Navigation – Plan du site
Mélanges

Entre liberté et dirigisme : une mauvaise expérience de collaboration à l’Enciclopedia Italiana Treccani

Between freedom and state intervention: a bad experience of collaboration on the Enciclopedia Italiana Treccani
Stéphanie Lanfranchi
p. 197-205

Résumés

Cet article tente, à travers l’examen d’un exemple précis, de décrire les mécanismes d’un paradoxe apparent : l’Enciclopedia Italiana Treccani, publiée à partir de 1929, tout en intégrant en son sein une pluralité de voix et d’opinions divergentes, réussit a offrir une homogénéité idéologique surprenante dans son résultat final. L’homme qui chapeautait cette entreprise culturelle nationale et qui aspirait a en faire la vitrine idéologique respectable du fascisme italien, le philosophe Giovanni Gentile, ne pouvait que s’en réjouir. Par quelles formes de pression, directe ou indirecte (l’autocensure, les réseaux etc.), est-il parvenu à ses fins, tout en faisant intervenir de nombreux collaborateurs hostiles ou étrangers au fascisme ? Cet article décrit les étapes et les difficultés rencontrées lors de la rédaction par l’un de ces collaborateurs, Ireneo Sanesi, signataire du manifeste des intellectuels antifascistes en 1925 et auteur d’une entrée littéraire consacrée au poète Ugo Foscolo. En s’appuyant sur une reconstruction de sa correspondance avec le directeur de la section des Lettres (Vittorio Rossi) et avec la rédaction de l’Encyclopédie, et en recoupant les différentes phases et versions du texte, il s’avère que la source dont sont tirées les modifications suggérées par la rédaction de l’Encyclopédie est un manuel scolaire très utilisé à l’époque et écrit par Vittorio Rossi lui-même. Les éléments semblent donc réunis pour tendre vers une lecture consensuelle et nivelée de la littérature.

Haut de page

Texte intégral

1Un texte de l’Enciclopedia Italiana Treccani abordant, en moins de cinq pages, un sujet aussi strictement littéraire que l’œuvre d’un poète néoclassique de la fin du xviiie siècle italien peut-il révéler des aspects de la politique culturelle du fascisme ? C’est la question qui se pose à l’étude détaillée de l’entrée « Ugo Foscolo » dans l’Enciclopedia : une entrée apparemment anodine, qu’un lecteur curieux de mieux connaître cet écrivain consultera sans risquer d’y trouver une présentation faussée. Mais si la matière de ce texte ne dit rien sur le fascisme, les conditions de sa rédaction en disent long, en revanche, sur le rôle et le travail du critique littéraire durant le Ventennio.

  • 1 Sur l’Enciclopedia italiana Treccani, une production critique et historiographique importante conti (...)

2D’un point de vue plus général, on peut considérer que le projet de l’Enciclopedia Italiana Treccani dépasse, par son envergure scientifique et nationale, les contingences particulières liées aux conditions historiques que vit l’Italie lors de la publication de son premier volume en 19291. C’est une œuvre conçue pour combler une lacune séculaire de la nation et de la culture italiennes – qui, contrairement à leurs voisines françaises et anglaises, n’ont pas encore une œuvre encyclopédique de référence, représentant la synthèse et la summa du savoir national – et c’est aussi une œuvre conçue pour durer. Pour autant l’Enciclopedia, réalisée pendant le Ventennio fasciste et sous l’égide d’une des personnalités les plus célèbres du régime, Giovanni Gentile, constitue un document historique et humain tout à fait significatif. Aussi, dans l’histoire italienne du xxe siècle, l’Enciclopedia n’est-elle pas seulement le reflet de l’état des connaissances, mais également le reflet du monde des idées de l’Italie fasciste et de sa politique culturelle. De la pluralité des voix qui l’animèrent. De ses ambitions totalitaires, et de leur aboutissement au moins partiel.

  • 2 On trouve aujourd’hui rassemblés dans les volumes XLV et XLVI des Œuvres complètes de Gentile, inti (...)
  • 3 En Italien : « io non sono partito, ma sono l’Italia ». Ce passage se trouve dans la lettre que Gen (...)
  • 4 Dans la préface au premier volume de l’Enciclopedia publié en 1929, Gentile écrit notamment : « Le (...)
  • 5 Nous empruntons cette formule à Gabriele Turi, dans Il mecenate... cit., qui l’emploie notamment à (...)
  • 6 Parmi les quelques trois-mille-deux-cents collaborateurs que compte l’Enciclopedia, on en dénombre (...)

3Gentile envisage le projet de l’Enciclopedia dans une dimension nationale qui doit renvoyer, pour lui, à la mission nationale du fascisme2. La véritable force du fascisme tient, à ses yeux, dans sa capacité à dire : « je ne suis pas un parti, je suis l’Italie »3. En 1929, dans sa préface au premier volume de l’Enciclopedia, il appelle ainsi à une véritable union nationale des intellectuels italiens dans cette réalisation collective, qu’il veut présenter comme le fruit d’une « concorde morale des écrivains italiens », mais aussi comme le produit d’une époque de renouvellement profond, que seul le fascisme a rendu, selon lui, possible4. C’est pourquoi, fort de cette vision que d’aucuns ont qualifié d’«  œcuménique »5, Gentile n’hésite pas à faire collaborer au grand œuvre encyclopédique italien des intellectuels antifascistes6, ce qui soulève de nombreuses réactions, notamment dans les rangs les plus radicaux du fascisme.

  • 7 Nous ne faisons ici que très rapidement allusion à deux débats fondamentaux de la réflexion sur la (...)
  • 8 G. Turi, Giovanni Gentile : una biografia, Florence, 1995, et Id., Il mecenate... cit.

4La politique de Gentile semble donc faire preuve d’ouverture et privilégier la compétence scientifique des collaborateurs plutôt que leur credo idéologique. Elle offre ainsi une tribune prestigieuse à des hommes de sciences et de lettres, même à ceux qui gardent leur distance vis-à-vis du régime fasciste. Elle répond, en réalité, à une stratégie visant à rendre l’ensemble de la communauté scientifique partie prenante d’un projet qui se veut super partes, mais qui est surtout appelé à faire l’éclat du régime fasciste et à devenir sa vitrine idéologique. Si Gentile souhaite, en effet, « faire nation » au travers de cette œuvre collective, il lui imprime, cependant, l’estampille du fascisme, cherchant ainsi à réfuter la thèse de son anti-intellectualisme constitutif7. C’est toute l’ambiguïté d’une politique culturelle complexe, certes, mais cohérente, comme le montre en particulier Gabriele Turi, dans sa biographie de Giovanni Gentile, et dans son ouvrage sur l’Enciclopedia italiana8.

  • 9 Nous citons l’exemple des entrées de Maturi et de Borgese en raison de leur proximité avec les ques (...)
  • 10 Dans la préface au premier volume publié en 1929, Gentile explique que l’Enciclopedia ne doit pas ê (...)

5Les différentes entrées qui composent l’Enciclopedia sont à l’image de cette ambiguïté, puisqu’elles témoignent avant tout de la compétence de leurs rédacteurs et de la liberté relative de leur travail. On trouve, par exemple, dans ces volumes l’article sur le « Risorgimento » de Walter Maturi ou celui sur « la critique littéraire » de Giuseppe Antonio Borgese, qui vont à l’encontre des positions exprimées par les autorités fascistes ou philo-fascistes en ces domaines9. Il y a, pourtant, dans le résultat final de l’Enciclopedia une contradiction apparente, car malgré la diversité des intervenants et malgré les exemples importants de textes « à rebours » de la culture et de l’idéologie dominantes, elle est indiscutablement pourvue d’une certaine homogénéité d’écriture et d’exigence scientifique – ce dont Gentile se réjouit au plus haut point10. Aussi, devant le constat de cette contradiction, de cette harmonie de l’ensemble de l’œuvre malgré la dissonance idéologique et politique parfois forte des voix qui s’y exprimèrent, Turi avance plusieurs hypothèses. Au-delà de l’impact de l’autocensure, ce sont les cercles académiques et privés, les liens d’amitié et de confiance qui jouèrent, selon lui, un rôle fondamental dans la répartition des entrées parmi les collaborateurs, assurant ainsi l’homogénéité dans le processus de rédaction de l’ouvrage. C’est dans cette optique que prennent toute leur importance non seulement les relations de Gentile dans le monde culturel et académique des années 1920 et 1930, mais aussi celles de toutes ces personnalités qu’il rassemble autour de lui dès 1925, en les nommant notamment à la direction d’une section de l’Enciclopedia, comme Gioacchino Volpe à la section d’Histoire, et Vittorio Rossi à la section de Lettres.

  • 11 Le premier fonds se trouve actuellement à la Bibliothèque Universitaire de Pavie, et est constitué (...)

6L’objet de ce bref article est justement d’étudier ces mécanismes à la lumière d’un cas particulier, représentatif des pratiques de rédaction de l’Enciclopedia. Il s’agit de l’entrée consacrée à la présentation de l’écrivain italien Ugo Foscolo (1778-1827), rédigée par un ami de Vittorio Rossi et italianiste d’une certaine renommée, Ireneo Sanesi. Une telle étude, spécifique et détaillée, doit permettre, d’une part, de vérifier l’hypothèse de Gabriele Turi en montrant le fonctionnement des cercles d’influences et d’amitié dans le choix des collaborateurs, et d’autre part de suggérer un autre facteur d’homogénéisation dans la manière, propre à la rédaction de l’Enciclopedia, de conseiller modifications et corrections. Elle doit enfin illustrer l’importance du discours de vulgarisation scolaire comme modèle proposé par la rédaction, sur lequel le discours critique est invité à s’aligner. Pour étudier ces différents points, deux fonds de correspondance encore inexploités en ce sens seront utilisés, à savoir la correspondance personnelle entre le directeur de la section des Lettres, Vittorio Rossi, et Ireneo Sanesi, ainsi que la correspondance officielle de ce dernier avec la rédaction de l’Enciclopedia11.

  • 12 Vittorio Rossi a commencé ses études de Lettres à l’Université de Turin, où il a été élève de Rodol (...)
  • 13 Dans ses travaux de jeunesse, Rossi se spécialise dans l’étude du Pastor Fido de Guarini et du Quat (...)
  • 14 De 1915 à 1919, Vittorio Rossi fait régulièrement des allusions patriotiques à la guerre, puis à la (...)
  • 15 Durant le Ventennio, Rossi est reconnu comme une personnalité importante du monde culturel, et de n (...)
  • 16 Il subit notamment une mesure précoce de « collocamento a riposo » de sa chaire universitaire à Pav (...)
  • 17 Pour aider le frère de Sanesi à obtenir un poste de professeur d’italien et de latin dans un lycée (...)

7Vittorio Rossi (1865-1938) et Ireneo Sanesi (1868-1964) se sont connus durant leurs études universitaires à Florence à la fin des années 1880. Leur carrière d’enseignants – d’abord dans le secondaire, puis dans le supérieur – les conduit ensuite dans différentes villes : Rossi s’installe définitivement à Rome, après un court séjour à Pavie et à Padoue, alors que Sanesi vit et travaille à Pavie12. Cet éloignement géographique marque le début d’une longue amitié épistolaire, qui ne s’achève qu’à la mort de Rossi en 1938. Si l’on étudie de plus près cette correspondance, on s’aperçoit qu’il y est surtout question de littérature. Les deux hommes, auteurs de nombreuses études sur la littérature italienne, y échangent des avis sur leurs travaux respectifs et sur des questions érudites13. Parfois, bien que rarement, ils font allusion à leur situation personnelle et familiale, et, encore plus rarement, ils mentionnent des évènements extérieurs comme la Première Guerre mondiale14. Dans les années 1920 cette amitié intellectuelle, devenue personnelle, qui reposait jusqu’alors sur un plan d’égalité, tend néanmoins à se déséquilibrer. D’année en année, Vittorio Rossi assume, en effet, toujours plus de responsabilités et de charges dans le milieu culturel et académique national, dont Sanesi est, au contraire, progressivement mis à l’écart15. Il y a à cela une explication sans doute politique, car Sanesi est signataire du manifeste des intellectuels antifascistes rédigé par Croce en 1925, suite à quoi sa position dans le monde des études littéraires et académique se fragilise16. Rossi, en revanche, côtoie les hommes de pouvoir du régime fasciste, comme Giovanni Gentile ; il a ses entrées au Ministère de l’Éducation Nationale et devient ainsi un homme influent dans la politique culturelle du régime. Il n’est jamais question de politique dans leur correspondance des années 1920 et 1930, toutefois ce nouveau rapport de force s’y traduit par une série de requêtes de la part de Sanesi, pour que Rossi intervienne en sa faveur – par exemple pour aider son frère à obtenir un poste d’enseignant dans un lycée de Sienne, ou encore pour qu’un de ses articles soit publié dans la prestigieuse revue Nuova Antologia, en exploitant la présence de Rossi à son comité directif17. Mais ce rapport de force est surtout visible au moment où Rossi demande à son ami de collaborer à l’Enciclopedia et de rédiger plusieurs entrées, dont celle sur « Ugo Foscolo ». Il s’agit, bien évidemment, d’une forme de consécration officielle pour un intellectuel, que de se voir confier la rédaction d’une entrée de l’Enciclopedia, surtout lorsque – comme pour Foscolo – nombreuses sont les personnes compétentes en la matière et reconnues comme telles. Mais, en l’occurrence, cette consécration semble, pour ainsi dire, suspendue aux fils de l’amitié qui relient les deux hommes. Et c’est Rossi qui, en dernière instance, décide de qui et de quoi Sanesi est vraiment le « spécialiste » national.

8Rossi évoque pour la première fois la possibilité de cette collaboration dans une lettre du 20 juillet 1925 :

  • 18 Il s’agit du texte de I. Sanesi, L’insegnamento universitario del Monti e del Foscolo, dans Contrib (...)
  • 19 Lettre num. 53 de la correspondance entre Rossi et Sanesi dans le fonds de la Bibliothèque universi (...)

Mon cher,
Pardonne-moi si j’ai tant tardé à te remercier pour ton beau travail sur Monti et Foscolo comme professeurs18. C’est limpide et pénétrant, et cela m’a beaucoup plu, comme toutes les choses que tu écris, et m’a suggéré une idée : pourquoi ne serait-ce pas toi qui ferais les entrées « Monti » et « Foscolo » pour l’Enciclopedia Treccani ? [...]19

  • 20 L’entrée « Vincenzo Monti » est finalement confiée à l’italianiste Pietro Paolo Trompeo. Rossi prop (...)

9Finalement, Sanesi ne se verra proposée que l’entrée « Foscolo », et une série d’entrées « mineures » qui, en réalité, ne l’intéressent point20. Mais Rossi sait se montrer persuasif, et il explique à son ami, avec une métaphore culinaire, que :

  • 21 Lettre du 10 juin 1930 (num. 69 de la correspondance entre Rossi et Sanesi dans le fonds de la Bibl (...)

Malheureusement nous ne pouvons offrir à nos convives que de rares morceaux nobles et entiers. Il s’agit le plus souvent, justement, d’une fricassée de petits morceaux de viande21.

  • 22 Il s’agit notamment des entrées Tristano et Vincenzo Martinelli.

10Sanesi se contente finalement des entrées qui lui sont proposées, et il accepte de réduire considérablement la longueur des textes qu’il rédige22. Ces deux premiers compromis révèlent la docilité de Sanesi qui a probablement conscience de la fragilité de l’assise sur laquelle repose sa collaboration à l’Enciclopedia. À cette époque Sanesi est, en effet, dans une position d’isolement croissant autant d’un point de vue idéologique qu’esthétique. Il ne fait véritablement plus partie d’aucun réseau académique, ni d’aucune école critique.

  • 23 Pour une analyse plus approfondie et plus générale des études littéraires pendant le Ventennio fasc (...)
  • 24 Sanesi expose les fondements théoriques de sa critique littéraire dans un article publié dans Convi (...)

11Les études littéraires italiennes sont partagées, depuis le début du siècle et durant tout le Ventennio fasciste, entre deux courants dominants. Il y a, d’une part, Benedetto Croce et son école critique qui prônent une lecture où seule compte la question de savoir ce qui, dans un texte littéraire, relève ou ne relève pas véritablement de la création poétique. Les questions extra-littéraires, relatives par exemple à la biographie de l’auteur ou au contexte historico-culturel de son écriture, sont écartées au bénéfice d’une étude plus précise et plus textuelle de l’œuvre directement. Et il y a, d’autre part, la plus traditionnelle école dite du « metodo storico », dont le siège spirituel est, depuis la fin du xixe siècle, à Turin (autour de la personnalité très influente de Vittorio Cian, nationaliste et fasciste de la première heure, et de sa célèbre revue, le Giornale storico della letteratura italiana). Cette école critique continue, dans son approche « positiviste » des textes littéraires, de privilégier les recherches philologiques et historiques23. Or, réticent à l’égard de l’esthétique de Croce, mais aussi étranger – pour des raisons plus politiques que formelles – à l’école du « metodo storico », Sanesi ne peut se valoir finalement que de sa propre méthode critique et de sa vielle amitié avec Rossi24.

  • 25 Il écrit précisément : « Mon cher, j’ai vu aujourd’hui Migliorini, qui m’a dit que la lettre relati (...)

12Un premier échange épistolaire avec la rédaction de l’Enciclopedia nous prouve que, malgré cette position de relative faiblesse et d’isolement, Sanesi sait faire preuve de pugnacité et qu’il résiste face aux demandes de modification de son texte qu’il n’approuve pas. Il rend, en effet, une version qu’il souhaite définitive de son article « Ugo Foscolo » dans un courrier du 11 juin 1931 adressé à la rédaction de l’Enciclopedia. Très rapidement celle-ci lui renvoie son texte avec des suggestions de modifications et d’ajouts. De son côté, Rossi lui écrit personnellement pour lui signifier qu’il a apprécié son travail, et que les changements suggérés sont de moindre envergure25. Mais Sanesi ne les accepte pas volontiers : il refuse notamment les ajouts qui lui sont proposés, et allègue des raisons d’équilibrage général dans un texte à vocation synthétique. Comme il l’écrit dans une lettre du 25 juillet adressée à Gentile :

  • 26 Lettre datée du 25 juillet 1931, qui se trouve aujourd’hui aux Archives de l’Institut de l’Enciclop (...)

À présent, je vous prie vivement, ainsi que le prof. Vittorio Rossi, de ne point insister quant à l’ajout relatif aux traductions et aux imitations des œuvres de Foscolo. Quelques informations éparses n’ajouteraient rien au propos. (...) Comment peut-on parler d’ajouts alors que c’est avec difficulté et avec peine que j’ai réduit ma première rédaction (...) et que je procède à présent sur la seconde, avec une difficulté et une peine tout aussi grandes, aux coupes et aux abréviations et aux résumés qui – il est vrai – laissent intacte la substance du propos, mais en gâchent peut-être l’expression formelle ?26

13Face aux réticences de son ami, Rossi semble accepter, dans un premier temps, ses arguments et ses requêtes. Il lui répond, dans une lettre du 2 août 1931, que son manuscrit est désormais accepté en l’état, avec quelques références bibliographiques supplémentaires. C’est la dernière fois qu’il est question de l’article « Foscolo » dans la correspondance personnelle entre Rossi et Sanesi. Cependant, ce n’est pas cette version de l’article qui est finalement retenue, et d’autres modifications sont demandées à Sanesi, comme le révèle, en revanche, sa correspondance avec la direction de l’Enciclopedia.

14Ce deuxième échange épistolaire est plus lacunaire que le premier, mais, à bien des égards, il est plus important puisqu’il touche véritablement, cette fois, à la « substance du propos », et témoigne d’une forme de dirigisme de la part de la rédaction de l’Enciclopedia. Non seulement il confirme, en effet, la résistance que Sanesi oppose aux tentatives de modifications de son texte ; il prouve également que les modifications suggérées par la rédaction peuvent être de nature beaucoup plus profonde et significative que de simples ajouts bibliographiques. Elles impliquent, en l’occurrence, un changement de jugement porté sur l’œuvre de Foscolo, plus précisément sur son roman épistolaire, Ultime lettere di Jacopo Ortis. Il ne s’agit plus uniquement d’une réduction ou d’un supplément d’information, mais d’un jugement à la fois esthétique et éthique qu’on tente d’imposer à Sanesi, alors qu’il ne le partage pas. Il s’en explique dans une lettre, datée du 25 avril 1932, qu’il adresse à Gentile et où il écrit :

  • 27 Lettre datée du 25 avril 1932.

Illustre Sénateur,
j’ai répondu à votre souhait en insérant dans mon texte, dans la phrase qui exprime le jugement de conclusion sur l’Ortis, une allusion à ce que Foscolo déclara quant aux éventuels effets dangereux que son livre pouvait avoir sur l’esprit passionné des jeunes : cependant je n’ai pas employé la formulation qui m’a été suggérée par les rédacteurs de l’Enciclopedia mais une formulation plus brève et, selon moi, plus juste aussi. On peut en effet déplorer dans les Ultime lettere di Jacopo Ortis ce que déplora l’auteur lui-même. Mais on ne peut en aucun cas définir ces lettres comme “moralement malsaines”, car, mis à part le désespoir et le suicide, elles sont au contraires très saines en vertu des sentiments généreux et profonds de patrie et d’humanité qui les animent27.

15Cette lettre est révélatrice à bien des égards. Il est question d’une divergence d’interprétation entre les « rédacteurs de l’Enciclopedia » et Sanesi sur la valeur artistique mais surtout morale des Ultime Lettere di Jacopo Ortis. Bien que nous n’ayons pas de trace dans la correspondance entre Sanesi et Rossi des modifications « suggérées », puis refusées par Sanesi dans leur forme originale et intégrale, le recoupement entre les propos de cette lettre et le texte que l’on peut lire aujourd’hui dans les volumes de l’Enciclopedia permet de reconstruire les étapes de cette élaboration. Cela suppose, cependant, de découvrir l’origine de ces suggestions.

  • 28 V. Rossi, Storia della letteratura italiana, première édition en 1902-1906, Milan. En 1930 il publi (...)

16À travers la collation de textes et de lettres, on peut affirmer que le texte de référence dont sont tirées ces suggestions n’est autre que le manuel scolaire de Vittorio Rossi, Storia della letteratura italiana, qui jouit d’un grand succès éditorial depuis le début du xxe siècle et dont on peut démontrer que Sanesi possédait un exemplaire depuis 190228. Le livre de Rossi est sans aucun doute l’un des manuels de littérature italienne les plus utilisés dans les écoles depuis des décennies. Il constitue désormais une référence pour des générations entières d’écoliers et d’anciens écoliers en matière de littérature. Et il constitue aussi, en quelque sorte, la pièce manquante du « puzzle », pour comprendre les enjeux sous-jacents de l’entrée « Ugo Foscolo » de l’Enciclopedia, le palimpseste de ses rédactions successives. Prenons, par exemple, les lignes suivantes de l’article de Sanesi, dans sa version finale :

De la même manière on ne peut pas affirmer, bien que cela ait été dit par d’éminents critiques, qu’il y a dans Jacopo Ortis plusieurs Jacopo Ortis que Foscolo n’aurait pas réussi à fondre convenablement en une figure unique, compacte et homogène d’un point de vue logique et artistique ; car le caractère complexe, impressionnable et changeant de l’âme humaine, en général, suffit à expliquer les différentes attitudes de Jacopo selon les circonstances, les moments et les lieux.

17Ces propos, organisés d’après une argumentation défensive, ne se comprennent qu’à la lumière des réserves exprimées par les « éminents critiques » auxquels Sanesi fait ici référence sans les nommer. Il ne fait pourtant pas de doute que c’est à son ami, Vittorio Rossi, que Sanesi pense ici. Si l’on analyse le passage que Rossi consacre au roman épistolaire de Foscolo dans son manuel, on s’aperçoit, en effet, que c’est un véritable dialogue différé entre Rossi et Sanesi, Rossi dénonçait dans son manuel :

  • 29 Rossi, Storia della letteratura italiana per uso dei licei, op cit, p. 255.

Le défaut principal de ce livre, c’est-à-dire la profonde incohérence esthétique du protagoniste, composé, pour ainsi dire, de deux Jacopo, l’un langoureux, à l’évanouissement et à la larme facile, l’autre gaillard, impétueux et frémissant29.

18La référence aux « éminents critiques » est, de notre point de vue, doublement significative. Elle est, en effet, un hommage discret rendu par Sanesi à son ami, dont il cite indirectement et discute le jugement littéraire. Mais c’est aussi et surtout une marque d’indépendance intellectuelle, car Sanesi signifie ici avant tout son désaccord.

19La lettre de Sanesi à Gentile de 1932 prouve pourtant que ce passage sur les Ultime Lettere di Jacopo Ortis ne relève pas uniquement d’une initiative spontanée. Sanesi n’a peut-être pas librement songé à relire ce que son ami disait à propos de ce roman dans son manuel. La lettre indique, en effet, que les « rédacteurs de l’Enciclopedia » n’ont pas hésité à suggérer à Sanesi une formulation alternative au sujet des Ultime Lettere di Jacopo Ortis – formulation qui les dénonçait comme étant « moralement malsaines ». Or, bien que nous n’ayons pas de trace de cette formulation refusée par Sanesi, on devine aisément que celle-ci devait correspondre, à quelques mots près, à celle que l’on trouve dans le manuel de Rossi, c’est-à-dire :

  • 30 Ibid.

Si on le juge d’un point de vue moral, l’Ortis est un livre malsain, et son auteur lui-même s’en repentit, lorsqu’il déplora d’avoir enseigné aux jeunes à se lamenter précocement de la vie et qu’il souhaita que son livre ne fût lu que par des personnes d’une certaine expérience30.

20Nous ne savons pas si l’initiative de citer le manuel de littérature venait de Rossi lui-même ou de l’un des rédacteurs de son service, mais nous savons, en revanche, qu’elle ne venait pas de Sanesi. Ce dernier est, au contraire, en profond désaccord avec le contenu de cette phrase. Il n’hésite pas, comme on l’a vu, à affirmer sa position dans sa lettre à Gentile, mais aussi dans le texte final de son article. On y trouve encore l’écho de ce passage, mais Sanesi l’a tellement transformé qu’il en ressort désormais un jugement de ce roman tout à fait positif. Sanesi écrit en effet :

En tout état de cause, l’Ortis (au sujet duquel F. lui-même regretta plus tard d’avoir enseigné aux jeunes à se lamenter précocement de la vie et à céder désespérément à la détresse et à la douleur) constitue, de la plus digne des manières, le premier vrai roman dans la littérature italienne moderne.

21Au demeurant, Sanesi est donc parvenu à imposer sa vision de l’œuvre de Foscolo tout en conservant la référence au « repentir » de l’écrivain que lui suggéraient les rédacteurs de l’Enciclopedia, mais sans en épouser le jugement moral.

  • 31 Les entrées « Tristano Martinelli » et « Vincenzo Martinelli » sont finalement confiées à Giulio Na (...)

22Cette première expérience de collaboration se solde toutefois, pour Sanesi, par un sentiment de dépit. La publication du volume XV, qui contient l’entrée « Foscolo » le déçoit énormément : il y trouve des coupures, des fautes typographiques et autres incorrections qui n’apparaissaient pas dans les ébauches qu’il avait corrigées. Dépité, Sanesi menace de mettre un terme à sa collaboration à l’Enciclopedia s’il n’obtient pas, pour les autres textes qu’il avait prévu de rédiger, un droit de regard sur leur dernière version avant l’impression, ou la garantie qu’aucune modification ne serait apportée sans son aval. Dans une lettre datée du 20 octobre 1932, Rossi explique à son ami que des changements interviennent toujours au moment de la mise en page, et que cette marge de manœuvre est indispensable à la rédaction de l’Enciclopedia. Les conditions que pose Sanesi à la poursuite de sa collaboration sont donc irrecevables, si bien que, fort de cette première mauvaise expérience, il décide de l’interrompre31. C’est en vain que Rossi tente à plusieurs reprises de l’en dissuader, comme dans cette lettre du 26 octobre 1932 :

Mon très cher ami,
je regrette vivement que tu ne veuilles pas renoncer à ta résolution de refuser désormais ta collaboration à l’Enciclopedia, et je le regrette d’autant plus vivement que la condition que tu poses avec une fermeté aussi résolue et absolue pour y renoncer ne peut être acceptée par la rédaction. Moi, qui vois comment on travaille ici, et comment des difficultés et des complications inattendues surgissent à tout moment, je comprends bien à quel point la rédaction ait besoin de s’assurer une certaine liberté, et ne puisse pas se barrer la voie pour des retouches sur la mise en page. C’est pourquoi je ne peux pas insister pour qu’ils acceptent la condition que tu poses, sans songer peut-être que dans les grandes œuvres collectives la responsabilité est toujours partagée entre celui qui signe l’article et celui qui organise et dirige l’œuvre. Je tenais beaucoup à ta collaboration, et je suis vraiment navré de devoir y renoncer.

23La mauvaise expérience d’un collaborateur particulier ne doit pas remettre en question l’ensemble de l’œuvre, dont le succès et la longévité attestent de sa valeur. La plupart des collaborateurs de l’Enciclopedia multiplièrent les entrées rédigées, prouvant ainsi qu’ils étaient honorés d’y contribuer, et satisfaits de la manière dont se déroulaient les choses. Le mécontentement de Sanesi est peut-être avant tout révélateur d’un malentendu initial, qu’élucide en quelque sorte la réaction de Rossi. La phrase de ce dernier relative au partage des responsabilités entre l’auteur de l’article et la direction de l’Enciclopedia en dit long, en effet, sur l’esprit qui anime cette entreprise collective. Sanesi envisage sa contribution à l’instar de ses autres publications scientifiques. Rossi, quant à lui, le dépossède partiellement de son texte, au nom de l’œuvre collective. Il se fait ici l’exécuteur des vœux que Gentile avait formulés dès 1925, en affirmant que l’Enciclopedia ne devait pas être une bibliothèque, c’est-à-dire une somme de textes, mais un livre, capable donc de faire converger les multiples voix qui le composent vers une œuvre unifiée grâce à une orchestration d’ensemble cohérente et homogène.

24Or, cet effort d’homogénéisation dont Sanesi a fait les frais ne concerne pas uniquement, comme on l’a vu, des questions de typographie et de mise en page. La suggestion de modification à propos des Ultime Lettere di Jacopo Ortis que nous avons examinée en dernier lieu est une tentative d’uniformisation plus profonde. Elle soulève néanmoins une interrogation : l’uniformisation que l’on voit mise en œuvre ici est-elle simplement une contrainte dictée par la nature même de l’encyclopédie en tant que genre, c’est-à-dire propre à toute encyclopédie ? Ou ne relève-t-elle pas plutôt d’une stratégie culturelle propre à une époque et à une idéologie : le totalitarisme fasciste ? Elle propose, en effet, la position unique du directeur de la section des Lettres aux différents collaborateurs. Et surtout, en s’inspirant directement d’un manuel scolaire que son succès éditorial a rendu œuvre de référence littéraire nationale, elle tend à superposer deux discours traditionnellement distincts, à savoir le discours scolaire et le discours de spécialistes, avec un nivellement par le bas.

  • 32 Nous renvoyons, pour une analyse des entrées « Vittorio Alfieri » et « Giacomo Leopardi », rédigées (...)

25La question se pose d’autant plus que la « mauvaise expérience » de Sanesi relève d’une pratique vraisemblablement assez courante au sein de la rédaction de l’Enciclopedia. L’examen de deux autres entrées littéraires – celles relatives à Vittorio Alfieri (1749-1803) et à Giacomo Leopardi (1795-1837) – révèle de troublantes similitudes. L’on retrouve un schéma similaire dans le choix des collaborateurs : parmi le grand nombre de spécialistes très compétents, sont sélectionnées des personnes proches des rédacteurs et en particulier de Vittorio Rossi, sur lesquelles il est plus aisé d’exercer un ascendant. Et l’on retrouve surtout la référence probable au manuel de Rossi32. Une étude plus systématique sur l’ensemble des entrées littéraires – et notamment sur celles relatives aux grands classiques de la littérature italienne susceptibles de trouver un écho dans la Storia della letteratura italiana de Vittorio Rossi – permettrait peut-être d’évaluer la récurrence et l’étendue de cette pratique, et de comprendre s’il s’agit véritablement d’une stratégie éditoriale.

26Elle permettrait, en dernière instance, de comprendre à quel point la rédaction de l’Enciclopedia s’inscrivait dans un dessein plus vaste, visant à aligner le discours littéraire sur le discours scolaire. La vocation normalisatrice propre à toute encyclopédie semble se doubler d’un projet normalisateur et totalitaire à l’échelle du régime. Progressivement, les représentants du fascisme parviennent à noyauter les principales institutions littéraires et culturelles et s’orientent vers une uniformisation du discours sur la littérature. Un idéal régulateur se profile à l’horizon de la politique scolaire et culturelle du régime, dont l’Enciclopedia est ici le reflet : celui d’une lecture unique et totalitaire des grandes œuvres de la littérature italienne.

Haut de page

Notes

1 Sur l’Enciclopedia italiana Treccani, une production critique et historiographique importante continue d’être publiée en Italie, autant sur des questions d’ordre général que spécifique. Les chercheuses Albertina Vittoria et Margarete Durst ont établi une bibliographie exhaustive et très claire de tous les travaux – sur l’Enciclopedia italiana dirigée par Gentile, puis sur l’Institut qui lui succède après 1945 – publiés jusqu’en 2000. Elle constitue un outil de référence tout à fait complet en ce domaine, qui peut d’ailleurs être librement consulté sur le site internet des Archives historiques de l’Institut Treccani. Depuis cette date, cependant, l’ouvrage sans aucun doute le plus complet et le mieux documenté sur la question a été publié par G. Turi, Il mecenate, il filosofo e il gesuita. L’« Enciclopedia italiana », specchio della nazione, Bologne, 2002.

2 On trouve aujourd’hui rassemblés dans les volumes XLV et XLVI des Œuvres complètes de Gentile, intitulés Politica e cultura (Florence, 1990-1991) l’ensemble des textes dans lesquels le philosophe sicilien s’exprime sur le projet et la réalisation de l’Enciclopedia.

3 En Italien : « io non sono partito, ma sono l’Italia ». Ce passage se trouve dans la lettre que Gentile adresse à Luigi Forges, directeur du journal La Tribuna, publiée dans le numéro de Educazione politica du 28 avril 1926, qui se trouve aujourd’hui dans le volume XLV, Politica e cultura de Gentile, cit., p. 301.

4 Dans la préface au premier volume de l’Enciclopedia publié en 1929, Gentile écrit notamment : « Le climat qui a rendu possible une œuvre comme celle-ci, encore inimaginable avant aujourd’hui en Italie, est l’esprit nouveau qui a explosé avec l’avènement du Fascisme, ébranlant idées et sentiments et allumant une passion inexorable pour le renouvellement et l’affirmation de la puissance de l’Italie dans le monde (...) cette grande concorde morale des écrivains italiens est le premier fruit, mais pas le moindre, que l’Enciclopedia pouvait produire au profit de la haute éducation nationale » (aujourd’hui dans G. Gentile, Politica e cultura, vol. XLV, op. cit., p. 356).

5 Nous empruntons cette formule à Gabriele Turi, dans Il mecenate... cit., qui l’emploie notamment à propos de la polémique engagée contre Gentile par le fasciste plus radical Telesio Interlandi dans deux articles de Il Tevere datés du 24 et 25 avril 1926.

6 Parmi les quelques trois-mille-deux-cents collaborateurs que compte l’Enciclopedia, on en dénombre quatre-vingt-dix qui ont signé le manifeste des intellectuels antifascistes rédigé par Benedetto Croce en 1925 en réponse au manifeste des intellectuels fascistes écrit par Gentile quelques semaines auparavant.

7 Nous ne faisons ici que très rapidement allusion à deux débats fondamentaux de la réflexion sur la politique culturelle du fascisme, à savoir le rapport conflictuel et complexe que le fascisme entretient avec la figure de l’intellectuel (parfois honni, comme représentant d’un mode de pensée passéiste, parfois porté aux nues, lorsqu’il est présenté comme l’interprète ou le précurseur des idées du fascisme) et la question de l’encyclopédie comme moment constitutif du renouvellement de la nation, avec un parallèle évident avec l’œuvre de Diderot dans la France du xviiie siècle.

8 G. Turi, Giovanni Gentile : una biografia, Florence, 1995, et Id., Il mecenate... cit.

9 Nous citons l’exemple des entrées de Maturi et de Borgese en raison de leur proximité avec les questions soulevées par l’entrée que nous étudierons dans cet article : l’entrée « Ugo Foscolo », un auteur de la littérature italienne de l’époque du pré-Risorgimento. Ils ne constituent naturellement pas un cas isolé, ni même le plus célèbre, de textes de l’Enciclopedia à contre-courant de l’idéologie dominante.

10 Dans la préface au premier volume publié en 1929, Gentile explique que l’Enciclopedia ne doit pas être conçue et réalisée comme une bibliothèque. Elle est, en effet, un livre, si elle parvient à devenir l’expression d’un peuple à un moment donné de son histoire. La conscience nationale devient alors l’esprit unitaire et unifiant de l’encyclopédie, qui ramène à une individualité les milliers de voix qui y participent (dans Giovanni Gentile, Politica e cultura, op cit, vol XLVI, p. 357-359).

11 Le premier fonds se trouve actuellement à la Bibliothèque Universitaire de Pavie, et est constitué de 104 lettres et cartes postales écrites par Rossi à Sanesi entre 1893 et 1938. Je tiens ici à remercier Maria Cristina Regali pour son aide et sa collaboration dans la reproduction numérique de cette correspondance. Maria Cristina Regali est également la co-auteur d’un article qui décrit précisément le fonds très riche de la correspondance de Sanesi présent à la Bibliothèque Universitaire de Pavie : M. C. Regali et G. Sacchi, Il carteggio di Ireneo Sanesi nella Biblioteca Universitaria di Pavia, dans Bollettino della Società Pavese di Storia Patria, an CIV, 2004, p. 333.
Le second fonds se trouve aux Archives de l’Institut historique de l’Enciclopedia Italiana Treccani et je voudrais également remercier le personnel de cette structure pour sa grande disponibilité.

12 Vittorio Rossi a commencé ses études de Lettres à l’Université de Turin, où il a été élève de Rodolfo Renier et d’Arturo Graf. Il les complète à Florence où il est, comme Sanesi, élève de Rajna. Il entame ensuite une carrière d’enseignement dans le secondaire, avant d’obtenir sa première chaire universitaire à Messine en 1891. Dans les années suivantes, il enseigne dans les universités de Pavie et Padoue, puis de Rome de 1913 à 1935. Quant à Ireneo Sanesi, il commence également sa carrière d’enseignant dans le secondaire, jusqu’à la veille de la Première Guerre mondiale : il obtient alors une chaire à l’Université de Pavie.

13 Dans ses travaux de jeunesse, Rossi se spécialise dans l’étude du Pastor Fido de Guarini et du Quattrocento. Mais par la suite – et notamment durant la période du Ventennio – son domaine de recherche s’élargit. Il procède à de nombreuses réécritures et rééditions de son histoire littéraire, qui compte parmi les plus célèbres dans le marché éditorial scolaire. Il s’occupe donc désormais de plusieurs siècles et de plusieurs auteurs de la littérature italienne. Sanesi, quant à lui, s’intéresse d’abord aux genres du théâtre et devient un spécialiste de la comédie du Cinquecento, avant de déployer son domaine de recherche sur des auteurs plus tardifs : Goldoni, Parini, Foscolo, Manzoni et Leopardi.

14 De 1915 à 1919, Vittorio Rossi fait régulièrement des allusions patriotiques à la guerre, puis à la question des « terres irrédentes » dans ses lettres.

15 Durant le Ventennio, Rossi est reconnu comme une personnalité importante du monde culturel, et de nombreux hommages lui sont rendus. En plus d’être le directeur de la section de littérature pour l’Enciclopedia Italiana Treccani, il est aussi membre du comité directif de la revue Nuova Antologia et membre de l’académie des Lincei, dont il devient président de 1933 à 1937.

16 Il subit notamment une mesure précoce de « collocamento a riposo » de sa chaire universitaire à Pavie.

17 Pour aider le frère de Sanesi à obtenir un poste de professeur d’italien et de latin dans un lycée classique de Sienne, Rossi intervient auprès de Ciro Trabalza, directeur général de l’« Istruzione Media » de 1929 à 1931. Quant à l’article que Sanesi souhaite publier dans Nuova Antologia, Rossi lui assure dans une lettre datée du 15 avril 1929 que celui-ci sera sans doute accepté sans son aide.

18 Il s’agit du texte de I. Sanesi, L’insegnamento universitario del Monti e del Foscolo, dans Contributi alla storia dell’Università di Pavia, Pavie, 1925.

19 Lettre num. 53 de la correspondance entre Rossi et Sanesi dans le fonds de la Bibliothèque universitaire de Pavie, datée du 20 juillet 1925 à Rome.

20 L’entrée « Vincenzo Monti » est finalement confiée à l’italianiste Pietro Paolo Trompeo. Rossi propose en revanche à Sanesi – en sa qualité de spécialiste du genre littéraire de la comédie – de rédiger les entrées consacrées à Tristano et Vincenzo Martinelli. Le premier – mort en 1630 – était l’un des plus célèbres arlequins de la scène théâtrale italienne. Le second – mort en 1785 – était un homme de lettres, auteur d’une comédie.

21 Lettre du 10 juin 1930 (num. 69 de la correspondance entre Rossi et Sanesi dans le fonds de la Bibliothèque universitaire de Pavie) adressée à Sanesi par Rossi depuis Rome. En italien, la lettre dit exactement : « Pur troppo ai nostri convitati non possiamo offrire che pochi piatti forti. Per lo più si tratta appunto di spezzatini ». La traduction de « spezzatino » pose problème en français dans cette occurrence, mais doit donner l’idée d’un plat composé de bribes de viande découpée, et non pas d’un morceau de viande noble.

22 Il s’agit notamment des entrées Tristano et Vincenzo Martinelli.

23 Pour une analyse plus approfondie et plus générale des études littéraires pendant le Ventennio fasciste et du débat entre ces deux écoles, je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat, relative à ces questions : La recherche des précurseurs. Lectures critiques et scolaires de Vittorio Alfieri, Ugo Foscolo et Giacomo Leopardi. Ce travail est intégralement et librement consultable à l’adresse internet suivante http:// tel.archives-ouvertes.fr/tel-00372189/fr/.
Signalons, en outre, les actes du colloque international qui a eu lieu les 14 et 15 mai 2009 à l’Université de Caen : Fascisme et critique littéraire, vol. i et ii, Caen, 2009-2010.

24 Sanesi expose les fondements théoriques de sa critique littéraire dans un article publié dans Convivium en 1930, intitulé Variazioni sul metodo e sulla critica (Convivium, an. II, num. 5, septembre-octobre 1930, p. 641-669). Il y prend ses distances autant vis-à-vis de la critique du « metodo storico » que de la critique de Croce. Dans leur correspondance, Rossi le félicite pour cet article (lettre num. 71, du 8 décembre 1930).

25 Il écrit précisément : « Mon cher, j’ai vu aujourd’hui Migliorini, qui m’a dit que la lettre relative à ton Foscolo était déjà partie depuis quelques jours. Ton article m’a beaucoup plu, et il correspond parfaitement aux exigences d’une encyclopédie. Comme tu le verras dans la lettre de Gentile, ne sont souhaitables que quelques retouches pour raccourcir le texte et quelques phrases à rajouter concernant la fortune ou, si l’on préfère, l’influence de F. dans les littératures italienne et étrangères (traductions). » (Lettre num. 68, datée du 25 juillet 1930).

26 Lettre datée du 25 juillet 1931, qui se trouve aujourd’hui aux Archives de l’Institut de l’Enciclopedia Treccani.

27 Lettre datée du 25 avril 1932.

28 V. Rossi, Storia della letteratura italiana, première édition en 1902-1906, Milan. En 1930 il publie la dixième édition de ce manuel. Nous savons que Sanesi possédait ce texte depuis de longues années, car Rossi lui promet de lui en envoyer un exemplaire dans une lettre datée du 28 octobre 1902, auquel ils font ensuite régulièrement allusion.

29 Rossi, Storia della letteratura italiana per uso dei licei, op cit, p. 255.

30 Ibid.

31 Les entrées « Tristano Martinelli » et « Vincenzo Martinelli » sont finalement confiées à Giulio Natali, un spécialiste du xviiie siècle.

32 Nous renvoyons, pour une analyse des entrées « Vittorio Alfieri » et « Giacomo Leopardi », rédigées respectivement par Manfredi Porena et Giovanni Ferretti, à S. Lanfranchi, La recherche des précurseurs. Lectures critiques et scolaires de Vittorio Alfieri, Ugo Foscolo et Giacomo Leopardi, cit., p. 335 et suiv. Malheureusement, l’état de correspondances ne permet pas de retracer – comme nous l’avons fait pour l’article de Sanesi – les différentes étapes de rédaction et de correction des deux textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphanie Lanfranchi, « Entre liberté et dirigisme : une mauvaise expérience de collaboration à l’Enciclopedia Italiana Treccani », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-1 | 2010, 197-205.

Référence électronique

Stéphanie Lanfranchi, « Entre liberté et dirigisme : une mauvaise expérience de collaboration à l’Enciclopedia Italiana Treccani », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/566 ; DOI : 10.4000/mefrim.566

Haut de page

Auteur

Stéphanie Lanfranchi

ENS-Lyon, stephanie.lanfranchi@ens-lyon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org