Navigation – Plan du site
Mélanges

Mots et pratiques de l’information. Ce que aviser veut dire (xvie-xviie siècles)

Words and practices in the diffusion of information: investigating the sense of aviser (xvi-xvii centuries)
Johann Petitjean
p. 107-121

Résumés

Sous quelles conditions, sémantiques et méthodologiques, peut-on parler d’« information » lorsque l’on étudie les xvie-xviie siècles ? Quels étaient les mots employés par les acteurs de l’époque, et à quelles réalités documentaires, à quels types de pratiques, à quels concepts également, ceux-ci renvoyaient-ils ? Nous sommes partis de l’étude d’un groupe sémantique, le groupe aviser, dont les dérives saturent les correspondances marchandes et diplomatiques dès le début du xve siècle pour progressivement renvoyer à des réalités documentaires à part entière. Le terme « av(v)iso » se retrouve ainsi en tête d’extraits, réels ou fictifs, de lettres qui sont publiées à l’occasion d’un événement particulier ; puis, au pluriel, il est de plus en plus fréquemment utilisé pour désigner les feuilles publiques, ou semi-publiques, que d’aucuns ont considéré comme la première forme d’information périodique mise en circulation dans l’Europe de la première modernité, plusieurs décennies avant l’essor des gazettes de langues française, allemande ou hollandaise. La description critique de ces feuilles manuscrites ou imprimées, leur analyse thématique, syntaxique et lexicale, l’étude de leur diffusion, leur comparaison avec d’autres supports médiatiques cotextuels et l’étude lexicographique des termes utilises par les acteurs pour décrire l’action d’informer ou de s’informer, forment l’essentiel d’une démarche qui pose les jalons d’une médiologie historique refusant autant le réductionnisme terminologique satisfait des seules définitions des dictionnaires de l’époque, que le réductionnisme généalogique qui, sous couvert de procéder de manière inductive, ne rend qu’imparfaitement compte de la complexité des situations, des usages et des phénomènes.

Haut de page

Texte intégral

Les événements historiques n’existent pas sans les actes de langage, et les expériences que l’on en tire ne peuvent se transmettre sans l’aide du langage. Mais ni les événements ni les expériences acquises ne se réduisent à leur articulation au moyen du langage. Car tout événement comporte aussi de nombreux éléments qui n’ont rien à voir avec le langage, et il est des couches d’expériences qui se dérobent à toute attestation par le langage. Certes, pour être efficaces, la plupart des éléments constitutifs des événements qui échappent au langage, les choses naturelles et matérielles, les institutions et les comportements, n’échappent pas au recours à l’intermédiaire du langage. Mais ils ne s’y confondent pas entièrement. La structure de l’action antérieure au langage et la communication par le langage grâce à laquelle les événements existent, sont imbriqués l’une dans l’autre sans jamais se recouvrir totalement.
Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990 [1979], p. 263

  • 1 B. Miège, L’information-communication, objet de connaissance, Bruxelles, 2004.

1De quoi parle-t-on exactement lorsque l’on parle d’information et de communication, et dans quelle mesure peut-on en faire un « objet de connaissance »1historique sans pour autant naturaliser les phénomènes passés, ni céder d’emblée à la tentation de l’anachronisme ou de la démarche rétrospective ?

  • 2 Cl. Gauvard, Introduction, dans C. Boudreau et al. (dir.), Information et société en Occident à la (...)

2Commençons par les termes du problème. Celui d’« information » est polysémique. Employé au singulier ou au pluriel, il est communément utilisé pour désigner un renseignement transmis, l’action d’informer ou de s’informer, les nouvelles elles-mêmes, ainsi que le processus ayant abouti à la production de ces nouvelles. Et le problème devient encore plus complexe lorsque l’on s’attache à faire l’histoire de la notion et des mots qui servent à désigner l’ « objet » information. L’informatio médiévale par exemple n’est pas la nouvelle, mais un élément de l’enquête et, nous précise Claude Gauvard, « pour le roi, être informé signifie donc être suffisamment informé au point d’être certain de la décision à prendre, une certitude qui vient conforter sa « science certaine » et qui lui permet finalement d’imposer son ordre »2.

3Il semble acquis que notre époque soit celle de « l’ère de l’information ». Nous n’avons pas pour but de discuter ici de la pertinence d’une telle expression ; mais, si nous avons choisi d’en rappeler l’existence, c’est pour mieux interroger, au regard du contexte médiatique actuel et de sa modernité supposée, la légitimité heuristique de l’emploi du terme « information » pour l’histoire des xvie et xviie siècles.

  • 3 J. Guilhaumou, À propos de l’analyse de discours : les historiens et le « tournant linguistique », (...)
  • 4 Nous entendons ici le terme de critique dans le sens que lui confère Niklas Luhmann, c’est-à-dire c (...)

4L’historien doit faire attention aux mots qu’il emploie, comme à ceux qui avant lui et devant lui sont, ou ont été, employés3. Comment dès lors aboutir au degré d’analyse escompté sans pour autant neutraliser dans le même geste les irrégularités et les frottements qui émergent immanquablement lorsque l’on s’attèle à l’histoire d’une pratique, d’un mot, d’une notion ou d’un concept ? Si la sémantique historique demeure possible n’est-ce pas justement parce que l’on peut – mieux : parce que l’on doit – prendre les mots au mot, en vue d’en faire ensuite, et ensuite seulement, la critique4 ?

  • 5 J. Hayez, Avviso, informazione, novella, nuova : la notion d’information dans les correspondances t (...)
  • 6 « Dans la lente genèse de la notion moderne de l’information, la communication marchande reflète ai (...)

5Une étude remarquable du mot avviso et de ses dérivés (avvisi, avvisare, avvisato, avvisamento, etc.) a été menée par Jérôme Hayez, à partir de quelques 1300 lettres de « marchandes » conservées dans l’Archivio Datini, dans le but de préciser la notion d’information pour l’Italie de la fin du xive siècle5. Dérivé de l’ancien français « avis », lui-même issu du latin visus, le groupe avviso semble avoir définitivement investi le langage des marchands qui, vers 1400, l’emploient systématiquement dans leur lettres afin d’évoquer les nouvelles reçues, et surtout de décrire leur collecte et leur circulation. Du reste, il s’agit là d’une réalité sémantique « nouvelle » 6, car le terme évoquait plutôt la prudence ou l’opinion au xiie siècle, le conseil au xiiie, pour devenir synonyme d’avertissement au cours du siècle suivant.

  • 7 Vocabolario degli accademici della Crusca, in questa terza impressione da’ nuovamente corretto, e c (...)
  • 8 A. Furetière, Dictionnaire universel contenant des mots français tant vieux que modernes et les ter (...)
  • 9 Ceci explique pourquoi le verbe est si fréquemment présent dans les délibérations des Parlements, d (...)

6Ces différentes strates de signification ne disparaissent pas complètement tandis que les avvisi deviennent aux xvie et xviie siècles une réalité documentaire à part entière en Europe. Qu’il s’agisse de l’Accademia della Crusca7ou d’Antoine Furetière8, les définitions concordent. Au premier chef aviser signifie prendre garde, et serait donc encore largement employé comme synonyme d’avertir. Une nouveauté toutefois : le terme a pris le sens de « conseiller ». Mais conseiller ou avertir, la différence ne tient en fin de compte qu’à la portée pratique de l’acte, et non à l’action elle-même, car l’avertissement et le conseil possèdent pour horizon commun le désir d’influer sur des choix ou sur des décisions à venir9. Furetière précise ensuite le contexte dans lequel cet horizon s’étire en rappelant que le verbe, étymologiquement, signifie « voir de loin » et qu’« on dit en termes de guerre, de négoce, et de marine, Donner advis, pour dire, Faire savoir les nouvelles de ce qui se passe ». En prenant les choses par la fin, c’est-à-dire par les définitions des dictionnaires modernes, on voit qu’en l’espace de deux siècles le terme s’est imposé dans le lexique de l’information.

  • 10 BAV, Urb. Lat., 1038-42.
  • 11 BAV, Urb. Lat., 1043-1102, comme désigné dans les index de la Biblioteca Apostolica Vaticana. À ces (...)
  • 12 ASVe, Inquisitori di Stato, 701-712 ; ASVe, Avisi di Napoli,16191620 ; ASVe, Avvisi diversi, 1620-1 (...)
  • 13 ASV, Segr. Stato, Avvisi, 7-8, 15, 19-41, 81, 87, 101, 106, 120, 125-126, 129-130, 148; ASV, Segr. (...)

7Afin de comprendre les raisons d’une telle évolution, nous nous proposons d’analyser et de comparer les documents indiqués comme avvisi dans les archives des Fugger10, du duc d’Urbino11, du gouvernement vénitien12et de la Secrétairerie d’État du Saint-Siège13. Il s’agira d’en confronter les formes et les contenus, afin de définir, au regard de leurs usages et des expressions utilisées par les contemporains qui ont été appelés à les utiliser, ce que aviser veut dire dans l’Italie des xvie et xviie siècles.

Les avvisi, médias d’information

8À partir du xve siècle, le vocable avviso s’est graduellement imposé dans la langue italienne et s’ajoute, voire se substitue en partie, aux termes nuova, novità et novella hérités du latin « novus ». Il signifie alors moins « nouvelle » que, à proprement parler, « renseignement », qui nous semble être la meilleure traduction possible du terme antérieurement à la diffusion des feuilles de nouvelles ; acception qu’il conserve d’ailleurs sur l’ensemble de la période, et même au-delà.

  • 14 « On appelle un Ambassadeur un honorable Espion ; parce que l’une de ses principales occupations es (...)
  • 15 ASV, Segr. Stato, Venezia, 9-10; 263.
  • 16 J. Browne, The Merchant avizo, éd. P. Mc Grath, Baker Library, 1957 [1589].

9Aussi anachronique puisse-t-elle paraître, la notion de renseignement est néanmoins intéressante, car elle assemble parfaitement les différents registres de l’avviso en désignant à la fois ce par quoi l’information est transmise et l’information elle-même. Ensuite, la connotation contemporaine du terme elle-même n’est pas sans rapport avec la réalité des avvisi de la première modernité. Sous la plume ou sur la table de travail d’un diplomate italien, un avviso est alors nécessairement « secret », et ce, que l’adjectif lui soit apposé noir sur blanc ou demeure simplement sous-entendu. Aux xvie et xviie siècles encore, le terme renvoie aux contenus des lettres confidentielles que rédigent les représentants diplomatiques, de ces « lettres d’avis » que cet « honorable espion »14rédige à la destination exclusive de son gouvernement. Les avvisi sont un contenu, un pluriel singulier que composent les missives chargées d’en communiquer la teneur. Ce sens premier, que l’on retrouve encore sous la plume du nonce apostolique de Venise durant la guerre de Chypre ou dans les lettres que lui adresse le cardinal de Côme15, est proche de son équivalent « marchand »16et se situe à l’intersection des deux significations acquises depuis le xive siècle, à savoir avertir et informer.

10Seulement, aviser ne se limite pas à la transmission confidentielle des renseignements par courriers ordinaires ou extraordinaires. Les avvisi forment aussi une réalité documentaire particulière qui se compose d’opuscules imprimés pour faire connaître un événement précis et, à partir du dernier tiers du xvie siècle et jusqu’à la fin du siècle suivant, de feuilles de nouvelles hebdomadaires dites « publiques » qui en rassemblent plusieurs.

  • 17 Jean-Pierre Étienvre tente de résoudre le problème en faisant du pluriel la marque du contenant, le (...)
  • 18 Nous laissons de côté un sixième terme, celui de « relation », dont la fréquence est pourtant aussi (...)
  • 19 T. Bulgarelli, La battaglia di Lepanto e il giornalista romano del Cinquecento, dans Accademie e Bi (...)
  • 20 G. Feyel, L’Annonce et la nouvelle. La presse d’information sous l’ancien régime (1630-1788), Oxfor (...)
  • 21 Il existe une véritable passion pour les occasionnels et les « canards » dans l’Europe des xvie et (...)
  • 22 Nous pensons ici en particulier aux « avvisi burleschi » écrits par Giulio Cesare Croce qui ne saur (...)

11Dans le premier cas, les avvisi ont surtout valeur d’annonce, annonce d’un événement qu’il s’agit de rendre public. Cet ensemble documentaire se subdivise en deux groupes parents : les avis créés de toute pièce d’une part et, depuis la fin du xve siècle et plus encore au siècle suivant, les lettres officielles ou de nature privée que réécrivent des copistes et qui, une fois imprimées, entrent de fait dans le domaine public. Dans ce cas précis, la publication des lettres transforme leur statut, et en exergue de leurs frontispices la mention « a(v)viso », plus rarement « avvisi » au pluriel17, s’impose rapidement parmi les dénominations les plus fréquentes avec, et même devant, les termes « lettere », « ragguaglio », « successi » ou « nuove »18. La diffusion de la nouvelle de la victoire de Lépante fournit pour le xvie siècle le meilleur exemple de communication imprimée de lettres d’origines diverses19. Aviser peut effectivement être pris comme synonyme d’annoncer20 : les nouvelles contenues, à l’instar des occasionnels21, importent moins parfois que l’acte de communication et de célébration – politique dans la plupart des cas, poétique22dans d’autres – que réalise leur publication.

  • 23 Ce sont effectivement les avvisi de Rome qui ont fourni aux historiens de la papauté la matière pri (...)

12Les avvisi ont surtout été utilisés comme source factuelle pour des histoires qui l’étaient également. Leurs spécificités documentaires et textuelles ne comptaient pas, et seuls les éléments qu’ils pouvaient apporter à l’histoire des papes et de la papauté étaient pris en compte par les historiens23. Riches en informations, les avvisi le sont assurément, puisqu’ils avaient pour fonction première de faire connaître à un public choisi les « événements les plus notables » survenus dans tel ou tel lieu. Ainsi, les premiers historiens à avoir découvert et manipulé les avvisi se sont uniquement souciés de leurs contenus. Dans le cadre d’une histoire événementielle, l’intérêt de ces documents est évident, et les avvisi surgirent donc en toute logique dans l’histoire des historiens en tant que simples supports informationnels, supports d’une histoire que l’on peut qualifier de positive, d’une histoire qui n’était pas encore la leur.

  • 24 J. Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle, I, Rome, 1957

13Un constat identique pourrait être fait au sujet du travail de Jean Delumeau sur la vie économique et sociale de Rome24. Certes, cette histoire-ci n’est ni événementielle ni culturelle ni uniquement centrée sur la vie des papes, mais les avvisi y conservent encore ce rang de source primaire pour une histoire qu’ils contribuent à éclairer et à écrire. L’intérêt du document y est toutefois révélé par contraste, une fois les avvisi confrontés aux lettres des diplomates qui rapportent, de manière tout aussi régulière et a priori avec un même souci d’exhaustivité, des événements jugés dignes d’intérêt. Ce qui différencie les avvisi des autres modes de communication des nouvelles, ce ne sont donc pas tant les informations elles-mêmes que leur traitement particulier, neutre en apparence, et dégagé de toute finalité autre que la diffusion factuelle des nouvelles politiques :

  • 25 Ibid., p. 28.

Il existe une différence fondamentale entre la correspondance qu’un ambassadeur adresse régulièrement à son maître, et où il insiste avant tout sur les événements et les négociations qui peuvent intéresser le prince, et une chronique d’avvisi, où le journaliste fait la part égale à toutes les informations25.

  • 26 R. Ancel, Étude critique sur quelques recueils d’avvisi. Contribution à l’histoire du journalisme e (...)
  • 27 Nous pensons en particulier ici aux travaux réalisés par Tullio Bulgarelli sur les avvisi imprimés (...)
  • 28 BAV, Urb. Lat., 1038-1112, janvier 1554-décembre 1648. Contrairement à ce que pourrait laisser croi (...)
  • 29 R. Ancel, Étude critique... cit., p. 122.

14Entre les premières monographies de l’histoire romaine, le début de l’œuvre monumentale de Pastor et l’étude économique et sociale de Jean Delumeau, le regard porté par les historiens sur les avvisi a changé. En effet, et malgré quelques réticences dues à leur grande dispersion dans les différents fonds d’archives, ou à cause d’un manque d’intérêt flagrant de la part d’historiens peu enclins à étudier un document si peu noble d’aspect, d’écriture et d’origine, si éloigné des canons esthétiques que l’on s’est longtemps plu à chercher dans toutes les productions documentaires dites « classiques », un important changement de perspective a été réalisé. Celui-ci date des travaux de René Ancel, publiés il y a un siècle dans les Mélanges de l’École française de Rome26. Sa « contribution à l’histoire du journalisme en Italie » a effectivement ouvert la voie d’une exploitation critique des avvisi, et peut être considérée comme la première pierre de l’histoire du journalisme moderne27. À partir de quelques soixante-quatorze volumes conservés dans le fonds Urbinas Latinum de la Bibliothèque du Vatican28, Ancel a relevé un certain nombre de caractéristiques propres aux avvisi : rédacteur unique, groupement géographique et chronologique de nouvelles rédigées dans un style concis à l’extrême, dimension publique et fréquence hebdomadaire de leur diffusion, présence systématique d’un en-tête qui indique le lieu et la date de rédaction de la feuille ; soit autant d’éléments qui l’ont amené à voir dans les avvisi a mano « un véritable journal, un essai lointain de reportage, d’information organisée »29.

  • 30 M. Infelise, Prima dei giornali. Alle origini della pubblica informazione, Rome-Bari, 2002.
  • 31 D’ailleurs, même l’Europe du Nord semble, un temps, tributaire des avvisi italiens. Les plus ancien (...)
  • 32 H. Duranton, Cl. Labrosse et P. Rétat (dir.), Les gazettes européennes de langue française (xviie-x (...)
  • 33 S. Battaglia (dir.), Grande Dizionario della lingua italiana, VI, Turin, 1970, p. 624.

15Apparaissant à Venise dans le courant du xvie siècle, si l’on suit les analyses de Ancel reprises en partie par Mario Infelise30, ils se sont ensuite largement diffusés ailleurs en Italie, dans les ports, à Rome, dans les cours princières, les villes carrefour, à Milan ou encore à Florence au plus tard au début de la seconde moitié du xviie siècle. Toutefois, il serait faux de croire que le genre est proprement italien. L’existence d’avvisi de Madrid écrits en langue italienne ou, mieux encore, celle des avisos de Constantinople rédigés en castillan dans la capitale ottomane puis envoyés en Espagne pour être ensuite redirigés vers l’Italie, prouvent que si la péninsule en structure le marché, celui-ci étend ses ramifications sur l’ensemble du continent européen. Un simple survol des inventaires de la Secrétairerie d’État du Saint-Siège suffit à s’en convaincre : Vienne, Bruxelles, Anvers et Prague fournissent en effet, avec Rome et Venise, l’essentiel des entrées de la série Avvisi. Tous les grands centres politiques et/ou marchands du continent hébergent une feuille de nouvelles à la main, ou à défaut un correspondant d’une feuille italienne, dès la fin du xvie siècle soit un peu moins d’un siècle avant la floraison des gazettes de langue française et dans une sphère d’influence qui n’est pas polarisée par les célèbres périodiques germaniques31. Par commodité, et afin de s’en tenir à la description critique des lexiques privilégiés par les acteurs, nous avons choisi de réserver le terme de « gazzette » pour désigner les journaux français, hollandais et allemands de la fin du xviie siècle et du siècle suivant32, et ce malgré la Gazzetta di Venezia, malgré la périodicité des publications qui en fonderait la spécificité et la modernité33.

  • 34 J. Wilke, Choix et représentation d’événements dans la presse allemande du 18e siècle, dans H.-J. L (...)
  • 35 L’histoire des « pratiques de l’écrit » a connu un profond renouvellement, notamment sous l’impulsi (...)

16Les feuilles de nouvelles à la main font la part belle aux affaires traitées par les gouvernements, à la vie de cour et aux différents événements diplomatiques et militaires. Jürgen Wilke, dans son approche thématique des journaux allemands du xviiie siècle, a pu noter que cette dimension politico-militaire, qui englobe les fêtes civiles, l’évocation des batailles, les déplacements et la santé des « grands », recouvrait environ 70 % de la surface des imprimés34. Ce qui est vrai pour l’espace germanique des gazettes l’est encore davantage pour les avvisi italiens des deux siècles précédents. Exception faite des feuilles romaines, au sein desquelles les processions et les questions de liturgie côtoient occasionnellement quelques rares évocations d’ordre purement culturel propres à la publication d’un livre ou au succès d’une pièce de théâtre, les avvisi se consacrent presque exclusivement aux événements politiques et militaires. Ailleurs, seuls quelques « incidents » exceptionnels : tremblements de terre, incendies ou inondations disputent aux nouvelles d’État une place significative dans l’actualité européenne dont il convient dès à présent de décrire les modalités d’écriture35.

Une écriture de l’actualité

  • 36 Faut-il s’étonner de ne trouver aucune entrée « nouvelliste » dans le fameux état de « toutes les p (...)
  • 37 M. Infelise, Prima dei giornali... cit., p. 19-35.
  • 38 C. D’Onofrio, Gli ‘Avvisi’ di Roma dal 1554 al 1605 conservati in biblioteche ed archivi romani, da (...)
  • 39 Et ceci est encore plus évident dans le cas de la production et de la diffusion des avvisi a stampa(...)
  • 40 F. De Vivo, Information and communication in Venice. Rethinking early modern politics, Oxford, 2007 (...)
  • 41 B. Dooley, News and doubt in early modern cultur: or, are we having a public sphere yet?, dans B. D (...)
  • 42 Le 15 mars 1572, Pie V produit une Constitutio contra scribentes, exemplantes et dictantes monita v (...)
  • 43 « Qualcuno ricerca l’etimo della parola ‘menare’, cioè menar la mano, sia perchè il compilatore, la (...)

17Qui sont les « auteurs » des avvisi ? Imprimées ou manuscrites, locales ou internationales, les feuilles sont soit rédigées au jour le jour, soit compilées en fin de semaine par un type nouveau de copistes : les nouvellistes36, qualifiés parfois de « menant » à Rome ou de « reportista » à Venise37. Si le terme vénitien ne présente aucune difficulté, la signification exacte du mot « menant » demeure sujette à caution. L’hypothèse la plus fréquemment retenue consiste à considérer que le nom commun « menante » fut forgé à partir du verbe latin menavare, ou menare en italien. Le menant serait « celui qui mène », qui conduit. Cesare D’Onofrio propose une autre solution en voyant dans ce nom le participe présent substantivé de « minare », littéralement « intriguer » en italien médiéval38. L’auteur justifie cette hypothèse en rappelant, à juste titre, la proximité culturelle, professionnelle et sociologique qui existe alors entre le milieu des nouvellistes et celui des auteurs de libelles et autres pasquinades romaines. Les nouvellistes, lorsqu’ils partent à la recherche d’informations, ne fréquentent pas que les bureaux de poste. À l’instar des pamphlétaires, et plus généralement de tous ces précaires professionnels de la plume qui, d’une manière ou d’une autre, se nourrissent des nouvelles d’État, ils fréquentent aussi avec assiduité les ateliers des typographes et les boutiques des libraires39. Ils rencontrent les grands noms du négoce aux abords du Rialto, sur la via dei banchi à Rome, et il n’est pas rare de les voir attendre la fin des délibérations sur les places qui bordent les palais où se prennent les décisions et où affluent les dépêches, voire de se rendre dans l’échoppe des barbiers pour y recueillir quelques échos40. Les nouvellistes collectent les nouvelles partout où l’information afflue et est discutée41. Mais est-ce là une raison suffisante pour en faire des intrigants ? Pour le pouvoir, pontifical notamment, l’affaire semble entendue : ces « minanti » forment une « nouvelle secte » d’écrivains faits du même bois que tous ces auteurs qui troublent l’ordre public et nuisent à la réputation des grands de ce monde en étant toujours à l’affût de leurs moindres « secrets »42. Malgré cela, nous pensons que la première étymologie proposée ci-dessus est correcte, mais qu’elle a été mal interprétée. En effet, l’expression a été entendue comme « celui qui mène l’opinion », ceci résultant plutôt d’une analyse rétrospective de la situation qui attribuerait aux avvisi du xvie siècle le rôle que les gazettes ne commencent à jouer qu’un siècle plus tard. Et si « celui qui mène » n’était-il pas simplement celui qui mène l’information ? Qui « mène la main », pensait Gaeta, ce qui revient au même : les nouvellistes sont des copistes et des compilateurs ; ils sont les mains qui modèlent, réduisent, empilent les lettres et les événements43. Aviser, dans cette perspective, signifierait moins forger l’opinion, que simplement écrire l’actualité.

  • 44 ASV, Segr. Stato, Avvisi, 20, f. 171-172.

18Dès le xvie siècle, cette dernière est particulièrement normée. Le principal critère d’agencement des feuilles hebdomadaires est d’ordre chronologique. Les avvisi locaux rendent compte de tout ce qui s’est déroulé de notable dans la ville concernée depuis l’envoi de la dernière feuille, et peuvent ouvrir sur un ou deux paragraphes qui reviennent sur des événements passés lorsqu’une précision ou un démenti doivent être apportés. Les énoncés y sont brefs, dénotatifs, sommaires parfois, souvent abscons pour celui qui n’a pas la feuille précédente entre les mains ou qui n’est pas familier de cette manière d’écrire. En règle générale, aucun commentaire n’accompagne la relation des faits. Par exemple, une feuille napolitaine datée du mois de septembre 1647 comporte sept retours à la ligne, soit sept nouvelles distinctes, chacun de ces paragraphes ouvrant sur une date différente, sans qu’il y ait le moindre hiatus44. Cette feuille est une feuille locale hebdomadaire et livre un compte-rendu de ce qui s’est déroulé à Naples entre les 22 et 28 septembre. À chaque jour de la semaine correspondent un paragraphe et une information différents.

  • 45 BAV, Urb. Lat., 1062, f. 37-38v.

19Dans les feuilles que nous qualifions d’« internationales », le dispositif d’ensemble est similaire et leur dénomination est identique. L’ordre chronologique qui leur donne leur structure générale correspond à l’arrivée des différents courriers ordinaires et extraordinaires dans la ville qui proviennent d’autres lieux où furent compilées d’autres nouvelles ou rédigées d’autres lettres d’avis, au singulier cette fois. Une feuille vénitienne manuscrite du 15 janvier 1594 se présente comme suit : un paragraphe sur les nouvelles portées par le courrier de Prague parti « le 28 passé », le suivant sur celles du courrier ordinaire de Vienne du « premier du courant », puis se suivent celles de Graz, Gênes, Madrid, Constantinople, de Pologne, puis de nouveau Constantinople, pour finir sur quelques lignes propres à l’administration vénitienne45. Le critère d’ordonnancement des nouvelles qui a été retenu, et que l’on retrouve partout, est bien celui de l’arrivée des différentes courriers dans la ville et non celui des événements proprement dits. D’ordre chrono-géographique, la structure d’ensemble des compilations internationales semble avoir été charpentée par les moyens de communication disponibles.

20De la fin de la première moitié du xvie siècle jusqu’aux années 1670-1680, les modalités de présentation, de mise en texte et de mise en forme des avvisi dits « publics » ne changent pas de manière radicale.

  • 46 Les nouvelles imprimées à Gênes demeurent toutefois une exception. En effet, la coexistence d’au mo (...)

21Il n’y a que très peu de paratexte dans ces feuilles. Très peu d’effets de mise en page également : en passant du singulier au pluriel et du support imprimé à la feuille manuscrite, les avvisi perdent leur frontispice, retrouvant du reste des attributs propres à la présentation des correspondances. Seuls le lieu et la date d’émission sont dégagés du corps du texte et, centrés en haut du premier recto, ils forment un en-tête qui fait office de titre. Et ceci est encore valable pour les compilations de nouvelles imprimées du xviie siècle, une fois que la faim d’informations suscitée par la Guerre de Trente Ans termine d’enraciner dans les pratiques de cour et de chancellerie l’habitude de recevoir, et de lire, même de manière très cursive, les nouvelles européennes46. Après un espace laissé libre par le copiste ou le typographe, vient le corps du texte qui se présente toujours sous la forme d’une succession de paragraphes dont le nombre, l’ordre et la taille ne varient que très peu d’une semaine à l’autre. Sauf situation exceptionnelle (retard d’un courrier ordinaire, arrivée d’une nouvelle dite « extraordinaire » provenant d’un lieu inédit dans la géographie de l’information préconstruite par l’ordre des rubriques), le lecteur abonné à une feuille de nouvelles verra chaque semaine l’actualité se dérouler selon un même plan, dans le même ordre et dans des proportions égales.

  • 47 C. Sirat, J. Irigoin et E. Poulle, L’écriture : le cerveau, l’œil et la main. Actes du colloque int (...)
  • 48 « Le périodique est un instrument propre à gouverner la lecture des textes. Solidaire à la fois du (...)

22Cette très forte concordance des moyens de communication, des modes de présentation des nouvelles et de mise en page du média crée immanquablement des habitudes de lecture uniformes. Un lectorat se définit non seulement par la similitude des choses lues, mais il peut aussi être envisagé du point de vue de la cognition, similaire elle aussi dans le cas présent, de ses lectures. Certes, chacun a ses raisons. Chacun a ses raisons de lire les nouvelles, et chacun, nous le verrons, peut le faire selon des finalités qui lui sont propres, selon qu’il est consul, ambassadeur, prince, banquier ou inquisiteur. Mais tous le font de la même manière, avec les mêmes gestes et pour ainsi dire d’un même œil47. Un œil semblable, presque uniforme, un œil devenu cohérent par la concrétion et la diffusion d’une forme médiatique unique sur le temps long48.

  • 49 Ce « on » impersonnel qui introduit les nouvelles correspond, en italien, à la troisième personne d (...)
  • 50 Depuis les travaux pionniers de Pierre Sardella sur Venise, nous savons que deux à trois ordinaires (...)

23Les paragraphes des avvisi fonctionnent tous comme des rubriques autonomes. Ils se succèdent au moyen d’un simple retour à la ligne, parfois d’un léger alinéa ou, le plus souvent, d’une infime diminution du retrait. Ils ouvrent dans plus de 80 % des cas sur une amorce stéréotypée qui indique en premier lieu la ville et la date d’émission de la nouvelle qui est ensuite succinctement développée, reprenant par-là à l’échelle de chaque rubrique la structure d’ensemble des feuilles de nouvelles. Ces formules sont suffisamment stables et itératives pour donner aux avvisi leur marque de fabrique. La formule consacrée est la suivante : « Per lettres de... » + nom d’une ville + « du... » suivi de la date d’envoi des lettres + « on dit/ entend/croit/avise que... »49. Puis vient seulement la relation de l’événement. Et si l’actualité du lieu en comporte plusieurs, la conjonction « que » est ensuite répétée en tête de chaque proposition pour introduire une autre nouvelle. Lorsque les paragraphes des avvisi a stampa enflent jusqu’à atteindre le demi folio dans le cas génois, ce n’est pas qu’un événement y a été développé avec force détails, mais seulement parce que le nouvelliste a su mobiliser des notizie de natures et de provenances diverses. L’écriture de l’actualité semble moins liée à l’importance accordée aux événements, qu’à la force centripète de leur ville d’exercice et aux aléas – de moins en moins aléatoires d’ailleurs au xvie siècle50– des courriers. Les principaux axes de communication européens et méditerranéens, ainsi que la généralisation des courriers ordinaires sont pour la plupart antérieurs à l’existence des feuilles de nouvelles : il est donc possible d’affirmer qu’ils en façonnent la périodicité, la géographie d’ensemble et même, dans une certaine mesure, la composition interne.

24Que le verbe « aviser » soit récurrent dans les avvisi a mano ou a stampa n’est pas une surprise : la diffusion des informations s’opère par copies successives : les feuilles vénitiennes servent par exemple de support à la compilation des nouvelles levantines et impériales à Gênes. Seulement, la situation du verbe dans les textes, jointe à une évidente interchangeabilité avec ceux que nous avons évoqués ci-dessus, mérite interprétation. L’étude lexicographique et la modélisation de ces amorces nous permettent de voir dans le fait d’aviser une action, déclarative et cognitive, ainsi que le résultat d’une chaîne d’actions qui compulse le fait de voir (un événement), de dire ou d’écrire (une nouvelle) et de croire (une information). Aviser signifie donc autant informer que communiquer : aviser c’est informer en communiquant, d’autant que le verbe informare n’est jamais employé par les nouvellistes italiens, alors que l’usage du terme est attesté dans nombre de correspondances contemporaines des avvisi.

  • 51 Par exemple : « Spedisce à Otranto il s[igno]re Valier Generale delle tre Isole, una feluca, colla (...)
  • 52 Cet emploi spécifique du verbe informer par le chevalier Rospigliosi est tout sauf un cas isolé. Il (...)
  • 53 « Non dubitando, che costà sarà venuto auuiso, che N[ostro] S[igno]re habbia concessa la dispensa p (...)

25Dans les lettres du Frà Vincenzo Rospigliosi, chevalier de l’Ordre de Malte et général des galères du pape pour les campagnes navales lors du siège de Candie (1668-1669), la forme verbale « être informé » est invariablement utilisée en début de dernier paragraphe. Il s’agit pour le frà d’expliciter, de manière quasi rituelle, son devoir et son objectif, à savoir que le cardinal Rospigliosi, son frère, soit pleinement avisé des avancées des troupes chrétiennes51. L’information est ici un résultat, consécutif de la communication des avvisi. Elle est davantage un savoir que le processus ou les éléments factuels qui ont abouti à sa constitution. En ce sens, on comprend pourquoi lorsqu’il s’agit d’en modéliser l’emploi, ce sont les adverbes « pienamente » ou « copiosamente » qui lui sont adjoints52, puisqu’en tant que savoir, l’information est nécessairement considérée comme quelque chose de complet, d’univoque et de vrai. Il y a donc être informé et être informé, la réception des avvisi ne gageant en rien de la vérité des informations transmises, bien au contraire53.

26C’est en toute logique que historiens italiens du pré-journalisme, de ce « journalisme des origines » ont pu souligner la parenté existant, via les avvisi a stampa, entre les nouvelles à la main et les journaux modernes. La paternité des feuilles hebdomadaires manuscrites est parfaitement indéniable, mais il convient de préciser que cet ancêtre-ci a survécu à la naissance de ses enfants naturels, et qu’il demeure encore bien vigoureux dans l’Europe du xviie siècle. Les années 1630-1640 marquent en effet le début de l’impression quasi générale des feuilles de nouvelles. Certains centres secondaires comme Ancône ou Ravenne ne tardent pas à profiter de ce nouvel essor pour proposer leur propre feuille sur le marché et contribuent ainsi à accroître le sentiment qu’un saut quantitatif a été amorcé et qu’il se prolonge jusqu’à la fin des années 1660. Pourtant, cette nouvelle technologie de l’information, qui n’est d’ailleurs pas si nouvelle que cela si on se rappelle les modalités antérieures de communication des avis, ne fait en rien disparaître l’ancienne manière de faire. Jusqu’à la toute fin du xviie siècle, et encore ponctuellement au siècle suivant, les deux formes, manuscrite et imprimée, cohabitent.

  • 54 ASV, Segr. Stato, Avvisi, 20-21
  • 55 Nous sommes conscient que ce fait de conservation pourrait a priori passer pour un effet de classem (...)
  • 56 Ce périodique international-ci est vraisemblablement celui que compile Luca Assarino, qui officie à (...)

27De temps à autre en 1647, les Secrétaires d’État du Saint-Siège se procurent une feuille de nouvelles imprimée à Gênes, puis l’année suivante la reçoivent chaque semaine sans faute54, ce qui tendrait à prouver qu’ils ont probablement décidé de s’y abonner55. Néanmoins, au cours de cette même année, une autre feuille génoise, manuscrite cette fois, fait son apparition. Les deux documents coexistent donc et, en dépit d’une désignation identique, ne répondent pas aux mêmes exigences. La première relève en effet plutôt du « journal international », tandis que la seconde fait quant à elle la part belle aux nouvelles propres à la cité et à la Ligurie. Non seulement le périodique manuscrit est dans ce cas précis postérieur à la feuille imprimée, mais encore son existence ne modifie en rien le contenu de l’avviso a stampa. Toujours placé en premier, le paragraphe des nouvelles imprimées consacré aux nouvelles locales ne subit aucune altération à court ou moyen terme. Les deux feuilles sont donc autonomes et non concurrentes, puisque même si elles sont désignées de manière similaire, elles correspondent en réalité à deux types d’offres différents, voire à deux types d’avvisi distincts56.

  • 57 M. Giesecke, Der Buchdruck in der frühen Neuzeit. Eine historische Fallstudie über die Durchsetzung (...)
  • 58 A. Petrucci, L’écriture manuscrite et l’imprimerie : rupture ou continuité ?, dans C. Sirat, J. Iri (...)
  • 59 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la sociét (...)
  • 60 Notamment, pour l’Italie : T. Bulgarelli, Gli Avvisi a stampa in Roma... cit. La thèse défendue par (...)

28L’impression des nouvelles, traditionnellement interprétée comme une rupture technologique radicale57, modifie-t-elle vraiment de manière significative la communication et la cognition de l’information58 ? Certaines modifications d’ordre formel apparaissent une fois les compilations de nouvelles passées par les boutiques des typographes. Les imprimeurs, dont le nom fait son apparition en bas du dernier folio avec la mention de la licence obtenue, apportent notamment un soin croissant à la lettre initiale qui se détache alors de plus en plus du corps du texte et peut parfois être agrémentée de quelques effets d’enluminure. Il arrive aussi que la feuille soit titrée du nom du nouvelliste, à l’instar du « Sincero » par exemple, son identification sur un marché de l’information en voie de constitution s’en trouvant de fait facilitée. On comprendra alors la tentation qui existe pour les historiens de l’opinion publique59d’interpréter l’impression comme une séduction, nouvellistes et typographes cherchant de concert et au moyen de quelques artifices techniques à en élargir la « sphère »60.

29Plus déterminant pour les pratiques de lecture que les éléments précédemment cités est l’emploi à Bologne et à Gênes dans les années 1650 de majuscules d’imprimerie pour inscrire le nom des villes d’où proviennent les nouvelles. En s’insérant dans un dispositif qui ne disposait que du retour à la ligne et du jeu sur le retrait initial pour séparer visuellement les différentes parties, la majuscule d’imprimerie peut être considérée comme un progrès. Son utilisation rend possible une manière de lire plus cursive et potentiellement plus sélective. Incontestablement, écrire le nom des villes en majuscule facilite le repérage, accélère la lecture et tend à reformater l’œil des lecteurs. Si la cognition de l’information s’améliore de fait en devenant potentiellement plus efficace et peut-être plus fonctionnelle, elle n’en sort pas bouleversée pour autant.

Fonctions et usages de l’information

  • 61 S. Iucci, La trattatistica sul segretario tra la fine del Cinquecento e il primo ventennio del Seic (...)
  • 62 E. Bonora, Ricerche su Francesco Sansovino imprenditore librario e letterato, Venise, 1994.
  • 63 « La seconda parte si consumera in narrar breuemente & chiaramente all’amico quella cosa della qual (...)

30La trattatistica relative aux arts d’écrire et au métier de secrétaire61, élaborée en vue de normer le travail des professionnels de la plume, fait mention des lettres d’avis, qui appartiennent à la famille des « lettre civiles » sous la plume d’un Francesco Sansovino (Rome 1521 – Venise 1583)62, qui diffèrent notamment des « lettres poétiques » par leur concision, par le souci d’efficacité qui préside à leur rédaction, ou encore par la place accordée aux choses de la guerre et de la paix63. La notion de « lettres civiles » est importante, car elle permet de dépasser d’emblée, et de manière quasi définitive, la traditionnelle distinction tracée entre les « lettres publiques » d’une part et les « lettres privées » d’autre part. Et dans ces pages consacrées à la manière d’écrire correctement un aviso, l’auteur d’insister sur les trois qualités fondamentales d’une lettre d’information : 1) la brièveté, 2) la clarté et 3) l’utilité du propos.

  • 64 J.-Cl. Waquet, François de Callières : l’art de négocier en France sous Louis XIV, Paris, 2005.

31Autre champ de la trattatistica moderne, les « arts de négocier » sont également émaillés de multiples occurrences du vocable avviso et de ses dérivés. Selon François de Callières (Thorigny 1645 – Paris 1717)64, il ne peut y avoir de « Bon Ambassadeur » sans une bonne « connoissance » des événements qui se déroulent dans le pays au sein duquel il officie ou dans celui de son Prince, ainsi que de tous ceux dont les conséquences pourraient interférer avec leur activité. Les diplomates reçoivent ainsi et font rédiger par leur secrétaires quantités d’avis qui, malgré la méfiance dont il faudrait toujours faire preuve à leur égard, constituent avec les dépêches relatives aux négociations en cours l’essentiel de leur production documentaire :

  • 65 F. de Callières, De la manière de négocier... cit., p. 93-96.

Un habile Negociateur ne croit pas legerement tous les avis qu’il reçoit, il en examine toutes les circonstances, l’interêt & les passions de ceux qui les donnent, par quelle voye ils peuvent avoir découvert les desseins dont ils l’avertissent, s’ils sont du rapport avec ce qu’il fait d’ailleurs de l’état des affaires, si on fait quelque mouvement & quelques prepraratifs qui les rendent vraisemblables, & quantité d’autres signes sur lesquels un homme habile & penetrant sait tirer de justes consequences... Il faut qu’il mande exactement à son Prince tous les avis qu’il reçoit avec toutes les circonstances qui les accompagnent, c’est-à-dire, par qui et comment il les a reçûs, & qu’il y joigne toutes ses conjectures, afin que le Prince soit en état de juger si les conséquences que son Ministre en tire son bien ou mal fondées65

32Si la question de la diffusion des nouvelles tient autant d’importance dans ces textes, c’est parce que les négociateurs et leur entourage en sont autant les premiers acteurs que les principaux consommateurs. Et les théoriciens de la diplomatie de faire de leurs arts de négocier de véritables « arts d’informer ». Il s’agit notamment, pour ces anciens praticiens passés du service actif à la didactique, d’en présenter les moyens, les enjeux et les méthodes modernes afin que chacun puisse trouver dans la pratique les solutions adéquates pour allier le besoin de clarté et la nécessité d’être exhaustif.

  • 66 J. A. de Vera Zùñiga y Figueroa, Le parfait ambassadeur, traduit de l’espagnol en françois par le S (...)

33Le plus bel exemple de méthodologie concernant l’écriture de l’information demeure à notre connaissance celui que propose Juan Antonio Vera Zùñiga y Figueroa (Merida 1583 – Madrid 1658) dans son dialogue du Parfait ambassadeur66. Lorsque « Jule » l’interroge sur « la meilleure méthode d’écrire les avis qui se donnent », « Louis » lui répond de ne pas « amuser à décrire par le menu tout le discours qui s’est fait de bouche ou de su, et dont il veut donner avis » et de ne s’en tenir froidement aux faits :

Et pour y mieux procéder, il faut qu’il ayt secrettement quelques petits liures ou tablettes, où il escriue ce qu’il fait, & ce qu’il doit, & ce qu’il doit faire, & qu’il mande quant & quant ce qu’il tente, & ce qu’il essaye ; ce qu’il espere, & pourquoy il l’espère, car de donner aduis de ce qui s’est passé & de ce qui est present, c’est la plus froide & la moins loüable chose que puisse faire vn Ambassadeur.

34Commentaires, prospectives et tentatives d’explications sont alors nécessairement séparés de la relation brute des événements. Et l’ambassadeur doit s’attacher à distinguer dans ses plis comme dans ses archives ce qui relève de l’actualité politique et de sa mission, et de séparer aussi la relation de cette dernière de l’exposé de ses raisons ou de ses éventuelles conséquences. Coexistent ainsi plusieurs types d’avis qu’induisent différents régimes d’information. Et que l’on soit dans l’Italie du xvie siècle, dans l’Espagne du siècle suivant ou dans la France de Louis XIV, transmettre un avis et donner son avis sont deux choses distinctes, voire opposées. Le caractère rigoureusement factuel des renseignements que l’on retrouve dans les lettres d’avis comme dans les feuilles de nouvelles n’est donc ni gratuit, ni secondaire, ni accidentel. Ce qui relevait à l’origine d’une pratique propre à l’exercice diplomatique s’impose par la diffusion des mots et des formes comme une véritable norme d’écriture pour l’information moderne. Ceci explique en partie pourquoi le terme d’« avis » sert à désigner en français, en italien ou en castillan des objets textuels certes apparentés, mais dont la nature et les fonctionnalités a priori divergent.

  • 67 Cf. note 12. Il s’agit de résumés composés à partir des dépêches officielles, de copies de chapitre (...)

35Le premier emploi systématique du terme remonte aux débuts du xvie siècle et correspond à une pratique de chancellerie. Plusieurs registres des archives du gouvernement vénitien sont en effet qualifiés de « somme d’avis » et renferment pour l’essentiel des compilations synthétiques rédigées à partir des dépêches des agents de la Sérénissime. Ces compilations de compilations circulent entre les principales institutions sous forme de feuillets qui peuvent aussi être ponctuellement communiqués aux autres représentants diplomatiques se présentant devant le Collegio pour une audience particulière67. Au sein du gouvernement vénitien et sur ses bords, aviser signifierait ainsi transmettre de manière privilégiée des informations compilées pour leur pertinence.

  • 68 W. Behringer, Thurn und Taxis : die Geschichte ihrer Post und ihrer Unternehmen, Piper, 1990 ; Im Z (...)
  • 69 C. Zwierlein, Discorso und Lex Dei. Die Entstehung neuer Denkrahmen im 16. Jahrhundert und die Wahr (...)
  • 70 M. Häberlein, Die Fugger. Geschichte einer Augsburger Familie (1367-1650), Stuttgart, 2006, p. 158- (...)
  • 71 M. Infelise, From merchant’s letters to handwritten political avvisi: notes on the origins of publi (...)

36Il semble que cette information privilégiée d’origine vénitienne, jointe à la qualité et à l’étendue du système de postes régenté par les Thurn et Taxis68, ait servi de matrice à la diffusion des nouvelles dans les milieux marchands d’un continent que ce système contribue à construire69. Ce qui était à l’origine un document de travail pour une chancellerie aux prises avec la gestion de flux d’informations toujours plus importants est devenu le support et le cadre de la diffusion de l’information publique en Italie et en Europe. Par exemple, les réseaux, les besoins et les ressources de la famille Fugger70montrent qu’un pont est jeté au xvie siècle entre les dépêches diplomatiques et les nouvelles marchandes71. Les unes et les autres relèvent, du reste, d’une seule et même intention : mieux y voir (faire savoir) pour mieux prévoir (« voir de loin », selon Furetière).

  • 72 Y. Renouard, Information et transmission des nouvelles, dans C. Samaran (dir.), L’histoire et ses m (...)

C’est l’information qui fournit à l’homme les données sur lesquelles réfléchit son intelligence et travaille sa raison avant toute décision : « il faut savoir afin de prévoir et de pourvoir », selon la formule célèbre d’Auguste Comte. L’information, qui donne aux hommes le plus souvent leur connaissance du monde extérieur, détermine en partie leur action. Quel chef de guerre peut se passer d’un service de renseignements ? Et la vie n’est-elle pas, comme le disaient saint Paul et Sénèque, une milice perpétuelle72 ?

  • 73 Nous ne parlons pas ici de la presse « commerciale » stricto sensu, ni même des rares nouvelles com (...)
  • 74 M. Sénellart, Les arts de gouverner : du regimen médiéval au concept de gouvernement, Seuil, 1995 ; (...)
  • 75 N. Luhmann, Die Wirtschaft der Gesellschaft, Francfort, 1988, p. 20.

37Qu’elle soit utilisée à des fins militaires, diplomatiques ou commerciales73, l’information participe des pratiques « délibératives » des acteurs, au sens où toute nouvelle transmise peut influer sur une prise de décision éventuelle74. C’est dans ce cadre que la définition de l’information par Gregory Bateson reprise par Luhmann, comme une « différence qui fait la différence avec un événement postérieur », peut prendre tout son sens75. Mais cette différence est-elle la même pour tous ?

  • 76 ASV, Segr. Stato, Avvisi, 81. Toutes les pièces dont le dernier feuillet a été conservé, c’est-à-di (...)

38Les Inquisiteurs vénitiens, la Secrétairerie d’État du Saint-Siège par l’entremise de ses cardinaux secrétaires, à l’instar d’un Francesco Barberini par exemple76, le duc d’Urbino ou avant eux le banquier Ulrich Fugger d’Augsbourg : tous reçoivent des nouvelles comparables, de l’usage desquelles il est dès lors possible d’esquisser une typologie.

  • 77 BNM, Ms. It., VII, 1267 (8533). Giornale del’Interdetto (12 octobre 1605-11 mai 1607). M. Infelise, (...)
  • 78 ASVe, Inquisitori di Stato, 701-712.

39Pour les inquisiteurs vénitiens il s’agit moins de savoir ce qui se fait ailleurs en Europe ou au Levant que de maîtriser ce qui se dit au sein de la cité. Tel est surtout le cas lors de la querelle de l’Interdit (1605-1607)77, au cours de laquelle s’impose à Venise une politique rigoureuse de contrôle des flux d’informations. Ceci explique pourquoi les nouvelles à la main dispersées dans leurs archives sont principalement écrites à Venise et en plusieurs exemplaires, puisqu’elles sont le résultat de saisies opérées dans la cité, et non d’abonnements comme cela peut se faire ailleurs78. C’est le contrôle de l’opinion, la censure pour dire les choses autrement, qui pousse les Inquisiteurs à collecter des avvisi.

  • 79 M. Belardini, Del « Secretario » e « Secreteria di Nostro Signore ». Appunti per una ricerca sulle (...)
  • 80 P. Blet, Histoire de la Représentation diplomatique du Saint Siège, Città del Vaticano, 1982.
  • 81 Deux exemples parmi d’autres : ASV, Segr. Stato, Venezia, 37, registre des lettres de Monseigneur O (...)

40Pour la Secrétairerie d’État du Saint-Siège, les enjeux sont différents79. Il s’agit premièrement de compléter, à l’aide des feuilles publiques les nouvelles transmises par les dépêches officielles afin de préparer les instructions délivrées aux nonces et aux légats. Il ne faudrait pas oublier que la représentation du Saint-Siège est moins universelle que celle des autres puissances européennes, puisque confinée à l’intérieur des frontières de la chrétienté80. C’est ainsi que les nonces, et notamment ceux qui se trouvent proches de cette frontière, prennent progressivement l’habitude au tournant des xvie et xviie siècles de joindre à leurs plis officiels tout ou partie de ce qui s’écrit, se dit, se copie et parfois s’imprime dans leur ville de résidence, voire dans l’ensemble de leur zone de responsabilité81. La pratique fera florès : les valises diplomatiques ne sont-elles pas, aujourd’hui encore, composées de rapports, de points de situations et des journaux locaux ?

  • 82 Il s’agit en particulier de Gratioso Gratiosi durant le pontificat de Sixte Quint : « A’ 4 di marzo (...)
  • 83 « A’ 20 [avril 1586] andò l’Uguzzone a Venetia per secretario residente ». Et, dix ans plus tard : (...)
  • 84 Cf. note 26. Suite à la suppression du duché qui devient alors partie intégrante des États pontific (...)

41Le cas de Francesco Maria II delle Rovere, dernier duc d’Urbino (1548-1631), est intéressant car les différents avvisi a mano en sa possession ne répondent pas tous aux mêmes exigences, ni aux mêmes finalités. Son représentant à Rome82avait pour habitude de lui envoyer systématiquement tous les avvisi romains disponibles, et n’a eu de cesse d’ajouter pour chaque feuillet une série d’annotations commentant et mettant en perspective les nouvelles transmises. En revanche, nulle trace de ces annotations pour les nouvelles internationales copiées à Venise, et qui forment l’autre grande série de nouvelles conservées par le duc dans sa bibliothèque, malgré la présence ici aussi d’un « secrétaire résident »83. Simple curiosité d’un prince italien soucieux de se tenir au courant des affaires du monde d’une part, et nécessité de l’être afin de pouvoir, le cas échéant, faire preuve de réactivité vis-à-vis de la politique pontificale dont dépend le duché d’autre part, les motivations divergent. Toutefois, le résultat est le même : à condition que les feuilles envoyées fussent effectivement lues par le prince et son secrétaire Guido Veterani, et que les dimensions de cette collection reversée en 1657 dans les fonds de la Bibliothèque apostolique ne soient pas totalement à remettre en cause84, le duc d’Urbino faisait à coup sûr partie des personnes les mieux informées de son temps.

42Et ce qui est valable pour les nonces apostoliques ou les agents d’un prince italien, l’est également pour un grand banquier comme Ulrich Fugger (1528 – 1584). Comme d’autres hommes d’affaires de son temps, et comme ses ancêtres avant lui, Ulrich Fugger entretient avec ses agents une correspondance nourrie et régulière qui lui permet de se tenir au courant des événements généraux et de l’état des marchés partout où les intérêts de la famille sont impliqués. Seulement, cela ne l’empêche pas de recevoir pendant des années nombre d’avvisi a mano, au point de constituer ce qui est traditionnellement considéré comme la première véritable collection d’avvisi.

43Curiosité intellectuelle et action diplomatique ou militaire forment ainsi, avec le contrôle de l’opinion et la gestion des affaires, les principaux usages des avvisi ; usages qui se recoupent en partie et se réduisent tous à un même besoin, une même faim d’information. Ce n’est plus la qualité des nouvelles, ni même leur précision, qui entre alors en jeu, mais le fait même de s’informer. Le caractère extensif de la faim d’information domine, dans chacun des cas présentés, l’intensité d’un besoin réel, voire professionnel.

  • 85 W. Kaiser et G. Buti, Moyens, supports et usages de l’information marchande à l’époque moderne, dan (...)

44Il est donc parfaitement logique que les premiers journaux manuscrits aient conservé le nom d’avvisi, terme qui au préalable servait à caractériser les envois de nouvelles plus ou moins confidentielles et/ou leur compilation en chancellerie. Dans le premier cas, la possibilité d’influer sur l’action à venir du destinataire est toujours présupposée par l’émetteur du message. Avec les « nouvelles à la main » comme avec les avvisi a stampa, les structures, les formes et le nom demeurent même si les intentions, elles, divergent sans conteste. La connaissance extensive et souvent redondante des événements, qui découle de leur diffusion simultanée, sert à faire croire que la part de risque et d’incertitude liée à toute forme de prise de décision peut de la sorte être réduite. La répétition et l’effet de masse rassurent les acteurs politiques ou économiques. Dans le second cas, l’information est pour ainsi dire suffisante, et réflexive. Être informé devient une fin en soi, et c’est ainsi que naît en Europe l’actualité moderne. Évidemment, la prise de décision demeure un horizon possible de toute lecture. Il suffit pour s’en convaincre de rappeler l’importance du nombre d’avvisi reçus chaque semaine par la Secrétairerie d’État du Siège malgré le nombre colossal d’informations à extraire des correspondances des nonces, des espions, des légats, des visiteurs apostoliques et des missionnaires disséminés partout en terre de chrétienté, et même au-delà. Mais ce contexte d’« hyper-information »85, qui rend nécessaire la sélection et le traitement des nouvelles, n’est-il pas au final la preuve qu’aviser et être avisé sont bel et bien deux choses radicalement différentes ?

45Ainsi, et même si l’information moderne dans son ensemble ne se réduit sûrement pas à la diffusion des avvisi, il est toutefois possible de conclure sur l’idée que le concept d’information gagne à être interrogé historiquement au moyen d’une analyse critique et comparée des médias, des termes employés et des pratiques afin de ne se contenter ni du réductionnisme terminologique ni de la rétrospection qui aboutissent souvent, l’un comme l’autre, à confondre le sens des mots et la signification des choses.

Haut de page

Notes

1 B. Miège, L’information-communication, objet de connaissance, Bruxelles, 2004.

2 Cl. Gauvard, Introduction, dans C. Boudreau et al. (dir.), Information et société en Occident à la fin du Moyen Âge, Paris, 2004, p. 14-15.

3 J. Guilhaumou, À propos de l’analyse de discours : les historiens et le « tournant linguistique », dans Langage et société, 65, 1993 ; Où va l’analyse de discours ? Autour de la notion de formation discursive, dans Marges linguistiques, 9, 2005, p. 95-114.

4 Nous entendons ici le terme de critique dans le sens que lui confère Niklas Luhmann, c’est-à-dire comme une « observation de second ordre », comme l’observation d’une observation. N. Luhmann, Die Wissenschaft der Gesellschaft, Suhrkamp, 1990, p. 86.

5 J. Hayez, Avviso, informazione, novella, nuova : la notion d’information dans les correspondances toscanes vers 1400, dans C. Boudreau et al., Information et société... cit., p. 113-134.

6 « Dans la lente genèse de la notion moderne de l’information, la communication marchande reflète ainsi une première inflexion, en contribuant à créer un nœud sémantique autour des termes « aviser » et « informer », qui met spécialement en valeur l’idée d’un contrôle des messages, de leur quête à leur redistribution en passant par leur utilisation pour anticiper l’avenir. », Ibid., p. 132.

7 Vocabolario degli accademici della Crusca, in questa terza impressione da’ nuovamente corretto, e copiosamente accreciuto, al Serenissimo Cosimo terzo Granduca di Toscana, Stamperia dell’Accademia della Crusca, II, 1691, p. 184.

8 A. Furetière, Dictionnaire universel contenant des mots français tant vieux que modernes et les termes de toutes les sciences et les arts, Genève, 1970 [1690], p. 48.

9 Ceci explique pourquoi le verbe est si fréquemment présent dans les délibérations des Parlements, des états et des municipalités de Provence à la fin du xvie siècle. Nous remercions Fabrice Micallef pour avoir porté cette référence à notre connaissance. F. Micallef, L’Europe des possibles. Crises internationales et apprentissage politiques autour des « affaires de Provence » (1580-1610), thèse de doctorat en cours sous la direction de W. Kaiser, Université Paris1 Panthéon-Sorbonne.

10 BAV, Urb. Lat., 1038-42.

11 BAV, Urb. Lat., 1043-1102, comme désigné dans les index de la Biblioteca Apostolica Vaticana. À ces registres, nous avons estimé pertinent de joindre les suivants désignés seulement comme « Incertorum monita seu nuntii (vulgo avvisi) », ainsi que les trois derniers, qui renferment quant à eux des avisos de provenances diverses, mais tous en castillan, pour la période 1598-1629, BAV, Urb. Lat., 1115-1117. N’étant pas rédigés en italien, ces documents espagnols depuis Madrid ou Constantinople n’ont pas retenu l’attention des historiens. Le duc a pourtant séjourné à la cour des Rois Catholiques au début des années 1560 afin d’y parfaire sa connaissance du métier de prince et a par la suite continué d’y entretenir des réseaux de correspondants, la maison delle Rovere étant un des nombreux satellites espagnols en Italie. F. Ugolini, Storia dei conti e duchi d’Urbino, II, Grazzini – Giannini e C., 1859, p. 282.

12 ASVe, Inquisitori di Stato, 701-712 ; ASVe, Avisi di Napoli,16191620 ; ASVe, Avvisi diversi, 1620-1621 ; ASVe, Avvisi, 1620-1622 ; ASVe, Avisi da Brusselles ed altri luoghi, 1624-1626 ; ASVe, Sommari d’avisi, 1510-1523 ; ASVe, Sommari d’avisi, 1523-1529 ; ASVe, Sommari de’ avisi da Cost., Corfù, etc., 15371550 ; ASVe, Sommari d’avisi, 1550-1572 ; ASVe, Sommari d’avvisi da diversi luoghi, 1602-1615 ; ASVe, Ristretti di avvisi, 1630-1631. Et, conservé à la Marciana, l’explicite registre BNM, Ms. It., VII, 1279 (8886). Miscellanea storico-politica, « Avisi notabili del Mondo, et delliberazioni più importanti di Pregadi », 4 mars 1588 – 25 février 1589 », f. 1-146.

13 ASV, Segr. Stato, Avvisi, 7-8, 15, 19-41, 81, 87, 101, 106, 120, 125-126, 129-130, 148; ASV, Segr. Stato, Venezia, 9-108, 263-282 ; ASV, Miscellanea, Arm. I, 141.

14 « On appelle un Ambassadeur un honorable Espion ; parce que l’une de ses principales occupations est de découvrir les secrets des Cours où il se trouve, & il s’acquitte mal de son emploi, s’il ne fait pas faire les dépenses necessaires pour gagner ceux qui sont propres à l’en instruire. », F. de Callières, De la manière de négocier avec les souverains, de l’utilité des négociations, du choix des ambassadeurs et des envoyez, et des qualités nécessaires pour réussir dans ces employs, Paris, 1716, p. 30. La formule, récurrente dans les arts de négocier des xvie-xviiie siècles, a également fait florès chez les historiens de la diplomatie et de l’espionnage modernes. Notamment : A. Hugon, Au service du Roi Catholique : « honorables ambassadeurs » et « divins espions ». Représentation diplomatique et service secret dans les relations hispano-françaises de 1598 à 1635, Madrid, 2004 (Coll. Casa de Velásquez). François de Callières n’est pas le premier à désigner ainsi les diplomates de son temps. Déjà Panfilo Persico en 1620 parlait de « spie nobili », de « nobles espions », à la première page de son index. P. Persico, Del segretario... cit., Venise, 1620, s. n. Et, toujours antérieurement à Callières, Abraham von Wicquefort, en avait esquissé l’idée, n’hésitant pas à qualifier de « mestier d’espion » les fonctions et les actions des ambassadeurs modernes. A. van Wicquefort Abraham, L’ambassadeur et ses fonctions... cit., Cologne, 1676, 2e partie, p. 6-7.

15 ASV, Segr. Stato, Venezia, 9-10; 263.

16 J. Browne, The Merchant avizo, éd. P. Mc Grath, Baker Library, 1957 [1589].

17 Jean-Pierre Étienvre tente de résoudre le problème en faisant du pluriel la marque du contenant, les avisos espagnols, avec leurs règles, leurs normes, etc. ; le terme « aviso » au singulier étant alors employé pour désigner le contenu des avisos : la nouvelle, pour simplifier. J.-P. Étienvre, Entre relacíon y carta : los avisos, dans M. C. García de Enterría et al., Les relaciones de sucesos (canards) en Espagne : 1500-1750. Actes du Ier Colloque international (Alcalá de Henares, 8-10 juin 1995), Paris ; Alcalá de Henares, 1996, p. 111-112. Nous ne nions pas la pertinence de cette analyse, que confirme d’ailleurs notre étude des avvisi italiens et de l’emploi du terme et de ses dérivés dans les lettres de la Secrétairerie d’État du Saint-Siège, sur plus d’un siècle et demi. Si les quelques 3 000 occurrences du groupe av(v)iso que nous avons pu identifier confirment effectivement cette tendance, celle-ci n’est justement qu’une tendance. En effet, dans plus d’1/5e des cas, l’indétermination demeure, et le pluriel de renvoyer aussi aux contenus.

18 Nous laissons de côté un sixième terme, celui de « relation », dont la fréquence est pourtant aussi importante que celle du groupe avviso sur les frontispices imprimés du xvie siècle, pour devenir majoritaire au siècle suivant, car les relations forment un corpus sinon un genre tout à fait spécifique. Il serait vain de renvoyer ici aux innombrables éditions de sources qui nourrissent depuis plus d’un siècle l’histoire de la diplomatie moderne. P. Bégrand (dir.), Las relaciones de sucesos relatos fácticos, oficiales y extraordinarios. Encuentro international sobre relaciones de sucesos, Besançon, 19-20 septiembre 2003), Besançon, 2006 ; G. Benzoni, A proposito della fonte prediletta di Ranke, ossia le relazioni degli ambasciatori veneziani, dans Studi Veneziani, XVI, 1988, p. 245-257 ; D. E. Queller, The development of ambassadorial relazioni, dans J. R. Hale (dir.), Renaissance Venice, Londres, 1973, p. 174-196.

19 T. Bulgarelli, La battaglia di Lepanto e il giornalista romano del Cinquecento, dans Accademie e Biblioteche d’Italia, XXIX, 3-4, 1961, p. 231-239. A. Redondo, El mundo turco a través de la « Relaciones de Sucesos » de finales del s. XVI y de las primeras décadas del s. XVII : la percepción de la alteridad y su puesta en obra narrativa, dans A. Paba et G. A. Renales (dir.), Encuentro de civilizaciones (1500-1750). Informar, narrar, celebrar. Actas del tercer Coloquio Internacional sobre relaciones de sucesos, (Cagliari, 5-8 septiembre 2001), Universidad de Alcalá, Alcalá de Henares, 2003, p. 235-254.

20 G. Feyel, L’Annonce et la nouvelle. La presse d’information sous l’ancien régime (1630-1788), Oxford, 2000.

21 Il existe une véritable passion pour les occasionnels et les « canards » dans l’Europe des xvie et xviie siècles. F. Dahl, Dutch Corantos, 1618-1650. A bibliography, dans The English Historical Review, 62, 244, 1947, p. 400 ; N. Petit, L’éphémère, l’occasionnel et le non livre à la Bibliothèque Sainte-Geneviève (xve-xviiie siècles), Paris, 1997 ; J.-P. Seguin, L’information en France avant le périodique, 517 canards imprimés entre 1529 et 1631, Paris, 1964.

22 Nous pensons ici en particulier aux « avvisi burleschi » écrits par Giulio Cesare Croce qui ne sauraient être réduits par l’analyse à une simple parodie baroque. Le fait que l’auteur utilise le terme d’« avvisi » et use de leur forme spécifique est parfaitement significatif. Ceci, en plus de confirmer le goût de l’époque pour les « prodiges » et les « merveilles », montre également qu’aviser est une pratique connue, formatée et aisément reconnaissable par toutes sortes de public. G. C. Croce, Avisi burleschi venuti da diverse parti del mondo, cose notabilissime e degne di essere intese, eredi Cochi, s.d.

23 Ce sont effectivement les avvisi de Rome qui ont fourni aux historiens de la papauté la matière principale de leurs études : J. A. F. Orbaan, La Roma di Sisto V negli Avvisi, dans Arch. Soc. Rom. Stor. Patr., XXXIII, 1910, p. 176sq ; L. von Pastor, Histoire des papes depuis la fin du Moyen Âge..., 22 t., Paris, 1911-1962 [1901].

24 J. Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle, I, Rome, 1957.

25 Ibid., p. 28.

26 R. Ancel, Étude critique sur quelques recueils d’avvisi. Contribution à l’histoire du journalisme en Italie, dans Mélanges d’Archéologie et d’Histoire, 1908.

27 Nous pensons en particulier ici aux travaux réalisés par Tullio Bulgarelli sur les avvisi imprimés à Rome aux xvie et xviie siècles, et qui ont fait l’objet en 1979 d’une exposition à la Biblioteca Nazionale. Gli Avvisi a stampa in Roma nel Cinquecento. Bibliografia, antologia, Rome, 1967 ; A. Bertone Pannain, S. Bulgarelli, L. Mazzola (dir.), Il giornalismo romano delle origini (sec. xvi-xvii). Mostra bibliografica, Rome, 1979.

28 BAV, Urb. Lat., 1038-1112, janvier 1554-décembre 1648. Contrairement à ce que pourrait laisser croire leur présence dans ce fonds d’archives, les premiers textes furent bien adressés au célèbre banquier Ulrich Fugger d’Augsbourg entre 1554 et 1565, voire jusqu’en 1572. Ces premiers avvisi auraient été intégrés à la bibliothèque de l’électeur palatin Frederic IV en 1584, qui devient en 1623 un fonds de la bibliothèque du Vatican. La collection du duc d’Urbino proprement dite ne commence, elle, qu’au volume 1043. Elle fit, dès le xviie siècle, l’admiration de quelques érudits, comme l’abbé Lancellotti par exemple qui affirme en 1637 avoir consulté des avvisi de la bibliothèque du duc vieux de plus de soixante-dix ans. S. Lancellotti, L’hoggidì, overo gl’ingegni non inferiori à passati, vol. 2, Venise, 1681, § 22, p. 352.

29 R. Ancel, Étude critique... cit., p. 122.

30 M. Infelise, Prima dei giornali. Alle origini della pubblica informazione, Rome-Bari, 2002.

31 D’ailleurs, même l’Europe du Nord semble, un temps, tributaire des avvisi italiens. Les plus anciens journaux hollandais identifiés par Folke Dahl, intitulés Courante uyt Italien, Duytslandt, &c., sont, selon nous, ni plus ni moins que les traductions imprimées en « Dutch Black Letters » des feuilles manuscrites compilées à Venise. F. Dahl, Amsterdam, Earliest Newspaper Centre of Western Europe. New Contributions to the History of the First Dutch and French Corantos, La Haye, 1939, p. 170-171.

32 H. Duranton, Cl. Labrosse et P. Rétat (dir.), Les gazettes européennes de langue française (xviie-xviiie siècles), Saint-Étienne, 1993 ; Id. (dir.), Gazettes et information politique sous l’Ancien Régime, Actes du colloque du Centre d’Études du xviiie siècle, Lyon 5-7 juin 1997, Saint-Étienne, 1999 ; S. Haffemayer, Les Gazettes de l’Ancien Régime : une approche quantitative pour l’analyse d’un « espace de l’information », Paris, 1997 ; E. Hattin, Les Gazettes de Hollande et la presse clandestine aux xviie et xviiie siècles, Genève, 1964 [1865] ; H.-J. Lüsebrink et J.-Y. Mollier (dir.), Presse et événement : journaux, gazettes, almanachs (xviiie-xixe siècles). Actes du colloque international « La perception de l’événement dans la presse de langue allemande et française », Université de la Sarre, 12-14 mars 1998, Francfort, 2000 ; P. Rétat, Bilan et perspectives des recherches sur les gazettes, dans L’information à l’époque moderne. Actes du colloque de l’Association des Historiens modernistes des Universités, Paris, 25, 2001, p. 5-24.

33 S. Battaglia (dir.), Grande Dizionario della lingua italiana, VI, Turin, 1970, p. 624.

34 J. Wilke, Choix et représentation d’événements dans la presse allemande du 18e siècle, dans H.-J. Lüserbrink et J.-Y. Mollier (dir.), Presse et événement... cit., p. 68-69.

35 L’histoire des « pratiques de l’écrit » a connu un profond renouvellement, notamment sous l’impulsion des travaux de Roger Chartier. Néanmoins, l’écriture de l’actualité demeure encore jusqu’à présent le parent pauvre de ce champ disciplinaire dynamique, et n’a jamais, à l’exception des quelques études propres au journalisme contemporain, fait l’objet d’une approche interne suffisamment adaptée aux objets étudiés pour servir ensuite de modèle d’analyse. « Bref, comme le remarque à raison Yves de la Haye, il manque encore une attaque spécifique de l’objet qui puisse produire une problématique et une méthodologie spécifiques. Il manque la reconnaissance de ce constat simple : l’information est un fait de langue original parce qu’il est un fait social original. », Y. de la Haye, Journalisme, mode d’emploi. Des manières d’écrire l’actualité, Paris, 2005, p. 51.

36 Faut-il s’étonner de ne trouver aucune entrée « nouvelliste » dans le fameux état de « toutes les professions du monde » écrit par Garzoni en 1587 ? Ce dernier grand best-seller de la Renaissance, traduit à de nombreuses reprises et réédité vingt-sept fois en soixante-cinq ans, évoque tour à tour les imprimeurs, les professionnels de la plume, du secret, les porteurs de lettres, mais ne consacre effectivement aucun de ses « discorsi » aux auteurs de nouvelles. Nous pensons, d’une part que cet usage n’est pas encore suffisamment diffus pour être considéré par l’auteur comme une « profession » à part entière, et que, d’autre part, celui-ci est moins l’attribut exclusif d’un seul groupe clairement identifié qu’une pratique partagée, ponctuellement et en appoint d’une autre activité plus régulière, par tous ces professionnels de la plume, copistes, « scrittori o scrivani, e cartar e temperatori di penne e cifranti e professori di ieroglifi e ortografi » qui sont amenés à fréquenter journellement les librairies et les ateliers de typographie. T. Garzoni, La piazza universale di tutte le professioni del mondo nuovamente ristampata..., I, éd P. Cherchi et B. Collina, Turin, 1996 [1587], p. 410-423.

37 M. Infelise, Prima dei giornali... cit., p. 19-35.

38 C. D’Onofrio, Gli ‘Avvisi’ di Roma dal 1554 al 1605 conservati in biblioteche ed archivi romani, dans Studi Romani, 10, 1962, p. 529-548

39 Et ceci est encore plus évident dans le cas de la production et de la diffusion des avvisi a stampa, pour des raisons d’ordre technique et financier principalement. À Rome, les feuilles imprimées les plus célèbres sortent entre 1593 et 1600 de la librairie de Bernardino Beccari da Sacile puis, entre 1623 et 1650, de l’atelier de l’imprimeur Ludovico Grignani. A. Bertone Pannain, S. Bulgarelli, L. Mazzola, Il giornalismo romano delle origini... cit., p. 13-14.

40 F. De Vivo, Information and communication in Venice. Rethinking early modern politics, Oxford, 2007, p. 142-146.

41 B. Dooley, News and doubt in early modern cultur: or, are we having a public sphere yet?, dans B. Dooley et S. Baron (dir.), The politics of information in Early Modern Europe, Londres-New York, 2001, p. 275-290.

42 Le 15 mars 1572, Pie V produit une Constitutio contra scribentes, exemplantes et dictantes monita vulgo dicta gli Avvisi et Ritorni, qui sera confirmée le 1er septembre de la même année par son successeur au trône de Saint Pierre, Grégoire XIII. La curiosité de ces « scribentes » à l’encontre des affaires publiques et privées y est condamnée sans appel, sans distinction. Bullarium Romanum, II, 1727, p. 356, 363.

43 « Qualcuno ricerca l’etimo della parola ‘menare’, cioè menar la mano, sia perchè il compilatore, la lettera in un primo tempo l’avrà scritta lui di persona, sia perchè ‘menante’, essendo definito in un primo tempo colui che la lettera la copiava, in un secondo tempo sarebbe stato il termine usato per indicare anche chi la compilava », G. Gaeta, Manuale di storia del giornalismo, t. 1, Dalle origini alle prime gazzette, Trieste, 1951, p. 45.

44 ASV, Segr. Stato, Avvisi, 20, f. 171-172.

45 BAV, Urb. Lat., 1062, f. 37-38v.

46 Les nouvelles imprimées à Gênes demeurent toutefois une exception. En effet, la coexistence d’au moins deux feuillets concurrents, l’un visiblement francophile, et l’autre plus proche de l’orthodoxie philo-espagnole en vigueur dans les milieux politiques et administratifs de la république ligure, rend nécessaire leur identification, par les lecteurs potentiels d’une part, mais aussi par les autorités urbaines d’autres part : O. Pàstine, La Repubblica di Genova e le gazzette. Vità politica ed attività giornalistica (sec. xvii-xviii), Gênes, tip. Fratelli Waser, 1923. C’est ainsi qu’un hebdomadaire imprimé intitulé « Il Sincero », du nom semble-t-il du nouvelliste, voit le jour dans l’atelier typographique de Giovanni Maria Farron (ou Farroni), au plus tard en 1643. ASV, Segr. Stato, Avvisi, 19, f. 75-76v, avvisi de Gênes du 24 octobre 1643 ; R. Beccaria, Giornali e periodici nella Repubblica Aristocratica, dans D. Puncuh (dir.), Storia della cultura ligure, Gênes, 2005 (Atti della Società ligure di storia patria XLV/CXIX, 1), p. 449-475.

47 C. Sirat, J. Irigoin et E. Poulle, L’écriture : le cerveau, l’œil et la main. Actes du colloque international du Centre national de la recherche scientifique, Paris, 2-4 mai 1988, Tumhout, 1990.

48 « Le périodique est un instrument propre à gouverner la lecture des textes. Solidaire à la fois du dispositif général des discours, de leurs modes de découpage, de leurs dépendances mutuelles, de leurs hiérarchies et de la stratégie des objets et des instruments de la culture, il peut exercer sur les compétences de lecture des individus une relative hégémonie », C. Labrosse et P. Rétat, L’instrument périodique. La fonction de la presse au xviiie siècle, Lyon, 1985, p. 34.

49 Ce « on » impersonnel qui introduit les nouvelles correspond, en italien, à la troisième personne du singulier ou du pluriel : « s’intende che... », « si dicono/dice che... », « avvisano che... ». Les verbes utilisés par tous les nouvellistes sont soit d’ordre perceptif (voir), soit intellectif (croire), ou renvoient à l’acte de communication lui-même (écrire, dire).

50 Depuis les travaux pionniers de Pierre Sardella sur Venise, nous savons que deux à trois ordinaires relient la Sérénissime à Rome, Florence et Milan chaque semaine dès le xvie siècle. Il en existe aussi deux par mois entre Venise et Paris via Lyon, et un seul en direction de Madrid, de Londres, de Constantinople ou encore d’Alexandrie. P. Sardella, Nouvelles et spéculations à Venise au début du xvie siècle, Paris, I, 1948 (Cahier des Annales), p. 61.

51 Par exemple : « Spedisce à Otranto il s[igno]re Valier Generale delle tre Isole, una feluca, colla quale mando questo piego, che sarà inuiato à V.Emin.za p[er] staffetta, accio’ ella resti quanto prima informata delle notizie, che si contengono nel medesimo, e specialmente dell’unione di queste Squadre con quella di Francia, in conserua della quale partiremo domani uerso della Stantia. », ASV, Segr. Stato, Soldati, 31, f. 137, lettre de Zante du 27 juin 1669.

52 Cet emploi spécifique du verbe informer par le chevalier Rospigliosi est tout sauf un cas isolé. Il en va de même notamment dans les lettres du cardinal de Côme, un siècle plus tôt : « L’Agente poi dei S[erenissimi] S[igno]ri Ragusei m’hà detto hauer l[ette]re per Roma da Ragusi, con lequali N[ostro].S[igno]re sarà più copiosamente Informato[0] », ASV, Segr. Stato, Venezia, 263, f. 47r.

53 « Non dubitando, che costà sarà venuto auuiso, che N[ostro] S[igno]re habbia concessa la dispensa per far’ il maritaggio della sorella del Rè Christianissimo con Mons[igno]re di Vandomo, m’è parso bene di darne conto à V[ostra] S[erenità], accio’ sia Informata della uerità », Ibid., f. 55v. C’est nous qui soulignons. On le voit, la qualité de l’émetteur du message, cardinal secrétaire, fait ici la différence entre le su (« che costà sarà venuto avviso » ) et le vrai (« accio’ sia Informata della verità » ). Son compte-rendu (« di darne conto » ) étant présenté comme le passage, intentionnel (« non dubi tando », « m’è parso bene » ), de l’un à l’autre.

54 ASV, Segr. Stato, Avvisi, 20-21

55 Nous sommes conscient que ce fait de conservation pourrait a priori passer pour un effet de classement propre à l’histoire de l’archivage du fonds, et non à celle de l’information proprement dite. Seulement, une telle variation interannuelle fait suffisamment figure d’exception pour les documents des années 1640-1650 de la série Avvisi pour ne pas être significative. L’histoire de la conservation de ces feuilles peut effectivement être convoquée ici, mais uniquement pour souligner qu’elle fut de toute évidence contemporaine de la réception des documents, c’est-à-dire la preuve que les avvisi participent, du moins dans la logique qui était celle des Secrétaires d’État du Saint-Siège, de la constitution d’une mémoire des événements, et d’un savoir d’État. Toutefois, notons également que la ligne démarquant ce qui relève de l’institution et les personnes qui la composent n’est évidemment pas encore tout à fait tracée, quoiqu’en voie de formalisation. De nombreux avvisi se retrouvent par exemple dans les papiers privés des bibliothèques des cardinaux secrétaires. Néanmoins, une fois encore, la conservation des feuilles est significative : utilitas ou curiositas, les feuilles de nouvelles sont gardées après lecture, classées parfois, au profit d’institutions et de personnels en prise avec les affaires du monde.

56 Ce périodique international-ci est vraisemblablement celui que compile Luca Assarino, qui officie à Gênes depuis le mois d’avril 1646, une fois Michele Castelli retiré des affaires après de longues années de luttes avec le nouvelliste Botticelli. A. Neri, Michele Castelli e le prime gazzette a Genova, dans Rivista d’Italia. Lettere, scienza ed arte, 16, 2, 1913, p. 300-309.

57 M. Giesecke, Der Buchdruck in der frühen Neuzeit. Eine historische Fallstudie über die Durchsetzung nueuer Informations – und Kommunikationstechnologien, Francfort, 1991.

58 A. Petrucci, L’écriture manuscrite et l’imprimerie : rupture ou continuité ?, dans C. Sirat, J. Irigoin et E. Poulle, L’écriture... cit., p. 411-421.

59 J. Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, 1978 [1962] ; Id., Théorie de l’agir communicationnel, 2 vol. , Paris, 1987 [1981]. Au sujet de la réception du concept dans les sciences sociales : C. Calhoun (dir.), Habermas and the Public Sphere, MIT Press, 1992 ; P. Bourdieu, L’opinion publique n’existe pas, dans Questions de sociologie, Paris, 1984, p. 222-235 ; M. Ozouf, L’opinion publique, dans K. M. Baker (dir.), The political culture of the Old Regime, Oxford, 1987, p. 419-434. Et pour une critique spécifique de l’analyse habermasienne des avvisi : F. De Vivo, Information and communication... cit.

60 Notamment, pour l’Italie : T. Bulgarelli, Gli Avvisi a stampa in Roma... cit. La thèse défendue par cet historien qui, rappelons-le, ne repose pas sur les feuilles de nouvelles, mais sur les occasionnels imprimés qui rendent compte des « grands » événements du temps, consiste à voir dans l’impression et dans la morale qui les clôt la preuve que les « journalistes » de l’époque cherchaient « déjà » à influencer le public, à former l’opinion publique. Pour l’espace anglais: J. Raymond, The Newspaper, Public Opinion, and the Public Sphere in the Seventeenth Century, dans News, Newspaper and Society in Early Modern England, Londres-Portland, 1999, p. 109-140.

61 S. Iucci, La trattatistica sul segretario tra la fine del Cinquecento e il primo ventennio del Seicento, dans Roma Moderna e Contemporanea, III, 1995, p. 81-96.

62 E. Bonora, Ricerche su Francesco Sansovino imprenditore librario e letterato, Venise, 1994.

63 « La seconda parte si consumera in narrar breuemente & chiaramente all’amico quella cosa della qual noi lo uogliamo auisare, o publica o priuata, o appartenente alla pace, o alla guerra, o nostra o d’altri, si come a noi parra secondo la qualita sua, & il tempo nella qual ella sia auuenuta », F. Sansovino, Il Secretario overo formulario di lettere missive e responsive, Turin, 1580 [1564], Livre II, « di lettere missive et responsive », p. 53.

64 J.-Cl. Waquet, François de Callières : l’art de négocier en France sous Louis XIV, Paris, 2005.

65 F. de Callières, De la manière de négocier... cit., p. 93-96.

66 J. A. de Vera Zùñiga y Figueroa, Le parfait ambassadeur, traduit de l’espagnol en françois par le Sieur Lancelot, Paris, 1642 [1620], p. 464-469.

67 Cf. note 12. Il s’agit de résumés composés à partir des dépêches officielles, de copies de chapitres de lettres ou des minutes de ces lettres. Sur ces questions, nous nous permettons de renvoyer à notre article « Compilation des nouvelles et écriture de l’actualité à Venise au xvie siècle », dans J. Petitjean (dir.), La compilation, Paris, 2010, (Coll. Hypothèses).

68 W. Behringer, Thurn und Taxis : die Geschichte ihrer Post und ihrer Unternehmen, Piper, 1990 ; Im Zeichen des Merkur. Reichspost und Kommunikationsrevolution in der Frühen Neuzeit, Göttingen, 2003.

69 C. Zwierlein, Discorso und Lex Dei. Die Entstehung neuer Denkrahmen im 16. Jahrhundert und die Wahrnemung der französischen Religionskriege in Italien und Deutschland, Göttingen, 2006.

70 M. Häberlein, Die Fugger. Geschichte einer Augsburger Familie (1367-1650), Stuttgart, 2006, p. 158-161.

71 M. Infelise, From merchant’s letters to handwritten political avvisi: notes on the origins of public information, dans F. Bethencourt et F. Egmond (dir.), Cultural exchange in Early Modern Europe, III, Correspondence and cultural exchange in Europe, 1400-1700, Cambridge, 2007, p. 33-52.

72 Y. Renouard, Information et transmission des nouvelles, dans C. Samaran (dir.), L’histoire et ses méthodes, Paris, 1961, p. 95-96.

73 Nous ne parlons pas ici de la presse « commerciale » stricto sensu, ni même des rares nouvelles commerciales contenues dans les avvisi, mais uniquement de l’information politique et de ses usages. Au sujet de la première, nous renvoyons à J. J. Mc Cusker, European bills of entry and marine lists: early commercial publications and the origins of the business press, dans Harvard Library Bulletin, 31/3, 1984, p. 209-255; 31/4, 1984, p. 316-339; J. J. Mc Cusker, C. Gravesteijn, The Beginnings of commercial and financial journalism. The commodity price currents. Exchange rate currents and money currents of Early Modern Europe, NEHA, 1991; The demise of distance: the business press and the origins of the information revolution in the Early Modern Atlantic world, dans American History Review, 110/2, 2005, p. 295-321; L. Neal, The rise of financial Capitalism. International Capital markets in the Age of Reason, Cambridge, 1990. Pour une analyse des contenus économiques et commerciaux des gazettes : M. Morineau, Incroyables gazettes et fabuleux métaux : les retours des trésors américains d’après les gazettes hollandaises (xvie-xviiie siècles), Cambridge-Paris, 1985.

74 M. Sénellart, Les arts de gouverner : du regimen médiéval au concept de gouvernement, Seuil, 1995 ; et plus particulièrement son intervention « Prudence et prévoyance dans l’art de gouverner classique » dans le séminaire Risques et incertitudes du Centre de Recherches d’Histoire Moderne, Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, 18 février 2008.

75 N. Luhmann, Die Wirtschaft der Gesellschaft, Francfort, 1988, p. 20.

76 ASV, Segr. Stato, Avvisi, 81. Toutes les pièces dont le dernier feuillet a été conservé, c’est-à-dire celles qui n’ont été ni endommagées ni, surtout, recopiées, sont adressées « à son Eminence le Cardinal Barberino, à Rome ». Ces documents anonymes sont datés de l’année 1631.

77 BNM, Ms. It., VII, 1267 (8533). Giornale del’Interdetto (12 octobre 1605-11 mai 1607). M. Infelise, Pubblica informazione e controllo nel Seicento italiano, dans L. Strappini (dir.), I luoghi dell’immaginario barocco. Atti del convegno di Siena, 21-23 ottobre 1999, Naples, 2001, p. 171-179 ; Venezia e la circolazione delle informazioni tra censura e controllo, dans Archivio Veneto, 5/161, 2003, p. 231-245.

78 ASVe, Inquisitori di Stato, 701-712.

79 M. Belardini, Del « Secretario » e « Secreteria di Nostro Signore ». Appunti per una ricerca sulle istituzioni diplomatiche della Santa Sede in età moderna, dans La Carte e la storia, II, 1996, p. 149154 ; R. Naz, Secrétaire d’État, dans Dictionnaire de droit canonique contenant tous les termes du droit canonique avec un sommaire de l’histoire et des institutions et de l’état actuel de la discipline, VII, Paris, 1935-1965, p. 899-900.

80 P. Blet, Histoire de la Représentation diplomatique du Saint Siège, Città del Vaticano, 1982.

81 Deux exemples parmi d’autres : ASV, Segr. Stato, Venezia, 37, registre des lettres de Monseigneur Offredi, évêque de Malfetta et nonce de Venise, au cardinal S. Giorgio (16021603) ; ASV, Segr. Stato, Venezia, 101, lettres, dépêches et avvisi de Monseigneur Altoviti, nonce apostolique à Venise (janvier – décembre 1664). Et force est de constater alors que les nouvelles transmises sont bien souvent identiques, sans que l’on puisse savoir d’ailleurs qui en l’occurrence copie qui : si ce sont les riportisti vénitiens qui font leur miel d’éventuels indiscrétions ou si, à l’inverse, les nonces, ou du moins leurs « amis » et « confidents », c’est-à-dire leurs informateurs particuliers, ne se laissent pas prier pour reprendre dans leurs dépêches ce qui déjà circule dans les avvisi parus à Venise ou ailleurs.

82 Il s’agit en particulier de Gratioso Gratiosi durant le pontificat de Sixte Quint : « A’ 4 di marzo [1586] andò il Gratioso a Roma per secretario residente », puis d’un Malatesta en 1606. ASF, Urbino, Classe III, 39. « Diario del signor Duca Francesco Maria d’Urbino dal 1583 al 1623 », Diario di Francesco Maria II della Rovere, éd. F. Sangiorgio, Quattro Venti, 1989, p. 12 ; F. Ugolini, Storia dei conti... cit., note n° 3, p. 398.

83 « A’ 20 [avril 1586] andò l’Uguzzone a Venetia per secretario residente ». Et, dix ans plus tard : « 12 [janvier 1597] Mandai a Venetia messer Girolamo Nucci da Gubbio per secretario residente. », Diario... cit., p. 87.

84 Cf. note 26. Suite à la suppression du duché qui devient alors partie intégrante des États pontificaux et une fois éteinte la branche aînée des Delle Rovere, la bibliothèque d’Urbino est transférée au Vatican en 1657 où elle est ajoutée à d’autres acquisitions récentes pour constituer au final l’un des fonds les plus vastes de la Bibliothèque apostolique.

85 W. Kaiser et G. Buti, Moyens, supports et usages de l’information marchande à l’époque moderne, dans Rives nord-méditerranéennes, 27, 2007, p. 7.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Johann Petitjean, « Mots et pratiques de l’information. Ce que aviser veut dire (xvie-xviie siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-1 | 2010, 107-121.

Référence électronique

Johann Petitjean, « Mots et pratiques de l’information. Ce que aviser veut dire (xvie-xviie siècles) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/562 ; DOI : 10.4000/mefrim.562

Haut de page

Auteur

Johann Petitjean

École française de Rome, johann.petit.jean@efrome.it

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org