Navigation – Plan du site
Sources

Un manuscrit inconnu de Giacomo Durando

De la colonisation des troupes étrangères en Portugal (1834)
An unknown manuscript by Giacomo Durando: the colonization of foreign troops in Portugal (1834)
Grégoire Bron
p. 207-230

Résumés

L’exil du libéral piémontais Giacomo Durando dans la péninsule ibérique a déjà été étudié, mais la découverte d’un manuscrit inconnu de sa main dans les archives de Lisbonne l’éclaire d’un jour nouveau. Ce texte met en évidence les motivations politiques du volontariat militaire dans la première moitie du xixe siècle, phénomène dont l’étude a été entreprise récemment. Durando, volontaire dans l’armée libérale portugaise entre 1832 et 1834 y expose le sens de la solidarité internationale libérale. Le texte témoigne ainsi a la fois d’une conception de l’Europe des Nations, de la nature politique de la civilisation telle qu’elle est conçue par les patriotes du Risorgimento et des applications qu’elle peut trouver dans un pays comme le Portugal, considère comme arriéré.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 P. Casana Testore, Giacomo Durando, (1807-1894), dans Studi piemontesi, 7, 1978, p. 181-189.
  • 2 Sur la conjuration des Chevaliers de la Liberté, voir : G. Talamo, La vita politica, dans U. Levra (...)
  • 3 G. Durando, Della Nazionalità italiana. Saggio politico-militare, Paris, 1846. Ce livre a immédiat (...)
  • 4 Pour une présentation de l’exil de Giacomo Durando, voir : P. Casana Testore, Giacomo Durando in e (...)

1Les grandes lignes de la biographie de Giacomo Durando, libéral modéré italien qui a eu une certaine importance dans l’histoire du Risorgimento, sont connues1 : émigré en 1831 de son Piémont natal en raison de sa participation à la conjuration des Chevaliers de la Liberté – dont il rédige le manifeste2, il passe quatorze années en exil, à combattre successivement dans les armées libérales belge, portugaise et espagnole, avant de revenir dans sa ville de Mondovì en 1844, où il rédige un traité sur la nationalité italienne, qu’il publie à Paris en 18463 et qui lui vaut un second exil4. Ce n’est qu’en 1848 qu’il peut revenir au Piémont, où il est élu député. Il ne siège cependant pas au Parlement, parce qu’il offre ses services de militaire au gouvernement provisoire lombard, pour le compte duquel il dirige les colonnes de volontaires dans les vallées de Brescia, ce qui lui vaut le grade de général. Lors de la reprise des hostilités en 1849, il est aide-de-camp de Charles-Albert. En 1854, il est nommé ministre de la guerre par intérim en remplacement de La Marmora, pendant la guerre de Crimée, puis, au retour de celui-ci, ambassadeur à Constantinople, poste qu’il occupe de 1856 à 1861. De retour en Italie, il est ministre des Affaires Etrangères du premier cabinet Rattazzi. Il occupera par la suite les postes de commandant militaire de la région de Naples, préfet de Naples, président du Tribunal Suprême militaire, président du Sénat, avant de s’éteindre à Rome en 1894.

  • 5 A. Vannucci, I martiri della libertà italiana dal 1796 al 1848, [1849], Milan, 6ème édition, 1877- (...)
  • 6 Par exemple : C. Durando, Episodi diplomatici del Risorgimento italiano dal 1856 al 1863 : estratt (...)
  • 7 Il expose sa théorie de la genèse des nationalités dans le chapitre IV de son livre, «Teoria della (...)
  • 8 D. Zanichelli, I pubblicisti italiani del 1848 : Giacomo Durando, dans Studi senesi, 11, 1894, p. (...)
  • 9 P. Pieri, Guerra e politica nel saggio Della nazionalità italiana di Giacomo Durando, dans Raccolt (...)
  • 10 P. Casana Testore édite dans le volume qu’elle consacre à Durando, l’autobiographie qu’il avait ré (...)
  • 11 M. Isabella, Risorgimento in exile. Italian Emigrés and the Liberal International in the Post-Napo (...)
  • 12 Par exemple : J. Keene, Fighting for Franco. International volunteers in nationalist Spain during (...)

2Ainsi Giacomo Durando fait partie des nombreux libéraux modérés, exilés en raison de leurs idées politiques pendant la première partie du xixe siècle, qui se forment à l’étranger avant de revenir en 1848 dans un Piémont constitutionnel, où ils accèdent à d’importantes charges politiques et militaires. Il s’inscrit dans la longue liste des héros du Risorgimento qui ont su souffrir l’exil ou la mort par amour de la patrie et dont Atto Vannucci dresse le catalogue le plus connu5. C’est en raison de ce rôle héroïco-patriotique que Giacomo Durando a suscité l’intérêt d’un courant de l’historiographie italienne6. Mais c’est surtout l’histoire des idées qui s’est penchée sur cette figure du Risorgimento, en prenant appui sur le traité qu’il consacre à la nationalité italienne, publié à Paris en 1846. C’est dans ce livre en effet que Durando expose une théorie originale de la formation des nationalités, selon laquelle la nationalité se forme naturellement dans une aire géographique qui n’excède pas les capacités défensives de ses habitants et artificiellement par des facteurs que l’on appellerait aujourd’hui culturels7; c’est là également qu’est forgée pour la première fois la notion de géostratégie, qu’il invente. En conséquence, l’histoire de la pensée politique traditionnelle8 et l’histoire de la pensée stratégique9 se sont emparé du sujet. Mais Durando n’a pas rédigé que le traité pour lequel il est connu. Il est également l’auteur de nombreux manuscrits restés inédits, qui jalonnent toute son existence et qui, partant, offrent un point de vue privilégié sur le rapport entre l’évolution de sa pensée et son parcours biographique10. L’historien dispose ainsi de sources de premier choix pour évaluer l’univers intellectuel d’un patriote convaincu, qui réfléchit aux problèmes politiques de son temps en fonction des expériences qu’il a vécues, mais dont la formation est essentiellement autodidacte. En effet, Durando a accompli des études juridiques sans la moindre passion et c’est par intérêt personnel qu’il tente de formuler des théories politiques, qui se focaliseront de plus en plus sur un seul problème : donner une vie politique à la Nation. Le manuscrit intitulé De la colonisation des troupes étrangères en Portugal, rédigé à la fin de la guerre civile portugaise en 1834, est chronologiquement le premier texte d’une longue série, dont l’évolution pourrait être retracée. Mais il offre aussi une contribution de première qualité à la connaissance des aspects internationalistes du libéralisme de la première moitié du xixe siècle, notamment du libéralisme italien de l’exil, dont la connaissance doit beaucoup aux travaux récents de Maurizio Isabella11. En effet, la présence de Durando dans les rangs de l’armée libérale portugaise s’explique par la conscience d’une solidarité politique européenne, comme le démontre ce manuscrit jusqu’alors inconnu. Il éclaire en particulier les motivations politiques du volontariat militaire, phénomène qui suscite un intérêt croissant des historiens12.

Le mémoire présenté par Durando à la chambre des députés portugaises

3Entre 1832 et 1834, le Portugal connaît une guerre civile qui oppose libéraux et partisans de l’absolutisme. Les premiers sont dirigés par l’ancien roi de Portugal et ancien empereur du Brésil, D. Pedro de Bragance qui, ayant abdiqué de la couronne brésilienne, défend la charte constitutionnelle portugaise, qu’il a lui-même accordée en 1826, et les droits au trône de sa fille D. Marie II. La cause absolutiste est incarnée par D. Miguel, frère de D. Pedro, qui, ayant abrogé la constitution en 1828, règne depuis lors en roi absolu. D. Pedro, obligé de constituer une armée en France et en Angleterre, fait largement appel au volontariat étranger pour renforcer les troupes portugaises constituées de libéraux exilés. Parmi ces étrangers se trouvent plusieurs Italiens, dont les deux frères Giovanni et Giacomo Durando, en provenance de Belgique, où ils servaient dans la légion étrangère belge. Ils arrivent au Portugal dans les premiers jours de 1833, lorsque l’armée libérale est enfermée dans Porto, qu’elle a réussi à conquérir le lendemain de son débarquement au nord de la ville, le 8 juillet 1832. Le siège de la seconde capitale portugaise dure jusqu’en septembre 1833, mais la guerre ne prend fin qu’en mai 1834, lors de la capitulation des troupes absolutistes et la signature de la Convention d’Évora-Monte.

  • 13 MNRT, fond Durando, cartella 102, no 5.
  • 14 Arquivo Historico Militar (desormais AHM), Processos individuais, Jacques Durando, cx 1775.
  • 15 Arquivo Historico Parlamentar (desormais AHP), seccã o I-II, cx 351, no 5.
  • 16 AHM, Livros mestres, B 56/2/1 (2ème Regiment d’Infanterie Legere de la Reine, 1832-1835).

4Une fois la campagne militaire terminée, le Parlement peut ouvrir ses sessions le 15 août. Le mémoire de Giacomo Durando lui est présenté le 22 août, c’est-à-dire lors de la cinquième séance de la session, ce qui explique peut-être le peu d’écho qu’il a trouvé parmi les députés portugais, qui devaient reconstruire le royaume et y instaurer un régime parlementaire. Il a probablement été rédigé pendant l’été, lorsque Durando, en convalescence d’une grave blessure reçue lors de la bataille d’Asseiceira, le 16 mai 1834, bénéficie de l’hospitalité d’une famille Magalha˜es, de Leiria, qui l’a tiré de l’hôpital militaire où il séjournait. C’est également à cette période que Durando rédige les «Notes sur le Portugal», conservées à Turin13. Il existe deux exemplaires du manuscrit sur la colonisation des troupes étrangères au Portugal : l’un à l’Arquivo Histórico Militar14, l’autre à l’Arquivo Histórico Parlamentar15, à Lisbonne. Les deux exemplaires ne présentent que des variantes formelles de peu d’importance : corrections d’orthographe, meilleures formulations. Il semble que le manuscrit conservé dans les archives parlementaires ait été copié de l’autre. Le mémoire est rédigé dans le français très élégant parlé par les classes piémontaises cultivées. Les quelques petites erreurs qui subsistent laissent penser qu’il n’a pas été corrigé par l’un des volontaires français, compagnons d’armes de Durando, dont le niveau d’instruction aurait permis de les supprimer. Les deux exemplaires sont destinés, l’un à la Chambre des Députés, l’autre au ministre de la Guerre, à cette époque Agostinho José Freire. Durando a alors 26 ans et il est capitaine de la 4ème compagnie du 2ème Régiment d’Infanterie Légère de la Reine, corps commandé par le Génois Borso di Carminati16.

  • 17 Ecrit également en français, le texte, d’une lecture un peu fastidieuse pour un profane, n’est pou (...)
  • 18 De la colonisation... cit., ligne 13 et 238.
  • 19 L’un d’eux, Enrico Cialdini, dans une lettre a Nicola Fabrizi de 1837 en Espagne, affirme que plus (...)

5Formellement, le texte est conçu comme un discours parlementaire. Durando met indéniablement à profit, en cette occasion, les leçons de rhétorique du Père jésuite Manera, qu’il a suivies à Turin. Le contraste avec le manuscrit des «Notes sur le Portugal», composé à la même époque, est évident. Si le premier est écrit dans un style brillant, avec des effets rhétoriques certains et une efficace maîtrisée, le second est extrêmement technique, ne contient pas de fioritures et s’adresse à des spécialistes de stratégie militaire17. On peut donc considérer le mémoire sur la colonisation comme le premier discours parlementaire de Durando : il s’adresse expressément «au philosophe et à l’homme d’État», aux «esprits éclairés»18, qu’il considère comme ses pairs, et se place ainsi au-dessus du commun des volontaires. Ce trait de caractère, qui n’est pas sans révéler un tempérament un peu prétentieux, est récurrent chez Durando : il a une tendance chronique à se placer en interlocuteur des gouvernants, ce qui a fini par agacer prodigieusement ses compagnons d’armes19.

6Les trois parties du texte sont précédées d’une introduction dans laquelle Durando expose le caractère moderne du volontariat comme une conséquence du libéralisme, expression des temps nouveaux. Cela permet d’entrer dans le vif du sujet et d’accorder une importance particulière à la question des étrangers dans l’armée portugaise, qui n’a probablement pas été le centre des préoccupations du parlement nouvellement réuni. D’après l’auteur, il convient de ne pas renvoyer les volontaires dans leur pays pour trois raisons : d’une part, le Portugal a un devoir moral vis-à-vis de ces libéraux sincères qui ont fortement contribué à la restauration de la liberté du pays. Cet argument lui permet d’exposer dans les détails ce qu’est un volontaire militaire pour la cause libérale. Ensuite il s’agirait d’un geste impolitique de diplomatie internationale au moment où les affaires d’État cessent d’être des tractations obscures de cabinets : puisque, dans le nouvel ordre européen, les charges gouvernementales sont attribuées en fonction du mérite, il n’est pas impossible que l’un des volontaires y accède; leur ressentiment envers un pays qui ne les a pas récompensés à leur juste valeur pourrait alors avoir de funestes conséquences, au moment où le Portugal a le plus besoin de la coopération des grands pays de l’Europe constitutionnelle pour se régénérer. Enfin et surtout, cela serait une perte immense pour un pays qui a tant besoin d’un apport de civilisation pour réintégrer la place qu’il mérite dans la famille européenne.

  • 20 Annexe, p. 225.

7C’est ce troisième aspect que Durando développe dans la seconde partie. Il affirme que les étrangers sont un moyen efficace de faire parvenir des connaissances au Portugal. Non qu’ils soient de grands philosophes, des savants ou des docteurs : ils ne sont que militaires. Cependant, ils peuvent diffuser les langues de toute l’Europe dans un pays où la population a un don particulier pour l’apprentissage des langues. Cet apprentissage est considéré comme une façon de rapprocher le Portugal de l’Europe, à laquelle le pays vient de proclamer son appartenance en se régénérant politiquement. Mais surtout, et l’argument est particulièrement surprenant, les volontaires étrangers, pour la plupart anglais, allemands et hollandais, permettront de développer le protestantisme au Portugal, rempart de poids contre l’obscurantisme catholique. En effet, pour Durando, les racines du miguélisme ne remontent pas à une époque récente, mais au moment «où les Portugais ont embrassé le christianisme»20.

  • 21 M. Braga da Cruz, As relações entre a Igreja e o Estado liberal – do «cisma» à Concordata (1832-18 (...)

8Dans la troisième partie enfin, le volontaire piémontais examine la mise en pratique et les conséquences de la colonisation des étrangers au Portugal. Il dresse d’abord un bref tableau de l’état du Portugal-dégradé, arriéré, d’esprit public nul – pour ensuite examiner quelles pourraient être les modalités de la colonisation. Il rejette l’idée d’attribuer aux volontaires des terres et des biens nationaux, en raison de leur nature de soldat, peu adéquate à la vie des champs. Les soldats ont besoin de l’atmosphère des grandes villes, bien qu’il ne faille pas les empêcher de se vouer à l’agriculture s’ils le désirent. En revanche, il serait opportun de faire appel à des manufacturiers et cultivateurs étrangers, à qui le gouvernement portugais confierait les couvents déserts en conséquence des réformes ecclésiastiques des ministres Mouzinho da Silveira en 1832 et Joaquim António de Aguiar en 183421, pour les transformer en industrie, et les terres incultes pour les rendre à la production agricole.

9Les volontaires ne doivent pas non plus rester au service actif. Habitués à une vie aventureuse, ils ne supporteront pas l’ennui des casernes en temps de paix. Il faut donc les fixer au sol pour leur donner une vraie raison de rester au Portugal, sans pour autant leur ôter toute indépendance, ce qui ne conviendrait pas à leur esprit militaire turbulent. Et Durando propose au parlement le squelette d’un projet de loi prévoyant l’établissement des colonies de soldats dans quatre provinces du royaume : Lisbonne, Faro, Coimbra et Porto. Les troupes étrangères seront considérées au service actif, mais ne l’effectueront qu’en cas d’urgente nécessité. Leur solde leur sera versé de manière dégressive, à mesure que les probabilités d’avoir trouvé des ressources personnelles augmentent, c’est-à-dire avec le temps, sur quatre années. Le tout est pourtant soumis à l’administration militaire.

10Ainsi, dans l’esprit de Durando, le volontaire-colon a quatre ans de subsistances assurées pour travailler à mettre sur pied un petit commerce, une petite industrie ou une petite exploitation agricole, qui lui permettra de s’attacher au sol, de se marier et, ainsi, de diffuser les lumières de la civilisation européenne au Portugal. Le texte s’achève par une courte conclusion dans laquelle Durando rappelle la nécessité imprescriptible pour le Portugal de faire appel aux étrangers pour se régénérer : ce plan doit donc également être une preuve donnée à l’Europe de la détermination portugaise à adopter les voies de la civilisation commune. Même s’il échoue à fixer les soldats étrangers, le Portugal se sera acquitté à leur égard de sa dette morale.

  • 22 «se mandou ficar para se lhe dar o competente destino». AHP, Actas parlamentares, 1834, 5a acta.
  • 23 Voir A Cronica Constitutional et O Nacional, mois d’août, septembre et octobre 1834.
  • 24 Lettre de Durando au ministre de la Guerre, datée du 11.10.1834, in AHM, processos individuais, «J (...)
  • 25 Autobiografia, dans Casana Testore, Giacomo Durando... cit., p. 110.

11Il ne semble pas que le gouvernement portugais ait fait grand cas des propositions de Durando. Son mémoire n’est probablement pas lu aux Cortes, il est simplement envoyé à qui est compétent pour en traiter22, sans qu’il soit précisé à qui il est remis et sans qu’on en reparle. La presse n’en fait pas plus mention que les actes des sessions parlementaires23. Pourtant il n’est pas impossible que le ministère l’ait lu et en ait conçu quelque considération pour Durando. En effet, rien d’autre ne semble expliquer la raison pour laquelle il s’adresse précisément à lui en octobre 1834 pour obtenir un avis sur les dispositions à prendre pour éviter la contagion au 2ème Régiment d’Infanterie Légère de la Reine – dont Durando fait partie – de la révolte qui a éclatée dans le 1er Régiment d’Infanterie Légère de la Reine, composé essentiellement de Français. Est-ce que Borso di Carminati, le chef du 2ème Régiment, le recommande au ministère? Pourquoi Borso ne rédige pas lui-même ce rapport? Il semble plutôt que le mémoire sur la colonisation ait fait remarquer le volontaire de Mondovì. Pourtant Durando n’en profite pas pour demander l’application de ses propositions comme seul moyen capable d’éviter la rébellion de son régiment. Il demande surtout qu’on paye soldats et officiers24. Durando sera encore détaché auprès de l’état-major du général Avilez pour une mission d’observation sur la frontière espagnole25.

  • 26 MNRT, Fond Durando, cartella 101, no 8 et 24.
  • 27 Ibid., no 28.
  • 28 Ibid., nos 1-7.

12Il est cependant intéressant de relever que Durando semble avoir mis partiellement son programme à exécution en Espagne, à la fin de la guerre carliste en 1843, avec Domenico Cucchiari et peut-être avec d’autres. En effet, la guerre carliste terminée, Durando vend à Cucchiari un procédé pour fabriquer des chandelles, dans l’idée que ce dernier traite des détails de la fondation d’une petite industrie. Les deux volontaires italiens ont des parts égales dans l’affaire, qui ne marchera jamais. Cucchiari, qui reste en Espagne plus longtemps que Durando, liquide la fabrique de bougies et semble ouvrir un café26. Ce projet avec Cucchiari n’est pas la seule tentative de Durando d’investir argent et énergie dans une entreprise en Espagne. Sa correspondance laisse entendre qu’il a également eu des affaires avec d’autres anciens volontaires comme le Français Ernest Ganivet et le Corse Jacques Martelli27, ainsi qu’avec un certain Heinrich, Allemand, et avec Luigi Osio, de Milan, avec lequel il se lie d’amitié et qu’il engagera comme aide de camp en Italie en 184828. Il est impossible de ne pas rapprocher les tentatives industrielles de Durando de sa proposition de colonisation du Portugal : elles attestent autant qu’elles éclairent la dimension politique qu’il leur accorde, ainsi qu’à l’engagement militaire volontaire dont elles sont le prolongement. C’est ce qu’il s’agit maintenant d’examiner.

Le volontariat libéral au Portugal entre 1832 et 1834

  • 29 Annexe, p. 221.

C’est un préjugé vulgaire que de ne voir dans les troupes étrangères que des hommes sans aucune opinion, sans aucune morale, sans foi politique, prêts à prendre parti indifféremment dans les guerres civiles; cette opinion est encore un reste du barbarisme du Moyen-Âge, dont nous venons de sortir29.

13Cette citation l’illustre bien, le texte de Durando affirme avec force la nature politique de l’engagement des étrangers en faveur de la cause libérale portugaise. Il met ainsi le doigt sur le phénomène du volontariat militaire à caractère politique, dont l’historiographie contemporaine a récemment entrepris l’étude. Dans cette optique, le volontariat est défini par l’engagement de soldats dans une armée étrangère en fonction d’idéaux politiques. Le texte de Durando, même s’il n’utilise pas une seule fois les mots «volontariat» ou «volontaires», s’inscrit alors exactement dans cette définition et permet d’illustrer un aspect encore peu connu de la politisation libérale du premier xixe siècle.

  • 30 Annexe, p. 220.
  • 31 J. da Silva Carvalho, Relatorio do ministério e Secretário de Estado dos Negocios da Fazenda, apre (...)
  • 32 Ibid., annexe 4, document no 7. Cette source est également utilisée par Oliveira Martins, Portugal (...)
  • 33 C’est le cas du «Bataillon de Volontaires Français», conduit au Portugal par le Général gênois Ram (...)
  • 34 AHM, Div. 1, secção 19, cx 34, no 1..

14L’absence d’études récentes sur la guerre civile portugaise de 1832-1834 ne permet pas encore d’évaluer dans toute sa complexité l’importance et la nature de la participation étrangère à cette campagne : on ne connaît ni le nombre exact d’étrangers volontaires dans l’armée libérale, ni les motivations particulières qui président à leur engagement. Durando affirme qu’environ trois mille étrangers ont combattu sous les drapeaux de D. Pedro30, cependant il semble que ce chiffre soit sous-évalué. D’après le rapport de la commission chargée de préparer l’expédition militaire, présenté à l’ouverture du Parlement portugais en marge du rapport du ministère des finances (Ministério da Fazenda), avant le mois de juin 1833, 2133 Anglais, 2300 Français, 203 Belges, 570 Ecossais et 400 Irlandais ont été envoyés, soit un total de 6306 soldats étrangers31. En outre, le recrutement de troupes ne s’arrête pas en 1833 et il semble que la maison banquière espagnole de Londres Ramon y Carbonell, soutien financier de la cause libérale portugaise dès la première heure, organise, en collaboration avec les agents de D. Pedro, le transport vers le Portugal d’encore 3438 hommes entre le 1 juin 1833 et le 30 juin 1834, soit 693 Anglais, 647 Ecossais, 585 Irlandais et 1513 Belges32. Ainsi, d’après les chiffres officiels du ministère des finances, 9744 soldats étrangers auraient été recrutés pour le service de la cause libérale portugaise, entre 1831 et 1834. Même si ce chiffre considérable est confirmé par de plus amples recherches, il est de toute façon peu probable que tous les étrangers aient combattu en même temps au Portugal. Plusieurs bataillons doivent être dissouts en raison de leur indiscipline33, plusieurs soldats sont condamnés pour des délits de droit commun et renvoyés dans leur pays34, de sorte qu’il est impossible d’en savoir le nombre exact.

  • 35 H. de Campos Ferreira Lima, Uma companhia italiana no exercito libertador, dans Boletim do Arquivo (...)
  • 36 H. de Campos Ferreira Lima, Legião polaca ou legião da Rainha Dona Maria Segunda, dans Boletim do (...)

15L’un des aspects les plus admirables de ces troupes étrangères est leur origine géographique extrêmement variée. Les corps d’armée qui sont formés par les étrangers tirent leur nom, dans la plupart des cas, des pays où ils ont été recrutés et dont les ressortissants forment la majorité. Ainsi sont essentiellement formés des bataillons anglais, écossais, irlandais, français et belges. En outre, une compagnie italienne est constituée en marge d’un des corps étrangers35 et un projet de légion polonaise sera finalement abandonné, probablement sous la pression diplomatique de la Russie36. Mais ces dénominations ne sont pas strictes et, dans les différents bataillons belges, français ou britanniques servent également de nombreux Suisses, Allemands, Hollandais, Italiens, Suédois, Danois, Polonais, quelques Russes, quelques Autrichiens, quelques Américains et quelques représentants plus marginaux d’autres nationalités.

  • 37 Voir, par exemple, les avis de l’émissaire extraordinaire du gouvernement libéral portugais à Lond (...)

16Les raisons qui poussent ces étrangers à venir servir la cause portugaises ne sont pas faciles à identifier dans l’état actuel des recherches. Au xixe siècle, les Portugais, d’abord les dirigeants libéraux qui organisent l’expédition, puis l’historiographie officielle, ont eu tendance à minimiser la nature politique de l’engagement des étrangers, ne voyant dans le volontariat international que l’opportunité pour les vagabonds et les mendiants de Londres et de Paris de trouver une activité rémunérée37. Mais cette évaluation peu flatteuse est suspecte à deux titres. D’une part, l’orgueil national tend à nier l’importance des étrangers dans l’entreprise de libération du pays; d’autre part, les représentants officiels de la cause libérale portugaise s’inscrivent dans la tendance très modérée du libéralisme, prompte à voir dans les revendications d’un libéralisme plus radical l’expression d’une plèbe incontrôlable.

  • 38 Marquis de Fronteira, Memórias, V, revus et coordonnés par Ernesto de Campos de Andrada, Coimbra, (...)
  • 39 C. Gobli, Edward Blaquiere, agente del liberalismo, dans Cuadernos hispano-americanos, 350, 1979, (...)
  • 40 ANTT, MNE, AC, cx 599, ofícios reservados no 93 du 30 mars 1832 et no 8 du 26 avril 1832. Ses serv (...)
  • 41 Ibid., oficio no 20, du 1 octobre 1832. Sercognani non plus ne servira finalement pas au Portugal.
  • 42 Voir par exemple la lettre de George Talbot, qui met en avant l’expérience qu’il a acquise dans le (...)
  • 43 Annexe, p. 222.

17Il serait certes surprenant que, sur les quelques dix mille étrangers qui sont engagés sans trop d’égards par les recruteurs portugais à Londres et à Paris, une large part ne réponde pas en effet à la volonté de trouver des moyens de subsistance dans une entreprise où le désir d’aventures puisse également être assouvi, sans plus de considérations politiques. Néanmoins, Durando affirme le contraire et, en effet, la forte politisation libérale qui anime sincèrement nombre de volontaires ne doit pas être sous-estimée. Ce constat se fonde sur la participation à l’expédition portugaise de nombreuses personnalités importantes du libéralisme européen de l’époque : Jules de Lasteyrie, petit-fils de Lafayette, est aide-de-camp de D. Pedro38; l’ami de Bentham, Edward Blaquiere, s’engage parmi les volontaires anglais39; l’un des chefs de la révolution neuchâteloise, Alphonse Bourquin, propose ses services40, de même que le général de l’insurrection d’Italie centrale de 1831, Sercognani41. D’autre part, de nombreux volontaires s’embarquent pour le Portugal après avoir participé à plusieurs campagnes en faveur de la cause libérale ailleurs, en Europe ou en Amérique42. Tous les volontaires italiens et polonais sont des réfugiés politiques et, d’après Durando, la plupart des soldats français se sont illustrés sur les barricades parisiennes de 183043.

  • 44 Ibid., p. 220.

18Ainsi, à côté de motivations sociales ou économiques, apparaît un volontariat important, qui choisit le camp pour lequel il combat en fonction de raisons idéologiques, bien qu’il ne soit pas encore possible de préciser la proportion de volontaires que cela concerne, ni même de quelles familles libérales ils proviennent. Mais cela n’intéresse pas Durando, qui inscrit le volontariat dans une perspective plus large : les progrès de la civilisation. Dès l’ouverture de son mémoire, il identifie l’engouement pour les «croisades du libéralisme» à «un des phénomènes politiques les plus importants du siècle actuel»44. Témoin des temps modernes, l’émergence du phénomène du volontariat n’est possible que grâce au grand progrès de civilisation que l’Europe a connu récemment, puisque, d’après le jeune Piémontais, elle sort à peine du Moyen Âge. Si le volontariat est un témoin privilégié de ce nouveau sentiment qui caractérise la civilisation européenne de son époque, c’est parce que l’engagement militaire reflète à merveille l’émergence d’idéaux politiques. Il y a alors une différence de taille entre les anciennes troupes mercenaires d’Ancien Régime et les nouveaux paladins de la liberté :

  • 45 Annexe, p. 221.

Les anciens condottieri, les suisses, les allemands, les wallons qui étaient pris à gages par les rois d’Espagne, France, Russie, n’avaient réellement et ne pouvaient avoir aucune foi politique. Le peu de lumières des siècles s’y opposait. Les revers ou le manque d’argent les faisaient changer non d’opinion, puisqu’ils n’en avaient point, mais de drapeaux. [...] Aucun homme sensé ne voudra comparer une troupe composée des émigrations Polonaise ou Italienne avec les régiments suisses de Louis XVI45.

  • 46 G. Borges Terena, O Portugal da Guerra Peninsular. A visão dos militares britânicos (1808-1812), L (...)
  • 47 H. F. Link, Voyage en Portugal depuis 1797 jusqu’en 1799, Paris, 1803. Il s’agit d’une traduction (...)
  • 48 C. I. Ruders, Einige Bemerkungen über Portugal, in Briefen, Rostock, 1805. Ce texte est traduit du (...)
  • 49 A. Balbi, Essai statistique sur le Royaume de Portugal et d’Algarve, [1822], II, réimpression fac (...)
  • 50 Voir par exemple G. Pecchio, Tre mesi in Portogallo nel 1822, Madrid, 1822, p. 57.

19Témoin de temps nouveaux, la dimension politique du volontariat ne peut s’expliquer qu’à une échelle européenne globale. En effet, le Portugal n’a a priori pas d’attrait particulier pour les étrangers. Si la défense de l’Espagne réactive l’idée d’une nation en arme, se soulevant contre un envahisseur étranger pour se donner une constitution libérale, si le combat pour l’indépendance de la Grèce se fonde largement sur les idées de solidarité chrétienne et de dette culturelle envers l’Antiquité hellénique, le Portugal ne jouit pas d’image internationale aussi prestigieuse. Les Anglais peuvent, certes, dans une certaine mesure, se remémorer romantiquement les souvenirs de la Guerre péninsulaire et évoquer la simplicité rustique du peuple46, mais les informations qui circulent à travers le continent sur le Portugal sont loin d’être aussi flatteuses. Les voyageurs qui l’ont visité s’accordent à le décrire comme un pays où la civilisation a encore de grands progrès à faire, même si, depuis la publication des livres de l’Allemand Link47 et du Suédois Ruders48, les nombreux efforts de modernisation du pays depuis Pombal sont soulignés. Rares sont les auteurs qui, comme le Vénitien Adriano Balbi, saluent la bonne tenue de l’administration portugaise comparée à celle d’Espagne49. Bref, l’image du Portugal à l’étranger est celle d’un pays arriéré, mais qui est capable de faire des efforts pour se civiliser, comme le montre la tentative révolutionnaire de 1820-182350. Ainsi, ce n’est pas la cause portugaise dans sa singularité qui pousse de si nombreux étrangers à s’engager dans l’expédition de D. Pedro, mais bien la conscience d’une lutte à un niveau international, qui concerne toute l’Europe :

  • 51 Annexe, p. 220.

C’est à cette nouvelle passion du siècle qu’on doit les embarras du gouvernement français lors de la crise de la Pologne; c’est elle qui a préparé et mené de loin par des chemins secrets la bataille de Navarin et la liberté de la Grèce; c’est elle enfin qui a travaillé sourdement pour la régénération du Portugal51.

  • 52 Ibid., p. 220.
  • 53 Ibid., p. 220 et 223.

20Ainsi, la vieille Europe devra, dans un avenir proche, laisser la place à une Europe fondée sur la Liberté, concrétisée par un système politique représentatif et sur la paix entre les Nations, la Nation n’ayant de sens que dans un système de relations internationales fondée sur des valeurs communes de civilisation européenne, qui rendent solidaires tous ses membres52. Les troupes étrangères sont alors les premiers représentants de la diplomatie nouvelle qui s’instaure petit à petit sur le continent. Ambassadeurs de l’idée d’Europe au Portugal, qui n’y appartient qu’à demi en raison de ses intérêts américains et en raison de son défaut de civilisation53, mais qu’ils contribuent à réintégrer dans le giron commun de la «famille européenne» dont le rétablissement de l’absolutisme par D. Miguel l’avait retranché, les volontaires se doivent d’être généreusement récompensés pour leur action. A travers eux est honorée la civilisation nouvelle qui doit, dans un futur que le jeune italien juge proche, régir le continent entier. Le caractère global de la lutte rend dans un premier temps le volontariat militaire nécessaire. Mais il ne s’agit que d’établir une Europe de paix, d’où la guerre sera bannie par la suite. Ainsi, la diplomatie militaire des volontaires laissera place à des relations pacifiques de Nation à Nation :

  • 54 Ibid., p. 220.

Cette passion qui s’empare maintenant de la jeunesse de courir les aventures, de s’armer, de se jetter [sic] dans les entreprises plus hasardeuses et même plus dénuées de probabilités de succès, en un mot cette nouvelle chevalerie errante, ces nouveaux condottieri ne seront plus qu’un froid calcul de la diplomatie, une nécessité produite par l’identité des principes, des besoins et des intérêts54.

21Ce n’est pas encore le cas et cette situation implique, pour le Portugal, la nécessité morale de raffermir les principes sur lesquels il a fondé sa régénération : il doit accélérer son intégration européenne, seule garantie contre le retour du miguélisme. Cette dette envers l’Europe et la civilisation de son époque, le pays peut s’en acquitter en retenant les troupes étrangères dans un but de colonisation.

La colonisation du Portugal par les troupes étrangères

  • 55 Ibid., p. 221.
  • 56 Ibid., p. 230.

22Trois raisons réclament absolument la colonisation du Portugal par les troupes étrangères, d’après le texte de Durando : l’honneur national, qui se doit de récompenser généreusement les étrangers qui ont risqué leur vie pour la défense de la cause libérale au Portugal; la nécessité pour le petit royaume lusitanien de se faire bien voir des autres puissances libérales européennes, puisque, ayant proclamé sa volonté d’appartenir à la civilisation moderne commune, il va avoir besoin du soutien des grandes nations pour se hisser à leur hauteur; enfin, l’intérêt matériel du pays, tellement arriéré qu’il n’arrivera jamais à accomplir son entreprise de modernisation interne en ne disposant que de ses propres forces, sans concours extérieur55. Il s’agit pour le royaume régénéré d’affirmer sa présence dans la commune civilisation européenne et de donner une éclatante preuve de sa bonne volonté. En émettant simplement cette proposition, le Portugal s’acquitte de sa dette non seulement envers les volontaires, à qui il aura proposé une situation en récompense de leur sang, mais également envers l’Europe, à qui il aura prouvé sa volonté d’établir avec elle des liens forts56.

  • 57 M. Dorigny, La Société d’Amis des Noirs et les projets de colonisation en Afrique, dans Annales Hi (...)

23La proposition d’apporter la civilisation par la colonisation n’est pas originale à Durando. Elle s’inscrit dans une plus vaste réflexion sur la «nouvelle colonisation», élaborée en France dès la fin du xviiie siècle, principalement par les membres de la Société des Amis des Noirs qui, dans leur combat contre la traite et contre l’esclavage, préconisaient de coloniser l’Afrique57. Prenant modèle sur la colonie libre inaugurée par les Anglais au Sierra Leone en 1786, le but de cette colonisation émancipatrice est double : produire librement en Afrique toutes les denrées coloniales, de façon à court-circuiter les productions américaines et, partant, la nécessité de l’esclavage, sans pour autant nuire à l’économie des métropoles; mais surtout, il s’agit de porter aux peuples primitifs la pédagogie émancipatrice des Droits de l’Homme, sur fond de fraternité générale entre les peuples et d’unité de l’espèce humaine.

  • 58 M. Dorigny, Intégration républicaine et projets de colonisation de l’Afrique : civiliser pour éman (...)
  • 59 Sismondi, De l’expédition contre Alger, Paris, 1830 et Les colonies des Anciens comparées à celles (...)
  • 60 M. Dorigny, Sismondi et les colonies : un maillon entre Lumières et théoriciens du xixesiècle?, da (...)

24Sous la Restauration, l’idée n’est pas abandonnée, notamment par l’abbé Grégoire qui continue de la défendre58. Mais c’est surtout au moment de la prise d’Alger que l’idée d’une colonisation émancipatrice et civilisatrice resurgit avec force par la voix de Sismondi, dans un opuscule intitulé De l’expédition contre Alger, qu’il nuancera quelques années plus tard dans une nouvelle publication, Les colonies des Anciens comparées à celles des Modernes sous le rapport de leur influence sur le bonheur humain59. Pour Sismondi, la «nouvelle colonisation», inspirée du modèle des colonies antiques et de la métairie toscane qu’il connaît bien, doit liquider l’horreur des colonies d’Ancien Régime, fondée sur le travail esclave, en éduquant les Noirs pour le porter graduellement à l’indépendance non seulement politique, mais également économique60.

  • 61 Annexe, p. 227-228.

25Ainsi, l’idée de «nouvelle colonisation», émancipatrice et divulgatrice de civilisation, est très présente dans les cercles libéraux dans la France de la Restauration, dont Durando avait connaissance par son ami Brofferio. Par ailleurs, la première étape de Durando sur le chemin de l’exil est Genève, où Sismondi, qu’il n’a probablement pas rencontré, est une des personnalités dont la solidarité avec les réfugiés politiques italiens est acquise. Il ne fait aucun doute que Durando adopte les idées et l’esprit de la «nouvelle colonisation». Pourtant, il ne semble pas qu’un tel projet appliqué à un pays d’Europe ait été envisagé par Sismondi ou par Grégoire. Sismondi, et à sa suite, plusieurs membres de l’Antologia de Vieusseux, à Florence, militent certes pour le développement de la colonisation agraire, qui trouve plusieurs concrétisation en Toscane. Pourtant, Durando refuse l’idée de cantonner les volontaires-colons aux travaux agricoles, pour lesquels il ne les juge pas adéquats. Pour cette tâche, il propose plutôt l’appel à des cultivateurs étrangers, à qui seraient confiés les couvents désaffectés pour les transformer en manufactures61. Par ailleurs, l’idée de faire d’anciens militaires les vecteurs privilégiés de l’apport de civilisation semble totalement absent des projets de Sismondi. C’est peut-être alors à deux autres sources que Durando s’inspire : le saint-simonisme et le camp de volontaires napoléoniens.

  • 62 F. Laurent, Victor Hugo face à la conquête de l’Algérie, Paris, 2001, p. 16-17.
  • 63 À ce sujet, voir R. Fakkar, Reflets de la sociologie prémarxiste dans le monde arabe. Idées progre (...)
  • 64 R. Treves, La dottrina sansimoniana nel pensiero italiano del Risorgimento, seconda edizione ampli (...)

26Dès la Restauration, Saint-Simon avait proposé des projets de diffusion de la civilisation par la colonisation62. C’est probablement à ses disciples que revient le mérite d’avoir tenté avec le plus d’acharnement de mettre ces idées à exécution, d’abord en Egypte, puis en Algérie63. Or il existe des rapports entre le saint-simonisme et l’émigration politique italienne, établis d’abord dans les rangs de la charbonnerie en France. A partir de 1830, les émigrés italiens suivent souvent les cours de l’école à Ménilmontant, à tel point qu’un enseignement en italien est ouvert. Si les adeptes convaincus sont rares parmi les Italiens, leur intérêt pour la doctrine est grand64 et il serait étonnant que Durando n’en ait pas entendu parler.

  • 65 Sur le projet de camp de vétérans napoléoniens, voir : I. Woloch, The French Veteran from the Revo (...)

27A partir de 1802, Napoléon, s’inspirant de Servan et des camps de vétérans romains, avait prévu la création de colonies agricoles pour vétérans en territoires annexés65. Il s’agissait de mettre en place à la fois un dispositif de système de défense des frontières et une politique d’assimilation des populations des territoires récemment intégrés à l’Empire. Le but était ouvertement de promouvoir la fixation des vétérans sur les territoires annexés, de façon à ce qu’ils s’y marient, qu’ils diffusent la langue française et l’amour de la patrie française. L’entreprise est un demi-échec, mais deux camps sont ouverts malgré tout, dont un au Piémont, à Alexandrie. Ce modèle de camp a reçu, au moment de sa création, une publicité énorme, de façon à montrer à quel point les vétérans ou les soldats blessés pour la liberté étaient bien récompensés par l’Empereur. Il semble que le souvenir de ces colonies agricoles pour soldats retraités ait été fort, puisque ce modèle a servi de bannière de ralliement à plusieurs anciens soldats napoléoniens recalés à la Restauration, qui ont fondé un camp de ce style au Texas, en 1818. Il s’agit de la colonie de Camp d’Asile, qui doit rapidement être abandonnée, mais qui est glorifiée par l’opposition libérale, notamment par Béranger, que Brofferio prend pour modèle.

  • 66 L. Mascilli Migliorini, Le mythe du héros. France et Italie après la chute de Napoléon, traduit de (...)
  • 67 Ibid., p. 45-50.

28L’inspiration probable d’un modèle napoléonien met en réalité en évidence l’importance qu’attribue Durando à la valorisation de la condition militaire comme mode de vie héroïque patriotique. Derrière l’association entre esprit militaire et engagement patriotique transparaît le mythe napoléonien du soldat, tel qu’il prend forme en France et en Italie pendant la Restauration66. La communauté nationale s’exprime par la gloire militaire, qui permet au courage individuel de s’exprimer. Mais s’il est individuel, le courage n’a de sens que parce qu’il est au service de la cause collective de la nation. Ainsi, chaque petit exploit militaire se transforme en acte patriotique qui témoigne de la volonté de rédemption nationale67. Le vétéran est alors le héros anonyme qui a versé son sang pour la patrie. Ainsi, dans chaque soldat, il y a le prestige de l’armée, la conscience de ne rien être sans la nation qu’il sert et pourtant d’être un héros, puisqu’il a participé à la gloire commune. La condition militaire devient par ce fait le divulgateur le plus efficace de l’idée patriotique, le modèle de citoyen dont les actions ont été bénéfiques et, partant, les vétérans sont revêtus de toutes les qualités qui feront d’eux les meilleurs vecteurs de l’intégration européenne du Portugal sur des valeurs nationales communes.

29En pratique, l’établissement des anciens volontaires dans le pays permet de resserrer les liens avec le reste du continent à plusieurs titres. D’abord, les volontaires proviennent de tous les pays d’Europe. C’est une aubaine pour le Portugal, qui bénéficiera ainsi des qualités nationales de tous les peuples européens :

  • 68 Annexe, p. 224.

Voici réuni la gravité du caractère anglais, qui donnant aux mœurs une nouvelle teinte, donnera une nouvelle physionomie à la nation; la vivacité de l’esprit français qui policera les manières, augmentera l’esprit de sociabilité, source d’instruction, rendra populaires les idées de liberté; le laborieux Belge qui s’attachant au sol comme à sa patrie, multipliera les ressources de l’agriculture; l’économe Hollandais qui, répandant l’esprit d’ordre, enseignera la manière de tirer partie des moindres choses; enfin, le patient Allemand à qui l’esprit de la petite industrie est naturel, et qui réunit presque toutes les qualités des peuples septentrionaux sans en partager les vices68.

  • 69 T. Jouffroy, De l’état actuel de l’humanité, [1826], dans Mélanges philosophiques, Paris, 1997, p. (...)

30Se dessine alors une réelle volonté d’intégration culturelle européenne, où les qualités nationales de tous les peuples seront assimilées en vertu de l’exemple qu’ils donnent d’eux-mêmes aux Portugais. Cette idée n’est pas originale à Durando et peut être repérée également chez le philosophe doctrinaire Théodore Jouffroy pour qui, dans une conférence de 1826, la civilisation progresse entièrement par l’influence de l’élément le plus développé sur l’élément le moins avancé, jusqu’à l’intérieur de la civilisation, où la France, l’Angleterre et l’Allemagne, chacune dans sa spécialité, donne l’exemple au reste du monde civilisé. L’Europe est sensée s’unifier ainsi par l’influence réciproque des pays les uns sur les autres et par la naissance d’un sentiment patriotique commun de civilisation69. S’il est peu probable que Durando ait lu Jouffroy, il est cependant intéressant de constater que l’importance du mélange de différentes cultures nationales comme facteur de civilisation et de progrès est une idée partagée par un très large éventail des libéraux et des nationalistes.

  • 70 Annexe, p. 225.

31Par ailleurs, d’une façon plus concrète, les volontaires étrangers permettront de développer les contacts internationaux du Portugal en fonctionnant comme des maîtres de langues étrangères. L’insistance avec laquelle Durando insiste sur ce point trahit l’importance qu’il lui accorde : «Aucune nation ne peut se flatter de parvenir à un haut degré de civilisation sans la connaissance de ce qui se passe dans les pays voisins, et cette connaissance ne s’acquiert point par d’autres moyens que par celui des langues»70.

32Mais si la connaissance de l’étranger passe par l’apprentissage des langues – pour lequel les Portugais sont, à en croire Durando, particulièrement doués, elles contribuent également à perfectionner l’Homme et le Citoyen en poliçant son esprit, exerçant sa mémoire, habituant au commerce des idées utiles et agréables et en combattant les préjugés nationaux. Les volontaires-colons ont alors un rôle pédagogique auprès d’un peuple qu’il s’agit d’éduquer, pour en éradiquer les préjugés.

  • 71 Elle est déjà proposée par le Français Merveilleux, dans un livre de voyage sur le Portugal paru e (...)
  • 72 Annexe, p. 225.

33La deuxième grande contribution des volontaires étrangers à la régénération du Portugal consiste à y diffuser le protestantisme. Cette idée surprenante n’est pourtant pas nouvelle et plusieurs voyageurs étrangers avaient déjà émis l’idée que le Portugal devrait retenir les protestants qui vont s’établir en Amérique sur son territoire pour y développer l’industrie71. Le but recherché par Durando est l’affaiblissement du catholicisme au Portugal. Décriant l’influence du clergé dans le peuple, il cherche des moyens de la contrecarrer en habituant les Portugais à la fréquentation des protestants et, dans une moindre mesure, des juifs. En effet, d’après Durando, le miguélisme nait du catholicisme : «Le miguélisme a de profondes racines. Il ne date ni de 1823, ni de 1828, mais de l’instant où les Portugais ont embrassé le christianisme»72.

  • 73 Toesca, Italia e cattolicesimo... cit.
  • 74 Annexe, p. 223.

34Constatant l’importance du clergé dans la mobilisation populaire antilibérale, il réclame l’adoption d’une politique de sécularisation de l’État. Mais comme l’influence du catholicisme au Portugal est particulièrement importante, il préconise son affaiblissement par le moyen doux de la colonisation des troupes étrangères, particulièrement adéquate à ce but, puisque «[d]eux tiers d’eux appartiennent à l’église Protestante ou Réformée, l’autre tiers composé de Français y est naturellement disposé». Leur action doit s’exercer sur la sensibilité de la population portugaise et la préparer petit à petit aux mesures radicales en matière religieuse qui devront être prises un jour ou l’autre et qui pourraient se solder par un schisme avec Rome, dangereux dans l’état actuel du pays, où il risquerait de raviver la guerre civile. Dès 1834, Durando défend une vision purement laïque de l’État national, où la religion ne doit pas interférer. En effet, le triomphe de la liberté implique obligatoirement un éloignement de Rome, institution supranationale en contradiction avec la résurgence de la nation. Il prolongera ces réflexions par la suite et plaidera pour la refonte de l’Église opérée par l’État, pour affirmer, de façon très positiviste, la suprématie de l’État sur l’Église, qui n’a qu’une fonction sociale73. Cette position est, d’après Durando, la conséquence logique du mouvement de civilisation qui caractérise l’Europe et qui doit aboutir à sa refonte sur des bases nationales. Cette conception entièrement sécularisée de la civilisation moderne, héritière de la pensée classique, contraste étrangement avec les accents romantiques rhétoriques de Durando, qui parle de «croisade du libéralisme», de la fraternité entre les peuples comme du «sublime sentimentalisme de la civilisation74«, soulignant le fossé qui sépare le discours national romantique de la réalité sociale et politique, dont les progrès sont visés. Son projet de colonisation, comme celui de Sismondi, s’inscrit entre Lumières et romantisme.

Conclusion

35Le mémoire de Durando sur la colonisation du Portugal par les troupes étrangères met en évidence l’existence d’un volontariat militaire international à caractère politique fort, dans la première moitié du xixe siècle et en faveur du Portugal, qui suscite un mouvement de solidarité d’une importance aussi grande que surprenante, dans la mesure où l’on ne soupçonne pas a priori qu’un pays aussi marginal sur la scène politique du continent ait autant attiré l’attention du libéralisme européen. Cela témoigne d’un réel sentiment internationaliste de la cause nationale et libérale à l’époque romantique et souligne la forte conscience européenne du mouvement révolutionnaire des années 1830, non seulement parmi les élites intellectuelles du libéralisme international, mais aussi à un niveau de politisation plus populaire.

36Par ailleurs, le texte de Durando montre que la solidarité peut s’exprimer dans une relation asymétrique : la lutte pour la cause portugaise s’inscrit dans un combat général pour le triomphe de la civilisation à travers la nation et la liberté, mais le Portugal est bien un pays arriéré. D’après Durando, il faut même d’autant plus le soutenir, qu’il montre un grand courage et une noble volonté en empruntant résolument une voie sur laquelle il a tant de progrès à accomplir. La colonisation est alors un vecteur possible de civilisation, mais il n’est pas le seul. Il est évidemment difficile de ne pas suspecter une proposition un peu intéressée de Durando. La fin de la guerre civile laisse désœuvrés de nombreux volontaires qui seraient probablement reconnaissants de recevoir les moyens de s’établir au Portugal avec de réelles perspectives de succès et d’intégration. Cela n’enlève cependant rien au constat formulé par Durando sur la nécessité d’apporter la civilisation au Portugal, qu’il juge dans un état déplorable. Ainsi l’appartenance à la civilisation commune relève, dans une large part, d’une décision politique : le Portugal, à demi barbare, a décidé d’intégrer la famille européenne en adoptant résolument les principes de la civilisation moderne et il est en conséquence légitime de l’y accueillir, d’autant plus que les moyens de le hisser au plus haut niveau de civilisation existent.

37Dans l’état actuel des recherches cependant, le texte du volontaire de Mondovì suscite de nombreuses interrogations que de plus amples études devront élucider. On ne connaît pas encore suffisamment le volontariat étranger au Portugal pendant la guerre civile pour savoir si, en effet, la dimension politique est prédominante. Par ailleurs, rien ne permet d’affirmer a priori que, dans la constellation du volontariat libéral politisé, les idées de Durando soient dominantes et qu’elles ne cachent pas d’autres conceptions concurrentes de la solidarité libérale internationale. En mettant l’accent sur l’idée d’un processus de civilisation commun, Durando tend à unifier un mouvement libéral par ailleurs largement divisé en différentes tendances politiques qui, peut-être, sont chacune porteuses d’une vision particulière des rapports internationaux et de la solidarité armée.

38Enfin, dans une dimension plus strictement nationale, un autre aspect mérite d’être envisagé : l’importance de la participation à des guerres civiles à l’étranger et dans la péninsule ibérique en particulier pour des Italiens qui, souvent joueront un rôle de premier plan dans la construction de l’unité italienne. En effet, Durando n’est pas le seul volontaire italien appelé à assumer des charges militaires et politiques considérables après son retour en Italie. Du volontariat au Portugal, puis, par la suite, en Espagne, sont également issus les généraux Giovanni Durando, Enrico Cialdini, Domenico Cucchiari, Manfredo Fanti, Nicola Ardoino, Ignazio Ribotti, le sénateur Massimo Cordero di Montezemolo et d’autres personnalités moins prestigieuses de l’élite du Royaume d’Italie. Le rapport entre la solidarité internationale, qui préside à leur engagement militaire à l’étranger, et leur activité politique en Italie devient alors un enjeu primordial pour la vision générale de la construction italienne. Il invite à envisager l’unification italienne dans un cadre européen global, organisé en nations.

Haut de page

Annexe

Annexe

De la colonisation des troupes étrangères en Portugal

Offert à MM les députés de la Nation portugaise, par Jacques Durando, capitaine du 2ème Reg. D’Inf. Légère de la Reine75

Un des phénomènes politiques plus importants, que le siècle actuel présente aux réflexions du philosophe et de l’homme d’état, est sans contredit la nouvelle tendance des esprits à s’identifier avec les croisades du libéralisme, qui ont pour but d’arracher une noble nation au joug d’un oppresseur, ou à régénérer un pays déchu de son ancienne puissance. L’égoïsme national doit tomber devant les intérêts communs de la civilisation. Les esprits qui ont l’énergie de s’élever au-dessus des préjugés populaires commencent à entrevoir l’imprudence de laisser dans l’isolement et l’abandon tout élément de liberté et de régénération, tel [sic] petit qu’il paraisse et éloigné des intérêts de l’Europe76. Le tems viendra que ce mot fameux de Sébastiani77 à la tribune : «Le sang français n’est dû qu’à la France», réduit à sa juste valeur, ne sera plus considéré qu’une de ces phrases plus poëtiques que politiques, plus capables de produire de l’effet dans une assemblée que de convaincre la raison de l’homme d’état. Cette passion qui s’empare maintenant de la jeunesse de courir les aventures, de s’armer, de se jetter [sic] dans les entreprises plus hasardeuses et même plus dénuées de probabilités de succès, en un mot cette nouvelle chevalerie errante, ces nouveaux condottieri ne seront plus qu’un froid calcul de la diplomatie, une nécessité produite par l’identité des principes, des besoins et des intérêts. C’est à cette nouvelle passion du siècle qu’on doit les embarras du gouvernement français lors de la crise de la Pologne; c’est elle qui a préparé et mené de loin par des chemins secrets la bataille de Navarin et la liberté de la Grèce; c’est elle enfin qui a travaillé sourdement pour la régénération du Portugal. Le drapeau du Régent libérateur, arboré sur les bords de la Seine, remua du fond ce sentiment généreux, les gouvernements même en éprouvèrent l’influence; l’Angleterre, la France, la Belgique ont offert leurs ports78, leurs armes, leurs soldats pour cette expédition prodigieuse qui a fait rentrer le Portugal dans la famille européenne. Plus de trois mille étrangers ont débarqué en Portugal et ont pris part à cette noble lutte. Qui a soutenu leur moral pendant le siège d’Oporto? Le patriotisme, l’esprit de vengeance, l’espoir de rentrer dans leurs familles, l’ambition des emplois, le désir de revoir leur patrie et de recouvrer leurs biens ne pouvaient avoir aucune action sur leur imagination. L’intérêt? Une grande partie d’entr’eux ont renoncé à des emplois plus lucratifs79. Beaucoup d’autres ne connaissaient point leurs appointements lorsqu’ils prirent part à l’expédition80, et tous sans exception ont renoncé à une grande partie de leur solde dans un temps où la cherté des vivres et la rigueur du blocus eussent pu légitimer la demande d’une indemnité, et d’une augmentation provisoire dans leurs appointements81. Comment donner une explication convenable au désintérêt, à la constance dans les revers, à l’intrépidité dans les combats, à la conviction dans la victoire que les étrangers82 n’ont cessé de partager avec les Portugais dans les plus grandes crises sans recourir à ce sentiment intarissable, à cette passion généreuse que la grande cause de la liberté a développé [sic] dans l’esprit des nations les plus éclairées de l’Europe? Ou il faut croire qu’un changement magique s’est opéré dans le cœur de l’homme, que l’appat [sic] du plaisir ait cessé d’agir sur lui, que l’idée de sa propre conservation a perdu toute influence sur lui, ou nous sommes forcés d’admettre83 la puissance de ce sentiment qui a absorbé en lui tous ces penchants et ces idées habituelles.

Parmi les graves questions qui vont être incessamment présentées aux Cortes, celle des étrangers ne sera pas sans doute oubliée. L’honneur national, la politique, le bien matériel de la nation, sont attachés à leur position, et c’est sous ces trois points de vue que je me propose de l’examiner.

Une grande partie de ces étrangers, surtout les soldats, se sont enrollés [sic] sous le drapeau de D. Maria pour un tems déterminé84 et ont stipulé une indemnité plus ou moins grande suivant les circonstances; quelques autres plus confiants s’en sont rapportés à la générosité du gouvernement. Je ne ferai pas mention des grandes promesses verbales faites par les agents Portugais. Rien n’était plus divertissant que d’entendre le tableau de notre prospérité future dans le Portugal pendant les mois d’octobre, novembre, décembre 1833, janvier, février, etc. 183485; c’est-à-dire lorsque la cause était sur le point d’échouer. C’était le droit de citoyen acquis après la campagne, c’était des terres incultes qu’on eut livré à notre industrie, c’était des indemnités, de la considération, des honneurs, un avenir brillant, et assuré. Colombo, Vasco-Gama, Cortez, Pizarro ne se servaient pas de couleurs si vives pour échauffer l’imagination de leurs compagnons d’aventures. Mais tout cela était de la poésie; dans les contrats par écrits, on86 faisait de la prose. Le gouvernement n’est pas responsable des phrases oratoires de ses représentants à l’étranger; mais doit-il se borner à remplir mathématiquement les conditions écrites sans avoir aucun égard aux imprévoyants que se sont fiés à sa générosité? Doit-il faire comme le fermier qui réunit ses laboureurs l’arithmétique à la main, les paye brusquement et les renvoie, sauf à les rappeler dans la saison suivante? Doit-il être juste, et rien plus que juste? Le juriconsulte [sic] qui ne contemple que le contrat, et ne voit rien au-delà d’une justice rigoureuse, l’administrateur qui ne voit que l’aujourd’hui et le lendemain d’une nation, répondront qu’il suffit de s’en tenir au contrat, les payer jusqu’au dernier centime, et croiront avoir tout fait avec cela. Mais l’homme d’État qui a devant soi l’avenir du pays, le bien-être des générations futures, qui doit répondre à l’Europe de l’honneur national, ne doit point borner ses vues dans l’étroit espace d’une justice minutieuse, et d’une parcimonie trop calculée.

C’est un préjugé vulgaire que de ne voir dans les troupes étrangères que des hommes sans aucune opinion, sans aucune morale, sans foi politique, prêts à prendre parti indifféremment dans les guerres civiles; cette opinion est encore un reste du barbarisme du Moyen-Âge, dont nous venons de sortir. Les anciens condottieri, les suisses, les allemands, les wallons qui étaient pris à gages par les rois d’Espagne, France, Russie, n’avaient réellement et ne pouvaient avoir aucune foi politique. Le peu de lumières des siècles s’y opposait. Les revers ou le manque d’argent les faisaient changer non d’opinion, puisqu’ils n’en avaient point, mais de drapeaux. Les chefs de ces troupes partageaient avec leurs soldats cette même indifférence87. Mais les circonstances ne sont plus les mêmes. Une grande différence existe entre les anciennes troupes mercenaires et les modernes. On en trouvera facilement la raison pour peu qu’on veuille considérer l’état actuel de l’Europe. L’Angleterre, la France, l’Italie, l’Allemagne sont dans un état permanent de révolution. Il s’y trouve une foule d’officiers que le caprice du gouvernement, ou l’esprit de parti force de quitter le service militaire. Ces officiers dans la force de l’âge, avec la conscience de leur opinion, avec la fierté et l’orgueil des nobles sentiments, à qui les persécutions politiques donnent encore plus d’essor, ne sont point comparables aux anciens officiers mercenaires. Ils ont une foi politique, un honneur à eux, souvent une réputation à perdre. A cette classe d’officiers, nous ajouterons les émigrations forcées. Aucun homme sensé ne voudra comparer une troupe composée des émigrations Polonaise ou Italienne avec les régiments suisses de Louis XVI. On a vu ces émigrations se dévouer aux intérêts de l’Espagne et de la Grèce avec un courage et une constance qui peut en partie compenser la honte, la servilité et l’inconstance des anciennes troupes mercenaires. Il y a dans le cœur de tous ces hommes un secret instinct qui les porte à chercher partout et à servir l’ennemi de leur ennemi88. Les Polonais doivent sans scrupule prêter leurs bras aux Turcs ou aux Egyptiens, si ces peuples peuvent les aider à reconstituer leur patrie.

C’est de ces différents éléments que sont composées les troupes qui ont si puissamment aidé la Cause Constitutionnelle du Portugal. Ce qu’il y a de plus remarquable dans cette composition, c’est qu’une bonne partie de ces soldats partage avec leurs officiers les mêmes penchants politiques89. Presque tout le 1er Régiment français est composé de jeunes gens connus sous le nom de Gamins ou Barricadeurs. C’est étonnant comme ces jeunes gens étaient fiers de leur opinion. Ils s’ébranlaient à Oporto90 dans les combats en criant : «Vive la Liberté», et les officiers leur indiquaient le chemin de la gloire en leur répondant91: «En avant les Barricadeurs». Cette indépendance, cette vanité étaient une des causes principales de la difficulté des discipliner. Des hommes qui ayant barricadé les murs de Paris avaient la gloire d’avoir remué l’Europe entière, se pliaient difficilement sous la verge du despotisme militaire92. Malgré cette difficulté, qui nécessitant de recourir à des moyens violents, devait les mécontenter, malgré l’éternel Bacalà d’Oporto, qui contrastait singulièrement avec les tableaux riants des agents portugais en France, la désertion fut très peu considérable93. Qu’on me dise si les troupes mercenaires du Moyen-Âge auraient soutenu avec autant de constance le siège d’Oporto? Qu’on me dise s’il ne faut pas quelque chose de plus que de l’intérêt pour tenir ensemble trois mille hommes sous des94 auspices si défavorables? Cependant aucune désertion ne déshonora le corps d’officiers; ils se soumirent avec résignation aux chances de la guerre, et cherchèrent tous les moyens possibles de soutenir le moral de leurs soldats95. Il est vrai que les corps étrangers n’avaient point cet ensemble de discipline, de subordination ainsi que de tenue qu’au milieu96 des plus terribles circonstances, nous étions forcés d’admirer dans l’armée portugaise, mais la cause en est partie [de] la situation fausse, où les esprits avaient été placés par les discours pompeux des agents du Régent Libérateur.

Comment pouvaient-ils97 se montrer paisibles, résignés, sans murmures, des hommes dont l’imagination était remplie d’habits brodés, d’établissements de châteaux, à qui l’on disait qu’il était assez de se présenter pour vaincre et qui se trouvèrent tout à coup renfermés dans un cul-de-sac, entourés de tout côté par l’ennemi, habillé et nourris très irrégulièrement et cherchant en vain dans le petit espace d’Oporto, ces grandes terres, ces grands établissements dont on avait bercé leur espérance? L’homme détrompé de ces illusions devient nécessairement triste, abattu, méfiant, inquiet, insubordonné. Si Colombo et Vasco-Gama n’eussent point découvert l’Amérique et les Indes, ils courraient le risque d’être jetés à la mer par leurs propres soldats98.

Le gouvernement ne doit point considérer les troupes étrangères comme purement et simplement mercenaires. Une justice rigoureuse avec elles ne le justifierait point d’une espèce d’ingratitude. Il est incontestablement vrai que les étrangers ont rendu des services éminents à la cause. Cela ne porte aucune atteinte à la gloire nationale de cette mémorable expédition. Les étrangers ont coopéré, n’ont point décidé la Cause. Une suite inconcevable de constance, de patriotisme désespéré, de faits prodigieux d’un côté, d’incertitude, de fautes grossières, de manque d’ensemble de l’autre, sont les véritables causes de la chute de l’usurpateur. Il n’y a que les miguélistes intéressés à faire croire que la perte de leur cause n’est point due à la force du parti constitutionnel, qui soient assez peu soigneux de l’honneur national pour attribuer aux seuls étrangers toute la gloire de cette campagne. Quoiqu’il en soit, ils ont vaillamment combattu, ils ont sellé de leur sang une des plus belles causes dont l’histoire fasse mention. On les a payés, dira-t-on. D’abord, je nie le fait. Ce n’est pas être payé, du moins quant aux officiers : le général99, le colonel qui combattent pendant plus d’une année ne recevant que soixante francs par mois. Et, eussent-ils été scrupuleusement payés de tout leur appointement, peut-on évaluer le sang de ces mêmes braves officiers100 de l’armée libératrice au même poids et à la même mesure que celui des cafres qu’on exportait au Brésil pour la culture des terres? N’y a-t-il pas quelque chose de dégradant pour l’humanité que cette pensée de négocier la vie des hommes civilisés? Eh bien! Que ces trois mille hommes qui ont servi loyalement le pays soient renvoyés. Les braves vont rentrer en Angleterre, en France, en Belgique, en Allemagne, vont se répandre dans toute l’Europe. Leurs familles, leurs amis, leurs compatriotes courants à leur rencontre, chercheront avidement en eux quelques traces du bonheur idéal qu’ils s’étaient formés avant leur départ. Mais c’est en vain. Les deux cents, les trois cents francs d’indemnité seront vite épuisés; ils ne leur restera plus que le souvenir d’une campagne brillante et stérile, et la réminiscence de tant de douces illusions évanouies donnant à leurs discours une injuste éloquence; ils se feront un devoir d’attaquer et de calomnier l’honneur d’une Nation qui aurait d’ailleurs rempli scrupuleusement ses promesses.

Cette généreuse sympathie pour les peuples qui aspirent à la liberté, s’affaiblira par le peu de générosité de ces mêmes peuples envers les étrangers qui les ont aidé à rétablir leur patrie. Les gouvernements même verront avec peine rentrer chez eux dépourvus des moyens de subsistance des hommes auxquels ils se flattaient d’avoir procuré un avenir assuré en favorisant leurs enrôlements dans l’expédition constitutionnelle. De petites causes peuvent produire de grands effets. Le germe du mécontentement une fois jeté entre deux cabinets peut entraîner à des101 conséquences sinistres, surtout quand un des cabinets a une supériorité sur l’autre, et ce n’est pas le cas du Portugal vis-à-vis de la France et de l’Angleterre. Ensuite, qui répondra que les hommes qui quitteront le Portugal comme des salariés qui ont achevé leur journée de travail n’emporteront pas avec eux une haine profonde, un vif ressentiment contre un pays dont ils espéraient quelque chose de plus qu’un peu d’argent? Qui vous assure que ces hommes que vous avez repoussés loin de vous ne sont pas destinés à jouer un rôle brillant dans leur patrie et à exercer une haute influence sur les transactions diplomatiques et commerciales avec le Portugal?102 Ne craint-on pas que le souvenir fâcheux de leur séjour dans ce pays indisposant leurs esprits, pourrait devenir un puissant motif de difficultés, d’entraves et de collisions? Plût à Dieu que les hommes publics se dépouillassent de toutes sortes de passions dans les affaires; mais cela ne sera pas tant que l’homme ne sera qu’homme. Ces craintes qui paraissent peu fondées, le sont peut-être moins qu’on le pense. Le Portugal arriéré en civilisation et arraché du sein de la famille portugaise européenne par l’usurpation, se trouve égaré dans un faux chemin, il faut l’y reconduire par tous les moyens possibles. Un accueil généreux aux étrangers en est un puissant. Ce sera comme un gage que le Portugal donnera à l’Europe de sa ferme résolution d’entrer dans toutes les voies de la régénération commune. L’Angleterre, la France, l’Allemagne seront flattées de voir leurs citoyens heureux dans le Portugal et cette fraternité entre les peuples est le sublime sentimentalisme de la civilisation. Toute nation qui cherche à l’entraver donne preuve de peu de lumières et risque de retomber encore dans le barbarisme.

Lorsque103 j’avance que le bien être matériel du Portugal exige impérieusement qu’on empêche la réexportation des troupes étrangères, qu’on ne croie pas que je veuille limiter cette nécessité au besoin de remplir les vides opérés dans la population par la guerre civile et le cholera morbus104.

Certes105, la population actuelle du pays est bien loin d’atteindre son véritable rapport avec sa surface, et ses moyens actuels et possibles de nourrir ses habitants; mais le gouvernement calculerait fort mal, ne voyant dans cette colonisation qu’un surcroît de population. Le Portugal offre d’autres ressources à cet égard. Je suis persuadé qu’un peu moins de fanatisme pour le commerce et un peu plus d’encouragement pour l’agriculture, amènerait le même résultat de population que le séjour des étrangers. C’est un bénéfice que la nature a fait aux peuples méridionaux. Il faut laisser agir la nature, rien de plus : la suppression des couvents, une plus grande facilité dans la division, et les échanges de propriétés, l’augmentation successive du commerce intérieur, le défrichement des terres incultes, voilà les sources inépuisables de population. Au reste, la colonisation étant un moyen puissant pour activer l’agriculture et l’industrie, elle doit être considérée comme une cause efficace de la prospérité d’un pays. La Prusse nous offre une image frappante de ces résultats. L’expulsion des Protestants de la France fut d’un avantage incalculable pour toute l’Allemagne. Ce ne fut pas106 la seule augmentation des populations, mais des nouvelles idées, une nouvelle langue, de nouvelles mœurs, une nouvelle industrie se propagèrent dans toute la nation. Cette importation morale107 et physique valut à l’Allemagne quatre universités et un siècle entier de civilisation. C’est de ce côté bien plus que de celui de la population qu’il faut envisager notre question. Il me sera bien facile de prouver que la naturalisation des troupes étrangères en Portugal opérera bien plus de prodiges que l’émigration protestante ne l’a fait dans toute l’Allemagne.

Anglais, Français, Belges, Hollandais, Allemands, voilà la composition de ces troupes. Pourrait-on désirer mieux? Ne dirait-on pas qu’un haut esprit politique a présidé à ces recrutements, et qu’on a voulu comme réunir ici les nations qui ont entre leurs mains la clef de toute civilisation? Voici réuni la gravité du caractère anglais, qui donnant aux mœurs une nouvelle teinte, donnera une nouvelle physionomie à la nation; la vivacité de l’esprit français qui policera les manières, augmentera l’esprit de sociabilité, source d’instruction, rendra populaires les idées de liberté; le laborieux Belge qui s’attachant au sol comme à sa patrie, multipliera les ressources de l’agriculture; l’économe Hollandais qui, répandant l’esprit d’ordre, enseignera la manière de tirer partie des moindres choses; enfin, le patient Allemand à qui l’esprit de la petite industrie est naturel, et qui réunit presque toutes les qualités des peuples septentrionaux sans en partager les vices. Quelle source de régénération dans tous ces éléments! Comment ces hommes identifiés dans la masse de la Nation ne produiraient-ils pas d’immenses résultats dans l’agriculture, l’industrie, les mœurs, le caractère, l’instruction, et dans tout ce qui tient à la civilisation morale?

Ce fut sans doute une déplorable nécessité que celle qui força D. Pedro à s’appuyer de troupes étrangères dans son entreprise; mais que l’on avoue que jamais on employa un capital qui fut plus productif, soit par rapport aux services militaires qu’elles ont rendus, dans le cours de la campagne, soit par rapport à l’utilité sociale qu’on peut tirer de leur colonisation. Cependant, on ne doit point se flatter de trouver parmi ces hommes le germe d’une haute industrie, ni d’une agriculture scientifique. Cela n’est point et ne doit point être. La perfection des institutions sociales doit partir du haut de la société, la masse n’en est que l’instrument. Mais le gouvernement trouvera avec plus de facilité les moyens d’activer l’industrie à mesure que cette masse y est plus disposée; et nous ne voyons pas une manière plus prompte et plus expéditive pour la disposer que d’y introduire de nouveaux éléments de vitalité et de perfection.

Tous ces avantages sont évidents, palpables; je ne m’arrête pas à les développer, car pour les hommes éclairés à qui l’étude, la réflexion ou la grande école de l’émigration ont appris à juger sans passion l’état moral de leur pays, ce que je viens de dire est plus que suffisant; quant aux hommes qui ne peuvent point, qui ne savent point ou ne veulent point renoncer aux préjugés, aux idées roturières, ceux-là résisteraient à toute force d’argument et toute tentative108 de persuasion serait en pure perte de temps. Cependant je ne puis m’empêcher d’ajouter encore quelques mots sur deux grands ressors de civilisation que la naturalisation des étrangers peut offrir au gouvernement. Ces deux ressources consistent dans l’incalculable influence des étrangers sur l’instruction et la religion du pays.

Je n’entends pas ici par instruction celle qui part du centre commun de l’université et se répand lentement dans tout le corps de la nation.

Les militaires ne sont pas docteurs, ni beaux parleurs; l’éloquence des quartiers et des champs de bataille est bien différente de celle d’un salon d’université. Mais il y a une autre source d’instruction bien plus féconde en résultats que l’universitaire, celle des langues étrangères. La connaissance des langues étrangères invite à l’étude, ne fût-ce que pour la vanité de montrer quelque connaissance au-dessus du commun. Elles habituent109 l’homme à la réflexion en exerçant sa mémoire, lui donne un je ne sais quoi d’élégant dans son esprit, détruisent110 en partie111 des préjugés nationaux et forment le canal d’un véritable commerce d’idées utiles et agréables. Aucune nation ne peut se flatter de parvenir à un haut degré de civilisation sans la connaissance de ce qui se passe dans les pays voisins, et cette connaissance ne s’acquiert point par d’autres moyens que par celui des langues112.

Le Portugal se trouve, par sa position géographique, éloigné du centre commun de la civilisation européenne. Il est de la plus grande importance, si l’on veut établir la liberté sur des bases solides, de corriger les inconvénients de cette situation en multipliant autant que possible les relations intellectuelles du pays avec le reste de l’Europe. Or, quel moyen plus sûr pour atteindre ce but, que la cultivation [sic] des langues anglaises, allemande, française, italienne? Si l’établissement d’une chaire de ces langues à Coïmbre peut rencontrer quelques difficultés, le moyen de les remplacer se trouve de sa nature dans la colonisation. Une grande partie des officiers et des officiers inférieurs désormais habitués à la langue nationale par le séjour de deux années, se dévoueraient avec plaisir à l’enseignement de leur langue et cela, leur facilitant le contact avec l’intérieur des familles, faciliterait le mariage et par conséquent l’incorporation dans la nation. Les Portugais sont doués d’une facilité étonnante pour apprendre les langues étrangères, et cette disposition naturelle, jointe à la modicité de la dépense occasionnée par le nombre des instituteurs, ne manquerait pas de généraliser dans le cours de peu d’années, les langues plus importantes113. L’on verrait en peu de temps les journaux, les cabinets de lecture, les modes, les livres étrangers se propager dans tout le Royaume. Quelle influence sur les opinions, sur les mœurs, sur le caractère de la nation! Il faut être entièrement subjugué par les préventions et les préjugés pour méconnaître de tels résultats.

Voici maintenant le rapport que je crois exister entre la colonisation des étrangers et la religion du pays. C’est un objet très délicat que la religion; j’ose dire que la tranquillité et la liberté du pays dépendent de la manière que cette matière, la plus difficile de toutes les matières gouvernementales, sera maniée par les hommes du pouvoir. Tout le monde convient de la nécessité des réformes. Quant aux moyens de la mettre en pratique, toutes les opinions divergent.114 Pourquoi cela? Parce que l’on n’a pas la force, ou l’on ne veut point s’élever au-dessus des passions et des ressentiments fruits d’une longue guerre civile, des malheurs de l’émigration et de la tyrannie de l’usurpateur. Les esprits ne sont point encore assez calmes, ni les plaies assez cicatrisées pour pouvoir juger du véritable état naturel du pays. D. Miguel est tombé, mais le miguélisme est encore debout; et qu’est-ce que le miguélisme? Est-ce l’enthousiasme du peuple115 pour un homme extraordinaire? Le culte qu’on a dévoué à D. Miguel, cet incroyable attachement que la moitié ou les trois quarts de la nation lui a conservé jusqu’au dernier instant, a-t-il quelque sorte d’analogie avec le culte que les Prussiens ont pour Frédéric, les Français pour Napoléon? Non, ce n’est que le fanatisme d’un peuple d’imagination vive qui, cherchant à personnaliser sur la terre la divinité, fut assez docile pour se laisser persuader que D. Miguel était son représentant véritable. C’est un amant qui, éloigné de sa maîtresse, cherche dans les objets qui l’environnent, quelque chose qui lui rappelle ses formes, s’en fait une idole et lui brûle des encens. Que le gouvernement se désabuse des illusions qui ont failli faire échouer l’expédition en 1832. Le miguélisme a de profondes racines. Il ne date ni de 1823, ni de 1828116, mais de l’instant où les Portugais ont embrassé le christianisme. Dans cet état de choses, une entière réforme rencontrera de graves obstacles. Le gouvernement ne doit point, ne peut point paralyser l’influence qu’une moitié de la nation exercera sur l’autre. Un schisme avec Rome n’est point exécutable, du moins [sic] qu’on ne veuille le soutenir avec les échafauds de D. Miguel, et la tour de S. Juliano117 [sic]. D’ailleurs, pourquoi recourir à des moyens violents, lorsque les circonstances en offrent de plus doux et plus sûrs? La Cour de Rome est effrayée d’un schisme; elle connaît l’influence qu’il pourrait avoir sur toute la péninsule, sur la France, sur l’Italie même. Elle capitulera, qu’on n’en doute point; les réformes temporelles pourront se faire sans secousses et sans murmures. Mais cette transaction avec la Cour de Rome amène des résultats très lents. La nécessité où se trouvera le gouvernement de recourir à des mesures de conciliation, lorsqu’au commencement il paraissait vouloir entièrement en finir avec elles, donnera au clergé l’idée de sa puissance et nourrira en lui l’espérance d’une réaction. Et qui sait et peut prévoir les chances que le système représentatif prépare à la nation? Est-on sûr de l’état politique actuel de l’Espagne? Est-on sûr que les puissances absolutistes du Nord ont renoncé à l’espoir d’abattre le libéralisme dans l’Europe occidentale, et qu’un jour appelé par la fougue du républicanisme en France, elles ne se coaliseront pas dans ce but, en se servant de D. Carlos118 et D. Miguel comme d’un instrument capable de faire une forte diversion dans toute la Péninsule? Un accident sinistre, une maladie du Régent Libérateur; l’infécondité de la Reine ne sont-elles [sic] pas des probabilités de désordres dans l’avenir du pays dont le miguélisme saurait habilement profiter? L’abus de liberté même ne peut-il pas lui ouvrir un chemin? Il faut donc songer aux moyens de jeter dans le cœur de la nation quelques nouvelles forces capables d’inutiliser [sic] les efforts que le clergé pourrait encore essayer pour recouvrer son ancien pouvoir; puisqu’un schisme est impossible ou au moins très dangereux dans l’état actuel, cherchons la manière plus convenable d’y préparer la nation. La liberté ne sera jamais sûre dans un pays qui fraternise avec Rome. Il faut se disposer à rompre cette fraternité. Je ne crains pas d’affirmer que la colonisation des étrangers pourrait en fournir un moyen facile et assuré. Deux tiers d’eux119 appartiennent à l’église Protestante ou Réformée, l’autre tiers composé de Français y est naturellement disposé. L’incorporation de ces hommes pourrait devenir le germe du Protestantisme en Portugal. En moins de quinze ou vingt années, nous aurions un bon nombre de familles protestantes attachées au gouvernement et cherchant à répandre leur doctrine au milieu de la nation. Une tolérance entière, quelques privilèges prudemment accordés leurs donneront de la vigueur et de l’énergie. J’ajouterai le rappel et la réintégration des Juifs dans les droits civils120; c’est autant d’ennemis qu’on soulève contre le miguélisme; et tous ces éléments réunis prépareront la nation à la grande réforme qui d’autre manière ne pourrait s’opérer qu’avec beaucoup de sang et de désordre.

C’est par cet empire des étrangers sur l’instruction et la religion du pays que je rattache leur situation à la politique intérieure du pays. L’on peut voir ici que je ne parle point121 d’une politique astucieuse et machiavélique. Elle était peut-être bonne lorsque la science du gouvernement était une science occulte, une espèce de nécromancie réservée aux sommités sociales; mais elle a cessé de l’être lorsque les peuples ont commencé à soupçonner le droit de participer aux fonctions publiques. Je ne considère point les troupes étrangères comme l’instrument de cette politique122, comme la force d’un parti qui ne pourrait se soutenir autrement. Le temps est passé où un régiment suisse formait l’unique base d’un gouvernement. Je ne demande donc point qu’on transforme ces étrangers en gardes du palais, mais en bons et loyaux citoyens.

Que les hommes d’État destinés à régir le Portugal s’élèvent au-dessus de leur haute mission. Ce n’est point une nation nouvelle qu’il s’agit de créer, ni une nation formée qu’il faut administrer, mais un peuple déchu qu’il faut rehausser. Qu’on étudie bien sa position et l’on verra les plaies énormes de tout son corps social : l’esprit public nul, l’esprit militaire malgré les prodiges de la dernière campagne presque éteint, aucune vanité nationale, les esprits inactifs; oisiveté, abattement, langueur d’un malade qui désespère de la vie. Il faut recourir à des remèdes puissants pour lui rendre la vie; car les moyens d’une législation commune ne feraient que lui prolonger l’agonie. Il faut faire revivre l’esprit militaire, retremper l’honneur national, faire agir les ressorts secrets d’un juste orgueil, donner de l’activité aux esprits, de l’émulation à l’industrie, de la souplesse au caractère âpre, raide du peuple123, donner enfin une nouvelle physionomie à la nation : tout cela ne s’obtient pas avec des moyens ordinaires. Il est beaucoup plus difficile de régénérer, que de créer une nation. Aussi l’histoire nous offre beaucoup d’exemples de petits peuples imperceptibles devenir tout à coup des géants; mais aucun déchu recouvrer son ancienne puissance. Heureusement que le Portugal n’est point encore dans la situation à désespérer de se relever. Si le système de D. Miguel eut encore duré cinquante ans, c’en était fait de la nation. Elle serait tombée infailliblement sous l’Espagne et l’Angleterre. C’est donc à la haute politique qu’il appartient d’aviser au moyen124 de sa régénération. C’est le génie de Frédéric et de Napoléon qui doit servir de règle ici. Il faut introduire dans le corps de la nation un nouvel élément de force, de vitalité, d’activité. Non seulement un bon gouvernement ne devrait point faciliter le moyen aux étrangers de repartir125, mais il devrait employer tous les moyens de les retenir, leur faire une douce violence par le moyen sûr de l’intérêt, il devrait appeler les compatriotes de ces mêmes étrangers, et les inviter à partager avec eux un avenir assuré, une position sociale. Les nouveaux mariages, les nouvelles industries, les nouvelles mœurs emportées126 des différents pays ne manqueraient point de neutraliser les miasmes de l’ancienne corruption. Voilà à quoi se réduit127 la politique dans la résidence des étrangers dans le pays128. Les bons citoyens ne doivent pas s’en effrayer, car je ne cherche point d’en faire un instrument de police, mais je veux leur procurer des exemples d’activités et d’industrie, des moyens faciles pour s’instruire, policer leurs129 mœurs, arrondir leur caractère et les mettre au niveau des nations les plus civilisées de l’Europe.

Mais les projets, les plans, les théories ne manquent jamais sous un gouvernement qui a sanctionné la liberté de la presse. C’est un inconvénient nécessaire de la liberté; souvent le gouvernement reçoit d’elle plus d’obstacle que de lumières. On s’efforce à remuer130 l’opinion publique par de magnifiques projets sans se donner la peine de les concilier avec les besoins de l’économie et les circonstances particulières du pays. Comme étranger, comme militaire, je serais doublement reprochable [sic] si en lui montrant la nécessité d’utiliser les étrangers, je ne cherchais pas quelles sont les mesures plus propres pour cet objet sans blesser les intérêts du Trésor.

On a proposé de leur distribuer des terres incultes et une partie des biens nationaux. D’autres ont cru utile et prudent de les conserver au service. Mais ni l’une ni l’autre mesure ne semble répondre au but que l’on doit se proposer dans cette colonisation. Si au lieu de trois mille soldats, il était question de trois mille familles manufacturières, ou propriétaires, je proposerais de leur distribuer ces terres.

Le131 grand nombre de couvents et de terres recevraient [sic] par leur culture une nouvelle existence. Le gouvernement serait délivré des dépenses et des soins de leur administration, et par suite le trésor pourrait être indemnisé de la non-vente de ces biens par l’accroissement successif des impositions directes ou indirectes, que l’amélioration matérielle de ces établissements amèneraient nécessairement. Mais la composition des troupes étrangères ne permet pas à mon avis cet arrangement. Les soldats habitués à une vie aventurière, aux distractions des grandes villes, à se trouver réunis ensemble comme dans une grande famille, embrasseraient difficilement cet état paisible, isolé, solitaire qui est le propre du cultivateur. Il faudrait remuer132 la terre, avoir l’esprit de propriété, de conservation et une certaine économie prévoyante. Mais qui les connaît sait avec quelle répugnance133 ils travaillent aux fortifications, et ce qui ne leur appartient pas. Il n’y a qu’une occupation légère et variée qui puisse les attacher. La petite industrie et le petit commerce des villes sont plus conformes à leur génie que le lointain espoir de thésauriser en mouillant la terre de sueur. Il faut qu’ils soient placés de manière à pouvoir dépenser le soir ce qu’ils ont gagné le matin. Ce défaut est naturel aux militaires, il faut des années pour le faire disparaître. D’ailleurs, cette distribution de biens nationaux souffrirait une infinité134 de difficultés d’exécution. Les prétentions seraient infinies; leur juste classification difficile. Cependant si l’esprit et les habitudes de ces hommes pouvaient se concilier avec cette mesure, les difficultés pourraient s’écarter et dans un projet de cette nature qui présente de si grands avantages, il ne faut point s’arrêter aux petits détails et à la difficulté de la pratique; tout doit céder devant l’intérêt général et c’est une preuve de la médiocrité des hommes de pouvoir, lorsque découragés par quelques obstacles, ils abandonnent des projets d’utilité générale.

Quoiqu’il n’entre dans mes desseins que de parler de la colonisation des troupes étrangères, cependant l’analogie des circonstances me porte à dire quelques mots sur l’emploi des biens nationaux en ce qu’ils peuvent avoir de rapport135 avec mon sujet.

Puisque les motifs que je viens d’analyser peuvent s’opposer à ce qu’on les distribue aux militaires, je demanderai pourquoi l’on ne pourrait point appeler des manufacturiers étrangers à qui l’on donnerait les convents, sauf une certaine rétribution annuelle au trésor? Il serait imprudent que le gouvernement se chargeât de leur administration. Il136 faut enlever au clergé jusqu’à l’espérance de ressaisir son ancienne richesse137. Si leur vente est impossible et leur administration sans but, mieux vaut les raser; on accusera le gouvernement de barbarisme, mais dans le fonds, en détruisant dans le pays ces foyers éternels de monachisme, on l’empêchera de retomber encore une fois. Il se présente naturellement à la pensée de les destiner à la manufacture. Cette transformation des couvents en fabriques aurait en même temps un but politique en ce qu’elle diminuerait dans le peuple cette espèce de regret avec lequel il voit autant de beaux couvents déserts entièrement; on les a supprimés disant que c’était le repaire d’hommes inutiles à la société, fort bien! N’est-il donc pas naturel de les destiner aux manufactures qui présentent le spectacle de l’activité et de l’industrie? Les hommes même les plus enthousiastes du monachisme seront forcés de convenir que les draps et les toiles qui sortiront des couvents changés en fabriques sont plus avantageux au pays que les indulgences, les bénédictions et les jubilés. Voilà donc encore un coup de masse138 au miguélisme et un fort stimulant à cet esprit de fainéantise, de mollesse et d’inactivité qui est le véritable fléau du pays. Rien n’est plus propre à remuer les hommes que l’espoir de s’enrichir; et nul moyen ne serait plus efficace à produire un changement prodigieux dans le caractère indolent du peuple, que répandre dans tout le royaume un grand nombre de manufactures, ou tout est activité, vigilance et mouvement. Ces établissemens139 joints à la colonisation des troupes étrangères et à l’appel qu’on pourrait faire à des étrangers manufacturiers ou agricols hâteraient dans le cours de vingt ou trente années le cours naturel à la civilisation140 du pays. Les familles étrangères viendraient d’autant plus volontiers s’établir ici qu’elles sauraient y trouver bon nombre d’ouvriers parlant leur langue et connaissant celle du pays; ceux-ci voyant un nouveau moyen de s’enrichir s’y fixeraient plus facilement. Ce sujet mérite toute l’attention du gouvernement, mais un plus long développement m’éloignerait trop de ma question primitive. Revenons aux troupes étrangères.

Leur conservation au service actif paraît à première vue plus convenable au gouvernement. C’est un noyau de troupes aguerries, une espèce de paladium141 dans une effervescence populaire; le renvoi, de ces troupes nécessiterait un nouveau recrutement, ce serait de nouvelles dépenses et autant de bras enlevés à l’agriculture et au commerce. Ces avantages sont évidents. Mais le gouvernement fonde très mal s’il pense pouvoir retenir un étranger dans le pays par le seul moyen du service. Ces hommes, malgré toutes les promesses du gouvernement, ne voyant point un avenir ou une position solide devant eux, commenceront à rêver de nouvelles aventures. L’on ne pourra pas les forcer par des moyens coercitifs, puisque leur engagement sera expiré. D’ailleurs un changement de ministère, une crise politique les jetteraient encore dans l’incertitude. Le désir de rentrer dans leur patrie reprendra son ascendant par le peu de ressources que leur offrirait le séjour du Portugal. Qu’on ne perde jamais de vue l’esprit exceptionnel qui domine ces troupes. Sans patrie, sans famille, sans avenir assuré, ils cherchent tout cela ardamment [sic]142. Ce n’est pas le danger qui les décourage, mais la lenteur des moyens pour y arriver. Après cinq ou dix années de service, en supposant-leurs143 [sic] une constance qu’elles n’ont réellement pas, à quoi cela les conduirait? A la misère. Il faut les fixer au sol, leur donner une espèce d’indépendance qui leur laisse la faculté de choisir le genre d’occupation qui est le plus approché de leur caractère. Il faut pendant un certain temps leur fournir des moyens pécuniers [sic], lesquels ne doivent pas être trop élevés afin de [ne] pas nourrir leur paresse, ni trop faibles à ne pouvoir faire face aux besoins indispensables qui précèdent tout établissement. Voici sur quelles bases pourrait être conçue la loi qui doit fixer l’avenir de toutes les troupes étrangères.

  • Les troupes étrangères seront réparties entre les provinces de Lisbonne, Porto, Coïmbre, Faro, suivant leur choix, nul égard eu à la différence des nations et des régiments144. Elles y seront sous l’autorité immédiate militaire145 pour tout ce qui ne regarde point l’administration, qui sera du ressort du préfet.
  • Ces troupes seront considérées en service actif pendant la durée de quatre années. Cependant, excepté une guerre d’indépendance et les cas où la garde nationale doit être mobilisée, elles ne pourront être astreintes à aucun genre de service sous quelque prétexte que ce soit, excepté une revue tous les mois pour la tenue des armes.
  • Il sera alloué pendant les six premiers mois le logement, le pain et l’étape et la solde correspondant à leur grade respectif. Dans les six mois suivants cessera le logement et l’étape. Et la deuxième année leur solde sera diminuée d’un quart, à la troisième de l’autre quart et ainsi à la quatrième jusqu’à toute extinction de la solde.
  • Au commencement des quatre années chaque étranger recevra la moitié des dix-huit mois de solde ou la moitié de toute autre indemnité qui leur a été promise lors de leur engagement. L’autre moitié ne leur sera accordée qu’après les quatre années révolues.
  • On accordera l’indemnité entière promise lors de l’engagement comme également la solde compétente de quatre années dans l’importance de l’article 3° :
  • à tout étranger militaire qui ayant épousé une Portugaise ou une étrangère établie en Portugal déclarera vouloir fixer son séjour en Portugal146.
  • A tout étranger militaire qui formera un établissement quelconque de commerce, de manufacture ou d’agriculture qui soit au jugement du préfet et des chambres municipales susceptibles de durée et d’amélioration.
  • Enfin à tout étranger militaire qui présentera un cautionnement solvible [sic] dans le cas qu’il quitte le Royaume avant la fin de quatre années révolues.
  • Les étrangers compris dans ces trois catégories seront libres de toute sorte de services, et acquerront immédiatement la qualité de citoyens portugais, laquelle ne sera accordée aux autres qu’après les quatre années.
  • Les officiers seront une partie répartis dans l’armée, renonceront à toute sorte d’indemnité, mais acquerront immédiatement la qualité de citoyens portugais. L’autre partie aux conditions expresses pour la troupe, répartis proportionnellement dans les endroits de leur résidence afin de servir d’intermédiaire entre les soldats et les autorités, prévenir les désordres, inspecter les armes et les commander en cas que le gouvernement veuille les assembler, les organiser & a.
  • On établira à Lisbonne une commission centrale composée d’officiers les plus distingués parmi les étrangers, laquelle formera comme leur état-major général chargé de la discipline et administration générale.

Il me paraît que ce plan avec toutes les modifications dont il est susceptible remplira le but que nous nous proposons. Le soldat y jouit pendant une année de l’indépendance nécessaire pour un établissement. La solde diminue successivement en raison de la probabilité d’avoir trouvé des ressources; voyant devant soi quatre années de subsistance assurée, une libre faculté de s’y employer, de s’y marier et d’y recevoir à la fin une somme pour lui considérable, la qualité de citoyens Portugais au bout de quatre années comme récompense, il s’attachera au pays, et le séjour de quatre années le familiarisant avec la langue et les mœurs, il s’y acclimatera de manière à renoncer entièrement à sa patrie. Je les réunis sur quatre points différents du Royaume, ce qui semble contraire aux principes d’une colonisation. Mais cela est nécessaire soit pour faciliter la facilité de l’administration, soit pour mieux les surveiller et former en compagnies si le besoin l’exige. Au reste, la commission centrale de Lisbonne pourrait apporter quelque exception à cette mesure qui pourrait gêner le développement industriel des étrangers en restreignant leur cercle d’opération.

Quant au gouvernement, il a par cette manière pendant quatre ans les mêmes étrangers au service, dont il peut user à volonté et quant à l’économie, la dépense n’est pas si forte qu’on pourrait le supposer. Il est vrai que le gouvernement déboursera une somme considérable pour la moitié des dix-huit mois de solde promise; mais en les conservant au service, il est obligé de les habiller, dépense qui disparaît dans notre projet. Quant à ceux à qui le gouvernement avancerait toute la solde et l’indemnité à cause de mariage, des établissements et des cautionnements fournis, j’observerai qu’ils le seront en des époques différentes, ce qui ne causera pas une dépense générale et simultanée, mais partielle et successive, circonstance importante et qui n’exposera pas le trésor à un déboursement violent et imprévu.

Relativement aux officiers, le gouvernement doit les considérer sous un autre point de vue que le soldat. Celui-ci passe avec facilité de l’état civil au militaire, et trouve des ressources. Il n’est pas ainsi d’un officier. La profession militaire absorbe maintenant toutes les facultés de l’homme. La réunion des talents civils et militaires est extrêmement rare. Un officier arrivé à un certain âge n’est plus bon qu’à être officier. Il faut leur laisser le choix entre le service actif et inamovible dans l’armée et celui des quatre ans comme à la troupe. Ceux qui désirent continuer la carrière militaire embrasseront la première. Le gouvernement ne doit pas tenir compte des réclamations de quelques officiers de l’armée qui se trouveraient lésés dans leur ancienneté. Il ne doit point avoir en vue [perdre de vue?] que des officiers qui ont fait toute la campagne, qui renoncent à l’indépendance et à l’indemnité de service des quatre années pour acquérir la qualité de citoyens portugais, sont des officiers zélés, fidèles, et prêts à se dévouer entièrement pour son salut147. Ceux parmi les officiers qui se trouveront disposés à rentrer dans l’état civil, embrasseront le service des quatre années, et ainsi chacun d’eux s’adonnant à l’occupation plus conforme à son148 génie, affectionnera le pays pour lequel il a combattu et qui a su si bien le récompenser de ses fatigues.

Si malgré les avantages, tous les étrangers ne trouvent pas convenable le séjour du Portugal, il est certain qu’une bonne partie s’en accommodera, et cela outre l’avantage matériel qu’on aura gagné dans leur colonisation, fournira en même temps une arme au gouvernement suffisant pour confondre tous ceux qui pourraient l’accuser d’ingratitude envers les étrangers, ou de négligence des intérêts et de l’utilité qu’il aurait pu tirer149 de la colonisation. De toute manière, l’opinion publique sera satisfaite; car, toute150 populaire et ancienne que puisse151 être l’antipathie des nationaux contre les étrangers, les hommes éclairés reconnaissent et avouent que la régénération de leur pays ne peut s’opérer autrement, qu’en luttant courageusement contre les idées et les passions de la multitude en recourant à des moyens énergiques et capables de produire de grands résultats. Il faut s’approfondir et pénétrer dans la masse du peuple, c’est là qu’existe la gangrène du miguélisme et c’est là que le gouvernement doit tourner toute son attention en employant des mesures hardies et décisives, parmi lesquelles la colonisation des troupes étrangères doit obtenir une des premières places.

Ce sera un spectacle que l’Europe admirera et un nouveau triomphe de la civilisation que de voir ces mêmes étrangers qui de toutes les parties de l’Europe sont accourus sous le drapeau du Régent –Libérateur et ont si bien contribué à la chute de l’usurpateur, accueillis152, fêtés, agrégés à la masse des citoyens et former ainsi par une communauté de périls, de gloire et d’intérêts, un des éléments plus sûrs de la régénération du Portugal.

Haut de page

Notes

1 P. Casana Testore, Giacomo Durando, (1807-1894), dans Studi piemontesi, 7, 1978, p. 181-189.

2 Sur la conjuration des Chevaliers de la Liberté, voir : G. Talamo, La vita politica, dans U. Levra (dir.), Storia di Torino. VI. La città del Risorgimento (1798-1864), Turin, 2000, p. 479-484; E. Bottasso, L’appello a Carlo Felice dei «Cavalieri della Libertà» ed i suoi strascichi di disavventure, dans Mazzini e i repubblicani italiani. Studi in onore di Terenzio Grandi nel suo 92e compleanno, Turin, 1976, p. 15-44; E. Di Sambuy, Un episodio della giovinezza di Giacomo Durando, dans Nuova Antologia, 5e série, 254, 1914, p. 128-132; A. Luzio, I Cavalieri della Libertà e il processo di A. Brofferio, dans Carlo Alberto e Giuseppe Mazzini, Turin, 1923, p. 55-124.

3 G. Durando, Della Nazionalità italiana. Saggio politico-militare, Paris, 1846. Ce livre a immédiatement fait l’objet d’une seconde édition non autorisée à Lausanne, moins chère et plus facilement accessible, qui sera utilisée dans la présente étude : G. Durando, Della nazionalità italiana. Saggio politico-militare, Lausanne, 1846. Le Professeur Hartmut Ullrich en proposera bientôt une nouvelle édition. Qu’il soit remercié pour les conseils qu’il m’a prodigués.

4 Pour une présentation de l’exil de Giacomo Durando, voir : P. Casana Testore, Giacomo Durando in esilio (1831-1847). Belgio, Portogallo, Spagna nelle sue avvventure e nei suoi scritti, préface d’Alberto Gil Novales, Turin, 1979.

5 A. Vannucci, I martiri della libertà italiana dal 1796 al 1848, [1849], Milan, 6ème édition, 1877-1880. Giacomo Durando est cité aux p. 81-83.

6 Par exemple : C. Durando, Episodi diplomatici del Risorgimento italiano dal 1856 al 1863 : estratti dalle carte del Generale Giacomo Durando, Turin, 1901; E. Di Sambuy, art. cit. Plus récemment, A. Aspesi, Alcune note sui fratelli Durando nella campagna del 1849, dans Rassegna storica del Risorgimento, 1950, p. 28-39; A. Aspesi, Ombre e luci del Risorgimento italiano. Carteggio del generale Giacomo Durando (1847-1867), Turin, 1952; P. Casana Testore, art. cit.

7 Il expose sa théorie de la genèse des nationalités dans le chapitre IV de son livre, «Teoria della formazione delle nazionalità» et dans l’appendice. G. Durando, Della nazionalità italiana... cit., p. 58-67 et 405-446.

8 D. Zanichelli, I pubblicisti italiani del 1848 : Giacomo Durando, dans Studi senesi, 11, 1894, p. 333-371 et 12, p. 3-26; E. Di Carlo, Il libro di Giacomo Durando sulla nazionalità italiana, dans Il Circolo Giuridico, 79, 1948, p. 246-267; id, Di Giacomo Durando e del suo saggio sulla nazionalità italiana, dans Rassegna storica del Risrgimento, 1955, p. 252-257; P. Toesca, Italia e cattolicesimo nel pensiero di Giacomo Durando, dans Il Saggiatore : rivista di cultura filosofica e pedagogica, 2-3, 1953, p. 218-284; M. A. Aimo, Il pensiero politico di Giacomo Durando, dans Bollettino della Società per gli studi storici, archeologici ed artistici nella provincia di Cuneo, 56, 1967, p. 29-55.

9 P. Pieri, Guerra e politica nel saggio Della nazionalità italiana di Giacomo Durando, dans Raccolta di scritti in onore di Antonio Carlo Jemolo. IV. Filosofia del diritto, storia del diritto italiano, altre scienze giuridiche e storiche, Milan, 1963, p. 465-483; F. Botti, Le concept de géostratégie et son application à la Nation italienne dans les théories du Général Durando (1846), dans Stratégique, 58, 1995, disponible on-line à l’adresse suivante : www.stratisc.org/1Strat-index.html; F. Botti, Il modello «antiguelfo» di Giacomo Durando nella «Nazionalità italiana» : nascita della «geostrategia» e i suoi rapporti con la geopolitica nella conquista dell’unità, dans Id., Il pensiero militare e navale italiano dalla Rivoluzione francese alla Prima Guerra mondiale (1789-1915). I. Dalla Rivoluzione francese alla Prima Guerra d’Indipendenza (1789-1848), Rome, 1995, p. 717-769. Voir également H. Coutau-Bégarie, Traité de stratégie, [1999], 5ème édition revue et augmentée, Paris, 2006, p. 708 et seq.

10 P. Casana Testore édite dans le volume qu’elle consacre à Durando, l’autobiographie qu’il avait rédigée en 1862 à la demande de Brofferio, ainsi que les articles publiés en 1847 dans le journal libéral-progressiste madrilène El Español. Cf. Casana Testore, Giacomo Durando in esilio... cit., p. 92-150 et 159-192. Sont également connus deux textes conservés dans les archives de Durando, le Lavoro in lingua spagnola, qui traite du problème des «mariages espagnols», rédigé probablement à Paris en 1846 et jamais publié, parce que la solution qu’il préconise, un mariage de Isabelle II d’Espagne avec un prince étranger non Bourbon, n’était plus d’actualité après les noces de la reine avec son cousin le duc de Cadix. Le second texte est intitulé Notes sur le Portugal, rédigé, comme le mémoire sur la colonisation des troupes étrangères présenté ci-dessous, à la fin de la guerre civile portugaise, et expose les premiers éléments de ce qui deviendra, dans le traité de 1846, la théorie géostratégique de la formation des nationalités. Cf. Archivio del Museo Nazionale del Risrogimento di Torino (désormais MNRT), fond Durando, cartella 102, no 10 et no 5.

11 M. Isabella, Risorgimento in exile. Italian Emigrés and the Liberal International in the Post-Napoleonic Era, Oxford, 2009.

12 Par exemple : J. Keene, Fighting for Franco. International volunteers in nationalist Spain during the Spanish Civil War, 1936-1939, Londres, 2001. Pour le volontariat au xixe siècle : G. Pécout, Philhellenism in Italy : political friendship and the Italian volunteers in the Mediterranean in the nineteenth century, dans Journal of Modern Italian Studies, 9 (4), 2004, p. 405427; A. M. Isastia, Il volontariato militare nel Risorgimento : la partecipazione alla guerra del 1859, Rome, 1990.

13 MNRT, fond Durando, cartella 102, no 5.

14 Arquivo Historico Militar (desormais AHM), Processos individuais, Jacques Durando, cx 1775.

15 Arquivo Historico Parlamentar (desormais AHP), seccã o I-II, cx 351, no 5.

16 AHM, Livros mestres, B 56/2/1 (2ème Regiment d’Infanterie Legere de la Reine, 1832-1835).

17 Ecrit également en français, le texte, d’une lecture un peu fastidieuse pour un profane, n’est pourtant pas inélégant.

18 De la colonisation... cit., ligne 13 et 238.

19 L’un d’eux, Enrico Cialdini, dans une lettre a Nicola Fabrizi de 1837 en Espagne, affirme que plus aucun Italien du corps volontaire ne parle aux frères Durando. Si c’est vrai, cela n’a pas duré très longtemps. En tout cas, Cialdini stigmatise l’ambition démesurée et la vanité de Giacomo Durando. Voir T. Palamenghi-Crispi, Gli Italiani nelle guerre di Spagna, dans Il Risorgimento italiano, VII, 1914, p. 61-63.

20 Annexe, p. 225.

21 M. Braga da Cruz, As relações entre a Igreja e o Estado liberal – do «cisma» à Concordata (1832-1848), dans O liberalismo na península ibérica na primeira metade do século xix, II, Lisbonne, 1982, I, p. 223-224.

22 «se mandou ficar para se lhe dar o competente destino». AHP, Actas parlamentares, 1834, 5a acta.

23 Voir A Cronica Constitutional et O Nacional, mois d’août, septembre et octobre 1834.

24 Lettre de Durando au ministre de la Guerre, datée du 11.10.1834, in AHM, processos individuais, «Jacques Durando», cx 1775.

25 Autobiografia, dans Casana Testore, Giacomo Durando... cit., p. 110.

26 MNRT, Fond Durando, cartella 101, no 8 et 24.

27 Ibid., no 28.

28 Ibid., nos 1-7.

29 Annexe, p. 221.

30 Annexe, p. 220.

31 J. da Silva Carvalho, Relatorio do ministério e Secretário de Estado dos Negocios da Fazenda, apresentado à Camara dos Senhores Deputados da Nação Portugueza, na sessão extraordinária de 1834, Lisbonne, 1834, annexe 4, document D, p. 9.

32 Ibid., annexe 4, document no 7. Cette source est également utilisée par Oliveira Martins, Portugal contemporâneo, I, [1881], Lisbonne, 1986, p. 342. Oliveira Martins est le seul auteur à mettre en évidence l’importance numérique des troupes étrangères participant à l’expédition.

33 C’est le cas du «Bataillon de Volontaires Français», conduit au Portugal par le Général gênois Ramorino, qui est dissout à peine six mois après son arrivée. H. de Campos Ferreira Lima, Batalhão de voluntários franceses, dans Boletim do Arquivo Histórico, 4, 1934, p. 14.

34 AHM, Div. 1, secção 19, cx 34, no 1..

35 H. de Campos Ferreira Lima, Uma companhia italiana no exercito libertador, dans Boletim do Arquivo Histórico Militar, 7, 1937, p. 4-32.

36 H. de Campos Ferreira Lima, Legião polaca ou legião da Rainha Dona Maria Segunda, dans Boletim do Arquivo Hitórico Militar, 6, 1936, 140 p.

37 Voir, par exemple, les avis de l’émissaire extraordinaire du gouvernement libéral portugais à Londres et Paris, in Arquivo Nacional da Torre do Tombo (Lisbonne) [désormais ANTT], MNE, AC, Copiador de ofícios do conde do Funchal, liv. no 462, Ofício no 6 ao Senhor Cândido José Xavier, de Paris, 29. 03. 1832, fol. 26-27, ainsi que les jugements sévères de Soriano, historien libéral conservateur qui a participé à l’expédition de 1832, in S. J. da Luz Soriano, História do cerco do Porto, I, Porto, 1889, p. 507. Le fait qu’Oliveira Martins, dont la thèse consiste à soutenir que le libéralisme est parfaitement contraire au caractère national portugais, soit le seul auteur à mentionner l’importance de la participation étrangère à la guerre civile, est tout à fait révélateur.

38 Marquis de Fronteira, Memórias, V, revus et coordonnés par Ernesto de Campos de Andrada, Coimbra, 1929, II, p. 210-211.

39 C. Gobli, Edward Blaquiere, agente del liberalismo, dans Cuadernos hispano-americanos, 350, 1979, p. 321.

40 ANTT, MNE, AC, cx 599, ofícios reservados no 93 du 30 mars 1832 et no 8 du 26 avril 1832. Ses services ne sont pas acceptés.

41 Ibid., oficio no 20, du 1 octobre 1832. Sercognani non plus ne servira finalement pas au Portugal.

42 Voir par exemple la lettre de George Talbot, qui met en avant l’expérience qu’il a acquise dans les troupes «del Gran Bolivar», ANTT, MNE, Arquivo das legações, cx 166, no 50.

43 Annexe, p. 222.

44 Ibid., p. 220.

45 Annexe, p. 221.

46 G. Borges Terena, O Portugal da Guerra Peninsular. A visão dos militares britânicos (1808-1812), Lisbonne, 2000.

47 H. F. Link, Voyage en Portugal depuis 1797 jusqu’en 1799, Paris, 1803. Il s’agit d’une traduction de l’édition allemande de 1801.

48 C. I. Ruders, Einige Bemerkungen über Portugal, in Briefen, Rostock, 1805. Ce texte est traduit du suédois et n’a certainement pas eu une diffusion très importante dans les espaces latins, puisqu’il n’a pas été traduit en français.

49 A. Balbi, Essai statistique sur le Royaume de Portugal et d’Algarve, [1822], II, réimpression fac simile, Lisbonne et Coimbra, 2004.

50 Voir par exemple G. Pecchio, Tre mesi in Portogallo nel 1822, Madrid, 1822, p. 57.

51 Annexe, p. 220.

52 Ibid., p. 220.

53 Ibid., p. 220 et 223.

54 Ibid., p. 220.

55 Ibid., p. 221.

56 Ibid., p. 230.

57 M. Dorigny, La Société d’Amis des Noirs et les projets de colonisation en Afrique, dans Annales Historiques de la Révolution française, 293-294, 1993, p. 421-429. Voir également Y Bénot, La démence coloniale sous Napoléon, préface de Marcel Dorigny, [1992], Paris, 2006, p. 301.

58 M. Dorigny, Intégration républicaine et projets de colonisation de l’Afrique : civiliser pour émanciper?, dans Y. Bénot et M. Dorigny (dir.), Grégoire et la cause des Noirs (1789-1831). Combats et projets, Paris, 2000, p. 97.

59 Sismondi, De l’expédition contre Alger, Paris, 1830 et Les colonies des Anciens comparées à celles des Modernes sous le rapport de leur influence sur le bonheur humain, Genève, 1837.

60 M. Dorigny, Sismondi et les colonies : un maillon entre Lumières et théoriciens du xixe siècle?, dans Y. Bénot et M. Dorigny (dir.), 1802 : le rétablissement de l’esclavage dans les colonies françaises. Aux origines de Haïti, Paris, 2003, p. 471-484.

61 Annexe, p. 227-228.

62 F. Laurent, Victor Hugo face à la conquête de l’Algérie, Paris, 2001, p. 16-17.

63 À ce sujet, voir R. Fakkar, Reflets de la sociologie prémarxiste dans le monde arabe. Idées progressistes et pratiques industrielles en Algérie et en Égypte au xixe siècle, Paris, 1974.; P. Ràgnier, Les Saint-Simoniens en Égypte, 1833-1851, préface de Amin F. Abdelnour, Giza-Le Caire, 1989; M. Emerit, Les saint-simoniens en Algérie, Paris, 1941.

64 R. Treves, La dottrina sansimoniana nel pensiero italiano del Risorgimento, seconda edizione ampliata con l’aggiunta di un nuovo saggio dell’autore e di un saggio di Guido Maggioni, Turin, 1973, p. 17-19.

65 Sur le projet de camp de vétérans napoléoniens, voir : I. Woloch, The French Veteran from the Revolution to the Restoration, Chapel Hill, 1979, p. 232-245; F. Wartelle, Les récompenses promises aux défenseurs de la Patrie durant la Révolution et l’Empire, dans Forces armées et société, Actes du colloque de Montpellier, 1-5 avril 1985, Montpellier, 1987, p. 347-391 et G. de Puymège, Chauvin, le soldat-laboureur. Contribution à l’étude des nationalismes, Paris, 1993, p. 139-144.

66 L. Mascilli Migliorini, Le mythe du héros. France et Italie après la chute de Napoléon, traduit de l’italien (1984) par Laurent Vallance, Paris, 2002.

67 Ibid., p. 45-50.

68 Annexe, p. 224.

69 T. Jouffroy, De l’état actuel de l’humanité, [1826], dans Mélanges philosophiques, Paris, 1997, p. 104-108.

70 Annexe, p. 225.

71 Elle est déjà proposée par le Français Merveilleux, dans un livre de voyage sur le Portugal paru en 1738, qui déplore que le pays ne soit pas colonise par des anabaptistes, qui y apporteraient des industries. Voir C. B. Chaves, O Portugal de D. Joã o V visto por três forasteiros, Lisbonne, 1983, p. 20. C’est aussi la position de Pecchio, Tre mesi in Portogallo... cit., p. 33.

72 Annexe, p. 225.

73 Toesca, Italia e cattolicesimo... cit.

74 Annexe, p. 223.

75 Variante AHM, processos individuais, «Jacques Durando», cx 1775 : La dédicace est supprimée.

76 Variante AHM :...et éloigné des intérêts généraux de l’Europe.

77 C’est par erreur que Durando attribue à Sébastiani le mot prononcé par Casimir Périer dans un discours à la Chambre des Députés le 18 mars 1831 : «Le sang français n’appartient qu’à la France».

78 L’armée libérale portugaise se constitue en effet dans ces trois pays. Si le gouvernement belge, né de la révolution contre la Hollande, offre ses ports, le gouvernement anglais ne permet pas officiellement à l’expédition de se former sur son sol, de même qu’elle ne déroge pas à la loi qui interdit le recrutement sur son territoire de soldats pour une armée étrangère. En pratique cependant, les autorités ferment l’œil et c’est bien dans des ports anglais que les navires, loués souvent à des armateurs britanniques, embarquent des soldats. La France ne laisse à la disposition des libéraux portugais que le port de Belle-Ile, et recommandent la discrétion dans le recrutement aux agents de D. Pedro. Ainsi, les soldats ne peuvent se déplacer jusqu’à Belle-Ile que par groupe de cinq au maximum, sans quoi ils risquent d’être arrêtés. Ainsi les gouvernements français et anglais favorisent l’expédition portugaise qu’en sous-main. En revanche, les militaires qui veulent servir dans l’armée portugaise sont temporairement libérés de leurs services.

79 Il ne semble pas que cela soit vrai. Les soldats britanniques qui quittent leur poste pour aller servir au Portugal reçoivent l’équivalent du solde anglais. Beaucoup de Français sont artisans et donc ne sont pas employés, tandis que les Italiens, Polonais et Allemands semblent être soit des réfugiés politiques et, à ce titre, ne bénéficiaient pas de revenus importants fixes, soit des soldats napoléoniens placés à demi-solde dans leurs armées respectives.

80 Ce cas de figure est en effet avéré. De nombreux volontaires ne se préoccupent pas de leurs appointements lors de leur enrôlement, en conséquence de quoi ils ne signent pas de contrat d’engagement et auront énormément de peine à voir leurs services reconnus, pour la raison qu’ils ne figurent sur aucun document administratif.

81 C’est par exemple le cas du commandant du 2ème Régiment d’Infanterie Légère de la Reine, le Génois Borso di Carminati, qui fait don à l’Etat portugais de onze mois de solde. AHM, Procesos individuais, «Borso di Carminati», cx 1765.

82 Variante AHM : que tous les étrangers...

83 Variante AHM : que l’appat du plaisir ait cessé d’agir sur lui, on nous sommes forcés d’admettre...

84 Variante AHM : «Une grande partie de ces étrangers qui se sont enrôlés sous le drapeau de D. Maria pour un temps déterminé et ont stipulé une indemnité plus ou moins grande suivant les circonstances;» Les contrats prévoient en effet que les soldats étrangers seront renvoyés de l’armée à la fin de la campagne. Les Italiens et les Polonais qui ne peuvent pas rentrer dans leur pays pour des raisons politiques sont cependant admis à la troisième section de l’armée.

85 Variante AHM :...octobre, novembre 1831, janvier, février etc. 1832. Erreur dans les deux cas. Les enrôlements ont eu lieu entre 1832 et 1833.

86 Variante AHM : dans les contrats par écrit, l’on faisait de la prose.

87 Variante AHM :...ce même indifférentisme.

88 Variante AHM :...l’ennemi de leurs ennemis.

89 Variante AHM :...les penchants politiques.

90 Variante AHM : Nouveau paragraphe.

91 Variante AHM :...et les officiers leur répondaient en leur indiquant le chemin de la gloire...

92 En effet, les deux bataillons «français» souffrent d’un grave manque de discipline. Le bataillon de volontaires français, commandé par le général Ramorino, doit être dissout à peine six mois après son arrivée, tandis que le 1er Régiment d’Infanterie Légère de la Reine finit par se révolter.

93 Le manque d’étude sur la guerre civile portugaise ne permet pas d’avancer de conclusion définitive sur ce point, mais il semble que Durando ait raison.

94 Variante AHM : les.

95 Variante AHM :...le moral de leurs troupes.

96 Variante AHM :... cet ensemble de discipline, de subordination, et de tenue, qu’au milieu.

97 Variante AHM : Comment pourraient-ils...

98 Variante AHM :...ils auraient risqué d’être jetés à la mer par leurs propres soldats.

99 Variante AHM : Car ce n’est point être payé : le général, le colonel qui combattent...

100 Variante AHM :...des braves officiers...

101 Variante AHM : entraîner des conséquences...

102 L’ironie de l’histoire fait que Durando lui-même se retrouvera dans cette situation. C’est lui qui, en tant que ministre des Affaires Etrangères, négociera le mariage de la princesse Maria Pia de Savoie, fille de Victor Emmanuel II, avec le roi du Portugal, D. Luís I, en 1862.

103 Variante AHM : Pas de nouveau paragraphe

104 Le Portugal n’a pas été épargné par l’épidémie de choléra qui a ravagé l’Europe en 1832.

105 Variante AHM : pas de nouveau paragraphe.

106 Variante AHM : point.

107 Variante AHM : Nouveau paragraphe.

108 Variante AHM : tentation.

109 Variante AHM : Elle habitue...

110 Variante AHM : détruit.

111 Variant AHM : une partie.

112 Variante AHM :...d’autres moyens que celui des langues.

113 Variante AHM :...les langues importantes.

114 Variante AHM : Tout le monde convient de la nécessité des réformes. Pourquoi cela?

115 Variante AHM : Serait-ce l’enthousiasme d’un peuple...

116 Variante AHM : Il ne date point de 1823, ni de 1828. En 1823, D. Miguel se place à la tête du mouvement contre-révolutionnaire de la Vilafrancada, qui met fin à la première période libérale au Portugal, tandis qu’en 1828, il abroge la charte constitutionnelle accordée par son frère D. Pedro en 1826.

117 Prison politique de D. Miguel.

118 D. Carlos d’Espagne, jeune frère de Ferdinand VII, exclu de la succession par la pragmatique sanction qui abroge la loi salique en Espagne, pour permettre à la fille de Ferdinand VII de monter sur le trône. Les complots absolutistes qu’il trame contre son frère provoque son exil au Portugal, qu’il doit quitter en même temps que D. Miguel, en 1834.

119 Variante AHM : Deux tiers d’entres eux...

120 Les Juifs ont été expulsés du Portugal en 1496.

121 Variante AHM : L’on peut voir là que je ne parle pas ici...

122 Variante AHM :...comme l’instrument aveugle de cette politique...

123 Variante AHM :...de la souplesse aux caractères raides, âpres du peuple...

124 Variante AHM :...d’aviser aux moyens...

125 Variante AHM : répatrier [sic].

126 Variante AHM : apportées.

127 Variante AHM : Voilà à quoi je réduis...

128 Variante AHM :... en ce pays.

129 Variante AHM : les.

130 Variante AHM : L’on s’efforce de remuer...

131 Variante AHM : Pas de nouveau paragraphe. Les grands nombres de couvent...

132 Variante AHM : réunir.

133 Variante AHM : quelles répugnances.

134 Variante AHM :...souffrirait d’une immensité...

135 Variante AHM :...avoir des rapports...

136 Variante AHM  : Nouveau paragraphe.

137 Variante AHM  : ...ses anciennes richesses.

138 Variante AHM  : un coup de massue.

139 Variante AHM  : Cet établissement joint...

140 Variante AHM  : ...de la civilisation du pays.

141 Variante AHM  : paladini.

142 Variante AHM  : avidemment.

143 Variante AHM  : ...en supposant...

144 Variante AHM  : de nation et de régiment.

145 Variante AHM  : ...sous l’autorité militaire...

146 Variante AHM :...déclarant vouloir fixer son séjour dans le Royaume.

147 Variante AHM  : seront des officiers zélés, fidèles, attachés au bien du pays et prêts a se dévouer entièrement pour son salut.

148 Variante AHM  : leur.

149 Variante AHM  : qu’on aurait pu tirer...

150 Variante AHM  : tout.

151 Variante AHM  : peut.

152 Variante AHM  : ...sous le drapeau du Régent-Libérateur, accueillis...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Grégoire Bron, « Un manuscrit inconnu de Giacomo Durando », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-1 | 2010, 207-230.

Référence électronique

Grégoire Bron, « Un manuscrit inconnu de Giacomo Durando », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/568 ; DOI : 10.4000/mefrim.568

Haut de page

Auteur

Grégoire Bron

École pratique des hautes études, Paris; Instituto superior das ciências do trabalho e da Empresa, Lisbonne, grigoubron@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org