Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

Travail et apprentissage des femmes à Lyon au xviiie siècle

Work and the apprenticeship of women in Lyon during the 18th century
Monica Martinat
p. 11-24

Résumés

À partir du fonctionnement de deux institutions centrales de monde du travail lyonnais d’Ancien Régime – la Grande Fabrique et l’Aumône Générale – l’article cherche à explorer les différentes facettes et les ambiguïtés du travail et de l’apprentissage féminins.
Les femmes occupent les positions les plus précaires au sein du monde industriel du xviiie siècle. Mais l’univers du travail féminin n’est pas uniforme : il est caractérisé par des hiérarchies internes liées aux conditions sociales et aux origines des femmes employées. Le réservoir de main d’œuvre formée que représente l’Aumône Générale permet le maintien de cette diversification interne et la négociation de privilèges particuliers pour certaines catégories de filles, afin de favoriser la permanence des différences sociales chères à l’institution et appropriée à une image spécifique de la société. L’ambiguïté de l’apprentissage contribue à son tour à brouiller les statuts et à fragmenter ultérieurement les qualifications.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 M. Garden, Ouvriers et artisans au xviiie siècle. L’exemple lyonnais et les problèmes de classifica (...)

1Le travail féminin se cache aux regards des contemporains comme à celui des historiennes. L’exercice d’une profession n’est pas, pour les femmes, un élément fort de l’identité, surtout si l’on peut avoir recours à d’autres indicateurs, sans aucun doute plus parlants pour les contemporains, afin de se situer ou d’être située dans l’espace social. Ainsi, dans très peu de cas, les femmes déclarent leur profession, ou les rédacteurs des différents documents – actes d’état civil, notariés, etc... – les enregistrent. Nous savons pourtant avec certitude que la plupart d’entre elles travaillaient activement, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’espace domestique. Il suffit de penser aux jeunes femmes immigrées, employées comme servantes dans les villes, ou comme ouvrières de la Grande Fabrique lyonnaise, dont Maurice Garden a bien souligné le rôle de véritable prolétariat de l’industrie de la soie1 et dont je vais largement m’occuper ici. Par ailleurs, les statuts des corporations signalent systématiquement l’ouverture ou fermeture des métiers aux femmes, tout en précisant les conditions d’exercice pour ces dernières : il s’agit bien d’un signe évident d’une présence quantitativement importante que l’on veut néanmoins minimiser et maîtriser.

  • 2 La bibliographie sur le sujet est vaste. Je me limite ici à citer quelques travaux concernant la Fr (...)
  • 3 Les registres paroissiaux lyonnais sont désormais accessibles en ligne, à partir du site des Archiv (...)
  • 4 Cf. J.-F. Budin, Les métiers féminins de la soie à Lyon, xviie et xviiie siècles, 2000, Mémoire de (...)
  • 5 À ce propos, on peut voir l’article de L. Allegra, Un modèle de mobilité sociale préindustrielle. T (...)

2L’historiographie a depuis un bon moment remis en cause l’idée d’une marginalité du travail féminin, y compris dans la conception des contemporains sur le rôle des femmes2. L’usage du concept de bread winner appliqué prioritairement aux hommes de la famille, reléguant ainsi le travail et les revenues féminins à une source d’appoint des entrées du couple ou de la famille a également été remis en question. Cependant, la difficulté à repérer le travail féminin dans les sources demeure. Pour ce qui concerne Lyon, qui est le cadre de mon enquête, les actes d’état civil sont extraordinairement silencieux. Les registres de baptême ne font presque jamais mention de la profession des mères des baptisés, et les actes de sépulture sont également très avares d’informations concernant le statut professionnel des femmes décédées. Seuls les actes de mariage font exception, mais relativement tard dans la période. On commence à y trouver des mentions systématiques des métiers féminins à partir des dernières décennies du xviiie siècle : les indications des métiers exercés par les jeunes mariées deviennent alors fréquentes, voire régulières, du moins dans un certain nombre de paroisses de la ville3. Avant ce moment, ce n’est que de façon extrêmement rare que ce type de registres signale la profession exercée par les épouses, alors que l’indication de la profession des époux est systématique. De même, on trouve souvent cités les métiers des pères des époux, tandis que les métiers exercées par les mères sont systématiquement absents. Les sources sont plus bavardes sur le travail féminin là où les femmes sont plus fragiles, moins identifiables autrement : dans les registres des orphelinats, dans les déclarations de grossesse, etc.4, ce qui renforce ultérieurement une image du travail féminin comme « exceptionnel ». Et cela en dépit d’autres sources, bien plus rares et moins sérielles toutefois, qui nous permettent d’apercevoir l’éventail plus large des professions exercées par les femmes et de mieux saisir l’extension du travail féminin. Pour tenter de cerner cette réalité du travail féminin au cours de l’Ancien Régime qui demeure opaque, il faut donc souvent projeter en arrière des indications relatives à des périodes plus tardives. Cette opération, qui demande une réflexion critique sur les temporalités de l’histoire et les ruptures plus ou moins brusques qui les bouleversent, est néanmoins nécessaire afin de retrouver une image plus vraisemblable de ces temps et de ces réalités. Les auteurs qui ont suivi cette démarche l’ont suffisamment argumentée pour ne pas avoir besoin d’y revenir de façon détaillée ici5.

3Si le travail féminin pose un problème considérable au niveau du repérage des sources, l’apprentissage est encore plus difficile à cerner dans ses contours et dans son contenu. Derrière cette dénomination se rangent en effet plusieurs réalités différentes. Et l’apprentissage d’un métier à proprement parler se cache à son tour derrière des désignations diverses. L’ambiguïté entre apprentissage et service domestique a été signalée et soulignée par tous les historiens et toutes les historiennes ayant travaillé sur ce sujet. Il existe également un usage spécifique de l’apprentissage qui masque une forme de précarité du travail féminin sur laquelle il convient de réfléchir. De nombreux contrats d’apprentissage sont en effet, à y regarder de près, de simples contrats d’embauche qui visent à exploiter une main d’œuvre déjà formée au métier, extraordinairement peu protégée. Ces questions me semblent centrales dans le cadre thématique que nous abordons ici, car l’apprentissage formel implique une forme de stabilité à l’intérieur du métier, ainsi que des possibles évolutions de « carrière » – pour ne pas mentionner les aspects de protection –, tandis que l’absence de formalisation (ou une formalisation « bricolée ») limite considérablement ces possibilités. La catégorie de domesticité systématiquement mise en avant pour ce qui concerne le travail féminin brouille encore plus les cartes.

4Je m’occuperai ici de ces quelques facettes du problème du travail et de l’apprentissage féminins à Lyon au cours du xviiie siècle. Je voudrais m’arrêter premièrement sur les questions liées à la structure interne de la main d’œuvre au cours du siècle. Je souhaiterais montrer comment l’organisation de la production industrielle urbaine modèle les possibilités occupationnelles des femmes et dessine des espaces spécifiques pour des groupes différents de femmes (les immigrées, les orphelines, les filles et les femmes de maîtres...), aidée dans cette tâche par les pratiques d’assistance utilisant le travail comme ressource tant pour les assistées que pour les maîtres ouvriers et/ou marchands dominants la Grande Fabrique et ses ateliers. Je voudrais ensuite réfléchir sur l’opacité de l’apprentissage et ses frontières instables avec le travail salarié et la domesticité, qui nous rendent la vie particulièrement difficile lorsque nous voulons creuser les contenus et les conditions réelles du travail féminin. J’ai choisi une approche composant des sources et des perspectives diverses, afin de dépasser les difficultés posées par celle que l’on pourrait appeler une sorte de clandestinité documentaire du travail féminin. Je ne proposerai pas des conclusions arrêtées, car l’enquête n’en est qu’à ses prémices ; je souhaiterais en revanche suggérer des hypothèses de travail et des réflexions à partir de l’étude de quelques exemples spécifiques.

Deux Grands Acteurs Du Monde Du Travail Lyonnais : La Grande Fabrique Et L’aumône Générale

  • 6 M. Garden, Lyon et les Lyonnais... cit., p. 276.
  • 7 D. Hafter, op. cit., p. 17.

5Lyon est une ville de métiers libres. Les métiers jurés et les métiers réglés sont relativement peu nombreux : en 1789, on compte 72 communautés réglées, dont quelques-unes exclusivement féminines (celle des brodeuses – inclusive aussi des fabricantes de fleurs artificielles – des lingères, couturières, dentellières et modistes). Les manufactures principales de la ville sont six, dont quatre de grande importance : la fabrique d’étoffes de soie (ou Grande Fabrique), la fabrique de bas de soie, la passementerie, la manufacture de chapeaux, ainsi que celles de papiers peints et d’indiennes6. La seule corporation mixte qui permet l’accès des femmes à la maîtrise est celle des passementierères7.

Fig. 1 – La Grande Fabrique.

  • 8 M. Garden, Ouvriers et artisans... cit.
  • 9 Les effectifs des personnels indiqués par ce document se réfèrent à l’année 1789 ; on peut néanmoin (...)

6La Grande Fabrique, qui domine le monde productif de la ville, repose sur une organisation complexe, à la fois corporative et libre. Un document de 1789, largement expliqué et commenté par Maurice Garden8 il y a désormais plusieurs décennies, en met en évidence la structure (cf. fig. 1). La « communauté des veloutiers et fabricants d’étoffes d’or, d’argent et de soie » rassemble les marchands-fabricants, les maîtres à façon (ou maîtres ouvriers en soie) ainsi que les compagnons et apprentis qui exercent leur métier à l’intérieur du cadre corporatif (donc relativement protégé). Au total, il s’agit d’un « groupe » formé de 8 537 personnes, des hommes en grande majorité. Au-dessus d’eux, à véritablement gouverner la production, on trouve un nombre réduit de marchands-banquiers, accompagnés de leurs personnels : au total, 94 personnes9. Le gros des travailleurs de la Grande Fabrique se trouve à l’extérieur du cadre réglementé : 19 858 unités, constituées pour la plupart de femmes. Il s’agit des femmes et des filles de maîtres, des ouvrières, des domestiques ou encore de ces jeunes femmes qui assurent les tâches les plus dures et ingrates du cycle de production : les tireuses de cordes, les dévideuses, les ourdisseuses....

  • 10 M. Garden, Ouvriers et artisans... cit.

7Maurice Garden a utilisé ce document entre autres pour mettre en lumière les spécificités des hiérarchies sociales et professionnelles d’Ancien Régime. Et il a démontré de manière fine et claire comment les frontières sociales interne à la ville ne passent pas nécessairement entre les détenteurs des moyens de production et les autres, mais bien plutôt entre les « protégés » et les non protégés par le cadre corporatif10. La condition et la position sociale des maîtres ouvriers en soie peut ne pas être très différente de celles des compagnons, et cela non seulement du fait de la subordination des premiers aux marchands-fabricants. La véritable frontière distinguant le prolétariat de la Grande Fabrique est celle qui sépare les membres de la communauté – et ceux qui peuvent le devenir – des autres, plus assujettis à la précarité du travail.

8On peut prolonger cette analyse pour voir comment s’articule cette nébuleuse du travail, à majorité féminine, aux marges de la structure communautaire, mais gérée et dominée par celle-ci. Ce qui m’intéresse ici en particulier, c’est de voir comment les différents acteurs contribuent à dessiner des frontières internes qui séparent des groupes spécifiques de travailleurs et travailleuses, identifiés sur la base de leur genre, de leurs provenances géographique et sociale et de leur distance des rangs internes à la communauté.

  • 11 Les traces de cette discussion se composent essentiellement des mémoires rédigés par les marchands- (...)

9La première frontière est sans doute celle du genre. On peut le voir assez clairement à travers un débat significatif qui oppose les marchands fabricants aux maîtres ouvriers à la fin des années 1750. Nous sommes alors dans un contexte où des idéologies récentes servent de point d’appui pour remettre en question la structuration corporative de la production et à articuler les conflits matériels entre les acteurs sociaux, dans des temps marqués par des crises récurrentes. Les discussions qui s’ensuivent et que nous connaissons essentiellement à travers la voix des marchands-fabricants11 font beaucoup de cas de l’organisation du travail des femmes. L’enjeu central est celui de l’intégration des filles originaires de Lyon dans des parcours d’apprentissage organisés débouchant sur un statut de « compagnonnes ». Les marchands fabricants sont favorables à cette solution qui permettrait de profiter de la docilité et de la flexibilité d’une main d’œuvre non tachée de la conflictualité des hommes et disponible à suivre les variations de la demande qui devraient entraîner des variations de la production :

Quelle différence ne voit on pas dans la conduite des filles ; elles sont sobres, économes, assidues au travail. Elles ne sont pas dans le cas des expatriés dans les mauvais temps. (...) Elles peuvent les supporter plus facilement que les hommes, par leur économie et en s’occupant alors à d’autres petits ouvrages analogues à leur sexe, jusqu’à ce que le temps plus favorable les rappelle à la Fabrique, et pardessus tout cela elles ont une délicatesse reconnue au dessus des hommes pour toutes les étoffes légères (...) et elles ne sont pas moins propres à en faire de plus riches.

10De nouvelles prérogatives reconnues à une partie de la main d’œuvre féminine servent ainsi à passer outre les revendications des ouvriers et aux protections offertes par la relative stabilité de la condition des compagnons par rapport à celle des autres catégories d’ouvriers et ouvrières. Il faut souligner ici comment ce type de raisonnement repose sur l’idée, tout à fait non démontrée mais centrale et de longue durée par rapport à la main d’œuvre féminine, selon laquelle le salaire des femmes n’est que complémentaire à celui des hommes : c’est pour cela que les femmes peuvent être débauchées rapidement, sans conséquences dramatiques, sans mauvaise conscience pour ceux qui les emploient et, surtout, sans conflits. De plus, elles peuvent revenir dès que la reprise de la demande requiert une augmentation de la production, tandis que les hommes, dont l’une des alternatives à la Fabrique est le service des armes, ne peuvent pas être embauchés à nouveau très rapidement. Si la flexibilité de la main d’œuvre et sa docilité sont les traits les plus avantageux et convoités, il faut bien que cela n’empiète pas sur les privilèges masculins. Ainsi, les apprenties ne pourront qu’accéder au rang de compagnonnes (douées par ailleurs de droits limités) et jamais acquérir le titre de maîtresse :

  • 12 AML, HH 134, Mémoire des maîtres marchands de la communauté des fabricants... sur l’admission des f (...)

Les filles n’exciteront point la jalousie des compagnons et ne seront point de niveau avec eux parce qu’elles ne pourront point aspirer aux mêmes droits ; elles ne pourront travailler que pour les maîtres et chez les maîtres ; c’est à cette condition qu’on entend qu’elles soient admises, et les maîtres ne les emploieront jamais qu’à condition qui leur seront le plus convenable, par la liberté qu’ils auront de les employer ou de ne pas les employer12.

  • 13 AML, HH 134 Mémoire anonyme provenant du milieu des maîtres marchands fabricants au sujet des requê (...)
  • 14 Les positions défendues par les maîtres ouvriers ne nous sont connues que par ce qu’en disent les m (...)

11La subversion de la règle qui exclut les femmes du cursus interne à la corporation n’est que partielle et limitée, car elle ne concernerait que le début du parcours et – éventuellement – la toute fin de la vie de ces femmes, autorisées dans leurs vieux jours à avoir un ou deux métiers pour la production d’étoffes unies13. Il s’agit de rassurer ce monde masculin de la sauvegarde de ses privilèges, mais aussi de négocier avec les maîtres ouvriers qui s’opposent à cette ouverture14. Ces derniers craignent que la possibilité accordée aux femmes de travailler sur le métier et d’accéder en tant que « compagnonnes » à leur art diminue l’offre de main d’œuvre pour les tâches inférieures dont celles-ci s’occupent généralement – tirer les cordes, dévider.... Ils craignent sans doute aussi les augmentations de salaire qui s’ensuivraient, les privant d’une main d’œuvre relativement meilleur marché et moins revendicative. Mais ils comprennent aussi la menace que cette mesure fait peser sur les privilèges accordés à leurs filles et femmes qui constituent un groupe spécifique au sein d’une main d’œuvre féminine aux stratifications multiples.

  • 15 Voici la description de ce travail : « 1° prendre la gavacinière et la main gauche pour choisir le (...)
  • 16 AML, HH 134... cit.
  • 17 On doit néanmoins souligner les contradictions des arguments avancés par les marchands fabricants c (...)

12Le monde de la main d’œuvre féminine n’est en effet pas indifférencié. Les tâches et fonctions que la fabrication de la soie requiert tendent à être réparties entre des groupes plus ou moins définis de femmes. Cette division repose sur les origines des ouvrières. Il y a tout d’abord des tâches plus ou moins pénibles et plus ou moins mal payées, assurées en général par des jeunes filles immigrées. Les tireuses de cordes sont tout en bas de l’échelle de la pénibilité15. Selon les maîtres ouvriers, il s’agirait d’environ cinq à six milles filles, très jeunes – 13/14 ans – qui, dès l’âge de 20 ans, chercheraient à quitter la tâche pour en assumer éventuellement d’autres, moins dures et plus rentables, au sein de la Fabrique16. Bien que sans doute surestimé par les maîtres ouvriers, le nombre des tireuses de cordes est assez important, mais leur recrutement pose toujours un problème auquel sont sensibles aussi les marchands fabricants. Le projet d’admettre les filles à l’apprentissage constituerait à leurs yeux un encouragement pour que les tireuses de cordes puissent accepter leur condition pour quelques années (six ou huit !) en ayant l’espoir de rentrer successivement dans les rangs des travailleuses sur le métier17.

13À un niveau légèrement supérieur se trouvent les dévideuses et les ourdisseuses. Non seulement le travail est moins pénible et un peu mieux rémunéré, mais il existe quelques possibilités d’amélioration de la condition initiale – je ne dirais pas de mobilité sociale – pour un certain nombre d’entre elles. Ces filles appartiennent surtout au monde urbain, ce qui est fait valoir comme un privilège dans le contexte d’une division du travail sensible à la logique des origines.

  • 18 Ces autorisations sont généralement accordées pour deux ans. Voir AML, HH 586, Registre des permiss (...)

14C’est l’appartenance à la communauté des maîtres de leurs pères ou de leurs maris qui permet à un certain nombre de femmes de faire valoir des privilèges particuliers. Les filles et les femmes des maîtres voient en effet reconnue leur position particulière grâce aux autorisations exclusives qu’elles peuvent obtenir de la communauté à exercer le métier avec le titre de « maîtresses ». Ces autorisations, généralement octroyées pour une période limitée de temps, mais renouvelable18, leur donnent aussi la possibilité d’avoir à leur service des ouvrières, dont un bon nombre vient des rangs des assistées de l’Hôpital de la Charité. Les embauches de ces filles sont présentés comme des apprentissages, sans pour autant en être vraiment. A travers l’examen des contrats qui lient les jeunes filles de la Charité à leur patronnes, on aperçoit clairement les ambiguïtés de ce que les documents appellent « apprentissage » et on jette un peu plus de lumière sur une stratification ultérieure de la main d’œuvre féminine. Voyons donc plus directement le rôle joué par la Charité dans la structuration de l’offre de la main d’œuvre féminine.

  • 19 Sur les ateliers de la Charité et la « formation » ou le travail des garçons et des filles hébergés (...)

15Institution centrale de l’assistance lyonnaise, depuis les débuts du xvie siècle, l’Hôpital accueille divers types de pauvres – malades, orphelins légitimes et illégitimes, enfants abandonnées... – qu’il assiste de manière variée. Ses ateliers initient des garçons et des filles, dès l’âge de sept ans, aux travaux de la soie, formant ainsi une main d’œuvre qui est par la suite louée aux maîtres et maîtresses des métiers selon des contrats diversifiés dont les Recteurs sont responsables19.

  • 20 J.-P. Aguerre-Hohl, L’apprentissage des enfants de la Charité de Lyon au xviiie siècle... cit., p.  (...)
  • 21 AML, Archives HCL, Charité, E1565, Règlement pour le Travail des Enfans de la Chanal, des Catherine (...)

16Les contrats d’apprentissage conservés dans les archives de la Charité nous introduisent au fonctionnement de l’Hôpital et aux rapports que celui-ci tisse avec le monde productif de la ville. L’Hôpital effectue un premier « tri » des ouvriers et des ouvrières, basé en partie sur les capacités individuelles et en partie sur l’origine sociale des assistés. Les différentes catégories d’enfants admis à l’hôpital reçoivent en effet un traitement différent selon qu’il s’agisse de garçons ou filles délaissées mais légitimes, ou d’enfants abandonnés illégitimes. Les premiers sont acheminés vers des professions plus évaluées et plus rentables, tandis que les enfants illégitimes sont essentiellement formés pour servir de main d’œuvre de la Grande Fabrique, sans espoir de rentrer dans les mécanismes d’ascension professionnelle à l’intérieur du métier. Ainsi, les « Thérèses » – les filles illégitimes reçues par la Charité dès l’âge de 7 ans – sont généralement confiées à des maîtres ou des maîtresses de la Grande Fabrique. On les trouve très rarement dans les rangs des apprenties ou des ouvrières des corps « féminins » : des 473 contrats d’apprentissage enregistrés pour les Thérèses entre 1721 et 1791, seul le 6,7 % concerne ce type de métiers (brodeuses et lingères). Nous savons par ailleurs que les embauches dans ces métiers ne sont pas aussi rares chez les Catherines. Une étude portant sur l’apprentissage des filles et des garçons de la Charité entre 1759 et 1768 montre par exemple que pour cette seule décennie, on peut compter huit filles « Catherines » chez des faiseuses de fleurs, contre une seule « Thérèse », douze chez des faiseuses de mode et couturières (et aucune Thérèse), sept chez des passementiers (une seule Thérèse), sans parler des sept Catherines placées chez des maîtres libraires et relieurs de livres20. Nous savons aussi que, dès le départ, une sorte de hiérarchie des possibilités basées sur les origines est mise en place. D’après les règlements des ateliers de la Charité publiés en 1746, un tiers des Catherines est instruit dans la couture, et les deux tiers restant travaillent dans la soie et dans la fabrication de bas. Les Thérèses n’exercent pas la couture. Réunies dans les mêmes salles de travail, les Catherines et les Thérèses ne perçoivent pas nécessairement la même rémunération. Les Catherines travaillant la soie reçoivent un sol par livre, tandis que les Thérèses ne perçoivent que six deniers pour la même quantité21.

  • 22 Je ne citerai ici que les expériences dramatiques, mais fort rentables tant pour l’Hôpital que pour (...)

17Le nombre important de filles et de garçons dont la Charité dispose, et leur formation préalable dans ses ateliers, lui permet de négocier dans une bonne position avec les maîtres et les maîtresses, en s’assurant des conditions d’embauche qui peuvent être avantageuses, surtout pour l’institution mais aussi, parfois, pour les filles22. Dans les travaux de la soie, elles sont surtout des dévideuses (72,7 % de tous les contrats d’apprentissage établis entre 1721 et 1791 par les recteurs de l’hôpital), mais qu’on indique aussi très souvent comme « travaillant sur le métier » (cf. tableau 1).

18Il s’agit là d’un privilège particulier, car selon les règles de la communauté, les femmes ne sont pas admises au travail direct sur le métier, mais elles peuvent et doivent assurer d’autres tâches au sein de l’atelier. Ces filles vont donc s’ajouter aux filles et femmes de maître qui profitent également de ce « privilège », sans toutefois pouvoir aspirer à travailler de façon indépendante et étant soumises à deux autorités qui en écrivent le destin : les Recteurs de la Charité et les maîtres ou maîtresses de la Fabrique. Ainsi, la Charité et ses assistées profitent des ambiguïtés des statuts, se faufilant dans un monde à la limite de la misère, pour lequel toute amélioration infime est vitale. Ainsi faisant, l’institution de l’assistance contribue à maintenir la fragmentation du monde ouvrier selon une logique qui produit une hiérarchie basée sur l’origine des femmes.

19De la lecture de ces contrats on peut tirer d’autres renseignements sur la physionomie de ces jeunes ouvrières et leurs conditions de travail. Voyons-en quelques-uns. L’âge des filles affermées n’est indiqué que dans 47 cas sur 473 ; la proportion est trop petite pour pouvoir conclure. On peut néanmoins constater le spectre très large des âges des filles pour qui la Charité se charge de trouver un patron ou une patronne : les trois plus jeunes ont 11 ans, les deux plus âgées en ont 36, mais les deux groupes les plus nombreux ont 14 et 15 ans. L’éventail des situations est varié. Dans les cas des plus âgées, par exemple, il peut ne pas s’agir de premiers contrats. Les fuites répétées que les apprenties accomplissent des patron-ne-s trop durs, ou de rythmes de travaux trop usants sont à l’ordre du jour, et les filles reviennent demander l’assistance de l’Hôpital qui s’en charge en leur trouvant d’autres solutions.

20Les conditions de l’embauche subissent aussi quelques petites variations en fonction de l’âge des filles. En règle générale, les patron-ne-s s’engagent à nourrir, loger et blanchir l’apprentie et à la rémunérer de manière variable en ce qui concerne aussi bien le montant ou la périodicité/durée que la nature du salaire ou le destinataire de celui-ci.

Tableau 1
APPRENTISSAGES DES JEUNES FILLES « THÉRÈSES » DE LA CHARITÉ (1721-1791)

Tableau 1APPRENTISSAGES DES JEUNES FILLES « THÉRÈSES » DE LA CHARITÉ (1721-1791)

21Les clauses d’embauches font parfois mention de la défense faite aux patron-ne-s de renvoyer l’apprentie à la « maison » pour quelques raisons que ce soit, ce qui veut dire qu’on les oblige à entretenir les filles en cas de maladie. Pour ce qui est des plus âgées, la Charité semble néanmoins tenir à s’assurer d’une installation durable, du moment que, à partir d’un certain âge, les filles ne sont plus admissibles à l’Hôpital.

22Les recteurs de l’Hôpital requièrent aussi aux patron-ne-s un engagement concernant le respect des devoirs religieux des filles. Lorsqu’elles sont très jeunes, ils leur est aussi demandé d’assurer la célébration de la première communion. Rien n’est pas contre précisé quant aux obligations des apprenties.

23La durée des apprentissages est aussi variable, même si la mode se situe autour de 4 ans (cf. tableau 2).

Tableau 2
DURÉE DES APPRENTISSAGES DES THÉRÈSES (1721-1791)

Tableau 2DURÉE DES APPRENTISSAGES DES THÉRÈSES (1721-1791)

24Les données ne permettent pas d’affiner ultérieurement l’analyse des durées des contrats. Nous ne savons pas grande chose des contrats les plus longs, et il n’existe pas de durée particulières selon les professions.

  • 23 Cf. les placements collectifs étudiés par Aguerre et déjà cités.
  • 24 Croze et al., Histoire de l’Hôpital de la Charité...cit., p. 289.

25Les caractéristiques de ces contrats révèlent le caractère ambigu de la désignation d’apprentissage qui les caractérise. Il s’agit de véritables locations temporaires de main d’œuvre plutôt que d’apprentissages professionnels. La Charité est une institution d’assistance, qui doit gérer ses pauvres à l’économie. Ne pouvant pas entretenir directement les filles et les garçons sur ses propres ressources, elle leur donne une formation de base, et les loue ensuite à des patrons qui se chargent entièrement ou presque de leur entretien, et qui paient pour une main d’œuvre active et déjà en état de travailler, liée à l’atelier par des contrats relativement stables23. Généralement, au moins les deux tiers du salaire des filles embauchées va aux recteurs de l’Hôpital qui l’utilisent pour les dépenses de l’institution, mais aussi pour pourvoir une dot aux filles lorsqu’elles seront en âge de se marier24.

  • 25 Je compte ici le nombre de contrats, dont certains peuvent concerner une même personne, embauchée p (...)

26Avant de revenir sur les questions liées aux ambiguïtés de l’apprentissage, je voudrais attirer l’attention sur le pourcentage relativement élevé de contrats souscrits avec des patronnes. En effet, environ 42 % des contrats d’embauche (ou apprentissage) des filles sont établis entre les recteurs et une patronne (cf. tableau 3)25. Cela concerne 199 contrats d’apprentissage sur les 473 rédigés entre 1721 et 1791.

27De ces 199 patronnes, 26 seulement présentent le titre de maîtresse, contre 237 hommes ayant le même titre. Ce titre correspond je pense à ces filles ou femmes de maître qui reçoivent l’autorisation de travailler temporairement de manière indépendante que l’on a évoquées précédemment. Voyons-en quelques cas. Catherine Derieu, épouse de Jean Boulard, est enregistrée comme « dévideuse » en 1762 et en 1763 et en tant que « maîtresse dévideuse de soie » en 1783, du vivant de son mari ; de même, Gertrude Girard est une « ouvrière en soie » en 1775 et en 1777 et une « maîtresse dévideuse » en 1785. Mais ce sont les seuls cas où l’attribution du titre de « maîtresse » succède dans le temps et sans retours à celui de simple ouvrière. Dans les autres cas, la désignation d’une femme embauchant des ouvrières de la Charité comme « maîtresse » ne suit pas nécessairement de manière chronologique la mention de la profession sans aucun titre. Souvent, dans le cas des patronnes mariées, on trouve mention de l’autorisation donnée par le mari qui permet à la femme d’embaucher des apprenties. Cette précision renvoie à la minorité juridique accordée aux femmes encore au xviiie siècle. La proportion de célibataires ayant une activité à leur compte, gérant des apprenties (mais on pourrait dire des ouvrières du fait du type particulier des apprentissages de la Charité) semble relativement significative.

Tableau 3
GENRE DES PATRONS ET DES PATRONNES DES APPRENTIES « THÉRÈSES » (1721-1791)

Tableau 3GENRE DES PATRONS ET DES PATRONNES DES APPRENTIES « THÉRÈSES » (1721-1791)

Les ambiguïtés de l’apprentissage

28Le cas des Thérèses que je viens de présenter a mis à jour quelques-unes des ambiguïtés de l’apprentissage tel qu’il est nommé dans les sources généralement utilisées pour étudier le travail sous l’Ancien Régime. On l’a dit : plus que d’apprentissage, il s’agit là en effet de simples embauches déguisées en apprentissage mais sans doute ressenties comme tel. Plusieurs conditions de l’apprentissage sont en effet incluses dans les contrats que j’ai pu consulter, comme par exemple l’âge relativement jeune des filles, ou l’entretien complet de la travailleuse par le patron ou la patronne, ainsi que l’hébergement prévu et l’assistance en cas de maladie.

29On retrouve les mêmes difficultés à différencier les contrats et à bien comprendre les engagements des parties dans le contrats de travail lorsque l’on s’intéresse à un autre type de sources. Le Tribunal pour la conservation de la Foire conserve des documents saisis aux commerçants ayant fait faillite qui peuvent être utiles pour étudier cet aspect du problème. Parmi ceux-ci, on peut trouver quelques carnets d’embauche d’ouvrières – ou domestiques, ou apprenties – de quelques maîtres fabricants. Ces documents, bien que relativement isolés, nous donnent un aperçu intéressant, plus intime, sur la situation des apprenties, des ouvrières et des domestiques à l’intérieur des boutiques.

  • 26 ADR, Tribunal pour la conservation de la foire, 8 B 750-2, Papiers de Jacques Etienne Charles, maît (...)

30Le carnet tenu de 1768 à 1779 par un maître guimpier, par exemple, nous permet de voir de manière plus explicite les différentes tâches des filles affermées26 :

6 février 1772 Jeanne Marie Blan est en mon service pour faire la cuzine pour le prix et somme de 54 livres
6 janvier 1772 j’ai affermer Claudine Guenet pour deux années entière et consecutive sans absenter mon service sans cause legitime dont je lui promet la somme de trente six livres e le blanchissage de tout son linge et m’oblige a lui enseigner a filé l’or et largent (...)
29 avril 1772 Marie Badau et antré à mon service pour unané consecutive sans absenter mon service sans cause legitime donc je lui promet la somme de 36 livres et le blanchissage de tout son linge
18 aout 1773 j’ai affermé Elisabeth Poncian chez moi pour devider et faire tout se quil liatafaire pour la maison pour une année consecutive.... je lui promet la some de 39 livres et le blanchissage de tout son linge
6 avril 1774 j’ai affermée Claudine Guenet pour une année entière et consécutive... je lui promet la some de 54 livres et le blanchissage du gros linge et du fin
9 janvier 1774 j’ai affermée Benoyte Nantas pour une anné entière et consecutive.... a filé l’or et l’argent et luy promet la somme de 48 livres et le blanchissage de tout son linge
20 janvier 1774 j’ai affermé Tiene Fumar pour une année pour apprendre ( ?) de guimpier donc je lui promet la somme de 30 livres et son blanchissage de gros et fin
20 avril 1774 j’ai affermé Nanon Grand Clement de Viry en Franche Comté pour 2 ans entier et consectutif... je luy promet la somme de 36 livres et le blanchissage de tout son linge
14 juillet 1775 j’ai affermé la perrete pour faire le ménage et lui promet la somme de 60 livres pour une année entière.

31Les apprenties côtoient les domestiques et les ouvrières, parfois changent de position – et de salaire – une fois la période de l’apprentissage terminé (cf. ici le cas de Claudine Guenet). L’apprentissage de différentes tâches n’est pas payé de la même manière, et peut aller, comme ici, presque du simple au double. Les tâches ménagères – le ménage et la cuisine – sont payées mieux que le travail de la soie, mais nous n’avons pas d’éléments suffisants pour comprendre exactement type de travail impliqué pour chacune de ces désignations, et nous n’avons pas un inventaire exhaustif des conditions auxquelles est soumise chacune des parties.

  • 27 ADR, Tribunal pour la Conservation de la Foire, 8 B 667, Papiers de Berthier et de la veuve Magnin, (...)

32Un autre cahier, celui de Jacques Magnin, maître ouvrier à façon, poursuivi par sa veuve et son second mari, nous donne des renseignements équivalents sur une période plus longue (cf. tableau 4)27. Encore une fois, les ambiguïtés entre l’apprentissage et le service domestique – qui reste par ailleurs totalement indéterminé – sont saillantes. Mais la lecture de ce cahier nous permet d’avoir un aperçu sur la stabilité de la main d’œuvre (ou au moins d’une partie de celle-ci) auprès d’un même maître ou maîtresse.

Tableau 4
LE « CARNET DES OUVRIÈRES » DE JACQUES MAGNIN, SA VEUVE ET SON SECOND MARI (1739-1769)
(Source : ADR, Tribunal pour la conservation de la Foire, 8 B 667)

Tableau 4LE « CARNET DES OUVRIÈRES » DE JACQUES MAGNIN, SA VEUVE ET SON SECOND MARI (1739-1769)(Source : ADR, Tribunal pour la conservation de la Foire, 8 B 667)
  • 28 a = apprentie ; D = domestique ; S = servante.
  • 29 Par an.

Note28
Note29

  • 30 Le carnet parle d’apprenties ou de filles embauchées « à mon service » ou encore de domestiques. Il (...)
  • 31 Ce type d’information n’est noté de manière systématique qu’à partir de 1755.
  • 32 ADR, Tribunal pour la Conservation de la Foire, 8 B 667, Papiers de Berthier et de la veuve Magnin, (...)
  • 33 M. Garden, Lyon et les lyonnais... cit., p. 189-191.
  • 34 Ibid.

33On ne peut pas voir beaucoup de régularités, ou de caractéristiques spécifiques pour les apprenties par rapport aux ouvrières30, si ce n’est que l’apprentissage engage pour au moins deux ans, tandis que les servantes sont généralement embauchées à l’année, quitte à renouveler leur engagement pour plusieurs années de suite (ou même avec des intervalles entre deux contrats). Le salaire payé aux apprenties est inférieur à celui payé aux personnes dites « au service », mais le montant n’est pas le même pour des apprentissages engagés au même temps – signe de tâches différentes ? Les « bénéfices annexes » au salaire – blanchissage du linge dans la plupart des cas – caractérisent aussi bien les apprenties que les ouvrières31. Les filles paient les habits et les raccommodages dont elles auraient besoin pendant le service, et les sommes sont déduites de leur salaire. Elles semblent bien être nourries et logées au frais de l’employeur. Nous n’avons pas de trace d’une formalisation quelconque de ces contrats, à part les indications fournies par ce petit cahier. On ne peut donc pas affirmer avec certitude qu’elle n’existe pas. Toutefois, dans le dossier étudié, on trouve également, signé de la main du même Jacques Magnin, des contrats d’apprentissage formalisés, qui concernent des filles n’apparaissant pas dans le carnet étudié ci-dessus. Je ne citerai ici qu’un seul exemple, celui du contrat rédigé le 16 décembre 1759 avec la mère et le beau-père de Geneviève Charnollin, fille orpheline d’un maître fabricant, que Magnin prend comme apprentie pour trois ans32. Les différences sont significatives. La jeune fille ne recevra en effet aucun salaire pendant la première année ; à la fin de la deuxième elle percevra 24 livres et 48 livres à la fin de la troisième année de son contrat. Pendant toute la durée de l’apprentissage, elle recevra aussi « ... le gitte feu et nourriture et blanchissage de tout son linge ». Un apprentissage officiel donc, avec des clauses contraignantes pour la mère et le beau-père de l’apprentie qui sont responsables pour elle ; et bien payé par rapport à ceux des filles figurant sur le carnet que l’on vient d’examiner. Pour certains aspects, celui-ci se rapproche plus des contrats d’apprentissage que Garden considère représenter le « véritable » apprentissage dans sa forme typique car il évoque la responsabilité des parents par rapport au comportement de l’apprentie, notamment à ses possibles absences ou ses fuites33. Mais par rapport à cette forme « typique », il manque encore la description détaillée des compétences enseignées et, surtout, le caractère payant de l’apprentissage. Garden considère que ces clauses servent à fermer le métier à un nombre relativement restreint de postulants, et à garantir ainsi sa reproduction privilégiée. C’est en effet le prix de l’apprentissage qui, joint à sa durée, exclut de nombreux candidats potentiels de cette forme d’intégration dans les structures des métiers. La durée moyenne de l’apprentissage dans la plupart des métiers réglementés est d’environ quatre ans pendant lesquelles les parents doivent entretenir leurs enfants, qui ne sont que logés par le maître – souvent d’ailleurs en échange d’une compensation financière – qui, de façon de plus en plus systématique le long du xviiie siècle, se fait payer pour apprendre ses techniques et ses « secrets »34. Mais les secrets ne semblent pas être véritablement tels car, comme on l’a vu, l’apprentissage concret de nombreuses tâches est relativement diffusé et s’adresse à des sujets variés, selon des modalités elles-aussi variables. Les exceptions à la règle du paiement de l’apprentissage touchent souvent les enfants des maîtres du métier, en renouvelant ultérieurement leur position privilégiée. En effet, plus que l’apprentissage, on semble faire payer une sorte d’assurance pour entrer un jour dans le corps des maîtres, évitant ainsi quelques-unes des difficultés des positions plus précaires. Et on maintien aux marges une force de travail nombreuse, qualifiée mais pas reconnue, qui permet de modérer les salaires et d’entretenir une vision hiérarchique de la société, imposant aux acteurs des comportements empreints de cette même logique de la division.

34Le xviiie siècle est un siècle de bouleversements importants dans le monde du travail. Aux projets plus ou moins aboutis, revus, corrigés d’abolition ou de transformation des corporations, fait face à Lyon une structure – La Grande Fabrique – largement dominante, qui profite plutôt bien de la coexistence de plusieurs formes d’organisation du travail et de la pluralité importante de sujets – sociaux et économiques – en présence. Des apprenti-e-s, compagnon-ne-s, maîtres et maîtresses... côtoient un monde vaste d’ouvriers et ouvrières affermées, de servantes, de filles ou femmes de maître. Un usage attentif de la composition de la main d’œuvre à partir de ces sujets permet sans doute aux maîtres ouvriers et aux marchands-fabricants de maximiser leur organisation et leurs affaires. Reste à voir et à comprendre comment chaque individu, homme ou femme, exploite au mieux les espaces de possibilités construits par les différentes facettes de cette organisation productive. Quels sont les choix des parents pour l’insertion professionnelle des enfants ? Comment varient-ils selon le rang des enfants, leur sexe, le cycle de vie de la famille, la possibilité d’avoir recours ou pas aux institutions d’assistance et de charité ? Comment la « précarité » du travail féminin – ou du travail tout court – peut-elle aussi être le résultat de stratégies de survie multiples et diversifiées ? Ce sont quelques-unes des questions qui me semblent centrales surtout au moment où les bouleversements actuels dans l’organisation de la production, des rythmes de travail et de vie, de la gestion individuelle des crises économiques sont en train de remettre en cause aussi notre propre manière de voir le travail et d’en concevoir la place dans la vie. Seule une étude plus complexe et approfondie pourra éclairer ces mécanismes et ces dynamiques complexes. J’espère avoir ici donné une petite contribution, dans les limites qui nous ont été proposées.

Haut de page

Notes

1 M. Garden, Ouvriers et artisans au xviiie siècle. L’exemple lyonnais et les problèmes de classification, dans Revue d’histoire économique et sociale, 1, 1970, p. 28-54 ; M. Garden, Lyon et les Lyonnais au xviiie siècle, Paris, 1970.

2 La bibliographie sur le sujet est vaste. Je me limite ici à citer quelques travaux concernant la France, et Lyon en particulier. Parmi ceux-ci, outre le travail qui reste fondamental de M. Garden, Lyon et les Lyonnais... cit., on peut voir les travaux de D. Hafter, Women and work in preindustrial France, Pennsylvania State University, 2007 et Id., Il lavoro delle donne nella Francia preindustriale : un dibattito storiografico, dans Genesis, 1-2, 2008, p. 139-163. Le volume de cette revue est entièrement consacré au travail féminin pris sous l’angle de la flexibilité et de la précarité. Les différents articles présentent des hypothèses de travail et des conclusions intéressantes pour les sujets qui nous intéressent ici.

3 Les registres paroissiaux lyonnais sont désormais accessibles en ligne, à partir du site des Archives Municipales de Lyon (AML) : www.archives-lyon.fr/archives/sections/fr/archives enligne/registresparoissiau. J’ai donc fait un sondage sur les différents registres de mariage, à la recherche des indications concernant le métier exercé par les femmes y apparaissant. Le plus ancien dans lequel ce type d’information est donné est celui de la paroisse de Sainte-Croix qui donne la profession des épouses dès 1760. Les autres paroisses suivent dans les années 1770-1780. La seule exception semble être celle de Saint-Nizier où on ne trouve pratiquement jamais ce genre d’information.

4 Cf. J.-F. Budin, Les métiers féminins de la soie à Lyon, xviie et xviiie siècles, 2000, Mémoire de maîtrise, Université Lumière – Lyon 2, sous la direction de F. Bayard et Id., Le travail féminin à Lyon au xviie siècle, 2001, Mémoire de DEA, Université versité Lumière – Lyon 2, sous la direction de F. Bayard.

5 À ce propos, on peut voir l’article de L. Allegra, Un modèle de mobilité sociale préindustrielle. Turin à l’époque napoléonienne, dans Annales HSS, 2, 2005, p. 443-474, en particulier ses considérations initiales qui expliquent et justifient cette approche.

6 M. Garden, Lyon et les Lyonnais... cit., p. 276.

7 D. Hafter, op. cit., p. 17.

8 M. Garden, Ouvriers et artisans... cit.

9 Les effectifs des personnels indiqués par ce document se réfèrent à l’année 1789 ; on peut néanmoins se baser sur ces chiffres pour estimer un rapport quantitatif plus durable entre les différents rôles exercés au sein de la Grande Fabrique.

10 M. Garden, Ouvriers et artisans... cit.

11 Les traces de cette discussion se composent essentiellement des mémoires rédigés par les marchands-fabricants qui relatent les textes des maîtres ouvriers, en discutant de leurs positions. Cf. les documents conservés dans AML, HH 134. Cf. aussi J.-F. Budin, Les métiers féminins de la soie... cit., p. 50-57.

12 AML, HH 134, Mémoire des maîtres marchands de la communauté des fabricants... sur l’admission des filles à tous les échelons de la profession (1763).

13 AML, HH 134 Mémoire anonyme provenant du milieu des maîtres marchands fabricants au sujet des requêtes des maîtres ouvriers (juillet 1759).

14 Les positions défendues par les maîtres ouvriers ne nous sont connues que par ce qu’en disent les marchands, et les réponses de ces derniers aux requêtes des premiers. Cf. AML, HH 134, Mémoire anonyme provenant du milieu des maîtres marchands fabricants au sujet des requêtes des maîtres ouvriers (juillet 1759) ; Ibid., Mémoire des maîtres marchands de la communauté des fabricants... sur l’admission des filles à tous les échelons de la profession (1763). Je n’ai pas pu trouver les mémoires des maîtres rédigés par eux-mêmes.

15 Voici la description de ce travail : « 1° prendre la gavacinière et la main gauche pour choisir le lac à tirer ; 2° empoigner le lac choisi de la main droite ; 3° passer la main gauche dans l’ouverture formée par le dernier temps entre le lac et le semple pour atteindre la machine à tirer ; 4° empoigner la machine à tirer de la main gauche et l’introduire dans cette ouverture ; 5° tirer la machine à soi de la main droite et s’appuyer de la main gauche pour la mouvoir ; 6° fouler la machine et la tenir horizontalement tirée des deux mains ; 7° laisser aller la machine et la renvoyer de la main droite en son lieu », cf. J. Godart, L’ouvrier en soie. Monographie du tisseur lyonnais, étude historique, économique et sociale Lyon, 1899, p. 72, cit. par J.-P. Aguerre-Hohl, L’apprentissage des enfants de la Charité de Lyon au xviiie siècle, Mémoire de Maîtrise sous la direction de M. Garden, Université Lumière-Lyon 2, 1978, p. 59. Marchands fabricants et maîtres ouvriers sont d’ailleurs tous conscients de la dureté de ce travail, qui tue un nombre important de femmes, après les avoir déformées.

16 AML, HH 134... cit.

17 On doit néanmoins souligner les contradictions des arguments avancés par les marchands fabricants car l’admission à l’apprentissage qu’ils proposent ne concernerait que les lyonnaises, tandis que ce sont surtout des filles originaires du Bugey ou de la Savoie qui tirent les cordes.

18 Ces autorisations sont généralement accordées pour deux ans. Voir AML, HH 586, Registre des permissions accordées aux filles de maîtres (1773-1791).

19 Sur les ateliers de la Charité et la « formation » ou le travail des garçons et des filles hébergés par la Charité, cf. Croze et al., Histoire de l’Hôpital de la Charité de Lyon, Lyon, Audin et cie, 1934 ; J.-P. Aguerre-Hohl, Les placements collectifs des enfants de la charité au xviiie siècle, dans Bulletin du centre d’histoire économique et sociale de Lyon, 1977, p. 17-47 ; Id., L’apprentissage des enfants de la Charité de Lyon au xviiie siècle... cit.

20 J.-P. Aguerre-Hohl, L’apprentissage des enfants de la Charité de Lyon au xviiie siècle... cit., p. 54-73.

21 AML, Archives HCL, Charité, E1565, Règlement pour le Travail des Enfans de la Chanal, des Catherines, des petits Garçons et des Thérèses de l’Hôpital Général de la Charité et Aumône générale de Lyon, 6 janvier 1746, art. II, III, V.

22 Je ne citerai ici que les expériences dramatiques, mais fort rentables tant pour l’Hôpital que pour les patrons, des placements collectifs étudiés par J.-P. Aguerre-Hohl, Les placements collectifs des enfants de la charité au xviiie siècle... cit.

23 Cf. les placements collectifs étudiés par Aguerre et déjà cités.

24 Croze et al., Histoire de l’Hôpital de la Charité...cit., p. 289.

25 Je compte ici le nombre de contrats, dont certains peuvent concerner une même personne, embauchée plusieurs fois par des patron(ne)s différent(es).

26 ADR, Tribunal pour la conservation de la foire, 8 B 750-2, Papiers de Jacques Etienne Charles, maître guimpier, argent et dorures (1768-1779).

27 ADR, Tribunal pour la Conservation de la Foire, 8 B 667, Papiers de Berthier et de la veuve Magnin, maître ouvrier à façon, « Livret commencé en 1739... ».

28 a = apprentie ; D = domestique ; S = servante.

29 Par an.

30 Le carnet parle d’apprenties ou de filles embauchées « à mon service » ou encore de domestiques. Il est difficile de préciser ce qui correspond au « service », qu’ici j’assimile à celui d’une ouvrière affermée. De plus, parfois on dit « j’ai affermé (telle fille) en qualité d’apprentisse pour mon service », ou « domestique pour mon service »...

31 Ce type d’information n’est noté de manière systématique qu’à partir de 1755.

32 ADR, Tribunal pour la Conservation de la Foire, 8 B 667, Papiers de Berthier et de la veuve Magnin, maître ouvrier à façon.

33 M. Garden, Lyon et les lyonnais... cit., p. 189-191.

34 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – La Grande Fabrique.
Titre Tableau 1APPRENTISSAGES DES JEUNES FILLES « THÉRÈSES » DE LA CHARITÉ (1721-1791)
Titre Tableau 2DURÉE DES APPRENTISSAGES DES THÉRÈSES (1721-1791)
Titre Tableau 3GENRE DES PATRONS ET DES PATRONNES DES APPRENTIES « THÉRÈSES » (1721-1791)
Titre Tableau 4LE « CARNET DES OUVRIÈRES » DE JACQUES MAGNIN, SA VEUVE ET SON SECOND MARI (1739-1769)(Source : ADR, Tribunal pour la conservation de la Foire, 8 B 667)
Légende Note28Note29
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Monica Martinat, « Travail et apprentissage des femmes à Lyon au xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 11-24.

Référence électronique

Monica Martinat, « Travail et apprentissage des femmes à Lyon au xviiie siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/589 ; DOI : 10.4000/mefrim.589

Haut de page

Auteur

Monica Martinat

Universite Lyon 2 – LARHRA, monica.martinat@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org