Navigation – Plan du site
Mélanges

Le duc, le capitaine et les Pisans : lectures d’un procès politique (Florence, 1542)

The duke, the captain and the Pisans: interpretations of a political trial (Florence, 1542)
Olivier Rouchon
p. 53-79

Résumés

Le procès du capitaine pisan Fazio Buzzacherini, dont les pièces ont été retrouvées a l’Archivio di Stato de Florence, constitue un dossier significatif des rapports complexes entre les ducs de Florence et la cité de Pise, et plus largement des mécanismes de l’assujettisse mentaux Médicis. Fidèle serviteur du duc Alexandre, passé au service de l’empereur, mercenaire insatisfait, le soldat est dénoncé auprès de Côme Ier et de Charles Quint en 1542. Le dossier politico-judiciaire met en question la maîtrise d’une cité sujette, le contrôle de sa forteresse et l’exercice de la justice florentine par les recteurs et les commissaires. Fondamentalement, l’incrimination du capitaine pisan, a cause de ses mots autant que de ses actes, signifie qu’il porte atteinte a une logique de consensus imposée par l’autorité du duc et acceptée par les notables.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 G. B. Adriani, Istoria de’ suoi tempi, Firenze, 1583, p. 94 ; L. A. Ferrai, Cosimo de’ Medici, Duca (...)
  • 2 Les pièces de procédure que nous avons retrouvées à l’Archivio di Stato à Florence n’étaient pas da (...)
  • 3 Pour un bilan à jour des travaux sur l’histoire politique du grand-duché, on se reportera à J. Bout (...)

1En avril 1542, à la suite d’une série de dénonciations, un capitaine pisan est interrogé en justice dans la citadelle de Florence, alors tenue au nom de Charles Quint. À la demande du duc Côme de Médicis, le soldat est confronté à des témoignages qui l’accusent formellement de mettre en péril l’autorité du prince dans la ville de Pise, où il vit entouré d’un groupe de compagnons, jeunes citoyens pisans ou soldats mercenaires. L’affaire est rapidement communiquée à Madrid à Giovanni Bandini, l’ambassadeur de Côme, celui-ci voulant faire reconnaître par la cour impériale la gravité des faits criminels reprochés au capitaine Fazio Buzzacherini. Détenu quelque temps, comme ses dénonciateurs, le capitaine sera contraint de quitter au plus vite le territoire de la Toscane, sans être condamné mais définitivement compté au nombre des ennemis de Côme Ier. Les éléments politiques qui ont conduit le duc de Florence à obtenir des Espagnols d’exiler le soldat sont connus à travers les historiens florentins du xvie siècle, les travaux de l’érudition du xixe siècle ou les ouvrages classiques consacrés au principat cosimien1. Les pièces de son procès, retrouvées aux Archives de Florence, invitent à repenser une partie du dossier et à en déplacer l’interprétation jusqu’alors construite sans tenir compte de la prise de parole du principal protagoniste, alors même que les mots sont au cœur du crime politique2. Une affaire de ce type articule des problèmes d’échelle très différente – diplomatiques, territoriaux, micro-politiques – et cette convergence même participe à une compréhension renouvelée de l’État médicéen3. On le sait, le principat de Côme Ier est l’aboutissement paradoxal d’une question irrésolue à laquelle les historiens ne peuvent fournir que des explications partielles : comment, au lendemain de l’assassinat d’Alexandre en janvier 1537, un régime ducal faible, menacé par les désordres multiples, assujetti à des tutelles intérieures, entièrement dépendant du protectorat impérial, a-t-il pu dégager un modèle de pouvoir où l’autorité du prince, l’obéissance, le consentement et la peur sont pensés comme irréversibles ? Pourquoi la domination territoriale des Florentins sur les cités sujettes de Toscane ne s’est-elle pas désagrégée, sous la pression extérieure des ennemis, de l’état de guerre permanent, des exigences hégémoniques des Espagnols ? Certaines réponses sont anciennes : l’émancipation progressive du prince, la victoire sur ses adversaires, l’alliance maintenue avec Charles Quint, l’usage assumé de la force et du secret. D’autres sont plus récentes : la circulation permanente de l’information, le rôle des commissaires, des officiers territoriaux et des capitaines, le jeu des clientélismes et des filières de patronage, ou encore la capacité transactionnelle de l’État florentin.

2On se propose ici de relire un dossier qui appartient à la série des procès politiques jalonnant le règne de Côme, non pour en saisir la singularité, mais parce qu’il révèle sur un espace politique très restreint les dimensions constitutives du régime nouveau. La première et la plus évidente relève ici du rapport entre justice et diplomatie : la dépendance du duc de Florence envers l’empereur est à la fois un héritage du passé et une lutte permanente pour établir une vérité du prince qui ne renie pas cette fidélité. La deuxième lecture possible du dossier criminel renvoie en profondeur à ce qu’est la maîtrise médicéenne des cités toscanes : à travers Pise, les ducs de Florence ont signifié une compréhension rénovée de l’État territorial. Et ici le rapport à un capitaine agité et violent est le révélateur d’une politique tout entière qui vise à résoudre la question pisane. Enfin, les actes mêmes du procès et la part qu’y prend la parole – celle de l’accusé et celle de ces dénonciateurs – définissent une conception de l’obéissance : l’acceptation du lien au prince façonne le statut de ses sujets dans la mesure où leurs mots les assignent au langage du compromis ou à la dissidence des mauvaises intentions.

Procès et diplomatie : l’héritage d’Alexandre de Médicis

  • 4 Sur les structures diplomatiques, cf. A. Contini, Aspects of Medicean diplomacy in the 16th century(...)
  • 5 G. V. Parigino, Il tesoro del principe. Funzione pubblica e funzione privata del patrimonio della f (...)
  • 6 G. Spini, Cosimo I... cit., p. 12-13.
  • 7 La liste des capitaines et des castellani en place à la mort d’Alexandre est connue par la correspo (...)
  • 8 P. Zanetti, Fra centro e periferia : Chiarissimo de’ Medici a Pisa nella prima fase di organizzazio (...)

3Les études récentes ont montré la place que tient le réseau des ambassades et des correspondances diplomatiques au tout début du règne de Côme, en direction notamment de l’Espagne de Charles Quint4. Le procès du capitaine pisan Fazio Buzzacherini en 1542 ne peut se comprendre hors de la tension qui existe entre le duc de Florence et les autorités impériales autour de l’héritage d’Alexandre. Il convient de rappeler que Côme Ier n’est pas l’héritier du duc assassiné par Lorenzo di Pier Francesco de’ Medici. Il en est le successeur désigné par un degré de proximité lignagère – une fois exclu Lorenzo – un successeur élu à tête de la cité florentine par un vote du sénat et confirmé en tant que duc par un décret impérial qui vaut reconnaissance. Cependant, l’héritage d’Alexandre existe bel et bien sur le plan politique, dynastique et patrimonial. Très vite, Côme Ier s’est efforcé d’obtenir la main de la duchesse Marguerite d’Autriche, veuve de son prédécesseur et fille de Charles Quint : une alliance prestigieuse et un capital de légitimité qu’il voit lui échapper au profit d’Ottavio Farnese et au bénéfice de la famille de Paul III. D’autre part, le patrimoine laissé par Alexandre constituait un vaste ensemble de biens immobiliers (palais à Florence et à Pise, villas, domaines, terres...) et mobiliers (bijoux, meubles, revenus divers...) pour lequel le nouveau duc de Florence se retrouvait en conflit avec Marguerite, celle-ci faisant valoir ses droits sur les biens (non liés par fidéicommis), et cela, en vertu des arrangements financiers passés à Naples en 1536 entre Alexandre et Charles Quint. Le litige avec la duchesse de Parme confié en 1541 à l’arbitrage impérial exige du duc qu’il verse une lourde indemnité de location à la veuve d’Alexandre pour les palais et les domaines de Florence et de Pise5. Au-delà des objets précieux et des biens immobiliers, l’héritage ducal comprenait aussi des pratiques politiques et des choix, des hommes et des fidélités. Parmi eux, certains se sont imposés à Côme, comme le cardinal Innocenzo Cybo ou le condottiere Alessandro Vitelli, et ils jouent un jeu personnel liant la défense bien comprise de leurs intérêts matériels à une fidélité proclamée envers l’empereur. D’autres personnalités de l’entourage d’Alexandre, comme le secrétaire Francesco Campana et l’évêque d’Assise Agnolo Marzi-Medici, sont passées du côté du nouveau souverain, mettant à son service un savoir-faire de gouvernement, des compétences juridiques et l’expérience des bureaux florentins6. Certaines figures connues du précédent règne étaient plus ambiguës et plus troubles à cause d’une réputation infamante : on pense par exemple à ser Maurizio de Milan, ancien secrétaire des Otto di Guardia, figure des aspects les plus oppressifs de la justice criminelle d’Alexandre. À côté du groupe des juristes, notaires et secrétaires, s’ajoute le petit noyau des soldats, des capitaines, des châtelains auxquels il fallut faire appel parce que leur fidelité était cruciale, la plupart ayant reporté, sans heurt, leur obéissance sur le nouveau prince7. Enfin, au-delà du personnel des secrétariats et du monde des hommes d’armes, l’héritage d’Alexandre comporte aussi ses réseaux de relation dans des fonctions civiles d’administration locale, des correspondants, des informateurs, des hommes de confiance dispersés sur le territoire des villes sujettes de Toscane, comme Chiarissimo de’ Medici à Pise8.

  • 9 ASF, MdP 181, fol. 11, lettre d’Alexandre, au capitaine Fazio, 10 mars 1534. Le duc lui annonce son (...)
  • 10 Ibid., fol. 38, lettre d’Alexandre, au capitaine Fazio, 31 mai 1534. Le capitaine n’a pas reçu la s (...)
  • 11 Ibid., fol. 67, lettre d’Alexandre, au capitaine Fazio, 30 juillet 1534. Le duc le tient informé de (...)

4La trajectoire du capitaine Fazio Buzzacherini, dont les liens avec Alexandre sont établis depuis 1533 par des lettres qui témoignent de la confiance du duc, fait partie de cet héritage de fidélités individuelles, plus ou moins bien réadaptées aux incertitudes du principat cosimien sous tutelle espagnole. Ancien soldat de la guerre de Toscane en 1529-1530, Fazio est un castellano expérimenté. Avant d’être envoyé à Livourne par Alexandre, il avait été en charge de plusieurs citadelles. On le trouve en 1533 à la tête d’une citadelle importante, celle de Volterra9. Puis rappelé à Florence à partir de 1534, il est envoyé par le duc dans les États du pape à Forlì, où il demeurait en relation avec les autorités florentines10. Les lettres régulièrement envoyées au capitaine Fazio l’inscrivent dans le petit nombre des hommes de guerre sur lesquels le régime médicéen comptait fortement dans les moments de crise11. Ce qu’Alexandre attendait du soldat semble assez clair : tenir une forteresse au nom du duc lui-même, garder les prisonniers qui s’y trouvaient, savoir transférer le commandement de la place forte au remplaçant légitimement désigné par le prince, être capable de répondre avec ses hommes à l’état d’urgence décrété par le pouvoir.

  • 12 Voir sur ce point les remarques très fermes de l’envoyé de l’empereur Bernardo da Rieti dans une Me (...)
  • 13 B. Varchi, Storia fiorentina, t. III, éd L. Arbib, Florence, 1844, rééd. anast., Rome, 2003, p. 356 (...)
  • 14 Matteo da Fabriano aurait été l’objet de propositions et de manœuvres hostiles à Côme, indirectemen (...)
  • 15 Sur la mission de Cifuentes, G. Spini, Cosimo I... cit., p. 76-84, et sur les nouveaux châtelains e (...)

5Le protectorat espagnol sur le duché de Florence tire sa force et sa légitimité de la situation créée par l’assassinat du gendre de l’empereur, ainsi que de différents moyens de pression tels que le contrôle des forteresses. Dans le procès du capitaine pisan en 1542, à plusieurs reprises est évoquée l’attitude qui fut la sienne lors de la cession des citadelles à l’empereur, exigée entre mai et juin 1537 par son ambassadeur, Hernando de Silva, comte de Cifuentes. Les garanties militaires, posées en préalable à toute confirmation du pouvoir de Côme, portaient sur la citadelle de Florence, celles de Pise et de Livourne, qu’il s’agissait de faire passer entre les mains de l’empereur12. Les historiens, à la suite de Benedetto Varchi, ont établi un parallèle entre l’attitude des trois châtelains concernés par les exigences du représentant de Charles Quint. À sa demande, pour le castello de Florence, Alessandro Vitelli, accepta de jurer fidélité à l’empereur et de tenir désormais la forteresse en son nom. « [...] Fazio Buzzacherini de Pise fit de même avec celle de Livourne, bien qu’il eût promis une chose toute contraire au seigneur Côme, et alors qu’il avait devant les yeux l’exemple du capitaine Matteo da Fabriano, lequel, étant capitaine de la citadelle neuve de Pise, avait répondu, avec autant de fierté que de loyauté, que l’ayant reçu en garde des Médicis, c’est aux Médicis qu’il voulait la rendre »13. Entre Alessandro Vitelli réagissant sans état d’âme en fonction de ses intérêts de condottiere, et d’autre part Matteo da Fabriano, témoignant d’une stricte fidélité médicéenne, Fazio Buzzacherini tient le mauvais rôle. Acceptant de reconnaître la forteresse à l’empereur – sans doute contre la promesse d’une récompense – trahissant sa parole envers Côme, auprès de qui il se serait déjà engagé, il est incapable d’imiter le modèle de loyauté militaire que donne son courageux homologue de Pise, qui refusa de se vendre aux offres qu’on lui adressait14. Mais la réalité des rapports de force est davantage dans un processus négocié entre les représentants de l’empereur, le duc et les hommes de guerre, aboutissant à une transaction insatisfaisante pour les Florentins : la perte de la citadelle de Florence et du fort de Livourne est balancée par le maintien de Pise sous l’autorité médicéenne. Un an plus tard, en juin 1538, le transfert des deux premières places à des châtelains espagnols s’est effectivement réalisé dans le sens d’une dépossession de Côme : don Lope Hurtado de Mendoza et son neveu Francisco reçurent les forteresses qui passèrent ensuite sous le commandement de Juan de Luna pour Florence et de Juan Pasquier pour Livourne15.

  • 16 ASF, Misc. med. 23, Atti del processo, fol. 15.
  • 17 Ibid., fol. 18 « perché el Duca Alessandro gli haveva detto che accadendo niente di quella fortezza (...)
  • 18 ASF, Misc. med. 23, Atti del processo, fol. 18. Pour les arguments espagnols justifiant la prise de (...)
  • 19 C’est le portrait qu’en fait G. B. Adriani insistant sur la menace que représentaient les manœuvres (...)

6Dans les pièces du procès contre Fazio Buzzacherini, certains des témoins, qui se présentent comme des amis de longue date du capitaine, reconnaissent qu’ils lui avaient conseillé de ne pas sortir du castello de Livourne, que tant qu’il y restait, il était un personnage respecté (« standone era un bel signore »), mais qu’une fois sorti, tout le monde serait son ennemi, et le regarderait comme un traître16. A` ce raisonnement, le capitaine répondait alors qu’il voulait vraiment donner la forteresse, d’abord parce qu’il avait reçu la marque (le contrasegno), ensuite parce qu’il était homme de bien et le ferait voir, enfin parce que telle était la volonté du duc Alexandre17. On ne peut donc pas écarter l’hypothèse selon laquelle le capitaine a effectivement donné la forteresse contre rémunération, mais aussi en fonction de son état de castellano qui lui imposait de le faire. Une fois les vérifications d’usage effectuées, il était de son devoir de remettre le fort au représentant de l’empereur, en application d’une garantie que le duc Alexandre avait acceptée, et selon un accord auquel Côme avait dû lui-même souscrire. À plusieurs reprises, le capitaine Fazio, qui était expérimenté, avait été remplacé dans le commandement d’une forteresse ; il avait suivi les ordres donnés, répondant ainsi aux exigences de son métier. Plus explicitement encore, le soldat pisan – dont la voix publique a fait un traître – ne cesse de répéter à ses compagnons qu’il veut se justifier par les papiers (scritture) qu’il possède, ou qu’il est prêt à en rendre raison « auprès des princes d’Italie » dans son souci de respecter les formes18. Un autre motif, inavouable en justice, mais hautement significatif pour comprendre le capitaine selon ses dénonciateurs, est évoqué dans les actes du procès. Depuis plusieurs années, Fazio clame, devant qui veut l’entendre à Pise, qu’il avait donné le fort de Livourne à l’empereur « per fare schiavi i Fiorentini », et il rajoute volontiers que pour cette raison « tutti i Fiorentini [gli] sono inimici ». On peut entendre les mots rapportés par les témoins comme une vantardise d’un mercenaire écervelé, toujours prêt à vitupérer devant les représentants du duc qu’il redoute et provoque à la fois. Mais sans doute doit-on aussi prendre en considération l’effet d’une telle prise de parole, installant un discours d’hostilité haineuse, fruste et brutale, entremêlé de jurons et de blasphèmes, exprimé en public par un homme qui parle au nom de ce qu’il est, un capitaine, un pisan, un ennemi des Florentins19.

  • 20 Sur le cardinal Cybo, cf. L. Staffetti, Il cardinale Innocenzo Cybo, contributo alla storia della p (...)
  • 21 M. Bellardini, Margherita d’Austria, sposa e vedova del duca Alessandro de’ Medici, dans S. Mantini (...)
  • 22 « Memoria anonima circa la successione : Advertimenti per il duca Cosimo nella morte del duca Aless (...)
  • 23 L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 125-127 ; L. Staffetti, Il cardinale... cit., p. 210-211.
  • 24 Lettre de Côme à Giovanni Bandini, Florence (s.d.), dans G. Spini, Lettere di Cosimo I, Florence, 1 (...)
  • 25 Ibid., p. 32.

7La position de l’ancien castellano de Livourne est donc marquée par la notoriété d’un acte qui a fait de lui un homme de l’empereur après avoir été un protégé d’Alexandre de Médicis. Pour Côme Ier, le cas de Fazio Buzzacherini s’inscrit dans une série de contentieux, ultime prolongement des épreuves de force avec la fraction des gens d’Alexandre qui ont entravé ses relations difficiles avec la puissance espagnole. Le procès de 1542 fait écho à des affaires antérieures dans lesquelles le souverain a dû en passer par une procédure judiciaire pour se défendre, face à l’imputation d’un projet attentatoire à l’héritage politique et symbolique de son prédécesseur. D’autres que lui, comme le cardinal Cybo, proche conseiller d’Alexandre, cherchaient à se prévaloir de ce capital de légitimité auprès de Charles Quint20. Il faut rappeler qu’après l’assassinat de 1537, une sorte de vieille cour, composée d’un petit cercle de serviteurs, de gens de la maison du premier duc, s’est en effet maintenue avec des hommes comme Girolamo da Carpi (dit Giomo), ancien camérier d’Alexandre, ou le secrétaire d’origine pisane, Cherubino Buonanni, chargé de mission en Espagne. Ils bénéficient de la présence de Marguerite d’Autriche et de la reconnaissance des agents de l’empereur. Réfugiée dans la citadelle en janvier 1537, la duchesse en sort sous la protection de Cifuentes qui l’installe dans la maison d’Ottaviano de’ Medici, puis elle séjourne à Pise et surtout à Prato21. Tant qu’elle demeura en Toscane, Marguerite garda auprès d’elle le petit Giulio, fils illégitime d’Alexandre. Il avait représenté pour le cardinal Cybo l’esquisse d’une solution lors de la crise successorale de 1537, qu’il avait ensuite abandonnée pour se rallier à la désignation de Côme. Au moment des obsèques, l’entourage de ce dernier s’alarmait de l’apparition possible de Giulio à la cérémonie en habits ducaux, avec les effets que l’on pouvait craindre pour le nouveau souverain à peine installé22. Dans ces conditions, on comprend qu’en octobre 1538 Côme ait refusé de laisser le petit garçon, héritier potentiel des droits d’Alexandre, suivre Marguerite à Rome auprès des Farnèse. Or, en récupérant la garde de Giulio, qu’il a ramené chez lui – alors même que le duc de Florence avait décidé de le confier à sa propre mère Maria Salviati – le cardinal Cybo laissa entendre qu’il ne rendrait pas l’enfant23. Les honneurs dont il l’entourait, et les démonstrations de respect ostentatoires des anciens courtisans d’Alexandre venus lui rendre hommage, font naître chez le duc de Florence le soupçon d’une manœuvre rappelant celle de l’élection. Lorsque Côme devra s’expliquer rétrospectivement sur ce conflit avec le cardinal Cybo, il ne cachera pas l’irritation que soulevait alors en lui les commérages des serviteurs d’Alexandre, et surtout cette cour obséquieuse reconstituée autour du fils de son prédécesseur : « Il cardinale a messo in una vita Giulio che se fussi vivo suo padre non lo havria tenuto altrimenti. In ogni dì Giomo e li altri fanno corte in casa del cardinale : Et patron mio qua, et patron mio là, se voi fussi grande...24 » La maison du cardinal semble capitaliser la légitimité posthume d’Alexandre par les marques de déférence curiale concentrées sur son fils. Côme, perplexe sur l’attitude à adopter, comprit non sans hésitation, avec l’aide du secrétaire Francesco Campana (lui-même issu des juristes employés sous le précédent règne) qu’il ne fallait pas chercher à remettre la main sur un symbole fragile, que le risque était d’apparaître comme celui qui s’en prend au fils et aux fidèles du duc défunt. Alors même que Côme est bien décidé à se dégager brutalement de la pression de ce milieu de courtisans qui hésitent entre deux légitimités, il s’oblige à feindre la bienveillance à leur égard, pour que, selon ses propres termes, « nessuno potessi mai dire ch’io andassi scacciando tutti li servitori del duca Alessandro »25.

  • 26 Sur l’affaire Biagio Campana, cf. L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 133-137 ; G. Spini, Cosimo I... (...)
  • 27 « Sunto dell’esame di Biagio della Campana, 28 septembre 1539 », dans L. A. Ferrai, Cosimo... cit., (...)
  • 28 « Sunto dell’esame... » (L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 281).
  • 29 Notons que les réponses de Biagio peuvent être aussi dangereuses pour le cardinal Cybo que pour Côm (...)
  • 30 Côme rappelle à Giovanni Bandini qu’à propos de Biagio, les lettres et les pièces de l’interrogatoi (...)
  • 31 Lettre de Côme à Giovanni Bandini, dans G. Spini, Lettere... cit., p. 36.
  • 32 Biagio Campana a été libéré peu de temps après, et a servi à une ultime manœuvre pour discréditer l (...)
  • 33 Voir, par exemple, le mémoire du cardinal Cybo destiné à justifier son action auprès de l’empereur (...)

8L’année suivante en 1539, alors que le duc est convaincu d’avoir découvert celui qui dévoile ses secrets politiques en la personne du cardinal Cybo, le prélat, de son côté, s’engage dans une manœuvre visant à jeter le discrédit sur Côme, sur ses intentions à l’égard de l’enfant, et plus largement, sur son attitude envers l’héritage d’Alexandre, entendue comme critère de fidélité à l’empereur. Au cours d’une rencontre, en août 1539, le cardinal informe le duc des propos tenus par un certain Biagio di Bartolomeo Pesci, speziale à la Campana, venu lui raconter que l’on pourrait lui demander, au nom du duc Côme, d’empoisonner Giulio26. Le cardinal avait assorti son message d’avertissement d’une demande expresse de ne pas agir par la force contre Biagio Campana. À ce qui apparaît comme une tentative du prélat pour affaiblir le duc et ses proches, afin de légitimer la garde du fils d’Alexandre, Côme répond en ordonnant l’arrestation de Biagio, conduit au bargello. À la suite des protestations du cardinal dans une longue lettre, le 7 septembre 1539, qui se plaint de cette arrestation décidée à son insu, s’engage une série de tractations des deux côtés afin de revendiquer la recherche de la vérité sous le regard de Madrid. Un accord est passé le 25 septembre entre les trois parties intéressées au jugement de l’affaire : le duc, le cardinal et Juan de Luna ; ce dernier accepte de se faire livrer le prisonnier et de conduire la procédure d’interrogatoire dans la citadelle selon les termes conclus. L’interrogatoire de Biagio a été établi avec soin en présence de Juan de Luna, mais aussi de deux citoyens connus, Francesco Guicciardini et Matteo Strozzi, ainsi que du secrétaire du cardinal, Vincenzio Bovio27. Le contenu des réponses données par Biagio révèle un personnage au parcours sinueux. Condamné à la prison pour ses amitiés politiques en 1537, enfermé à Pise, libéré sur des interventions multiples, il a été approché par Maria Salviati, par Angelo Marzi, l’évêque d’Assise, et le capitaine Giovan Francesco da Mantova. Ils cherchent à le gagner au service de Côme, dès lors qu’il accède à la maison du cardinal Cybo, et peut les renseigner sur l’état de santé du petit Giulio, et sur les gens de son entourage. Les déclarations du speziale font état de propos ambigus qui révèlent l’inquiétude de ses interlocuteurs autour des honneurs réservés au fils d’Alexandre, avec le risque de voir se former une faction contre le duc. Une fois installé dans la confiance du cardinal Cybo, Biagio aurait été amené à espionner ce petit cercle des anciens courtisans d’Alexandre autour de Giulio28. En revanche, sur le point de départ de l’action judiciaire – la possibilité d’un projet d’empoisonnement –, il ne ressortait aucun élément contre le duc de Florence, malgré l’ambiguïté des discours tenus par ses proches. L’essentiel n’est sans doute pas là : ce qui compte, c’est le lien entre procès et diplomatie, car sur cette articulation que se joue le contrôle de la vérité politique, de la crédibilité du duc de Florence et celle du cardinal29. Le procès transmis à Madrid et les explications données à son ambassadeur auprès de Charles Quint indiquent le volontarisme que met Côme Ier à se défendre devant les autorités impériales face aux rumeurs qui émanent des sphères d’influence liées à la légitimité posthume d’Alexandre, toujours capables de se faire entendre de l’Espagne30. La procédure judiciaire et son exploitation diplomatique façonnent la vérité du prince contre les faussetés attribuées au cardinal Cybo. Elles permettent de retourner contre lui les effets politiques de la procédure judiciaire, de ruiner sa réputation comme d’un homme sans cervelle (le mot est de Côme, « Et mai harei pensato che il cardinale havessi havuto tanto poco cervello... »31), et enfin d’accélérer le processus de la disgrâce du ministre. Le procès n’aboutit pas à une condamnation et Biagio sera remis en liberté, ce qui complique la stratégie de conviction cosimienne ; mais l’affaire a une efficacité, en installant une vérité humiliante pour le cardinal32. En sens inverse, le ministre, bafoué dans sa crédibilité, fait rédiger des mémoires justificatifs destinés aux autorités espagnoles, où il suggère que le duc de Florence est soumis à de mauvais conseillers, qui lui rendent volontairement suspect le fils d’Alexandre et l’incitent à rompre avec tous ceux qui garantissaient la fidélité envers l’empereur33.

  • 34 G. Spini, Cosimo I... cit., p. 199-200.
  • 35 L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 316-317.
  • 36 Sur la principale magistrature criminelle de Florence : G. Antonelli, La magistratura degli Otto di (...)
  • 37 Les témoignages contre Fazio ont été enregistrés en présence de Raffaello de’ Medici, magistrat des (...)

9La construction d’une vérité politique, entre procédure judiciaire et négociation diplomatique, est un enjeu récurrent dans les années difficiles du protectorat espagnol sur Florence, lorsque le duc doit continuellement réitérer sa fidélité à la cause impériale. Ainsi, en 1541, la conjuration de Ludovico dell’Arme à Sienne est un autre exemple de ce rapport de force diplomatico-judiciaire dans lequel Côme doit s’installer pour dénoncer un complot, imposer une arrestation et un interrogatoire34. Dans ce type de procédures judiciaires sous tutelle espagnole, le duc cherche à combler un déficit de légitimité par la mise en accusation des ennemis et la disqualification des mauvais serviteurs de la cause impériale. À travers le cas de Fazio Buzzacherini, le pouvoir cosimien s’efforce de rassembler et d’interpréter les signes selon lesquels un ancien officier d’Alexandre et un soldat de l’empereur est devenu un danger contre le duc et contre Charles Quint. Le dossier est donc logiquement à la jonction des deux sphères qui accréditent la trahison au sens où l’entend le souverain florentin. La première correspond aux dénonciations des troubles provoqués à Pise. Ces alertes contre les menaces de désordres urbains, que représentent Fazio et ses amis, ne sont pas nouvelles. On en trouverait l’écho dans les lettres de plusieurs commissaires florentins en fonction à Pise entre 1538 et 1540. En 1542, les dénonciations proviennent de sources variées. Plusieurs sont liées au monde des armes, comme Antonio Ricasoli qui fut commissaire des milices, ou comme le capitaine Pandolfo Gaci, commandant l’une des bandes de volontaires enrôlés35. Il n’est pas impossible d’y percevoir l’hostilité des nouveaux capitaines à un soldat protégé du précédent règne. Mais la menace contre l’autorité ducale est surtout établie grâce à des renseignements collectés localement par un agent de confiance du duc, Chiarissimo de Medici, et par l’enregistrement des dépositions de trois citoyens pisans venus témoigner à Florence contre le capitaine (16-19 avril 1542). C’est au palais du podestat, à l’intérieur de la prison du Bargello, que Giuliano da Uliveto, Antonino Quarata et Niccolaio dell’Ancroia ont déposé sous serment dans la salle des interrogatoires. Une telle procédure n’exclut pas que les juridictions florentines de Pise aient été saisies de leur côté pour les troubles à l’ordre public causés sur place par le capitaine. Le procès engagé à Florence est, pour sa part, d’une autre espèce, car il relève de la juridiction des Otto di Guardia, l’une des cours siégeant dans le palais du podestat. Dans le système des magistratures citadines, les Otto assurent depuis leur création une fonction pénale concernant la poursuite des crimes les plus graves, et en particulier la répression des crimes contre l’État florentin36. D’après la correspondance de Côme, et comme le confirme le nom des autorités espagnoles figurant sur les actes, la procédure est déjà, à ce stade, une affaire partagée avec le gouverneur espagnol Juan de Luna37. La suite de la procédure confirme cette implication du représentant de Charles Quint. Attiré à Florence, Fazio est cité à comparaître et confronté à ses dénonciateurs, le 21 avril 1542, non plus au Bargello, mais dans la forteresse de Florence. Son interrogatoire se fait en présence de Juan de Luna et de Raffaello de Medici, l’un des magistrats du tribunal des Otto, déjà présent dans les premiers actes de la procédure. On a donc cherché l’établissement du crime par la voie d’une procédure accusatoire fondée sur des dénonciations personnelles enregistrées par des juges, communiquées ensuite au capitaine interrogé, pour qu’il se défende des accusations portées contre lui. La phase du procès qui se déroule au castello résulte des privilèges de juridiction d’un soldat de l’empereur ; mais elle est aussi une sorte de garantie donnée aux autorités espagnoles, afin qu’elles reconnaissent la validité du procès et donc entérinent la trahison du soldat pisan. Le dossier est bien celui d’un crime politique, ou plus exactement d’un crime politisé, notamment par le cadre qu’on lui assigne, car la forteresse de Florence est, depuis 1537, le lieu affecté à ce type d’exercice de justice des crimes les plus graves examinés sous l’autorité de l’empereur.

  • 38 Sur Averrardo Serristori, ambassadeur florentin à Rome, cf. Legazioni di Averardo Serristori, ambas (...)
  • 39 ASF, MdP 3264, fol. 164, Rome, 4 mars 1541 ; fol. 168, Rome, 9 mars 1542.
  • 40 Ibid., fol. 325, lettre d’A. Serristori, à Côme de Médicis, Rome, 8 mai 1542.

10La deuxième série d’éléments qui installe les signes véridiques de la culpabilité du capitaine est, quant à elle, d’origine diplomatique. En effet, entre 1541 et 1542, alors que la reprise de la guerre n’a pas encore été déclarée, l’ambassadeur florentin à Rome, Averrardo Serristori, envoie plusieurs dépêches qui mettent en garde le duc contre des menaces sur ses États38. La description des menaces repose sur plusieurs éléments significatifs dans la correspondance de Serristori : une entreprise militaire se prépare à la cour de France et autour de Piero Strozzi ; on parle de voler une ville ou une place mal défendues ; l’imminence de ces événements est rapportée par des amis sûrs qui ont parlé à ceux qui les évoquent39. Après avoir ainsi alerté Côme sur les bruits qui circulent autour des forteresses d’Arezzo ou de Montepulciano, du manque de soldats à son service ou de l’inachèvement des travaux de défense, Serristori ajoute dans un billet chiffré du 8 mai 1542 une information qui rejoint les signes de l’événement préannoncé : « Di più quando Piero era in Francia si vantò in camera del Re che ogni volta fusse suo servitio torrebbe a V. Ex. Pisa con il mezzo del capitan Fatio et con la parte del detto capitano ha in quella città, il che penso sia stato una sua vanteria più che altro intendimento »40. Quoique ce fût sûrement le fait d’une vantardise de Piero Strozzi, l’ambassadeur conseillait de faire surveiller le capitaine et ses partisans, et d’enquêter pour voir s’il y avait quelque projet entre eux, afin d’y porter remède. Le courrier diplomatique de Rome a été rédigé après l’arrestation de Fazio et l’interrogatoire. S’il n’a pas initié le soupçon, il trouve sa place dans le décryptage d’une menace attestée comme une vérité épistolaire : la trahison du capitaine répond aux éléments d’un coup anti-médicéen dont on a recueilli par lettres tous les signaux avant-coureurs.

  • 41 Lettre du duc Côme, à Giovanni Bandini, 23 avril 1542, dans L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 318-32 (...)
  • 42 ASF, MdP 357, lettre du secrétaire L. Pagni, à Côme Ier, 1er mai 1542 (L. A. Ferrai, Cosimo... cit. (...)
  • 43 G. B. Adriani, Istoria de’ suoi tempi... cit., p. 94.
  • 44 ASF, MdP 358, lettre de Fazio Buzzacherini, à Côme Ier, Lucques, 13 août 1542.
  • 45 Adriani cite le nom du capitaine Fazio parmi les soldats italiens qui trouvèrent la mort dans les a (...)
  • 46 La supplique des trois pisans est dans ASF, Otto di Guardia 2 218, juillet 1542.

11On sait ce que Côme attendait de la remontée de la procédure et des dépêches vers Madrid. Dans une lettre à Giovanni Bandini, du 23 avril 1542, fournissant la version officielle de Florence, le duc demande que la volonté impériale arrête la vérité de cette affaire : soit le capitaine est coupable et il devra être châtié, soit il ne l’est pas et ses dénonciateurs seront punis41. Les autorités impériales ne semblent pas avoir accepté cette logique de résolution. Lorsqu’on fait lire à Juan de Luna le message chiffré de l’ambassadeur Serristori, il en interrompt la lecture pour affirmer avec autorité que le capitaine « non fece mai e non farà cosa alcuna contra S.M. : queste sono tutte invenzioni »42. Le refus espagnol, qui ne porte pas sur la réalité des menaces contre les villes de Toscane, mais sur la version médicéenne du crime attribué à Fazio Buzzacherini, se confirme par le sort finalement réservé au principal protagoniste. D’après les historiens de Florence, l’empereur imposa à Juan de Luna de libérer le capitaine et de lui ordonner de sortir immédiatement du duché de Florence, sans y pouvoir plus jamais revenir43. A l’été 1542, Fazio Buzzacherini avait quitté, de façon définitive, les États de Côme : passant à Lucques avant de gagner Gênes, il adresse une lettre au duc, où, se prévalant d’un accord verbal entre Juan de Luna et les autorités florentines, il demande à bénéficier d’une exemption de taxes, alors que les biens personnels qu’il a voulu faire sortir viennent d’être retenus en douane de Pise44. L’exil perpétuel sans châtiment judiciaire ne porte pas confirmation éclatante d’un crime de trahison : ici, comme sur tant d’autres affaires, Côme Ier n’obtient qu’une reconnaissance partielle de ce qu’il attend de la part de la cour impériale, et sans doute faut-il admettre que, dans sa posture de dévouement à l’empereur, il n’a pas récupéré la légitimité accordée à son prédécesseur, ce que traduit encore le protectorat espagnol maintenu sur les forteresses. Une fois sorti du duché de Florence, le capitaine redevenait l’un de ces soldats anonymes au service de l’empereur, dont l’Italie a fourni d’innombrables exemples45. Tenus enfermés plusieurs mois, ses trois dénonciateurs furent autorisés à regagner Pise après avoir adressé leur supplique au duc de Florence46.

La question territoriale : cité sujette, forteresse et justice

  • 47 E. Fasano Guarini, Città soggette e contadini nel dominio fioretino tra Quattro e Cinquecento : il (...)
  • 48 La disparition d’une magistrature collégiale, les consoli di mare, au profit d’un officier nouveau (...)

12Le procès politique du capitaine Buzzacherini, à la date où il intervient, constitue un révélateur significatif des pratiques territoriales des deux premiers ducs de Florence : il en met en évidence les continuités et en souligne aussi les lignes de partage. Dans le rapport au soldat et à ce qu’il représente, on doit lire en effet quelques-uns des éléments signifiants de la politique pisane du duc Alexandre et de son successeur Côme Ier. Entre 1532 et 1537, les historiens ont repéré depuis longtemps une première série d’accords négociés ou de décisions princières, qui réaménagent en partie le lien d’assujettissement de la cité pisane envers le pouvoir florentin. Sous le règne d’Alexandre, en effet, les rapports de domination ont évolué sur plusieurs terrains : installation à Florence de commissions spécialisées (les Riformatori sopra le cose di Pisa), renégociation de certaines taxes et de leur niveau de prélèvement, réexamen des charges fiscales pesant sur les communautés rurales, modification de la hiérarchie juridictionnelle et du système des appels, réforme des statuts de la commune de Pise, reprise en mains de l’Ufficio de’ fossi en charge des travaux hydrauliques et de la gestion des eaux47. Alexandre imposa également la disparition d’une vieille magistrature de la cité florentine en charge des douanes et des gabelles, les Consoli di mare, et il les remplaça par un agent unique nommé Provveditore delle gabelle48. On peut interpréter la signification de ces mesures, et de quelques autres, dans le sens d’une logique transactionnelle qui porterait le pouvoir ducal, sous Alexandre de Médicis, à une rédéfinition des accords avec les notables locaux. Mais on peut, tout aussi bien, en remarquer l’inflexion autoritaire donnant au prince des marges de manœuvres plus grandes, des capacités d’agir plus directes et plus intrusives sur la vie publique, ou encore y souligner l’influence dévolue à un petit nombre d’hommes dans la surveillance de la ville, dans la gestion des contentieux ou la redistribution des faveurs locales.

  • 49 Bernardo Segni, Istorie fiorentine, Florence, 1857, p. 342, p. 271.
  • 50 Ibid., p. 235.
  • 51 Les descritti delle bande sont des enrôlés, par engagement volontaire ou par obligation, tenus de s (...)
  • 52 ASF, MdP 181, lettre du duc Alexandre, au capitaine Raffaello Buonanni et au capitaine Matteo da Fa (...)

13Plus encore que sur le contenu des mesures en faveur de Pise, l’attention des contemporains d’Alexandre s’est focalisée sur ce qu’ils ont interprété comme le sens caché des concessions faites aux sujets de la cité florentine. À travers la figure de Fazio Buzzacherini, issu d’une famille locale et devenu commandant de la forteresse de Livourne, à travers celle de Raffaello Buonnanni, un des premiers capitaines d’une bande de la milice, ou encore de Cherubino Buonanni, juriste devenu secrétaire du duc puis de la duchesse Marguerite, le phénomène de l’élévation par la voie des armes ou par celle des bureaux fut dénoncé par ceux qui décelaient, entre les faveurs arbitraires du prince et la haine sourde de l’ancienne cité rivale, l’alliance intime de tous les ennemis de la liberté florentine. On trouve, par exemple, chez Bernardo Segni une dénonciation cohérente des choix du duc délibérément tournés contre Florence et ses citoyens : le choix de Fazio Buzzacherini, « nimico della grandezza di quella città » ; la promotion des hommes nouveaux, des gens du domaine, des étrangers à la ville, « venuti su per via di notai e tirati a grandezza per maneggiare lo stato »49. Pour Segni, la politique des privilèges concédés à Pise dépassait la simple considération des avantages commerciaux, pour s’enraciner dans le pacte de haine de la libertà qui, moyennant privilèges et charges militaires, garantissait au tyran l’entière fidélité des ennemis séculaires de Florence : « In fra gli altri del dominio favorì assai li Pisani accrescendogli della dignità dell’armi e d’altri privilegi, per aver più amica quella città, come quella che oltre alla commodità che sono in lei grandissime, per cagione del mare e di tutta la vettovaglia, sapendo esser nemica alla libertà del popolo fiorentino, confidava che dovesse esser a lui più devota e in tutti li tempi fedele »50. Le mécanisme de promotion des créatures ducales – simples notaires, juristes forains, soldats mercenaires, capitaines et hommes nouveaux – concernait des personnages venus de tous les horizons, mais pour des raisons attachées à l’imaginaire de l’ennemi, la présence de quelques Pisans était lourde de menaces pour la conscience historique florentine. De plus avec Alexandre de Médicis, les nouvelles formes d’organisation du métier des armes en Toscane donnaient une perception plus vive des opportunités ouvertes par le duc en matière de recrutement militaire des sujets51. On trouve par exemple dès septembre 1534, dans la correspondance d’Alexandre, les premières indications d’une mise en place d’un petit groupe de capitaines directement rattachés au duc, même si l’exigence de tenir prête la nouvelle milice permanente demeure très imparfaite52. Les capitaines, sommés de procéder à l’enrôlement et à l’entraînement des hommes, apparaissent au moment où le régime médicéen a besoin de mobiliser dans l’urgence un réseau articulé de soutiens aux frontières et dans les forteresses du territoire. Les soldats enrôlés dans les bandes, les capitaines qui les commandent, ou les castellani à la tête des places fortes dessinent en quelques décennies un ensemble de charges, de privilèges, de droits de port d’armes, de conflits juridictionnels – en un mot un espace politique – sur lequel les gens de Pise, comme ceux de Cortona, d’Arezzo ou de Borgo San Sepolcro trouveront à s’insérer mieux que dans aucune autre structure de l’État territorial au milieu du xvie siècle. On comprend que le nom du capitaine Fazio, personnage subalterne, mais annonciateur d’une dynamique de mobilité des Toscans, soit devenu l’abrégé de la politique pisane d’Alexandre, interprétée comme l’alliance de l’oppression tyrannique et de la haine sourde d’une cité ennemie.

  • 53 Sur les inquiétudes que soulève Pise, cf. G. B. Adriani, Istoria dei suoi tempi..., p. 25-26 : « .. (...)
  • 54 ASF, MdP 330, fol. 265, lettre de ser Maurizio, à Côme, 5 mars 1537.

14Dénoncée parfois comme un pacte tyrannique, la politique pisane d’Alexandre représentait-elle une garantie réelle pour ses supposés bénéficiaires ? L’affirmer serait douteux, quand on considère le peu d’implication du prince, le faible poids des protagonistes pisans par rapport aux mécanismes décisionnels florentins, et enfin la visée réelle du régime ducal cherchant surtout à associer des moyens de contrainte à des mécanismes de protection clientélaire. Mais il est assuré que l’assassinat du duc en janvier 1537 fut ressenti à Pise comme une nouvelle terrifiante ouvrant la voie à la peur, au déferlement de rumeurs alarmistes et à des mouvements d’émotion collective. L’agitation multiforme d’une cité mal intentionnée, crainte à Florence plus qu’aucune autre, semble se nourrir du vide laissé par la perte d’Alexandre, de la fragile protection que symbolise encore sa veuve, et surtout de l’ignorance des sentiments politiques de son successeur53. Avec l’arrivée de troupes logées chez eux, les Pisans pensèrent qu’ils pouvaient être traités en ennemis par le nouveau souverain. Son impossible mariage avec Marguerite signifiait pour eux la disparition probable d’une forme de protection et de patronage passant par leur compatriote, Cherubino Buonnani. La délicate conversion des fidélités d’Alexandre vers Côme Ier, qui s’est opérée par différents relais, n’a donc pas été immédiate et univoque. Les lettres du chancelier ser Maurizio montrent un acteur de la machine judiciaire, désormais privé de son maître, inquiet sur son avenir personnel, cherchant à se rendre utile en cautionnant l’obéissance des citoyens de Pise envers le nouveau prince, une attitude de soumission également recommandée aux notables locaux par Cherubino Buonanni54. Mais à côté de ces relais issus de l’ancienne cour – dont certains étaient discrédités – Côme Ier a pu disposer assez vite de bien d’autres moyens pour se faire entendre d’une ville qu’on lui décrivait tout à la fois comme incertaine et suspecte, acquise au souvenir des bontés de son prédécesseur, ou toute dévouée à lui-même et à sa famille : les envois d’ambassades, les lettres écrites aux prieurs de Pise par les secrétaires, la médiation de Chiarissimo de’ Medici et des commissaires, puis la présence du duc en personne lors de ses séjours dans la ville ouvrent d’autres modalités de communication politique.

  • 55 Sur la fonction de commissaire, cf. W. Connell, Il commissario e lo stato territoriale fiorentino, (...)
  • 56 Pour l’analyse ponctuelle des pratiques épistolaires liées au gouvernement des sujets, voir O. Rouc (...)
  • 57 ASF, MdP 1 169, fol. 41, lettre d’A. Malegonnelle, à P. F. Riccio, 22 juin 1538.
  • 58 Ibid., fol. 51, lettre d’A. Malegonnelle à P. F. Riccio, 6 juillet 1538.
  • 59 Comme le montrent plusieurs lettres d’Alexandre sur la question des armes à Pise : ASF, MdP, 181, f (...)
  • 60 ASF, MdP 1 169, fol. 41, lettre d’A. Malegonnelle, à P. F. Riccio, 22 juin 1538.
  • 61 Ibid., fol. 52, lettre d’A. Malegonnelle, à P. F. Riccio, 8 juillet 1538.

15L’émergence d’un discours aux Pisans apte à reconfigurer le lien au prince peut se saisir à partir de la correspondance d’un commissaire comme Alessandro Malegonnelle. Encore mal connues aujourd’hui les correspondances commissariales adressées au duc, à ses secrétaires ou aux magistrats florentins sont des contributions fragmentaires, mais non négligeables, pour saisir une culture de gouvernement territorial dans la Toscane du xvie siècle55. Comme pour Pistoia ou Arezzo, à Pise, la densité de l’information par voie écrite et par voie orale, la circulation des nouvelles selon des canaux variés qui en permettent la validation, le caractère transactionnel des échanges et la régularité des pratiques clientélaires rentraient dans ce qui était tenu pour la maîtrise effective d’une ville sujette56. Il faut joindre à ces moyens l’efficacité d’une prise de parole, exprimée devant les conseils communaux ou réservée à un cercle restreint de notables. Dans les lettres qu’il adresse à Pier Francesco Ricci en 1538 et en 1539, et où il rend compte de son action, le commissaire Malegonnelle montre qu’il s’efforce d’installer un discours du soulagement de la cité appauvrie – discours qu’il adresse à la fois aux élites pisanes du conseil et aux quelques familles florentines installées sur place : « gli vo persuadendo e veggio che facilmente lo credano, che sua Ecc. tiene tanto a cuore questa città e gli suoi cittadini, e tanto brama il benessere di quella quanto della propria patria ; e che dove gli saranno dimostro poter beneficare o reprimere alle ruine e diminuzioni di questa città, che S. Ecc. per quanto potrà, non è per mancare ; e sotto queste offerte e discorso, trovandogli io bene disposti al manco per quello che esteriormente si puo veder in tutti e per maggior parte, per lo intriseco si conosce, perche desiderono vivere in pace e quiete »57. Naturellement, on retrouve ici les lieux communs de l’amour du prince, la place des sujets dans son cœur, sa prompte disposition à les combler de bienfaits, sa volonté de soulager leur misère, etc. Le caractère formel de cette rhétorique, largement attestée dans bien d’autres lettres ducales, ne doit pas en occulter la visée ultime : ce qu’elle cherche relève de la bonne volonté comme disposition collective qui génère du consensus et du consentement. Sous ce registre se développe une double stratégie de conviction et de consultation tournée vers les notables de Pise et les Florentins du lieu. Le commissaire veut leur signifier que le duc soignera le corps malade de la cité de Pise, et qu’il est prêt à entendre d’eux les remèdes nécessaires. Jouant de la nécessité de s’informer, lui qui est extérieur à la ville, l’officier s’en remet à leur expérience et à leurs conseils avisés, et il cherche à obtenir des Pisans et des Florentins qu’ils prennent part à la réflexion collégiale autour de la politique des bienfaits qui leur est promise par le nouveau pouvoir médicéen. En accord avec Florence, il annonce ainsi la réunion d’un colloque de notables et d’experts, afin de les entendre sur les moyens du redressement de la cité. Ce projet de consultation – et telle est bien l’une de ses finalités – recueille l’expression de la reconnaissance collective de tous, Pisans et Florentins : « satisfece certamente a tutti la proposta, ringratiando assai S.E. che n’habbi dimostrato tanta affectione a questa Città e alla cura e conservatione di quella »58. L’efficacité de ce discours, en termes de consolidation consensuelle de l’autorité du prince, se mesure par les bonnes dispositions et les bonnes paroles qu’on attend des sujets sur le redressement de la prospérité urbaine. Les mêmes effets peuvent s’étendre aux questions les plus sensibles, pour peu qu’on laisse s’exprimer des citoyens choisis avec attention. Malegonnelle indique ainsi les résultats attendus de la consultation en matière d’ordre public et de paix civile. Il pense à la délicate question du droit de porter les armes – une préoccupation forte des pouvoirs médicéens – qui pourrait bien apparaître dans les propositions des gens bien intentionnés59. « Per la pace e quiete della città sarebbe bene levar via l’arme qual si ritrovono havere, dove facilmente per molti ranchori che hanno insieme si viene augumentarsi lo scandolo e odio civile ; et questo penso verrà in consulta per che da molti quali disegno chiamare molto s’é detestato la facultà di detta arme »60. Aux yeux du commissaire, qui réitère la confiance, l’affection et l’estime du duc pour la valeur militaire des citoyens de Pise, le mieux est encore que les notables hostiles au port d’armes proposent d’eux-mêmes un règlement, garantie la plus solide de la pacification de la cité. Tout en apportant sa caution épistolaire aux bonnes dispositions des notables, le commissaire décrypte les signes qui suggèrent une inquiétude persistante. En juillet 1538, le commissaire Malegonnelle rend compte de la tristesse des citoyens de Pise, affligés par l’éloignement de Madama Marguerite, en qui ils conservaient une filière de protection et de conseil à travers Cherubino Buonanni : « Questi pisani per qual che ho possuto comprendere molto si sono attristati nella partita di Madama, et delli suoi ministri, come quelli che havevano gran confidentia come presi in protectione in ogni loro a fare, e per mancargli loro la protectione di ms Cherubino, et con quegli potersi consigliare »61. L’ambivalence des sentiments politiques est accrue par la sortie de la forteresse de Livourne de Fazio Buzzacherini après remise aux Espagnols : son arrivée à Pise signifie la fin d’une position d’autorité dont se prévalaient ses compagnons mercenaires et les giovani, qui avaient fait de ce castello le lieu habituel de leur rassemblement en armes. Fazio Buzzacherini incarne l’ancien système de protection ducale favorable aux soldats, mais il est de plus en plus associé, dans les termes de la pacification cosimienne, aux déviances brutales des hommes qui perturbent ostensiblement le consensus d’obéissance auquel commencent à adhérer notables pisans et marchands florentins. La conversion du capital de fidélité issu d’Alexandre, l’installation d’un nouveau discours des bienfaits médicéens, et le maintien de la paix civile dans une ville armée représentent, pour Pise, trois éléments imbriqués dans un même défi de refondation du pouvoir ducal.

  • 62 Au cours de l’année de 1539, une année de disette et de crise de ravitaillement, le duc Côme a init (...)
  • 63 La commission des Otto Riformatori sopra le cose di Pisa est installée à Florence en janvier 1542. (...)
  • 64 E. Fasano Guarini, Città soggette e contadini... cit., dans Ricerche di Storia moderna, t. I, Pise, (...)
  • 65 Lettre de Côme Ier, à G. Bandini et A. Niccolini, 13 juin 1540, G. Spini, Lettere... cit., p. 52.
  • 66 Lettre de Côme Ier à G. Bandini, 23 avril 1542 (L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 322) : « Procurate (...)

16Entre 1539 et 1542, les autorités florentines confrontées à des menaces multiples ont pris la mesure des difficultés de saisie du territoire62. On considère habituellement que les initiatives de redressement urbain en faveur de Pise apparaissent à partir de 1542-1543 : la réouverture de l’université, le Studio pisano (1543), et l’installation à Florence d’une nouvelle commission de réformateurs sur les cose di Pisa (1542), qui reprend en main la répartition fiscale et la rédaction des cadastres, en sont des signes probants63. La renaissance universitaire et la réorganisation de la tutelle florentine seront suivies d’un ensemble de décisions extrêmement variées comme la concession de l’art de la soie (1546), la réorganisation de l’ufficio dei fossi en charge de l’assainissement des campagnes et des travaux hydrauliques (1547), la politique du privilège de peuplement (1547-1548), ou encore la reprise des constructions dans l’arsenal des galères (1547)64. Sur bien des aspects, ce programme pourrait sembler la reprise et l’amplification de ce qui avait été esquissé par le premier duc, ou plus encore par la cité florentine de l’âge républicain. Toutefois, la vraie nouveauté ici n’est pas tant de démultiplier à Pise les investissements matériels et symboliques, de redéfinir et d’élargir la gamme des privilèges individuels ou collectifs, de réviser les corpus réglementaires et législatifs. La part d’invention propre au principat est plutôt d’avoir fait des questions territoriales un critère de jugement de la réussite ou de l’échec du prince. Pour Côme Ier, qui a eu l’occasion de s’en expliquer dans une lettre à Giovanni Bandini en 1540, terminer la forteresse d’Arezzo restée inachevée ou maîtriser Pistoia sans maintenir le système des factions constituaient des succès personnels que ni Alexandre, ni aucun des régimes précédents n’avaient obtenus ; et ces succès mêmes devaient témoigner aux yeux de l’empereur et du monde de la volonté du duc de perdurer dans l’État : « ... in questo et altre simili cose del governo di fuora, del dominio, come quelle di dentro, della città io penso di haver dato segno quanto alcuno altro di voler perpetuare nello Stato e non conoscere altro superiore o patrone che Sua Maestà, et per quella conservarlo et mantenerlo... »65. C’est sans doute dans les mêmes termes exacerbés d’affirmation personnelle de la souveraineté d’un prince nouveau qu’on devait juger de la politique pisane des années 1540. Achever la forteresse d’Arezzo, éteindre les factions de Pistoia, ou redresser (risollevare) Pise entrent dans un même discours territorial du principat : les signes de la réussite ou de l’échec se lisent dans le Stato Fiorentino autant qu’à Florence, et ce constat crée en lui-même une obligation dont témoigne le procès de 1542. Le procès, adressé à Madrid, est là pour signifier la nécessité de résoudre au plus vite l’affaire, au nom de l’urgence des décisions que requièrent instamment les cose di Pisa66. En procédant par la force et par la justice contre un personnage devenu l’emblème de l’infidélité des Pisans, symbole vivant de la rancœur anti-florentine, Côme de Médicis ouvre la voie à des initiatives débarrassées du soupçon de complaisance tyrannique envers les ennemis de Florence. Par un coup d’autorité, il rassure aussi le milieu des marchands et le négoce florentin de Pise, qui l’ont alerté devant la montée des violences factieuses, dans une ville où les affaires sont à la fois indispensables et fragiles. Mais le choix des moyens rigoureux n’est pas déterminé par une quelconque projection dans l’avenir, il porte en lui un sens territorial de l’urgence où vient se loger un acte de souveraineté.

  • 67 S. Borsi, Giuliano da Sangallo, i disegni di architettura e dell’antico, Rome, 1985 (Fonti e docume (...)
  • 68 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 15 : « gli udi dire l’infrascritte parole cioé che la fort (...)
  • 69 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 15 : « se havessi detta Fortezza che si insignorirebbe di (...)
  • 70 Ibid., fol. 19.
  • 71 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 16 v: « hora sarebbe bene rubare questa fortezza al Cap. M (...)
  • 72 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 14 : « che se gli fussi venuto commodo et se egli havessi (...)
  • 73 Le phénomène des massacres liés aux luttes de factions est récurrent à Pistoia jusqu’en 1539, date (...)
  • 74 Sur le souci de sécurité des fortifications en 1542 : G. B. Adriani, Istoria de’ suoi tempi, Floren (...)
  • 75 ASF, MdP, 357, fol. 514, lettre de Raffaello de’ Medici, commissaire de Pise, à Côme, 29 mai 1542 : (...)

17La présence d’un enjeu territorial – c’est-à-dire l’imposition de l’autorité médicéenne sur l’espace politique pisan – est perçue dans le dossier sous de multiples formes, mais on peut les regrouper autour de deux modalités principales : la question des forteresses et l’exercice de la justice. Ces deux modalités de la domination sont au centre de ce que signifie pour les Florentins, depuis très longtemps, l’assujettissement d’une cité : rendre la justice et tenir la citadelle. Par expérience ou par instinct, les témoignages de ses accusateurs ne s’y trompent pas lorsqu’ils attestent des glissements séditieux qui criminalisent les paroles. Ainsi dans les discussions du capitaine Fazio et de ses compagnons, revient à plusieurs reprises la fortezza nuova, c’est-à-dire l’ouvrage militaire défensif que les Florentins firent reconstruire après la reconquête de Pise en 1509 sur un projet de l’architecte Giuliano da Sangallo67. Le procès fait apparaître, chez les témoins qui déposent à charge, l’imputation d’un projet criminel concernant cette forteresse. En se promenant le long des rives de l’Arno, à proximité du palais des Médicis à Pise, ou encore en longeant les murs de la citadelle, le capitaine Buzzacherini n’hésite pas à dire à haute voix que l’ouvrage a un point faible sur un angle en recoin (un biscanto) qui débouche sur le fleuve et forme une petite impasse68. Il ajoute qu’il lui serait facile de s’en emparer, de se faire maître de la citadelle et donc maître de Pise, qu’il n’y aurait plus qu’à chasser les Florentins et les mettre au pillage69. S’il dément bien sûr les propos qu’on lui prête, l’ancien castellano ne réfute pas son jugement sur les faiblesses des structures défensives, et même il les réitère en présence des juges : « la verità è che ha detto che la fortezza è debole rispetto al Fiume d’Arno et a certe case che gli stanno a cavalieri »70. Plus inquiétantes et plus graves sont les phrases concernant le capitaine Matteo da Fabbriano, logé dans la citadelle avec ses hommes, soumis aux maladies et aux fièvres qui affaiblissent une garnison entourée d’eaux stagnantes et malsaines71. Le capitaine pisan, sorti de la forteresse de Livourne par un choix radicalement opposé à son homologue, répète que si l’envie l’en prenait, il volerait bien la fortezza nuova s’il se trouvait un homme à l’intérieur pour l’aider72. Ce projet d’un coup de main est celui de toutes les folies dont on rêve à haute voix entre mercenaires sans emploi : massacrer les Florentins qu’on croise dans les rues de Pise, piller leurs riches demeures de marchands, tirer tout ce qu’on veut des notables locaux qui ne pourront plus rien refuser. Au-delà de l’image du massacre, issue de la violence des luttes de factions, telles qu’on peut les rencontrer à Pistoia ou à Borgo San Sepolcro, au-delà même des fantasmes de pillage susceptibles d’enthousiasmer une bande de soldats désœuvrés, le procès révèle l’urgence territoriale que recouvre en permanence le gouvernement des citadelles73. La question des frontières et de leur renforcement, les travaux de fortification et l’acheminement des soldats rejoignent, entre 1541 et 1542, les enjeux majeurs de la politique militaire de Côme, qui s’entoure de chefs de guerre expérimentés, tel Stefano Colonna en charge de l’inspection des défenses. Dans l’attente d’une guerre imminente, des travaux d’architecture défensive s’avèrent nécessaires pour les villes les plus menacées en cas d’invasion : Prato et Pistoia d’un côté, Borgo et Arezzo de l’autre. Au moment où se déroule le procès du capitaine, la maîtrise et le contrôle des espaces fortifiés par les capitaines et leurs troupes constituent une préoccupation constante du pouvoir ducal74. Cette maîtrise territoriale en contexte de guerre s’exerce sur des réalités instables et implique des opérations délicates : assurer des relèves et des gardes, faire entrer et sortir des troupes, contrôler des logements, des réserves d’armes et de ravitaillements, trancher des conflits entre soldats et habitants, concilier la justice du commissaire et les pouvoirs militaires des capitaines, etc. On peut repérer ces difficultés dans une opération de renforcement des troupes logées à Pise en mai 1542, au moment de la reprise des guerres entre François Ier et Charles Quint. À l’annonce de l’approche d’une flotte de galères ennemies, des bandes de soldats dispersées sont mises en alerte par les courriers ducaux. Le commissaire florentin se trouve confronté à la nécessité de faire rentrer et d’installer en ville, dans les forteresses (la nouvelle et l’ancienne) et aux portes des enceintes, plusieurs troupes commandées par des capitaines, dont la cohabitation n’est pas sans risque ; plus inquiétante encore, la proximité entre les soldats et les citoyens de Pise rend la présence militaire de la troupe peu sûre et peu fiable75. La maîtrise des murs et des espaces fortifiés, qui asservissent les villes autant qu’ils les protègent, répond à des finalités complexes et parfois contradictoires. Elle n’est jamais définitivement acquise pour des raisons liées au monde des soldats, à ses rapports avec les autorités civiles ou même du fait de conflits internes – et toute cette incertitude, le procès de 1542 montre combien elle pèse sur l’autorité médicéenne.

  • 76 Les capitaines-commissaires de Pise sont des rettori, c’est-à-dire officiers territoriaux, désignés (...)
  • 77 Voir par exemple une lettre de Luigi Guicciardini à propos de la troupe de Fazio et de ses mouvemen (...)
  • 78 Quelques pièces de procédure sont conservées à l’Archivio di Stato di Pisa (désormais ASP), dans le (...)
  • 79 ASF, MdP, 357, fol. 21, Antonio da Ricasoli, à Côme : « ... si vede non manchar di trattenersi la m (...)
  • 80 Sur les privilèges juridictionnels des soldats descritti, cf. A. d’Addario, L’honorata militia del (...)
  • 81 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 15v.
  • 82 Antonino di Piero del Quarata, l’un des témoins constitués contre Fazio, indique qu’il le connaît d (...)
  • 83 Un exemple des implications violentes de l’honneur chez les capitaines, D. Weinstein, The captain’s (...)
  • 84 Sur le thème du sospetto chez G. B. Adriani, voir par exemple Istoria dei suoi tempi..., p. 94 : «  (...)

18La justice des Florentins est l’autre champ où se lisent les atteintes portées à l’expression territoriale du pouvoir et à ses représentants institutionnels. En l’espace de quatre années, de juillet 1538 à avril 1542, Fazio Buzzacherini aura eu affaire à presque tous les officiers territoriaux en charge de la justice et du maintien de l’ordre : Alessandro Malegonnelle en 1538, Luigi Guicciardini en 1539-1540, Francesco della Stufa en 154176. S’y ajoute un antagonisme plus radical et plus persistant à l’endroit de celui qui dirige l’Ufficio de Fossi, Chiarissimo de’ Medici. Ce qui est en cause pour les commissaires florentins dépasse la personne du capitaine pour englober l’ensemble des comportements déviants, scandaleux ou suspects des hommes de son entourage. Les rapports ne manquent pas d’avertir le duc de Florence des allées et venues suspectes de Fazio qui ne se déplace jamais seul77. Au terme d’une série d’incidents plus ou moins graves, qui s’étendent sur quelques années, une procédure est engagée devant le commissaire de Pise après une rixe sanglante ayant mis la ville en émoi pendant de la semaine sainte de 154278. Du point de vue de la justice, la menace est identifiée notamment par la criminalisation collective du groupe des seguaci de Fazio. Une bande indistincte et hétéroclite, où l’on trouve à la fois des giovani de Pise habitués à le rejoindre jusqu’à la forteresse de Livourne, des compagnons d’armes soldats-mercenaires comme lui, des condamnés et des bandits frappés par des sentences d’exil79. Les actes commis par les amis de Fazio n’ont rien d’exceptionnel par rapport aux formes connues des violences urbaines pour d’autres villes de Toscane : les insolences publiques, les scandales provoqués dans la rue, les rebellions contre l’autorité, les disputes de jeu finissant en rixes sanglantes, ou les vengeances installant une inimicizia mortale. Les recteurs florentins utilisent les éléments répressifs à leur portée (le bargello et ses sbires, les sentences de bannissement, les interdictions de port d’armes, l’ouverture de procédures criminelles) et, se persuadent-ils, ils viendront à bout des hommes de Fazio en châtiant comme il convient des atteintes à l’ordre. Le halo de violences qui entourent le capitaine se charge d’un sens plus inquiétant et plus lourd dès lors que le principal protagoniste met en cause les mécanismes de la justice et prétend exercer une protection sur ses hommes, selon un modèle relevant des privilèges juridictionnels des soldats80. En 1538, face à A. Malegonnelle qui vient de convoquer au tribunal un de ses hommes, Fazio défend le fuyard ; en 1541, à nouveau devant le commissaire de Pise, Francesco della Stufa, le capitaine met en cause les condamnations injustes qui frappent de bannissement ses hommes : « ... io voglio che mi facciate ragione a me come gli altri, che per ogni minimo peccato, me gli fate gravi et non voglio che mi facciate come Ms Alessandro Malegonelle che senza causa nessuna, mi confinò non so quanti dei miei... ». En exigeant qu’on lui fasse justice comme aux autres et qu’on cesse de le condamner, lui et les siens, au moindre écart, Fazio dénonce les motivations cachées des commissaires : « voi mi fate queste perché tutti e’ Fiorentini mi vogliono male perché io ho dato la fortezza allo Imperatore... »81. Déplaçant les procès sur le terrain des antagonismes séculaires entre Pisans et Florentins, le capitaine parle le vieux langage des haines communales, réactivées entre 1494 et 1509 durant la guerre de Pise, tout en se posant comme la cible des Florentins qui tirent vengeance de sa fidélité à l’empereur. Les éclats qu’il provoque devant la cour de justice du commissaire laissent penser aussi que Buzzacherini se comporte publiquement en chef, revendiquant le droit de défendre ses hommes, de justifier leurs querelles, d’être leur caution et leur garant. Certains d’entre eux le suivent depuis longtemps et l’ont accompagné dans ses pérégrinations entremêlées de séjours à Pise : la guerre de Toscane en 1530, les garnisons à Volterra, à Forlì et à Livourne, les voyages à Gênes, à Lucques, l’expédition d’Alger en 154182. Le cas n’est évidemment pas unique, les capitaines sont une composante de la vie politique urbaine en Toscane et de ses tensions83. L’exemple de Fazio Buzzacherini est comparable sur bien des plans à celui d’un autre capitaine, Niccolaio Bracciolini de Pistoia : lui aussi était un mercenaire reconnu, chef de bande redouté capable d’assumer les violences de ses hommes, de peser sur les luttes de factions de sa cité, un capitaine protégé par le parti impérial, assez influent pour agir sur les notables locaux, en un mot un défi permanent à la justice des commissaires florentins. Or les affaires de ce type ne se réduisent pas à la notion de troubles publics ou de désordres urbains : l’important est plutôt le sens territorial des entraves à la justice, dès lors qu’elles sont attribuables à la réputation d’un chef ayant autorité sur les siens. Il a suffi que les hommes d’un capitaine pisan multiplient au fil des années les déplacements collectifs, les violences et les provocations face aux sentences des commissaires, pour que soit accréditée l’existence d’une menace, d’une faction, d’un parti hostile au duc Côme dans une ville emblématique de la haine contre Florence. L’écho de ces troubles, pour limités qu’ils soient, est déjà l’amorce d’une dépossession. Piero Strozzi à la cour de France n’avait pas besoin d’en savoir beaucoup plus pour affirmer, de façon présomptueuse, mais crédible, qu’avec la présence du capitaine et de ses partisans, il pourrait s’emparer de Pise comme il le voudrait. Les signes politiques que produisent les violences comptent plus que leur contenu effectif ou leur gravité intrinsèque, parce qu’ils traduisent, bien au delà des actes criminels eux-mêmes et de leur éventuel châtiment, une remise en cause de la domination, et parce qu’ils rendent pensable la vulnérabilité du pouvoir médicéen. À Pise, comme ailleurs dans le Stato Fiorentino, la sphère d’autorité que poursuit le duc de Florence n’est pas délimitée par le maintien absolu de l’ordre public dans les rues ou par le contrôle militaire total des espaces fortifiés, mais elle est inscrite dans les effets d’assignation territoriale que génèrent en permanence la justice et la citadelle. Comme l’a parfaitement saisi l’historien florentin le plus attentif à la dimension régionale du principat, G. B. Adriani, Pise est perçue par le pouvoir comme « terra di sospetto » et, dans ces non-dits d’incertitude sur fond d’opacité politique, se construit l’urgence84.

Le lien au prince : micropolitique de l’obéissance

  • 85 Pour un échantillon de ce type de relations dans les correspondances ducales, on peut utiliser les (...)
  • 86 Parmi les notables pisans mentionnés dans les correspondances ducales des années 1533-1538 apparais (...)

19C’est à l’échelon micro-politique du pouvoir que le dossier criminel de Fazio Buzzacherini révèle, pour la Toscane des années 1540, quelques éléments du processus de formation du sujet. Le lien territorial qui soumet une ville comme Pise à un prince bienveillant, à la fois maître de la citadelle et ordonnateur suprême de la justice, s’accompagne d’un réajustement des langages politiques dont les pièces du procès de 1542 autorisent l’examen partiel. L’espace de l’échange politique entre Pise et les ducs de Florence, tel qu’on le saisit à travers les correspondances ducales autour des années 1532-1542, recouvre un ensemble d’affaires publiques et privées, autour desquelles l’action du prince peut se décliner sous de multiples formes : l’acte décisionnel du souverain, l’exercice de la tutelle du bien commun, la formule d’arbitrage du conflit, ou encore l’intervention du patron en faveur de ses protégés85. La régularité des relations épistolaires liant les familles de la notabilité locale aux autorités florentines est attestée sous le règne d’Alexandre et dans les premières années du règne de Côme86. Les échanges écrits ne recouvrent pas la totalité des négociations réelles : aussi important s’avère l’envoi des ambassadeurs au duc, témoignage d’une pratique directe de négociation (« a bocca ») ayant joué son rôle dans la mise en place initiale du lien au prince. Par écrit ou verbalement, le discours du négociable et le langage des accommodements s’installent entre l’autorité ducale et la notabilité pisane.

  • 87 Un exemple de ces règles de fonctionnement dans une commune où la marge d’autorèglementation locale (...)
  • 88 La réforme des statuts comporte une révision du droit local, mais aussi la redéfinition des règles (...)
  • 89 ASF, MdP 181, fol. 161 : lettre aux réformateurs de la cité de Pise, 27 décembre 1534 ; lettre au c (...)
  • 90 Pour les dispositions concernant la désignation des prieurs par le duc Alexandre, cf. ASP, Comune C (...)
  • 91 ASP, Comune C1, Riforma 1539, fol. 205.
  • 92 ASF, MdP 183, fol. 121 v, lettre de Côme Ier, au commissaire de Pise, 12 octobre 1538. « Sono stati (...)
  • 93 ASF, MdP 183, fol. 121 v, lettre de Côme Ier, à la communauté de Pise, 12 octobre 1538. « Magnifici (...)

20Une partie de la relation d’échange entre le duc et les Pisans s’explique par les conditions réglant le contrat politique qui fonde l’existence d’une commune de Toscane au xvie siècle87. Ainsi par exemple, la question des réformes statutaires, les règlements des conseils, les procédures de scrutin et de tirage au sort, le renouvellement des listes de noms habilités aux offices locaux sont quelques-unes des opérations par lesquelles le duc Alexandre, en 1535, et le duc Côme, en 1539, exercent leur lien d’autorité à la communauté pisane88. Dans la pratique et dans le droit, Alexandre s’est fait attribuer la possibilité de désigner les prieurs de Pise, les premiers magistrats de la cité, à partir de listes de noms qui lui sont soumises89. Les statuts, qu’il a approuvés en 1535, suggèrent que le choix des six magistrats se fait sur leur aptitude à exercer reconnue par le pouvoir ducal et par ses informateurs sur place90. Dégagé des aléas du sort, un milieu plus étroit, plus respectable et plus dépendant de la faveur ducale, pourrait ainsi voir le jour. Toutefois, quatre ans plus tard, le règlement approuvé par Côme semble être d’une tonalité politique différente, plus soucieuse des rancunes et des conflits générés par les frustrations des déçus qui n’ont pas obtenu la charge espérée91. Après avoir reçu une ambassade envoyée par la communauté, le duc Côme répond positivement aux attentes exprimées et rend aux notables de Pise le droit de préparer eux-mêmes les scrutins, selon la forme traditionnelle, en vue de tirages au sort, sur des noms préalablement habilités et demeurant sous contrôle ducal92. La constitution d’un groupe de citoyens, qui n’est ni rigidement fermé ni abusivement ouvert, doit garantir une collaboration consensuelle et reconnaissante envers le souverain florentin. En somme, la logique du temps d’Alexandre abandonne le renouvellement des magistrats à l’amour du prince dans une cité à la fois aimée et asservie. La logique politique de Côme suppose plutôt que les bonnes dispositions des citoyens de Pise répondront par nécessité à l’amour du prince, ouvrant le cycle d’une obéissance continuellement réitérée dans le recours au duc bienfaiteur93. Attachant la satisfaction publique à la paix et au maintien de l’ordre, le principat vise à refermer l’espace des rivalités, des conflits et des frustrations autour d’un consensus participatif. Ce consensus d’adhésion des notables s’adresse à une ville qu’on voudrait voir soumise et guérie, guérie de ses fièvres, de ses turbulences répétées, de son infidélité proverbiale.

  • 94 Les ducs conservent certains mécanismes du patronage médicéen en direction de la Toscane, fixés au (...)
  • 95 ASF, MdP 182, fol. 32, lettre de Côme, au commissaire de Pise, 17 juin 1538, une supplique de Raffa (...)
  • 96 Ibid., fol. 168 v, lettre de Côme, au commissaire de Pise, 11 décembre 1537 ; fol. 76, lettre de Cô (...)
  • 97 Ibid.,, fol. 275, lettre de Côme, au commissaire de Pise, 25 avril 1538 ; ASF, MdP, 183, fol. 33, l (...)
  • 98 Ibid.,, fol. 11, lettre de Côme, au commissaire de Pise, 24 mai 1538 ; ASF, MdP, fol. 36 v, lettre (...)
  • 99 ASF, MdP 1169, fol. 40, lettre d’A. Malegonnelle, à P.F. del Riccio, 18 juin 1538 ; fol. 45, 28 jui (...)
  • 100 Sur l’affaire de la confrérie du Saint-Esprit, les premières analyses reviennent à M. Berengo, Nobi (...)
  • 101 ASF, MdP 1 169, fol. 45, 28 juin 1538. La lecture des allégories est soutenue à la fois par des sym (...)
  • 102 Le seul récit de la joyeuse entrée effectuée par Alexandre à Pise le 28 juin 1531 est conservé dans (...)
  • 103 Les époux se sont rencontrés le 11 juin 1539 sur la route de Livourne, « lietamente se ne vennero i (...)

21Le lien des Pisans avec le duc de Florence ne se limite pas aux enjeux collectifs de la communauté. Il est aussi fortement imprégné par l’examen de conflits multiples, répétitifs, parcellisés qui émanent des familles pisanes elles-mêmes. Dans les affaires des particuliers, il est fait appel à la capacité de médiation depuis longtemps reconnue aux Médicis, capacité à laquelle s’ajoute désormais avec les ducs un pouvoir d’examen des suppliques de grâce94. Qu’il s’agisse de contentieux entre deux familles, de litiges autour d’un patrimoine, de procédures judiciaires en cours devant un tribunal, de remise de peine, l’attention du duc est régulièrement sollicitée. Il y répond de façon modulée, depuis la simple demande d’information complémentaire jusqu’à des lettres de recommandation, plus ou moins appuyées, en faveur d’un suppliant. Les tensions locales et leur procédure de résolution font remonter vers Florence, vers le duc, ses secrétaires et ses magistrats, un flux d’informations fragmentaires, dont on peut examiner quelques éléments qui ressortissent à cette conflictualité permanente. Par exemple, le pouvoir cosimien a eu à se mêler du règlement par trève d’un conflit sanglant entre des familles de notables, comme celui opposant les Lanfranchi et les Botticelli entre 1537 et 153895. Le duc est aussi sollicité pour intervenir en faveur de soldats condamnés dans des affaires de violences, comme Alfonso del Lante ou comme Simeone Rossermini96. Dans le cas d’un conflit patrimonial, dont l’enjeu est la division d’un ensemble foncier – ainsi dans la discorde entre la famille Gualandi et Antonio Bocca – des lettres de recommandation sont accordées successivement à chacune des deux parties, avant que le duc n’arbitre par une mesure confiscatoire des revenus disputés97. Le patronage bénéficial est également une voie et un motif d’intervention traditionnels des Médicis dans les affaires des cités sujettes. La situation du chanoine Alessandro Lanfranchi, pourvu d’une prébende canoniale, est surveillée dès que se propage la rumeur de sa mort prochaine. Solliciteur de grâces pour les siens, impliqué dans des violences et des conflits locaux avec d’autres membres de sa famille, ce représentant d’une notabilité ecclésiastique est l’objet d’une attention du pouvoir médicéen qui entend récupérer et orienter l’élection du bénéfice sous patronage des Lanfranchi98. Au total, les familles qui composent le socle de la notabilité sont engagées dans des tensions compétitives, des rivalités d’intérêt et d’affaires, des questions d’honneur dont l’implication violente n’est jamais loin. En fonction des cas connus par la justice, et des éventuelles sentences rendues par les magistrats, les sujets auront recours à l’intervention du duc qui pourra agir auprès du commissaire de Pise, s’informer des conditions du retour à la paix, ou des intentions des familles. La voie du repentir et des suppliques de grâce, dont on sait qu’elle prend une place cruciale dans la pratique politique de Côme Ier, est une autre manière de juger des bonnes dispositions des Pisans et de leurs familles. Le défi politique que représentent, en 1542, le capitaine et ses amis doit se lire à l’échelle micro-politique de tout un effort d’ordonnancement médicéen du consensus, qu’il vient pertuber et remettre en cause. Les autorités florentines sont attentives aux désordres eux-mêmes, mais aussi aux signes du désordre et au degré d’intentionnalité qu’ils portent en eux. La correspondance d’A. Malegonnelle avec P. F. del Riccio donne un exemple de cette capacité de déchiffrage des humeurs politiques des sujets99. Dans ses lettres au fidèle serviteur du duc, il rapporte un éclat retentissant provoqué par une confrérie pisane dans les rues de la cité, alors que lui-même était dans son palais en train de prendre connaissance des lettres reçues de Florence100. À l’occasion d’un parcours processionnel, la compagnie du Saint-Esprit, au lieu du cortège entourant quelque figure édifiante de saint ou de martyr, comme c’est la coutume, a fait défiler deux allégories de Pise : l’une, incarnée par une femme à cheval, richement vêtue, symbolise Pise triomphante, précédée par un capitaine et accompagnée de quatre estafiers portant les emblèmes de l’ancienne grandeur de la commune pisane ; l’autre représente une Pise enchaînée et sans couronne, suivie par des capitaines vaincus traînant à terre leurs bannières101. De la Pise victorieuse à la Pise vaincue, de la cité triomphante à la cité avilie, la signification des allégories puise dans le répertoire symbolique de la communitas et dans celui des spectacles sacrés. D’autre part, la procession aux allégories emprunte et détourne un langage qui est celui des entrées. En 1531, le duc Alexandre avait effectué une joyeuse entrée, traversant la cité en liesse, et le conseil de ville gardait soigneusement en mémoire le récit de cette première rencontre102. En 1539, on sait que l’arrivée d’Eléonore de Tolède en Toscane donnera lieu à une première festivité d’accueil à Pise, précédant le grand déploiement spectaculaire de l’entrée florentine quelques jours plus tard103. Côme Ier n’a pas choisi au hasard d’aller accueillir son épouse dans une ville où le souvenir d’Alexandre et de Marguerite restait fort. Le choix de la ville n’est pas dicté seulement par les nécessités du voyage par mer et l’arrivée par Livourne. Les conditions matérielles sur place étaient difficiles, la cité pisane avait quelque mal à répondre aux nécessités du ravitaillement et de l’organisation des cérémonies. Mais le sens politique et cérémonial d’une entrée a valeur fondatrice et unifiante, et ce sont les signes de l’union – alliance matrimoniale et pacte de bon gouvernement – que recherchait le duc de Florence devant ses sujets en 1539. Inversement, la procession des deux Pises de juin 1538 fournit une accablante image de déclin, un spectacle dramatisé, facteur de division et de rancœur entre Pisans et Florentins, une vision déchirante du passé et du présent, un germe d’agitation des humeurs malignes – en un mot une dégradation publique de l’amour et de l’unité.

  • 104 ASF, MdP 1 169, fol. 45.

22Le commissaire, en apercevant le cortège depuis son palais, avait préféré feindre de ne pas y prêter attention, se réservant d’enquêter et de rapporter ensuite l’affaire au duc. Le jugement de Malegonnelle s’applique à interpréter le sens politique de l’événement. D’un côté, il mesure les mauvaises impressions données au peuple, les suggestions pernicieuses qui, en opposant la grandeur passée de Pise et son état présent de faiblesse, ne peuvent qu’exaspérer le désespoir des Pisans ou exciter un orgueil de la puissance enfouie dans les siècles oubliés. Cependant, après information, l’officier s’efforce de ne pas criminaliser les intentions des citoyens respectables que sont les confrères, désireux, dans leur maladresse, de montrer Pise comme elle est, sans chercher à soulever de nouveautés dangereuses par un esprit mauvais ou une intention nuisible : « ho trovato che se bene ha dato causa di qualche murmuratione nel populo con dire haver voluto significare quel che gia Pisa fu et quello che hoggi sia, et che alcuni habbino detto essere stato un dar animo a’ Pisani in riconoscere la virtu e potenza antica et in mettergli in disperatione con demostrarli lo stato in che Pisa di presente si ritrovi, nientedimeno come ho detto non ritruovo che habbi havuto tra le intentione e fondamento et essere stata fatta per fare qualche cosa nuova, et più tosto a caso per dimostrare l’essere della Città di Pisa, che per malo effecto e mala intentione »104. Le châtiment qui s’impose devrait sanctionner l’indécence burlesque de la procession, le travestissement de l’acte sacré en une scène de carnaval ; une amende et l’interdiction de la confrérie devraient fournir des peines adaptées, plus adéquates, en tout cas, que des poursuites individuelles contre les participants. En somme, le commissaire florentin ne retient pas le crime d’État, et même à supposer qu’il y ait eu mauvaise intention derrière l’acte, le châtier durement équivaudrait à inculper un grand nombre d’accusés, et lui donner une signification bien plus dangereuse par la personnalisation des poursuites. La sagesse suggérait donc de s’en tenir à la faute collective de la compagnie et à dissimuler la portée réelle d’une action mauvaise, mais dont le retentissement serait encore bien pire que le contenu et risquait de fragiliser la refondation du pacte d’obéissance des Pisans envers Côme de Médicis. Représentant de la justice et médiateur du compromis territorial, informateur du duc et protecteur des notables, le commissaire joue pleinement son rôle dans la modération pragmatique des moyens judiciaires de Florence, en sondant les esprits des citoyens autorisés, en évaluant la faiblesse des intentions dissidentes, en choisissant les mots du compromis.

  • 105 C’est ainsi que G. B. Adriani caractérise le capitaine Fazio : « essendo nemico del Duca e generalm (...)
  • 106 Provvisione facta sopra la reparatione et opera dei fossi nella cipta et contado sotto di 27 di apr (...)
  • 107 Autour de cette figure de Côme relevant Pise, incarnée par une allégorie féminine, voir le bas-reli (...)

23La nécessité de maintenir la crainte chez les Pisans, en évitant les excès d’un châtiment sans fin, est bien présente à l’esprit des autorités médicéennes. Il importe donc de comprendre dans ces conditions quels sont les mécanismes qui aboutissent à façonner la criminalisation d’un ennemi du duc et de toute la nation florentine105. À travers le procès du capitaine Fazio se révèlent deux modalités attentatoires au projet politique du principat cosimien : la première relève de la division factieuse, la seconde procède de la transgression verbale. L’une comme l’autre blessent l’obéissance véritable au prince, celle qui associe en permanence les formes du consensus et du consentement, et empêche simultanément de mal vivre et de mal parler. À Pise, la bonne volonté qui fonde la soumission dépend de la participation la plus unanime possible au projet d’assainissement et de redressement d’une cité malade et suspecte. C’est de cette logique que s’inspire, par exemple, l’évolution institutionnelle de l’ufficio dei fossi imposée par Côme à partir de 1547106. Le prince bienfaiteur, qui chasse les eaux malsaines afin de restaurer l’abondance et la fertilité, réorganise complètement la magistrature en recentrant le pouvoir sous son autorité et en donnant une place accrue aux citoyens de Pise, appelés à collaborer plus activement, mais aussi à participer financièrement aux dépenses. Le magistrato dei fossi est l’un des lieux institutionnels de ce compromis autoritaire, typiquement cosimien, qui signifie l’attention personnelle du duc pour le bien universel dans la cité et le contado de Pise. En sens inverse, tout ce qui est réfractaire à l’amour et à l’union des citoyens sous un prince bienveillant ne peut que renforcer les maladies politiques que sont les divisions, les mauvaises paroles, et plus largement les fièvres qui agitent le corps de la cité. Les inimitiés partisanes et les offenses verbales lascèrent l’unité et l’obéissance, elles entrent dans la série des maux qui assaillent Pise aussi dangereusement que les infections des marais épuisent sa santé et viennent à bout de ses peuples. Dans le langage politique du principat, relayé par les arts visuels, Côme, restaurateur de Pise et refondateur de l’université, est l’imperator qui redresse la cité agenouillée, protège les vertueux et les sages, bannit ses maux et ses démons : les fièvres, les erreurs, les discordes107.

  • 108 G. B. Adriani, Istoria de’ suoi tempi, p. 94 « ... teneva tutta Pisa divisa et haveva buona parte d (...)
  • 109 Le nombre de charges de prieurs recensées par casa (lignage) entre 1509 et 1537 est supérieur ou ég (...)
  • 110 ASF, MdP 357, fol. 21, lettre d’A. Ricasoli, à Côme, 5 avril 1542 : « si vede non manchar di tratte (...)
  • 111 Une seule mention des Buzzacherini dans les livres de prieurs de Pise après le retour sous la domin (...)
  • 112 Niccolaio dell’Ancroia dénonce les pressions du capitaine sur les délibérations du conseil et lui r (...)
  • 113 ASP, Commissariato 53 : « Addì 19 di maggio 1543 al pisano, Francesco da Catignano comparisce dinan (...)
  • 114 ASP, Commissariato 53 : « detto Lello cominciò a gridare dentro alla porta : ‘io sono assassinato’, (...)

24Quoique les actes commis autour de Fazio Buzzacherini et de ses hommes ne dépassent pas les formes ordinaires de violence citadine, la qualification criminelle des désordres qu’il entraîne est associée à l’idée de faction et de division partisane. Cette qualification tient au statut de chef que le capitaine assume sur ses hommes et de l’autorité dont il jouit sur tous les Pisans. Il réunit sur lui les deux critères de la faction : l’autorité charismatique et la division du corps civique en partis adverses108. Les noms des individus cités dans l’entourage du capitaine Fazio indiquent des origines convergentes, si on excepte les mercenaires forains qui le suivent. Des hommes comme Raffaello del Setaiolo, Piero Marraci, Francesco da Catignano, Alfonso del Lante, Girolamo del Lante sont tous des citoyens pisans dont les lignages sont honorablement connus en termes de présence dans le conseil de ville. Le retour régulier de leur patronyme dans les listes de prieurs indique pour quelques-uns une appartenance politico-familiale qui est à chercher du côté des notables109. Toutefois, certaines sources florentines parlent de nobili poveri ou de giovani110. Cette précision déqualifiante laisse penser soit à des personnages dont la notoriété civique et familiale est faible (Giuliano da Uliveto, Antonio Quarata), soit à des citoyens n’ayant pas encore atteint l’expérience et la maturité pour accéder au conseil des prieurs, dans lequel siègent déjà des parents, des aînés, des cousins (Raffaello del Setaiolo, Girolamo del Lante). Fazio Buzzacherini lui-même appartient à une famille presque absente des listes de prieurs111. S’ils sont bien situés aux marges de la vie publique, sans en être pour autant exclus, Fazio et les giovani ont parfaitement pu vouloir impressionner les gens du conseil de ville, notamment pour l’attribution de ces emplois rémunérés qui, dans les communautés toscanes, font souvent l’objet de recommandation clientéliste112. Il est hautement probable que les plaintes et les doléances des Pisans contre le capitaine soient un signe de bonne volonté des habitants qui aspirent au consensus des cittadini principali et ne veulent plus être associés à un personnage qu’ils ont fréquenté plus ou moins assidûment. En effet, la prétendue faction est une nébuleuse aux contours larges qui se retrouve dans des lieux connus par eux, comme le castello de Livourne, ou la maison de Fazio à Pise. Le dépôt de la plainte de Francesco da Catignano permet de saisir ponctuellement l’esprit d’adhésion solidaire qui soude le groupe et ostracise l’ennemi113. À la requête du capitaine, qui lui demande d’arbitrer une dispute de jeu entre deux de ses amis, Francesco da Catignano commence par refuser. Obligé de prendre parti, il donne tort à l’un des deux joueurs, Raffaello del Setaiolo, ce qui provoque d’abord un affrontement verbal, ensuite une véritable rixe traduisant une réaction collective contre lui. Le cri d’appel à la rescousse de Raffaello del Setaiolo fait jouer immédiatement une solidarité violente contre Francesco da Catignano, poursuivi et blessé à coups d’épée par le capitaine et sa troupe114. L’ennemi est, pour le chef de la faction, celui qui s’attaque à ses hommes. La capacité d’attraction de Fazio tient à la réputation protectrice dont il entoure les siens, qui de leur côté le lui rendent en l’accompagnant partout et en armes.

  • 115 ASF, MdP 357, fol. 21, lettre d’A. Ricasoli, à Côme, 5 avril 1542.
  • 116 Pour le sens de cittadini principali, on peut se reporter à la définition qu’en donne le commissair (...)

25Les citoyens pisans identifiés comme adversaires du capitaine ou qui échappent à son emprise sont assez peu nombreux, et l’on n’évoque guère que les noms des Lanfranchi et du capitaine Antonino Bocca115. Parmi les case dominantes d’origine ancienne, les Lanfranchi forment plusieurs lignages ramifiés qui se divisent en lignées autonomes, se distinguent par le nombre des charges municipales accumulées, ou par des privilèges honorifiques qu’ils défendent jalousement. On trouve chez eux des ecclésiastiques comme le chanoine Alessandro Lanfranchi ; de véritables profils de notables émergent avec Giovan-Filippo Lanfranchi, qui fut à plusieurs reprises prieur, réformateur, ambassadeur de la ville, et reçut par privilège ducal la citoyenneté florentine en 1555. Un tel parcours résume assez bien les contours d’une notabilité sujette formée de ces cittadini principali devenus interlocuteurs nécessaires du pouvoir florentin116. Le nom d’Antonino Bocca est également significatif, car il correspond à une autre forme de lien avec Côme de Médicis, celui de la fidélité personnelle d’un capitaine engagé dans une véritable carrière militaire vers 1540, dans laquelle il s’élèvera jusqu’au rang de colonel. Ce choix des armes joue fortement sur les familles du groupe dirigeant, comme sur d’autres groupes de notabilités sujettes de Toscane. Si l’on se place au milieu du xvie siècle, Pise constitue sans doute la ville de l’État de Florence qui compte le plus grand nombre de capitaines. La trajectoire de Fazio Buzzacherini anticipe seulement, de quelques décennies, celle qu’emprunteront ses compatriotes pisans ; elle passe par le même monde, celui des hommes d’armes, des citadelles, des rixes sanglantes et des liens privilégiés avec le prince. Le soldat expérimenté d’Alexandre aurait pu prétendre à des commandements de la part du second duc, mais il s’est forgé une réputation de serviteur de l’empereur, d’ennemi des Florentins et de chef de bande, qui a bloqué sa conversion au service de Côme Ier. Quoi qu’il en soit, en évoquant les Lanfranchi et le capitaine Bocca, la voix publique cite des figures emblématiques de l’acceptation du contrat politique médicéen à Pise, que ce consentement se vérifie dans l’exercice de la notabilité communale ou par les promotions de la milice ducale.

  • 117 L’intention homicide contre Chiarissimo de’ Medici figure dans les trois dépositions. ASF, Misc. me (...)
  • 118 P. Zanetti, Fra centro e periferia, Chiarissimo... cit., p. 384; p. 390.
  • 119 On sait par la correspondance ducale que Chiarissimo de’ Medici a joué un rôle décisif dans la cons (...)

26Le procès indique une autre direction des haines factieuses que génère le capitaine contre l’autorité pacifiante des Médicis. Auprès de ses hommes et en public, Fazio Buzzacherini se donne comme ennemi capital Chiarissimo de’ Medici117. Présent à Pise depuis 1531-1532, issu d’une branche cadette du célèbre lignage, il représente, dans la hiérarchie des charges de l’État médicéen, un officier de rang moyen, mais dont la capacité d’influence s’étend bien au-delà de charges apparemment techniques (provveditore delle fortezze en 1533, commissario dei fossi en 1535) qu’il occupe118. Personnage central dans les mécanismes d’information du prince et la régulation des conflits locaux, Chiarissimo de’ Medicis se définit comme un agent des intérêts privés de Côme et un acteur permanent dans l’espace public. Il intervient donc sur d’innombrables affaires (questions commerciales, récoltes, ravitaillement, équipement des forteresses, gestion des soldats, compromis judiciaires, révisions de statuts, habilitations aux offices locaux...). Dans ces conditions, l’appel au meurtre à son encontre amplifie et aggrave le profil factieux du capitaine119. Il s’attaque à un rouage essentiel du système de gouvernement de la ville, non seulement parce que Chiarissimo de’ Medici incarne une créature ducale, mais aussi parce qu’il exprime le pacte politique médicéen dans sa dualité permanente : la politique de régulation des eaux et les mécanismes du compromis, la lutte contre les marais et le refoulement des haines pisanes, la reconnaissance du rôle coopératif des notables et leur réduction à l’état de sujets mineurs. Là où le pouvoir florentin tend à susciter de la bonne volonté par des mécanismes de dépolitisation et de consensus, qui garantissent la domination plus sûrement encore que la justice et les forteresses, le capitaine répond par un débordement immaîtrisé d’une haine archaïque et brutale, mais non dénuée de sens, car elle atteint, à travers l’un de ses relais les plus significatifs, le projet princier lui-même dans sa double logique de pacification et d’assujettissement.

  • 120 Pour l’émergence de l’opinion dans le savoir politique du prince, et sur son rapport à une nouvelle (...)

27C’est par les mots que l’on devient, dans la Toscane médicéenne, un ennemi du prince. La question de la parole est en rapport étroit avec celle de l’opinion, une catégorie qui n’est pas spécifiquement liée au monde de l’écrit, et dont le surgissement dans la sphère de la réflexion politique pèse sur tous les mécanismes d’intériorisation des découpages verbaux de l’interdit120. Dans le procès de 1542, comme dans d’autres procédures du même type, il va sans dire que la forme même de l’interrogatoire accentue un effet de criminalisation verbale de l’accusé, et que ce grossissement ne doit pas être négligé. La confrontation porte sur l’établissement contradictoire de l’authenticité des paroles de l’accusé. La forme judiciaire de ces questions posées sur la base des précédentes dépositions ne laisse que trois positions de défense possibles, qui elles-mêmes renforcent la verbalisation des enjeux. La première défense est une réponse de démenti absolu : « interrogato se é vero che lui habbia detto..., disse di no », « disse non esser vera cosa alcuna... » ; la deuxième pour ne pas avoir à s’accuser soi-même, ni à nier, consiste à invoquer une absence de mémoire : « interrogato se è vero... disse non si ricordare d’haver detto tali parole, ma che potrebbe esser d’haver dette et non se ne ricordassi... » ; la troisième forme de réponse relève d’une correction partielle ou complète des phrases contestées : « interrogato... disse di no ma che la verità è che ha detto... » ou encore « incontinente il detto capitano replicò... ». De leur côté, les trois Pisans accusateurs doivent attester qu’ils ne sont pas ennemis du capitaine, mais qu’ils le connaissaient depuis longtemps, obligation légale et moyen de légitimer leurs affirmations. Pour eux, il s’agit aussi de franchir une étape irréversible, car en témoignant contre Fazio, ils sortent définitivement du groupe des amici et ils en connaissent les risques. Leur déposition doit donc aussi les dégager des conséquences judiciaires que pourrait entraîner leur fréquentation criminelle d’un ennemi du duc : ils confirment et réitèrent toutes les phrases qu’ils avaient déjà rapportées au commissaire de Pise et ils tendent à les amplifier, à les banaliser, à en faire une réalité de mots connue de tous (« gliene ha sentito dire più e più volte... » ; « che il capitano ha detto più di cinquanta volta... »... « e questo lo sanno infine ai pesci in Pisa... »).

  • 121 Lettre de Côme, à G. Bandini, 23 avril 1542, dans L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 322 : « Fazio è (...)
  • 122 Bando sopra la bestemmia e la sodomìa del dì 8 luglio 1542 dans Legislazione Toscana, éd. L. Cantin (...)
  • 123 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 16.
  • 124 Ibid., fol. 14v. Sur le sens de bardassa, M. Rocke, Forbidden friendships, homosexuality and male c (...)
  • 125 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 15v.
  • 126 Ibid., fol. 16v.
  • 127 Cronaca fiorentina, 1537-1555, éd. E. Coppi, Florence, 2000, p. 12.

28Les mots qui portent le crime politique sont à la fois très différents et très proches les uns des autres. La parole criminogène couvre un vaste champ de transgression verbale enraciné dans un crime unique : la négation de l’amour du prince par celui qui ne parle pas comme un sujet. Du blasphème à l’appel au meurtre, de l’outrage contre le nom du souverain jusqu’au projet de mutinerie, de la provocation à la haine jusqu’à l’exaltation du massacre, le capitaine parle comme un anti-sujet. Dans les dépositions, le blasphème est évidemment lié à la nature mauvaise et vicieuse de l’accusé et plus précisément à ses intentions homicides. Côme Ier souligne que Fazio se montre un atroce blasphémateur, vivant dans le mépris de Dieu et la haine des hommes, comme le confirment encore son impiété notoire et son refus du pardon divin121. Les atteintes au nom de Dieu, de la Vierge et des saints entrent dans l’une des premières grandes lois pénales du principat, dont l’ambition est de protéger les peuples contre les effets inéluctables de la malédiction divine. Le texte du 8 juillet 1542 sopra la bestemmia e la sodomìa confirme le caractère éminemment politique des lois réprimant les péchés susceptibles d’attirer la colère divine sur les hommes et dignes des châtiments les plus terribles122. Côme de Médicis a ainsi pris en charge, sous son autorité personnelle, la répression d’un usage mauvais de la parole qui blesse la majesté divine, porte atteinte à la dignité du prince, et attire les pires malédictions sur tous les hommes. À côté du blasphème, l’offense contre le nom du prince se déploie ouvertement dans les termes de l’outrage le plus communément partagé. L’outrage se traduit sous forme d’une apostrophe provocatrice lancée à un trésorier du duc par Fazio lorsqu’il était, dans le fort de Livourne, sûr de son impunité : « Che fa hora quel bardassone di Cosimo ? digli che l’ho in culo » ; il le répète aux amis, plus tard à Pise, avec la jubilation de celui qui n’a pas obéi aux attentes du prince : « Questo bardassone del Duca Cosimo, che se pensava che io gli facessi piacere ! »123. A la lecture de ces témoignages, les juges éprouvèrent le besoin de redemander au capitaine accusé l’authenticité de la phrase : « interrogato se lui habbia detto queste o simili parole, cioé questo bardassone di Cosimo se pensassi che io gli facesse piacere », sans doute parce que la gravité de l’outrage, qui associe le nom ducal à la prostitution masculine, démultiplie l’impact d’une provocation où la volonté du prince se découvre passive et invertie124. Dans leur brutalité, les mots diffusent l’inaptitude foncière du capitaine à intérioriser le principat de Côme. Ils en traduisent la négation mentale chez un homme connu pour son influence auprès de ses compatriotes. La colère, l’autre péché sur lequel insistent tous les témoins pour qualifier la violence de Fazio, se donne également comme un attribut du sujet rebelle, réfractaire à l’amour du prince. La haine des Florentins s’appuie, en effet, sur un refus ostentatoire des offres de paix hypocrites et trompeuses. Ayant jeté à la face des officiers de justice son explication préférée (« Tutti i Fiorentini mi sono nemici », « Tutti i Fiorentini mi vogliono male... ») pour dénoncer ceux qui nient son bon droit, le capitaine reçoit un démenti de la part du commissaire, puis s’entend prononcer le discours du compromis judiciaire assorti des bonnes paroles de l’amour (« Io sono Fiorentino e vovi bene, capitano... »), ou encore l’invitation à ne pas s’emporter (« O capitano, non vi lassate levare a cavallo »)125. Ce sont les discours apaisants, typiquement civils et florentins, qui provoquent chez le soldat et le Pisan qu’est Fazio les accès de la rage meurtrière et autodestructrice (« ... se con questo pugnale non amazzo detto Ms Chiarissimo che’io possa venire in mano de’ Fiorentini »)126. Plus encore que la violence de sang, davantage même que la pulsion homicide, la part criminalisable chez Fazio se cache dans ce rapport à l’ennemi devenu proliférant autour de lui et dans ses mots. La haine qu’il déploie contre tous est attestée par la rumeur publique, transmise dans les chroniques de Florence qui décrivent le traître pisan dans son isolement paranoïaque et sa peur d’être tué par les Florentins127.

  • 128 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 16: « questo proposito erano spessissime volte, dicendo ho (...)
  • 129 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 16: « mosse ragionamento dicendo, che lo stare lui in Pisa (...)
  • 130 Le capitaine, qui nie avoir souhaité la mort du duc et corrige ses mots, conserve néanmoins la cert (...)
  • 131 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 17 : « O Capitano Fatio, cieco ribaldo, tu sarai sempre un (...)
  • 132 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 17 : « Item disse che quando la Cesarea Maestà venne in Lu (...)

29Le retour de la mort dans le discours du capitaine surgit comme une autre forme du mal parler, notamment quand elle s’approche du nom du souverain. Les témoins dénoncent chez l’accusé ses discours répétés et obstinés sur une mort princière évoquée comme possible, attendue, inévitable même. La disparition de Côme est une rumeur, dont il regrette à haute voix qu’elle n’ait pas été véritable : « O Dio se il Duca era morto sarebbe stato qualcosa ». Le mal se glisse dans une parole séditieuse qui prédestine les Médicis à une fin précoce lorsqu’ils sont au pouvoir128. L’assassinat d’Alexandre préannonce un événement comparable qui surviendra en la personne de Côme129. Les paroles déviantes sur la fin du duc s’échangent volontiers chez des soldats mauvais sujets, comme le capitaine Fazio ou le capitaine Niccolaio Bracciolini. L’un et l’autre avaient connu la mort brutale d’Alexandre qu’ils associaient à une période de guerre, d’affirmation de leur puissance et de pillage effrénés. En 1541, ils sont à Lucques parmi les capitaines venus se mettre au service de l’empereur, mais à court d’argent, obligés d’emprunter et comme tout bon mercenaire, insatisfaits de ne jamais voir leur valeur suffisamment récompensée. Professionnels du malcontentement, les capitaines-mercenaires parlent mal par obligation de leur état. Dans le registre de la provocation soldatesque et de l’émulation des vantardises, ils donnent à la mort du duc une signification exaltante : le massacre de la faction ennemie, la tuerie des Florentins, le pillage des maisons. Pour eux, elle est synonyme de saccage130. Elle libère la force brutale des audacieux prêts à agir, comme ce fut le cas en Toscane en janvier 1537. Bracciolini le rappelait à Buzzacherini, et se moquait de l’inaction de son camarade attendant passivement la mort de Côme alors que, pour sa part, il avait profité à sa guise de Pistoia et pouvait marcher la tête haute131. La prise de parole sur la mort du prince signe une transgression qui en contient beaucoup d’autres et, en particulier, le rêve d’un affranchissement sans limite et sans frein chez celui qui n’obéit plus qu’à la satisfaction de sa propre volonté. La même démesure dans l’exigence de satisfaction pousse le capitaine Fazio à dire qu’il quittera le camp de l’empereur, qu’il se mutinera et qu’il passera à l’ennemi, si on ne le récompense pas132.

  • 133 Fazio l’affirmait et attribuait à Chiarissimo de Medici cette consigne politique de ne plus lui par (...)
  • 134 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 19v. Ou encore fol. 16 : « che detto constituto gli dicess (...)
  • 135 Sur la question du crime de lèse-majesté, et dans le cas toscan avec la promulgation de la legge Po (...)

30Comme les actes du procès de 1542 tendent évidemment à le démontrer, l’homme qui parle mal est le traître capable de projeter la mort du duc ou la mutinerie contre l’empereur. Toutefois, à l’échelle micro-locale des obéissances individuelles et collectives, le procès indique surtout que les implications du mal parler sont perçues comme des menaces pour la collectivité elle-même. Il est probable que les autorités florentines ont fait comprendre qu’il ne fallait plus parler au capitaine, si on ne voulait pas déplaire au duc133. Mais il est aussi possible que – comme les témoins l’ont déclaré – les mots aient été jugés dangereux pour Pise et pour ses citoyens. La correction du langage déviant a peut-être été amorcée par les Pisans eux-mêmes qui avertissaient le capitaine « che non dicesse simile parole perchè facevano danno a loro altri Pisani ». Les mots qu’il prononce font du tort134. Les blasphèmes, les outrages, les jurons sont une infraction aux lois divines et humaines, dont le danger est collectivement et immédiatement intériorisé. Les mauvaises paroles, les parolaccie, nuisent à l’amour d’un duc à l’écoute de ses sujets, elles disqualifient les bonnes intentions, si utiles aux négociations citadines et aux suppliques individuelles, elles sapent les présupposés du consensus et du compromis. La démesure verbale de la colère et du désir est l’exacte antithèse de la bonne volonté du sujet, habile au contraire à manier la langue des arrangements négociés avec un prince bienfaiteur et autoritaire. En ce sens, la discipline de la parole sur laquelle compte l’autorité médicéenne au xvie siècle n’a pas été surimposée de l’extérieur à des citoyens opprimés ou inertes. Elle se construit à la rencontre des compétences transactionnelles de tous ceux qui participent à la médiation politique, de leurs dispositions acquises, et largement intériorisées, à opérer les découpages verbaux du dicible, du négociable et de l’interdit. Les mécanismes puissants qui, dans la théorie du droit et dans la procédure, élaborent la construction du crime politique dans son extension – y compris par la poursuite des intentions dissidentes –, ces mécanismes sont déjà à l’œuvre dans les fondements politiques et juridiques du nouveau principat médicéen135.

31Le dossier criminel d’avril 1542 porte en lui des éléments de réponse à trois types de questionnement sur le principat médicéen dans la phase la plus délicate de son enracinement. Il permet d’abord de mesurer à quel point l’héritage politique et symbolique d’Alexandre de Médicis pèse dans les relations avec l’empereur bien au-delà de l’élection de Côme en janvier 1537. Ce déficit de crédibilité, dont souffre le duc Côme sous le protectorat impérial, pose le problème du contrôle de la vérité, comme une exigence permanente du rapport de force avec la puissance impériale. La continuité entre le principat d’Alexandre et celui de Côme se lit également dans les affaires de Pise, c’est-à-dire dans le réaménagement du rapport ancien à une ville-sujette sous une monarchie nouvelle. La maîtrise territoriale, qui fait jouer à la fois le lien du prince à la cité de Pise et les signes de domination que constituent la justice et la forteresse, ne met pas le duc de Florence à l’abri des menaces d’une dépossession. Le procès du capitaine pisan montre à quel point la domination florentine sur les cités est demeurée une réalité mobile, qui explique l’attention continue du prince et de ses différents relais aux affaires territoriales. La troisième ligne de lecture du procès de 1542 met en cause la construction micro-politique du sujet dans la Toscane des premiers ducs. L’une des apories que Machiavel diagnostiquait dans l’État florentin est ici dépassée : le rapport aux villes que Florence intégrait dans son domaine, sans résoudre ouvertement leur statut d’alliée ou d’ennemie, trouve en quelque sorte une troisième voie avec l’instauration monarchique. Ni cité-alliée à séduire, ni cité-ennemie à réduire, le lien à Pise a été reconfiguré par des dispositifs d’assujettissement, ceux que produisent chez les cittadini principali le consensus et les bonnes intentions envers un prince bienfaiteur. Or le capitaine Fazio concentre sur lui et en lui tous les signes de ce qu’un sujet ne doit pas être. Dans un système politique de compromis, fondé sur l’amour d’un prince autoritaire pour le bien universel de ses sujets, le capitaine manque intérieurement des dispositions attendues, comme le font voir ses excès dans la parole et son rapport à l’ennemi dans l’espace public. Assumant la haine des Florentins, il est, d’une certaine manière, inguérissable dans un régime qui prétend redresser Pise, c’est-à-dire effacer sa morbide réputation urbaine, celle des fièvres des paluds et du soupçon d’infidélité. Les déviances du discours et les discordes civiles sont, à l’évidence, des obstacles au projet politique du principat, qui impose sa double logique de gratification et d’assujettissement, de gestion du compromis et d’acceptation d’une nouvelle discipline de la parole. Mais l’enracinement du principat médicéen tient peut-être plus encore au consensus des bonnes volontés, qui refoule vers le crime la dissidence des intentions.

Haut de page

Notes

1 G. B. Adriani, Istoria de’ suoi tempi, Firenze, 1583, p. 94 ; L. A. Ferrai, Cosimo de’ Medici, Duca di Firenze, Bologne, 1882, p. 180-183, p. 316-323. G. Spini, Cosimo I e l’indipendenza del principato mediceo, Florence, 1980, p. 208-209.

2 Les pièces de procédure que nous avons retrouvées à l’Archivio di Stato à Florence n’étaient pas dans un fonds de justice mais elles sont conservées dans Miscellanea medicea, 23, inserto 8, Atti del processo contro il capitano Fazio da Pisa (désormais ASF, Misc. med. 23, Atti del processo). Il s’agit de trois exemplaires des dépositions des témoins (Giuliano di Lazzaro da Uliveto, Antonino di Piero del Quarata, Niccolaio di Iacopo dell’Ancroia) suivis de l’acte de confrontation entre le capitaine et les témoins ; 1e exemplaire fol. 2-fol. 6 : avec signatures ; 2e exemplaire fol. 8-fol. 12 : avec signatures ; 3e exemplaire fol. 13-fol. 20 : avec signatures. Les témoins ont été interrogés le 16 et le 19 avril 1542 ; la confrontation avec le capitaine se déroule le 21 avril 1542.

3 Pour un bilan à jour des travaux sur l’histoire politique du grand-duché, on se reportera à J. Boutier, Les formes et l’exercice du pouvoir. Remarques sur l’historiographie récente de la Toscane à l’époque des Médicis (xvie-xviie siècle), dans M. Ascheri et A. Contini (dir.), La Toscana in età moderna (secoli xvi-xviii) Politica, istituzioni, società, Studi recenti e prospettiva di ricerca, Florence, 2007, p. 1-58. Deux approches différentes et complémentaires permettent de mesurer le déplacement des enjeux : E. Fasano Guarini, L’Italia moderna e la Toscana dei principi, Discussioni e ricerche storiche, Florence, 2008. L. Mannori, Il sovrano tutore. Pluralismo istituzionale e accentramento amministrativo nel principato dei Medici (sec. xvi-xviii), Milan, 1994.

4 Sur les structures diplomatiques, cf. A. Contini, Aspects of Medicean diplomacy in the 16th century, dans D. Frigo (dir.), Early modern Italy: the structure of diplomatic tactics, Cambridge, 2000, p. 49-94; A. Contini, Dinastia, patriziato e politica estera: ambasciatori e segretari medicei nel Cinquecento, dans Keiron, 30, 1999, p. 57-131. Pour les missions destinées à l’Espagne, cf. A. Contini et P. Volpini (dir.), Istruzioni agli ambasciatori medicei in Spagna e nell’Italia spagnola, 1536-1648, t. I, Rome, 2007.

5 G. V. Parigino, Il tesoro del principe. Funzione pubblica e funzione privata del patrimonio della famiglia Medici nel Cinquecento, Florence, 1999, p. 42-51. Une première sentence d’arbitrage rendue en juillet 1541 (le lodo de Ratisbonne) ne sera pas acceptée par Côme, qui renégocie le montant de l’indemnité avec l’empereur à Gênes en septembre 1541.

6 G. Spini, Cosimo I... cit., p. 12-13.

7 La liste des capitaines et des castellani en place à la mort d’Alexandre est connue par la correspondance ducale de 1537. Les premières lettres officielles du duc Côme leur sont destinées. Archivio di Stato di Firenze, Mediceo del Principato (désormais, ASF, MdP) 182, fol. 2, 4.

8 P. Zanetti, Fra centro e periferia : Chiarissimo de’ Medici a Pisa nella prima fase di organizzazione dello Stato mediceo, 1532-1545, dans Archivio Storico Italiano, CXLIII, 1985, p. 373-215.

9 ASF, MdP 181, fol. 11, lettre d’Alexandre, au capitaine Fazio, 10 mars 1534. Le duc lui annonce son remplacement comme castellano de Volterra par Giuliano de’ Medici.

10 Ibid., fol. 38, lettre d’Alexandre, au capitaine Fazio, 31 mai 1534. Le capitaine n’a pas reçu la solde de 60 écus qui doit lui être versée mensuellement pour lui et ses hommes.

11 Ibid., fol. 67, lettre d’Alexandre, au capitaine Fazio, 30 juillet 1534. Le duc le tient informé de l’état de santé du pape Clément VII qui s’est amélioré ; le même au même, fol. 110, 26 septembre 1534. Alexandre lui annonce la mort du pape et lui donne ses ordres sur les précautions à prendre : « Te n’ho voluto avvisare perchè tu partecipi de miei dolori et perchè tu stia vigilante se più si può di quelche tu hai facto fin qui. Tieni la medesima regola che tu hai facto : e prigioni tiengli ben custoditi, e non ne dispone di quelli ne d’altro senza mia saputa et ordine, e tien ben custodito el contrasegno nostro ».

12 Voir sur ce point les remarques très fermes de l’envoyé de l’empereur Bernardo da Rieti dans une Memoria anonima [1537, avril-mai] qui prépare la mission de Cifuentes. Istruzioni agli ambasciatori..., p. 9-10. Sur la mission de Bernardo da Rieti, cf. R. Ristori, L’idea del principato civile in una relazione di Bernardo Sanzio da Rieti, oratore cesareo presso Cosimo I dei Medici, dans Rinascimento, VII, 1956, p. 75-91.

13 B. Varchi, Storia fiorentina, t. III, éd L. Arbib, Florence, 1844, rééd. anast., Rome, 2003, p. 356-357.

14 Matteo da Fabriano aurait été l’objet de propositions et de manœuvres hostiles à Côme, indirectement faites par Pier Luigi Farnese à travers un mercenaire d’origine pisane, Girolamo da Vecchiano.

15 Sur la mission de Cifuentes, G. Spini, Cosimo I... cit., p. 76-84, et sur les nouveaux châtelains espagnols, Ibid, p. 124.

16 ASF, Misc. med. 23, Atti del processo, fol. 15.

17 Ibid., fol. 18 « perché el Duca Alessandro gli haveva detto che accadendo niente di quella fortezza, cioè della morte di detto duca, che non la dessi ad altro che allo Imperatore ».

18 ASF, Misc. med. 23, Atti del processo, fol. 18. Pour les arguments espagnols justifiant la prise de contrôle des forteresses par l’empereur, voir le mémoire de Bernardo da Rieti, Istruzioni agli ambasciatori... cit., p. 10.

19 C’est le portrait qu’en fait G. B. Adriani insistant sur la menace que représentaient les manœuvres de Fazio « come di nimico della città di che faceva aperta profession », G. B. Adriani, Istoria de’ suoi tempi... cit., p. 50-51. Sur Adriani historien, cf. E. Fasano Guarini, Committenza del principe e storiografìa pubblica : Benedetto Varchi e Giovan Battista Adriani, dans E. Fasano Guarini et F. Angiolini (dir.), La pratica della storia in Toscana. Continuità e mutamenti tra la fine del ’400 e la fine del ’700, Milan, 2009, p. 79-100.

20 Sur le cardinal Cybo, cf. L. Staffetti, Il cardinale Innocenzo Cybo, contributo alla storia della politica e dei costumi italiani nella prima età moderna del xvi secolo, Florence, 1894.

21 M. Bellardini, Margherita d’Austria, sposa e vedova del duca Alessandro de’ Medici, dans S. Mantini (dir.), Margherita d’Austria (1522-1586) : costruzioni politiche e diplomazia tra corte Farnese e monarchia spagnola, Rome, 2003, p. 25-54.

22 « Memoria anonima circa la successione : Advertimenti per il duca Cosimo nella morte del duca Alessandro », dans Istruzioni agli ambasciatori... cit., p. 8.

23 L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 125-127 ; L. Staffetti, Il cardinale... cit., p. 210-211.

24 Lettre de Côme à Giovanni Bandini, Florence (s.d.), dans G. Spini, Lettere di Cosimo I, Florence, 1940, p. 28-39 (p. 31).

25 Ibid., p. 32.

26 Sur l’affaire Biagio Campana, cf. L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 133-137 ; G. Spini, Cosimo I... cit., p. 147-148. Plus récemment dans une présentation rapide, R. Villard, Faux complots et vrais procès, dans Y.-M. Bercé (éd.), Les procès politiques, xive-xviie siècle, Rome, 2007, p. 547.

27 « Sunto dell’esame di Biagio della Campana, 28 septembre 1539 », dans L. A. Ferrai, Cosimo... cit., Documenti XXIX, p. 279-286.

28 « Sunto dell’esame... » (L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 281).

29 Notons que les réponses de Biagio peuvent être aussi dangereuses pour le cardinal Cybo que pour Côme et c’est pour cette raison que le cardinal est représenté par un procureur à l’interrogatoire. En ce sens, le procès de 1539, contrôlé par le gouverneur espagnol, n’implique pas un suspect unique mais bien trois : l’épicier, le duc Côme et le cardinal Cybo.

30 Côme rappelle à Giovanni Bandini qu’à propos de Biagio, les lettres et les pièces de l’interrogatoire ont été transmises. Elles se trouvent encore conservées aux Archives de Simancas, dans le fonds Estados pequeños de Italia.

31 Lettre de Côme à Giovanni Bandini, dans G. Spini, Lettere... cit., p. 36.

32 Biagio Campana a été libéré peu de temps après, et a servi à une ultime manœuvre pour discréditer le ministre. Côme l’a renvoyé au cardinal Cybo, en lui faisant dire de sa part, à son patron, qu’il avait intérêt à le garder pour une prochaine fois. (L. A. Ferrai, Cosimo... cit., lettre de Côme à Giovanni Bandini, 15 février 1540, p. 287)

33 Voir, par exemple, le mémoire du cardinal Cybo destiné à justifier son action auprès de l’empereur par l’intermédiaire de Luis de Avila, « Memoria a Vostra Signoria » (L. Staffetti, Innocenzo Cybo... cit., p. 217-221).

34 G. Spini, Cosimo I... cit., p. 199-200.

35 L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 316-317.

36 Sur la principale magistrature criminelle de Florence : G. Antonelli, La magistratura degli Otto di Pratica, dans Archivio Storico Italiano, 1954, p. 3-39 ; J. Brackett, Criminal justice and crime in late Renaissance Florence, 1537-1609, Cambridge, 1992 ; E. Fasano Guarini, Considerazioni su giustizia, stato e società nel ducato di Toscana del Cinquecento, dans Florence and Venice. Comparisons and relations, II, Il Cinquecento, Florence, p. 135-168.

37 Les témoignages contre Fazio ont été enregistrés en présence de Raffaello de’ Medici, magistrat des Otto di Pratica et de deux espagnols désignés par le gouverneur de la forteresse, Carlo d’Ezza et Cristobal de Avendagnico (ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 14).

38 Sur Averrardo Serristori, ambassadeur florentin à Rome, cf. Legazioni di Averardo Serristori, ambasciatore di Cosimo I de’ Medici a Carlo V e in corte di Roma, 1537-1568, éd. G. Canestrini, Florence, 1853.

39 ASF, MdP 3264, fol. 164, Rome, 4 mars 1541 ; fol. 168, Rome, 9 mars 1542.

40 Ibid., fol. 325, lettre d’A. Serristori, à Côme de Médicis, Rome, 8 mai 1542.

41 Lettre du duc Côme, à Giovanni Bandini, 23 avril 1542, dans L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 318-322. On peut penser que l’historien Adriani a consulté une partie de la correspondance ducale sur cette affaire, ou des pièces de procédures relatives au procès, dans la mesure où il suit d’assez près la version officielle des autorités florentines dans leurs échanges avec les Espagnols.

42 ASF, MdP 357, lettre du secrétaire L. Pagni, à Côme Ier, 1er mai 1542 (L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 182).

43 G. B. Adriani, Istoria de’ suoi tempi... cit., p. 94.

44 ASF, MdP 358, lettre de Fazio Buzzacherini, à Côme Ier, Lucques, 13 août 1542.

45 Adriani cite le nom du capitaine Fazio parmi les soldats italiens qui trouvèrent la mort dans les armées impériales, au cours de la guerre dans le duché de Clèves. G. B. Adriani, Istoria de’ suoi tempi... cit., p. 122.

46 La supplique des trois pisans est dans ASF, Otto di Guardia 2 218, juillet 1542.

47 E. Fasano Guarini, Città soggette e contadini nel dominio fioretino tra Quattro e Cinquecento : il caso pisano, dans Ricerche di Storia moderna, t. I, Pise, 1976, p. 35-42 ; P. Zanetti, Intervento politico, riorganizzazione istituzionale, pratica amministrativa del principato mediceo nell’area pisana, 1532-1574, dans Archivio Storico Italiano, 1988, p. 185-192.

48 La disparition d’une magistrature collégiale, les consoli di mare, au profit d’un officier nouveau concentrant seul toute l’autorité sur les gabelles de Pise est une décision critiquée. Voir par exemple B. Varchi, Storia fiorentina... cit., t. III, p. 62.

49 Bernardo Segni, Istorie fiorentine, Florence, 1857, p. 342, p. 271.

50 Ibid., p. 235.

51 Les descritti delle bande sont des enrôlés, par engagement volontaire ou par obligation, tenus de servir dans les milices sous les ordres des capitaines, d’effectuer les entraînements et de participer aux revues ; en contrepartie, ils bénéficient de divers privilèges, dont le droit de porter les armes. J. Ferretti, L’organizzazione militare in Toscana durante il governo di Alessandro e Cosimo I de’ Medici, dans Rivista Storica degli Archivi Toscani, t. I, 1929, p. 248-253. Pour une vision d’ensemble, voir l’article de F. Angiolini, Le bande dei descritti tra ordine e disordine, dans L. Antonielli et C. Donati (dir.) Corpi armati e ordine pu2bblico in Italia (XVI-XIX), 2003, p. 9-47.

52 ASF, MdP 181, lettre du duc Alexandre, au capitaine Raffaello Buonanni et au capitaine Matteo da Fabbriano, fol. 111v.

53 Sur les inquiétudes que soulève Pise, cf. G. B. Adriani, Istoria dei suoi tempi..., p. 25-26 : « ... e di Pisa più che delle altre città si temeva.... »

54 ASF, MdP 330, fol. 265, lettre de ser Maurizio, à Côme, 5 mars 1537.

55 Sur la fonction de commissaire, cf. W. Connell, Il commissario e lo stato territoriale fiorentino, dans Ricerche Storiche, 1988, p. 591-607. De façon globale, sur les officiers territoriaux, cf. A. Zorzi, Gli Ufficiali territoriali dello stato fiorentino (sec. xiv-xv), dans F. Leverotti (dir.), Gli officiali degli Stati italiani del Quattrocento, Annali della Scuola Normale Superiore di Pisa, Pise, 1997, p. 191-212.

56 Pour l’analyse ponctuelle des pratiques épistolaires liées au gouvernement des sujets, voir O. Rouchon, Correspondance et crise territoriale : les lettres d’un commissaire dans la Toscane des Médicis, dans J. Boutier, S. Landi et O. Rouchon (dir.), La politique par correspondance. Usages politiques de la lettre en Italie (xive-xviiie siècles), Rennes, 2009, p. 109-130.

57 ASF, MdP 1 169, fol. 41, lettre d’A. Malegonnelle, à P. F. Riccio, 22 juin 1538.

58 Ibid., fol. 51, lettre d’A. Malegonnelle à P. F. Riccio, 6 juillet 1538.

59 Comme le montrent plusieurs lettres d’Alexandre sur la question des armes à Pise : ASF, MdP, 181, fol. 2, 21 février 1534 ; fol. 174, 18 février 1535. Rappelons qu’il existe à Florence au xvie et xviie siècle une abondante législation constituée de textes sur la question du port d’armes et de ses limitations : E. Fasano Guarini, Gli ordini di polizia nell’Italia del Cinquecento : il caso toscano, dans M. Stolleis, K. Harter et L. Shilling (dir.), Policey im Europa der Frühen Neuzeit, Francfort, 1996, p. 55-95.

60 ASF, MdP 1 169, fol. 41, lettre d’A. Malegonnelle, à P. F. Riccio, 22 juin 1538.

61 Ibid., fol. 52, lettre d’A. Malegonnelle, à P. F. Riccio, 8 juillet 1538.

62 Au cours de l’année de 1539, une année de disette et de crise de ravitaillement, le duc Côme a initié une pratique appelée à devenir régulière pendant son règne : les voyages à l’intérieur de l’Etat florentin. Entre 1539 et 1541, il se rend à plusieurs reprises à Pise, à Pistoia, à Arezzo, à Volterra, à Borgo San Sepolcro. (G. Spini, Cosimo I... cit., p. 141).

63 La commission des Otto Riformatori sopra le cose di Pisa est installée à Florence en janvier 1542. Sa composition et une partie de son activité sont connues par un registre conservé dans le fonds Auditore delle Riformagioni (E. Fasano Guarini, Città soggette e contadini..., dans Ricerche di Storia moderna, t. I, Pise, 1976, p. 46). La réouverture du Studio de Pise de novembre 1543 est une sorte de seconde fondation universitaire : D. Marrara, L’età medicea (1543-1737), dans Storia dell’università di Pisa, Pise, 1993, t. I, p. 79-82.

64 E. Fasano Guarini, Città soggette e contadini... cit., dans Ricerche di Storia moderna, t. I, Pise, 1976, p. 43-50. Sur les structures de gestion des eaux et la politique d’assainissement, voir le vieil ouvrage de R. Fiaschi, Le magistrature pisane delle acque, Pise, 1938. Pour les développements de la politique médicéenne en faveur de l’économie et du commerce à la fin du xvie siècle : R. Mazzei, Pisa medicea, L’economia cittadina da Ferdinando I a Cosimo III, Pise, 1991. Sur l’Arsenal de Pise, cf. F. Angiolini, L’arsenale di Pisa fra politica e economia : continuità e mutamenti, dans E. Concina (dir.), Arsenali e città nell’Occidente europeo, Rome, 1987, p. 69-82

65 Lettre de Côme Ier, à G. Bandini et A. Niccolini, 13 juin 1540, G. Spini, Lettere... cit., p. 52.

66 Lettre de Côme Ier à G. Bandini, 23 avril 1542 (L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 322) : « Procurate che io habbi quanto più presto il volere di S. M.tà perchè l’importantia di quella città di Pisa, et le cose che vanno atorno ogni giorno ricercano qualche presta e buona resolutione... ».

67 S. Borsi, Giuliano da Sangallo, i disegni di architettura e dell’antico, Rome, 1985 (Fonti e documenti perla storia dell’architettura) p. 385-398.

68 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 15 : « gli udi dire l’infrascritte parole cioé che la fortezza di Pisa era debole et di poco momento et che ella si piglierebbe facilmente per respetto ad un biscanto che vi é, che é come un chiasetto, che riesce in su l’Arno, et che gli sarebbe bastato l’animo di pigliare detta fortezza ».

69 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 15 : « se havessi detta Fortezza che si insignorirebbe di Pisa et d’ogni cosa per cacciarne via e’ Fiorentini di detta città e saccheggiargli ».

70 Ibid., fol. 19.

71 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 16 v: « hora sarebbe bene rubare questa fortezza al Cap. Matteo, respetto che li suoi soldati sono malati... ». On peut resituer les propos sur la citadelle vers 1539 ; on sait que Matteo da Fabriano fut gravement malade à cette date, et il fallut expédier en toute hâte de Florence un médecin reconnu, car on craignait la mort d’un militaire fidèle.

72 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 14 : « che se gli fussi venuto commodo et se egli havessi havuto un’ uomo che gli havessi tenuto mano nella fortezza, gli harebbe dato animo di levare detta fortezza al detto capitano Matteo... ».

73 Le phénomène des massacres liés aux luttes de factions est récurrent à Pistoia jusqu’en 1539, date du dernier affrontement ouvert entre Panciatichi et Cancellieri. Dans le cas de Borgo San Sepolcro, les luttes de factions sont encore meurtrières en 1537-1538, lors du commissariat de Gherardo Gherardi.

74 Sur le souci de sécurité des fortifications en 1542 : G. B. Adriani, Istoria de’ suoi tempi, Florence, 1587, p. 163.

75 ASF, MdP, 357, fol. 514, lettre de Raffaello de’ Medici, commissaire de Pise, à Côme, 29 mai 1542 : « si è disegnato la banda del Cap Morghante per la guardia della Citadella vecchia, porte e ponte a mare et quella del Cap Pandolfo per la porta a Lucha et Ponte Vecchio con ordine di fare sentinella sopra le mura et tutto con participatione e consiglio del S. Ridolfo, ma ci nasce una difficultà che alla guardia del ponte sono soldati del Capitano di Fortezza et non pare che sia raggionevole che a una guardia medesima siano soldati di dua capitani... Ricordandoli con ogni reverentia che questa banda del Capitano Pandolfo sono tutti conoscenti e amici di questi pisani ; che havendoci a stare molti giorni crederia si stessi più sicuro con ogni altra banda che questa... ».

76 Les capitaines-commissaires de Pise sont des rettori, c’est-à-dire officiers territoriaux, désignés par les ducs de Florence pour un mandat de six mois pour lequel ils sont rétribués. Choisis parmi des citoyens éminents, accompagnés d’une familia, (une suite comprenant des hommes de lois, des hommes d’armes, des serviteurs), ils assurent au nom de la cité florentine des pouvoirs de justice civile et criminelle, ainsi que des responsabilités administratives et politiques face aux représentants de la communauté de Pise.

77 Voir par exemple une lettre de Luigi Guicciardini à propos de la troupe de Fazio et de ses mouvements, ASF, MdP 343, fol. 379, 4 mai 1540.

78 Quelques pièces de procédure sont conservées à l’Archivio di Stato di Pisa (désormais ASP), dans les Atti civili del commissario : ASP, Commissariato 53, 19 maggio 1542. Il s’agit d’une déposition de Francesco da Catignano devant la cour du commissaire, où il entend prouver les violences dont il a été victime quelques semaines plus tôt.

79 ASF, MdP, 357, fol. 21, Antonio da Ricasoli, à Côme : « ... si vede non manchar di trattenersi la maggior parte di questi giovani pisani, che ci sono in sull’arme,... ne manca ancor lui trattenersi quelli forestieri che ci capitano, maxime confinati qui, perchè habbino patito qualcosa di frescho come el Lucha d’Arezo et Petrucho da Pietrasanta... ».

80 Sur les privilèges juridictionnels des soldats descritti, cf. A. d’Addario, L’honorata militia del principato mediceo e la formazione di un ceto di privilegiati nel contado e nel distretto fiorentino dei secoli xvi e xvii, dans Archivio Storico Italiano, 2004, 602, IV, p. 697-738.

81 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 15v.

82 Antonino di Piero del Quarata, l’un des témoins constitués contre Fazio, indique qu’il le connaît depuis des années et qu’il était avec le capitaine « soldato per la guerra di Firenze ».

83 Un exemple des implications violentes de l’honneur chez les capitaines, D. Weinstein, The captain’s concubine, Love, honour and violence in Renaissance Tuscany, Baltimore-Londres, 2000.

84 Sur le thème du sospetto chez G. B. Adriani, voir par exemple Istoria dei suoi tempi..., p. 94 : « durava in oltre il sospetto di Fazio da Pisa... le quali cose in terra di sospetto come Pisa erano gravi a sofferire ».

85 Pour un échantillon de ce type de relations dans les correspondances ducales, on peut utiliser les registres des lettres envoyées par les secrétaires et conservées dans le Mediceo del principato. Quelques rares lettres officielles de Côme sont aussi à Pise : ASP, Comune D 218, n° 13, Lettere di Cosimo I ai priori di Pisa.

86 Parmi les notables pisans mentionnés dans les correspondances ducales des années 1533-1538 apparaissent par exemple les noms des Lanfranchi, Rossermini, Bocca, del Tignoso, Gualandi, Pitta, Corbini, Ceuli, dell’Ancroia, Vanni. L’appartenance de ces familles aux case pisane ayant une activité politique régulière est attestée par les données tirées des livres de prieurs de Pise (cf. B. Casini, Il Priorista di Pisa e i libri d’oro del comune di Pisa, Florence, 1986).

87 Un exemple de ces règles de fonctionnement dans une commune où la marge d’autorèglementation locale est longtemps restée plus grande qu’à Pise, C. Perol, Cortona, Pouvoirs et sociétés aux confins de la Toscane, xve-xvie siècle, Rome, 2004, p. 123-131.

88 La réforme des statuts comporte une révision du droit local, mais aussi la redéfinition des règles de la vie politique et la préparation des listes de citoyens éligibles jusqu’à la réforme suivante. Voir E. Fasano Guarini, Gli Statuti delle città soggette a Firenze tra ’400 e ’500 : riforme locali e interventi centrali, dans G. Chittolini et D. Willoweit (dir.), Statuti, città territori in Italia e Germania tra Medioevo ed Età moderna, Bologne, p. 69-124.

89 ASF, MdP 181, fol. 161 : lettre aux réformateurs de la cité de Pise, 27 décembre 1534 ; lettre au commissaire de Pise, 27 décembre 1534.

90 Pour les dispositions concernant la désignation des prieurs par le duc Alexandre, cf. ASP, Comune C1, Riforma 1535, fol. 171.

91 ASP, Comune C1, Riforma 1539, fol. 205.

92 ASF, MdP 183, fol. 121 v, lettre de Côme Ier, au commissaire de Pise, 12 octobre 1538. « Sono stati da noi ms Nofri Pitta e ms Giovan Paolo Vanni oratori di quella communità, ne hanno ricercho con grandissima instantia che, essendo venuto il tempo di far la nuova riforma, sia loro permesso farla secondo l’ordine solito e come si osservava avanti alla presente che anchora dura, et noi che desideriamo ogni satisfactione e honore e ben’essere di quel pubblico, ci contentiamo che la se expedischa nel modo e forma ricerchano, e essi se elegghino secondo la consuetudine per VS e altri soliti ; li riformatori di poi cosi eletti habbino facultà di fare la imborsatione de magistrati e altri offitii di quella città li quali di tempo i tempo s’habbino ad extrahere della borsa ».

93 ASF, MdP 183, fol. 121 v, lettre de Côme Ier, à la communauté de Pise, 12 octobre 1538. « Magnifici amici precipui, Havemo riceputo la vostra de IX in credenza di ms Nofri Pitta e ms Giovan Paolo Vanni vostri oratori, e vistoli con quella ottima dispositione ricercha il grande amore vi portiamo per haver di ogni tempo trovato in voi reciprocho, e ci siamo contentati che la vostra riforma sia facta secondo il desiderio vostro... ».

94 Les ducs conservent certains mécanismes du patronage médicéen en direction de la Toscane, fixés au xve siècle, cf. P. Salvadori, Dominio e patronato, Lorenzo il Magnifico e la Toscana nel Quattrocento, Rome, 2000. Sur un autre plan, l’instauration du principat a multiplié les formes de recours avec l’examen des suppliques de grâce adressées au duc, cf. G. Pansini, Le cause delegate nel sistema giudiziario del principato mediceo, dans M. Sbriccoli et A. Bettoni (dir.), Grandi tribunali e Rote nell’Italia di Antico Regime, Milan, 1993, p. 606-633.

95 ASF, MdP 182, fol. 32, lettre de Côme, au commissaire de Pise, 17 juin 1538, une supplique de Raffaello del Setaiolo pour la trève entre Lanfranchi et Botticelli.

96 Ibid., fol. 168 v, lettre de Côme, au commissaire de Pise, 11 décembre 1537 ; fol. 76, lettre de Côme, au commissaire de Pise, 16 août 1538.

97 Ibid.,, fol. 275, lettre de Côme, au commissaire de Pise, 25 avril 1538 ; ASF, MdP, 183, fol. 33, lettre de Côme, au commissaire de Pise, 18 juin 1538.

98 Ibid.,, fol. 11, lettre de Côme, au commissaire de Pise, 24 mai 1538 ; ASF, MdP, fol. 36 v, lettre de Côme, au commissaire de Pise, 22 juin 1538.

99 ASF, MdP 1169, fol. 40, lettre d’A. Malegonnelle, à P.F. del Riccio, 18 juin 1538 ; fol. 45, 28 juin 1538.

100 Sur l’affaire de la confrérie du Saint-Esprit, les premières analyses reviennent à M. Berengo, Nobili e mercanti nella Lucca del Cinquecento, Turin, 1965, p. 196-199. M. Berengo cherchait à vérifier la réalité des représentations fixées autour d’une Pisa malcontenta, un malcontentement politique des sujets de Florence qui serait l’une des idées centrales dans la conjuration de Burlamacchi en 1546.

101 ASF, MdP 1 169, fol. 45, 28 juin 1538. La lecture des allégories est soutenue à la fois par des symboles (les quatre couronnes des conquêtes pisanes, Majorque, Minorque, Sardaigne, Trébizonde ; les couleurs rouge et noire traînées à terre comme pour un enterrement) et par des écritures distinguant les deux parties du cortège (deux brevi annoncent : « Pisa » et « Pisa sventurata »).

102 Le seul récit de la joyeuse entrée effectuée par Alexandre à Pise le 28 juin 1531 est conservé dans ASP, Comune D 65, fol. 294. C’est le notaire-chancelier de la commune qui adresse au duc un discours de bienvenue en compagnie de Chiarissimo de’ Medici. Notons qu’à cette date, Alexandre n’a pas encore proclamé publiquement devant les institutions florentines ses nouveaux pouvoirs, comme il le fera quelques jours plus tard.

103 Les époux se sont rencontrés le 11 juin 1539 sur la route de Livourne, « lietamente se ne vennero in Pisa, nella quale per honorare la signora Duchessa erano fatti archi tiomphali e altri suntuosi apparati da Fiorentini e Pisani, che con somma allegrezza la ricevorno » (Apparato e Feste nelle nozze dello Illustrissimo Signor duca di Firenze e della Duchessa sua consorte, con le sue stanze, madrigali, comedia e intermedi in quelle recitati, MDXXXIX). La citation est tirée de la lettre en forme de description des festivités que P.-F. Giambullari adresse à Giovanni Bandini.

104 ASF, MdP 1 169, fol. 45.

105 C’est ainsi que G. B. Adriani caractérise le capitaine Fazio : « essendo nemico del Duca e generalmente di tutta la nazione fiorentina » (G. B. Adriani, Istoria dei suoi tempi..., p. 94).

106 Provvisione facta sopra la reparatione et opera dei fossi nella cipta et contado sotto di 27 di aprile 1547. Le texte est publié par R. Fiaschi, Le magistrature pisane... cit., p. 505-509, édition à laquelle on se réfère ici par commodité. Sur la reprise en main du bureau par le duc, voir l’analyse d’ E. Fasano Guarini, Città soggette e contadi... cit., p. 57-58.

107 Autour de cette figure de Côme relevant Pise, incarnée par une allégorie féminine, voir le bas-relief de Pierino da Vinci (v. 1548-1549, Musées du Vatican). cf. H. Utz, Pierino da Vinci e Stoldo Lorenzi, dans Paragone/Arte, 1967, 211, p. 47-69 et M. Cianchi (dir.), Pierino da Vinci, Actes de la journée d’étude (Vinci, 26 mai 1990), Florence, 1995.

108 G. B. Adriani, Istoria de’ suoi tempi, p. 94 « ... teneva tutta Pisa divisa et haveva buona parte de’ Pisani e i più fieri e cupidi di cose nuove che il seguitavano... ».

109 Le nombre de charges de prieurs recensées par casa (lignage) entre 1509 et 1537 est supérieur ou égal à 6 pour les familles Setaiolo, da Catignano, del Lante, dell’Ancroia, ce qui les place au dessus de la moyenne des charges obtenues par l’ensemble des citoyens. (C. Calvani, M. Falaschi et L. Matteoli, Ricerche sulle magistrature e la classe dirigente di Pisa durante il principato mediceo del’ 500, dans G. Spini (dir.), Potere centrale e strutture periferiche nella Toscana del’ 500, Florence, 1980, p. 77-112.)

110 ASF, MdP 357, fol. 21, lettre d’A. Ricasoli, à Côme, 5 avril 1542 : « si vede non manchar di trattenersi la maggior parte di questi giovani pisani, che ci sono in sull’arme... questi sua adherenti la maggior parte anchor che nobili poveri potriano esser causa di qualche scandolo non picholo ».

111 Une seule mention des Buzzacherini dans les livres de prieurs de Pise après le retour sous la domination florentine en 1515 (Il priorista di Pisa... cit., p. 47).

112 Niccolaio dell’Ancroia dénonce les pressions du capitaine sur les délibérations du conseil et lui rappelle « che fece cassare dai priori di Pisa un maestro di squola che havevono condotto per tre anni et che fece eleggere un altro » ; le capitaine se limite à reconnaître la recommandation : « ad instantia di certi giovani di Pisa scrisse una lettera a Priori di Pisa, pregandoli che volessino mutare detto maestro di scuola e metterne un altro, ma che per questo non fece minacci o bravamento alcuno ».

113 ASP, Commissariato 53 : « Addì 19 di maggio 1543 al pisano, Francesco da Catignano comparisce dinanzi al Signore commissario di Pisa e sua corte... ».

114 ASP, Commissariato 53 : « detto Lello cominciò a gridare dentro alla porta : ‘io sono assassinato’, e a detto rumore uscirono fuori con l’arme li infrascritti : il capitano Fatio, il Lucha d’Arezzo, Alfonso et Gerolamo dell’Ante, Iacopo da Pisa e Paolo da Mantova, insieme con detto Lello... Item intende provare chome tutti quelli che uscirono con arme fuori di detta casa furono contro detto Francesco e lo menarono, eccetto il Chuccia d’Arezzo... ».

115 ASF, MdP 357, fol. 21, lettre d’A. Ricasoli, à Côme, 5 avril 1542.

116 Pour le sens de cittadini principali, on peut se reporter à la définition qu’en donne le commissaire Malegonnelle dans sa correspondance lorsqu’il évoque sa consultation des notables : « ...fare chiamare al cospetto mio li Priori di qui... e inoltre tutti quelli principali cittadini pisani quali si conoscerano essere di credito e di buona intenzione e consiglio... » (ASF, MdP 1 169, fol. 41).

117 L’intention homicide contre Chiarissimo de’ Medici figure dans les trois dépositions. ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 14v: « detto constituto ha sentito dire al detto Cap. Fatio cinquanta volte, o più, che egli voleva amazzare Chiarissimo de’ Medici in tutti quei modi che gli venissi bene et d’andarsi con Dio »; fol. 15v: « il detto Capitano se ne usci in collera, et disse ‘se io havessi assettato i fatti mia, voi vedevi una bella festa, ma ad ogni modo Ms Chiarissimo non mi scapperà delle mani’«; fol. 16: « Item disse che detto Fatio era di cattivo animo contro a Ms Chiarissimo (16v) de’ Medici, mosso da cattiva sua natura, et che gli udi dire più volte bestemiando la Vergine che voleva amazzare detto Ms Chiarissimo ».

118 P. Zanetti, Fra centro e periferia, Chiarissimo... cit., p. 384; p. 390.

119 On sait par la correspondance ducale que Chiarissimo de’ Medici a joué un rôle décisif dans la constitution du dossier criminel contre Fazio. D’abord à Pise en recevant les premières dénonciations sous forme orale, puis en se rendant auprès de Côme pour lui rendre compte de tout. Il est l’un des mieux placés pour établir le caractère factieux des crimes de Fazio et la division entre partisans et adversaires du capitaine.

120 Pour l’émergence de l’opinion dans le savoir politique du prince, et sur son rapport à une nouvelle discipline de la parole en Toscane, cf. S. Landi, Naissance de l’opinion publique dans l’Italie moderne, Sagesse du peuple et savoir de gouvernement de Machiavel aux Lumières, Rennes, 2006, p. 89-114.

121 Lettre de Côme, à G. Bandini, 23 avril 1542, dans L. A. Ferrai, Cosimo... cit., p. 322 : « Fazio è un atroce bestemmiatore et disprezzatore di Dio e dei Santi, e di tutti li huomini del mondo ; et è opinione, anzi quasi certezza universale, che più di vent’anni sono si sia confessato... ».

122 Bando sopra la bestemmia e la sodomìa del dì 8 luglio 1542 dans Legislazione Toscana, éd. L. Cantini, Tipografìa Albizziana, Florence, 1800, t. I, p. 210-214. La loi est reçue à Pise et insérée dans le registre des actes fondamentaux de la commune. Sur le sens de cette législation en termes de discipline des comportements, cf. E. Fasano Guarini, Produzione di leggi e disciplinamento nella Toscana granducale tra Cinque e Seicento. Spunti di ricerca, dans P. Prodi (dir.), Disciplina dell’anima, disciplina del corpo e disciplina della società tra medioevo ed età moderna, Bologne, 1994, p. 659-690.

123 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 16.

124 Ibid., fol. 14v. Sur le sens de bardassa, M. Rocke, Forbidden friendships, homosexuality and male culture, Oxford, 1996, p. 106-107.

125 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 15v.

126 Ibid., fol. 16v.

127 Cronaca fiorentina, 1537-1555, éd. E. Coppi, Florence, 2000, p. 12.

128 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 16: « questo proposito erano spessissime volte, dicendo hora mai la vita del Duca Cosimo non può durare troppo tempo secondo l’ordine della vita degli altri di Casa i Medici, ogni giorno desiderando tale cose, et questo usò dire più volte in diversi luoghi di detta città di Pisa ».

129 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 16: « mosse ragionamento dicendo, che lo stare lui in Pisa, non ivi stava per altro effetto che per aspettare una occasione, simile a quella del Duca Alessandro, che nascessi nella persona del Duca Cosimo, o altri rumori della città di Firenze; che haveva fantasia detto Fatio, quando simil cose accascassino, di farsi padrone di Pisa et quella saccheggiare et amazzare et saccheggiare specialmente la natione fiorentina ».

130 Le capitaine, qui nie avoir souhaité la mort du duc et corrige ses mots, conserve néanmoins la certitude d’un pillage inévitable : « Dio ce ne guardi che il duca fossi morte, che se tal cosa fussi vera, il nostro paese andrebbe tutto a sacco ». (ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 19).

131 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 17 : « O Capitano Fatio, cieco ribaldo, tu sarai sempre un gaglioffo, et non avrai mai animo di far niente, al manco io mi sono cavato le mie voglie et posso andare con la testa scoperta ».

132 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 17 : « Item disse che quando la Cesarea Maestà venne in Lucca uddi dire a detto Capitano lamentandosi dell’Imperatore, et dicendo che se Sua Maestà non lo remunerava, che in ogni tempo che lui potessi, o in guerra de Francesi o di Turchi che lui si trovassi al servitio di Sua Maestà Cesarea, si amuttinerebbe con più soldati che lui potessi et andrebbe nel Campo delli inimici di essa Cesarea Maestà ».

133 Fazio l’affirmait et attribuait à Chiarissimo de Medici cette consigne politique de ne plus lui parler : « State cheto voi, che sapete che havete detto a qualcuno che non parlino con meco, perchè ne facevano dispiacere al duca ». (ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 18.)

134 ASF, Misc. med., Atti del processo, fol. 19v. Ou encore fol. 16 : « che detto constituto gli dicessi che non usasse più quelle parolaccie perchè legli protrebbono più presto tonare in danno che giovare ».

135 Sur la question du crime de lèse-majesté, et dans le cas toscan avec la promulgation de la legge Polverina en 1549 : M. Sbriccoli, Crimen lesae maiestatis, Il problema del reato politico alle soglie della scienza penalistica moderna, Milan, 1974.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Rouchon, « Le duc, le capitaine et les Pisans : lectures d’un procès politique (Florence, 1542) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, 122-1 | 2010, 53-79.

Référence électronique

Olivier Rouchon, « Le duc, le capitaine et les Pisans : lectures d’un procès politique (Florence, 1542) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 122-1 | 2010, mis en ligne le 17 septembre 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://mefrim.revues.org/560 ; DOI : 10.4000/mefrim.560

Haut de page

Auteur

Olivier Rouchon

Université d’Avignon, Centre Norbert Elias (UMR 8562), olivier.rouchon@univ-avignon.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org