Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

Les migrations de travail comme ressources : verriers altarais et vénitiens, xvie-xviiie siècle

Work oriented migrations: Altaran and Venitian glassmakers in the 16th-18th century
Corine Maitte
p. 33-47

Résumés

Le renouveau historiographique concernant les migrations anciennes a mis en cause le modèle dominant de l’idéal sédentaire et de la mobilité comme contrainte. L’exemple des verriers altarais et vénitiens montre cependant que les migrations d’artisans ayant des qualifications identiques s’organisent de façon parfois très dissemblable, en fonction de la structure des communautés de départ et de l’insertion des projets migratoires dans le fonctionnement collectif du groupe. Si les circulations font partie, d’une façon ou de l’autre, de la culture commune de ces artisans, elles ont des significations économiques et sociales bien différentes. En schématisant, on peut dire que l’on trouve d’un côté des migrations d’opportunités personnelles ou familiales et de l’autre des migrations structurées et gérées par la corporation et la communauté. Dans un cas comme dans l’autre, ce travail hors les murs rapporte souvent bien plus que la paye escomptée sur place

Haut de page

Texte intégral

  • 1 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1949, C. A. (...)

1Les migrations de travail ont longtemps été considérées par les historiens comme des contraintes imposées à des individus ou à des groupes qui ne pouvaient faire autrement que de partir de chez eux, parce que les ressources locales étaient insuffisantes à les nourrir, parce que crise et misère se conjuguaient pour les arracher à leur terre natale : depuis Braudel, jusque Dûpaquier, en passant par Poitrineau, Sella ou Corsini en Italie, on connaît la longue fortune historiographique de ce thème. Ces scénarios posent la sédentarité et l’agriculture comme premières et voient dans les migrations des «arrachements» pour reprendre les mots encore récents de Poussou et Dûpaquier1.

  • 2 P. P. Viazzo, Upland communities. Environment, population and social structure in the Alps since th (...)

2Au contraire, l’historiographie des migrations anciennes qui s’est développée à partir des années 1990, notamment à partir du renouveau des études sur les migrations alpines, a mis en cause ces modèles : depuis Pier Paulo Viazzo jusque Laurence Fontaine, en passant par Raoul Merzario, la liste est longue de tous ceux qui ont mis en évidence les ressources que constituaient les migrations pour des communautés entières et insisté sur le fait que la sédentarité n’était pas forcément l’horizon d’attente et le mode de vie de toutes les communautés et de tous les individus à l’époque moderne2. Ainsi, les migrations de travail ont été considérées, non plus comme des contraintes qui s’imposaient de l’extérieur aux communautés comme aux familles, mais comme des ressources mises en œuvre par celles-ci parmi un éventail varié de possibilités.

3Entre ressources et contraintes, les nuances sont cependant multiples car si les migrations constituent bien en certains lieux une des ressources principales des communautés et des familles, elles peuvent néanmoins s’imposer aux individus dont les choix apparaissent fortement limités par les contraintes sociales du groupe auquel ils appartiennent. La comparaison entre deux migrations de travail qui ne sont identiques qu’en apparence, celles des verriers de Venise et d’Altare entre xvie et xviie siècle, permet de préciser ces jeux entre habitus de groupes et parcours individuels dans la migration.

  • 3 Chiffres évidemment problématiques, cités par S. Ciriacono, Les manufactures de luxe à Venise : con (...)
  • 4 C. Maitte, Les chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise, xvie-xixe siècl (...)
  • 5 Pour un tableau d’ensemble de ces consommations, J. A. Page (dir.), Beyond Venice, New York, 2004.

4Venise, on le sait, concentre à Murano l’une des plus grosses communautés verrières d’Occident, près de 3000 membres mi-xvie siècle3. La taille d’Altare, situé dans l’ancien Montferrat, n’a rien de comparable : ce bourg ne dépasse sans doute jamais 1000 habitants à l’époque moderne et ses fours, actifs au moins depuis la fin du xiiie siècle, n’ont jamais atteint le volume de production de ceux de Venise. Et pourtant, l’on trouve les verriers de l’un et l’autre centre sur les routes d’Europe, prêts à aller produire dans les plus grandes villes des verres «façon de Venise» qui ont peu à peu conquis les cours, les aristocraties, avant les bourgeoisies des villes européennes entre xvie et xviie siècle4. Sans reprendre ici les principales caractéristiques de cette «façon», il faut rappeler qu’elle est le fruit d’innovations mises au point à partir du xve siècle. En jouant sur la malléabilité du verre et les multiples nuances de sa transparence, la production des objets de table devient de plus en plus fantaisiste. Les miroirs et les perles sont par ailleurs deux grandes innovations de produits dont l’importance n’est pas à expliquer. Les verriers italiens sont donc porteurs de savoir-faire différentiels, tant au niveau des compositions que des formes, qui leur permettent de produire ces objets recherchés5. Les mobilités deviennent ainsi pour les groupes porteurs de cette façon «italienne» des ressources extrêmement importantes de valorisation de leur savoir-faire. Mais alors que la communauté de Venise les refuse et les interdit, celle d’Altare les encadre et les accompagne. La mobilisation de la ressource travail grâce à la mobilité est donc très différente dans les deux cas.

Venise, les migrations ressources individuelles contre la communauté?

L’interdiction réglementaire de la migration

  • 6 Chapitre 8 et 9 cf. G. Monticolo, I capitolari delle arti veneziane sottoposte alla Giustizia e poi (...)
  • 7 L’expression se trouve dans un texte de 1384.
  • 8 L. Zecchin, Vetro e Vetrai di Murano, Venise, 1989, vol. II, p. 98.
  • 9 Les verriers expatriés risquent désormais une amende de 500 lires et un an de prison «et peuvent êt (...)
  • 10 L. Zecchin, Vetro... cit., vol. II, p. 35 sur cette disposition et p. 79-90 sur les forains dans l’ (...)

5L’interdiction d’émigrer des artisans verriers de Venise est à la fois précoce – elle apparaît dans le premier capitolare connu de l’Art en 12716– et peu surprenante dans le cadre des législations urbaines en la matière. Ces mesures montrent que dès le xiiie siècle, l’Art du verre est considéré comme «un mystère si utile pour notre terre»7 que ni les matières premières, ni les outils, ni les hommes qui lui servent ne doivent quitter Venise. Le xve siècle connaît une aggravation des peines prévues contre les migrants. Le décret émis en 1403 intime aux maîtres «de ne pas aller travailler cet art en aucun endroit en dehors de Murano, sous peine de 100 lires et de rester trois mois dans les prisons de dessous» : peines reprises au chapitre 52 de la Mariegola de 1441 et de nouveau aggravées en 14698. Désormais, l’interdiction de l’expatriation des verriers de Murano va de pair avec la restriction de l’admission des étrangers : l’une comme l’autre sont motivées par la volonté de conserver à Murano le nouvel art des cristaux9. En effet, les lettres ducales de 1469, reprenant les vœux exprimés par les Muranais eux-mêmes, stipulent que si les «forains» peuvent toujours être admis dans la corporation, à condition d’être domiciliés à Murano et d’avoir une caution, seuls les natifs de Murano pourront désormais travailler les verres cristallini10. Ces décisions, qui marquent un changement important dans les conditions légales d’accès des étrangers, sont réitérées et durcies en 1489 et en 1544.

6Les premières mesures d’interdiction sont directement prises pour tenter de lutter contre les migrations de certains verriers. Ainsi, la pétition dressée par les Muranais en 1295 pour obtenir le rétablissement du bannissement contre tous les expatriés cite l’établissement récent de fours à Trévise, Vicence, Padoue, Mantoue, Ferrare, Ravenne, Ancône et Bologne, toutes villes dont les verreries sont accusées de recevoir des ouvriers vénitiens. Le renforcement des mesures de lutte contre les migrations au xve siècle semble bien aussi contemporain d’un accroissement des mobilités des verriers de Murano (fig. 1 et 2).

Valoriser le travail hors les murs

7Pourquoi ces départs? L’hypothèse d’une crise sur place des activités verrières doit être écartée, puisque c’est au contraire un des moments de dynamisme particulièrement important des verreries locales. Mais il est vrai que la saison verrière ne couvre jamais toute l’année. Une période de repos et donc de chômage est toujours obligatoire, comme l’explique le capitulaire vénitien de 1766 : «pour donner le temps à la vente des manufactures faites, pour la rénovation des fours brûlés par le tourment continuel du feu, pour donner du repos aux équipes (maestranze) et pouvoir les réordonner de nouveau, et pour réajuster tout ce qu’il faut pour le bon commencement du travail suivant». Or, la saison de fermeture était initialement très longue puisque le capitulaire de 1271 prévoyait l’extinction des fours entre le 15 août et le 15 janvier. C’est bien pour éviter le départ des maîtres pendant ce chômage forcé que le Sénat décide, en 1417, l’allongement de la saison de travail :

  • 11 L. Zecchin, op. cit., II, p. 28.

les Proveditori de Commun ont trouvé que mettre le feu dans ces fours le premier décembre se fait au détriment des Maîtres de cet Art, dont la conservation est utile... ainsi dorénavant on doit mettre (le feu) le premier novembre et ainsi ces maîtres seront contents et ils se conserveront, eux et leur famille [à Venise]11...

Fig. 1 – Migrations des verriers de Venise au Moyen Âge (15e).

Fig. 2 – Principales directions de migrations des verriers vénitiens au xvie siècle.

8Cette tentative de couper court à la mobilité comme ressource complémentaire du repos sur place ne suffit cependant pas à enrayer le mouvement. La persistance et l’accroissement des mobilités révèlent en fait les contradictions entre la communauté verrière fondamentalement sédentaire de Murano, qui veut conserver sur place l’exclusivité de ses innovations pour que les commandes affluent dans ses boutiques, et les individus qui la composent qui cherchent ainsi individuellement à valoriser de façon exponentielle leur savoir-faire. C’est d’ailleurs ce qu’expliquent les représentants de la corporation dès 1295 :

  • 12 Ibid., p. 21.

Et cela à cause du fait que des éléments de l’Art ne cessent d’aller travailler en dehors de Venise et de retourner quand ils le veulent, étant donnée la faible pénalité fixée par les Justiciers et ils outillent ainsi d’autres villes et Venise perd son volume d’affaires (giro d’affari) parce que l’on ne vient plus ordonner des travaux comme à l’habitude...12.

  • 13 L. Zecchin, op. cit., I, p. 229 et I, p. 239.
  • 14 Ibid., p. 239.
  • 15 L. Zecchin, op. cit., II, p. 210.
  • 16 Ibid., p. 231.

9Il s’agit donc bien de comportements relativement «opportunistes» de la part des maîtres, et spécialement de ceux qui possèdent réputation et savoir-faire spécifiques. Il n’est en effet pas anodin de remarquer qu’au xve siècle, les familles les plus connues dans le renouvellement de l’art vénitien semblent particulièrement mobiles. Ainsi, par exemple, Angelo Barovier, à qui l’on a longtemps attribué «l’invention» du verre cristallin, se rend à Milan sur invitation du Duc en 1455. Son fils Marino y est ‘retenu’ par les courtisans, au grand dam de son père qui craint le ressentiment de ses collègues. Avant même 1455, le Filarete passe accord avec Antonio del Bello, verrier de Murano qui doit aller à Milan pour y introduire «l’art du verre cristallin»13. En 1468, Giovanni et Paolo Mocetti, fils de Nicolò, travaillant de façon semblable à Barovier, sont accusés d’être allés œuvrer en dehors de Venise14. En 1470, Taddeo, un des frères d’Angelo Barovier, est accusé d’avoir pris des accords pour ouvrir une verrerie à Ancona15. En 1473, un autre frère, Marco, propose d’ouvrir une verrerie à Mantoue, alors que Gian Andrea est également accusé d’être allé chercher fortune en dehors de Venise16. En bref, plus ces verriers possèdent un savoir-faire spécifique, plus ils tentent de le monnayer à très haut prix en dehors de la Sérénissime. Il s’agit bien de migrations «de la brioche» par lesquelles les maîtres espèrent acquérir leur indépendance et les patrons être en situation de monopole.

Des parcours individuels

10Il est évidemment très difficile de savoir comment se décident et s’organisent ces migrations, puisqu’elles doivent se faire dans la plus grande discrétion, à l’insu des autorités très vigilantes de la corporation et de la République. Il semble qu’elles soient largement individuelles, même si le travail d’équipe que nécessite la production verrière entraîne également l’appel de proches pour former et compléter les équipes de travail si une situation enviable se dessine.

  • 17 C. Moretti, C. S. Salerno, S. Tommasi Ferroni, Ricette vetrarie muranesi. Gasparo Brunoro e il mano (...)
  • 18 Archivio di Stato di Torino (AST), Materie economiche, IV, II. Addizione, M. 28.
  • 19 Moretti et al., op. cit.

11Certains départs semblent liés à des condamnations de droit public bannissant des maîtres hors de la République et les contraignant donc à vivre de leur travail hors de Murano. C’est peut-être ce qui a poussé Gasparo Brunoro sur les routes de l’Europe du xviie siècle. Ce verrier était inconnu jusqu’à la redécouverte récente d’un livre de recettes resté manuscrit, rédigé à Dantzig en 1645, retrouvé à Rome et publié en 2004 par une équipe de chercheurs vénitiens17 : né à Murano en 1599, marié à Venise en 1622, il appartient à une famille assez connue de verriers muranais. Mais, pour des raisons inconnues, il choisit de partir. Sa première apparition en dehors de Murano est à Namur en 1628-29, en collaboration avec son compatriote Antonio Miotti qui a obtenu un privilège de production pour une partie des Pays-Bas. À la mort de Miotti en 1629, il est chargé par sa veuve d’enseigner l’art à son fils : mais tous deux sont poursuivis pour atteinte à la morale et doivent quitter la ville. De retour en Italie, Brunoro ne va pas à Venise mais à Turin où il propose en vain ses services au Duc en 1632-3318. Comment décide-t-il de se rendre à Londres? La question reste entière, mais on l’y retrouve en tous cas embauché pour 7 ans (1637-44) dans la verrerie de Sir R. Munsel. Nouveau départ ensuite puisqu’en 1645 il est à Danzig où il écrit sans doute une partie du livre de recettes. Son périple européen se poursuit peut-être jusque Copenhague où on le suppose en 1649. Sa présence est ensuite attestée à Liège en 1653 et 165519, avant que ses traces ne se perdent. Dans cette reconstruction en pointillé d’un itinéraire assez chaotique, on retrouve les grandes capitales du temps où se concentrent la mode et la production de la ‘façon’ de Venise, les tentatives semble-t-il infructueuses pour devenir entrepreneur privilégié, les vagabondages peut-être au gré des offres et, qui sait, des condamnations ou des scandales (fig. 3).

  • 20 Sur ce personnage, L. Zecchin, op. cit., II, p. 129-134 et IV, p. 1343.

12Le parcours de Brunoro aide à comprendre où se dirige un verrier vénitien décidé à valoriser son travail en dehors de Murano. Les grandes villes sont les principaux lieux de prospection, particulièrement les capitales dans lesquelles les Vénitiens demandent assez systématiquement des privilèges d’exclusivité de production et de commercialisation. D’ailleurs, ce sont parfois les ambassadeurs des puissances étrangères en poste à Venise qui se chargent de les débaucher au profit des entreprises des États mercantilistes qu’ils servent. L’épisode bien connu des verriers vénitiens que Colbert fait venir à grands frais pour la mise sur pied de sa manufacture de glace n’est plus à écrire20. Dans ce cas, les véritables ponts d’or offerts à Antonio Cimegotto et ses compagnons donnent une évaluation de la ressource que peut leur procurer la migration. Mais ces mouvements induits par les offres alléchantes des puissants ne sont sans doute pas les plus nombreux. Il est d’ailleurs très significatif que les verriers vénitiens arrivés directement de Murano rencontrent à Paris des compatriotes venus de leur propre chef et ayant quitté Venise depuis plus longtemps.

Fig. 3 – Parcours de Gasparo Brunoro et de Paolo Mazzolao à travers l’Europe du xviie siècle.

  • 21 Ce n’est pas la première fois que l’on trouve mention de collier d’or donné par un prince à un maît (...)
  • 22 Archives de l’État de Liège, notaire Pauwea, 1655, 20/2.

13L’itinéraire de Paolo Mazzolao dans la seconde moitié du xviie siècle semble aussi erratique que celui de Brunoro quelques années auparavant (fig. 3). En 1665, quand il retrouve à Paris ses compatriotes vénitiens, il a trente-cinq ans et a déjà travaillé à Londres : il porte constamment au cou un collier d’or que lui a donné un Duc anglais, sans doute Buckingham, qui détient alors le privilège de fabrication21. Il est ensuite passé dans l’Etat de Liège, embauché par les frères Bonhomme en 165522. De fait, ces entrepreneurs préfèrent clairement ceux qui ont déjà une expérience à l’étranger, ainsi que l’indique Jean Bonhomme dans une sorte de «manuel» du parfait entrepreneur verrier, étudié par Janette Lefrancq :

  • 23 J. Lefrancq, Travail et quotidien des verriers italiens au service des Bonhomme, Colloque de l’Asso (...)

Les ouvriers qui ont travaillé dans la France, l’Angleterre et lieux circonvoisins sont toujours plus propres pour travailler à la mode d’Allemagne et des Dix-sept Provinces que ne sont ceux qui ne sont jamais sortis d’Italie23.

14Est-ce pour eux qu’il a travaillé deux ans à Maastricht? C’est fort probable puisque ces entrepreneurs tentent de monopoliser la production dans cette région et indiquent clairement à quoi servent les Vénitiens :

  • 24 Ibid.; Manuel, fo 166.

Un Vénitien ou deux dans les dites verreries y sont très nécessaires aussi longtemps que le débit le permettra et que les verres se pourront librement distribuer dans le pays du Roy d’Espagne; mais il ne faut pas manquer de leur préparer de la plus belle matière qu’aux Altarais, ou pour le moins de leur donner toute pure massacotte afin de faire paraître les verres faits à la vénitienne d’autant plus beaux et blancs, chose très nécessaire pour imiter de plus près ceux qui viennent de Venise, et comme l’on a toujours fait à Anvers, à Bruxelles et même depuis quelques années à Liège et un peu de temps à Maastricht24.

  • 25 Archivio di Stato di Venezia (ASV), Inquisitori di Stato, B. 436, 31/07/1665.

15En tous cas, il s’y est marié à une autochtone. Cela n’a pourtant pas contribué à le stabiliser puis qu’il est ensuite allé à Rouen, puis à Paris, d’abord dans la verrerie du colonel Bon avant de se faire embaucher dans la manufacture royale de Colbert. Malgré ses intentions déclarées à l’ambassadeur vénitien à Paris de «se restituer à la grâce de son prince, s’assujettir de nouveau à son vrai sang et à sa Patrie»25, il continue son périple en France, à Paris, à Rouen ou Orléans. C’est vraisemblablement dans le royaume qu’il finit sa vie et laisse des héritiers.

16Ce mixte de fuite ou d’exil forcé, de valorisation des savoir-faire, d’appels des proches lorsqu’une situation enviable semble se dessiner se retrouve condensé dans le récit de l’arrivée de verriers vénitiens à la manufacture royale de La Chiusa, au Piémont, en 1763 :

  • 26 AST, Materie di commercio, IV, Vetri, M.13, 5/2/1765.

en octobre 1763, comparurent à la fabrique des cristaux et des verres de Turin, quatre hommes vénitiens habillés misérablement et mendiants, se vantant d’une compétence singulière pour fabriquer des vitres et des miroirs de toutes sortes et demandant à pouvoir en donner la preuve pour trouver dans le Royaume un établissement qu’ils ne pouvaient avoir à Venise pour y avoir été condamnés, qui à la peine capitale, qui à la galère... Après deux mois, trois autres maîtres furent appelés par les premiers et au début de 1764 on eut la possibilité de faire travailler deux équipes à un four à la Vénitienne construit par eux-mêmes... le bon traitement que l’on réserva à ces maîtres les rendit tellement satisfaits qu’ils voulurent appeler de Venise, par des lettres particulières écrites par eux, d’autres connaissances, amis et parents, non pas tant pour renforcer les équipes que pour faire de façon plus parfaite les travaux...26.

17Tout aussi significative est d’ailleurs leur départ de cette même manufacture en 1765 :

  • 27 AST, idem, M.13.

Le chef de la verrerie que l’on avait s’était embringué dans des pratiques peu convenables de femmes et avait contracté différentes dettes, et les différentes corrections qu’on lui avaient faites et les mesures que l’on avait prises pour le rendre attentif à son devoir ne servirent à rien, la situation empira de sorte qu’il eut peur d’être mis en prison à la demande de ses créditeurs... mais lui et trois autres de sa sorte trouvèrent une meilleure solution dans l’appui qu’ils rencontrèrent, comme on le sut ensuite, auprès du Résidant vénitien Imberti, si bien qu’assurés de la remise de leur peine dans leur patrie et pourvus d’argent comptant, ils s’enfuirent et Rioda fut suivi de sa femme, de ses enfants et de son beau-frère», ainsi que d’autres Vénitiens à peine arrivés27.

  • 28 Pour le cas des verriers muranais recrutés en France cf. E. Frémy, Histoire de la manufacture royal (...)

18Tout laisse donc croire qu’ils sont retournés à Venise. En effet, les autorités de la Sérénissime n’ont jamais adopté une attitude univoque envers les verriers expatriés. Certes, certains semblent finir tragiquement leurs jours, poignardés ou empoisonnés par des émissaires de la République28. Mais d’autres, plus nombreux sans doute, négocient chèrement leur retour à Venise. Les détails financiers des négociations ne sont pas souvent connus. Néanmoins, l’un des principaux maîtres vénitiens débauchés en 1665 pour la manufacture de glace française, Antonio Cimegotto, lève une partie du voile. Revenu à Venise, il insiste sur ce qu’il a perdu en quittant la France : une pension de 1200 livres par an, un revenu de 40 doublons par mois, des gratifications et des avantages divers. Pour prix de son retour, il a obtenu, en plus de l’assurance du pardon, la possibilité d’acquérir une indépendance qu’il n’avait ni en partant de Venise, ni en France. Par des voies détournées, il espère donc que son voyage au-delà des Alpes lui assure une chance de promotion sociale... à Venise. Il n’est d’ailleurs pas le seul dans ce cas, car les verriers utilisent fréquemment leur départ comme argument de chantage auprès des autorités vénitiennes. Si d’autres mettent plus longtemps à revenir, beaucoup retrouvent finalement les chemins de la Sérénissime, montrant ainsi que la migration n’est pas une fin en soi mais un des moyens pour tenter de parvenir à s’assurer une certaine ascension sociale à Venise même.

19En cela, ils ne s’éloignent finalement pas tant que cela des verriers altarais.

Les migrations, une ressource communautaire : Altare

Des migrations précoces

  • 29 G. Malandra, I vetrai di Altare, Savone, 1983, p. 64.
  • 30 F. Podestà, Il porto di Genova, Genova, 1913, p. 326-7; M. Badano Brondi, Storia del vetro. Il vetr (...)
  • 31 O. Delucca, Ceramisti e vetrai a Rimini in età malatestiana, Rimini, 1998, p. 297. Il s’agit de Ant (...)
  • 32 F. Pepe, Artigiani e industria del vetro nel napoletano dal xiv al xix secolo, dans C. Piccioli et (...)

20Les conditions de valorisation du travail sont pourtant fort différentes à Altare et à Venise. Ici, même si la production locale a dû avoir une certaine importance, elle n’est évidemment pas en mesure de rivaliser en termes quantitatifs avec celle de Venise, même si les produits locaux s’écoulent fort loin : dès le xve siècle, les bateaux chargés de verres fabriqués à Altare arrivent jusqu’en Barbarie, en Catalogne et en Sicile. À cette époque, les hommes ont pris le chemin de leurs produits, ou du moins celui des villes et des régions qui manquaient le plus de main-d’œuvre spécialisée. En effet, des indices, certes relativement peu nombreux, témoignent d’une mobilité déjà importante au xve siècle. Ainsi, le verrier Antonio Dagna déclare habiter Pavie en 1468 puis réside à Milan en 1470. En 1476, Benedetto Pisani habite, lui, Plaisance29. Dès les années 1440, des verriers d’Altare sont présents à Gênes où la verrerie reste gérée par des Altarais au moins jusqu’aux années 147030. Parallèlement, des verriers d’Altare s’installent à Rimini en 1477, alors que d’autres se sont implantés à Pesaro en 147531. Leur champ d’action dépasse d’ailleurs l’Italie centrale et septentrionale puisqu’en 1499, Paolo del Bono et Bernardino delle Pertiche sont signalés à Naples en provenance du Montferrat32. Dans bien des cas, les verriers d’Altare prennent la relève de verriers toscans qui les ont précédés dans ces mêmes villes.

  • 33 D. Foy, Le verre médiéval et son artisanat en France méditerranéenne, Paris, 1988 (reed. 2001), p. (...)

21Ils innovent aussi en allant assez massivement travailler dans les verreries provençales (fig. 4) où leur présence semble souvent antérieure à celle des grandes villes italiennes. Ainsi, en 1425 et 1427, Antoine Macelli d’abord, puis Girard Daperta (delle Pertiche), Pierre Bornion (Bormioli), Pierre et Laurent Blancard (Biancardi) sont recensés dans les verreries de Saint Maximin33. Comme le note Danièle Foy :

  • 34 Ibid., p. 75.

L’immigration des verriers italiens, transportant leur savoir-faire, correspond probablement à une demande précise qui explique la multiplication et l’essor de leurs ateliers. Le manque de main-d’œuvre qualifiée explique sans doute tous les déplacements34.

Fig. 4 – Principales migrations des verriers d’Altare au xve siècle.

  • 35 R. Reboul, Les de Ferry et les d’Escrivain, verriers provençaux, 1873; D. Foy, op. cit., p 78.
  • 36 Ibid., p. 79

22De fait, les verriers d’Altare sont totalement absents du Languedoc où existe une forte communauté locale de verriers, et ils ignorent également le Comtat et le Dauphiné, à la notable exception de Goult où s’installe la famille des Ferri (devenue ensuite Ferry), qui devient l’une des familles de verriers les plus fameuses du sud de la France. La tradition rapporte les origines italiennes du fondateur de la dynastie, Benoît Ferry, qui serait venu «de la ville de Lanta, diocèse de Nole dans l’ancienne province de la Pouille» à la suite du Roi René, chassé de ses États de Naples par le roi d’Aragon35. Il ne s’agit pas de Lanta mais de Altare, (souvent estropié en Lantar en France) et du diocèse de Noli dont dépend alors le village. En fait, Benoît travaille d’abord à Avignon en 1458 : il y fait équipe avec deux de ses compatriotes, Antoine Masse et Antoine Ferry. Puis il s’installe, avant 1470, à Goult. Son mariage dans le pays à Marieta Marcel de Pourcieux scelle son installation définitive dans le pays. Son fils aîné, Nicolas, devient en 1476 verrier du roi René. Plus aucun lien n’est mentionné avec Altare, mais les descendants de cette famille prolifique essaiment ensuite en Provence, en Dauphiné, dans le Var : ils sont d’ailleurs les seuls verriers provençaux à avoir une mobilité importante. Danièle Foy estime que «ces migrations, peut-être conséquence d’une démographie professionnelle, ne peuvent véritablement s’expliquer que par une politique expansionniste concertée»36. C’est peut-être l’un des héritages de l’origine altaraise de la famille. En effet, ce qui est exceptionnel n’est pas tant la mobilité des verriers que son encadrement par la corporation villageoise.

L’encadrement corporatif

23Au lieu d’interdire ces mouvements, comme à Venise, les statuts de la corporation reconnue en 1495 les encadrent. En effet, l’une des règles les plus importantes est contenue dans l’article 4 qui, d’une part, constate les migrations de la main-d’œuvre comme celle des patrons de four; d’autre part, dessine un vaste territoire dont Altare serait le centre, Milan, Pavie et Plaisance les limites à l’intérieur duquel les migrations sont autorisées sous réserve du strict respect des règles communes à tous les verriers d’Altare, et en particulier de celle concernant le temps de travail dont l’importance est cruciale pour empêcher la concurrence entre les établissements. Au-delà de ce territoire, le statut laisse supposer que d’autres règles peuvent s’appliquer, au moins en ce qui concerne la saison de travail.

  • 37 Remarques en ce sens de R. Comba, Emigrare nel medioevo. Aspetti economico-sociali della mobilità g (...)

24Si de telles règles sont promulguées, c’est sans aucun doute pour tenter de répondre aux problèmes concrets posés par les migrations de plus en plus nombreuses des maîtres verriers du village. La mention même des trois villes de Pavie, Milan et Plaisance dans le statut corporatif n’est pas le fruit du hasard, mais une référence concrète à l’installation de verriers du village dans ces trois grandes villes d’Italie septentrionale. L’encadrement corporatif permet au village de bénéficier de la ressource travail de ses verriers, quelque soit leur lieu d’exercice. Les statuts de la corporation établissent solidarité et contrôle du groupe y compris dans la mobilité de ses membres : cela signifie que le groupe ne se considère pas –ou pas uniquement – comme sédentaire mais qu’il prend en compte la réalité ou la possibilité des mobilités. Parallèlement, les rédacteurs entendent également que les patrons de four étrangers utilisant de la main-d’œuvre d’Altare se soumettent à leurs règles (art. 6). L’insistance sur les étrangers, patrons de four ou autres, dans le village ou ailleurs, qui n’accepteraient pas ces règles communes, pourrait laisser supposer l’existence de conflits personnels lors de la rédaction de ces statuts, ce qui expliquerait en partie le besoin de codification écrite et de confirmation par l’autorité politique. Les verriers d’Altare qui partent en dehors du village, momentanément ou non, restent donc soumis à ces règles communes : on est bien largement face à des migrations de maintien et non à des migrations de rupture37.

  • 38 G. Malandra, op. cit.
  • 39 De façon analogue à ce qui se passe pour les réseaux montagnards cf. L. Fontaine, cit. ou les Auver (...)
  • 40 Un exemple très intéressant en 1676 où c’est la communauté qui s’adresse directement au Duc de Mant (...)

25De fait, ces migrations ne sont pas des fuites devant une situation catastrophique, comme cela a parfois été supposé38, mais bien le mode de vie d’une communauté qui profite du travail de ces équipes de verriers qui sillonnent les routes d’Italie et bientôt d’Europe (fig. 5-8). Plusieurs types de mouvements, liés les uns aux autres, peuvent être mis en évidence : il y a, d’une part, les installations de verreries en dehors d’Altare, sous la direction de petits groupes de parents associés qui prennent racine dans le pays d’accueil si la greffe réussit, et, d’autre part, des migrations saisonnières ou temporaires des équipes du village qui viennent y travailler39. À ces réseaux totalement fermés s’en ajoutent d’autres, puisque les équipes peuvent également être louées par des tiers, patrons de verreries qui s’assurent ainsi les services qualifiés des verriers du village. L’ensemble de ces mouvements est géré par la corporation qui distribue autorisations et prélève les droits : il y a bien réseaux formellement organisés40.

Fig. 5 – Principales migrations des verriers d’Altare dans la première moitié du xvie siècle.

Fig. 6 – Principales migrations des verriers d’Altare dans la seconde moitié du xvie siècle.

Fig. 7 – Principales migrations des verriers d’Altare dans la première moitié du xviie siècle.

Fig. 8 – Principales migrations des verriers d’Altare dans la seconde moitié du xviie siècle.

Ressources collectives, contraintes et initiatives individuelles

  • 41 H. Schuermans, Verres «façon de Venise» fabriqué aux Pays-Bas, dans Bulletin des Commissions royale (...)
  • 42 Il peut s’agir ou de la fin du XVIIe siècle ou, au contraire, du début, puisque ce n’est ni Calcagn (...)
  • 43 Schuermans, op. cit., L. 7, p. 357.
  • 44 AST, Materie economiche, IV, M. 12.
  • 45 AST, Confini con Genova, M. 1, ins. 11, 13/6/1676 : il s’agit d’obtenir une baisse de la gabelle du (...)

26Le système des équipes mobiles de travail (maîtrises; maestranze) semble avoir fonctionné largement, généralement et précocement en Italie : dès la mi-xvie siècle, il semble déjà bien en place et trouve sans doute ses origines au siècle précédent41. Une même «maîtrise» peut travailler au cours d’une même saison dans plusieurs villes. Schuermans, un érudit belge ayant consulté les archives aujourd’hui disparues de la corporation, cite ainsi au cours de la même année (sans plus de précision42) quatre équipes : la première, dirigée par un Bordoni, se rend à Milan, Pavie, Sesto; la seconde, sous un Bormioli, va à Modène, Reggio, Forlì et Faïence; la troisième, dirigée par un Saroldi, travaille à Crémone, Plaisance et Parme, tandis qu’un Somaglia mène sa maîtrise à Bologne, Faïence et Ferrare43(fig. 9). Il existe de même une équipe régulière pour Casale44, pour Leyni au Piémont, sans doute pour Naples : concentrées dans le nord de l’Italie, où la densité de verreries est nettement plus forte, elles ne s’y limitent donc pas. Selon une affirmation des responsables de la communauté en 1676, c’est ainsi la «majeure partie des personnes qui habite en dehors (d’Altare) plus des deux tiers de l’année»45.

  • 46 Les documents du XVIe siècle montrent qu’une équipe vénitienne est composée de dix à onze personnes (...)

27Chaque équipe, ou maîtrise, est composée de dix-huit personnes, si l’on en croit les témoignages du xviiie siècle, du cuisinier au chef d’équipe46. Celui-ci est en général maître d’une des deux premières places de travail, souvent le maître de cristal. Il a un rôle fondamental : c’est lui qui passe contrat avec les entrepreneurs, fixe le prix du travail, recrute ensuite les hommes, se porte également garant de leur savoir-faire et de leurs comportements, comme du respect du règlement corporatif et de la perception des droits. Il semble beaucoup plus rare que les entrepreneurs s’adressent directement aux consuls de la corporation pour leur demander de la main-d’œuvre. Mais de toute façon, les consuls ont un droit de regard et de tutelle à la fois sur les expatriés, qui doivent obtenir une licence de départ, et sur les patrons de four, qui doivent accepter les règlements corporatifs et lui payer un droit pour disposer de la main d’œuvre nécessaire à leur entreprise.

Fig. 9 – Les parcours des équipes de verriers d’Altare en Italie au xviiie siècle.

  • 47 Selon un modèle souvent décrit, voir par exemple G. Levi, Carrières d’artisans et marché du travail (...)

28Les chefs d’équipes peuvent rester longtemps en poste et effectuer chaque année une tournée désormais régulière : lors d’un litige avec la corporation en 1670, Giovanni Antonio Calcagno, -qualifié par un de ses collègues de «maître de gobeleterie du quatrième âge» –, affirme être depuis vingt ans «chef conducteur de la maîtrise de Bologne, Reggio, Bergamo», poste occupé avant lui par un membre de la famille Negro. Ainsi, certains ouvriers sont durablement engagés dans les migrations saisonnières : il ne s’agit donc pas d’une tâche de jeunesse ensuite abandonnée au profit d’un travail sédentaire dans les ateliers du village47. La stabilité dans la migration annuelle concerne sans doute également les différents membres de l’équipe, quoique les témoignages soient plus rares encore. La composition des équipes semble néanmoins fréquemment reconduite d’une année sur l’autre, même si les accords tacites sont renouvelés en juin, quand les équipes rentrent à Altare et que se font les contrats pour la saison à venir. Une chose est sûre : il ne s’agit presque en aucun cas d’une décision individuelle. L’avantage distinctif de la communauté d’Altare est de fournir des équipes à la fois soudées et dociles.

  • 48 D. Heikamp, cit., p. 349, lettre du 10/4/1593.
  • 49 L. Fontaine, Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (xve-xxe siècles), (...)
  • 50 Voir des exemples dans C. Maitte, op. cit., chap. 5

29Les mouvements individuels sont donc extrêmement canalisés dans ce type de valorisation du travail collectif par la migration. Pourtant, la mobilité autonome des maîtres verriers est souvent dénoncée. Le Grand Duc Ferdinand de Toscane s’en plaint à Vincent de Gonzague en 1593 : ce sont là, dit-ils «gens... de départ facile, et pour chaque minime occasion ils s’indignent, abandonnant avec grand intérêt et dommage le marchand»48. Les maîtres verriers sont souvent présentés comme facilement attirés par une proposition meilleure ou la possibilité de s’installer à leur propre compte. Les parcours individuels, quand il est possible de les retracer, même partiellement, laissent parfois entrevoir ces mouvements incessants. Mais, ils ne sont sans doute pas si nombreux que cela parmi les Altarais. De fait, la communauté d’Altare possède un instrument de contrôle, et de limitation, de ces mobilités abusives : c’est même sans doute ce qui fait son intérêt principal pour les entrepreneurs, et qui explique pourquoi ils acceptent de se plier à ses exigences49. Contrairement aux Vénitiens, qui, une fois échappés au contrôle des Inquisiteurs d’État, ne dépendent plus de personne, les Altarais continuent de relever où qu’ils soient de la juridiction de la corporation50. Tant que chacun pense rentrer un jour à Altare, la dissuasion a une chance de fonctionner, et la justice consulaire peut s’exercer à des milliers de kilomètres de son lieu d’origine. En effet, migrants saisonniers et temporaires reviennent régulièrement au village. Ils y ont des biens, y sont souvent mariés : ce sont bien des migrations de maintien.

  • 51 L. Fontaine, op. cit., p. 27.

30Ce contrôle est complémentaire du rôle assumé par les individus ou les associations d’individus entreprenants qui assurent la dilatation du nombre des places contrôlées par les Altarais. L’expansion des réseaux migratoires s’effectue en effet par essaimage. De fait, toutes les villes n’ont pas la même fonction, ni surtout la même solidité dans le réseau altarais : comme dans la construction des réseaux du colportage montagnard, celui des verriers semble se développer «en prenant appui sur une ville qui sert en quelque sorte d’épicentre»51. Dans ces centres, un noyau de familles altaraises installe durablement sa domination. Si elles disparaissent pour une raison ou une autre, elles sont immédiatement remplacées par des familles en général alliées.

31À partir de ces villes, s’opère un repérage du territoire et des villes avoisinantes, un essaimage. Il peut être le fait de familles déjà installées qui désirent agrandir leur champ d’action par la multiplication des verreries : c’est l’exemple connu des frères Saroldi à la fin du xvie siècle, qui de Lyon vont à Nevers, puis à Melun, puis à Paris. Il s’agit de trouver une place à chaque membre de la famille, même si l’association et la coopération restent de mise. Ainsi Vincenzo Saroldi est plus longuement à Lyon. Horazio Ponta, le plus jeune, est installé à Nevers. Jacopo Saroldi explore plus spécifiquement le terrain parisien que les associés estiment sans doute le plus prometteur. Entre tous ces centres, les capitaux, les matières premières, les produits et les hommes circulent.

  • 52 H. Schuermans, op. cit., L. 12, 1892, p. 124.
  • 53 N. Albot, Verreries et verriers italiens dans les Ardennes, dans Revue Historique Ardennaise, 1906, (...)
  • 54 J. M. Hennezel d’Ormois, Gentilshommes verriers de Haute Picardie. Charles Fontaine, Nogent le Rotr (...)

32Cet essaimage peut aussi se faire à l’initiative de ceux qui n’ont pas bénéficié des premières installations. Ainsi, en 1614, Valentin Sarrode (Saroldo), Annet Marin (Marino) et Gaspar Fer (Ferro) travaillent tous à Nevers pour leur compatriote Horazio Ponta. Désireux d’acquérir leur indépendance, ils stipulent un contrat d’association afin d’aller fonder une nouvelle verrerie. Chacun s’engage pour un tiers, mais seul Marino est chargé de la prospection pour trouver un lieu propice à la nouvelle fondation, c’est-à-dire réunissant les atouts d’un marché de consommation suffisant pour absorber la production, bien relié aux voies de communication pour faire venir les produits et les hommes, et, si possible, sans concurrence voisine. C’est une initiative semblable que prend Sebastiano Dagna quand, dans les années 1640, il se fait prêter par son frère Bernardo cinquante pistoles et des outils pour tenter d’aller édifier une verrerie en France52 : las de travailler pour les frères Bonhomme dans leurs établissements de Liège ou de Maastricht, il part tenter sa chance à Charleville où il sait sans doute que la direction de la verrerie est vacante53. Felice Greno n’agit pas différemment quelques années plus tard lors de sa prospection du terrain picard54.

33Ainsi, individus entreprenants, travail d’équipes et intérêts communautaires peuvent aller de pair, du moment que tous continuent à accepter les règles du jeu collectif, ce qui semble être largement le cas. De ce point de vue donc, la valorisation du travail par la migration obéit bien à des logiques profondément différentes à Venise et à Altare. Reste à savoir si les verriers de ces deux centres entrent en conflit à propos de la valorisation de leur travail dans les lieux de leur migration.

Concurrence entre verriers migrants autour de la ressource travail?

  • 55 J’ai développé ce point dans C. Maitte, Coopération et concurrence entre verriers migrants à l’époq (...)

34Si, pour les pays qui les accueillent, les verriers de Venise ou d’Altare sont qualifiés du terme générique d’ «Italiens», ils appartiennent à des souverainetés différentes, parlent des dialectes qui ne se ressemblent pas, et, surtout, sont en concurrence pour les emplois comme pour la création des entreprises, pour la conquête des privilèges comme pour celle des marchés de vente. Loin de la coopération idyllique entre étrangers, c’est bien plutôt à une concurrence entre ces deux groupes que l’on assiste55. Les rapports à l’étranger entre verriers altarais et vénitiens sont pourtant assez peu connus : manque de documents peut-être, mais sans doute aussi absence effective de rapports; on s’évite ou on se heurte plus qu’on ne se lie.

De l’évitement à la concurrence

  • 56 Cf. Giuseppe Castellano, Altarais dont un enfant né à Liège en 1657 a comme parrain Giovanni Mazzol (...)

35Sur le plan des rapports familiaux, la base de donnée recueillant l’itinéraire plus ou moins précis de près de 950 verriers migrants de la péninsule entre xve et xviiie siècle, est un instrument à manier avec précaution dans la mesure où elle recense essentiellement des hommes. Il est donc normal que l’on trouve peu de mariages entre ces deux groupes majoritairement masculins. Mais les hommes ne sont pas toujours seuls et la base de donnée comprend également les filles nées à l’étranger, les sœurs qui accompagnent parfois les frères etc. Or, très peu de mariages sont malgré tout célébrés entre Altaraises et Vénitiens ou entre Vénitiennes et Altarais. Les alliances familiales entre les deux “communautés” semblent donc très rares, alors même que les mariages avec des filles/fils du cru sont par contre attestés dans l’un et l’autre groupe. Autant les mariages avec des filles de verriers locaux peuvent s’expliquer par un projet d’installation et de fixation dans les lieux de migration ou par l’intérêt de la mise en commun de pratiques différentes du métier, autant les mariages entre Vénitiens et Altarais ne peuvent répondre à aucune de ces deux exigences et risquent au contraire de créer des situations difficilement gérables en cas de retour au pays. Parallèlement, le nombre de parrainage est lui aussi très réduit56.

36De même, aucun exemple d’entreprise mise sur pied de concert n’est connu, alors même que les uns et les autres y intègrent assez fréquemment des bourgeois, des nobles, voire même des verriers locaux. Là aussi, l’exclusion réciproque est une façon pour marquer et revendiquer les compétences de chacun. La logique est donc de concurrence bien plus que de coopération entre ces deux groupes de verriers italiens.

  • 57 D. Heikamp, op. cit., p. 368-9, 2004 p. 20. Le Grand Duc écrit, après que les Muranais aient accept (...)

37De fait, quelques exemples montrent bien comment les avantages des uns et des autres peuvent parfois être mis en balance par les puissants qui veulent les engager. Ainsi, au début du xviie siècle, le Grand Duc de Toscane cherche des verriers pour travailler dans la verrerie de son palais, et c’est vers les Altarais qu’il se tourne. Il refuse néanmoins de rédiger le contrat écrit qu’ils réclament et embauche finalement des Vénitiens, venus spontanément lui offrir leurs services. Sa sœur Catarina, duchesse de Mantoue, qui a servi de relais avec ses sujets d’Altare, approuve cette décision en relevant que les Vénitiens «ne sont pas moins excellents que ceux de l’Altare et plus traitables...»57. La concurrence entre les deux groupes peut donc pousser à des négociations tendues autour des conditions et des rémunérations du travail.

Des conflits pour le monopole du travail

  • 58 C. Maitte, Les chemins... cit., chap. 6.

38Elle engage surtout à obtenir un peu partout des privilèges qui garantissent les droits du premier installé. Les artisans sollicitent à la fois l’autorisation de s’installer dans la ville choisie et des privilèges qui sont en général d’exclusivité : exclusivité de la production des verres «façon de Venise» (et parfois de leurs imitations en verre plus commun) dans un rayon déterminé, pour une durée donnée, souvent assortie de l’exclusivité de la vente de ces produits. Parfois aussi, il s’agit de dégrèvements de taxes sur les matières premières, les produits, les hommes. Si ces privilèges ont partout un «air de famille», ceux que demandent en France les verriers altarais ont la particularité d’être des privilèges personnels exonérant de toutes taxes les verriers réputés nobles : différents des privilèges exclusifs, ces privilèges assurent à leur détenteurs, pendant toute leur vie, des avantages fiscaux fort appréciables en même temps qu’ils leur reconnaissent de facto un statut social dont ils ne jouissaient pas en Italie58 : voici une conséquence quelque peu paradoxale de la mise en œuvre de la ressource «travail».

39Il est alors d’autant plus remarquable que peu de conflits relatifs au partage des territoires soient connus entre Altarais et Vénitiens. En effet, tout se passe comme si le respect du territoire de chacun était une règle implicite de la coexistence des deux communautés, notamment en France où les privilèges ne délimitent que tardivement des exclusivités territoriales.

  • 59 ASV, Inquisitori di Stato, B. 436, 15/03/1667; sur Mazzolao, voir L. Zecchin, art. cit. et C. Maitt (...)

40Une des seules exceptions connues est celle de Paulo Mazzolao, Muranais, qui vient narguer, dans les années 1670, Bernardo Perotto, Altarais, sur un double terrain : d’une part, il s’installe dans la même ville que lui, Orléans, d’autre part, il demande, et obtient – ce qui est le comble – un privilège pour fabriquer les mêmes produits, notamment des verres imitant la porcelaine. Paulo Mazzolao est cependant un personnage atypique de la communauté muranaise : il ne suit manifestement ni les règles du jeu qui régissent son groupe, ni celles qui existent entre migrants italiens. Il s’est auparavant fait embaucher dans la manufacture de glaces mise sur pied par Colbert alors qu’il ne connaissait rien aux miroirs, provoquant l’ire de ses compatriotes59. Il nargue ensuite un Altarais sur son territoire... Seul contre tous, il apparaît comme un électron libre dans ces migrations malgré tout essentiellement collectives.

  • 60 P. Bondois, Les verreries nivernaises et orléanaises au xviie siècle. Jean Castellan et B. Perrot ( (...)

41Quelles sont les ressources contre un tel comportement déloyal? Pas d’autre solution que d’en appeler à l’autorité tutélaire du gouvernement d’accueil. Bernardo Perrotto se tourne donc vers le Duc d’Orléans, son protecteur, tandis que Giovanni Castellano, son oncle et garant, utilise ses relations avec Colbert pour dénoncer Mazzolao et demander que punition soit prise contre cet insolent, effectivement contraint de s’installer ailleurs60.

42Il n’est pourtant pas le seul à tenter sa chance contre les autres. Au Piémont, c’est Gasparo Brunoro, déjà rencontré, qui tente de concurrencer dans le duché les Altarais, solidement installés depuis le xvie siècle. Pour obtenir un privilège exclusif, Gasparo n’hésite pas à rompre un tabou en promettant d’enseigner l’art du verre aux autochtones. Rien n’y fait et il doit lui aussi repartir ailleurs.

  • 61 Pour une présentation exhaustive des travaux les plus récents, voir J. Veeckman, S. Jennings, Cl. D (...)

43En fait, plus qu’entre Altarais et Vénitiens, la concurrence pour l’obtention des privilèges semble plus forte entre les Vénitiens eux-mêmes, comme le montre l’exemple des Pays-Bas. Anvers, la grande métropole commerciale du nord de l’Europe, devient aussi l’une des grandes places de la production du verre «à la façon de Venise» au xvie siècle61. L’intérêt d’y détenir un privilège exclusif de fabrication est clair : non seulement, l’heureux titulaire peut ravitailler le centre anversois et participer ainsi à l’approvisionnement d’une des plus grandes métropoles de l’Europe du Nord-Ouest, mais aussi s’insérer dans les réseaux du grand commerce international. Qui contrôle Anvers contrôle sans doute un marché potentiellement comparable à celui de Venise elle-même, d’où l’âpreté des luttes qui s’y déroulent. Les Vénitiens y sont longtemps maîtres du jeu, mais les oppositions internes sont nombreuses.

  • 62 Cité par Houdoy, Verres à la façon de Venise. La fabrication flamande d’après des documents inédits(...)

44En 1580 par exemple, un conflit éclate entre le neveu du détenteur défunt du privilège, Pasquetti, sans doute un Brescian, et Mongarda, à qui ce même Pasquetti a confié par testament son entreprise. Pendant la dispute, «ung nommé Grégoire Fritsele, Vénitien, ayant cy-devant esté serviteur en ladicte fournaize (lequel pour certain délict a esté contrainct se retirer d’Anvers) parvint à obtenir sinistrement, sans donner à cognoistre ce que dessus, octroy et povoir d’exercer ledict art»62.

  • 63 C. Maitte, op. cit., chapitre 6.

45Ces rivalités contribuent à faire monter les enchères de privilèges qui s’obtiennent rapidement par le biais de compensations financières versées aux gouvernements qui les délivrent63. La concurrence déborde d’ailleurs les frontières, notamment dans le territoire restreint des Pays-Bas où l’enchevêtrement des souverainetés rend la situation à la fois complexe et très conflictuelle.

Travailler en commun?

46Malgré tout, il est des villes où Vénitiens et Altarais se retrouvent ensemble : y travaillent-ils ensemble? La réponse est difficile puisque seules des archives d’entreprises très précises permettraient de comprendre comment s’organise le travail, dans la mesure où des verriers peuvent travailler dans la même verrerie mais au sein d’équipes distinctes.

  • 64 Ibid., chapitre 7.

47Un épisode turinois du début du xviiie siècle semble laisser penser que la séparation est bien la règle de base. Pourtant, d’autres indices vont dans un tout autre sens, notamment ceux collectés à Liège. Dans cette ville où des verriers italiens se sont installés depuis le second xvie siècle, une famille d’entrepreneurs du cru, les Bonhomme, déjà rencontrés, finit par concentrer, dans la seconde moitié du xviie siècle, tous les types de fabrication verrière. Ils emploient dans leurs verreries de cristal à la fois des Altarais et des Vénitiens. Or, ceux-ci s’engagent parfois, dans leur contrat de travail, à travailler «à la façon des altaristes» : preuve qu’ils en connaissent les méthodes. Comment les ont-ils connues? Cet apprentissage ne peut avoir eu lieu que par le travail en commun. La réciproque est d’ailleurs vraie car les verriers d’Altare vantent un peu partout le verre «à la façon de Venise» qu’ils sont capables de réaliser. C’est même pour cela qu’on les embauche dans toute l’Europe, parfois faute d’avoir trouvé des maîtres vénitiens. Comment ont-ils acquis les «secrets» des verriers vénitiens? Sans doute aussi en travaillant à leur contact dans un certain nombre de villes d’Italie du Nord puis d’Europe64.

  • 65 Archives de l’Etat de Liège (ADL), not Ruffin, fo 90, 1645, 11/11 : embauche d’Antoine Mirengo et J (...)
  • 66 Antoine est le frère de Jean Mirengo marié à Catherine Rigo sœur de Jean Rigo.

48Il faut donc supposer, dans certains endroits au moins, une coopération effective de travail. De fait, l’entrepreneur de Liège stipule, en 1645, un contrat de travail très intéressant avec deux verriers en même temps : l’un, Vénitien, sert en quelque sorte de caution à l’autre, Altarais65. Bel exemple de coopération entre deux communautés que tout devrait opposer. Mais il faut dire que ce sont les uniques beaux-frères de la base de données66... Malgré tout, la connaissance réciproque des techniques semble suffisamment précoce et répandue entre Venise et Altare pour que l’hypothèse d’un travail parfois commun puisse être retenue.

49Même s’ils en arrivent parfois à travailler ensemble, l’exemple des verriers altarais et vénitiens montre que les migrations d’artisans ayant des qualifications identiques s’organisent de façon parfois très dissemblable, en fonction de la structure des communautés de départ et de l’insertion des projets migratoires dans le fonctionnement collectif du groupe. Si les circulations font partie, d’une façon ou de l’autre, de la culture commune de ces artisans, elles ont des significations économiques et sociales bien différentes. En schématisant, on peut dire que l’on trouve d’un côté des migrations d’opportunités personnelles ou familiales et de l’autre des migrations structurées et gérées par la corporation et la communauté.

  • 67 Cf. article 20 du règlement de 1682 : «il sera recommandé à tous les professeurs de l’art la piété (...)

50Dans un cas comme dans l’autre, ce travail hors les murs rapporte souvent bien plus que la paye escomptée sur place. Ainsi, les détenteurs de ces savoir-faire recherchés peuvent faire valoir suffisamment cher leurs qualifications pour ne pas songer à d’autres occupations. Très peu en effet semblent quitter ce travail, ou pratiquer d’autres activités. Mais alors qu’en bénéficient uniquement les verriers migrants dans le cas vénitien, à Altare c’est toute la famille et la communauté qui en tirent profit, même s’il faut pour cela réaffirmer régulièrement la force des engagements collectifs67.

51Et les femmes dans tout cela? Elles demeurent largement invisibles. La verrerie est largement un travail d’hommes, depuis les maîtres jusqu’aux aides et aux tiseurs. Ne partent-elles donc jamais? Si les femmes des travailleurs saisonniers restent largement à Altare, elles suivent plus facilement leurs maris qui s’installent dans les pays étrangers, qu’ils soient d’Altare ou de Venise. On perçoit ainsi des épouses, des filles, des sœurs qui accompagnent les verriers mais dont on ne sait jamais à quoi elles s’emploient. Il en est sans doute aussi dans les équipes saisonnières puisque les verriers d’Altare emportent assez systématiquement un cuisinier qui peut être aussi une femme, tout comme le sont la lavandière et la trieuse de verres cassés. Difficile de savoir pourtant si elles partent d’Altare ou sont recrutées sur place. Comme souvent, le travail féminin échappe largement aux mailles de sources produites par des hommes attentifs aux hommes.

52Toujours est-il que, au-delà des revenus, le travail migrant joue également un rôle essentiel dans les circulations des usages et des modes vestimentaires, alimentaires, techniques, apprises au contact des autres. Surtout, à une époque où le travail manuel est socialement dévalorisé, les migrations des verriers italiens en France sont l’occasion d’une distinction sociale inespérée par contagion de la prétention à la noblesse de nombreuses familles verrières françaises. Ainsi se trouve-t-on dans un cas exceptionnel où le travail manuel anoblit de fait un certain nombre de familles migrantes : le travail n’est plus uniquement une ressource pécuniaire, mais devient aussi une ressource sociale de tout premier ordre.

Haut de page

Notes

1 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, 1949, C. A. Corsini, Le migrazioni stagionali di lavoratori nei dipartimenti italiani del periodo napoleonico (1810-12), dans Saggi di demografia storica, Florence, 1969, p. 89-157; D. Sella, Commerci e industrie a Venezia nel secolo xvii, Venise-Rome, 1961; J. Dupâquier, Sédentarité et mobilité dans l’ancienne société rurale. Enracinement et ouverture : faut-il vraiment choisir?, dans Histoire et Société Rurales, 18, 2002, p. 121-135; J.-P. Poussou, L’Enracinement est le caractère dominant de la société rurale française d’autrefois, dans Histoire, économie, société, 21, 2002, p. 97-108.

2 P. P. Viazzo, Upland communities. Environment, population and social structure in the Alps since the sixteenth century, Cambridge, 1989; L. Fontaine, Histoire du colportage en Europe, xv-xixe siècle, Paris, 1993; L. Fontaine et J. Jurgen (dir.), Household strategies of survival 1600-2000, no spécial de la International Review of Social History, suppl. 8, 2000; R. Merzario, Adamocrazia, famiglie di emigranti in una regione alpina (svizzera italiana, xviii secolo), Bologne, 2000.

3 Chiffres évidemment problématiques, cités par S. Ciriacono, Les manufactures de luxe à Venise : contraintes géographiques, goût méditerranéen et compétition internationale (xive-xvie siècle), dans La ville et la transmission des valeurs culturelles au bas Moyen Âge et aux temps modernes, Spa 1994, Actes Crédit communal, collection Histoire, 96, 1996, p. 248. Sur son industrie verrière, voir F. Trivellato, Fondamenta dei vetrai. Lavoro, tecnologia e mercato a Venezia tra Sei e Settecento, Rome, 2000.

4 C. Maitte, Les chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise, xvie-xixe siècles, Rennes, 2009.

5 Pour un tableau d’ensemble de ces consommations, J. A. Page (dir.), Beyond Venice, New York, 2004.

6 Chapitre 8 et 9 cf. G. Monticolo, I capitolari delle arti veneziane sottoposte alla Giustizia e poi alla Giustizia vecchia, Rome, 1905, vol. II, parte I.

7 L’expression se trouve dans un texte de 1384.

8 L. Zecchin, Vetro e Vetrai di Murano, Venise, 1989, vol. II, p. 98.

9 Les verriers expatriés risquent désormais une amende de 500 lires et un an de prison «et peuvent être pris et retenus dans toutes nos terres et lieux».

10 L. Zecchin, Vetro... cit., vol. II, p. 35 sur cette disposition et p. 79-90 sur les forains dans l’Art.

11 L. Zecchin, op. cit., II, p. 28.

12 Ibid., p. 21.

13 L. Zecchin, op. cit., I, p. 229 et I, p. 239.

14 Ibid., p. 239.

15 L. Zecchin, op. cit., II, p. 210.

16 Ibid., p. 231.

17 C. Moretti, C. S. Salerno, S. Tommasi Ferroni, Ricette vetrarie muranesi. Gasparo Brunoro e il manoscritto di Danzica, Florence, 2004

18 Archivio di Stato di Torino (AST), Materie economiche, IV, II. Addizione, M. 28.

19 Moretti et al., op. cit.

20 Sur ce personnage, L. Zecchin, op. cit., II, p. 129-134 et IV, p. 1343.

21 Ce n’est pas la première fois que l’on trouve mention de collier d’or donné par un prince à un maître vénitien cf. Heikamp, 1986, p. 370 : 8/1/1619 : la comptabilité du Grand Duc de Toscane enregistre le paiement de colliers d’or dont l’un a été donné à «un maître de verres qui est venu de Venise», sans doute un membre de la famille Luna à cette date.

22 Archives de l’État de Liège, notaire Pauwea, 1655, 20/2.

23 J. Lefrancq, Travail et quotidien des verriers italiens au service des Bonhomme, Colloque de l’Association Française d’archéologie du verre, Orléans, mai 2010, à paraître.

24 Ibid.; Manuel, fo 166.

25 Archivio di Stato di Venezia (ASV), Inquisitori di Stato, B. 436, 31/07/1665.

26 AST, Materie di commercio, IV, Vetri, M.13, 5/2/1765.

27 AST, idem, M.13.

28 Pour le cas des verriers muranais recrutés en France cf. E. Frémy, Histoire de la manufacture royale des glaces de France aux xviie et xviiie siècles, Paris, 1909. Ce ne sont pas les seuls cas de morts «suspectes», cf. ASV, Inquisitori di stato, B.197, Michiel Spirilli, verrier, demande, le 27 mars 1658, à être absous de sa condamnation et de son exil de Venise pour avoir «dans le terme de deux mois, fait priver de la vie à Pise Domenico Battaglia Muranais, maître dans l’art de tirer les cannes pour faire des patenôtres ou marguerite de verre».

29 G. Malandra, I vetrai di Altare, Savone, 1983, p. 64.

30 F. Podestà, Il porto di Genova, Genova, 1913, p. 326-7; M. Badano Brondi, Storia del vetro. Il vetro preindustriale dalla Liguria a Newcastle, Gênes, 1999, p. 24.

31 O. Delucca, Ceramisti e vetrai a Rimini in età malatestiana, Rimini, 1998, p. 297. Il s’agit de Antonuis de feu Raphaelis de le Pertiche à Rimini et de Simone de Giovanni Grandi Pisano avec son frère Gasparino, son oncle Lodovico, son père Giovanni, Giovanni de feu Benedetto Pisani et son fils Bartolomeo, ainsi que Giocomello de feu Lorenzo Bartolucci et son fils Tomasino, Gasparino de feu Giovanni Sappa, Cri toforo de feu Stefano, Tebaldo Castellano, Castellano et Bel-lino, tous à Pesaro.

32 F. Pepe, Artigiani e industria del vetro nel napoletano dal xiv al xix secolo, dans C. Piccioli et F. Sogliani (éd.), Il vetro in Italia meridionale e insulare. Atti del Primo Convegno Multidisciplinare AIHV, (Naples, 5-6-7 mars 1999), 1999, p. 203-210 : ce sont bien des noms de famille d’Altare.

33 D. Foy, Le verre médiéval et son artisanat en France méditerranéenne, Paris, 1988 (reed. 2001), p. 68 et sq.

34 Ibid., p. 75.

35 R. Reboul, Les de Ferry et les d’Escrivain, verriers provençaux, 1873; D. Foy, op. cit., p 78.

36 Ibid., p. 79

37 Remarques en ce sens de R. Comba, Emigrare nel medioevo. Aspetti economico-sociali della mobilità geografica nei secoli xi-xvi, dans R. Comba, G. Piccinni, G. Pinto (éd.), Strutture familiari, epidemie, migrazioni nell’Italia medievale, Naples,. 1984, p. 71.

38 G. Malandra, op. cit.

39 De façon analogue à ce qui se passe pour les réseaux montagnards cf. L. Fontaine, cit. ou les Auvergnats en Espagne cf. A. Poitrineau, Les Espagnols de l’Auvergne et du Limousin du xviie au xixe siècle, Aurillac, 1985.

40 Un exemple très intéressant en 1676 où c’est la communauté qui s’adresse directement au Duc de Mantoue pour se voir attribuer la concession de la verrerie de cette ville, contre les juifs qui, disent-ils, «ne donnent aucun bénéfice à cette terre ni aux maîtres de l’art», cf. AST, Confini con Genova, M. 1, ins. 11, 10/7/1676.

41 H. Schuermans, Verres «façon de Venise» fabriqué aux Pays-Bas, dans Bulletin des Commissions royales d’art et d’archéologie, Bruxelles, 1883-1893, L. 11, p. 102 : mention de la maîtrise de Ferrare en 1548. On voit aussi comment en 1531, un patron de four de Gaeta, Andrea de Landato, fait appel à Altare pour trouver des maîtres : 5 sont ainsi recrutés, payés ensemble, et astreints à fabriquer au moins 25 cottes de verre cf. G. Malandra, op. cit., p. 166-168; ASS, not. S. Capello, 2/1/1531.

42 Il peut s’agir ou de la fin du XVIIe siècle ou, au contraire, du début, puisque ce n’est ni Calcagno, ni Negro son prédécesseur, qui conduisent la maîtrise de Bologne.

43 Schuermans, op. cit., L. 7, p. 357.

44 AST, Materie economiche, IV, M. 12.

45 AST, Confini con Genova, M. 1, ins. 11, 13/6/1676 : il s’agit d’obtenir une baisse de la gabelle du sel.

46 Les documents du XVIe siècle montrent qu’une équipe vénitienne est composée de dix à onze personnes : six maîtres, un fondeur, deux grands garçons, deux tailleurs de bois cf. convention entre Bortolo di Luigi delle Tre Mori et Côme 1er, publié par G. Taddei, L’arte del vetro in Firenze e nel suo dominio, Florence, 1954, p. 115 et sq, D. Heikamp, Studien zur Medicieschen Glaskunst, Florence, 1986, p. 343-44.

47 Selon un modèle souvent décrit, voir par exemple G. Levi, Carrières d’artisans et marché du travail à Turin, dans Annales ESC, 6, 1990, p. 1351-1364.

48 D. Heikamp, cit., p. 349, lettre du 10/4/1593.

49 L. Fontaine, Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (xve-xxe siècles), dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 52, 2005, p. 26-49 pour l’importance de l’assurance d’une main d’œuvre constante et fidèle par les réseaux de migrants comme raison de leur succès à une époque de faible contrôle institutionnel.

50 Voir des exemples dans C. Maitte, op. cit., chap. 5

51 L. Fontaine, op. cit., p. 27.

52 H. Schuermans, op. cit., L. 12, 1892, p. 124.

53 N. Albot, Verreries et verriers italiens dans les Ardennes, dans Revue Historique Ardennaise, 1906, p. 242.

54 J. M. Hennezel d’Ormois, Gentilshommes verriers de Haute Picardie. Charles Fontaine, Nogent le Rotrou, 1933.

55 J’ai développé ce point dans C. Maitte, Coopération et concurrence entre verriers migrants à l’époque moderne, dans P. Gonzalez-Bernaldo, M. Martini et M.-L. Pelus-Kaplan (éd.), Etrangers et sociétés. Représentations, coexistences, interactions dans la longue durée, Rennes, 2008, p. 317-335.

56 Cf. Giuseppe Castellano, Altarais dont un enfant né à Liège en 1657 a comme parrain Giovanni Mazzolao, Muranais. La femme de Giuseppe Castellano est, elle, marraine à Liège en 1646 de Catherine, fille de Giovanni Mirengo, Altarais et de Catarina Rigo, Muranaise. Marc Ferro, Altarais, est parrain en 1649 de Marc Colnet, fils d’un verrier du cru, tandis que Catarina Rigo, Muranaise, est sa marraine. Guillaume Varaldo, Altarais, parrain en 1650 à Liège d’un enfant de Raimondo Carnelle, Vénitien...

57 D. Heikamp, op. cit., p. 368-9, 2004 p. 20. Le Grand Duc écrit, après que les Muranais aient accepté de venir à Florence, à sa sœur Caterina Duchesse de Mantoue pour lui expliquer comment les choses se sont passées : «il me semble que ces maîtres des cristaux ont voulu traiter avec une trop grande réputation de leur métier et de la suffisance, parce qu’après avoir hésité un mois de plus que ce qu’il fallait, au grand dommage de mon petit four, ils se sont arrêtés là-bas où ils ont voulu traiter (passer contrat), et en étant comparus de plus valeureux en provenance de Murano seulement pour avoir entendu que je faisais faire ce petit four, je me résous à prier V.A. de licencier ceux-ci en les priant de retourner chez eux, en la remerciant des pensées et des attentions qu’elle a eu en cela» cf. A. Bertolotti, Le arti minori alla corte di Mantova, 15e-17e, Mantoue, 1889, p. 209 (lettre du 11/8/1618).

58 C. Maitte, Les chemins... cit., chap. 6.

59 ASV, Inquisitori di Stato, B. 436, 15/03/1667; sur Mazzolao, voir L. Zecchin, art. cit. et C. Maitte, art. cit., 2001.

60 P. Bondois, Les verreries nivernaises et orléanaises au xviie siècle. Jean Castellan et B. Perrot (1647-1709), dans Revue d’histoire économique et sociale, 1932, p. 85. Les descendants de Mazzolao sont cependant ensuite «rentrés dans le rang» puisqu’au xviiie siècle, l’un d’entre eux invoque le partage des territoires verriers contre les projets d’installation de l’un de ses concurrents.

61 Pour une présentation exhaustive des travaux les plus récents, voir J. Veeckman, S. Jennings, Cl. Dumortier, D. Whitehouse, F. Verhaeghe (éd.), Majolica and glass. From Italy to Antwerp and beyond. The transfer of technology in the 16thearly 17th century, Anvers, 2002.

62 Cité par Houdoy, Verres à la façon de Venise. La fabrication flamande d’après des documents inédits, Paris, 1873.

63 C. Maitte, op. cit., chapitre 6.

64 Ibid., chapitre 7.

65 Archives de l’Etat de Liège (ADL), not Ruffin, fo 90, 1645, 11/11 : embauche d’Antoine Mirengo et Jean Rigo par H. & L. Bonhomme cf. aussi Y. Yernaux, Contrats de travail liègeois au xviie siècle, Bruxelles, 1941.

66 Antoine est le frère de Jean Mirengo marié à Catherine Rigo sœur de Jean Rigo.

67 Cf. article 20 du règlement de 1682 : «il sera recommandé à tous les professeurs de l’art la piété et l’amour envers leurs parents, épouses et enfants, lesquels ils devront secourir à proportion de leurs gains et conditions, et du besoin de leurs familles, et quand avisés pour la première et seconde fois par les Consuls, ils ne voudraient pas obéir, ils encourront les peines de contrevenants à ces chapitres, outre y être contraints par voie de justice». C. Maitte, op. cit., chap. 8.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Migrations des verriers de Venise au Moyen Âge (15e).
Légende Fig. 2 – Principales directions de migrations des verriers vénitiens au xvie siècle.
Légende Fig. 3 – Parcours de Gasparo Brunoro et de Paolo Mazzolao à travers l’Europe du xviie siècle.
Légende Fig. 4 – Principales migrations des verriers d’Altare au xve siècle.
Légende Fig. 5 – Principales migrations des verriers d’Altare dans la première moitié du xvie siècle.
Légende Fig. 6 – Principales migrations des verriers d’Altare dans la seconde moitié du xvie siècle.
Légende Fig. 7 – Principales migrations des verriers d’Altare dans la première moitié du xviie siècle.
Légende Fig. 8 – Principales migrations des verriers d’Altare dans la seconde moitié du xviie siècle.
Légende Fig. 9 – Les parcours des équipes de verriers d’Altare en Italie au xviiie siècle.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Corine Maitte, « Les migrations de travail comme ressources : verriers altarais et vénitiens, xvie-xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 33-47.

Référence électronique

Corine Maitte, « Les migrations de travail comme ressources : verriers altarais et vénitiens, xvie-xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/591 ; DOI : 10.4000/mefrim.591

Haut de page

Auteur

Corine Maitte

Laboratoire Analyse Comparée des Pouvoirs EA 3350, Université de Paris-Est Marne-la-Vallée, corine.maitte@univ-mlv.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org