Navigation – Plan du site
Le palais Farnèse

Le palais Farnèse. Avant-propos

Jean-François Chauvard
p. 237-238

Texte intégral

  • 1 É. Zola, Rome, Paris, 1896, p. 395.

Ah ! cette colossale demeure somptueuse et mortelle, avec sa vaste cour à portique, d’une humidité sombre, son escalier géant, aux marches basses, ses couloirs interminables, ses galeries et ses salles démesurées ! C’était d’une pompe souveraine dans la mort, un froid glacial tombait des murs, pénétrait jusqu’aux os les fourmis humaines qui s’aventuraient sous les voûtes1.

1Depuis un siècle, la France, qu’elle fût propriétaire ou locataire des lieux, s’est appliquée, avec constance, à faire mentir la sinistre description qu’Émile Zola faisait du Palais Farnèse en 1896. À l’initiative des ambassadeurs et des directeurs successifs de l’École française, avec l’appui des ministères des Affaires étrangères et de l’Enseignement supérieur, en collaboration avec les Monuments historiques et la Surintendance des biens culturels de Rome, la France a conduit d’importantes campagnes de restauration et de mise en valeur qui sont allées bien au-delà de l’entretien courant : consolidation de la façade sous l’ambassadeur Barrère, remplacement de la charpente au-dessus du salon d’Hercule, restitution des volumes au 2e étage occupé par l’École française, restauration de la salle des Fastes Farnésiens et du « camerino », intervention du peintre Balthus dans les couloirs, restitution de la galerie des Carraches selon l’esprit qui avait présidé à sa création, ravalement de la cour et des façades donnant sur la place et les jardins. Cette œuvre, patiente et méticuleuse, doit être entendue comme un tribut de reconnaissance envers un lieu dont la noblesse, la beauté et la grandeur obligent ses hôtes.

  • 2 Le Palais Farnèse, I, 1 texte, Rome, 1981 ; I, 2 texte, Rome, 1981 ; 772 p. ; II, Planches, Rome, 1 (...)
  • 3 F.-Ch. Uginet, Le Palais Farnèse à travers les documents financiers (1535-1612), Rome, 1980 et F. F (...)
  • 4 B. Toulier, La Villa Médicis, 1. Documentation et description, Rome, 1989 ; 2. Études, 1992 ; P. Mo (...)

2L’acte de dévotion a aussi emprunté la forme du travail d’érudition quand l’ambassade et l’École française se proposèrent de commémorer le centenaire de la présence de la France dans le palais en y consacrant un ouvrage de référence2. Selon les vœux d’André Chastel et de Georges Vallet, le résultat se devait d’être « si possible aussi exceptionnel que l’est à Rome le palais lui-même » : trois épais volumes (I et II textes, III planches) fruit d’une campagne de fouille au sous-sol pour préciser la topographie antique et médiévale, de dépouillements massifs dans les fonds d’archives de Rome, Naples et Parme, de relevés systématiques et de photographies noir et blanc qui permettent de suivre au plus près la genèse et les transformations de l’édifice. Grâce au concours d’une équipe internationale, où les Farnésiens étaient bien représentés, l’ouvrage avait l’ambition d’une histoire totale où « l’examen des fonctions propres à l’architecture monumentale faisait apparaître le palais comme un lieu de vie sociale » (p. IX). Il faisait la part belle au matériel documentaire exposé dans le troisième volume et ouvrait la voie à des éditions de sources ultérieures3. A ce jour, ce monument d’érudition demeure la référence obligée et a servi de modèle aux cinq beaux volumes sur la Villa Médicis4.

3Trente ans après, c’est la même volonté d’honorer les lieux qui a conduit Jean-Marc de La Sablière, ambassadeur de France en Italie, à prendre l’initiative d’une exposition intitulée Palais Farnèse. De la Renaissance à l’Ambassade de France (17.XII.2010-27.IV.2011) dont Francesco Buranelli, Secrétaire de la Commission pontificale pour les Biens culturels de l’Église, et Roberto Cecchi, Secrétaire général du Ministero dei Beni Culturali, sont les commissaires. Des pièces importantes du Museum Farnesianum conservées aujourd’hui à Naples (Les Daces prisonniers, la Roma triumphans, le portrait du pape Paul III par Titien en autres) et dans des musées étrangers (Le Cabinet Farnèse du Musée d’Ecouen, des tapisseries du château de Chambord et du palais du Quirinal) ont retrouvé le temps d’un hiver les salles où elles étaient autrefois présentées. L’exposition rend aussi compte du devenir du palais après le départ des collections dans la seconde moitié du xviiie siècle et de la présence de l’Ambassade de France et de l’École française depuis 135 ans. Le catalogue, confié à l’éditeur florentin Giunti, comporte une trentaine d’articles de la plume des meilleurs spécialistes qui offrent de remarquables synthèses sur l’urbanisme du quartier, l’architecture et les décors, les différentes collections qui composaient le Museum Farnesianum, sur les princes et les hôtes de marque qui habitèrent le palais, sur les conflits dont il fut l’objet et les fêtes dont il fut l’écrin. Cette exposition est appelée à faire événement.

4C’est dans ce contexte que les MEFRIM ont décidé de consacrer au palais Farnèse un dossier qui comporte des articles longs et érudits qui n’avaient pas leur place dans un catalogue et qui entend compléter les trois volumes publiés il y a trente ans : d’abord, en approfondissant l’étude des collections et de leurs inventaires ; ensuite, en précisant l’usage et la destination des pièces du deuxième étage ; enfin, en centrant l’attention sur le second xixe siècle, en particulier sur les travaux réalisés à la demande des Bourbons par Antonio Cipolla et sur l’agencement des espaces occupés par l’École française dans le palais. Georges Vallet appelait de ses vœux des prolongements infinis au Palais Farnèse ; modestement ce dossier se veut une pierre de plus à l’édifice savant élevé à la gloire du plus grand palais de Rome. Sans nul doute, d’autres travaux viendront demain témoigner de l’exceptionnelle fécondité du lys céleste des Farnèse.

Haut de page

Notes

1 É. Zola, Rome, Paris, 1896, p. 395.

2 Le Palais Farnèse, I, 1 texte, Rome, 1981 ; I, 2 texte, Rome, 1981 ; 772 p. ; II, Planches, Rome, 1980.

3 F.-Ch. Uginet, Le Palais Farnèse à travers les documents financiers (1535-1612), Rome, 1980 et F. Fossier, La bibliothèque Farnèse. Étude des manuscrits latins et en langue vernaculaire, Rome, 1982 ; B. Jestaz, L’inventaire du palais et des propriétés Farnèse à Rome en 1644, Rome, 1994 ; Le palais Farnèse. Relevé photogrammétrique et plans, Rome, 1977.

4 B. Toulier, La Villa Médicis, 1. Documentation et description, Rome, 1989 ; 2. Études, 1992 ; P. Morel, La Villa Médicis, 3. Le Parnasse astrologique. Les décors peints pour le cardinal Ferdinand de Médicis. Étude iconologique, Rome, 1991 ; A. Cecchi, C. Gasparri, La Villa Médicis, 4. Le collezioni del cardinale Ferdinando : i dipinti e le sculture, Rome, 2009 ; le 5e volume est en cours de publication.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Chauvard, « Le palais Farnèse. Avant-propos », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-2 | 2010, 237-238.

Référence électronique

Jean-François Chauvard, « Le palais Farnèse. Avant-propos », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-2 | 2010, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 23 août 2017. URL : http://mefrim.revues.org/571 ; DOI : 10.4000/mefrim.571

Haut de page

Auteur

Jean-François Chauvard

École française de Rome, dirmod@efrome.it

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org