Navigation – Plan du site
Le palais Farnèse

Topographie farnésienne. Brève histoire des espaces de l’École au palais Farnèse

The Farnesian topography: a brief history of the rooms of the Ecole at the Farnese Palace
Michel Gras
p. 385-398

Résumés

Prolongeant lʼarticle de Bertrand Jestaz dans ce même volume, on a rassemblé ici des données provenant surtout des archives de l’EFR qui permettent de retracer lʼévolution de lʼutilisation des pièces du 2e étage depuis 1875. Apparait ainsi en filigrane un aspect inédit de l’École qui a construit son histoire dans des espaces qui ont été déterminants pour son fonctionnement et pour lʼimage qu’elle a donnée et qu’elle donne encore aujourd’hui d’elle-même.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Il ne sera pas ici question du 3e étage du Palais Farnèse où l’École est très présente depuis 1972. (...)
  • 2 Ce travail ne se fonde pas sur un nouveau dépouillement de l’Archivio farnesiano de Naples ou des « (...)
  • 3 B. Jestaz traduit «palchetti» par «tribunes de charpente» : l’expression «galeries de bois» serait (...)
  • 4 Les travaux fondamentaux sont ceux de P. Bourdon et R. Laurent-Vibert, Le Palais Farnèse d’après l’ (...)
  • 5 G. Michel, Vie quotidienne au Palais Farnèse (xviie-xviiie siècle) dans Le Palais Farnèse, II Rome, (...)
  • 6 Essentiel de ce point de vue le travail de G. Bertini, La galleria del duca di Parma. Storia di una (...)
  • 7 Pour le xixe siècle, avant 1875, voir Ph. Levillain et F.-C. Uginet, «Il Reale Palazzo Farnese in R (...)
  • 8 Je remercie M. Jérôme Cras, du Centre des archives diplomatiques de Nantes, de l’aide qu’il a appor (...)

1Le fonctionnement, à travers les siècles, des espaces du 2e étage1du palais Farnèse est généralement mal connu. Il est d’autant plus difficile à établir que, malgré les sources disponibles2, rien n’est simple dans la mesure où les grandes salles du Palais ont été, au cours des xviiiie et surtout xixe siècles, morcelées en d’innombrables alcôves et réduits (fig. 1), parfois avec des « palchetti »3en cas de surpopulation. Sans prétendre éclaircir toutes les phases de cette histoire complexe, on en rappellera ici les grandes évolutions, en faisant le lien entre les acquis des recherches conduites à partir des inventaires du xviie siècle4, des données du xviiie siècle5, des études d’histoire de l’art sur les collections du Palais6, et enfin d’éléments plus récents7complétés depuis 1875 par les archives du ministère des affaires étrangères8et les archives de l’École.

2Dès le Palais achevé, dans la seconde moitié du xvie siècle, le 2e étage a eu trois fonctions essentielles : abriter des livres, des tableaux et surtout la « guardarobba », particulièrement envahissante. Il y avait aussi des espaces privés : ainsi les pièces sur la cour, d’abord occupées par Fulvio Orsini jusqu’en 1600.

  • 9 G. Michel, op. cit., p. 544.

3Le nombre de marches (122) du grand escalier d’honneur qui, de la cour, permet d’accéder aux deux étages qualifiés de « nobles » rendait l’accès difficile mais le lieu était prestigieux : en 1750 le marquis Ascolese, devant quitter le 1er étage en raison de l’arrivée du duc de Cerisano, ministre plénipotentiaire, aurait préféré monter au 2e étage plutôt qu’émigrer à la Farnesina mais il dut traverser le Tibre9.

  • 10 Ibid., p. 565.
  • 11 G. Michel, op. cit., p. 552.

4Tout cela doit être situé dans un contexte où des clients et protégés de diverses natures habitent les étages supérieurs du Palais : personnages d’une certaine importance au 2e étage, domestiques au 3e étage. Les statistiques10d’occupation du Palais montrent des variations incessantes, avec les « pointes » suivantes : 121 habitants en 1678 ; 100 en 1710 ; 150 en 1759 ; 180 en 1775 ; 100 en 1868 ; et une chute au moment de l’arrivée de l’Ambassade puis de l’École : 50 en 1874 ; 10 en 1876 avec une légère remontée ensuite : 42 en 1879 et 1880. Et 28 familles habitaient les greniers en 174211.

Fig. 1 – État supposé de la subdivision des salles du deuxième étage du palais Farnèse vers 1875.

    • 12 Sur ce sujet, sont fondamentaux : P. de Nolhac, La bibliothèque de Fulvio Orsini, Paris, 1887 et F. (...)

    Les livres12présents dans le Palais se répartissaient en lots bien distincts :

    • ceux qui se trouvaient dans les niveaux inférieurs (« libraria piccola » ou « libraria da basso ») ; un complément de cette dernière se trouvait dans l’espace devant l’ascenseur d’accès à la bibliothèque actuelle ;

      • 13 C’est la position défendue par B. Jestaz dans ce même volume.
      • 14 F. Fossier, op. cit. p. 9.

      la « libraria grande » ou « libraria superiore » (1644) ensuite. Il y a débat entre ceux qui pensent qu’elle se trouvait dans les deux salles de l’École qui ouvrent sur la place Farnèse (MEFR 1909) et ceux qui privilégient la grande salle K sur la via dei Farnesi, aujourd’hui la salle de bibliothèque consacrée à l’histoire et à l’archéologie romaines13. À partir de 1649, les livres furent transférés à Parme, libérant progressivement cette salle ; après 1764, il n’y aura pour ainsi dire plus de livres dans le Palais pour un peu plus d’un siècle. La « libraria grande » contenait aussi des tableaux qui se disposaient au-dessus des armoires de rangement pour les livres14 ;

    • enfin la bibliothèque de Fulvio Orsini qui se trouvait dans les pièces ouvrant sur la cour (supra) et qui partit au Vatican dès 1600.

  1. Les collections de tableaux (la « quadreria ») se trouvaient surtout dans les « stanze de’quadri » que B. Jestaz localise maintenant dans les trois pièces sur la cour (G, H, I du Nord au Sud) : fig. 2. L’installation aurait eu lieu après le départ de Fulvio Orsini en 1600. Avant le transfert à Parme, en 1662, de 103 tableaux sur les 694 conservés dans le Palais selon l’inventaire de 1653, ces trois pièces regorgeaient alors de chefs d’œuvre, dont la plupart sont aujourd’hui à Naples, au Musée de Capodimonte. Il suffit de penser que, dans la deuxième « stanza » (le traditionnel « studio » de l’École), il y avait, – si l’on croise les données des inventaires de 1644 et de 1653 avec les recherches de G. Bertini et de B. Jestaz – pas moins de 8 tableaux du Titien, accompagnés d’œuvres des Carrache, de Sebastiano del Piombo, d’Andrea del Sarto et du Greco. Et les deux autres pièces, de part et d’autre, contenaient également d’autres Titien et d’autres Carrache, ainsi que des tableaux de maître, notamment de Guido Reni et Giovanni Bellini dans la première pièce (G).

  2. Quant à la « guardarobba », elle se divisait en deux sections, l’ancienne et la nouvelle, et B. Jestaz observe de manière convaincante que l’ancienne ne pouvait se trouver dans la partie Sud du Palais, mise en activité plus tardivement que la partie Nord (contra MEFR 1909). Le « guardarobba », personnage important de la vie du Palais, a dû être assez régulièrement un occupant du 2e étage. C’est le cas pour de Cupis, cité dans l’inventaire de 1653. On voudrait en être assuré aussi pour d’autres. De 1749 à 1760, c’est assurément le graveur Giuseppe Vasi qui habite au 2e étage avec cette fonction de « guardarobba », qui disparut ensuite.

  • 15 C’est lui qui commence à diviser les grands espaces du Palais : F. de Navenne, Rome et le Palais Fa (...)

5Au xixe siècle, les choses changent. En 1815, arrive dans le Palais Tommaso Spinelli, marquis de Fuscaldo, ministre plénipotentiaire et légat du royaume des Deux-Siciles auprès du Saint-Siège15. Il y reste jusqu’en 1830, reprend les choses en main, comme l’avait fait le cardinal Domenico Orsini au xviiie siècle. Il est remplacé par un nouveau légat, le comte Giuseppe Ludolf, qui y demeure jusqu’en 1848 et occupe, par sa femme et son fils, toute la partie Sud du 2e étage. De 1848 à 1860, le baron Camille Trasmondo Frangipani, un bon administrateur, eut la responsabilité du Palais, tout en habitant à la Farnesina.

6À partir de 1863, les Bourbons de Naples occupent leur Palais, y compris le 2e étage qui est réparti entre les frères du roi François II : Alphonse, comte de Caserta (1841-1934) et le jeune Pasquale, comte de Bari (1852-1904) : plus tard les baux de location font référence à « l’appartement Caserta », du côté Nord, et à « l’appartement Bari » au Sud. Ils restaurent le Palais grâce au Prince Pignatelli et à l’architecte Antonio Cipolla (notamment, pour le 2e étage, la pièce H sur la cour), et le quittent en 1870. Le nonce qui avait accompagné les Bourbons, le cardinal Gianelli reste dans ses appartements du 2e étage. Malgré ce, quelques années plus tard, l’École s’installe modestement dans quelques pièces de ce même 2e étage (décembre 1875).

Fig. 2 – Espaces actuellement occupés per l’École française de Rome au deuxième étage du palais Farnèse.

L’angle nord (C)

  • 16 G. Michel, p. 538-539.
  • 17 La communication actuelle, grâce à un couloir ouvrant directement sur la salle des expositions de l (...)

7Commencer par ce secteur, c’est attirer l’attention sur un salon d’angle virtuel qui connut une évolution particulière dans la mesure où l’effondrement du plafond en 172716, conduisit à une division définitive de cet espace en trois pièces avec un petit dégagement interne qui servit longtemps de salle à manger aux membres. Il s’agissait alors d’un espace privé bien séparé du reste de la bibliothèque17. Au-dessus, un entresol, accessible par l’escalier de service et qui fait désormais partie intégrante de la bibliothèque, fut dans les années 1960 et jusqu’en 1975 le laboratoire d’archéologie de l’École où se trouvait le matériel des fouilles de Bolsena.

  • 18 Jestaz, op. cit.

8Nous avons peu de renseignements sur les xviie et xviiie siècles si ce n’est le grave incident déjà mentionné : cet angle devait faire partie de la « guardarobba vecchia »18. Au xixe siècle, il semble que Forcella, le secrétaire du comte Ludolf, ait étendu son appartement, ouvert sur la via dei Farnesi, jusqu’à ce secteur.

  • 19 Cette chambre d’angle fut notamment occupée par Jean Guiraud, Charles Samaran, Jérôme Carcopino, Ro (...)
  • 20 p. 67.

9Ces trois pièces ne furent intégrées dans l’espace de l’École que par le bail de 1886. Ce furent d’abord des chambres pour les membres. Carcopino eut la chambre d’angle19et en décrit l’austérité dans Souvenirs romains20.

10Après 1964 et le départ des membres qui allèrent tous loger en ville, cet espace fut attribué à des bureaux pour la bibliothèque mais aussi l’administration (intendant) puis pour le directeur des études médiévales (à partir de 1972). En 1986, le directeur des études émigra au 3e étage et les bibliothécaires occupèrent entièrement l’angle Nord.

La salle d’histoire de l’Italie (B)

11Il s’agit aujourd’hui d’une salle de bibliothèque qui accueille la section consacrée à l’histoire de l’Italie médiévale, moderne et contemporaine. Cette salle était au xviie siècle un élément important de la « guardarobba vecchia » si l’on suit B. Jestaz.

  • 21 Chambre de Jean Porcher (1921), Noël Duval, Paul-Albert Février, Denise Joly.

12Elle connut à un moment donné une division en deux pièces (fig. 3), l’une à l’Est avec deux fenêtres, l’autre à l’Ouest avec une seule fenêtre. Cette dernière devint alors une chambre supplémentaire pour les membres21.

  • 22 J. Heurgon (EFR 1928-1930) indique que c’est là que se tenaient les réunions du sodalizio (Avant-pr (...)
  • 23 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, Paris, 1953, p. 33.
  • 24 La chambre la plus à l’Est, contiguë au salone, accueillit notamment après la guerre Maurice Euzenn (...)
  • 25 Commentaire de Duchesne sur un croquis non daté qui semble de cette année-là (archives EFR, dossier (...)

13La partie principale fut appelée à la fin du xixe siècle « salle des doubles » (fig. 3) puis en 1912 la salle des Mélanges (ou « périodiques et collections » : Fig. 4), destinée à abriter la revue de l’École et ses stocks. Plus tard, sous la direction Mâle (1923-1937), elle devint un salon des membres22que ceux-ci acceptèrent d’abandonner en 193723permettant de la diviser en deux pour en faire deux nouvelles chambres24, exécutant un projet que Duchesne semble avoir eu dès 191225.

14Entre 1960 et 1975, ces trois pièces desservies par un couloir furent attribuées à différents usages qui varièrent avec le temps ; elles accueillirent le dessinateur, l’assistante aux publications, le directeur des études d’histoire moderne et contemporaine (à partir de 1972), et même le « salon » des membres (plus petit de moitié que celui supprimé en 1937...). En 1975, au moment du Centenaire de l’École, cloisons et faux plafonds furent démontés, le plafond originel remis au jour fut restauré avec les armoiries de Ranuccio Farnese, et la salle aménagée comme elle est encore aujourd’hui.

Fig. 3 – Croquis de la main de Duchesne du deuxième étage du palais Farnèse (probablement de 1897).

Fig. 4 – Croquis de la main de Duchesne de l’angle Nord du deuxième étage du palais Farnèse (vers 1912-1913).

Le « salone » (A)

  • 26 Si l’on se réfère au découpage figurant sur le plan de 1845 cité infra.

15Cette grande salle, ouvrant par trois fenêtres sur la piazza Farnese dans l’axe de la façade, qui a longtemps été associée à la « libraria grande » des Farnèse, semble en fait avoir été un élément important de la « guardarobba vecchia » puis un appartement (fig. 1) comprenant un grande pièce avec deux fenêtres, une série de trois pièces sur le côté Est (dont deux obscures) et une cuisine dans l’angle Sud-Ouest de la salle actuelle26.

  • 27 G. Michel, op. cit., p. 557.
  • 28 Ibid., p. 552 et 557.
  • 29 Sur cette fête : M. Boiteux, Les fêtes publiques dans l’environnement du Palais, dans Le Palais Far (...)
  • 30 G. Michel, op. cit., p. 556.

16Au xviie siècle ce sont des pages qui y habitent27. Au xviiie siècle, la comtesse Erminia Alfaroli occupa en 1739 l’appartement qui resta vacant à sa mort ; Marco Fusarelli, « ministro dell’appaltatore del tabacco » y habita à partir de 1746 pour une dizaine d’années avec sa femme et ses filles28 ; plus tard (1760), l’appartement fut occupé par la suite du cardinal Orsini. Par ailleurs, entre 1738 et 1775, lors des fêtes de la Chinea29(28-29 juin), il arriva que la princesse Colonna ait l’initiative de recevoir aux fenêtres donnant sur la place30.

  • 31 Ibid, p. 556.
  • 32 M. Le Cannu, dans Le Palais Farnèse... cit. I, 2, p. 383-385; O. Michel, ibid., p. 607.

17Dès 1791 et jusqu’en 1799, les lieux sont occupés par Carlo Ramette, responsable de la poste31mais aussi chargé d’affaires en 1789 et qui, à ce titre, surveilla aussi le patrimoine restant32jusqu’en 1806 ; il fut alors remplacé par Fabio Maria Crivelli jusqu’en 1811.

  • 33 Plan reproduit dans Le Palais Farnèse, cit... I, 2, p. 671.
  • 34 Uginet, Levillain, p. 668, n. 171 et p. 674.

18En 1845, un plan dû à l’architecte Alessandro Mampieri33, indique l’appartement en question comme « dit de Marselli », nom d’un occupant connu par un inventaire de 182334. Mampieri y logea au moins de 1845 à 1849.

19Il aura fallu longtemps pour intégrer définitivement cet espace à l’École. En effet, les efforts de Duchesne, dès 1895, avaient préparé le terrain mais, sur un croquis qui semble de 1897, l’espace, qui apparaît encore cloisonné, est neutralisé (fig. 3) et ne fait pas partie de l’École. En revanche, sur un autre document de 1912-1913 (fig. 4), la grande salle actuelle a été dégagée et porte l’indication « périodiques et collections ».

20Durant la guerre de 1914-1918, ce grand volume fut occupé par l’Ambassade pour y installer le bureau militaire des passeports. Malgré ce, en 1917, Duchesne poursuit ses projets et en fait part à la marquise Arconati Visconti qui vient de faire un don substantiel de 30 000 francs pour la bibliothèque :

  • 35 Cité par B. Waché, Louis Duchesne et la bibliothèque de l’École de Rome, dans MEFRIM, 103, 2, 1991, (...)

Mon rêve ce serait d’organiser (dans le « salone ») une belle salle de bibliothèque, aménagée en salle de conférences. On y pourrait placer le buste de quelque divinité tutélaire, Liard ou vous, ou les deux à la fois, et dénommer la salle Arconati Visconti, ce qui pourrait faire enrager certaines personnes à qui vous n’aurez jamais l’intention d’offrir des confitures35.

21Hélas ! L’occupation temporaire par l’Ambassade dura en fait jusqu’en 1937, date à laquelle le « salone » fut officiellement attribué à l’École. Entre 1937 et 1939, il connut finalement un aménagement dû à la nouvelle bibliothécaire de l’École, Madeleine Barrot, qui y installa rayonnages et périodiques.

22En octobre 1939, l’École, à nouveau, céda temporairement à l’Ambassade cet espace (ainsi que les chambres contiguës). La « réquisition » du « salone » conduisit l’Ambassadeur André François-Poncet à proposer à l’École d’organiser ensemble des conférences dans le salon d’Hercule, récemment restauré. Dans l’hiver 1939-1940, certaines de ces conférences, dans le contexte tendu de l’époque, connurent un grand succès, notamment celle de Louis Madelin (début mai 1940).

23Ce n’est qu’à partir de 1946 que la salle fut définitivement acquise (infra). Ce « salone » resta longtemps la salle de bibliothèque de l’École dans le Palais destinée à des conférences ou à des colloques, avant que le siège de piazza Navona ne vienne, à partir de 1976, apporter des locaux plus adaptés.

Les pièces sur la cour (G, H, I)

24Elles ont, à travers les siècles, été toujours au cœur de l’activité du 2e étage comme leur position topographique y invitait. Ce furent d’abord les espaces de Fulvio Orsini qui communiquaient au même étage avec la « libraria grande » dont il avait la responsabilité mais aussi, par un escalier en colimaçon, avec un entresol qui fut peut-être, un temps, l’appartement privé d’Orsini. Au départ de celui-ci, en 1600, elles devinrent, peut-être après une installation du comte Capra (vers 1612), les fameuses « stanze de’ quadri », pleines de chefs d’œuvre (infra).

  • 36 G. Michel, op. cit., p. 557.
  • 37 Ibid., p. 608.

25En 1750, cet espace devint la « Regia segreteria »36, puis vers 1823 l’appartement du chevalier Ventimiglia37. Sous les Bourbons, il s’agit de pièces du comte de Caserta, dont deux sont décorées avec soin (dans le cadre du projet de Cipolla et de l’intervention des frères Grassi). À l’arrivée de l’École dans le Palais, ces pièces sont directement liées à la résidence du directeur Geffroy.

Pièce G au Nord

  • 38 Canet a eu d’abord une chambre sur la via dei Farnesi, proche de la chambre d’angle. Comme les autr (...)

26La pièce, qui porte aujourd’hui un plafond peint dans les années 1862-1863, fut d’abord la chambre du directeur jusqu’en 1912, puis pour un temps une chambre de membre (Louis Canet en 1913 – 1914)38. Duchesne avait eu le projet d’en faire un salon pour les membres à côté du « studio » mais c’est le salon sur la piazza Farnese (les 2/3 Est de la salle actuelle d’histoire de l’Italie) qui a joué ce rôle jusqu’en 1937.

27Son rôle entre les deux-guerres n’est pas clair. A partir de 1962, elle fut une pièce technique pour la bibliothèque, le bureau de l’intendant puis d’un directeur des études (antiquité jusqu’en 1991 puis histoire moderne et contemporaine). Elle est depuis 2004 un local d’accueil pour la bibliothèque.

Pièce H au centre : le « studio »

  • 39 Des traces de décoration de cette époque ont été identifiées en 2004 lors de la rénovation de cet e (...)
  • 40 F. de Navenne, Rome et le Palais Farnèse... cit., p. 9.
  • 41 Ce meuble est conservé au Musée de la Renaissance d’Ecouen, en France : en dernier lieu, B. Jestaz, (...)
  • 42 Comme le montre un tableau anonyme du 1er juin 1882 conservé à l’École : fig. 5.
  • 43 Le mot apparaît pour la première fois dans les archives de l’École, sur un croquis de la main de Du (...)
  • 44 Dès 1965, le directeur P. Boyancé écrit toutefois : «le «studio» qui allait devenir insuffisant pou (...)
  • 45 P. de Nolhac, Souvenirs d’un vieux romain, Paris, 1922, p. 43-44; J. Carcopino, Souvenirs de sept a (...)

28Espace central, décoré dès le xvie siècle39, il abrita le bureau de Fulvio Orsini. C’est là que le cardinal Odoardo venait rendre visite à Orsini : « le cardinal allait souvent surprendre la savant dans son cabinet du second étage après l’angelus. Entre eux régnait une confiance absolue »40. Ici se trouvait probablement le « studiolo », c’est-à-dire le meuble en bois de noyer fabriqué en 1578-79 qui était rempli de monnaies, de pierres incisées et d’objets divers41. La pièce fut décorée à nouveau au moment de l’arrivée des Bourbons dans le Palais en 1862. Elle devint, après décembre 1875, le bureau du directeur42jusqu’en 1895 probablement et prit ensuite son rôle de « studio »43des membres qu’elle conserva jusque dans les années 197044. Elle a longuement été décrite dans des souvenirs d’anciens membres45.

29Cette pièce fut ensuite, après quelques changements provisoires, un secrétariat jusqu’en 2004, date à laquelle elle reprit son rôle traditionnel de lieu d’étude et son appellation de « studio ».

Fig. 5 – La pièce H (futur « studio ») occupée par le bureau du directeur Auguste Geffroy en 1882. Peinture anonyme à l’huile (EFR).

Pièce Sud I

  • 46 Comme l’a montré l’opération de rénovation conduite en 2004 en liaison avec les autorités italienne (...)
  • 47 Du moins si le croquis de Duchesne date de cette année-là comme il semble : les deux pièces y sont (...)
  • 48 R. Rolland, Printemps romain, Paris, 1954, 9 février 1890 : «le bibliothécaire a seul droit d’être (...)
  • 49 Il est possible qu’Henri Focillon, titulaire d’une bourse de voyage et hôte de l’École en 1906 – 19 (...)

30Elle fut divisée avant 1845 par une cloison, probablement par crainte d’un effondrement de la voûte fortement endommagée en ce lieu46 ; elle semble avoir accueilli, au moins à partir de 189747, des chambres pour loger l’agent de bibliothèque48ou plus tard des membres49 :

  • le secteur nord fut le bureau de la bibliothécaire dans les années 1960 puis celui d’un directeur des études (antiquité de 1972 à 1976, histoire moderne et contemporaine ensuite, à nouveau antiquité de 1991 à 2004) ;

    • 50 Indication curieuse, écrite sur un croquis de 1912-1913 (fig. 4) dans la mesure où il n’y avait pas (...)
    • 51 De 1945 à 1952, sous la direction Albert Grenier (qui était veuf), le secrétaire général Adrien Bru (...)

    le secteur sud accueillit d’abord en 1875 des dépendances et des toilettes ; il est dit « gynécée »50en 1912-1913 ; puis plus tard (1925 ?), c’est la « chambre verte », en fait une chambre d’appoint pour l’appartement du directeur (pour Mâle, Carcopino et Bayet, dotés de famille)51 ; ce fut enfin le bureau de la secrétaire ou de l’assistante du secrétaire général puis du directeur (à partir de 1970).

31Depuis 2004, les deux secteurs réunifiés accueillent un secrétariat et certaines archives sur une galerie qui reprend la tradition des « palchetti » d’un temps mais aussi des aménagements de la bibliothèque.

Les pièces sur la via dei Farnesi (E, F, K)

Pièces E et F

  • 52 G. Michel, op. cit., p. 552, 557; O. Michel, op. cit., p. 589.

32On doit à B. Jestaz (supra) d’avoir fait progresser le dossier en proposant, au terme d’une argumentation serrée, d’attribuer les pièces E et F à l’appartement de Mgr Mozzaniga puis à celui du capitaine Cordelli en 1653. On dit que, plus tard, le peintre Giacomo Zoboli, protégé du cardinal Corsini, y habita de 1739 à 176052et occupa aussi l’appartement voisin sur la cour, libéré par le départ des tableaux. Au xixe siècle, c’est Forcella, secrétaire du comte Ludolf qui y loge, comme cela est indiqué sur le plan de Mampieri de 1845, et qui s’étend largement vers le Nord.

33Dès l’arrivée de l’École, ces pièces Ouest, encore divisées, sont dévolues à la bibliothèque, même si elles sont parfois restées des logements.

  • 53 Contra Ch. Samaran (Enfance et jeunesse d’un centenaire, Paris, 1980, p. 126) qui fait l’hypothèse (...)
  • 54 La situation des années 1928-1930 est rapportée par Jacques Heurgon : «On entrait, à l’extrémité du (...)

34Ainsi, la partie nord de la pièce E (actuelle salle des expositions de livres) semble avoir été la chambre d’Auguste Audollent (1888-1889) puis peut-être de Romain Rolland (1890)53 ; en 18961897, c’est la chambre d’Auguste Coulon, et plus tard, de 1913 à 1940, le bureau de l’agent de bibliothèque Tarquini54.

  • 55 Cénival n’y loge qu’une année, occupant ensuite la chambre sur la Piazza Farnese, proche de la cham (...)

35La pièce F, aujourd’hui salle des boursiers, a été pendant longtemps dite salle du catalogue (jusqu’en 1975, date à laquelle le catalogue a été transféré dans la grande galerie). Sa partie nord est, en 1897, la chambre de De Manteyer (fig. 3) et en 1912 celle de Pierre de Cenival (fig. 4), lui aussi membre55. Sa partie Sud est, la même année, la chambre de Jean Martin (fig. 4), un membre qui sera tué au front dès août 1914.

36Il semble que les membres ne logent plus dans ce secteur après la guerre de 1914-1918. Et Duchesne se proposait en 1912 d’éliminer la division dans ces salles.

Pièce K

37Ici se trouvait à l’origine la bibliothèque (« libraria grande ») si l’on suit B. Jestaz. Cette salle a été ensuite divisée en trois pièces et est restée telle jusqu’à la fin du xixe siècle : un document des archives de l’École (dossier Le Blant, voir infra note 63) montre que Le Blant en 1886 a l’intention de décloisonner cet espace en cohérence avec sa volonté de « renvoyer » la bibliothèque vers le Nord et l’Ouest de l’étage. Elle devient ensuite une salle de consultation : elle est telle sur des photographies de 1937 et le reste jusqu’en 1974, moment où elle devient la salle attribuée aux membres de l’École.

La pièce L

  • 56 Croquis de la main de Duchesne (archives EFR, dossier locaux) : Fig. 3.
  • 57 J. Guey (membre EFR 1935-1938) écrit en effet à propos des changements liés à l’arrivée de Carcopin (...)
  • 58 Une indication de Jacques Heurgon pourrait laisser penser que cette pièce L a déjà été le bureau de (...)

38En se dirigeant vers le Sud, au-delà de la « libraria grande » occupant la salle K, on arrive dans un ensemble de pièces qui relevaient de la « guardarobba nuova ». La pièce la plus au Nord, contiguë à la salle K a longtemps eu un statut incertain. Située dans l’axe de la galerie Ouest aujourd’hui remplacée par des pièces, elle semble avoir joué un rôle d’antichambre, ou d’élément marginal de la « guardarobba nuova ». En 1897, elle est encore dite « salle d’attente »56. Elle accueille ensuite la bibliothèque du directeur devenue, après sa mort (1922), le fonds Duchesne57, s’intégrant ainsi à la bibliothèque de l’École. Elle devient, après la seconde guerre mondiale, un bureau annexe (personnel de la bibliothèque). C’est ensuite le bureau du secrétaire général, puis en 1972, le bureau du directeur de l’École58.

Le salon rouge (pièce O)

  • 59 On renvoie ici à l’article de B. Jestaz dans ce même volume.
  • 60 J. Carcopino, Souvenirs romains, Paris, 1968, p. 62-63.
  • 61 Cette communication est visible sur les plans.

39Il fut d’abord une pièce importante de la « guardarobba nuova », à proximité du logement de son responsable, qui est en 1653 le sieur de Cupis59. Il semble que la communication avec la loggia fut assez vite murée et ne fut rouverte qu’après la mort de Duchesne (1922)60. La communication avec la pièce voisine P (supra) est en revanche restée fermée61.

  • 62 Uginet, Levillain, op. cit., p. 674.
  • 63 Cette intention de Le Blant est attestée par un projet de convention écrit de sa main en date du 24 (...)
  • 64 P. Bourdon, Un plafond au Palais Farnèse, dans MEFR, 1907, p. 3-22. Ce plafond a fait l’objet d’un (...)

40Ce salon fut occupé vers 1823 par le chevalier Cattaneo62 : c’était alors un appartement de six pièces (fig. 1) mais il est difficile de dire si le salon fut divisé seulement au xixe siècle ou dès le xviiie siècle. En tout cas, cet espace fut intégré à l’École seulement après la mort du cardinal Gianelli (1881). Le Blant eut l’intention de faire son bureau en 1886 dans une division de ce salon vers le Tibre (fig. 2)63. C’est Duchesne qui mena à bien le dégagement du salon avec la mise au jour du grand plafond de bois, en 1900, plafond portant les armoiries du cardinal Odoardo Farnese, qui fut étudié par un membre de l’École, Pierre Bourdon (EFR 19061908) et relevé par Jean Hulot, alors pensionnaire de l’Académie de France64. Emile Mâle conduisit plus tard la rénovation de la pièce, qui est resté, depuis lors, le salon d’apparat de l’École, avec les tapisseries et les fauteuils du mobilier national (supra), les bustes de bronze de Dumont et de Mâle, les portraits peints de Geffroy et de Duchesne.

Le salon bleu (pièce M)

  • 65 On suit ici B. Jestaz, renvoyant à la lecture des inventaires pour le contenu des ces pièces.

41Longtemps considéré comme un secteur de la « guardarobba vecchia », il faisait en fait partie, comme les salons voisins, de la « guardarobba nuova » mais fut un temps, vers 1612, l’appartement du comte Lelio Capra65. Dès l’arrivée de l’École dans le Palais, il devient la salle à manger du directeur. Il semble en effet que l’appartement Gianelli n’ait pas occupé les salles ouvrant sur la via dei Farnesi.

42La pièce ne semble pas avoir été cloisonnée. C’est pour Geffroy la pièce d’apparat où il reçoit (l’espace du futur salon rouge, cloisonné, est alors inutilisable) : c’est là qu’il place les meubles qu’il juge les plus représentatifs et qui y sont encore aujourd’hui. Le lustre, traditionnellement porteur de torches, a été électrifié dans un second temps. Le sol de cette pièce n’a pas été rénové depuis 1875 : un cas unique pour les espaces de l’École. En revanche, les revêtements des murs ont été remplacés en 1986.

Le salon jaune (pièce N)

43C’est la pièce d’angle dont les quatre fenêtres ouvrent sur un paysage romain inoubliable, et qui suit un temps la destinée de la salle voisine : « guardarobba nuova », puis au xixe siècle, appartement du fils du comte Ludolf. Comme la précédente, elle ne semble pas avoir été cloisonnée, ce qu’expliquent des superficies relativement réduites (50 m2).

  • 66 C. Jullian, Lettres de jeunesse, Paris, 1936, p. 203-204 : «Le moyen de ne pas se geler quand on re (...)
  • 67 P. Boyancé, À l’École française de Rome, dans Nouvelle revue de deux mondes, avril 1973, p. 41-5, r (...)
  • 68 Le bureau de Geffroy lors de son premier mandat était dans le «studio» actuel (supra et fig. 2). Il (...)

44Geffroy, à la fin de son premier mandat, en 1882, en fait une salle de bibliothèque66, prélude selon lui à une extension de la bibliothèque dans la partie Sud de l’étage. Le revirement de Le Blant fait abandonner cette option, et la pièce devient le bureau du directeur de l’École67. Il n’est pas facile de dire si c’est Geffroy, lors de son second mandat, ou plutôt Duchesne, dès 1895, qui en décida ainsi68. En tout cas, cette pièce reste la référence du pouvoir à l’École jusqu’en 1971. À cette date, la pièce d’angle reprend un rôle de salon, s’intégrant dans l’ensemble constitué par le salon rouge et le salon bleu.

Les pièces ouvrant sur la loggia (P, Q)

45Deux pièces relèvent aujourd’hui de l’École, outre le salon rouge O ; les autres relèvent de l’Ambassade (non prises en compte ici). Répartition qui est dans la tradition d’une division de la loggia déjà attestée lors de la présence des Bourbons dans le Palais (1863-1870). Certains accès à la loggia, à l’Est comme à l’Ouest, sont parfois restés longtemps murés ; en revanche, les accès vers le Nord (arrière de la loggia) semblent avoir toujours été actifs.

  • 69 O. Michel, op. cit., p. 571-572.
  • 70 G. Michel, op. cit., p. 562.

46Le peintre vénitien Sebastiano Ricci, y habita de 1691 à 169469et voisina provisoirement avec le comte Tarrasconi qui disposait de trois pièces mais réclama une autre grande pièce70(le salon rouge ?) avant de s’en aller. Le fils du comte Ludolf résida dans toutes ces pièces.

La pièce P

  • 71 B. Jestaz, supra; G. Michel, op. cit., p. 557; O. Michel, op. cit., p. 597 sq.
  • 72 MEFR, 1909, p. 157.

47C’est traditionnellement, une pièce de l’appartement du responsable de la « guardarobba » : d’abord Gio. Dom.co de Cupis en 1653, plus tard Giuseppe Vasi qui succède à la dynastie Stocchetti à partir de 174971. Cette pièce fut ensuite une lingerie occupée par une lavandière (inventaire de 1823), puis une cuisine à partir de 188672 : le directeur Edmond Le Blant commença alors à orienter l’appartement du directeur vers l’aile Sud du Palais. Depuis le début de la direction Emile Mâle (1923-1924), elle est devenue une chambre et récemment (2003) un salon. Dans un lointain passé elle était divisée en deux parties et fonctionnait avec une partie de la loggia, elle-même sectorisée. Elle a été également parfois reliée avec l’entresol qui se trouve en-dessous, par un escalier.

La pièce Q

  • 73 Selon un inventaire EFR (tenu par Geffroy), p. 95 (archives EFR).
  • 74 Vers 1897, la première pièce sur la cour du côté Sud est indiquée comme «petite salle à manger» (cr (...)

48Il s’agissait à l’origine d’un accès à la loggia (« androne » dans les inventaires), ce qu’elle est restée. Sur chaque côté, s’ouvraient deux portes vers les pièces voisines, en créant ainsi un dégagement central. Des placards ont remplacés depuis longtemps ces accès latéraux. Elle fait partie de l’appartement du fils du comte Ludolf puis, de 1863 à 1881, de l’appartement Gianelli, on ne sait avec quelle fonction. Lorsqu’elle est acquise par l’École, elle semble avoir été une chambre, puis en 1890 un salon73. Plus récemment, depuis 1923 au moins, elle fait fonction de salle à manger74.

La loggia

49Elle n’est pas – à première vue – un espace comme les autres. Mais son histoire interfère directement avec les secteurs avoisinants.

  • 75 Cité par L. Cadier, MEFR, 1889, p. 54 d’après Vasari.

50Au xvie siècle, en 1567 précisément, la loggia accueillit un temps trois statues antiques dont le pape Paul III, sur conseil de Michel-Ange, avait demandé une restauration à Guglielmo della Porta75. Au xviie siècle elle fut un élément de la « guardarobba nuova » et les inventaires font la liste des objets qui s’y trouvent. Plus tard, elle fut une partie du logement du graveur Giuseppe Vasi, avant d’être réunifiée un temps, au xixe siècle, lorsque le fils du comte Ludolf disposait de toutes les pièces qui ouvrent sur elle. Elle fut à nouveau divisée au moment de l’occupation du Palais par les Bourbons, entre l’appartement du nonce Gianelli et de son frère et le reste de l’«  appartement Bari » qui occupe le Sud du Palais.

  • 76 Sur ce fragment de sarcophage acheté par Geffroy sur le marché romain (au Maccao, ou Macao, près de (...)
  • 77 Voir ainsi Cesare Simonetti nourrissant les chats de Duchesne : L’histoire et l’œuvre de l’École fr (...)

51Lors de l’arrivée de l’École, elle fut aménagée par Geffroy qui y installa des antiques et notamment un élément de sarcophage toujours en place76. Elle fut, jusqu’en 1922, une annexe de la cuisine qui se trouvait dans la pièce P77, comme elle avait été, au xviiie siècle, l’annexe de l’atelier de Vasi.

  • 78 Pour avoir une étanchéité absolue au-dessus du salon des Carrache : application de feutre asphalté (...)
  • 79 F. de Navenne, Rome et le palais Farnèse, cit. p. 32-33 : «La galerie des Carrache était exposée à (...)

52Actuellement divisée entre l’Ambassade (partie Est) et l’École (partie Ouest), elle a été restaurée récemment à deux reprises : en 1972 avec la réfection du sol78 ; en 2002, il y eut reprise d’une ancienne restauration de 168079qui avait eu pour but de stabiliser la structure avec la mise en place de deux chaînages sous tension reliant la façade au mur de fond au niveau des deux piliers centraux ouest de la loggia ; il y eut également restauration des parois, des balustres et des voûtes dans le cadre de la restauration complète de la façade postérieure du Palais.

La galerie sud-ouest

  • 80 Les travaux remontent à 1862 (devis d’Antonio Cipolla d’octobre 1861 : Archivio di Stato, Napoli, b (...)
  • 81 G. Michel, op. cit., p. 558.

53Elle n’existe plus aujourd’hui, ayant été divisée80, par l’installation de 5 pièces ouvrant sur la cour et desservies par un couloir. Avant sa division, elle était le « corritoro appresso la guardarobba » (inventaire de 1653) et servit d’entrepôt pour des marbres et des tableaux81.

54Les pièces installées dans la galerie furent progressivement acquises par l’École : les deux premières à l’Ouest l’étaient depuis 1875 (infra) ; la suivante ne fut intégrée que par le bail de 1897 peu après l’arrivée de Duchesne ; les deux dernières enfin (office et cuisine actuelles) seulement en 1911.

  • 82 Lettres de jeunesse, Bordeaux, 1936. Voir aussi O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, (...)
  • 83 C. Jullian écrit en effet qu’il y a le projet en 1880 de céder la chambre de de La Blanchère (qui s (...)
  • 84 Lettre de Jullian du 14 octobre 1881.
  • 85 Lettre de Jullian du 29 décembre 1881. Ces trois pièces sont aujourd’hui des annexes techniques (cu (...)

55Ces pièces étaient à l’origine conçues comme logement de domestiques. Elles firent partie de l’appartement Giannelli jusqu’en 1881. Les lettres de Camille Jullian, membre de l’École de 1880 à 1882 sont précieuses pour la compréhension de ce secteur82. En effet, deux membres (dont lui) logeaient dans les deux premières pièces du côté Ouest (actuel appartement du directeur). Jullian avait repris la chambre de de La Blanchère (EFR 1878-1881) qui devait être la première du côté Ouest83. L’autre chambre était occupée par Albert Martin (EFR 1879-1882). À cette date, ce sont les deux seules chambres pour les membres : celles de l’angle Nord (supra) ne sont pas encore en fonction. Cela explique que, à la mort du cardinal Gianelli (1881), avec le départ de sa bonne qui habitait84la pièce voisine de celle de Jullian (la pièce centrale), Geffroy et les membres aient espéré (en vain) une extension de l’espace de l’École (supra) permettant de récupérer les trois autres pièces ouvrant sur la cour85.

  • 86 Sur le croquis qui semble de 1897 (archives EFR : Fig. 3), les pièces sont définies ainsi par Duche (...)

56Il ne semble pas que les membres aient longtemps habité dans ce secteur. Lorsque Le Blant revint sur l’idée de Geffroy de développer la bibliothèque dans cette partie Sud de l’étage et avec l’installation du directeur dans ce secteur, les pièces sur cour reprirent au moins en partie leur usage traditionnel de chambre de domestiques86 : ainsi notamment pour Cesare Simonetti, personnage central des origines de l’École à 1922, et pour la gouvernante bretonne de Duchesne, Rosa Bueb. Ce n’est que dans l’après-guerre que le personnel de service sera seulement logé au 3e étage, libérant ainsi ces espaces.

La chambre d’hôtes (V)

  • 87 J. Carcopino, Souvenirs romains, Paris, 1968, p. 61.

57Il s’agit d’une pièce isolée, ouvrant sur la façade Est du Palais. Au xixe siècle, c’est la chambre de la femme de chambre de la comtesse Ludolf (avant 1848) puis elle resta longtemps à l’administration du Palais87. Dès la fin du xixe siècle, elle semble avoir intéressé Duchesne qui la mentionne sur un croquis. En 1911, elle est finalement attribuée à l’École et devient la chambre du directeur. Après 1923, elle est chambre de membre (ainsi Léon Bourdon, 1924-1926), annexe de l’appartement du directeur (1937-1940 ?), puis, après 1945, prend le statut de chambre d’invités, pour les membres de l’Institut jusqu’en 1970, plus largement ensuite. Elle a été rénovée en 2000.

La galerie sud-est

  • 88 G. Michel, op. cit., p. 558.

58Elle fut longtemps un débarras qui empêchait même de faire communiquer les deux parties de l’étage88à l’époque du cardinal Orsini, au xviiie siècle.

59Elle fut ensuite, après la seconde guerre mondiale, un passage avec des meubles grillagées et fermées à clef contenant des livres et notamment les thèses françaises (cote FF). Sous l’impulsion de Charles Pietri et avec l’accord de l’ambassadeur, elle fut transformée en un véritable espace de bibliothèque en 1986, lié à un léger déplacement de la grande grille d’entrée qui permit l’intégration de cette galerie.

Haut de page

Notes

1 Il ne sera pas ici question du 3e étage du Palais Farnèse où l’École est très présente depuis 1972. Les données anciennes sont trop réduites pour être utilisées.

2 Ce travail ne se fonde pas sur un nouveau dépouillement de l’Archivio farnesiano de Naples ou des «stati animi» de la paroisse Santa Caterina della Rota à Rome.

3 B. Jestaz traduit «palchetti» par «tribunes de charpente» : l’expression «galeries de bois» serait également adaptée si elle ne risquait d’entraîner une confusion avec l’usage traditionnel du mot «galerie» dans le Palais.

4 Les travaux fondamentaux sont ceux de P. Bourdon et R. Laurent-Vibert, Le Palais Farnèse d’après l’inventaire de 1653, dans MEFR, 1909, p. 145-198 (désormais cité MEFR, 1909) et de B. Jestaz, dans ce même volume, supra, p. 239-251 (désormais cité Jestaz). Le travail de B. Jestaz s’appuie son édition de l’inventaire de 1644 inconnu de ses prédécesseurs (B. Jestaz, L’inventaire du Palais et des propriétés Farnèse à Rome en 1644, Rome, 1994 (Jestaz 1994). Sur le Palais Farnèse : F. de Navenne, Rome, le Palais Farnèse et les Farnèse, Paris, 1914, et Rome et le Palais Farnèse pendant les trois derniers siècles, Paris, 1923; Le Palais Farnèse. École française de Rome, 3 vol. Rome, 1981; A. Puaux, Introduction au Palais Farnèse, Rome, 1983.

5 G. Michel, Vie quotidienne au Palais Farnèse (xviie-xviiie siècle) dans Le Palais Farnèse, II Rome, 1981, p. 509-565, et p. 550 n. 518 pour les sources (désormais citée G. Michel). Voir aussi O. Michel, L’Accademia, ibid., p. 567 sq. (désormais cité O. Michel) et le tableau de la p. 610 à partir du dépouillement des «stati d’animi».

6 Essentiel de ce point de vue le travail de G. Bertini, La galleria del duca di Parma. Storia di una collezione, Parme, 1988 (désormais cité Bertini), enrichi par B. Jestaz 1994.

7 Pour le xixe siècle, avant 1875, voir Ph. Levillain et F.-C. Uginet, «Il Reale Palazzo Farnese in Roma», dans Le Palais Farnèse, cit., p. 674-675 (désormais cités Uginet, Levillain) Les auteurs s’appuient sur le dépouillement des archives de Naples, notamment sur un inventaire de 1823.

8 Je remercie M. Jérôme Cras, du Centre des archives diplomatiques de Nantes, de l’aide qu’il a apportée à l’École pour la communication des documents relatifs au Palais Farnèse.

9 G. Michel, op. cit., p. 544.

10 Ibid., p. 565.

11 G. Michel, op. cit., p. 552.

12 Sur ce sujet, sont fondamentaux : P. de Nolhac, La bibliothèque de Fulvio Orsini, Paris, 1887 et F. Fossier, La bibliothèque Farnèse, Rome, 1982.

13 C’est la position défendue par B. Jestaz dans ce même volume.

14 F. Fossier, op. cit. p. 9.

15 C’est lui qui commence à diviser les grands espaces du Palais : F. de Navenne, Rome et le Palais Farnèse pendant les trois derniers siècles, II, Paris, 1923, p. 163 : «Des cloisons de bois se haussèrent de toutes parts jusqu’à mi-hauteur des salons; on tendit au-dessus des toiles peintes en guise de plafonds».

16 G. Michel, p. 538-539.

17 La communication actuelle, grâce à un couloir ouvrant directement sur la salle des expositions de livres est le résultat d’un percement postérieur à 1964.

18 Jestaz, op. cit.

19 Cette chambre d’angle fut notamment occupée par Jean Guiraud, Charles Samaran, Jérôme Carcopino, Robert Fawtier, Gaston Etchegoyen, Fernand Benoit, Louis Deroche, Yves Bruand, Serge Lancel, Bernard Combet Farnoux, Paul Veyne, Yves-Marie Bercé, Bernard Barbiche, Pierre Petitmengin. Marcel Thomas, qui fut membre pendant la guerre (1942-1944, sans pouvoir venir en Italie), y logea pendant l’été 1947.

La pièce sur la via dei Farnesi fut occupée par une salle des cartes, plus tard par Marcel Durry, Pierre Boyancé, André Guillou, Georges Laplace (et son chien Titou...). La troisième pièce, donnant sur la place, accueillit entre autres Albert Dufourcq (1896), Robert Brun, Lionel Galand, Jean Thirion, Noël Duval, Chantal de Tourtier, Jean-Paul Morel, Jean-Marie Dentzer, André Tchernia, Roger Stuveras. Mais les membres déménageaient souvent d’une année à l’autre. Nous avons peu de données sur l’entre-deux-guerres : en 1930-1932, Michel De Bouard, René Labande et Fernand Missonnier avaient trois chambres contiguës (Archives EFR, interview de R. Labande en 1989-1990 par Y. Léauté).

20 p. 67.

21 Chambre de Jean Porcher (1921), Noël Duval, Paul-Albert Février, Denise Joly.

22 J. Heurgon (EFR 1928-1930) indique que c’est là que se tenaient les réunions du sodalizio (Avant-propos à E. Mâle, Rome et ses vieilles églises (Paris, 1965), Rome 1992, p. XIII). Sur ces réunions, voir les Annales Institutorum, passim.

23 J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, Paris, 1953, p. 33.

24 La chambre la plus à l’Est, contiguë au salone, accueillit notamment après la guerre Maurice Euzennat, Robert Turcan, Ginette Di Vita Evrard, Bertrand Jestaz. L’autre chambre, avec la fenêtre centrale de la salle actuelle, fut en particulier le séjour de Jean-Pierre Cèbe, Marie Deleani, Ariane Ducrot.

25 Commentaire de Duchesne sur un croquis non daté qui semble de cette année-là (archives EFR, dossier locaux) : fig. 4.

26 Si l’on se réfère au découpage figurant sur le plan de 1845 cité infra.

27 G. Michel, op. cit., p. 557.

28 Ibid., p. 552 et 557.

29 Sur cette fête : M. Boiteux, Les fêtes publiques dans l’environnement du Palais, dans Le Palais Farnèse, cit., p. 636-645; Ead., L’hommage de la Chinea. Madrid-Naples-Rome, dans Roma y Espana, Madrid, 2007, p. 831-846.

30 G. Michel, op. cit., p. 556.

31 Ibid, p. 556.

32 M. Le Cannu, dans Le Palais Farnèse... cit. I, 2, p. 383-385; O. Michel, ibid., p. 607.

33 Plan reproduit dans Le Palais Farnèse, cit... I, 2, p. 671.

34 Uginet, Levillain, p. 668, n. 171 et p. 674.

35 Cité par B. Waché, Louis Duchesne et la bibliothèque de l’École de Rome, dans MEFRIM, 103, 2, 1991, p. 337-338.

36 G. Michel, op. cit., p. 557.

37 Ibid., p. 608.

38 Canet a eu d’abord une chambre sur la via dei Farnesi, proche de la chambre d’angle. Comme les autres membres de sa promotion (Cénival et Jean Martin) il a déménagé au cours de son séjour. Il est probable que Canet, élève proche de Duchesne, a pris en 1913 la chambre sur la cour, libérée par le départ de Duchesne vers l’actuelle chambre des hôtes, ce qui a entraîné d’autres mouvements.

39 Des traces de décoration de cette époque ont été identifiées en 2004 lors de la rénovation de cet espace.

40 F. de Navenne, Rome et le Palais Farnèse... cit., p. 9.

41 Ce meuble est conservé au Musée de la Renaissance d’Ecouen, en France : en dernier lieu, B. Jestaz, Le cabinet des antiques Farnèse, dans Revue de l’art, 169, 2010, 3, p. 49-59.

42 Comme le montre un tableau anonyme du 1er juin 1882 conservé à l’École : fig. 5.

43 Le mot apparaît pour la première fois dans les archives de l’École, sur un croquis de la main de Duchesne qui semble dater de 1897 (dossier locaux) : fig. 3.

44 Dès 1965, le directeur P. Boyancé écrit toutefois : «le «studio» qui allait devenir insuffisant pour les douze membres de la prochaine rentrée sera désormais pour eux un lieu de réunion et de détente» (Archives EFR, Rapport 19641965, p. 9). Ainsi le rôle du «studio» disparut face à l’accroissement du nombre des membres qui eurent à partir de ce moment-là des bureaux dans la bibliothèque (d’abord dans le «salone» et -après 1974 – dans les salles où ils sont encore).

45 P. de Nolhac, Souvenirs d’un vieux romain, Paris, 1922, p. 43-44; J. Carcopino, Souvenirs de sept ans, Paris, 1953, p. 10; J. Heurgon, Avant-propos, dans É. Mâle, Rome et ses vieilles églises (Paris 1965), Rome, 1992, p. XIII; J. Carcopino, Souvenirs romains, Paris, 1968, p. 67-68.

46 Comme l’a montré l’opération de rénovation conduite en 2004 en liaison avec les autorités italiennes.

47 Du moins si le croquis de Duchesne date de cette année-là comme il semble : les deux pièces y sont indiquées comme «chambres» (fig. 3).

48 R. Rolland, Printemps romain, Paris, 1954, 9 février 1890 : «le bibliothécaire a seul droit d’être logé au Palais». On ne connaît pas le nom d’un bibliothécaire avant Enrico Thomann employé officiellement de 1900 à 1913, remplacé ensuite par Agostino Tarquini (1913-1940). Il est difficile de dire dans quelle chambre cet agent était logé.

49 Il est possible qu’Henri Focillon, titulaire d’une bourse de voyage et hôte de l’École en 1906 – 1907, ait logé dans l’une de ces chambres : Lettres d’Italie. Correspondance familiale 19061908, Paris, 1999, p. 65 et p. 67 : «j’ai une fort belle chambre où le soleil danse dès le fin matin» (4 et 17 février 1907). Il avait quitté une «grande chambre froide», peut-être au Nord (cit. p. 49-50). Mais il se peut aussi qu’il ait eu, à la suite de Jullian, la première des chambres prises sur la galerie Sud-Ouest (infra) qui est orientée au Nord-Est et reçoit le soleil du matin. En 1916-1917, Paul Morand passa six mois à l’École dans une chambre donnant sur la cour (La nuit romaine dans Ouvert la nuit, Paris, 1922, réimpr. 1987, p. 115). Logèrent à coup sûr dans les chambres de l’actuelle pièce I, après la seconde guerre mondiale, Jean Richard puis Jacques Monfrin (secteur nord) et François Villard (secteur sud).

50 Indication curieuse, écrite sur un croquis de 1912-1913 (fig. 4) dans la mesure où il n’y avait pas de personnel scientifique féminin à l’époque. On peut penser au logement d’un personnel de service (Rosina Veglioni, recrutée comme lingère en 1895, qui travailla jusqu’en 1937 et habita le Palais Farnèse jusqu’à sa mort en 1947). Mais en 1897 (infra n. 86) les pièces pour les domestiques étaient prévues dans l’autre aile (actuel appartement du directeur et lingerie). Il est possible que l’on ait en 1912 séparé les domestiques selon leur sexe.

51 De 1945 à 1952, sous la direction Albert Grenier (qui était veuf), le secrétaire général Adrien Bruhl logea aussi au Palais Farnèse.

52 G. Michel, op. cit., p. 552, 557; O. Michel, op. cit., p. 589.

53 Contra Ch. Samaran (Enfance et jeunesse d’un centenaire, Paris, 1980, p. 126) qui fait l’hypothèse qu’il s’agit de la chambre d’angle. Dix ans après, le souvenir s’en était déjà perdu. En fait la description de Romain Rolland ne laisse pas de place au doute : «Ma chambre est bonne, grande, aérée; une large fenêtre, qui voit au loin le Janicule et un peu Saint-Pierre» (Printemps romain, Paris, 1954, p. 42, 21 novembre 1889). La coupole de Saint-pierre est invisible de la chambre d’angle. R. Rolland évoque un possible déménagement en 1890 dans une autre chambre occupée un temps par Camille Enlart (ibid., p. 158, 9 février 1890) mais il continue en fait à voir le Janicule (dessin de fin décembre 1890, ibid., face p.12 : église de S. Onofrio et référence à la mort du Tasse) alors que la chambre d’angle est occupée par Guiraud, de sa promotion.

54 La situation des années 1928-1930 est rapportée par Jacques Heurgon : «On entrait, à l’extrémité du couloir, par une porte à gauche de laquelle se tenait, comme dans une loge de gardien, le modeste bibliothécaire, Tarquini» (Avantpropos à E. Mâle, Rome et ses vieilles églises, (Paris, 1965), Rome, 1992, p. XIII.

55 Cénival n’y loge qu’une année, occupant ensuite la chambre sur la Piazza Farnese, proche de la chambre d’angle (croquis annoté de Duchesne en 1912-1913 : Fig. 4). Voir supra, n. 38 les mouvements de chambres en 1912-1913.

56 Croquis de la main de Duchesne (archives EFR, dossier locaux) : Fig. 3.

57 J. Guey (membre EFR 1935-1938) écrit en effet à propos des changements liés à l’arrivée de Carcopino comme directeur en 1937 : «Les membres furent invités à ne plus passer directement de la bibliothèque de l’École dans l’appartement du directeur à travers la bibliothèque de Mgr Duchesne. Ils voudraient bien, à l’avenir, faire le tour et sonner à la porte». (in Hommages à la mémoire de J. Carcopino, Paris, 1977, p. 141 n. 14). Sur le fonds Duchesne, B. Waché dans MEFRIM, cit., p. 344 sq.

58 Une indication de Jacques Heurgon pourrait laisser penser que cette pièce L a déjà été le bureau de Mâle, qui, en effet «s’ouvrait au bout de la salle de lecture (salle K) et nous osions parfois aller frapper à sa porte» (Avant-propos, in E. Mâle, Rome et ses vieilles églises (Paris, 1965), Rome, 1992, p. XIII. En tout cas, le bureau de Carcopino de 1937 à 1940 était déjà dans le salon d’angle (J. Carcopino, Souvenirs romains, Paris, 1968, p. 62). Il est possible que la mémoire d’Heurgon ait, plusieurs décennies après, fait l’économie des salons intermédiaires qu’il fallait traverser et ce d’autant plus que la présence du fonds Duchesne dans la pièce L, abrégeait d’autant le parcours (voir supra le commentaire de J. Guey).

59 On renvoie ici à l’article de B. Jestaz dans ce même volume.

60 J. Carcopino, Souvenirs romains, Paris, 1968, p. 62-63.

61 Cette communication est visible sur les plans.

62 Uginet, Levillain, op. cit., p. 674.

63 Cette intention de Le Blant est attestée par un projet de convention écrit de sa main en date du 24 avril 1886 qui indique notamment que «la pièce 21 (...) deviendra le cabinet du directeur». Sur le croquis qui accompagne la convention (et qui reprend les divisions présentées dans la fig. 1), la pièce 21 correspond à un gros quart du salon rouge actuel proche de la porte ouvrant sur le salon jaune (pièce N de la figure 2). (Archives EFR, dossier Le Blant).

64 P. Bourdon, Un plafond au Palais Farnèse, dans MEFR, 1907, p. 3-22. Ce plafond a fait l’objet d’un contrôle en 2008.

65 On suit ici B. Jestaz, renvoyant à la lecture des inventaires pour le contenu des ces pièces.

66 C. Jullian, Lettres de jeunesse, Paris, 1936, p. 203-204 : «Le moyen de ne pas se geler quand on reste à travailler dans une salle qui a quatre fenêtres et un plafond haut de dix mètres!» (9 février 1882).

67 P. Boyancé, À l’École française de Rome, dans Nouvelle revue de deux mondes, avril 1973, p. 41-5, republié dans «À l’École de toute l’Italie», Pour une histoire de l’École française de Rome, Rome, 2010 (Collection de l’École française de Rome, 431), p. 265-284, part. p. 266-267 : «J’allais m’asseoir dans ce qui était, je crois, le plus beau bureau de l’Université française, d’où j’allais pouvoir contempler chaque jour de ma table de travail les jeux de lumière sur la coupole de Saint-Pierre et les pins du Janicule de l’autre côté du Tibre».

68 Le bureau de Geffroy lors de son premier mandat était dans le «studio» actuel (supra et fig. 2). Il est probable que Geffroy ait repris son bureau en revenant aux affaires mais les documents manquent sur ce point. Le salon d’angle est de toute façon indiqué comme «cabinet du directeur» sur un croquis qui semble dater de 1897 : fig. 3.

69 O. Michel, op. cit., p. 571-572.

70 G. Michel, op. cit., p. 562.

71 B. Jestaz, supra; G. Michel, op. cit., p. 557; O. Michel, op. cit., p. 597 sq.

72 MEFR, 1909, p. 157.

73 Selon un inventaire EFR (tenu par Geffroy), p. 95 (archives EFR).

74 Vers 1897, la première pièce sur la cour du côté Sud est indiquée comme «petite salle à manger» (croquis Duchesne) : cf. infra galerie Sud-Ouest.

75 Cité par L. Cadier, MEFR, 1889, p. 54 d’après Vasari.

76 Sur ce fragment de sarcophage acheté par Geffroy sur le marché romain (au Maccao, ou Macao, près de la gare Termini) entre 1876 et 1882 : R. Grousset, Un sarcophage chrétien inédit, dans MEFR, 1883, p. 373-378. L’auteur de l’article, René Grousset, alors membre de l’École, disparut l’année suivante (1884) à l’âge de 24 ans. Son fils, René Grousset également (1885-1952), historien reconnu, fut membre de l’Académie française.

77 Voir ainsi Cesare Simonetti nourrissant les chats de Duchesne : L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, p. 224-225, pl. VIII.

78 Pour avoir une étanchéité absolue au-dessus du salon des Carrache : application de feutre asphalté (Le Palais Farnèse, cit. 1980, II, p. 426).

79 F. de Navenne, Rome et le palais Farnèse, cit. p. 32-33 : «La galerie des Carrache était exposée à deux sortes de périls (...). Fontana (l’architecte Carlo Fontana) remédia au premier désordre en consolidant, par le moyen de chaînes de fer, la muraille qui fléchissait». En 2002, on constata que le chaînage en fer s’était fortement détérioré et on y remédia (information Pierre Favret, alors responsable du suivi des travaux au Palais, que je remercie). Deux photographies de 1910 montrent la présence du chaînage externe en fer mis en place en 1680 : Le Palais Farnèse. École française de Rome, II, Paris, 1980, p. 80 a p. 81b.

80 Les travaux remontent à 1862 (devis d’Antonio Cipolla d’octobre 1861 : Archivio di Stato, Napoli, b.1619, fo 443-450 et 565-573 : information S. Sarlin).

81 G. Michel, op. cit., p. 558.

82 Lettres de jeunesse, Bordeaux, 1936. Voir aussi O. Motte, Camille Jullian. Les années de formation, Rome, 1990.

83 C. Jullian écrit en effet qu’il y a le projet en 1880 de céder la chambre de de La Blanchère (qui sera en fait la sienne l’année suivante) à la bibliothèque. C’était le moment où Geffroy commençait à penser à une extension de la bibliothèque dans le Sud du Palais (Lettres de jeunesse, cit., 16 décembre 1880).

84 Lettre de Jullian du 14 octobre 1881.

85 Lettre de Jullian du 29 décembre 1881. Ces trois pièces sont aujourd’hui des annexes techniques (cuisine, office, lingerie). La cuisine fut installée dans son emplacement actuel en 1925. Dans une lettre du 11 mai 1882, Jullian indique qu’il y a des faux plafonds dans les chambres, avec au-dessus un plafond de bois. Il fait ici erreur : il s’agissait d’une voûte, celle de la galerie d’origine. Dans la mesure où partout ailleurs des plafonds de bois étaient visibles, son erreur est très compréhensible.

86 Sur le croquis qui semble de 1897 (archives EFR : Fig. 3), les pièces sont définies ainsi par Duchesne, d’Ouest en Est : petite salle à manger (indication unique qui semble indiquer une destination assez provisoire), office, chambres de domestiques (2 dont l’une devait être pour Rosina Veglione, l’autre pour Rosa Bueb : supra n. 50), lingerie (cette dernière à la place de la cuisine actuelle). Depuis 1886, la cuisine était dans la pièce P de l’autre côté du couloir (supra n. 72).

87 J. Carcopino, Souvenirs romains, Paris, 1968, p. 61.

88 G. Michel, op. cit., p. 558.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – État supposé de la subdivision des salles du deuxième étage du palais Farnèse vers 1875.
Légende Fig. 2 – Espaces actuellement occupés per l’École française de Rome au deuxième étage du palais Farnèse.
Légende Fig. 3 – Croquis de la main de Duchesne du deuxième étage du palais Farnèse (probablement de 1897).
Légende Fig. 4 – Croquis de la main de Duchesne de l’angle Nord du deuxième étage du palais Farnèse (vers 1912-1913).
Légende Fig. 5 – La pièce H (futur « studio ») occupée par le bureau du directeur Auguste Geffroy en 1882. Peinture anonyme à l’huile (EFR).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Gras, « Topographie farnésienne. Brève histoire des espaces de l’École au palais Farnèse », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-2 | 2010, 385-398.

Référence électronique

Michel Gras, « Topographie farnésienne. Brève histoire des espaces de l’École au palais Farnèse », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://mefrim.revues.org/579 ; DOI : 10.4000/mefrim.579

Haut de page

Auteur

Michel Gras

École française de Rome, direction@efrome.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org