 2014, consulté le 20 août 2017. URL : http://mefrim.revues.org/595 ; DOI : 10.4000/mefrim.595

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org