Navigation – Plan du site
Le palais Farnèse

Les tables de marbre au palais Farnèse

The marble tables at the Farnese Palace
Bertrand Jestaz
p. 297-310

Résumés

Les tables de marqueterie de marbres, avant de faire la célébrité de Florence, ont été une spécialité romaine, apparue peu avant le milieu du xvie siècle. Le palais Farnèse, suivant ses anciens inventaires, n’en contenait que deux, mais l’une, aux armes du cardinal Alessandro, conservée aujourd’hui à New York, passe à juste titre pour la plus belle du genre; elle a probablement été exécutée en 1569 par le marbrier français Jean Menard, réputé alors comme le meilleur ouvrier en matière de commesso. Aujourd’hui toutefois, le palais en conserve onze, qui figurent sur l’inventaire dressé lors de la cession du palais à la France en 1912. Elles y avaient probablement été introduites par le dernier roi de Naples lorsqu’il s’y était installé en 1863. Il est tentant de croire qu’il les avait tirées de Caprarola, comme le suggère un inventaire de ce palais au xviie siècle dont les mentions sont ici publiées. Elles illustrent très précisément l’évolution du genre au xvie siècle depuis le modèle le plus simple jusqu’à la marqueterie complexe.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 O. Raggio, The Farnese Table : a rediscovered work by Vignola, dans The Metropolitan Museum of Art (...)
  • 2 B. Jestaz, Le décor mobilier, la sculpture moderne et les objets d’art, dans Le palais Farnèse, Rom (...)
  • 3 A. Gonzalez-Palacios, Mosaici e pietre dure. Firenze-Paesi germanici-Madrid, Milan, 1982 (I quadern (...)

1En 1960, la publication de la table de marqueterie de marbres provenant du palais Farnèse et portant les armes du cardinal Alexandre (fig. 1) qui venait d’être acquise par le Metropolitan Museum de New York révéla un témoignage exceptionnel d’une production manifestement romaine, mais qui était quasi oubliée et méconnue, car depuis longtemps confondue avec celle de Florence1. Pourtant, le fameux Opificio delle pietre dure ne fut créé par le grand-duc de Toscane qu’en 1588 – un an à peine avant la mort du cardinal Alexandre –, alors qu’un ouvrage aussi élaboré supposait nécessairement l’existence d’une main d’œuvre spécialisée et d’une tradition artistique déjà bien établie. Il restait toutefois à les mettre en évidence en en retrouvant d’autres. Lorsqu’en 1981 je tentai de dresser un tableau du décor mobilier du palais Farnèse, je constatai que les inventaires anciens, en dehors de cet ouvrage monumental, mentionnaient seulement quelques tables dans des termes trop sommaires pour permettre de les reconnaître et même d’en définir le style, mais que le palais en conservait encore un certain nombre qui présentaient toutes les apparences de l’ancienneté et qu’il était donc tentant de rattacher à son histoire ancienne, d’autant plus qu’elles enrichissaient notablement notre connaissance de cette première production romaine2. Dans les années suivantes, les recherches fondamentales d’Alvar Gonzalez-Palacios et de Filippo Tuena ont enfin précisé l’histoire de cette dernière3, de sorte que son antériorité et sa spécifité ne peuvent plus souffrir de contestation. Il m’est donc permis aujourd’hui, après des recherches plus poussées dans les inventaires anciens, de mieux situer dans cette histoire la place qu’y tinrent les ouvrages du palais Farnèse tout en précisant quelque peu leur origine.

  • 4 D. Ferrari, Le collezioni Gonzaga. L’inventario dei beni del 1540-1542, Cinisello Balsamo, 2003, p. (...)

2La naissance du genre est à rechercher évidemment dans l’admiration des hommes du xvie siècle pour les pavements et parements de marbres de couleur qui sortaient sans arrêt du sol de Rome. On devine que la découverte de grandes plaques d’une matière aussi belle suggéra bientôt l’idée de les utiliser comme des plateaux de table à poser sur des pieds de marbre sculptés à la manière antique ou, à défaut, seulement de bois. Ce goût dut se développer dans la première moitié du siècle, comme en témoigne un document qui n’a pas encore reçu l’attention qu’il mérite. L’inventaire des propriétés Gonzague décrit en 1542 dans la grotta qu’Isabelle d’Este avait installée dans la Corte vecchia du Palais ducal de Mantoue, de part et d’autre de la fenêtre, en pendants, «una tavola... di marmore amachiato lustrata quale fu condutta da Roma, legata di legnami, con frisi fatti a fogliammi de remissi» et «un’altra tavola... de pietra amachiata di marmoro legata in legnamme quale fu condutta da Roma»4. Il s’agissait donc de grandes plaques de marbre, et non d’un assemblage d’échantillons, qui étaient encore montées en bois, et les «frises» de feuillages de remisso qui déjà les encadraient devaient être également de bois divers, car on ne peut à cette date les imaginer en marqueterie de marbres ou de pierres dures. Leur origine romaine – mention exceptionnelle dans un tel document – suffisait à en dire la valeur : on imagine que la marquise avait dû en admirer lors d’un de ses séjours dans la Ville et jugé de tels ouvrages indispensables à son petit musée d’antiques. Elles devaient témoigner du style régnant dans le premier tiers du siècle mais préfiguraient clairement la production future

Fig. 1 – Jean Ménard, Table du cardinal Alexandre, 1569, New York, Metropolitan Museum of Arts.

  • 5 Tuena, art. cit. note 3, p. 55.
  • 6 Révélés par M. E Micheli, Giovanni Colonna da Tivoli : 1554, dans Xenia. Quaderni, 2, 1982, ils ont (...)
  • 7 S. Deswarte-Rosa, Le cardinal Giovanni Ricci de Montepulciano, dans A. Chastel (dir.), La villa Méd (...)
  • 8 Deswarte-Rosa, art. cit. note 7, p. 150. Ces tables se perdirent en mer.
  • 9 F. Tuena, La dispersione della raccolta del vescovo Gualterio, dans Mitteilungen des Kunsthistorisc (...)
  • 10 Tuena, art. cit. note 3, p. 61-65.
  • 11 Cl. Brown, Our Accustomed Discourse on the Antique : Cesare Gonzaga and Girolamo Garimberto, Two Re (...)
  • 12 Lettre à Concini, secrétaire ducal : «Mi rimane una taula alta XI palmi e larga otto [2,45 × 1,78 m (...)

3L’étape suivante, qui consistait à monter la plaque et un encadrement sur une platine de marbre (laquelle devait leur assurer plus de solidité), dut être franchie dès le milieu du siècle, puisqu’à défaut d’ouvrages qu’on puisse dater aussi précisément, des documents en témoignent. Dans une lettre de mai 1555, Ammannati déjà mentionnait à la villa Giulia «due grandi tavole di marmi lunghe palmi diecisette e larghe sei [3,79 × 1,34 m] con fregi intorno di vari misti et i piedi accompagnati et ornati di misti come le tavole»5, dans la composition desquelles le bois ne figurait plus. On conserve aussi trois dessins d’un certain Giovanni Colonna de Tivoli représentant des tables de marqueterie de marbre exécutées vers 1554 pour le cardinal Ricci6. En décembre 1561, le même cardinal annonçait au roi d’Espagne Philippe II l’envoi, entre autres présents, de «tre tavole comesse di varie pietre molto belle et vaghe, che hoggi si apprezzano pur assai»7 : c’est, à ma connaissance, la première apparition à leur propos du terme de commesso, qui mieux que remisso désigne une composition de pièces juxtaposées sur un support et qui va rester en usage pour définir ce type d’ouvrage, lequel était donc désormais en grande vogue. Dans les mêmes années, le cardinal Ricci encore, au dire de Flaminio Vacca, fit composer à partir de fragments de colonnes d’albâtre translucide des «tavole commesse» qu’en février 1564 il envoya au roi de Portugal, et elles devaient être l’œuvre d’un «Giovanni Francese» qui se disait justement «maestro di tavole»8 et qui allait s’affirmer dans les années suivantes comme le meilleur spécialiste de ces ouvrages. Ces présents à des souverains disent assez le cas qu’on en faisait alors à Rome. En 1566, l’inventaire après le décès de l’évêque de Viterbe Sebastiano Gualterio comportait encore de nombreuses tables faites d’un seul marbre, mais aussi «tre tavole commesse di vari mischi»9. En 1568 le grand-duc François de Médicis faisait rechercher à Rome un expert en commesso disposé à venir travailler à son service et le cardinal Ricci lui désigna l’ouvrier idéal, «un giovin Francese... in simil professione il più eccellente che si ha oggidì in Roma», mais débordé de commandes, «un mondo di lavori di diverse persone», et qui donc refusait de quitter Rome : le nom de cet artiste recherché, Jean Ménard, ne sera révélé qu’en 1579 par le laisser-passer qui l’autorisait à porter des marbres à «la regina di Francia», c’est-à-dire la reine-mère Catherine de Médicis, au service de laquelle il semble être finalement resté jusqu’à sa mort en 158210. En 1569, l’évêque Girolamo Garimberto, grand collectionneur, possédait également six «tavole de mischii» que son correspondant portugais Juan Verzosa vantait à l’égal de celles du cardinal Ricci11. La même année cependant, le cardinal Ricci proposait au grand-duc de Toscane une grande table de marbre blanc seulement bordée de vert mais restée inachevée faute de matériaux, qui pourrait selon lui être complétée à Florence avec les pierres dures dont on y disposait12 : on perçoit là une évolution du goût qui déjà ne se satisfaisait plus des seules couleurs des marbres et voulait recourir à d’autres matériaux plus précieux – au mépris de l’homogénéité comme de l’antiquité – mais plus courants à Florence qu’à Rome. Cette tendance allait se confirmer et favoriser l’essor de la production florentine avec le succès que l’on sait.

  • 13 Deswarte-Rosa, art. cit. note 7, p. 113.
  • 14 Documenti inediti per servire alla storia dei musei d’Italia, Rome, 1878-1880, II, p. 156, où le mo (...)
  • 15 Ph. Sénéchal, Le premier inventaire des antiques du palais Farnèse, dans MEFRIM, 108, 1, 1996, p. 2 (...)
  • 16 Sénéchal, p. 252-255, no 42, 43, 36 et 80.
  • 17 Lodovico Tedesco au cardinal Alexandre : «Mo Giovanni Franzese ha fatto portare hoggi in camera mia (...)

4C’est dans ce contexte des années 1560 à Rome qu’il faut replacer les tables de marbre du palais Farnese, tout en gardant à l’esprit que Giovanni Ricci, avant d’être cardinal, avait été de 1540 à 1545 majordome du cardinal Alexandre, c’est-à-dire intendant de sa maison13. En 1562, ce dernier acquit de Paolo del Bufalo, avec un ensemble de statues antiques, «una tavola di alabastro» pour le prix énorme, presque exorbitant, de 300 écus qui en faisait la pièce la plus coûteuse du lot, plus chère que le fameux Atlas (de 255 écus) ou que des statues d’Apollon et de Cupidon (de 250 écus chacune)14. Il semble qu’elle ait été conservée telle quelle et présentée comme un chef-d’œuvre en soi, sur des pieds de marbre à l’antique, si l’on en croit l’inventaire des antiques du palais dressé en 1566 qui décrit «une tavola grande quadra d’alabastro sopra li piedi... di marmo»15. Le document mentionne dans la même salle «una tavola d’alabastro ovata sopra li piedi di legno», «una tavola di porfido quadra con una cornice d’ebano e d’avorio intorno sopra li piedi di legno» et aussi «una tavola di porfido che sta in terra»; dans un camerino, «un tavolino intarsiato di diverse pietre sopra li piedi di legno»16. Il s’agissait donc encore pour la plupart de tables constituées d’une seule plaque et seule la plus coûteuse avait reçu un pied de marbre, puisque deux autres étaient encore portées sur des pieds de bois et l’une même était posée à même le sol; celle de porphyre avait encore reçu un encadrement de bois – en l’occurrence de l’ébène incrusté d’ivoire, surprenant en soi à cette date et par son association avec le porphyre –, suivant la mode ancienne; de même le «tavolino intarsiato» devait être un plateau de bois dans lequel des échantillons de marbre étaient présentés. Les meubles réunis par le cardinal Ranuccio, même augmentés de la précieuse acquisition de son frère aîné, relevaient encore du premier style. De même l’année suivante, le 30 août 1567, le majordome du cardinal Alexandre lui écrivait pour lui demander s’il voulait acheter telle quelle une «tavola di pietra nera» que «mo Giovanni Franzese» venait de lui proposer ou s’il préférait qu’on lui fît une bordure qui ferait plus qu’en doubler le prix17 : on pouvait encore hésiter entre l’uni et le commesso. La proposition, au demeurant, a l’intérêt de nous montrer déjà le cardinal en rapport avec ce Jean Ménard, l’artisan le plus réputé dans le genre.

  • 18 Documenti inediti cité note 14, I, p. 73 et 74.

5Un nouvel inventaire des antiques du palais dressé en 156818mentionne à nouveau les deux tables d’albâtre, mais non les autres, à moins que la table de porphyre ronde et large de 5 palmes [1,15 m] mentionnée dans le salone ne soit celle qui était auparavant posée à terre; toutefois il s’y était ajouté, dans le salone, «una tavola di marmoro gialla longa palmi 71⁄2 [1,67 m]» et «una tavola di pietra nera longa palmi 12 [2,67 m]» qui pouvait être celle qu’avait proposée «maestro Giovanni». On ne peut croire que de coûteux ouvrages de commesso n’aient pas été désignés comme tels lors d’un inventaire, et je suis donc tenté d’en conclure qu’à cette date, le palais ne contenait encore que des tables du modèle le plus ancien, d’un seul matériau uni.

  • 19 A. Viscogliosi, Gli Orti Farnesiani : cento anni di trasformazioni (1537-1635), dans Gli Orti Farne (...)
  • 20 Les fleurs de lis toutefois sont d’une pierre très claire (sardoine, me semble-t-il) et non de lapi (...)

6C’est donc après cette date qu’il faut a priori situer la fabrication de l’immense table (de 3,96 sur 1,82 m) aujourd’hui conservée à New York dont les pieds portent les armes du cardinal Alexandre (fig. 2), d’autant mieux qu’avant la mort du cardinal Ranuccio, comme il a déjà été observé, les meubles et décors du palais ont toujours porté ses armes et non celles de son frère. Quant à son origine, aucun document ne l’indique, mais il est pour le moins tentant de la mettre en relation avec la mention de «mo Giovanni Franzese scultore» sur une liste des créanciers du cardinal Alexandre en date du 1er octobre 1569 où il figure pour la somme énorme de 250 écus19– quand Vignole lui-même n’en devait toucher que 128 et Federico Zuccaro 99 seulement – : cette mention laconique pourrait révéler à la fois son auteur et sa date. Elle présente en effet les caractères stylistiques des ouvrages de cette période : la prépondérance accordée à l’albâtre, qui occupait ordinairement le centre du plateau; l’abondance du bianco e nero et du vert antique; la simplicité géométrique des motifs décoratifs, assez grands pour se détacher nettement des fonds. L’albâtre ici est représenté par deux plaques étroites mais d’une longueur exceptionnelle, qu’on a supposées découpées dans l’épaisseur de la table vendue par Del Bufalo, à tort, me semble-t-il, car on ne peut croire qu’elle ait été d’un format aussi anormal; mais le plateau est encore prolongé à chaque bout par le motif ordinaire des tables, à savoir l’ovale (ici de bianco e nero) bordé de cuirs. La frise d’encadrement utilise les motifs les plus répandus, en forme de pertuisane arabesque, de pelta ou de simple ovale. L’élément distinctif du décor, c’est la répétition du lis héraldique dans la frise et dans les bandeaux qui entourent les compartiments centraux20, où il alterne avec une quintefeuille à laquelle on serait tenté de prêter aussi une valeur symbolique quoiqu’elle soit inconnue dans l’emblématique de la famille. Tous les compartiments sont bordés par une cloison de marbre blanc continu, et le tout est encadré par une bordure moulurée de marbre vert.

7Ces éléments permettent justement de définir sommairement la technique spécifique du commesso romain du xvie siècle : l’élément de base est une plaque de marbre blanc qui peut être antique, de la dimension de la table voulue, épaisse d’au moins 5 cm; elle a été creusée de cavités destinées à recevoir les marbres de couleur; entre elles, le marbre blanc réservé constitue comme des cloisons qui vont border toutes les incrustations de couleur et qui présentent la particularité d’être continues sur toute la surface de la table – une coupure dans une cloison ne pouvant résulter que d’un accident ou d’une modification ultérieure. C’est donc, mutatis mutandis, un procédé de fabrication comparable à celui de l’émail dit champlevé, car les cloisons n’y sont pas rapportées mais font partie intégrante du support. Les tables anciennes sont encore dépourvues de bordure; le bord extérieur en est constitué par la cloison du pourtour, de simple marbre blanc, qui peut avoir reçu un profil sommaire de moulure. Mais la table du cardinal appartient déjà au type plus abouti, encadré par une bordure moulurée. Celle-ci est le plus souvent rapportée mais peut avoir été posée sur le bord de la plaque préalablement amaigri pour la recevoir; les éléments en sont ordinairement raccordés à l’orthogonale, par coupes perpendiculaires à la moulure (visibles ici sur les fig. 3 et 4), comme les anciens cadres à tableau italiens, et non suivant la diagonale des angles (à la différence des cadres français, assemblés par une coupe d’onglet).

Fig. 2 – Pied de la table aux armes du cardinal Alexandre. New York, Metropolitan Museum.

  • 21 B. Jestaz (éd.), L’inventaire du palais et des propriétés Farnèse à Rome en 1644, avec la collabora (...)
  • 22 Ainsi l’inventaire de la villa Médicis en 1598 décrit après «una tavola di marmo biancho comessa di (...)
  • 23 Archivio di Stato di Parma, Raccolta Manoscritti 87, p. 276.
  • 24 Je peux au moins citer cette mention surprenante de l’inventaire après décès de Colbert en 1683, da (...)

8La table du cardinal Alexandre se trouvait en 1644 dans le salone du palais (1er étage, A)21, aux dimensions duquel elle était si adaptée qu’on est amené à penser qu’elle avait été faite pour lui. Elle en fut pourtant retirée peu après, car à partir de 1653 les inventaires ou les guides la situent dans la «salle des Philosophes» (1er étage, R). L’usage, paradoxal mais bien établi, était de recouvrir les tables de marbre d’un tapis de cuir peint et doré qui sans doute en assurait la protection mais en cachait aussi le plateau la plupart du temps22. Celle-ci n’échappait pas à la règle et était pourvue en 1653 de «una coperta... di corame d’oro battuto con quattro cascate e fregi attorno con gigli». Qui pis est, elle portait aussi «una cassa di legno che cuopre detta tavola con catene e occhietti da serrarla et in mezzo un matarazzetto trapuntato di tela a scacchetti pien di lana»23. La mention explicite du matelas oblige à y voir une véritable couchette qui devait servir à quelque veilleur de nuit, suivant un usage également attesté24.

Fig. 3 – Table à ovale de brocatelle. Rome, palais Farnèse.

  • 25 Édition citée note 21, p. 133, no 3237.
  • 26 «Una tavola di porfido con piede di legno longa palmi 6, larga palmi 4» [133 × 89 cm] (Documenti in (...)
  • 27 Inventaire cité note 21, p. 136, no 3302.
  • 28 Inventaire cité note 21, p. 190, no 4591 à 4593, p. 194-195, no 4719 à 4739, et p. 197, no 4807 à 4 (...)
  • 29 Documenti inediti cité note 14, III, p. 202.

9La table du cardinal Alexandre était à tous égards exceptionnelle, car si l’on en juge par l’inventaire de 1644, elle était la seule de ce style dans le palais. La salle des Empereurs (1er étage, N) possédait seulement «una tavola d’alabastro corniciata di marmo verde con quattro piedi fatti a menzolone con due delfini per menzolone et quattro mascheroni»25dans laquelle je suis tenté de reconnaître celle déjà mentionnée en 1568 (no 38) et en 1566 (no 41) et donc le plateau acheté à Del Bufalo. La salle suivante (O) contenait à la fois «una tavola di porfido granito con fregio attorno d’ebano intarsiato d’avorio, uccellami e figure incastrate, con piedi di noce intagliati a fogliami» (no 3238) et «una tavola ovata d’alabastro cotognino con suoi piedi di noce intagliati» (no 3239) qui se trouvaient déjà inventoriées en 1566 (no 43 et 42). La première sera encore décrite en 1767 comme une simple table de porphyre, la seconde en 1775 comme d’albâtre massif, l’une et l’autre de dimensions respectables26 : il s’agissait donc bien de plateaux unis, à l’ancienne, et non d’ouvrages de commesso. En revanche, le cardinal Odoardo avait introduit dans son «primo camerino a canto la Morte» un ouvrage de son temps, de type florentin et bien différent, «un tavolino di pietra paragone ornato di fiori al naturale di diverse gioie incastrate», où les fleurs de pierres dures devaient se détacher sur le fond noir sans aucune cloison; celui-là aussi était protégé par «una coperta di marocchino rosso con quattro cascate...»27. Quant aux nombreuses tables de marbre que l’inventaire de 1644 citait encore dans les annexes du palais comme la remise du jardin, la «stanza del Toro» ou le «giardinetto», il s’agissait manifestement de plaques unies, conservées en vrac, sans pied, comme des matériaux disponibles, de grandes dimensions parfois (on en cite de 2,23, 1,56 et 1,44 m, une même de 2,45 × 1m)28. On y trouvait seulement «un pezzo di cornice di marmo mischio commesso d’altro marmo bianco e nero, longo palmi 5, largo 1» [111 × 23 cm] (no 4732) qui semble avoir été un morceau de bordure tout prêt à être monté dans une table de marqueterie. Certaines aussi, dans la stanza del Toro, servaient seulement d’étagères (no 4652, 4665), et l’inventaire de 1775 montre qu’elles avaient en effet des dimensions appropriées (2,78 × 0,334 m)29.

Fig. 4 – Table à ovale d’albâtre. Rome, palais Farnèse.

  • 30 «Un gran tavolone nel mezzo con due specchi di alabastro orientale bianco interziato di altre pietr (...)
  • 31 P. Menna, Un episodio del soggiorno a Roma di Francesco II, dans Archivio storico per le province n (...)
  • 32 Documenti inediti cité note 14, I, p. 209. Cet inventaire méthodique commence par les pièces d’orig (...)

10Le grand inventaire des antiques dressé par Domenico Venuti en 1783 et vérifié par Filippo Hackert en 1786, qui est en principe la description la plus précise de la collection, crée une surprise en décrivant dans la salle des Philosophes non pas la table du cardinal Alexandre, qui pourtant y était encore signalée par un inventaire de 1775 et par un guide de 177830, mais un ouvrage apparemment différent : «in mezzo alla medesima stanza vi è una tavola lunga palmi dieci, larga palmi sette [2,23 × 1,56 m] impellicciata di diverse pietre dure e tiene [sic – je présume une erreur de lecture pour tenere], mancante no 26 di piccioli fondi [sic pour tondi] di lapislazzuli e moltre altre pietre, per reggere detta tavola vi sono no sei chimere di marmo che formano il piede, credesi di Michelangelo»31. En effet on ne reconnaît dans cette description ni les dimensions, ni l’élément distinctif qu’étaient les grandes plaques d’albâtre de la précédente. La table du cardinal Alexandre aurait donc disparu de la salle et même du palais (car aucun autre article ne peut la concerner) pour faire place à une autre sensiblement plus petite, mais comparable pour la forme, également ancienne et en mauvais état? La chose, a priori, paraît étrange et même peu vraisemblable. Le seul inventaire ultérieur, celui de 1796, qui donne l’état des collections des Bourbons de Naples à la veille des bouleversements révolutionnaires, ne clarifie pas la question. Sa rubrique des «tavole farnesiane di vari marmi» ne comporte que trois articles, dont l’un ne concerne qu’une table de marbre blanc veiné d’une seule pièce qui se trouvait déjà au musée de Naples32. Deux seulement décrivent des tables de marqueterie restées au palais. La description de la première reproduit à l’identique celle de 1783, et la suivante désigne clairement la table du cardinal Alexandre : «altra tavola composta di due pezzi d’alabastro orientale di una considerabile grossezza con il contorno di verde antico, lunga palmi [blanc], larga palmi [blanc], con suoi piedi lavorati di marmo bianco – è di molto pregio per la qualità e grandezza dell’alabastro». Il y aurait donc eu deux ouvrages différents conservés en même temps au palais? Plusieurs raisons m’incitent à en douter : la table apparue en 1783 est inconnue de tous les inventaires précédents bien qu’elle soit décrite comme un ouvrage de la Renaissance et même assez dégradé; elle aurait été portée par six «chimères», donc trois pieds en consoles, ce que sa longueur de 2,23 m ne justifiait pas; elles étaient attribuées à Michel-Ange, ce que le guide de Magnan en 1778 (cf note 30) disait déjà des pieds de la table du cardinal; enfin l’inventaire de 1796, en décrivant cette dernière, laisse en blanc ses dimensions, inconnues du rédacteur. En fait, celui-ci devait se trouver à Naples et recopier des inventaires plus anciens, plus ou moins précis et exacts. En l’occurrence, il faut donc suspecter la véracité de celui de 1783, dont l’auteur, très attentif à la sculpture antique, aura fait preuve d’une grave négligence dans sa description d’un ouvrage moderne comme la table du cardinal, dont il n’a retenu que les lacunes de l’encadrement de marqueterie et relevé des dimensions erronées. Le rédacteur de 1796 a dû recopier, dans deux inventaires différents, deux descriptions de la même table, l’une erronée, l’autre exacte, sans avoir la possibilité de les vérifier. Je suis donc d’avis que jusqu’à la fin du xviiie siècle, la seule table du palais qui fût proprement de commesso dans sa forme aboutie a été celle du cardinal Alexandre.

  • 33 Ph. Levillain et Fr.-Ch. Uginet, «Il Reale Palazzo Farnese in Roma» 1789-1874, dans Le palais Farnè (...)
  • 34 Levillain et Uginet, p. 663.

11Un inventaire de 1806 effectué lors de la prise de possession du palais par les Français mentionne encore dans la «sala grande», c’est-à-dire le salone, une grande table de marbre blanc à incrustations de pierres dures qui avait été démontée en prévision de son transport à Naples33 : ce devait donc être celle du cardinal Alexandre, et c’est, à ma connaissance, la dernière mention qu’on en ait. En septembre 1817 enfin, le roi de Naples enjoignit au marquis de Fuscaldo, son ministre à Rome, de lui expédier deux tables d’albâtre oriental qui se trouvaient encore dans la «sala grande» – sans doute l’ovale et la rectangulaire citées dans les anciens inventaires; le marquis, soucieux de conserver au palais son decorum, aurait traîné les pieds en arguant que la saison n’était pas propice au transport, de sorte qu’on ignore si l’ordre fut exécuté34. À cette date en tout cas, les Bourbons de Naples continuaient à considérer le palais comme un entrepôt d’œuvres d’art où puiser suivant leurs besoins, et les mouvements se faisaient encore à son détriment.

  • 35 Je ne connais cet inventaire que par une copie conservée à l’ambassade de France, qui me fut aimabl (...)
  • 36 «Le decennio francese d’une part et la période de reprise du palais comme bien d’exil de l’autre re (...)

12Après un tel bilan, il est pour le moins surprenant de trouver aujourd’hui au palais douze tables de marbre, dont onze de marqueterie, qui datent manifestement du xvie siècle. À défaut de pouvoir indiquer la date précise de leur arrivée, on peut au moins lui fixer un terminus ante quem. Un «inventaire des meubles et œuvres d’art qui sont devenus propriété de l’État français par suite de l’achat du palais Farnèse» daté du 15 juin 1912 mentionne en effet seize tables de marbre disséminées dans diverses salles de l’étage noble35. Les mentions en sont si sommaires qu’il est impossible de les identifier exactement, hormis la «grande table ronde avec marbre», la seule de cette forme, et peut-être «une grande table avec marbre noir ancien» dans laquelle je suis tenté de reconnaître celle de noir uni qui se trouve aujourd’hui dans la galerie sud-est, montée sur des pieds en consoles de marbre. On ne peut douter toutefois qu’elles ne comprennent celles qui s’y trouvent conservées aujourd’hui, et il en faut déduire qu’elles y ont été introduites au cours du xixe siècle. C’est malheureusement l’époque la plus obscure de l’histoire du palais – en particulier les périodes où se firent les plus grands mouvements dans le mobilier –, aussi bien par l’état des sources que par le peu d’intérêt qu’elle a suscité36.

  • 37 Levillain et Uginet, art. cit. note 32, p. 678.
  • 38 Dim. 115 × 93 cm, repr. Jestaz, article cité note 2, p. 398, fig. 15. Il faut relever que le marbre (...)

13La seule indication est fournie par un inventaire de 1823 qui recense dans la galerie des Carraches, appliquées contre les murs, quatre tables de marbre montées sur des pieds de bois de cerisier37. La galerie n’en avait jamais comporté, il fallait donc qu’elles y eussent été introduites peu de temps auparavant. On est tenté d’y voir un effet de la politique menée par le marquis de Fuscaldo pour rendre au moins à la partie visitable du palais les apparences d’une demeure historique et royale. La galerie avait dû bénéficier de ses soins en priorité, et le fait est que l’inventaire ne mentionne pas d’autres table de marbre à l’étage noble. Il y a tout lieu de croire aussi qu’elles doivent se confondre avec celles qui étaient encore situées dans la galerie par l’inventaire de 1912, «quatre tables avec marbre (granit oriental)». Cette dernière précision, la seule fournie par le document, est manifestement une erreur grossière, qu’il n’est pas téméraire de corriger par albâtre oriental, mais elle suffit à discréditer la compétence du rédacteur en matière de minéralogie. Il y a donc toutes chances pour qu’il s’agisse des quatre tables qui se trouvent aujourd’hui dans le camerino (1er étage, I), car elles sont montées sur des pieds de bois modernes de même dessin et trois d’entre elles au moins constituent une suite assez homogène en présentant un grand ovale (d’albâtre sur l’une, de brocatelle sur deux autres) au centre d’un riche décor de marqueterie (fig. 3 et 4); la quatrième, il est vrai, s’en distingue fondamentalement, car elle est constituée d’une seule plaque de marbre noir encadrée simplement d’une bordure d’albâtre, ce qui la désigne comme un ouvrage du premier style38. Quant à l’origine de ces tables, elle est inconnue, mais peut faire l’objet de la même réflexion que les suivantes.

  • 39 Levillain et Uginet, art. cit. note 32, p. 690.
  • 40 Voir appendice II. Cet inventaire, inédit à ma connaissance, n’est pas daté autrement que par le rè (...)

14Il en reste en effet huit autres dont nous ne savons rien, si ce n’est que leur arrivée a dû se faire après 1823. Seule l’histoire du palais peut suggérer une occasion propice. La plus probable paraît avoir été l’installation en 1863 du roi de Naples détrôné François II. On sait qu’il établit son bureau personnel dans la galerie des Carraches et qu’il en fit alors garnir les niches vides avec des bustes d’Empereur à l’antique de Tommaso della Porta récupérés à Caprarola39. Il faut retenir du fait que les collections de ce château se trouvaient encore à sa disposition, et l’on peut donc imaginer qu’il y puisa aussi des tables de marbre. Or un inventaire du xviie siècle montre que le château du cardinal Alexandre en était richement pourvu40– et l’on sait aussi qu’il s’agit de meubles moins fragiles et moins faciles à déplacer que ceux de menuiserie. Il faut en outre relever que quelques articles de cet inventaire, plutôt rares, se trouvent signalés en marge soit par une croix, soit par un trait de plume horizontal, comme si les meubles qu’ils concernent avaient fait l’objet d’une sélection; or, sur les onze tables de marbre décrites, neuf sont désignées par un tel trait.

  • 41 Diamètre 139 cm, largeur d’un côté 57,5 cm; reproduite dans Le palais Farnèse cit. note 2, II, p. 1 (...)
  • 42 Diamètre 1,53 m; repr. Le palais Farnèse cit. note 2, II, p. 259, fig.a et c.
  • 43 Repr. Le palais Farnèse cit. note 2, I, 2, p. 398, fig. 17.
  • 44 Repr. Le palais Farnèse cit. note 2, I, 2, p. 399, fig. 18.

15Peut-on parmi elles reconnaître des tables conservées au palais? Quelques rapprochements au moins s’imposent. La table octogonale de marbre blanc incrustée de «pierres de couleur» (no 1 de l’inventaire) pourrait se confondre avec le guéridon du salotto dipinto (B, bureau de l’ambassadeur) si l’on suppose que son «pied de marbre noir» a été remplacé par celui de gris ondé (cipollin?) qui porte actuellement le plateau41(fig. 5); l’absence de dimensions dans l’inventaire interdit de pouvoir l’assurer, mais la rareté de la forme octogonale dans cette production constitue un argument non négligeable en faveur de l’identification. La table de marbre noir (no 2) qui mesurait 2,67 m «avec son chassis» (probablement un encadrement de bois) pourrait être la grande table de marbre noir uni de la galerie sud-est qui est montée aujourd’hui sur deux pieds de marbre en consoles à incrustations, laquelle, dépourvue de toute bordure, mesure 2,49 × 1,10 m. La table ronde de marbre africain entouré de divers autres, montée sur un pied sculpté antique (no 8), évoque irrésistiblement un guéridon de même décor, si ce n’est que le pied n’en est pas sculpté de masques d’ours et de cornes d’abondance, mais de têtes de lion engoulant des festons42(fig. 6); cette fois encore, l’absence de dimensions dans l’inventaire interdit de rien affirmer, mais la rareté de la forme est un argument favorable, et la différence du pied n’est pas dirimante, d’autant moins qu’on peut suspecter l’exactitude de l’inventaire dans la mention d’un décor aussi excentrique que des têtes d’ours. Quant à la description d’une table carrée de bianco e nero de 100,3 cm de côté (no 9), elle s’applique quasi parfaitement à celle de la galerie sud-est dont ce marbre constitue le seul décor et qui mesure 102 cm43(fig. 7). Enfin celle d’une grande table de mischio encadré de divers autres marbres avec des lis dans les angles (no 11) s’appliquerait parfaitement à celle de la galerie sud-ouest44(fig. 8), dans laquelle on trouve non seulement des lis aux angles et au milieu des petits côtés, mais encore des quintefeuilles au milieu des grands, ce qui l’apparente à la table du cardinal, si ses dimensions (1,735 × 1,360) n’étaient pas différentes de celles fournies par l’inventaire (1,784 × 1,115 m). Rien au demeurant ne permet de savoir si ces mesures sont précises ou seulement approximatives.

Fig. 5 – Guéridon octogonal. Rome, palais Farnèse.

Fig. 6 – Guéridon rond. Rome, palais Farnèse.

Fig. 7 – Table de bianco e nero. Rome, palais Farnèse

Fig. 8 – Table présentant des lis dans la bordure. Rome, palais Farnèse

16Ces similitudes semblent trop nombreuses pour être casuelles. Il faut encore y ajouter le fait que presque toutes les descriptions dépourvues de dimensions, plutôt vagues, pourraient s’appliquer à des tables du palais – comme à d’autres, il est vrai. Est-il pour autant téméraire de croire ces dernières pour la plupart apportées de Caprarola? J’y suis d’autant plus disposé que j’ai peine à croire qu’un tel ensemble de tables – dont une arborant des lis – ait pu se trouver offert au même moment dans le commerce romain. En outre la situation d’un roi en exil devait l’inciter à puiser dans les réserves disponibles plutôt qu’à faire des achats coûteux.

  • 45 Dim. 1,502 × 0,987 m; repr. Jestaz, art. cit. note 2, p. 398, fig. 16
  • 46 Dim. 1,635 × 1,555 m; repr. dans Le palais Farnèse cit. note 2, II, p. 179, fig. b.

17Quelle qu’en soit la provenance, il s’avère en tout cas que les tables du palais illustrent parfaitement le développement du genre à Rome au temps du cardinal Alexandre, et ce fait à lui seul mérite l’attention. On y trouve en effet le type le plus simple, où l’essentiel du plateau est occupé par un seul marbre, comme la table du camerino déjà citée, dans laquelle une grande plaque de noir est seulement bordée d’albâtre, une autre dans la galerie sud-ouest, rectangulaire, qui présente un grand carré d’albâtre a tartaruga flanqué de deux petits rectangles, le tout encadré de vert45, une autre encore, dans la même galerie, d’un grand marbre sombre encadré de motifs d’albâtre, de vert et de brocatelle46. On peut encore y rattacher la table aux fleurs de lis déjà citée (fig. 8).

  • 47 L. 1,122 m; repr. dans Le palais Farnèse cit. note 2, II, p. 178, fig. d; repr. en couleurs dans A. (...)

18L’étape suivante est caractérisée par une réduction de la plaque centrale et par des encadrements plus complexes, qui font encore intervenir peu de couleurs mais introduisent divers compartiments géométriques – ovale, médaillon, pelta – et donnent ainsi aux cloisons de blanc une valeur décorative : ainsi la table de bianco e nero déjà citée (fig. 7), et une autre table carrée, dans la galerie nord-est, encadrée de grands médaillons d’albâtre aux angles et de peltæ aux médianes (fig. 9)47. Le guéridon octogonal (fig. 5) s’y apparente mais présente aussi deux caractères exceptionnels, des cloisons très larges et incisées sur leurs bords extérieurs d’un trait continu, dont je ne connais pas d’autre exemple.

  • 48 Cf. Splendori di pietre dure. L’arte di Corte nella Firenze dei Granduchi, Florence, 2003, p. 86, n(...)

19L’aboutissement logique de l’évolution, riche de couleurs et de motifs au point de défier la description sommaire, est représenté par la table du cardinal Alexandre (fig. 1) ou par celles du camerino déjà citées (fig. 3 et 4). Un autre sommet du genre aurait pu être apporté par celle de la stanza del Mercurio à Caprarola (appendice II, no 10), qui a malheureusement disparu : elle présentait en effet des plaques d’albâtre transparent au travers desquelles on voyait des fleurs de lis, un décor particulièrement raffiné et rarissime, qui n’est connu aujourd’hui que par la table du cardinal Ferdinand de Médicis conservée à Poggio Imperiale48. Ce dernier exemple confirme que le cardinal Alexandre, même s’il n’avait introduit qu’une table de commesso – mais non des moindres – dans son palais de Rome, avait cultivé le genre dans une autre résidence au point d’en posséder tous les types de forme et de décor.

Fig. 9 – Table carrée. Rome, palais Farnèse.

20Au terme de cet examen, il apparaît donc que les tables réunies au palais, si l’on y ajoute celle qui l’a quitté à jamais, constituent un ensemble cohérent et représentatif de la production romaine dans le troisième quart du xvie siècle. Il n’est pas téméraire de penser qu’il n’aurait guère été différent s’il avait été choisi par les cardinaux Ranuccio et Alexandre. Ainsi l’ultime intervention de ses propriétaires héréditaires a finalement doté le palais d’un mobilier spécifique en accord avec son style et avec le goût de ses premiers occupants.

Haut de page

Annexe

Appendices

I

1912, 15 juin. – Relevé des tables de marbre figurant dans l'«Inventaire des meubles et œuvres d’art qui sont devenus propriété de l’État français par suite de l’achat du palais Farnèse» signé à cette date par l’ambassadeur de France Camille Barrère (copie dans les archives de l’ambassade).

«… deux tables marbre et pieds noyer

3e corridor

quatre tables avec marbre (granit oriental)

salle des Caraches

deux tables dorées style Empire avec marbre salon rouge

deux tables avec marbre

petite salle à manger

une table avec marbre

grande salle à manger

une grande table avec marbre noir ancien

deux autres tables avec marbre

grande table ronde avec marbre

bureau de M. l’ambassadeur

une table en marbre

chambre à côté du corridor».

II

s. d. [entre 1646 et 1694]. – Relevé des tables de marbre figurant dans l'«Inventario de’ mobili esistenti nel palazzo del Ser.mo duca Ranuccio Farnese posto in Caprarola» (Archivio di Stato di Parma, Case e Corte Farnesiane, serie VIII, b. 52, fasc. 6, no 14).

NB. L’astérisque désigne les rares objets de l’inventaire qui s’y trouvent signalés en marge par un trait de plume.

... Stanza del camerone

(1)... Tavola di marmo bianco con ottangulo interziato di diverse pietre di colore con il suo piede di marmo nero... (fol. 1)/...

Salon rouge nella stanza degli Angeli

(2) *Una tavola di marmo negro longa palmi dodici [2,67 m] con suo telaro con otto balaustri di noce torniti...

Nella stanza di Giacob49

(3)... *Un tavolino di marmo intersiato di marmi di più colori sù di un telaro di noce fatto a vasi... (fol. 11 verso)/

Stanza del Giuditio

(4)...*Una tavola di marmo bianco e negro intersiata di vari colori posta sù in un telaro di noce a cinque balaustri... (fol. 13 verso)/...

Stanza del S. Cardinale50

(5)... *Una tavola di marmo intersiata con suoi piedi torniti... (fol. 14)/

Nella stanza della Torre51

(6)... *Una tavola di alabastro cotognino e marmo verde interziato attorno di marmo bianco longa palmi sei e larga palmi quattro [133 × 89 cm]...

Nel camerino della Torre

(7) *Un tavolino di marmo negro mischio con cornice di marmo detto portasanta sopra d’un telaro di noce con quattro colonne tornito (sic) longo palmi cinque, largo 4 [111,5 × 92 cm]... (fol. 15)/

La stanza della Tavola tonda52

(8)... *Una tavola tonda di marmo affricano mischio col color di marmo negro intersiato con il fregio di varii marmi pretiosi con il piede tondo di marmo antico con dui mascaroni orsini con cornucopia, che vi sono tre busci ché sono staccate le pietre, e si consegnano le pietre staccate et in una vi manca la metà di una pietra bianca e l’altre consegnate in più pezzi... (fol. 15 verso)/...

Nella camera del Ponte53

(9)... *Un tavolino di marmo negro [e] bianco di palmi quattro e mezzo [100,3 cm] riquadrato con piedi di noce a balaustrate...

Stanza del Mercurio

(10)... *Una tavola di marmo longa palmi sei larga quattro [133,8 × 89 cm], colore mischio nel mezzo, con cornice di marmo detto Portasanta, con fregio di varii marmi et alabastro trasparente sotto al quale si vedono gigli, con dui piedi di marmo scannellato intersiati (fol. 16)/...

Nella sala del Conseglio54

(11) Una tavola grande di marmo mischio nel mezzo longa palmi otto, larga cinque [178,4 × 111,5 cm], con fregio intorno di marmo bianco intersiato di varii marmi con gigli nelli cantoni, sopra a tre cavalletti fatti di noce con colonne a (sic pour e) cornice... (fol. 16 verso)».

Haut de page

Notes

1 O. Raggio, The Farnese Table : a rediscovered work by Vignola, dans The Metropolitan Museum of Art Bulletin, XVIII, 1959-1960 [march 1960], p. 213-231.

2 B. Jestaz, Le décor mobilier, la sculpture moderne et les objets d’art, dans Le palais Farnèse, Rome, 1981 (Le Palais Farnèse, I, 2), p. 387-407, p. 397-399.

3 A. Gonzalez-Palacios, Mosaici e pietre dure. Firenze-Paesi germanici-Madrid, Milan, 1982 (I quaderni dell’antiquiariato); Id., Itinerario da Roma a Firenze, dans A. Giusti (dir.), Splendori di pietre dure, Florence, 1988, p. 43-52; F. Tuena, Appunti per la storia del commesso romano : il «Franciosino» maestro di tavole e il cardinale Giovanni Ricci, dans Antologia di Belle Arti, 33-34, 1988, p. 54-69.

4 D. Ferrari, Le collezioni Gonzaga. L’inventario dei beni del 1540-1542, Cinisello Balsamo, 2003, p. 350, no 7331 et 7332, et p. 438 pour la définition du remisso.

5 Tuena, art. cit. note 3, p. 55.

6 Révélés par M. E Micheli, Giovanni Colonna da Tivoli : 1554, dans Xenia. Quaderni, 2, 1982, ils ont été mainte fois reproduits depuis, en particulier par Tuena, art. cit. note 3, p. 55-57.

7 S. Deswarte-Rosa, Le cardinal Giovanni Ricci de Montepulciano, dans A. Chastel (dir.), La villa Médicis, Rome, 1991, II, -p. 111-169, p. 156, note 197.

8 Deswarte-Rosa, art. cit. note 7, p. 150. Ces tables se perdirent en mer.

9 F. Tuena, La dispersione della raccolta del vescovo Gualterio, dans Mitteilungen des Kunsthistorischen Instituts in Florenz, 33, 1989, p. 85-103, p. 89.

10 Tuena, art. cit. note 3, p. 61-65.

11 Cl. Brown, Our Accustomed Discourse on the Antique : Cesare Gonzaga and Girolamo Garimberto, Two Renaissance Collectors of Greco-Roman Art, New York-Londres, 1993, p. 170, no 120-125; Deswarte-Rosa, art. cit. note 7, p. 119, note 37.

12 Lettre à Concini, secrétaire ducal : «Mi rimane una taula alta XI palmi e larga otto [2,45 × 1,78 m], dico taula biancha da raccamarla poi di quelle cose belle che avete di là, che io per mancamento di materiali non l’ho fornita mai, ma li ho ben fatto le fascie over cornice intorno di un bellissimo verde... Credo che il marmo di questa taula sia greco, ritrovato poco tempo sotto d’un arco antico», citée par P. Barocchi e G. Gaeta Bertelà, Collezionismo mediceo. Cosimo I, Francesco I e il Cardinale Ferdinando. Documenti 1540-1587, Modène, 1993, p. 31-32, note, et plus longuement avec quelques variantes par Tuena, art. cit. note 3, p. 67.

13 Deswarte-Rosa, art. cit. note 7, p. 113.

14 Documenti inediti per servire alla storia dei musei d’Italia, Rome, 1878-1880, II, p. 156, où le mot «Atlante» a été malencontreusement imprimé «Atalante». Ces trois statues se trouvent au Musée national de Naples, inv. 6374, 6253 et 6335. Sur la collection Del Bufalo, voir Chr. Riebesell, Die Sammlung des Kardinal Alessandro Farnese, Weinheim, 1989, p. 30-40.

15 Ph. Sénéchal, Le premier inventaire des antiques du palais Farnèse, dans MEFRIM, 108, 1, 1996, p. 252, no 41.

16 Sénéchal, p. 252-255, no 42, 43, 36 et 80.

17 Lodovico Tedesco au cardinal Alexandre : «Mo Giovanni Franzese ha fatto portare hoggi in camera mia una sua tavola di pietra nera perché io la mandi a V. S. Ill.... Se si contenta, si manda nella maniera che sta, senza cornice, o più [sic; je suppose qu’il faut lire et en tout cas comprendre oppure] comanda se gliene facci fare una che le stia bene, et di più se vuole si paghino li 10 scudi che chiede mo Giovanni per la detta tavola senza la cornice» (Cl. Robertson, ‘Il Gran Cardinale’ Alessandro Farnese, Patron of the Arts, New Haven Londres, 1992, p. 300, no 53).

18 Documenti inediti cité note 14, I, p. 73 et 74.

19 A. Viscogliosi, Gli Orti Farnesiani : cento anni di trasformazioni (1537-1635), dans Gli Orti Farnesiani sul Palatino, Rome, 1990 (Roma antica, 2), p. 299-339, p. 332.

20 Les fleurs de lis toutefois sont d’une pierre très claire (sardoine, me semble-t-il) et non de lapis-lazuli comme il aurait fallu pour rendre l’azur; le lapis n’apparaît que pour constituer le centre des quintefeuilles.

21 B. Jestaz (éd.), L’inventaire du palais et des propriétés Farnèse à Rome en 1644, avec la collaboration de M. Hochmann et Ph. Sénéchal, Rome 1994 (Le palais Farnèse, III, 3), p. 127, no 3112.

22 Ainsi l’inventaire de la villa Médicis en 1598 décrit après «una tavola di marmo biancho comessa di più sorti di pietre fine...» son «soprapanno di corame rosso con fregio di corame d’oro foderato di panno giallo» et «tre cascate di corame d’oro atorno al pie di detta», et après «un tavolino di marmo con le sue pietre fine e alabastro trasparente con carte stampate» [la fameuse table aujourd’hui conservée à Poggio Imperiale], «un soprapanno di corame biancho foderato di panno giallo con fregio d’oro» (G. M. Andres, The Villa Medici in Rome, New York-Londres, 1976, p. 258, note 693, et p. 262, note 697). Les tapis de cuir du palais Farnèse se trouvaient en 1644 au garde-meuble, mais l’un d’eux est précisément désigné comme servant à la table d’albâtre de la salle des Empereurs, un autre à une autre table d’albâtre (inventaire cité note 21, p. 106, no 2563 et 2564).

23 Archivio di Stato di Parma, Raccolta Manoscritti 87, p. 276.

24 Je peux au moins citer cette mention surprenante de l’inventaire après décès de Colbert en 1683, dans la grande salle de son logement à Saint-Germain-en-Laye : «une grande table avec un tapis de moquette servant à coucher le Suisse garni d’un matelas de laine, d’un traversin, avec une couverture» (Bibliothèque nationale, Mss, Mélanges Colbert 76, fol. 567, no 1121).

25 Édition citée note 21, p. 133, no 3237.

26 «Una tavola di porfido con piede di legno longa palmi 6, larga palmi 4» [133 × 89 cm] (Documenti inediti cité note 14, III, p. 188); «un tavolino d’alabastro orientale massiccio di figura ovata, lungo palmi 8 ed once 10, largo palmi 41⁄2» [1,964 × 1m] (ibidem, p. 200).

27 Inventaire cité note 21, p. 136, no 3302.

28 Inventaire cité note 21, p. 190, no 4591 à 4593, p. 194-195, no 4719 à 4739, et p. 197, no 4807 à 4812.

29 Documenti inediti cité note 14, III, p. 202.

30 «Un gran tavolone nel mezzo con due specchi di alabastro orientale bianco interziato di altre pietre dure, mancandone alcune, con cornice di verde antico e piedi di marmo, lungo palmi 17, largo palmi 71⁄2 [3,79 × 1,67 m], ricoperto da un tappeto» (inventaire de 1775, § ottava stanza, Documenti inediti cité note 14, III, p. 199); «une grande table formée de pierres orientales qui a 16 palmes [3,56 m] de long avec des pieds de marbre blanc de la façon de Michel-Ange» (D. Magnan, La ville de Rome, ou description abrégée de cette superbe ville, Rome, 1778, III, p. 34).

31 P. Menna, Un episodio del soggiorno a Roma di Francesco II, dans Archivio storico per le province napoletane, XCII, 1974, p. 274, no 60.

32 Documenti inediti cité note 14, I, p. 209. Cet inventaire méthodique commence par les pièces d’origine Farnèse, puis décrit les collections proprement napolitaines en les distinguant suivant les lieux de trouvaille; il s’y trouve aussi un chapitre de «tavole» (p. 231-264) sans rapport avec la collection Farnèse, qui comporte seulement, outre de nombreux pieds, neuf tables, lesquelles ne sont pas de commesso hormis une table ronde à échiquier.

33 Ph. Levillain et Fr.-Ch. Uginet, «Il Reale Palazzo Farnese in Roma» 1789-1874, dans Le palais Farnèse cité note 2, I, 2, p. 647-692, p. 653.

34 Levillain et Uginet, p. 663.

35 Je ne connais cet inventaire que par une copie conservée à l’ambassade de France, qui me fut aimablement communiquée jadis par Henri Gierat, du service intérieur; l’original signé de Camille Barrère doit se trouver dans les archives du ministère des Affaires Étrangères. On en trouvera les mentions utiles en appendice I.

36 «Le decennio francese d’une part et la période de reprise du palais comme bien d’exil de l’autre restent opaques» (Levillain et Uginet, art. cit. note 32, p. 649).

37 Levillain et Uginet, art. cit. note 32, p. 678.

38 Dim. 115 × 93 cm, repr. Jestaz, article cité note 2, p. 398, fig. 15. Il faut relever que le marbre noir n’est pas un rehaut posé sur un support mais constitue la table elle-même : son revers, entaillé de hachures qui trahissent son remploi, est donc visible, et c’est son propre bord qui a été amaigri pour recevoir la bordure d’albâtre.

39 Levillain et Uginet, art. cit. note 32, p. 690.

40 Voir appendice II. Cet inventaire, inédit à ma connaissance, n’est pas daté autrement que par le règne d’un Ranuccio qui doit être Ranuccio II, duc de 1646 à 1694.

41 Diamètre 139 cm, largeur d’un côté 57,5 cm; reproduite dans Le palais Farnèse cit. note 2, II, p. 196, fig. b.

42 Diamètre 1,53 m; repr. Le palais Farnèse cit. note 2, II, p. 259, fig.a et c.

43 Repr. Le palais Farnèse cit. note 2, I, 2, p. 398, fig. 17.

44 Repr. Le palais Farnèse cit. note 2, I, 2, p. 399, fig. 18.

45 Dim. 1,502 × 0,987 m; repr. Jestaz, art. cit. note 2, p. 398, fig. 16

46 Dim. 1,635 × 1,555 m; repr. dans Le palais Farnèse cit. note 2, II, p. 179, fig. b.

47 L. 1,122 m; repr. dans Le palais Farnèse cit. note 2, II, p. 178, fig. d; repr. en couleurs dans A. Giusti (dir.), Eternità e nobiltà. di materia. Itinerario artistico fra le pietre policrome, Florence, 2003, p. 171 et 200.

48 Cf. Splendori di pietre dure. L’arte di Corte nella Firenze dei Granduchi, Florence, 2003, p. 86, no 7, notice d’A. Gonzalez-Palacios, repr. coul.

49 Connue aujourd’hui sous le nom de stanza dei Sogni.

50 Connue aujourd’hui sous le nom de stanza della Penitenza.

51 Connue aujourd’hui sous le nom de stanza di Ermatena.

52 Connue aujourd’hui sous le nom de stanza della Solitudine.

53 Connue aujourd’hui sous le nom de stanza dei Lanefici.

54 Connue aujourd’hui sous le nom de stanza del Concilio.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Jean Ménard, Table du cardinal Alexandre, 1569, New York, Metropolitan Museum of Arts.
Légende Fig. 2 – Pied de la table aux armes du cardinal Alexandre. New York, Metropolitan Museum.
Légende Fig. 3 – Table à ovale de brocatelle. Rome, palais Farnèse.
Légende Fig. 4 – Table à ovale d’albâtre. Rome, palais Farnèse.
Légende Fig. 5 – Guéridon octogonal. Rome, palais Farnèse.
Légende Fig. 6 – Guéridon rond. Rome, palais Farnèse.
Légende Fig. 7 – Table de bianco e nero. Rome, palais Farnèse
Légende Fig. 8 – Table présentant des lis dans la bordure. Rome, palais Farnèse
Légende Fig. 9 – Table carrée. Rome, palais Farnèse.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Jestaz, « Les tables de marbre au palais Farnèse », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-2 | 2010, 297-310.

Référence électronique

Bertrand Jestaz, « Les tables de marbre au palais Farnèse », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 18 septembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/574 ; DOI : 10.4000/mefrim.574

Haut de page

Auteur

Bertrand Jestaz

fjestaz@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org