Navigation – Plan du site
Les intermédiaires du travail. Acteurs du recrutement et de la gestion des travailleurs, (XVIe-XXIe siècle)

Introduction : pour une histoire des médiateurs du travail dans la longue durée

Andrea Caracausi, Corine Maitte et Manuela Martini

Texte intégral

  • 1 Le rôle incontournable des intermédiaires a été notamment mis en lumière par des économistes hétér (...)
  • 2 Selon l’expression employée pour le travail féminin par Humphries – Sarasúa 2012.

1La question des intermédiaires du travail défraye régulièrement la chronique : dans le cadre des tensions générées par les migrations internationales, le rôle de ces médiateurs ne cesse de croître et la question des exactions de toutes sortes qu’ils exercent souvent sur les migrants en quête de travail irrigue l’actualité médiatique. Des recherches leur sont désormais consacrées pour l’époque contemporaine, notamment dans le cadre de la globalisation des marchés du travail. Mais la présence de ces intermédiaires n’est pas uniquement liée aux transformations actuelles des modalités de l’emploi. Ils occupent sans doute une fonction aussi ancienne que le travail dépendant lui-même, quels que soient les formes, les législations, les champs d’activité concernés. À l’époque préindustrielle, dans le travail « libre » comme dans le travail contraint, dans le travail salarié, dans le travail corporé, aux champs, aux mines, dans les manufactures dispersées comme dans les fabriques concentrées, le rôle des intermédiaires entre ceux qui cherchent des bras, qualifiés ou non, et ceux qui proposent leur force de travail, comme leurs compétences, est à la fois essentiel et relativement discret. Essentiel car « le » marché du travail, mettant en relation sans intermédiaires et sans asymétries employeurs et potentiels employés, est sans doute historiquement l’une des formes les moins répandues de transaction : le « marché parfait » des économistes classiques est largement fictif. Dans des marchés du travail toujours segmentés, diversement et asymétriquement constitués, le rôle des intermédiaires est donc fondamental1. Mais il est aussi relativement discret car il reste le plus souvent en creux des différentes formes de travail et trop fréquemment off the record2. Les sources anciennes n’en livrent la plupart du temps que des témoignages indirects et l’on peine souvent à saisir exactement les figures sociales de ces agents pourtant essentiels des relations de travail. Surtout, lorsque les sources existent, elles n’ont pas su attirer l’attention des historiens sur des personnages longtemps demeurés hors du champ principal de leurs préoccupations.

Une historiographie en construction

  • 3 Bosma – van Nederveen Meerkerk – Sarkar 2012.
  • 4 Wadauer – Buchner – Mejstrik 2015. Cette publication a été produite dans le cadre de l’ERC dirigée (...)
  • 5 Luciani 1990.

2Le regard des historiens s’est en effet rarement focalisé sur ces figures et a longtemps mis l’accent sur les deux principaux pôles de la relation de travail, employeurs/employés. Des recherches récentes ont néanmoins pris le problème à bras le corps pour l’époque contemporaine. En 2012, le volume coordonné par Ulbe Bosma, Elise van Nederveen Meerkerk et Aditya Sarkar a insisté sur le fait que les intermédiaires ne sont pas caractéristiques de moments de « transition », comme cela a parfois été affirmé3. Ils sont au contraire des agents changeants, mais constamment présents dans les rapports de travail ici mis à jour à travers des études de cas empiriques au niveau mondial. Plus récent encore (2015), le livre dirigé par Sigrid Wadauer, Thomas Buchner et Alexander Mejstrik se veut une histoire transnationale et globale de l’intermédiation de travail en Europe, en Australie et en Inde4. S’il s’agit surtout d’étudier le rôle des États comme médiateurs des relations de travail, les recherches présentées portent également sur les institutions de placement, les syndicats, les municipalités, les écoles, les bourses du travail, etc. Une tension entre « spontanéité » de l’intermédiation et son encadrement institutionnel est en effet soulignée. Elle est renforcée par le fait que ces études commencent au XIXe siècle : la question de la progressive intervention des pouvoirs publics est alors une question centrale. Mais un article plus ancien de Jean Luciani met, lui, l’accent sur une autre tension, celle qui s’instaure entre le lieu et le métier : deux logiques contradictoires qui coexisteraient tout au long du XIXe siècle, jusqu’à l'instauration d'un placement gratuit et obligatoire – quel que soit le métier - dans les grandes villes françaises (loi de 1904)5. L'hypothèse avancée par Luciani est que la construction d’un marché du travail situé, qui traduit bien cette prééminence du lieu sur le métier, devient alors réalisable grâce à cette médiation désormais spatialisée et officialisée. On verra que les choses sont en fait bien plus complexes.

  • 6 Nous poursuivons dans ce sens l’effort de Wadauer – Buchner – Mejstrik 2015 qui insistent sur l’in (...)
  • 7 Zürcher 2014 ; Blakemore – Vanneste – Fusaro – Allaire 2015 ; Stanziani 2010.

3Par rapport à ces travaux d’histoire globale contemporaine (XIXe-XXe siècle), nous faisons en quelque sorte un choix inverse, mais complémentaire : celui d’une inscription du phénomène dans la longue durée de l’histoire européenne, spécialement ici la France et l’Italie. Ce faisant, nous déplaçons la focale sur les acteurs économiques plus que sur les États, tout en veillant à prendre en compte le contexte institutionnel dans lequel ils opèrent6. Cette démarche nous semble tout aussi fondamentale pour comprendre les changements et les évolutions contemporaines. Bien sûr, le rôle des intermédiaires a été souligné dans certains secteurs bien avant l’industrialisation, notamment en ce qui concerne le travail maritime et militaire où le rôle des recruteurs est assez bien connu7. L’étude de Luca Lo Basso dans ce recueil fait état de pratiques de la médiation du recrutement maritime très répandues dans les États italiens, et pas seulement, de l’époque moderne. Mais on en sait très peu en dehors de ces activités, alors même que, dans la longue période préindustrielle, on trouve des intermédiaires pratiquement dans tous les contextes productifs ainsi que dans différentes formes des activités de services. Eleonora Canepari brosse un portrait saisissant de ces relais, assurant le lien entre la rue et le palais, indispensables dans le parcours de mobilité des aspirants serviteurs du « contado » essentiellement vers le travail domestique urbain, mais pas seulement, puisque le travail fourni peut aussi bien se dérouler au sein du palais romain que des propriétés foncières de ces grandes familles. De fait, nous avons également choisi d’insister dans ce numéro sur les intermédiaires dans les campagnes, d’une part pour montrer que ces pratiques ne se limitent pas à la ville et aux secteurs « industriels », d’autre part pour mettre l’accent sur les renouvellements et les similarités de ces figures et de ces pratiques dans la longue durée de l’histoire rurale européenne. Après les « caporali » des latifundia romains, les campagnes cultivées intensivement par de grands exploitants à l’aide de journaliers prolétarisés étudiées par Michele Nani représentent le terrain d’une modernisation productive traversée de conflits sociaux où l’intermédiation des chefs d’équipe, les « caporali », est également primordiale. Cela permet également de situer les questions d’actualité, notamment celle des « capineri » de l’Italie du sud ici étudiés par Romain Filhol, dans une durée bien plus longue que celle généralement envisagée par les médias qui traitent de cette question.

4Mais encore faut-il préciser ce que l’on peut entendre par « intermédiaires du travail ».

Intermédiaires, c’est-à-dire ?

5D’une façon très générique, ils peuvent être définis comme des individus ou des organisations qui intercèdent entre donneurs d’ouvrage et travailleurs, et qui en perçoivent, souvent, mais pas toujours, une compensation sous forme de commission ou de paiement. Cette définition ne doit cependant pas nous faire oublier une réalité fluide dans laquelle les figures d’intermédiaires « purs », de sous-contractants, voire de travailleurs peuvent se croiser, coexister à l’intérieur d’un même secteur, d’un même lieu, d’une même époque. La distinction, souvent opérée par l’historiographie anglo-saxonne entre « labour » et « work » ne nous semble pas ici entièrement pertinente. La variété du vocabulaire qui les désigne est là pour rendre compte de la diversité de ces acteurs : agents de recrutement, agences, contracteurs et sub-contracteurs, trafiquants, chefs d’équipe, bureaux de placement, voire contremaîtres etc… il arrive d’ailleurs aussi qu'ils soient désignés par leur activité et non par un mot qui désigne l'intermédiation (ex : filtier, filatier etc.). Il est cependant possible d’effectuer des distinctions entre figures différentes. Ne serons ici rapidement évoquées que les plus significatives sur lesquelles il conviendrait d’approfondir les enquêtes.

6On peut bien entendu distinguer tout d’abord deux grands types d’intermédiation : d’une part, les formes institutionnelles qui se développent essentiellement à l’époque contemporaine, d’autre part, les mises en relation plus personnelles, plus anciennes, mais qui ne disparaissent pas pour autant aujourd’hui. Dans ces formes personnelles, on peut encore distinguer entre les intermédiaires qui sont extérieurs au travail et ceux qui, au contraire, y participent. À l’intérieur de chacune de ces grandes catégories, aux frontières bien plus floues qu’il n’y paraît, on peut encore distinguer des cas de figures assez différents les uns des autres.

  • 8 Sur ces pratiques d’embrigadement d’enfants dans des cercles de proches ou parents liées aux métie (...)
  • 9 Ammannati 2008 ; Malanima 1982 ; Maitte 2001.
  • 10 Maroussem 1892 ; Vernus 2010.
  • 11 Ainsi, dans la Venise du XVIe siècle, comme partout ailleurs, « la présence d’un garant au contrat (...)

7Ainsi, dans la vaste nébuleuse des intermédiaires personnels extérieurs au travail, un premier groupe de recruteurs et d’intermédiaires est assurément le réseau des amis ou des proches, voire celui qui se trouve à l’intérieur même du noyau familial ou de la maisonnée. Si leur rôle peut parfois être formalisé, il ne l’est souvent pas. Le dossier de l’International Review of Social History souligne justement que les pères ou les maris constituent un premier exemple de médiateurs du labeur de leurs enfants ou de leurs femmes, qu’il s’agisse d’ailleurs de travail libre ou de travail forcé8. Ce rôle des chefs de famille comme médiateurs est évident dans certains territoires textiles italiens dès la fin du Moyen-Âge où la filature est normalement effectuée par les femmes et les filles des travailleurs employés dans la boutique centrale du marchand entrepreneur ; ces travailleurs jouent donc un rôle d’intermédiaires, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur du processus de production, essentiels tant pour les consignes des matières premières, des produits finis que pour les paiements9. Ces formes en apparence simples et archaïques survivent longtemps. On retrouve en effet des modalités semblables de recrutement familial dans les soieries françaises de la fin du XIXe siècle ou encore dans les ébénisteries travaillant pour les grands magasins parisiens au début du XXe siècle10. Dans la même lignée, une figure d’intermédiation est celle du garant des contrats d’apprentissage qui n’appartient pas toujours à la famille du jeune, mais à un cercle de proches11.

  • 12 Lallement 1990. Sur le « sweating system » britannique, voir Riello 2008.

8Un second groupe de recruteurs est composé au contraire par des figures professionnelles plus définies, de vrais et propres intermédiaires, souvent nommés « agents » ou « fattori ». On peut eux-mêmes les diviser en deux groupes. Dans les manufactures dispersées dominées par le contrôle du marchand-fabricant et sur le travail à domicile (« putting out »), ces agents, qui peuvent souvent travailler pour plusieurs entreprises à la fois, sont responsables de la distribution de la matière première, puis récupèrent le produit semi-fini, en particulier dans les différents villages de campagne où les travailleur-e-s œuvrent à domicile. C’est là une organisation de longue durée, que l’on trouve bien entendu dans le textile, mais aussi dans des domaines très divers comme la coutellerie, la chaussure, l’ébénisterie, les fleurs artificielles etc.12. Dans les activités « concentrées » au contraire, ces recruteurs servent comme « rabatteurs » de main-d’œuvre : c’est le cas, par exemple, dans les premières usines de filature, mais aussi, pour sortir du textile, dans les grandes entreprises agricoles pour le travail du sucre, du tabac ou de la riziculture où les agents patronaux vont chercher des travailleur-e-s qu’ils ramènent sur l’exploitation. On en verra des exemples dans ce numéro dans l’article de Michele Nani et de Romain Filhol. Dans un cas comme dans l’autre, il reste cependant à approfondir qui sont ces recruteurs, comment ils s’insérèrent dans les villages où ils recrutent la main-d’œuvre, quels rapports ils entretiennent avec les communautés et avec les autorités du lieu : autorités religieuses, par exemple les curés, ou civiles qui servent depuis fort longtemps de relais essentiels pour la connaissance des populations et de leurs besoins en travail.

  • 13 Mark 2012 ; Fontaine 1993 ; Derainne 2006.
  • 14 Casarino 1982, p. 64.

9Cela renvoie d’ailleurs à une troisième figure d’intermédiaires extérieurs au travail : les chefs de village ou les notables qui peuvent organiser le recrutement du travail pour diverses activités, que ce soient les mines du Ghana contemporain, les terrassiers dans les travaux publics du XIXe siècle ou les colporteurs des communautés montagnardes de l’époque moderne13. Le degré d’autorité que ces individus peuvent exercer sur les autres membres du village est alors essentiel, non pas seulement par leur fonction politique ou symbolique, mais aussi à travers les relations d’endettement. Ils possèdent le pouvoir d’être les médiateurs entre les membres de la communauté et les donneurs de travail ou leurs représentants. Une fois encore, on retrouve ces figures dans le cas de l’apprentissage, qu’il s’agisse des seigneurs ou des curés de village14.

  • 15 Fontaine 1993, Maitte 2009, Moulin 1985 ; Lorenzetti, Merzario 2005 ; Lucassen 2006 ; Kessler – Lu (...)
  • 16 Fontaine 2005 ; Maitte, 2009.

10Différent de ce premier grand groupe d’intermédiaires qui recrutent des bras ou distribuent l’ouvrage, mais n’y participent pas, un second grand ensemble est celui des chefs d’équipe qui sont à la fois entremetteurs et travailleurs : c’est notamment le cas de tous les chefs des équipes fournies « clés en main » dans les migrations qualifiées, anciennes ou non. Bien des exemples sont connus et perdurent dans la longue durée, depuis les colporteurs, les équipes de maçons, qu’ils viennent du Limousin ou des montagnes du Nord de l’Italie, celles de verriers d’Altare qui chaque année se louent dans les mêmes villes pour « faire la saison », les briquetiers, les scieurs de long émiliens se rendant en groupe (« squadra », « compagnia ») dans les forêts françaises du XIXe siècle, ou encore les « golosinas » espagnoles, équipes spécialisées dans le travail agricole qui, tous les ans, parcourent les mêmes chemins, telles les hirondelles dont elles prennent le nom15. Le chef reçoit alors une rémunération du donneur d’ouvrage et paye à son tour les salaires de son équipe à la fin de la saison. Ces équipes s’installent souvent dans la durée et certains systèmes de ce type perdurent jusqu’au XXe siècle16.

  • 17 Panciera 1999 ; Demo 2001 ; Caracausi 2008 ; Franceschi 1993 ; Ammannati 2008.
  • 18 Martini 2016 ; Didry 2016.

11Un autre exemple – très proche de la figure des contremaitres - est celui des chefs d’équipe des boutiques de travailleurs de la laine : les « primi di stua » (en Vénétie) ou les « capodieci » (en Toscane) sont, dès le XIVe siècle, de vrais chefs d’atelier/ chefs du personnel, intermédiaires dans le paiement du travail à la tâche et travaillant eux-mêmes, au moins dans certains cas. Ils disposent d’une très large marge de manœuvre parce que les marchands entrepreneurs n’interférent pas dans les opérations de boutique et leur concèdent des anticipations hebdomadaires avec lesquelles payer les ouvriers17. De même, les marchandeurs ou tâcherons du bâtiment sont, au XIXe siècle, aussi bien des ouvriers à la tâche « isolés », indépendants mais sans salariés, que des « maîtres » employant des ouvriers pouvant se muer au besoin en véritable sous-traitants18.

  • 19 Voir notamment Van den Eeckhout 2009. Et pour la période préindustrielle, il faut aller chercher l (...)

12Ces figures nous rapprochent donc de celle des contremaitres proprement dit, sans doute les plus étudiées de ces figures d’intermédiation, quoique leur genèse avant l’industrialisation soit relativement peu connue19 : le « capi-reparto » en italien, « foremen » en anglais (chef de chantier, voire chef de travaux pour le bâtiment), est lui-même un salarié qui a en charge un groupe de travailleurs. Les contremaîtres doivent en particulier recruter les nouveaux travailleurs et organiser l’ouvrage, mais aussi contrôler la qualité, appliquer les règles de fabrique, imposer les amendes et les primes, réparer éventuellement les machines, proposer des conseils techniques, tenir l’œil sur les stocks et être attentifs à la sécurité : en bref, ils possèdent le savoir-faire technique et l’autorité.


  • 20 Ils sont alors généralement payés au tiers par les compagnons et les deux tiers par les maîtres.
  • 21 Kaplan 1979, Sonenscher 1986.
  • 22 Panciera 1999 ; Lis – Lucassen – Soly 1994.
  • 23 Les bourses du travail françaises font figure de modèle en Europe avec celles d’Allemagne selon Wa (...)

13À côté de toutes ces formes « indirectes » ou « personnelles » de recrutement et de médiation, on trouve au contraire des formes institutionnalisées, privées ou publiques, sous forme de bureaux, d’agences, mais aussi tous ceux qui font office de…, de façon légale ou pas, licite ou illicite, le long de frontières longtemps assez floues. Bien que ces formes soient souvent associées à l’époque contemporaine, on peut en fait en trouver des exemples bien plus anciens, notamment dans l’artisanat. Ainsi, une des structures sans doute les plus performantes d’intermédiation à l’époque moderne dans le secteur des métiers est la « mère des compagnons » : présente dans chaque ville de France touchée par le Tour, c’est un personnage central du recrutement local de ces métiers statués. Son auberge sert de plaque tournante du placement bien connue des autorités, tout en étant théoriquement illégale. Les organes officiels des communautés et jurandes tentent d’ailleurs souvent d’organiser leurs propres bureaux de placement gérés à plein temps par des membres de la corporation20. Malgré l’obligation faite aux compagnons d’y passer pour se faire embaucher, ces structures trouvent souvent une ferme résistance qui dévoile justement l’existence de réseaux officieux et informels de placement préexistants que les nouvelles mesures n’arrivent pas à remettre en cause21. Autour de ces questions, les conflits sont potentiellement explosifs puisqu’il s’agit de savoir qui contrôlerait le marché du travail. Enfin, ce rôle d’intermédiation peut se dérouler également par le biais d’institutions non corporatives comme les confraternités22. On retrouve alors ici aussi des « massari » ou des bedeaux (« bidelli ») qui gèrent les collectes pour les travailleurs. Au total, un aspect encore peu connu en profondeur est le rôle effectif que les organisations comme les métiers jurés et statués, ou les confraternités qui leur sont liées, ont joué dans l’intermédiation entre travailleurs et donneurs d’ouvrage dans la recherche de main-d’œuvre et dans le « turn-over » entre les boutiques. Or, cet aspect pourrait permettre de mettre l’accent sur les premières formes d’institutionnalisation de l’intermédiation du travail, tant pour les travailleurs locaux que pour les forains en quête d’ouvrage. C’est précisément autour d’une médiation centrée sur le métier que les bourses du travail du début du XXe siècle entrent sur la scène du placement, et ce en compétition avec les institutions publiques et les agences privées23. Benjamin Jung insiste sur l’hostilité que les syndicats de l’alimentation ne cessent d’exprimer envers les bureaux privés de placement à Paris au tournant du XXe siècle.

14De fait, la révolution française n’introduit pas forcément une rupture aussi nette qu’on pourrait le penser. Au XIXe siècle, les cafés ou les garnis continuent de garder la fonction des auberges compagnonniques, malgré la diffusion d’agences privées, puis de bourses du travail et de bureaux publics, comme le montrent encore les enquêtes de l’Office du travail au début du XXe siècle. Assurément, l’éventuelle continuité de certaines structures mériterait d’être mieux connue. Cela est d’ailleurs vrai en dehors de l’artisanat pour le vaste secteur de la domesticité, une des grandes activités des villes modernes pour laquelle des bureaux de placement sont organisés très tôt, avec un succès peu connu. Comme le montre ici Ulrike Krampl, la recherche de domestiques, ou de maisons pour ces derniers, entraîne, au XVIIIe siècle, le développement d’une pratique d’annonces dans les journaux. Si cela peut sembler très « moderne », l’intérêt de l’étude est aussi de montrer qu’elle ne fait jamais disparaître les liens de connaissance personnels. D’autres structures également, fondées sur des principes caritatifs ou religieux, assurent la fonction de lieu d’affichage d’annonces ou de rencontre entre employés et employeurs.

  • 24 Wadauer – Buchner – Mejstrik 2012 ; Martini – Rygiel 2010. 
  • 25 Topalov 1994.

15Au total, un certain nombre d’institutions mises en place à un niveau local ou régional au cours du XIXe siècle ont un « background » philanthropique et confessionnel et la médiation ne constitue qu’une partie de leurs activités24. C’est seulement vers la fin du XIXe siècle, quand nait la notion de chômage, que les lieux de placement public sont conçus comme un remède25. Dans différents pays, ces agences commencent alors aussi à être financées par les autorités municipales. Les agences privées sont peu à peu vues d’un mauvais œil et, dans certains pays comme la France et l’Italie, elles sont même interdites (Jung).

16On en arrive ainsi à un dernier niveau, celui des agences nationales et internationales concernées par l’intermédiation de travail, soit comme « direct providers », soit comme régulateurs des pratiques de médiation. On peut en trouver différents exemples dans les États nation ou les États coloniaux du XXe siècle, mais aussi dans des agences internationales comme le Comité Intergouvernemental pour le Mouvement des migrants (CIME) fondé à Bruxelles en 1951. Quoiqu’il en soit, malgré la mise en place de ces agences, des pratiques informelles de médiation, adaptées aux nouveaux contextes législatifs, perdurent un peu partout, comme c’est d’ailleurs toujours le cas aujourd’hui.

17Au total, donc, il nous semble que différentes formes d’intermédiaires et d’intermédiation se maintiennent, parfois avec des continuités frappantes, dans la très longue durée, tandis que d’autres apparaissent de façon entièrement inédites en relation avec la « nationalisation » et l’internationalisation des enjeux de l’emploi à la fin du XIXe siècle. Les recherches doivent évidemment mettre en évidence les imbrications de ces différentes formes, leurs évolutions et leurs transformations.

Pistes à explorer

18Tout d’abord, il nous semble nécessaire d’interroger le mode opératoire de ces multiples formes de médiation. À travers des exemples concrets, au plus près de leurs activités, sur les lieux de travail ou dans les bureaux de recrutement quels qu’ils soient, il faut comparer, voire évaluer, les différentes figures d’intermédiaires du travail et les différentes formes prises par l’intermédiation, qu’elle soit individuelle ou collective, privée ou publique, officielle ou « underground », légale ou illégale : autant de catégories tranchées qui ne résistent pas à l’épreuve des cas d’étude étudiés. Dans la Rome de la première modernité étudiée par Eleonora Canepari, la fraude est habituelle parmi les intermédiaires improvisés prétendant placer les domestiques d’origine rurale lors de leur première expérience en ville. L’article de Benjamin Jung illustre également l’existence de frontières fluides entre activités licites et illicites des agences privées du XIXe siècle parisien. À l’inverse, la figure du médiateur maritime étudiée par Luca Lo Basso illustre le caractère institutionnel que peut prendre dans certaines circonstances la fonction d’officier de bateau. Et l’on pourrait de même insister sur le fait qu’il existe sans doute de nombreux intermédiaires pluriactifs pour qui l'intermédiation est une corde supplémentaire à leur arc...

  • 26 Voir l’article de Benjamin Jung dans ce numéro.
  • 27 Martini 2016.

19Cela amène à poser la question de la raison d’être des intermédiaires. Dans quels cas et pourquoi les donneurs d’ouvrage comme les employés cherchent-ils à s’appuyer sur des intermédiaires ? Par exemple parce qu’ils ne connaissent aucunement les communautés qui peuvent répondre à leurs besoins ou encore parce qu’ils souhaitent avoir moins de responsabilité vis-à-vis des travailleurs en augmentant la chaîne productive ? Cela semble être le cas aussi bien des « caporali » étudiés par Michele Nani que des « capineri » étudiés par Romain Filhol. Ou alors est-ce parce que les agences de placement, comme dans le cas parisien étudié par Benjamin Jung, sont en fait résolument du côté patronal et agissent comme de véritables agences crypto-policières de renseignement sur les personnes »26 ? Dans quels cas, au contraire, les acteurs souhaitent-ils s’en passer et comment s’y prennent-ils alors ? L’envoi de contremaîtres embauchant directement la main-d’œuvre nécessaire pour les chantiers sur les places de grève jusqu’aux années de l’entre-deux-guerres est une pratique courante pour les patrons du bâtiment parisiens27.

20D’autres raisons justifient également l’existence de ces médiateurs dont le rôle n’est pas seulement économique. En dehors du placement de travail, ces figures assurent de nombreuses fonctions de soutien aux travailleurs : crédit, assistance–maladie, funérailles, liens avec la famille, mais aussi contrôle du travail effectué et, au-delà, discipline, soumission, sanction.

  • 28 L'esatta pratica del cristianesimo base della possibile felicita umana, o La vera felicita di tutt (...)
  • 29 Voir, par exemple, La Voix du Peuple, 1919, 12, où l’on parle d’« intermédiaires éhontés sur le pr (...)

21Leur statut social est de ce point de vue ambigu. Sont-ils hors du processus de travail ou, au contraire, intermédiaires en son cœur même, comme chefs d’équipe ou contremaîtres ? Comment s’insèrent-ils au sein des familles ou des communautés de travail ? Comment se construit leur rôle ? Quels avantages en retirent-ils, non seulement sur le plan matériel, mais aussi sur le plan symbolique et immatériel ? Sans doute, le fait de monnayer leurs services leur confère non seulement un statut social particulier, mais attire l’attention. Les regards se font alors tantôt réprobateurs, tantôt condescendants. Paul Leroy-Beaulieu, par exemple, les considère comme d’utiles vecteurs du travail, au contraire d’Antonio Tocci di Cagli28, dont les diatribes semblent préfigurer celles de la Voix du Peuple, journal de la CGT du début du XXe siècle, qui n’y voit que des « marchands de chair humaine »29.

22Enfin, un dernier ordre de questionnement a trait aux encadrements institutionnels et juridiques de ces médiateurs du travail : sont-ils, par exemple, des interlocuteurs reconnus des juges de corporatifs, des juges de paix, des prud’hommes qui ont à traiter des conflits du travail ? A quelles époques se soucie-t-on d’encadrer leurs actions ? S’il y a un moment régulateur qui s’affirme un peu partout en Europe à partir du XIXe siècle, ces dispositifs institutionnels répondent-ils à une logique locale ou nationale ? Quelles formes de mobilisation suscite leur activité ? Comment s’organise la contestation des pratiques abusives de la médiation ? Benjamin Jung, Romain Filhol et Michele Nani nous aident à observer les connexions entre régulation, organisation formelle et informelle du placement et transgressions de ces normes juridiques et sociales.


  • 30 Sarasua 2001 ; Martini 2017.

23La sélection d’articles que nous proposons insiste sur deux aspects essentiels de ce phénomène ; d’une part, l’institutionnalisation du placement et, de l’autre, une approche par secteur, en l’occurrence le secteur maritime, la domesticité et les services, l’agriculture. Chaque secteur, voire chaque métier, comporte certaines particularités dans les formes de médiations et produit des figures sociales particulières de médiateurs. On assiste en d’autres termes à une sorte de spécialisation des filières de recrutement produisant des figures spécifiques d’intermédiaires, que l’on peut observer dans l’organisation des chaines migratoires (tels les « capineri » justement ou les « capisquadra » dans les basses plaines marécageuses ou les « capimacchia » dans les forêts). Cette spécialisation peut se traduire également dans des filières de placement distinctes pour les hommes et les femmes. Ainsi, les vendeuses « Pasiego » provenant du Nord de l’Espagne sur la place Santa Cruz de Madrid aident les nourrices basques à se placer en ville entre la fin du XVIIIe et le début du XXe siècle30. Un trait commun semble toutefois rassembler ces hommes et ces femmes professionnels de la médiation. Sans pouvoir toujours garantir la véridicité des références affichées ni l’impartialité de l’appariement, tous possèdent ou prétendent posséder la maîtrise des informations indispensables pour parvenir au placement des travailleurs. Ces savoirs difficiles à qualifier, au-delà de l’autopromotion douteuse dont certains sont les maîtres, rendent pourtant leur présence incroyablement répandue et pérenne, y compris dans les époques où l’institutionnalisation semble l’emporter sur l’informalité.

Haut de page

Bibliographie

Ammannati 2008 = F. Ammannati, L’Arte della lana a Firenze nel Cinquecento: crisi del settore e risposte degli operatori, dans Storia Economica, 9 (2008), 1, p. 5–39.

Angelini 1996 = M. Angelini, Mestieri girovaghi e moralismo storiografico. Studi sulla « tratta dei fanciulli » nell'Appennino settentrionale (sec. XIX), dans Il Risorgimento, 1996, 3, p. 425-437.

Autor 2009 = D.H. Autor, Studies of labor market intermediation, National Bureau of Economic Research Conference Report.

http://www.press.uchicago.edu/ucp/books/book/chicago/S/bo6407656.html.

Bessy – Eymard-Duvernay 1997 = C. Bessy, F. Eymard-Duvernay, Les intermédiaires du marché du travail. Cahiers du Centre d’études de l’emploi, Paris, 1997

Blakemore – Vanneste – Fusaro – Allaire 2015 = R.J. Blakemore, T. Vanneste, M. Fusaro, B. Allaire (dir.), Law, labour, and empire : comparative perspectives on seafarers, c. 1500-1800, Basingstoke, 2015.

Bosma – van Nederveen Meerkerk – Sarkar 2012 = U. Bosma, E. van Nederveen Meerkerk, A. Sarkar (dir.), Mediating labour : Worldwide labour intermediation in the nineteenth and twentieth centuries, dans International Review of Social History, vol. 57, special issue, 2012.

Caracausi 2008 = A. Caracausi, Dentro la bottega. Culture del lavoro in una città d’età moderna, Venise, 2008.

Casarino 1982 = G. Casarino, Maestri e garzoni nella società genovese fra XV e XVI secolo, IV : I giovani e l’apprendistato. Iniziazione e addestramento, Genova, Quaderni del centro di studio sulla storia della tecnica del CNR, 9, 1982.

Demo 2001 = E. Demo, L’anima della città : l’industria tessile a Verona e Vicenza (1400-1550), Milan, 2001.

Derainne 2008 = P.-J. Derainne, Migration et travail des entrepreneurs piémontais du chantier de tunnel ferroviaire de Blaisy (Côte-d’Or) 1845-1851, dans A.-S. Bruno, C. Zalc (dir.), Petites entreprises et petits entrepreneurs étrangers, France, 19e-20e siècles, Paris, 2006, p. 217-230.

Didry 2016 = C. Didry, L’institution du travail : droit et salariat dans l’histoire, Paris, 2016.

Du Maroussem 1892 = P. Du Maroussem, La question ouvrière. Ébénistes du faubourg St-Antoine, vol. 2, Paris, 1892.

Fontaine 1993 = L. Fontaine, Histoire du colportage en Europe, XV-XIXe siècle, Paris, 1993.

Fontaine 2005 = L. Fontaine, Montagnes et migrations de travail. Un essai de comparaison globale (XVe-XXe siècles), dans Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 2005, 52-2, p. 26-49.

Franceschi 1993 = F. Franceschi, Oltre il tumulto. I lavoranti fiorentini dell’arte della Lana fra Tre e Quattrocento, Florence, 1993.

Gayot 1998 = G. Gayot, Les draps de Sedan, Paris, 1998.

Humphries – Sarasúa 2012 = J. Humphries, C. Sarasúa, Off the record : Reconstructing women’s labor force participation in the European past, dans Feminist Economics, 18, 2012, p. 39–67.

Kaplan 1979 = S.L. Kaplan, Réflexions sur la police du monde du travail, 1700-1815, dans Revue Historique, 261, 1979, p. 17-77.

Kessler – Lucassen, 2013 = G. Kessler, J. Lucassen, Labour relations, efficiency and the great divergence. Comparing preindustrial brick making across Eurasia, 1500-2000 dans M. Prak, J. Luiten van Zanden (dir.), Technology, skills and the pre-modern economy in the East and the West, Leyde-Boston, 2013, p. 259-322.

Lallement 1994 = M. Lallement, Des PME en chambre : travail et travailleurs à domicile d’hier et d’aujourd’hui, Paris, 1990.

Lis – Lucassen – Soly 1994 = C. Lis, J.M.W.G. Lucassen, H. Soly (dir.), Before the unions : wage earners and collective action in Europe, 1300-1850, dans International Review of Social History, (Supplement 2), 1994.

Lorenzetti – Merzario 2005 = L. Lorenzetti, R. Merzario, Il fuoco acceso. Famiglie e migrazioni alpine nell’Italia d’età moderna, Rome, 2005.

Lucassen 2006 = J. Lucassen, Brickmakers in Western Europe (1700-1900) and Northern India (1800-2000): Some comparisons, dans J. Lucassen (dir.), Global labour history. A state of the art, Bern, 2006, p. 513-571.

Luciani 1990 = J. Luciani, Logique du placement ouvrier au XIXe siècle et construction du marché du travail dans Société contemporaine, n° 3, 1990, p. 5-18.

Malanima 1982 = P. Malanima La decadenza di un'economia cittadina. L'industria di Firenze nei secoli XVI-XVIII, Bologne, 1982

Maitte 2001 = C. Maitte, La trame incertaine, le monde textile de Prato aux XVIIIe et XIXe siècles, Villeneuve d’Ascq, 2001.

Maitte 2009 = C. Maitte, Les chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise, XVI-XIXe siècles, Rennes, 2009.

Mark 2012 = C. Mark. The « bargain » of collaboration: African intermediaries, indirect recruitment, and indigenous institutions in the Ghanaian gold mining industry, 1900-1906, dans International Review of Social History, 57, 20, 2012, p. 17-28.

Moulin 1985 = A.-M. Moulin, Les maçons de la Haute Marche au XVIIIe siècle, Clermond-Ferrand, 1985

Martini 2016 = M. Martini, Bâtiment en famille. Migrations et petite entreprise en banlieue parisienne au XXe siècle, Paris, 2016.

Martini 2017 = M. Martini, Gendered experiences of work and migration in western Europe, 19th-20th Centuries, dans D. Simonton (dir.), The Routledge history handbook of gender and the urban experience, Londres, 2017, p. 71-83.

Martini – Rygiel 2010 = M. Martini, P. Rygiel, Des formes de médiation sexuellement orientées ? Lieux, institutions et acteurs du placement des travailleuses migrantes à l’époque contemporaine, dans Migrations sociétés, 127, janvier-février 2010, p. 47-57.

Panciera 1999 = W. Panciera, Profilo dei salariati padovani all’inizio del Settecento, dans SINTESI 2, 1999, p. 97-132.

Riello 2008 = G. Riello, Strategies and boundaries : subcontracting and the London trades in the long eighteenth century, dans Enterprise and Society, 9, 2, p. 243-280.

Sarasúa 2001 = C. Sarasúa, Leaving home to help the family ? Male and female temporary migrants in 18th and 19th century Spain, dans Pamela Sharpe (dir.), Women, gender and labour migration : Historical and global perspectives, Londres, 2001, p. 29-59.

Sonenscher 1986 = M. Sonenscher, Journeymen’s migrations and workshop organization in eighteenth-century France, dans S L. Kaplan, C.J. Koepp (dir.), Work in France. Representations, meaning, organization, and practice, Ithaca-Londres, 1986, p. 74-96.

Stanziani 2010 = A. Stanziani (dir.), Le travail contraint en Asie et en Europe : XVIIe-XXe siècles, Paris, 2010.

Topalov 1994 = C. Topalov, Naissance du chômeur. 1880-1910, Paris, 1994.

Van den Eeckhout 2009 = P. Van Den Eeckhout (dir.), Supervision and authority in industry : western European experiences, 1830-1939, New York, 2009.

Vernus 2010 = P. Vernus. Négocier un tarif, stabiliser les usages pour maîtriser les contraintes du travail. L'aspiration contrariée des tisseurs à une régulation collective paritaire de la fabrique lyonnaise au XIXe siècle, dans A. Stanziani (dir.), Le travail contraint en Asie et en Europe : XVIIe-XXe siècles, Paris, 2010, p. 147-178.

Wadauer – Buchner – Mejstrik 2012 = S. Wadauer, T. Buchner, A. Mejstrik, The making of public labour intermediation : job search, job placement, and the state in Europe, 1880–1940, dans International Review of Social History, 57, (Supplement S20), 2012, p. 161–89.

Wadauer – Buchner – Mejstrik 2015 = S. Wadauer, T. Buchner, A. Mejstrik (dir), The history of labour intermediation. Institutions and finding employment in the nineteenth and early twentieth centuries, New York, 2015.

Zürcher 2014 = E.-J. Zürcher (dir.), Fighting for a living : a comparative study of military labour 1500-2000, Amsterdam, 2014.

Haut de page

Notes

1 Le rôle incontournable des intermédiaires a été notamment mis en lumière par des économistes hétérodoxes tels, par exemple, Autor 2009 et, en France, Bessy – Eymard – Duvernay 1997.

2 Selon l’expression employée pour le travail féminin par Humphries – Sarasúa 2012.

3 Bosma – van Nederveen Meerkerk – Sarkar 2012.

4 Wadauer – Buchner – Mejstrik 2015. Cette publication a été produite dans le cadre de l’ERC dirigée par Sigrid Wadaeur, « The Production of work. Welfare, labour-market and the disputed boundaries of labour (1880-1938) ».

5 Luciani 1990.

6 Nous poursuivons dans ce sens l’effort de Wadauer – Buchner – Mejstrik 2015 qui insistent sur l’intérêt d’un « multiple level approach ».

7 Zürcher 2014 ; Blakemore – Vanneste – Fusaro – Allaire 2015 ; Stanziani 2010.

8 Sur ces pratiques d’embrigadement d’enfants dans des cercles de proches ou parents liées aux métiers itinérants voir Angelini 1996.

9 Ammannati 2008 ; Malanima 1982 ; Maitte 2001.

10 Maroussem 1892 ; Vernus 2010.

11 Ainsi, dans la Venise du XVIe siècle, comme partout ailleurs, « la présence d’un garant au contrat est théoriquement nécessaire pour protéger les droits du maître dans l’éventualité d’une fuite ou d’une résiliation prématurée du contrat » :Bellavitis 2006, p. 54. S’il s’agit à peu près partout majoritairement des pères dans le cas des garçons, la gamme de relations familiales ou amicales est souvent bien plus vaste dans le cas des filles, voir aussi Casarino 1982, p. 64.

12 Lallement 1990. Sur le « sweating system » britannique, voir Riello 2008.

13 Mark 2012 ; Fontaine 1993 ; Derainne 2006.

14 Casarino 1982, p. 64.

15 Fontaine 1993, Maitte 2009, Moulin 1985 ; Lorenzetti, Merzario 2005 ; Lucassen 2006 ; Kessler – Lucassen, 2013 ; Martini 2016.

16 Fontaine 2005 ; Maitte, 2009.

17 Panciera 1999 ; Demo 2001 ; Caracausi 2008 ; Franceschi 1993 ; Ammannati 2008.

18 Martini 2016 ; Didry 2016.

19 Voir notamment Van den Eeckhout 2009. Et pour la période préindustrielle, il faut aller chercher l’existence de ces contremaitres dans les études portant sur telle ou telle industrie mêlant souvent forme concentrée et déconcentrée, et par conséquent aussi différentes formes d’intermédiation, cf. par exemple Gayot 1998.

20 Ils sont alors généralement payés au tiers par les compagnons et les deux tiers par les maîtres.

21 Kaplan 1979, Sonenscher 1986.

22 Panciera 1999 ; Lis – Lucassen – Soly 1994.

23 Les bourses du travail françaises font figure de modèle en Europe avec celles d’Allemagne selon Wadauer – Buchner – Mejstrik 2015, p. 418.

24 Wadauer – Buchner – Mejstrik 2012 ; Martini – Rygiel 2010. 

25 Topalov 1994.

26 Voir l’article de Benjamin Jung dans ce numéro.

27 Martini 2016.

28 L'esatta pratica del cristianesimo base della possibile felicita umana, o La vera felicita di tutti quei che la vorranno per se o per altri, in un tenore di vita sociale cristiana, un poco piu esatta dell'ordinaria. Tomo 1-6, publié à Bologne par S. Valle en 1794, les considère comme de « sanguinanti piaghe sociali ».

29 Voir, par exemple, La Voix du Peuple, 1919, 12, où l’on parle d’« intermédiaires éhontés sur le produit de notre travail », p. 758.

30 Sarasua 2001 ; Martini 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Andrea Caracausi, Corine Maitte et Manuela Martini, « Introduction : pour une histoire des médiateurs du travail dans la longue durée », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 05 octobre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/3505 ; DOI : 10.4000/mefrim.3505

Haut de page

Auteurs

Andrea Caracausi

Université de Padoue, andrea.caracausi@unipd.it

Articles du même auteur

Corine Maitte

Université de Paris-est Marne-la-Vallée, corine.maitte@u-pem.fr

Articles du même auteur

Manuela Martini

Laboratoire LARHRA, Université de Lyon 2, manuela.martini@univ-lyon2.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org