Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

«Le devoir de travailler jusqu’à la fin de ses jours» : Le travail des personnes âgées dans la Rome pontificale (xviie-xixe siècles)

«Le devoir de travailler jusqu’à la fin de ses jours»: the work of the elderly in pontifical Rome (17th-19th centuries)
Angela Groppi
p. 25-32

Résumés

Les réflexions proposées concernent le rapport que les vieillards entretenaient avec le monde du travail dans les sociétés du passé.
Tandis qu’aujourd’hui la fin de l’activité productive est un élément décisif de la perception de la vieillesse, le lien entre vieillesse et inactivité n’a aucune validité avant le développement des premières pensions liées à la durée de service. Le passé nous montre une réalité où un nombre relativement élevé de personnes âgées continuaient à habiter chez elles, et tiraient encore de leur travail l’essentiel de leurs ressources.
L’exemple de la Rome pontificale nous permet de saisir une réalité dans laquelle les vieillards économiquement faibles étaient supposés rester actifs professionnellement jusqu’à leur décrépitude. Dans un contexte culturel et social où, du point de vue de l’assistance caritative également, la vieillesse en soi ne dédouanait personne de l’obligation de travailler, tant les hommes que les femmes restaient en activité jusqu’à un âge souvent très avancé.

Haut de page

Texte intégral

Le travail comme ressource primaire

  • 1 Pour quelques considérations sur cette question voir M. Pelling, R. M. Smith (éd.), Life, death, an (...)

1Dans le but d’affronter la question du travail comme ressource dans les milieux urbains d’Ancien Régime, nous devons constater que l’univers historiographique qui concerne le monde du travail des sociétés préindustrielles se caractérise par l’absence presque totale d’informations sur le travail des personnes âgées1.

2Grâce à un questionnaire qui a été profondément renouvelé au cours de ces dernières années par l’introduction de la notion de «genre», et grâce aussi à l’abandon des lieux communs qui prétendaient réduire le monde du travail du passé à une imagerie corporative simplifiée et totalisante, nous disposons aujourd’hui de nombreuses informations sur les travaux exercés autrefois par les femmes et les enfants, deux sujets qu’une longue tradition avait considéré comme marginaux par rapport aux activités productives. Par contre, le rapport pas du tout marginal que les personnes âgées entretenaient avec le monde du travail dans les sociétés du passé est encore trop mal connu.

3Presque complètement ignorée par les études portant sur l’organisation du travail, cette question se trouve de plus en plus fréquemment abordée par les chercheurs qui se sont interrogés au cours de ces dernières années sur l’histoire de la vieillesse et du vieillissement.

  • 2 En ce qui concerne l'Italie, par exemple, les statistiques officielles définissent la «popolazione (...)

4Tandis qu’aujourd’hui la fin de l’activité productive est un élément décisif de la perception de la vieillesse2, les historiens qui se sont consacrés à reconstruire les conditions de vie qui étaient autrefois celles des personnes âgées ont souligné que le lien entre vieillesse et inactivité n’a aucune validité avant le développement par les états des premières pensions liées à la durée de service.

  • 3 Sur cette question voir en particulier J.-P. Bois, Une politique de la vieillesse : la retraite des (...)
  • 4 Voir V. Gourdon, Vieillesse, vieillesses : un regard historique, dans T. Barnay et C. Sermet (éd.), (...)

5La notion de retraite inactive et rétribuée commence à s’implanter en Europe entre l milieu du xviiie et le début du xixe siècle, et pendant toute la première moitié du xxe siècle la pratique de la retraite reste encore très irrégulièrement présente dans les différentes catégories professionnelles3. Par conséquent, comme l’a observé Vincent Gourdon, tout au long de l’époque moderne «la notion de retraite fondée sur l’âge était peu prégnante et, surtout, sa pratique n’était pas obligatoire»4, ni même possible pour l’ensemble des couches sociales. D’ailleurs, les premières retraites, accordées presque partout d’abord aux militaires, étaient attribuées sur la base de la durée du service plutôt que de l’âge.

  • 5 Une histoire de la vieillesse? Entretien avec Philippe Ariès (questions de Nicole Benoit-Lapierre), (...)

6Interviewé en 1983 par Nicole Benoit-Lapierre, Philippe Ariès a soutenu que la représentation de la vieillesse qui prévalait autrefois était celle du vieillard qui se retire du monde («le vieillard était quelqu’un qui se retirait»), mais il a souligné en même temps qu'«évidemment cette représentation est celle des classes supérieures, c’est une image bourgeoise. Ce n’est pas celle de l’artisan ou du laboureur»5. Si l’on passe du plan des représentations (qui reste encore aujourd’hui le plus étudié) aux rôles réels des personnes âgées dans la société, il est d’ailleurs très facile de constater que dans des époques où il n’y avait pas d’âge préétabli pour une retraite rétribuée, seule la possibilité de travailler permettait à une large partie de la population âgée d’échapper à la misère. Ceux qui ne disposaient pas d’autres ressources pour survivre étaient supposés devoir travailler jusqu’à la fin de leurs jours ou, en tout cas, jusqu’au moment où ils en avaient les forces et la capacité.

7Les politiques d’assistance qui se réorganisent presque partout en Europe entre le xvie et le xviie siècle montrent d’ailleurs très clairement la volonté de prendre en charge exclusivement les individus qui n’arrivaient pas à subvenir par eux mêmes à leurs besoins. Qui en avait les forces et la capacité était supposé avoir le devoir de travailler pour gagner sa vie, même les personnes âgées; par conséquent, pour être accueillis dans un hospice l’âge n’était pas un critère suffisant pour avoir la priorité sur les autres postulants.

  • 6 Cf. R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, 1995.
  • 7 Susannah Ottaway a insisté sur le fait qu'en Angleterre «the right of the elderly poor to parish re (...)

8Au cours de l’époque moderne, les populations qui nécessitent d’interventions sociales se répartissent entre «pauvres valides» et «pauvres invalides» et, selon qu’elles sont ou non capables de travailler, sont traitées d’une manière très différente en fonction de ce critère6. Dans les périodes de crises structurelles ou de fluctuations conjoncturelles, ceux qui possédaient un travail et, à la différence des vagabonds, avaient la possibilité de prouver qu’ils menaient une «bonne vie», étaient secourus à l’extérieur des établissements charitables (par les monts-de-piété, les aides à domicile temporaires, grâce à des autorisations à mendier ou des emplois dans les travaux publics...); tandis que seulement ceux qui n’étaient pas en état de gagner leur vie et ne pouvaient donc subvenir à leurs propres besoins avaient le droit d’être accueillis dans les hospices ou, suivant le système des Poor Laws anglaises, secourus de manière systématique par les paroisses7.

  • 8 En Italie on distinguait à l'époque entre «vecchiaia robusta» et «decrepità» (cf. G. B. De Luca, Is (...)
  • 9 S. Ottaway, The decline of life... cit. p. 73; voir aussi P. Thane, Old age in English history. Pas (...)

9La «vieillesse chronologique» ne s’imposait jamais comme une condition suffisante pour affranchir les individus du devoir de travailler pour vivre; seule la «vieillesse fonctionnelle» (c’est à dire l’âge associé aux maladies et à l’invalidité) autorisait ce passage. La distinction entre «vieillesse verte» et «vieillesse décrépite», très largement répandue en Europe durant toute l’époque moderne8, permettait de fixer la ligne de partage entre les personnes âgées capables de subvenir à leur besoin par le travail et les vieillards incapables de travailler à cause des infirmités dues à leur grand âge, qui devenaient le cas échéant des pauvres dignes d’être secourus. L’âge avancé en soi n’était pas un critère suffisant pour refouler les individus hors du monde du travail, dans la sphère de l’inactivité et de la dépendance. Dans un contexte culturel, social et économique où «older individuals were expected to remain self-supporting as long as possible»9, plusieurs personnes âgées furent autrefois ainsi contraintes de travailler jusqu’à un âge très avancé, et de rester en activité jusqu’à leur décrépitude.

  • 10 S. Ottaway, Providing for the elderly... cit. p. 411. Voir aussi S. Cavallo, Patterns of poor relie (...)
  • 11 Pour le «pathology model» voir S. Ottaway, Providing for the elderly... cit. et Ead., The decline o (...)
  • 12 Voir en particulier J. Boulton, «It is extreme necessity that makes me do this»: some «survival str (...)

10Face à la dialectique bipolaire entre soutien familial et soutien social qui en général encadre la question de la survie des personnes âgées, plusieurs études ont insisté dans ces dernières années sur l’importance de la «self-sufficiency», c’est-à-dire la capacité «of the elderly to help themselves», largement ignorée par la littérature traitant de la vieillesse comme le déplore Susannah Ottaway, bien que le «self-help was the key element for many older people in piecing together their ‘economy of makeshifts’»10. En opposition avec le «pathology model», qui suppose les personnes âgées toujours menacées d’infirmité et d’inactivité, et contrairement aux lieux communs qui nous parlent des familles élargies et solidaires d’autrefois (surtout dans l’Europe méditerranéenne), prêtes à accueillir leurs vieillards, de nombreuses recherches récentes nous ont montré qu’autrefois aussi certaines personnes âgées vivaient (et souvent préféraient vivre) séparées des ménages de leurs enfants ou petits-enfants, sans que cela signifie nécessairement l’abandon ou l’absence de relations11. Dans ces cas-là, pour échapper à la détresse totale, les personnes issues des milieux les plus défavorisés survivaient souvent grâce à leur travail ou, ce qui était encore plus fréquent, par l’action combinée du travail, du soutien familial, de la charité et de l’assistance12.

  • 13 V. Gourdon, Vieillesse, vieillesses : un regard historique... cit, p. 15.
  • 14 Voir M. Baulant, Un dossier : la personne âgée dans la société briarde aux xviie et xviiie siècles, (...)

11Contrastant avec «l’imaginaire dépréciateur» qui aujourd’hui nous conduit fréquemment à ne dépeindre les personnes âgées «que sous les traits de bénéficiaires de pensions, d’inactifs, de malades, de garants du conservatisme, bref comme un fardeau pour la collectivité»13, le passé nous montre une réalité où un nombre relativement élevé de personnes âgées continuaient à habiter chez elles, et tiraient encore de leur travail l’essentiel de leurs ressources; une réalité où pour beaucoup d’entre elles, pas nécessairement refoulées dans la sphère de l’inactivité et de la dépendance, le fait de travailler constituait la normalité14.

Vieillards au travail

  • 15 Cf. A. Groppi, Il welfare prima del welfare. Assistenza alla vec-chiaia e solidarietà tra generazio (...)

12Quoiqu’encore à reconstruire dans tous ses détails en ce qui concerne la présence et les conditions de vie des personnes âgées, l’exemple de la Rome pontificale nous permet de saisir une réalité dans laquelle les vieillards économiquement faibles étaient supposés rester actifs professionnellement jusqu’à leur décrépitude. Dans un contexte culturel et social où, du point de vue de l’assistance caritative également, la vieillesse en soi ne dédouanait personne de l’obligation de travailler, tant les hommes que les femmes restaient en activité jusqu’à un âge souvent très avancé15.

  • 16 A. Leoncillo, Paupertatis opes, sive de privilegiis pauperum ditis-simus tractatus legalis atque mo (...)
  • 17 Instruzioni, e regole degli Ospizj Generali per li Poveri da fondarsi nello Stato Ecclesiastico Di (...)

13Le réseau institutionnel d’assistance, qui se réorganise à Rome entre le xvie et le xviie siècle sous l’égide des papes, montre à l’œuvre un système d’enquêtes et d’expertises qui élabore au fur et à mesure les critères permettant d’établir où se situait exactement la limite entre capacité et incapacité de travailler, compte tenu du fait que «celui qui a un métier de quoi vivre ne peut pas du tout être considéré comme pauvre» («habens artem, ex qua vivere possit, non dicitur omnino pauper»)16. L'«Ospedale dei Poveri Mendicanti di S. Sisto», institué par Grégoire XIII en 1581 et relancé par Sixte V en 1587, et l'«Ospizio Apostolico de Poveri Invalidi», fondé par Innocent XII entre 1692 et 1693, qui furent les principaux établissements romains destinés à l’assistance des personnes âgées entre le xvie et le xixe siècle, prévoyaient expressément dans leurs règlements de ne pas accueillir les vieillards «capables de vivre de leur sueur». Les seuls dignes d’être secourus étaient ceux qui à cause de leur décrépitude, de la maladie ou d’une invalidité ne pouvaient pas se procurer de quoi vivre par leur travail; les autres, supposés capables de gagner leur vie malgré leur âge avancé, n’avaient droit à aucun geste de compassion sociale et ne devaient être admis dans aucune institution charitable, car «il ne faut pas les considérer pauvres et il faut les envoyer travailler»17.

  • 18 ASR, OASM, 2a parte, Istromenti diversi a favore dell'Ospedale di S. Sisto dal 1689 al 1692.

14Le seuil de vieillesse pour pouvoir être secouru était déterminé par les signes de l’affaiblissement physique et mental plutôt que par l’âge. En 1691, la Congrégation de l’Hôpital de Saint Sixte, chargée de sélectionner les pauvres à admettre, décide d’accepter un homme âgé de 86 ans, «pauvre et vieux» («pauper et senex»), seulement après avoir vérifié qu’en raison de son âge avancé et de ses autres infirmités il n’était plus en condition de gagner sa vie («attenta illius decrepita etate et aliis corporis infirmitatibus, ob que non valet laboribus victum querere»)18. Et même après l’introduction (à partir de la fin du xviie siècle) de la règle qui interdisait d’accueillir à l'«Ospizio Apostolico de’ Poveri Invalidi» les hommes et les femmes de moins de 70 ans (ce qui indique clairement que jusqu’à cet âge on était supposé être en mesure de gagner sa vie), le nombre des années ne fut jamais en soi une condition suffisante pour autoriser l’entrée dans un institut de charité.

  • 19 ASR, OASM, 1a parte, b. 198, Memoriali e fedi diverse dal 1664 al 1728; ibidem, 1a parte, b. 193, M (...)
  • 20 ASR, OASM, 1a parte, b. 194, Memoriali delle Donne imbussolate per l'ammissione nell'Ospizio, 1725- (...)

15La pauvreté et un âge avancé étaient deux conditions nécessaires mais pas suffisantes pour être admis dans les hospices romains. Les personnes âgées qui aspiraient à être secourues par les institutions devaient prouver aussi leur incapacité de subvenir à leurs besoins élémentaires par leur travail, pour cause de maladie ou d’invalidité. Il s’agit d’une condition qu’il devient nécessaire de certifier, à partir du début du xviiie siècle, en présentant la déclaration d’un médecin et/ou l’attestation du curé de la paroisse où résidait le vieillard qui demandait à être assisté. En 1725 un maçon de 74 ans réussit à être accepté à l’Hospice Apostolique après avoir produit des attestations qui certifiaient qu’un mur lui était tombé dessus et l’avait rendu invalide, ce qui l’empêchait «de continuer l’exercice de son métier habituel»19. De la même manière, l’année suivante Catherine Michel Hardy, une veuve, parisienne d’origine et habitant depuis 30 ans à Rome où exerce le métier de couturière, produit un certificat médical qui atteste qu’à cause des douleurs dont elle souffre à une jambe «elle ne peut plus aller chez les dames», ce qui l’empêche de gagner sa vie; bien qu’âgée seulement de 60 ans, et tandis que les règlements prévoyaient à l’époque un âge minimum de 70 ans, elle est reçue en considération de sa maladie et aussi parce qu’elle s’était offerte dans sa supplique d’exerce son métier «pour la maison», c'est-à-dire de travailler pour les besoins de l’hospice20.

  • 21 ASR, OASM, 1a parte, b. 226, Decreti di Congregazione per l'Os-pedale di S. Sisto dal 1619 al 1657, (...)
  • 22 ASR, OASM, 1a parte, bb. 185, 186, 325, bulletins d'admission dans l'Hospice Apostolique (1773-1803 (...)

16Comme presque partout et selon une tradition de longue date, dans la Rome pontificale aussi les établissements d’assistance fonctionnaient grâce au travail des personnes qui y étaient internées. Il s’agissait d’une obligation à laquelle les vieillards accueillis à l’Hôpital de Saint Sixte et plus tard à l’Hospice Apostolique, les hommes comme les femmes, ne pouvaient pas se soustraire, sauf en cas d’extrême décrépitude ou de maladie. À l’intérieur d’un institut, tout comme en dehors, le travail restait un devoir inéluctable, pour qui en avait la force : en juin 1642 Girolamo Gonfalone fut chassé de l’Hôpital de Saint Sixte «parce que, bien qu’en bonne santé, il refusait de s’appliquer à aucun travail»21. D’ailleurs, à partir de la deuxième moitié du xviiie siècle, au moment de leur admission dans l’hospice fondé par Innocent XII, les hommes et les femmes accueillis furent obligés de souscrire devant le notaire de l’institut une «obligatio» dans laquelle ils s’engageaient «à exercer au profit de la communauté le travail qui leur avait été assigné en proportion de leurs forces»22.

  • 23 ASR, OASM, 2a parte, b. 229, Decreti di Congregazioni per l'Os-pedale di S. Sisto dal 1658 al 1686, (...)

17Les personnes âgées qui, ne pouvant plus s’adapter au rythme de travail habituel, n’arrivaient plus à gagner leur pain, une fois accueillies dans un institut charitable, avec un rythme moins soutenu et une situation protégée au point de vue du logement et de la nourriture, étaient supposées pouvoir continuer à exercer quelque fonction indispensable pour la vie de la communauté. Dans les établissements romains, de nombreux vieillards travaillèrent au fil des siècles comme cordonniers, tailleurs et couturières, chapeliers, cuisinier et cuisinières, bouchers, boulangers, menuisiers, maçons, verriers, barbiers, blanchisseuses, fileuses, tisserands et tisserandes..., assurant ainsi le fonctionnement de ces instituts; tandis que plusieurs d’entre eux, hommes et femmes «qui en avaient les forces suffisantes», étaient embauchés aussi pour aider dans leurs besoins quotidiens ceux qui étaient malades et invalides. En septembre 1686, au moment de son admission à l’Hôpital de Saint Sixte, Giuseppe Marioni, un menuisier de 63 ans, est expressément chargé d’aider dans ses besoins quotidiens Giulio Morosini, un néophyte vénitien de 76 ans admis l’année précédente et qui était avant d’entrer «écrivain à la Bibliothèque vaticane» («scrittore della Libreria vaticana»)23.

  • 24 ASR, OASM, 1a parte, b. 234, Decreti di congregazioni particolari per l'Ospizio Apostolico dal 1695 (...)

18Il existe une longue tradition historiographique qui considère le travail exercé à l’intérieur des instituts de charité, et dans les lieux d’enfermement en général, comme une sorte de devoir moral, un travail éducatif/punitif imposé aux individus pour les empêcher de s’abandonner au vice de l’oisiveté et aux dangers qui en découlent. En réalité, et l’exemple de la Rome pontificale le montre de manière très nette, le travail, même le travail des personnes âgées, constituait une ressource indispensable pour le fonctionnement des hospices, qui s’en servaient pour alléger les frais de gestion, aussi bien que pour augmenter, pour faible que pouvait être le revenu, leurs ressources économiques. La preuve en est dans le fait que la congrégation de l’Hospice Apostolique en décembre 1697, après avoir constaté qu’une admission excessive de personnes invalides empêchait de disposer d’une main d’œuvre suffisante pour exécuter les «fonctions nécessaires», décréta que dorénavant la moitié des hommes et des femmes à admettre dans les respectives communautés serait à choisir parmi les personnes âgées capables de s’appliquer à quelque travail, condition qui par la suite sera inscrite aussi dans les règlements24.

  • 25 Sur les manufactures en fonction dans l'Hospice Apostolique cf. : V. V. Spagnuolo, Il lanificio di (...)

19Compte tenu du fait de l’inéluctable diminution de leurs capacités physiques, plusieurs vieillards (hommes et femmes) étaient destinés aux activités de filage et de tissage, soit pour le compte des artisans et des entrepreneurs de la ville, soit pour les manufactures fondées au sein l’Hospice Apostolique; dans ces cas là ils avaient droit à la moitié ou à un tiers du revenu de leur travail25. Parmi les hommes les plus forts, il y en avait même (et parfois il s’agissait d’aveugles) qui sortaient le matin et rentraient le soir, pour aller travailler dans quelque manufacture ou atelier de la ville : chose qui resta toujours interdite aux femmes, dont l’honneur était à protéger aussi dans la vieillesse.

  • 26 ASR, OASM, 2a parte, b. 487, Ospizio Apostolico. Libro delle dis-posizioni degli alunni dal 1o genn (...)

20En témoignage de la valeur économique attribuée au travail des personnes âgées il y a aussi le fait que la seule manière d’en être exempté, pour qui n’était pas infirme, c’était de payer une somme d’argent una tantum à l’entrée, ou de verser à l’institut une contribution mensuelle, en compensation de la perte subie. En décembre 1743 Camillo Fiorentino, ne pouvant plus garantir la somme d’argent qu’il versait chaque mois à l’Hospice Apostoliqu pour ne pas travailler, fut obligé de «travailler à nouveau au service de la maison» («faticare di nuovo in servizio della casa»)26.

21C’est dans ce contexte que plusieurs personnes âgés, une fois dans l’impossibilité d’exercer leur travail habituel et avant de perdre complètement leurs forces, eurent l’opportunité de céder la portion restante de leur capacité de travail à une institution d’assistance, de manière à pouvoir assurer leur subsistance une fois devenues inaptes à toute activité à cause de la décrépitude et de l’invalidité.

Différences de «genre»

22Face à un marché du travail gouverné par la précarité, sans système d’assistance garantie ni retraites assurées à partir d’un âge préétabli, la vieillesse n’était pas pour tout le monde l’âge auquel on se retirait de sa propre activité; pour la plupart des personnes qui vivaient de leur travail c’était l’âge où on risquait de tomber dans l’indigence. Si quelque serviteur arrivait à vivre des derniers jours tranquilles grâce à la bienveillance d’un ancien maître, et si un certain nombre de vieux artisans vivaient des secours apportés par les communautés de métiers aux confrères trop âgés et malades qui ne pouvaient plus travailler, la plupart des personnes âgées, dépourvues de biens et de fortune, étaient obligées de travailler jusqu’à un âge souvent très avancé pour subvenir à leurs besoins fondamentaux (nourriture, logement, vêtements) et éviter de tomber dans l’indigence.

  • 27 J.-P. Camus, De la mendicité legitime des pauvres seculiers, Douay, 1634, p. 30.
  • 28 ASR, OASM, 2a parte, b. 1539, Conto di tutti li mendicanti di Roma nell'Ospedale, 1626.

23En voyant leurs forces s’affaiblir et leurs aptitudes physiques se réduire, plusieurs personnes âgées ne parvenaient plus à survivre qu’en associant travail et charité, dans une condition que Jean-Pierre Camus a défini de «demi-pauvres et demi-mendiants»27. Nuntio Di Pietro, un sexagénaire «estropié à un genoux», au moment d’être accueilli à l’Hôpital de Saint Sixte en 1626, déclare qu’il «mendie le samedi et le dimanche, tandis que les autres jours il travail dans une vigne hors de la Porte San Paolo»; et, dans la même circonstance, Guglielmo Di Marco dit qu’il travaille d’habitude comme tailleur de pierre, mais qu’il se voit obligé de mendier lorsqu’il a «trop de douleur à sa jambe malade28.

  • 29 Cf. A. Groppi, Il welfare prima del welfare... cit.
  • 30 ASR, OASM, 1a parte, b. 193, Memoriali degli uomini imbussolat per l'ammissione nell'Ospizio, 1724- (...)

24Les suppliques des personnes qui demandaient à entrer dans les hospices romains, ainsi que leurs déclarations devant le notaire de l’institut au moment de l’accueil, nous dévoilent un ensemble de vieux serviteurs, artisans (compagnons et maîtres), marchands et petits marchands, militaires, mais aussi avocats, notaires, religieux, etc., qui, dans l’impossibilité de survivre par leur propres moyens ou poussés par la peur de ne plus y parvenir à cause d’une progressive inaptitude au travail, aspiraient à être accueillis dans un hospice pour y achever leur existence dans une condition «de tranquillité d’âme et de corps»29. En 1727 Giuseppe Bertram, qui gagne sa vie en combinant l’activité de débardeur au Port de Ripetta avec celle de savetier, demande à être reçu à l’Hospice Apostolique à l’âge de 73 ans, parce qu’il ne peut plus exercer les travaux trop fatigants et ne réussit pas à vivre en raccommodant de vieux souliers; et Camillo Frabris alias Pepe, une fois resté «sans maître» («senza padrone») après une longue carrière de domestique, réussira à y être admis en 1742, à l’âge de 82 ans, après avoir été obligé à vivre d’aumônes pendant 7 ans30.

  • 31 ASR, OASM, 1a parte, b. 197, Registro di memoriali diversi, 1706-1715, congrégation du 3 octobre 17 (...)

25De nombreuses vieilles femmes entrèrent dans les hospices de Rome; et si, dans la plupart des cas, elles déclarent s’être consacrées surtout aux travaux ménagers («mestieri di donne»), entretenues par un homme de la famille, il y en a aussi qui révèlent une activité (liée surtout aux secteurs du service domestique, du textile, de la couture, de la vente au détail) qui assurait leur survivance et qu’elles disent ne plus pouvoir exercer en raison de leur grand âge. Anna Maria Manni, une veuve de 80 ans, déclare dans sa supplique rédigée en octobre 1708 pour être admise à l’Hospice Apostolique qu’elle a toujours vécu de son travail de couture, mais que «depuis quelque mois elle n’arrive plus à travailler»; de même, en août 1783 Cecilia Barbini, âgée de 87 ans, s’adresse à l’hospice pour y être admise en précisant que la perte de la vue l’a contrainte à interrompre ses activités de dévideuse de soie et de couturière31.

26Tenir compte du fait que, faute d’autres ressources, les personnes âgées (hommes et femmes) étaient obligées de travailler jusqu’à la fin de leurs jours se révèle utile aussi pour mieux comprendre une spécificité de genre qui caractérise l’accueil des vieillards dans les hospices de la Rome pontificale.

  • 32 En ce qui concerne l'Italie voir en particulier E. Grendi, Pau-perismo e Albergo dei Poveri nella G (...)
  • 33 ASR, OASM, 1a parte, bb. 200-221, interrogatoires des vieillards de l'Hôpital de Saint Sixte de 164 (...)
  • 34 ASR, OASM, 1a parte, b. 236, Decreti di Congregazioni generali dal 1704 al 1706, congregazione del (...)

27S’il est bien connu que les femmes représentèrent tout au long de l’époque moderne la majorité des destinataires des aides caritatives32, les hommes âgés accueillis dans les hospices de Rome au cours des xviie et xviiie siècles furent toujours plus nombreux que les femmes âgées, en dépit d’un nombre plus élevé de requêtes de secours féminines. Les registres qui reportent les interrogatoires auxquels les vieillards devaient se soumettre devant le notaire de l’institut au moment de leur admission, tant dans l’Hôpital de Saint Sixte que dans l’Hospice Apostolique, révèlent en effet pour la période 1647-1791 une présence féminine de 42 % contre 58 % d’hommes, pourcentage qui se confirme aussi pour le xixe siècle33. Par contre, comme il est dit dans une congrégation du 30 août 1705, «les femmes qui postulent pour entrer sont toujours plus nombreuses que les hommes»; chose par ailleurs confirmée par les 1.328 suppliques féminines présentées pour la période 1706-1728, contre les 1.236 requêtes masculines34.

  • 35 Cf. A. Groppi, Il welfare prima del wlfare... cit., p. 111-115.

28La présence majoritaire des hommes dans les hospices romains destinés aux personnes âgées est à mettre en relation avec plusieurs facteurs qui caractérisent la ville des papes : sa population en majorité masculine, conséquence surtout des flux migratoires qui y amenaient un nombre considérable d’hommes seuls, l’existence de la Cour pontificale peuplée de cardinaux et de prélats avec leur cortège de serviteurs et d’employés, la présence des soldats des troupes pontificales qui jouissaient dans leur grand âge du privilège d’être admis dans l’Hospice Apostolique sur ordre direct du pape ou de son trésorier grâce à des places réservées35. Mais il y a aussi d’autres facteurs qui renvoient plus directement aux structures de la division sexuelle du travail et aux dynamiques qui organisent un système de relations dissymétriques entre les sexes.

  • 36 ASR, OASM, 1a parte, b. 203, Esami de' poveri dell'Ospedale di S. Sisto dal 1691 al 1694.
  • 37 ASR, OASM, 1a parte, b. 200, Esami de' poveri dell'Ospedale di S. Sisto dal 1647 al 1668, interroga (...)

29Un premier facteur réside dans le fait que les femmes avaient sur le marché du travail une durée d’activité plus longue que celle des hommes. La plupart des travaux qu’elles exerçaient, concentrés surtout dans le textile, la couture et la vente au détail, étaient moins lourds et moins dangereux qu’une grande partie des travaux masculins et pouvaient donc être exercés jusqu’à des âges très avancés. Giulia Cantagalli a près de 100 ans quand elle est admise à l’Hôpital de Saint Sixte en août 1691; et dans son interrogatoire devant le notaire elle dit avoir toujours vécu de ses travaux de filature («puisqu’étant une vieille fille seule j’étais obligée de travailler pour vivre»), et d’ailleurs elle se dit prête à travailler encore pour la maison36. Dans la Rome des papes, comme dans d’autres villes d’Europe tout au long de l’époque moderne, il est courant de voir des femmes très âgées, parfois centenaires, qui continuent à exercer quelque petit travail (surtout de filature) qui, associé aux aides caritatives ou à la mendicité pratiquée de temps en temps, leur permet de survivre. Au moment de son entrée à Saint Sixte en décembre 1661, Vella Archetti, une veuve de 80 ans, raconte avoir survécu dans les années précédentes «en filant et en mendiant»37.

  • 38 ASR, OASM, 1a parte, b. 197, Registro di memoriali diversi, 1706-1715, congrégations du 19 juillet (...)

30Un deuxième facteur qui justifie la plus large présence d’hommes à l’intérieur des hospices est à mettre en relation avec la traditionnelle répartition sexuelle du travail qui ancre de tout temps les femmes à leurs tâches ménagères et aux soins de la famille. Dans une société où l’honneur féminin représentait un bien précieux qu’il était nécessaire de protéger jusqu’à un âge avancé, cette division de compétences favorisait une sorte de ségrégation féminine aussi en ce qui concerne l’assistance caritative. Plusieurs suppliques de vieilles femmes qui désiraient entrer dans les hospices romains étaient rejetées au nom du fait qu’elles avaient des filles ou des nièces pas mariées à la maison, et que, comme disaient les administrateurs des hospices, il n’était pas convenable de les abandonner au risque de mettre en danger leur honneur (même si ces filles ou nièces étaient âgées de 40 ou 50 ans). En juillet 1707 Felice Andreucci, une veuve presque aveugle, n’est pas accueillie parce qu’elle aurait dû abandonner une fille de presque 40 ans pas mariée; et la même chose arrive l’année suivante à Cecilia Patrizi, une autre veuve qui est refusée «parce qu’elle a une fille pas mariée à surveiller («custodire»)38.

  • 39 Sur ces questions cf. A. Groppi, Il welfare prima del welfare... cit., en particulier le chapitre I (...)

31D’ailleurs, last but not least, il faut considérer aussi que pendant toute l’époque moderne, dans la Rome des Papes l’aide accordée par les institutions d’assistance demeura subordonnée à la preuve de l’absence d’un réseau familial qui était censé devoir en priorité secourir ses proches sur la base du droit des obligations alimentaires ex lege; c’est-à-dire de l’obligation légale en vertu de laquelle une personne se doit de fournir les moyens de subsistance à un parent ou à un allié lorsqu’il se trouve dans une situation de nécessité et hors d’état de subvenir par lui-même à ses besoins élémentaires. Or les femmes plus que les hommes pouvaient compter sur la possibilité d’être entretenues par un homme de leur propre famille, compte tenu du fait que les lois successorales confirmées par Innocent XI en 1680 prévoyaient l’exclusion des femmes de l’héritage des ascendants et des descendants, ainsi que de celui des collatéraux, en présence d’héritiers mâles, et qu’en guise de compensation, les femmes avaient non seulement le droit d’être dotées mais, le cas échéant, d’être également alimentées par les hommes de la famille39.

Haut de page

Notes

1 Pour quelques considérations sur cette question voir M. Pelling, R. M. Smith (éd.), Life, death, and the elderly. Historical perspectives, Londres-New York, 1991.

2 En ce qui concerne l'Italie, par exemple, les statistiques officielles définissent la «popolazione anziana» (population âgée, de 65 ans et plus) comme «d'âge non actif» («in età non attiva»), par opposition à la «popolazione in età attiva» (population d'âge actif), dont l'âge est compris entre 15 et 64 ans (voir le graphique dédié à l'Evoluzione demografica pour les années 2011-2051, publié par l'Istat le 26 mai 2010 : www.istat.it/grafici).

3 Sur cette question voir en particulier J.-P. Bois, Une politique de la vieillesse : la retraite des vieux soldats, 1762-1790, dans Annales de démographie historique, 1985, p. 7-20; Id., Les vieux, de Montaigne aux premières retraites, Paris, 1989; Id., Les anciens soldats dans la société française au xviiie siècle, Paris, 1990; A. Logette, Prévoyance sociale ou charité? Les retraites des employés de la Régie générale (1777-1786), dans Dix-huitième siècle, 16, 1984, p. 253-259; P. Bourdelais, Le nouvel âge de la vieillesse. Histoire du vieillissement de la population, Paris, 1993; B. Dumons, G. Pollet, L'État et les retraites. Genèse d'une politique, Paris, 1994; G. Thuillier, Les pensions de retraite des fonctionnaires au xixe siècle, Paris, 1994.

4 Voir V. Gourdon, Vieillesse, vieillesses : un regard historique, dans T. Barnay et C. Sermet (éd.), Le vieillissement en Europe. Aspects biologiques, économiques et sociaux, Paris, 2007, p. 22.

5 Une histoire de la vieillesse? Entretien avec Philippe Ariès (questions de Nicole Benoit-Lapierre), dans Communications, 37, 1983, p. 47.

6 Cf. R. Castel, Les métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat, Paris, 1995.

7 Susannah Ottaway a insisté sur le fait qu'en Angleterre «the right of the elderly poor to parish relief was explicity linked to the end of a person's ability to work», les seuls dignes d'être assistés étaient «old and decrepit persons not able to work»: S. Ottaway, Providing for the elderly in eighteenth-century England, dans Continuity and Change, 13, 1998, p. 412; Ead., The decline of life. Old age in eigtheenth-century England, Cambridge, 2004, p. 72. Voir aussi S. Cavallo, Patterns of poor relief and patterns of poverty in eighteenth-century Italy: the evidence of the Turin Ospedale di Carità, dans Continuity and Change, 5, 1990, p. 65-98.

8 En Italie on distinguait à l'époque entre «vecchiaia robusta» et «decrepità» (cf. G. B. De Luca, Istituta Civile Divisa in Quattro Libri con l'Ordine de' Titoli di quella di Giustiniano, In Colonia, a spese di Modesto Fenzo Stampatore in Venezia, 1743, p. 73 et 75), tandis que dans le monde anglo-saxon on parlait de «green» et de «decrepit old age». D'ailleurs les anthropologues ont souligné que dans les sociétés non industrialisées il est courant de distinguer entre «young-old old age» et «old-old old age», et aujourd'hui on utilise couramment la notion de «quatrième âge».

9 S. Ottaway, The decline of life... cit. p. 73; voir aussi P. Thane, Old age in English history. Past experiences, present issues, Oxford, 2000; S. O. Rose, The varying household arrangements of the elderly in three English villages: Nottinghamshire, 18511881, dans Continuity and Change, 3, 1988, p. 101-122.

10 S. Ottaway, Providing for the elderly... cit. p. 411. Voir aussi S. Cavallo, Patterns of poor relief... cit.; L. Gray, The experience of old age in the narratives of thr rural poor in early modern Ger-many, in S. Ottaway, L. Botelho, K. Kittredge (éd.), Power and poverty. Old age in the pre-industrial past, Westport, CT-Londres, 2002, p. 107-123; sur l'«economy of makeshifts» cf. O. Hufton, The poor of eighteenth century France, 1750-1789, Oxford, 1974.

11 Pour le «pathology model» voir S. Ottaway, Providing for the elderly... cit. et Ead., The decline of life... cit.. David Sven Reher a insisté dans ces dernières années sur la longue durée des liens familiaux «weak» dans l'Europe nord occidentale et «strong» dans les pays méditerranéens (Family Ties in Western Europe: persistent contrast, dans Population and Development Review, 24, 1998, p. 203-234); à propos du débat sur cette question voir en particulier : P. Laslett, Family, kinship and collectivity as systems of support in pre-industrial europe: a consideration of the 'nuclear-hardship' hypothesis, dans Continuity and Change, 3, 1988, p. 153-175; K. A. Lynch, The family and the history of public life, dans Journal of Interdisciplinary History, 4, 1994, p. 665-684; S. Cavallo, Family obligations and inequalities in access to care in northern Italy, seventeenth to eighteenth centuries, in P. Horden et R. M. Smith, (éd.), The locus of care. Families, communities, institutions, and the provision of welfare since Antiquity, Londres-New York, 1998, p. 90-110; I. Fazio et D. Lombardi (éd.), Generazioni. Legami di parentela tra passato e presente, Rome, 2006.

12 Voir en particulier J. Boulton, «It is extreme necessity that makes me do this»: some «survival strategies» of pauper house-holds in London's West End during the early eighteenth century, dans International Review of Social History, 45, 2000, p. 47-69; P. Thane, Old age in English history... cit.; L. A. Botelho, Old age and the English poor law, 1500-1700, Woodbridge, 2004; S. Ottaway, The decline of life... cit.

13 V. Gourdon, Vieillesse, vieillesses : un regard historique... cit, p. 15.

14 Voir M. Baulant, Un dossier : la personne âgée dans la société briarde aux xviie et xviiie siècles, dans Annales de démographie historique, 1985, p. 283-302; P. Laslett, A fresh map of life. The emergence of the third age, Londres, 1989.

15 Cf. A. Groppi, Il welfare prima del welfare. Assistenza alla vec-chiaia e solidarietà tra generazioni a Roma in età moderna, Rome, 2010.

16 A. Leoncillo, Paupertatis opes, sive de privilegiis pauperum ditis-simus tractatus legalis atque moralis, Ferrara, apud Franciscum Succium Thypographum Cameralem, 1649, Pars 2, Priv. 248, 32; cf. J.-P. Gutton, La société et les pauvres. L'exemple de la généralité de Lyon, 1534-1789, Paris, 1971; A. Pastore, Sélection des pauvres et politiques sociales. La situation italienne face aux expériences françaises et espagnoles (xvie-xviie siècles), dans E. Sonnino (éd.), Living in the City (14th-20th Centuries)/Vivre en ville (xive-xxe siècles), Rome, 2004, p. 365-389.

17 Instruzioni, e regole degli Ospizj Generali per li Poveri da fondarsi nello Stato Ecclesiastico Di ordine Della Santità di Nostro Sig. Papa Innocenzo XII, In Roma, Nella Stamperia della Rev. Camera Apostolica, 1693, p. 8. Cf. Archivio di Stato di Roma (ASR), Ospizio Apostolico di S. Michele (OASM), 1a parte, b. 192, Inter-rogationi Da farsi alli poveri, li quali dovranno esser accettati nel Hospitale di Ponte Sisto, d indrizzati ad altri Hospitali, overo meritaranno la licenza di mendicar per Roma, In Roma, Appresso li Stampatori camerali, 1596; ibid., 1a parte, b. 36, Statuti del-l'ospedale di S. Sisto, s.d. [1676], cap. XXII, De Poveri, e della Qualità, e condizioni, che devono havere per esser ammessi nell'Ospedale; ibid., 1a parte, b. 264, Ospizio apostolico, In Roma, Nella Stamperia della Rev. Cam. Apost., 1701; ibid, 1a parte, b. 180, Istruzzione Per i Poveri Uomini, e Donne, Ragazzi, e Ragazze, che desiderano essere ammessi nell'Ospizio Apostolico de' Poveri invalidi, 1e août 1725. Sur l'assistance aux personnes âgées dans l'Hôpital de Saint-Sixte et dans l'Hospice Apostolique cf. A. Groppi, Il welfare prima del welfare... cit.

18 ASR, OASM, 2a parte, Istromenti diversi a favore dell'Ospedale di S. Sisto dal 1689 al 1692.

19 ASR, OASM, 1a parte, b. 198, Memoriali e fedi diverse dal 1664 al 1728; ibidem, 1a parte, b. 193, Memoriali degl'uomini imbussolati per l'ammissione nell'Ospizio, 1724-1727.

20 ASR, OASM, 1a parte, b. 194, Memoriali delle Donne imbussolate per l'ammissione nell'Ospizio, 1725-1727; ibidem, 2a parte, b. 597, Visite de' poveri, 1724-1736, congrégation du 13 août 1726.

21 ASR, OASM, 1a parte, b. 226, Decreti di Congregazione per l'Os-pedale di S. Sisto dal 1619 al 1657, congrégation du 20 juin 1642.

22 ASR, OASM, 1a parte, bb. 185, 186, 325, bulletins d'admission dans l'Hospice Apostolique (1773-1803).

23 ASR, OASM, 2a parte, b. 229, Decreti di Congregazioni per l'Os-pedale di S. Sisto dal 1658 al 1686, congrégation du 2 septembre 1686. À Bicêtre il était habituel d'accueillir des pauvres valides, exempts d'infirmités, pour soigner les impotents (J. Delamare, T. Delamare-Riche, Le grand renfermement. Histoire de l'hospice de Bicêtre, 1657-1974, Paris, 1990); Morosini fut l'auteur de la Via della fede mostrata a' gl'Ebrei, in Roma, nella Stamparia della Sacra Cong. de Prop. Fide, 1683.

24 ASR, OASM, 1a parte, b. 234, Decreti di congregazioni particolari per l'Ospizio Apostolico dal 1695 al 1699, congrégations du 18 novembre et du 10 décembre 1697; ibid., Camerale III -Roma: istituzioni di beneficenza e d'istruzione, b. 2071, fasc. 67, Giuseppe Vai, Relazione del Pio Istituto di S. Michele a Ripa Grande eretto dalla Santa Memoria di PP. Innocenzo XII, Roma, Nella Stamperia di S. Michele a Ripa, per Paolo Giunchi, 1779, p. VII-VIII.

25 Sur les manufactures en fonction dans l'Hospice Apostolique cf. : V. V. Spagnuolo, Il lanificio di San Michele a Ripa Grande a Roma, dans L'impresa. Industria Commercio Banca, secc. XIII-XVII, Istituto internazionale di storia economica «F. Datini», Prato, Florence, 1991, p. 1007-1022; A. Groppi, I conservatori della virtù. Donne recluse nella Roma dei papi, Rome-Bari, 1994; P. Toscano, Roma produttiva tra Settecento e Ottocento. Il San Michele a Ripa Grande, Rome, 1996.

26 ASR, OASM, 2a parte, b. 487, Ospizio Apostolico. Libro delle dis-posizioni degli alunni dal 1o gennaio 1741 a tutto 23 agosto 1780.

27 J.-P. Camus, De la mendicité legitime des pauvres seculiers, Douay, 1634, p. 30.

28 ASR, OASM, 2a parte, b. 1539, Conto di tutti li mendicanti di Roma nell'Ospedale, 1626.

29 Cf. A. Groppi, Il welfare prima del welfare... cit.

30 ASR, OASM, 1a parte, b. 193, Memoriali degli uomini imbussolat per l'ammissione nell'Ospizio, 1724-1727; ibid., b. 212, Osp. Apostolico. Esami de' poveri dall'anno 1741 sino al 1745, interrogation du 26 juin 1742. Dans la Rome pontificale l'autorisation à mendier dans les rues de la ville était accordée tant aux estropiés et aux invalides, qu'aux travailleurs restés «senza padrone», Archivio Segreto Vaticano, Fondo Albani, 3, f. 9v, Per il buon governo, s.d. [début du xviiie siècle].

31 ASR, OASM, 1a parte, b. 197, Registro di memoriali diversi, 1706-1715, congrégation du 3 octobre 1708; ibid., 1a parte, b. 221, Liber Examinum Hospitij Apostolici Pauperum Invalidorum Urbis, juin 1778 - février 1791.

32 En ce qui concerne l'Italie voir en particulier E. Grendi, Pau-perismo e Albergo dei Poveri nella Genova del Seicento, dans Rivista Storica italiana, IV, 1975, p. 621-665 (publié dans le volume du même auteur : La repubblica aristocratica dei genovesi. Politica, carità e commercio fra Cinquecento e Seicento, Bologne, 1987); D. Lombardi, L'Ospedale dei Mendicanti nella Firenze del Sei-cento. «Da inutile serraglio dei mendici a conservatorio e casa di forza per le donne», dans Società e storia, 24, 1984, p. 289-311; Ead., Povertà maschile, povertà femminile. L'ospedale dei mendi-canti nella Firenze dei Medici, Bologne, 1988; S. Cavallo, Pat-terns of poor relief, cit.; Ead., Charity as boundary making: social stratification, gender and the family in the Italian states (seven-teenth-nineteenth centuries), dans H. Cunningham et J. Innes (éd.), Charity, philanthropy and reform: from the 1690s to 1850, Londres, 1998, p. 108-129; Ead., Family obligations... cit.

33 ASR, OASM, 1a parte, bb. 200-221, interrogatoires des vieillards de l'Hôpital de Saint Sixte de 1647 à 1694, et de l'Hospice Apostolique de 1694 à 1791; ibid., Camerale III - Roma: istituzioni di beneficenza e d'istruzione, b. 2072.

34 ASR, OASM, 1a parte, b. 236, Decreti di Congregazioni generali dal 1704 al 1706, congregazione del 30 agosto 1705; ibidem, 1a parte, b. 197, Registro di memoriali diversi, 1706-1715; ibid., 2a parte, b. 19, Ospizio Apostolico. Esame de' poveri che entrano nel sud.o Osp.o, 1715-1724; ibidem, 2a parte, b. 597, Visite de' poveri, 1724-1736.

35 Cf. A. Groppi, Il welfare prima del wlfare... cit., p. 111-115.

36 ASR, OASM, 1a parte, b. 203, Esami de' poveri dell'Ospedale di S. Sisto dal 1691 al 1694.

37 ASR, OASM, 1a parte, b. 200, Esami de' poveri dell'Ospedale di S. Sisto dal 1647 al 1668, interrogatoire du 31 décembre 1661. Pour d'autres exemples de centenaires qui combinaient travail et charité cf. J. Boulton, «It is extreme necessity that makes me do this», cit.; cf. aussi M. Pelling, Old age, poverty, and disa-bility in early modern Norwich. Work, remarriage, and other expedients, dans M. Pelling, R. M. Smith (éd.), Life, death, and the elderly. Historical perspectives, Londres-New York, 1991, p. 74-101.

38 ASR, OASM, 1a parte, b. 197, Registro di memoriali diversi, 1706-1715, congrégations du 19 juillet et du 22 août 1707.

39 Sur ces questions cf. A. Groppi, Il welfare prima del welfare... cit., en particulier le chapitre IV, ainsi que Ead. Le Tribunal du Vicariat et les obligations alimentaires intrafamiliales dans la Rome des Papes (xviiie-xixe siècles), dans A. Bellavitis et I. Chabot (dir.), La justice des familles : autour de la transmission des biens, des savoirs et des pouvoirs (Europe, Nouveau monde, xiie-xixe siècles), Rome, 2011 (Collection de l'École française de Rome, 447).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Angela Groppi, « «Le devoir de travailler jusqu’à la fin de ses jours» : Le travail des personnes âgées dans la Rome pontificale (xviie-xixe siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 25-32.

Référence électronique

Angela Groppi, « «Le devoir de travailler jusqu’à la fin de ses jours» : Le travail des personnes âgées dans la Rome pontificale (xviie-xixe siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/590 ; DOI : 10.4000/mefrim.590

Haut de page

Auteur

Angela Groppi

«Sapienza» Università di Roma – Dipartimento di Storia, Culture, Religioni, angela.groppi@uniroma1.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org