Navigation – Plan du site
Mélanges

Le tiers-mondisme italien de Mattei

The Italian third-worldism of Mattei
Patrick Lafond
p. 161-195

Résumés

Enrico Mattei, mort en 1962, symbolise les succès économiques de la péninsule durant la Grande Croissance mais aussi ses efforts pour établir des relations nouvelles avec les pays arabes d’Afrique du Nord et du Proche Orient alors que la France s’arcboute sur son passe colonialiste. Ce chef d’entreprise d’État s’affiche tiers-mondiste et affirme un nouvel atlantisme tandis que, à partir de 1958, Amintore Fanfani engage la Démocratie Chrétienne dans une voie similaire tout en recherchant de nouvelles alliances de Centre-Gauche. Toutefois ce néo atlantisme tiers-mondiste de Mattei est entrepreneurial et obéit à des nécessités comptables tout autant que politiques. Bien loin de rejeter les États-Unis, ce grand capitaine d’industrie cherche à appliquer dans son groupe les méthodes qui ont démontré leur efficacité outre Atlantique. En outre tout ce courant politique et économique dont Mattei, parmi d’autres, est porteur n’est pas né de rien ; il a un passé qui plonge ses racines au moins dans le Ventennio nero tout en renvoyant de manière occultée au passé colonial italien.

Haut de page

Texte intégral

Pourquoi s’intéresser à Enrico Mattei ?

1Il est devenu lieu commun d’expliquer l’attitude favorable d’Enrico Mattei à l’égard des pays arabes et de leurs dirigeants par un tiers-mondisme qui serait au cœur de la réflexion du chef d’entreprise mais aussi de l’homme politique que fut ce dirigeant italien hors norme. Très régulièrement est cité le soutien qu’il apporta au FLN durant la guerre d’Algérie contre la France qui s’arcboutait sur un empire colonial voué pourtant à disparaître. La lettre de condamnation à mort envoyée à Mattei par l’OAS en juillet 1961, si souvent citée dans les ouvrages italiens traitant de cette affaire (il caso Mattei), symboliserait ce tiers mondisme pourchassé par les colonialistes français les plus obtus et les plus sanguinaires. Mais un tel tiers-mondisme n’était pas que politique dès lors qu’il se révélait aussi et surtout dans la stratégie industrielle de l’ENI comme le montrent les contrats extrêmement novateurs signés par le groupe transalpin avec les pays producteurs de pétrole. Ces contrats s’attaquaient au fameux fiftyfifty que les Majors pétrolières anglo-saxonnes (mais aussi françaises) pratiquaient auprès des pays producteurs arabo-musulmans. Ils instauraient la règle que l’on a pris l’habitude de schématiser en la distinguant du fameux 50-50 : 75 % des bénéfices seraient maintenant attribués au pays producteur et 25 % seulement à l’ENI. Ce raisonnement, juste, est pourtant un peu simplificateur car ces contrats, en fait, innovaient sur un problème plus essentiel encore que la question du montant des bénéfices perçus. Le pays producteur n’était plus seulement un rentier de ses richesses dont il percevait les « royalties » sans être le moins du monde impliqué dans la mise en valeur du pétrole ; il devenait avec Enrico Mattei un acteur industriel associé à la mise en valeur des hydrocarbures extraits de son sol. Le chef d’entreprise italien permettait aux pays producteurs de devenir eux-mêmes des industriels capables de commencer à « remonter la filière » de cette richesse essentielle au cœur de l’essor sans précédent des pays occidentaux. Enrico Mattei semblait donc s’attaquer aussi aux racines économiques du néocolonialisme, ce qui lui valut d’établir des relations de confiance avec les dirigeants arabes mais aussi avec ceux de tous les mouvements de décolonisation.

2Mattei voulait éviter la nationalisation des richesses pétrolières qui aurait spolié les firmes pétrolières occidentales, en particulier la sienne, comme cela s’était produit en 1938 au Mexique ou en 1951 en Iran. Plutôt que de se heurter frontalement aux dirigeants nationalistes de ces pays, il se proposait d’accompagner leur essor économique en les associant par un transfert progressif ( ?) de technologie à la mise en valeur de leurs sources d’énergie. Cela supposait aussi que le pays producteur assume, maintenant, les risques de la mise en valeur de ses richesses. Après une première phase au cours de laquelle l’ENI assure les investissements nécessaires à la prospection et au forage, le pays producteur au cours de la deuxième étape, par l’intermédiaire de la firme nationale qu’il aura constituée conjointement avec le groupe italien, devra financer sa part d’investissements afin de contribuer à la réussite de l’ensemble du projet. Cela signifie donc que l’exploitation des gisements d’hydrocarbures peut s’avérer, selon les circonstances, particulièrement profitable... ou beaucoup moins à la fois pour l’ENI et pour le pays producteur. Très clairement le risque doit être assumé de manière paritaire.

3Mais d’où provenait un tel comportement tiers-mondiste de ce dirigeant d’entreprise pétrolière occidentale ? Allait-il de soi en Italie ? Traduisait-il un comportement accepté par toute la classe politique de la péninsule ? Quelles en étaient les origines ?

4Toutes ces questions cherchent bien sûr à répondre à un des grands enjeux de l’historiographie italienne depuis plusieurs décennies : Mattei a-t-il agi en solitaire ou, en sous mains, ses initiatives n’ont-elles pas été applaudies par les dirigeants italiens qui voyaient en lui celui qui affirmait haut et fort une politique qu’eux-mêmes enchaînés à leurs alliances occidentales étaient incapables de réaliser avec persévérance ?

5Mais de tels questionnements doivent nous amener à réfléchir sur le parcours politique mais aussi entrepreneurial d’Enrico Mattei, témoin des mutations de l’Italie depuis le début des années trente du xxe siècle. Cette aventure individuelle est un révélateur des ruptures mais aussi des continuités de la péninsule depuis le Ventennio fasciste sinon même le xixe siècle. Au cours des années trente progressivement à partir de la crise éthiopienne l’Italie mussolinienne est devenue, en se rapprochant de l’Allemagne hitlérienne, l’ennemi de la France et du RU ; des années cinquante aux années soixante la république italienne a participé à la mise en place de la CEE en Europe Occidentale en s’associant encore une fois à l’Allemagne (maintenant seulement occidentale) mais aussi à la France et à la Belgique.

6Le fascisme critiquait les nations ploutocrates qu’étaient la France et le RU (et probablement aussi la Belgique) ; Enrico Mattei et bien d’autres en Italie durant les années cinquante et soixante s’élevaient contre le colonialisme rétrograde de la France et du RU. On peut trouver une certaine permanence dans de telles attitudes à trente ans d’intervalle : l’opposition à l’égard des puissances coloniales traditionnelles même si les motivations étaient loin d’être pures. Assurément nous savons bien que Mattei a été un grand résistant qui participa au premier rang aux côtés du communiste Luigi Longo, de Ferruccio Parri, le futur président du conseil et de Raffaele Cadorna, le chef militaire du CLNAI au défilé de la libération de Milan le 5 mai 1945... mais il est difficile d’oublier ses sympathies fascistes plus ou moins indifférentes des années trente alors qu’il commençait sa carrière de chef d’entreprise.

7Étudier le parcours de Mattei avant la guerre est donc un moyen d’éclairer – en partie mais pas exclusivement – son comportement après la deuxième guerre mondiale lorsqu’il dirigea l’AGIP et l’ENI. De la même manière cela nous permettra d’évoquer certaines ambiguïtés italiennes dans les relations de la péninsule avec les pays de ce que l’on commence à appeler à partir des années cinquante le « tiers monde ». Une telle démarche préalable nous paraît indispensable pour bien comprendre ce moment stratégique que fut la création voulue par Mattei d’un office de presse à Tunis en 1961. La façon qu’eut Mario Pirani, volontairement désigné par le Condottiere pour occuper ce poste stratégique, de mener à bien sa tâche est l’accomplissement de ce tiers-mondisme de Mattei dont les racines sont particulièrement anciennes et probablement assez ambiguës.

Le passé Italien d’Enrico Mattei

8En l’état actuel de la documentation disponible nous sommes obligés, pour l’essentiel, de confronter les nombreux ouvrages de journalistes ou de proches collaborateurs de Mattei qui ont écrit sur lui depuis plusieurs décennies. Sur la vie même du Condottiere les archives sont encore disparates et très difficilement accessibles. Nous nous en tiendrons pour la présentation de ce passé italien, en attendant des circonstances meilleures, à la confrontation de ces ouvrages très souvent fondés sur des témoignages oraux répétés et sur des souvenirs pas toujours facilement vérifiables. Néanmoins une telle confrontation, malgré ses limites, permet de commencer à dégager les traits si particuliers d’un personnage hors du commun.

  • 1 C’est là l’exemple type de l’apport très récent des nouvelles recherches comme celles de Daniele Po (...)
  • 2 C. M. Lomartire, Mattei. Storia dell’italiano che sfido i signori del petrolio, Milan, 2006, p. 51- (...)

9Enrico Mattei est né en 1906 dans un petit village des Marches. Bien qu’issu d’un milieu social très humble1, il va très tôt s’engager dans l’aventure entrepreneuriale. En 1930 il dirige une société qui représente la firme allemande Lowenthal qui produisait des machines spécialisées dans le secteur de la tannerie. En 1932 le jeune Mattei (il a 26 ans) décide de rompre avec cette entreprise allemande car il ne veut dépendre de personne et souhaite au contraire s’engager de manière autonome sur le marché de la tannerie qu’il juge porteur en Italie2.

10Cette rupture peut être considérée comme une chance car quelques mois plus tard Hitler prend le pouvoir en Allemagne. Le nazisme va pratiquer l’autarcie et il n’est pas certain que la firme allemande ait pu continuer à collaborer avec Mattei sur le marché italien. Tout au contraire le jeune industriel des Marches a pu saisir les opportunités offertes par le retrait d’Italie de telles firmes allemandes.

11Enrico Mattei pourtant ne va pas se satisfaire du seul domaine des tanneries. Il cherche à comprendre dans quels domaines la compétition pourrait être plus facile pour lui, dans quelles niches il pourrait plus facilement s’imposer sur un marché particulièrement incertain en ce début des années trente. Il constate que le secteur des huiles et des graisses spéciales pourrait offrir des opportunités. En effet il s’agit d’un domaine qui trouve des débouchés non seulement dans la tannerie et la fourrure mais aussi dans les différentes industries textiles sans compter même les sucreries. Or ce secteur est dominé par des firmes étrangères.

12Mattei va réfléchir pour essayer de trouver des atouts qui permettraient, dès lors qu’ils étaient bien utilisés, de plus ou moins les supplanter. Le premier avantage dont il pourrait profiter est le repli autarcique de l’Italie au cours des années trente. Grâce à lui Mattei devrait triompher de ces concurrents étrangers comme il venait de le faire avec Lowenthal. Mais cela ne suffisait pas car la firme de Mattei devait bien entendu avoir les moyens industriels et commerciaux de s’imposer. C’est alors qu’interviennent deux autres avantages liés : les coûts et les temps de livraison. Parce que son entreprise est italienne, elle peut réduire au maximum les coûts provoqués par le transport des marchandises depuis le lieu de production jusqu’aux clients.

  • 3 I. Pietra, Mattei, la pecora nera, Milan, 1987. L’ouvrage a été réédité sous les auspices du journa (...)

13En 1934 il crée une nouvelle entreprise dans la périphérie industrielle de Milan, la ICL c’est-à-dire Società Anonima Industria Chimica Lombarda3. Même si la mise de fond financière n’a pas été considérable, il a dû investir toute son épargne et emprunter au maximum auprès de ses proches et de ses parents. La firme qu’il réussit à mettre sur pied va se spécialiser dans la production et la commercialisation de vernis, d’huiles, de graisses et de savons spéciaux très demandés dans les industries de la tannerie mais aussi textiles, métallurgique et mécanique. Ces produits sont choisis parce qu’ils offrent l’avantage stratégique, à cette date-là sur le marché de l’emploi de l’Italie, d’impliquer des travaux simples sans grande qualification mais exigeant une rapidité d’exécution en quelques jours seulement. Il devient alors possible de jouer sur un atout maître : la rapidité de la livraison.

  • 4 B. Coriat, Penser à l’envers. Travail et organisation dans l’entreprise japonaise, Mesnil-sur-l’Est (...)

14Un des journalistes biographes du jeune chef d’entreprise, Carlo Maria Lomartire, se lance à ce propos dans une comparaison un peu osée mais, tout compte fait, assez justifiée. Mattei aurait pratiqué, avant la lettre, le just on time comme l’avait envisagé quinze à vingt ans plus tard l’ingénieur Ohno chez Toyota au cours des années cinquante4, ce qui fit de proche en proche la force de l’industrie japonaise jusqu’aux années soixante dix et quatre vingts du xxesiècle. Mais Mattei eut-il la prescience durant ces années trente que la production de son entreprise devait s’adapter aux exigences des commandes et de la livraison aux clients avec peu d’immobilisations en stocks et peu de magasins ? C’est probablement là une interprétation bien exagérée que d’ailleurs le journaliste ne fait que suggérer sans entrer dans le moindre détail. Il faut toutefois constater que par deux fois au cours de ces années trente il a su profiter du repli autarcique de son pays. L’autarcie et la crise des années trente sont donc loin d’avoir été dommageables à toutes les entreprises qui composaient le tissu économique italien. Elles ont pu, tout au contraire, offrir de belles opportunités aux audacieux dès lors qu’ils acceptaient sans aucun état d’âme la dictature du Ventennio... ce qui était largement le cas d’Enrico Mattei à cette époque.

  • 5 I. Pietra, Mattei... cit., 2006, p. 51.

15Italo Pietra écrit5que, durant l’hiver 1936 en pleine campagne d’Abyssinie et alors que les sanctions votées par la Société des Nations poussaient l’Italie vers l’autarcie, Enrico Mattei envoya son frère, Umberto, en Mer Rouge pour savoir s’il était possible d’exploiter de manière rentable les graisses d’animaux marins... sans grand résultat.

  • 6 C. M. Lomartire, Mattei... cit., p. 127-128.

16Carlo Maria Lomartire, quant à lui, confirme cette absence de scrupules à propos de la guerre de conquête menée par Mussolini en Ethiopie en laissant entendre que l’ICL obtint une importante commande d’huile et de combustibles spéciaux pour l’aviation italienne en opération durant la campagne d’Ethiopie en 1935 et en 19366. Si Mattei n’a pas livré de gaz qui ont été utilisés pour asphyxier par avion la population éthiopienne, il n’a manifestement pas cherché à savoir dans quelles conditions l’aviation militaire du Duce intervenait dans les durs combats de cette guerre... ce qui lui sera reproché au lendemain de la deuxième guerre mondiale à une époque où il était pourtant devenu un des chefs partisans en Italie du Nord.

  • 7 Ibid., page 61.

17En 1939-1940 son entreprise, l’ICL, continue à participer à l’effort de guerre fasciste7.

18La guerre de plus en plus terrible pour l’Italie, l’occupation allemande, l’influence de Marcello Boldrini et de résistants catholiques vont progressivement déciller Mattei qui s’inscrira à l’université catholique de Milan alors qu’il approche déjà de la quarantaine. Le chef d’entreprise – dont les activités entrepreneuriales tournent un peu au ralenti en raison des événements chaotiques qui ensanglantent Milan et la Lombardie – bascule dans la clandestinité au point de devenir un des grands dirigeants partisans démo-chrétiens. On peut d’ailleurs supposer que cette reprise des études a été un moyen pour lui de masquer son engagement clandestin dans la résistance.

  • 8 Archives Historiques de l’ENI, entreposées à Pomezia. À partir de maintenant nous utiliserons pour (...)

19De ces années de formation et de transformation (1940-1944) il va acquérir des convictions « chrétiennes sociales ». Mais il subsistera toujours en lui un nationalisme trempé de populisme qui ne l’abandonnera jamais. Giorgio Ruffolo, responsable du service de relations publiques du groupe pétrolier au début des années 1960, parle d’une conception « nazionalisticopopulistica » de la politique de l’énergie menée par Enrico Mattei8. C’est peut-être là le fil d’Ariane, ténu, qui relie son passé des années trente teinté de fascisme avec son évolution durant la guerre et sa carrière flamboyante au cours de la première époque de l’Italie républicaine. En attendant il est très difficile de préciser si ses amitiés fascistes d’avant guerre étaient sincères ou strictement opportunistes.

  • 9 N. Perrone, Enrico Mattei, Bologne, 2001, p. 12-13.

20En mars 1944, Mario Ferrari Aggradi, un des principaux protagonistes de la résistance lombarde qui a très tôt détecté les qualités de Mattei, le fait désigner comme représentant de la DC (fondée depuis peu) au commandement militaire de la Haute Italie (CLNAI). Dans ce directoire clandestin il était chargé de la trésorerie et de la comptabilité. Le CLNAI, à l’instigation de Ferrari Aggradi, le désigne fin avril 1945 comme « commissaire extraordinaire » en charge de l’AGIP9. Cet homme, apparemment nouveau, entre en politique mais garde toujours son activité de chef d’entreprise au point d’être placé à la tête de l’AGIP mais dans le seul but de démanteler une entreprise créée en 1926 par le fascisme. Ce n’est donc qu’à ce moment-là qu’il commence une deuxième carrière d’entrepreneur dans le domaine des hydrocarbures cette fois-ci.

  • 10 G. Bruccianti, Enrico Mattei. Assalto al potere petrolifero mondiale, Milan, 2005, p. 69. Cet auteu (...)

21A-t-il pour autant abandonné tout son passé, non pas fasciste mais pour le moins indifférent, sinon accommodant vis-à-vis du fascisme ? Il semble bien que non comme plusieurs remarques de différents auteurs italiens le laissent entendre même si son adhésion à la Résistance et les risques qu’il prit dans la clandestinité sont absolument évidents. Giovanni Bruccianti écrit que Dino Grandi – ancien ministre des Affaires Etrangères de Mussolini – devint un des meilleurs amis de cet humble originaire des Marches en train de devenir un Condottiere10entrepreneurial au cours des années cinquante. Bien entendu Grandi avait été un des protagonistes du renversement du Duce au Grand Conseil fasciste le 25 juillet 1943... mais on ne doit pas oublier qu’il fut un des plus importants hiérarques du régime durant des années. Après la guerre Grandi trouva refuge au Brésil. C’est en 1954 que Mattei commença à le côtoyer. Grandi lui proposa d’implanter l’ENI, nouvellement créée l’année précédente, dans l’eldorado brésilien. L’argumentation de Grandi pour convaincre l’industriel, rapportée par Paolo Nello, mérite d’être présentée. Il fallait que des groupes pétroliers européens s’implantent en Amérique Latine en raison des risques d’infiltrations soviétiques sur ce sous-continent. Les Européens auraient donc été plus à même que les Américains du Nord d’endiguer la poussée communiste. Il y avait là le souvenir du combat antibolchévique que les Allemands nazis et les Italiens fascistes avaient essayé d’insuffler en Europe contre l’URSS durant la deuxième guerre mondiale. Les Etats-Unis, en outre, auraient eu tout intérêt, selon l’ancien dirigeant fasciste, de favoriser l’implantation de compagnies européennes indépendantes provenant de pays alliés et amis comme l’Italie. Le nationalisme anti-yankee de l’Amérique latine ne se serait pas immédiatement manifesté à leur encontre et les firmes pétrolières nord-américaines auraient accepté l’intrusion de ces sociétés européennes dès lors qu’elles appartenaient au même camp occidental. Sur ce dernier point Grandi se trompait lourdement car les Majors ont combattu systématiquement l’ENI mais le raisonnement que tenait l’exilé a probablement influencé la politique industrielle d’Enrico Mattei.

  • 11 G. Bruccianti, Enrico Mattei... cit., p. 14-15.
  • 12 M. Cüppers, et K.-M. Mallmann, Croissant fertile et croix gammée. Le IIIe Reich, les Arabes et la P (...)
  • 13 N. Perrone, Enrico Mattei... cit., p. 132. La collaboration de Schacht, selon cet auteur, fut surto (...)

22Giovanni Bruccianti signale un deuxième exemple d’amitié sulfureuse du Condottiere avec le Docteur Hjalmar Schacht11. Schacht, accusé de crime de guerre lors des procès de Nuremberg en 1946, avait été libéré au bout de deux ans en 1948 alors qu’il avait été condamné à huit ans d’emprisonnement, probablement en raison de son implication dans l’attentat contre Hitler en 1944. Il fonda très rapidement sa banque, la Düsseldorfer Außenhandelsbank Schacht § Co qui lui permit de devenir le conseiller de différents gouvernements comme celui de Nasser en Egypte ou celui de la famille royale en Arabie Saoudite12. Schacht, en fait, voulait instaurer une entente entre la RFA et l’Arabie Saoudite dans les années cinquante pour renverser l’hégémonie anglo-américaine sur le marché pétrolier saoudien... ce qui échoua en raison de l’interventionnisme croissant des Etats-Unis dans le Golfe Persique. Mattei a voulu rapidement disposer de contacts avec lui en raison des relations très étroites qu’il avait tissées dans les pays arabes13mais aussi en Afrique. Le banquier allemand sut semble-t-il les aider à créer leur propre banque centrale, les faisant profiter de sa grande expérience tant à l’époque de la république de Weimar que sous le nazisme à la tête de la Reichsbank. Schacht faisait partie de ces personnages anciens nazis qui gardèrent après la guerre de nombreuses activités. Bruccianti, se fondant sur les propos d’Italo Pietra, laisse même entendre qu’il apporta son soutien au FLN et à la cause algérienne.

  • 14 I. Pietra, Mattei... cit., p. 231. Rappelons que Schacht est né en 1877 et mort en 1970 à Munich. I (...)
  • 15 AHENI, Pomezia, fondo ENI, testo 1 Tunisia, NUA 462C, UDC 3. Voir la page 35 de l’interview de Mari (...)

23Les relations entre Hjalmar Schacht et Enrico Mattei étaient si étroites que le financier allemand malgré son âge vénérable se déplaça à Rome pour assister aux funérailles du Condottiere en octobre 196214. Son activité au service de l’ENI ne s’arrêta pas là. Selon Mario Pirani il aida malgré ses 89 ans le groupe italien à aplanir toutes les difficultés en Bavière pour permettre la mise en place en 1966 de l’oléoduc Gênes-Ingolstadt15.

24Si l’on met en relation l’épisode Grandi et celui de Schacht, on réalise combien ces anciens dirigeants de l’Axe, fasciste ou nazi, n’ont rien perdu de leur animosité à l’encontre de l’URSS mais aussi en partie des Etats-Unis. Dans les deux cas ils cherchent à pousser des européens occidentaux à se rapprocher des Etats arabes ou des Etats d’Amérique latine afin d’assurer un regain d’autonomie européenne vis-à-vis des deux superpuissances même si leur anticommunisme demeure prioritaire et viscéral. C’est là une démarche qu’assurément Mattei comprend très bien.

  • 16 G. Galli, Enrico Mattei : petrolio e complotto italiano, Milan, 2005, p. 15.
    Cet auteur cite le trav (...)

25Giorgio Galli s’interroge sur le populisme d’Enrico Mattei et s’appuie sur les analyses d’Alberto Asor Rosa ce qui, selon lui, serait un moyen de mieux comprendre les continuités politiques de Mattei depuis les années trente16. Pour saisir l’attitude de Mattei vis-à-vis du Ventennio fasciste, il faudrait comparer l’attitude du grand industriel à celle de nombreux intellectuels qu’Asor Rosa qualifie de national-populistes, tels que Vittorini, Pratolini ou encore Bilenchi. Etudier en quoi ces écrivains acceptaient le régime du Duce ne consiste pas seulement à détecter les signes de leur antifascisme in peto dès l’époque du Ventennio ; tout au contraire il s’agirait de montrer combien leur antifascisme ultérieur ne fut pas sans rapport avec leurs sentiments fascistes du début. En somme, si l’on comprend bien les propos d’Asor Rosa rapportés par Galli, les frontières pouvaient être particulièrement poreuses entre ces courants politiques pourtant radicalement opposés, tout au moins chez certains dirigeants de la Résistance comme le fut Enrico Mattei. Cela révèlerait aussi des continuités essentielles à bien saisir si l’on veut comprendre les choix pratiqués par Mattei durant les années cinquante et soixante.

26Toutefois il peut être rétorqué que Mattei n’était pas au sens propre un intellectuel encore moins un écrivain ce qui réduirait d’autant la pertinence d’un tel raisonnement. Mais si Giorgio Galli utilise ce détour par Asor Rosa pour expliquer le comportement de Mattei, ce n’est évidemment pas parce qu’il ignorerait que l’industriel n’était à l’origine ni un écrivain ni un intellectuel. En fait selon Galli, la réflexion d’Asor Rosa nous oblige à rechercher des permanences dans le comportement d’individus, écrivains ou pas, amenés à prendre des responsabilités intellectuelles par delà les tragiques aléas politiques. Galli, dans sa démarche implicite, nous invite à rechercher des permanences dans le comportement d’hommes politiques ou de chefs d’entreprise dans les mêmes circonstances chaotiques que celles rencontrées par des écrivains. La méthode pratiquée par Galli consiste, à partir des réflexions d’Asor Rosa, à comparer l’attitude des écrivains italiens des années trente à cinquante, à celle de Mattei durant la même période vis-à-vis du fascisme et de la DC, l’un et l’autre aux affaires mais à vingt ans d’intervalles.

  • 17 A l’Istituto Sturzo à Rome, l’accès aux archives de la Démocratie Chrétienne milanaise vers 1960-19 (...)

27Selon Galli, pour Mattei la politique et les partis ne seraient utiles que pour conquérir le pouvoir ou plutôt, par delà les propos du journaliste contemporain, pour s’assurer les appuis nécessaires à ses besoins entrepreneuriaux. Comme le P.N.F. était d’un maniement trop compliqué pour le jeune entrepreneur qu’il était, Enrico Mattei, parce qu’il n’avait peut-être pas non plus tous les réseaux de relations indispensables, ne chercha pas à fréquenter les allées dirigeantes du fascisme durant les années trente. Après 1945 il en alla tout autrement car l’industriel disposait maintenant de réseaux politiques et culturels particulièrement étoffés. Il restera député jusqu’en 1953 date à laquelle il dut choisir entre son mandat de parlementaire et ses nouvelles fonctions dirigeantes à la tête de l’ENI. Bien qu’ayant décidé d’assumer la fonction de chef d’entreprise il continua à exercer un rôle politique en animant une fraction stratégique au sein de la DC (« la Base » )17. Cela traduisait certes sa volonté d’utiliser ses réseaux politiques pour asseoir sa prééminence plus ou moins occulte au sein de l’ENI, mais aussi son goût pour l’action politique. Tout chef d’entreprise qu’il fut dans l’âme depuis le début des années trente jusqu’à sa mort, il était devenu aussi homme politique ou tout au moins homme de réseau politique. Les deux fonctions devaient s’étayer mutuellement. Dans ces conditions ses réflexes mentaux, avant tout ceux d’un chef d’entreprise plein d’initiatives, resteront invariants pendant plus de trente ans par delà la césure de la guerre et celle de la chute du fascisme alors que son aventure politique n’a commencé que plus tardivement en raison de circonstances tout à fait exceptionnelles.

  • 18 G. Galli, Enrico Mattei... cit., p. 133.

28On comprend mieux dès lors les propos de Galli lorsqu’il affirme que Mattei méprisait les hommes politiques18. Deux seulement en Italie auraient eu grâce à ses yeux : Ezio Vanoni et Alcide de Gasperi, mais tous deux ont disparu dans la deuxième moitié des années cinquante. Le Condottiere pensait qu’il pouvait en tant que dirigeant de l’ENI se substituer à toute la classe politique, ce qui serait le signe certain de son populisme. Lui seul aurait été en mesure de prendre des initiatives qui auraient sauvegardé les intérêts essentiels du pays. Cela justifiait qu’il traite directement avec les autres nations comme l’URSS ou celles du tiers monde. Il se pensait même capable de mener une politique industrielle qui corresponde aux intérêts du pays au point de forger autour d’elle (et autour de lui) un consensus allant des néofascistes aux communistes. C’est l’illustration de cette convergence d’intérêts, signalée par le collaborateur de Mattei Giorgio Ruffolo et que nous avons évoquée plus haut, entre l’entreprise et la nation italienne, dont Mattei était convaincu.

  • 19 Ibid., p. 153. L’auteur cite cette interview publiée dans le numéro de l’hebdomadaire français en d (...)

29S’éclairent ainsi des assertions de Mattei souvent rapportées : « pour moi, les partis sont comme les taxis. Je les prends, ils m’amènent où je veux et à la fin de la course je paie et je descends ». Ce populisme méprisant à l’encontre des partis politiques, qui transparaît dans l’interview qu’il accorda à Gilles Martinet et publiée dans France Observateur en août 196119, a donc une lointaine origine. Dans l’article il y utilisait une image typiquement populiste. Jusqu’à la guerre l’Italie cherchait dans les colonies des terres et du pain pour ses fils. Maintenant l’Italie met sa remarquable transformation au service de pays nouvellement indépendants. La péninsule serait pour eux comme un frère plus âgé. Par ces propos Mattei semble montrer une remarquable continuité entre le thème de la nation prolétaire cher à Mussolini et celui du tiers-mondisme affiché par son entreprise pétrolière à l’orée des années soixante.

Une attirance ancienne et multiforme pour l’Afrique méditerranéenne et les pays arabes

30Cette attirance personnelle de Mattei pour le tiers-mondisme s’enracine au cours du Ventennio alors qu’il commence sa carrière de chef d’entreprise. Ce soubassement mental de l’époque fasciste doit absolument être précisé et maintenu en permanence à l’esprit (sans l’oublier) si l’on veut comprendre son itinéraire ultérieur à partir des années 1950 au Moyen Orient et en Afrique du Nord. C’est justement ce va et vient entre le présent d’après guerre et le passé d’avant guerre enfoui sinon occulté qui révèle le caractère multiforme de cette attirance italienne de Mattei pour l’Afrique méditerranéenne et les Pays Arabes.

  • 20 H. Hummel et W. Siewert, La Méditerranée, Paris, traduit et publié chez Payot, 1937 (Bibliothèque g (...)
  • 21 P. Frascani, Il mare, Bologne, 2008.

31Le tiers-mondisme italien est en fait mal connu en France souvent par indifférence ignorante. Pourtant il révèle des relations anciennes de l’Italie avec le monde arabo-musulman qui de longue date ont interpellé les autorités parisiennes. Ces relations assez singulières de la Péninsule trouvent leurs racines dans la première moitié du xxe siècle sinon même auparavant comme par exemple en Tunisie. Deux auteurs allemands géopoliticiens des années trente, Hummel et Siewert20, ont bien défini les fondements des relations de la Péninsule avec le monde arabe. L’Italie, seule parmi les grandes puissances (de l’époque), est intégralement méditerranéenne mais elle ne maîtrise pas les deux entrées de cette mer : Gibraltar toujours aux mains des Britanniques et le canal de Suez contrôlé par le RU jusqu’aux années cinquante. Les problèmes méditerranéens sont donc au cœur de sa politique étrangère bien plus qu’ils ne le sont pour d’autres puissances européennes comme la France ou encore le RU et l’Allemagne. Pour ces trois dernières puissances la Méditerranée est certes un espace majeur mais en aucun cas unique. Pour elles trois cette mer est essentielle mais pas nécessairement fondamentale et unique alors que l’Italie, depuis le xixe siècle, la redécouvre21et lui accorde par nécessité une fonction stratégique centrale. La péninsule en est prisonnière ce qui n’est pas le cas de la France, du RU ou à plus forte raison de l’Allemagne.

32Cette redécouverte de la Méditerranée par l’Italie est tout à fait essentielle surtout à la lumière du travail de Paolo Frascani, Il Mare. Dans cet ouvrage l’auteur essaie de montrer dans tous ses aspects ce que représente le rôle de la mer dans son pays. À partir des Temps Modernes l’Italie a progressivement délaissé son ouverture maritime avec le déclin de Venise et de Gênes. Frascani (page 7) fait état d’un recensement de 1871 dans le royaume nouvellement unifié qui révèle que 3 millions de personnes soit 12 % de la population totale seulement vivaient au bord de la mer. Il en conclut (page 17) que la société, en grande partie agricole, était largement terrienne. De plus les deux tiers de cette rare population maritime vivaient dans le Mezzogiorno alors que l’Unité s’est faite autour des villes du Nord. La redécouverte de l’importance de la mer a donc été très progressive à partir de l’époque de la monarchie libérale. En 1914-1915, 5 millions d’Italiens, soit 14 % de la population totale (page 57), étaient classés « maritimes » alors que tous n’exerçaient pas un métier de la mer mais ils étaient ainsi considérés parce qu’ils vivaient le long des côtes. La proportion n’a donc guère augmenté de 1871 à la première guerre mondiale. Et pourtant, Frascani montre avec efficacité (à partir de la page 79) combien se développe dès l’époque de la monarchie libérale une littérature affirmant le mythe de la « mare nostrum ». Il faut rappeler que l’Unité italienne s’opère à un moment stratégique pour la Méditerranée : en 1869, le canal de Suez est inauguré ; en 1885 se tient le congrès de Berlin qui définit les conditions pour que la conquête d’un territoire colonial soit reconnue par la communauté internationale. Cette codification a, en réalité, accéléré la ruée des européens sur le continent africain. La mer Méditerranée devient donc un des passages obligés sur la route des Indes tout autant que pour accéder au continent africain du Nord (Maghreb et Makrech) et de l’Est le long de l’océan indien. Tout cela ne peut que justifier la redécouverte de la Méditerranée auprès des élites dirigeantes du pays...mais cela suppose de disposer d’une flotte commerciale et d’une flotte de guerre capables d’imposer la présence de la péninsule. Or la marine de guerre a été vaincue en 1866 par les Autrichiens à Lissa (page 34) et n’est plus intervenue dans un combat pendant plusieurs décennies. En somme l’Italie n’avait pas les moyens d’assumer sa redécouverte de la Méditerranée alors que dans le même temps s’imposait une littérature vantant la « mare nostrum ».

  • 22 Ibid. Voir le chapitre 4 à partir de la page 125.

33Le Ventennio fasciste poursuivra et amplifiera largement les ambitions maritimes de la péninsule en relation avec la conquête coloniale engagée à l’époque de la monarchie libérale mais élargie durant les années trente... au point de faire de la Méditerranée un espace vital22qui pourtant reste verrouillé à chacune de ses extrémités. Tel est le sens du discours que prononça Mussolini le 4 février 1939 dans lequel il affirme ses prétentions sur la Corse, la Tunisie, Malte et Chypre mais tout en montrant que « le sentinelle [...] sono Gibraltar e Suez ». Pour parvenir à ses fins l’Italie devrait donc faire sauter de tels verrous-sentinelles. Alors seulement la « marcia all’oceano » sera couronnée de succès. La Méditerranée est bien la « mare di casa » mais c’est aussi une prison gardée par d’autres.

  • 23 C. M. Santoro, La politica estera di una media potenza, Bologne, 1991, page 174

34Toutefois il est nécessaire de faire part des analyses de Carlo Maria Santoro signalées par Paolo Frascani (page 127)23. Santoro considère qu’au tout début des années trente l’Italie cherchait à s’implanter dans ce qu’il appelle les « portes du Danube » c’est-à-dire l’Europe Centrale au point de s’opposer une première fois à la tentative d’Anschluss d’Hitler. Mais peu à peu l’Allemagne réussit à s’imposer dans la Mitteleuropa jusqu’à réussir l’Anschluss en 1938. Mussolini dut donc orienter sa politique expansionniste vers le sud exclusivement et en particulier vers la Méditerranée. Cela correspond à l’instauration de l’Empire et à la guerre d’Espagne qui révélait combien l’Italie aspirait à devenir une grande puissance capable de se mouvoir en toute liberté sur la « mare nostrum » ou la « mare di casa ». La défaite française paraissait consacrer cette espérance puisqu’en 1940 au moment de l’entrée en guerre de l’Italie cette mer était proclamée « spazio vitale della nazione ».

  • 24 C. M. Lomartire, Mattei... cit., p. 215. L’auteur signale qu’en mai 1955 l’ENI acquit une participa (...)

35Les relations de l’Italie avec la rive sud de la mer Méditerranée sont donc très importantes mais la péninsule doit depuis longtemps surmonter l’obstacle de la présence des deux puissances tutélaires que sont le RU et la France. Il lui fallait démontrer jusqu’à la deuxième guerre mondiale qu’elle était mieux à même que ces dernières, à partir de sa présence en Libye et de ses espérances en Tunisie, de contrôler et d’amener « à la civilisation » ces peuples du Maghreb et du Makrech. Après 1945, dès lors qu’elle avait perdu son empire colonial, elle n’abandonna pas pour autant sa politique méditerranéenne. Mais par la force des choses elle dut l’orienter différemment en direction de ces peuples arabes qui justement s’émancipaient progressivement de la présence française et britannique. Au fond il s’agissait de contourner les adversaires permanents en place depuis des décennies et auxquels l’Italie réunifiée s’est toujours heurtée depuis le xixe siècle. En soutenant maintenant la cause des pays arabes, il y avait un moyen, sous couvert d’un appui aux aspirations légitimes de ces peuples, de s’ouvrir les portes d’un monde méditerranéen familier mais sans libre issue sur le reste du monde. Il est tout de même révélateur que l’ENI de Mattei ait cherché à s’implanter à partir de la deuxième moitié des années cinquante non seulement en Libye, ancien territoire colonial italien, mais aussi en Égypte24, en Tunisie, au Maroc en attendant l’Algérie alors que les découvertes pétrolières de l’ENI, en dehors de la Libye, n’ont guère été au rendez vous. La recherche de concessions pétrolières a-t-elle été le seul objectif de la stratégie menée avec continuité et obstination par Enrico Mattei ? Ne révèle-t-elle pas combien Mattei, chef d’une grande entreprise publique, a assumé une (géo)politique italienne qui s’est progressivement imposée depuis le xixe siècle quels que soient les gouvernements en place à Rome ? C’est d’ailleurs assez logique puisque Mattei a le plus souvent agi en liaison étroite avec les services ministériels de son pays comme nous allons le montrer à plusieurs reprises.

36Mattei exprime donc cette (géo)politique italienne qu’il nous fallait présenter à grands traits car sinon il aurait été impossible de bien comprendre les initiatives du Condottiere. Mais il applique une telle orientation politique avec ses propres armes c’est-à-dire en tant que chef d’entreprise avec des arguments comptables, avec des choix d’investissements pétroliers ce qui supposait d’engager des recherches géologiques et de forages dans des zones pas toujours bien définies et avec la perspective de résultats économiques aléatoires.

  • 25 J. Jolly, L’Afrique et son environnement européen et asiatique. Atlas historique, Paris, 2008. L’au (...)

37Ainsi il a, dans le cas du Maroc, cherché à s’implanter dans une zone tout à fait particulière. Il s’agit de la zone saharienne de l’ancien Maroc espagnol rattaché au royaume chérifien en 1958 dans des conditions assez particulières, deux ans après l’indépendance acquise en 1956. En 1957 les Marocains et « des » Sahraouis, selon Jean Jolly, ont attaqué le Rio de Oro25. L’auteur montre donc que les Marocains ont pu mener une action conjointe avec des Sahraouis. À cette date il n’y a pas d’opposition radicale entre le royaume chérifien et le « peuple sahraoui » qui peut même trouver une oreille attentive auprès de Mohammed V. En attendant cette incursion a entraîné une riposte militaire conjointe de troupes françaises et espagnoles. En somme les armées française et espagnole ont mené une action concertée en février 1958 tout comme durant la guerre du Rif en 1924-1926. Pourtant le gouvernement de Madrid va rapidement conclure les accords de Cintra en avril qui d’une part organisent la province du Sahara espagnol autour du Rio de Oro et de Seguiet El Hamra et d’autre part « rétrocède » la zone de Tarfaya au Maroc. Le verbe « rétrocéder » est celui qu’utilise Jean Jolly dans sa présentation des événements.

  • 26 Les archives de TOTAL-CFP sont consultables à la Tour TOTAL de La Défense près de Paris.
    Archives To (...)

Fig. 1 – L’importance stratégique de la zone de Tarfaya26.

38Mattei a obtenu de Mohammed V, dans ce nouveau territoire marocain, une concession pour pratiquer des forages autour de Tarfaya. Il profite ainsi de l’agrandissement territorial du Maroc au détriment de l’une des puissances coloniales qui vient de céder une partie – mais non la totalité comme vient de le faire la France – des territoires qu’elle détenait. En effet l’Espagne maintient sa présence au nord du pays dans les présides le long de la côte méditerranéenne mais aussi et surtout, pour ce qui nous occupe, au sud le long de la côte atlantique dans le Rio de Oro. Madrid préserve enfin l’enclave des IFNI jusqu’en 1969. Le contentieux territorial du royaume chérifien est donc terminé avec la France mais pas encore, et de beaucoup, avec l’Espagne que ce soit au nord méditerranéen ou au sud atlantique et saharien.

39En attendant mieux ultérieurement si possible, la zone de Tarfaya nouvellement marocaine avait de multiples avantages pour le Condottiere. Le premier, assurément, tenait aux grandes espérances géologiques. Les ingénieurs et géologues avaient exprimé le plus grand scepticisme sur les territoires abandonnés par la France car ils se situaient pour l’essentiel au nord et à l’ouest de la barrière de l’Atlas occidental. Ces spécialistes considéraient comme peu probable d’y trouver du pétrole en raison des plissements particulièrement tourmentés détectés dans le sous-sol de ces territoires très montagneux. Tout au contraire au sud et à l’est de l’Atlas marocain dans les zones sahariennes les nappes de pétrole y pouvaient être abondantes et relativement accessibles – espérait-on – en raison d’une structure géologique beaucoup plus régulière. Les responsables de l’ENI en ont déduit que la zone de Tarfaya jusque là espagnole, justement localisée au sud de l’Atlas, devait être très prometteuse dès lors que politiquement elle passait sous le contrôle du nouveau royaume chérifien. Par ailleurs les dirigeants de l’entreprise italienne étaient convaincus d’y découvrir des gisements lucratifs puisqu’il s’agissait d’un territoire situé dans le prolongement du Sahara français manifestement très riche en hydrocarbures.

40On ne fore jamais une zone dans une concession sans l’espoir d’y trouver du pétrole... même si plus tard cet espoir se révèle illusoire.

41Le second avantage tenait à la proximité immédiate de l’océan Atlantique. Cela pouvait permettre d’évacuer avec facilité par voie maritime le pétrole espéré... et de proposer aux Français un port d’exportation plus accessible que les longues pistes ou les oléoducs à construire vers le nord et les ports méditerranéens algériens ou tunisiens. En s’orientant vers un accès maritime plus aisé, les entreprises pétrolières françaises, mais aussi anglo-saxonnes, auraient été ainsi dépendantes des autorités marocaines et de l’ENI. Cette question prenait d’autant plus d’importance que, par une loi de janvier 1957, la France avait créé l’O.C.R.S. c’est-à-dire l’Organisation Commune des Régions Sahariennes. Cette entité administrative nouvelle regroupait des territoires qui jusque là avaient été intégrés à l’Algérie (les départements des Oasis et de Saoura) mais aussi des zones rattachées auparavant au Soudan français, au Niger et au Tchad. L’objectif était bien entendu, pour en préserver le caractère français, de détacher le Sahara de l’Algérie de plus en plus ensanglantée mais maintenant confinée au nord de l’Atlas. Or cette O.C.R.S. avait une grave faiblesse puisqu’elle n’avait aucun accès direct à la mer Méditerranée ou à l’océan Atlantique depuis l’indépendance du Maroc et de la Tunisie à moins de multiplier les relations terrestres avec le territoire algérien au nord (pistes, voies ferrées, oléoducs et gazoducs) au risque de devenir des cibles toutes trouvées pour les attentats pratiqués par le FLN. Pour le Maroc, mais aussi pour l’ENI qui maintenant y dispose de concessions, la zone de Tarfaya peut devenir stratégique en permettant un accès rapide et sans grand risque à l’océan Atlantique. Tarfaya deviendrait à terme un, sinon le, débouché particulièrement approprié pour les hydrocarbures découverts et exploités dans le Sahara encore français.

  • 27 Bibliothèque de l’Institut Culturel Algérien de Paris, collection complète d’El Moudjahid clandesti (...)

42Le journal clandestin du FLN, El Moudjahid, ne s’y est pas trompé27. Dans son numéro du 16 avril 1958 il s’élève contre la création de l’OCRS par la France en affirmant haut et fort que « le Sahara n’est pas une île » séparée du reste de l’Algérie. Le Sahara est donc algérien selon le FLN malgré les manœuvres françaises cherchant à l’en détacher. En dehors de cette position de principe nationaliste qui ne variera jamais jusqu’à l’indépendance en 1962, il est intéressant de remarquer comment les dirigeants du FLN envisageaient à cette date les richesses du Sahara. Ils distinguaient de manière égale les gisements pétroliers comme celui d’Edjélé ou d’Hassi Messaoud découverts à proximité des frontières de la Tunisie et de la Libye, et ceux – minéraux – de la zone occidentale près de la frontière marocaine ou mauritanienne. Le Sahara n’était donc pas seulement un pactole pétrolier et gazier ou, plutôt, pour les militants du FLN en 1958 les richesses pétrolières, déjà bien réelles, ne surclassaient pas (encore) toutes les autres. Or les richesses proches de l’océan atlantique et du Rio del Oro, mais en dehors du territoire marocain, étaient le minerai de fer de Tindouf ou de la région de Fort Gouraud mais aussi du manganèse en particulier à Guettara à la localisation assez imprécise. Selon les rédacteurs d’El Moudjahid les Français hésitent devant plusieurs possibilités pour évacuer vers l’océan de telles ressources. La première solution consisterait à les acheminer par le territoire marocain ; la seconde apparemment la plus rapide, à les transporter au travers du Rio del Oro jusqu’au port de Villa Cisneros.

43Il est probable que dans l’esprit d’Enrico Mattei la mise en valeur d’un port à Tarfaya permettrait de valoriser les éventuelles découvertes pétrolières dans la concession nouvellement acquise mais aussi d’offrir une solution pratique pour évacuer le minerai de fer saharien de l’OCRS dans la région de Tindouf. Cela supposerait bien entendu une collaboration avec les autorités françaises au Sahara tout autant qu’avec le royaume marocain. À l’inverse la carte présentée plus haut démontre que les Français n’ont aucun intérêt à utiliser les installations de Tarfaya pour évacuer le minerai de Fort Gouraud en Mauritanie. Tout au contraire il leur serait plus utile soit de transiter par le port espagnol de Villa Cisneros soit de rester en territoire mauritanien en se dirigeant vers le sud par voie ferrée, en direction de Nouadhibou ou de Nouakchott. L’intérêt de Tarfaya pour les Français est donc relativement limité... malgré les espérances qui transpercent dans de nombreuses notes internes de l’ENI.

44Le troisième et dernier avantage de cette concession de Tarfaya était d’assurer enfin à l’ENI – et à l’Italie, dans l’esprit de Mattei – la possibilité de sortir de cette prison stratégique qu’est la Méditerranée verrouillée dans ses différents points d’entrée ou de sortie (Gibraltar, Suez) et de s’implanter sur les côtes atlantiques. L’enfermement en Méditerranée, décrit par les deux géopoliticiens allemands des années trente Hummel et Siewert, pouvait être brisé, surtout au cours des années cinquante caractérisées par les difficultés britanniques à Suez et françaises au Maghreb. L’accès à l’océan atlantique serait donc synonyme de liberté enfin acquise.

  • 28 R. H. Rainero, Les Italiens dans la Tunisie contemporaine, Paris, 2002, p. 192-193.

45D’ailleurs la volonté de briser cet enfermement n’est pas nouvelle. Mussolini a cru y parvenir avec l’effondrement français en 1940 en faisant preuve d’une grande ambiguïté. Le 5 décembre 1940 l’Italie, en accord avec l’Allemagne, annonce que dans les plans de l’Axe les peuples arabes et africains allaient être « libérés du joug colonial anglofrançais » et que tout serait fait pour « leur bien-être et leur meilleur avenir » 28. Il s’agit bien sûr de discours de façade car, en réalité, les représentants de la commission italienne d’armistice avec la France se sont installés dès l’été 1940 dans les territoires du Levant, à Djibouti, en Afrique du Nord française avec évidemment pour objectif d’en annexer une grande part après la guerre dans le cadre du « Grand Empire Fasciste ».

46Mais de tels discours ont conforté l’idée dans la péninsule que les Italiens avaient un comportement « différent » dans les colonies de celui des Français et des Britanniques. Nombreux furent les Italiens après 1945 et la chute de leur empire colonial qui pensèrent avoir eu un comportement plus humain que les Français ou les Britanniques par exemple. La perte de l’empire, après le traité de paix de 1947 et les décisions des Nations Unies en 1949, a pu provoquer un sentiment de sympathie envers les mouvements anticoloniaux. Cela traduisait indéniablement un dépit national qui ne pouvait plus s’exprimer ouvertement auprès des nouveaux alliés d’Europe de l’Ouest mais cela révélait aussi la conviction que l’Italie était en droit d’apporter son soutien à ces peuples arabes méditerranéens.

  • 29 D. J. Grange, L’Italie et la Méditerranée (1896-1911), Rome, 1994 (Collection de l’École française (...)
  • 30 D. J. Grange, op. cit., p. 1474 et la note 13 au bas de cette page.

47À ce titre il faut accorder une importance particulière à Enrico Insabato. Daniel J. Grange, dans sa thèse sur l’Italie et la Méditerranée au début du xxe siècle29, a présenté la vie et l’œuvre tout à fait originales de ce personnage quelque peu oublié de nos jours. Né en 1878 il fit des études de médecine tropicale à Paris. Il a dix huit ans lors du désastre traumatisant d’Adoua. Dès ses diplômes en poche il part pour un premier voyage au Caire en 1901 où il participe à un congrès médical en y faisant une communication sur le béri béri. Plus ou moins attiré semble-t-il par l’anarchisme il réussit malgré tout à entrer en relation avec Giolitti qui l’envoie à nouveau au Caire afin d’y être un discret informateur de tout ce qui peut se dérouler dans cette métropole musulmane et arabe. Il est rattaché à l’Agence Diplomatique [italienne] du Caire en 1903. Pourtant cette arrivée a dû agacer certains diplomates déjà en poste car Giolitti a éprouvé le besoin de préciser – au moyen d’une lettre officieuse adressée au responsable de l’Agence – « de ne pas inquiéter le Docteur Insabato connu personnellement du ministre »30. En fait, avec la bénédiction de l’homme d’Etat italien, Insabato loin de pratiquer en Egypte son métier de médecin tissait des liens relativement discrets avec les milieux nationalistes cairotes et en particulier avec ceux qui gravitaient autour de l’université musulmane d’Al Azhar. Il cherchait à attirer la sympathie des musulmans à la politique coloniale italienne en l’opposant à celle pratiquée par les autorités britanniques en Egypte.

48Il avait en tête de nombreux projets comme la fondation d’une école de langue italienne au Caire, la création d’un journal italo-arabe qui défende l’action italienne dans tout le monde musulman ou encore la publication dans les deux langues de divers travaux rédigés par des étudiants... parmi bien d’autres initiatives.

49Dès les années 1900 le gouvernement romain sait donc utiliser, dans des circonstances délicates, les services diplomatiques accrédités dans un pays et les initiatives plus ou moins parallèles et occultes d’agents envoyés spécialement sur place. N’y voyons pas nécessairement des pratiques d’espionnage dignes d’un OSS 117 de l’époque ! Cela révèle simplement que Rome sait faire usage vers 1900-1910, à la veille de la conquête italienne de la Tripolitaine, d’un docteur subjugué par le monde arabe, et vers 1958-1962, en attendant la fin de la présence coloniale française en Algérie et au Sahara, d’un Condottiere chef d’une entreprise pétrolière.

  • 31 D. J Grange, op. cit., note 14 de la p. 1475.

50Insabato est en effet passionné par le monde arabe et par l’Islam. Il fait tout ce qu’il peut pour attirer la sympathie des musulmans Egyptiens mais aussi Somaliens et Tripolitains à la politique coloniale italienne au point de réussir à faire construire en 1906 une petite mosquée au Caire portant le nom du roi Humbert 1°. Par les rapports qu’il envoie à Giolitti maintenant président du conseil à Rome, il va en partie influencer la politique arabe menée par le gouvernement italien. C’était un chantre du dialogue islamo-chrétien qui s’inscrira au Partito Popolare de Don Sturzo mais aussi de De Gasperi au lendemain de la Grande Guerre. Il est élu député en 1924 et s’occupe du programme colonial de ce parti. Pourtant l’essor du fascisme arrête ses activités politiques mais il est toujours impliqué dans les relations entre l’Islam et l’Occident. Il termine la deuxième guerre mondiale dans des groupes de résistance dans le Latium et se retrouve à nouveau dans l’entourage de De Gaspéri. En 1952 De Gasperi, président du Conseil, lui confie la direction du Centro per le relazioni Italo-arabe avec une revue, Levante, dont Insabato assura la direction jusqu’en 195531. Puis en 1955 il va diriger un Centro Oriente-Occidente qui cherchait à développer les rapports culturels italo-arabes. C’était là une démarche tout à fait comparable à celle de Giorgio La Pira maire démocrate-chrétien de Florence et ami d’Enrico Mattei. Il meurt en 1963.

  • 32 Bagnato, Bruna, Petrolio e politica. Mattei in Marocco, Florence, 2004, p. 25 et la note n° 9 au ba (...)

51L’itinéraire d’Enrico Insabato révèle cet effort italien pour comprendre les populations arabes et leurs élites que la Péninsule cherchait à conquérir. Il paraissait montrer que les Italiens, décidemment, avaient un comportement différent de celui des Français et des Britanniques en Afrique du Nord méditerranéenne vis-à-vis des populations arabes islamisées. En outre Insabato a affirmé des sentiments politiques catholiques au moins à partir des années vingt qui ont été confirmés jusqu’à sa mort dans les années soixante. Il illustrait cette attitude humaniste catholique que nous retrouvons si souvent après la deuxième guerre mondiale avec Enrico Mattei. Mattei, tout comme Insabato, a été résistant catholique et adhéra à la Démocratie Chrétienne naissante sur les cendres du Partito Popolare. Bruna Bagnato signale32qu’il publia en septembre 1951 dans la revue Civitas un article intitulé Iniziativa mediterranea dell’Italia. Il considérait que la Péninsule devait profiter des circonstances de l’Après Guerre, « sfortunate ma providenziali ». En effet elles sont malheureuses car l’Italie a perdu en 1949 ses colonies préfascistes comme la Libye. Mais elles sont aussi providentielles car elles permettent à l’Italie de devenir un ami désintéressé vis-à-vis des peuples du Maghreb en lutte contre la France. L’Italie allait pouvoir ainsi mettre en valeur son rôle de pont, de point de rencontre entre l’Europe et le Monde Arabe.

52Un témoin générationnel est ainsi transmis entre le docteur qui a participé à l’essor de l’empire colonial italien et l’industriel qui a accompagné la disparition de ce même empire tout en essayant d’établir des relations nouvelles, « tiers-mondistes », entre les Jeunes Nations arabes et la Péninsule. Cela explique aussi qu’un processus pluri décennal de bonne conscience nationale vis-à-vis des pays (arabes) colonisés se soit mis en place.

  • 33 A. Del Boca, Italiani, brava gente ?, Milan, 2005. Corriere Della Sera, mardi 27 décembre 2005, p.  (...)

53Il faut attendre les travaux d’Angelo Del Boca pour que cette bonne conscience nationale soit écornée avec la publication en 2005 d’un maître ouvrage Italiani, brava gente ?, dans lequel preuves à l’appui il démontre combien les colonisateurs italiens ont pratiqué eux aussi des atrocités. D’ailleurs il est très intéressant de lire l’article du grand historien et essayiste Sergio Romano publié dans le Corriere Della Sera à la sortie de cet ouvrage33 : Angelo Del Boca racconta stragi, aggressioni, razzismo, truppe mandate al macello. Italiani feroci in guerra ? Come gli altri. Cade il mito della « brava gente », ogni popolo ha i suoi orrori. [Texte traduit par nos soins : Angelo Del Boca raconte les massacres, les agressions, le racisme, les troupes envoyées à l’abattoir. Les Italiens féroces à la guerre ? Comme les autres. Le mythe des « braves gens » tombe, chaque peuple a ses horreurs].

  • 34 A. Del Boca, Le refoulement des fautes coloniales et le mythe de l’Italien « différent » dans G. Me (...)

54Romano n’hésite pas à écrire en décembre 2005, en commentant l’ouvrage dans un journal pas particulièrement de gauche ni favorable aux thèses les plus extrêmes du tiers-mondisme ( !), que les Italiens, come gli altri, ont pratiqué des horreurs. En outre l’article de Sergio Romano est très intéressant en raison du lien qu’il établit entre l’ouvrage de Del Boca et le film Omar Mukhtar, il leone del deserto, sorti en salles en 1981 dans de nombreux pays mais toujours interdit en Italie au début du xxio siècle même s’il est projeté en catimini dans quelques salles d’art et essai. En fait il ne fut véritablement présenté qu’au festival de Rimini-Cinéma le 17 septembre 1988 consacré au cinéma colonial34. L’Italie aurait donc en ce domaine un comportement aussi sinon plus « fermé » que la France à la suite du tournage de La Bataille d’Alger. En effet ce dernier film est maintenant programmé dans l’hexagone !

55Mustapha Akkad a voulu raconter l’histoire du chef bédouin en Libye, Omar Mukkhtar (interprété par Anthony Quinn) qui se révolta contre les Italiens. Son soulèvement est maté en 1931 avec une extrême violence par le général Rodolfo Graziani. Angelo Del Boca, lorsqu’il évoque ce film, montre que le général fasciste italien n’a pas hésité à pendre un vieil homme de 74 ans alors que la France avait épargné le marocain rifain Abd El Krim et l’algérien Abd El Kader.

  • 35 Ibid., p. 22.

56Dans son article présenté au colloque de Nancy-Malzéville en 1997 Angelo Del Boca va plus loin encore dans l’étude de la « bonne conscience coloniale » italienne. Il constate qu’il a fallu attendre 1995 et 1996, près de cinquante ans après les faits, pour qu’un débat se déroule dans la presse de la péninsule sur l’utilisation des gaz dans les colonies africaines et les crimes de guerre de l’armée fasciste35.

  • 36 Cf le journal Corriere della Sera, dimanche 31 août 2008. Titre en première page : accordo con la L (...)

57Cela rend d’autant plus important l’accord signé entre l’Italie et la Libye en août 2008 par lequel la péninsule s’engage sur vingt cinq ans à payer 5 milliards de dollars de réparations en compensation des spoliations infligées par l’Italie à son ancienne colonie de 1911 à la fin de la deuxième guerre mondiale36. La péninsule semble admettre d’un coup ce qu’elle avait toujours rejeté depuis des décennies. Berlusconi, président du conseil, présente ses excuses au nom du peuple italien. Il affirme qu’il reconnaît complètement et moralement les dommages infligés par l’Italie à la Libye durant la période coloniale. Toutefois il est probable que le président du conseil a voulu en signant cet accord obtenir en contrepartie que la Libye livre à la péninsule du gaz naturel et contrôle mieux le passage sur son territoire de clandestins africains cherchant à gagner les îles italiennes de la Méditerranée. Mais par delà ce probable marchandage un peu sordide, le geste accompli par Il Cavaliere révèle une grande ambiguïté tout en commençant à mettre fin à une grande hypocrisie. Paolo Conti, dans un article du Corriere della Sera du 31 août 2008 (page 3) rappelle que depuis le roi Idriss en 1956 l’Italie a souvent négocié avec la Libye le paiement de dédommagements. Pourtant ces négociations plus ou moins secrètes avaient toujours échoué... alors que très officiellement les gouvernements de Rome refusèrent pendant longtemps, au moins jusqu’aux années 1990, de reconnaître certaines turpitudes commises sur ce territoire africain. Il ne faut guère s’étonner dès lors de la bonne conscience de la population italienne décrite par Angelo Del Boca. Cette ambiguïté voulue si longtemps explique très bien comment s’est forgé jusqu’à la date la plus récente ce mythe de « l’italien différent ».

58Face à une « amnésie italienne » qui a duré des décennies, nous comprenons mieux qu’Enrico Mattei n’ait, semble-t-il, éprouvé après coup aucune gêne particulière pour son activité entrepreneuriale durant le Ventennio même s’il participa, certes très indirectement, à l’effort de conquête et d’exploitation coloniales en Ethiopie. De la même manière s’explique la facilité avec laquelle le Condottiere pétrolier se transforma, à partir des années cinquante, en porte voix des relations nouvelles entre l’Italie et le monde arabe.

  • 37 L. J. Nagy, Le bloc socialiste et la décolonisation en Méditerranée dans G. Meynier et M. Russo (di (...)

59Cette stratégie tiers-mondiste d’Enrico Mattei est inséparable de son anticommunisme. Contrairement à l’entêtement obstiné des vieilles puissances coloniales française et britannique, c’était selon lui le seul moyen pour empêcher l’URSS d’affirmer son influence politique sur les pays arabes. Cette réflexion est bien entendu assez connue mais elle prend un relief particulier à la lecture des propos de Lazlo J. Nagy37. Cet auteur s’intéresse à la politique menée par l’URSS en Méditerranée à partir de 1945 et non pas directement à celle de l’Italie, mais ses analyses, indirectement, éclairent la stratégie d’Enrico Mattei et des gouvernements italiens à partir de 1955 et 1956.

  • 38 Ibid., p. 156-160.
  • 39 Ibid., p. 161.

60Jusqu’à la mort de Staline en 1953 la Méditerranée n’aurait pas été au centre des préoccupations soviétiques dès lors que Staline considérait qu’il s’agissait d’une zone d’influence des Occidentaux et plus particulièrement des Etats-Unis. Lazlo Nagy ne le dit pas mais ne pourrait-on pas penser que la guerre civile grecque de 1945 à 1949 a été une illustration de cette attitude du Petit Père des Peuples ? La Grèce a été un terrain d’application de la « doctrine Truman ». Or, pour de multiples raisons telles que le problème yougoslave, Staline a laissé les communistes hellènes à leur sort perdu. Pourtant en 1955, deux ans après sa mort, le Kremlin apprécie favorablement la conférence de Bandoeng, commence à livrer des armes à l’Egypte de Nasser par l’intermédiaire de la Chine populaire et, bien sûr, va soutenir le Rais dans la crise de Suez en octobre 1956. À l’été 1956 le Bloc Soviétique reconnaît la souveraineté de la Tunisie et du Maroc en établissant des relations diplomatiques avec ces deux pays38. Le camp soviétique fait donc irruption dans la politique méditerranéenne en soutenant les combats tiers-mondistes contre les puissances coloniales, en particulier la France. Mais ce nouveau positionnement paraît fragile et ambigu comme le démontre Lazlo Nagy en rapportant les propos d’Habib Bourguiba le 10 novembre 195639 : « l’action entreprise par l’URSS en Hongrie réduit singulièrement la portée morale de son intervention dans l’affaire égyptienne. On se défend mal d’établir un lien entre les deux comportements et de comparer les deux attitudes. L’Union Soviétique n’hésitait pas à intervenir de la façon la plus brutale et la plus inhumaine pour étouffer la révolte du peuple hongrois. Pendant que certains pays s’indignaient de ce qui se passait en Egypte, d’autres s’indignaient de ce qui se déroulait en Hongrie. Cette indignation nous paraît peu sincère. Dans les relations internationales la duplicité est destructrice et dangereuse. Accord total avec Guy Mollet, quoique ce soit chose rare, lorsqu’il affirme qu’il n’y a pas de paix dans la servitude. C’est assurément vrai pour la Hongrie. Mais pourquoi en serait-il autrement pour l’Algérie ».

61Enrico Mattei a trouvé, là, une opportunité. Il pouvait démontrer que son tiers-mondisme entrepreneurial était sans duplicité et d’une grande rectitude puisque son entreprise et l’Italie soutenaient sincèrement la cause des pays arabes. Cette affirmation de la liberté dont pouvaient profiter tous les peuples ne comportait aucune exception injustifiable comparable à l’invasion de la Hongrie par l’URSS. C’était aussi un moyen de montrer aux pays arabes qu’il fallait qu’ils se méfient de cette amitié soviétique pleine d’arrière-pensées. Enrico Mattei, en tant que chef d’une grande entreprise nationale, cherchait donc à rendre conciliable un rapprochement entre les pays occidentaux, placés dans l’orbite des Etats-Unis, et les pays arabes et autres peuples aspirant à l’indépendance. L’anticommunisme de Mattei était donc très lié à son tiers-mondisme mais il se plaçait aussi dans la droite ligne du néo atlantisme affiché par de nombreux dirigeants italiens de la fin des années cinquante.

  • 40 E. Martelli, L’altro atlantismo. Fanfani e la politica estera italiana (1958-1963), Milan, 2008.

62Ce néo atlantisme veut montrer que le camp occidental n’est pas nécessairement impérialiste et colonialiste. Il s’agit donc de s’opposer à l’Union Soviétique tout en montrant un visage du « monde libre » acceptable à ce que l’on commence à appeler le Tiers Monde. Depuis ces dernières années des travaux ont été brillamment menés en Italie sur ce néo atlantisme. C’est en particulier le cas d’Evelina Martelli qui a pu consulter les archives d’Amintore Fanfani, cheville ouvrière de cette politique originale40. Ces différents travaux essaient de montrer les fondements politiques et économiques de cet effort d’indépendance nationale italienne au sein du camp occidental. Notre étude est complémentaire à tout ce courant historiographique mais elle veut aussi préserver sa spécificité. Nous cherchons, en fait, à suivre ce courant « néo atlantique » au sein même de l’ENI dans sa gestion comptable et dans ses décisions stratégiques qui, concrètement, favorisaient telle ou telle entreprise du groupe. Cette démarche peut s’illustrer à partir des relations amicales très souvent évoquées par l’abondante bibliographie italienne entre Mattei et Giorgio La Pira, homme politique démocrate chrétien très implanté à Florence.

63Du 3 au 6 octobre 1958 se tint à Florence les Rencontres Méditerranéennes. Elles ont été organisées par l’ancien (et futur) maire de la ville, Giorgio La Pira démocrate chrétien mystique. La Pira était pour le moins un « illuminé catholique » qui cherchait à permettre la rencontre entre les trois religions monothéistes et à restaurer ainsi l’unité méditerranéenne. Ce pont entre les trois cultures religieuses était selon lui le seul moyen d’assurer la paix entre le monde occidental et le Tiers Monde méditerranéen naissant en l’éloignant de la tentation marxiste et matérialiste.

  • 41 Voir un cas précis du rôle joué par l’entreprise Nuovo Pignone, un peu plus loin dans cet article, (...)
  • 42 M. Harbi et G. Meynier, Le FLN. Documents et histoire 1954-1962, Paris, 2004. Cette anecdote est ra (...)
  • 43 A. Cheurfi, La classe politique algérienne de 1900 à nos jours. Dictionnaire biographique, Alger, 2 (...)
  • 44 AHENI, Pomezia, fondo ENI, testo 1 Tunisia, NUA : 462C, UDC 3. Voir la page 55 de l’interview de Ma (...)

64Or à la même époque La Pira pousse Mattei à renflouer une entreprise florentine moribonde, Nuovo Pignone. Mattei accepte « par amitié » de la reprendre tout en la réorganisant. Dans les années suivantes elle sera impliquée dans de nombreux contrats d’accompagnement signés par l’ENI dans de multiples pays du Tiers Monde. Ce tiersmondisme « néo atlantique » entrepreneurial et comptable de Mattei se conciliait très bien avec les « illuminations » de son ami florentin41. Giorgio La Pira avait parfois en effet des rapprochements historiques surprenants. Il appelait par exemple Tayeb Boularhouf « Augustino » en souvenir de Saint Augustin évêque d’Hippone (Annaba) parce que, tout comme lui, il était originaire de cette ville42. Ce sympathique surnom révélait toute l’importance de cet Algérien. Tayeb Boularhouf est né en 192343. Très tôt au lendemain même de la deuxième guerre mondiale il s’est engagé dans l’action clandestine. En raison de ses grandes qualités « diplomatiques » il est envoyé dans la capitale italienne à la fin 1957 pour prendre contact avec des organismes de la CEE quelques mois à peine après la signature du traité de Rome. Très rapidement, en 1958, il représente le GPRA dans la Ville Eternelle jusqu’à au moins 1960, ce qui ne va pas sans risque puisqu’il échappe à un sanglant attentat automobile. L’enquête policière romaine a abouti à de forts soupçons à l’encontre des services secrets français. À partir de cette date il participe aux négociations de Lugrin et d’Evian tout en restant responsable du bureau italien du FLN44. Une fois l’indépendance acquise il commence une carrière d’ambassadeur de l’Algérie avec pour premier poste celui de Rome. Il était donc un personnage essentiel du FLN pour tout ce qui concernait les relations avec les autorités italiennes.

65La Pira était ainsi convaincu qu’il était possible de trouver des convergences culturelles le long des rivages de la Méditerranée en raison d’un passé antique qui avait été unifié sous l’autorité de Rome. Saint Augustin et Tayeb Boularhouf étant nés dans la même ville avaient nécessairement des convergences intellectuelles qui transcendaient leurs différences religieuses par delà les siècles.

66Ces rencontres de Florence ont été placées sous l’égide de la revue Etudes Méditerranéennes dans laquelle gravitaient des représentants de la gauche catholique française comme le père jésuite Jean Danielou, Charles-André Julien ou Louis Massignon professeur au collège de France. À ces rencontres de Florence avaient été invités le prince héritier du Maroc Hassan, des représentants de la Tunisie indépendante mais aussi du FLN comme Ahmed Boumendjel. La séance inaugurale a été présidée, en l’absence de La Pira malade, par le prince Hassan. Giovanni Gronchi, président de la république italienne et Amintore Fanfani, président du conseil, y firent des discours. Les séances ont mis au premier rang des préoccupations des intervenants le problème de l’indépendance de l’Algérie au grand dam des autorités officielles françaises. Ce colloque était à n’en pas douter une illustration du néoatlantisme tiersmondiste des autorités italiennes auquel ne pouvait que souscrire Enrico Mattei. D’ailleurs quelques semaines plus tôt au cours de l’été 1958, un accord avait été signé entre l’ENI et les autorités marocaines en vue de la création de l’entreprise pétrolière SOMIP. Ce néoatlantisme économique et comptable du Condottiere, tout à fait complémentaire du néoatlantisme politique et culturel de La Pira, s’opposait bien entendu aux vieilles nations coloniales telles que la France. En revanche un tel positionnement politique italien s’affirmait au sein du « Monde Libre » comme l’allié des Etats-Unis qui fut le premier territoire au xviiie siècle à s’émanciper de la tutelle coloniale.

  • 45 El Moudjahid, numéro 22, 16 avril 1958, pages 1 et 10. La collection complète de cet organe de pres (...)

67Ce tiers-mondisme néo atlantiste et antisoviétique se heurtait pourtant à des oppositions parfois virulentes. L’organe de presse clandestin du FLN, El Moudhahid du 16 avril 1958 publie en première page un éditorial vengeur intitulé « Des bons offices à la crise française » qui fustige les tentatives de solutions que la diplomatie américai45. La direction du FLN déniait donc aux Etats-Unis tout rôle positif dans la crise entre la Tunisie et la France dès lors que la dimension algérienne de l’affaire n’était pas suffisamment prise en compte : « on avait ainsi commencé par louer l’habileté de la diplomatie française qui avec la complicité anglo-saxonne était presque parvenue à faire oublier les martyrs de Sakiet, minimisant la crise franco-nord-africaine et vidant de sa substance la mission des bons offices [du diplomate américain Robert Murphy envoyé par Eisenhower]... Nous avons déclaré à maintes reprises que le contentieux franco-tunisien – qui est essentiellement nord-africain – ne pouvait être réglé s’il était dissocié de sa dimension algérienne et que les bons offices en écartant celle-ci allaient se solder par un échec ». Devant une telle suspicion du FLN à l’égard des Etats-Unis, les autorités italiennes vont devoir redoubler d’efforts pour faire accepter par les insurgés algériens un tiers-mondisme issu d’un pays occidental en qui ils pourraient avoir confiance. Sur ce point la présence à Rome de Tayeb Boularhouf a dû avoir grande importance en attendant les initiatives d’Enrico Mattei.

68Mais de telles initiatives du Condottiere en Afrique du Nord ne répondent pas seulement aux intérêts pétroliers de l’ENI à la recherche de concessions. Peut-il en effet ne pas saisir la multiplicité des enjeux impliqués par le conflit algérien et illustrés tragiquement par l’affaire de Sakiet ? Mais ces initiatives entrepreneuriales de Mattei à partir de 1958 au Maghreb – à un moment où De Gaulle revient au pouvoir à Paris – révèlent aussi des motivations multiformes qui mêlent, comme nous avons commencé à l’envisager, de manière complexe des réalités économiques, politiques présentes et des réflexes mentaux plus anciens. Percevoir ces réalités et ces réflexes d’abord dans leur diversité, les comprendre ensuite, exige donc au préalable ce va et vient chronologique permanent auquel nous nous sommes livrés.

La création des offices de presse de l’ENI, outils d’une gestion tiers-mondiste

  • 46 AHENI, Pomezia, fondo ENI, testo 1 Tunisia, NUA : 462CUDC : 3. Voir les pages 9 et 10 de l’intervie (...)

69En raison des enjeux croissants du Moyen Orient et du dramatique conflit algérien, l’un des gestes « tiers-mondistes » les plus spectaculaires d’Enrico Mattei a été de créer à Tunis mais aussi à Beyrouth deux offices de presse du groupe entrepreneurial qu’il dirige. Pourtant il faut bien comprendre que Mattei avait pris l’habitude de mettre sur pied de tels offices de presse. Mario Pirani signale l’existence de celui de New York dirigé par Enzo Viscusi, à côté de ceux de Beyrouth et de Tunis. C’est une forme de « diplomatie parallèle » au point que Pirani se disait l’ambassadeur de la « république de Métanopoli » du nom du grand centre industriel créé par Mattei à proximité de Milan46.

70Mario Pirani, à la tête de cet office de Tunis, se prenait donc pour un diplomate représentant une « république » c’est-à-dire un Etat. Par cette métaphore bien des années plus tard à la fin du xxe siècle, il pousse jusqu’à son point ultime l’assimilation de l’ENI, groupe industriel, à son pays, l’Italie. L’osmose intellectuelle entre entreprise et politique va jusqu’à l’identification d’un groupe pétrolier public à une entité étatique disposant d’ambassadeurs et pourquoi pas – mais sans le dire – d’un ministre des Affaires Etrangères qu’aurait été Ruffolo... et d’un président de la République, Enrico Mattei ! Ces propos métaphoriques de Pirani ne sont pas une simple boutade. Ils dévoilent comment Mattei, mais aussi ses collaborateurs directs, concevaient les relations entre entreprise et politique. Le Condottière aspirait à se substituer, en tant qu’entrepreneur politique, aux appareils d’Etat qu’il jugeait dans l’incapacité de mener avec efficacité une politique favorable aux intérêts bien compris de la nation.

71Mais cette entreprise politique avait des références idéologiques assez précises. Avec une nostalgie teintée de romantisme révolutionnaire Pirani insiste sur ce lieu de passage et de rencontre qu’était Tunis avec ses hôtels plus ou moins discrets au tout début des années soixante au point de comparer cette ville à la Madrid de la guerre civile espagnole. Il ne faut jamais oublier que la guerre d’Espagne a été un moment stratégique sinon une matrice de la gauche clandestine italienne durant le Ventennio. L’ENI serait donc, indirectement, l’héritière d’une partie des espoirs de ce courant politique.

  • 47 AHENI, Pomezia, fondo ENI, relazioni esterne, unita di condizionamento : 19, collocazione : U.II.5, (...)
  • 48 AHENI, Pomezia, dossier Tunisia, collocazione U. III. 2 48, fascicule : 2C E1 corrispondanza. Cette (...)

72Enrico Mattei, le 7 août 1961, fait parvenir au Caire au responsable de la C.O.P.E., entreprise filiale d’AGIP Mineraria une note lui signifiant l’installation à Beyrouth d’un office de presse et de relations publiques dirigé par Sergio Milani47. Un mois plus tard en septembre 1961, Enrico Mattei annonce cette fois-ci à Enrico Torselli en poste dans la capitale libanaise et responsable de la firme Gaz Orient, filiale de l’ENI, la création d’un office de relation de l’ENI avec la presse de tout le Moyen Orient48. Mattei explique qu’il est absolument nécessaire d’établir des contacts avec « l’opinion publique des pays intéressés par nos initiatives économiques ». Mattei poursuit sa lettre en informant le responsable de Gaz Orient que Sergio Milani a été désigné pour diriger cet office et qu’il arrivera prochainement dans la capitale du Liban. Torselli, président de Gaz Orient, sera informé bientôt des caractéristiques précises de la mission confiée à Milani. D’ores et déjà Enrico Mattei signale que l’office aura des rapports directs avec l’ENI qui n’interféreront en aucun cas avec les entreprises du groupe installées au Moyen Orient. En somme cet office dirigé par Milani n’aura de comptes à rendre qu’au siège central à Rome et non pas aux entreprises filiales du groupe pourtant installées dans la zone d’intervention du dit office.

  • 49 D. Pozzi, Techno-Managerial Competences in Enrico Mattei’s AGIP : a prolonged accumulation process (...)
  • 50 D. Bigazzi, La grande fabbrica. Organizzazione industriale e modello americano alla FIAT dal Lingot (...)

73De tels offices ont un fonctionnement qui rappelle étrangement la méthode de gestion « staff and line » importée des Etats Unis par l’ENI à partir de 1957. Daniele Pozzi49montre que Mattei avait fait appel à un cabinet de consultants américains, Booz Allen and Hamilton (B.A.H.), ce qui était une grande nouveauté dans les entreprises italiennes de l’époque. Mattei avait bien compris que c’était une nécessité dès lors que les plus récentes théories managériales étaient encore ignorées dans la péninsule. Pozzi va même jusqu’à écrire que les études d’Henri Fayol n’y sont devenues totalement familières qu’à partir des années 1960. Doit-on en rendre responsable le Ventennio qui aurait fermé l’Italie aux novations anglosaxonnes voire françaises jusqu’en 1945 ? Il ne le semble pas puisque FIAT dès les années 1920 appliqua les méthodes du « système Bedaux » 50.

  • 51 S. Woolf (dir.), L’Italia repubblicana vista da fuori (1945-2000), Bologne, 2007. L’auteur a rédigé (...)
  • 52 P. Lafond, Le miroir français de la croissance italienne 1945-1963, Rome, 2008 (Collection de l’Éco (...)

74Ces remarques managériales très concrètes amènent à réfléchir sur les raisons profondes du repli intellectuel italien durant la période fasciste. La difficulté durant l’Entre Deux Guerres à, non pas connaître, mais accepter les innovations entrepreneuriales voire aussi intellectuelles (par exemple les thèses de Keynes) venant de l’étranger et plus précisément de l’Occident, tient peut-être à ce que Stuart Woolf appelle « l’impronta della matrice idealista » 51. Selon lui l’influence de Gentile et de Croce est si forte à cette époque qu’elle peut provoquer une « surdité » à certains apports étrangers. Cela laisserait supposer assez paradoxalement que l’antifascisme de Croce aurait non pas facilité le contact avec les idées circulant dans les démocraties mais au contraire servi d’écran et d’obstacle à l’assimilation de leurs courants intellectuels. Ce « blocage intellectuel » est très sensible lorsqu’on envisage le cas de Luigi Einaudi, économiste libéral, qui a été très influencé par Bernedetto Croce chef spirituel du parti libéral. C’est en tant qu’économiste libéral qu’Einaudi récusa la pensée de John Meynard Keynes jugée trop iconoclaste. Or Einaudi va jouer un rôle majeur à partir de 1947 en instaurant, avec la bénédiction d’Alcide de Gasperi, une politique de grande rigueur financière et monétaire (largement déflationniste) appelée « Ligne Einaudi » 52 Cette « empreinte » culturelle des deux grands philosophes a dû laisser des traces bien au-delà des aires où s’exprime habituellement leur influence. De nombreux chefs d’entreprises italiens ont pu, eux aussi, directement ou indirectement, être imprégnés de ces thèses idéalistes qu’ils aient ou non lu et compris Gentile et Croce. Cette surdité idéaliste expliquerait donc – autant ? plus ? moins ? que le Ventennio nero – ce retard intellectuel italien dans de nombreux domaines à la fin de la deuxième guerre mondiale.

  • 53 P. Lafond, Le miroir français... cit., p. 391.

75Certes il est tout à fait évident qu’il y eut une forte polémique entre Einaudi et Croce. Mais ce n’est pas parce que Croce reprochait à Einaudi son « libérisme » et son refus du « keynésianisme » que le philosophe s’était totalement converti, en économiste qu’il n’était pas, à la pensée du Maître de Cambridge. En fait un tel débat a pu très bien servir d’écran à la pénétration des idées keynésiennes en Italie. Le cas de Sylos Labini est très révélateur. En 1946-1947 il est très sceptique sinon très réticent à l’égard de ce qu’il appelle la « révolution keynésienne » en montrant que selon lui « comme dans la Révolution Française beaucoup de personnes respectables en ont perdu la tête » 53. Pourtant en 1962-1963 il prône fortement ces mêmes idées keynésiennes en soutenant l’expérience de Centro Sinistra. Il y a donc eu retard dans l’acceptation et l’assimilation des thèses keynésiennes.

  • 54 M. Colitti, ENI. Cronache dall’interno di un’azienda, Milan, 2008, p. 14-15.
  • 55 AHENI, Pomezia, bibliothèque, Il Gatto Selvatico, numéro du printemps 1957, p. 4-6.

76Le BAH (Booz Allen and Hamilton, Consultant américain auprès de l’ENI) n’avait pas de branche italienne puisque sa seule division européenne était domiciliée à Paris. Cela explique qu’elle créa, avec la bénédiction de Mattei, ses propres services à l’intérieur de l’ENI. Marcello Colitti décrit les cours professés par des Américains en particulier le dénommé Quackenboss à l’école des cadres de l’entreprise créée en 1957 à San Donate Milanese54. La leçon, telle que nous la décrit Colitti, a dû débuter par ces mots: « My name is Quackenboss and i am here to explain the basic element of company organization: the idea of line and staff. If somebody doesn’t follow me, please interrupt ». Cela démontre que jamais Mattei ne s’est opposé aux entreprises pétrolières des Etats Unis par anti-américanisme. Tout au contraire il a cherché à introduire dans son entreprise les méthodes de gestion qui faisaient leur succès. Nous trouvons d’ailleurs confirmation de cette anecdote relatée par Colitti, dans la presse d’entreprise. L’ENI dispose d’une revue intérieure Il gatto selvatico qui publia dans un numéro de 1957 les discours prononcés le 14 avril lors de l’inauguration de la Scuola Direzionale e Tecnica del Gruppo ENI55. Nous y trouvons ceux de Mattei, du ministre des Participations d’Etat Giogio Bo mais aussi les propos de Quackenboss, chargé de la tecnica direzionale à l’école, celui-là même dont parlait dans son livre bien des années après Marcello Colitti. Mattei insiste sur la nécessité d’apprendre la tecnica direzionale c’est-à-dire le management auprès de responsables américains. L’ENI a besoin de leur aide et de leurs conseils. Il ajoute qu’il y a en Italie de nombreuses entreprises qui cherchent à instruire et à perfectionner les jeunes qui viennent d’être embauchés. Mais cette école de San Donato a une toute autre fonction. Elle veut aussi assurer la formation des cadres dirigeants de l’ENI et non celle de la masse des employés. Cette école dispensera onze cours répartis sur neuf semaines. Dans chaque cours prendront place vingt cinq dirigeants de l’entreprise... à charge pour ces cadres supérieurs nouvellement formés de transmettre dans tous les rouages du groupe ENI ce qu’ils auront appris des techniques américaines de gestion.

77Mattei a donc voulu appliquer les méthodes qui avaient fait le succès des firmes américaines, en particulier le « staff and line » selon les termes mêmes, anglais, de la phrase de Quackenboss cités plus haut. À une plus petite échelle le Condottière voulait reproduire, mais à l’intérieur de son groupe, les relations signalées par le professeur américain, lors de son intervention du 14 avril 1957, entre les entreprises General Electric, General Motors, American Telephone and Telegraph, etc... et la grande école de gestion Harvard Business School. Mattei était donc convaincu que l’embauche de lauréats de la Bocconi, la grande université commerciale italienne à Milan, ne devait pas être exclusive et qu’il était possible de former « en interne » les cadres dont son groupe avait besoin. Mais à côté de l’utilisation devenue progressivement courante dans de nombreuses entreprises de tels procédés de gestion comme le « staff and line », Mattei eut l’intuition qu’il pouvait aussi s’en inspirer dans le fonctionnement même des offices de presse qu’il créa à plusieurs reprises.

  • 56 D. Pozzi, Annali della Fondazione Luigi Einaudi, XXXVII, Florence, 2003, p. 167-198. Voir les p. 19 (...)

78Daniele Pozzi signale que la croissance de l’ENI a été si impétueuse après 1958-1959 que le groupe travaillait toujours « en urgence ». Cela a certainement rendu difficile l’application rigoureuse des méthodes managériales nouvelles qui auraient exigé un temps d’adaptation minimum. En effet l’essentiel des ressources de l’ENI était absorbé par cette expansion économique fiévreuse et le temps manquait pour assimiler et mettre en pratique les idées transmises par le BAH et le professeur Quackenboss. En contrepartie, de tels bouleversements et la difficulté de les assumer sans trop de dommages rendaient d’autant plus nécessaires ce que Pozzi traduit par « ENI’s Economics Studies Service » 56. Il s’agit bien sûr du service animé par Giorgio Ruffolo au début des années 1960. Cet office dirigé par Ruffolo n’est donc pas un gadget issu de l’esprit fertile et aventuriste de Mattei. Il correspond à un réel besoin managérial. Que Mattei ait désigné, comme nous allons bientôt le montrer, un groupe de dirigeants marqués par le tiers-mondisme et des idées de gauche plutôt socialisantes répondait donc aussi à une nécessité de gestion la plus rationnelle qui soit dans le contexte international des années 1960.

79Une telle grille d’analyse nous permet de mieux comprendre pourquoi Mattei a voulu créer ces deux offices de presse à Tunis et à Beyrouth, contrôlés par Giorgio Ruffolo et l’Ufficio Studi à Rome.

  • 57 AHENI, Pomezia, fondo ENI, relazione esterne, unita di condizionamento : 19, collocazione : U.II.5, (...)
  • 58 M. Colitti, ENI..., cit., p. 67-68.
  • 59 Voir J. G. March et H. A. Simon., Les organisations. Problèmes psychosociologiques, Paris, 2° éditi (...)

80Les deux offices sont comparables au « staff » dès lors qu’ils vont accomplir des activités communes à tout le groupe. Ils vont assumer des activités de services pour tout le groupe industriel comme par exemple les renseignements concernant des firmes concurrentes ou des informations politiques dans le cadre des pays d’affectation. À l’inverse les entreprises comme C.O.P.E. ou Gaz d’Orient implantées au Liban assument des activités qui correspondent à ce que les managers appellent la « line ». Chacune de ces sociétés doit gérer un secteur d’activités afin de dégager le maximum de profits possibles. Ces entreprises par là-même disposent des différents éléments matériels et comptables de la « line » ; elles pourront ainsi assurer la logistique des deux offices. Gaz d’Orient doit par exemple financer à partir de ses propres comptes la fourniture de mobilier, d’un véhicule de fonction, l’embauche d’une sténodactylographe dont ils ont besoin57. Or les fonctions des offices de presse sont multiformes et transversales. Ils assurent une couverture journalistique dans leur zone d’affectation mais aussi sont à l’affût de toute opportunité de contrats pour les différentes entreprises du groupe. Ils ont enfin des contacts politiques avec les autorités locales ou en poste soit à Tunis soit à Beyrouth. D’ailleurs ces offices, nous l’avons vu, ne dépendent que du responsable du service des relations publiques de l’ENI, au début des années soixante Giorgio Ruffolo. Ce service à Rome correspond totalement, à l’échelle de tout le groupe pétrolier, au « staff ». Marcello Colitti nous le décrit assez succinctement mais avec grande clarté58. Cet office des relations publiques regroupait un office de presse central, un office législatif (chargé des relations du groupe avec le parlement et les députés et sénateurs), un office des relations publiques stricto sensu et enfin un office d’études (ufficio studi). Dans le cadre de ses compétences transversales, Ruffolo intervenait au nom d’Enrico Mattei dans toutes les entreprises du groupe quelles que soient leurs activités productives. Milani et Pirani à une échelle limitée à leur zone de Beyrouth et de Tunis avaient des compétences similaires. Il est clair que ces offices pouvaient entrer en conflit de compétence avec les entreprises dont les activités productives se situaient là où ils intervenaient, tout comme dans le système de gestion « staff and line » des heurts de même nature se sont produits dans de très nombreuses entreprises qui l’avaient adopté. Ces conflits de compétence correspondent totalement à ce que James March a défini comme la rationalité limitée managériale59. Mais si Mattei a agi ainsi c’est qu’il considérait que de telles pratiques malgré leurs indéniables inconvénients lui assuraient une grande souplesse et peut-être surtout une grande rapidité d’intervention à l’image de l’efficacité des entreprises américaines qu’il rêvait d’égaler.

81La rationalité limitée d’une telle coordination des compétences dans son groupe industriel lui est donc apparue, malgré tout, indispensable. Il a fait le pari que les avantages seraient à la longue nettement supérieurs aux inconvénients immédiats apparents.

82L’originalité du Condottiere est d’avoir cru qu’il était possible, avec des méthodes de gestion supposées efficaces, de mener une stratégie d’entreprise qui impliquait des décisions à caractère politique insérant, peu ou prou, le groupe étatique italien dans les méandres des conflits du Proche Orient et du Maghreb à une époque, au début des années soixante, particulièrement troublée. Cela nous rappelle une permanence des activités de Mattei depuis l’Entre Deux Guerres : il a toujours agi en chef d’entreprise même si à partir du deuxième conflit mondial il assuma fortement des activités politiques. Il n’est donc pas possible de comprendre ses différentes initiatives si l’on n’a pas en tête que toutes ses activités étaient au premier chef entrepreneuriales. Il conçoit donc, y compris son action politique, en chef d’entreprise avec des réflexes de « manager ». Il ne faut donc pas être surpris si pour comprendre le fonctionnement intime des offices de presse de Beyrouth et de Tunis il soit nécessaire d’évoquer avec quelques détails la Scuola direzionale e tecnica dell’ENI et de pratiquer un détour par le « staff and line » de Robert Mac Callum et d’Albert Fink. Ne pas envisager une telle démarche serait, en fait, ne pas comprendre dans toutes ses dimensions, la façon avec laquelle Mattei a toujours agi.

  • 60 Cette lettre du 26 septembre pose malgré tout un problème. Le service des relations publiques et d’ (...)

83Toujours au début de l’automne 1961, le 26 septembre, afin de permettre à l’office de presse de Tunis d’agir immédiatement avec le plus d’efficacité possible, Mattei écrit à Zouher Kabbani, représentant de la Ligue Arabe à Rome, pour lui confirmer la nomination de Mario Pirani60. Un tel office, émanation d’un groupe industriel pétrolier, doit s’adapter aux conditions politiques qui règnent dans une ville plaque-tournante du monde arabe. Une fois de plus les implications économiques, « manageriales » mais aussi politiques sont totalement imbriquées dans les différentes initiatives d’envergure du Condottiere. Pourtant le représentant de la Ligue Arabe a manifestement été surpris de l’initiative de l’ENI consistant à désigner à la tête de l’office de presse de Tunis Mario Pirani qu’il avait pourtant rencontré avec Milani début juillet de la même année. Par ailleurs Zouher Kabbani ne semble montrer de surprise qu’à l’encontre de Pirani alors que la nomination de Milani à Beyrouth ne lui pose manifestement aucun problème. Pourquoi ?

  • 61 AHENI, Pomezia, dossier Tunisia, collocazione U.III.2 48, fascicule 2C E1, corrispondenza. La lettr (...)

84Un indice plus ou moins concomitant de ces différents documents nous a intrigué et a particulièrement attiré notre attention. Aux archives de l’ENI de Pomezia, dans le dossier intitulé « Corrispondenza » de Mario Pirani mêlé à tous ses envois depuis son poste de Tunis, nous avons trouvé une lettre signée du grand rabbin de Rome61. Dans cette lettre ses services certifient que Pirani a été déchu (« decaduto » ), à sa demande, de son titre de « Coen ». Son vrai nom aurait donc été « Signor Mario Pirani Coen » mais il a demandé à ce que le titre de Coen ne lui soit plus attribué dès lors qu’il n’était pas (plus ?) israélite. Cette lettre est datée du 12 mars 1962 mais étant donné les lenteurs administratives (bureaucratiques ?) du grand rabbinat, il est probable que cette demande de Mario Pirani avait été présentée bien des mois plus tôt. Une telle demande daterait-elle de septembre 1961 ou de plus tôt encore ?

  • 62 P. Ottone, Il gioco dei potenti... cit., p. 65.
  • 63 Archives Centrales d’Etat de Rome, Ministère de l’Intérieur, direction générale de la sécurité publ (...)

85Le journaliste Pietro Ottone62, dans son ouvrage Il gioco dei potenti, rappelle ce que fut la jeunesse de Mario Pirani. Il est le fils d’un avocat libéral juif qui, avec son père, a été « confiné » dans les Abruzzes à partir de la mise en place par le régime fasciste des lois anti-juives à la fin des années trente63. Dans cette région reculée le jeune Mario (il est né en 1925) avait rencontré des communistes. Comme beaucoup de fils d’intellectuels libéraux il se rapprocha du parti communiste considéré comme l’organisation politique clandestine la plus radicalement opposée au fascisme, tout en oubliant/occultant, dans son cas, son origine juive.

  • 64 AHENI, Pomezia, fondo ENI, relazione esterne, unità di condizionamento : 19, collocazione : U.II.5, (...)

86Pourtant que la réponse du grand rabbinat en 1962 ait été mêlée à la correspondance de l’ancien journaliste communiste alors qu’il était en poste à Tunis depuis plusieurs mois nous amène à penser qu’il ne s’agissait en rien d’une affaire privée. Tout au contraire nous devons obligatoirement nous poser une question centrale : le rejet du passé israélite de Pirani était-il une condition sine qua non à sa nomination à ce poste stratégique pour l’ENI à Tunis ? Cette lettre révèle l’indéniable antisémitisme des milieux arabes à Tunis en ce début des années 1960. Elle révèle aussi que Mattei et Pirani se prêtèrent, sans grand remords peut-être, à cette obligation de présenter une preuve de non appartenance à la communauté juive de Rome. La réussite de l’implantation de l’office de presse de l’ENI méritait bien cela. Mais pour autant, il ne faut pas tomber dans une interprétation déplacée qui ne correspondrait pas à l’état d’esprit de Mario Pirani lui-même à cette époque. Ce journaliste avait derrière lui une longue carrière à l’Unita, organe central du parti communiste italien. Beaucoup d’intellectuels juifs communistes en Occident au lendemain de la deuxième guerre mondiale (et même au-delà) affirmaient un total athéisme. Ils pouvaient donc considérer que l’appartenance au judaïsme était une vieillerie qui n’avait plus lieu d’être à l’époque des grands mouvements de libération nationale des peuples jusque là colonisés. Il n’empêche toutefois que ce tiers-mondisme était teinté d’antisémitisme et que cela ne gênait absolument pas Mario Pirani et Enrico Mattei. Un tel antisémitisme (antisionisme ?) était, selon eux, secondaire. D’ailleurs Pirani quelques mois plus tard l’a constaté sinon supporté lors de sa mission dans la capitale tunisienne. Le 25 avril 1962 il fait parvenir à Rome sa sixième « note informative » dans laquelle il rappelle sans commentaire personnel une déclaration de Ben Bella affirmant que 100.000 Algériens seraient prêts à partir très rapidement combattre Israël. De tels propos peuvent paraître un peu ronflants dès lors que l’on imagine mal des combattants algériens sortant à peine d’un terrible conflit avec la France quitter immédiatement leur pays et s’embarquer sur des navires afin d’aller combattre l’ennemi « sioniste » au Proche Orient. Dans tous les cas cela révèle au minimum une haine farouche d’Israël et plus probablement un antijudaïsme exacerbé64.

87Dans la lettre du 26 septembre 1961 transmise à Zouher Kabbani le Condottiere veut dépasser comme il le dit d’éventuels malentendus. Il explique au contraire ce qui, pour lui, est essentiel : les activités des deux offices de Beyrouth et de Tunis afin d’établir des rapports plus étroits de collaboration entre l’ENI et les pays du Moyen Orient et d’Afrique du Nord.

88Celui de Beyrouth s’occupera de l’Arabie Saoudite, de la Jordanie, de l’Irak, du Koweit, du Liban et de la RAU tout en suivant de près les débats de l’OPEP créée depuis peu. Il fallait faire comprendre aux pays arabes producteurs de pétrole que l’accord préférentiel signé entre l’ENI et l’URSS en octobre 1960 ne devait en rien les désavantager. En effet un tel accord risquait de faire baisser les cours du pétrole au détriment des Sept Sœurs mais aussi des pays de l’OPEP. L’ENI devait donc le plus rapidement possible expliquer aux responsables de ces pays que leur intérêt ne résidait pas seulement dans le prix de vente du baril mais aussi et surtout dans le contenu des contrats signés avec les compagnies pétrolières.

89Celui de Tunis aura la charge de la Libye, du Maroc et de la Tunisie. Cet office doit entrer en contact avec les dirigeants du Maghreb à un moment où les découvertes d’hydrocarbures sont prometteuses au Sahara... encore largement français.

90Mattei, dans sa missive du 26 septembre 1961, rappelle à Zouher Kabbani qu’à Beyrouth a été désigné Sergio Milani tout comme Mario Pirani l’a été à Tunis. Les deux représentants de l’ENI sont officiellement présentés comme étant des journalistes. Dans les deux villes l’objectif est de développer une activité de relations publiques en établissant des rapports directs avec les représentants de la presse. Il s’agit donc de faciliter la connaissance et la compréhension de l’action menée par l’ENI selon les termes mêmes d’Enrico Mattei. Le dirigeant de l’ENI précise mieux encore ce qu’il entend par ces mots. Milani et Pirani seront à la disposition des « organi ufficiali » des différents Etats de leur zone de compétence. Cela signifie qu’ils expliqueront aux gouvernements et directions ministérielles la politique menée par l’ENI et faciliteront tout contact entre ces instances dirigeantes et le groupe industriel italien. Ces deux offices de presse de Beyrouth et de Tunis auront aussi pour tâche de faire connaître, par des articles dans la presse italienne, les grandes réalisations économiques et sociales des pays arabes de leur ressort.

91Ces deux missives, l’une interne au groupe ENI l’autre externe envoyée au représentant de la Ligue Arabe, amènent plusieurs importantes remarques.

  • 65 Le Who is Who in Italy de 1986 signale certaines de ses activités dans le monde de l’édition. Né en (...)
  • 66 AHENI, Pomezia, fondo ENI, testo 1 Tunisia, NUA 464D, UDC 3. Interview de Giorgio Ruffolo, page 18.

92Tout d’abord elles présentent les responsables des deux nouveaux « bureaux de presse » de l’ENI mais sans préciser leur passé politique qui, pourtant, était loin d’être neutre. Sergio Milani était socialiste membre du PSI alors que Mario Pirani a longtemps appartenu au PCI. Son itinéraire politique est souvent retracé par tous ceux qui se sont intéressés à Enrico Mattei. Pirani adhère au PCI en 1944 et devient journaliste à L’Unita. À partir de 1956 et de la crise hongroise ses liens avec le parti communiste commencent à se distendre jusqu’à ce qu’il décide de rejoindre Mattei et l’ENI et, par là-même, de rompre avec la rue des Botteghe Oscure. Le cas de Sergio Milani, socialiste lui, est moins connu. Il nous a été rappelé assez brièvement par Pirani lui-même lorsque nous l’avons rencontré à Rome en mai 200765. Pourtant Giorgio Ruffolo66, responsable au début des années soixante de tout le service des relations publiques de l’ENI et à ce titre le supérieur hiérarchique de Pirani et de Milani, affirme en 1992 trente ans après les faits que Mattei choisissait ses collaborateurs sur des critères techniques et économiques. Une telle affirmation est tout à fait concevable mais ces critères, certes nécessaires dans les cas de Pirani et de Milani, n’ont certainement pas été les seuls. Leur passé politique a aussi pesé dans le choix en leur faveur pratiqué par Mattei. Cela signifiait que le Condottiere voulait à de tels postes, pour lui stratégiques, des responsables particulièrement ouverts aux thèses tiers-mondistes, anticoloniales en gommant probablement le plus possible le moindre passé juif éventuel afin que justement de tels collaborateurs soient facilement acceptés par les responsables des pays arabes chez qui ils allaient séjourner pour représenter les intérêts de l’ENI. En effet il ne faut jamais oublier que le PCI et le PSI en Italie ont longtemps fait cause commune dans l’opposition tout au long des années 1950. Les socialistes nenniens ne peuvent donc pas être comparés aux socialistes français de la SFIO qui, eux, ont assumé (plus ou moins bien) la politique de guerre coloniale menée par la France. Les dirigeants arabes d’Afrique du Nord et du Proche Orient savaient, à l’époque, très bien faire la différence entre deux partis socialistes séparés pas seulement par les Alpes.

93Ensuite la complémentarité des deux lettres de Mattei en septembre 1961 ressort avec clarté. En effet la première définit la place de l’office de presse de Beyrouth dans l’organisation interne du groupe industriel – on se doute qu’il en est de même pour celui de Tunis – Chacun d’eux ne dépendra que du siège central à Rome sans avoir à rendre de comptes aux filiales du groupe implantées dans les pays où ils exercent leurs activités. La seconde lettre précise au contraire les fonctions des deux offices dans les pays où ils sont installés. Ils doivent être les porte-parole de l’ENI tout en établissant des contacts, par tous les moyens y compris financiers, avec les organes de presse des pays d’accueil, mais aussi en multipliant les relations avec les milieux dirigeants locaux.

  • 67 C. M., Lomartire, Mattei... cit., p. 184.
  • 68 G. Buccianti, Enrico Mattei..., cit., p. 249.

94Ces deux lettres démontrent enfin que ces deux offices de presse ont été officiellement mis en place par Mattei très précisément au début de l’automne 1961 après un temps de préparation qui dura plusieurs mois. Manifestement Carlo Maria Lomartire67s’est trompé lorsqu’il affirme sans plus de précision que c’est en 1959 que Mattei proposa à Mario Pirani de travailler avec lui et que le journaliste accepta... à moins que ce dernier n’ait eu d’autres fonctions auprès d’Enrico Mattei avant d’être désigné pour occuper ce poste à Tunis. De la même façon nous pouvons maintenant préciser les propos de Giovanni Buccianti68pour qui la date de nomination de Mario Pirani à la tête de l’office de Tunis restait très approximative entre 1958 et 1961. L’arrivée de Mario Pirani ne correspond pas à la mort de Nagy en 1958 mais à la désignation de Ben Khedda à la tête du GPRA en 1961. Pour autant Buccianti a-t-il raison, dans son hypothèse chronologique la plus basse (1961), d’établir une relation de cause à effet entre ce changement à la tête du GPRA et la création d’un tel office de presse tunisien au cours de l’été 1961 ? Les lettres de la fin septembre que nous avons étudiées démontrent que les deux offices de Beyrouth et de Tunis ont été créés en même temps, ce qui ne permet pas d’en trouver l’origine dans la seule désignation de Ben Khedda à la tête du GPRA. Le problème est beaucoup plus vaste. La décision stratégique d’Enrico Mattei prenait en compte la totalité de la situation politique et économique du monde arabe et pas seulement les mutations internes au sein du groupe dirigeant des insurgés algériens.

95En créant au même moment les deux offices de presse, le Condottière mettait en relation les propres besoins pétroliers de son groupe, la question de l’OPEP, le problème posé par l’existence de l’Etat d’Israël, les divergences internes au monde arabe moyen-oriental, le conflit algérien. Est-ce un hasard s’il cherche à obtenir l’aval du représentant de la Ligue Arabe à Rome ? Mattei est convaincu – tout en tenant compte de ses propres priorités, les besoins pétroliers de l’ENI – que toutes ces questions doivent être envisagées globalement même s’il est totalement conscient que chacun de ces problèmes a des caractères spécifiques. Comment en effet comprendre autrement la création de deux offices de presse dans les pays arabes et non pas d’un seul ?

  • 69 M. Vaïsse, (dir.), Vers la paix en Algérie, les négociations d’Evian dans les archives diplomatique (...)

96Le contexte politique de cette double nomination, et en particulier celle de Pirani à Tunis, demande encore à être précisé un peu mieux. Du 20 au 28 juillet se tient la réunion de Lugrin entre une délégation du GPRA dirigée par Krim Belkacem et celle du gouvernement français à la tête de laquelle se trouvait Louis Joxe69. Le 28 juillet Joxe fait état de cinq questions fondamentales que voudrait évoquer la délégation française. Krim lui rétorque une fin de non recevoir : « Nous ne refusons pas de discuter les questions fondamentales une fois cette première question [le Sahara] réglée. Mais à partir du moment où vous refusez l’intégrité du territoire algérien, nous sommes dans l’impasse. » En effet la délégation française veut dissocier le sort des treize départements du nord de l’Algérie de celui des deux départements sahariens, c’est-à-dire indirectement veut faire accepter à la délégation du GPRA que le Sahara n’est pas obligatoirement une entité algérienne. Pour les dirigeants algériens c’est un point de rupture qui se traduit par ce que Krim Belkacem appelle un « ajournement sine die ».

97L’échec de Lugrin confirme donc aux yeux de tous, et en particulier à ceux d’Enrico Mattei, combien la conception de l’intégrité nationale algérienne impliquant le Sahara est un aspect central de la stratégie des insurgés. La nomination de Mario Pirani à Tunis par le Condottiere ce même été 1961 suppose que l’ENI tienne compte de cette donnée stratégique. Or l’ENI, depuis plusieurs années, s’est implantée au Maroc et en Tunisie. La diplomatie de Mattei ne chercherait-elle pas à permettre à la Tunisie et au Maroc d’accroître leurs possessions sahariennes au détriment de l’Algérie ? Il ne s’agit pas d’une argumentation irréaliste. Comme nous l’avons rappelé au chapitre précédent, en 1957 l’ENI a su profiter de l’agrandissement vers le sud du territoire marocain puisque le royaume chérifien nouvellement indépendant a acquis le territoire de l’ex-Maroc espagnol dans la zone de Tarfaya le long de l’océan atlantique.

  • 70 Archives Total, Compagnie Française des Pétroles Algérie, référence : 90.8/, dossier : 1, « Documen (...)

Fig. 2 – Les concessions pétrolières de l’ENI en Afrique du Nord de 1958 à 196170.

98Le Maroc et la Tunisie obtiennent leur indépendance en 1956 alors que la même année la France crée l’Organisation Commune des Régions Sahariennes (O.C.R.S.) qui « détache » le Sahara de l’Algérie proprement dite. Pour le FLN il y a donc un risque de perdre une parcelle importante de ce qu’il juge être un territoire algérien au moment du départ espéré des Français lors de l’indépendance rêvée. Or en 1958 Mattei a obtenu du gouvernement de Mohammed V des concessions pétrolières dans cette zone anciennement espagnole, à la frontière même de l’O.C.R.S. française, le long du nouveau département de Saoura. De plus le Condottiere agit exactement de la même manière en Tunisie en 1961 puisqu’il obtient de Bourguiba des concessions dans le sud du pays à la frontière même du département des Oasis intégré à l’O.C.R.S. En fait la société française S.E.R.E.P.T. disposait de la quasi-totalité de l’extrême sud tunisien avec la zone d’El Borma encore en décembre 1960. Mais elle avait abandonné la concession de la zone d’El Borma au cours de l’année 1961 comme le transcrivent les rapports annuels de conseil d’administration. Immédiatement la S.I.T.E.P., détenue à 99 % par l’AGIP Mineraria achète les permis de prospecter autour de El Borma, zone « collée » à la frontière avec le Sahara encore français. Ce transfert au groupe italien ENI est nommément confirmé par le rapport de décembre 1961 de la S.E.R.E.P.T.

99Si la SEREPT a abandonné une telle concession, c’est que probablement elle ne la considérait pas comme très prometteuse. L’ENI le sait et pourtant « se jette » sur ce territoire. S’agit-il seulement de l’espérance hypothétique de découvrir des champs pétrolifères intéressants ? S’agit-il de satisfaire le gouvernement tunisien, pas mécontent « d’écorner » le monopole de prospection dans le sud du pays d’une entreprise française, remplacée par une firme « amie » ? En outre la SEREPT a des activités conjointes avec la Major américaine Mobil Oil. Le gouvernement tunisien peut donc ainsi réduire l’influence non seulement d’une firme française mais aussi celle d’une des « Sept Sœurs » en permettant à Mattei de s’implanter dans le pays. S’agit-il enfin pour Mattei, dernière hypothèse, de prendre rang à la frontière même de la Tunisie à un moment où les négociations entre le GPRA et la France butent justement sur le statut futur du Sahara ?

  • 71 Archives Total, fonds ELF, SEREPT, cote 35 29 78, référence ab 94 39 05. Rapports annuels 1960 et 1 (...)

Fig. 3 – Les concessions de la S.E.R.E.P.T. et de la S.I.T.E.P. en 1960 et 196171.

100Pour les dirigeants du FLN, spectateurs encore impuissants de telles manœuvres, comment ne pas imaginer que le Maroc et la Tunisie, éventuellement aidés par Mattei, ne chercheraient pas à profiter de la guerre en Algérie pour étendre leur territoire au Sahara dans cette zone de l’O.C.R.S. ?... tout en affirmant officiellement mais aussi concrètement leur soutien à la lutte selon eux légitime des combattants clandestins algériens. Les appétits pétroliers valent pour tout le monde au Sahara : les Français et les Algériens, mais aussi les Marocains et les Tunisiens, sans oublier Mattei et les Majors.

101Enrico Mattei démontre qu’il est tout à fait capable d’aider en sous mains le Maroc et la Tunisie à obtenir des territoires sahariens après le départ des Français au détriment de l’Algérie bientôt indépendante. Mario Pirani, dans son nouveau poste, va donc être au cœur d’une ambiguïté de l’ENI : jouer la carte de la Tunisie et du Maroc... ou celle du GPRA ? Selon la façon qu’auront les dirigeants du GPRA d’appréhender ce qui peut apparaître un double jeu de la firme italienne, dépendra l’attitude future du nouveau gouvernement algérien après la proclamation de l’indépendance vis-à-vis de la firme italienne.

  • 72 AHENI, Pomezia, fondi ENI, testo 1 : Tunisia, NUA : 462Csala di consultazione : 3. Voir l’interview (...)

102Mario Pirani évoque avec nostalgie l’accueil que lui ont réservé les Tunisiens lors de son séjour dans leur capitale72Il écrit que les Tunisiens vers 1961 et 1962 exerçaient un strict contrôle sur tous ceux qui transitaient par leur territoire et qu’il fallait montrer son passeport à une police particulièrement tatillonne. Et pourtant lui, Pirani, se déplaçait dans le pays sans la moindre contrainte. Quand on lui demandait qui il était il répondait à la question hargneuse « Français, Français ? », « Non je suis Italien, un Italien de l’ENI ». À ce moment-là l’attitude des Tunisiens rencontrés changeait radicalement : « Ah, Mattei, Mattei... ! oh ! vous êtes un ami, vous êtes un frère ! ». Cet enthousiasme tunisien de l’époque est tout à fait compréhensible en raison de l’aide apportée par le groupe italien aux mouvements indépendantistes dont les Tunisiens étaient solidaires d’autant plus qu’ils vivaient de très graves difficultés avec l’ancienne puissance coloniale à Bizerte... mais aussi en raison des contrats d’exploitation pétrolière que le Condottiere signait avec le gouvernement de Bourguiba. Un tel enthousiasme n’est jamais rapporté à ce point avec force citations à propos des Algériens dans ce témoignage « assermenté » de Pirani, signé à chaque page et conservé dans les archives de l’ENI. Ce silence révèle aussi les ambiguïtés que dut surmonter le représentant de Mattei dans ses contacts avec les responsables algériens.

  • 73 G. Chaliand et J. Minces, L’Algérie indépendante, Paris, 1972, p. 25.

103Gérard Chaliand et Juliette Minces, qui écrivent dix ans plus tard en 1972 un petit ouvrage sur les premières années de l’Algérie indépendante, affirment que tout autant le GPRA que l’ALN ne disposaient pas vers 1960-1962 d’un programme précis à mettre en pratique une fois l’indépendance acquise par delà, bien sûr, la rhétorique révolutionnaire. Seules avaient été affirmées l’unité nationale et l’intégrité du territoire73. On comprend pourquoi Krim Belkacem et la délégation du GPRA se soient arcboutés sur la question saharienne au point de faire échouer les discussions de Lugrin. Le caractère algérien du désert pour eux n’était pas négociable car non seulement ils y voyaient une source considérable de richesse pétrolière – ce qui est souvent mis en avant par de nombreux auteurs – mais aussi la clé de voûte du mouvement indépendantiste dès lors que le programme des mesures que le GPRA voulait mettre en place au lendemain de l’indépendance était assez flou. Le nationalisme et l’ « algérité » du Sahara étaient dans ses conditions d’autant plus essentiels ; ces deux principes ne permettaient aucun compromis qui les remettent en cause un tant soit peu. L’ENI d’Enrico Mattei et son représentant officieux à Tunis, Mario Pirani, doivent absolument dès l’été 1961 prendre en compte cette donnée essentielle dans leurs relations certes avec les Algériens du GPRA mais aussi avec les Tunisiens et les Marocains.

  • 74 B. Bagnato, Prove di Ostpolitik. Politica ed economia nella. strategia italiana verso l’Unione Sovi (...)

104Parallèlement à cet exercice de funambule au Maghreb, jusqu’au tout début des années soixante Enrico Mattei cherche à acquérir des hydrocarbures à un prix moins élevé que celui pratiqué par les « sept sœurs ». Il veut donc imposer la présence de l’ENI sur le marché mondial du pétrole tout en assurant à l’Italie un approvisionnement en hydrocarbures au meilleur coût possible. Dans cette logique il va signer un contrat d’achat du pétrole soviétique vendu 20 à 30 % moins cher74que celui du Golfe Persique. Or à l’extrême fin des années cinquante et au tout début des années soixante, la commercialisation nouvelle du pétrole soviétique ainsi que celui d’Afrique du Nord (Libye et Algérie) provoque une baisse des cours mondiaux très dommageable aux pays producteurs. Ces pays vont alors chercher à remettre en cause la règle fameuse du fiftyfifty pratiquée par les « sept sœurs » en mettant sur pied en 1960 l’OPEP.

105Paradoxalement de telles transformations vont placer en porte à faux Enrico Mattei. En achetant du pétrole soviétique il favorise la tendance à la baisse des cours sur le marché mondial... ce qui pénalise les « sept sœurs » mais aussi les pays arabes producteurs. Comment pourrait-il donc concilier sa stratégie d’achat à bas prix et sa volonté tiers-mondiste de favoriser les pays producteurs au détriment des Majors ?

  • 75 Ibid., pages 342 et 368
  • 76 AHENI, Pomezia, fondo ENI, relazioni esterne, unità di condizionamento : 19, collocazione U.II.5, f (...)

106À la lumière de ce constat on ne peut qu’être frappé par la concomitance entre la signature de l’accord commercial quadriennal italo-soviétique le 7 juin 1961 et la décision de Mattei de créer à la fin de l’été 1961 ces offices de presse à Beyrouth et à Tunis. Cet accord commercial permettait aux entreprises italiennes d’accroître leurs exportations en URSS mais supposait en contrepartie que l’Union Soviétique augmente ses propres ventes dans la péninsule. La décision de l’ENI d’intensifier fortement ses achats dans ce pays est donc stratégique car elle a permis le succès de l’accord commercial quadriennal : 12 millions de tonnes de pétrole pendant quatre ans, contre seulement 800.000 tonnes en 195975... mais une telle décision rendait encore plus paradoxale l’attitude de Mattei à l’égard des pays arabes producteurs de pétrole. L’inquiétude de nombreux de leurs dirigeants était si grande que Sergio Milani, quelques semaines après sa nomination à Beyrouth, en fait part dans un de ses premiers messages. Le 25 octobre 1961 il signale76les propos de certains d’entre eux qui ne comprennent pas pourquoi les Soviétiques ont signé un tel accord. Pour eux l’URSS n’a aucun intérêt à favoriser avec les prix de vente du pétrole qu’elle pratique les Etats capitalistes, c’est-à-dire au cas particulier une entreprise – l’ENI – symbolisant un pays occidental capitaliste, l’Italie. Ils ajoutent que cela ne peut que provoquer l’hostilité des Arabes. Le Condottiere italien devait donc le plus rapidement possible renforcer ses liens avec les pays du Moyen Orient et surtout leur proposer des contrats pétroliers novateurs. Bien entendu depuis déjà plusieurs années il avait mis au point son fameux contrat qui cherchait à intéresser les pays producteurs à l’exploitation et à la transformation de leurs propres richesses pétrolières. Mais ces tentatives, en Libye par exemple mais aussi au Maroc, n’avaient pas été pleinement couronnées de succès puisque les gisements dont disposait l’ENI sous forme de concession à l’extérieur de l’Italie ne fournissaient que 4 millions de tonnes de pétrole sur les 20 importés par la péninsule. Le groupe industriel italien continuait à dépendre des « sept sœurs » pour ses approvisionnements pétroliers.

107Enrico Mattei, durant l’été 1961, est placé devant une double exigence : multiplier les efforts pour proposer à de nombreux pays des contrats qui les impliquent dans l’exploitation de leurs hydrocarbures ; rassurer les pays arabes en créant des offices de presse, ambassades officieuses démontrant jour après jour le tiers-mondisme sincère de l’ENI à Beyrouth et à Tunis.

108Bien entendu dans un tel contexte, le changement de direction au sein du GPRA durant ce même été 1961 a pu accélérer la décision prise par Mattei. Ben Khedda remplace en effet Ferhat Abbas à la direction du gouvernement provisoire algérien en exil. Face à ce nouveau cours politique dans l’immédiat assez imprévisible, l’industriel italien a certainement compris qu’il pouvait proposer son aide intéressée au GPRA dans le cadre des négociations tumultueuses entre les insurgés algériens et la France. N’y avait-il pas là moyen en effet de s’implanter au Sahara après l’indépendance inéluctable du dernier pays maghrébin encore sous tutelle coloniale ?... mais à condition d’établir au plus vite des relations de confiance avec la nouvelle direction algérienne. Nonobstant cet écheveau économique et politique complexe, il nous paraît très vraisemblable que la création concomitante des deux offices de presse de l’ENI n’est pas seulement liée au contexte particulier et chaotique du déroulement de la guerre d’Algérie mais doit s’apprécier en fonction d’une analyse conjointe des enjeux du Proche Orient et de l’Afrique du Nord. Ce n’est pas le hasard qui a permis la création des deux offices au même moment. Il ne peut pas y avoir une simple concomitance dans la création de ces deux offices de presse qui correspondent à une même stratégie d’entreprise, mais adaptée à des réalités différentes. Enrico Mattei n’a pas pour habitude de prendre des décisions hasardeuses même si parfois elles sont aventureuses.

Comment fonctionnent ces offices de presse ?

  • 77 AHENI, Pomezia, busta Tunisia, collocazione U. II. 5, unita di condizionamento 19, fascicule : offi (...)

109Un certain nombre de notes internes nous permettent de comprendre le fonctionnement pratique de ces offices de presse. Au tout début, au moment de leur installation durant l’été 1961, les premiers achats nécessaires à leur mise en place ont été assurés par des firmes du groupe telles que par exemple C.O.P.E. ou Gaz Orient comme nous l’avons déjà indiqué. Puis après quelques semaines les deux offices vont dépendre officiellement et budgétairement, à l’intérieur de l’ENI, du service des relations publiques, des études économiques et de la presse. À ce titre ce service va transmettre des instructions à chacun des deux offices de Beyrouth et de Tunis dans ce qu’il appelle le domaine général et le domaine particulier77. Le domaine général correspond au versement des fonds dont chacun d’eux a besoin pour fonctionner tout en tenant une comptabilité précise permettant une reddition de comptes. Le domaine particulier, lui, concerne les modalités d’embauche de personnel. Cette embauche se ferait directement par l’office de presse ou par l’intermédiaire de sociétés du groupe industriel. Cela suppose aussi la location de locaux et l’acquisition de meubles.

  • 78 Ibid. La note, en fait, est adressée « pour information » à Milani. Il s’agit d’un document que Bar (...)

110La correspondance interne révèle combien les services administratifs de l’ENI savaient être méticuleux à l’égard des dépenses pratiquées par exemple par l’office de Beyrouth. Le 15 décembre 196178le responsable de ce service à Rome, Giuseppe Bartolotta, fait parvenir une note à Milani dans laquelle il est indiqué qu’un crédit approximativement de 3,5 millions (de lires probablement) est débloqué pour l’achat de mobiliers, de machines à écrire, d’installations téléphoniques, etc....Cela laisse supposer que les premiers achats assurés par la C.O.P.E. et Gaz Orient durant l’été n’ont pas suffi. En outre un virement mensuel régulier en livres libanaises correspondant à une contrevaleur de 1,5 million de lires italiennes sera affecté à un compte ouvert à Beyrouth au nom même de Sergio Milani. Un tel comportement comptable correspond aux nécessités d’une gestion rigoureuse d’une entreprise comme l’ENI. Enrico Mattei y est particulièrement attaché parce qu’il s’est toujours comporté en chef d’entreprise. Mais dans le même temps tout le monde sait au service des relations publiques à Rome que Sergio Milani a une grande latitude dans l’utilisation de ces fonds.

  • 79 AHENI, Pomezia, busta Tunisia, collocazione U. III. 2 48, fascicule 2C E1, corrispondenza. Il s’agi (...)
  • 80 Cette Agence Italie (Agenzia Italia) est bien connue de Sergio Milani puisqu’il y disposait d’une p (...)

111Quelques semaines plus tard, au début de janvier 1962, le même service des relations publiques va préciser comment doivent s’opérer les relations quotidiennes et hebdomadaires des deux offices de presse avec Rome79. En premier lieu chaque office doit transmettre à Rome une note quotidienne. La transmission se fera, pour l’office de Beyrouth par l’ANSA, pour l’office de Tunis par l’Agence Italia80. Cette note doit se dénommer « speciale » et contiendra une revue de presse locale, des informations sur la vie du groupe de l’ENI mais dans ce dernier cas la notice s’intitulera « rigore ». Elle comprendra aussi des ordres de service appelés « servizio » et une rubrique dite « sonda » ou encore appelée « secondo canale » sans la moindre précision. On peut supposer que ce « secondo canale » devait transmettre des informations ultrasecrètes dont les sources écrites que nous avons consultées pour le moment n’ont jamais comporté la moindre mention.

112La question de la transmission de ces informations quotidiennes ne devait pourtant pas être simple à résoudre puisque la note interne du service des relations publiques éprouve le besoin d’évoquer avec un luxe de détails les différentes possibilités. Dans le cas de Beyrouth est envisagée en dehors de la solution de l’ANSA celle du « canale dell’Alitalia » par l’intermédiaire du « Signore Gianelli » qui ne serait donc pas un porteur de valises mais un porteur de nouvelles. Le cas de l’office de Tunis est manifestement plus complexe. Les informations envoyées à Rome doivent transiter par l’Agence Italia dans un premier temps mais le groupe industriel espère assez rapidement obtenir les autorisations nécessaires pour assurer une transmission par l’intermédiaire du télex de l’AGIP Mineraria opérant en Tunisie. Par ce « canale » l’AGIP Mineraria pourrait directement s’adresser à l’AGIP Nucleare à Rome. On le voit le service des relations publiques cherche une transmission interne au groupe sans passer par des intermédiaires extérieurs parfois aléatoires comme ce « Signore Gianelli » dans le cas de l’office de Beyrouth. Reste la transmission des informations provenant de Rabat. Pour la liaison Tunis – Rabat le télex de l’Agence Italia sera utilisé mais par l’intermédiaire de Paris, ce qui exige que les nouvelles destinées au Maroc et en provenance de Rome transitent par Tunis. Il est tout de même piquant de constater ce luxe de précision concernant Tunis et Rabat. Il n’y en a pas autant pour Le Caire, Bagdad ou Aman vis-à-vis de Beyrouth... ni même entre Tripoli de Libye et Tunis. Doit-on conclure qu’il s’agit là du signe, à peine discernable, du rôle un peu particulier de Tunis par rapport à l’Algérie dont bien entendu il n’est jamais officiellement question ?

113À côté de ces rapports journaliers il y avait aussi ceux transmis chaque semaine. À nouveau le service des relations publiques cherche à préciser les conditions de leur transmission. Ils devront comprendre des indications sur la situation politique locale, une revue de presse en y adjoignant des coupures ou des traductions de la presse locale. En outre il faut faire parvenir à Beyrouth et à Tunis une revue de presse italienne. On suppose qu’une des activités des deux offices consiste à expliquer ce qui se passe en Italie mais aussi comment la presse de la péninsule relate les événements d’Afrique du Nord et du Moyen Orient. La note précise même que ces coupures de presse italienne doivent être envoyées dans une enveloppe de poste aérienne affranchie comme s’il s’agissait d’une lettre normale.

  • 81 AHENI, Pomezia, fondo ENI, relazioni esterne, unita di condizionamento : 19, collocazione : U.II.5, (...)

114Bureaucratie d’entreprise ou volonté d’anonymat, ou les deux à la fois ? La lourdeur administrative ne doit pas être ignorée si l’on veut bien comprendre le fonctionnement de ce groupe industriel. Une note de fonctionnement transmise à Tunis et à Beyrouth le 4 janvier 1962 exige des deux offices une transmission de leurs rapports en trois exemplaires – pas un de moins ! – à Giorgio Ruffolo responsable du service des relations publiques de l’ENI à Rome81.

  • 82 AHENI, Pomezia, busta Tunisia, collocazione : U. III. 2 48fascicule 2C E1 : corrispondenza. Seule l (...)

115Nous disposons d’un certain nombre de « notes informatives » de Mario Pirani. Celui-ci transmet ces rapports, qui pourtant ne respectent pas une régularité hebdomadaire comme il aurait été prévisible à partir des instructions reçues. Nous en avons consulté six sur sept82 : ceux des 25 janvier, 3 février, 15 février, 30 mars, 25 avril et 21 mai 1962. Dans le cas de Sergio Milani à Beyrouth quatre ont été à notre disposition : ceux du 25 octobre 1961 et des 29 janvier, 21 février et 25 mars 1962. Nous disposons d’un rapport très détaillé de Milani dès le 25 octobre 1961 alors que pour Pirani il faut attendre le mois de janvier suivant.

116Chacun des rapports de Pirani fait le point sur des problèmes précis et des événements advenus dans les semaines précédentes. De manière récurrente, l’Algérie, la Tunisie et le Maroc sont les thèmes les plus fréquemment abordés. Directement ou indirectement les relations franco-algériennes sont donc envisagées avec bien entendu la question du Sahara et de ses hydrocarbures. Seule la « note informative » n° 5 du 30 mars est exclusivement consacrée au problème algérien puis-qu’elle présente les retombées de la signature des accords d’Evian quelques jours plus tôt. Très régulièrement enfin ces rapports évoquent la presse sans que cela apparaisse comme un thème majeur abordé par Mario Pirani.

  • 83 AHENI, Pomezia, buste Tunisia, collocazione : U. III. 2 48, fascicule 2C E1 : corrispondenza.

117Seule la quatrième « note informative », datée du 15 février, comporte plusieurs pièces annexes. Grâce à elle il est possible, très concrètement, d’étudier le cheminement à l’intérieur du groupe industriel d’un de ces rapports transmis par Mario Pirani83. Cette note et ses annexes ont été envoyées, comme à l’habitude, à Giorgio Ruffolo à Rome. Pourtant ce dernier estime nécessaire de la remettre à Raffaele Girotti le 21 février, en insistant sur la revue de presse marocaine datée des 8 et 11 février consacrée à la grève que les salariés marocains mènent à la SAMIR. Girotti dirige, entre autres sociétés du groupe, la Nuovo Pignone et la SNAM, l’une et l’autre apparemment très liées à la firme italo-marocaine. Le même 21 février Ruffolo fait parvenir la note de Pirani avec sa revue de presse, cette fois-ci à Egidio Egidi directeur général d’AGIP Mineraria, au siège central à San Donato à proximité de Milan.

118Depuis la publication d’un premier article dans la presse marocaine le 8 février jusqu’au 21, il s’est donc passé treize jours, le temps nécessaire pour que les directions centrales de plusieurs entreprises du groupe industriel italien puissent réfléchir de manière coordonnée aux conséquences d’une grève importante qui affecte la SAMIR au Maroc. Ce délai nous paraît relativement bref et révèle l’efficacité de ce rouage essentiel que fut l’office de presse à Tunis pour l’ENI en Afrique du Nord. Cela démontre aussi l’efficacité de gestion d’un groupe entrepreneurial très ramifié qui s’est totalement adapté aux exigences managériales du « staff and line » apprises auprès de responsables américains venus dispenser des cours à l’école des cadres de San Donato Milanese depuis 1957. L’apprentissage de telles méthodes a été particulièrement rapide tout comme l’intégration de cet office de presse de Tunis dans le fonctionnement interne de l’ENI.

119Par delà une telle activité l’une des missions essentielles des offices de presse à Beyrouth et à Tunis est d’établir des relations suivies avec les responsables de la presse des pays dans lesquels ils interviennent au nom de l’ENI. Certains documents écrits nous permettent de mieux comprendre ces relations.

  • 84 AHENI, Pomezia, buste Tunisia, collocazione : U. III.2 48, fascicule 2C E1 : corrispondenza. Cette (...)

120C’est le cas d’une lettre qu’envoie Mario Pirani à Giorgio Ruffolo. Pirani lui annonce la venue à Rome vers le 12 décembre 1961 de Bechir Ben Yahmed, directeur de Jeune Afrique84. Ce dernier « s’occupera de toutes les démarches nécessaires pour organiser la publicité de son hebdomadaire à Rome ». Il s’adressera aux dirigeants de l’ENI « pour discuter de la question du contrat de publicité avec l’ENI. ». Il s’agit donc de finaliser dans la capitale italienne un contrat largement préparé à Tunis. Pourtant ce financement de l’hebdomadaire n’est pas assuré à partir du budget géré par l’office de presse mais doit être avalisé et surtout assumé par la comptabilité de la direction centrale du groupe. Pirani nous explique très clairement que l’un des moyens essentiels de financement de cette presse était le paiement d’encarts publicitaires. Dans certains cas pourtant cela se réglait directement à Tunis (ou probablement à Beyrouth) et il cite le rôle joué par « AGIP Tunis » (sic ! en fait il s’agit d’AGIP Tunisia) ; dans d’autres au contraire il fallait une intervention directe de la direction du groupe en Italie comme la démarche du directeur de Jeune Afrique semble le démontrer en raison même de l’importance que devait lui accorder Mattei. Le tiers-mondisme militant de cet hebdomadaire trouvait donc là un appointement régulier.

  • 85 Archives Total, fonds CFP, référence : 83.9/190, copies de lettres de la direction générale 18 nove (...)

121La revue Jeune Afrique avait l’habitude de demander une aide financière aux entreprises occidentales, sans que cela soit toujours couronné de succès. Ainsi quelques années plus tard, en 1964, le service de la documentation (lié à la direction générale) de la Compagnie Française des Pétroles fait parvenir au directeur de cette revue, Afif Ben Yedder en poste à Paris, le refus de faire passer « une annonce publicitaire dans le supplément de Jeune Afrique consacré à la Libye » 85. Il justifie cette fin de non recevoir en expliquant que « les travaux de notre filiale de recherche en Libye ne sont pas présentement assez avancés pour justifier une entorse à cette règle de saine gestion [c’est-à-dire que tous les ordres publicitaires doivent être prévus dans le budget... sic !] ». La bureaucratie comptable peut être, dans certaines circonstances, un excellent paravent.

122Une première remarque s’impose. Dans les deux cas le moyen le plus classique pour financer une revue ou un journal consiste à régler les dépenses d’encarts publicitaires. L’ENI et Mattei sont très au fait de ces méthodes en raison des liens étroits du groupe avec le journal italien Il Giorno.

123Mais par delà ce premier constat, il faut bien entendu comprendre pourquoi l’office de presse de l’ENI à Tunis en 1961 accepte de subventionner Jeune Afrique alors que la CFP en 1964 s’y refuse. Il y a des raisons politiques, « tiers-mondistes » évidentes dans le cas de l’ENI en 1961. Mais il serait fallacieux de croire qu’elles sont les seules car il faut aussi tenir compte de l’intérêt économique qu’a une entreprise pétrolière de subventionner une telle revue plutôt critique à l’encontre du monde occidental. L’ENI doit absolument faire accepter l’accord signé récemment avec l’URSS qui s’est traduit par l’achat de pétrole soviétique à un prix inférieur à celui escompté par les pays membres de l’OPEP. Il est donc essentiel qu’une revue aussi influente que Jeune Afrique ne soit pas trop critique dans ses articles à l’encontre du groupe industriel italien. Trois ans plus tard la lettre de la CFP en 1964 explique sans fard les raisons de son refus liées à une insuffisante rentabilité escomptée des travaux de prospection jusque là engagés en Libye. Il n’y a donc apparemment aucune motivation politique dans une telle fin de non recevoir. La CFP a pratiqué un arbitrage entre le financement publicitaire de Jeune Afrique et les retombées attendues par l’entreprise en Libye. Manifestement « le jeu n’en valait pas la chandelle ». Dans le cas de l’ENI à Tunis en 1961, par delà la question du contrat pétrolier signé avec l’URSS, Enrico Mattei a certainement aussi pratiqué un arbitrage largement suggéré par Mario Pirani. Pour asseoir l’implantation et l’influence de l’office de presse nouvellement créé à Tunis il était nécessaire de subventionner une revue, Jeune Afrique, très influente dans les milieux dirigeants et intellectuels arabes. Cet investissement pouvait ne pas avoir de rentabilité économique et financière immédiate au profit des filiales du groupe ENI implantées en Afrique du Nord. Pourtant il était jugé nécessaire pour mieux assurer l’image de marque du groupe italien. Enrico Mattei espérait donc en tirer profit mais probablement à moyen ou plus long terme.

124L’une des explications de l’attitude divergente de l’ENI en 1961 et de la CFP en 1964 tient certes au contexte politique qui n’est plus le même en Afrique du Nord puisque l’Algérie a, entre temps, obtenu son indépendance et qu’un accord a été signé entre Paris et les nouvelles autorités d’Alger pour exploiter les hydrocarbures sahariens. La France et la CFP ont donc moins besoin des gisements de Libye. Mais l’attitude opposée des deux firmes révèle aussi des approches divergentes en raison d’une appréciation différente de certains problèmes tant économiques que politiques. Un arbitrage pratiqué par une firme peut s’expliquer par des motivations financières de court terme... ou de plus long terme. Lorsqu’un choix de long terme est pratiqué, souvent on aura tendance à l’expliquer par des objectifs à caractères politiques (c’est le cas de l’ENI en 1961) puisqu’ils paraissent faire fi d’une rentabilité immédiate alors que les décisions dites de court terme seraient apparemment plutôt motivées par des raisons de comptabilité financière (c’est le cas de la CFP en 1964). Toutefois opposer le court terme comptable aux moyen et long termes plus politiques révèle une réflexion très imprégnée par des réflexes de pensée probablement trop schématiques. Dans la pratique, de telles explications ne sont-elles pas un peu simplificatrices sinon caricaturales car une direction d’entreprise (sinon son chef) aura tendance à mêler, mais dans des proportions variables selon les circonstances, ces motivations multiformes ? Il ne faut jamais oublier pour comprendre les décisions stratégiques de l’ENI que Mattei est d’abord un chef d’entreprise et que si souvent il a fait des choix de moyen et long termes il avait l’objectif d’en tirer le maximum de profit. Son tiers-mondisme politique était toujours mêlé à la recherche du maximum de bénéfices à moyen terme si cela n’était pas possible à court terme.

  • 86 Ibidem. Voir, en fin de page 4 de la note informative, le texte italien traduit en français par nos (...)

125Dans un autre document Mario Pirani est encore plus explicite sur le rôle de l’AGIP Tunisia. Les lignes qu’il écrit dans la note informative n° 2 à Giorgio Ruffolo, en date du 3 février 1962, méritent d’être intégralement citées : « Je te prie de solliciter auprès du service Afrique de l’AGIP et auprès de notre service de publicité l’approbation du budget publicitaire de l’AGIP Tunisia qui conditionne nos rapports avec la presse locale »86. Le budget publicitaire de l’AGIP Tunisia a donc une grande importance puisqu’il servait à financer les interventions de l’office de presse dirigée par Mario Pirani auprès des journaux du Maghreb.

  • 87 AHENI, Pomezia, buste Tunisia, collocazione U. II. 5, unita di condizionamento : 19, fascicule : l’ (...)

126Parfois les organes de presse stipendiés par l’ENI peuvent faire preuve de machiavélisme. Le service87. Dans cette note le directeur de l’office de presse dans la capitale du Liban signale que dans son numéro du 4 novembre 1961 Le commerce du Levant, pour la première fois, attaque l’ENI sur la question du pétrole soviétique. Cela signifie que cet important organe de presse reproche à l’ENI le contrat passé en 1960 avec l’URSS pour la livraison de pétrole qui servit de base à l’accord commercial plus général signé entre l’Italie et les Soviétiques en juin 1961 (cf nos propos aux pages précédentes). D’ailleurs il y aurait eu un autre article critique dans un journal tunisien sur le même problème mais Milani n’en donne pas le titre. Le service des relations publiques répond à Milani en considérant qu’il s’agit peut-être d’une pression qu’exercerait ce journal libanais – voire aussi celui (inconnu) de Tunis – pour obtenir un meilleur accueil de la part de l’office de presse de l’ENI. En somme pour acquérir un surcroît de recettes publicitaires la rédaction du journal n’hésiterait pas à attaquer l’ENI. La relation, ambiguë, entre le groupe industriel italien et les journaux est donc probablement plus complexe que l’on a tendance à le penser. Il ne suffit probablement pas de leur assurer un financement même régulier. La subordination de ces journaux vis-à-vis de l’ENI est certes financière, mais la dépendance de l’ENI à leur égard est d’une autre nature. Le groupe italien a besoin d’eux pour s’implanter dans ces pays et pour, surtout, préserver une image de marque tiers-mondiste... que l’accord avec l’URSS risque d’écorner en partie. Dès lors de quel côté se situe le plus grand assujettissement ?

127En outre comment définir dans toutes leurs facettes les activités et les attributions de l’office de presse de Tunis (tout comme probablement celui de Beyrouth) ? Grâce à lui Mario Pirani avait très certainement des contacts officieux avec les dirigeants du GPRA mais nous n’en avons rencontré aucune trace écrite directe... tout simplement parce que les services archivistiques de l’ENI, encore en 2007 et 2008, nous l’interdisent. Et pourtant ces mêmes services reconnaissent sans aucunement s’en cacher que les preuves matérielles, écrites, existent. Ils n’utilisent même pas le paravent de la règle habituelle de prescription cinquantenaire et admettent sans fard les raisons politiques de cette interdiction. Mais tout cela ne manque pas de contradictions. Lors de notre premier séjour à Pomezia, siège des archives de l’ENI, il nous fut interdit de photocopier les rapports/interview de Ruffolo et de Pirani écrits au début des années 1990... Mais autorisation nous en fut donnée l’année suivante !

128Ces documents ne gênent probablement pas les contacts entre l’ENI italienne et la SONATRACH algérienne à l’heure actuelle car rien, apparemment, dans la divulgation de ces archives ne devrait contrarier les relations pétrolières et politiques entre la péninsule et ce grand pays saharien qu’est l’Algérie. La véritable raison est bien plutôt à chercher du côté des relations politiques entre Rome et Paris. Cette affaire est manifestement encore très sensible ou tout au moins les dirigeants de l’entreprise italienne sont convaincus à tort ou à raison que laisser des chercheurs travailler sur certains de leurs cartons risquerait encore au début du xxie siècle de provoquer quelque incident diplomatique entre les deux sœurs latines. Avec une telle attitude le risque immédiat encouru par les dirigeants actuels de l’ENI est de laisser croire, par la multiplication des témoignages oraux des témoins de l’époque repris dans un grand nombre d’ouvrages à succès, combien l’influence de Mattei et de ses proches était grande sur le FLN. Cela ne peut qu’aggraver la rancœur accumulée par beaucoup en France à l’encontre de la traîtrise italienne lors de la guerre d’Algérie... une traîtrise qui se serait ajoutée à la précédente en 1940, bien entendu dans un tout autre contexte. L’interdiction d’accès à ces archives accentue le mystère et la suspicion qui sont, peut-être, bien exagérés.

129Mais cet office de presse n’avait pas que cette fonction « politique » comme nous avons essayé de le montrer. Les lettres de mission dont disposaient Pirani à Tunis mais aussi Milani à Beyrouth révèlent que ces offices étaient des rouages essentiels dans la stratégie d’implantation dans le monde arabe de la firme italienne : faire connaître les activités du groupe industriel transalpin ; essayer d’infléchir les articles de presse tunisiens ou moyen-orientaux pour qu’ils se montrent (plus) favorables à l’ENI ; rendre compte des articles de presse relatant les grands événements, italiens ou non, tout en signalant la façon avec laquelle ces mêmes journaux les présentaient à un lectorat arabe. Manifestement de telles activités sont aux frontières d’attributions strictement journalistiques mais déjà largement économiques ce qui en rend l’étude particulièrement intéressante. En effet dans le cas de l’ENI de Mattei il est illusoire de vouloir distinguer de manière étanche les fonctions productives ou financières d’entreprises du groupe avec la volonté du Condottiere de contrôler la presse. Cette volonté ne se limite pas au seul registre de la propagande ou tout au moins au seul désir de faire connaître le groupe que l’on dirige. Ces offices de presse sont bien plutôt un élément économique au même titre que telle ou telle entreprise qui doit contribuer à la réussite globale de l’ENI dans son implantation nécessaire en pays arabes.

130Ce tiers-mondisme affiché dispose ainsi de motivations financières et comptables qui se distinguent mal d’objectifs strictement politiques. N’est-ce pas une preuve de plus du « néo atlantisme » italien au début des années 1960, mais sous sa forme entrepreneuriale et managériale ?

Haut de page

Notes

1 C’est là l’exemple type de l’apport très récent des nouvelles recherches comme celles de Daniele Pozzi. Ce dernier démontre que le milieu d’origine de Mattei n’était pas si humble que l’affirment beaucoup de ceux qui écrivent sur Mattei. Son père était certes brigadier des carabiniers mais sa mère était d’une extraction sociale relativement plus élevée. Elle était la fille d’un petit entrepreneur et d’une institutrice directrice d’une école maternelle locale. D. Pozzi, Dai gatti selvaggi al cane a sei zampe. Tecnologia, conoscenza e organizzazione nell’AGIP e nell’ENI di Enrico Mattei, Venise, 2009, p. 152-153.

2 C. M. Lomartire, Mattei. Storia dell’italiano che sfido i signori del petrolio, Milan, 2006, p. 51-52.

3 I. Pietra, Mattei, la pecora nera, Milan, 1987. L’ouvrage a été réédité sous les auspices du journal La Repubblica en 2006, 300 pages. Page 49, Pietra affirme que cette entreprise a été plutôt créée en 1931. Cela signifierait que Mattei a rompu avec Lowenthal alors qu’il avait déjà mis sur pied la Società Anonima Industria Chimica Lombarda, contrairement à ce que laisse entendre Lomartire puisque pour ce dernier, la nouvelle entreprise daterait de 1934. Il est évident que selon la chronologie adoptée, le comportement de chef d’entreprise qu’est le jeune Mattei n’est pas le même.

4 B. Coriat, Penser à l’envers. Travail et organisation dans l’entreprise japonaise, Mesnil-sur-l’Estrée, 1991. L’auteur décrit pas à pas les transformations opérées chez Toyota pages 26 et suivantes, en particulier les différentes étapes chronologiques de ce qu’on appellera plus tard l’ohnisme ou toyotisme.

5 I. Pietra, Mattei... cit., 2006, p. 51.

6 C. M. Lomartire, Mattei... cit., p. 127-128.

7 Ibid., page 61.

8 Archives Historiques de l’ENI, entreposées à Pomezia. À partir de maintenant nous utiliserons pour les désigner le sigle AHENI.

AHENI, fondo ENI, testo 1 Tunisia, NUA 464D, UDC 3. Inter Interview de Ruffolo, page 7. Ruffolo ajoute meme que Mattei etait convaincu de la convergence des interets de son entreprise avec ceux de la nation. Mais est-ce la un comportement specifiquement italien ? N’a-t-on pas dit pendant longtemps : « ce qui est bon pour General Motors est bon pour l’Amerique » ?

9 N. Perrone, Enrico Mattei, Bologne, 2001, p. 12-13.

10 G. Bruccianti, Enrico Mattei. Assalto al potere petrolifero mondiale, Milan, 2005, p. 69. Cet auteur cite le travail de Paolo Nello, Dino Grandi, publié en 2003 à Bologne (p. 239240). Bruccianti transcrit d’ailleurs les indications archivistiques de Nello : archivio storico dell’ENI ; NUA, 457 (1954-1962) contenente la corrispondenza Grandi-Mattei, pagina 331, nota 20. Il est quand même surprenant que Giovanni Bruccianti n’ait pas éprouvé le besoin d’aller consulter les archives historiques de l’ENI, alors qu’il cite un auteur qui, lui, s’est obligé à le faire !

11 G. Bruccianti, Enrico Mattei... cit., p. 14-15.

12 M. Cüppers, et K.-M. Mallmann, Croissant fertile et croix gammée. Le IIIe Reich, les Arabes et la Palestine, Lagrasse, (traduction française d’un ouvrage paru à Darmstadt en 2006), 2009. Les deux auteurs qui ont travaillé sur des sources d’archives allemandes de l’époque nazie signalent, page 185, qu’au sein des jeunes Officiers Libres égyptiens vers 1941 et surtout 1942 au moment de la plus grande menace de l’Afrika Korps sur le canal de Suez, Gamal Abdel Nasser lisait avec passion les Protocoles des Sages de Sion. Quant à Anouar al-Sadate il résumait les liens de l’armée égyptienne avec le national-socialisme en déclarant après la guerre : « Nous avons agi en parfaite harmonie avec eux ». Cette harmonie militaire tenait à la volonté commune de vaincre le Royaume Uni mais aussi de liquider le Yichouv c’est-à-dire la présence juive en Palestine. Ces jeunes dirigeants arabes après 1948 trouvèrent dans leur combat maintenant contre un Yichouv devenu Israël une oreille attentive auprès d’anciens nazis. On le voit les relations avec ces derniers, au moins en Egypte, durant les années cinquante et au-delà se situaient dans la continuité de contacts noués pendant la guerre avec le III° Reich.

13 N. Perrone, Enrico Mattei... cit., p. 132. La collaboration de Schacht, selon cet auteur, fut surtout utile à Mattei pour établir des contacts en RFA. Voir aussi I. Pietra, Mattei... cit., p. 189.

14 I. Pietra, Mattei... cit., p. 231. Rappelons que Schacht est né en 1877 et mort en 1970 à Munich. Il a donc 85 ans lors des funérailles d’Enrico Mattei, c’est-à-dire près de trente ans de plus que l’industriel italien.

15 AHENI, Pomezia, fondo ENI, testo 1 Tunisia, NUA 462C, UDC 3. Voir la page 35 de l’interview de Mario Pirani.

16 G. Galli, Enrico Mattei : petrolio e complotto italiano, Milan, 2005, p. 15.
Cet auteur cite le travail d’Alberto Asor Rosa, Scrittori e popolo, paru chez Samonà e Savelli, Rome, 1965, en particulier la p. 104.
Dans l’édition « Gli Strizzi » n 337 chez Einaudi de l’ouvrage d’Alberto Rosa, voir les p. 98 à 105 dans lesquelles ces différents auteurs sont évoqués sur ces questions.

17 A l’Istituto Sturzo à Rome, l’accès aux archives de la Démocratie Chrétienne milanaise vers 1960-1962, en particulier le Fondo Granelli, démontre que cette fraction « La Base » était très structurée en relation avec Italo Pietra qui dirigeait Il Giorno en étant la couverture de Mattei. Une telle fraction ne pouvait pas se limiter au seul soutien qu’elle apportait au président de la république Gronchi.

18 G. Galli, Enrico Mattei... cit., p. 133.

19 Ibid., p. 153. L’auteur cite cette interview publiée dans le numéro de l’hebdomadaire français en date du 10 août 1961.

20 H. Hummel et W. Siewert, La Méditerranée, Paris, traduit et publié chez Payot, 1937 (Bibliothèque géographique), p. 128132 et 136.

21 P. Frascani, Il mare, Bologne, 2008.

22 Ibid. Voir le chapitre 4 à partir de la page 125.

23 C. M. Santoro, La politica estera di una media potenza, Bologne, 1991, page 174

24 C. M. Lomartire, Mattei... cit., p. 215. L’auteur signale qu’en mai 1955 l’ENI acquit une participation dans l’International Egyptian Oil Company (IEOC). Cela permit à la firme italienne de devenir en 1957 l’actionnaire principal (51 %) de la Compagnie Orientale des Pétroles d’Egypte (COPE) alors que les Egyptiens n’en détenaient que 49 %.

25 J. Jolly, L’Afrique et son environnement européen et asiatique. Atlas historique, Paris, 2008. L’auteur, pour évoquer l’incursion des marocains, emploie page 120 l’article indéfini « des » pour désigner les Sahraouis.

26 Les archives de TOTAL-CFP sont consultables à la Tour TOTAL de La Défense près de Paris.
Archives Total, Compagnie Française des Pétroles Algérie, référence : 90.8/, dossier : 1, « Documents de la Revue des Deux Mondes », n° 4 janvier 1959, thème d’étude : Sahara, la question du jour.
Page 15 nous trouvons une carte qui présente les limites de l’O.C.R.S. (créée depuis deux ans). Nous avons utilisé cette carte mais en y rajoutant les zones de Tarfaya, de l’Atlas marocain et de Tindouf localité en zone algérienne mais rattachée à l’OCRS afin d’éclairer la logique (géoéconomique) marocaine et celle de l’ENI.

27 Bibliothèque de l’Institut Culturel Algérien de Paris, collection complète d’El Moudjahid clandestine n° 1, journaux 1 à 29, p. 417. Il s’agit du numéro 22 du 16. Voir le volume avril 1958.

28 R. H. Rainero, Les Italiens dans la Tunisie contemporaine, Paris, 2002, p. 192-193.

29 D. J. Grange, L’Italie et la Méditerranée (1896-1911), Rome, 1994 (Collection de l’École française de Rome, 197), chapitre XXVIII, Une politique arabe, p. 1469-1510 et plus particulièrement les p. 1472-1477.

30 D. J. Grange, op. cit., p. 1474 et la note 13 au bas de cette page.

31 D. J Grange, op. cit., note 14 de la p. 1475.

32 Bagnato, Bruna, Petrolio e politica. Mattei in Marocco, Florence, 2004, p. 25 et la note n° 9 au bas de cette page.
La revue Civitas a été fondée en 1919 par Filippo Meda repré. sentant du Partito Popolare de Luigi Sturzo. Il la dirigea jusqu’en 1925. Paolo Emilio Taviani, lui aussi fondateur de la revue, fut à sa tête de 1950 à 1995, c’est-à-dire au moment. où Insabato publia son article (1951).

33 A. Del Boca, Italiani, brava gente ?, Milan, 2005. Corriere Della Sera, mardi 27 décembre 2005, p. 30.

34 A. Del Boca, Le refoulement des fautes coloniales et le mythe de l’Italien « différent » dans G. Meynier et M. Russo (dir.), L’Europe et la Méditerranée : stratégies et itinéraires politiques et culturels en Méditerranée. France et Italie xixe et xxe siècles, Actes du colloque tenu à Nancy-Malzéville les 4, 5 et 6 septembre 1997, Paris, 1999, p. 17-24 (particulièrement p. 20).

35 Ibid., p. 22.

36 Cf le journal Corriere della Sera, dimanche 31 août 2008. Titre en première page : accordo con la Libia dopo 40 anni. Le scuse di Berlusconi « per chiudere con il passato coloniale ». Articles de Paola Di Caro p. 2 : Berlusconi, patto con Gheddafi « Ora meno clandestini e più gas ». Article de Paolo Conti p. 3 : Scud su Lampedusa e tè nel deserto. Le stagioni del Colonnello antiitaliano. Il feeling con Andreotti, le risate con d’Alema. Fino al viaggio decisivo del premier [Berlusconi].

37 L. J. Nagy, Le bloc socialiste et la décolonisation en Méditerranée dans G. Meynier et M. Russo (dir.), L’Europe et la Méditerranée...cit., p. 155-166.

38 Ibid., p. 156-160.

39 Ibid., p. 161.

40 E. Martelli, L’altro atlantismo. Fanfani e la politica estera italiana (1958-1963), Milan, 2008.

41 Voir un cas précis du rôle joué par l’entreprise Nuovo Pignone, un peu plus loin dans cet article, p. 192.

42 M. Harbi et G. Meynier, Le FLN. Documents et histoire 1954-1962, Paris, 2004. Cette anecdote est rapportée p. 837.

43 A. Cheurfi, La classe politique algérienne de 1900 à nos jours. Dictionnaire biographique, Alger, 2001. La biographie de Boularhouf est consultable p. 122-123.

B. Stora, Dictionnaire biographique de militants nationalistes algériens 1926-1954, Paris, 1985. La biographie de Boularhouf est consultable p. 277-278.

44 AHENI, Pomezia, fondo ENI, testo 1 Tunisia, NUA : 462C, UDC 3. Voir la page 55 de l’interview de Mario Pirani.

45 El Moudjahid, numéro 22, 16 avril 1958, pages 1 et 10. La collection complète de cet organe de presse clandestin est consultable à l’Institut Culturel Algérien de Paris.
I. M. Wall, Les États-Unis et la guerre d’Algérie, Paris, 2006.
L’auteur évoque ces problèmes dans son chapitre quatre, Sakiet Sidi Youssef et la mission de bons offices, p. 157-206.

46 AHENI, Pomezia, fondo ENI, testo 1 Tunisia, NUA : 462CUDC : 3. Voir les pages 9 et 10 de l’interview de Mario Pirani.

47 AHENI, Pomezia, fondo ENI, relazioni esterne, unita di condizionamento : 19, collocazione : U.II.5, fascicolo : NUA 21 FD (ou FO), ufficio di stampa Beyrouth, note informative.

48 AHENI, Pomezia, dossier Tunisia, collocazione U. III. 2 48, fascicule : 2C E1 corrispondanza. Cette note de Mattei n’est pas datée mais elle porte le numéro 4626. Dans le même dossier nous trouvons une lettre de Mattei envoyée au chef de la Ligue Arabe en poste à Rome, Kabbani, datée du 26 septembre 1961 et qui porte le numéro 4526... par définition antérieure à celle écrite à Sergio Milani. En conséquence cette lettre envoyée au responsable de Gaz Orient ne peut être datée que de la fin du mois de septembre ou du début du mois d’octobre 1961.

49 D. Pozzi, Techno-Managerial Competences in Enrico Mattei’s AGIP : a prolonged accumulation process in an International network, 1935-1965, www.thebhc.org/publications/BEH/2003/Pozzi.pdf, Business History Conference, 2004, p. 20-21.
Dans sa thèse publiée, Dai gatti selvaggi... cit., il évoque le B.A.H. aux p. 393 et 402. Page 396 il y a même un organigramme du groupe ENI transformé par les propositions de ce Consultant américain.

50 D. Bigazzi, La grande fabbrica. Organizzazione industriale e modello americano alla FIAT dal Lingotto a Mirafiori, Milan, 2000, p. 146-147.

51 S. Woolf (dir.), L’Italia repubblicana vista da fuori (1945-2000), Bologne, 2007. L’auteur a rédigé une longue introduction (pages 9 à 84) à cet ouvrage, qu’il intitule Introduzione. La storiagrafia e la Repubblica italiana. L’évocation du blocage qu’auraient provoqué Gentile et Croce est envisagée p. 21-22.

52 P. Lafond, Le miroir français de la croissance italienne 1945-1963, Rome, 2008 (Collection de l’École française de Rome, 400), p. 387-395. Dans ces pages nous nous efforçons d’expliquer combien les thèses de Keynes ont eu du mal a être acceptées en Italie à partir de 1945.

53 P. Lafond, Le miroir français... cit., p. 391.

54 M. Colitti, ENI. Cronache dall’interno di un’azienda, Milan, 2008, p. 14-15.

55 AHENI, Pomezia, bibliothèque, Il Gatto Selvatico, numéro du printemps 1957, p. 4-6.

56 D. Pozzi, Annali della Fondazione Luigi Einaudi, XXXVII, Florence, 2003, p. 167-198. Voir les p. 195 et 196. Voir aussi la note 65 p. 196 qui se réfère à une interview de Giorgio Ruffolo par l’auteur le 14 février 2003.

57 AHENI, Pomezia, fondo ENI, relazione esterne, unita di condizionamento : 19, collocazione : U.II.5, fascicolo : NUA FD (ou FO), ufficio di stampa Beyrouth, corrispondenza. Il s’agit d’une lettre envoyée le 23 janvier 1962 par le chef du service administratif de l’ENI, Giuseppe Bartolotta, à Sergio Milani.

58 M. Colitti, ENI..., cit., p. 67-68.

59 Voir J. G. March et H. A. Simon., Les organisations. Problèmes psychosociologiques, Paris, 2° édition traduite en français, 1991, p. 190.

60 Cette lettre du 26 septembre pose malgré tout un problème. Le service des relations publiques et d’études économiques et de la presse du groupe ENI fait parvenir au représentant de la Ligue Arabe cette lettre de Mattei datée du 26 septembre 1961 mais accompagnée d’une autre lettre introductive qui cherche à dissiper tout possible malentendu... sans préciser la nature d’un tel malentendu.

61 AHENI, Pomezia, dossier Tunisia, collocazione U.III.2 48, fascicule 2C E1, corrispondenza. La lettre (avec un entête : comunita israelitica di Roma. Il rabbino capo) est signée du grand rabbin de Rome Dot. Elio Toaff, et datée du 12 mars 1962. Le texte essentiel de la lettre, en italien, est le suivant : [le grand rabbin déclare] « a richiesta dell’interessato che l’appelativo Coen che si è aggiunto al cognome Pirani è solo una indicazione di carattere religioso ebraico, decaduto nel caso del Sig. Mario Pirani Coen in quanto egli non è israelita ».

62 P. Ottone, Il gioco dei potenti... cit., p. 65.

63 Archives Centrales d’Etat de Rome, Ministère de l’Intérieur, direction générale de la sécurité publique, division de la police politique, busta 1029, fascicules personnels, années 1927-1944. Le père de Mario Pirani s’appelait Alberto Pirani Coen, né à Vérone en 1897. Pourtant il semble qu’il ait fait un séjour à Smyrne avant 1914, ce qui en aurait fait un « Levantin ». La police politique fasciste reçoit en 1929 une lettre « privée » mais signée demandant à ce qu’il soit radié de l’ordre des avocats... ce qui amène Alberto à écrire une lettre au chef de la police du Ministère de l’Intérieur dans laquelle il se proclame « buon cittadino ». Mais dès 1939 les services de police changent l’articulation de son nom, lois raciales obligent : il n’est plus Alberto Pirani Coen mais Alberto Coen.

64 AHENI, Pomezia, fondo ENI, relazione esterne, unità di condizionamento : 19, collocazione : U.II.5, fascicolo : NUA21 FD (ou FO), ufficio di stampa Beyrouth. Cela démontre que les nouvelles importantes étaient transmises de Tunis à Beyrouth tout autant qu’à Rome. Dans cette note informative Pirani signale aussi sans commentaires particuliers les pressions diplomatiques des Etats Unis. L’ambassadeur américain, probablement à Tunis, fit pression sur un dirigeant algérien, Yazid, afin que cette déclaration de Ben Bella soit démentie... sinon Washigton remettait en cause un prêt de 40 milliards (quelle devise ? cela n’est pas indiqué) promis à l’Algérie indépendante. Yazid a obtempéré.

65 Le Who is Who in Italy de 1986 signale certaines de ses activités dans le monde de l’édition. Né en 1926, en 1954 à 28 ans, il avait dirigé l’Agenzia Italia et en 1959 cinq ans plus tard il patronnait Italia Domani

66 AHENI, Pomezia, fondo ENI, testo 1 Tunisia, NUA 464D, UDC 3. Interview de Giorgio Ruffolo, page 18.

67 C. M., Lomartire, Mattei... cit., p. 184.

68 G. Buccianti, Enrico Mattei..., cit., p. 249.

69 M. Vaïsse, (dir.), Vers la paix en Algérie, les négociations d’Evian dans les archives diplomatiques françaises, 15 janvier 1961– 29 juin 1962, Bruxelles, 2003. Les négociations de Lugrin sont envisagées aux pages 220 à 280. Les papiers et archives édités par cet ouvrage à propos de Lugrin sont tirés du Secrétariat d’Etat aux Affaires algériennes. L’échange de propos 1 entre Louis Joxe et Krim Saad Dahlab qui concrétise l’échec se situe p. 279-280.

70 Archives Total, Compagnie Française des Pétroles Algérie, référence : 90.8/, dossier : 1, « Documents de la Revue des Deux Mondes », no 4 janvier 1959, thème d’étude : Sahara, la question du jour.
Page 15 nous trouvons une carte qui présente les limites de l’O.C.R.S. (créée depuis deux ans). Nous avons utilisé cette carte mais en y rajoutant les zones de concessions pétrolières, obtenues par l’ENI à la fin des années cinquante : Tarfaya et le sud tunisien.

71 Archives Total, fonds ELF, SEREPT, cote 35 29 78, référence ab 94 39 05. Rapports annuels 1960 et 1961. Le rapport de 1963 indique sur une carte avec très grande précision le zonage délimité des concessions avec le nom de chacune des entreprises bénéficiaires. La légende de cette carte comporte deux références de permis de la SEREPT alors qu’un seul type de permis apparaît sur la carte. Cela s’explique par le fait que nous n’avons utilisé qu’un extrait de la carte récupérée dans le dossier d’archives. Les concessions de la SEREPT sont nombreuses et multiformes dans la zone. Le secteur du permis de la SITEP, très limité au contraire, apparaît, par nos soins, en noir.

72 AHENI, Pomezia, fondi ENI, testo 1 : Tunisia, NUA : 462Csala di consultazione : 3. Voir l’interview de Mario Pirani pratiquee par Giuseppe Locorotondo, pages 20 et 21.

73 G. Chaliand et J. Minces, L’Algérie indépendante, Paris, 1972, p. 25.

74 B. Bagnato, Prove di Ostpolitik. Politica ed economia nella. strategia italiana verso l’Unione Sovietica, 1958-1963, Florence, 2003, p. 358.

75 Ibid., pages 342 et 368

76 AHENI, Pomezia, fondo ENI, relazioni esterne, unità di condizionamento : 19, collocazione U.II.5, fascicolo NUA 21 FD (ou FO), ufficio di stampa Beyrouth, corrispondenza. Lettre de Milani envoyée le 25 octobre 1961 à Enrico Bonomi qui dirige à Rome les études économiques au : service des relations publiques de l’ENI

77 AHENI, Pomezia, busta Tunisia, collocazione U. II. 5, unita di condizionamento 19, fascicule : office de Beyrouth. Cette note de service qui commence à envisager l’organisation pratique des deux offices date du 20 novembre 1961.

78 Ibid. La note, en fait, est adressée « pour information » à Milani. Il s’agit d’un document que Bartoletta transmet au Banco di Roma. Cette banque doit assurer le transfert des fonds nécessaires à l’office de Milani, à sa succursale de Beyrouth qui lui ouvrira un compte.

79 AHENI, Pomezia, busta Tunisia, collocazione U. III. 2 48, fascicule 2C E1, corrispondenza. Il s’agit d’une note, datée du 4 janvier 1962, composée de multiples points précis présentés de manière assez schématique. La note signale que ces différents rapports des deux offices de presse doivent être adressés en trois exemplaires au Docteur Giorgio Ruffolo, leur responsable direct.

80 Cette Agence Italie (Agenzia Italia) est bien connue de Sergio Milani puisqu’il y disposait d’une position importante depuis 1954, comme le signale le Who is Who in Italy de 1986.

81 AHENI, Pomezia, fondo ENI, relazioni esterne, unita di condizionamento : 19, collocazione : U.II.5, fascicolo : NUA21 FD (ou FO), office de presse de Beyrouth, corrispondenza, Rome le 4 janvier 1962.

82 AHENI, Pomezia, busta Tunisia, collocazione : U. III. 2 48fascicule 2C E1 : corrispondenza. Seule la premiere de ces « notes informatives » ne nous est pas parvenue. Comme la seconde datait du 25 janvier 1962, selon toute vraisemblance la premiere devait se situer entre le 10 et le 15 janvier 1962 puisque les instructions du service de relations publiques a Rome ont ete envoyees, elles, le 4 janvier.

83 AHENI, Pomezia, buste Tunisia, collocazione : U. III. 2 48, fascicule 2C E1 : corrispondenza.

84 AHENI, Pomezia, buste Tunisia, collocazione : U. III.2 48, fascicule 2C E1 : corrispondenza. Cette lettre datée du 5 décembre 1961 est volontairement rédigée en français car, et Pirani s’en excuse auprès de Ruffolo,... cela lui « permet de gagner du temps étant donné les difficultés de frappe en italien ». Les claviers des machines à écrire de l’époque tout fascicule 2C E1 : corrispondenza comme ceux des ordinateurs de maintenant n’étaient pas les mêmes de part et d’autre des Alpes !

85 Archives Total, fonds CFP, référence : 83.9/190, copies de lettres de la direction générale 18 novembre 1963-31 mars 1964. Lettre du service de la documentation datée du 4 février 1964 et signée E. Catta.

86 Ibidem. Voir, en fin de page 4 de la note informative, le texte italien traduit en français par nos soins : Vi prego di sollecitare dal servizio Africa dell’AGIP e dal nostro ufficio di pubblicita la approvazione del budget pubblicitario dell’AGIP Tunisi che condziona la definizione dei rapporti con la stampa locale.

87 AHENI, Pomezia, buste Tunisia, collocazione U. II. 5, unita di condizionamento : 19, fascicule : l’office de Beyrouth. Cette note du service des relations publiques, redigee a Rome, date du 8 novembre 1961.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 – L’importance stratégique de la zone de Tarfaya26.
Légende Fig. 2 – Les concessions pétrolières de l’ENI en Afrique du Nord de 1958 à 196170.
Légende Fig. 3 – Les concessions de la S.E.R.E.P.T. et de la S.I.T.E.P. en 1960 et 196171.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrick Lafond, « Le tiers-mondisme italien de Mattei », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-1 | 2010, 161-195.

Référence électronique

Patrick Lafond, « Le tiers-mondisme italien de Mattei », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/565 ; DOI : 10.4000/mefrim.565

Haut de page

Auteur

Patrick Lafond

Lycée Marcelin Berthelot, Saint-Maur-des-Fossés, patricklafond@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org