Navigation – Plan du site
Travail comme ressource

Le travail comme ressource : parcours individuels, mobilité et stratégies économiques dans les villes d’Ancien Régime

Work as a resource: individual endeavours, mobility and economic strategies in towns of the Ancien Régime
Eleonora Canepari et Beatrice Zucca Micheletto
p. 5-10

Résumés

Dans les sociétés modernes, tous les individus étaient censés travailler et cela jusqu’à la fin de leur vie. Face au risque d’appauvrissement les individus mettaient en place différentes stratégies, dont une partie fondamentale se développait autour du travail. Dans la plupart des cas, le travail représentait non seulement une véritable ressource et mais aussi l’expression d’une appartenance, voire d’une identité.
C’est autour d’une définition de travail – issue de l’anthropologie – en tant que ressource primaire quels textes de ce numéro sont réunis. La pluriactivité, la mobilité professionnelle, l’irrégularité des rythmes de travail, la possibilité des individus de changer de métier au cours de leur vie, ainsi que le travail des catégories sociales «marginales» (enfants, personnes âgées) nous semblent pourtant des traits essentiels et spécifiques du monde du travail préindustriel. Cette réflexion s’impose encore davantage dans le moment présent, où la précarisation des emplois est devenue une des caractéristiques dominantes du marché du travail.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ces textes sont issus des discussions qui eurent lieu lors de Halbwachs (CNRS-EHESS-ENS) les 24-25 (...)

1Les textes réunis dans ce numéro portent sur le concept de travail comme ressource des individus1. Pendant longtemps, le travail a été représenté d’une façon presque univoque comme une identité, une appartenance à un corps ou à une communauté; avec ces textes nous souhaitons relancer le débat, au sein de l’histoire sociale, autour du monde du travail, à partir d’une définition de celui-ci – issue de l’anthropologie – en tant que ressource primaire. Dans les sociétés modernes, tous les individus, hommes et femmes – sauf les aristocrates –, étaient censés travailler et cela jusqu’à la fin de leur vie. Le risque d’appauvrissement était une contrainte incontournable, face à laquelle les individus mettaient en place différentes stratégies, dont une partie fondamentale se développait autour du travail, qui, dans la plupart des cas, représentait une véritable ressource et non seulement l’expression d’une appartenance, voire une identité. Le travail est donc considéré ici comme une ressource sociale complexe, objet d’une continuelle manipulation menée par les individus entre des normes différentes – et souvent conflictuelles –, et selon le cycle de vie, les milieux sociaux et les stratégies mises en place.

2Cette réflexion s’impose encore davantage dans le moment présent, où la précarisation des emplois et la délocalisation de la production sont devenues des caractéristiques dominantes du marché du travail. L’expérience de l’emploi permanent concerne de moins en moins les individus de nos sociétés, et le modèle de la flexibilité est proposé comme la vertu du travailleur du xxie siècle, ainsi qu’une solution permettant aux entreprises de s’adapter aux évolutions du marché.

3La pluriactivité, la mobilité professionnelle, l’irrégularité des rythmes de travail, la possibilité/ capacité des individus de changer de métier au cours de leur vie ou au cours des mois et des saisons, ainsi que le travail des catégories sociales considérées comme marginales (enfants, personnes âgées), n’ont pas reçu jusqu’à présent l’attention qu’elles méritent; ces aspects nous semblent pourtant des traits essentiels et spécifiques du monde du travail préindustriel. C’est surtout la capacité des individus, quoique entre mille contraintes, de manipuler la ressource «travail» qui a été largement négligée ou sous-estimée. En effet, l’historiographie a privilégié une image dichotomique du monde du travail, partagé entre un modèle d’emploi plus régulier, pour ainsi dire – un seul métier, exercé toute la vie, de préférence au sein d’une corporation et composé des étapes classiques, de l’apprentissage au compagnonnage et jusqu’à la maîtrise – et les formes illicites de travail, à savoir l’exercice du métier en dehors des corporations. Par contre, en attirant l’attention sur les multiples formes et pratiques du travail préindustriel, nous souhaitons montrer comment individus et familles savaient manipuler le travail et l’adapter – ainsi que s’adapter – aux différentes situations.

4Le concept de travail comme ressource positive, ne veut pas faire perdre de vue à l’historien ce que celui-ci a d’aliénant et de contraignant dans la pratique de certains métiers. Toutefois, nous désirons ici montrer que, dans certaines circonstances impératives, les acteurs sont pleinement en mesure de mobiliser des compétences professionnelles et de travailler dans plusieurs secteurs, simultanément ou successivement, en tirant avantage de la fluidité de l’organisation du travail.

5Cette notion clé de travail comme ressource des individus plonge ses racines dans plusieurs traditions historiographiques, que nous allons brièvement retracer dans les pages qui suivent : les études sur la non régulation du marché, celles sur les stratégies de survie et, surtout, la micro histoire.

  • 2 C. Ginzburg, C. Poni, La micro-histoire, dans Le Débat, décembre 1981, p. 133-136.
  • 3 S. Cerutti, La Ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif (Turin, xviie-xviiie siècle)(...)
  • 4 S. Cavallo, Artisans of the body in Early Modern Italy: Identities, families and masculinities, Man (...)
  • 5 M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du xxe siècle, Paris (...)
  • 6 G. Levi, Carrières d’artisans et marché du travail à Turin (xviiie-xixe siècle), dans Annales. Écon (...)

6La reconstruction des parcours individuels est la pratique historiographique qui permet de saisir au mieux les phénomènes de pluriactivité et mobilité professionnelle, en raison du fait qu’elle amène l’historien à suivre l’individu à travers les changements qui caractérisent sa biographie2. L’utilisation de données biographiques pour l’étude du travail est une démarche typique de la micro histoire italienne, qui a abordé le sujet dans sa réflexion sur les groupes, les identités et les réseaux sociaux. Dans son livre sur les corporations turinoises du xviiie siècle, par exemple, Simona Cerutti montre l’utilisation faite par les individus des corps de métier. Les membres de la corporation des tailleurs se construisent une identité sociale et professionnelle qui leur permet de revendiquer une place et un rôle politique au sein de la ville3. La même approche est utilisée par Sandra Cavallo dans son ouvrage récent sur les chirurgiens, barbiers et autres «artisans du corps» (tels que tapissiers et perruquiers) turinois à l’âge moderne. Par le biais des données biographiques, l’auteur enquête les réseaux sociaux de ces professionnels et montre comment ils constituaient un véritable groupe social, bien au-delà des classifications et des divisions qui existeraient a priori entre les métiers artisanaux4. C’est également la reconstruction des biographies individuelles et familiales qui a permis il y a quelques années à Maurizio Gribaudi de montrer la complexité et la stratification des appartenances au sein de la classe ouvrière turinoise entre la fin du xixe et le début du xxe siècle5. Enfin, le thème du métier comme élément capable de déclencher des parcours de mobilité sociale est au cœur de certaines études de Giovanni Levi et Luciano Allegra6, dont les résultats contredisent le stéréotype de la fixité et de l’immobilisme des sociétés d’Ancien Régime.

7La démarche micro analytique employée par ces études est à la base de notre réflexion sur le travail en tant que ressource : des phénomènes tels que la pluriactivité et la mobilité professionnelle sont saisissables seulement en ayant recours à une méthodologie qui puise dans les données biographiques et qui vise à la reconstruction des parcours de vie. Cette approche permet de dépasser et nuancer certaines des dichotomies traditionnellement utilisées par les historiens pour décrire l’organisation du travail préindustriel, telles que corporations/travail libre, secteurs informels/formels de l’économie.

  • 7 S. Kaplan, Les corporations, les «faux ouvriers» et le faubourg Saint-Antoine au xviiie siècle, dan (...)
  • 8 A. Groppi, Une ressource légale pour une pratique illégale. Les juifs et les femmes contre la corpo (...)
  • 9 L. Allegra, Fra norma e deroga. Il mercato del lavoro a Torino nel Settecento, dans Rivista Storica (...)

8À partir des études fortement innovantes de Stephen Kaplan et Michael Sonenscher, et d’autres encore qui ont suivi, la non régulation d’amples secteurs du marché du travail est désormais acceptée comme un trait constant des économies d’Ancien Régime7. Par ailleurs, la réflexion sur la difficulté, voire l’impossibilité, de réglementer «d’en haut» le marché du travail moderne est issue d’une réévaluation plus générale de la capacité d’action des individus, des acteurs principaux, qui ne renoncent pas à manipuler les ressources disponibles – y compris le travail et les institutions – pour atteindre leurs buts8. En effet, les frontières entre travail légal/réglementé vs travail illicite/non réglementé deviennent floues lorsqu’on adopte la perspective des individus. Rapidement on s’aperçoit que ces distinctions n’étaient pas fondamentales dans les parcours de vie et professionnels des individus, lesquels, par contre, pouvaient enchaîner des périodes de travail en corporation suivis par des périodes en dehors, ou bien pratiquer les deux formes de travail en même temps, ou encore, essayer de régulariser leur position auprès des institutions après des années de pratique illégale9.

  • 10 Sur ce sujet voir par exemple le numéro monographique de Quaderni storici édité par Edoardo Grendi. (...)
  • 11 O. Hufton, The poor of eighteenth-century France, Oxford, 1974.
  • 12 Les études sur les «working poor» et l’économie du «makeshift» sont très nombreuses; voir entre aut (...)

9La tradition historiographique des études sur la pauvreté est un autre pôle autour duquel le concept de travail comme ressource a été élaboré. À partir de la critique portée au modèle du «grand renfermement» de Michel Foucault, la capacité d’action et de choix des individus a été soulignée et mise en évidence désormais à plusieurs reprises, surtout grâce aux études qui ont montré la complexité de l’interaction entre les individus et les institutions. Ces dernières ont été décrites non seulement comme des structures répressives, mais plutôt comme des ressources que les individus étaient capables de manipuler pour mieux réaliser et poursuivre des objectifs dans leurs parcours de vie10. Cette réflexion est, par exemple, à la base d’un renouvellement des études qui portent sur les institutions caritatives, le recours à ces dernières ayant été de plus en plus interprété comme une partie fondamentale des stratégies de survie. De plus, le secours venant des institutions représente une partie fondamentale de ce que Olwen Hufton, dans son ouvrage consacrée aux pauvres dans la France du xviiie siècle, avait défini comme l’économie du «makeshift»11, – à savoir les moyens utilisés par les pauvres pour gagner leur vie, en ayant recours à différentes ressources (travail, institutions, microcrédit, activités dans les secteurs informels de l’économie urbaine, etc.)12.

  • 13 L. Fontaine, J. Schlumbohm (éd.), Household Strategies for survival, numéro monographique de Intern (...)
  • 14 L. Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, (...)

10En 2000, Laurence Fontaine et Jürgen Schlumbohm ont relancé le débat à partir d’une réflexion autour de la notion de «stratégie de survie», et, dans un numéro monographique de International Review of Social History ont présenté des études portant sur l’action des individus dans des contextes de crise ou de difficulté économique13. Il en ressort que ces stratégies, menées d’une façon plus ou moins consciente, ne concernaient pas seulement les individus les plus pauvres ou les plus démunis. En effet, selon la définition de Fontaine, la pauvreté était un risque, auquel étaient sujets tous les groupe sociaux : pour y échapper, les individus combinaient plusieurs ressources provenant des institutions, des différentes formes de travail, du crédit etc.14.

  • 15 Voir, par exemple : A. Belmont, Des ateliers aux villages. Les artisans ruraux en Dauphiné sous l’A (...)
  • 16 T. Pfirsch, Artisans et pluriactivité. L’exemple de Dijon à la fin du Moyen Âge, dans Histoire urba (...)
  • 17 A. Cottereau, M. Gribaudi, Précarités, cheminements et formes de cohérence sociale au xixe siècle, (...)
  • 18 R. Ago, Economia barocca. Mercato e istituzioni nella Roma del Seicento, Rome, 1998.

11Toutefois, au-delà des études sur l’économie informelle et les stratégies de survie, qui ont surtout privilégié le rôle du crédit, des institutions d’assistance et de l’économie du «makeshift», rarement les recherches ont réfléchi à comment les individus des sociétés préindustrielles se servaient du travail, le conjuguaient selon différentes formes et pratiques, l’adaptaient à leurs exigences et nécessités, le transformant ainsi en une véritable ressource. Prenons la pluriactivité, exemple par excellence de cette capacité des individus de se partager entre plusieurs formes de travail et d’en tirer profit. Si le sujet est relativement bien connu par les études d’histoire rurale15, il l’est beaucoup moins pour le milieu urbain. L’une des rares recherches menées sur ce sujet est celle de Thomas Pfirsch, qui se concentre sur les artisans dijonnais à la fin du Moyen Âge, dont la pluralité des activités exercées est constatée à travers les contrats d’apprentissage16. Une référence importante sur le sujet, regardant le xixe siècle, est l’ouvrage de Maurizio Gribaudi et Alain Cottereau, qui utilise le concept de «précarité» pour décrire un contexte historique17. À partir des célèbres biographies familiales réalisées par Frédéric Leplay et ses élèves dans les milieux ruraux et urbains en France et en Europe pendant le xixe siècle, les auteurs analysent l’économie des ménages et ils montrent l’importance de la diversification des occupations et la pratique de la pluriactivité, individuelle et familiale, non seulement dans un contexte d’urgence et de crise mais aussi en tant que pratique habituelle et répandue au sein de l’économie familiale. Ces traits du travail dans l’Ancien Régime ressortent également de l’étude de Renata Ago sur l’«économie baroque» de la Rome du xviie siècle, surtout en ce qui concerne le travail non rémunéré, réglé par combinaison d’une logique de l’intimité et d’une logique du marché, qui nuance les catégories traditionnellement associées au travail de l’âge moderne18.

  • 19 L’application de concepts issus de la mondialisation à l’économie d’Ancien Régime est une démarche (...)

12Les recherches présentées dans ce volume cherchent à dépasser certains des concepts et des oppositions utilisés par l’historiographie sur le travail, et, en adoptant le point de vue des individus et des familles, à remettre au centre de l’analyse leur capacité d’action et de négociation. Les éléments innovants sont essentiellement au nombre de trois. Tout d’abord, nous proposons d’appliquer les notions de «précarité» et «flexibilité» – généralement utilisées pour décrire le marché du travail contemporain, mondialisé et caractérisé par la délocalisation de la production – à l’organisation du travail de l’Europe préindustrielle19. En dépit des différences profondes entre les deux économies, nous croyons que ces notions sont des outils nécessaires et indispensables pour mieux saisir la complexité et la stratification des formes de travail dans les sociétés préindustrielles.

13Deuxièmement, la focalisation sur les individus semble contredire, ou au moins nuancer fortement, l’opposition entre corporations et travail libre et entre secteurs formels et informels de l’économie. Comme nous l’avons déjà mentionné, lorsqu’on se positionne du côté des individus, on remarque que ces limites sont continuellement traversées et dépassées, dans le but de gagner sa vie, d’améliorer sa position ou encore de mieux répondre aux contingences.

14En troisième lieu, le travail n’étant pas une ressource seulement pour ceux qui occupaient des positions marginales au sein du marché du travail, ou qui exerçaient des activités «illicites», les textes ici réunis ne se concentrent pas a priori sur ces derniers ni sur les pauvres. Au contraire, ils montrent, chacun à partir de son propre cas d’étude et de son propre contexte socio-économique, en quoi le travail était une véritable ressource pour les individus de toute condition sociale et niveau de richesse, et comment les individus et les familles savaient manipuler et adapter cette ressource selon des situations et des exigences différentes. Ces nombreuses formes de travail ne constituaient pas seulement une tentative d’échapper au risque d’appauvrissement; elles pouvaient aussi jouer un rôle crucial dans un parcours d’ascension sociale.

15Dans cette perspective, les textes – organisés en cinq sections – s’interrogent sur les espaces de liberté et de contraintes auxquels individus et familles étaient confrontés dans leurs parcours professionnels. La deux premiers études se focalisent sur le travail des catégories considérées marginales dans l’historiographie classique du monde du travail (enfants et personnes âgées), et sur les formes de travail sous-remunéré ou non rémunéré. L’analyse de Monica Martinat montre comment l’organisation de la production de la soie à Lyon au cours du xviiie siècle façonnait les possibilités d’embauche des jeunes filles apprenties et dessinait pour chacune une formation et des espaces de travail différenciés. L’étude d’Angela Groppi aborde, de son côté, le lien entre la vieillesse et le travail. Dans la Rome pontificale, le poids économique non résiduel du travail des personnes âgées ainsi que sa diffusion ressortent clairement de l’analyse des individus qui demandent à être admis dans les principaux hôpitaux destinés à l’assistance des personnes âgées entre le xvie et le xixe siècle.

16La deuxième section recueille trois études qui interrogent le rôle de la mobilité géographique dans les parcours professionnels. Corine Maitte aborde le sujet à partir des migrations de travail de deux communautés verrières italiennes, celle d’Altare, un petit bourg dans l’ancien Monferrat, et celle de Venise. La mobilité est également un trait essentiel de la condition du soldat dans l’Europe du xviiie siècle, comme le montre l’étude de Hanna Sonkajärvi. De son côté, Anne Winter analyse les parcours des nouveaux arrivés par le biais du recensement de 1796 dans la ville d’Anvers.

17Mais les opportunités professionnelles et les possibilités de mobilité sociale des individus étaient également déterminées par les formes d’apprentissage et de formation. C’est l’axe thématique qui est au cœur de la troisième section. L’étude d’Olivier Zeller analyse «le rôle du travail dans le processus de sélection et de promotion» au sein de la bureaucratie financière parisienne de la seconde moitié du xviiie siècle, à travers la reconstruction de la biographie de Jacques-Joseph Brac de La Perrière. L’importance d’une formation à haute qualification dans des métiers qui ne prévoyaient ni apprentissage officiel ni encadrement corporatif constitue le nœud historiographique majeur soulevé par les études d’Ana del Campo et Elisabetta Deriu. La première porte sur le groupe de «ceux qui travaillent avec la mort», un véritable univers professionnel composé par fossoyeurs, pleureuses et organisatrices des funérailles, actifs dans l’Espagne du Moyen Âge. De son côté, Elisabetta Deriu se focalise sur l’univers professionnel des écuyers et des maîtres d’art équestre en Europe entre xve et xviie siècle.

18Le texte de Laurence Croq aborde une dynamique inverse de l’organisation du travail et s’attache à décrire le processus qui, tout au long du xviiie siècle, amène le métier relativement qualifié et prestigieux de commis mercier, véritable tremplin pour s’établir comme marchand mercier, à se transformer en un métier déqualifié et salarié, sans possibilité de débouchés professionnels. Le risque de tomber dans le salariat, et donc dans la précarité, était réel aussi pour la plus grande partie des ouvriers de l’arsenal de Toulon entre xviiie et xixe siècle, comme le montre l’étude de Julien Saint-Roman, qui met en évidence également les stratégies mises en place pour y faire face.

19La quatrième section aborde la pluriactivité; les textes ici réunis montrent que le passage d’un métier à un autre pendant la vie ou selon les saisons ou les conjonctures économiques, ou encore la possibilité de cumuler plusieurs activités et déclarer l’une ou l’autre selon les situations et les cas, sont à considérer des caractéristiques spécifiques du monde du travail dans l’Ancien Régime. Toutefois, la pluriactivité, bien connue depuis longtemps par les historiens du monde rural, reste difficile à saisir dans les milieux urbains ou semi-urbains. Elle est observée dans la composition socio-professionnelle de certaines communautés telles que dans l’agro-town espagnole de Lorca au xviiie siècle présentée par Francisco Chacon Jimenez et dans les petites villes du Midi pyrénéen sur lesquelles se concentre Jean-Michel Minovez. L’étude de Clément Gurvil reste dans le même sillon puisqu’elle s’intéresse aux paysans et aux laboureurs de Paris, c’est à dire à la vaste population de jardiniers, maraîchers et vignerons qui, tout en habitant en ville ou dans les faubourgs, travaillaient les champs et les vignes aux portes de la capitale entre xve et xviie siècles. Mais les logiques de la pluriactivité sont totalement différentes dans un environnement urbain, et notamment dans les métiers du bâtiment dijonnais, ici évoqué par Sylvie Dubois, à partir de la vie de Joseph Taisand, principal investisseur et entrepreneur du bâtiment dijonnais dans la deuxième moitié du xviiie siècle.

20Les textes de la dernière section abordent le thème du travail par le biais des institutions; ils montrent comment ces dernières pouvaient conditionner, sinon créer tout court, des formes de travail et comment, à leur tour, les individus pouvaient en faire une utilisation stratégique. L’étude d’Anne Conchon porte sur les ateliers de charité, des dispositifs d’assistance qui faisaient du travail la véritable ressource des individus démunis et à menaces d’indigence. De son côté, l’étude de Nicoletta Rolle s’intéresse au tribunal du Vicariat de Turin au cours du xviiie siècle. Dans un contexte caractérisé par une forte mobilité de la main d’œuvre et par la fluidité des rapports de travail, ce tribunal jouait un rôle remarquable d’intermédiaire entre les patrons et les ouvriers.

Haut de page

Notes

1 Ces textes sont issus des discussions qui eurent lieu lors de Halbwachs (CNRS-EHESS-ENS) les 24-25 mars et les 8-9 deux journées d’études organisées par le Centre Maurice avril 2010.

2 C. Ginzburg, C. Poni, La micro-histoire, dans Le Débat, décembre 1981, p. 133-136.

3 S. Cerutti, La Ville et les métiers. Naissance d’un langage corporatif (Turin, xviie-xviiie siècle), Paris, 1990.

4 S. Cavallo, Artisans of the body in Early Modern Italy: Identities, families and masculinities, Manchester, 2008.

5 M. Gribaudi, Itinéraires ouvriers. Espaces et groupes sociaux à Turin au début du xxe siècle, Paris, 1987.

6 G. Levi, Carrières d’artisans et marché du travail à Turin (xviiie-xixe siècle), dans Annales. Économie, Société, Civilisation, 6, 1990, p. 1 351-1 364; L. Allegra, Un modèle de mobilité sociale préindustrielle, dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 65, 2005, p. 443-474.

7 S. Kaplan, Les corporations, les «faux ouvriers» et le faubourg Saint-Antoine au xviiie siècle, dans Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, 43, 1988, p. 353-378, et plus en général tout ce numéro monographique : J. Revel (éd.), Corps et communautés d’Ancien Régime, 43, 1988; M. Sonenscher, Work and wages. Natural law, politics and the eighteenth century French trades, Cambridge, 1989; Id., Journeymen, the courts and the French trades, 1781-1791, dans Past & Present, 114, 1987, p. 77 109; A. Thillay, Le faubourg Saint-Antoine et ses «faux ouvriers». La liberté du travail à Paris aux xviie et xviiie siècles, Seyssel, 2002; J. R. Farr, On the shop floor: guilds, artisans, and the European market economy, 1350-1750, dans Journal of early modern history, 1, 1997, p. 24-54.

8 A. Groppi, Une ressource légale pour une pratique illégale. Les juifs et les femmes contre la corporation des tailleurs dans la Rome pontificale (xviie-xviiie siècles), dans R. Ago (éd.), The value of the norm, Rome, 2002, p. 137-161; S. Cerutti, La ville et les métiers... cit.

9 L. Allegra, Fra norma e deroga. Il mercato del lavoro a Torino nel Settecento, dans Rivista Storica Italiana, 116, 2004, p. 872-925.

10 Sur ce sujet voir par exemple le numéro monographique de Quaderni storici édité par Edoardo Grendi. E. Grendi (ed.), Sistemi di carità: esposti e internati nella società di antico regime, dans Quaderni storici, 53, 1983.

11 O. Hufton, The poor of eighteenth-century France, Oxford, 1974.

12 Les études sur les «working poor» et l’économie du «makeshift» sont très nombreuses; voir entre autres : P. Fumerton, Unsettled. The culture of mobility and the working poor in early modern England, Chicago, 2006; S. King, A. Tomkins (éd.), The poor in England 1700-1850: an economy of makeshifts, Man-chester, 2003; A. Montenach, L’économie du quotidien. Espaces et pratiques du commerce alimentaire à Lyon au xviie siècle, Paris, 2009. Sur la pauvreté voir les ouvrages classiques de : B. Geremek, Poverty : A History, Oxford, 1994; B. Pullan, Poveri, mendicanti e vagabondi (secoli xiv-xvii), dans R. Romano, C. Vivanti (éd.), Storia d’Italia. Annali I. Dal feudalesimo al capitalismo, Turin, 1978, p. 981-1 047; G. Ricci, Povertà, vergogna, superbia: i declassati fra Medioevo e età moderna, Bologne, 1996.

13 L. Fontaine, J. Schlumbohm (éd.), Household Strategies for survival, numéro monographique de International Review of Social History, 45, supplément 8, 2000.

14 L. Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, 2008.

15 Voir, par exemple : A. Belmont, Des ateliers aux villages. Les artisans ruraux en Dauphiné sous l’Ancien Régime, 2 t. Grenoble, 1998.

16 T. Pfirsch, Artisans et pluriactivité. L’exemple de Dijon à la fin du Moyen Âge, dans Histoire urbaine, 6, 2002, p. 5-21.

17 A. Cottereau, M. Gribaudi, Précarités, cheminements et formes de cohérence sociale au xixe siècle, Paris, 1999.

18 R. Ago, Economia barocca. Mercato e istituzioni nella Roma del Seicento, Rome, 1998.

19 L’application de concepts issus de la mondialisation à l’économie d’Ancien Régime est une démarche adoptée avec des résultats très intéressants par Luciano Allegra, dans son article sur la proto-industrie. L. Allegra, Come il capitalismo maturo riscoprì la protoindustria e la impose (agli altri), dans A. De Clementi (éd.), Il genere dell’Europa. Le radici comuni della cultura europea e l’identità di genere, Rome, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eleonora Canepari et Beatrice Zucca Micheletto, « Le travail comme ressource : parcours individuels, mobilité et stratégies économiques dans les villes d’Ancien Régime », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 123-1 | 2011, 5-10.

Référence électronique

Eleonora Canepari et Beatrice Zucca Micheletto, « Le travail comme ressource : parcours individuels, mobilité et stratégies économiques dans les villes d’Ancien Régime », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 123-1 | 2011, mis en ligne le 20 mai 2014, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/588

Haut de page

Auteurs

Eleonora Canepari

CNRS, Centre Maurice Halbwachs, Paris, LARHRA, LYON, eleonora.canepari@univ-lyon2.fr

Beatrice Zucca Micheletto

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org