Navigation – Plan du site
Les intermédiaires du travail. Acteurs du recrutement et de la gestion des travailleurs, (XVIe-XXIe siècle)

Apparieur et marchand de travail : le bureau de placement à Paris au tournant du XXe siècle

Benjamin Jung

Résumés

À Paris à la fin du XIXe siècle, les agences commerciales de placement jouent un rôle déterminant d’intercession entre demandeurs et fournisseurs de travail, particulièrement dans le secteur de l’alimentation. Vecteur de structuration sociale et spatiale d’un marché du travail urbain spécifique, le bureau permet d’assouplir les rigidités spatiales de l’embauche. Quant aux placeurs, qui favorisent ceux qui occupent sur le marché une position de force, ils se révèlent être des interfaces pro-patronales. L’agence de placement constitue également un enjeu de police, la réglementation encadrant leur activité, établie en 1852, se limitant à les assujettir à une procédure d’autorisation et à la surveillance de l’administration. Les autorités se focalisant sur les « abus » et les fraudes, le placement peine à s’imposer, au début du XXe siècle, comme levier d’organisation du marché du travail pour lutter contre le chômage.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Office du travail 1893a, p. 177.

1Dans le paysage pluriel de l’embauche médiée, en France, à la fin du XIXe siècle, l’activité des agences commerciales de placement écrase celle des intermédiaires gratuits, qu’ils soient professionnels, municipaux ou philanthropiques. Néanmoins, d’après l’Office du travail, cette prépondérance est circonscrite au champ du placement dit « organisé », les bureaux occupant dans l’embauche globale une « place secondaire ». Spécialisés, ils ne desservent « qu’un très petit nombre de professions1 » à Paris en particulier, qui compte 294 agences sur 1 374 au total : la domesticité, avec 141 établissements dans la capitale en 1891, et le secteur urbain du commerce et de l’industrie alimentaires. L’activité des bureaux parisiens concerne ces derniers dans la proportion de plus des deux tiers – micro-industrie et distribution à hauteur de 22,2 % et hôtellerie-restauration pour 45 % des opérations – auxquels s’ajoutent les coiffeurs (7 %).

  • 2 Bessy – Eymard-Duvernay 1997.

2Dans ces professions, les agences privées de placement exercent un rôle déterminant d’intermédiation entre demandeurs et fournisseurs de travail. Quels sont les traits identitaires saillants permettant de les distinguer d’autres figures sociales du recrutement ? D’abord, l’activité du bureau de placement payant est spécifique : externe aux unités productives, il ne s’apparente pas à un agent recruteur stipendié par un employeur pour constituer des équipes d’ouvriers – contremaîtres, chefs d’équipes, marchandeurs. Il fournit une prestation rémunérée et structure donc le « marché » du placement par intermédiation2.

  • 3 Ribeill 1991.

3La fonction de ces offices est de créer des relations d’emploi, d’opérer des appariements, s’entend l’ajustement, l’association entre des acteurs à la recherche de travail et des places vacantes. Cela signifie qu’ils n’interviennent pas dans la contractualisation de la relation de travail et ne s’intéressent pas au salaire. Ils se contentent de produire des informations à la fois sur les demandeurs et les emplois proposés. Par ailleurs, et contrairement aux tâcherons3 du bâtiment, ils ne sont nullement des gestionnaires de main-d’œuvre auxquels incomberaient son encadrement et son contrôle.

  • 4 Archives de la préfecture de police de Paris (désormais APP), D/B 120, Décret du Président de la Ré (...)
  • 5 Sous la Monarchie de Juillet, l’industrie libre du placement n’était soumise qu’à une simple décla (...)

4L’activité des placeurs est, de surcroît, définie et encadrée réglementairement par les dispositions du décret-loi du 25 mars 1852 édicté par Louis-Napoléon, Prince-Président bientôt Empereur4. Demeurant en l’état jusqu’en 1904 – date de la loi proclamant la gratuité généralisée du placement – cette réglementation se limite à assujettir les bureaux privés à une procédure d’autorisation préalable et à la surveillance de l’administration5.

  • 6 Wadauer – Buchner – Mejstrik 2012.

5Afin de cerner au plus près le rôle d’intermédiation des agences privées de placement, enjeu français, mais également européen, voire mondial, au tournant du XXe siècle6, trois axes d’analyse seront privilégiés. Il s’agira, d’une part, d’analyser le bureau de placement payant comme un acteur de structuration, sociale et spatiale, du marché du travail urbain des professions de l’alimentation. D’autre part, il conviendra de cerner l’identité sociale et le rôle de ces intermédiaires, qui se révèlent être de véritables interfaces pro-patronales. Enfin, l’agence de placement des vingt dernières années du XIXe siècle sera étudiée comme enjeu de morale, de police et d’ordre public, le regard social porté sur les placeurs se focalisant moins sur la marchandisation de la demande de travail en tant que telle que sur les « abus » qui leur sont imputés et la clandestinité de certaines de leurs pratiques.

Le bureau de placement, acteur structurant du marché du travail

Assouplir les rigidités spatiales de l’embauche

  • 7 Annuaire statistique 1899, p. 415-416.
  • 8 APP, B/A 1355, État numérique des boucheries de Paris par arrondissement, 25 juin 1891.
  • 9 Annuaire statistique 1889, p. 464.
  • 10 Office du travail 1893b, p. 22.
  • 11 Annuaire statistique 1889, p. 952.
  • 12 APP, D/B 120, Dossier 1, Rapport du président de la Chambre syndicale des bureaux de placement de (...)
  • 13 APP, B/A 1428, Réunion du syndicat des ouvriers limonadiers et restaurateurs, rapport du 7 février (...)
  • 14 Gerbod 1981, p. 72-73.

6L’une des caractéristiques structurelles du régime économique de la petite industrie et du commerce alimentaires est un fractionnement en une pléthore d’unités de travail, qui connaissent de surcroît un fort taux de renouvellement : l’alimentation représente ainsi, en 1899, 42 % des faillites déclarées par le tribunal de commerce de Paris et 31 % des liquidations judiciaires7. La préfecture de police recense, en juin 1891, 2 035 boucheries de détail8. Les boulangeries sont 1 810 au tournant des années 1890 d’après la préfecture de la Seine9 et 2 751 selon l’Office du travail, employant quelque 4 100 ouvriers et 3 800 porteurs10. Les débits de boissons, de toute nature, s’élèvent quant à eux à 27 379 en 188911. Dans les années 1880, on compte au total 80 000 employés d’établissements de boissons (limonadiers, garçons marchands de vin) et de restaurants et brasseries (cuisiniers, personnel de salle)12. Ce chiffre serait de 120 000 en 190113. Enfin, la coiffure parisienne rassemble quelque 8 500 ouvriers et patrons en 189614.

  • 15 APP, B/A 1355, Liste des bureaux de placement de Paris et de banlieue, 24 juin 1890.
  • 16 Soulenq 1888, p. 11.

7Or, cette constellation micro-industrielle et commerciale n’est nullement sectorisée. Les lieux d’exercice du travail rayonnent sur l’ensemble de l’espace urbain, ce qui compromet un schéma de proximité entre lieux d’embauche et zones d’activité. Les placeurs contournent donc cette contrainte par des stratégies d’implantation adaptées. Les quartiers centraux des Ier, IIe, IIIe et IVe arrondissements concentrent en 1890 80 % des agences de l’alimentation (57 sur 71)15, 59 % d’entre elles (42) étant situées dans le Ier arrondissement – principalement autour des Halles ou dans les secteurs de Saint-Germain l’Auxerrois et du Palais-Royal. L’hypothèse d’un rapprochement des placeurs au plus près des commerces n’est pas à privilégier, même si le centre n’en manque pas. La logique à l’œuvre est en réalité celle-ci : le bureau de placement suit la clientèle patronale qui, venant se ravitailler en matinée aux Halles et dans ses environs, en profite pour recruter, en se rendant directement dans l’agence pour y déposer ses offres et éventuellement enrôler les sans-travail en attente16.

  • 17 Faure 1979, p. 115.
  • 18 APP, B/A 1408bis, Nomenclature des bureaux de placement autorisés [s. d.].
  • 19 Du Maroussem 1896, p. 148.
  • 20 Office du travail 1893a, p. 335.

8Ainsi, les trois placeurs pour épiciers se situent dans le quartier Saint-Merri, l’un boulevard de Sébastopol, les deux autres rue de la Verrerie, cet axe regroupant historiquement les maisons d’approvisionnement et marchands grossistes de la profession17. Une même stratégie spatiale de rapprochement avec l’offre de travail se retrouve dans le XIXe arrondissement, où deux placeurs pour bouchers sont installés en 1890 rue de Flandre et un autre rue de Cambrai18, à proximité des abattoirs généraux où les détaillants sont, chaque jour, en contact avec les grossistes. Ces placeurs peuvent soit laisser venir à eux les patrons bouchers, soit se rendre aux abattoirs, ou encore visiter les bistrots avoisinants pour s’enquérir des besoins en main-d’œuvre des boutiquiers ayant fini leur ravitaillement19. De retour à leur office en fin de journée, ils « distribuent à ce moment les places aux ouvriers qui prennent leurs bureaux d’assaut, par centaines et bruyamment20 ».

  • 21  Conseil Supérieur du Travail 1901, p. 105 et p. 109.
  • 22 Les places à la journée atteignent 70 % dans la boulangerie, 73 % chez les garçons marchands de vi (...)
  • 23 Office du travail 1901, p. 157.
  • 24 L’installation en garni offre deux autres avantages, la facilité d’un départ intempestif en cas de (...)

9La concentration des bureaux est également commode pour les salariés. Certes, la distorsion subie entre résidence et lieu d’activité, la contrainte des déplacements, peuvent être annulées en cas de logement chez l’employeur. Mais il ne concerne que les places « à demeure »21, c’est-à-dire permanentes, et non celles distribuées en « extra » – temporaires – qui sont amplement majoritaires22. En outre, aucun ouvrier boulanger ne loge en boutique à Paris. L’accès au travail exerce donc une pesanteur considérable sur les rapports que les salariés entretiennent avec l’espace urbain. En centralisant l’offre et la demande, en produisant et en diffusant la connaissance sur les emplois vacants et le personnel disponible, le bureau de placement contribue à atténuer les contraintes spatiales de l’accès à l’emploi. L’attraction des placeurs est d’ailleurs si importante que leur implantation centripète peut induire celle des employés eux-mêmes, nombre de garçons de café s’établissant par exemple dans les hôtels et garnis des Halles23, afin de se trouver près des bureaux et ainsi atténuer la distance à parcourir pour se rendre sur leur lieu de travail24.

10Il apparaît donc que les marchés alimentaires centraux fonctionnent comme des pôles de rencontre qui optimisent le flux des prises de places. Seule fait exception la boulangerie, dont les placeurs sont implantés dans plus de deux arrondissements – huit au total – sans sectorisation marquée. La dissémination extrême des échoppes et, surtout, le fait que l’attraction des Halles n’impose pas sa pertinence dans la boulangerie comme ailleurs sont les deux facteurs d’explication de cet éparpillement. Le recrutement est optimisé par d’autres voies : les placeurs effectuent en matinée et dans l’après-midi, en vue des fournées nocturnes, des tournées auprès des patrons boulangers avec qui ils ont eu à traiter. Ils se rendent également chaque mercredi à la Halle aux blés et au marché aux farines. Par ailleurs, des salles de stationnement sont mises à disposition des ouvriers boulangers pour attendre les offres, qui leur sont communiquées jusque tard en soirée. Aussi, par dérogation spéciale à l’ordonnance de police de 1852 qui, renouvelée en 1896, interdit aux placeurs parisiens de loger les ouvriers, est-il toléré que ceux de la boulangerie tiennent garni pour s’adapter au travail de nuit. Les mitrons sont, le cas échéant, expédiés en voiture aux patrons.

Le contrôle de la distribution des places

  • 25 Jung 2011.
  • 26 Office du travail 1893a, p. 567.

11Malgré leur nette prééminence, les bureaux de placement n’exercent pas dans le Paris des années 1890 un monopole achevé sur l’embauche des employés de l’alimentation. Du côté des organismes professionnels, outre les chambres syndicales et la bourse du travail née en 188725, les sociétés compagnonniques demeurent actives. Les compagnons boulangers du Devoir de Paris et de Bordeaux accaparent à eux seuls en 1891 71 % des 6 188 placements réalisés par les compagnonnages de tous métiers. Les sociétés de secours mutuels continuent également à exercer une certaine attraction26.

  • 27 APP, B/A 1355, Liste des bureaux de placement de Paris et de banlieue, 24 juin 1890 et APP, D/B 12 (...)
  • 28 Cri du peuple 1884, p. 1.
  • 29 APP, D/B 120, État des bureaux de placement situés dans le Xe arrondissement, 18 novembre 1892.

12Les stations d’embauchage, en plein air ou en lieu clos, qui subsistent dans certains métiers parisiens dans le dernier quart du siècle, ne sont pas non plus ignorées des professionnels de l’alimentation. Mais peut-on réellement considérer comme tels les regroupements identifiés par certaines sources, à l’instar de ce que représentent les places de grève dans les industries du bâtiment ? Rien n’est moins sûr. Il apparaît en réalité, en mettant en regard leur emplacement et la topographie des placeurs27, que la plupart de ces agrégations sur la voie publique interviennent dans le voisinage immédiat des bureaux, si ce n’est sur leur perron même. La station des bouchers étaliers référencée rue Vauvilliers en 1896 jouxte la maison Pinard, située au n° 39 tout au long de la décennie. Les boulangers qui patientent sous la Porte Saint-Denis selon un reportage publié en 1903 dans Le Monde illustré – comme ils le faisaient déjà en 188428 – côtoient le bureau installé boulevard de Bonne Nouvelle29.

Fig. 1 – Station d’embauche des boulangers Porte Saint-Denis (Xe arrondissement de Paris), Le Monde illustré, 47e année, n° 2434, 21 novembre 1903, p. 458.

Fig. 1 – Station d’embauche des boulangers Porte Saint-Denis (Xe arrondissement de Paris), Le Monde illustré, 47e année, n° 2434, 21 novembre 1903, p. 458.
  • 30 Les cuisiniers ne disposent pas d’agences dédiées, mais s’adressent à celles des limonadiers-resta (...)
  • 31 Ce placeur agissait auparavant rue Française. Le transfert de son commerce intervient à la suite d (...)

13Les cuisiniers investissent la rue Tiquetonne à l’extérieur de deux bureaux plaçant limonadiers et personnel des restaurants30 tenus respectivement par Voisinot31 et, de l’autre côté de la rue, par Fortain depuis 1897.

Fig.  2 – Station d’embauche des cuisiniers rue Tiquetonne (IIe arrondissement de Paris), Le Monde illustré, 47e année, n° 2434, 21 novembre 1903, p. 457.

Fig.  2 – Station d’embauche des cuisiniers rue Tiquetonne (IIe arrondissement de Paris), Le Monde illustré, 47e année, n° 2434, 21 novembre 1903, p. 457.
  • 32 Coffignon [s.d.], p. 237.

14Enfin, les deux grèves pour le personnel de la restauration recensées aux abords des Halles à la fin des années 1880 par Ali Coffignon dans son ouvrage L’estomac de Paris32 se superposent à l’emplacement d’agences de placement : les garçons de restaurant et maîtres d’hôtel sont rassemblés sur la chaussée rue Rambuteau le long du pavillon de la marée à l’extérieur de l’établissement de Vandard, à l’angle de la rue Pierre Lescot. Quant à l’intersection des rues des Halles et du Pont-Neuf où se retrouvent les garçons marchands de vin, elle correspond, en 1890, à l’office de la rue Berger.

  • 33 Office du travail 1893 (a), p. 127.
  • 34 Office du travail 1901, p. 156.

15Deux hypothèses peuvent être avancées pour expliquer ces agrégations. D’abord, les sans-travail faisant appel à l’office de placement seraient contraints de patienter à l’extérieur faute d’espace dans ses locaux exigus, ou peuvent choisir l’air libre pour parler à leur guise. La rue serait donc une extension informelle du bureau. Selon une seconde hypothèse – que nous privilégierons – les prétendants battant le pavé sont ceux qui ne sont pas parvenus à s’inscrire sur les registres de l’office ou que celui-ci a refoulés pour un motif ou pour un autre (exigences salariales, appartenance syndicale, mauvaises références professionnelles, attitude scandaleuse ou agressivité à l’égard du placeur). Les mises à l’index des salariés mauvais payeurs et de ceux ayant tenté une embauche directe ou par l’intermédiaire d’un camarade sont attestées dès la première moitié du XIXe siècle33. Stigmatisés, ces travailleurs formeraient une place d’embauche spontanée, dans l’espoir que les patrons en quête de personnel viennent directement à eux, à moins qu’ils ne scrutent depuis la rue les informations sur les places offertes avant d’aller tenter directement leur chance dans les établissements. Le risque encouru est ici de demeurer sans place, tant l’avantage de s’adresser au placeur est attesté pour l’employeur. Ainsi, les patrons restaurateurs sollicitent de préférence les bureaux des Ier et IIe arrondissements, qui leur présentent une main-d’œuvre offrant une certaine sécurité – s’entend docilité – contrairement aux turbulents garçons de salle de la rue Rambuteau. Ces derniers forment une « bande noire » bannie des agences, qui parvient néanmoins à s’attacher quelques maisons et à se faire embaucher pour des banquets34.

16Sont ainsi matérialisés à la surface de la ville des marchés du travail extrêmement concurrentiels, verrouillés par le bureau de placement qui contrôle la distribution des places. Il polarise la demande de travail en provoquant des attroupements sur la voie publique qui ne lui préexistent pas, sortes de refuges de fortune pour les plus instables et donc signes d’une logique de ségrégation sociale de l’espace urbain.

Être placeur

Un commerce comme un autre ?

  • 35 Contribution des patentes 1890, p. 50.
  • 36 Office du travail 1893a, p. 300.
  • 37 L’UNCI, créée par l’avocat Pascal Bonin, fédère des chambres syndicales patronales et commerciales (...)
  • 38 Statuts 1890, p. 10.
  • 39 Annuaire des syndicats professionnels 1892, p. 232.
  • 40 Chambre syndicale des bureaux de placement 1892, p. 33-40.

17Commerçants patentés35, les placeurs dits « autorisés » du département de la Seine sont en 1891 à 56 % des femmes, dont les deux tiers tiennent des bureaux de domestiques36. Ceux de l’alimentation ont un profil plus masculin et sont directement issus des professions desservies. Anciens ouvriers ou employés installés à leur compte, forts de leur connaissance affutée des habitudes des différents métiers, ils ont su se constituer une clientèle stable d’employeurs. Se considérant comme d’honnêtes boutiquiers, les tenanciers vont jusqu’à se coaliser en 1883 dans une Chambre syndicale adhérente à l’Union nationale du commerce et de l’industrie (UNCI)37, qui affirme dans ses statuts vouloir défendre « les intérêts de la corporation » et « rechercher les moyens de perfectionner le fonctionnement des bureaux de placement38 ». Au tournant des années 1890, le syndicat compte 309 membres39, soit 75 % des placeurs autorisés de Paris, auxquels s’ajoutent, après qu’il s’eut agrégée l’Union nationale des placeurs de France, 85 offices de province40.

  • 41 Almanach 1888, p. 1793.
  • 42 Almanach 1889, p. 1839.
  • 43 Archives nationales (AN), C//7338, Chambre des députés, 8e législature, Commission du travail, « B (...)

18La plupart adjoignent d’autres activités à leur profession de placeur. En effet, la vente de fonds de commerce, de boucheries, de pâtisseries41, de débits de boissons ou d’hôtels42, peut constituer la colonne vertébrale de l’activité des agences. Cette pratique s’inscrit dans une stratégie commerciale monopoliste, en ce que le patron est de fait tenu de s’adresser au placeur pour recruter son personnel. Une situation similaire s’observe dans la coiffure, la principale agence de la profession, installée rue Villedo, étant spécialisée dans la transaction de fonds43.

  • 44 Hacks 1891, p. 458.
  • 45 Almanach 1884, p. 1648.
  • 46 Chambre syndicale des bureaux de placement 1892.

19À Paris, les offices sont majoritairement logés à l’intérieur des immeubles, accessibles pour certains par l’escalier « sombre44 » situé dans les arrière-cours. Les bureaux aménagent une ségrégation spatiale entre employeurs et salariés, afin d’éviter qu’ils ne se croisent de manière informelle et ainsi limiter les risques de trouble : une entrée séparée à l’entresol est réservée aux patrons dans l’agence pour garçons de café de la rue Française45. Comme permettent de le constater les deux illustrations suivantes, leur présence est indiquée par un panneau apposé sur la façade et lisible depuis la rue. Le bureau situé rue des Prouvaires dans le Ier arrondissement, dédié aux pâtissiers, est tenu en 1890 et 1897 par Jules Gilbert, membre en 1892 du Conseil d’administration de la Chambre syndicale des placeurs46.

Fig. 3 – « Vieux Paris : 1, rue des Prouvaires. Détails de la façade et balcon », Carte postale [vers 1900], Collection particulière.

Fig. 3 – « Vieux Paris : 1, rue des Prouvaires. Détails de la façade et balcon », Carte postale [vers 1900], Collection particulière.

20D’après son emplacement, aux abords des Halles, ce second office serait celui de Louis Vandard – également membre du syndicat de sa corporation – accueillant limonadiers et restaurateurs à l’angle des rues Pierre Lescot et Rambuteau. On aperçoit à l’entrée du bâtiment, fixé sur l’encadrement de la porte, un panneau d’information sur lequel sont disposées sous la forme de petits billets les annonces d’emplois. Les offres affichées sur ces balises sont censées être régulièrement actualisées par le placeur, mais sans mention de l’employeur – ou tout du moins de son adresse – afin que le sans-travail pénètre dans l’agence et se fasse enregistrer.

Fig. 4 – « Paris : les Halles centrales le matin », Carte postale [vers 1900], Collection particulière.

Fig. 4 – « Paris : les Halles centrales le matin », Carte postale [vers 1900], Collection particulière.

Une interface pro-patronale

  • 47 APP, D/B 120, Préfecture de police, Ordonnance concernant la suppression du droit d’inscription da (...)
  • 48 Barberet 1890, p. 411.

21Les placeurs défendent leur propre intérêt financier dans chaque opération d’appariement. Leur rémunération est double. D’une part, le droit d’inscription payé immédiatement par le sans-travail, qui concentre historiquement la majorité des récriminations ouvrières, a été aboli dans le département de la Seine par une ordonnance de police du 16 juin 185747. Il est néanmoins maintenu dans la majorité des offices du territoire, à hauteur d’un franc environ. D’autre part, le droit de placement dû par le demandeur après son embauche, fixe ou proportionnel au salaire, varie d’une profession à l’autre : représentant 50 % de la première semaine payée aux bouchers, soit un droit d’environ 25 francs48, il est fixé très haut, à 10 francs, pour un boulanger placé, ce qui équivaut à la valeur de plus d’une journée de travail sacrifiée au placeur. La somme est souvent versée à titre d’avance par le demandeur, mais le droit peut également prendre la forme d’une retenue sur salaire.

  • 49 APP, D/B 120, Préfecture de police, Circulaire accompagnent l’envoi d’une ordonnance de police et (...)

22Dans l’esprit de la réglementation de 1852, le choix de la liberté commerciale se justifie, car le placeur doit « être un véritable courtier, toujours à la recherche des places vacantes et capable d’assortir les spécialités d’ouvriers aux spécialités d’emplois49 ». Grâce à une connaissance affûtée du marché du travail, sur lequel ils évoluent avec réactivité, ces intermédiaires parviendraient à concilier la recherche de leur propre profit et l’optimisation des rencontres entre employeurs et employés. Selon l’économiste Charles Gide, pourtant peu sensible aux poncifs de l’orthodoxie libérale :

  • 50 Gide 1897, p. 214.

Comme dans les autres branches professionnelles, les entrepreneurs du placement ont besoin d’une certaine routine, de connaissances, et ils n’ont pas peur de courir ici ou là pour recueillir des informations. On ne peut en effet se contenter comme le font la plupart des autres institutions de placement, d’enregistrer et de publier les offres et les demandes, qui ne se correspondent presque jamais50.

  • 51 Vanlaer 1893, p. 732 sq.

23Mais, en tout état de cause, la neutralité de l’intermédiation est inexistante. Il est avéré que le placeur privilégie les « exigences de l’offre51 », c’est-à-dire qu’il s’apparente à une interface pro-patronale. Ceci explique bien évidemment la pérennité de leur succès auprès des employeurs, peu enclins à se tourner vers d’autres institutions. Réciproquement, les travailleurs sont contraints d’y avoir recours pour accéder aux emplois. À travers la surveillance qu’il exerce sur les demandeurs, les informations qu’il recueille sur leur compte et la sélection qu’il opère parmi eux, il met de façon la plus réactive possible la force de travail à la disposition du patron, au plus près de ses exigences : les bureaux de placement sont de véritables agences crypto-policières de renseignement sur les personnes.

  • 52 L’enquête publiée en 1902 par le CST fait état d’un vide juridique en la matière : ni la loi du 22 (...)

24Dominées par le petit atelier indépendant faiblement capitalisé à coloration familiale, qui salarie des ouvriers peu nombreux, les petites unités de production et de distribution alimentaires sont marquées par un lien de travail personnel entre l’ouvrier et le patron. Le recrutement place par place que cela exige pousse l’employeur à vouloir connaître au plus près les antécédents et les capacités techniques des salariés. D’autant que les professions de l’alimentation des grandes villes sont marquées à la fin du siècle soit par une absence (débits de boissons), soit par une défaillance (boulangerie, boucherie) de l’apprentissage52 qui interdit aux patrons de s’assurer les services d’un apprenti familier élevé au métier dans sa propre boutique.

  • 53 APP, D/B 120, Préfecture de Police, Ordonnance concernant les bureaux de placement, n° 53, 5 octob (...)
  • 54 De Magnin 1886, p. 16.
  • 55 AN, C//5613 B, Dossier 3368bis, Chambre des députés, Sixième législature, 1893-1898, Commission du (...)

25L’importance stratégique du bureau de placement tient précisément au rôle de garant qu’il est amené à assumer par les recommandations qu’il fournit. La tenue de registres d’inscription, paraphés sur chaque feuille par le commissaire de police de quartier, est, du reste, rendue obligatoire par l’ordonnance de police du 5 octobre 1852, qui fait application dans la capitale du décret du 25 mars. Elle stipule en outre que doivent être mentionnés « les noms, prénoms, âge, lieu de naissance, profession et domicile de la personne inscrite, ainsi que l’indication des pièces qu’elle aura produite pour établir sa moralité et son identité53 ». Les placeurs se montrent même plus zélés, et selon l’un de leurs défenseurs, « font plus et mieux54 ». Le fichage des demandeurs s’inscrit dans une logique commerciale d’attraction de la clientèle patronale, sans doute ainsi rassurée sur la probité avérée des prétendants. En 1894, le tenancier d’un office de la rue Cadet prétend disposer de milliers de fiches nominatives sur le passé, la moralité, la conduite et la capacité de travail de ses clients55.

  • 56 Statuts 1890, p. 10.
  • 57 Almanach 1885, p. 1691.
  • 58 Office du travail 1893a, p. 347.

26Les placeurs se félicitent eux-mêmes de cette aptitude à « améliorer » la qualité des salariés faisant appel aux bureaux56 et donc à offrir aux patrons « des garanties exceptionnelles pour le choix prompt et sûr de tout le personnel dont ils pourraient avoir besoin57 ». Selon leurs propres termes, si les patrons boulangers « continuent à s’adresser aux bureaux de placement et ne vont pas aux chambres syndicales ouvrières, c’est que les premiers seuls leur donnent de bons et sérieux ouvriers et satisfont rapidement leurs demandes. […] Rien de semblable dans les groupes corporatifs […], qui se composent de riboteurs [sic] et de flâneurs58 ».

  • 59 Barberet 1886, p. 424.

27Ces éléments invitent enfin à poser la question de la distribution des places selon les conditions tarifaires décidées par le patron. Dans le cas d’un droit de placement fixe, le profit de l’intermédiaire est indépendant du niveau de rémunération : pour conserver sa clientèle patronale, le placeur a tout intérêt à s’en faire le serviteur zélé. En 1879, une grève des boulangers est ainsi dirigée contre les ententes entre patrons et placeurs pour que les emplois offerts le soient au tarif établi par les premiers59, ce qui engendrerait une tendance globale à la baisse des salaires.

  • 60 APP, D/B 120, Arrêt d’autorisation d’un bureau de placement pour employés et domestiques, 28 septe (...)

28Pour ce qui est du droit proportionnel, on pourrait croire que le placeur pousse les rémunérations à la hausse. En réalité, conformément aux arrêtés d’autorisation, le placeur n’intervient pas dans la fixation du salaire, généralement évalué unilatéralement par l’employeur et mentionné sur le registre des offres d’emplois de l’agence60. Dans le secteur de l’alimentation, le placeur ne défend en aucun cas un salaire supérieur à celui proposé par le patron, dont il est éminemment dépendant : le profit de l’intermédiaire passe en fait moins par l’optimisation financière de chaque embauche que par leur multiplication. Alors que la demande de travail excède amplement l’offre en raison de l’afflux de provinciaux dans la capitale et du chômage chronique des ouvriers, les employeurs occupent de fait, par l’intermédiaire des placeurs, une position de force dans le rapport salarial.

Le bureau de placement, enjeu de police

29Le décret-loi de 1852 avait été conçu comme une solution du juste milieu entre des impératifs d’ordre public et de police industrielle et le respect intangible de la liberté du travail, excluant tout monopole par des bureaux publics, dont s’était rendue coupable la jeune République défaite par le coup d’État du 2 décembre. Ainsi, même si les syndicats qui se mobilisent à partir de l’été 1886 contre le commerce du placement remettent en cause la marchandisation de la demande de travail et exigent une loi de suppression, les autorités municipales et préfectorales inscrivent leur action dans le cadre de la réglementation héritée. Elles se focalisent sur la question de l’« abus » et la problématique du « placement clandestin » que signe le défaut d’autorisation.

Contenir des pratiques frauduleuses récurrentes

  • 61 Ibid., À MM. les Commissaires de police de Paris et de la banlieue, 8 avril 1852.
  • 62 Ibid., Circulaire accompagnant l’envoi d’une ordonnance de police et instructions sur les bureaux (...)

30La législation de 1852 se donnait notamment pour objet d’endiguer les pratiques abusives qui se perpétuaient dans les agences de placement depuis plusieurs décennies. À Paris, face aux nombreuses plaintes dont avaient pu faire l’objet les bureaux « depuis l’époque où cette industrie s’est trouvée livrée sans contrôle à la spéculation privée61 », il convenait, selon le préfet de police, de « faciliter le placement des ouvriers et des domestiques et de les soustraire à la cupidité et aux manœuvres de certains placeurs62 ». Fidèle à une conception libérale du rôle de l’État, la priorité accordée à la lutte contre l’abus autorise une intervention limitée des pouvoirs publics, puisqu’en est fixée une modalité strictement prohibitive et supplétive. La pénalisation de l’abus intervient a posteriori sur le résultat d’une action délictueuse, qui n’engage que la responsabilité de son auteur et ne compromet pas l’exercice de la liberté commerciale et industrielle par un dispositif préventif. La stigmatisation des seuls placeurs peu scrupuleux légitime donc la marchandisation de l’accès au travail et en garantit la pérennité.

  • 63 Guiral – Thuillier 1978, p. 128 et Martin-Fugier 1979, p. 57.
  • 64 Courcelle 1902, p. 243-244.
  • 65 Les doléances contre les manœuvres mercantiles des placeurs s’étaient multipliées, ou plutôt avaie (...)

31Dans les années 1890, à Paris, outre les outrages aux bonnes mœurs, voire le recrutement pour des maisons closes propres aux bureaux de domestiques63, les tromperies et manœuvres des placeurs peuvent être regroupées en deux ensembles distincts64. Elles sont quasiment identiques à celles déplorées depuis les années 1820 et qui avaient motivé la réglementation du milieu du siècle65.

  • 66 Office du travail 1901, p. 34.
  • 67 Soulenq 1888, p. 7.
  • 68 Mémoires d’un garçon de salle 1884, p. 12.

32Il s’agit d’abord d’illégalités dans la rétribution des tenanciers, à savoir l’encaissement immédiat du droit de placement alors qu’il n’est théoriquement exigible qu’après une période d’essai de huit jours ; le refus de sa restitution à l’ouvrier qui n’a pas pu obtenir l’emploi sollicité ; le versement de commissions ou de primes supplémentaires censées accélérer l’embauche. À la toute fin du siècle, une demi-douzaine d’agences de la Seine continue en outre la perception illicite d’un droit d’inscription66. Ensuite, les placeurs sont toujours accusés de manœuvrer pour faire gonfler leurs profits, ce qui aggraverait la précarité des demandeurs, à travers la publication d’annonces d’emplois fantômes ou déjà pourvus, l’affectation intentionnelle à des postes qui ne pourront être conservés67 ou encore l’entretien factice du chômage par l’appel à Paris d’ouvriers en nombre supérieur aux besoins. Des placeurs s’entendraient également avec certains employeurs pour que l’ouvrier soit renvoyé dès qu’il se fût acquitté de son droit de placement68.

  • 69 Office du travail 1893a, p. 298.

33Au total, les mesures répressives sont rares : 25 arrêtés de fermeture sont prononcés dans la capitale entre 1884 et 1891 pour escroquerie. Les procès-verbaux des commissaires et les contraventions suivies de procès devant le Tribunal de simple police s’élèvent à 7 en 1890 et à 4 l’année suivante69. Les poursuites contre les placeurs vont en augmentant entre 1893 et 1897. Mais, au nombre de 15 en 1897, elles sont surtout motivées par les infractions dont la constatation est la plus aisée : défauts de tenue des registres ; défaillances de comptabilité, négligences dans l’entretien du local de l’agence ou absence physique du tenancier. Le peu d’aboutissements des poursuites démontre tout autant la difficulté de l’administration de la preuve, la réticence des intéressés à s’adresser à la police, que le manque d’entrain des fonctionnaires.

  • 70 Ibid.
  • 71 D’après l’analyse foucaldienne du dispositif de surveillance carcéral : Schöttler 1985, p. 37.
  • 72 Office du travail 1893a, p. 391.

34Les abus semblent même être minimisés par l’administration. D’après l’Office du travail, les ouvriers retireraient majoritairement des avantages du système existant. Le dossier de la plupart des bureaux de placement serait « vierge de toute plainte70 » et les enquêtes qui suivent les récriminations auraient démontré que les plaignants étaient avant tout de mauvais ouvriers, malhabiles, instables, voire enclins à l’agitation politique, qui attribuent aux intermédiaires des « responsabilités injustifiées ». Si le bureau est un lieu stigmatisé, il est en effet également un espace de stigmatisation, où la garantie de l’ordre public passe par le contrôle social des demandeurs. Il est attendu de ce « panoptique du quotidien »71 qu’est l’agence de placement d’enregistrer systématiquement les noms des individus en recherche d’ouvrage, afin d’isoler parmi eux les sans-travail sous-intégrés, mal stabilisés et changeant souvent d’emploi, signe d’une inconstance suspecte et potentiellement dangereuse. Pour les placeurs et certains patrons, les garçons marchands de vins parisiens seraient nombreux à devoir être rangés dans la catégorie des « hommes brûlés, c’est-à-dire les irascibles, les fainéants, les voleurs, les repris de justice, les alcooliques », tandis que les limonadiers se recruteraient majoritairement parmi les « gens sans profession » et les « déclassés72 ». Dès lors, si pour les autorités administratives, le maintien des bureaux est justifié par le respect de la liberté commerciale et une certaine efficacité, il l’est tout autant en ce que les placeurs se révèlent être d’efficaces agents de surveillance et de précieux auxiliaires de police.

Débusquer le placement clandestin

  • 73 Annuaire des syndicats professionnels 1892, p. 259.
  • 74 Annales de la Chambre des députés 1904, p. 103.

35Autre registre d’action, les autorités peuvent lancer des poursuites contre les défauts d’autorisation, qui définissent la clandestinité du placement, lorsque celui-ci donne lieu à une transaction financière. On ne saurait ainsi évoquer de bureau « clandestin » pour parler d’un collectif ouvrier qui se réunit chez un marchand de vin et offre un service d’embauche gratuit, comme c’est le cas par exemple de la Solidarité des boulangers, au 23 rue de Vanves73. Toujours concernant la boulangerie, sont principalement concernés en réalité des aubergistes ou des logeurs qui, dans la profession, centralisent traditionnellement les demandes de travail de leurs clients et pensionnaires. Encore faut-il que le versement direct d’une redevance soit constaté, car seul celui-ci prouve, avant 1904, la clandestinité du placement. La rétribution indirecte par le truchement des dépenses de consommation n’est donc pas considérée. Au total, de 1893 à 1903, quelque 300 procès-verbaux sont dressés dans la capitale74.

  • 75 AN, C//5501, Dossier 2283, L’Office général des emplois vacants, 10e année, n° 981, 20 mai 1890.
  • 76 Cf. la contribution d’Ulrike Krampl sur la presse d’annonces et l’emploi des domestiques à Paris d (...)
  • 77 Office du travail 1901, p. 54.

36L’intermédiaire payant dissimulé peut également prendre la forme, plus immatérielle, de feuilles d’annonces d’emplois qui pullulent au tournant du siècle. On en recense 23 au début des années 1890, dont l’un des plus importants, L’Office général des emplois vacants s’adresse à la clientèle habituée des bureaux de placement75. Or, il est passible d’une mise en cause pour placement clandestin d’un triple point de vue. Exclusivement consultable par abonnement payable d’avance et sans que la somme ne puisse être rendue, il soumet la parution des demandes d’emplois à contribution, alors que les offres sont insérées gratuitement. Enfin, les annonces ne mentionnent que très rarement le nom et l’adresse de l’employeur, invitation étant faite au sans-travail de se rendre dans les locaux du journal, dès lors assimilable à un intermédiaire physique de placement payant76. Vingt-huit poursuites sont enregistrées en 1897 dans la Seine contre ces feuilles d’annonces77.

  • 78 Sont dénombrés 153 bureaux privés supplémentaires hors département de la Seine entre les deux enqu (...)
  • 79 Barberet 1890, p. 406.
  • 80 Almanach [1886-1904] ; Office du travail, 1901 ; Archives nationales, F7 12653, Suppression des bu (...)

37Parallèlement, les autorités peuvent choisir de restreindre la délivrance d’autorisations préalables à de nouveaux boutiquiers ou à des placeurs qui tentent de régulariser leur activité. Si les délivrances ne sont pas bridées dans l’immense majorité du pays78, la situation évolue de manière significative à Paris, où les services de la préfecture de police choisissent « de procéder par voie d’extinction, c’est-à-dire de ne plus donner de nouvelle autorisation et de ne pas permettre que les titulaires fassent trafic de celles qu’ils ont obtenues79 ». À compter de 1886, au moment du lancement de la campagne syndicale contre les placeurs, les demandes d’installation s’atrophient, du fait des dangers auxquels s’exposeraient les nouveaux arrivants dans la profession. Parallèlement, les autorisations délivrées commencent leur baisse tendancielle, passant de 12 à 4 entre 1889 et 1890 et s’annulant par la suite80. Ne sont en effet plus tolérées, après mars 1890, les installations ex nihilo, seuls demeurant admis les cessions intrafamiliales et les transferts de propriété, tout prétendant à l’exploitation d’un bureau de placement devant acheter un fonds de commerce déjà existant, après nouvelle autorisation.

  • 81 APP, B/A 1355, Liste des bureaux de placement de Paris et de banlieue, 24 juin 1890 et APP, D/B 12 (...)

38Le processus d’extinction des agences parisiennes n’est pas engagé pour autant, leur nombre se stabilisant à 250 à la fin de la décennie, en lien avec des transferts de propriété à une veuve ou à un nouveau titulaire : ils sont 10 dans l’alimentation entre 1890 et 1897, les trois bureaux pour coiffeurs changeant de tenancier pendant la même période81. Certaines autorisations supplémentaires auraient même été délivrées – six dans l’alimentation entre 1890 et 1897.

Conclusion

39Intermédiaires de premier plan dans la distribution d’ouvrage, les bureaux de placement contribuent à structurer et à modeler les segments du marché du travail sur lesquels ils agissent. La monétarisation de l’accès à l’emploi à laquelle les placeurs soumettent les sans-travail, leurs pratiques commerciales agressives, le favoritisme accordé aux exigences patronales expliquent qu’ils concentrent les attaques des syndicats de l’alimentation.

  • 82 Barberet 1890, p. 406.
  • 83 Normand 1900, p. 117.

40La lutte impitoyable initiée par ces derniers dans la capitale en 1886 contribue ainsi à provoquer le processus législatif devant déboucher sur la loi de gratuité de 1904. En effet, d’un point de vue juridique, le placement commercial ne pourrait être amené à disparaître que sous les coups d’une loi. Une simple abrogation du décret de 1852 et de l’ordonnance de police qui l’accompagne ne provoquerait qu’un retour à la situation ex ante. Ceci explique la focalisation, dans les années 1880-1890, de la mobilisation ouvrière sur l’obtention d’un texte de suppression. Cependant, toute mesure abolitionniste donnerait tout de même aux tenanciers, « industriels patentés comme tous les autres, […] droit à une indemnité proportionnelle à leur chiffre d’affaire82 ». Ils conserveraient en outre la jouissance du bail de leur établissement et leur matériel, qu’ils devront consacrer à une autre activité83. Cet aspect permet de comprendre que la problématique de l’indemnité contribuera à retarder le processus législatif.

  • 84 Jung 2014.

41Si la mise en cause du placement commercial participe au lancement d’un mouvement social et d’opinion de fond en faveur d’une réflexion sur la refonte du système d’accès à l’emploi et de l’intervention des pouvoirs publics, le développement, avant la Première Guerre mondiale, d’un premier service public municipal de placement, demeure progressif et timide84. De fait, polarisé sur le monopole des comptoirs commerciaux et les fraudes qui leur sont imputées, le placement demeure jusqu’aux confins du XIXsiècle un enjeu d’ordre public et de police sociale, circonscrit à des segments particuliers des marchés de main-d’œuvre, plutôt qu’il ne s’impose comme une problématique industrielle de l’accès au marché du travail et de son organisation, afin de lutter contre le chômage. Pour qu’une première politique de l’emploi soit réellement initiée, il conviendra de dépasser – à partir de 1910 – la seule contestation des excès de l’intermédiation privée et d’œuvrer au développement, par les collectivités locales, d’intermédiaires publics techniquement efficaces, organisés par secteurs professionnels et gérés paritairement.

Haut de page

Bibliographie

Almanach = Archives de Paris (AP), PER 292, Annuaire et Almanach du commerce et de l’industrie.

Annales de la Chambre des députés 1904 = Séance du 29 octobre 1903, Annexe n° 1248, Rapport fait au nom de la commission du travail chargée d’examiner la proposition de loi, adoptée par le Sénat, relative au placement des employés et ouvriers des deux sexes et de toutes les professions, par M. Chambon, député, dans Annales de la Chambre des députés, Documents parlementaires, vol. LXV, Session extraordinaire de 1903, Du 20 octobre au 30 décembre 1903, Paris, 1904.

Annuaire statistique 1889 = Préfecture de la Seine, Service de la Statistique municipale, Annuaire statistique de la Ville de Paris, 1889, Paris, 1891.

Annuaire statistique 1899 = Préfecture de la Seine, Service de la Statistique municipale, Annuaire statistique de la Ville de Paris, 1899, Paris, 1901.

Annuaire des syndicats professionnels 1892 = Ministère du Commerce et de l’Industrie, Annuaire des syndicats professionnels, 1892, Paris-Nancy, 1892.

Barberet 1886 = J. Barberet, Le travail en France. Monographies professionnelles, vol. 1, Paris, 1886.

Barberet 1890 = J. Barberet, Le travail en France. Monographies professionnelles, vol. 7 : Débitants de boissons, Paris, 1890.

Bessy – Eymard-Duvernay 1997 = C. Bessy, F. Eymard-Duvernay (dir.), Les intermédiaires du marché du travail, Cahiers du Centre d’études de l’emploi, 36, 1997.

Chambre syndicale des bureaux de placement 1892 = AP, 2ETP/3/5/15 1, CCI de Paris, Placement, UNCI (Alliance des Chambres syndicales), Chambre syndicale des bureaux de placement de Paris et des départements, Mémoire en réponse au rapport fait par M. Arnauld Dubois au nom de la commission chargée d’examiner les propositions relatives au placement des employés et ouvriers de toutes les professions, Paris, 1892.

Coffignon = A. Coffignon, Paris-vivant. L’estomac de Paris. L’alimentation, Les Halles, Les abattoirs, Le pain, La viande, Les boissons, Paris, À la Librairie Illustrée, [s.d.].

Conseil Supérieur du Travail 1901 = Conseil Supérieur du Travail, Rapports et documents sur la réglementation du travail dans les bureaux et magasins et dans les petites industries de l’alimentation, Paris, 1901.

Contribution des patentes 1890 = Archives nationales (AN), C//5500, Ministère des Finances, Direction Générale des contributions directes, Contribution des patentes. Tarif et législation, Paris, 1890.

Courcelle 1902 = L. Courcelle, Traité de législation ouvrière, Paris, 1902.

Cri du peuple 1884 = Les grèves, dans Le Cri du peuple, 429, 30 décembre 1884.

Faure 1979 = A. Faure, L’épicerie parisienne au XIXe siècle ou la corporation éclatée, dans Le mouvement social, n° 108, juillet-septembre 1979, p. 113-130.

Faure 2007 = A. Faure, Le ‘système du garni’ parisien au XIXe siècle et dans le premier XXe siècle, dans A. Faure, C. Lévy-Vroelant, Une chambre en ville. Hôtels meublés et garnis à Paris, 1860-1990, Paris, 2007, p. 44-170.

Gerbod 1981 = P. Gerbod, Les coiffeurs en France (1890-1950), dans Le mouvement social, n° 114, janvier-mars 1981, p. 71-84.

Gide 1897 = C. Gide, Die Arbeitsvermittlung in Frankreich, dans Das Handels-Museum, vol. 12, n° 17, 1897, p. 213-215.

Guiral – Thuillier 1978 = P. Guiral, G. Thuillier, La vie quotidienne des domestiques en France au XIXe siècle, Paris, 1978.

Hacks 1891 = Hacks, Les bureaux de placement, dans L’Illustration, n° 2517, 23 mai 1891, p. 458-459.

Jung 2011 = B. Jung, Le rêve d’un placement ouvrier au service de la lutte des classes : les bourses du travail, entre posture revendicative et œuvre de substitution (1886-1904), dans Cahiers d’histoire. Revue d’histoire critique, n° 116-117, juillet-décembre 2011, p. 57-68. URL : http://chrhc.revues.org/2362.

Jung 2014 = B. Jung, Le placement public à Paris : de la bienfaisance à la lutte contre le chômage. (1880-1910), dans Revue d’histoire de la protection sociale, 7, 1, 2014, p. 81-101. URL: www.cairn.info/revue-d-histoire-de-la-protection-sociale-2014-1-page-81.htm.

Lemercier 2007 = C. Lemercier, « Articles de Paris », fabrique et institutions économiques à Paris au XIXe siècle, dans J.-C. Daumas et al. (dir.), Les territoires de l’industrie en Europe (1750-2000), Entreprises, régulations, trajectoires, Besançon, 2007, p. 198-202.

de Magnin 1886 = C.A. De Magnin, Les Bureaux de placement autorisés devant l’opinion, Paris, 1886, AN, C//5501, Dossier 2283.

du Maroussem 1896 = P. Du Maroussem, La question ouvrière, vol. 4 : Halles centrales de Paris et commerce de l’alimentation, Paris, 1896.

Martin-Fugier 1979 = A. Martin-Fugier, La place des bonnes. La domesticité féminine en 1900, Paris, 1979.

Mémoires d’un garçon de salle 1884 = Mémoires d’un garçon de salle : actualité visant la corporation des garçons de salles et son affranchissement, par un ancien maître d’hôtel des premières maisons de Paris, Paris, 1884.

Normand 1900 = G. Normand, Étude comparée sur le placement des sans-travail en France et à l’étranger, Paris, 1900.

Nouveau dictionnaire de police 1835 = Nouveau dictionnaire de police, vol. 1, Paris, 1835.

Office du travail 1893a = Office du travail, Le placement des employés, ouvriers et domestiques en France. Son histoire, son état actuel. Avec un appendice relatif au placement dans les pays étrangers, Paris-Nancy, 1893.

Office du travail 1893b = Office du travail, La petite industrie. Salaires et durée du travail, vol. 1, L’alimentation à Paris, Paris, 1893.

Office du travail 1901 = Office du travail, Seconde enquête sur le placement des employés, des ouvriers et des domestiques, Paris, 1901,

Ribeill 1991 = G. Ribeill, Heurs et malheurs du tâcheronnat dans le bâtiment au XIXe siècle, dans J.-F. Crola, A. Guillerme (dir.), Histoire des métiers du bâtiment au XIXe et XXe siècle, Paris, 1991, p. 131-132.

Schöttler 1985 = P. Schöttler, Naissance des bourses du travail. Un appareil idéologique d’État à la fin du XIXe siècle, Paris, 1985.

Statuts 1890 = AN, C//5501, Dossier 2283, Chambre syndicale des bureaux de placement de Paris et des départements, Statuts, Paris, 1890.

Soulenq 1888 = AN, C//5501, Dossier 2283, V. Soulenq, Les placeurs et leurs intrigues, Paris, 1888.

Vanlaer 1893 = M. Vanlaer, La suppression des bureaux de placement, dans La Réforme sociale, 13e année, vol. 6, juillet-décembre 1893, p. 713-737.

Wadauer – Buchner – Mejstrik 2012 = S. Wadauer, T. Buchner, A. Mejstrik, The making of public labour intermediation : job search, job placement, and the state in Europe, 1880-1940, dans International Review of Social History 57, 2012, p. 161-189.

Haut de page

Notes

1 Office du travail 1893a, p. 177.

2 Bessy – Eymard-Duvernay 1997.

3 Ribeill 1991.

4 Archives de la préfecture de police de Paris (désormais APP), D/B 120, Décret du Président de la République française sur les bureaux de placement, 25 mars 1852.

5 Sous la Monarchie de Juillet, l’industrie libre du placement n’était soumise qu’à une simple déclaration : Nouveau dictionnaire de police 1835, p. 279.

6 Wadauer – Buchner – Mejstrik 2012.

7 Annuaire statistique 1899, p. 415-416.

8 APP, B/A 1355, État numérique des boucheries de Paris par arrondissement, 25 juin 1891.

9 Annuaire statistique 1889, p. 464.

10 Office du travail 1893b, p. 22.

11 Annuaire statistique 1889, p. 952.

12 APP, D/B 120, Dossier 1, Rapport du président de la Chambre syndicale des bureaux de placement de Paris et du département de la Seine, Auguste Goissaud, au préfet de police [s.d.].

13 APP, B/A 1428, Réunion du syndicat des ouvriers limonadiers et restaurateurs, rapport du 7 février 1901.

14 Gerbod 1981, p. 72-73.

15 APP, B/A 1355, Liste des bureaux de placement de Paris et de banlieue, 24 juin 1890.

16 Soulenq 1888, p. 11.

17 Faure 1979, p. 115.

18 APP, B/A 1408bis, Nomenclature des bureaux de placement autorisés [s. d.].

19 Du Maroussem 1896, p. 148.

20 Office du travail 1893a, p. 335.

21  Conseil Supérieur du Travail 1901, p. 105 et p. 109.

22 Les places à la journée atteignent 70 % dans la boulangerie, 73 % chez les garçons marchands de vins, limonadiers et restaurateurs, 80 % chez les coiffeurs et même 88,5 % dans la pâtisserie. Seule la boucherie de détail offre l’image d’une profession stable, avec 88 % de placements à demeure.

23 Office du travail 1901, p. 157.

24 L’installation en garni offre deux autres avantages, la facilité d’un départ intempestif en cas de changement de place, et la faculté de payer son logement sur le court terme, beaucoup mieux adaptée à des systèmes de rémunération hebdomadaires ou quotidiens pour les limonadiers : Faure 2007, p. 116.

25 Jung 2011.

26 Office du travail 1893a, p. 567.

27 APP, B/A 1355, Liste des bureaux de placement de Paris et de banlieue, 24 juin 1890 et APP, D/B 120, Liste des bureaux de placement pour l’alimentation et pour coiffeurs, 8 mars 1897.

28 Cri du peuple 1884, p. 1.

29 APP, D/B 120, État des bureaux de placement situés dans le Xe arrondissement, 18 novembre 1892.

30 Les cuisiniers ne disposent pas d’agences dédiées, mais s’adressent à celles des limonadiers-restaurateurs qui regroupent les employés des cafés et restaurants, dont le personnel de cuisine.

31 Ce placeur agissait auparavant rue Française. Le transfert de son commerce intervient à la suite de l’attentat à la bombe dont il est l’objet en 1888 : APP, B/A 138, pièce 100, Préfecture de Police, Police municipale, 2e Brigade de recherches, rapport du 7 novembre 1888.

32 Coffignon [s.d.], p. 237.

33 Office du travail 1893 (a), p. 127.

34 Office du travail 1901, p. 156.

35 Contribution des patentes 1890, p. 50.

36 Office du travail 1893a, p. 300.

37 L’UNCI, créée par l’avocat Pascal Bonin, fédère des chambres syndicales patronales et commerciales et est une véritable société de services aux entreprises (renseignements commerciaux, conseils juridiques, etc.) : Lemercier 2007, p. 203 sq.

38 Statuts 1890, p. 10.

39 Annuaire des syndicats professionnels 1892, p. 232.

40 Chambre syndicale des bureaux de placement 1892, p. 33-40.

41 Almanach 1888, p. 1793.

42 Almanach 1889, p. 1839.

43 Archives nationales (AN), C//7338, Chambre des députés, 8e législature, Commission du travail, « Bureau central de placement de MM. les coiffeurs […], 7 rue Villedo », Lettre adressée aux députés, 10 février 1904.

44 Hacks 1891, p. 458.

45 Almanach 1884, p. 1648.

46 Chambre syndicale des bureaux de placement 1892.

47 APP, D/B 120, Préfecture de police, Ordonnance concernant la suppression du droit d’inscription dans les bureaux de placement, 16 juin 1857.

48 Barberet 1890, p. 411.

49 APP, D/B 120, Préfecture de police, Circulaire accompagnent l’envoi d’une ordonnance de police et instructions sur les bureaux de placement, 8 octobre 1852.

50 Gide 1897, p. 214.

51 Vanlaer 1893, p. 732 sq.

52 L’enquête publiée en 1902 par le CST fait état d’un vide juridique en la matière : ni la loi du 22 février 1851 sur l’apprentissage industriel, ni les lois réglementant le travail des enfants ne s’appliquent à cette date aux petites entreprises familiales commerciales et artisanales. De sorte que le contrat est conclu exclusivement verbalement, dans la boucherie ou la boulangerie, et ce jusque tard dans le siècle.

53 APP, D/B 120, Préfecture de Police, Ordonnance concernant les bureaux de placement, n° 53, 5 octobre 1852.

54 De Magnin 1886, p. 16.

55 AN, C//5613 B, Dossier 3368bis, Chambre des députés, Sixième législature, 1893-1898, Commission du travail, Procès-verbal de la séance du 11 mai 1894.

56 Statuts 1890, p. 10.

57 Almanach 1885, p. 1691.

58 Office du travail 1893a, p. 347.

59 Barberet 1886, p. 424.

60 APP, D/B 120, Arrêt d’autorisation d’un bureau de placement pour employés et domestiques, 28 septembre 1865.

61 Ibid., À MM. les Commissaires de police de Paris et de la banlieue, 8 avril 1852.

62 Ibid., Circulaire accompagnant l’envoi d’une ordonnance de police et instructions sur les bureaux de placement, 8 octobre 1852.

63 Guiral – Thuillier 1978, p. 128 et Martin-Fugier 1979, p. 57.

64 Courcelle 1902, p. 243-244.

65 Les doléances contre les manœuvres mercantiles des placeurs s’étaient multipliées, ou plutôt avaient eu tendance à être mieux enregistrées, à partir des dernières années de la Restauration. En témoignent à Paris les instructions transmises en 1829 par le préfet de police afin de lutter contre des escroqueries qui se multipliaient de jour en jour par impunité : APP, D/B 120, Préfet de police, Bureaux de placement, 1er juin 1829.

66 Office du travail 1901, p. 34.

67 Soulenq 1888, p. 7.

68 Mémoires d’un garçon de salle 1884, p. 12.

69 Office du travail 1893a, p. 298.

70 Ibid.

71 D’après l’analyse foucaldienne du dispositif de surveillance carcéral : Schöttler 1985, p. 37.

72 Office du travail 1893a, p. 391.

73 Annuaire des syndicats professionnels 1892, p. 259.

74 Annales de la Chambre des députés 1904, p. 103.

75 AN, C//5501, Dossier 2283, L’Office général des emplois vacants, 10e année, n° 981, 20 mai 1890.

76 Cf. la contribution d’Ulrike Krampl sur la presse d’annonces et l’emploi des domestiques à Paris dans la seconde moitié du XVIIIe siècle.

77 Office du travail 1901, p. 54.

78 Sont dénombrés 153 bureaux privés supplémentaires hors département de la Seine entre les deux enquêtes de l’Office du travail (ils sont 1 005 en 1891 et 1 158 en 1897). On constate de surcroît une certaine libéralité dans la remise des permissions. Certains établissements agissant depuis plusieurs années comme placeurs clandestins parviennent en effet à bénéficier d’une reconnaissance en bonne et due forme, comme à Brest en 1891 : Archives départementales du Finistère, 10 M 27, Office et bureaux de placement (1891-1940), Télégramme du sous-préfet de Brest au préfet de Quimper, 30 décembre 1891.

79 Barberet 1890, p. 406.

80 Almanach [1886-1904] ; Office du travail, 1901 ; Archives nationales, F7 12653, Suppression des bureaux de placement (1903-1912), Préfecture de Police, Rapport au ministre de l’Intérieur sur le nombre d’autorisations accordées dans les années 1890, janvier 1904.

81 APP, B/A 1355, Liste des bureaux de placement de Paris et de banlieue, 24 juin 1890 et APP, D/B 120, Liste des bureaux de placement pour l’alimentation et pour coiffeurs, 8 mars 1897.

82 Barberet 1890, p. 406.

83 Normand 1900, p. 117.

84 Jung 2014.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Station d’embauche des boulangers Porte Saint-Denis (Xe arrondissement de Paris), Le Monde illustré, 47e année, n° 2434, 21 novembre 1903, p. 458.
Titre Fig.  2 – Station d’embauche des cuisiniers rue Tiquetonne (IIe arrondissement de Paris), Le Monde illustré, 47e année, n° 2434, 21 novembre 1903, p. 457.
Titre Fig. 3 – « Vieux Paris : 1, rue des Prouvaires. Détails de la façade et balcon », Carte postale [vers 1900], Collection particulière.
Titre Fig. 4 – « Paris : les Halles centrales le matin », Carte postale [vers 1900], Collection particulière.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Benjamin Jung, « Apparieur et marchand de travail : le bureau de placement à Paris au tournant du XXe siècle », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/3372 ; DOI : 10.4000/mefrim.3372

Haut de page

Auteur

Benjamin Jung

Laboratoire Identités-Cultures-Territoires (EA 337), Université Paris 7, benjamin.w.jung@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org