Navigation – Plan du site
Le palais Farnèse

Le deuxième étage du palais Farnèse : distribution et fonction

The second floor of the Farnese Palace : layout and function
Bertrand Jestaz
p. 239-251

Résumés

Dans un article qui a fait autorité, Bourdon et Laurent-Vibert en 1909 ont établi la distribution intérieure du palais à partir des données de l’inventaire de 1653. Leur interprétation du deuxième étage contenait pourtant deux anomalies au moins, puisqu’ils situaient la guardarobba vecchia dans l’aile postérieure, qui fut la dernière construite, et répartissaient la libraria grande sur deux salles. Elle est contredite par les données de l’inventaire de 1644, lequel suit apparemment un ordre topographique plus rigoureux parce que le palais était alors inhabité. Il permet de situer dans l’aile nord-ouest la libraria grande et, éclairées sur la cour, les stanze de quadri, lesquelles avaient auparavant servi de logement a Fulvio Orsini; à l’entresol en dessous, l’ancien studio d’Orsini, devenu libraria da basso. La guardarobba initiale se trouvait en façade, mais elle s’était progressivement étalée dans la galerie sud-est, dans l’aile postérieure et jusqu’au troisième étage. Ainsi les espaces d’habitation se trouvaient fortement réduits par la place donnée aux réserves de meubles et aux collections.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 P. Letarouilly, Édifices de Rome moderne..., Paris, 1840, I, p. 13.

1La distribution intérieure d’un palais, c’est-à-dire l’affectation de ses salles, est un élément essentiel pour l’appréciation de son architecture et la connaissance de son fonctionnement dans le temps. Celle des palais de la Renaissance est difficile à percevoir, car la destination des salles, en dehors du rituel salone à deux étages, n’avait guère d’effet sur leur forme architecturale. L’examen des plans ferait croire que l’architecte concevait les volumes sans trop se soucier de leur utilisation ultérieure. Le plus grand connaisseur des palais de Rome, Paul Letarouilly, avait déjà formulé cette observation générale : «Il serait difficile de saisir aucune intention de distribuer dans cette suite de chambres qui se succèdent sans exprimer, à vrai dire, aucun besoin local»1. Le palais Farnèse n’échappe pas à cette norme, et la suite de ses grandes salles dotées de plafonds armoriés ne permet guère de spéculations sur l’usage qu’on a pu en faire. Seuls les documents et en particulier les inventaires peuvent nous éclairer un peu à leur sujet.

  • 2 P. Bourdon et R. Laurent-Vibert, Le palais Farnèse d’après l’inventaire de 1653, dans MEFR, 29, 190 (...)
  • 3 Parme, Archivio di Stato, Raccolta Manoscritti, b. 86. Sur les inventaires anciens du palais, voir (...)

2Ce fut le mérite de P. Bourdon et R. Laurent-Vibert d’aborder ce problème, il y a maintenant plus d’un siècle : dans un article en tous points original et novateur à cette date, ils proposèrent une interprétation globale du palais, à tous les étages, qui n’a jamais été remise en cause et fait généralement autorité aujourd’hui encore2. Ils se servirent pour ce faire d’un document qu’ils avaient découvert dans les Archives de Parme, un inventaire de 1653 qui était alors le seul connu à décrire l’ensemble du palais3. Ils partirent du principe que la description devait progresser à travers les salles dans une séquence continue : «une fois fixé le point de départ, on peut de proche en proche identifier toutes les pièces», écrivaient-ils (p. 156). Or ce point de départ était clair, c’était, au deuxième étage, la «stanza della guardarobba nel cantone verso i Bolognesi», c’est-à-dire la salle de l’angle sud qui ouvre sur le vicolo del Mascherone en direction de la petite église San Petronio. À partir de cet angle, l’intendant du garde-meuble devait progresser le long de l’aile sud-ouest, puis remonter à l’ouest le long de l’actuelle via Farnese, enfin parcourir le corps de façade exposé au nord-est (fig. 1) : ils situaient donc la guardarobba [nuova] dans l’angle sud, la loggia et les pièces voisines R, Q, P, O, la guardarobba vecchia en L, M, N, K, les trois stanze de’ quadri en F, E, C, les trois premières salles de la libreria piccola sur la cour en G, H, I, l’ultima en D, la libreria grande en B et A.

  • 4 Ce dernier problème, pour mesquin qu’il apparaisse, a dû se poser souvent, même s’il est rare qu’on (...)

3L’idée de la progression topographique d’un inventaire n’est guère contestable dans son principe tant elle est logique. Tous ceux qui ont la pratique de ce type de document l’admettent a priori mais savent néanmoins que le principe pouvait toujours connaître des exceptions, d’autant plus aisément qu’elles ne compromettaient pas la valeur d’un document qui visait seulement à décrire le contenu d’un bâtiment et ne prétendait pas en donner une lecture architecturale rigoureuse. Elles pouvaient tenir à des raisons fortes mais non apparentes au lecteur tardif, comme le temps disponible à la fin d’une vacation, qui faisait préférer une petite pièce proche à la salle voisine trop longue à décrire, la présence d’un connaisseur utile pour l’appréciation de telle catégorie d’objets comme l’orfèvrerie ou la peinture, qui incitait à suivre les ouvrages de cette production plutôt que l’ordre des salles, ou encore, tout simplement, l’accessibilité de telle salle en fonction d’un occupant éventuel, voire d’une serrure qui se bloquait ou d’une clef qu’on ne trouvait plus4. Il est donc recommandé de contrôler la séquence suggérée par un inventaire en confrontant avec la réalité les rares mentions de meubles qui peuvent renseigner sur le bâtiment, à savoir les garnitures de cheminée et les rideaux de fenêtre : il va de soi que leur absence ne signifie pas que la pièce est dépourvue de cheminée et de fenêtre, mais la présence de feux prouve normalement celle d’une cheminée et le nombre de rideaux (ou de paires) révèle celui des fenêtres. Nos deux pionniers de 1909, faute de pratique sans doute, ne semblent pas avoir eu conscience de ces problèmes ni de ces ressources complémentaires; ils utilisaient d’ailleurs un plan du deuxième étage qui avait été relevé par Laurent-Vibert lui-même et qui ne tenait compte ni des rares cheminées restées en place, ni des conduits existant dans les murs.

Fig. 1 – Plan du palais au deuxième étage (d’après Le palais Farnèse, II, p. 407).

  • 5 «In tempo de Ser.mi SS.i cardinali Farnesi tenevasi da medesimi la libraria in una gran camera acca (...)

4Leur belle construction fut adoptée d’autant plus volontiers qu’on ne pouvait la remettre en cause sans documents plus explicites et que le problème était ardu, sinon rebutant. De légères anomalies, à la réflexion, auraient dû pourtant alerter les historiens du palais. La première est que deux des salles de la guardarobba vecchia, situées par eux en M et N, se seraient trouvées dans l’aile postérieure du palais, qui ne fut achevée qu’en 1589, alors que leur dénomination même imposait de les placer dans une partie du palais habitable dès le début, donc soit dans l’aile ouest, soit en façade. Une autre est leur proposition de répartir la libraria grande sur deux salles (B, pour suivre la séquence, et A, faute de lui trouver un emploi), alors que l’inventaire n’en mentionne qu’une et que d’autres documents le confirment : une note de l’intendant du palais envoyée au duc de Parme en 1727, découverte par eux, précisait qu’au temps des cardinaux, la bibliothèque se trouvait dans une grande salle5. Ces observations suffisent à jeter un doute sur la validité de la distribution qui a été proposée pour le deuxième étage et adoptée jusqu’à présent.

  • 6 L’inventaire du palais et des propriétés Farnèse à Rome en 1644 (Le palais Farnèse, III, 3), Rome, (...)

5Un autre inventaire général est aujourd’hui connu et publié, que j’ai proposé de dater de 1644, soit de l’année où le palais dut être récupéré par le duc de Parme après la saisie effectuée durant la «guerre de Castro», qui est en tout cas antérieur à 1649 et donc de quelques années à celui utilisé par Bourdon et Laurent-Vibert6. Entre autres mérites, il a celui de proposer une séquence des salles différente et quelques précisions topographiques non négligeables. Il part pourtant du même point que celui de 1653, fixé probablement par le premier inventaire du palais puisque tous les suivants n’étaient a priori que des récolements, c’est-à-dire de l’«ultima stanza della guardarobba del cantone verso i Bolognesi», qu’il faut à coup sûr placer en U; il décrit ensuite une «seconda stanza» qu’il faut logiquement placer en T, puis une «entrata nella stanza scura», appellation curieuse et manifestement impropre puisque le local décrit, qui contient notamment sept armoires et deux studioli, ne peut être une simple «entrée» et doit être la «stanza scura» elle-même, c’est-à-dire la plus proche salle sans fenêtre, en R; puis un «andito per andare alla loggia» qui est forcément en Q, puis la loggia elle-même; après quoi il passe à «la prima stanza della guardarobba detta la sala», manifestement la plus grande et principale salle de ce garde-meuble, qu’il faut raisonnablement placer en S, d’où il faut déduire que cette visite n’a pas été linéaire mais quasi circulaire, puisqu’on a tourné autour de cette «première salle» pour terminer par elle. Il est clair en tout cas que ce garde-meuble qu’on devrait dire nouveau pour le distinguer de l’ancien qui va suivre occupait au deuxième étage tout l’angle sud du palais et la loggia, comme l’avaient bien compris Bourdon et Laurent-Vibert.

6C’est ensuite que commencent les problèmes, car l’inventaire de 1644 s’écarte alors du parcours suivi en 1653 en annonçant – très logiquement au demeurant – des «stanze del cantone a canto la guardarobba», ce qu’il faut raisonnablement interpréter comme les pièces de l’autre angle postérieur, à l’ouest. Elles sont quatre, distinguées par leur numéro d’ordre, mais elles sont suivies d’une «stanza dove stava Mons. Mozzanica a canto la guardarobba vecchia», puis de la «guardarobba vecchia». Si l’on suit l’idée d’une progression continue, on en déduit qu’elles occupent l’angle depuis P jusqu’à L et que la guardarobba vecchia occupe à leur suite l’aile nord-ouest. C’est malheureusement cette interprétation simpliste que j’ai adoptée lorsque j’ai dressé la table de l’inventaire de 1644 (p. 22), où j’ai fait figurer l’ancienne chambre de Mozzaniga sous la rubrique des stanze del cantone. Une étude plus attentive prouve pourtant, comme on va voir, qu’elle ne pouvait se trouver à leur suite et qu’il faut la détacher des salles d’angle.

  • 7 Inventaire cité note 3, p. 290-291 et 293.

7Mais avant d’aborder leur examen de détail, il convient d’abord de comprendre pourquoi l’inventaire de 1653 est passé directement de la guardarobba [nuova] à la vecchia et de ce fait induit Bourdon et Laurent-Vibert en erreur. En fait, il s’avère qu’on n’a pas alors ignoré ces salles, mais qu’on les a sautées lors de la visite du deuxième étage pour n’y venir que bien plus tard : c’est seulement après avoir parcouru tout l’étage noble, les entresols, le rez-de-chaussée et les remises qu’on a abordé en 1653 les logements particuliers, à savoir les «stanze del cantone accanto alla guardarobba che tiene il s.r Gio. Dom.co de Cupis», puis les «stanze che godeva mons.r Mozzaniga hoggi godute dal s.r cap.o Cordelli», enfin la «stanza da basso che tiene il s.r duca di Poli»7. Ces mentions d’occupants permettent de comprendre l’anomalie apparente. L’intendant, alors qu’il inventoriait le deuxième étage en 1653, n’a pas pu visiter ces pièces parce qu’elles étaient occupées (faute de clef ou d’autorisation préalable) et a donc remis leur examen à plus tard. En 1644, juste après la saisie par le pouvoir pontifical, le palais était pratiquement inoccupé, et l’intendant a pu continuer la visite de l’aile sud-ouest par les salles d’angle, alors dépourvues d’affectations. Faute de connaître ces données, Bourdon et Laurent-Vibert, après avoir cru l’angle ouest dédié à la guardarobba vecchia, furent contraints de supposer ces pièces à côté de l’angle sud et situèrent le logement de Cupis en V et l’ancien de Mozzaniga juste au-dessous, au premier étage, en Z – deux pièces qui assurément auraient pu être cloisonnées mais qui ne comportent pas de cheminée, alors que l’inventaire mentionne deux paires de feux chez le premier et une chez le second.

  • 8 Inventaire cité note 6, p. 93, no 2085 à 2094.
  • 9 Inventaire cité note 6, p. 93, no 2099 et 2101 à 2103.
  • 10 Inventaire cité note 6, p. 94, no 2111 et 2112.
  • 11 Inventaire cité note 6, p. 94, no 2121 et 2122.

8Revenons à la donnée de l’inventaire de 1644 qui ne souffre pas de discussion : les salles annoncées sous la rubrique stanze del cantone [ouest] vont jusqu’à une «quarta stanza». On peut imaginer que ces quatre pièces se situent en P, O, N et M, en observant toutefois que P présente trois défauts gênants : elle est dépourvue de fenêtre et de cheminée, et elle ne communique pas avec O, car on y entre seulement de la galerie ou de la loggia. Ce futur logement du sieur Cupis devait pourtant avoir son entrée indépendante, sur la galerie sud-ouest, et la première pièce se situerait donc en O : elle répond en effet aux conditions exigées, puisqu’elle comporte la cheminée qu’implique la paire de feux mentionnée, que ses dimensions considérables lui donnent les surfaces murales requises pour l’accrochage de six pièces de tapisserie de «l’historia del Petrarca» (apparemment une suite de Triomphes) et l’espace nécessaire pour accueillir un mobilier comportant notamment un lit, des scabelloni (banquettes à dossier) peints aux armes d’un cardinal de la maison (Odoardo?) et encore une armoire aux armes d’un monseigneur Farnèse (probablement Ferrante, évêque de Parme de 1573 à 1606)8. La «2.a stanza» comportait également un lit de bois doré à colonnes, mais aussi un «orinale ordinario» et une chaise percée, et elle ne contenait pas de feux, comme si elle était dépourvue de cheminée, ce qui ferait croire qu’elle servait plutôt de garderobe où couche un domestique, enfin il s’y trouvait une seule portière9; ces détails invitent à la placer en P, en supposant que la porte sur la loggia (qui servait de garde-meuble) devait être condamnée et donc dépourvue de portière, mais je reconnais volontiers que l’absence de communication directe avec la chambre précédente reste gênante pour cette identification; une autre possibilité serait en L, à condition d’admettre que cette deuxième salle n’était pas voisine de la première, auquel cas la destination de P resterait inconnue; je refuse en tout cas l’interprétation de Bourdon et Laurent-Vibert qui voulaient voir en P une «stanza sopra la guardarobba» en prêtant à sopra le sens – rarissime à ma connaissance – d’avant, car cette mention désigne comme on verra une pièce du troisième étage. La «3.a stanza», dotée de feux de cheminée et de deux portes (une seule portière en fait, mais «due ferri da alzar portiera»)10, se situerait parfaitement en N. La «4.a stanza», dotée aussi de feux, devrait donc se placer en M, sans qu’on puisse préciser sur laquelle de ses trois portes il était prévu de tendre une portière11.

  • 12 Inventaire cité note 6, p. 94, no 2130 et 2131.
  • 13 Fr.-Ch. Uginet, Le palais Farnèse à travers les documents financiers (1535-1612), Rome, 1980 (Le pa (...)
  • 14 Letarouilly, op. cit. note 1, pl. 117, repr. dans Le palais Farnèse, II, Rome, 1981, p. 353.
  • 15 Inventaire cité note 3, p. 291 : «una tavola grande d’albuccio con trespidi coperta di corame vecch (...)

9La logique du parcours linéaire imposerait maintenant de situer en L l’ancienne chambre de monseigneur Mozzaniga qui est citée à la suite et en K le salone de la guardarobba vecchia auquel elle était dite attenante. Mais d’autres indications l’interdisent. Ladite chambre comportait une cheminée, comme l’atteste la mention d’une paire de feux et d’une pelle12, alors que L n’en possède pas et n’en saurait avoir faute de conduit disponible, car la salle au-dessous (O au premier étage) n’en possède pas davantage – comme il est normal pour des pièces situées dans l’axe d’une galerie de circulation, ce qui en faisait des antichambres desservant les appartements voisins. D’autre part, on verra qu’il s’impose de placer en K la libraria grande et non un garde-meuble. En dépit des apparences, donc, et aussi surprenant que cela soit, il faut renoncer à l’idée que la chambre du monseigneur – lequel avait été le vicaire général de l’évêque Ferrante dont une armoire située en O portait les armes – faisait partie des salles du cantone ouest et se résoudre à lui chercher un autre emplacement. Un document plus ancien permet peut-être de le trouver. Un mémoire de travaux de menuiserie effectués en 1612 mentionne en effet le salotto de ce personnage, où avait été fabriqué un plancher d’entresol de 451⁄4 sur 321⁄4 palmes13, soit 10,10 sur 7,20 m. La largeur de 7,20 impose de situer cette salle dans l’enfilade sur rue de l’aile nord-ouest et exclut toute autre sur la cour. Quant à la longueur de 10,10 m, elle est exactement celle de la salle E – et de nulle autre. Celle-ci, convertie depuis longtemps par l’École française en salle de bibliothèque, a ses parois couvertes de rayonnages qui interdisent d’y chercher les traces d’une cheminée, mais elle a pu en comporter une puisqu’il doit exister dans son mur nord-est un conduit montant de celle qui a été relevée par Letarouilly dans la salle du premier étage située au-dessous (F)14. L’emplacement est surprenant, mais moins qu’il ne paraît à première vue, car la salle a l’avantage d’ouvrir directement sur la galerie de circulation nord-est et donc de posséder l’entrée indépendante qui semble nécessaire à un logement particulier. Si elle en était le salotto, c’est-à-dire l’antichambre servant de salle de réception – ce qui répond bien à sa position –, la chambre du monseigneur devait se trouver à côté et pourrait avoir été située en F. Cette dernière, elle aussi devenue salle de bibliothèque, ne conserve pas davantage trace de cheminée mais a pu comme la précédente bénéficier du conduit qui monte de celle située au-dessous (1er étage, salle G). Ce devait être la première, en E, qui avait conservé en 1644 le souvenir de son affectation à monseigneur Mozzaniga, puisqu’on la disait mitoyenne de la guardarobba vecchia, laquelle ne pouvait se placer que dans l’aile de façade (nord-est). Mais en 1653, on parlait des «stanze che godeva mons.r Mozzaniga hoggi godute dal s.r cap.o Cordelli» : si ce pluriel n’est pas abusif, il faut croire que le capitaine avait récupéré la salle F pour sa chambre; sinon, il devait occuper au moins la salle E – qui pourrait avoir été subdivisée par une cloison d’autant plus facilement qu’elle comporte deux fenêtres –, car seule elle pouvait lui assurer une entrée indépendante. L’inventaire n’y mentionne qu’un mobilier très sommaire, un lit, plusieurs tables, une pelle et une pincette mais non les feux attendus15, ce qui ferait croire à une seule pièce, mais on ne saurait s’y fier car l’intendant ne devait décrire que les meubles appartenant au palais alors que le titulaire du logement pouvait y avoir apporté ses propres meubles.

  • 16 Inventaire cité note 3, p. 241.

10L’identification de la chambre Mozzaniga entraîne, on l’a compris, celle de la guardarobba vecchia à laquelle elle était attenante. Il faut donc placer ce premier garde-meuble, qui comportait quatre salles, en façade, à partir de la pièce d’angle C. Deux arguments renforcent cette évidence. Autant il était anormal de l’imaginer dans l’aile postérieure du palais, la dernière construite, autant il est naturel de le trouver dans le corps de bâtiment le plus ancien et le premier à avoir été habitable, car c’était un élément indispensable dans tout palais en un temps où les parements changeaient suivant les saisons et où les meubles ou objets précieux étaient tenus ordinairement en réserve tant que l’usage n’en était pas requis. En outre on y entrait par un «primo salone» dans lequel on est presque obligé de reconnaître la salle A, la seule à occuper toute la profondeur de l’enfilade avec une élévation à proportion de cette surface. L’inventaire en décrit ensuite la «sala 2.a» et la «prima stanza», qu’on peut situer sans problème en B et en C. Il serait donc satisfaisant de pouvoir placer en D sa «stanza ultima», mais cela semble impossible, car cette petite pièce en retrait est la seule à être couverte d’une voûte surbaissée et à correspondre à une autre mention, celle de «l’ultima stanza [della libreria piccola] con la volta tonda»16, comme l’avaient proposé Bourdon et Laurent-Vibert. Cette salle voûtée devait donc servir de complément à une bibliothèque qui n’en était pas mitoyenne, tout comme l’ancien garde-meuble avait dû trouver un complément dans une dernière salle située à quelque distance. On constate dans les deux cas un étalement discontinu, qui doit tenir simplement au fait que le garde-meuble comme la bibliothèque ont dû connaître un développement progressif et qu’il aura fallu sur le tard et tant bien que mal leur trouver un local supplémentaire. Au vrai, il serait plutôt surprenant qu’on eût dès le début prévu tout l’espace qui leur serait nécessaire et réparti l’intérieur du palais en autant de départements cohérents. L’idée du développement linéaire qu’on aimerait y trouver est, au fond, incompatible avec le processus historique de leur développement. Il faut donc chercher dans un autre secteur une salle disponible qui aurait pu constituer cette dernière salle de garde-meuble. Elle pourrait s’être trouvée en F, qu’on a supposée anciennement la chambre de Mozzaniga, si le capitaine Cordelli n’en avait pas hérité, ou bien encore dans la salle L, pour laquelle aucun emploi n’a encore été défini. Rien ne permet encore de choisir.

  • 17 Inventaire cité note 6, p. 146.
  • 18 Op. cit. note 13, p. 123-124 : «... alla porta che dalla loggia verso la guardarobba vecchia entra (...)
  • 19 Documenti inediti per servire alla storia dei musei d’Italia, Rome, 1878-1880, II, p. 385; réimprim (...)
  • 20 Rausa, art. cit. note 19, p. 60.

11On voit donc qu’il est impossible de trouver dans l’enfilade sur rue de l’aile nord-ouest les trois «stanze de’ quadri» que Bourdon et Laurent-Vibert avaient cru pouvoir y placer en F, E et C. Les seules pièces qu’on puisse encore envisager pour cet usage sont les trois de cette aile qui s’éclairent sur la cour, en G, H et I. L’inventaire de 1644 en apporte la preuve péremptoire en définissant des entresols comme les «mezzanini sotto le stanze de’ quadri»17. Or il ne se trouve d’entresols que du côté de la cour, au-dessus des camerini de l’étage noble (fig. 2). Le mémoire déjà cité des travaux de menuiserie qui furent effectués en 1612 dans les stanze de’ quadri apporte la confirmation de leur localisation : il en mentionne la porte d’entrée depuis la galerie proche de l’ancien garde-meuble, c’est-à-dire la galerie nord-est, les cinq chassis de fenêtre, enfin «la porte à côté de la vis», qui ne peut être que la porte de sortie sur la galerie sud-ouest, en I, à côté de l’escalier en vis E 1418. Ces salles furent ensuite démultipliées, car un inventaire de 1697 cite, après les «stanze de’ quadri sopra», une «stanza de’ quadri settima»19 que je serais bien en peine de situer, de même que les trois qui la précédaient, mais qui se trouvait probablement en dessous, c’est-à-dire à l’étage noble; c’était là le résultat d’une politique de déploiement des collections opérée dans la seconde moitié du xviie siècle pour la satisfaction des visiteurs, qui fit également remonter dans la «galleria superiore della guardarobba» les principales statues et têtes jusqu’alors conservées dans la «stanza del Toro»20. Mais il ne fait pas de doute que les stanze de’ quadri voulues par le cardinal Odoardo et intactes jusqu’au milieu du xviie siècle n’étaient que trois et qu’elles se trouvaient en G, H et I.

Fig. 2 – Plan des entresols entre premier et deuxième étage (d’après Le palais Farnèse, II, Rome, 1980, p. 406).

  • 21 Inventaire cité note 6, p. 165.
  • 22 Il écrit à propos des livres que lui a envoyés Pinelli : «Il luogo dove li metterei è un salone vol (...)
  • 23 Le palais Farnèse, I, 1, Rome, 1981, p . 229 et 236. C’est apparemment le souvenir du premier empla (...)

12L’inventaire de 1644, en un autre endroit, dit les «stanze de’ quadri vicino alla libraria grande»21, ce qui oblige à situer cette dernière dans la plus grande salle de l’enfilade sur rue, en K, comme W. Lotz l’a déjà proposé pour d’autres raisons. Cette précision topographique est d’autant plus précieuse qu’elle est la seule dont nous disposions pour localiser cette fameuse bibliothèque. Jusqu’à présent, on ne pouvait guère citer à son propos qu’une lettre de Fulvio Orsini du 7 mars 1578 qui en parlait comme d’un «salon orienté au nord», indisponible à cette date par suite des travaux du plafond, et voisin de son propre logement22, ce qui était bien vague. On en avait tiré la conclusion qu’elle se trouvait dans le corps de façade, plutôt en A – mais au vrai, l’orientation du palais fait que la seule salle proprement dirigée vers le nord se trouve à l’angle, en C, et qu’à défaut, celles de l’aile droite (au nord-ouest) et de la façade (au nord-est) peuvent également y prétendre. W. Lotz a proposé de situer en B la première bibliothèque du palais, citée dans l’inventaire de 1568, en considérant que son plafond était le seul de l’étage à porter les armes du cardinal Ranuccio, qu’elle se trouvait au-dessus de son appartement et directement reliée à lui par l’escalier E 2; mais il pensait que le cardinal Alessandro l’avait déplacée ensuite et que celle citée par Orsini en 1578 était donc en train de recevoir un plafond à ses armes, ce qui pouvait laisser le choix entre les salles F et K, mais que K s’imposait par ses dimensions comme le salone requis23.

  • 24 Le palais Farnèse, I, 2, p. 455.
  • 25 Ouvr. cité note 13, p. 123, no 1277 : «porta nelle stanzie dell conte Capra che entra nella librari (...)

13M. Pastoureau a d’ailleurs contesté l’homogénéité de son plafond, où il trouvait à la fois le bouclier qu’il croit une devise du cardinal Ranuccio et un écu d’Alessandro qui lui paraît trop grand et rapporté24, or cet état composite pourrait bien être le résultat du travail effectué en 1578. On a mention en 1612 d’une porte qui «du logement du comte Capra entre dans la bibliothèque»25 : puisque les pièces F et E devaient être occupées par Mozzaniga, ce comte devait disposer du logement existant de l’autre côté, avec la salle L comme antichambre et probablement les chambres M et N. La bibliothèque en K s’interposait donc entre deux logements, ce qui peut expliquer que l’inventaire soit passé de l’un à l’autre sans y entrer, en la réservant pour une vacation particulière, et à plus forte raison si elle était tenue soigneusement close, comme le prétend le document suivant.

  • 26 A. E. Denunzio, Una testimonanzia sulla biblioteca e il palazzo Farnese a Roma nella seconda metà d (...)

14Si l’on en croit un rapport adressé au duc de Parme le 29 août 1665 par son homme de confiance Anselmo Cellini26, elle fut déplacée par deux fois après l’inventaire de 1653 : «cette bibliothèque fameuse... était conservée, sans pompe et comme en réserve, dans une grande salle du palais où l’on ne laissait entrer personne sinon lorsque, parfois, les papes avaient besoin de faire rechercher parmi ces livres quelque précision importante»; mais en prévision du séjour de Christine de Suède (1654-1655), dont on redoutait la voracité de collectionneuse, le résident «l’avait sauvée en la plaçant dans certains camerini écartés»; puis un employé du palais nommé Pisani s’était rendu coupable de plusieurs vols dans les collections, ce qui avait persuadé l’abbé Calcagni, responsable de la bibliothèque, de «la faire transporter dans une autre salle sous le prétexte qu’il y allait de la grandeur de la Maison de la faire voir aux étrangers et aux gens auxquels on montrait le palais, les peintures, les statues et autres curiosités»; il l’avait donc «transportée et totalement dérangée», au point qu’on avait vu circuler dans Rome un manuscrit de Pirro Ligorio traitant de la villa Hadriana – lequel en effet a disparu du fonds de ses manuscrits qui a abouti à Naples –, à la suite de quoi Cellini en avait fait sceller les portes.

  • 27 Inventaire cité note 6, p. 147. Le passé du verbe surprend mais peut s’expliquer par un déplacement (...)
  • 28 Inventaire cité note 3, p. 234-241; l’inventaire de ces tableaux se trouve édité dans G. Bertini, L (...)
  • 29 Ouvr. cité note 13, p. 124, no 1286-1290, et en particulier : «per haver disfatto le scanzie di noc (...)

15Je serais tenté de croire que ces camerini écartés dans lesquels les livres auraient été mis à l’abri de la rapacité de la reine n’avaient pas été créés par le résident, mais qu’ils existaient déjà et constituaient ces salles que les inventaires du palais en 1644 et en 1653 désignaient déjà comme la «libraria da basso» ou «libraria piccola». Elles ne pouvaient se trouver au deuxième étage, déjà occupé en totalité, mais étaient placées en entresol. L’inventaire de 1644 le laisse entendre en décrivant les tableaux d’un «terzo mezzanino dove fu la libraria da basso»27, lesquels tableaux se retrouvent décrits par l’inventaire de 1653 dans la «terza stanza della libraria piccola»28. Il s’agit évidemment des «mezzanini sotto le stanze de’ quadri» déjà cités, c’est-à-dire des entresols sur cour de l’aile nord-ouest (fig. 2, B, C, et D), accessibles seulement par la petite vis située dans l’angle ouest de la cour (E 14). Leur installation était en effet ancienne, car le mémoire des ouvrages de menuiserie effectués en 1612 les cite déjà comme les «stanzie sotto [le stanze de’ quadri] dette dello studio», notamment pour la restauration de leurs étagères décorées de certaines figures et de licornes, et il nous précise encore que le premier stanzino était voisin de l’escalier en vis29. On comprend aisément que cet entresol désigné primitivement comme studio ait pris par la suite le nom de «libraria da basso» ou «piccola» pour la distinguer de la «grande» qui se trouvait à l’étage supérieur. Mais il avait fallu la compléter par une pièce du deuxième étage, cette «ultima stanza dalla volta tonda» qu’il faut raisonnablement situer en D comme on a vu.

  • 30 Rausa, ouvr. cité note 19, p. 69.
  • 31 P. Menna, Inventari farnesiani, dans Archivio storico per le province napoletane, 92, 1974, p. 272.

16Dans les années qui suivirent le rapport de Cellini, entre 1665 donc et 1690, une grosse partie des livres fut transférée à Parme, et en 1764, on en expédia encore cinquante-deux caisses directement à Naples, ce qui dut réduire progressivement l’extension de l’une et l’autre bibliothèque et probablement amener un transfert du résidu dans un autre local. L’inventaire de 1736 en effet désigne l’ancienne «salle des Philosophes» (au premier étage en R) comme «anticamera accanto alla galleria dipinta dai Carracci oggi Libreria», et les antiques qu’elle contenait y sont distinguées par la mention «Libreria, resta» si elles devaient y rester ou «Longara» lorsqu’elles devaient être transférées à la Farnésine30. Mais cet emploi ne dut pas durer, puisque Venuti et Hackert dans les années 1780 ne désignaient plus la même salle que comme la «stanza avanti la galleria»31.

  • 32 Ce legs était peut-être moins spontané qu’il ne semble, il pouvait résulter d’une sorte d’obligatio (...)

17Il s’ensuit que le siège historique de la bibliothèque établie par le cardinal Alessandro, valable pendant toute la première moitié du xviie siècle, a bien été cette salle K. Et comme Fulvio Orsini en 1578 se flattait d’en être le voisin, on peut sans risque d’erreur situer son logement dans les pièces sur cour H et I au moins (et G aussi peut-être), qui communiquent avec elle et présentaient d’autres avantage non négligeables : elles étaient assurément plus confortables ou moins inconfortables pour l’habitation que les grandes salles de l’enfilade sur rue, elles possédaient une entrée particulière par la galerie sud-ouest, et elles étaient même reliées au studio de l’entresol par l’escalier en vis, qui faisait de cet entresol comme une dépendance privée de cet appartement. On peut donc dater du départ de Fulvio Orsini, qui quitta le palais peu de temps avant sa mort (1600), la transformation de ces salles qui avaient constitué son logement en stanze de’quadri. Le fait que Fulvio y laissait une importante collection de peinture léguée au cardinal Odoardo32a sans doute été décisif dans le choix de leur nouvelle affectation, de même que le studio qu’il avait dû installer à l’entresol préfigura la «libraria da basso». Il n’en est pas moins surprenant que le vieil érudit, malade, ait au soir de sa vie quitté ce logement si adapté à ses goûts dans lequel il avait passé la plus grande partie de sa vie. Si l’on considère que seul son départ a permis une adaptation de ce secteur du palais si heureuse pour la disposition des collections, on en vient à se demander s’il n’a pas été quelque peu sollicité ou même provoqué par la décision du cardinal d’opérer cette petite révolution de palais.

  • 33 Inventaire cité note 6, p. 101-105, où l’on parcourt successivement un «primo palchetto», deux autr (...)
  • 34 Inventaire cité note 6, p. 113.
  • 35 Op. cit. note 13, p. 124, no 1292 : «per haver disfatto tutto il solaro nella guardarobba delli leg (...)
  • 36 Inventaire cité note 6, p. 105-107.
  • 37 Op. cit. note 13, p. 120-121; elle y est identifiée en note 95 avec la salle Z, par un lapsus manif (...)
  • 38 Ibid., p. 121, no 1239 : «per fattura delli palchetti di tavole di castagnio simili alli altri atto (...)
  • 39 Inventaire cité note 6, p. 107.
  • 40 Inventaire cité note 6, p. 110.
  • 41 Inventaire cité note 6, p. 111 et 112.
  • 42 Inventaire cité note 6, p. 113.

18Si l’on en croit l’inventaire de 1644, la guardarobba vecchia ne s’achevait pas avec la «stanza ultima», car il décrit ensuite un «corritore appresso la guardaroba» qui avait été aménagé en magasin par la construction de trois tribunes de charpente33. Il ne peut s’agir que de la galerie sud-est, à laquelle son étroitesse valait cette appellation de corridor, comme le confirme la mention par la suite de «mezzanini sotto il corritore» qui ne peuvent être que les entresols de cette aile (fig. 2, M, N, O, P), les seuls à répondre à une telle définition34. Son installation en garde-meuble était ancienne, puisqu’elle figurait déjà sous ce nom dans le mémoire des ouvrages de menuiserie effectués en 1612 : on y mentionne en effet avoir alors défait le plancher d’entresol du garde-meuble représentant une surface de 120 sur 20 palmes, soit 26,80 sur 4,46 m35, or ces dimensions sont exactement celles de la galerie sud-est et d’elle seule. Après quoi, l’inventaire décrit la «sala sopra la guardarobba» que Bourdon et Laurent-Vibert ont placée en O avec des arguments qui ne peuvent plus tenir contre les données de l’inventaire de 1644. Comme on serait bien en peine de trouver encore place au deuxième étage pour elle et celles qui la suivent, je crois donc nécessaire de rendre au mot sopra son sens le plus courant et de placer cette salle au troisième étage (fig. 3) : si l’on considère que la guardarobba par excellence était au deuxième la grande salle S, la «sala sopra la guardarobba» se situerait juste au-dessus, en S aussi, une salle de mêmes dimensions, nécessaires pour contenir non seulement des meubles et dix armoires, mais encore un entresol de charpente («palchetto»)36. On en a confirmation par le mémoire des travaux de charpenterie et menuiserie effectués en 1612 après l’incendie de l’angle sud, où une rubrique concerne la «guardarobba sotto tetto» et plus particulièrement son «stanzione grande» – un terme amplificateur qui convient bien à son volume –, qui fut justement doté alors d’entresols de charpente sur trois côtés37 : sa situation est précisée par le fait qu‘on y mentionne sa porte d’entrée sur la «loggia», c’est-à-dire la galerie sud-ouest, les trois chassis de ses fenêtres sur l’extérieur et une fenêtre ouvrant sur l’escalier (E 13), lequel devait en effet être éclairé de second jour; mais la mention d’une porte de communication avec la salle voisine fait croire qu’il en existait une alors entre les salles S et T. A la même date, d’autres entresols de charpente semblables avaient été installées dans la salle voisine38, je présume donc que le «tramezzo della prima stanza di detto salone al piano» qui est décrit ensuite par l’inventaire39 est la salle T. La «stanza a mano dritta dove sono gli arazzi» qui lui succède40, que Bourdon et Laurent-Vibert avaient située au deuxième étage en P, devrait donc se situer tout près des précédentes au troisième, et à défaut de savoir exactement où conduisait alors la main droite, je la placerais volontiers en Q, une pièce obscure qui aurait particulièrement bien convenu à la conservation des tissus et tapisseries. Enfin l’inventaire cite encore une «stanza di sopra appresso il cornicione» et une «stanza in cima alla scala della guardarobba, la prima a mano dritta»41 qu’on pourrait imaginer respectivement en U et en V et que ces désignations de toute façon imposent clairement de placer au troisième étage. Aucune de ces pièces en tout cas ne pourrait s’être trouvée en entresol au-dessus du deuxième étage, car celui-ci ne comprend qu’une seule et petite pièce en ce secteur, laquelle d’ailleurs est décrite aussitôt après par l’inventaire comme le «mezzanino verso i Bolognesi»42.

Fig. 3 – Plan du troisième étage (d’après Le palais Farnèse, II, Rome, 1980, p. 409).

  • 43 «... è necessario remediare a tre inconvenienti, cioue che il palazo abia logiamenti aciò non si ab (...)
  • 44 Le mobilier (au sens générique) des stanze de’ quadri occupe les no 3739 à 3825 de l’inventaire de (...)

19Au terme de ce parcours, on a donc une vision d’ensemble assez vraisemblable de la distribution du palais dans ses parties hautes, même si quelques doutes peuvent subsister sur la destination de certaines salles du deuxième étage comme P, L ou F. Une observation s’impose alors à l’esprit, c’est que cet énorme monument était bien peu logeable, car en dehors de l’étage noble – lui-même installé plutôt en musée –, il ne comprenait guère que deux petits appartements au-dessus, parce que tous les espaces en avaient été mangés non pas tant par les collections que par le garde-meuble, qui avait fini par prendre des proportions monstrueuses. Le fait est surprenant en soi et encore plus si l’on considère qu’avant la construction de l’aile postérieure, on reprochait au palais de manquer de salles d’habitation, si l’on croit le mémoire de Guglielmo della Porta rédigé vers 1574 : il faut, disait-il, que «le palais ait des logements, afin qu’on ne soit pas contraint de les chercher sur les toits comme on le voit aujourd’hui» – allusion claire à toutes les salles du troisième étage où le nom du cardinal Ranuccio figure sur les linteaux de porte et qui devaient donc être déjà en service de son temps –, et le duc Ottavio lui-même aurait déclaré que sans agrandir la cour, «on ne pouvait faire de chambres»43; c’était ce programme de logement qui avait finalement fait renoncer à la transparence de l’aile postérieure rêvée par Sangallo puis par Michel-Ange, et adopter l’idée d’un bâtiment plus épais que les autres ailes, à triple épaisseur. Le résultat paraît donc décevant : le premier étage y avait gagné seulement quelques salons et une galerie qui ne faisaient que compléter le grand appartement au lieu de le dédoubler, le deuxième, un seul logement, dans l’angle sud, qui aurait servi à monseigneur Farnese, évêque de Parme. Or l’aile nord-ouest n’en contenait que deux petits, l’un pour Fulvio Orsini dans les pièces sur cour, un autre pour monseigneur Mozzaniga, dans le prolongement de la galerie nord-est, puisque l’appartement Orsini, en prenant la place de la galerie sur cour qui aurait dû desservir l’aile nord-ouest, interdisait l’accès aux pièces centrales de l’enfilade extérieure et empêchait de ce fait de les affecter à un particulier. Tout le reste servait de garde-meuble, même les belles salles en façade, et le départ de Fulvio Orsini n’avait fait qu’aggraver cet état de choses puisque son logement avait été converti en salles de tableaux. On comprend que le cardinal Odoardo, pour se ménager un appartement privé, ait dû se transporter à l’extérieur, de l’autre côté de la via Giulia, où il avait disposé ses camerini. Le plus beau palais de Rome était comme asphixié par son contenu, qu’il s’agît de ses meubles ou des collections de livres, d’antiques et de tableaux. Sans doute l’histoire de la famille, c’est-à-dire son rétrécissement progressif jusqu’à la seule branche des ducs de Parme, l’avait-elle permis en déchargeant le palais de toute obligation pratique. Il reste que son évolution paraît le résultat normal de l’action uniforme menée par les trois titulaires successifs du palais, les cardinaux Ranuccio, Alessandro et Odoardo : une louable passion de la collection, dit-on généralement, mais on pourrait dire aussi un besoin quasi maniaque d’accumuler des objets, sans grand souci de les mettre en valeur et fût-ce même à leur propre détriment. On peut admettre que la cour et l’étage noble se présentèrent dès le xvie siècle comme un véritable musée avant la lettre, mais on devine que les hangars postérieurs où s’accumulaient auprès du Taureau les antiques de tous ordres, à même le sol, ne pouvaient mériter ce nom et faisaient de ce qui aurait dû constituer un jardin une sorte de terrain vague; quant au deuxième étage, non seulement le garde-meuble en occupait la majeure partie, mais les trois stanze de’ quadri, bourrées de tableaux suivant l’usage ancien, étaient encore abondamment pourvues de meubles et d’objets, et la bibliothèque, encombrée aussi de tableaux et d’antiques44, de sorte qu’il devait faire figure d’un énorme bric-à-brac. Ainsi le palais Farnèse semble avoir constitué le cas, unique dans les annales, d’un immeuble princier dont les habitants légitimes auraient été comme chassés par les meubles.

Haut de page

Notes

1 P. Letarouilly, Édifices de Rome moderne..., Paris, 1840, I, p. 13.

2 P. Bourdon et R. Laurent-Vibert, Le palais Farnèse d’après l’inventaire de 1653, dans MEFR, 29, 1909, p. 145-198.

3 Parme, Archivio di Stato, Raccolta Manoscritti, b. 86. Sur les inventaires anciens du palais, voir mon introduction à l’édition citée note 6.

4 Ce dernier problème, pour mesquin qu’il apparaisse, a dû se poser souvent, même s’il est rare qu’on y fasse allusion. On trouve pourtant dans l’inventaire du palais Pitti à Florence en 1637-1638 : «nota come l’appiè robe non si scrivo(r)no nel giorno che seguiva nell’inventario doppo il dì 13 di marzo 1637 per essere in diverse camere nelle quali non si potette entrare essendo che in detto tempo in Pisa» (Florence, Archivio di Stato, Gardarobba Mediceo 525, fol. 128 verso, que je cite d’après l’édition fournie par le site numérique memofonte, p. 223, en proposant une correction en parenthèse).

5 «In tempo de Ser.mi SS.i cardinali Farnesi tenevasi da medesimi la libraria in una gran camera accanto la guardarobba» (citée par Bourdon et Laurent-Vibert, art. cit. note 2, p. 153, note 1).

6 L’inventaire du palais et des propriétés Farnèse à Rome en 1644 (Le palais Farnèse, III, 3), Rome, EFR, 1994, p. 7-13.

7 Inventaire cité note 3, p. 290-291 et 293.

8 Inventaire cité note 6, p. 93, no 2085 à 2094.

9 Inventaire cité note 6, p. 93, no 2099 et 2101 à 2103.

10 Inventaire cité note 6, p. 94, no 2111 et 2112.

11 Inventaire cité note 6, p. 94, no 2121 et 2122.

12 Inventaire cité note 6, p. 94, no 2130 et 2131.

13 Fr.-Ch. Uginet, Le palais Farnèse à travers les documents financiers (1535-1612), Rome, 1980 (Le palais Farnèse, III, 1), p. 124, no 1291 : «per fattura dell solaro rusticho nell salotto dell Mozzanicha...». Cet article de compte se trouve placé sous la rubrique des «stanzie sotto dette dello studio» qui désignent les entresols nord-ouest, mais il ne peut en faire partie, car les dimensions données l’interdisent; il en est de même de la guardarobba citée dans l’article suivant (cf. ci-dessous note 35), qui confirme que le compte ne concerne plus les entresols mais bien le deuxième étage.

14 Letarouilly, op. cit. note 1, pl. 117, repr. dans Le palais Farnèse, II, Rome, 1981, p. 353.

15 Inventaire cité note 3, p. 291 : «una tavola grande d’albuccio con trespidi coperta di corame vecchio, una più piccola con trespidi vecchii, un tavolino d’albuccio col suo telaro, una seggetta da servitio a telaro col vaso di rame, una lettiera d’albuccio finita, quattro tavole di castagna da letto, un ferro da portiera, paletta e molle et un spido di ferro».

16 Inventaire cité note 3, p. 241.

17 Inventaire cité note 6, p. 146.

18 Op. cit. note 13, p. 123-124 : «... alla porta che dalla loggia verso la guardarobba vecchia entra in dette» (no 1280); «li cinque telari» (no 1281); «cinque tavoloni di albuccio alli archi delle finestre» (no 1285); «il fusto di albuccio alla porta accanto la lumacca» (no 1283). Ces précisions interdisent de suivre l’hypothèse de Fr.-Ch. Uginet (p. 123, note 102), lequel, trompé par Bourdon et Laurent-Vibert sur la situation de l’ancien garde-meuble, envisageait de situer les salles de tableaux en O en arguant qu’elle était alors cloisonnée par des tramezzi.

19 Documenti inediti per servire alla storia dei musei d’Italia, Rome, 1878-1880, II, p. 385; réimprimé par F. Rausa dans Le sculture Farnese, storia e documenti, Naples, 2007, p. 64.

20 Rausa, art. cit. note 19, p. 60.

21 Inventaire cité note 6, p. 165.

22 Il écrit à propos des livres que lui a envoyés Pinelli : «Il luogo dove li metterei è un salone volto a tramontana dove era la libreria del cardinale e dove sta di riportare, però non così presto perché ne fu levata per farne il sofitto e non si riportarà così presto; è congionto con le mie stanze» (lettre citée par P. de Nolhac, La bibliothèque de Fulvio Orsini, Paris, 1887, p. 14, note 3, par Bourdon et Laurent-Vibert, art. cit. note 2, p. 158, et encore par Lotz dans Le palais Farnèse, I, 1, p. 238, note 82).

23 Le palais Farnèse, I, 1, Rome, 1981, p . 229 et 236. C’est apparemment le souvenir du premier emplacement, en B, qui a fait écrire au majordome Giovanni Posta en 1727 que «au temps des cardinaux Farnèse, leur bibliothèque se trouvait dans une grande salle à côté du garde-meuble» (cf. ci-dessus note 5), car cette donnée est inapplicable au suivant du fait de son incompatibilité avec les indications de l’inventaire de 1644. On peut raisonnablement supposer que le transfert de la bibliothèque en K fut dicté par le double souci de l’installer dans un local plus grand et de libérer en même temps la salle voisine du premier garde-meuble (en A) pour l’extension de ce dernier.

24 Le palais Farnèse, I, 2, p. 455.

25 Ouvr. cité note 13, p. 123, no 1277 : «porta nelle stanzie dell conte Capra che entra nella libraria»; on ne peut retenir la proposition de Fr.-Ch. Uginet (note 101) qui supposait ce logement en H, puisque H était déjà l’une des stanze de’ quadri.

26 A. E. Denunzio, Una testimonanzia sulla biblioteca e il palazzo Farnese a Roma nella seconda metà del Seicento, dans Archivio storico per le province napoletane, 115, 1997, p. 83-111, et en particulier p. 84-88 : «stava... questa famosa libraria... risposta, benche senza pompa e come in deposito, in una grande stanza del palazzo Farnese... non lasciandoci entrare alcuno in detta stanza se non quando talvolta gli pontefici hanno avuto bisogno far riconoscere fra que’ libri... qualche importante particolare»; le résident Giandemaria «havea salvatala in certi camerini appartati»; l’abbé Calcagni «la trasportò e scompose tutta...».

27 Inventaire cité note 6, p. 147. Le passé du verbe surprend mais peut s’expliquer par un déplacement lors du séquestre qui n’aurait pas encore été rétabli en 1644.

28 Inventaire cité note 3, p. 234-241; l’inventaire de ces tableaux se trouve édité dans G. Bertini, La galleria del duca di Parma. Storia di una collezione, Parme, 1988, p. 220, no 507-510.

29 Ouvr. cité note 13, p. 124, no 1286-1290, et en particulier : «per haver disfatto le scanzie di noce in detto studio, levato alcune figure et li alicorni per accomodar le stanzie [je suppose qu’il faut plutôt lire scanzie] et rimesse al suo logo...» (no 1287); «il solaro dell primo stanzino verso la lumaca» (no 1289).

30 Rausa, ouvr. cité note 19, p. 69.

31 P. Menna, Inventari farnesiani, dans Archivio storico per le province napoletane, 92, 1974, p. 272.

32 Ce legs était peut-être moins spontané qu’il ne semble, il pouvait résulter d’une sorte d’obligation morale, à défaut d’engagement écrit, si l’on en croit une lettre de Giovanni Battista Elicona, chanoine du Latran comme Fulvio et son voisin de stalle, grand admirateur de l’érudit, qui écrivait de lui en 1581 : «Ha uno studio di tal bellezza di libri, medaglie, pitture, scolture et altre cose elette che Farnese suo padrone li ha voluto dare 3000 scudi al presente e dopo la morte sua lo lasci erede di detto studio» (lettre au grand-duc Francesco éditée par P. Barocchi et G. Gaetà Bertela, Collezionismo mediceo 1540-1587, Florence, 1993, p. 191-192, no 206).

33 Inventaire cité note 6, p. 101-105, où l’on parcourt successivement un «primo palchetto», deux autres, puis le «piano del corritoro».

34 Inventaire cité note 6, p. 113.

35 Op. cit. note 13, p. 124, no 1292 : «per haver disfatto tutto il solaro nella guardarobba delli legnami vecchi et la scala lungo palmi 120, largo palmi 20». Cet article y figure abusivement sous la rubrique «stanzie sotto dette dello studio», tout comme le précédent concernant le salotto de Mozzaniga déjà cité note 13. Il est clair que la rubrique du studio s’achève au no 1290.

36 Inventaire cité note 6, p. 105-107.

37 Op. cit. note 13, p. 120-121; elle y est identifiée en note 95 avec la salle Z, par un lapsus manifeste pour S, puisque la pièce voisine est située en T (note 96). Les mentions les plus révélatrices sont : «la porta verso la loggia che entra in detta» (no 1231), «fattura delli palchetti per 3 faccie in detto stanzione» (no 1232), «le finestre de mezzanini in detto verso le stalle» (no 1234) et «tre telari a detti» (no 1235); «finestra in detto stanzione verso la scala» (no 1236); «porta che da detto entra nell’altra stanzia» (no 1238).

38 Ibid., p. 121, no 1239 : «per fattura delli palchetti di tavole di castagnio simili alli altri attorno detta stanzia».

39 Inventaire cité note 6, p. 107.

40 Inventaire cité note 6, p. 110.

41 Inventaire cité note 6, p. 111 et 112.

42 Inventaire cité note 6, p. 113.

43 «... è necessario remediare a tre inconvenienti, cioue che il palazo abia logiamenti aciò non si abiano procurare sopra li tetti come ogi si vede... La Eccc.tia del s. duca Hotavio... disse che ogni volta che non s’ingrandiva il cortile, non si poteva far stantie...» (mémoire réimprimé par Lotz d’après Gramberg dans Le palais Farnèse, I, 1, p. 232-233, note 47).

44 Le mobilier (au sens générique) des stanze de’ quadri occupe les no 3739 à 3825 de l’inventaire de 1644 (p. 151-154), celui de la libraria grande les no 2860 à 3026 (p. 114-123).

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – Plan du palais au deuxième étage (d’après Le palais Farnèse, II, p. 407).
Légende Fig. 2 – Plan des entresols entre premier et deuxième étage (d’après Le palais Farnèse, II, Rome, 1980, p. 406).
Légende Fig. 3 – Plan du troisième étage (d’après Le palais Farnèse, II, Rome, 1980, p. 409).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Bertrand Jestaz, « Le deuxième étage du palais Farnèse : distribution et fonction », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-2 | 2010, 239-251.

Référence électronique

Bertrand Jestaz, « Le deuxième étage du palais Farnèse : distribution et fonction », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 25 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/572 ; DOI : 10.4000/mefrim.572

Haut de page

Auteur

Bertrand Jestaz

fjestaz@orange.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org