Navigation – Plan du site
Mélanges

Les sessioni de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires : évaluation générale (1814-1938) et remarques sur le cas russe (1906-1923)1

The sessions of the Congregation for Extraordinary Ecclesiastical Affaires: a general appraisal (1814-1938) and comments on the case of Russia (1906-1923)
Laura Pettinaroli
p. 493-537

Résumés

Cet article est centré sur une source souvent citée mais rarement étudiée pour elle-même : les procès-verbaux des sessioni de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, dicastère créé en 1814 et chargé de conseiller la secrétairerie d’État dans ses rapports avec les États. Ces sessioni sont des réunions des cardinaux membres de la congrégation sur les questions majeures de la vie ecclésiastique et politique des principaux États, notamment européens. Il s’agit donc d’un excellent moyen d’aborder la Curie romaine et d’approcher le gouvernement central de l’Église catholique d’une façon incarnée. Après une présentation du fonctionnement de cette congrégation, nous proposons une analyse statistique des 1427 sessions traitant un total de 2284 affaires entre 1814 et 1938 (date limite de consultation), avant d’exposer quelques pistes de lecture sur le traitement des affaires russes dans ce cadre, notamment durant la période révolutionnaire du premier xxe siècle.

Haut de page

Notes de la rédaction

Abréviations utilisées :
AAS : Acta Apostolicae Sedi
ACDF : Archivio della Congregazione della Dottrina della Fede
AES: Affari ecclesiastici straordinar
AHP: Archivum Historiae pontificiae
AP: Annuario pontifici
ASV: Archivio Segreto Vaticano
CAV: Collectanea Archivi Vaticani
DBI : Dizionario biografico degli Italian
DDC : Dictionnaire de droit canonique (dirigé par R. Naz)
DHP : Dictionnaire historique de la papauté (dir. Ph. Levillain, Paris, 1994)
GC: Gerarchia cattolica
PSB : Polski słownik biograficzn

Texte intégral

  • 1 Cet article est issu d’un mémoire réalisé pour l’Académie des Sciences morales et politiques dans l (...)
  • 2 AAS, 1979 (71), p. 54.
  • 3 M. Maccarrone, L’apertura degli Archivi della Santa Sede per i pontificati di Pio X e Benedetto XV (...)
  • 4 Accademia nazionale dei Lincei, Congregazione per la Dottrina della Fede (éd.), Giornata di studio. (...)
  • 5 On renvoie au Bulletin de la Salle de presse du Saint-Siège du 15 février 2002 présentant la déclar (...)

1Les recherches sur l’histoire de la Curie romaine à l’époque contemporaine connaissent un vif renouveau depuis une trentaine d’années. Au croisement de l’histoire religieuse et de l’histoire institutionnelle, voire administrative, des chercheurs toujours plus nombreux et venus d’horizons divers manifestent le souci d’écrire – ou de préparer – une histoire incarnée du gouvernement central de l’Église catholique, mettant en lumière tant les institutions (congrégations, offices et tribunaux) que les hommes qui les peuplent et les actionnent. À la source de ce renouveau historiographique se trouve bien sûr le profond renouvellement des documents disponibles grâce à l’ouverture des fonds relatifs aux pontificats de Léon XIII en 19782, de Pie X et de Benoît XV en 19853, de la congrégation du Saint-Office en 19984et du pontificat de Pie XI en 2003 et 20065.

  • 6 L’inventaire de la nonciature apostolique à Vienne couvre ainsi plus de trois siècles : T. Mrkonjic (...)
  • 7 H. Wolf (dir.), Römische Bücherverbote : Edition der Bandi von Inquisition und Indexkongregation 18 (...)
  • 8 H. Wolf (éd.), Einleitung 1814-1917 in vier Sprachen (Deutsch, Italienisch, Englisch, Spanisch), Pa (...)
  • 9 Pour une vue d’ensemble : O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège. (...)
  • 10 S. Pagano, Introduzione, dans A. Dieguez, S. Pagano, Le carte del « sacro tavolo » : aspetti del Po (...)
  • 11 L’utilisation de l’outil informatique apporte ici une réelle valeur ajoutée par rapport aux édition (...)
  • 12 S. Pagano, M. Chappin, G. Coco (éd.), I « Fogli di Udienza » del Cardinale Eugenio Pacelli segretar (...)

2Au fur et à mesure des ouvertures, des inventaires sont publiés qui, en dépassant souvent le simple guide d’archives, permettent d’éclairer les logiques institutionnelles sur le long terme6ou encore les pratiques administratives de certains dicastères. C’est ainsi que la série d’instruments de travail réalisée sous la direction du professeur Hubert Wolf sur les archives du Saint-Office de 1814 à 19177comprend, en plus du traditionnel inventaire de sources, une prosopographie du personnel de ce dicastère dans le but de rendre « visibili le cordate teologiche e politico-ecclesiastiche nonché i parteggiamenti interni alla Curia romana »8. De même, les grands chantiers d’édition de sources, qui accompagnent traditionnellement les ouvertures d’archives9, manifestent une attention croissante aux pratiques administratives et à la dimension personnelle du pouvoir pontifical. Pour le pontificat de Pie X, l’édition de sources dirigée par Mgr Pagano et Alejandro Dieguez s’est intéressée à la « segreteriola », secrétariat privé du pontife qui traite un nombre considérable d’affaires en parallèle – et parfois en concurrence – avec la secrétairerie d’État. Ce choix éditorial est justifié par l’intérêt de « far risaltare – al di là della documentazione coeva « ufficiale » della stessa Segreteria di Stato e di quella prodotta dalle congregazioni e dagli uffici di curia – l’animus del pontefice, il suo modus agendi, il suo programma, le sue intenzioni, le sue riservate opinioni in rapporto ai grandi temi o alle ragguar-devoli figure da lui avvicinate lungo gli anni del suo pontificato »10. Pour la période Benoît XV et Pie XI, la colossale publication électronique des rapports des nonciatures Pacelli en Allemagne (1917-1929), en offrant l’édition systématique des minutes de ces rapports, donne à voir le processus rédactionnel au sein d’une nonciature et la répartition du travail entre auditeur et nonce11. De même, la monumentale publication par l’Archivio segreto vaticano des taccuini Pacelli – qui recueillent les comptes rendus d’audiences accordées par Pie XI à son secrétaire d’État et des audiences accordées par le cardinal Pacelli au corps diplomatique – permet d’approcher l’institution des audiences pontificales et les pratiques quotidiennes de travail du secrétaire d’État12.

  • 13 La thèse de Claude Prudhomme est ainsi centrée sur l’étude de la congrégation de Propaganda Fide : (...)
  • 14 Les deux colloques sur les secrétaires d’État organisés par l’École française de Rome en 1997 et 19 (...)
  • 15 C. Weber, Kardinäle und Prälaten in den letzten Jahrzehnten des Kirchenstaates : Elite-Rekrutierung (...)
  • 16 P. Boutry, Souverain et pontife... cit., p. XIII.
  • 17 Philippe Boutry y avait consacré la seconde partie de la thèse d’État intitulée La Restauration de (...)
  • 18 E. Fattorini, Pio XI, Hitler e Mussolini. La solitudine di un papa, Turin, 2007, XXX-252 p. ; J. de (...)
  • 19 J. Ickx, Gli omissis di Emma Fattorini. Note in margine al libro Pio XI, Hitler e Mussolini, dans A (...)

3En parallèle à ces études directement liées à la valorisation des nouvelles archives disponibles, des synthèses historiques sont consacrées à certains dicastères13, à la secrétairerie d’État14, voire au fonctionnement général de la Curie au cours d’un ou plusieurs pontificats15. Ces travaux associent progressivement une approche institutionnelle des administrations curiales et une étude des cursus personnels des membres de ces administrations. C’est ainsi que la prosopographie de la Curie, définie par Philippe Boutry comme « l’approche systématique d’un cursus honorum aux dimensions de l’administration centrale du Siège apostolique et la présentation raisonnée de centaines d’existences vouées partiellement ou en totalité à son service »16, s’impose comme un passage obligé vers une histoire politique et religieuse du Saint-Siège17. Pour le xxe siècle, les synthèses manquent encore mais la diversité des caractères humains et des styles de gouvernement entre Pie XI et son secrétaire d’État Pacelli, futur Pie XII, a déjà très largement attiré l’attention des historiens18et nourri les polémiques19.

  • 20 Les prélats et cardinaux de Curie ont souvent droit, au moment de leur décès, à un ouvrage d’hommag (...)
  • 21 C. Weber, Senatus divinus, Verbogene Strukturen im Kardinals-kollegium der frühen Neuzeit (1500-180 (...)
  • 22 Nous renvoyons à la bibliographie présentée dans A. Melloni, Il conclave. Storia di una istituzione(...)
  • 23 J. F. Broderick, The Sacred College of Cardinals. Size and geographical composition (1099-1986), da (...)
  • 24 C. B. (abbé Charles Berton), Dictionnaire des cardinaux, Petit-Montrouge, 1857, 1823 p. ; F. Cristo (...)
  • 25 V. Martin, Les congrégations romaines, Paris, 1930, p. 7.

4Dans ce contexte historiographique, paradoxalement, les cardinaux suscitent un intérêt inégal. Certes, les figures majeures de porporati ont donné lieu à des biographies, tant sous la forme de portraits pris sur le vif que d’études historiques. Cependant, à quelques notables exceptions près (Consalvi, Tisserant, Bea), ces biographies s’intéressent plutôt aux cardinaux non-résidents à Rome qu’aux cardinaux de Curie20. Plus profondément, malgré l’existence de ces recherches biographiques, les cardinaux de Curie n’ont guère été approchés comme corps (le Sacré Collège) et comme groupe social d’élite (« senatus divinus »)21, à l’exception notable des études sur le conclave qui suscite une insatiable curiosité22. Ainsi, malgré quelques rares approches statistiques globales23et l’existence de dictionnaires biographiques et de chronologies générales des cardinaux24, l’histoire des cardinaux du Curie à la période contemporaine demeure en friche, ce qui est regrettable dans la mesure où, comme l’indiquait clairement Victor Martin en 1930, « ce sont bien les seuls cardinaux qui composent, à proprement parler, les congrégations romaines »25. En effet, le processus administratif romain confie aux cardinaux un rôle décisionnel prépondérant après l’examen technique des questions par les consulteurs de chaque congrégation et avant la décision ultime qui relève bien sûr du pape.

5Nous nous proposons donc ici de nous intéresser à cette action collective de la plus haute élite cléricale, dans la mesure également où celle-ci donne lieu à des sources considérables, comme la série des sessioni de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Cette série des sessioni constitue une source aussi commode que précieuse pour aborder les personnalités, les fonctions et les processus préparant la décision pontificale en matière de politique internationale.

6Après avoir brièvement présenté le fonctionnement de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, le matériel conservé dans la série des sessioni et repéré les lignes de force de cette série de 1814 à 1938, on proposera une étude de cas à partir des 23 sessions consacrées à l’espace russe entre 1906 et 1923.

La congrégation des affaires ecclésiastiques extraordinaire

Une origine controversée

  • 26 N. Del Re, La Curia Romana. Lineamenti storico-giuridici, Cité du Vatican, 1998, p. 429.
  • 27 G. Pelletier, Rome et la Révolution française... cit., p. 83.
  • 28 L. Pásztor, La Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinari tra il 1814 e il 1850, dans AH (...)
  • 29 R. Regoli, Il ruolo della Sacra Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinari durante il po (...)

7La création en 1814 de la congregatio extraordinaria praeposita negotiis ecclesiasticis orbis catholici (dont le nom est simplifié peu après en congregatio pro negotiis ecclesiasticis extraordinariis et demeure inchangé jusqu’en 1967) a été diversement interprétée. Pour certains, comme Niccolò Del Re, cette nouvelle congrégation hérite de la congregatio super negotiis ecclesiasticis regni Galliarum (créée au moment de la Révolution française) et de la congregatio negotiorum ecclesiasticorum extraordinariorum (créée en 1800, notamment pour préparer le concordat avec Napoléon). La création de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires en 1814 correspondrait donc au « ripristino su più larghe basi » des congrégations précédentes, sa compétence passant des affaires de France à un « carattere universale, alla stregua dei vari altri dicasteri ecclesiastici »26. Selon Gérard Pelletier, qui étudie en détail la composition et les travaux de la congrégation sur les affaires de France, le fait que les archives de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (série Francia) conservent la trace des congrégations précédentes relatives à la France (pour la période révolutionnaire mais aussi pour l’Ancien régime) confirmerait les « liens possibles entre ces différentes institutions successives »27. Au contraire, pour Lajos Pásztor, ces trois congrégations seraient bien différentes et « ognuna delle tre Congregazioni ebbe una propria storia e una propria fisionomia particolare »28, avis partagé par Roberto Regoli29.

  • 30 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla (...)

8Quoi qu’il en soit, à partir de 1814, la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires se présente clairement comme un outil de « restauration ». Comme l’indique le billet du cardinal Pacca, alors pro-secrétaire d’État, à don Francesco Fontana (général des Barnabites et nommé secrétaire de la nouvelle congrégation), cette institution a pour mission de coordonner l’action du Saint-Siège après « che tanti anni di vertigine, e di sconvolgimenti hanno cagionato dei sconcerti notabili in materia di Religione »30.

Une compétence longtemps restée « extraordinaire » : aux sources d’une fragilité institutionnelle ?

  • 31 Choisis par le pape et nommés par le secrétaire d’État, les « fonctionnaires majeurs » sont au nomb (...)
  • 32 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla (...)
  • 33 A. Giobbio, Lezioni di diplomazia ecclesiastica dettate nella Pontificia Accademia dei Nobili Eccle (...)

9Cette congrégation s’impose par son originalité dans le panorama de la Curie. En effet, elle est à l’origine totalement dépourvue de personnel d’exécution. Contrairement à la structure quadripartite des autres congrégations (cardinaux, fonctionnaires majeurs, fonctionnaires mineurs, consulteurs)31, la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires ne dispose en 1814 que de huit cardinaux, un secrétaire et cinq consulteurs32. Ce caractère essentiellement consultatif explique qu’on ait qualifié cette congrégation de « Gran Consiglio della Chiesa »33, destiné à aider le pape et, avant tout, le secrétaire d’État.

  • 34 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla (...)
  • 35 On admet toutefois la possibilité que, « in qualche caso straordinario », le secrétaire puisse « fa (...)
  • 36 P. Levillain, Audience, dans DHP, p. 168-169.
  • 37 V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 7-8.
  • 38 E. Magnin, Affaires ecclésiastiques extraordinaires (Congrégation des), dans DDC, t. I, Paris, 1935 (...)

10Le lien avec la secrétairerie d’État est d’emblée organique. Dès la première réunion, tenue le 16 août 1814, durant laquelle sont définies les compétences et le fonctionnement de la congrégation : les seules « materie » de sa compétence sont celles « che le vengono trasmesse dalla Segreteria di Stato »34et le rapport de la discussion des cardinaux doit être remis par le secrétaire de la congrégation au secrétaire d’État, qui le transmet au pape35. Le secrétaire de la congrégation ne dispose donc pas de l’accès régulier et institutionnalisé (udienze di tabella)36au pape dont jouissent habituellement les chefs de dicastères. À cette dépendance fonctionnelle de la secrétairerie d’État s’ajoute une dépendance géographique. Contrairement aux autres congrégations, elle n’a pas de siège autonome (comme la Propaganda fide et le Saint-Office) et n’est pas non plus installée au palais de la Chancellerie37, mais ses bureaux se trouvent dans les locaux de la secrétairerie d’État38.

  • 39 « While the Secretariat of State was an executive office which sent and received dipatches, assigne (...)

11Le positionnement institutionnel de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires est donc d’emblée ambigu : s’agit-il d’une congrégation à part entière, jouissant de la même autorité que les autres dicastères plus anciens, ou bien n’est-elle qu’une simple commission cardinalice consultative dépendante de la secrétairerie d’État, laquelle fonctionnerait comme un « executive office »39 ?

  • 40 E. Bontempi, La Sacra Congregazione deputata sugli affari ecclesiastici straordinari del mondo catt (...)

12Cette ambiguïté demeure jusqu’en 1925 (pour réapparaître en 1967) et se traduit par une relative fragilité institutionnelle. L’activité de la congrégation se révèle, en effet, assez sensible à l’alternance des pontificats et à la personnalité des secrétaires d’État. L’exemple le plus connu est celui du cardinal Consalvi qui, lors de son retour à Rome, néglige la congrégation des Affaires extraordinaires, qui avait été intensément utilisée par le cardinal Pacca depuis 1814. Le nombre de sessions baisse ; certaines questions, notamment concordataires, sont confiées à des congrégations extraordinaires, si bien qu’en 1823, on note même un projet de remplacement de la congrégation des Affaires ecclésiastiques par une simple « congregazione consultativa » de six cardinaux40.

  • 41 Cf. R. Regoli, Il ruolo della Sacra Congregazione... cit., p. 190-191.
  • 42 « In ea tantum negotia sacra haec Congregatio incumbit, quae eius examini subiiciuntur a Summo Pont (...)
  • 43 À partir de l’annuaire de 1909, pour connaître les « officiali » de la congrégation des Affaires ec (...)
  • 44 A. Serafini, Le origini della pontificia Segreteria di Stato e la « Sapienti consilio » del b. Pio (...)
  • 45 E. Magnin, Affaires ecclésiastiques extraordinaires (Congrégation des), dans DDC, t. I, col. 254. N (...)

13La survie de la congrégation est de nouveau mise en danger au moment de la réforme de la Curie par Pie X41. Cependant, la constitution Sapienti Consilio (29 juin 1908) officialise finalement le domaine de compétence défini en 1814, à savoir les « affaires mises à l’étude par le pape par l’intermédiaire du secrétaire d’État, en particulier les affaires qui sont liées d’une quelconque manière aux lois civiles et qui concernent les accords conclus avec différents États »42. De cette norme découle une nouvelle situation de fait : la congrégation des Affaires extraordinaires apparaît comme une simple « section » de la secrétairerie d’État et après 1908, les personnels des deux institutions se superposent dans les annuaires pontificaux43. Comme le fait remarquer Alberto Serafini, Sapienti Consilio rend particulièrement floue la frontière entre secrétairerie et congrégation du point de vue des compétences et il devient alors difficile de dire « fino a qual punto (...) il suo carattere di Congregazione » est préservé44. Officiellement, la congrégation n’a donc aucune compétence ordinaire sur un type d’affaires mais intervient toujours de façon extraordinaire à la demande du secrétaire d’État. Cependant, tout au long du xixe siècle (et même après 1908), les affaires de certaines zones géographiques sont systématiquement traitées par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, comme les affaires de l’Amérique latine et celles de la Pologne russe, sans que l’on sache « si ce rattachement est le résultat de la coutume ou la conséquence d’un acte officiel »45.

14Ce n’est finalement qu’avec la publication du code de droit canon de 1917 que la congrégation se voit à la fois confirmée dans son domaine de compétence extraordinaire et dotée officiellement d’un domaine de compétence ordinaire. Conséquence probable de son expertise dans le domaine des négociations avec les gouvernements civils, la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires est alors reconnue comme compétente pour la constitution des diocèses et les nominations épiscopales dans les cas où le Saint-Siège doit engager une négociation avec les gouvernements civils :

  • 46 Code de droit canonique, publié sous la direction de Raoul Naz, version électronique disponible sur (...)

Il appartient à la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires de constituer et de diviser les diocèses, et aussi de mettre à la tête des diocèses vacants des candidats idoines, dans les pays où ces questions doivent être traitées de concert avec le pouvoir civil. En outre elle doit s’occuper des affaires dont l’examen lui est confié par le souverain Pontife, par l’intervention du cardinal secrétaire d’État, surtout de ces affaires qui sont en connexion avec les lois civiles et se rapportent aux conventions conclues avec diverses nations (canon 255)46.

  • 47 Les principaux conflits de compétence de la période Pie XI sont présentés par R. Regoli, Il ruolo d (...)

15Les Affaires ecclésiastiques extraordinaires bénéficient donc en 1917 du transfert d’une compétence appartenant à la congrégation Consistoriale, dont l’une des attributions demeure la constitution des diocèses et les nominations épiscopales (canon 258 § 2), ce qui ouvre l’éventualité de conflits entre les deux congrégations47.

  • 48 AAS, 1926 (18), p. 89 (original latin) et dans A. Serafini, Le origini della pontificia Segreteria (...)

16Enfin, le 5 juillet 1925, par une lettre au cardinal Gasparri, Pie XI clarifie encore la situation établie par Sapienti consilio et le code de 1917 : il est alors nettement indiqué que « la Segreteria di Stato ha una sezione, la quale è destinata alla cura di « Affari Straordinari » e la quale appunto per questo entra col suo personale a far parte della « Congregazione degli AA.EE.SS »« 48. Les deux institutions se superposent enfin officiellement, ce qui explique que le secrétaire d’État devienne le « préfet » de la congrégation. La nomination d’un préfet participe d’une institutionnalisation croissante de la congrégation, qui s’aligne sur le modèle organisationnel des autres congrégations.

Le personnel consultatif et d’exécution

  • 49 On ne peut bien sûr que souhaiter la réalisation d’une étude approfondie de la composition de la co (...)

17D’abord exclusivement consultative, la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires ne se dote, semble-t-il, d’un personnel administratif que dans la seconde moitié du xixe siècle. Les annuaires pontificaux permettent d’approcher l’évolution de la composition de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires entre 1814 et 1939 (annexe 1)49.

  • 50 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla (...)
  • 51 Lettre de Pie XI à Gasparri du 5 juillet 1925. Cf. n. 48.

18On observe ainsi que le nombre de cardinaux augmente fortement au cours du xixe siècle (doublement entre 1814 et 1877) et continue de croître, mais de façon modérée, au début du xxe siècle. Par ailleurs, alors qu’en 1814, le critère de sélection des cardinaux était la compétence (ils devaient être « molto distinti nelle scienze ecclesiastiche »)50, à partir de 1925, quatre cardinaux sont choisis ex officio (cardinal chancelier, cardinal dataire, secrétaire du Saint-Office, secrétaire de la Consistoriale), en lien avec la nouvelle compétence d’établissement et de provision de diocèses51.

  • 52 P. Boutry, Souverain et pontife... cit., p. 131-132.

19Le « secrétariat » de la congrégation évolue profondément dès le xixe siècle. Alors qu’en 1814, le père Fontana n’était qu’un membre, certes éminent, du clergé régulier, la charge de secrétaire de la congrégation est attribuée à partir de 1822 à un « prélat de Curie ». Pour aider le secrétaire, une charge de sous-secrétaire est bientôt créée et pourvue de 1834 à 1837 et après 184552. Dès le premier tiers du xixe siècle, les fonctions de direction et d’organisation se renforcent donc au sein de la congrégation mais un dispositif complet de fonctionnaires majeurs ne s’impose qu’en 1925 avec la nomination du secrétaire d’État comme préfet.

  • 53 Plus précisément, les premiers officiali sont mentionnés dans la Gerarchia Cattolica de 1873. La GC (...)
  • 54 A. Serafini, Le origini... cit., p. 231.
  • 55 P. Chenaux, Pie XII, diplomate et pasteur, Paris, 2003, p. 52.
  • 56 D. Alvarez, The Professionalization... cit., p. 239.

20Parallèlement, vers le début des années 1870, un personnel d’exécution apparaît53. Réduit au strict minimum dans les années 1870 (un minutante et un archiviste), le nombre de fonctionnaires mineurs s’accroît nettement sous Léon XIII pour atteindre un volume comparable à celui des autres congrégations. Cette apparition des fonctionnaires mineurs conforterait (en la nuançant toutefois chronologiquement) l’observation d’Alberto Sera-fini selon laquelle, sous Léon XIII, il y aurait eu « una deviazione (...) dal primitivo ordinamento » de la congrégation, à savoir une atténuation de la dimension strictement consultative de la congrégation avec une tendance à l’autonomisation de la congrégation par rapport à la secrétairerie d’État54. Le nombre de fonctionnaires mineurs s’accroît également sous Pie XI, probablement en lien avec les nouvelles compétences de la congrégation, pour atteindre une dizaine de personnes à la veille de la Seconde Guerre mondiale. Cet élargissement des effectifs de la congrégation au tournant du xxe siècle a contribué à faire de celle-ci un vivier ou une « voie royale pour faire carrière dans l’appareil diplomatique du Saint-Siège »55. En effet, entre 1909 et 1967, deux tiers des hauts responsables de la secrétairerie d’État sont passés par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires en tant que fonctionnaires mineurs ou majeurs56.

  • 57 Cf. J. Deshusses, Consulteurs romains, dans DDC, t. IV, col. 473-475. Plus précisément, cet article (...)
  • 58 J. Deshusses, Consulteurs romains, dans DDC, t. IV, col. 473.
  • 59 La recherche menée par R. Regoli semble confirmer que, pour la période Pie XI, la congrégation ait (...)

21Enfin, le corps des consulteurs – que l’on peut définir comme les experts des congrégations romaines, « nommés à vie par le pape sur proposition de chaque congrégation », généralement non rémunérés et tenus au secret57– qui était présent dès l’origine, subit une brusque inflation sous Pie IX jusqu’à atteindre une vingtaine de personnes en 1878 avant de décroître lentement sous le pontificat de Léon XIII (effectif de 7 personnes en 1903) et retrouver quasiment les effectifs de 1814 (6-8 consulteurs). Par rapport aux autres congrégations romaines, la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires se trouve alors dans une moyenne très basse (en 1908, le nombre de consulteurs variait entre 6 et 50 selon les dicastères)58, qu’elle conserve jusqu’à la veille de la Deuxième Guerre mondiale. Comment interpréter cette situation ? La dimension consultative de la congrégation est-elle en crise ? L’institution a-t-elle tendance à se recroqueviller sur elle-même sans renouveler ses experts ou, au contraire, est-ce le système de consultation qui est modernisé, la congrégation faisant désormais appel à des experts extérieurs sollicités au cas par cas59 ?

Le processus décisionnel au sein de la congrégation : qu’est-ce qu’une sessione

  • 60 V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 17 sq.
  • 61 A. Bride, Congresso, dans Catholicisme, II, col. 33.
  • 62 V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 21.
  • 63 Ibid., cit., p. 22-24.
  • 64 Ibid., cit., p. 7-8.

22Dans son ouvrage de 1930, Victor Martin décrit l’iter administratif habituel des affaires traitées par les congrégations romaines : après vérification que l’affaire est bien de la compétence du dicastère, celle-ci est enregistrée sous un numéro de protocole. Si l’affaire présente peu de difficultés, elle peut être résolue par l’un des fonctionnaires majeurs de la congrégation, éventuellement après avoir pris conseil d’un consulteur. En revanche, dans les cas complexes, l’affaire peut être portée à un niveau supérieur : la réunion cardinalice régulière (hebdomadaire au Saint-Office et mensuelle dans les autres congrégations). L’affaire résolue, une réponse est rédigée au requérant, un tarif est fixé et l’affaire est classée dans les archives60. La prise de décision s’effectue donc habituellement dans le cadre de deux types de réunions : le congresso et la congregazione. Le congresso est « une réunion restreinte, composée du cardinal chef du service et des officiers majeurs », traitant des questions importantes ne pouvant être décidées par les « préposés agissant isolément » mais pour lesquelles il ne semble pas nécessaire de saisir la congrégation plénière ou le pape. Il s’agit en général d’attribuer des pouvoirs ou des indults courants61. Le congresso, véritable « conseil des fonctionnaires majeurs », a parfois lieu en présence de consulteurs mais sans que ces derniers aient un pouvoir de décision62. Certaines questions particulièrement complexes ne peuvent toutefois pas être résolues en congresso et sont alors portées devant une autre structure : la congregazione, qui est « quelque chose de beaucoup plus solennel » que le congresso. Il s’agit, en effet, d’une réunion régulière des cardinaux de la congrégation63. La congregazione a lieu dans « la salle des congrégations » pour toutes les congrégations romaines, à l’exception de celles du Saint-Office et de la Propaganda Fide qui réunissent les cardinaux dans leurs propres palais64.

  • 65 La norme de 1814 (ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nel (...)
  • 66 Par exemple, la session No 1084 du 17 mars 1907 traite indépendamment trois questions concernant l’ (...)
  • 67 La première réunion, le 16 août 1814, avait déjà eu lieu « nelle Camere dell’E[minentissi]mo Sig. C (...)
  • 68 ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, fol. 112 : lettre du secrétaire de la congrégation (...)

23Pour la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, dont les cardinaux sont censés se réunir en séance plénière hebdomadaire tous les jeudis65, on ne dispose pas de trace archivistique des congregazioni ou des congressi : la seule série archivistique concernant des réunions internes est celle des sessioni. Qu’est-ce qu’une sessione ? En l’absence de définition par les textes normatifs, on doit se fonder sur l’observation des archives de la série des sessioni. Au regard de ces documents, la sessione des Affaires ecclésiastiques extraordinaires pourrait être définie comme une réunion périodique, mais non régulière, d’une partie seulement des cardinaux membres de la congrégation pour traiter une ou plusieurs questions, concernant un ou plusieurs pays66. Les réunions se déroulent au Vatican, plus précisément dans les « camere » du secrétaire d’État, du moins est-ce la pratique mise en place dès 181467et qui reste attestée en 191168.

  • 69 A. Bride, Congresso, dans Catholicisme. Hier, aujourd’hui, demain : Encyclopédie, II, Paris, 1950, (...)
  • 70 Est-ce à dire qu’il n’y avait pas de congresso dans la congrégation des Affaires ecclésiastiques ex (...)
  • 71 Les cardinaux « siègent par ordre d’ancienneté dans leur catégorie de cardinal évêque, prêtre ou di (...)
  • 72 R. Regoli, Il ruolo della Sacra Congregazione... cit., p. 210-211.
  • 73 Plus précisément : « congregazione » (1075, 1084-I, 1084-II, 1084-III, 1107, 1108, 1164-I, 1164-II, (...)

24Cette définition conduit à de nouvelles questions : quelle place occupe la sessione dans le processus décisionnel de la congrégation ? La congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires dispose-t-elle d’un système de décision, non pas à deux niveaux comme pour la plupart des congrégations mais à trois niveaux (congresso, sessione, congregazione) dont un seul serait – par un hasard archivistique – accessible aux chercheurs ? En fait, comme le faisait remarquer André Bride, en Curie, la terminologie n’est pas nécessairement figée et le congresso prend souvent un « nom spécial » selon les dicastères, par exemple, dans le cas du Saint-Office, celui de « congrégation particulière »69. Cependant, la sessione n’est pas un congresso70, car elle réunit les cardinaux membres selon une procédure très semblable à celle des « congrégations plénières » telle que Victor Martin la décrit71. Avec Roberto Regoli, on peut donc dire que le terme de « sessione » constitue la désignation administrative et archivistique des réunions cardinalices de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, chaque session pouvant alors prendre la forme d’une congregazione plenaria (réunion de tous les cardinaux), d’une congregazione particolare (réunion d’une partie des cardinaux) ou encore d’une adunanza, terme indéterminé qui laisse l’observateur dans le doute72. Notre échantillon de 23 sessions sur la Russie entre 1906 et 1923 révèle le même flou terminologique que la recherche menée par R. Regoli sur la période Pie XI : même si les ponenze indiquent toujours clairement le terme de sessione suivi du numéro de série, les procès-verbaux remplacent fréquemment le terme de sessione par d’autres termes : 15 procès-verbaux indiquent le terme de congregazione, 3 celui de sessione et 2 celui d’adunanza (3 n’indiquent même aucun terme)73.

25De ces incertitudes terminologiques, il ne faut pas conclure que la sessione soit une institution fragile. Au contraire, au début du xxe siècle, la sessione apparaît comme une institution bien rôdée. La convocation des cardinaux aux sessions se fait ainsi selon une procédure normalisée. La convocation pour la session du jeudi 2 février 1911 à 10h30 est ainsi rédigée sur un formulaire imprimé sur lequel on ajoute simplement les horaires et le thème de la réunion. La formule est la suivante :

  • 74 ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, fol. 112 : lettre du secrétaire de la congrégation (...)

Il sottoscritto Segretario della S. Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari ha l’onore di prevenire Vostra Eminenza Reverendissima che il giorno …. nelle stanze dell’Eminentissimo Sig. Cardinale Segretario di Stato avrà luogo una particolare adunanza della prelodata S. Congregazione, della quale, oltre di Vostra Eminenza Reverendissima, faranno parte gli Eminentissimi Padri dicontro notati, per prendere ad esame l.. qui unit.. posizion.. a stampa.
Lo scrivente nel pregare Vostra Eminenza Reverendissima a volervi intervenire, inchinato al bacio della S. Porpora, con profondissimo ossequio si rassegna Di Vostra Eminenza Reverendissima74.

  • 75 Voir ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1154, 1911. Procès-verbal, p. 1.
  • 76 Ibid., p. 3.
  • 77 Ibid., p. 1.

26Une telle convocation constitue une charge importante, qui semble avoir été le plus souvent honorée. Dans le cas de la session du 2 février 1911 (seul cas de notre échantillon où nous disposions de la liste des cardinaux convoqués et de celle des cardinaux effectivement présents), cinq des six cardinaux invités sont présents, Vincenzo Vannutelli faisant exception75. Par ailleurs, dans les procès-verbaux consultés, les cardinaux essaient souvent de minimiser l’impact de leur absence, en venant au moins à une partie de la réunion ou en fournissant un avis écrit. Le cardinal Serafino Vannutelli « si assenta » ainsi le 17 mars 1907 après le traitement d’une des questions alors que trois sont au programme76. En cas d’absence prévue, certains cardinaux rédigent un avis par écrit qui est lu pendant la session. C’est le cas du cardinal De Lai le 23 juin 1918, qui « non potendo intervenire ha inviato il suo parere in iscritto », lequel « è annesso al verbale »77.

  • 78 Par exemple, la session 1071 du 19 avril 1906 (America Stati Uniti – Vescovo di rito ruteno ai Catt (...)
  • 79 Elles ne sont pas toutes indiquées sur l’inventaire des sessioni, comme le souligne R. Regoli pour (...)
  • 80 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1207, 1917.
  • 81 Pour l’encyclique Levate qui condamne le décret russe de 1867, voir U. Bellocchi (éd.), Tutte le en (...)
  • 82 ACDF, Decreta S. O., 1877, fol. 200.
  • 83 Il s’agit des sessions 1374 de février 1937 (Italia – Ordinamento Ecclesiastico dell’Etiopia) et 13 (...)
  • 84 Cf. n. 183.
  • 85 N. Del Re, La Curia Romana... cit., p. 431.

27Enfin, il faut souligner que les sessioni ne sont pas que des réunions internes à la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. De nombreuses sessions sont « mixtes », c’est-à-dire tenues avec des cardinaux d’autres congrégations. L’inventaire des sessioni mentionne clairement plusieurs cas78, alors qu’une analyse plus fine à partir des archives des autres congrégations romaines (Propaganda Fide, Consistoriale...) permettrait d’en découvrir d’autres79. Dans notre échantillon, la session du 15 juillet 1917 sur les affaires de Russie est mixte avec la congrégation de Propaganda fide pour les affaires de rite oriental80. Au-delà de ces sessions mixtes, il faut citer les cas d’interactions entre congrégations par transfert de dossiers. L’inventaire des sessioni révèle de fréquents contacts avec le Saint-Office, en particulier dans les épineuses affaires russes des années 1870, qui correspond à une période de rupture des relations diplomatiques. En 1873, la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires se défausse par deux fois sur le Saint-Office pour traiter des questions qui suscitent des conflits violents avec le gouvernement russe. Ainsi, dans l’affaire du Collège ecclésiastique catholique-romain de Saint-Pétersbourg – institution forgée sur le modèle du Saint-Synode orthodoxe au début du xixe siècle et dont les compétences sont accrues par un décret de 1867 au point de concurrencer les prérogatives de Rome (compétence de décider quelles affaires devaient passer au Siège apostolique pour être jugées) la résolution prise par les Affaires ecclésiastiques le 15 décembre 1873 (session 410) est confirmée par le Saint-Office81. Dans le cas de la session prévue en 1873 sur l’introduction de la langue russe dans le culte catholique supplétoire (session sans numéro), c’est tout le dossier qui est transmis au Saint-Office, la Suprême émanant elle-même le décret le 11 juillet 187782. En 1906 au contraire, par une sorte de paradoxe institutionnel, la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires est chargée de se prononcer sur la validité du décret du Saint-Office de 1877 sur l’interdiction du russe dans le culte supplétoire. Enfin, il faut souligner que le pape se rend parfois aux sessions des Affaires ecclésiastiques extraordinaires : on compte 43 sessions tenues coram Sanctissimo entre août 1824 et mars 1848. Après 1848, cette mention disparaît complètement de l’inventaire, pour ne réapparaître qu’à deux occasions à la fin du pontificat de Pie XI83. Il s’agirait d’éclairer cette mutation, d’autant qu’on sait le pape très impliqué dans le processus décisionnel des Affaires ecclésiastiques extraordinaires en ce qui concerne bien sûr la validation des décisions des cardinaux (l’approbation du pape est clairement signalée dans 20 cas sur 23 pour notre échantillon84), mais aussi dans le traitement ex audientia Sanctissimi d’affaires, y compris ordinaires, « come appare chiaramente dalla formula regolarmente apposta sui rescritti rilasciati da questo dicastero »85.

La série des sessioni

Richesses et lacunes des archives de la congrégation

  • 86 En 2006-2007, environ la moitié des documents demandés par les chercheurs à l’Archivio segreto vati (...)
  • 87 Par exemple : E. Gatz, Der preussisch-deutsche Kulturkampf in den Verhandlungen der Kongregation fü (...)
  • 88 L. Pásztor, La Congregazione... cit., n. 1 p. 297.
  • 89 « L’importanza di questa Congregazione è ben nota agli studiosi dell’Ottocento, ma sono pochi gli a (...)

28D’après les inventaires donnés en consultation aux chercheurs, les archives de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires sont classées selon deux logiques. D’une part, on trouve la série des sessioni qui n’a, jusqu’à présent, suscité qu’un intérêt ponctuel. D’autre part, les archives des Affaires ecclésiastiques extraordinaires conservent de nombreuses séries « nationales » (découpage par pays ou groupes de pays, par exemple Francia, Russia-Polonia...) qui suivent une logique géographique et semblent regrouper la grande majorité des documents. Ces séries nationales sont très appréciées par les chercheurs du monde entier86, probablement pour la facilité avec laquelle on y trouve des matériaux de grande qualité sur une zone géographique donnée (correspondance sur des questions importantes entre la congrégation et les nonces, les évêques ou encore des personnalités locales)87. Selon toute vraisemblance, seules ces séries « nationales », pauvres en matériaux sur le fonctionnement interne de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, ont longtemps été données en consultation aux chercheurs. Seule l’inacessibilité de la série des sessioni peut expliquer le fait que Lajos Pásztor ait utilisé une source lacunaire des archives de la secrétairerie d’État (ne débutant qu’en 1825) pour reconstituer – forcément de façon incomplète – la liste des sessions des années 1824-1850, alors que l’inventaire des sessioni est complet pour la période 1814-182488. Le constat formulé à la fin des années 1960 d’une insuffisance de l’historiographie sur l’histoire interne de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires89pourrait ainsi s’expliquer d’abord par un réel problème de source. En effet, si les documents disponibles dans les « séries-pays » sont remarquables par leur richesse, ils ne permettent guère d’appréhender aisément le fonctionnement de la congrégation.

  • 90 G. Rigotti, Uomini e attività della Congregazione per la Chiesa Orientale tra i motu proprio Dei pr (...)
  • 91 V. Cárcel Ortí, La Congregacíon de Asuntos eclesiasticas extraordinarios y España (1814-1913), dans (...)
  • 92 L. Trincia publie le procès-verbal de la session 1024 du 29 décembre 1903 sur la question du « Veto (...)
  • 93 V. Cárcel Ortí, Pío XI entre la repùblica y Franco : angustia del Papa ante la tragedia española, M (...)

29On a pu suppléer à ces faiblesses archivistiques en utilisant les archives de la secrétairerie d’État, cependant la série des sessioni s’avère ici particulièrement utile et efficace. Continue de 1814 à 1938 (date limite de l’ouverture), cette série peut être comparée à des séries accessibles aux chercheurs pour d’autres congrégations romaines, comme la série des Decreta Sancti Officii qui relève les décisions de la Suprême et notamment des cardinaux en « feria IV » et – pour la congrégation pour l’Église orientale – la série des Acta (ponenze sur lesquelles sont questionnés les cardinaux) et celle des Udienze di Nostro Signore (questions soumises à la décision du pape)90. Plusieurs historiens ont d’ailleurs signalé l’utilité de la série des sessioni : des travaux listent les sessions concernant un pays ou une période91, alors que des travaux de plus en plus nombreux éditent le procès-verbal d’une session particulièrement importante92, voire d’un groupe de sessions sur le même thème93.

Le matériel : de la ponenza au verbal

30Le matériel archivistique conservé dans la série des sessioni comprend deux parties principales pour chaque session : la ponenza et le verbale (voir figures 1 et 2).

  • 94 L. Pásztor, La Congregazione... cit., n. 1 p. 297.
  • 95 C’est, semble-t-il, la pratique habituelle dans les autres congrégations romaines (V. Martin, Les C (...)
  • 96 Voir l’indication manuscrite en marge à la ponenza de la session du 19 juin 1913 indiquant que la r (...)
  • 97 À l’image de la plupart des organisations étatiques modernes et, comme le prévoit le code de 1917 ( (...)

31Une ponenza (souvent désignée comme posizione au xixe siècle94) est un dossier imprimé remis aux cardinaux avec la convocation à la session, d’un format très variable. Pour l’échantillon étudié, les ponenze varient entre quelques pages simplement reprographiées (session 1165) et trois gros volumes imprimés (session 1173). Elles sont généralement constituées de deux parties. La ponenza commence toujours par une relazione, qui est une présentation synthétique du problème examiné. Anonyme, mais souvent rédigée par un minutante95, un fonctionnaire de la congrégation, voire un cardinal membre96, la relazione comprend l’historique des décisions du Saint-Siège, le positionnement du problème et se termine par un ou plusieurs dubbi (doutes formulés comme des interrogations au style indirect), qui constituent à proprement parler les ordres du jour de la réunion. Pour notre échantillon, la relazione fait en moyenne 17,6 pages et on obtient une moyenne d’1,5 dubbio par session (voir annexe 2). La plupart des ponenze comprennent également un sommario, c’est-à-dire une série de documents (lettre d’évêque, loi promulguée par un État, article de journal, consultation d’un spécialiste...) destinés à illustrer le propos de la relazione. Les originaux des documents mis en sommario se trouvent en général dans les séries-pays des archives de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires ou dans les archives de la secrétairerie d’État. Enfin, dans l’échantillon étudié, tous les dossiers imprimés (ponenze) concernant la Russie comportent en première page la mention expresse du « secret pontifical » (mention « con segreto pontificio » ou « sub secreto pontificio »)97.

Fig. 1– Une ponenza imprimée.

Source : ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1181, 1913, vol. 68 – Ponenza Sacra Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinarii, Russia. Condizioni della Chiesa Cattolica, Giugno 1913, page de garde.

32Le second type de source présent dans la série des sessioni – le procès-verbal (verbale) de la discussion entre les cardinaux – est un document assez bref. Après avoir présenté la liste des cardinaux présents, le rédacteur (généralement le secrétaire de la congrégation) note le contenu des interventions de chaque cardinal. La décision finale des cardinaux est présentée par le secrétaire de la congrégation au pape, qui prend une décision qui répond aux dubbi initialement présentés. Dans notre échantillon, le verbale est presque toujours manuscrit (seul le verbale de la réunion de 1923 est dactylographié) et inférieur à une dizaine de pages (6-7 pages en moyenne, le minimum étant une page et le maximum 15 pages, voir annexe 2).

Fig. 2 – Une page de verbale.

Source : ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1181, 1913, vol. 68 – procès-verbal, p. 1.

Présentation globale : 1814-1938

  • 98 ASV, Inventaire de la série des sessioni.
  • 99 Nous avons alors tâché de corriger au mieux l’inventaire pour ne pas trop fausser les résultats. Pa (...)

33Pour approcher de façon plus précise l’activité de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, nous avons réalisé des statistiques à partir de l’inventaire des sessioni conservé à l’Archivio segreto vaticano98. Malgré le caractère un peu schématique des résultats et les inévitables erreurs ou incohérences de l’inventaire99, cette approche quantitative permet une première évaluation de l’activité de la congrégation de 1814 à 1938.

  • 100 Ce total est obtenu par l’addition du numéro continu des sessions (soit, au 31 décembre 1938, 1389) (...)

34L’observation de l’inventaire permet tout d’abord de déterminer le nombre de réunions de la congrégation dans le cadre de ces sessioni. De 1814 à 1938 (soit en 125 ans), la congrégation s’est réunie à 1 427 reprises dans le cadre des sessioni100. Sur l’ensemble de la période, la moyenne est donc d’environ 11 sessions par an, soit quasiment une session par mois. Cette moyenne cache de grandes variations annuelles : aux extrêmes on trouve 1871, année où aucune session n’est tenue, alors que moins de dix ans plus tard, en 1880, 48 sessions sont réunies (soit quasiment une session hebdomadaire) !

35L’inventaire des sessioni permet également de connaître le nombre d’affaires traitées à l’occasion des sessions. En effet, le plus souvent, une même réunion traitait plusieurs affaires, concernant un ou plusieurs pays. De 1814 à 1938, on obtient alors un total de 2 284 affaires, ce qui donne une moyenne annuelle de 18 questions traitées.

  • 101 Par convention, quand la date de la session était indiquée à cheval sur deux années (une dizaine de (...)

36Les graphiques des figures 3 et 4 représentent le nombre de sessions et le nombre d’affaires traitées par an entre 1814 et 1938101. Il a semblé intéressant de mettre ces deux courbes en regard de la chronologie des pontificats et des mandats des secrétaires d’État. Sur les 125 années prises en considération, l’activité de la congrégation dans le cadre des sessioni apparaît finalement assez régulière. Deux périodes correspondent toutefois à des pics d’activité : 1814-1818 et1898-1903, avec plus de 40 questions traitées et/ou plus de 20 sessions par an. La période 1878-1883 se distingue par un très grand nombre de sessions réunies mais un nombre relativement normal de questions traitées, ce qui laisse supposer un changement de méthode de travail (réunions fréquentes) qui se combine à une activité du dicastère assez stable du point de vue des affaires traitées.

Le monde en résumé : évaluation de la répartition géographique des affaires traitées dans le cadre des sessioni

37Au-delà de ces chiffres globaux, il importe d’évaluer l’activité de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires en fonction des espaces géographiques. En effet, feuilleter l’inventaire des sessioni donne le sentiment de traverser le monde en quelques pages, en suivant un itinéraire balisé par les moments clés des relations entre la papauté et les États dans un contexte de sécularisation (annexe 3).

Fig. 3 – L’activité de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires dans le cadre des sessions et les différents pontificats (1814-1938)

  • 102 Remarque : seuls les secrétaires d’État restés plus d’un an en charge sont indiqués. Ont donc été é (...)

Fig. 4 – L’activité de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires dans le cadre des sessions et les mandats des secrétaires d’État (1814-1938)102

38Un tel classement des sessions par espace géographique sur une durée de plus d’un siècle pose toutefois plusieurs problèmes.

  1. De 1820 à 1938, l’inventaire comporte une rubrique « lieu », ce qui permet de traiter facilement les données. En revanche, de 1814 à 1819, l’inventaire ne donne pas cette information et il faut analyser le titre de la session pour opérer le classement. D’autre part, même après 1820, l’indication du lieu par le minutante révèle d’abord sa propre perception des espaces. Par exemple, les lieux italiens sont souvent indiqués de façon très précise (nom de la ville, voire du village), alors que les espaces lointains sont indiqués de façon générique (« Afrique »).

  2. Dans les cas, assez fréquents, où l’indication géographique donnée par l’inventaire est double, nous avons distingué deux cas : les doublons formés d’une métropole et de sa colonie : le classement a été opéré généralement en faveur de la métropole ; les doublons formés de deux États souverains : le classement a été opéré – dans la mesure du possible – à parité entre les deux États. Par exemple, si deux sessions portent le titre Allemagne-Pologne en 1934, la Pologne gagne une entrée, de même que l’Allemagne (cas des sessions 1356’ et 1359).

  3. Notre objectif étant de dégager des grandes tendances de l’activité de la congrégation, nous avons adopté une désignation d’abord géographique et non politique des espaces. Cette classification est de fait sujette à des anachronismes. Ainsi, une affaire concernant la Vénétie ou la Lombardie durant la première moitié du xixe siècle a été classée dans la catégorie « Italie », alors qu’elle aurait pu être insérée dans la catégorie « Autriche ». De même, les différents États allemands (Bavière, Prusse...) sont regroupés dans la catégorie « Allemagne ». Ce classement, contestable pour sa vision téléologique de l’histoire, n’est bien sûr guère satisfaisant. Il s’avère cependant, de fait, le seul possible si on se limite à l’observation de l’inventaire sans effectuer le dépouillement des ponenze elles-mêmes. Comment savoir, en effet, a priori si une affaire vénète concerne seulement l’Église locale ou implique également le pouvoir autrichien ? De même, alors que de très nombreuses affaires françaises, espagnoles, portugaises ou anglaises concernent leurs empires coloniaux, il serait intéressant de faire la part des affaires concernant la métropole et celles concernant les colonies et, parmi celles-ci, d’évaluer la place respective des différents continents.

39De ce classement géographique délibérément schématique, on retiendra la nécessité de poursuivre la recherche à une échelle d’analyse plus fine au sein de cette série qui apparaît comme une source très riche pour les questions nationales, régionales, mais aussi coloniales.

Fig. 5 – Répartition des affaires traitées en session par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires selon les continents.

40Ce classement permet de mettre en évidence (figure 5) la prédominance des questions européennes dans l’activité de la congrégation (1714 affaires, soit 3 sur 4) et l’importance non négligeable des affaires américaines, notamment de l’Amérique latine (21 % soit 1 affaire sur 5). La congrégation intervient également marginalement sur des affaires africaines, notamment dans le cadre de contacts avec les puissances coloniales, comme la France. En revanche, la catégorie « Asie » (3 % des affaires), particulièrement élastique, ne doit pas induire en erreur : on y retrouve, en effet, à la fois de nombreuses questions du monde proche-oriental (« Turquie », Palestine...), du pôle indien, lié au Padroado portuguais (0,79 %), et des Philippines (1,31 %).

41Au sein de la zone européenne (figure 6), les questions italiennes occupent 1/5e de l’activité de la congrégation. L’espace centre-européen (Autriche, Mittleuropa, Balkans) se situe en seconde position, suivi par l’Allemagne, la France et la péninsule ibérique. Les îles britanniques ne constituent qu’un espace très marginal avec seulement 3 % de l’activité européenne de la congrégation, en comptant les nombreuses affaires maltaises. Enfin, la Suisse (99 affaires) et la Russie (82 affaires) constituent des espaces qui focalisent une part non négligeable de l’activité de la congrégation.

  • 103 Sous le terme de « Balkans », nous avons regroupé l’Albanie, la Bosnie, la Croatie, la Dalmatie, la (...)

Fig. 6 – Répartition par espace géographique des affaires européennes traitées en session par la congrégation des Affaires ecclésiastique extraordinaires (base 100 : total Europe)103

Les sessioni consacrées à la Russie

42Cet aperçu de la masse documentaire représentée par la série des sessioni ouvre deux principales pistes de travail dans une optique d’histoire de la Curie. La première piste, déjà esquissée par certains historiens (Pásztor, Regoli), est d’étudier l’ensemble des sessions pour une période donnée (un pontificat ou un mandat de secrétaire d’État, par exemple) afin d’étudier les spécificités du fonctionnement de la congrégation, en particulier d’identifier les procédures les plus courantes et les cardinaux particulièrement actifs. La seconde piste est de choisir une échelle chronologique plus ample et de centrer l’attention sur un espace afin de mieux comprendre quelles affaires sont traitées à ce niveau hiérarchique. Nous nous proposons ici de suivre cette seconde piste en centrant l’attention sur le monde russe (Empire russe jusqu’en 1917, puis Russie soviétique et Union soviétique après 1922).

Les sessioni concernant le monde russe : inventaire pour la période 1814-1938

43L’examen de l’inventaire des sessioni pour la période 1814-1938 révèle l’existence de 115 questions russes traitées dans le cadre de sessions : 82 sont classées dans la rubrique Russie, auxquelles il convient d’ajouter 24 affaires classées dans « Russie-Pologne » et 9 dans « Pologne » (annexe 4).

44Les affaires russes représentent donc 5 % de l’activité de la congrégation (au regard du total de 2 285 affaires), ce que l’on peut considérer comme une part à la fois modeste et notable étant donné l’importance relative de la Russie dans le catholicisme mondial. En effet, si l’Empire russe abrite une forte minorité catholique (10 % environ de la population au xixe siècle), cette dernière reste marginale tant géographiquement (la plupart des catholiques – essentiellement Polonais, Lituaniens, Allemands ou Arméniens – sont localisés dans des régions périphériques de l’Empire) que politiquement ou socialement. Par ailleurs, le catholicisme russe constitue également une marge de l’Europe catholique dans la mesure où les grandes évolutions du catholicisme contemporain ne s’y déploient que marginalement (explosion congréganiste, mouvement missionnaire, développement d’une piété « italianisée »...). De plus, si on observe plus précisément cette liste des « sessions russes », on constate l’extraordinaire importance des questions qui sont traitées dans ce cadre institutionnel. On y retrouve, en effet, les grands moments des relations diplomatiques entre la Russie et le Saint-Siège : l’établissement des relations diplomatiques (1814-1815), le concordat de 1847 (7 sessions en 1847-1848 sont consacrées à sa préparation et à ses suites), accords de 1880-1882 (7 sessions de 1879 à 1881), mémorandums de 1912-1913 (3 sessions), projet de reconnaissance de l’Union soviétique en 1923 (réunion du 17 décembre 1923). On retrouve également ici les échos de la vie ecclésiastique des catholiques de Russie : passage des uniates à l’orthodoxie en 1839 (sessions 113 du 28 septembre 1828, 117 du 22 septembre 1829 et surtout 202 du 10 novembre 1839 en présence de Grégoire XVI), suppression des diocèses de rite latin (sessions 384 et 387 de 1866 et 1867), naissance du groupe catholique de rite gréco-russe après 1905 (6 sessions entre 1908 et 1914). Les sessions de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires ont également été un cadre commode pour examiner les « abus » du gouvernement russe débouchant sur des situations de crise : destitutions d’évêques (évêque de Podlachie en 1840 – sessions 206 et 207 ; évêques de Vilna en 1885, 1902 et 1907 – sessions 602, 957, 1084, 1087, 1097, 1105 et 1107), suppression ou déplacement géographique d’institutions catholiques (translation du siège de Mohilev à Saint-Pétersbourg en 1873 : sessions 405 et 407), sécularisation des biens du clergé dans l’Empire russe (session 223 et 224 en 1842) puis en Pologne (session 384 du 22 mars 1866).

  • 104 Sur la question de la Pro Russia, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de doctorat : L. P (...)

45Enfin, comme le montre la figure 7, les « sessions russes » enregistrent de grandes variations en fonction des périodes et des pontificats. Par exemple, après 1923, la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires ne traite plus aucune affaire concernant la Russie dans le cadre de sessions alors que la congrégation continue à traiter des affaires russes (pour la période Pie XI, la série AES IV Russia comprend plus de 80 fascicules). L’absence de réunion des cardinaux de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires sur les questions russes pourrait alors s’expliquer par la part que Pie XI prend personnellement au traitement de ces affaires et au rôle assigné à la Commission pro Russia à partir de 1925104. En revanche, on peut souligner l’importance des « sessions russes » sous le pontificat de Grégoire XVI et au début de celui de Pie IX, auxquelles ces papes participent volontiers : 8 affaires russes sont traitées en sessions coram Sanctissimo entre 1839 et 1847, sur un total de 43 sessions de ce type indiqué sur l’inventaire, soit quasiment une sur cinq.

Fig. 7 – Fréquence des « sessions russes », 1814-1938.

Le choix d’une période : la révolution russe comme test du processus de décision curial

  • 105 Par exemple, H. J. Coleman, Russian Baptists and Spiritual Revolution, 1905-1929, Bloomington-India (...)

46Cet inventaire démontre que, même pour l’espace russe a priori marginal dans l’orbe catholique, la masse documentaire des sessioni et la variété des questions abordées dépassent rapidement les forces d’un chercheur isolé. Nous avons donc centré l’attention sur la période révolutionnaire ouverte en 1905, qui est de plus en plus considérée comme une charnière de l’histoire religieuse russe105. Durant cette période, ouverte par l’édit de tolérance d’avril 1905 et la relative normalisation de la situation des confessions « étrangères », les cardinaux des Affaires ecclésiastiques extraordinaires sont réunis à 23 reprises pour traiter des questions russes entre 1905 et la fin du pontificat de Pie XI : ces sessions se concentrent en fait sur la période 1906-1923. Sous Pie X, les cardinaux des Affaires ecclésiastiques sont très fréquemment sollicités sur les affaires russes qui font l’objet d’un véritable suivi collégial (20 sessions), alors que sous Benoît XV (2 sessions) et Pie XI (1 session), il ne s’agit que de réunions exceptionnelles sur des dubbi d’une extraordinaire gravité : la question de l’attitude à adopter après la Révolution de février 1917 (session 1207), la réorganisation diocésaine en 1918 (session 1221) et l’attitude à adopter face aux propositions d’établissement de relations diplomatiques avec la Russie soviétique (réunion sans numéro de décembre 1923).

  • 106 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1075, 1906, vol. 61. Procès-verbal, p. 5. Version française de (...)
  • 107 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1075, 1906, vol. 61. Procès-verbal, p. 2.
  • 108 Ibid., p. 1.
  • 109 Ibid., p. 5-6.
  • 110 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1108, 1908, vol. 63. Verbale, p. 1.
  • 111 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1207, 1917, vol. 71. Procès-verbal, p. 1.
  • 112 Ibid., No 1221, 1918, vol. 72. Procès-verbal, p. 3.
  • 113 Ibid., p. 2.

47D’une façon générale, et malgré la légendaire prudence romaine, les sessions considérées sont traversées par la nécessité d’agir promptement dans un contexte politique et social brutalement transformé. Soucieux, voire impatients, de relever les défis religieux lancés par ces transformations, certains cardinaux souhaitent profiter de ces périodes de changements et prendre rapidement des mesures. D’autres cardinaux, au contraire, craignent de prendre des décisions, qui se révèleront inutiles ou décalées dans un contexte encore très incertain. En juillet 1906, les cardinaux, consultés sur l’opportunité d’abroger le décret du Saint-Office de 1877 qui interdisait l’utilisation de la langue russe dans le culte supplétoire, expriment leur position plus générale sur la stratégie à adopter au lendemain de la révolution de 1905. Rampolla considère que « il momento è importantissimo » car « nonostante le resistenze della reazione russa, il governo russo non può ormai tornare indietro togliendo la concessa libertà religiosa » par l’oukase du 17/30 avril 1905 qui dépénalise dans son article 1 la sortie de l’orthodoxie106. Agliardi considère également que « oggi le condizioni sono cambiate »107et Serafino Vannutelli souligne que « dopo l’ukase riformatore, la presente condizione di cose toglie alla lingua russa quel significato [de symbole du schisme] »108. Au contraire, Di Pietro, alors préfet de la congrégation des évêques et réguliers se méfie des « concessioni fatte dal governo russo », dans la mesure où elles pourraient être remises en question « mentre dura fiera ed incerta la lotta fra la reazione e la rivoluzione »109. De même, les sessions consacrées au groupe de rite gréco-russe de Saint-Pétersbourg sont habitées par le souci d’accélérer le mouvement de conversion vers le catholicisme. Serafino Vannutelli considère ainsi en mai 1908 que « urgente è la necessità di provvedere » et qu’il convient de prendre des mesures d’organisation provisoire et « quando si potrà, si farà più o meglio »110. En 1917 et 1918, la plupart des cardinaux se prononcent nettement pour une action rapide d’organisation de l’Église catholique dans la nouvelle Russie. Pour Vincenzo Vannutelli, en juillet 1917, « è evidente che la S.[anta] Sede debba approfittare e presto di tale stato di cose per ottenere dei vantaggi e possibilmente creare tutta una situazione di fatto favorevole alla Chiesa Cattolica »111. En juin 1918, lors de la session sur la réorganisation diocésaine de la Russie, dans un contexte beaucoup plus incertain, Scapinelli propose de « profittare del momento per trovarci (...) con un piede a terra, qualunque sia l’avvenire della Russia »112. En revanche, d’autres cardinaux tentent de ralentir l’action et souhaitent obtenir des garanties ou des informations complémentaires. C’est le cas de Merry del Val qui considère que le Saint-Siège ne dispose pas des « elementi sufficienti per decidere » et craint que l’incertitude du contexte empêche d’édifier « una cosa duratura », et il lance, de façon presque provocatrice à ses pairs : « se vogliamo fare delle diocesi sulla carta, facciamole, ma in realtà non potranno sussistere »113.

  • 114 Sessions 1154, 1164-I, 1165, 1173, 1181-I, 1181-II, 1207, réunion de 1923.
  • 115 Eduard de Ropp (1851-1939), descendant d’une famille de barons baltes polonisés, évêque de Tiraspol (...)
  • 116 Sessions 1084b, 1087, 1097, 1105, 1107.
  • 117 Sessions 1108, 1117, 1126, 1153, 1164b, 1185.
  • 118 Sessions 1075, 1084-I, 1084-III, 1221.

48Le contexte révolutionnaire russe offre donc des occasions de débat entre cardinaux tant sur des sujets diplomatiques (8 sessions)114que sur des questions ecclésiastiques apparemment circonscrites mais d’une grande importance du point de vue de la stratégie religieuse (5 sessions sont consacrées à la situation de Mgr Ropp115à Vilna entre mars 1907 et mai 1908116 ; 6 sessions à l’organisation du groupe de rite gréco-russe de Saint-Pétersbourg entre 1908 et 1914117et 4 sessions à d’autres questions ecclésiastiques également très liées aux contextes révolutionnaires de 1905 et 1917118).

L’information du processus de décision romain : solipsisme et effort d’ouverture

  • 119 Quelques recherches ont ainsi porté récemment sur l’espionnage de cette puissance, souvent considér (...)

49Alors que l’historiographie se penche de plus en plus fréquemment sur la question de l’information du Saint-Siège119, une piste modeste est fournie par la série des sessioni : en effet, la plupart des ponenze sont accompagnées d’un sommario, c’est-à-dire de documents sélectionnés dans les archives de la congrégation en vue d’éclairer la réflexion des cardinaux.

50Afin d’identifier les grandes tendances de l’information du processus de décision dans le cadre des sessions, nous proposons une typologie des documents mis en sommario, selon 7 catégories, de A à G (annexes 5 et 6).

51D’un point de vue quantitatif, on observe une grande disparité entre les sessions. Pour notre échantillon de 23 sessions, la moyenne de cinq documents par session cache de grandes disparités. Trois sessions ne présentent aucun document : 1084-I, 1105 et 1107. Dans ces trois cas, il s’agit de sessions sur un thème déjà traité lors de sessions précédentes (langue dans le culte supplétoire et affaire Ropp) : la nouvelle question posée aux cardinaux ne nécessite pas nécessairement la présentation de nouveaux documents. En revanche, six ponenze comprennent plus de 10 documents (1097, 1153, 1164-I, 1173, 1221, et la session sans numéro de 1923) et correspondent généralement à des sessions préparant des actes diplomatiques importants comme la rédaction des mémorandums de février 1912 et de juin 1913, ou encore l’ouverture de négociations officieuses avec la Russie soviétique en 1924.

  • 120 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1173, 1913, vol. 68. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affar (...)
  • 121 La citation du Traité de droit international public (Paris, 1922) du juriste français Paul Fauchill (...)
  • 122 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1126, 1909. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari Ecclesi (...)
  • 123 Cette consultation juridique est demandée de façon « urgente » le 7 décembre 1923 par télégramme (A (...)
  • 124 Alessandro Corsi (1859-1924) : professeur de droit international, expert auprès du ministère des Af (...)

52D’un point de vue plus qualitatif, près de 40 % des documents proposés en sommario émanent du clergé du pays concerné, l’épiscopat étant ici surreprésenté, notamment du fait des nombreuses sessions consacrées à l’affaire Ropp. Les ponenze constituent également des « pro-memoria » de l’action du Saint-Siège (1 document sur 5 est, en fait, le rappel d’une décision antérieure) et un moyen commode de faire connaître aux cardinaux les documents émanant de l’État russe (13 %) ou les avis des consulteurs (9 % des documents). La longue ponenza de la session 1173 du 16 février 1913 sur la situation de l’Église catholique en Russie publie ainsi à la fois le mémorandum du Saint-Siège au gouvernement russe du 26 février 1912, la note du ministre de Russie en réponse au mémorandum du 25 octobre 1912 et les avis de Mgr Skirmunt (consulteur officiel des Affaires ecclésiastiques extraordinaires) et du père Ledóchowski sur cette réponse russe120. En revanche, on est frappé par la rareté des références à la presse, ainsi qu’aux ouvrages scientifiques et techniques (5 % des documents mis en sommario). De plus, la presse utilisée est exclusivement catholique, voire romaine (La Civiltà cattolica et la Correspondance de Rome sont les principales sources). Quant aux ouvrages cités, ils sont surtout l’œuvre d’auteurs catholiques121. C’est ainsi que la ponenza de la session 1126 se réfère, à propos des vieux-croyants de Belokrinitsa, à l’ouvrage de l’orientaliste et religieux augustin Aurelio Palmieri (1870-1926), La Chiesa russa, le sue odierne condizioni e il suo riformismo dottrinale (Florence, 1908)122. De même, l’unique expertise demandée à un membre extérieur à la congrégation, disposant de connaissances techniques spécifiques, pour lesquelles la congrégation est prête à dégager un financement123– la consultation juridique sur la portée d’une reconnaissance de jure de l’URSS par le Saint-Siège pour la réunion de décembre 1923 – est confiée à un membre éminent du mouvement catholique italien, le professeur Corsi124.

  • 125 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1126, 1909. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari Ecclesi (...)
  • 126 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1153, 1911, vol. 66. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affar (...)

53Ce solipsisme du processus d’information vatican, apparemment recroquevillé sur des sources sinon romaines du moins catholiques, est confirmé par l’importance, sensible dans les sessioni, des informateurs présents à Rome. C’est ainsi que l’avis du père Bois, assomptionniste installé à Saint-Pétersbourg depuis 1905, est considéré comme de premier ordre lors de la session 1126 sur le groupe de rite gréco-russe alors qu’il est de passage à Rome en juillet 1909125. De même, lors de la session de janvier 1911, la venue du père Bois à Rome en septembre 1910 et ses discussions avec le secrétaire d’État sont signalées aux cardinaux et visent à renforcer les propositions faites par ce dernier au sujet d’une nomination d’un évêque de rite oriental pour la Russie126.

  • 127 Kazimierz Skirmunt (1861-1931) : né dans la région de Vilna, il effectue des études de droit, avant (...)
  • 128 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1075, 1906, vol. 61. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affar (...)

54Qu’en est-il des consulteurs officiels ? Parmi les consulteurs mentionnés par la Gerarchia cattolica ou l’Annuario pontificio, seul Casimir Skirmunt127est consulté sur les affaires russes. Cependant son avis n’est pas toujours proposé à la réflexion des cardinaux et, surtout, ses conseils ne sont pas nécessairement suivis. Ainsi, lors de la session de juillet 1906 sur la langue russe dans le culte supplétoire, Skirmunt – dont la consultation est publiée en sommario – n’étudie la question que du point de vue polonais et russe, sans évoquer le cas des nationalités tierces (Lituaniens, Lettons...). En revanche, tant l’auteur de la relazione que le cardinal « ponent » – Serafino Vannutelli – prennent en compte cette dimension du problème, qui sera finalement retenue par les cardinaux128.

  • 129 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1173, 1913. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari ecclesi (...)

55Ce caractère assez restreint des informations sélectionnées pour la prise de décision semble toutefois pleinement assumé. Dans la relazione de la session 1173 de février 1913, l’employé de la congrégation introduit les contributions de Skirmunt et du père Ledóchowski en signalant « le spiccate tendenze nazionaliste polacche, specialmente del primo »129et élève cette remarque à une signification plus générale :

  • 130 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1173, 1913. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari ecclesi (...)

Prima di chiudere la presente Relazione, si stima doveroso e prudente far rilevare alle EE. VV. come [...] siasi potuto disporre [...] unicamente di dati ed informazioni provenienti da due fonti opposte, cioè o da fonte Polacca o da fonte Russa ufficiale. Mancando un organo intermedio, il quale serva a controllare l’esattezza oggettiva delle singole informazioni suddette, non si potrebbe [...] assumere un’assoluta responsabilità a riguardo di tutte le notizie medesime130.

  • 131 Jurgis Matulewicz (Matulaitis) (1871-1927) : après des études au séminaire de Kielce et à l’Académi (...)
  • 132 R. Makrickas, Santa Sede e Lituania... cit., p. 49-50.
  • 133 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1117, 1909. Procès-verbal, p. 2-3.
  • 134 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1207, 1917, vol. 71. Ponenza – Congregazione mista della Propa (...)
  • 135 Ibid., Procès-verbal, p. 9.
  • 136 Ibid., Annexe [p. 12-15] Note du cardinal Scapinelli, 15.07.1917, p. 4.
  • 137 Ibid., p. 4.

56Cette reconnaissance des failles du système d’information romain va de pair avec un réel effort du Saint-Siège, dès la période impériale, pour diversifier ses sources d’informations sur la Russie. On sait, par exemple qu’en novembre 1911, la secrétairerie d’État a cherché un informateur régulier de nationalité lituanienne. L’abbé Matulaitis131fut invité à venir à Rome pour informer sur les catholiques en Russie, mais il dut finalement refuser cette proposition132. Au tournant des années 1905-1910, cet effort de diversification des sources d’information se traduit également par l’appel aux religieux occidentaux présents en Russie (comme le père Bois) et aux catholiques de rite oriental. Mgr Szeptickij, le métropolite ruthène de Lemberg, est ainsi assez fréquemment interrogé par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires. Cependant, ses conseils ne satisfont pas toujours le Saint-Siège. Lors de la nomination d’un supérieur pour le groupe de rite gréco-russe à Saint-Pétersbourg en 1908, Rome se fie au jugement de Mgr Szeptickij mais, lors de la session des Affaires ecclésiastiques extraordinaires de février 1909, les cardinaux reconnaissent que la nomination de l’abbé Zerèaninov a été une erreur, dont la responsabilité incombe, selon eux, aux « informatori » et non au Saint-Siège133. Au lendemain de la révolution de février 1917, la situation n’a guère évolué et les cardinaux n’hésitent pas à se mettre mutuellement en garde contre la partialité des informations qui servent de base à la discussion. La relazione souligne qu’à cause « della difficoltà delle comunicazioni con la Russia, non si è potuto raccogliere (...) un copioso materiale informativo »134. Le cardinal Marini « desidera che si badi molto alla nazionalità degli informatori e dei candidati » aux postes épiscopaux135. Le cardinal Scapinelli insiste sur le fait que « la S.[anta] Sede non deve sempre fidarsi delle informazioni e dei voti di parte polacca » et propose d’attendre l’arrivée imminente à Rome de Mgr Szeptickij, dans la mesure où l’avis du prélat ruthène, récemment libéré par le gouvernement provisoire « potrà contro-bilanciare » la campagne menée par les Polonais136. Cependant, pour le cardinal De Lai, la seule solution serait d’autonomiser l’expertise du Saint-Siège en envoyant sur place un visiteur apostolique car « egli solo sarà in grado di dare (...) una idea adeguata della situazione »137.

Un processus de décision personnalisé, codifié et visant le consensus

57Chaque procès-verbal indiquant clairement le nom des cardinaux présents, il convient tout d’abord de s’interroger sur leur identité et la raison de leur présence à la session en question. En effet, seul un nombre relativement restreint de cardinaux (5 ou 6 en moyenne) est présent lors des sessions (annexe 7). Si on compare ces statistiques au nombre de cardinaux effectivement membres de la congrégation (entre 13 et 17 selon les années), on obtient un rapport d’environ un tiers (annexe 8).

  • 138 Voir le témoignage de Marchetti Selvaggiani en 1938 et la réaction de Pacelli, cités par R. Regoli, (...)
  • 139 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla (...)
  • 140 Cf. Lettre apostolique Romani Pontifices, 06.01.1862, dans Pii IX. Pontificis maximi Acta. Part. I, (...)
  • 141 J.-M. Ticchi, La représentation du Saint-Siège au couronnement des tsars Alexandre III (1883) et Ni (...)
  • 142 Le jésuite français Michel d’Herbigny, spécialiste des questions russes, considère que Rampolla éta (...)
  • 143 ASV, Segr. Stato, Spogli di cardinali, Spoglio Rampolla del Tindaro, b. 3a, No 122 (copies de docum (...)

58On peut alors se demander pourquoi les questions russes ne donnent pas lieu à des congrégations plénières mais seulement à la réunion d’une partie des cardinaux, sous la forme d’une congregazione particolare. Tout d’abord, il semble qu’avant 1925, la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires réunissait le plus souvent les cardinaux pour de telles « congrégations particulières », dans lesquelles n’étaient invités que les cardinaux spécialistes à des titres divers de la question138. Cette spécialisation des cardinaux sur un espace géographique donné ou sur un type de problème se place d’ailleurs dans la tradition inaugurée en 1814. En effet, lors de la première réunion du 16 août 1814, les cardinaux avaient insisté pour que la congrégation soit divisée en « tre Deputazioni, o Sezioni, per occuparsi più specialmente in certa classe di materie, che sieno più analoghe tra loro », chaque section comprenant deux cardinaux et un consulteur et pouvant se réunir de façon autonome en « sessioni separate » pour « ben digerire le materie rispettive »139. Par ailleurs, des spécialisations géographiques et thématiques existaient dans d’autres dicastères comme dans la congrégation de Propaganda fide pour les affaires du rite oriental, où chaque cardinal membre de la congrégation était attaché à un rite particulier et intervenait plus particulièrement – comme ponente – dans les réunions cardinalices consacrées à « son » rite140. Sur les questions russes, certains cardinaux invités aux sessions disposent effectivement d’une expertise particulière, en particulier ceux qui se sont rendus en mission officielle en Russie, comme Vincenzo Vannutelli, représentant le Saint-Siège au couronnement du tsar Alexandre III en 1883 (il publiera en 1892 ses souvenirs de voyage sous le titre Poccu5 : studio religioso sopra la Russia. Appunti di viaggio, Rome, 1892) et Antonio Agliardi à celui de Nicolas II en mai 1896141. Le cardinal Rampolla est également crédité d’une réelle expertise sur les questions russes142, ce qui semble en partie confirmé par son spoglio, qui comprend des documents sur l’histoire des relations entre le Saint-Siège et la Russie143. Cependant, pour évaluer les éventuelles spécialités des cardinaux, il faudrait pouvoir mener des études systématiques dans les spogli (ce qui n’est pas toujours possible) et surtout étudier sur le moyen terme et de façon comparative les participants aux sessions concernant les différents pays.

  • 144 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1097, 1907, vol. 62. Procès-verbal, p. 2.
  • 145 Ibid., p. 3.
  • 146 Ainsi, lors de la session du 5 juillet 1906, Rampolla résume ainsi sa réponse au dubbio posé : « ne (...)

59En donnant la parole aux membres éminents de la Curie, en présentant leurs discussions, cette source offre une perspective vivante mais très codifiée sur le fonctionnement du gouvernement pontifical. Ce « code » se traduit par un certain style de langage chez les cardinaux, qui émaillent souvent leurs interventions de termes latins caractéristiques du vocabulaire administratif curial. En décembre 1907, lors de la troisième session consacrée à l’affaire Ropp, le cardinal Agliardi demande ainsi « ma ora quid agendum ? »144. Cet usage n’a rien d’une fantaisie personnelle, comme en témoigne la réponse de Rampolla qui propose une solution provisoire (le Saint-Siège continue à reconnaître Ropp comme évêque de Vilna et poursuit les négociations diplomatiques avec l’État russe) et « in seguito si vedrà quid agendum »145. De même, on retrouve dans les interventions des cardinaux le vocabulaire des congrégations romaines comme le mens est..., typique des rescrits146.

  • 147 V. Martin, Les congrégations... cit., p. 23.
  • 148 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1075, 1906, vol. 61. Procès-verbal, comparer p. 1 et p. 7.
  • 149 Ibid., No 1154, 1911, vol. 66. Procès-verbal, p. 1 et 2.

60D’après Victor Martin, la prise de parole dans les réunions cardinalices était également très codifiée. D’abord s’exprimait le cardinal « ponent » qui avait étudié plus précisément la question et faisait un exposé complet de la situation. Son avis éclairé était alors généralement suivi147. Cette configuration se vérifie dans certaines sessions. Le 5 juillet 1906, l’avis initial de Serafino Vannutelli sur la langue russe dans le culte supplétoire (maintenir le décret du Saint-Office tout en permettant aux Russes d’utiliser leur langue et en résolvant au cas par cas les demandes formulées par les nationalités tierces, comme les Lituaniens) est discuté mais finalement adopté par les cardinaux puis par le pape148. De même, lors de la session 1154 du 5 février 1911 sur la communication des décrets romains à l’épiscopat de Russie, Rampolla « espone lo stato della questione » et, sans qu’aucun débat n’ait lieu, « tutti [i cardinali] convengono » sur la position de l’ancien secrétaire d’État149.

61Toutefois toutes les sessions ne suivent pas ce schéma unanimiste où la seule intervention qui compte serait la première. Au contraire, dans la plupart des cas, c’est au cours de la discussion, dans la confrontation des avis, qu’émerge la solution qui sera finalement adoptée. Certaines discussions sont houleuses et les mêmes arguments s’affrontent parfois à plusieurs reprises. C’est ainsi que, dans la session 1126 du 15 juillet 1909 sur le groupe de rite gréco-russe, Gasparri n’hésite pas à « interrompre » Rampolla pour proposer d’utiliser l’appellation de « vieux-croyants » pour le groupe afin de faciliter la reconnaissance par le gouvernement, ce que l’ancien secrétaire d’État refuse par crainte d’une « compromission » d’ordre doctrinal. Gasparri, partisan d’une action résolue en Russie, n’hésite pas alors à proposer de transmettre le dossier au Saint-Office. La discussion est animée et seule la prise de position de Merry del Val qui, par sa dimension à la fois conservatrice sur le fond et souple sur ce cas précis, parvient à mettre un terme aux revendications de Gasparri.

  • 150 Ibid., No 1126, 1909, vol. 64. Procès-verbal, p. 5-6.

Gasparri interrompe osservando che l’adottare il nome staroviero servirà davanti al governo. Rampolla risponde che la compromissione che ne risulterebbe non paga questo vantaggio. (...)
Gasparri insiste che staroviero non compromette perché è uno scisma di uno scisma ; e che serve di fronte al governo. Si esaminino i libri dal S[ant’] O[fficio], e si provveda alle abiure esatte e complete degli starovieri.
Merry : la Chiesa non riconosca il nome di star[oviero], ma nel caso speciale si può bene lasciar passare, a suo tempo la domanda al governo di Sussalef « prete staroviero unito a Roma »150.

  • 151 Francesco Ragonesi (1850-1931), cardinal en 1921, ancien délégué apostolique en Colombie (1904-1913 (...)
  • 152 ASV, AES IV Russia, fasc. 41, pos. 659, fol. 10r.

62Symétriquement au rôle du cardinal « ponent », il faut donc évoquer le rôle du secrétaire d’État qui intervient surtout dans la phase finale et conclusive des sessions et bénéficie ainsi d’un certain ascendant sur la prise de décision. Cependant, les secrétaires d’État interviennent également au cours des discussions, notamment pour préciser l’objet du débat. Gasparri semble à cet égard plus directif que Merry del Val et n’hésite pas à intervenir pour cadrer la discussion. Lors de la réunion de 1923, Gasparri interrompt la diatribe antisoviétique du cardinal Ragonesi151et, par de « ripetuti inviti », presse ce dernier de donner « una linea conclusiva »152.

  • 153 Domenico Serafini (1852-1918), cardinal en 1914, il est préfet de la congrégation de Propaganda Fid (...)
  • 154 « Poichè la Propaganda ha chiamato già a Roma Mons. Abrahamian si potrebbe attendere. Inoltre la Se (...)

63Dans le cadre d’une session mixte, l’intervention du cardinal chef de dicastère « invité » revêt une importance spécifique. Dans la session de 1917, les propositions de Domenico Serafini153, préfet de la Propaganda Fide, pour que les projets concernant le Caucase soient pris en charge par « sa » congrégation immédiatement après l’intervention diplomatique de la secrétairerie d’État, font l’objet d’un consensus154.

  • 155 V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 23-24.
  • 156 Comparer ASV, AES IV Russia, fasc. 41, pos. 659, fol. 16-19 (position de Gasparri) et 21 (décision (...)
  • 157 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1084, 1907, vol. 62. Procès-verbal, p. 3.
  • 158 Ibid., No 1087, 1907, vol. 62. Procès-verbal, p. 1-2.
  • 159 Ibid., No 1097, 1907, vol. 62. Procès-verbal, p. 1-3.
  • 160 Ibid., No 1105, 1908, vol. 63. Procès-verbal, p. 1-3.
  • 161 Ibid., No 1107, 1908, vol. 63. Procès-verbal, p. 1-4.
  • 162 D’une façon générale, le champ lexical du consensus est très sollicité (« tutti convengono... », «  (...)

64Finalement, même si les procès-verbaux des sessioni n’indiquent aucune trace de la procédure de vote à la majorité décrite pour d’autres réunions cardinalices155, on constate que les décisions prises sont toujours celles qui ont remporté l’adhésion d’une majorité de cardinaux. Par exemple, lors de la réunion de décembre 1923, malgré la forte argumentation et le brio de l’intervention de Gasparri, le pape suit l’avis de prudence formulé par la majorité des cardinaux sur la question de la reconnaissance de l’Union soviétique156. On peut également citer l’exemple des cinq sessions consacrées à l’affaire Rop. Lors de la première session du 17 mars 1907, les cardinaux défendent unanimement l’évêque de Vilna157. Un mois plus tard, lors de la session du 25 avril 1907, un des sept cardinaux – le cardinal Agliardi – souhaite la translation de Ropp. Agliardi reste cependant isolé car « tutti gli altri E[minentissi]mi sono unanimi in un parere alquanto differente », c’est-à-dire de continuer à défendre Ropp158. Lors de la troisième session consacrée à l’affaire Ropp, le 1er décembre 1907, les avis sont très partagés. Sur cinq cardinaux présents (S. Vannutelli, Rampolla, Di Pietro, Agliardi, Merry del Val), trois positions différentes émergent. Vannutelli souhaite la translation de Mgr Ropp à un siège épiscopal en Russie qui soit à refonder (Kamenec) ou à créer (Sibérie). Agliardi veut contraindre Ropp à accepter un diocèse en Pologne. Rampolla, Di Pietro et Merry del Val repoussent les précédentes propositions de translation de l’évêque et proposent d’attendre la réaction du gouvernement russe. C’est finalement cette dernière position que Pie X approuve en audience le 2 décembre 1907159. Lors de la quatrième session sur l’affaire Ropp, le 23 avril 1908, à laquelle Agliardi ne participe pas, deux positions émergent. Vincenzo Vannutelli, ici aidé par son frère Serafino, reprend sa proposition précédente, à savoir, poursuivre la résistance afin d’obtenir l’érection d’un diocèse en Sibérie à la tête duquel serait nommé Ropp. Les deux frères sont toutefois mis en minorité par Rampolla, Di Pietro et Merry del Val qui acceptent de poursuivre la résistance, mais préféreraient une translation rapide de Ropp à Tiraspol, dans la mesure où la création d’un diocèse en Sibérie reste douteuse160. Enfin, lors de la cinquième et dernière session consacrée à Mgr Ropp, le 21 mai 1908, trois positions s’opposent encore : Serafino Vannutelli et Agliardi, exaspérés, souhaitent accepter la démission de Ropp et nommer un administrateur apostolique pour en finir ; Vincenzo Vannutelli reste isolé en souhaitant la nomination d’un vicaire par Ropp, ce qui préserverait la dignité de l’évêque, mais semble irréaliste car le gouvernement n’accepterait pas une telle candidature ; Rampolla et Di Pietro proposent de nommer immédiatement un administrateur apostolique mais refusent la démission de Ropp, à qui l’on proposerait le diocèse de Tiraspol. Merry del Val accepte cette dernière proposition161. À chaque fois, c’est donc bien la décision majoritaire (même s’il s’agit d’une très courte majorité) qui a été validée par le pape. Ce système de majorité implicite privilégie donc la recherche du consensus162et il convient de s’interroger sur les arguments et les personnalités capables de « retourner » l’opinion des cardinaux.

Arguments clés

65Trois grandes catégories d’arguments sont utilisées par les cardinaux dans le cadre de ces réunions : les arguments historiques, l’expérience personnelle et la défense de la réputation du Saint-Siège.

  • 163 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1105, 1908, vol. 63.Procès-verbal, p. 2.
  • 164 164. Ibid., 1164b, 1912, vol. 67. Procès-verbal, p. 5-6.
  • 165 Ibid., No 1164a, 1912, vol. 67. Procès-verbal, p. 2.

66Le cardinal Rampolla mobilise avec autorité les exemples historiques. Par exemple, en avril 1908, le secrétaire d’État de Léon XIII compare la situation de Mgr Ropp à celle de Mgr Felin´ ski, archevêque de Varsovie qui fut exilé en 1863. Il décèle ici « una tradizione », dans laquelle le gouvernement russe impose la nomination d’un vicaire capitulaire et fait pression sur le chapitre163. De même, en 1912, alors que les cardinaux se demandent si la mise du groupe de rite gréco-russe sous la tutelle de l’archevêque de Mohilev doit être signalée au gouvernement, le cardinal Rampolla parvient-il à surprendre ses pairs en leur affirmant que « trattasi di questione già sciolta », en mentionnant un document de 1866 accepté par le gouvernement russe, fondé sur un canon du concile Latran IV de 1215, également reconnu dans le concordat avec la Russie de 1847 (article 8 sur les Arméniens qui dépendent de l’ordinaire latin dans le cas où ils n’ont pas de supérieur de leur rite)164. En 1912, Rampolla élève même au rang de principe général d’action la logique historique : face au problème de la persécution de l’Église catholique en Russie, il considère que le modèle d’action ne peut être pris dans la politique développée à l’égard d’autres gouvernements parce que « col Governo Russo non si può trattare come cogli altri governi » et suggère de prendre plutôt des leçons de l’histoire, « vedere come la Santa Sede si è regolata in passato, e dalla storia e dall’esperienza trarre le norme per l’avvenire »165.

  • 166 J. Balabanic´ J. Kolanovic´ (éd.), Korespondencija Josip Juraj Strossmayer-Serafin Vannutelli, 1881 (...)
  • 167 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1108, 1908, vol. 63. Procès-verbal, p. 1-2.

67Parallèlement à ces arguments historiques, l’expérience personnelle constitue un principe guidant le processus de décision. Dans la session 1108 de mai 1908 sur le groupe de rite gréco-russe deux avis sont déterminants : celui de Serafino Vannutelli et celui de Rampolla. Le premier fait accepter l’idée de nommer un supérieur pour le groupe russe de rite slave et le second précise les modalités de cette nomination (type de facultés à donner, précision sur le titre du supérieur, demande de réalisation de statistiques). Or, ces deux cardinaux s’appuient sur leurs expériences personnelles du monde russe ou des questions russes pour étayer leurs positions. Serafino Vannutelli, ancien nonce à Vienne et probablement sensibilisé aux questions slaves catholiques par l’évêque croate Strossmayer avec qui il a entretenu une copieuse correspondance166, affirme « sa[pere] per esperienza che quanto dicono il p.[adre] Schumpp e la princ[ipess]a Ushakow [sur l’obstacle culturel constitué par le « latinisme » pour la conversion des Russes orthodoxes] è esatto ». Quant à Rampolla, il « sa per esperienza il cieco rancore di tanti polacchi contro la lingua russa e il rito slavo »167.

  • 168 Ibid., No 1084, 1907, vol. 62. Procès-verbal, p. 3.
  • 169 Ibid., No 1108, 1908, vol. 63. Procès-verbal, p. 1.
  • 170 Par exemple, « [Scapinelli] Desidera che la S.[anta] Sede faccia conoscere ai Sovieti ed al mondo i (...)
  • 171 Sur la problématique de la « réception » des décisions du Magistère, on peut renvoyer à Y. Congar, (...)
  • 172 En 1908, Rampolla suggère que la nomination par le Saint-Siège d’un supérieur pour le groupe de rit (...)

68Enfin, les discussions des cardinaux démontrent un souci constant des réactions de l’opinion publique et donc de la réputation du Saint-Siège aux yeux des fidèles et du monde. En mars 1907, écrire une lettre à un évêque est considérée comme un « mezzo di far conoscere all’opinione pubblica le intenzioni della S[anta] Sede » sur la question de l’usage des langues vulgaires dans le culte supplétoire168. En mai 1908, le cardinal Vincenzo Vannutelli insiste pour que la rédaction des actes pour le groupe catholique de rite gréco-russe de Saint-Pétersbourg soit faite « in modo che, anche pubblicati, non compromettano la S.[anta] Sede »169. La peur du « scandale » que provoquerait dans l’opinion publique une reconnaissance de l’Union soviétique est omniprésente dans la discussion des cardinaux de décembre 1923 et détermine finalement le choix d’une tactique prudente et attentiste170. Tout se passe donc comme si les cardinaux, réunis en session, avaient pour mission d’évaluer la recevabilité des tactiques diplomatiques élaborées par la secrétairerie d’État171, en protégeant la réputation du Saint-Siège tant des attaques de l’opinion publique que de celles du gouvernement russe172.

Personnalités et fonctions

  • 173 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1087, 1907. Procès-verbal, p. 3.
  • 174 Ibid., No 1108, 1908, vol. 63. Procès-verbal, p. 2.
  • 175 Ibid., No 1117, 1909, vol. 64. Procès-verbal, p. 1-4.
  • 176 C’est ce qui ressort de la comparaison entre la position de Rampolla lors de la délibération du 16 (...)

69L’analyse des sessions concernant la Russie permet de mettre en valeur certaines personnalités charismatiques, en particulier, pendant le pontificat de Pie X, la figure du cardinal Rampolla, dont les interventions, presque toujours centrales, sont souvent décisives et remportent l’adhésion des autres cardinaux. Le 25 avril 1907, lors de la deuxième session consacrée à l’affaire Ropp, Rampolla n’hésite pas à proposer des translations d’évêques assez audacieuses : renvoyer Ropp à Tiraspol (où il était en 1902-1903) et Kessler à Vilna (où ce dernier était arrivé en 1904)173. Lors de la session de mai 1908 sur la désignation d’un supérieur pour le groupe de rite gréco-russe, c’est lui qui propose le titre que portera l’abbé Zercˇaninov, à savoir « Superior Missionis ad nutum S.[anctae] Sedis »174. Lors de la session 1117 du 4 février 1909, sur la situation du groupe de rite gréco-russe, Merry del Val n’intervient même pas dans la discussion, les véritables interventions décisives sont celles de Vincenzo Vannutelli et Rampolla, qui proposent de passer par les dominicains de Saint-Pétersbourg, notamment le père Schumpp pour rappeler à l’ordre l’abbé Zerčaninov175. Lors de la session du 16 février 1913 concernant la réponse que doit apporter le Saint-Siège à la note du gouvernement russe, les quatre points proposés par Rampolla sont tous adoptés176.

  • 177 L. Trincia, Conclave e potere politico... cit., p. 218.
  • 178 G. P. Sinopoli di Giunta, Il cardinale Mariano Rampolla del Tindaro, Rome, 1923, p. 240-242, lettre (...)

70Le brio du cardinal Rampolla dans ces sessions russes nous conduit à remettre en question l’opinion couramment admise qu’«  après le veto, Rampolla se retire de la vie publique et du gouvernement de l’Église »177. Comme l’avait déjà souligné son premier biographe, Rampolla semble bien actif sous le pontificat de Pie X : il continue à recevoir de nombreuses visites, y compris de personnages publics. Comme l’écrit Rampolla à la comtesse Rovere Parravicino en août 1913 : « mai trovo un momento libero (...). Le Congregazioni mi prendono tutto »178. Une étude de l’ensemble des procès-verbaux des sessions de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires pour le pontificat de Pie X permettrait de savoir si cette attitude de Rampolla n’est révélatrice que d’une sorte d’expertise sur les questions russes ou si elle est symptomatique de la situation du candidat malheureux du conclave de 1903. Par ailleurs, on pourrait analyser systématiquement dans cette perspective les réunions cardinalices des autres congrégations dont Rampolla est membre entre 1903 et 1913 : Saint-Office (dont il est secrétaire), Consistoriale, Sacrements, Propaganda Fide et Rites.

  • 179 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1107, 1908. Procès-verbal, p. 4.
  • 180 Le diocèse de Kamenec de rite latin a été « uni » à celui de Luck-Zˇ itomir le 5/17 juin 1866 dans (...)
  • 181 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1164, 1912, vol. 67. Procès-verbal, p. 5.
  • 182 ASV, AES IV Russia, fasc. 41, pos. 659, fol. 8r.

71Si Rampolla s’impose comme une figure particulièrement brillante et décisive, en contrepoint, Merry del Val apparaît dans ces sessions russes comme un personnage falot, qui se fait parfois rabrouer par les autres cardinaux. Lors de la session du 21 mai 1908, où est enfin décidée l’ouverture d’une négociation avec le ministre de Russie pour la nomination d’un administrateur apostolique à Vilna, Merry del Val propose de prendre comme administrateur apostolique l’évêque du diocèse voisin de Samogitie. Rampolla met immédiatement en garde le secrétaire d’État contre le danger de cette démarche qui « potrebbe essere il principio di una incorporazione della diocesi »179. Rampolla rappelle à ce propos la situation des années 1860 lorsqu’après la suppression unilatérale de trois diocèses latins par le gouvernement russe, le Saint-Siège avait été contraint de donner l’administration du diocèse à un évêque voisin, ce qui avait contribué à entériner la fusion de ces diocèses180. D’autres cardinaux n’hésitent pas à s’opposer à Merry del Val. C’est ainsi qu’à l’issue de la session 1164-I du 4 février 1912, durant laquelle est décidée la rédaction d’un mémorandum au gouvernement russe, le secrétaire d’État demande si ce texte doit « insinuare la possibilità della protesta pubblica », ce que les cardinaux rejettent unanimement comme « un procedimento poco corretto »181. Ces oppositions sont bien sûr à replacer dans le contexte de l’institution même des sessioni dont le but est d’éprouver les stratégies de la secrétairerie d’État. Il est d’ailleurs intéressant de remarquer que Merry del Val reprend, lors de la session de 1923, la posture historisante fréquemment adoptée par Rampolla auparavant : considérant que le gouvernement soviétique est « ben peggiore » que celui des tsars, il « ricorda l’insegnamento del Consalvi circa il Governo Russo dello Czar : “diffidate quanto mai”182. On peut dès lors se demander si la présence d’un ancien secrétaire d’État dans une session n’aurait pas pour fonction implicite de faire jouer à ce dernier le rôle de mémoire vivante de la diplomatie vaticane et il convient de penser de façon complémentaire le rôle des personnalités et les postures propres aux fonctions.

  • 183 Seules trois sessions ne mentionnent pas de prise de décision pontificale : la session 1105 (23 avr (...)
  • 184 . ASV, AES IV Russia, fasc. 41, pos. 659, fol. 21rv.

72Enfin, on doit de s’interroger sur le rôle du pape, dont la série des sessioni révèle la place à la fois essentielle et fantomatique dans le processus de décision. Le rôle du pape est essentiel dans la mesure où il valide ou arbitre les propositions faites par les cardinaux, en général dès le lendemain de la réunion cardinalice183. Cependant, les procès-verbaux des sessioni laissent apparaître sous un jour fantomatique la présence du pape car, contrairement à la parole des cardinaux – exprimée au discours indirect mais de façon personnalisée – la parole du pape est figée, et comme fossilisée, dans les formules latines standardisées par lesquelles le secrétaire de la congrégation obtient son accord. Une seule session fait exception : la réunion de 1923 où la position de Pie XI, plus prudente que celle de son secrétaire d’État, est longuement exposée – en italien – à Mgr Pizzardo qui rédige le procès-verbal184. On peut penser que la disparition des sessions consacrées à la Russie sous Pie XI s’explique, du moins en partie, par le souhait du pape de participer plus activement à la prise de décision.

Conclusion

73Après avoir posé des jalons sur la structure et le fonctionnement de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, en particulier en ce qui concerne les cadres du processus décisionel, nous avons pu, grâce à l’examen de l’inventaire disponible à l’Archivio segreto vaticano, proposer un premier essai d’évaluation globale de l’activité de la congrégation. Ce panorama, qui mériterait d’être précisé dans le cadre d’un travail collectif par une analyse des différents ponenze et verbali, permet toutefois de préciser les lignes de force de l’activité de la congrégation et de dessiner autant de zones prioritaires d’investigation tant pour une approche chronologique (analyse des périodes de hautes eaux et d’étiage de cette institution) que géographique des espaces qui se trouvent au cœur – ou aux marges – des préoccupations de la congrégation. Notre recherche sur les « sessions russes » propose à la fois un inventaire pour la période 1814-1938 et quelques observations tirées de l’examen des sessioni de la période révolutionnaire ouverte en 1905. Alors que les ponenze permettent d’aborder la question de l’information du processus de décision romain et des méthodes de travail de la congrégation, les verbali offrent un accès vivant à l’action collective des cardinaux au début du xxe siècle. Malgré le caractère formel et codifié de ces réunions, cette source originale constitue un témoignage assez rare de confrontation d’opinions et de stratégies à un très haut niveau de responsabilité. Plus profondément, c’est la dimension codifiée elle-même de ces sessioni (centrées sur la ponenza, avec des règles assez stables de circulation de la parole entre cardinaux et de prise de décision) qui permet une approche sérielle d’un processus de décision pourtant très personnalisé. Bon moyen d’approche des cardinaux comme corps d’élite et des courants qui parcourent la Curie, la série des sessioni permet également d’approfondir, voire de réévaluer, la figure de certains cardinaux, en particulier celles des secrétaires d’État. L’observation de l’interaction entre Rampolla et Merry del Val sur les affaires russes révèle ainsi ce dernier comme un secrétaire d’État peu assuré et soucieux de solliciter l’aide et l’appui de son prédécesseur. Ces observations nécessitent bien sûr d’être confirmées à la fois par des recherches sur les verbali concernant les affaires non-russes et par des recherches dans les séries similaires existant dans d’autres congrégations romaines. Il semble, en effet, nécessaire de mettre en regard les procès-verbaux des sessioni avec le fonctionnement global de la Curie et les relations avec le Souverain pontife à un moment donné. L’étude des sessioni constitue ainsi l’un des traits révélateurs du style de gouvernement d’un pontife. Enfin, dans une perspective comparative plus large encore, il conviendrait de replacer ce sas décisionnel crucial que sont les sessioni des Affaires ecclésiastiques extraordinaires dans le contexte européen de la prise de décision en matière de politique internationale, afin de mieux faire ressortir les spécificités des processus et des logiques du gouvernement pontifical à l’époque contemporaine.

Annexe 1 – Personnel de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires selon les annuaires pontificaux (1814-1939)

Annexe 1 – Personnel de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires selon les annuaires pontificaux (1814-1939)
  • 185 Lettre du cardinal pro-secrétaire d’État Bartolomeo Pacca au père Luigi Fontana, 19 juillet 1814, c (...)
  • 186 Notizie per l’anno MDCCCXVIII, Rome, Stamperia Cracas, 1818, p. 114.
  • 187 Notizie per l’anno 1845, Rome, Stamperia Cracas, 1845, p. 238.
  • 188 AP, 1860, p. 300-302.
  • 189 GC, 1878, p. 533-535.
  • 190 GC, 1903, p. 772-773.
  • 191 GC, 1909, p. 433. Le lecteur est renvoyé – pour la liste des officiali – à la première section de l (...)
  • 192 AP, 1922, p. 410-411. Mgr Borgongini-Duca porte alors le titre de pro-secrétaire et non de secrétai (...)
  • 193 AP, 1929, p. 506-507.
  • 194 AP, 1939, p. 725-726.

Note185
Note186
Note187
Note188
Note189
Note190
Note191
Note192
Note193
Note194

Annexe 2 – La composition des ponenze et des verbali des sessions concernant le monde russe (1906-1923)

Annexe 2 – La composition des ponenze et des verbali des sessions concernant le monde russe (1906-1923)
  • 195 Auquel il conviendrait d’ajouter le document annexe (1 page) également remis aux cardinaux, probabl (...)
  • 196 Les chiffres entre crochets concernent les annexes ajoutées aux procès-verbaux. Ils sont pris en co (...)

Note195
Note196

Annexe 3 – Répartition géographique des affaires traitées en session par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, 1814-1938 (ordre alphabétique)

Annexe 3 – Répartition géographique des affaires traitées en session par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, 1814-1938 (ordre alphabétique)
  • 197 Nous suivons l’inventaire des13. sessioni en respectant l’orthographe originale, avec de minimes co (...)

Annexe 4 – Inventaire des questions russes traitées en session par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, 1814-1938197

Annexe 4 – Inventaire des questions russes traitées en session par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, 1814-1938197
  • 198 Une même session peut être consacrée à l’étude de plusieurs affaires. Par convention, nous les avon (...)

Note198

  • 199 Nous avons choisi d’intégrer cette réunion à notre échantillon car, même si elle n’appartient pas à (...)

Note199

Annexe 5 – Typologie des documents mis en sommario des ponenz

Annexe 5 – Typologie des documents mis en sommario des ponenz

Annexe 6 – Typologie des documents mis en sommario des sessions russes, 1906-1923

Annexe 6 – Typologie des documents mis en sommario des sessions russes, 1906-1923
  • 200 Le procès-verbal de la session 1153 étant manquant, la session n’est pas représentée dans ce tablea (...)

Annexe 7 – Cardinaux présents aux sessions sur la Russie 1906-1923200

Annexe 7 – Cardinaux présents aux sessions sur la Russie 1906-1923200
  • 201 Gasparri est absent de cette session mais remet un voto écrit qui est utilisé pendant la session.
  • 202 Il s’agit de l’office de secrétaire car le titre officiel peut être « sous-secrétaire », « secrétai (...)

Note201
Note202

Annexe 8 – Part des cardinaux des Affaires ecclésiastiques extraordinaires présents aux sessions russes, 1906-1914

Annexe 8 – Part des cardinaux des Affaires ecclésiastiques extraordinaires présents aux sessions russes, 1906-1914
  • 203 Ces chiffres sont obtenus par l’analyse de la série des sessioni, en faisant la moyenne pour toutes (...)
  • 204 Nous suivons l’organigramme donné dans la l’AP sans insérer de décalage temporel (par exemple, le n (...)

Note203
Note204

Haut de page

Notes

1 Cet article est issu d’un mémoire réalisé pour l’Académie des Sciences morales et politiques dans le cadre de l’École française de Rome en 2009. Nous tenons à remercier Georges-Henri Soutou qui a réalisé le rapport du mémoire d’origine, Jan Roobrouck, Olivier Poncet, Philippe Boutry, Claude Prudhomme, Jacques Prévotat et Jean-François Chauvard pour leurs remarques et suggestions ainsi que Séverin Richter pour son aide concernant le traitement des données statistiques.

2 AAS, 1979 (71), p. 54.

3 M. Maccarrone, L’apertura degli Archivi della Santa Sede per i pontificati di Pio X e Benedetto XV (1903-1922), dans Rivista di storia della Chiesa in Italia, 39, 1985, p. 341-348.

4 Accademia nazionale dei Lincei, Congregazione per la Dottrina della Fede (éd.), Giornata di studio. L’apertura degli archivi del Sant’Uffizio romano (Roma, 22 gennaio 1998), Rome, 1998, 194 p.

5 On renvoie au Bulletin de la Salle de presse du Saint-Siège du 15 février 2002 présentant la déclaration de Sergio Pagano et Marcel Chappin (No 90/2002) ainsi qu’au communiqué de S. Pagano et M. Chappin du 30 juin 2006 (No 340/2006). Les documents sont accessibles sur http://press.catholica.va/news-services/bulletin/bollettino.php?lang=it.

6 L’inventaire de la nonciature apostolique à Vienne couvre ainsi plus de trois siècles : T. Mrkonjic´, Archivio della Nunziatura Apostolica in Vienna, « Cancelleria e Segreteria » nn. 1-904 – a.a. 1607-1939 (1940). Inventario, Cité du Vatican, 2008 (CAV, 64), LXVIII-913 p.

7 H. Wolf (dir.), Römische Bücherverbote : Edition der Bandi von Inquisition und Indexkongregation 1814-1917, Paderborn-Munich-Vienne-Zürich, 2005, XVII-604 p. ; H. Wolf (dir.), Systematisches Repertorium zur Buchzensur 1814-1917, Paderborn-Munich-Vienne-Zürich, 2005, 2 vol. , XX-1 087 p.

8 H. Wolf (éd.), Einleitung 1814-1917 in vier Sprachen (Deutsch, Italienisch, Englisch, Spanisch), Paderborn-Munich-Vienne-Zürich, 2005, p. 122.

9 Pour une vue d’ensemble : O. Poncet, Les entreprises éditoriales liées aux archives du Saint-Siège. Histoire et bibliographie (1880-2000), Rome, 2003 (Collection de l’École française de Rome, 318), IX-431 p.

10 S. Pagano, Introduzione, dans A. Dieguez, S. Pagano, Le carte del « sacro tavolo » : aspetti del Pontificato di Pio X dai documenti del suo archivio privato, Cité du Vatican, 2006 (CAV, 60), p. XVII.

11 L’utilisation de l’outil informatique apporte ici une réelle valeur ajoutée par rapport aux éditions classiques de la « Nuntiaturberichtsforschung » puisque la minute et le rapport sont rendus accessibles de façon très lisible. Nous renvoyons ici à J. Hörnschemeyer, M.-P. Lorenz-Filograno, B. Schüler, H. Wolf, L’edizione critica online dei rapporti delle Nunziature di Eugenio Pacelli (1917-1929), dans A. Guasco et R. Perrin (éd.), Pius XI : Keywords. International Conference Milan 2009, Berlin, 2010, p. 49-62, voir notamment p. 56 et 61 pour les développements sur les rôles respectifs de Schioppa et Pacelli dans la rédaction du rapport du 18 avril 1919 sur la République des Conseils à Munich qui trahit certains préjugés antisémites. Les documents sont consultables en ligne : www.pacelli-edition.de.

12 S. Pagano, M. Chappin, G. Coco (éd.), I « Fogli di Udienza » del Cardinale Eugenio Pacelli segretario di Stato. I, 1930, Cité du Vatican, 2010 (CAV, 72), XXV-590 p. La question des audiences pontificales occupait déjà indirectement l’une des importantes publications de sources sur le pontificat de Benoît XV. En effet, le baron Carlo Monti, chargé d’affaire officieux italien, obtint 175 audiences du pape Della Chiesa, soit une moyenne d’une audience tous les quinze jours pendant les sept années de ce pontificat (cf. A. Scottà (éd.), « La conciliazione ufficiosa » : diario del barone Carlo Monti « incaricato d’affari » del governo italiano presso la Santa Sede (1914-1922), Cité du Vatican, 1997, 2 vol. , XXVIII-659 p.) On peut d’ailleurs remarquer que le journal de Monti, acquis par le Saint-Siège à la mort du baron, est conservé à l’ASV dans la même série AES Stati ecclesiastici (338a) que les taccuini Pacelli (430a et 430 b).

13 La thèse de Claude Prudhomme est ainsi centrée sur l’étude de la congrégation de Propaganda Fide : C. Prudhomme, Stratégie missionnaire du Saint-Siège sous Léon XIII (1878-1903). Centralisation romaine et défis culturels, Rome, 1994 (Collection de l’École française de Rome, 186), 621 p.

14 Les deux colloques sur les secrétaires d’État organisés par l’École française de Rome en 1997 et 1999 ont permis de synthétiser et de renouveler la connaissance du principal office de la Curie romaine pour la période contemporaine. Voir les contributions publiées dans MEFRIM, 110, 2, 1998, p. 439-686 et MEFRIM, 116, 1, 2004, p. 7-311.

15 C. Weber, Kardinäle und Prälaten in den letzten Jahrzehnten des Kirchenstaates : Elite-Rekrutierung, Karriere-Muster und soziale Zusammensetzung der kurialen Führungsschicht zur Zeit Pius’ IX, 1846-1878, Stuttgart, 1978, 2 vol. , XXXI-833 p. ; P. Boutry, Souverain et pontife : recherches prosopographiques sur la Curie romaine à l’âge de la Restauration : 1814-1846, Rome, 2002 (Collection de l’École française de Rome, 300), XVIII-785 p. ; F. Jankowiak, La Curie romaine de Pie IX à Pie X : le gouvernement central de l’Église et la fin des États pontificaux (1846-1914), Rome, 2007 (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome, 330), VIII-852 p.

16 P. Boutry, Souverain et pontife... cit., p. XIII.

17 Philippe Boutry y avait consacré la seconde partie de la thèse d’État intitulée La Restauration de Rome. Sacralité de la ville, tradition des croyances et recomposition de la Curie à l’âge de Léon XII et de Grégoire XVI (1814-1846), 1993, 5 volumes. L’étude menée par Gérard Pelletier sur le « suivi de la Révolution [française] par la Curie romaine » passe également par une prosopographie des cardinaux, particulièrement sollicités par Pie VI sur les affaires de France. G. Pelletier, Rome et la Révolution française. La théologie et la politique du Saint-Siège devant la Révolution française (1789-1799), Rome, 2004 (Collection de l’École française de Rome, 319), citation p. 17 et voir p. 577-632 pour la « Prosopographie des cardinaux 1789-1799 ».

18 E. Fattorini, Pio XI, Hitler e Mussolini. La solitudine di un papa, Turin, 2007, XXX-252 p. ; J. de Maeyer, J. Roobrouck, De l’entre-deux-guerres à l’entre-deux-papes ? Quelques propos sur la politique du Saint-Siège sous le pontificat de Pie XI (1922-1939), dans J.-P. Delville, M. Jačov (éd.), La papauté contemporaine (xixe-xxe siècles). Il papato contemporaneo (secoli xix-xx), Louvain-la-Neuve-Leuven-Cité du Vatican, 2009 (Bibliothèque de la RHE, 90 ; CAV, 68), p. 429-449.

19 J. Ickx, Gli omissis di Emma Fattorini. Note in margine al libro Pio XI, Hitler e Mussolini, dans AHP, 2008 (46), p. 425-437. Malgré sa critique du travail d’E. Fattorini qui porte essentiellement sur le fait que la recherche d’une différence à la fois humaine et politique entre Ratti et Pacelli « pervertit » toute la recherche, la conclusion de J. Ickx révèle que les deux hommes étaient bien différents ! Ickx se distingue ici de Fattorini, en opposant le caractère imprudent de Pie XI au professionnalisme de Pacelli.

20 Les prélats et cardinaux de Curie ont souvent droit, au moment de leur décès, à un ouvrage d’hommage, de type nécrologique (par exemple, F. M. Taliani, Vita del Cardinale Pietro Gasparri, Segretario di Stato e povero prete, Milan, 1938, 301 p.). Cependant, il faut avouer que les secrétaires d’État et autres grands cardinaux de Curie n’ont que rarement donné lieu à des études historiques d’ensemble, à quelques notables exceptions près. Pour la période de l’entre-deux guerres, le cardinal Tisserant a ainsi attiré l’attention des historiens : Le cardinal Eugène Tisserant (1884-1972) : une grande figure de l’Église, une grande figure française : actes du colloque international organisé à Toulouse les 22 et 23 novembre 2002, Toulouse, 2003 (Sources et travaux d’histoire immédiate, 14), 332 p. ; une biographie est également actuellement préparée par É. Fouilloux.

21 C. Weber, Senatus divinus, Verbogene Strukturen im Kardinals-kollegium der frühen Neuzeit (1500-1800), Berlin, 1996, 623 p. Il faut toutefois rappeler que, dans l’entre-deux-guerres, plusieurs observateurs s’étaient intéressés à cette question : C. Prati, Papes et cardinaux dans la Rome moderne, Paris, 1925, XXXVIII-211 p. ; voir également le dyptique de Victor Martin : Les congrégations romaines, Paris, 1930, 211 p. ; Les cardinaux et la Curie, Paris, 1930, 210 p.

22 Nous renvoyons à la bibliographie présentée dans A. Melloni, Il conclave. Storia di una istituzione, Bologne, 2001 (Saggi, 543), 208 p.

23 J. F. Broderick, The Sacred College of Cardinals. Size and geographical composition (1099-1986), dans AHP, 25, 1987, p. 7-71; P. A. Viton, « Obligatory » Cardinalatial Appointments 1851-1929, dans AHP, 21, 1983, p. 275-294.

24 C. B. (abbé Charles Berton), Dictionnaire des cardinaux, Petit-Montrouge, 1857, 1823 p. ; F. Cristofori, Storia dei cardinali di Santa Romana Chiesa, Rome, 1887, LXII-506 p. ; J. Le Blanc, Dictionnaire biographique des cardinaux du xixe siècle, Montréal, 2007, 1079 p. Il faut également citer ici le remarquable site Internet de Salvador Miranda « The Cardinals of the Holy Roman Church » (www2.fiu.edu/ »mirandas/cardinals.htm) qui – à la différence d’autres bases de données sur la hiérarchie catholique – indique ses sources et les confronte.-

25 V. Martin, Les congrégations romaines, Paris, 1930, p. 7.

26 N. Del Re, La Curia Romana. Lineamenti storico-giuridici, Cité du Vatican, 1998, p. 429.

27 G. Pelletier, Rome et la Révolution française... cit., p. 83.

28 L. Pásztor, La Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinari tra il 1814 e il 1850, dans AHP, 6, 1968, p. 194.

29 R. Regoli, Il ruolo della Sacra Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinari durante il pontificato di Pio XI, dans C. Semeraro (éd.), La sollecitudine ecclesiale di Pio XI. Alla luce delle nuove fonti archivistiche. Atti del Convegno internazionale di studio. Città del Vaticano, 26-28 febbraio 2009, Cité du Vatican, 2010, p. 184.

30 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla S. Congregazione deputata sugli affari ecclesiastici del mondo cattolico, p. 3-4.

31 Choisis par le pape et nommés par le secrétaire d’État, les « fonctionnaires majeurs » sont au nombre de trois par congrégation (le cardinal préfet ou cardinal secrétaire ; le secrétaire de la congrégation ou assesseur ; le sous-secrétaire ou substitut), à l’exception de la congrégation des Rites où il existe un quatrième fonctionnaire majeur : le sous-substitut. Les « fonctionnaires mineurs » (minutanti, archivistes, protocolistes...) sont choisis sur concours et nommés par le cardinal chef de service, pour un travail d’exécution (préparation de la correspondance, archivage, perception des taxes...). Nous suivons ici R. Naz, Congrégations romaines (...) Organisation, dans DDC, t. IV, Paris, 1949, col. 207-211 et V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 8-14.

32 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla S. Congregazione deputata sugli affari ecclesiastici del mondo cattolico, p. 4.

33 A. Giobbio, Lezioni di diplomazia ecclesiastica dettate nella Pontificia Accademia dei Nobili Ecclesiastici I, Rome, 1899, p. 257.

34 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla S. Congregazione deputata sugli affari ecclesiastici del mondo cattolico, p. 6.

35 On admet toutefois la possibilité que, « in qualche caso straordinario », le secrétaire puisse « fare immediatamente il rapporto a Sua Santità » (ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla S. Congregazione deputata sugli affari ecclesiastici del mondo cattolico, p. 6-7).

36 P. Levillain, Audience, dans DHP, p. 168-169.

37 V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 7-8.

38 E. Magnin, Affaires ecclésiastiques extraordinaires (Congrégation des), dans DDC, t. I, Paris, 1935, col. 259.

39 « While the Secretariat of State was an executive office which sent and received dipatches, assigned papal diplomats, and interviewed foreign representatives, the Congregation for Extraordinary Ecclesiastical Affairs was a consultative body which made recommendations to the Pope but had no direct contact with foreign governments » (D. Alvarez, The professionalization of the papal diplomatic service, 1909-1967, dans The Catholic Historical Review, 75, 2, 1989, p. 234).

40 E. Bontempi, La Sacra Congregazione deputata sugli affari ecclesiastici straordinari del mondo cattolico nella Biblioteca della Pontificia Università Lateranense, dans Apollinaris, 1997 (70), p. 300-301. Plus généralement, voir le long développement sur « Consalvi e la Congregazione », dans L. Pásztor, La Congregazione... cit., p. 220-247.

41 Cf. R. Regoli, Il ruolo della Sacra Congregazione... cit., p. 190-191.

42 « In ea tantum negotia sacra haec Congregatio incumbit, quae eius examini subiiciuntur a Summo Pontifice per Cardinalem Secretarium Status, praesertim ex illis quae cum legibus civilibus coniunctum aliquid habent et ad pacta conventa cum variis civitatibus referuntur » (Sapienti Consilio, I, § 10).

43 À partir de l’annuaire de 1909, pour connaître les « officiali » de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, le lecteur est renvoyé aux pages consacrées à la secrétairerie d’État : « v. Segreteria di Stato. Sez. I » (GC, 1909, p. 433).

44 A. Serafini, Le origini della pontificia Segreteria di Stato e la « Sapienti consilio » del b. Pio X, dans Apollinaris, 25, 1-2, 1952, p. 231.

45 E. Magnin, Affaires ecclésiastiques extraordinaires (Congrégation des), dans DDC, t. I, col. 254. N. Del Re n’a pas ces scrupules et affirme simplement que la congrégation avait, jusqu’en 1908, la compétence sur les rapports entre le Saint-Siège et les « governi civili », « tutte le questioni sulle materie più diverse » confiées par le secrétaire d’État, les « affari ordinari riguardanti il cattolicesimo nei paesi ex coloniali dell’America latina », les « diocesi cattoliche incorporate nell’impero russo dopo lo smembramento della Polonia », les territoires du patronat portugais en Asie et Afrique et les « paesi del mondo cristiano con i quali la Santa Sede non aveva normali rapporti diplomatici ». Après Sapienti Consilio, il y aurait eu une « limitazione territoriale » de la compétence de la congrégation, la Pologne, l’Amérique latine et le Padroado portugais sortant de sa compétence (La Curia Romana... cit., p. 431).

46 Code de droit canonique, publié sous la direction de Raoul Naz, version électronique disponible sur le site de l’Institut de Droit canonique de Strasbourg : www.droitcanon.com/ Code %20de %201917.html. C’est ainsi que les Affaires ecclésiastiques ont nommé les administrateurs apostoliques de Danzig et de Haute-Silésie en 1922 dans des circonstances politiques très complexes, alors que la Consistoriale se chargea de nommer l’administrateur apostolique de Fiume en 1921, dans la mesure où le Saint-Siège n’entretenait alors aucune relation officielle avec le gouvernement italien (E. Magnin, Affaires ecclésiastiques extraordinaires (Congrégation des), dans DDC, t. I, col. 256).

47 Les principaux conflits de compétence de la période Pie XI sont présentés par R. Regoli, Il ruolo della Sacra Congregazione... cit., p. 200-206.

48 AAS, 1926 (18), p. 89 (original latin) et dans A. Serafini, Le origini della pontificia Segreteria di Stato e la « Sapienti consilio » del b. PioX, dans Apollinaris, 25, 1-2, 1952, p. 232-233 (version italienne).

49 On ne peut bien sûr que souhaiter la réalisation d’une étude approfondie de la composition de la congrégation, croisant les « billets de nomination », les annuaires pontificaux et les archives courantes de la congrégation. Pour la période 1814-1846, on renvoie à P. Boutry, Souverain et pontife... cit., p. 129-134.

50 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla S. Congregazione deputata sugli affari ecclesiastici del mondo cattolico, p. 3-4 (lettre de Pacca à Fontana).

51 Lettre de Pie XI à Gasparri du 5 juillet 1925. Cf. n. 48.

52 P. Boutry, Souverain et pontife... cit., p. 131-132.

53 Plus précisément, les premiers officiali sont mentionnés dans la Gerarchia Cattolica de 1873. La GC de 1870 et celle de 1871 ne les signalaient pas alors que, pour les autres congrégations, la présence de fonctionnaires mineurs était mentionnée. En revanche, la GC de 1872 ne donnait aucune information sur les congrégations romaines.

54 A. Serafini, Le origini... cit., p. 231.

55 P. Chenaux, Pie XII, diplomate et pasteur, Paris, 2003, p. 52.

56 D. Alvarez, The Professionalization... cit., p. 239.

57 Cf. J. Deshusses, Consulteurs romains, dans DDC, t. IV, col. 473-475. Plus précisément, cet article les définit comme des « personnages instruits, en telle ou telle matière (théologie, droit canonique, liturgie, histoire, etc.) par lesquels les Sacrées congrégations font étudier, avant de prononcer leurs décision, les affaires qui leur sont soumises ».

58 J. Deshusses, Consulteurs romains, dans DDC, t. IV, col. 473.

59 La recherche menée par R. Regoli semble confirmer que, pour la période Pie XI, la congrégation ait souvent fait appel à « un esperto coinvolto ad hoc », experts locaux ou vivant à Rome (R. Regoli, Il ruolo della Sacra Congregazione... cit., p. 197-198).

60 V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 17 sq.

61 A. Bride, Congresso, dans Catholicisme, II, col. 33.

62 V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 21.

63 Ibid., cit., p. 22-24.

64 Ibid., cit., p. 7-8.

65 La norme de 1814 (ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla S. Congregazione deputata sugli affari ecclesiastici del mondo cattolico, p. 6) est réaffirmée en 1929 dans l’Annuario pontificio (« La congregazione plenaria ha luogo nel Palazzo Apostolico Vaticano al giovedì » : AP, 1929, p. 507) et Victor Martin la considère en 1930 comme toujours valable (V. Martin, Les Congrégations ... cit., p. 22-24).

66 Par exemple, la session No 1084 du 17 mars 1907 traite indépendamment trois questions concernant l’Empire russe : « 1/ Sur l’interprétation des dispositions pontificales pour la langue vulgaire dans le culte supplétoire en Russie », « 2/ Translation de Mgr Ropp, actuel évêque de Vilna, au siège épiscopal vacant de Kielce » et « 3/ Conférence épiscopale à Varsovie ».

67 La première réunion, le 16 août 1814, avait déjà eu lieu « nelle Camere dell’E[minentissi]mo Sig. Card. Pro-Segretario di Stato » (ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla S. Congregazione deputata sugli affari ecclesiastici del mondo cattolico, p. 5).

68 ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, fol. 112 : lettre du secrétaire de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires aux cardinaux Vincenzo Vannutelli, Rampolla, Ferrata, Di Pietro, Gasparri, Merry del Val, 28 janvier 1911.

69 A. Bride, Congresso, dans Catholicisme. Hier, aujourd’hui, demain : Encyclopédie, II, Paris, 1950, col. 33.

70 Est-ce à dire qu’il n’y avait pas de congresso dans la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires ? Ceci semble difficile à affirmer, d’autant que l’inventaire des sessioni révèle que certaines sessions ont justement pris la forme d’un congresso. Voir les annotations congresso en marge de certaines sessions comme la session 261 du 20 janvier 1847 (Russia. Provvidenze per gli Ordini secolari), dans ASV, Inventaire de la série des sessioni.

71 Les cardinaux « siègent par ordre d’ancienneté dans leur catégorie de cardinal évêque, prêtre ou diacre, et le plus ancien préside. Au bas bout de la table prend place le secrétaire (ou l’assesseur) de la congrégation, qui n’a pas droit de vote » mais peut donner des informations supplémentaires. Après une prière, le président passe la parole au « ponent » qui expose toute l’affaire. Le « cardinal ponent » a été préalablement désigné par le chef de la congrégation pour « dépouille[r] tout le dossier original » et ne pas s’en tenir à la seule ponenza imprimée. Puis, chaque cardinal s’exprime, « ordinairement pour se rallier à l’avis du rapporteur ». Enfin, le cardinal préfet (ou secrétaire) s’exprime en dernier. Après quoi, « on compte les suffrages pour et contre et la décision résulte de la majorité ». Un procès-verbal est rédigé, lu en fin de séance et le président en certifie l’exactitude en y inscrivant « Ita est ». Le secrétaire de la congrégation synthétise la décision de la congrégation plénière, la fait imprimer et en remet un exemplaire à tous les cardinaux, qui peuvent alors faire un recours dans les dix jours. Voir V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 23-24. On peut ici souligner que nous n’avons trouvé aucune trace de prière au début des sessions. Plus profondément, écrire une histoire spécifiquement religieuse de ces sessions constitue un véritable défi. En effet, dans les discussions, rares sont les cardinaux qui appellent leurs pairs à s’en remettre à la providence divine. Voici les occurrences repérées dans notre échantillon. En 1914, alors que les cardinaux font un bilan amer de la situation du groupe de rite gréco-russe à Saint-Pétersbourg, le cardinal Merry del Val propose de conserver l’espérance en « questo lumicino » qu’est le groupe gréco-russe, « aspettando il giorno del Signore » (ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1185, 1914. Procès-verbal, p. 10). En 1923, le cardinal Tacci, conclut sa proposition d’action ambitieuse à l’égard du pouvoir soviétique et pouvant apparaître périlleuse aux yeux de l’opinion catholique occidentale « affermando che devesi aver fiducia in Dio » (ASV, AES IV Russia, fasc. 41, pos. 659, fol. 12r).

72 R. Regoli, Il ruolo della Sacra Congregazione... cit., p. 210-211.

73 Plus précisément : « congregazione » (1075, 1084-I, 1084-II, 1084-III, 1107, 1108, 1164-I, 1164-II, 1165, 1173, 1181-I, 1181-II, 1185), « congregazione mista » (1207), « congregazione particolare » (1221) ; « sessione » (1105, 1117, 1154) ; « adunanza » (1126 et réunion sans numéro de 1923) ; sessions pour lesquelles aucun terme n’est indiqué ou pour lesquelles il n’existe aucun procès-verbal (1087, 1097, 1153). Il faut également souligner que, dans deux cas, le terme de sessione est combiné à un autre terme, comme lors des sessions 1126 (adunanza + sessione) et 1221 (congregazione particolare + sessione).

74 ASV, Segr. Stato, rub. 284 (1912), fasc. unico, fol. 112 : lettre du secrétaire de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires aux cardinaux Vincenzo Vannutelli, Rampolla, Ferrata, Di Pietro, Gasparri, Merry del Val, 28.01.1911.

75 Voir ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1154, 1911. Procès-verbal, p. 1.

76 Ibid., p. 3.

77 Ibid., p. 1.

78 Par exemple, la session 1071 du 19 avril 1906 (America Stati Uniti – Vescovo di rito ruteno ai Cattolici ruteni negli st.[ati] un.[iti] di America) ou la session 1043 de 1904 (Egitto Francia – Rapporti fra il Delegato Apostolico e il Console francese in Egitto). ASV, Inventaire de la série des sessioni.

79 Elles ne sont pas toutes indiquées sur l’inventaire des sessioni, comme le souligne R. Regoli pour la période 1922-1938 (Il ruolo della Sacra Congregazione... cit., p. 212-215).

80 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1207, 1917.

81 Pour l’encyclique Levate qui condamne le décret russe de 1867, voir U. Bellocchi (éd.), Tutte le encicliche e i principali documenti pontifici emanati dal 1740 : 250 anni di storia visti dalla Santa Sede, vol. IV-Pio IX (1846-1878), Cité du Vatican, 1995, p. 288-291.

82 ACDF, Decreta S. O., 1877, fol. 200.

83 Il s’agit des sessions 1374 de février 1937 (Italia – Ordinamento Ecclesiastico dell’Etiopia) et 1376 du 20 juin 1937 (Germania – Situazione politico-religiosa – Discorso del cardinale Mundelein). ASV, Inventaire de la série des sessioni.

84 Cf. n. 183.

85 N. Del Re, La Curia Romana... cit., p. 431.

86 En 2006-2007, environ la moitié des documents demandés par les chercheurs à l’Archivio segreto vaticano étaient des documents du fonds des AES (50-70 fascicules par jour sur un total moyen de 121 demandes de consultation). S. Pagano, Le nuove fonti archivistiche sul pontificato di Pio XI, dans C. Semeraro (éd.), La sollecitudine ecclesiale di Pio XI. Alla luce delle nuove fonti archivistiche. Atti del Convegno Internazionale di Studio. Città del Vaticano, 26-28 febbraio 2009, Cité du Vatican, 2010, p. 36.

87 Par exemple : E. Gatz, Der preussisch-deutsche Kulturkampf in den Verhandlungen der Kongregation für die ausserordentlichen kirchlichen Angelegenheiten, dans Römische Quartalschrift, 1978 (73), p. 217-254.

88 L. Pásztor, La Congregazione... cit., n. 1 p. 297.

89 « L’importanza di questa Congregazione è ben nota agli studiosi dell’Ottocento, ma sono pochi gli autori la cui attenzione si è rivolta alla sua storia, al suo funzionamento, alla sua organizzazione interna » (L. Pásztor, La Congregazione... cit., p. 191).

90 G. Rigotti, Uomini e attività della Congregazione per la Chiesa Orientale tra i motu proprio Dei providentis (1917) e Sancta Dei Ecclesia (1938), dans E. G. Farrugia (dir.), Da Benedetto XV a Benedetto XVI, Atti del simposio nel novantennio della Congregazione per le Chiese Orientali e del Pontificio Istituto Orientale, 9 novembre 2007, Rome, 2009 (Orientalia Christiana Analecta, 284), p. 129-167.

91 V. Cárcel Ortí, La Congregacíon de Asuntos eclesiasticas extraordinarios y España (1814-1913), dans AHP, 33, 1995, p. 351-365 : cet article énumère les sessions concernant l’Espagne en mentionnant les cardinaux présents.

92 L. Trincia publie le procès-verbal de la session 1024 du 29 décembre 1903 sur la question du « Veto d’exclusion au conclave », en marge de son ouvrage le veto à Rampolla : L. Trincia, Conclave e potere politico. Il veto a Rampolla nel sistemo delle potenze europee (1887-1904), Rome, 2004, p. 281-284. Par ailleurs, R. Makrickas publie le procès-verbal de la session 1217, du 29 avril 1918 sur la question du « Diocèse de Vilna » : voir R. Makrickas, Santa Sede e Lituania : la rinascita dello stato lituano nei documenti dell’archivio della nunziatura apostolica di Monaco di Baviera, 1915-1919, Rome, 2006, doc. 326, p. 603-606.

93 V. Cárcel Ortí, Pío XI entre la repùblica y Franco : angustia del Papa ante la tragedia española, Madrid, 2008, p. XLIII-L (présentation des sessions sur l’Espagne) et, par exemple, p. 73-97 pour l’édition espagnole du procès-verbal de la session 1345 du 12 novembre 1931. R. Lill, E. J. Greipl, M. Papenheim, M. Valente (éd.), Vatikanische Akten zur Geschichte des deutschen Kulturkampfes. Edition der Sitzungsprotokolle der « Sacra Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari » 1880-1884, Rome, 2009, XXVIII-338 p. Le document pdf est consultable sur www.dhi-roma.it/kulturkampf.html. Le cas de la publication du procès-verbal de la session du 16 juillet 1963 sur les négociations avec la Hongrie et la Tchécoslovaquie constitue un cas exceptionnel puisque, les archives vaticanes étant inaccessibles pour cette période, G. Barberini a puisé aux sources des archives du cardinal Casaroli conservées à l’Archivio di Stato di Parma (G. Barberini (éd.), La politica del dialogo : le carte Casaroli sull’Ostpolitik vaticana, Bologne, 2008, p. 82-89).

94 L. Pásztor, La Congregazione... cit., n. 1 p. 297.

95 C’est, semble-t-il, la pratique habituelle dans les autres congrégations romaines (V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 22).

96 Voir l’indication manuscrite en marge à la ponenza de la session du 19 juin 1913 indiquant que la relazione est « dall’E[minentissi]mo Rampolla » (ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No v1181a, 1913, vol. 68. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinarii, Russia. Condizioni della Chiesa Cattolica, Giugno 1913, p. 1).

97 À l’image de la plupart des organisations étatiques modernes et, comme le prévoit le code de 1917 (canon 243 § 2), le travail des congrégations romaines s’opère, en effet, dans le cadre d’un certain « secret ». On distingue ici le « secret pontifical » du « secret du Saint-Office ». Le « secret pontifical » est défini par les Normae peculiares (§ IV) jointes à la constitution Sapienti consilio (AAS, 1909 (1), p. 7-108) comme le secret à observer par les cardinaux, consulteurs et employés des congrégations romaines relativement aux documents qu’ils ont à leur disposition, que le secret leur ait été imposé sur ce point de façon explicite ou que le secret s’impose par la nature de l’affaire (Voir C. Lefebvre, Le secret pontifical, dans L’Année canonique, 1975 (19), p. 164-167). À ce « secret pontifical » s’ajoute, à partir de 1925 pour les membres de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, le « secret du Saint-Office » pour les affaires de constitution et de provision de diocèses (Lettre de Pie XI à Gasparri du 5 juillet 1925, cf. n. 48). Le secret du Saint- Office avait déjà été étendu aux membres de la congrégation Consistoriale en 1908 (Sapienti Consilio, I-2, § 5-7). Le secret du Saint-Office est plus étendu que le secret pontifical, car son viol est puni d’une excommunication latae sententiae, que seul le pape peut lever (V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 62).

98 ASV, Inventaire de la série des sessioni.

99 Nous avons alors tâché de corriger au mieux l’inventaire pour ne pas trop fausser les résultats. Par exemple, certaines sessions sont indiquées avec un numéro du type « Xa ». Dans certains cas, il s’agit d’une affaire traitée le même jour que les autres affaires de la session X : j’ai alors replacé la session « Xa » dans la session « X » et ajouté un « numéro d’affaire » supplémentaire en chiffres romains (« X-I », « X-II »). Dans d’autres cas, l’appellation « Xa » est utilisée pour indiquer une session, ayant eut lieu un jour différent de la session « X » : j’ai alors adopté l’appellation « X’« , voire « X”« . Voir, par exemple, la session 261 dans l’inventaire.

100 Ce total est obtenu par l’addition du numéro continu des sessions (soit, au 31 décembre 1938, 1389), du nombre de sessions non numérotées (5), du nombre de sessions ayant un numéro en X’ ou X’’ (34), auquel on soustrait les sessions portant un numéro mais qui sont manquantes (une seule est dans ce cas : la 254). Nous n’avons pas soustrait les sessions dont il est indiqué qu’elles n’avaient pas eu lieu car leur matériel nous semble digne d’intérêt et relever du processus institutionnel et rédactionnel des sessioni. Deux sessions annulées concernent la Russie : la session sans numéro de 1873 intitulée « Introduzione della lingua russa nel culto cattolico suppletorio », dont le dossier fut transmis au Saint-Office ; la session sans numéro de 1875 : « Russia Polonia. Diversi quesiti rapporti alla S. Sede intorno al modo di condursi dal Clero e popoli Cattolico cogli intrusi nelle Diocesi di Wilna e di Minsk ».

101 Par convention, quand la date de la session était indiquée à cheval sur deux années (une dizaine de cas pour l’ensemble de la série), nous avons choisi la date la plus tardive pour le classement. Par exemple : une affaire datée de 1879-1880 a été classée en 1880.

102 Remarque : seuls les secrétaires d’État restés plus d’un an en charge sont indiqués. Ont donc été éliminés : Bernetti (1828), Gizzi (1846), Ferretti (1847), les quatre secrétaires d’État de 1848 (Bofondi, Antonelli, Orioli, Soglia), Franchi (1878), Ferrata (1914).

103 Sous le terme de « Balkans », nous avons regroupé l’Albanie, la Bosnie, la Croatie, la Dalmatie, la Grèce, l’Istrie, la Macédoine, le Monténégro, la Serbie et la Yougoslavie. Sous le terme de « Flandres » : la Belgique, les Pays-Bas, la Hollande et le Luxembourg. Sous le terme « Îles britanniques », la Grande-Bretagne l’Irlande et... Malte. Sous le terme « Italie », en plus des affaires des différents États italiens, les questions touchant « Rome » et les « collèges pontificaux » situés dans la Ville. La catégorie « Autriche » intègre également « Autriche-Hongrie », la Galicie et la Transylvanie. La catégorie « Mittleuropa » comprend la Bulgarie, la Hongrie, la Lettonie, la Lituanie, la Pologne, la Roumanie, la Tchécoslovaquie. La catégorie « France » comprend la France et Monaco. Il faut souligner que ce classement minore l’importance de l’Empire autrichien, en dissociant précocement des entités qui ne s’autonomisent que progressivement (Italie du Nord, Balkans, Europe centrale...).

104 Sur la question de la Pro Russia, nous nous permettons de renvoyer à notre thèse de doctorat : L. Pettinaroli, La politique russe du Saint-Siège (1905-1939), Université Lumière Lyon -2, octobre 2008, notamment p. 423-480.

105 Par exemple, H. J. Coleman, Russian Baptists and Spiritual Revolution, 1905-1929, Bloomington-Indianapolis, 2005, XI-304 p. ; S. Merlo, All’ombra delle cupole d’oro : la Chiesa di Kiev da Nicola II a Stalin (1905-1939), Milan, 2005, 443 p.

106 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1075, 1906, vol. 61. Procès-verbal, p. 5. Version française de l’oukase, dans ASV, AES III Russia, fasc. 292, pos. 906, fol. 6v-7r.

107 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1075, 1906, vol. 61. Procès-verbal, p. 2.

108 Ibid., p. 1.

109 Ibid., p. 5-6.

110 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1108, 1908, vol. 63. Verbale, p. 1.

111 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1207, 1917, vol. 71. Procès-verbal, p. 1.

112 Ibid., No 1221, 1918, vol. 72. Procès-verbal, p. 3.

113 Ibid., p. 2.

114 Sessions 1154, 1164-I, 1165, 1173, 1181-I, 1181-II, 1207, réunion de 1923.

115 Eduard de Ropp (1851-1939), descendant d’une famille de barons baltes polonisés, évêque de Tiraspol (1902-1903), il est transféré, sur proposition du gouvernement, au siège de Vilna (novembre 1903). Sur cette personnalité, qui deviendra archevêque de Mohilev en 1917 et sera expulsé de Russie soviétique (1919), nous renvoyons à la récente biographie d’A. Kozyrska, Arcybiskup Edward Ropp : zycie i działalnos´c´ (1851-1939), Lublin, 2004, 275 p.

116 Sessions 1084b, 1087, 1097, 1105, 1107.

117 Sessions 1108, 1117, 1126, 1153, 1164b, 1185.

118 Sessions 1075, 1084-I, 1084-III, 1221.

119 Quelques recherches ont ainsi porté récemment sur l’espionnage de cette puissance, souvent considérée comme la mieux informée du monde : C. M. Fiorentino, All’ombra di Pietro. La Chiesa Cattolica e lo spionaggio fascista in Vaticano, 1919-1939, Florence, 1999 (Saggi, 22), 254 p. ; D. Alvarez, Spie in Vaticano. Spionaggio e complotti da Napoleone all’Olocausto, Rome, 2003, 351 p.

120 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1173, 1913, vol. 68. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinarii, Russia. Condizioni della Chiesa Cattolica. Sommario della ponenza, febbraio 1913, p. 5-9 (Sommario No I, Mémorandum du Saint-Siège, 26.02.1912) ; p. 25-30 (Sommario No IV, Note du Ministre de Russie en réponse au Mémorandum du Saint-Siège, 25.10.1912) ; p. 31-38 (Sommario No V, Lettre de Ledóchowski au pro-secrétaire des Affaires ecclésiastiques extraordinaires sur la note russe, 15.10.1912) ; p. 39-57 (Sommario No VI, Observations de Mgr Casimir Skirmunt sur la note russe, Rome, 30.12.1912).

121 La citation du Traité de droit international public (Paris, 1922) du juriste français Paul Fauchille dans la ponenza de la réunion de 1923 ferait ici exception. ASV, AES IV Russia, fasc. 40, pos. 659, fol. 59sq: Segreteria di Stato di Sua Santità. Russia. 17 dicembre 1923, p. 72-75 (Num. XVI). Sur Paul Fauchille, voir J. B. Scott, Paul Fauchille: February 11, 1858-February 9, 1926, dans The American Journal of International Law, 20, 2, 1926, p. 335-337.

122 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1126, 1909. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Russia. Condizione dei Cattolici di rito greco-russo, Luglio 1909, n. 1 p. 32. Sur Palmieri, voir S. Mercanzin, Aurelio Palmieri ed il suo contributo alla conoscenza dell’Oriente cristiano ed in particolare della Chiesa russa. Un pionniere dell’ecumenismo, Rome, 1989, 115 p.

123 Cette consultation juridique est demandée de façon « urgente » le 7 décembre 1923 par télégramme (ASV, AES IV Russia, fasc. 39, pos. 659, fol. 69 : minute de télégramme de Gasparri à Corsi, 07.12.1923 : « Pregola venire Roma dovendo parlare d’urgenza »). Les comptes du fonds Pro Russia conservent la trace du paiement de cette consultation : ASV, AES IV PCPR, fasc. 240, sc. 40, fol. 112 : cahier de comptes No 3 – 1000 lires « Al Prof. Alessandro Corsi per Voto fatto sulla Russia (dicembre 1923) ».

124 Alessandro Corsi (1859-1924) : professeur de droit international, expert auprès du ministère des Affaires étrangères, il s’intéresse précocement à la question romaine (La situazione attuale della S. Sede nel diritto internazionale, 1885) mais aussi à la Russie (Russia e Finlandia, dans Rivista internazionale di science sociali e di discipline affini, 7, 1, 1899, p. 501-521). Ami de Toniolo, il participe à la création de la section italienne de l’Association internationale pour la protection légale des travailleurs et s’engage dans la vie politique locale à Turin à partir de 1902. En 1919, il adhère au Parti populaire, dont il fut l’un des cadres dans le Piémont. Notice de M. Caravale, dans DBI, 29, p. 549-552.

125 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1126, 1909. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Russia. Condizione dei Cattolici di rito greco-russo, Luglio 1909, p. 62-77 (Sommario No V, Rapport du père Bois, 1907-9).

126 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1153, 1911, vol. 66. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari, Russia. Provvedimenti per i cattolici di rito greco-russo, Gennaio 1911, n. 1 p. 12.

127 Kazimierz Skirmunt (1861-1931) : né dans la région de Vilna, il effectue des études de droit, avant d’entrer en 1888 dans l’état ecclésiastique pour le diocèse de Cracovie. Il est alors envoyé à Rome où il réside au Collegium germanicum et étudie à l’Université grégorienne. Ordonné prêtre en 1893 et devenu docteur en théologie en 1895, il poursuit ses études à l’Académie des Nobles ecclésiastiques. Il entre en 1897 au service de la secrétairerie d’État et devient « l’intermédiaire confidentiel entre l’épiscopat polonais et le Saint-Siège ». Consulteur de la congrégation de Propaganda Fide (1898) et de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires (1904), il collabore également avec la congrégation Consistoriale pour les nominations épiscopales. Parallèlement à ce travail d’expertise, qu’il poursuivra jusqu’à sa mort, il est particulièrement actif dans le domaine journalistique. De 1915 à 1918, en tant que sujet autrichien, il quitte Rome et s’installe en Suisse. Prélat domestique dès 1904, il est nommé protonotaire apostolique en 1919. De retour à Rome en 1919, il devient conseiller canonique pour l’ambassade de Pologne près le Saint-Siège et joue un rôle important dans la mise en place du concordat de 1925. De 1919 à sa mort, il loge au Collegio Massimo des jésuites. Source : PSB, 38, p. 177-178.

128 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1075, 1906, vol. 61. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari Ecclesiastici Straordinari. Russia. Circa la revoca del Decreto del S. O. delli 11 Luglio 1877, Giugno 1906, p. 11 et Procès-verbal, p. 1.

129 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1173, 1913. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinarii, Russia. Condizioni della Chiesa Cattolica. Relazione, febbraio 1913, p. 138.

130 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1173, 1913. Ponenza – Sacra Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinarii, Russia. Condizioni della Chiesa Cattolica. Relazione, febbraio 1913, p. 143.

131 Jurgis Matulewicz (Matulaitis) (1871-1927) : après des études au séminaire de Kielce et à l’Académie de Saint-Pétersbourg, il est ordonné prêtre en 1899. Il poursuit ses études à Fribourg (1902) avant d’enseigner au séminaire de Kielce (1904) et à l’Académie de Saint-Pétersbourg (1907). En 1909, il entre chez les pères mariens à Marijampolé. Évêque de Vilnius (1918-1925), puis archevêque, il est nommé visiteur apostolique de Lituanie pour préparer l’organisation de la province ecclésiastique de Lituanie et le concordat. Il a été béatifié en 1987. Cf. R. Makrickas, Santa Sede e Lituania... cit., n. 10 p. 49.

132 R. Makrickas, Santa Sede e Lituania... cit., p. 49-50.

133 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1117, 1909. Procès-verbal, p. 2-3.

134 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1207, 1917, vol. 71. Ponenza – Congregazione mista della Propaganda fide per gli affari di rito orientale e degli Affari ecclesiastici straordinari, Russia. Interessi religiosi, Luglio 1917, p. 10.

135 Ibid., Procès-verbal, p. 9.

136 Ibid., Annexe [p. 12-15] Note du cardinal Scapinelli, 15.07.1917, p. 4.

137 Ibid., p. 4.

138 Voir le témoignage de Marchetti Selvaggiani en 1938 et la réaction de Pacelli, cités par R. Regoli, Il ruolo della Sacra Congregazione... cit., p. 212.

139 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1, 1814 : Raccolta delle sessioni tenute nell’anno 1814. Dalla S. Congregazione deputata sugli affari ecclesiastici del mondo cattolico, p. 8-9.

140 Cf. Lettre apostolique Romani Pontifices, 06.01.1862, dans Pii IX. Pontificis maximi Acta. Part. I, vol. III, notamment p. 410-411. Ce système rappelle d’ailleurs le système de « protection » des instituts religieux par les cardinaux de Curie. Cf. C. De Domincis, Cardinal protecteur, dans DHP, p. 284-286.

141 J.-M. Ticchi, La représentation du Saint-Siège au couronnement des tsars Alexandre III (1883) et Nicolas II (1896). Deux étapes dans les relations vaticano-russes, dans P. Levillain et J.-M. Ticchi (éd.), Le pontificat de Léon XIII. Renaissances du Saint-Siège ?, Rome, 2006 (Collection de l’École française de Rome, 368), p. 139-147. Le spoglio du cardinal Agliardi révèle que cette expérience russe a laissé quelques traces durables. En 1901, par exemple, le représentant de Russie près le Saint-Siège remet au cardinal « un exemplaire de l’Album du Sacre de Sa Majesté l’Empereur » en espérant que « cette publication (...) Lui rappellera des solennités auxquelles Elle a pris part en qualité de Représentant de Sa Sainteté » (ASV, Segr. Stato, Spogli di cardinali, Spoglio Agliardi, b. 2, No 260 : lettre de Serge Sazonow, Rome, 23.01.1901).

142 Le jésuite français Michel d’Herbigny, spécialiste des questions russes, considère que Rampolla était « personnellement intéressé aux affaires religieuses de la Russie » et que « ses sympathies pour le grand empire (...) déterminèrent le veto de l’Autriche au dernier conclave » (M. d’Herbigny, La fin catholique de Vladimir Soloviev. Réflexions et documents, dans Études, 1912 (49-133), p. 807).

143 ASV, Segr. Stato, Spogli di cardinali, Spoglio Rampolla del Tindaro, b. 3a, No 122 (copies de documents de l’ASV, notamment sur Pierre le Grand).

144 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1097, 1907, vol. 62. Procès-verbal, p. 2.

145 Ibid., p. 3.

146 Ainsi, lors de la session du 5 juillet 1906, Rampolla résume ainsi sa réponse au dubbio posé : « negative et ad mentem ; mens est : Il Decreto resta perché... » (ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1075, 1906, vol. 61. Procès-verbal, p. 4). Pour la présentation des principales formules, voir V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 24-26.

147 V. Martin, Les congrégations... cit., p. 23.

148 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1075, 1906, vol. 61. Procès-verbal, comparer p. 1 et p. 7.

149 Ibid., No 1154, 1911, vol. 66. Procès-verbal, p. 1 et 2.

150 Ibid., No 1126, 1909, vol. 64. Procès-verbal, p. 5-6.

151 Francesco Ragonesi (1850-1931), cardinal en 1921, ancien délégué apostolique en Colombie (1904-1913) et nonce en Espagne (1913-1921). G. De Marchi, Le nunziature apostoliche dal 1800 al 1956, Cité du Vatican, 1957, p. 98 et 240.

152 ASV, AES IV Russia, fasc. 41, pos. 659, fol. 10r.

153 Domenico Serafini (1852-1918), cardinal en 1914, il est préfet de la congrégation de Propaganda Fide de mars 1916 à sa mort (Enciclopedia cattolica, XI, col. 374).

154 « Poichè la Propaganda ha chiamato già a Roma Mons. Abrahamian si potrebbe attendere. Inoltre la Segreteria di Stato potrebbe domandare al Governo se volesse ammettere la nomina di un Vescovo per gli Armeni del Caucaso. La diocesi già esiste – quella di Artwin. La Propaganda, poi, sceglierebbe il soggetto » : ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1207, 1917, vol. 71. Procès-verbal, p. 8.

155 V. Martin, Les Congrégations... cit., p. 23-24.

156 Comparer ASV, AES IV Russia, fasc. 41, pos. 659, fol. 16-19 (position de Gasparri) et 21 (décision de Pie XI).

157 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1084, 1907, vol. 62. Procès-verbal, p. 3.

158 Ibid., No 1087, 1907, vol. 62. Procès-verbal, p. 1-2.

159 Ibid., No 1097, 1907, vol. 62. Procès-verbal, p. 1-3.

160 Ibid., No 1105, 1908, vol. 63. Procès-verbal, p. 1-3.

161 Ibid., No 1107, 1908, vol. 63. Procès-verbal, p. 1-4.

162 D’une façon générale, le champ lexical du consensus est très sollicité (« tutti convengono... », « conviene »...).

163 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1105, 1908, vol. 63.Procès-verbal, p. 2.

164 164. Ibid., 1164b, 1912, vol. 67. Procès-verbal, p. 5-6.

165 Ibid., No 1164a, 1912, vol. 67. Procès-verbal, p. 2.

166 J. Balabanic´ J. Kolanovic´ (éd.), Korespondencija Josip Juraj Strossmayer-Serafin Vannutelli, 1881-1887, Zagreb, 1999 (Monumenta vaticana croatica, 1), 697 p.

167 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1108, 1908, vol. 63. Procès-verbal, p. 1-2.

168 Ibid., No 1084, 1907, vol. 62. Procès-verbal, p. 3.

169 Ibid., No 1108, 1908, vol. 63. Procès-verbal, p. 1.

170 Par exemple, « [Scapinelli] Desidera che la S.[anta] Sede faccia conoscere ai Sovieti ed al mondo il senso che essa dà agli eventuali accordi, affine di impedire lo scandalo ad evitare che si possa dire che la S.[anta] Sede approva in qualche modo quel Governo » (ASV, AES IV Russia, fasc. 41, pos. 659, fol. 9r).

171 Sur la problématique de la « réception » des décisions du Magistère, on peut renvoyer à Y. Congar, La « réception » comme réalité ecclésiologique, dans Id., Église et papauté : regards historiques, Paris, 1994 (Cogitatio fidei, 184), p. 229-266.

172 En 1908, Rampolla suggère que la nomination par le Saint-Siège d’un supérieur pour le groupe de rite gréco-russe de Saint-Pétersbourg soit clairement justifiée par le fait que « con esso il Papa soddisfa a reiterate istanze di cattolici russi, alle quale in coscienza non può rifiutarsi » (ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1108, 1908, vol. 63. Procès-verbal, p. 2).

173 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1087, 1907. Procès-verbal, p. 3.

174 Ibid., No 1108, 1908, vol. 63. Procès-verbal, p. 2.

175 Ibid., No 1117, 1909, vol. 64. Procès-verbal, p. 1-4.

176 C’est ce qui ressort de la comparaison entre la position de Rampolla lors de la délibération du 16 février 1913 et le rappel des décisions prises le 16 février dans la ponenza de la session suivante de juin 1913 : ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1181, 1913. Ponenza Sacra Congregazione degli Affari ecclesiastici straordinarii, Russia. Condizioni della Chiesa Cattolica, giugno 1913, p. 1-2.

177 L. Trincia, Conclave e potere politico... cit., p. 218.

178 G. P. Sinopoli di Giunta, Il cardinale Mariano Rampolla del Tindaro, Rome, 1923, p. 240-242, lettre citée p. 241.

179 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1107, 1908. Procès-verbal, p. 4.

180 Le diocèse de Kamenec de rite latin a été « uni » à celui de Luck-Zˇ itomir le 5/17 juin 1866 dans un contexte de répression de la révolte polonaise de 1863-1864. Deux autres diocèses latins sont supprimés par le gouvernement impérial : le diocèse de Podlachie, dont les paroisses sont rattachées au diocèse de Lublin en 1867 et le diocèse de Minsk supprimé en 1869. Voir S. Olszamowska-Skowron´ ska, Pie IX et l’Église catholique en Pologne : la suppression des diocèses catholiques par le gouvernement russe après l’insurrection de 1863-4 (1866-1869), dans Antemurale, 9, 1965, p. 41-130.

181 ASV, AES Rapporti delle Sessioni, No 1164, 1912, vol. 67. Procès-verbal, p. 5.

182 ASV, AES IV Russia, fasc. 41, pos. 659, fol. 8r.

183 Seules trois sessions ne mentionnent pas de prise de décision pontificale : la session 1105 (23 avril 1908), la session 1153 (janvier 1911) dans la mesure où le procès-verbal est manquant et la session 1165 (18 février 1912) qui apparaît plutôt comme une session intermédiaire réservée aux cardinaux dans le processus rédactionnel du mémorandum. La session 1154 (5 février 1911) mentionne une approbation pontificale mais sans date.

184 . ASV, AES IV Russia, fasc. 41, pos. 659, fol. 21rv.

185 Lettre du cardinal pro-secrétaire d’État Bartolomeo Pacca au père Luigi Fontana, 19 juillet 1814, citée par N. Del Re, La Curia Romana... cit., p. 430.

186 Notizie per l’anno MDCCCXVIII, Rome, Stamperia Cracas, 1818, p. 114.

187 Notizie per l’anno 1845, Rome, Stamperia Cracas, 1845, p. 238.

188 AP, 1860, p. 300-302.

189 GC, 1878, p. 533-535.

190 GC, 1903, p. 772-773.

191 GC, 1909, p. 433. Le lecteur est renvoyé – pour la liste des officiali – à la première section de la secrétairerie d’État et ce jusqu’à l’édition de l’AP de 1918 (p. 384-385).

192 AP, 1922, p. 410-411. Mgr Borgongini-Duca porte alors le titre de pro-secrétaire et non de secrétaire.

193 AP, 1929, p. 506-507.

194 AP, 1939, p. 725-726.

195 Auquel il conviendrait d’ajouter le document annexe (1 page) également remis aux cardinaux, probablement sous forme de feuille volante. Il s’agit d’une lettre du père Schumpp à Merry del Val du 26 novembre 1905, dans laquelle le dominicain autrichien demande qu’une solution soit trouvée pour que les 500 orthodoxes convertis, uniquement russophones, réunis dans la paroisse Sainte-Catherine de Saint-Pétersbourg, puissent avoir une prédication dans leur langue : le document est « da unirsi alla Ponenza della Russia sulla lingua russa nel culto suppletorio ». Il est situé à la suite du procès-verbal de cette session et l’original se trouve en ASV, AES III Polonia, fasc. 5, pos. 16, fol. 18rv.

196 Les chiffres entre crochets concernent les annexes ajoutées aux procès-verbaux. Ils sont pris en compte dans le calcul de la moyenne.

197 Nous suivons l’inventaire des13. sessioni en respectant l’orthographe originale, avec de minimes corrections (majuscules...).

198 Une même session peut être consacrée à l’étude de plusieurs affaires. Par convention, nous les avons numérotées avec des chiffres romains, même si certaines suivent un classement par lettres de14. l’alphabet dans l’inventaire des sessioni.

199 Nous avons choisi d’intégrer cette réunion à notre échantillon car, même si elle n’appartient pas à la série des 15. sessioni (pas de numéro, classement du procès-verbal en dehors des archives de la congrégation), elle est mentionnée dans l’inventaire des sessioni et tous les cardinaux présents à la réunion sont membres de la congrégation.

200 Le procès-verbal de la session 1153 étant manquant, la session n’est pas représentée dans ce tableau.

201 Gasparri est absent de cette session mais remet un voto écrit qui est utilisé pendant la session.

202 Il s’agit de l’office de secrétaire car le titre officiel peut être « sous-secrétaire », « secrétaire » ou « pro-secrétaire ».

203 Ces chiffres sont obtenus par l’analyse de la série des sessioni, en faisant la moyenne pour toutes les sessions de l’année.

204 Nous suivons l’organigramme donné dans la l’AP sans insérer de décalage temporel (par exemple, le nombre de cardinaux indiqué pour 1913 correspond au nombre de cardinaux dans l’édition 1913 de l’AP).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1– Une ponenza imprimée.
Légende Fig. 2 – Une page de verbale.
Légende Fig. 3 – L’activité de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires dans le cadre des sessions et les différents pontificats (1814-1938)
Légende Fig. 4 – L’activité de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires dans le cadre des sessions et les mandats des secrétaires d’État (1814-1938)102
Légende Fig. 5 – Répartition des affaires traitées en session par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires selon les continents.
Légende Fig. 6 – Répartition par espace géographique des affaires européennes traitées en session par la congrégation des Affaires ecclésiastique extraordinaires (base 100 : total Europe)103
Légende Fig. 7 – Fréquence des « sessions russes », 1814-1938.
Titre Annexe 1 – Personnel de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires selon les annuaires pontificaux (1814-1939)
Légende Note185Note186Note187Note188Note189Note190Note191Note192Note193Note194
Titre Annexe 2 – La composition des ponenze et des verbali des sessions concernant le monde russe (1906-1923)
Légende Note195Note196
Titre Annexe 3 – Répartition géographique des affaires traitées en session par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, 1814-1938 (ordre alphabétique)
Titre Annexe 4 – Inventaire des questions russes traitées en session par la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires, 1814-1938197
Légende Note198
Légende Note199
Titre Annexe 5 – Typologie des documents mis en sommario des ponenz
Titre Annexe 6 – Typologie des documents mis en sommario des sessions russes, 1906-1923
Titre Annexe 7 – Cardinaux présents aux sessions sur la Russie 1906-1923200
Légende Note201Note202
Titre Annexe 8 – Part des cardinaux des Affaires ecclésiastiques extraordinaires présents aux sessions russes, 1906-1914
Légende Note203Note204
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Pettinaroli, « Les sessioni de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires : évaluation générale (1814-1938) et remarques sur le cas russe (1906-1923) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-2 | 2010, 493-537.

Référence électronique

Laura Pettinaroli, « Les sessioni de la congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires : évaluation générale (1814-1938) et remarques sur le cas russe (1906-1923) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 01 juillet 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/585 ; DOI : 10.4000/mefrim.585

Haut de page

Auteur

Laura Pettinaroli

Institut catholique de Paris, laura.pettinaroli@laposte.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org