Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

Travail et trajectoire individuelle dans l’administration de la Ferme générale (1751-1763). Une étude de cas

Work and individual trajectories in the administration of the Ferme générale (1751-1763): a case study
Olivier Zeller
p. 73-79

Résumés

Parti de la base de la Ferme Générale, Jacques-Joseph Brac de La Perrière en atteignit le sommet en devenant lui-même fermier général après en avoir gravi les échelons. Sa riche correspondance montre que le jeu des réseaux d’influence ne suffisait pas à se distinguer parmi des dizaines de surnuméraires non rémunérés qui peuplaient les bureaux de l’administration dans l’espoir de faire carrière. Le travail jouait un triple rôle. Il servait tout d’abord à opérer une première sélection parmi les impétrants. Puis, devenu écrasant, il éliminait les moins aptes. Enfin, il assurait l’acquisition des compétences successives tout en participant de manière décisive à l’image que se construisait l’impétrant dans le petit monde des financiers.

Haut de page

Texte intégral

Non seulement il faut travailler pour s’instruire, mais il faut encore que l’on soit instruit que vous travaillez
Charles Collé

1Au cours de son dernier demi-siècle, la société des privilégiés français a incontestablement connu un phénomène général de saturation. Depuis longtemps, on connaît la disqualification progressive de beaucoup des états qui, naguère, étaient le terreau de la mobilité sociale : la médecine, certains offices royaux, l’armée, la profession d’avocat ; le rapprochement a été tenté entre la frustration de générations aux horizons bloqués et le rôle des jeunes bourgeois à talents dans l’enclenchement de la Révolution.

  • 1 J. Delumeau et D. Roche (dir.), Histoire des pères et de la paternité, Paris, 1990.

2Aux origines de cette saturation, on peut placer l’amélioration très notable de l’espérance de vie à la naissance dans les milieux élitaires, le blocage induit par les droits successoraux, l’intensification des procédures d’apprentissage, formelles ou informelles, la relative stagnation des revenus de type traditionnel, en particulier patrimoniaux et fonciers, rendant problématique l’établissement des « jeunes gens de famille ». Tout se passe comme si le xviiie siècle avait vu s’élargir le fossé mental entre générations, entre les pères, issus d’un système démographique et socioéconomique antérieur au libéralisme d’état et baignant dans l’esprit de privilège, et les fils, dont « l’audace »1 ne s’exprimait pas qu’en termes de transgression, mais également en termes de sociabilité particulière : celle des loges maçonniques dont les colonnes étaient peuplées de bourgeois dont le trait commun était la jeunesse, celle de cafés, ou encore celle du turbulent parterre des grandes salles de spectacle, réunissant apprentis négociants, étudiants et jeunes bourgeois trop jeunes pour être « établis ».

  • 2 Perçues dans treize Généralités du royaume, les aides étaient des droits frappant les boissons, sur (...)
  • 3 Le Domaine assurait la perception de nombreux droits tels que les insinuations ou le contrôle des a (...)

3Dans la moyenne bourgeoisie et dans la petite noblesse, la souffrance des cadets résultait de plusieurs formes de subordination qui se traduisaient par un long maintien dans le célibat et par l’absence de liberté de choix de carrière, donc par une vie de jeune adulte marquée par la pratique d’un état subalterne symboliquement peu valorisant, peu rémunérateur, et souvent exercé dans une petite ville aux opportunités sociales, ludiques et intellectuelles très limitées. Ces positions d’attente risquaient d’autant plus de se pérenniser que les voies de la promotion étaient encombrées. Ainsi, l’accès à certaines filières était subordonné à des études précises : quiconque voulait entrer dans l’administration fiscale des aides2 devait a priori être compétent en droit. D’autres perspectives étaient plus ouvertes, mais n’offraient que des débouchés médiocres ; vers 1750, dans l’administration du domaine3, il fallait au moins dix années de carrière pour gagner 1800 livres.

Les enfants de l’échevin François Brac

  • 4 M. Daumas, Les conflits familiaux dans les milieux dominants au xviiiesiècle, dans Annales Economie (...)

4Cette fermeture des horizons caractérisait largement les enfants de l’avocat François Brac (1699-1777). À la différence de son père, simple médecin de l’université de Valence qui avait manqué son intégration à Lyon, François Brac avait su profiter de l’opportunité qu’offrait son état d’avocat. Celui-ci permettait d’intégrer les rectorats hospitaliers malgré le manque de fortune, car leurs institutions avaient sans cesse à plaider. La récompense consistait, en fin de service, à être désigné par le gouverneur comme échevin de la ville, ce qui anoblissait le lignage dès la fin de la seconde année de magistrature. Mais cette élévation dans l’échelle des honorabilités ne s’était pas accompagnée d’une quelconque hausse de ses revenus. L’essentiel provenait d’une part de ses honoraires, qui avaient nécessairement souffert de son accaparement par les fonctions hospitalières, puis municipales, et d’autre part du revenu très aléatoire de la vente des vins de ses quelques domaines en Beaujolais. Or, neuf des dix enfants de François Brac ayant atteint l’âge adulte, il fut confronté à la lourde charge de leur assurer des « établissements » compatibles avec leur qualité de nobles. Sa stratégie fut claire, reposant tout entière sur la recherche d’apprentissages brefs et d’établissements aussi précoces que possible, excepté en ce qui concernait l’aîné, avocat comme son père et futur héritier universel. François Brac, véritable « père tenant » selon les concepts de Maurice Daumas4, conservait la haute main sur le patrimoine familial et retardait notablement le mariage de ses enfants.

  • 5 O. Zeller, Un médecin des Lumières : Etienne-Antoine Brac (1734-1813), Lyon, 1996 (Collection Fonda (...)
  • 6 Id., Le rôle normalisateur de la fratrie dans les conflits familiaux dans la France du xviiie siècl (...)

5Les états réservés aux cadets étaient donc marqués par le souci d’économie. Jacques-Joseph Brac de La Perrière, dès ses quinze ans, fut envoyé faire son noviciat chez les Jésuites, ne coûtant plus à son père que cent livres par an. Son puîné, Nicolas Brac du Chasty, fut pourvu à vingt ans d’un canonicat à Beaujeu, assez pauvre pour ne rapporter que quelques centaines de livres ; en plein déclin, le chapitre était connu pour assurer un état honorable aux fils des familles locales de fortune médiocres. Un cadet, François Brac de Montpiney, fut voué au métier des armes dès l’âge de quatorze ans et ne dépassa jamais le grade de capitaine, faute de pouvoir acquérir les grades qui se présentaient. Venait ensuite Etienne, plus favorisé puisque envoyé à Montpellier étudier la médecine, mais dans les conditions désastreuses de l’étudiant famélique chroniquement endetté5. Tous eurent en commun de dépendre de subsides paternels parcimonieusement distribués, surtout quand la récolte avait été pauvre. Des trois filles, l’une fut vouée au célibat définitif dans le cadre familial pour prendre soin de ses parents ; le mariage d’une autre fut assez éphémère et se solda par sa réintégration dans ce même espace. La cadette fut mariée très modestement à un marchand de statut social inférieur à celui de la famille, sans doute pour limiter la dot. Dernier des fils, Camille Brac de Saint-Loup fut aussi été établi à moindres frais : nanti de la caution pécuniaire paternelle, il fut mis en possession à l’âge de 22 ans de la petite charge de contrôleur des actes des notaires dans la petite ville de Feurs : une place de débutant qui ne rapportait guère que 750 livres par an à son titulaire6. Sans être pauvre, cette deuxième génération jouissant de la noblesse n’en était pas moins contrainte à une vie sans luxe marquée par l’hypogamie sociale et le confinement dans des états de peu de revenu et sans avenir.

La trajectoire insolite de Jacques-Joseph Brac de la perrière

6Ce fut une trajectoire complètement atypique que celle de Jacques-Joseph Brac de La Perrière. Après avoir appris « le rudiment » chez un maître d’école ecclésiastique, puis étudié jusqu’à la classe de rhétorique au collège de Lyon, il avait vu sa destinée toute tracée dès l’âge de quinze ans par son père qui l’avait envoyé en 1741 au noviciat des Jésuites d’Avignon. Moyennant cent livres par an seulement, ce père de famille pensait avoir établi définitivement ce cadet. Mais Brac quitta la compagnie de Jésus en septembre 1753. Après douze années de préparation à la prêtrise, ayant atteint l’âge tardif de 27 ans, il devait recommencer une toute nouvelle carrière. Il partit aussitôt à Paris à la quête d’un état dans les administrations royales.

7L’inventaire de ses atouts initiaux est facile à dresser : sa qualité de noble de fraîche date, le capital d’honneur acquis par son père, le niveau intellectuel acquis lors de ses études – même si leur spécificité ne favorisait nullement sa reconversion – la connaissance des codes sociaux permettant d’évoluer dans la société des élites sans commettre d’impair, l’appui du réseau familial de recommandation, essentiellement lyonnais. Il était muni en outre d’un mince viatique de 100 livres donné par les Jésuites et d’une somme de 600 livres, contribution paternelle à son établissement.

  • 7 Y. Durand, Les Fermiers généraux au xviiie siècle, Paris, 1971, 664 p.

8En négatif s’inscrivaient la méconnaissance de la société de cour et de bureau, l’ignorance du droit, l’absence de toute culture administrative et l’impécuniosité chronique. En négatif également pouvaient jouer le manque de relations directes, notamment familiales, au sein des administrations visées et le contexte âprement concurrentiel de l’époque, ainsi que le provincialisme vite remarqué chez quiconque n’était pas rompu à la culture des élites parisiennes. D’une part, les modes de recrutement et d’avancement au sein des grandes institutions étaient en pleine évolution. Si le port d’un nom honorable était certes requis, il ne suffisait plus. Yves Durand a très bien montré cette évolution au sein de la Ferme générale : l’esprit libéral avait promu le principe de concurrence, donc affaibli le respect envers les privilèges et les positions acquises, pendant que la pratique administrative en quête d’efficacité se modernisait, se dotant en particulier de tableaux d’avancement7.

  • 8 O. Zeller, Une biographie de Fermier général. Réseaux, apprentissages et stratégies, dans Histoire, (...)

9Les stratégies qui permirent à Jacques-Joseph Brac de La Perrière, arrivé à Paris sans emploi ni qualification, d’achever tragiquement sa carrière comme Fermier général, ont été étudiées ailleurs8 ; pour l’essentiel, elles consistèrent à transformer un réseau de soutien lyonnais en un réseau de recommandation parisien à partir du petit lobby des Lyonnais de la capitale, ainsi qu’à se placer le plus favorablement possible sur le marché des recommandations. Les moyens en étaient la quête d’information, la multiplication des visites à domicile et la recherche des protections aussi puissantes et aussi proches du milieu des Fermiers généraux que possible. En effet, tout détenteur d’un capital d’influence en jouait en faveur de personnes qui pouvaient lui être « très indifférentes », parvenues jusqu’à son antichambre au bout de chaînes complexes de relations. Il s’agissait seulement d’acquérir une dette de reconnaissance envers d’autres réseaux, à charge de revanche dans des conditions analogues. Le but réel n’était donc pas le soutien à l’impétrant, mais l’extension du champ d’influence. Brac de La Perrière utilisa pleinement ce système en améliorant sans cesse les membres de son réseau de soutien.

10Dans l’ancienne société, la protection, la recommandation, le patronage contribuaient nécessairement à l’accès aux différentes fonctions. Mais ces pratiques ne suffisaient plus dans le second xviiie siècle. Tout au plus permettaient elles de mettre le pied à l’étrier ; ensuite, il fallait faire ses preuves, sans doute par ses aptitudes de sociabilité, mais certainement par le travail. Dans le cadre de la problématique de ce colloque, les très riches archives privées de La Perrière, notamment les correspondances, ont fait l’objet d’une relecture systématique dans le but de déterminer le rôle du travail dans les processus de sélection et de promotion au sein de la bureaucratie financière.

  • 9 Archives de La Perrière, D1-05, 17 octobre 1753.

11Les bureaux des administrations royales étaient remplis de jeunes employés surnuméraires. Sans doute placés défavorablement dans l’ordre de leur fratrie, ces jeunes gens ne pouvaient prétendre à aucun traitement et accomplissaient ainsi leur apprentissage en restant à la charge de leur famille. Ils travaillaient ainsi plusieurs années de suite pour faire leurs preuves, soutenus par le seul espoir d’être distingués et nommés à un poste statutaire rémunéré qui leur ouvrirait enfin la voie de l’avancement. L’ouverture de telles possibilités au bout de trois années constituait une perspective alléchante dans les conditions de l’époque : en informant son père de ses tentatives pour placer son puîné chez le fermier Douet, La Perrière exposait : « retarder mon frère dans la voie, s’il doit jamais y être, c’est lui nuire, par ce qu’on suit invariablement pour l’ordre des emplois, celui du tableau [Mr Douet] peut assurer que mon frère aura des appointements dans trois ans... ». Dans le monde des fermes, leur maintien même était remis en question à l’expiration de chaque bail. Le succès de leurs efforts n’était donc nullement garanti. Le sous-fermier Genthon s’en ouvrait sans ambages à François Brac père : « je n’ai pas caché la difficulté qu’il y a souvent à trouver ce que l’on cherche, ayant sous les yeux plus d’un exemple de jeunes gens qui, avec de la conduite, des talents, de l’éducation, des parents aisés et des amis en place, se donnent jusques à présent des mouvements jusqu’à présent inutiles »9.

12La compétence et la capacité de travail étaient devenues des facultés indispensables non seulement à qui voulait s’affirmer dans ce monde bouché, mais également à quiconque cherchait à entrer dans la carrière. Un critère important était celui de la qualité de l’écriture. Il importait de minuter des correspondances irréprochables et de composer tableaux et bordereaux avec ordre et limpidité. À ces exigences d’ordre pratique s’ajoutaient sans doute des connotations plus moralisantes, une écriture ample et bien formée étant interprétée comme signe de conscience professionnelle et de fiabilité. On conseilla donc à Brac de La Perrière de travailler sa main. Chez les Jésuites, il s’était formé un graphisme très personnel, aux lettres un peu écrasées et, surtout, il écrivait de travers, laissant une grande marge triangulaire à gauche de tous ses écrits. À 27 ans, l’ex-jésuite alla donc chez un maître à écrire parisien prendre des leçons de calligraphie. Mais, paradoxalement, deux sous-fermiers le mirent en même temps en garde contre tout excès de zèle : « bien des gens, pour avoir eu la main trop belle, ne se sont jamais avancé de leur état, parce que la difficulté d’en trouver de cette espèce fait qu’on emploie jusqu’à extinction ceux qui ont ce talent à des tenues de livres toujours d’un mince revenu ». En même temps, La Perrière entreprit des études de droit dans l’esprit de ne se fermer aucune porte, et espérait devenir bachelier dans l’année.

13Depuis son arrivée à Paris, il avait consommé dix mois en vaines démarches quand, enfin, il put saisir une première chance et entrer comme surnuméraire chez le fermier général Laborde le 17 juillet 1754. Sans autre ressource que les subsides paternels, il logeait dans une chambre à 15 livres, rue Montmartre, et se contentait d’un unique repas quotidien apporté par un gargotier moyennant 12 sols. La Perrière concentra aussitôt son potentiel d’apprentissage sur les pratiques fiscales et abandonna les études universitaires, jugeant qu’elles lui seraient « probablement toujours inutiles ».

14Il savait pertinemment qu’il fallait exploiter à fond la mince opportunité qui venait de se présenter à lui ; dans une lettre ultérieure, il exprima l’espoir « de profiter de quelque bon quart d’heure qui se présente quelquefois quand on y pense le moins ». Pourtant, le travail chez Laborde se révéla épuisant ; une extrême fatigue fut déplorée dans de très nombreuses lettres. En effet, les journées de La Perrière se consumaient en courses dans Paris et en écritures. Il en ressentait des accès de fièvre et de forts maux de tête, que son médecin et son chirurgien attribuaient au surmenage, lui conseillant du repos au bon air de la campagne. Un moment découragé, pensant même retourner à l’état ecclésiastique, La Perrière persista pourtant dans sa stratégie d’entrée dans les Fermes. Il avait définitivement renoncé au droit : « si dans un an je me trouve placé chez un Fermier général, ne fût-ce qu’à mille livres, je serais encore plus avancé à ce terme là que je ne pourrais me flatter de l’être au barreau dans plusieurs années d’ici ». En revanche, il était soucieux de se constituer un capital de savoir juridique dans une perspective utilitariste, en « se jetant dans l’étude des ordonnances et des arrêts ». La Perrière se partagea durant quinze mois entre l’apprentissage pratique, au fil de la vie de bureau, et théorique, par l’étude personnelle de la législation fiscale.

  • 10 Archives de La Perrière, D2-01, liasse 2, pièce 38, 1er mars 1757.

15Le 15 octobre 1755, il quitta enfin Laborde pour les bureaux d’un autre Fermier général, Alexandre de Saint-Amand. Lors d’une véritable épreuve de compétences, il lui avait fallu prouver sa capacité en dressant très rapidement des états comptables et en assimilant non moins rapidement le contenu de toute une liasse d’arrêts du conseil. Il n’en dut pas moins continuer à travailler gratuitement. Au bout de dix-sept mois de nouvelle attente, il pouvait se plaindre : « voici la position où je me trouve, toujours travailler, toujours incertain, et par dessus cela n’ayant pas un liard, et m’étant vu jusqu’ici forcé d’épuiser mes ressources auprès de mes amis »10.

  • 11 C. Collé, Correspondance inédite, Paris, 1864, cité dans : Y. Durand, op. cit., p. 121.

16La Perrière toucha enfin au but en mai 1757. Il accomplit alors la première de trois tournées d’inspection en province en compagnie de son employeur Saint-Amand, fermier général « tourneur ». Évidemment, l’intimité des journées de carrosse et des nuits d’auberge provoqua le rapprochement entre les deux hommes, qui lièrent une solide amitié, au point qu’une trentaine d’années plus tard, de Saint-Amand acheta un château en Beaujolais dans le dessein d’y couler sa retraite près de La Perrière, alors qu’il n’avait aucune attache particulière dans cette province. Mais la fructueuse sociabilité de voyage n’avait été que le fruit d’une sélection parmi d’autres secrétaires. Le travail avait été le mobile essentiel, stratégique, de cette distinction. Le procédé était trivial, au point d’être l’objet des railleries du célèbre chansonnier Collé, prodiguant des conseils aux jeunes employés de la Ferme, et tout particulièrement à ceux qui se dépensaient chez Saint-Amand : « il faut faire valoir votre travail, intéresser l’amour propre de vos supérieurs en les consultant, en les priant d’être vos guides ; ceux-ci rendront de vous un compte excellent à Messieurs les Fermiers généraux : nous seulement il faut travailler pour s’instruire, mais encore il faut que l’on soit instruit que vous travaillez »11. Nul arrivisme cynique donc, chez La Perrière, mais la simple pratique d’un jeu dont les règles étaient apparemment connues de tous.

17Distingué et apprécié, l’homme connut ensuite un beau déroulement de carrière. En 1659, il devint premier secrétaire de Saint-Amand. Ses espoirs de promotion rapide furent pourtant découragés. Si sa capacité de travail avait établi sa réputation dans l’administration, il n’en restait pas moins confiné dans l’état subordonné d’employé ; pour monter plus haut, il fallait être nommé sous fermier ou receveur, ce qui nécessitait des cautionnements importants que sa famille était hors d’état de fournir.

18En mars 1761, une grande réorganisation de la Ferme assigna à Saint-Amand le poste stratégique de la correspondance. Jusque-là, les activités de La Perrière s’exerçaient dans un cadre privé : il travaillait chez Saint-Amand et était rémunéré par lui. Dans la configuration nouvelle des services, ce dernier n’aurait plus de bureau à son propre domicile, et exercerait ses fonctions à l’hôtel des Fermes, siège de la Compagnie. Du coup, La Perrière fut nommé illico sous-chef de la correspondance ; son poste revêtait désormais un caractère privé. Sa longue marche de copiste et de secrétaire à titre précaire avait duré sept ans et demi.

  • 12 Les traites correspondaient à surtout à des droits de douane, internes ou frontaliers.
  • 13 C’est à dire des intéressements, sous diverses formes, aux bénéfices de la Ferme générale.
  • 14 Archives de La Perrière, E1-01, liasse 1, p. 50, 31 mars 1767.
  • 15 Turgot, Mémoire au roi, 11 septembre 1774.

19Dès lors, il gravit l’échelle hiérarchique : en décembre 1762, il passa chef de la correspondance du département des Traites12. En janvier 1764, des promotions en cascade firent de lui le Directeur de la Correspondance générale des Traites. Bien spécialisé dans ce champ particulier de la fiscalité royale, il pouvait désormais de rêver à une nomination comme Fermier général adjoint. La très grande instabilité politique et financière de cette époque de discrédit de l’État ruina beaucoup de ses tentatives, d’autant plus que l’esprit de cour bien caractéristique de la France Pompadour survivait incontestablement. La Perrière écrivait, en 1767 : « on donne des bons et des adjonctions au premier venu13, gens qui ne font rien, qui n’ont rien fait, qui ne peuvent rien faire, on me répond : tant mieux, plus on en donne, moins ils ont de poids. J’ai mon travail et mes services contre la faveur et l’intrigue »14. Il est clair que la promotion au mérite restait marginale. Turgot, ministre éclairé, le déplorait : « la protection s’est emparée du plus grand nombre des places, elle a rempli les emplois de sujets incapables »15. Le même Turgot avait osé annuler les « bons du roi », promesses écrites d’avancement, qui faisaient l’objet d’un trafic éhonté.

20Après avoir beaucoup travaillé pour se faire admettre, La Perrière dut continuer de la faire pour conserver ses chances. Il pouvait se plaindre : « j’aurais besoin depuis longtemps d’un repos absolu de deux ou trois mois, mais ou est le moyen, il faut l’attendre et j’y supplée par le régime et l’exercice que mes occupations me laissent (...) depuis neuf ans, je n’ai pas passé le sixième jour sans être à l’hôtel des fermes ». Le surmenage physique n’était qu’une des conséquences de cet accaparement laborieux ; il provoquait aussi une rupture avec le milieu d’origine et, en particulier, familial, qu’une très abondante correspondance tendait à pallier. La Perrière ne put effectuer que six séjours auprès de ses proches entre 1772 et 1786. Il était alors enfin arrivé à une position qui le lui permettait.

  • 16 Archives de La Perrière, D1-02, liasse 2, p. 76, 26 juillet 1771.

21En effet, la divine surprise s’était produite en 1771, quand La Perrière avait reçu un émissaire du contrôleur général Terray, porteur d’un billet : « sur le compte, Monsieur, que j’ai rendu au roi de vos services dans la Ferme générale, Sa Majesté a bien voulu vous mettre à portée d’y devenir encore plus utile et, pour récompenser votre travail, vous nommer à la place de Fermier général ci-devant occupée par M. de Lisle »16. La formule n’était pas de pur style. Brutal réformateur des nombreux abus de l’Ancien Régime, Terray valorisait à dessein cette notion de droit acquis par le mérite.

La naissance et le mérite

  • 17 Archives de La Perrière, E1-01, liasse 1, p. 101, 23 mars 1779.

22Cette petite étude de cas permet d’avancer deux conclusions. La première consiste à montrer le caractère opératif de la compétence dans une stratégie de mobilité sociale. Si la maîtrise d’un certain capital culturel et une origine suffisamment honorable formaient deux pré-requis pour accéder aux emplois, le travail était le facteur essentiel de sélection, de distinction, et finalement de promotion. Les correspondances étudiées ont le mérite de pallier, fût-ce très partiellement, l’immense lacune laissée par la destruction des archives de l’énorme machine administrative qu’était la Ferme générale. Elles soulignent la compétition ayant existé entre de nombreux jeunes gens dans une société de plus en plus bloquée. En 1772, Brac de La Perrière écrivait : « je désirerais bien pouvoir procurer à Monsieur Raymond un emploi, tel qu’il le désire, mais l’hôtel [des Fermes] est rempli de 65 surnuméraires qui ne viennent à un emploi lucratif qu’après quatre et cinq ans d’un travail infructueux ». En autres termes, chaque année une quinzaine de familles faisait prendre à un jeune homme le départ d’un difficile et long parcours qui coûterait au bas mot 8000 livres sans garantie de débouché. Les termes de leur projet s’exprimaient en termes de rendement spéculatif. Par exemple, Brac de la Perrière conseillait en 1776 : « on fait perdre des rangs au jeune Monsieur Roche, si on veut le faire contrôleur général surnuméraire. Depuis que Monsieur Pernetti l’a demandé pour lui, on a nommé plusieurs sujets qui auront le pas sur lui. Tout consiste à me dire si, quand il sera nommé et en exercice, on pourra sacrifier 1800 livres par an jusqu’à ce qu’il soit en pied. Pour n’y être pas trompé, il faut compter sur six ans de surnumérariat, cela ferait une dépense totale de 10 à 12000 livres pour faire un sort à cet enfant. Faut-il faire ce sacrifice ? Je crois que oui : une fois placé, il aura de 3 à 4 à 5000 livres et à son âge se sera un état très honnête17 ».

23Si les archives fermières ont brûlé, il en subsiste certainement d’autres laissées par les grands ministères et les grandes administrations provinciales, notamment les grandes trésoreries et les grandes recettes, qui soient riches d’informations quant à un personnel pléthorique. Il existe donc là un gisement heuristique particulièrement riche pour qui voudra étudier les stratégies familiales en matière de placement des cadets, et écrire les parcours de vie de ceux-ci en termes de nuptialité, de carrière et d’insertion dans les réseau,.

  • 18 Archives de la Perrière, E1-01, liasse 1, p. 79, 24 février 1777.

24La seconde conclusion démontre l’apparition d’une importante lézarde dans le système de reproduction d’une société d’ordres. Certes, le jeu des patronages continua de dominer les voies de la promotion sociale. « Les protecteurs de la cour sont dans l’usage de prendre la crème des emplois, constatait La Perrière en 177718. Pourtant, son propre cursus prouvait que le travail pouvait permettre à quelques-uns de se distinguer malgré un contexte d’inflation des recommandations qui faisait que le succès d’un protégé tenait souvent davantage à la puissance de ses protecteurs qu’à ses qualités propres. Si ténue qu’elle ait été, cette opportunité ne doit être abstraite des progrès des Lumières. Alors que Diderot et d’Alembert contribuent à susciter l’intérêt pour les savoir-faire, et brisent l’ancien dédain pour les « états mécaniques », alors que le médecin Vandermonde et plusieurs de ses confrères identifient les pathologies d’étiologie professionnelle, les administrations tendent à réformer leurs abus les plus criants, créent les premiers systèmes de retraite et appliquent des tableaux d’avancement pensés comme autant d’instruments d’équité et de récompense. Certes, il reviendra à la République de poser la capacité et le travail comme critères de choix et d’avancement et d’opposer la logique du concours à celle de la recommandation. On le sait bien, cet idéal de méritocratie trouvera pourtant ses limites pratiques ; longtemps, très longtemps après la chute de l’Ancien Régime, les antichambres, les cénacles et les officines resteront peuplés d’héritiers.

Haut de page

Notes

1 J. Delumeau et D. Roche (dir.), Histoire des pères et de la paternité, Paris, 1990.

2 Perçues dans treize Généralités du royaume, les aides étaient des droits frappant les boissons, sur le bétail au «pied fourché», sur le cuir, le fer, le papier, les cartes à jouer, les métaux précieux, le savon. Leur levée nécessitait une nuée d’employés, notamment pour contrôler la production et le débit des vins.

3 Le Domaine assurait la perception de nombreux droits tels que les insinuations ou le contrôle des actes.

4 M. Daumas, Les conflits familiaux dans les milieux dominants au xviiie siècle, dans Annales Economies, Sociétés, Civilisations, 4, 1987, p. 901.

5 O. Zeller, Un médecin des Lumières : Etienne-Antoine Brac (1734-1813), Lyon, 1996 (Collection Fondation Marcel Mérieux, cycle 1995-1996), p. 25.

6 Id., Le rôle normalisateur de la fratrie dans les conflits familiaux dans la France du xviiie siècle, à paraître dans : Actes du Colloque Famille, savoirs, reproduction sociale dans l’Ancien Régime, École française de Rome, Centre d’histoire sociale et culturelle de l’Occident, Nanterre, 23-24 novembre 2007.

7 Y. Durand, Les Fermiers généraux au xviiie siècle, Paris, 1971, 664 p.

8 O. Zeller, Une biographie de Fermier général. Réseaux, apprentissages et stratégies, dans Histoire, Économie et Société, 1996, no 2, p. 245. Id., On the origins of a Fermier Général : family strategies over seven generations (late sixteenth through the late eighteenth centuries) dans The history of the famil : an international quartely, 3, 1998, p. 269.

9 Archives de La Perrière, D1-05, 17 octobre 1753.

10 Archives de La Perrière, D2-01, liasse 2, pièce 38, 1er mars 1757.

11 C. Collé, Correspondance inédite, Paris, 1864, cité dans : Y. Durand, op. cit., p. 121.

12 Les traites correspondaient à surtout à des droits de douane, internes ou frontaliers.

13 C’est à dire des intéressements, sous diverses formes, aux bénéfices de la Ferme générale.

14 Archives de La Perrière, E1-01, liasse 1, p. 50, 31 mars 1767.

15 Turgot, Mémoire au roi, 11 septembre 1774.

16 Archives de La Perrière, D1-02, liasse 2, p. 76, 26 juillet 1771.

17 Archives de La Perrière, E1-01, liasse 1, p. 101, 23 mars 1779.

18 Archives de la Perrière, E1-01, liasse 1, p. 79, 24 février 1777.

Haut de page

Table des illustrations

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Zeller, « Travail et trajectoire individuelle dans l’administration de la Ferme générale (1751-1763). Une étude de cas », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 73-79.

Référence électronique

Olivier Zeller, « Travail et trajectoire individuelle dans l’administration de la Ferme générale (1751-1763). Une étude de cas », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2013, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/594 ; DOI : 10.4000/mefrim.594

Haut de page

Auteur

Olivier Zeller

Université Lyon II – UMR 5600 Environnement, Ville, Société, pr.olivier.zeller@free.fr.

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org