Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

Changer de place. Occupations, réseaux et carrières des immigrants à Anvers au xviiie siècle

Changing places: the occupations, networks and careers of immigrants at Anvers in the 18th century
Anne Winter
Traduction de Diane Olivier
p. 57-72

Résumés

En se basant sur un échantillon de plus de 5,500 immigrants dénombrés dans le recensement de 1796 d’Anvers, cet article se propose de retracer les modes de recrutement essentiellement locaux de cette ville et d’analyser la structure professionnelle des migrants. Notre propos est de montrer que la limitation du champ migratoire dans la deuxième moitié du xviiie siècle résultait principalement d’une structure d’opportunité locale défavorable, dominée par les industries textiles offrant des rémunérations médiocres. À leur tour, les spécificités de la structure professionnelle des immigrants reflétait avant tout la provenance rurale de ces derniers. Néanmoins, ces contraintes structurelles laissaient assez de marge pour l’action individuelle ou collective, dans laquelle les réseaux familiaux et régionaux aidaient à établir des avantages comparatifs dans certains métiers ‘à orientation rurale’. Par la suite, la plupart des migrants à long terme étaient considérablement plus aisés que leurs pendants autochtones, alors que beaucoup de migrations temporaires se révélaient également ‘avantageuses’ en fonction de leurs objectifs d’épargne ou de formation.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 S. Hochstadt, Migration in preindustrial Germany, dans Central European History, 16, 3, 1983, p. 19 (...)
  • 2 J. de Vries, European urbanization, 1500-1800, Londres, 1984, p. 200 et sq.; L. P. Moch, Moving Eur (...)

1Les migrants ont représenté une part essentielle de la population et de la croissance urbaine dans l’Europe des temps modernes1. La plupart des déplacements étant temporaires, la mobilité était bien plus importante que ne le laisse entendre le nombre de migrants présents en ville à un moment donné. Bien que la contribution précise de l’émigration à la croissance démographique reste un objet de discussion, il est généralement admis que ce va-et-vient permanent d’ouvriers, de domestiques, de commerçants et d’artisans jouait un rôle clé dans le développement du marché du travail et des biens au point d’être indispensable au fonctionnement de l’économie urbaine2.

  • 3 Entre autres J. Ehmer, Worlds of mobility : migration patterns of Viennese artisans in the eighteen (...)
  • 4 P. Bourdelais, Demographic changes in European industrializing towns, dans History of the Family, 5 (...)
  • 5 Il s’agit d’un côté de l’impact des facteurs de répulsion possibles, comme chez P. Clark, The migra (...)
  • 6 C. Lesger, Informatiestromen en de herkomstgebieden van migranten in de Nederlanden in de Vroegmode (...)

2La connaissance historique des positions occupées par les migrants sur le marché du travail à l’époque moderne reste cependant encore limitée. Il ressort de différentes études de cas que la structure professionnelle de la population migrante se distinguait fortement de celle de la population autochtone3. Les facteurs précis qui déterminaient ces différences ne font toutefois pas l’unanimité. Certains études soulignent combien l’orientation professionnelle de la population immigrante était influencée par la conjoncture et les opportunités urbaines4, d’autres comment elle était plutôt déterminée par les caractéristiques du territoire de provenance5, tandis qu’un troisième ensemble de travaux insiste surtout sur l’importance des réseaux sociaux dans les parcours migratoires et l’accès au marché du travail pour expliquer la cohérence observée entre origine géographique et activité professionnelle : on migrait souvent vers une destination où on connaissait quelqu’un car l’embauche était facilitée par des contacts interpersonnels. De ce fait, les nouveaux arrivants habitaient dans les mêmes lieux et exerçaient les mêmes métiers que ceux qui les avaient précédés6.

  • 7 Cf. le macro-méso-micro-modèle tel que décrit par L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 6-9, 13- (...)

3Cette étude vise à approfondir notre compréhension des mécanismes qui ont déterminé les positions des migrants sur le marché du travail urbain et à mettre en lumière la part des stratégies personnelles et collectives dans les processus de mobilité sociale. Elle adopte une approche qui essaye d’intégrer les trois interprétations précédemment citées : elle considère les réseaux sociaux comme décisifs pour la spécialisation professionnelle des immigrés, mais seulement en dernière instance, c’est-à-dire dans le cadre des contraintes imposées par la conjoncture locale, les caractéristiques de la région d’origine et la configuration spatiale de la ville en question. L’ensemble de ces facteurs définissait le périmètre dans lequel les aspirations personnelles et les stratégies familiales pouvaient se déployer7.

  • 8 Archives de la ville d’Anvers [SAA], Modern Archief [MA], Bevolkingszaken [BZA], D 1-5, Telling Jaa (...)
  • 9 J. De Belder, Elementen van sociale identiteit van de Antwerpse bevolking op het einde van de 18de (...)
  • 10 Comme des bans de marriage ou des listes de nouveaux citoyens. Voir, entre autres : C. Bruneel, Les (...)

4À la fin du xviiie siècle, Anvers ne formait pas un cas d’espèce, vu l’attirance limitée exercée par une ville sur le déclin. Toutefois, les options fort limitées des migrants sur le marché du travail anversois en font précisément le cas idéal pour éclairer les marges de manœuvre que les limites structurelles laissaient aux trajectoires personnelles. L’étude s’appuie sur le recensement de la population de 1796, en particulier sur cinq mille migrants des premier et quatrième quartiers dont les caractères socio-géographiques ont été rassemblés dans une base de données8 et éclairés par la recherche approfondie conduite par De Belder sur la structure socio-économique d’Anvers en 17969. En comparaison avec les sources statiques qui sont le plus souvent utilisées dans la recherche sur l’immigration urbaine des temps modernes10, ce recensement offre une vue de la population migrante plus compréhensive et dessine la dynamique des différents parcours migratoires grâce à la mention de l’année d’arrivée dans la ville, ce qui permet d’examiner les changements d’activité professionnelle en relation avec le cycle de vie et la durée de séjour.

5Après avoir présenté les caractéristiques du bassin de recrutement urbain, cette étude s’efforcera de comparer la structure professionnelle de la population migrante avec celle de la population autochtone, et de dégager les facteurs susceptibles d’expliquer les différences observées. Enfin, elle centrera l’attention sur les carrières des immigrants à Anvers afin de comprendre les mécanismes du succès relatif de leur orientation professionnelle en prenant en compte la forte hétérogénéité du groupe immigré en termes d’origine géographique, de structure familiale et de durée du séjour.

Cartographie de l’attraction anversoise

  • 11 P. Clark, Migration in England during the late seventeenth and early eighteenth centuries, dans P. (...)
  • 12 Voir entre autres J. Ehmer, Worlds of mobility... cit., p. 188-194.
  • 13 J.-P. Poussou, Mobilité... cit., p. 116-120; L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 46-47.
  • 14 Cf. A. Knotter et J. L. Van Zanden, Immigratie; Whyte, Migration, p. 68, 71-81; E. Kuijpers, Migran (...)

6Dans les parcours migratoires une relation est souvent observée entre la distance parcourue, la taille du lieu d’origine et le niveau de spécialisation professionnelle. Deux circuits importants sont à distinguer : un circuit ‘vertical’ qui amenait surtout en ville des travailleurs peu spécialisés, des apprentis et des domestiques de la campagne et des petites villes environnantes, et un circuit ‘horizontal’ par lequel des corps de métiers spécialisés se déplaçaient sur de grandes distances entre différentes villes11. Alors que la cause fondamentale de l’existence de ces circuits différenciés reposait sur la pénurie relative de qualifications professionnelles en relation avec la concentration spatiale de certains activités – les orfèvres étaient plus rares à la campagne que les manœuvres –, la raison directe est à rechercher dans la nature et l’accès aux canaux de migration utilisés. Alors que les artisans scolarisés et les migrants dotés de ressources sociales et professionnelles avaient accès à des sources d’information spécialisées via des réseaux étendus, des contacts commerciaux ou des organisations professionnelles, les circuits de migration des personnes situées au bas de l’échelle sociale étaient généralement plus restreints et s’effectuaient dans le cadre des interactions entre la ville et son arrière-pays12. Les circuits verticaux étaient souvent les plus importants en termes quantitatifs puisque la forte demande de main d’œuvre peu ou non qualifiée était propre aux processus de production préindustrielle13. En fonction de la taille de la ville et de la portée de ses relations avec ses environs, l’aire de recrutement vertical pouvait se limiter à la campagne environnante ou s’étendre sur plusieurs régions comme dans le cas de métropoles telles que Amsterdam ou Londres14.

  • 15 B. Blondé, Een economie met verschillende snelheden. Ongelijkheden in de opbouw en de ontwikkeling (...)
  • 16 C. Lis, Sociale politiek in Antwerpen, 1779. Het controleren van de relatieve overbevolking en het (...)

7Dans la seconde moitié du xviiie siècle, il restait à Anvers bien peu de la grandeur de son âge d’or. Regroupant environ 50.000 habitants, la population était près de deux fois inférieure à celle du xvie siècle. Les activités commerciales souffraient non seulement de la fermeture de l’Escaut mais aussi d’une marginalisation géographique au sein des Pays-Bas autrichiens où la reprise commerciale était orientée Est-Ouest. Les industries urbaines du luxe qui occupaient encore au xviie siècle une importante position sur le marché international, avaient périclité dans la première moitié du xviiie siècle à cause d’une demande nationale en baisse, du protectionnisme accru des pays voisins et de l’augmentation des importations15. Pendant la seconde moitié du xviiie siècle, l’économie urbaine d’Anvers était complètement dominée par les industries textiles demandant une importante main d’œuvre sous-payée, organisées généralement sur une base de putting-out, produisant des étoffes relativement abordables pour un marché majoritairement national. Les branches les plus florissantes, notamment la production de dentelle et d’étoffes mixtes, reposaient sur le réservoir de main d’œuvre infantile et féminine bon marché que la population anversoise appauvrie offrait en abondance16.

  • 17 B. Blondé, Een economie... cit.
  • 18 J. Verbeemen, Mechelen in 1796. Demografische en sociaal-economische studie, dans Handelingen van d (...)
  • 19 C. Bruneel, La population du duché de Brabant en 1755, dans Bijdragen tot de Geschiedenis, 58, 1975 (...)
  • 20 Les listes des nouveaux citoyens de la ville – une sélection sociale de la totalité des nouveaux ve (...)

8Faute d’activités prospères hormis l’industrie textile aux bas salaires et une population fortement appauvrie, Anvers attirait peu de migrants dans la seconde moitié du xviiie siècle. Sa population augmentait plus lentement que d’autres villes du Duché de Brabant17, et son aire de recrutement se limitait à son arrière-pays rural. Seuls 27 % de la population anversoise âgée de plus de douze ans en 1796 était née hors de la ville, contre 40 % dans le petit Lier, 32 à 34 % à Malines et environ 34 % à Bruxelles18. Les femmes étaient fortement majoritaires parmi les immigrés (60 %) et renforçaient de la sorte l’excédent de femmes qui caractérisait la plupart des villes des temps modernes19. Les immigrants à Anvers avaient un profil rural et régional : près de 68 % des immigrants venaient de villages qui comptaient moins de 5.000 habitants en 1800, presque la moitié (48 %) étaient nés dans les frontières de l’actuelle province d’Anvers, et les trois quarts (73 %) étaient originaires du ‘grand Brabant’, un périmètre de recrutement qui comprenait les actuelles provinces d’Anvers, du Brabant et du Brabant Septentrional (Pays-Bas). Hormis un apport rural limité des deux Limbourgs, le recrutement issu de régions non brabançonnes était limité aux importants centres régionaux : Maastricht, Roermond, Amsterdam, Gand, Liège et Charleroi20. Les hommes venaient de lieux un peu plus éloignés et peuplés que les femmes, mais les différences n’étaient pas marquées. Bien que le rayon de recrutement moyen fût visiblement plus long chez les migrants urbains que ruraux (les distances médianes atteignaient respectivement 52 et 29 kilomètres), une large majorité (60 %) même parmi le premier groupe était originaire de la région du grand Brabant.

  • 21 Cf. B. Blondé, Een economie... cit., p. 133-136, 143-153, 160-161, 168-230; H. Deceulaer, Urban art (...)
  • 22 J.-P. Poussou, Mobilité... cit., p. 116-118.

9Le principal bassin de recrutement d’Anvers était donc situé à l’Est, correspondant plus ou moins avec l’actuelle province d’Anvers, et s’étendait jusqu’aux villages limitrophes du Brabant, du Brabant Septentrional et des Limbourg : une aire d’attraction qui se composait de landes au sol sablonneux pauvre, habitées de petits fermiers, dotées d’une industrie rurale sous-développée et exposées à une faible concurrence urbaine, qui correspondaient plus ou moins avec la région qui formait l’arrière-pays d’Anvers en termes d’interactions économiques, commerciales, écologiques, politiques, et historiques21. Le gros des immigrés anversois empruntait donc des circuits verticaux régionaux qui connectaient la ville avec ce que Jean-Pierre Poussou a défini comme son « bassin démographique » : « un ensemble de communes qui constitue en quelque sorte le ‘domaine réservé’ d’une ville ; dans cette zone, la ville attire en permanence plus d’immigrants que n’importe quelle autre ville »22.

  • 23 Ceci durera jusqu’au xixe siècle avant que l’accélération de la croissance démographique dans la ca (...)
  • 24 J. Lucassen et L. Lucassen, The mobility transition revisited, 1500-1900 : What the case of Europe (...)
  • 25 Comme par exemple dans le cas des filles de service ou des apprentis, cf. I. Krausman Ben-Amos, Ado (...)

10Bien que la pression démographique dans beaucoup de ces territoires de recrutement ait joué de façon indéniable au cours du xviiie siècle, il est clair que les schémas de migration observés ne peuvent être appréhendés uniquement en termes de répulsion23. Anvers avait aussi des attraits pour les migrants. On doit ici distinguer les migrations temporaires des migrations définitives24. Le premier modèle à cause de son caractère provisoire est presque complètement hors de portée de la source. En revanche, la migration vers la ville pour quelques années s’inscrivait dans une phase spécifique du cycle de vie : celle du jeune adulte, située entre le moment où il quittait le domicile des parents et celui où il fondait sa propre famille. Il s’agissait de parfaire son apprentissage, d’acquérir une expérience professionnelle et/ou de se constituer une réserve financière qui pourrait être utilisée dans une étape ultérieure de l’existence25. Certains de ces betterment migrants restaient finalement en ville et devenaient ainsi des immigrés ‘permanents’.

11Les données du recensement de la population fournissent de précieux renseignements sur l’âge des migrants et la durée de leur installation. La plupart d’entre eux étaient de jeunes adultes à leur arrivée. Seuls 10 % avaient immigré avant l’âge de douze ans, et seuls 20 % étaient alors âgés de plus de trente ans (Figure 1). Les célibataires étaient de loin les plus nombreux : seuls 13 % avaient immigré en couple. Les hommes arrivaient dans une phase un peu plus tardive de leur vie que leurs homologues féminins : 43 % d’entre eux étaient âgés de plus de vingt-cinq ans, et 23 % de plus de trente ans, contre respectivement 31 et 17 % pour les femmes. En même temps, les femmes tendaient à quitter la ville plus vite. Pour 100 femmes qui étaient arrivées en ville au cours des dix années précédant le recensement (1786-1796), 75 s’étaient installées dans la décennie 1776-1785. 89 % des hommes étaient dans cette situation.

Données : Recensement 1796 (valid N = 5352)
Fig. 1 – Âge au moment de l’immigration ( %)

  • 26 Entre autres H. Bras, Zeeuwse meiden. Dienen in de levensloop van vrouwen, 1850-1950, Amsterdam, 20 (...)
  • 27 B. De Munck, Technologies of learning : apprenticeship in Antwerp guilds from the 15th century to t (...)
  • 28 R. Van Uytven, Peiling... cit. Même s’ils avaient migré vers un autre centre urbain dans le région (...)

12Les flux temporaires de jeunes femmes correspondaient clairement à une forte demande de domestiques sur le marché du travail urbain. Au total 63 % de l’ensemble des femmes migrantes non mariées exerçaient ce métier ; dans le groupe qui résidait depuis moins de cinq ans dans la ville en 1796, leur part s’élevait même à 82 %. Le service domestique était par excellence une activité liée au début de l’âge adulte, destinée à soutenir le ménage parental et/ou à épargner pour son propre avenir, activité qui était inconciliable avec le statut d’épouse26. D’autre part, le profil plus âgé et le taux de rotation plus faible dans la durée montrent l’intérêt limité d’une migration de carrière temporaire chez les hommes. La migration de formation, qui conduisait en ville des garçons le temps de leur adolescence pour apprendre un métier ou suivre des cours, ne semble pas avoir joué un rôle significatif à Anvers27. La plupart des hommes qui venaient en ville étaient déjà formés et leur recherche de travail s’appuyait en grande partie sur les capacités qu’ils avaient déjà acquises, mais qui étaient cependant limitées puisqu’ils venaient de villages brabançons28. Dans quels segments du marché du travail anversois s’inséraient-ils ? Quelles perspectives offrait le travail exercé en termes de mobilité sociale ? Et étaient-elles différentes de la population autochtone ?

Une structure professionnelle marquée par la ruralité

13En 1796, l’activité professionnelle des migrants anversois témoigne de la persistance de l’exercice en ville de métiers que l’on rencontrait dans la plupart des villages et qui impliquaient même de maintenir des liens avec les campagnes environnantes. Cette orientation s’explique par la faible différenciation professionnelle propre à l’origine rurale de la plupart des migrants. Des avantages comparatifs semblent aussi avoir joué un rôle, en particulier ceux découlant de fortes connexions avec l’arrière-pays. Les immigrés étaient nombreux parmi le personnel de service, dans le secteur de la distribution (transport, commerce et commerce de détail), et dans un nombre limité d’industries de base comme la boulangerie, la brasserie, le travail du bois et la maçonnerie. Dans le secteur textile, qui était de loin le plus gros employeur pour la population autochtone, les migrants étaient sous-représentés.

  • 29 P. Klep, Bevolking... cit., p. 224; A. Thijs, Van werkwinkel... cit., p. 370-372, 389-392. Les migr (...)

14Pourquoi étaient-ils si peu présents dans le secteur textile ? Le manque de qualifications et l’organisation spécifique du secteur en constituent les principales raisons. La première explique la forte sous-représentation des femmes migrantes dans la production de dentelle : 55 % des femmes nées à Anvers étaient désignées comme dentellières contre 8 % des femmes immigrées. En dépit de bas salaires, la fabrication de la dentelle au fuseau exigeait un apprentissage et une grande discipline qui s’acquéraient, entre autres, dans les écoles de dentellière, et, qui plus est, cette activité était presque exclusivement exercée en ville. Il n’y a donc rien de surprenant à ce que les immigrées venant des campagnes comptent peu de dentellières qualifiées dans leurs rangs29. Le filage, au contraire, qui était un autre grand pourvoyeur de travail dans le secteur textile, demandait peu de formation et était une activité féminine aussi répandue à la campagne qu’à la ville, en appoint des revenus du ménage. Ceci explique pourquoi la part des fileuses était comparable (14 %) entre les femmes immigrées et autochtones.

Tableau 1
STRUCTURE PROFESSIONNELLE, 1796 ( %)

Tableau 1STRUCTURE PROFESSIONNELLE, 1796 ( %)

Abréviations : A ( %) : distribution de la population active native d’Anvers ; I ( %) : distribution de la population active immigrée ; % I : pourcentage des immigrants par secteur
Données : Voir appendice.

  • 30 A. Thijs, De zijdenijverheid te Antwerpen in de zeventiende eeuw, Liège, 1969, p. 14-17; Id., Van w (...)
  • 31 Ainsi la plupart des femmes migrantes actives dans le secteur textile étaient soit mariées soit veu (...)
  • 32 Que certains processus de production aient été sous-traités et organisés sur base familiale peut av (...)

15La situation des hommes était très différente. Par rapport aux natifs, les immigrés étaient sous-représentés dans toutes les branches textiles (11 % contre 32), en particulier dans les filatures. Ici, ne jouait vraisemblablement pas tant un manque de qualification que l’organisation spécifique du secteur et le manque d’attractivité des salaires. Les emplois numériquement les plus importants dans l’industrie textile d’Anvers, comme le filage et l’enroulage, étaient en effet extrêmement mal payés ; ils étaient dominés par le travail des femmes et des enfants. Parmi les hommes natifs d’Anvers employés comme fileurs ou enrouleurs (14 %), on trouve de nombreux jeunes garçons. Le salaire que ces travailleurs à domicile recevaient complétait les revenus de la famille et était en soi insuffisant pour assurer sa subsistance30. Le travail dans ces branches était donc contre-indiqué pour un adulte célibataire ou un homme chef de famille31. À cela s’ajoute le fait que les immigrants ruraux ne disposaient pas de la qualification professionnelle requise pour exercer les emplois les plus qualifiées et les mieux payés du secteur textile32.

  • 33 L’indication du statut de l’activité professionnelle (maître, compagnon, apprenti,...) dans le rece (...)

16Le manque de connaissances professionnelles spécifiques était la cause principale de la sous-représentation des hommes migrants dans pratiquement tous les métiers industriels plus spécialisés ou qualifiés : d’abord, les industries de luxe où ils étaient absents, mais aussi dans la plupart des autres secteurs professionnels où ils occupaient des fonctions peu spécialisées qui existaient aussi dans les villages. Les migrants étaient ainsi nombreux parmi les charpentiers et les tonneliers, mais peu présents parmi les ébénistes, plus faciles à trouver parmi les maréchaux-ferrants que parmi les armuriers, et plutôt actifs comme maçons que comme sculpteurs. Dans le même temps, les migrants étaient placés, dans tous les secteurs industriels, dans une position subordonnée bien plus que leurs homologues natifs du lieu. En dehors du secteur de textile, près de 42 % des immigrés étaient qualifiés de garçon, d’aide ou d’ouvrier contre seulement 14 % des Anversois33.

  • 34 Cf. R. Van Uytven, Peiling..., p. 185, 188-189.
  • 35 La grande importance des femmes dans le secteur peut d’un autre côté aussi refléter les changements (...)

17Le seul secteur industriel dans lequel les migrants étaient fortement représentés et occupaient même une position dominante, était l’industrie alimentaire. Pas moins de deux boulangers et garçons boulangers sur trois étaient des immigrés, comme près de 86 % des hommes travaillant dans le domaine de la brasserie. L’explication de cette forte présence des migrants dans les métiers de la boulangerie et de la brasserie peut se trouver dans l’accès privilégié au réseau d’approvisionnement en céréales. L’origine agricole des matières premières utilisées semble avoir compté dans l’orientation professionnelle de la population migrante. Ceci peut aider à expliquer pourquoi les migrants étaient si fortement sous-représentés parmi les tailleurs et les cordonniers alors que ces professions se rencontraient dans la plupart des villages, c’est qu’ils n’avaient pas un accès aussi facile à la matière première34. En outre, le nombre non négligeable de femmes migrantes (aussi bien rurales qu’urbaines) employées comme couturières est un indice de l’importance de la sous-traitance qui rendait le secteur peu attractif pour les hommes adultes35.

  • 36 Cf. L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 46-7. Qui a peut-être été renforcé dans ce cas précis (...)

18À l’absence des migrants dans le plupart des industries répondait une orientation forte vers les métiers de service. Parmi les domestiques, la présence des migrants était écrasante (73 %). Au total, 40 % des femmes migrantes étaient employées comme domestiques, contre seulement 6 % des Anversoises. La faible présence des hommes (respectivement 7 % et 1 %) traduit le rôle dominant des femmes sur le marché urbain du travail domestique. Mis à part le segment supérieur des gouvernantes et des femmes de chambre, on attendait du personnel domestique docilité, persévérance, force et célibat pour accomplir des tâches d’entretien de la maison. Que la demande de personnel de maison fût comblée par le recrutement temporaire de jeunes femmes originaires de la campagne environnante constituait un trait caractéristique de presque toutes les villes d’Europe moderne36.

  • 37 La suppression officielle des nations peu de temps avant le recensement de la population complique (...)
  • 38 G. Asaert, G. Devos et F. Suykens (éd.), The naties in the port of Antwerp. Six centuries of activi (...)
  • 39 B. Blondé, Een economie... cit., p. 168 et sq; Id., Aux origines de la révolution des transports : (...)

19À côté du secteur du personnel de service, la distribution (transport, commerce) constituait également un vivier d’emplois pour les migrants à Anvers, non seulement à cause du faible niveau de qualification nécessaire et des possibilités de s’établir à son compte, mais aussi grâce à l’importance des liens conservés avec l’arrière-pays. Dans le secteur des transports, les migrants étaient certes absents parmi les bateliers et les garçons bateliers – du fait de l’absence de grandes étendues d’eau et de la faible tradition maritime dans la région orientale environnante –, ils fournissaient par contre la majorité des cochers et voituriers et une part considérable des porteurs et des débardeurs. Les migrants étaient aussi fortement représentés parmi les journaliers dont une partie importante travaillait sur les quais37. Le chargement, le déchargement et le transport de marchandises dans et autour du port étaient du monopole des corporations appelées ‘nations’. Pour régler les hausses et les baisses de salaire causées par un travail irrégulier, les membres des ‘nations’ employaient à leur tour des journaliers dans le cadre d’un système de sous-traitance dont les bénéfices étaient partagés avec les autres associés de la nation. Même si ces derniers participaient eux-mêmes au travail sur les quais, l’adhésion à la nation fonctionnait en première instance comme un investissement, qui ne pouvait d’ailleurs être obtenu que par le rachat, pour un montant considérable, à un ancien membre. Etant donné l’importance des réseaux sociaux tant pour l’obtention du statut de membre de la nation que dans l’organisation de la sous-traitance, la forte présence de migrants de la Campine à toutes les échelles de ce secteur était incontestablement soutenue par un circuit de recrutement informel38. La possibilité de faire partie d’un groupe de travailleurs aux contours mouvants et issus de la même région d’origine peut avoir offert un avantage comparatif aux membres immigrés des nations vis-à-vis de leurs collègues autochtones. L’intérêt des réseaux et des contacts établis dans les lieux du départ et de l’arrivée renforçait en tout cas la position acquise par les migrants dans le transport extra-urbain des personnes et des marchandises, un secteur étroitement lié à celui des cabarets et des auberges que les migrants dominaient également39.

  • 40 Le fait que le statut de membre à la guilde de la boucherie était couplée à l’exploitation d’une de (...)
  • 41 Cf. entre autres N. Alexander en G. Akehurst (éd.), The emergence of modern retailing, 1750-1950, L (...)
  • 42 B. Blondé et H. Greefs, Werk aan de winkel : de Antwerpse meerseniers : aspecten van kleinhandel en (...)
  • 43 Cf. B. Blondé, Winkelen te Lier : een onderzoek naar de afbakening van het Lierse hinterland in de (...)
  • 44 Entre autres M. Schrover, Potverkopers... cit.
  • 45 Entre autres L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 50.
  • 46 Sur les problèmes de terminologie, voir entre autres Blondé et H. Greefs, Werk... cit. Sur le prix (...)

20Les migrants étaient aussi fortement représentés dans le secteur du commerce de détail, qu’il s’agisse des hommes (17 % contre 11 % des Anversois de souche) ou des femmes (14 % contre 10 %), et ceci malgré leur absence parmi les vendeurs de viande, de poisson et de légumes à cause des limitations fixées par les corporations40. Parmi les autres commerçants et vendeurs, les migrants étaient les plus nombreux ; ils fournissaient même la majorité des épiciers et des boutiquiers. Leur forte présence dans le secteur du commerce de détail ne peut être séparée de ce qu’on a appelé la révolution de consommation du xviiie siècle, qui alla de pair avec une expansion des réseaux de distribution41. À Anvers, la corporation des merciers, qui regroupait entre autres les commerçants de détail, connut au cours du xviiie siècle un développement qui dépassait de loin la progression de la population42. L’augmentation des boutiquiers et de marchands ambulants doit également être mise en relation avec la hausse de la consommation dans les campagnes : les commerçants de détail pouvaient compter toujours plus sur les consommateurs ruraux qui venaient faire leurs emplettes en ville ou qui étaient atteints par le colportage43. Dans la mesure où les environs de la ville constituaient un marché en développement pour le petit commerce anversois, les migrants jouissaient, de par leurs liens avec l’arrière-pays, d’un avantage comparatif pour la construction d’un réseau commercial. Le commerce de détail était en effet le secteur où le statut de migrant pouvait être un atout à cause des contacts privilégiés entretenus avec les centres de production et les marchés de la région d’origine44. Comme cafetiers ou aubergistes, les migrants pouvaient également être utiles auprès d’une clientèle faite elle-même de migrants et de voyageurs45. Bien que la nomenclature du recensement ne permette pas toujours une interprétation univoque, la forte concentration de migrants sous les catégories « boutiquiers » et « aubergistes » suggère que ceux-ci ne se situaient certainement pas dans les segments les plus bas du secteur.46 La concentration des migrants dans les secteurs de service est aussi attestée parmi les membres du clergé (régulier) et de façon plus limitée parmi le personnel surtout à la suite de l’arrivée des représentants des autorités françaises.

Contraintes et opportunités

  • 47 Cf. H. Deceulaer, Arbeidsregulering... cit.; F. Smekens, Ambachtswezen... cit., p. 68-70.
  • 48 Bien que des individus pouvaient tout de même jouer ici un rôle important, cf. p. 72 et suivantes; (...)
  • 49 Concernant les frais d’adhésion des gildes respectives : F. Smekens, Ambachtswezen... cit., p. 69-7 (...)

21La migration vers Anvers dans la seconde moitié du xviiie siècle était donc principalement orientée vers les segments peu spécialisés du marché du travail urbain, qui étaient liés à un contexte rural ou qui exigeaient relativement peu de compétences professionnelles. Il n’y a guère d’indices qui viennent accréditer l’idée que les différences professionnelles entre habitants de souche et immigrés résultent de l’exclusion systématique des migrants de certains secteurs d’activités. Si des restrictions dictées par les corporations conduisaient parfois à l’exclusion des migrants, comme dans la boucherie et la poissonnerie, il n’existe pas de corrélation mécanique entre la force de l’organisation corporative et le degré de participation des migrants. Ainsi les migrants étaient fortement représentés dans des corporations fermées, aux effectifs fixes et régies par de strictes conditions d’adhésion comme les ‘nations’47. Dans le même temps, ils restaient sous-représentés dans les ‘nouvelles industries’ non-régulées, comme l’industrie du coton48. Le coût de l’adhésion à une corporation n’avait pas non plus d’incidence dans les choix professionnels des migrants : ils étaient aussi présents dans un certain nombre de guildes coûteuses, comme celles des boulangers, des charpentiers ou des nations que dans des corporations financièrement plus accessibles comme celle des merciers49. Pour autant que l’accès des immigrés au marché du travail ait été soumis à restriction, il s’agissait plutôt de limites ‘passives’ inhérentes à leur origine rurale, plutôt que de restrictions ‘actives’ se basant sur les groupes d’intérêts urbains. Ceci est confirmé par les différences dans la structure professionnelle des migrants ruraux et urbains : alors que l’orientation professionnelle des premiers s’alignait sur celle de la population autochtone, cette dernière renforçait les caractéristiques de la population migrante dans son ensemble.

  • 50 Même s’ils fournissaient un nombre important de brasseurs, Tienen, Hoegaarden et les villages des a (...)
  • 51 Cf. aussi A. Thijs, Van werkwinkel... cit., p. 322-323.

22Le phénomène de spécialisation professionnelle liée à la provenance géographique était en fait très limité. Même à un niveau régional, on trouve peu d’indications de réseaux de migration en chaîne. Les boulangers étaient recrutés dans des localités de la Campine du Nord, du Brabant du Sud ou des environs d’Anvers comme les brasseurs ou les cochers50. Les migrants ruraux de l’intérieur du Duché du Brabant avaient en effet un profil professionnel comparable, caractérisé par une forte concentration dans les secteurs d’activité drainant des habitants des campagnes : le commerce, le transport, l’industrie alimentaire et le service domestique. En revanche, les migrants qui provenaient de régions plus lointaines reflétaient les spécialités de leur province d’origine : par exemple, la prédominance relative de migrants ruraux du Brabant Septentrional et du Comté de Flandre dans l’industrie textile provenait de l’existence d’une proto-industrie textile dans ces régions51. Toutefois, ce phénomène n’a que peu d’importance au regard de circuits migratoires qui restaient régionaux et de courte distance, et pour lesquels l’écart avec le profil professionnel dominant était ténu. Le seul secteur dans laquelle la spécialisation régionale semble avoir joué un rôle significatif était celui du transport intra-urbain de marchandises où les migrants de la région de la Campine occupaient une place de premier plan.

  • 52 Voir l’exemple du boulanger Jacques Smeyers, discuté ci-dessous.
  • 53 Par exemple, parmi les sept personnes du nom de Verbuecken qui venaient d’Herentals et qui ont acqu (...)

23Ces observations sur la rareté des cas de spécialisation professionnelle locale et régionale ne signifient pas que les réseaux et les liens avec le lieu d’origine n’aient joué aucun rôle, mais elles tendent à montrer que ces connections opéraient à niveau d’interaction sociale à la fois plus larges et plus étroits. D’une part, ces réseaux fonctionnaient en majeure partie à l’échelle de l’individu, du ménage et de la famille : un assistant ou un apprenti était enclin à travailler pour un maître qui venait du même village, ou qui avait des liens établis avec le village d’origine ou la famille du migrant52. D’autre part, comme ces connections étaient fortement ancrées dans un réseau plus vaste de relations entre Anvers et ses environs, de nombreux migrants pouvaient probablement avoir recours à des réseaux de famille et de connaissances qui n’étaient pas liés à leur profession53.

24La forte concentration des migrants dans les secteurs du personnel de service, du petit commerce, du transport, de l’industrie alimentaire et dans certaines branches de la construction et du travail du bois s’explique par une origine rurale marquée et par une faible différenciation professionnelle. Dans ce contexte, quelle était la marge de manœuvre individuelle, familiale et collective des migrants ? Dans quelle mesure leur situation professionnelle était-elle le résultat d’une stratégie de positionnement réussie appuyée sur les avantages comparatifs plutôt qu’une conséquence ‘passive’ des limites inhérentes à leur origine ?

  • 54 A l’exception bien entendu du secteur du personnel de service : C. Bruneel, Bijdrage... cit., p. 10 (...)
  • 55 Basé sur un croisement entre les données du recensement de 1796 et quatre sources fiscales, à savoi (...)

25Dans la mesure où l’acquisition du statut de poorter était une indication d’un bien-être relatif et de réussite économique, la confrontation entre le profil professionnel de la population migrante dans son ensemble avec celui des nouveaux poorters entre 1750 et 1796, suggère que les migrants réussissaient mieux dans les branches dans lesquelles ils étaient les plus nombreux, particulièrement dans les secteurs du commerce, des auberges et du transport54. Le grand nombre d’immigrés qui en 1796 étaient inscrits comme boutiquiers, aubergistes, membres d’une ‘nation’ ou maîtres boulangers – des activités indépendantes qui nécessitaient un certain apport de capital – laisse entendre qu’une partie de la population migrante pouvait être comptée parmi la petite bourgeoisie. Que les migrants aient rencontré une certaine réussite professionnelle est aussi attesté par la relation entre métier et position fiscale, comme l’a démontré De Belder pour la totalité de la population anversoise55. Il ressort que les secteurs dans lesquels les migrants étaient fortement représentés étaient aussi ceux qui comptaient proportionnellement le moins de pauvres.

  • 56 Les ménages «sans ressources» sont ceux qui ne figuraient dans aucune des sources fiscales (voir no (...)
  • 57 J. De Belder, Elementen... cit., p. 102-107, sur base d’un échantillonnage sélectif.

26Mais si les migrants tendaient à investir les secteurs les plus lucratifs, ils étaient dans l’ensemble plus pauvre que la population autochtone qui exerçait le même métier. Suivant les analyses De Belder, près de 66 % des immigrés en 1796 appartenaient à des ménages sans ressources du point de vue fiscal, contre 58 % de la population de souche56. Ce pourcentage élevé était toutefois tributaire de la la catégorie des domestiques et des travailleurs logés, qui, en absence d’impositions fiscales, étaient automatiquement qualifiés comme sans ressources, et qui comptaient dans ses rangs surtout des immigrés. L’inscription des migrants de cette catégorie était liée à une phase spécifique du cycle de vie et donc temporaire par nature. Quand on en fait abstraction, le taux de pauvres parmi les migrants ne s’élève plus qu’à 46 % contre 57 % pour les autochtones. Les migrants semblent avoir surtout renforcé les rangs des groupes intermédiaires sur l’échelle d’aisance, ce qui indique encore une fois l’importance de ceux qui géraient des petites et moyennes entreprises. Parmi les migrants qui séjournaient déjà dans la ville depuis plus de vingt ans, la part de ceux qui avaient des revenus foncières et/ou tenaient des patentes (requis pour toute activité commerciale ou artisanale indépendante) s’élevait même à 59 %57.

Carrières et cycle de vie

  • 58 A titre de lignes directrices, sont mentionnés ici, par catégorie professionnelle, l’âge moyen (AM) (...)

27La remarque précédente démontre que, pour évaluer la position socioéconomique des migrants, la prise en compte de la dimension temporelle est fondamentale. Les migrants étaient ainsi plus fortunés à mesure qu’ils séjournaient dans la ville, et leur positionnement professionnel évoluait selon la durée de leur séjour. Les domestiques et les travailleurs subordonnés se rencontraient parmi les immigrés récents, alors que la part des entrepreneurs et artisans était plus grande parmi les immigrés de longue durée. Ces différences étaient aussi bien liées au cycle de vie et à la mobilité sociale qu’aux modalités du départ : alors qu’une partie des anciennes filles de service épousaient des maîtres indépendants ou que d’anciens garçons devenaient entrepreneurs, d’autres quittaient la ville à la fin de leur service, quand certains demeuraient en ville sans que leur position socioéconomique ne connût d’avancées significatives. Quels secteurs présentaient les meilleures possibilités de mobilité sociale ? Il n’est bien entendu pas possible de reconstituer sur la base des sources utilisées des parcours personnels. Cependant, la fréquence d’une profession selon la durée d’installation et selon l’âge est un bon indicateur de la direction et de l’intensité de la mobilité interprofessionnelle58.

  • 59 AM : 29, PM : 1%, R1 : 31, R2 : 51; comparer avec l’ensemble des migrants féminins : AM : 43, PM : (...)

28Chez les femmes, l’influence du cycle de vie sur l’activité professionnelle était manifeste. La profession la plus courante – domestique – était clairement liée à l’entrée dans l’âge adulte, et connaissait une forte défection à mesure que la durée du séjour augmentait, dans le sens où les filles de service qui habitaient en ville depuis plus de dix ans étaient beaucoup moins nombreuses que celles arrivées dans les 10 années qui précèdent le recensement59. Par ailleurs, à côté du nombre de femmes dont le métier n’est pas spécifié, c’était surtout celui des ouvrières du textile, des boutiquières, des cabaretières, des repasseuses et des blanchisseuses qui augmentait fortement parmi les immigrantes de longue durée ; ces professions présentaient en outre un profil plus âgé. Elles offraient alors les plus importantes sources de revenus que les femmes d’origine rurale sans spécialisation pouvaient espérer alors qu’elles se trouvaient à un moment de leur vie où la position de bonne était exclue. Bien que nous ne puissions cartographier les trajectoires elles-mêmes, ces données suggèrent qu’une large part des femmes migrantes actives dans ces métiers se composait d’anciennes domestiques qui s’étaient mariées et installées en ville à l’issue de leur service.

  • 60 Cf. L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 50.
  • 61 Voir A. Winter, Migrants... cit., p. 94-96 pour une discussion des préférences maritales des immigr (...)
  • 62 SAA, MA, BZA, D4 : Wijk 4, Cahier 8, nr. 1085 (St Antoniusstraat).
  • 63 Comparer SAA, MA, BZA, D1 : Wijk 1, Cahier 4, Jeruzalemstraat nr. 4 avec J. Verbeemen, Emigratie... (...)

29Les données anversoises indiquent que plus des deux tiers des femmes migrantes commençaient leur séjour comme fille de service. Une part importante sinon la plus importante d’entre elles repartait sans aucun doute chez elles ou vers d’autres lieux à l’issue de leur service60. Comme la fin du service était souvent liée au mariage, la rencontre du futur époux avait probablement une influence importante sur le choix de rester ou non en ville61. Les implications socioéconomiques des changements professionnels parmi les immigrées mariées sont difficiles à esquisser en l’absence d’informations complémentaires. Il est cependant peu probable que des ménages dont la femme travaillait comme dentellière, repasseuse ou blanchisseuse aient appartenu aux couches aisées de la population urbaine. Emblématique dans ce contexte est la situation de la fileuse de coton Elisabeth Hoppenbrouwers, âgée de 53 ans et immigrée de Baarle-Hertog quand elle en avait 19 ; elle s’était entre-temps mariée à un ouvrier de soie anversois réputé « sans fortune »62. Pour les nombreuses femmes au foyer, les boutiquières ou les cabaretières, l’évolution était plus contrastée au vu des différences de statut socio-économique que pouvaient recouvrir ces vocables. Catharina Dirckx, par exemple, avait immigrée à l’âge de 18 ans du village Campinoise de Brecht et avait 53 ans au moment du recensement ou elle restait inscrit « sans profession », épouse du marchand épicier aisé Joseph Verbueken – lui même originaire de Herentals. Les registres de poorters la cataloguaient néanmoins comme boutiquière quand elle acquit le droit de bourgeoisie en 1783 – une indication suggérant qu’elle contribua elle-aussi au succès commercial du ménage63.

  • 64 Le personnel administratif, comme les «écrivains» et les «employés» étaient très fortement représen (...)
  • 65 Ouvriers en boulangerie et domestiques (N = 29) : AM : 26, PM : 21%, R1 : 25, R2 : 40; boulangers ( (...)
  • 66 Comparer SAA, MA, BZA, D4 : Wijk 4, Cahier 5, no 626 (Boeksteeg) avec J. Verbeemen, Emigratie... ci (...)

30Chez les hommes, les trajectoires professionnelles étaient plus complexes et diversifiées. Les domestiques, les garçons brasseurs, les garçons boulangers, les garçons boutiquiers et les garçons barbiers se recrutaient parmi des migrants jeunes fraîchement arrivés64. Le nombre de voituriers, boutiquiers, boulangers, fileurs, aubergistes, charpentiers et membres des ‘nations’ augmentait au contraire fortement à mesure que les migrants restaient plus longtemps en ville et étaient d’âge plus mûr. Beaucoup de ces métiers exigeaient une expérience et une mise de fonds qui n’étaient accessibles qu’après une période d’apprentissage et d’épargne. Les anciens domestiques et ouvriers n’avaient pas grande chance de parvenir au statut de maître indépendant ou d’entrepreneur dans tous les secteurs. La promotion interne semble assez forte chez les boulangers où une part non négligeable des anciens garçons devenaient des maîtres après une certaine période d’apprentissage65. Un exemple d’un tel parcours est donné par Jacques Smeyers, de Retie, enregistré dans le recensement comme boulanger, âgé de 54 ans, doté d’une « petite fortune » dans le Boeksteeg prolétaire et qui avait immigré 30 ans auparavant à l’âge de 24 ans, probablement comme garçon boulanger. En juin 1782, il fut inscrit comme boulanger dans les livres des poorters, au moment où vraisemblablement il s’installa comme boulanger indépendant ; il approchait alors de la quarantaine, avait vécu et travaillé à Anvers depuis plus de 16 ans66.

  • 67 Sur l’importance de la migration urbaine de ‘formation’ pour aspirant chirurgien-barbier de la camp (...)
  • 68 Il y a beaucoup trop peu de magasiniers enregistrés (N=19) pour que cela ait constitué un parcours (...)

31Nous rencontrons une situation toute différente chez les brasseurs. Quand 57 garçons et ouvriers en brasserie sont recensés comme immigrés, 13 des 16 brasseurs-entrepreneurs étaient originaires de la ville. Les possibilités de se mettre à son compte étaient donc très faibles dans la brasserie qui requérait un apport de capital et des connaissances techniques. Comme les ouvriers étaient jeunes, leur faible présence parmi les strates supérieures de la profession vient du fait qu’ils quittaient vite la ville ou changeaient de métier. Ceci vaut aussi pour les garçons barbiers et les domestiques. Il est probable que leur séjour à Anvers visait à acquérir une expérience professionnelle qui pouvait être valorisée ailleurs, tandis qu’une part des domestiques, comme les servantes, retournaient vraisemblablement chez eux après leur période de service67. Une part importante des migrants actifs dans ces ‘métiers jeunes’ sans possibilités directes de promotion avait intégré que leur mobilité était temporaire. On rencontre, par ailleurs, dans des ‘métiers âgés’ un certain nombre d’activités indépendantes, en particulier celles de boutiquier, de membres de ‘nation’ ou d’aubergistes, qui ne requéraient pas de préparation et qui ont, de la sorte, attiré des hommes en provenance d’autres secteurs68. Enfin, il y avait aussi des positions subalternes occupées par des personnes plus âgées, en particulier celles d’ouvrier maçon, d’ouvrier tailleur de pierre ou de journalier, ce qui démontre l’existence d’une mobilité sociale horizontale.

  • 69 Comparer SAA, MA, BZA, D4 : Wijk 4, Cahier 16, no 2477 (Suikerrui) avec J. Verbeemen, Emigratie. . (...)
  • 70 Cf. I. Krausman Ben-Amos, Adolescence... cit., p. 217 et sq; S. L. Kaplan, The bakers of Paris and (...)

32Vu la plus grande diversité dans les activités professionnelles, il est difficile de statuer, de façon univoque, sur l’orientation de la mobilité interprofessionnelle dans les trajectoires masculines. En général, les migrants semblent avoir connu les meilleures chances de mobilité sociale dans les secteurs où ils étaient fortement représentés, ce qui démontre l’importance des avantages comparatifs, et suggère un rôle de soutien des réseaux familiaux et sociaux et des filières de migration. C’est ainsi que le susmentionné boulanger Jacques Smeyers, immigrant à Anvers à l’âge de 24 ans, marchait dans les pas de son homonyme, Peter Smeyers, issu du même village et exerçant le même métier, qui était arrivé dans la ville un an auparavant, s’installa comme boulanger indépendant en 1771 et fut enregistré à 64 ans comme boulanger bien établi au Suikerrui69. Etant donné la mise de fonds et la préparation requises pour s’installer finalement comme aubergiste, boutiquier, membre d’une ‘nation’ ou boulanger – pour ne citer que les professions indépendantes les plus fréquentes – ce parcours n’était pas à la portée des moins fortunés. Il est donc plausible qu’une part appréciable des futurs migrants occupant des positions intermédiaires étaient déjà au moment de leur immigration prédestinés, dans le sens où ils provenaient de familles présentes dans ces secteurs professionnels ou dotées d’un capital de réserve, et qu’ils partaient sciemment en ville pour acquérir une expérience en vue de leur future installation comme indépendants70.

33En ce sens, le fait de rester ou non était le fruit d’une sélection sociale importante. À l’inverse, ceux qui repartaient ne doivent pas nécessairement être considérés en situation d’échec. La majorité des mouvements migratoires des temps modernes vers les villes avaient en effet un caractère temporaire, lié à une étape spécifique de la vie et dicté par des objectifs précis, tels que l’acquisition d’expériences, l’apprentissage ou la constitution d’une réserve financière. Dans cette optique, le séjour temporaire à Anvers de jeunes hommes et femmes comme filles de service, domestiques, ouvriers brasseurs ou apprentis barbiers pouvait être couronné de succès dans la mesure où il remplissait les objectifs de départ.

Conclusion

34À Anvers dans la seconde moitié due xviiie siècle, le nombre relativement faible d’immigrés, le rayon de recrutement restreint et la prépondérance des circuits de migration verticaux reflétaient une spécialisation de la ville dans les industries textiles à bas salaires, qui furent alimentées essentiellement par l’offre importante de main d’œuvre disciplinée et bon marché qui était disponible dans la ville elle-même. Le caractère proto-industriel d’Anvers induisit un sous-développement du secteur des services et d’autres branches industrielles qui auraient pu créer plus d’options attractives pour des candidats immigrants. Les opportunités présentes se situaient en majeure partie dans des secteurs locaux d’approvisionnement qui étaient traditionnellement alimentés par des circuits de recrutement verticaux. La majorité des immigrés venait donc des territoires sablonneux faiblement peuplés de l’est de la ville qui constituaient traditionnellement l’arrière pays de la métropole.

35Le profil rural de la majorité des migrants limitait leur insertion dans le marché du travail urbain aux activités qui exigeaient des aptitudes peu spécialisées et/ou que l’on rencontrait aussi dans la plupart des villages. Bien que les migrants fussent présents dans les secteurs d’activités présents dans les campagnes et peu spécialisés, ils n’occupaient pas pour autant une position de second rang. Dans la limite des contraintes posées par la conjoncture locale, l’origine géographique et les relations de la ville avec son arrière-pays, subsistait une importante marge de manœuvre sur le plan du statut socioéconomique et de la mobilité sociale. La durée du séjour semble avoir été un facteur important. Deux trajectoires principales peuvent être différenciées ici : d’un côté, un large groupe de migrants qui venaient en ville, suivant un cycle de vie, pour quelques années dans le but d’acquérir de l’expérience ou de se constituer un bas de laine ; et, de l’autre côté, un groupe qui restait de façon plus ou moins définitive dans la ville. Bien qu’une partie de ceux-ci aient été maintenus dans un état de pauvreté, une grande partie des migrants stables accédaient à l’indépendance économique et à la reconnaissance sociale. Dans ce parcours, il semble qu’une partie des migrants ait profité des avantages que pouvaient leur fournir leurs relations avec l’arrière-pays pour obtenir un statut socioéconomique qui, globalement, dépassait largement celui de la population autochtone. Entre autres, les membres des ‘nations’, les boutiquiers et les boulangers immigrés pouvaient se prévaloir d’un accès privilégié aux marchés du travail et des marchandises dans les environs proches de la ville pour renforcer leur forte position. De tels avantages étaient moins présents chez d’autres migrants à long terme, comme les menuisiers ou les ouvriers du bâtiment, de sorte que leur courbe de mobilité sociale restait plate.

  • 71 Une version préliminare des résultats presentés ici est parue dans De microcontext van stedelijke g (...)

36Bien que le poids des migrants à Anvers à la fin de l’Ancien Régime fût faible en comparaison de beaucoup d’autres villes des temps modernes, leur présence n’en était pas moins indispensable pour le fonctionnement d’une économie urbaine qui était dans une large mesure basée sur une division du travail entre des emplois industriels relativement spécialisés, principalement exercés par des travailleurs urbains, et des fonctions de service et de soutien dans lesquelles les migrants étaient fortement représentés. Un apport permanent de forces vives principalement jeunes et temporaires fournissait à Anvers le gros de son personnel de service et plus de 60 % de l’ensemble des travailleurs subalternes des industries non-textile (menuiserie, brasserie et maçonnerie) tandis que les migrants permanents jouaient de leur côté un rôle clé dans les tâches d’approvisionnement et de distribution de la ville. L’échelle et la portée de ces incessants mouvements de va-et-vient, et donc l’importance de la migration du travail pour le fonctionnement de l’économie et du marché du travail anversois étaient dans la réalité encore plus grands que la coupe réalisée à partir du recensement de la populationne le laisse entendre71.

Haut de page

Annexe

Éclairage méthodologique

Le recensement de 1796 n’enregistre nominalement que les habitants de plus de 12 ans – les enfants étant juste dénombrés – de sorte que seuls les migrants ‘adultes’ peuvent être identifiés72. Dans les cahiers préservés, seuls les migrants des premier et quatrième quartiers ont été sélectionnés, car ce sont les seuls pour lesquels le lieu de naissance était indiqué. Ensemble, ces deux quartiers regroupaient près de la moitié de la population urbaine intra muros. Bien qu’ils présentent quelques légères variantes en termes de structure professionnelle avec le reste de la ville, ces différences ne remettent cependant pas en cause la représentativité des résultats présentés73. En décomptant le nombre des migrants sélectionnés des tableaux de fréquence par profession et par quartier dressés par De Belder, des chiffres sur les autochtones et les immigrés pouvaient être obtenus à chaque fois pour l’ensemble des deux quartiers en question avec une mince marge d’erreur74. Il n’est pas possible dans le cadre de cet article d’approfondir les problèmes de fiabilité qui compliquent l’interprétation des données sociogéographiques retenues75. Malgré les problèmes identifiés, le recensement de 1796 offre néanmoins un aperçu exceptionnel des structures socioéconomiques de la seconde moitié du xviiie siècle et une valeur fortement indicative, à défaut d’être strictement représentative, peut être accordée aux données du recensement.

Haut de page

Notes

1 S. Hochstadt, Migration in preindustrial Germany, dans Central European History, 16, 3, 1983, p. 195-224; L. P. Moch, Moving Europeans : migration in western Europe since 1650, Bloomington & Indianapolis, 2003, p. 44.

2 J. de Vries, European urbanization, 1500-1800, Londres, 1984, p. 200 et sq.; L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 43 et sq.

3 Entre autres J. Ehmer, Worlds of mobility : migration patterns of Viennese artisans in the eighteenth century, dans G. Crossick (éd.), The artisan and the European town, ca. 1500-1900, Aldershot, 1997, p. 172-99; M. Garden, Lyon et les Lyonnais au 18e siècle, Paris, 1970, p. 51-67; J.-P. Poussou, Bordeaux et le Sud-Ouest au xviiie siècle : croissance économique et attraction urbaine, Paris, 1983, p. 25-36, 114-49; A. Knotter et J. L. Van Zanden, Immigratie en arbeidsmarkt te Amsterdam in de 17e-eeuw, dans Tijdschrift voor sociale geschiedenis, 13, 1987, p. 403-431; E. E. Kuijpers, Migrantenstad : Immigratie en sociale verhoudingen in 17e-eeuws Amsterdam, Hilversum, 2005, chapitre 6; L. Lucassen et B. de Vries, The rise and fall of a West-European textile-worker migration system : Leiden, 15861700, dans G. Gayot et P. Minard (éd.), Les ouvriers qualifiés de l’industrie (16e-20e siècle) : Formation, emploi, migrations, Lille, 2001, p. 23-42; R. Rommes, Oost, west, Utrecht best? Driehonderd jaar migratie en migranten in de stad Utrecht (begin 16debegin 19de eeuw), Amsterdam, 1998, p. 151-71; D. Souden, Migrants and the population structure of later seventeenth-century provincial cities and market towns, dans P. Clark (éd.), The transformation of English provincial towns, 1600-1800, Londres, 1985, p. 133-168.

4 P. Bourdelais, Demographic changes in European industrializing towns, dans History of the Family, 5, 2000, p. 363-364; P. Clark, Migrants in the city : the process of social adaptation in English towns, 1500-1800, dans P. Clark et D. Souden (éd.), Migration and society in early-modern England, Londres 1987, p. 277-278; L. Lucassen, Bringing structure back in. Economic and political determinants of immigration in Dutch cities, 1920 1940, dans Social Science History 26, 2002, p. 503-29; L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 131-134; E. Morawska, Insecure prosperity. Small-town Jews in industrial America, 1890-1940, Princeton, 1996, p. 31-33; R. Rommes, Oost, west... cit., p. 133-51; D. Souden, Migrants... cit., p. 158-160.

5 Il s’agit d’un côté de l’impact des facteurs de répulsion possibles, comme chez P. Clark, The migrant in Kentish towns 1580-1640, dans P. Clark et P. Slack (éd.), Crisis and order in English towns, 1500-1700, Londres, 1972, p. 117-63. Un autre scenario est celui des modèles régionaux ou locaux de spécialisation professionnelle : A. Knotter et J. L. van Zanden, Immigratie... cit.; P. Lourens et J. Lucassen, Arbeitswanderung und berufliche Spezialisierung. Die lippischen Ziegler in 18. Und 19. Jahrhundert, Osnabrück, 1999; C. Maitte, Cooperation et concurrence entre verriers migrants à l’époque moderne, dans P. Gonzalez-Bernaldo, M. Martini et M.-L. Pelus-Kaplan (éd.), Étrangers et sociétés : représentations, coexistences, interactions dans la longue durée, Rennes 2008, p. 317-36; A. Poitrineau, Aspects de l’émigration temporaire et saisonnière en Auvergne à la fin du xviiie et au début du xixe siècle, dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 9, 1962, p. 11-23; M. Schrover, Potverkopers, vijlenkappers, winkeliers en stuka doors. Nichevorming onder Duitse migranten in de negentiendeeeuwse stad Utrecht, dans Tijdschrift voor Sociale Geschiedenis, 26, 2000, p. 300.

6 C. Lesger, Informatiestromen en de herkomstgebieden van migranten in de Nederlanden in de Vroegmoderne Tijd, dans Tijdschrift voor Sociale en Economische Geschiedenis, 3, 2006, p. 8-11; S.A. Wegge, Chain migration and information networks : Evidence from nineteenth-century Hesse-Cassel, dans Journal of Economic History, 58, 1998, p. 957-987; M. Schrover, Potverkopers... cit., p. 294-300; E. Kuijpers, Migrantenstad : Immigratie en sociale verhoudingen in 17e-eeuws Amsterdam, Hilversum, 2005, p. 214-44.

7 Cf. le macro-méso-micro-modèle tel que décrit par L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 6-9, 13-16.

8 Archives de la ville d’Anvers [SAA], Modern Archief [MA], Bevolkingszaken [BZA], D 1-5, Telling Jaar IV. Voir l’appendice pour un court commentaire méthodologique.

9 J. De Belder, Elementen van sociale identiteit van de Antwerpse bevolking op het einde van de 18de eeuw. Een kwantitatieve studie (Thèse de doctorat, Université de Gand), 1974. Voir l’appendice.

10 Comme des bans de marriage ou des listes de nouveaux citoyens. Voir, entre autres : C. Bruneel, Les migrations entre villes et campagnes. L’exemple des Pays-Bas méridionaux, dans Le migrazioni in Europa secc. xiii-xviii, Prato, 1994, p. 501-532; Id., Bijdrage van de poorterboeken tot de historische demografie. Kritische bedenkingen bij het voorbeeld van Antwerpen, dans Tijdschrift van het Gemeentekrediet, 172, 1990, p. 101-110; A. Knotter et J. L. Van Zanden, Immigratie... cit.; E. Kuijpers, Immigrantenstad... cit.

11 P. Clark, Migration in England during the late seventeenth and early eighteenth centuries, dans P. Clark et D. Souden (éd.), Migration, p. 221-226; J. Ehmer, Worlds of mobility... cit., p. 182-3; L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 47-49; J.-P. Poussou, Bordeaux... cit., p. 63-150; Id., Mobilité et migrations, dans J. Dupâquier (éd.), Histoire de la population française, vol. 2 : De la Rénaissance à 1789, Paris, 1988, p. 99-143, 116-120; I. Whyte, Migration and society in Britain, 1550-1830, Basingstoke, 2000, p. 67-71. Comparer avec J. Patten, Patterns of migration and movement of labour to three pre-industrial East-Anglian towns, dans P. Clark et D. Souden (éd.), Migration, p. 77-106; P. Kooij, Migrants in Dutch cities at the end of the nineteenth century, dans D. Menjot et J.-L. Pinol (éd.), Les immigrants et la ville : insertion, intégration, discrimination (xiie-xxe siècles), Paris, 1996, p. 193-206.

12 Voir entre autres J. Ehmer, Worlds of mobility... cit., p. 188-194.

13 J.-P. Poussou, Mobilité... cit., p. 116-120; L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 46-47.

14 Cf. A. Knotter et J. L. Van Zanden, Immigratie; Whyte, Migration, p. 68, 71-81; E. Kuijpers, Migrantenstad... cit., p. 85-92.

15 B. Blondé, Een economie met verschillende snelheden. Ongelijkheden in de opbouw en de ontwikkeling van het Brabantse stedelijke netwerk, ca 1750-ca 1790, Bruxelles, 1999, p. 168-230; B. Blondé et H. Deceulaer, The port of Antwerp and its hinterland : port traffic, urban economies and government policies in the 17th and 18th centuries, dans R. Ertesvåg, D.J. Starkey et A. Tove Austbø (éd.), Maritime industries and public intervention, Stavanger, 2002, p. 21-44; L. Michielsen, De handel, dans Antwerpen in de achttiende eeuw : Instellingen, economie, cultuur, Anvers, 1952, p. 94-122; A. Thijs, The river Scheldt closed for two centuries, 1585-1790, dans F. Suykens (éd.), Antwerp : a port for all seasons, Deurne, 1986, p. 172-202;

16 C. Lis, Sociale politiek in Antwerpen, 1779. Het controleren van de relatieve overbevolking en het reguleren van de arbeidsmarkt, dans TSG, 2, 1976, p. 152-153; Id., Social change and the labouring poor : Antwerp, 1770-1860, New Haven, 1986, p. 6-16; A. Thijs, Van ’werkwinkel’ tot ’fabriek’. De textielnijverheid te Antwerpen (einde 15de-begin 19de eeuw), Bruxelles, 1986.

17 B. Blondé, Een economie... cit.

18 J. Verbeemen, Mechelen in 1796. Demografische en sociaal-economische studie, dans Handelingen van de Koninklijke Kring voor Oudheidkunde, Letteren en Kunst van Mechelen, 1954, p. 140; C. Gyssels et L. van der Straeten, Bevolking, arbeid en tewerkstelling in de provincie Antwerpen op het einde van het ancien régime, s.l., s.d. [1990], p. 84. Le pourcentage invraisemblablement bas de 21 pour cent pour Bruxelles cité dans A. Cosemans, Bijdrage tot de demografische en sociale geschiedenis van de stad Brussel, 1796-1846, Bruxelles, 1966, p. 81, est basé sur des totaux incomplets, établis de façon erronée, vis-à-vis des totaux incluant les enfants, et utilise des données manifestement fausses (comparer par exemple le nombre d’immigrants indiqué dans la première section avec celui mentionné par R. Bruyninckx et M. De Metsenaere, De rekrutering van de Brusselse bevolking op basis van de telling van het jaar XI, dans Taal en sociale integratie, 4, 1981, p. 187. Un recalcul du pourcentage de Cosemans pour les quatre autres quartiers où le nombre de migrants a été compté livre une proportion de migrants d’au moins 34% de la population âgée de plus de douze ans.

19 C. Bruneel, La population du duché de Brabant en 1755, dans Bijdragen tot de Geschiedenis, 58, 1975, p. 232-235; J. Verbeemen, De werking van economische factoren op de stedelijke demografie der xviie en der xviiie eeuw in de Zuidelijke Nederlanden, dans Revue Belge de Philologie et d’Histoire, 34, 1956, p. 680-700.

20 Les listes des nouveaux citoyens de la ville – une sélection sociale de la totalité des nouveaux venus – reflètent les mêmes tendances : B. Blondé, Een economie... cit., p. 275-80; C. Bruneel, Les migrations... cit., p. 511-2; J. Verbeemen, Immigratie te Antwerpen, dans Mededelingen van de Geschied – en Oudheidkundige Kring voor Leuven en omgeving, 1959, p. 81-100.

21 Cf. B. Blondé, Een economie... cit., p. 133-136, 143-153, 160-161, 168-230; H. Deceulaer, Urban artisans and their countryside customers : Different interactions between town and hinterland in Antwerp, Brussels and Ghent, dans B. Blondé, E. Vanhaute et M. Galand (éd.), Labour and labour markets between town and countryside (Middle Ages-19th century), Turnhout, 2001, p. 218-235; Id., Pluriforme patronen en een verschillende snit : sociaal-economische, institutionele en culturele transformaties in de kledingsector in Antwerpen, Brussel en Gent, ca 1585-1800, Amsterdam, 2001, p. 57; Gyssels et van der Straeten, Bevolking, p. 132-137; A. Kappelhof, Toenemende spanningen, dans R. Van Uytven (éd.), De geschiedenis van Brabant van het hertogdom tot heden, Zwolle, 2004, p. 529-537; P. Klep, Bevolking en arbeid in transformatie. Een onderzoek in Brabant, 1700-1900, Nijmegen, 1981, p. 28-31, 215, 226-227; M. Van Dijck et W. Peeters, Algemene karakterschets van Vlaams-Brabant : Eenheid en verscheidenheid, dans J. De Maeyer et P. Heyrman (éd.), Geuren en kleuren : Een sociale en economische geschiedenis van Vlaams-Brabant, Louvain, 2001, p. 21-39, 26-27, 34-36; R. Van Uytven, Peiling naar de beroepsstructuur op het Brabantse platteland omstreeks 1755, dans Bijdragen tot de Geschiedenis, 55, 1972, p. 190-197; E. Van-haute, Heiboeren. Bevolking, arbeid en inkomen in de 19deeeuwse Kempen, Bruxelles, 1992, p. 27-36, 130-132; E. Vliebergh, De landelijke bevolking der Kempen gedurende de 19de eeuw : Bijdrage tot de economische geschiedenis, Bruxelles, 1906; Id. et R. Ulens, Het Hageland : Zijne plattelandsche bevolking in de 19de eeuw. Bijdrage tot de studie der economische en sociale geschiedenis, Bruxelles, 1919.

22 J.-P. Poussou, Mobilité... cit., p. 116-118.

23 Ceci durera jusqu’au xixe siècle avant que l’accélération de la croissance démographique dans la campagne brabançonne ne se traduise en une relocalisation géographique générale de la population du Brabant : P. Klep, Bevolking,... cit., p. 47-48, 55 et suivantes.

24 J. Lucassen et L. Lucassen, The mobility transition revisited, 1500-1900 : What the case of Europe can offer to global history, dans Journal of Global History, 4, 2009, p. 351-352.

25 Comme par exemple dans le cas des filles de service ou des apprentis, cf. I. Krausman Ben-Amos, Adolescence and youth in early modern England, New Haven, 1994, p. 39 et suivantes.

26 Entre autres H. Bras, Zeeuwse meiden. Dienen in de levensloop van vrouwen, 1850-1950, Amsterdam, 2002.

27 B. De Munck, Technologies of learning : apprenticeship in Antwerp guilds from the 15th century to the end of the ancien régime, Turnhout, 2007, p. 169-177, parvint à la même conclusion, en particulier pour le xviiie siècle.

28 R. Van Uytven, Peiling... cit. Même s’ils avaient migré vers un autre centre urbain dans le région avant de venir à Anvers, ceci n’aurait pas élargi leur bagage professionnel dans une mesure substantielle. La plupart des centres urbains dans le région comptaient à peine plus de 5000 habitants, fonctionnaient primordialement comme centres commerciales pour leur arrière-pays, et avaient une variation professionnel qui n’écartait pas trop de celle des villages : B. Blondé et R. Van Uytven, De smalle steden en het Brabantse stedelijke netwerk in de Late Middeleeuwen en de Nieuwe Tijd, dans Lira elegans, 6, 1999, p. 168-82; Vliebergh et Ulens, Het Hageland.

29 P. Klep, Bevolking... cit., p. 224; A. Thijs, Van werkwinkel... cit., p. 370-372, 389-392. Les migrants qui étaient tout de même actifs dans la dentelle étaient le plus souvent aussi d’origine urbaine ou ils avaient immigré très jeunes.

30 A. Thijs, De zijdenijverheid te Antwerpen in de zeventiende eeuw, Liège, 1969, p. 14-17; Id., Van werkwinkel, p. 152, 184, 215-218, 370-371, 392 et passim.

31 Ainsi la plupart des femmes migrantes actives dans le secteur textile étaient soit mariées soit veuves; elles se trouvaient déjà dans la ville depuis un temps assez long et elles participaient en général à un ensemble de revenus du ménage plus large.

32 Que certains processus de production aient été sous-traités et organisés sur base familiale peut avoir compliqué davantage l’accès des migrants à certaines branches déterminées. Dans ce contexte, l’endogamie professionnelle était de loin la plus importante parmi les travailleurs du textile : de tous les migrants mariés du secteur du textile, la majorité était mariée avec un partenaire qui travaillait également dans le textile, qui dans ce cas était d’ailleurs souvent né à Anvers.

33 L’indication du statut de l’activité professionnelle (maître, compagnon, apprenti,...) dans le recensement de la population n’apparaît pas du tout d’une façon uniforme, univoque ou exhaustive. La part de ceux qui sont comptés en position ‘subordonnée’ est donc par définition une limite inférieure minimale, qui fournit néanmoins une bonne indication comme mesure des différences relatives entre divers sous-groupes, dans ce cas les autochtones et allochtones.

34 Cf. R. Van Uytven, Peiling..., p. 185, 188-189.

35 La grande importance des femmes dans le secteur peut d’un autre côté aussi refléter les changements dans le mode de consommation, qui se situaient surtout dans le domaine de l’habillement féminin : H. Deceulaer, Pluriforme patronen... cit., p. 191-196, 211-230. Sur les changements de mode du xviiie siècle sur le modèle parisien : I. Van Damme, Zotte verwaandheid. Over Franse verleiding en Zuid-Nederlands onbehagen, 1650-1750, dans R. de Bont et T. Verschaffel (éd.), Het verderf van Parijs, Louvain, 2004, p. 187-204. Il est en tout cas clair que les migrants masculins actifs dans le secteur de l’habillement étaient souvent des hommes jeunes qui avaient immigré enfants avec leurs parents.

36 Cf. L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 46-7. Qui a peut-être été renforcé dans ce cas précis par un effet de substitution conséquent à l’importance du travail des femmes et des enfants dans l’industrie textile d’Anvers.

37 La suppression officielle des nations peu de temps avant le recensement de la population complique l’identification des membres de nations, de sorte que leur nombre a été estimé (voir aussi H Deceulaer, Arbeidsregulering en loonvorming in de Antwerpse haven, 1585-1796, dans TSG, 8, 1992, p. 27 n. 20). Parmi les migrants qui sont devenus poorters entre 1751 et 1795, il y en avait même plus de 10 pourcents actifs dans le secteur des transports – la plupart comme compagnons de nations. Cette proportion était encore plus grande parmi les nouveaux poorters venant de Campine : comparer les chiffres de B. Blondé et H. Deceulaer, The port... cit., p. 40, 44, avec ceux de J. Verbeemen, Immigratie... cit., p. 99-100 et Id., Emigratie uit de Antwerpse Kempen, dans Oudheid en Kunst, 36, 1953, p. 3-68.

38 G. Asaert, G. Devos et F. Suykens (éd.), The naties in the port of Antwerp. Six centuries of activity in city and port, Tielt, 1993, p. 17-30; B. Blondé et H. Deceulaer, The port... cit., p. 37-40; H. Deceulaer, Arbeidsregulering... cit.

39 B. Blondé, Een economie... cit., p. 168 et sq; Id., Aux origines de la révolution des transports : l’exemple des chaussées ’belges’ au dix-huitième siècle, dans S. Curveiller et D. Clauzel (éd.), Les champs relationnels en Europe du Nord, 18ième-20ème siècles, Balinghem, 1998, p. 17-40; P. Leenders, Vrachtvoerders en Teuten : retourmigranten in de oude Brabantse en Luikse Kempen (1500-1920), dans Het oude land van Loon, 47, 1992, p. 167211; A. Thijs, The river... cit., p. 199-202; J. Van Hout, De Antwerpse herbergen, 1750-1850 (Mémoire de licence, Université Catholique de Louvain), 1981, p. 140-142. Les termes utilisés de «cocher» ou «voiturier» ne permettent pas de faire la distinction entre les voituriers intra ou extra-urbain.

40 Le fait que le statut de membre à la guilde de la boucherie était couplée à l’exploitation d’une des ‘banques de viande’ dont le nombre était fixe dans la Vleeshuis avait conduit à un système quasi héréditaire : F. Smekens, Ambachtswezen en ‘nieuwe nijverheid’, dans Antwerpen in de achttiende eeuw, p. 68. Un système analogue était aussi en vigueur chez les poissonniers.

41 Cf. entre autres N. Alexander en G. Akehurst (éd.), The emergence of modern retailing, 1750-1950, Londres, 1999.

42 B. Blondé et H. Greefs, Werk aan de winkel : de Antwerpse meerseniers : aspecten van kleinhandel en verbruik in de 17de en 18de eeuw, dans G. Devos (éd.), De lokroep van het bedrijf : handelaars, ondernemers en hun samenleving van de zestiende tot de twintigste eeuw, Anvers, 2001, p. 211-213.

43 Cf. B. Blondé, Winkelen te Lier : een onderzoek naar de afbakening van het Lierse hinterland in de achttiende eeuw, dans Het stedelijk netwerk in België in historisch perspectief (1350-1850), Bruxelles, 1992, p. 111-124; H. Deceulaer, Urban artisans... cit.; E. Steegen, Kleinhandel en stedelijke ontwikkeling : Het kramersambacht te Maastricht in de vroegmoderne tijd, Maastricht, 2006, p. 271-278.

44 Entre autres M. Schrover, Potverkopers... cit.

45 Entre autres L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 50.

46 Sur les problèmes de terminologie, voir entre autres Blondé et H. Greefs, Werk... cit. Sur le prix pour commencer une boutique : E. Steegen, Kleinhandel... cit., p. 237-245.

47 Cf. H. Deceulaer, Arbeidsregulering... cit.; F. Smekens, Ambachtswezen... cit., p. 68-70.

48 Bien que des individus pouvaient tout de même jouer ici un rôle important, cf. p. 72 et suivantes; A. Thijs, Van werkwinkel... cit., p. 322-323.

49 Concernant les frais d’adhésion des gildes respectives : F. Smekens, Ambachtswezen... cit., p. 69-70.

50 Même s’ils fournissaient un nombre important de brasseurs, Tienen, Hoegaarden et les villages des alentours n’étaient pas prédominants dans ce secteur; et les travailleurs qui en provenaient ne se limitaient pas à ce seul métier.

51 Cf. aussi A. Thijs, Van werkwinkel... cit., p. 322-323.

52 Voir l’exemple du boulanger Jacques Smeyers, discuté ci-dessous.

53 Par exemple, parmi les sept personnes du nom de Verbuecken qui venaient d’Herentals et qui ont acquis la citoyenneté entre 1746 et 1796, on compte deux boulangers, un maître d’école, un charpentier, un fabricant de caisses, et deux personnes dont on ne connaît pas le métier; parmi les trois bourgeois de Beerse appelés Van Laer, on compte un membre du nation, un médecin et un boutiquier (J. Verbeemen, Emigratie... cit., p. 9, 24-5). Malheureusement l’étendue et l’importance de ces réseaux et d’autres connections sociales ne sont que peu documentées par un recensement nominal statique – seuls des recoupements poussés avec d’autres sources telles que les livres de poorters ou les archives des corporations d’artisans pourraient nous éclairer davantage à ce sujet.

54 A l’exception bien entendu du secteur du personnel de service : C. Bruneel, Bijdrage... cit., p. 107-9, sur base des données rassemblées par J. Verbeemen, Emigratie... cit.

55 Basé sur un croisement entre les données du recensement de 1796 et quatre sources fiscales, à savoir les indemnités de guerre de 1794, l’emprunt forcé de l’an IV, l’impôt cadastral de l’an V, et les patentes de l’an VII : voir J. De Belder, Elementen... cit., p. lvi-lxxi.

56 Les ménages «sans ressources» sont ceux qui ne figuraient dans aucune des sources fiscales (voir note précédente).

57 J. De Belder, Elementen... cit., p. 102-107, sur base d’un échantillonnage sélectif.

58 A titre de lignes directrices, sont mentionnés ici, par catégorie professionnelle, l’âge moyen (AM) et la proportion de ceux qui sont (ont été) mariés (PM), qui constituent un indicateur pour le profil d’âge, et le ratio entre le nombre de personnes arrivées entre 1796-1787 et le nombre de personnes arrivées entre 1786-1777 (R1) et le ratio entre le nombre de personnes arrivées entre 1796-1787 et le nombre de ceux qui séjournaient depuis plus longtemps (R2) comme paramètres de rotation.

59 AM : 29, PM : 1%, R1 : 31, R2 : 51; comparer avec l’ensemble des migrants féminins : AM : 43, PM : 61%, R1 : 75, R2 : 224.

60 Cf. L. P. Moch, Moving Europeans... cit., p. 50.

61 Voir A. Winter, Migrants... cit., p. 94-96 pour une discussion des préférences maritales des immigrés et des autochtones.

62 SAA, MA, BZA, D4 : Wijk 4, Cahier 8, nr. 1085 (St Antoniusstraat).

63 Comparer SAA, MA, BZA, D1 : Wijk 1, Cahier 4, Jeruzalemstraat nr. 4 avec J. Verbeemen, Emigratie... cit., p. 11.

64 Le personnel administratif, comme les «écrivains» et les «employés» étaient très fortement représentés parmi les immigrés récents (1794-1796), mais ceci était dans une large mesure dû à l’établissement de l’appareil d’autorité français dans les mois du recensement.

65 Ouvriers en boulangerie et domestiques (N = 29) : AM : 26, PM : 21%, R1 : 25, R2 : 40; boulangers (sans spécification de statut + maîtres) (N = 65) : AM : 47, PM : 97, R1 : 400, R2= 1425; boulangers (explicitement maîtres) (N = 20) : AM : 47; PM : 100%; R1 & R2 : pas un seul immigré dans la période 1796-1787. Parmi les travailleurs du bois les indications sur la promotion souffrent d’un manque de spécifications du statut.

66 Comparer SAA, MA, BZA, D4 : Wijk 4, Cahier 5, no 626 (Boeksteeg) avec J. Verbeemen, Emigratie... cit., p. 45.

67 Sur l’importance de la migration urbaine de ‘formation’ pour aspirant chirurgien-barbier de la campagne, voir : A. Meulemans, Leuvense ambachten : de barbiers en de chirurgijns, dans Eigen Schoon en de Brabander, 39, 1956, p. 127.

68 Il y a beaucoup trop peu de magasiniers enregistrés (N=19) pour que cela ait constitué un parcours de préparation prépondérant au métier de boutiquier (N = 113). Il est possible qu’une partie des ‘simples commis’ (N=141) travaillaient dans les magasins, mais là encore il semble probable que d’autres chemin d’accès existaient.

69 Comparer SAA, MA, BZA, D4 : Wijk 4, Cahier 16, no 2477 (Suikerrui) avec J. Verbeemen, Emigratie. . . cit., p. 45. Quoique du recensement lui-même découlent peu d’indications directes à analyser sur le rôle des réseaux familiaux ou liés au village – voir note 53.

70 Cf. I. Krausman Ben-Amos, Adolescence... cit., p. 217 et sq; S. L. Kaplan, The bakers of Paris and the bread question, 1700-1775, Durham & Londres, 1996, p. 284-301.

71 Une version préliminare des résultats presentés ici est parue dans De microcontext van stedelijke groei : Posities en trajecten van immigranten op de Antwerpse arbeidsmarkt in de tweede helft van de achttiende eeuw, dans Stadsgeschiedenis, 1, 2, 2006, p. 122-147.

72 Vu le schéma de l’âge d’immigration, la proportion d’immigrés parmi les enfants était sans aucun doute faible. Elle s’élevait en 1830 pour Anvers à peine à 7 pour cent : J. Hannes, Bijdrage tot de ontwikkeling van een kwantitatiefkritische methode in de sociale geschiedschrijving (Thèse de doctorat, Université de Gand), 1969, vol. 2, annexe 4.1.

73 J. De Belder, Elementen... cit., p. 44-45, 227-238.

74 Voir A. Winter, Migrants... cit., p. 199-200.

75 Voir pour ceci, entre autres : B. Blondé, Een economie... cit., p. 79-83. Pour l’importance du recensement de 1796 pour la recherche sur les migrations : C. Bruneel, Les migrations... cit., p. 501-502, 522-524.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Données : Recensement 1796 (valid N = 5352)Fig. 1 – Âge au moment de l’immigration ( %)
Titre Tableau 1STRUCTURE PROFESSIONNELLE, 1796 ( %)
Légende Abréviations : A ( %) : distribution de la population active native d’Anvers ; I ( %) : distribution de la population active immigrée ; % I : pourcentage des immigrants par secteurDonnées : Voir appendice.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Winter, « Changer de place. Occupations, réseaux et carrières des immigrants à Anvers au xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 57-72.

Référence électronique

Anne Winter, « Changer de place. Occupations, réseaux et carrières des immigrants à Anvers au xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 12 mars 2013, consulté le 24 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/593 ; DOI : 10.4000/mefrim.593

Haut de page

Auteur

Anne Winter

Vrije Universiteit Brussel, anne.winter@vub.ac.be

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org