Navigation – Plan du site
Le palais Farnèse

L’École française de Rome dans le Palais Farnèse (1875-2010)

The École française de Rome in the Farnese Palace (1875-2010)
Michel Gras
p. 371-383

Résumés

L’École française de Rome s’est installée au Palais Farnèse en affirmant progressivement son implantation grâce au soutien des ambassadeurs et à l’engagement de ses directeurs successifs soutenus par le ministère de tutelle. La légitimité de sa présence a été de temps en temps remise en question à partir du moment où la France est devenue propriétaire du Palais (1911). La réponse de l’École a consisté à s’engager régulièrement dans la restauration, la mise en valeur et l’ouverture intellectuelle d’un Palais dont elle contribue à écrire l’histoire.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sur l’histoire de l’École depuis sa fondation : L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, (...)

1L’École française de Rome est un établissement public, aujourd’hui sous tutelle du ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche, et dans le passé du ministère de l’Instruction publique puis de l’Éducation nationale. Elle a une mission de recherche et de formation à la recherche dans le domaine des études historiques et archéologiques. Elle a été fondée entre 1873 et 1875 et s’est installée au Palais Farnèse en décembre 18751. Depuis 135 ans, l’École occupe les 2e et 3e étages, au-dessus de l’Ambassade de France en Italie. Situation insolite que cette cohabitation, voulue dès l’origine, discutée parfois, et solide sur le long terme.

2Paradoxalement, c’est la présence au Farnèse qui a contribué à la célébrité de cette École et de ses membres qui ont pris plaisir, un temps, à se faire appeler «Farnésiens» plus que «Romains». Ils se sont groupés, dès avant la fin du xixe siècle, autour de leur directeur et de quelques livres, dans une pièce qui prit le nom de «studio» dans le jargon de l’institution. Or, cette pièce n’était autre que l’ancien bureau de Fulvio Orsini qui, au xvie siècle, veillait jalousement sur les livres des cardinaux Farnèse et sur ses propres collections. Ainsi l’École a-t-elle remis des livres là où il y en avait déjà dès les premiers temps de la vie du Palais, et c’est peut-être cette continuité qui a contribué à donner sa véritable légitimité à la présence de l’École au Palais Farnèse.

3Faire vivre et prospérer une institution dans les étages supérieurs d’un Palais historique, fût-ce le Palais Farnèse, n’est pas a priori chose aisée. De 1875 à 1972, soit pendant près d’un siècle, les membres (qui logèrent dans le Palais jusqu’en 1964), le personnel et les visiteurs qui se rendaient à l’École ont souvent gravi les 122 marches du grand escalier du Palais (mal éclairé le soir, ce qui créa de nombreux problèmes dans les années 1880) ou celles d’un escalier de service, en travertin comme l’escalier principal. Rude épreuve d’initiation pour beaucoup mais cet effort était à la mesure du résultat attendu et du bonheur de découvrir à la fois les étagères de livres à la reliure claire qui firent la réputation de la bibliothèque de l’École, et les horizons largement accessibles à travers les hautes fenêtres du 2e étage, vers le Vatican comme vers le Janicule et la Piazza Farnese. Il y eut des périodes, notamment vers 1937-1940, où les membres de l’École eurent accès à l’ascenseur de la résidence, nichée au fond de la cour du Palais. Un nouvel ascenseur, voulu par Georges Vallet en 1972, donna à l’École son accès propre. Depuis lors, l’École demande moins d’efforts à ses visiteurs et à ses hôtes.

L’installation : la vie quotidienne à l’École (1875-1890)

  • 2 Lettres de jeunesse, Italie-Allemagne 1880-1883, Bordeaux, 1936 (désormais cité Jullian).

4Vivre au Farnèse est un bonheur pour tous ceux qui l’ont connu mais ce bonheur est parsemé de servitudes. Les premiers membres le surent rapidement, qui grelotaient dans leurs chambres, luttant contre les insectes qui agrémentaient alors le Palais. Camille Jullian, futur professeur au Collège de France, ne fait pas dans la nuance dans son journal2du 9 décembre 1880 : «de vrais taudis». Il ajoutera un an plus tard, cette fois en connaissance de cause : «Nous sommes logés comme des gueux au Palais Farnèse et notre principal luxe est encore notre bonne humeur» (Jullian, 3 novembre 1881). Les chambres sont petites, le mobilier austère et réduit à l’essentiel : «les fenêtres ne ferment pas, il y a une absence complète de brise-bises, on sent toute la nuit un vent terrible et maintenant le thermomètre n’est pas loin de zéro» (Jullian, 24 novembre 1881). On casse la glace le matin dans les brocs encore en 1905 se souvient Carcopino. La fièvre menace et frappe régulièrement; plusieurs membres des vingt premières années meurent au Farnèse pour avoir trop aimé l’Italie, ses campagnes et ses littoraux, sans prendre suffisamment de précautions. D’autres perdront la vie plus tard des suites de la malaria contractée à Rome.

5La vie quotidienne dans le Palais, en cette fin du xixe siècle, est d’abord celle d’un groupe de jeunes gens (tous de sexe masculin avant les années 1920) qui lisent et qui discutent : «On cause si souvent et si longtemps à la bibliothèque du palais Farnèse que le temps vous échappe» (Jullian, 27 janvier 1881). C’est aussi celles des dîners chez le directeur Geffroy où l’on boit «du Marsala, du Bordeaux, du Bourgogne et du Syracuse réglementaires (..); le Champagne n’apparaît qu’aux circonstances exceptionnelles» (Jullian, 21 janvier 1881). Du 2e étage, c’est l’émerveillement par les jours de beau temps : «Le ciel de l’Italie apparaît maintenant dans toute sa splendeur. L’azur du ciel éblouit de ses teintes fortes et puissantes. Le profil argenté des collines se dessine avec une merveilleuse netteté. Aux couchers de soleil, le Vatican rayonne rouge et doré» (Jullian, 3 février 1881). Et encore : «Le soir, des fenêtres de la bibliothèque, je me sens pris de je ne sais quelle joie intérieure et infinie de voir le soleil se coucher, l’ombre qui monte et les mystérieuses lueurs des étoiles (...). C’est un péché que de dormir par un temps pareil».

6À cette époque, le Palais est encore celui des Bourbons de Naples, héritiers des Farnèse. Les membres savent qu’ils ne sont pas vraiment chez eux. À l’entrée de Palais, le portier des Bourbons – Bartolomeo – personnalisa longtemps ces propriétaires absents, partis en exil puis disparus :

  • 3 J. Carcopino, Souvenirs romains, Paris, 1968, p. 57.

Ce robuste vieillard à la figure de père noble, à la haute stature cambrée dans une capote bleue avec larges boutons d’un cuivre rutilant, était fier d’une livrée dont il s’agissait pour lui d’imposer le respect aux nouveaux venus (...). Il gardait ses uniformes, petite tenue et grande tenue avec bicorne et hallebarde, et il ne cessait pas de monter la garde au nom de son roi détrôné3.

7Il inaugure une tradition de grands portiers du Palais Farnèse, jusqu’à Claude Schmitt, disparu en 2006, dont un ambassadeur racontait volontiers qu’il était perçu parfois comme le vrai maître des lieux.

  • 4 Printemps romain. Choix de lettres de Romain Rolland à sa mère (1889-1890), Paris, 1954, p. 99.

8Il s’agit aussi – dans ces premières années – d’une vie familiale, avec quelques membres autour du couple directorial et de ses invitations, souvent ennuyeuses pour les jeunes gens : «dîner de savants, la plupart allemands et autrichiens, sans aucune belle dame» (Jullian, 19 mai 1881); «il n’y avait que des archéologues et la viande était dure» (Jullian, 3 juin 1881). Et encore : «Les interminables soirées qui vous retiennent, debout et sommeillant, jusqu’après minuit» (17 novembre 1881). Exceptionnellement il y a «des dames décolletées à côté des soutanes» (Jullian, 8 décembre 1881). Effectivement, il semble que les Geffroy aient eu des difficultés à faire venir des dames de la bonne société au Farnèse et, selon Romain Rolland4(30 décembre 1889), ils attribuaient cette carence à la situation du Palais, «loin du quartier élégant». Dieu merci, les relations avec l’Ambassade sont bonnes et les membres sont ravis de voir «la belle Mme de Noailles» (Jullian, 3 février 1881) dans les réceptions, elle qui «est décidément une femme d’infiniment d’esprit et d’une distinction achevée» (16 mars 1882).

9Jullian – encore lui – décrit à merveille la vie d’un membre dans ces années-là :

Je m’occupe à de petites bricoles, ce travail de patience que l’on appelle l’archéologie, lisant et copiant beaucoup d’inscriptions, cherchant à faire du neuf avec du vieux, jouissant du beau temps, dormant et flânant beaucoup et regardant avec impatience chaque matin la girouette, signe de la pluie ou du soleil (3 février 1881).

10Les événements importants sont les voyages, une audience pontificale (Léon XIII vient d’autoriser les membres à accéder aux archives vaticanes) et la politique. Jullian s’enflamme au moment de l’expédition de Tunis : «L’École française de Rome prépare un magnifique souper pour le jour où les Français entreront à Carthage. Moi je m’y intéresse tout particulièrement. On parle de fonder une École française de Carthage» (2 mai 1881).

11La vie quotidienne au Palais, ce sont les corbeaux ou les cigognes sous les toits, (Jullian, 14 et 27 octobre 1881), la pluie qui, alors comme aujourd’hui, tombe des gouttières avec un grand bruit comme le note avec désespoir Jullian qui loge près de l’angle de la cour (27 octobre 1881).

  • 5 J. Guiraud, Souvenirs, 1945, p. 163. Ces souvenirs sont encore inédits. Je remercie Ph. Boutry de m (...)

12Des fenêtres sur la cour, les membres observent les réceptions de l’Ambassade : «les voitures des invités s’alignaient dans la cour, l’escalier monumental était orné d’un beau tapis se continuant dans les grandes galeries qui donnaient accès aux appartements luxueux décorés des fresques de Carrache»5.

  • 6 Printemps romain, cit. p. 104.

13Le début de l’année donne droit à des manifestations particulières. En 1882, les membres vont d’abord saluer la femme du directeur «qui se chauffait à son feu de bois» (Jullian, 5 janvier). Ils accompagnent ensuite le directeur dans des visites au Vatican, chez le secrétaire d’État, à l’ambassade près le Saint-Siège puis vont au premier étage du Palais admirer la galerie des Carrache, ce qui n’est pas possible «quand l’ambassadeur habite le Palais» mais cette année-là il y a un chargé d’affaires – le marquis de Reverseaux – en l’absence de Noailles. La journée se termine par un dîner chez le directeur, où les membres s’habillent : «nous rentrons pour enfiler l’habit et la cravate blanche» note Romain Rolland6( 2 janvier 1890).

  • 7 Maurice Prou, lettres du 20 avril et du 13 mai 1885. Je remercie B. Hamelin de m’avoir fait connaît (...)

14D’illustres personnages passent à l’École : Mommsen en avril 1885 et Jules Ferry, «l’illustre Ferry» en mai 18857.

Les baux de location à partir de 1876

15Le marquis de Noailles, alors légat et ministre plénipotentiaire auprès de S.M. le roi d’Italie et Albert Dumont, alors simple sous-directeur de l’École française d’Athènes à Rome (décret du 25 mars 1873) puis directeur de l’École archéologique de Rome (décret du 26 novembre 1874) avaient convenu de chercher à améliorer leurs installations respectives. Noailles avait difficulté à trouver une installation prestigieuse dans la mesure où de nombreuses familles romaines étaient réticentes à proposer leur palais à une représentation auprès du roi d’Italie. Albert Dumont, pour sa part, s’appuya partiellement sur la Villa Médicis (1873-1874) puis sur une location du villino Mérode (1874-1875), à l’emplacement de l’actuel Opéra de Rome. Ils furent naturellement attirés par le palais Farnèse, à la fois parce que celui-ci était lié à la France depuis longtemps (plusieurs ambassadeurs français auprès du Pape y avaient résidé au xviie siècle), et parce que le départ précipité en exil des Bourbons de Naples, en 1870, avait laissé le Palais, sinon désert du moins faiblement occupé. Le roi de Naples donna son accord à Noailles par méconnaissance des positions de certaines familles aristocratiques romaines.

16Noailles, agissant au nom du gouvernement français, signe un premier bail de location de 3 ans dès le 27 juin 1874 avec prise d’effet au 15 septembre 1874. L’École n’est pas mentionnée dans ce premier contrat. Toutefois, il est dès ce moment indiqué (article 5) que, dans l’avenir : «La préférence sera donnée au gouvernement français pour cette partie du 2e étage actuellement disponible, au prix de onze mille lires (£ 11 000)».

17Une préférence identique, avec un loyer de 6000 lires par an, est signalée aussi au cas où l’appartement Gianelli se libérerait (infra). Ainsi une forte option est prise pour le 2e étage.

18Dès le 20 septembre 1874, une lettre du marquis de Noailles à Albert Dumont montre bien que c’est à l’École archéologique de Rome, qui va être mise en place par le décret du 26 novembre 1874, que Noailles pense depuis le début (sans le dire à Paris) pour occuper ces espaces du 2e étage du Palais :

Mon cher Directeur,
Je viens encore vous tourmenter au sujet du palais Farnèse. Vous savez que vous avez la préférence pour la location de l’appartement encore vacant au second étage, et que M. de Cumont (ministre de l’Instruction publique, des cultes et des beaux-arts) a agréé l’idée de le louer pour l’École d’archéologie française à Rome. Mais nous n’avons pas encore pu obtenir de décision définitive du Ministère de l’Instruction publique (...).
(Archives MAEE, carton 338, 239A).

  • 8 R. De Cesare, Roma e lo Stato del papa : dal ritorno di Pio IX al XX settembre, Rome, 1907, p. 396. (...)

19Un second bail est signé par Noailles le 23 janvier 1876 avec effet au 15 décembre 1875. Il prévoit, pour 2742 francs par trimestre, une extension de la location à une partie du 2e étage : c’est en fait l’École française de Rome (créée officiellement par décret du 25 novembre 1875) qui est la bénéficiaire de cette extension, et le ministère de l’Instruction publique effectue à partir de cette date les remboursements dus au ministère des Affaires étrangères qui paie le loyer. Les baux sont renouvelés en 1877, 1882, 1886, 1891, 1896, 1898, 1900. La durée des baux fut sans cesse un motif de discussion, et les renouvellements ne correspondent pas toujours aux durées prévues au départ par les textes, des données conjoncturelles interférant fortement. L’ex-Roi de Naples était représenté par le «piccolo e vivacetto»8Stefano San Martino de Montalbo, duc de San Martino, ministre plénipotentiaire, qui logeait au rez-de-chaussée sur le jardin mais quitta Rome pour Paris en 1885 en continuant jusqu’à sa mort en 1905 à disposer d’une chambre au 2e étage du Palais (actuelle chambre des hôtes de l’EFR) et à suivre les affaires par l’intermédiaire de son fondé de pouvoir, Federico Chiorino, administrateur des biens farnésiens; Giuseppe Zampi étant l’architecte de l’administration farnésienne.

Geffroy et la négociation sur l’appartement Gianelli (1881-1882)

20La mort, en novembre 1881, du cardinal Gianelli donna le premier signal d’une possible extension. Ce nonce, qui avait accompagné les Bourbons dans leur exil romain et qui n’était pas reparti avec eux en 1870, libérait en effet toute une partie du second étage vers le Tibre. Camille Jullian, alors membre de l’École et futur professeur au Collège de France, le nota immédiatement : «Si on était habile, on se hâterait de louer les appartements devenus vacants pour installer un peu mieux le Palais Farnèse» (Jullian, 10 novembre 1881).

  • 9 R. De Cesare, op. cit.

21En avril 1882, de fait, des travaux commencèrent dans ce qui était l’appartement Gianelli (occupé aussi par son frère et par Leopoldo Raucci, maître de la Maison royale, qui quitta alors le Palais)9. Et, probablement en liaison avec ces transformations, le directeur Geffroy déménage des livres en juin 1882, toujours selon Jullian. Pendant quelques années, effectivement, les livres émigrent dans l’angle Sud et Sud-Ouest du Palais et y entraînent les membres : «une loggia permet de fumer son cigare» note Maurice Prou le 12 novembre 1884, tandis que Jullian, dès 1882, se lamente du froid dans un salon à 4 fenêtres et plafond de bois (actuel salon jaune à l’angle Sud-Ouest).

22En 1882, les discussions sur les répartitions et les aménagements de l’appartement Gianelli occupèrent une place régulière dans la correspondance entre les deux ministres (Affaires étrangères et Instruction publique) et leurs collaborateurs directs qui n’avaient pas toujours une position très arrêtée quant à la nécessité de laisser au Palais l’Ambassade et l’École. Les autres interlocuteurs étaient l’Administrateur des biens farnésiens, le marquis de Noailles (Ambassadeur depuis 1876) et le Directeur de l’École Geffroy, qui dialoguèrent pour se répartir, non sans mal, les pièces vacantes. Noailles s’engagea beaucoup dans cette négociation, la dernière qu’il mena avant son départ. Geffroy se montra très accrocheur, considérant qu’il y avait là une occasion unique d’installer véritablement l’École dans le Palais. L’un et l’autre avaient la difficulté de disposer de pièces adaptées pour des logements, dans un Palais où la majeure partie des espaces sont constitués de grands salons. L’École commençait à se poser des problèmes pour le rangement des livres : le temps n’était pas encore venu d’avoir de lourds aménagements jusqu’aux plafonds, et les simples étagères contre les murs occupaient rapidement les parois disponibles. De son côté, l’administration des biens farnésiens s’engagea à faire quelques travaux, notamment pour libérer les salles sur la via dei Farnesi des cloisons et faux plafonds.

23En dépit de toutes les difficultés, Geffroy, dès son premier mandat (1875-1882), fut le directeur qui installa l’École dans le Palais. Sa volonté fut sans faille et ses inventaires précis : il acheta des meubles, organisa l’arrivée de la vaisselle, et aussi des vases et objets provenant de la manufacture de Sèvres déposés notamment à la faveur de trois arrêtés pris les 12 février et 27 septembre 1876, et le 20 janvier 1881; il y eut encore une arrivée le 30 septembre 1884 et, beaucoup plus tard, le 1er juillet 1924 : en tout 687 pièces, vaisselle comprise. Parmi les premiers arrivés, les deux biscuits en porcelaine représentant Fénelon et Montesquieu, qui se trouvent toujours à l’entrée du bureau du directeur de l’École et semblent ainsi «parrainer» l’institution. Il y eut aussi des dons comme le piano Pleyel grâce auquel Romain Rolland charmait les invités du directeur, parfois trop souvent à son gré.

24Profitant de l’opportunité d’occuper une partie importante de l’appartement Gianelli, Geffroy avait pensé développer la bibliothèque dans les pièces donnant vers le Tibre. En 1881, dans un brouillon pour une note destinée au ministère, il écrit :

  • 10 Il s’agit de l’actuel salon jaune dans l’angle Ouest. Le petit appartement cité est celui qui occup (...)
  • 11 Ce sont les chambres ouvrant sur la cour qui ont été prises, avant 1870, sur la galerie Sud – Ouest (...)

En cas qu’il soit décidé que le bail de l’École fr. de R. au palais Farnèse sera renouvelé et prolongé en même temps que celui de l’ambassade, il serait tout au moins nécessaire que le propriétaire fît dans l’appartement du directeur certaines appropriations (sic) et réparations. Il faudrait que le petit appartement contigu à la grande salle de la bibliothèque10du côté du Tibre fût réservé à l’École, quand M. le marquis de Noailles ne le ferait plus occuper, et en général que l’École, si elle doit s’agrandir, pût le faire du côté du Tibre plutôt que vers la place Farnèse. Du côté du Tibre se trouvent deux appartements et quatre ou cinq chambres11, très voisines de l’entrée même de notre bibliothèque; il nous faudrait pouvoir loger près de celle-ci un gardien; cette bibliothèque, pour plusieurs raisons, ne peut être transportée dans l’appartement situé au N. vers la place Farnèse
(Archives EFR, dossier Geffroy).

  • 12 Lettres de jeunesse, Bordeaux, 1936, passim.

25En 1882, alors que la négociation est toujours en cours, Geffroy commence lui-même quelques déménagements dans ce sens, observés par Camille Jullian12.

La direction Le Blant et le changement d’organisation (1883-1888)

26Edmont Le Blant (directeur de décembre 1882 à novembre 1888) ne confirma pas les orientations de Geffroy, et opéra en 1885-1886 un basculement : la bibliothèque repartit en direction des pièces donnant sur la via dei Farnesi. Ce que Geffroy, précisément avait voulu éviter.

27À l’occasion du renouvellement du bail du 24 avril 1886, la décision fut prise de dégager la plus grande de ces pièces (alors divisée en trois avec couloir), pièce qui avait peut-être abritée au xvie siècle, la «libraria grande» des Farnèse. Cette salle devait devenir par la suite l’un des espaces majeurs de la bibliothèque, et s’y trouvent aujourd’hui l’histoire et l’archéologie romaines. Le Blant eut le projet d’installer son bureau dans une partie du salon rouge actuel dont il commença le dégagement, sur la façade ouvrant sur le jardin et le Tibre.

  • 13 Voir A. Pératé, Edmond Le Blant, dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 19 (...)

28Cette volte-face a dû contribuer à mécontenter Geffroy et ses partisans (comme André Pératé membre de 1884 à 1887) et on a là l’une des sources de l’image négative que Le Blant porta ensuite13. Le retour de Geffroy à la fin de l’année 1888 ne pouvait inverser la tendance : il ne demande en 1890 que de menus travaux autour du «couloir obscur» (actuellement couloir de l’appartement du directeur). Désormais la bibliothèque avait son espace et n’atteindrait pas (jusqu’à aujourd’hui) les fenêtres ouvrant face au Tibre.

Duchesne : avant et après l’achat du palais Farnèse (1895-1922)

29Duchesne, nouveau directeur à partir de 1895, fut pendant 27 ans le colocataire du palais pour le compte de l’École, qui avait un loyer de 2950 francs par trimestre en 1895 et de 4000 francs par trimestre en 1911. Il fut l’interlocuteur de l’ambassadeur Barrère, présent au palais pendant pratiquement la même période (1897-1924).

30Duchesne, proche de Geffroy devait toutefois confirmer l’organisation proposée par Le Blant, décision peut-être facilitée par la disparition de Geffroy dès 1895, en éliminant complètement en 1900 les cloisons divisant le grand salon (rouge) et en installant son bureau à côté dans la pièce d’angle (salon jaune actuel). C’est Georges Vallet qui abandonna ce lieu privilégié en 1971 pour se rapprocher de la bibliothèque et de l’activité de la maison, reprenant le bureau du secrétaire général installé aux lendemains de la seconde guerre mondiale dans ce qui était traditionnellement une antichambre au contact de la bibliothèque. Petits va-et-vient d’opportunité pour chercher un meilleur fonctionnement.

31Duchesne rechercha la mise à disposition par l’ambassade des espaces donnant sur la Piazza Farnese pour l’extension de la bibliothèque : il s’agissait notamment de 4 chambres et d’une cuisine «entre la chambre de l’angle NO et le salon d’Hercule». Pour la première fois, l’École obtenait aussi l’usage exclusif du «grand corridor», à savoir l’actuelle grande galerie. Certes, la chambre du directeur resta isolée jusqu’en 1911 dans la première pièce (entre le vestibule d’entrée de la bibliothèque et le «studio») mais désormais, le bureau du directeur était vers le Tibre, et la bibliothèque voyait son futur du côté de la Piazza Farnese. Le nouveau bail de 1896, obtenu sans augmentation de loyer, marqua une date importante dans l’installation de l’École dans le Palais.

32En 1897-1898, une autre étape s’ouvrait, qui coïncidait avec l’arrivée au palais Farnèse de l’Ambassadeur Barrère. Le dialogue Barrère/ Duchesne – qui ne fut pas toujours facile (infra)-allait durer plus d’un quart de siècle. Des améliorations importantes apparurent avec la lumière électrique : le temps des becs de gaz, des chandelles et des torches était fini. Le chauffage à vapeur à basse pression arriva, avec ses calorifères. On installa en 1900 un second ascenseur hydraulique avec moteur électrique (système Stigler) après celui qui reliait les appartements de l’Ambassadeur des 1er et 2e étages, mis en place par les Bourbons de Naples en 1861 dans l’angle Sud-Est du Palais. Bref, la modernisation était en marche en cette fin de siècle. C’est l’administration farnésienne qui prit en charge ces installations nouvelles, moyennant une augmentation du loyer.

33À partir de 1900 au moins, les héritiers de l’ex-roi de Naples François II décédé en 1894 (le prince Alphonse Marie de Bourbon, comte de Caserta et Marie-Hélène de Bourbon, princesse de Hohenzollern-Sigmarigen, fille du comte de Trani) se proposaient de vendre le Palais. Et la France fut candidate à l’achat à partir de 1903. S’ouvrit ainsi une longue période d’incertitude pour l’École, qui allait durer jusqu’en 1925.

Partir ?

34Régulièrement un débat s’ouvrait pour savoir si l’École ne devait pas quitter le Palais. Les dossiers sont nombreux sur ce point mais les motivations évoluèrent.

35En janvier 1885, le ministre de l’Instruction publique et des beaux-arts, Armand Fallières, écrivait au directeur de l’École Edmond Le Blant :

Monsieur le directeur,
Si à l’origine il a été bon de placer l’École de Rome naissante sous le même toit que l’Ambassade près la Cour de Rome, il n’y a plus aujourd’hui de raison sérieuse de la maintenir; il importe au contraire de lui procurer une habitation indépendante. Je vous donne donc l’autorisation que vous m’avez demandée par votre dépêche du 19 décembre 1884 de chercher un local où elle serait installée au mois de septembre. Je vous prie de me tenir au courant de vos recherches

36La première hypothèse, en mars 1885, fut un transfert au premier étage du Palais Orsini, dans le théâtre de Marcellus. On soupçonnait toutefois une volonté de faire pression sur la négociation pour les répartitions de l’appartement Gianelli (supra). Mais la réaction de l’Ambassadeur fut rapide : une autre hypothèse, celle d’un transfert de l’Ambassade sur les terrains de l’Académie de France apparut dans une lettre de l’ambassadeur Albert Decrais du 5 octobre 1885, adressée à son ministre Charles de Freycinet; l’Ambassadeur y évoquait un projet qui «regrouperait en un ensemble imposant les établissements artistiques, religieux, diplomatiques de notre pays». L’École n’était pas exclue de ce dispositif malgré la formulation ambiguë de la «combinaison» projetée. Dans la même lettre en effet, l’Ambassadeur montrait à son ministre que les destins de l’Ambassade et de l’École étaient liés et que si, d’aventure, l’École quittait le Farnèse, l’Ambassade serait contrainte à le faire :

Je ne cacherais pas à votre Excellence que si nous devions courir le risque de voir occuper par des étrangers l’étage où l’École est logée, la résidence du Palais Farnèse deviendrait impossible pour l’Ambassade elle-même.

  • 14 A. M. Voci, Tra Borboni, Francia e Italia. Il recupero di Palazzo Farnese al patrimonio italiano, R (...)

37L’achat du palais Farnèse, paradoxalement, déstabilisa la position de l’École dans le Palais. En effet, l’ambassadeur Barrère fit alors des projets, et la présence de l’École n’était pas forcément compatible avec leur mise en œuvre. Il n’était évidemment plus question du départ de l’Ambassade d’un Palais qui venait d’être acquis aux termes de huit ans d’efforts diplomatiques intenses14mais de faire partir l’École dans un édifice à construire sur les terrains de la Villa Médicis.

38Le 20 décembre 1912, Duchesne préparait, pour son ministère une longue note qui faisait le point sur la question du déménagement de l’École et qui commençait ainsi :

L’École est au Palais depuis 1875, autant dire depuis son origine. Elle y occupe au second étage un local très vaste, plus vaste que commode, car il n’a pas été distribué en vue de son affectation actuelle. Les membres de l’École ne peuvent y être logés tous; le directeur ne manque pas de pièces pour les réceptions, mais pour l’habitation privée, il est très mal à l’aise. On ne voit pas bien comment, s’il était pourvu de famille, il parviendrait à s’installer. L’accès à son appartement se fait par un corridor où l’on a été obligé d’ouvrir des chambres de domestiques. Les pièces destinées à la bibliothèque sont fort grandes; mais comme les architectes s’opposent, pour la sécurité de l’édifice, à ce que les armoires à livres se dressent ailleurs que le long des murs principaux, nous approchons du moment où la place fera défaut (...).

  • 15 Les dessins des projets de Chifflot de 1913 et 1920 sont publiés par V. Jolivet dans Pincio I, Rome (...)

39Cette note mettait en balance les avantages et les inconvénients de la présence de l’École dans le Palais. Duchesne concluait en semblant se ranger aux côtés de l’Ambassadeur pour prospecter un départ vers les terrains de l’Académie de France. Dès le 10 janvier 1913, le ministre des Affaires étrangères, sollicité par Barrère, saisissait le ministre de l’Instruction publique qui, à son tour, sollicitait l’avis de Duchesne. Un rapport de celui-ci, en date du 20 mars 1913, dont les brouillons sont conservés dans les archives de l’École, montre un Duchesne en difficulté pour prendre une position claire et trouver les arguments les meilleurs, acceptables par l’Ambassadeur. Il était clair que, pour Duchesne, s’il fallait partir, le terrain proche de la porta Pinciana semblait le plus adapté et que l’édifice projeté en septembre 1913 par l’architecte du Palais Léon Chifflot15, grand prix de Rome 1898, semblait lui convenir. Pour Duchesne, il s’agissait d’un retour aux origines, à l’époque où il avait été membre (1873) et où le petit monde de l’École naissante était particulièrement proche de l’Académie de France. Et ce «retour» adoucissait un peu la peine à l’idée de quitter le Palais.

40Plus tard, en mars 1914, dans une lettre à sa confidente Augustine Bulteau, Duchesne fit un bilan lucide de cette phase difficile :

  • 16 L. Duchesne, Correspondance avec Madame Bulteau (1902-1922), éd. F. Callu, Rome, 2010 (Collection d (...)

Barrère est un homme tenace. Dès son arrivée ici en 1898, il laissa voir son désir de se débarrasser de nous. Il m’en parlait de temps à autre, quand surtout il y avait des accrocs de voisinage. Toutefois, quand l’achat du palais fut proposé au Parlement, il sembla avoir oublié son projet. Alors nous lui fournissions un cheval de renfort; on disait dans les exposés des motifs qu’il ne s’agissait pas seulement de loger l’ambassade; qu’il y avait aussi au Palais Farnèse une école qui... L’achat ne fut pas plutôt réalisé que la capacité du palais restreignit subitement et que les désirs de l’ambassadeur se précisèrent. Je me trouvai dans la situation d’un locataire à qui son propriétaire expose qu’il a besoin de l’appartement occupé par lui : impossible de rester malgré le propriétaire. Cette situation me conduisit à écrire, sur la demande de Barrère, un rapport résigné, où je faisais valoir les raisons que nous pouvions avoir de souhaiter un autre domicile. Au fond, il n’y en avait qu’une, c’est qu’on ne voulait plus de nous. Le manque d’espace dont je me plaignais, je ne puis plus m’en plaindre depuis que des réparations et des aménagements opérés pendant l’année 1913 m’ont mis au large. Besnard (directeur de l’Académie de France) n’a nulle envie de se laisser prendre ses terrains. Tous les deux nous sommes opposés au projet de l’ambassadeur16.

  • 17 C’est l’expression utilisée par J. Carcopino dans Souvenirs romains, Paris, 1968, p. 63. C’est l’ac (...)

41Duchesne, en effet, avait eu la satisfaction de récupérer des locaux et notamment la chambre occupée jusqu’alors par «le chambellan du roi de Naples»17. Il en fit sa propre chambre, abandonnant celle qu’il occupait jusqu’alors à la suite de ses prédécesseurs, et qui est aujourd’hui la pièce située entre le vestibule d’entrée de la bibliothèque et le «studio».

  • 18 Archives EFR. Dossier Duchesne.

42L’opération visant à faire partir l’École échoua. D’abord parce qu’il fut demandé à l’architecte Chifflot de revoir son projet, jugé à Paris trop onéreux (août 1913). La presse s’en fit l’écho. L’Institut montra ses réserves. Le député Georges Leygues se dépensa sans compter («Le Palais Farnèse est assez vaste pour abriter la diplomatie et la science» écrit-il en janvier 1914 à Duchesne)18. Dès janvier 1914 précisément, le vent avait tourné et, en juin 1914, Leygues pouvait écrire à Duchesne que le projet de loi traitant de ce dossier était abandonné.

  • 19 V. Papa Malatesta, Émile Bertaux tra storia dell’arte e meridionalismo. La genesi de L’Art dans l’I (...)

43La guerre calma le jeu, si l’on peut dire, et les acteurs eurent d’autres soucis. Duchesne eut la tristesse de voir mourir plusieurs membres parmi les meilleurs. Leurs noms figurent sur la plaque dans la cour du Palais où les visiteurs peuvent les lire avant de s’engager dans le grand escalier d’honneur. Ils sont devenus en quelque sorte les gardiens d’un temple où ils furent heureux. Les étruscologues payèrent un lourd tribut. Emile Bertaux19fut peut-être la plus grosse perte, et le futur de l’histoire de l’art médiéval en France en fut lourdement conditionné.

44Barrère reprit toutefois l’offensive. Chifflot fit – en avril 1920 – une nouvelle version du projet de 1913 et, en mars 1920, l’Ambassadeur écrivit à Alexandre Millerand, alors président du Conseil et ministre des Affaires étrangères : l’objectif était alors de dénoncer des contrats de location pour les terrains de l’Académie de France de manière à les affecter à des habitations de pensionnaires «ou (à) une École d’archéologie». Une note du 26 mars 1921 de Chifflot précisait le projet.

45En février 1923, Barrère fit une dernière tentative en envoyant une note à son ministre dont il donna copie à Carcopino, alors directeur par intérim après la mort de Duchesne. Il mettait au premier plan la nécessité de clarifier la situation des terrains de la porta Pinciana et évoquait d’autres solutions pour déplacer l’École, grâce aux produits de la vente des terrains précités, vers la villa des Roses (près de Termini) ou vers le palais Falconieri, proche du palais Farnèse. Il s’agissait toujours de «construire une nouvelle École de Rome» comme l’écrivait le ministre de l’Instruction publique Léon Bérard en mai 1923. Tout le monde comprenait qu’il s’agissait de choix décisifs pour l’avenir.

46En 1924, Barrère quittait le Farnèse. Un dernier rapport de Chifflot (25 octobre 1924) revint sur le dossier. Le nouveau Directeur de l’École, Emile Mâle écrivait le 27 février 1925 au Directeur de l’enseignement supérieur :

  • 20 Archives EFR. Dossier Mâle.

Le déplacement de l’École d’archéologie est un grave problème qui demande le plus sérieux examen. Il y aura bientôt 50 ans que l’École de Rome est installée au Palais Farnèse; si bien qu’il semble que sa destinée soit inséparable de celle du Palais. Les anciens membres de l’École s’appellent «les Farnésiens» et ils ne s’imaginent pas ailleurs. Ont-ils tout à fait tort? Je ne le crois pas20.

47Le 15 juin 1925, le Directeur des beaux-arts faisait encore part de l’accord trouvé par l’architecte Chifflot avec les autorités italiennes pour clarifier la situation des terrains de la porta Pinciana. Dès lors rien ne semblait s’opposer à la vente de ces terrains et à la reprise du projet de 1913. Mais la mort de Chifflot en 1925 allait sonner le glas de ces perspectives.

Rester et restaurer à partir de 1925

48Parallèlement aux débats sur le maintien ou non de l’École dans le Palais, une politique active de travaux allait créer une dynamique nouvelle. La France, depuis l’acte notarié du 27 décembre 1911 signée pour la France par le ministre des affaires étrangères Justin de Selves, s’était assumée comme propriétaire. Barrère et Duchesne s’étaient retrouvés pour améliorer les locaux même si leurs vues à moyen terme étaient différentes. Dans cette dynamique, le Palais y trouva son compte. Il fut classé «monument national». À Paris, après Chifflot, c’est Emmanuel Pontremoli (1865-1956), autre grande personnalité du monde de l’architecture (grand prix de Rome 1890 et auteur de la Villa Kérylos de Beaulieu-sur-mer), qui devint «architecte du Palais Farnèse» et s’illustra dans la restauration du salon d’Hercule. À Rome, depuis le 20 juillet 1912, l’architecte Marcello Piacentini (1881-1960) était chargé des fonctions d’architecte ordinaire du palais Farnèse; ses successeurs furent Romolo Raffaelli puis, à partir de mai 1931, Alessandro Villa, interlocuteur de l’École jusqu’à la fin des années 1960.

  • 21 Lettre du conseiller de l’ambassade au ministre Delcassé en date du 20 décembre 1914 (archives du m (...)
  • 22 Lettre de Duchesne du 22 janvier 1914, archives du Ministère des affaires étrangères et européennes

49Depuis 1911, le 2e étage du Palais était concerné par l’engagement de la France, nouveau propriétaire. En 1914, il fut question de la réfection des sols de l’École, notamment celui de la loggia et ceux de l’appartement du directeur21. Le tremblement de terre du 10 janvier 1915 allait contribuer à faire redoubler d’attention. Il y eut alors le projet de remplacer les poutres soutenant le sol de l’actuelle grande salle de lecture, au-dessus de la «salle des Salviati» (actuel bureau de l’ambassadeur) ce qui aurait permis une nouvelle utilisation de cette salle et la possibilité d’y mettre des livres22. En mai 1914, Chifflot faisait toutefois savoir que ce n’était plus d’actualité. Enfin, en 1916, 3 pièces du 3e étage connurent un début d’aménagement pour l’extension de la bibliothèque. Le projet devait reprendre sur des bases plus ambitieuses en 1972 (infra).

50En 1924, il s’agit, après la disparition de Duchesne, de revoir la distribution d’un appartement de direction qui était adapté à la vie d’un célibataire. L’électricité fut refaite après l’incendie du 6 septembre 1926 dans le faux plafond (alors en toile et papier) du couloir de l’appartement du directeur.

51Surtout, les salons de réception prirent une vie nouvelle. Le salon rouge fut mis en communication avec la loggia : la porte entre les deux était murée depuis fort longtemps et une partie de la loggia fonctionnait depuis 1882 comme une annexe de la cuisine qui était alors dans la pièce voisine (P) ouvrant sur la loggia. Une fois la cuisine transférée sur la cour, où elle se trouve encore, le directeur put installer sa chambre ouvrant sur la loggia où elle restée jusqu’à un passé récent. C’était revaloriser un espace qui avait jadis accueilli le graveur Giuseppe Vasi, – alors «guardaroba» du Palais – pendant plusieurs années de 1747 à 1760.

  • 23 F. Perrot, Note sur les aménagements de l’École française de Rome au temps de la direction d’Émile (...)

52Rapidement, les salons furent alors décorés et prirent le visage qu’ils ont toujours aujourd’hui, avec l’arrivée entre 1926 et 1929 de quatre tapisseries du mobilier national. Deux d’entre elles (no 1 et no 2) avaient été demandées en 1924 par Emile Mâle, alors directeur de l’École et déposées en mai 1926. La no 4 fut livrée en décembre 1929 au moment de l’arrivée des tapisseries pour le salon d’Hercule au 1er étage. Les trois premières sont installées dans le grand salon rouge et la dernière dans le salon bleu (salle à manger)23 :

  1. Triomphes des dieux. Le triomphe d’Hercule d’après Noël Coypel, manufacture des Gobelins, atelier de Jans (laine, soie et or); restaurée en 1925.

  2. Triomphes des dieux. Le triomphe de la religion et des vertus (4 saisons?) d’après Noël Coypel, manufacture des Gobelins, atelier de Jans (laine, soie et or); restaurée en 1925.

  3. Histoire d’Esther. Le repas d’Esther, d’après Jean-François de Troy, alors directeur de l’Académie de France à Rome (1743-1746); manufacture des Gobelins, atelier de Cozette (laine et soie); restaurée en 1990.

  4. Histoire de Jason. Creüse consumée par la robe fatale, d’après les cartons de Jean-François de Troy (1745); manufacture des Gobelins, atelier d’Audran (laine et soie); restaurée en 1986.

  • 24 Lettre de Grenier du 2 mai 1946. Archives EFR. Dossier Grenier.

53En 1939, Carcopino avait fait expertiser les tapisseries, voulant les mettre à l’abri; il lui avait été répondu qu’elles étaient brûlées par le chauffage central et que tout déplacement serait préjudiciable24.

  • 25 Lettre de Carcopino du 2 février 1940 au ministre de l’Education nationale. Archives EFR. Dossier C (...)

54Il y eut ensuite des réfections de pavements, en 1929 dans la grande salle de lecture et en 1930 et 1932 sur la via dei Farnesi (avec remplacement de poutres en 1930). Des devis pour les plafonds furent également faits. En septembre 1937, une requête fut adressée par le nouveau directeur Jérôme Carcopino pour divers travaux d’aménagement liés notamment à l’installation des membres : il n’y avait alors que 4 chambres pour 6 membres. Toutefois des discussions eurent surtout lieu entre l’Ambassadeur André François-Poncet et Carcopino pour la réalisation de travaux de mise en sécurité (substitution de vieilles poutres en bois de planchers dont il avait déjà été question en 1930) qui obligeraient à fermer la bibliothèque à un moment où «les lecteurs italiens et étrangers qui s’y trouvent (y sont) plus à l’aise qu’à celle de l’Institut allemand»25.

55Malgré ces embellissements, les temps étaient difficiles. Non seulement parce que le climat politique de ces années devenait de plus en plus lourd mais aussi parce que les conditions de vie des membres s’étaient dégradées sur le plan financier. Ainsi s’explique cette autorisation donnée en janvier 1924 par le ministre Léon Bérard pour que, à titre exceptionnel, les membres mariés anciens mobilisés pendant la première guerre mondiale (il y en avait alors trois à l’École, dont Marcel Durry, futur doyen de la Sorbonne) puissent également se loger au Palais. Ces difficultés financières subsistèrent jusqu’en 1969.

56En octobre 1939, l’École, à nouveau, céda temporairement à l’Ambassade la grande salle donnant sur la Piazza Farnese (ainsi que les chambres contiguës). Entre 1937 et 1939, le «salone» comme on l’appelait alors, avait connu un premier aménagement dû à la nouvelle bibliothécaire de l’École, Madeleine Barrot, qui avait commencé à y mettre rayonnages et périodiques, fixant dès le départ ce qui est demeuré la vocation de cette salle jusqu’à aujourd’hui. Ce «salone» devait rester longtemps la pièce de l’École dans le Palais destinée à des conférences ou à des colloques, avant que le siège de piazza Navona ne vienne, à partir de 1976, apporter des locaux plus adaptés.

57Il aura fallu longtemps pour intégrer définitivement cet espace à l’École. En effet, les efforts de Duchesne, dès 1895, avaient préparé le terrain mais, durant la guerre de 14-18, la grande pièce avait été déjà occupée par l’Ambassade pour y installer le bureau militaire des passeports. Cette occupation temporaire avait de fait duré jusqu’en 1937, date à laquelle l’attribution à l’École avait été officielle. Les urgences dues à la seconde guerre, retardèrent encore les choses. Ce n’est qu’à partir de 1946 que la salle fut définitivement acquise (infra). En 1939, la «réquisition» du «salone» conduisit l’Ambassadeur François-Poncet à proposer à l’École d’organiser ensemble des conférences dans le salon d’Hercule, récemment restauré. Dans l’hiver 1939-1940, certaines de ces conférences, dans le contexte tendu de l’époque, connurent un grand succès, notamment celle de Louis Madelin (début mai 1940).

58Le retour du Palais Farnèse à l’Italie, prévu par l’acte de 1911, confirmé depuis décembre 1934, et ratifié aux termes de la convention du 24 décembre 1936 signée pour la France par le ministre des affaires étrangères Yvon Delbos, n’avait rien changé à la position de fait de l’École dans le Palais. C’est la fermeture de l’Ambassade et de l’École en juin 1940, après l’entrée en guerre de l’Italie, qui allait être la véritable rupture.

La période de la guerre (1940-1945)

59Dès le 20 mai 1940, si l’on en croit Carcopino, le Directeur envisagea la fermeture de l’École. Le personnel féminin quitta le Palais Farnèse le 23 mai. Les membres masculins le 30 mai. Le 1er juin Carcopino rentrait à son tour en France et l’École était fermée. C’était la première fois, depuis l’installation de Geffroy en décembre 1875.

60Que devint le 2e étage du Palais? Il resta sous la garde d’Ernesto Marsella qui était un agent de l’École depuis le 1er mars 1929 et logeait sur place. Il n’y eut aucun dégât irréparable. À la réouverture, des livres furent retrouvés au 1er étage du Palais, tandis que la grande galerie était encombrée de meubles et de caisses. Quelques rapides restaurations de planchers furent nécessaires. On ne pouvait espérer mieux.

  • 26 J. Heurgon a fait plus tard le récit de cette période : La réconciliation franco-italienne en 1944- (...)

61C’est dans le contexte de la libération de Rome que le palais Farnèse redevint un acteur des relations franco-italiennes. Et l’École avec lui. Deux anciens membres antiquisants de la promotion 1928, Adrien Bruhl et Jacques Heurgon jouèrent un rôle important dans ce contexte : le premier, professeur au lycée Chateaubriand reprit possession du 2e étage à partir du 14 juillet 1944 et devait devenir au 1er janvier 1946 secrétaire général de l’École; le second, premier attaché culturel aux côtés de Maurice Couve de Murville, délégué du gouvernement provisoire de la république française au conseil consultatif pour les affaires italiennes, assura le redémarrage du fonctionnement du Palais26. Le nouveau directeur, Albert Grenier, fut nommé par décret du 13 juin 1945. La vie recommençait.

L’après-guerre

62L’après-guerre vit les directeurs de l’École, aidés par les secrétaires généraux puis le conservateur de la bibliothèque, s’engager dans une importante opération d’aménagement des parois de la bibliothèque avec la mise en place de deux passerelles métalliques, en acier laminé, superposées et accessibles par des escaliers hélicoïdaux, également de métal, au dessin élégant. C’est Albert Grenier qui lança le projet en 1948 (lettre au ministre du 9 janvier); déjà Duchesne s’était posé le problème en 1917. Ce dispositif permit d’installer des rayonnages métalliques du sol au plafond sur une hauteur de plus de 7m, qui se substituaient aux rayonnages de bois blanc dont certains remontaient à la fondation de l’École. Entre 1949 et 1963, quatre salles de lecture puis la grande galerie furent ainsi équipées : la grande salle au centre de la façade sur la Piazza Farnèse et les trois salles donnant sur la via dei Farnesi. En 1962, reprenant un projet de Carcopino de 1937, une grande grille de fer due au maître ferronnier Marini, fut installée à l’entrée de la grande galerie, substituant une ancienne paroi de bois vitrée. La nouvelle grille monumentale contribuait à donner du prestige à l’entrée de l’École au 2e étage. En 1986-1987, Charles Pietri la fit déplacer avec l’accord de l’Ambassadeur pour équiper également de passerelles métalliques et de rayonnages la petite galerie sur le côté Sud-Est de la cour du Palais, permettant ainsi d’installer près de 6300 volumes sur 210 m linéaires.

  • 27 Lettre au Directeur général de l’architecture du 6 mars 1961, archives EFR).

63Entre 1961 et 1963, Pierre Boyancé, invoquant «l’incroyable état de délabrement» des locaux27, fit effectuer une profonde remise générale à niveau (sols, électricité, plomberie, peintures), notamment dans la grande galerie, l’appartement du directeur, les chambres et la cuisine des membres, ainsi que dans les logements de service du 3e étage. De précédents travaux de maintenance remontaient à 1953 et 1956. Les tentures des salons furent provisoirement déposées et remises en place après travaux. Un lampadaire en cristaux de Murano de 24 bras fut installé dans le salon jaune. De grandes tables en acier inoxydable vertes équipèrent pour longtemps la bibliothèque.

64La principale opération eut lieu en 1972, sous la direction de Georges Vallet, avec l’extension de la bibliothèque au 3e étage. 6 salles furent alors installées du côté de la via dei Farnesi dans les anciennes combles et logements de domestiques du xixe siècle. Ce dispositif fut complété par l’aménagement de deux bureaux dans l’ancien «stenditoio» en 1987, ainsi que surtout par l’installation de la bibliothèque Volterra par Charles Pietri en 1989.

65En 1973-1975, un crédit spécial permit de libérer une grande salle donnant sur la Piazza Farnèse des cloisons et des faux plafonds qui l’encombraient. Les travaux mirent notamment au jour un grand plafond de bois du xvie siècle aux armes du cardinal Ranuccio Farnese (15301565). C’est le plus ancien des plafonds de bois du 2e étage. Une nouvelle salle de lecture fut ainsi mise en service, inaugurée par les Présidents Giscard d’Estaing et Leone en novembre 1975, dans le cadre du Centenaire de l’École. L’espace occupé de 1876 à 1964 par des chambres pour les membres, puis par de des bureaux, devenait un lieu réservé à l’histoire de l’Italie.

66Dans les années 90 et jusqu’en 2003, les sols des salles sur la via dei Farnesi furent refaits (direction André Vauchez). Dans le cadre de la rénovation des deux façades principales du Palais (1999 et 2003), les fenêtres furent remplacées selon les indications données par la Surintendance en charge des monuments (petits croisillons). La loggia fut également restaurée dans ce contexte, ainsi que la chambre des hôtes.

67En 2004, les pièces sur la cour (studio et bureaux) furent rénovées avec l’élimination des faux plafonds, des cloisons et d’une salle de bain (liée à la chambre «verte») de manière à retrouver les volumes originels. La voûte de la nouvelle pièce, gravement endommagée par de profondes fissures, fut restaurée, et une galerie pour archives installée. Les peintures de Cipolla furent nettoyées avec la mise en évidence d’un décor du xvie siècle sous les peintures du xixe siècle. Au 3e étage, des bureaux furent aménagés pour les directeurs des études. Enfin l’escalier de service fut repeint du rez-de-chaussée au 3e étage. L’éclairage de la bibliothèque fut entièrement revu avec notamment la pose de 137 plafonnières. En 2008, le plafond en bois du salon rouge fit l’objet d’une révision et d’un nettoyage.

68En 2009, l’opération fut poursuivie par un second volet qui permit de collaborer à la restauration de la nouvelle porterie du Palais voulue par l’Ambassadeur mais aussi d’assumer la rénovation de la cage d’ascenseur et surtout de l’entrée de la bibliothèque en rouvrant une ancienne porte, complétant ainsi un premier aménagement de l’accueil fait en 1989-1990. Au 3e étage, les logements de service furent restructurés ce qui permit de récupérer des espaces de travail pour les bibliothécaires, ainsi qu’une courette pour faire fonctionner un lieu de sociabilité dans l’enceinte de l’École.

69On peut donc dire que l’École a régulièrement amélioré son installation au Palais, à la fois grâce à l’aide des Ambassadeurs et à la volonté des Directeurs de rénover progressivement les espaces mis à disposition. L’autorisation donnée en 1992 par l’Ambassadeur à Claude Nicolet pour installer dans les sous-sols du Palais une réserve de 50 000 livres est un exemple de cette disponibilité.

70Si l’on compare les conditions que connut Geffroy en décembre 1875 à celles d’aujourd’hui, on peut mesurer le chemin parcouru, à la fois pour répondre aux besoins sans cesse croissants d’une institution et d’une bibliothèque qui se sont fortement développées mais aussi pour prendre en compte de manière toujours plus professionnelle l’entretien du Palais, grâce au concours actif et permanent du Service des travaux et bâtiments français en Italie (STBI) de l’Ambassade, ainsi que de la Surintendance.

Haut de page

Notes

1 Sur l’histoire de l’École depuis sa fondation : L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931; «À l’École toute l’Italie». Pour une histoire de l’École française de Rome, textes réunis par M. Gras, Rome, 2010 (Collection de l’École de française de Rome, 431) avec bibliographie.

2 Lettres de jeunesse, Italie-Allemagne 1880-1883, Bordeaux, 1936 (désormais cité Jullian).

3 J. Carcopino, Souvenirs romains, Paris, 1968, p. 57.

4 Printemps romain. Choix de lettres de Romain Rolland à sa mère (1889-1890), Paris, 1954, p. 99.

5 J. Guiraud, Souvenirs, 1945, p. 163. Ces souvenirs sont encore inédits. Je remercie Ph. Boutry de m’avoir communiqué ces textes. Guiraud fut membre de l’École de 1889 à 1892. Voir aussi De l’École française au journal La Croix. Jean Guiraud polémiste chrétien, études réunies par J.-O. Boudon, Rome, sous presse.

6 Printemps romain, cit. p. 104.

7 Maurice Prou, lettres du 20 avril et du 13 mai 1885. Je remercie B. Hamelin de m’avoir fait connaître ces lettres dont il fera prochainement une présentation. Maurice Prou fut membre de l’École en 1884-1885.

8 R. De Cesare, Roma e lo Stato del papa : dal ritorno di Pio IX al XX settembre, Rome, 1907, p. 396. Je remercie S. Sarlin de m’avoir communiqué cette référence.

9 R. De Cesare, op. cit.

10 Il s’agit de l’actuel salon jaune dans l’angle Ouest. Le petit appartement cité est celui qui occupait l’actuel salon rouge, alors divisé en six pièces.

11 Ce sont les chambres ouvrant sur la cour qui ont été prises, avant 1870, sur la galerie Sud – Ouest. Sur ces questions de topographie farnésienne, voir Brève histoire des espaces de l’École au Palais Farnèse (infra).

12 Lettres de jeunesse, Bordeaux, 1936, passim.

13 Voir A. Pératé, Edmond Le Blant, dans L’histoire et l’œuvre de l’École française de Rome, Paris, 1931, p. 46-56. Texte dont la première phrase est restée célèbre : «Au temps heureux où notre jeunesse découvrait Rome et l’Italie avec enivrement, les membres de l’École s’apercevaient parfois qu’ils avaient un directeur».

14 A. M. Voci, Tra Borboni, Francia e Italia. Il recupero di Palazzo Farnese al patrimonio italiano, Rome, 2005.

15 Les dessins des projets de Chifflot de 1913 et 1920 sont publiés par V. Jolivet dans Pincio I, Rome, 2009, p. 310-312.

16 L. Duchesne, Correspondance avec Madame Bulteau (1902-1922), éd. F. Callu, Rome, 2010 (Collection de l’École française de Rome, 427), p. 483-484.

17 C’est l’expression utilisée par J. Carcopino dans Souvenirs romains, Paris, 1968, p. 63. C’est l’actuelle chambre d’hôtes.

18 Archives EFR. Dossier Duchesne.

19 V. Papa Malatesta, Émile Bertaux tra storia dell’arte e meridionalismo. La genesi de L’Art dans l’Italie méridionale, Rome, 2007 (Collection de l’École française de Rome, 380).

20 Archives EFR. Dossier Mâle.

21 Lettre du conseiller de l’ambassade au ministre Delcassé en date du 20 décembre 1914 (archives du ministère des affaires étrangères et européennes carton 340, 52 An).

22 Lettre de Duchesne du 22 janvier 1914, archives du Ministère des affaires étrangères et européennes.

23 F. Perrot, Note sur les aménagements de l’École française de Rome au temps de la direction d’Émile Mâle d’après les archives du mobilier national, dans Émile Mâle. La construction de l’œuvre : Rome et l’Italie, Rome, 2005.

24 Lettre de Grenier du 2 mai 1946. Archives EFR. Dossier Grenier.

25 Lettre de Carcopino du 2 février 1940 au ministre de l’Education nationale. Archives EFR. Dossier Carcopino.

26 J. Heurgon a fait plus tard le récit de cette période : La réconciliation franco-italienne en 1944-1945, dans MEFRIM, 103, 2, 1991, p. 573-587.

27 Lettre au Directeur général de l’architecture du 6 mars 1961, archives EFR).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Gras, « L’École française de Rome dans le Palais Farnèse (1875-2010) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-2 | 2010, 371-383.

Référence électronique

Michel Gras, « L’École française de Rome dans le Palais Farnèse (1875-2010) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/578 ; DOI : 10.4000/mefrim.578

Haut de page

Auteur

Michel Gras

École française de Rome, direction@efrome.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org