Navigation – Plan du site
Les intermédiaires du travail. Acteurs du recrutement et de la gestion des travailleurs, (XVIe-XXIe siècle)

« S’adresser à M. le Clerc, Huissier, rue S. Honoré... » (1780) ou les intermédiaires de l’intermédiaire. Presse d’annonces et emploi domestique à Paris à la fin de l’Ancien Régime

Ulrike Krampl

Résumés

Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, s’affirme en France une presse d’information économique et technique qui consacre une place croissante à l’intermédiation du travail. Ce faisant, la presse rend systématique la forme brève qu’incarne la petite annonce d’emploi qui, outre le commerce et les « bureaux », concerne principalement le service domestique. L’analyse du titre parisien, Affiches, annonces et avis divers ou Journal général de France (1751-1811), pour la dernière décennie de l’Ancien Régime, permet d’appréhender un dispositif médiatique original qui, en déployant des techniques gouvernementales modernes du contrôle des individus, circonscrit un segment spécifique des marchés de l’emploi selon les hiérarchies sociale et culturelle de l’Ancien Régime.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Fauve-Chamoux 1997. Je remercie Anton Tantner et les responsables du dossier de leurs remarques ai (...)

1Au cours du XVIIIe siècle, la presse européenne connaît une accélération de sa périodicité en même temps qu’une multiplication des titres qui favorisent l’émergence de journaux spécialisés. En ce qui concerne l’information économique et technique, en France, uUn rôle de choix revient aux feuilles périodiques appelées Affiches, qui consacrent une place croissante à la question du travail. Ce faisant, elles rendent systématique la forme brève de la petite annonce d’emploi, qui concerne principalement les personnels de maison. Cette évolution médiatique peut d’emblée s’appréhender comme un écho des mutations socio-économiques qui saisissent la société urbaine de l’Ancien Régime finissant : en effet, recherche d’ostentation et avènement de la consommation favorisent le recours, en milieux aristocratique et bourgeois, au service domestique. Attribut de luxe pour les classes aisées, signe d’un confort plus modeste pour les foyers du monde laborieux, la domesticité, de plus en plus féminisée, peut atteindre les 15 % de la population dans certaines villes françaises1. Cette véritable massification n’est pas sans conséquences sur le statut de ceux et celles qui servent au sein d’une maison : juridiquement soumis.es à l’autorité du chef de famille, les domestiques sont autant des servantes et serviteurs rémunéré.es pour accomplir diverses tâches ; certaines, notamment celles liées à la maîtrise de l’écrit, peuvent s’exercer dans d’autres lieux, boutiques, banque et négoce ou encore « bureaux », rendus incontournables par l’importance qu’ont prise l’administration et la justice pour gouverner.

  • 2 Fairchilds 1984 ; Maza 1983 ; Gutton 1981.
  • 3 , parmi ses travaux, Schapira 2006, et Kühn 2012.
  • 4 Sarti 2005 et Hoerder – van Nederveen Meerkerk – Neunsinger 2015.
  • 5 Krajewski 2010.

2L’historiographie redécouvre actuellement le phénomène de la domesticité, très étudié par l’histoire sociale dans les années 19802, pour l’éclairer à partir d’une histoire sociale du politique3, celle des mobilités internationales, du genre et du care4 ou encore d’une théorie des médias5 ; en revanche, le placement et, plus largement, l’intermédiation du travail ont suscité moins d’intérêt. Si les modalités restent plurielles jusqu’à nos jours, de nouvelles formes d’intermédiation apparaissent depuis le XVIIe siècle, dont le bureau de placement et la presse d’annonces constituent les variantes qui s’imposent dans la durée.

  • 6 Frevert 2010.

3Il demeure certes délicat de mesurer l’impact structurel qu’opère la diffusion anonyme de l’information à grande échelle sur l’ensemble des marchés du travail, peu unifiés sous l’Ancien Régime ; on peut en revanche s’interroger sur la nature de l’intervention du nouveau média dans le secteur de l’emploi de maison. Celui-ci étant structuré par l’idéologie socio-politique hiérarchique d’Ancien Régime autant qu’il fait l’objet d’une police spécifique, la petite annonce pose ainsi la question de l’articulation entre ce nouveau support et la problématique exigence d’un « travail de confiance » inhérent aux relations laborieuses bien au-delà du service proprement dit6. Après un bref examen du journal et de l’organisation de l’information qu’il propose, je tenterai de circonscrire d’une façon nécessairement sommaire le public concerné pour enfin analyser, en deux temps, le dispositif d’intermédiation ainsi créé : à regarder de près, celui-ci transcende largement le support imprimé puisqu’il mobilise de nombreux intermédiaires sans lien apparent avec la feuille. Leur double tâche d’intermédiation et de contrôle éclaire l’action spécifique des annonces d’emploi publiées par les Affiches au sein de l’espace économique parisien de la fin de l’Ancien Régime.

La presse d’annonces, une nouvelle forme de médiatisation de la confiance

  • 7 Margairaz – Minard 2008.
  • 8 Gutton 1981, chap. IV.

4L’annonce d’emploi au sein d’un périodique s’inscrit dans la double histoire de l’« information économique »7 et de ce que l’on pourrait appeler la médiatisation de la confiance. Car autant que de prendre connaissance de l’offre disponible ou d’apprécier les qualités et « talens » des candidat.es à une place, il s’agit de garantir leur crédit auprès de potentiel.les employeur.es, tâche hautement sensible dans le secteur du service domestique ; en témoignent l’encadrement juridique et les mesures coercitives répétées à l’envi durant l’Ancien Régime8. Cette histoire renvoie d’abord à un enchevêtrement progressif, mais surtout inégal et fluctuant, d’une pluralité de pratiques d’intermédiation mêlant oral et écrit, manuscrit et imprimé, connaissance personnelle et anonymat, voie professionnelle et voie informelle par voisinage ou réseaux. Les Affiches s’insèrent ainsi dans un paysage de médiatisations variées qu’elles contribuent à réorganiser sans pour autant s’y substituer : il est certain que le rôle des réseaux familiaux et clientélaires, de ceux liés à une origine géographique ou encore l’intervention de certains acteurs stratégiques, cabaretiers, teneurs d’hôtels ou portiers, voire des personnages sans titre mais spécialisés dans la mise en relation, demeurent primordiaux bien au-delà du XVIIIe siècle.

  • 9 Gutton 1981, p. 161-165, qui cite le projet de l’avocat Raoul Spifame (1500-1563).
  • 10 L’expression, d’un anachronisme productif, est de Tantner 2015, et Tantner 2016.
  • 11 Archives nationales, minutier central (désormais AN, MC), Étude XVII, 952.
  • 12 Jèze 1764, p. 284.
  • 13 Des éléments historiques dans Hurtaut – Magny 1779, vol. 1, p. 701, ainsi que les annonces dans la (...)
  • 14 Voir, pour la France, Feyel 2000.

5Cependant, dès la première moitié du XVIe siècle, l’idée d’institutionnaliser le placement est formulée9. Mais il faudra attendre le début du siècle suivant pour voir se constituer dans les grandes villes européennes des outils de communication nouveaux, véritables « moteurs de recherche »10 avant la lettre, à savoir les « bureaux d’adresse », celui de Renaudot, établi en 1630, faisant figure de pionnier. L’une de leurs multiples tâches consiste à rassembler des propositions et demandes d’emploi domestique jusqu’à donner lieu à des établissements spécialisés : dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, plusieurs bureaux de placement fonctionnent à Paris : celui du couple Bacquet, actif depuis les années 1750, repris par le couple Gondeville en 177211, auquel s’ajoutent le bureau rue des Prouvaires12 puis dans les années 1780, celui du sieur Rapin13. Ce sont cependant les officines généralistes, mêlant des avis de toutes sortes, qui font paraître des feuilles d’information : intermittentes dans un premier temps, celles-ci connaissent leur éclosion en France à partir des années 1750 avant de devenir indépendantes du lieu dont elles ont constitué l’émanation14.

  • 15 L’abbé Jean-Louis Aubert (1731-1814), secondé de collaborateurs peu connus, Stewart [en ligne].
  • 16 Feyel 2000, p. 936.
  • 17 Iser 1972.
  • 18 Un journalier pouvait gagner autour de 1000 livres par an ; le prix passe à 30 et 37 livres dans l (...)

6Le titre parisien, Affiches, annonces et avis divers, ou Journal général de France, est créé dans le cadre du privilège de la Gazette avec pour rédacteur principal l’abbé Jean-Louis Aubert15. Paraissant deux fois par semaine, puis tous les jours à partir du 22 décembre 1778, la feuille est tirée à environ 2000 exemplaires et publie, entre 1759 et le début de la Révolution, près de dix mille annonces d’emploi16. Les rubriques restent assez semblables au cours de la période. Le titre vise un « lecteur implicite »17 que l’on pourrait caractériser de « consommateur éclairé », prêt à s’acquitter pour un abonnement annuel, de la somme non négligeable de 24 livres à Paris et de 30 livres en province18, au cas où il n’y accéderait par d’autres voies. Avant 1781, avec de menues variations, on y trouve le marché immobilier et celui des charges et offices, des « Ventes » (meubles, effets et livres suite au décès d’un particulier, divers objets, chevaux, voitures), des « Annonces et avis divers » (avis « publicitaires » pour des livres et produits de luxe ; recherche de descendants de personnes décédées ou de papiers auprès de notaires ; résultats de loteries ; objets perdus et trouvés), des « Demandes particulières » (puis « Demandes ») ainsi que « Spectacles », « Edits, arrêts ou sentences », « Enterrements » ainsi que les « Cours et changes des effets commerçables ».

7C’est dans la rubrique « Demandes » que paraissent les offres et demandes de place, mélangées à toutes sortes d’envies que pouvaient formuler des particulier.es au portefeuille bien rempli : acheter ou louer châteaux et appartements, terres et charges, acquérir saladiers, portes-cochères, instruments de musique et livres, louer une loge au Théâtre italien, partager les frais d’un voyage, emprunter des sommes d’argent ou bien se mettre en pension dans un ménage à la société agréable. Aussi l’emploi se trouve-t-il d’office placé dans une logique de consommation, qui l’apparente, sinon l’assimile à un bien à échanger. Majoritairement pratiquées par et pour les hommes, les annonces concernent plusieurs champs d’activités. Si le commerce et les « bureaux » y sont présents (filles de boutique, teneurs de livres et autres clercs), une prépondérance indiscutable revient au service au sein de maisons particulières.

  • 19 1769 : 1116 p. ; 1779 : 2920 p. ; 1785 : 3480 p. ; 1788 : 3650 p. 1763 (suppléments, qui se multip (...)
  • 20 Elle passe de 3,4 % en 1758 à 6,4 % en 1768, puis à 13,2 % en 1778, Feyel, p. 945.
  • 21 Selon Cerino 1999, cité par Feyel 2000, p. 945 : 1758 (aucune annonce) ; 1768 (14 offres, 1 demand (...)
  • 22 Trivellato 2007, p. 84.

8Au cours de la période, la place accordée au travail s’accroît, et ce plus rapidement que le nombre de pages, cependant en forte hausse19. D’abord, la surface rédactionnelle consacrée aux « Demandes », tous objets confondus, est multipliée par trois en vingt ans pour atteindre 13,2% en 177820, puis se maintient dans une fourchette de 11 % à 13 %. Parallèlement, le nombre d’annonces d’emploi progresse à son tour21. S’observe enfin une lente réorganisation de l’information sur l’emploi au sein de l’espace rédactionnel hebdomadaire, un moyen sans doute de faire face aux flots d’annonces que le journal suscite : celles-ci se trouvent de plus en plus concentrées dans les suppléments, introduits en 1763, qui certes abritent sur 8 pages la plupart des autres rubriques ; or, les « Demandes » occupent, dans les suppléments, un nombre de pages souvent supérieur à leur moyenne au sein d’une feuille régulière. La question de l’emploi gagne ainsi du terrain au sein du périodique qui, en même temps, tend à en rationaliser la publication en regroupant, dans la mesure du possible, les annonces dans les suppléments. Ce double mouvement s’accompagne d’une standardisation de l’annonce, de plus en plus concise. On pourrait considérer son caractère littéralement formulaire comme un gage de confiance, si l’on transpose au XVIIIe siècle les observations de Francesca Trivellato au sujet de la correspondance marchande22, dont l’exigence de validité au long cours entre personnes qui ne se connaissent pas, pose de manière comparable le problème de la confiance : il est rare de trouver, dans les annonces, la mention d’une recommandation ou d’un certificat.

  • 23 Feyel 2000, p. 605.

9En effet, l’abbé Aubert ne se contente plus de simplement reprendre les affiches déjà imprimées et placardées individuellement en ville, mais adapte la mise en forme du contenu au format du support périodique23. Aussi les annonces des candidat.es à l’emploi ont-elles tout l’air d’un bref curriculum vitae avant la lettre, véritable self-fashioning à la troisième personne fabriqué à l’aide des catégories probablement fournies par le journal, car ce sont ses rédacteurs qui transcrivent, réduisent, voire rédigent ces brefs morceaux. Après une première période qui autorise des propos plus détaillés, les annonces adoptent une structure bien identifiable, composée de quatre séquences, marquées par des verbes qui commandent un complément direct ou indirect :

  • 24 Affiches, 13/8/1778, p. 1212.

[C’est, 1] Un jeune homme qui a fait [2a] ses études, qui sait [2b] les Langues Italienne & Françoise, & qui est au fait de la régie d'une maison, voudroit [3] une PLACE de Valet-de-chambre, de Secrétaire ou d’Intendant. Il s’attacheroit aussi au service de quelque jeune Seigneur qui voudroit voyager. S’adresser [4] chez le sieur Durin, Confiseur, rue Taranne24.

10Se succèdent ainsi, avec des variations, les séquences [être] – avoir fait et/ou savoir (faire) – vouloir/désirer – s’adresser à : 1/ le ou la candidat.e (sexe, âge, statut marital, qualité, provenance, taille et apparences pour les hommes) ; 2a/ son passé (expérience, parcours, éducation, etc.) qui caractérise autant la personne que ses « talents » ; 2b/ ses « talents » (nous dirions qualifications ou compétences : savoirs et savoir-faire, très rarement recommandations ou certificats) ; 3/ les champs d’activité envisagés (tâches, positions dans la hiérarchie domestique ; lieu d’exercice ; durée de l’engagement ; très rarement rémunérations ou gages) ; 4/ des précisions concernant l’intermédiaire.

11Les offres sont organisées d’une manière semblable : 1/ [« être »], sous forme d’ellipse : qui propose la place, le « on » récurrent suggérant soit l’employeur.e, soit l’intermédiaire indiqué en séquence 4 ; 2/ « désirer »/« vouloir » : la position (domestique, secrétaire, dame de compagnie, etc.) et/ou la caractérisation de l’occupation ; 3/ « savoir »/« vouloir » (faire) : les talents requis et, très rarement, la rémunération (gages ; « faire un sort honnête », être logé, nourri, etc.) ; 4/ des précisions concernant l’intermédiaire :

  • 25 Affiches, 17/2/1777, p. 222.

On [est quelqu’un qui : 1] désireroit [2] trouver un DOMESTIQUE de 5. pieds 2. pouces, qui sût [3] bien lire, écrire, compter, faire une recette & coëffer, & qui eût de bons répondans : il aura [3bis] des gages honnêtes. Il faut s’adresser [4] depuis 2. h. jusqu’à 6. à M. Janneau, rue du Haut-Moulin, au coin de la rue de Glatigny25.

Une forme brève au service d’une intermédiation sélective

12Dans un premier temps, il s’agit surtout d’offres de places, mais le ratio s’inverse dès 1777 : l’évolution de la surface rédactionnelle finit par privilégier l’accueil des demandes. Ainsi, sur l’ensemble du corpus, deux tiers des annonces environ sont publiés par ceux et celles qui cherchent un emploi, écho peut-être d’une conjoncture économique difficile. Or, ce serait aller vite en besogne que de considérer la presse comme une image fidèle de la situation du marché. Plutôt convient-il d’appréhender le processus de traduction opéré par le nouveau média qui relève autant de son évolution matérielle que des usages différenciés qui pouvaient en être faits.

  • 26 Selon Jèze 1764, p. 284, le bureau de la rue des Prouvaires demande 30 sols aux employeur.es.
  • 27 Affiches, 30/10/1788, p. 3009.
  • 28 BNF ms. frç. 18600, f. 461-487 [imprimé], Théophraste Renaudot, Le renouvellement des bureaux d’ad (...)
  • 29 Krampl à paraître 2017.

13Lire le journal coûte potentiellement plus cher que de passer une annonce, même si, dans une culture de lecture collective, le lectorat ne saurait être réduit aux seul.es abonné.es. En effet, contrairement à d’autres moyens imprimés (billet, placard, affiche), contrairement à la pratique de l’un des bureaux de placement26, l’insertion d’une annonce dans les Affiches parisiennes demeure gratuite ; ce n’est qu’au 1er novembre 1788 que le journal se met à la facturer au tarif non négligeable d’une livre 4 sols27. Par ailleurs, la sollicitation d’un intermédiaire non connu des deux parties permet de passer outre les obligations réciproques inhérentes aux relations interpersonnelles, non seulement pour les employeur.es, comme Renaudot l’avait déjà fait remarquer, mais aussi pour ceux et celles qui se trouvent en situation subalterne28. La démarche peut en effet leur offrir une certaine marge d’action, voire promettre un effet émancipatoire. Il est frappant de constater que, sous la quasi-uniformité des formules répétitives, plus forte justement dans les demandes que dans les offres, s’aperçoit comme une voix propre à chaque annonceur.e permettant d’énoncer son propre dessein, à commencer par le besoin ou l’envie de voyager29.

  • 30 Pour comparaison, à Liège au milieu du XIXe siècle, l’offre domine clairement grâce, selon Pasleau (...)

14Le journal apparaît ainsi comme un moyen potentiellement intéressant pour les candidat.es à l’emploi et le décalage notable entre offre et demande révèle sans doute autre chose encore que des tensions sur le marché de l’emploi. Il paraît probable qu'employeur.es et domestiques n’usent pas de la même façon du nouveau support. Il y a là un premier indice de la pluralité des marchés du travail dont la presse d’annonces ne traduit qu’une frange spécifique, voire participe à configurer un segment aux caractéristiques propres30. Une hypothèse que la configuration socio-culturelle des annonceur.es peut venir corroborer.

15Il est vrai que celle-ci s’apprécie non sans difficultés puisque les quelques lignes qui forment l’annonce ont pour finalité d’obtenir une réponse favorable : l’exercice relève d’abord de l’autofiction intéressée. De façon approximative, nous pouvons toutefois distinguer les occupations indiquées dans les Affiches, notamment en fonction de leur rapport au corps : d’une part, peuvent être regroupées les tâches manuelles, comprenant celles de toucher le corps du maître et de la maîtresse et les objets qui leur appartiennent (coiffer, raser, habiller, frotter, panser les chevaux, etc.), ainsi que les gestes spécialisés qu’accomplissent cochers, cuisiniers ou jardiniers ; d’autre part, on peut rassembler les positions qui impliquent une haute maîtrise de l’écrit, souvent aussi de la parole, pour des travaux de rédaction, de copie, de comptabilité, de traduction, d’éducation écrite, de sociabilité, etc., à savoir secrétaires et bibliothécaires, intendants et gouverneurs, instituteurs et précepteurs, régisseurs de terres, lecteurs et lectrices, hommes, dames ou demoiselles de compagnie ; enfin, les valets et femmes de chambre ainsi que les gouvernantes peuvent relever des deux catégories ou bien présentent des cas de figure mixtes.

  • 31 Selon Expilly, les femmes étaient plus nombreuses que les hommes parmi la domesticité parisienne d (...)

16Un sondage effectué pour les années 1781 et 1788 (janvier et juillet) permet de relever trois traits principaux. L’usager de la petite annonce d’emploi est majoritairement masculin, possède une haute compétence de l’écrit – grâce à des études de droit ou de théologie par exemple, certains se disant hommes de lettres – et se caractérise par une forte mobilité internationale qui comprend, pour plus d’un quart du corpus, la connaissance de plus d’une langue vivante ; un rappel que les grandes villes agissent comme des plaques tournantes d’un marché du travail dont le périmètre peut transcender le continent européen. Ce profil contraste clairement avec celui de la domesticité urbaine, majoritairement féminine, peu lettrée et peu spécialisée.31. Au cours des années 1780, on observe cependant une double évolution. La part des femmes s’affirme, passant d’un tiers environ en 1781 à près de 40 % en 1788, en même temps que la présence de positions requérant des talents manuels s’accroît pour égaler, voire dépasser celle des positions à haute compétence de l’écrit. Ainsi, le placement concerne d’abord les foyers aisés capables d’engager plusieurs domestiques aux talents différenciés, même si l’on trouve aussi des employeur.es se disant seul.es. Sollicitées d’abord par ces ménages dits de solitaires souhaitant disposer d’une accompagnatrice polyvalente, les femmes entrent sans doute moins facilement dans les grandes maisons, moins nombreuses à fournir l’effort d’engager une éducatrice ou une gouvernante.

17De cette appréciation sommaire nous pouvons retenir que la massification des annonces d’emploi se fait ‘par le haut’ et par les hommes. Les usages économiques de l’imprimé périodique demeurent ainsi très circonscrits en termes de culture et de sexe, malgré la tendance esquissée vers un élargissement socio-culturel. En effet, l’association toujours problématique au XVIIIe siècle, entre femmes et éducation écrite, mais aussi entre femmes et espace public, entraîne probablement une sous-représentation des femmes dans la presse. Ainsi, cette configuration ne corrobore que partiellement l’observation faite au sujet de la standardisation : l’écrit imprimé fait foi – du moins pour les hommes. Au sein de ce que l’on peut appeler un régime de visibilité genré de l’espace médiatique, on perçoit ainsi l’impact structurant sur la constitution d’un groupe spécifique : le journal opère une sélection forte en termes de sexe et d’éducation, tout en favorisant probablement une grande diversité de provenances géographiques : une partie mentionne une origine hors France, d’abord l’Angleterre, l’Italie et l’espace germanique, mais aussi les Pays-Bas et la Suisse, certain.es arrivent d’Espagne ou encore de l’« Amérique », d’autres disent connaître le russe, le polonais, des langues du Nord, de l’Afrique et de l’Inde.

  • 32 Dont : effets à vendre suite à un décès pour lesquels le lieu est indiqué.

18Or, si les effets sociaux du nouveau média contribuent à façonner la publicité de l’espace économique concerné, l’intermédiation proposée s’avère plus complexe. En effet, les deux parties ne se tournent pas directement vers le bureau des Affiches, mais passent par des personnes extérieures. À l’exception de certaines rubriques32, le procédé est systématique pour l’ensemble de la feuille parisienne. Aussi, en dernière séquence de l’annonce figurent les noms et adresse de l’intermédiaire :

  • 33 Affiches, 14/5/1780, p. 1110.

Un jeune homme qui a déjà voyagé en Italie, sachant bien coëffer & parlant plusieurs Langues, voudroit trouver une place de VALET-DE-CHAMBRE, pour faire encore ce voyage. S’adresser à M. le Clerc, Huissier, rue S. Honoré, à la Gerbe d’or33.

19Le bureau du journal ne se fait donc l’intermédiaire direct d’aucune annonce d’emploi. Du périodique imprimé destiné à circuler à grande échelle, nous repassons donc en ville, ou plus précisément dans la ville policée, où l’intermédiation suscite à son tour diverses pratiques médiatiques et interactions sociales.

La presse d’annonces comme dispositif de police

20L’une des nouveautés introduites ou du moins promues par les Affiches de l’abbé Aubert consiste à déléguer systématiquement l’intermédiation à un tiers, rendant plus complexes encore la production et le traitement de l’information. Ce choix participe d’une mutation plus générale, permettant d’autonomiser le support papier vis-à-vis du lieu physique du bureau.

  • 34 Voir à titre d’exemple les Affiches de Toulouse et du Haut-Languedoc, du 02/01/1788, p. 3, où un p (...)

21En ce qui concerne la localisation de l’intermédiation, trois types d’adresses sont pratiquées par les feuilles qui font paraître des annonces d’emploi : celle du bureau, celle des particulier.es concerné.es et celle d’intermédiaires. Tandis que la presse provinciale du temps a recours aux trois formules34, les feuilles parisiennes connaissent une évolution plus marquée. Depuis Renaudot, l’adresse indiquée pour répondre à un avis publié par la feuille a été celle du bureau lui-même ; presque toutes les feuilles éphémères des XVIIe et XVIIIe siècles reconduisent ce modèle. Celui-ci accorde au lieu physique du bureau une place stratégique puisqu’y sont recueillies, sur un registre, les adresses des particulier.es. Ensuite, dans certains cas, l’adresse des particulier.es offrant un emploi pouvait être indiquée dans les pages du journal. Les Affiches parisiennes, en revanche, interposent entre les particulie.res et la feuille imprimée une multitude de relais sans lien avec le bureau et qui accomplissent, probablement à leur propre profit, des tâches auparavant assumées par le bureau d’adresse ou le rédacteur du journal.

22À partir de traces relevées dans la presse même, retenons trois types d’intervention, l’un d’ordre pratique, le second assurant l’anonymat des candidat.es à l’emploi, et enfin un troisième, plus important, qui relève du contrôle social : il incombe aux intermédiaires de répondre du crédit des candidat.es à l’emploi. Les intermédiaires en ville procèdent d’abord à la réception des offres et des demandes, la mise en relation entre employeur.es et candidat.es et assurent le suivi du processus du placement : d’aucuns – dans de très rares cas, il est vrai – passent à nouveau par le périodique, soit pour publier la même annonce une seconde fois, soit pour communiquer une information destinée à relancer une transaction déjà engagée. En décembre 1783, l’huissier-audiencier Fournier cherche à rappeler, via les « Annonces particulières » – rubrique destinée à communiquer des propos particuliers – un potentiel employeur au sujet d’une affaire non aboutie deux semaines auparavant, tout en élargissant l’offre à une seconde personne :

  • 35 Affiches, 11/12/1783, p. 2952.

La personne qui s’est présentée le 29 Nov. chez M. Fournier, Huissier-Audiencier, rue Bourg-l’Abbé, à l’occasion d’une femme indiquée dans la Feuille dud. jour, peut y repasser, attendu que cette femme n’est pas encore placée. Son mari, qui sait bien écrire & compter, pourroit être PORTIER ou Concierge, avec ou sans elle35.

  • 36 Turnovsky 2007.

23Procédure à la temporalité complexe, l’intermédiation par la presse amène, dans son deuxième volet, à couvrir le nom des annonceur.es. L’anonymat peut cependant être recherché par les demandeur.es d’une position soucieux.ses de ne pas afficher leur dépendance sociale et matérielle au sein de leur réseau d’interconnaissance. Tel peut être le cas d’une dame « bien née » mais « ayant subi des revers », ou encore de ces « hommes de lettres », au nombre non négligeable, dont l’ambition tend justement à affirmer leur auctorialité, autrement dit l’autorité sociale de leur nom au sein d’un champ littéraire autonome en formation ; alors que « vivre de sa plume » demeure largement une fiction36, la nécessité de se faire un nom (d’auteur) peut amener à s’approprier l’anonymat imposé pour servir des desseins plus ambitieux, que l’on formule ailleurs :

  • 37 Affiches, 21/8/1781, p. 1946.

Un jeune homme, connu dans la République des Lettres, qui écrit bien, & qui sait le Latin, le Grec, l’Italien, l’Anglois, les Mathématiques, la Géographie & la Géométrie, ayant aussi travaillé chez le Proc. [voudrait] être SECRÉTAIRE, Gouverneur ou Ecuyer chez une personne de qualité. S’adr. à […]37.

  • 38 Feyel 2000, p. 648 sq. ; voir aussi Granderoute [en ligne].
  • 39 Affiches, 19/10/1752, p. 654.
  • 40 Affiches, 06/02/1758, « Avertissement ».
  • 41 Affiches, 01/01/1784, p. 1.
  • 42 Journal économique, 12/1771, p. 345, bureau du sieur Gondeville.
  • 43 Ainsi le « Bureau de confiance et de sûreté » rue du Four Saint-Honoré du sieur Rapin, Affiches, 2 (...)
  • 44 Denis – Milliot 2004.
  • 45 Gutton 1981, chap. IV et Fréminville 1778, vol. 1, « Domestiques », p. 257-26.
  • 46 AN, MC, Étude XXXIX (Gibert), 609, l’inventaire après décès de Gondeville, 07/12/1787 ; bureau sit (...)
  • 47 Denis 2008.

24Ceci paraît d’autant plus notable que la troisième tâche de l’intermédiation réalisée par la presse s’apparente à un véritable contrôle social des candidat.es. En raison de leur dépendance du privilège de la Gazette, organe officiel de la monarchie, les Affiches se placent au cœur du pouvoir, tout comme le fait leur rédacteur Aubert, nommé directeur de la Gazette à partir de 1774, puis censeur chargé de la police des journaux la même année38. Dès octobre 1752, il « pri[e] les Particuliers qui nous apportent des Avis, d’être plus exacts & de meilleure foi », car il est impossible au journal « d’envoyer vérifier les détails que l’on nous donne »39 ; un avertissement publié en 1758 précise à nouveau que le journal n’accepte que les « avis sûrs »40. Or, lorsqu’en janvier 1784, Aubert stipule de surcroît qu’il n’accepte « aucune Demande pour des gens à placer, qui ne soit signée & à l’adresse d’un Officier public »41, il ne fait qu’entériner une pratique déjà bien installée au sein de sa feuille. Ce faisant, il adopte un procédé semblable à celui qu’affirment pratiquer les bureaux de placement qui disent exiger42, voire fabriquer43 des « identités de papiers »44 que sont les congés écrits et certificats, théoriquement obligatoires depuis au moins le XVIe siècle45 ; par ailleurs, l’établissement du couple Gondeville agit, comme son prédécesseur Bacquet, avec « l’agrément »46 du lieutenant général de police. La presse d’annonces parisienne met ainsi en place une intermédiation du travail dont la visée économique se trouve enchâssée dans une logique de police, qui touche l’ensemble des groupes socialement et géographiquement mobiles47. Cette injonction pèse sur la configuration des intermédiaires sans pour autant la déterminer entièrement.

« S’adresser à » : la presse, un intermédiaire qui en cache d’autres

25Un aperçu de la configuration socio-professionnelle des intermédiaires qui assurent le relais entre le journal et les particulier.es permet en effet de mieux comprendre le dispositif déployé par les Affiches. La formule, qui a des conséquences spatiales concrètes, aboutit à l’instauration de ce que l’on pourrait appeler une intermédiation enchevêtrée et disséminée : elle exerce une emprise plus serrée sur les annonceur.es en quête d’une place en même temps qu’une diffusion plus contrôlée de l’information concernant l’emploi. Si les Affiches participent à structurer, et à policer, le marché de l’emploi, elles le font grâce au concours de multiples particulier.es.

  • 48 Dolan 2012, p. 62 : par voisinage, par origine géographique commune.
  • 49 Descimon 2004 et Descimon 2005.
  • 50 Certains intermédiaires se spécialisent : l’avocat et secrétaire-interprète du roi pour l’allemand (...)

26La qualité des intermédiaires est relativement variée, elle se distingue nettement en fonction des client.es et évolue sensiblement pendant la courte période d’observation entre 1781 et 1788. L’appel lancé par les Affiches aux « officiers publics » semble bien avoir été entendu par ceux-ci : certes, l’on ne peut exclure des formes de « procuration de proximité »48, pratique courante sous l’Ancien Régime ; s’imposent toutefois les acteurs dont le métier consiste à assurer la médiation entre le pouvoir et les sujets. On peut distinguer deux ensembles d’intermédiaires, à savoir d’une part, des auxiliaires de justice (procureurs, huissiers, avocats, notaires)49, qui forment la majorité du corpus, et d’autre part, des hommes et quelques femmes aux qualités variées50 : en 1781, interviennent des professeurs de langue et littérature anglaises, de droit ou d’accouchement, des musiciens du roi, des portiers, ecclésiastiques et négociants, un limonadier, un confiseur, chirurgiens et architectes, un fumiste et un perruquier ; en ce qui concerne les femmes, leur qualité ne pouvant guère s’exprimer, sous l’Ancien Régime, à travers un vocabulaire socio-professionnel, on note certes une libraire, mais surtout des « Mad. » et « Mlle », une marquise ou encore une dame de charité.

  • 51 Gutton 1981, p. 146 sq.

27Au cours de la décennie 1780 se dessine une évolution significative qui accentue encore les traits de la configuration socioprofessionnelle initiale (voir l’annexe). Essentiellement due aux demandeur.es de place, qui recourent massivement – ou sont dans l’obligation de le faire ? – aux intermédiaires issus de la justice, la part de ceux-ci progresse : la justice représente environ 45 % de l’échantillon en 1781, et près de 65 % en 1788 ; si l’on ajoute l’administration, on passe de 51 % à 71 %. Ce mouvement se fait au détriment de la variété des professions ainsi que des femmes dont la présence s’efface encore davantage : alors que l’on compte sept femmes sur 117 intermédiaires en 1781, elles ne sont plus que deux sur 163 en 1788. Enfin, contrairement à ce que l’on pourrait imaginer, les portiers n’occupent qu’une place marginale avec quatre occurrences, tant en 1781 que huit ans plus tard : si leur rôle informel peut être grand, en termes de surveillance et d’intermédiation, c’est qu’ils comptent eux aussi parmi les domestiques et sont en partie considérés comme des mineurs en droit51. L’intervention des portiers concerne exclusivement les offres d’emploi, tandis que les hommes issus de la justice et de l’administration se chargent très majoritairement du traitement des demandes.

  • 52 L’instance de l’intervention des procureurs (Châtelet, Parlement) est rarement précisée.
  • 53 Dolan 2012, p. 86, et Dolan 2013.
  • 54 Descimon 2005, p. 324-325.

28Parmi les auxiliaires de justice, ce sont les procureurs qui se taillent la part du lion52 : leur présence est multipliée par 2,5 pour passer de moins de 13 % à plus de 31 %, tandis que les avocats, notaires et surtout huissiers maintiennent respectivement leur position autour de 10 %. Nous assisterions ainsi à une véritable judiciarisation du placement, même si celui-ci représente sans aucun doute une occupation très ponctuelle pour les professions concernées. Ce mouvement est corroboré par l’absence notable de la police dite moderne : seulement quelques rares commissaires de police ont pu être repérés, tandis que les inspecteurs sont totalement absents. Représentant les particulier.es devant la justice, « à la fois les yeux, les oreilles et le bras de [leur] client »53, les procureurs jouent un rôle stratégique au sein de la procédure civile grâce à la maîtrise de ses ressorts techniques. Cette position fait manifestement d’eux des intermédiaires de choix ; une position, si l’on suit les observations de Robert Descimon au sujet des personnels du Châtelet, qui repose probablement aussi sur leur crédit économique et social en forte ascension au cours du XVIIIe siècle, que partagent les notaires, contrairement aux commissaires de police54. Comme les grandes maisons, où l’intermédiation de fait est probablement exercée par leurs personnels, voire les portiers y appartenant, les études de notaires et de procureurs emploient sans doute leurs commis et clercs aux échanges, oraux et écrits, générés par le placement. Majoritaires, les auxiliaires de justice – et leur boutique – accomplissent ainsi la tâche de police de garantir, et peut-être de vérifier, le crédit des personnels domestiques, mais ils y procèdent sous forme d’activité extrajudiciaire et privée, placée hors appareil de police pourtant également préoccupé par le contrôle du placement et des marchés du travail.

  • 55 La prudence est de mise au vu d’un échantillon réduit. Répartition des adresses dans les 20 quarti (...)
  • 56 Ils chutent de 14 % à 6 % (S-G-des-prés), de 13 % à 5 % (P-R).

29La multiplication des intermédiaires entraîne une multiplication des lieux de rencontre physiques ; s’organise ainsi un espace d’intermédiation qui n’est ni celui du bureau du journal, ni celui de la feuille, mais dessiné par l’implantation des intermédiaires. Un rapide relevé de leurs adresses par quartiers de police permet des observations, certes partielles et sujettes à caution d’autant que la distribution spatiale globale des métiers en question n’est pas connue. Le trait principal est la grande dispersion des adresses à partir de laquelle des tendances s’ébauchent55. Plus peuplée, la rive droite est clairement plus visible que la rive gauche, dans une proportion qui s’accentue au cours de la décennie 1780, passant de deux tiers à près de trois quarts. Si, malgré le poids des auxiliaires de justice, le quartier de la Cité, qui abrite le Palais, n’occupe qu’une place secondaire, les quartiers adjacents (Saint-André-des-Arts, Saint-Benoît situés rive droite) sont assez bien représentés. Sans surprise, les quartiers plus populaires, comme Les Halles ou les faubourgs Saint-Marcel (Place Maubert) et Saint-Antoine sont quasi absents. En revanche, on voit s’affirmer, en l’espace de quelques années, le quartier des affaires Saint-Eustache (passant de 8 % à 13 %) et de ses zones limitrophes, Montmartre, Saint-Denis, Saint-Martin et, dans une moindre mesure Sainte-Avoye, plus résidentiel ; ce mouvement s’opère en partie au détriment du quartier huppé et moins dense de Saint-Germain-des-prés, ainsi que de Palais-Royal, haut lieu de la sociabilité mondaine, et ses environs56.

  • 57 Dubost 1995, p. 242.

30En l’état, la répartition est difficile à interpréter, mais on peut imaginer quelques pistes. Afin de comprendre si la distribution spatiale est davantage induite par l’implantation des métiers de la justice ou par les lieux de séjour de ceux et celles en quête d’une place, un relevé des adresses des personnels de justice dans l’Almanach Royal pourrait s’avérer éclairant. Car pourquoi ces procureurs et ces notaires-là, alors qu’en 1788, il en officie 235 dans la capitale, qui compte par ailleurs 113 études notariales ? Dans le choix des annonceur.es, la proximité spatiale peut être un critère ; dès lors, la répartition des intermédiaires indiquerait en creux celle des demandeur.es de place. On pourrait également s’interroger sur un éventuel lien entre les adresses des intermédiaires et l’implantation des lieux d’accueil, puisqu’une partie importante des candidat.es se caractérise par leur mobilité ; parmi les voyageur.es étranger.es relevé.es par Jean-François Dubost, figurent 7 % de domestiques ainsi que de nombreux gentilshommes anglais modestes qui accompagnent des grands seigneurs de leurs pays57. L’Almanach parisien en faveur des étrangers (1772, 1779) rappelle de son côté qu’outre deux bureaux de placement, il y a

  • 58 Almanach parisien 1772, p. 95 ; Jèze 1759, p. 284, indique la même fonction pour le bureau de la r (...)

particulièrement dans les quartiers où sont les plus fameux Hôtels garnis, un certain nombre de Domestiques attachés au service des Etrangers. On les loue à tant par mois, & on leur donne leur nourriture en argent à tant par jour. Ainsi un Etranger qui veut en arrivant avoir un Domestique ou Laquais, n’a qu’à s’adresser à l’Hôtel chez lequel il est logé, & celui-ci lui en fait trouver bientôt plusieurs58.

  • 59 Chabaud – Milliot – Roy 2000, ainsi que Dubost 2000, p. 262-265.

31Si ces indications peuvent expliquer l’absence des teneurs d’hôtels parmi les intermédiaires des Affiches, elles suggèrent aussi que tous interviennent dans le même périmètre. Ainsi, les quartiers particulièrement sollicités par les annonceur.es comme par exemple Saint-Eustache, Saint-Denis ou encore Palais-Royal (qui est certes en recul) sont aussi des lieux qui se distinguent par leur grand nombre d’auberges et d’hôtels garnis, tandis que la quasi-absence de l’hôtellerie des quartiers des Halles ou de Saint-Opportune peut être mise en corrélation avec la faible présence d’adresses d’intermédiaires59. Enfin, la géographie de l’offre différant de celle de la demande, les employeur.es privilégient peut-être la proximité entre l’intermédiaire et leur propre lieu de résidence ; c’est ce que pourrait suggérer par exemple la forte présence du cossu quartier Saint-Germain-des-prés en 1781. Pour certain.es, l’entourage du bureau du journal lui-même semble attractif : le bureau qui, en 1788, se trouve rue neuve Saint-Augustin, quartier Montmartre, peut avoir mobilisé des intermédiaires résidant à proximité : quelques-unes des adresses, notamment pour l’offre, se situent en effet dans la même rue ou à peu de distance.

32Ces hypothèses, qui restent à corroborer, suggèrent surtout une rencontre d’au moins deux logiques spatiales, l’une induite par la géographie des métiers de la justice, l’autre par celle des groupes en quête d’une place, certes au profil de plus en plus hétérogène. En définitive, la disparité des adresses vient rappeler que des motivations fort variées pouvaient présider au choix de l’intermédiaire par les employeur.es et demandeur.es d’une place : proximité, interconnaissance, crédit des professions de la justice – ou bien au contraire, éloignement de son propre quartier de résidence afin de préserver une forme de distance vis-à-vis de l’instance de contrôle qu’incarne l’intermédiaire : derrière le format unifiant du nouvel outil d’intermédiation, les usages demeurent pluriels.

33L’annonce d’emploi publiée par la presse connaît, en France, un essor exponentiel durant la seconde moitié du XVIIIe siècle s’engageant dans un mouvement quantitatif et qualitatif qui fait de la forme brève à la syntaxe identifiable un gage de confiance. Les Affiches parisiennes, cas particulier, mettent en place un dispositif médiatique original susceptible de répondre aux exigences d’une mobilité croissante, régionale et internationale, autant qu’au souci de police dont font l’objet les groupes mobiles, et le monde domestique en particulier : cette intervention dans l’intermédiation dessine un segment socialement et culturellement spécifique des marchés du travail parisiens de la fin de l’Ancien Régime. En délégant systématiquement l’intermédiation pratique à des tiers, massivement issus du monde de la justice, les Affiches conçoivent au cœur de la monarchie, un lieu médiatique mobile qui engendre à travers « l’adresse » des intermédiaires un espace matériel mais dispersé dans la ville. Ces hommes et quelques femmes forment un réseau, appelé à assurer une action de mise en relation et de contrôle du placement. Par la dissémination de ces multiples actes de pouvoir dans le corps social, pour le dire avec les termes de Michel Foucault, l’intermédiation opérée par la presse relève au même titre des pratiques économiques que de techniques gouvernementales telles qu’elles sont élaborées au XVIIIe siècle, donnant lieu à une régulation aussi morale qu’économique des marchés de l’emploi. Ainsi, les Affiches participent activement des contradictions productives de leur temps : outil de communication et d’intermédiation emblématique des Lumières, elles façonnent l’espace économique au nom des hiérarchies sociales et culturelles de l’Ancien Régime. Un espace contraint que s’approprient cependant des hommes et, de plus en plus, des femmes en y inscrivant leurs propres projets de travail mais aussi leurs propres pratiques de placement – que les intermédiaires du journal savent promouvoir à leur profit comme le laisse entrevoir ce notaire en 1781 :

  • 60 Affiches, 30/1/1780, p. 238.

Il s’est présenté il y a environ 15 jours, chez M. le Boeuf Delebret, Not. rue des Prouvaires, une personne pour une place d’INTENDANT. Le jeune homme proposé ne peut accepter ; mais il a un de ses parens qui rempliroit les vues de la personne. C’est un homme marié, d’un âge mûr, qui a un peu de patrimoine & qui a déjà exercé. S’adr. aud. Notaire60.

Annexe – Qualités des intermédiaires (1781 et 1788)61

  • 61 Sondages effectués pour : 01-15/01/1781 et 01-15/07/1781 ; 01-15/01/1788 et 01-15/07/1788.
1 – Qualité des intermédiaires (1781) Offres Demandes Total Total %
Sans indication 8 7 15 12,8%
Titre nobiliaire (dont 2 femmes) 1 5 6 5,1%
Procureur 2 13 15 12,8%
Avocat 2 7 10 8,6%
Notaire 2 7 9 7,7%
Huissier 0 16 16 13,7%
Justice autre 1 2 3 2,5%
Administration, militaire 1 6 7 6%
Commerce 2 6 8 6,7%
Ecclésiastiques/couvents, éducation 1 3 4 3,4%
Portier 4 0 4 3,4%
Femme sans indication de métier 6 5 11 9,4%
Autre (dont santé) 1 8 9 7,7%
Total 31 86 117 100%


2 – Qualité des intermédiaires (1788) Offres Demandes Total Total %
Sans indication 13 8 21 13%
Titre nobiliaire (dont 1 femme) 2 2 4 2,4%
Procureur 3 48 51 31,3%
Avocat 1 16 17 10,5%
Notaire 1 9 10 6,1%
Huissier 0 22 22 13,5%
Justice autre 0 5 5 3,1%
Administration, militaire 1 10 11 6,8%
Commerce 2 0 2 1,2%
Ecclésiastiques/couvents, éducation 1 10 11 6,7%
Portier 4 0 4 2,4%
Femme sans indication de métier 1 0 1 0,6%
Autre (dont santé) 1 3 4 2,4%
Total 30 133 163 100%
Haut de page

Bibliographie

Almanach parisien 1772 = Almanach parisien, En faveur des Etrangers ; Contenant par ordre alphabétique l’indication de tout ce qui est nécessaire & utile à sçavoir pour un Etranger […], à Paris, chez la veuve Duchesne, s.d. [1772].

Cerino 1990 = M. Cerino, Annonces, affiches et avis divers (1751-1778), mémoire de diplôme, Univ. Paris II, 1990.

Chabaud – Milliot – Roy 2000 = G. Chabaud, V. Milliot, J.-M. Roy, La géographie parisienne de l’accueil, dans D. Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin XVIIe-début XIXe siècle), Paris, 2000, p. 109-171.

Denis 2008 = V. Denis, Une histoire de l’identité. France, 1715-1815, Seyssel, 2008.

Denis – Milliot 2004 = V. Denis, V. Milliot, Police et identification dans la France des Lumières, dans Genèses, 54, 1, 2004, p. 4-27.

Descimon 2004 = R. Descimon, Les notaires de Paris du XVIe au XVIIIe siècle : office, profession, archives, dans M. Cassan (dir.), Offices et officiers « moyens » en France à l’époque moderne, Limoges, 2004, p. 15-42.

Descimon 2005 = R. Descimon, Les auxiliaires de justice du Châtelet de Paris : aperçus sur l’économie du monde des offices ministériels (XVIIe-XVIIIe siècle), dans C. Dolan (dir.), Entre justice et justiciables : les auxiliaires de la justice du Moyen Âge au XXe  siècle, Québec, 2005, p. 301-325.

Dolan 2012 = C. Dolan, Les procureurs du Midi sous l’Ancien Régime, Rennes, 2012.

Dolan 2013 = C. Dolan, Délibérer à Toulouse au XVIIIe siècle. Les procureurs au parlement, Paris, 2013.

Dubost 2000 = J.-F. Dubost, Les étrangers à Paris au siècle des Lumières, dans D. Roche (dir.), La ville promise. Mobilité et accueil à Paris (fin XVIIe-début XIXe siècle), Paris, 2000, p. 220-288.

Fairchilds 1984 = C. Fairchilds, Domestic enemies. Servants and their masters in Old Regime France, Baltimore, 1984.

Fauve-Chamoux 1997 = A. Fauve-Chamoux, Pour une histoire européenne du service domestique à l’époque pré-industrielle, dans A. Fauve-Chamoux, L. Fialová (dir.), Le phénomène de la domesticité en Europe, XVIe-XXe siècle, Prague, Acta démographica, 13, 1997, p. 57-73.

Feyel 2000 = G. Feyel, L’annonce et la nouvelle. La presse d’information en France sous l’Ancien Régime (1631-1788), Oxford, 2000.

Frevert 2010 = U. Frevert, Trust as work, dans J. Kocka (dir.), Work in a modern society. The German historical experience in comparative perspective, New York, 2010, p. 93-108.

Fréminville 1778 = E. de la Poix de Fréminville, Dictionnaire ou Traité de la police générale des villes, bourgs, paroisses, et seigneuries de la campagne…, nlle éd. & corrigée par lui-même, à Paris, chez les associés au privilège des ouvrages de l’auteur, 1778.

Granderoute [en ligne] = R. Granderoute, Jean-Louis Aubert (1731-1814), dans J. Sgard (dir.), Dictionnaire des journalistes (1600-1789), [en ligne], consulté le 5 juillet 2016, URL : http://dictionnaire-journalistes.gazettes18e.fr/journaliste/022-jean-louis-aubert

Gutton 1981 = J.-P. Gutton, Domestiques et serviteurs dans la France de l’Ancien Régime, Paris, 1981.

Hanne 2007 = G. Hanne, L’enregistrement des occupations à l’épreuve du genre (Toulouse 1770-1820), dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54, 1, 2007, p. 69-97.

Hoerder – van Nederveen Meerkerk – Neunsinger 2015 = D. Hoerder, E. van Nederveen Meerkerk, S. Neunsinger (dir.), Towards a global history of domestic and caregiving workers, Leyde-Boston, 2015.

Hurtaut – Magny 1779 = P.-T. Hurtaut, P. Magny, Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs, à Paris, chez Moutard, 1779, vol. 1, p. 701.

Iser 1972 = W. Iser, Der implizite Leser. Kommunikationsformen im Roman von Bunyan bis Beckett, Munich, 1972.

Jèze 1759 = [Jèze,] Tableau de Paris, pour l’année 1759, formé d’après les antiquités, l’histoire, la description de cette ville, &c., à Paris, chez C. Hérissant, 1764.

Krajewski 2010 = M. Krajewski, Der Diener. Mediengeschichte einer Figur zwischen König und Klient, Francfort-sur-le-Main, 2010.

Krampl à paraître 2017 = U. Krampl, Domestiques voyageurs. Service, médiation linguistique et voyage en France à la fin de l’Ancien Régime, dans A. Burkardt (dir.), Médiateurs et instances de médiation dans l’histoire du voyage, Limoges, à paraître 2017.

Kühn 2012 = S. Kühn, Die Gräfin, die Gouvernante und der König. Perspektiven auf Dienstleute als Boten in einem aristokratischen Haushalt des 18. Jahrhunderts, dans Historische Anthropologie, 20, 1, 2012, p. 58-75.

Margairaz – Minard 2008 = D. Margairaz, P. Minard (dir.), L’information économique, XVIe-XIXe siècle, Paris, 2008.

Maza 1983 = S. Maza, Servants and masters in eighteenth-century France. The uses of loyalty, Princeton, 1983.

Pasleau 2002 = S. Pasleau, Les annonces d’emploi à Liège en 1866. Un segment du marché du travail, dans Cahier des Annales de Démographie historique, 3, 2002, p. 521-544.

Sarti 2005 = R. Sarti, Who are Servants ? Defining domestic service in western Europe (16th-21st centuries), dans S. Pasleau, I. Schopp (dir.), Proceedings of the « Servant Project », 5 vol., vol. 2, Liège, 2005, p. 3-59.

Schapira 2006 = N. Schapira, Les secrétaires particuliers sous l’Ancien Régime : les usages d’une dépendance, dans Les Cahiers du CRH, 40, 2007, Dépendance(s), p. 111-125.

Stewart [en ligne] = Ph. Stewart, Affiches de Paris 3 (1751-1811), dans J. Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux (1600-1789, [en ligne] consulté le 5 juillet 2016, URL : http://dictionnaire-journaux.gazettes18e.fr/journal/0049-affiches-de-paris-3

Tantner 2015 = A. Tantner, Die ersten Suchmaschinen. Adressbüros, Fragämter, Intelligenz-Comptoirs, Berlin, 2015 (traduction à paraître aux Editions de la MSH, 2017).

Tantner 2016 = A. Tantner, Zwischen „policie“ und „strengster Verschwiegenheit“. Europäische Adressbüros der Frühen Neuzeit im Spannungsfeld obrigkeitlicher und privater Interessen, dans Geschichte und Gesellschaft, 42, 1, 2016, p. 34-59.

Trivellato 2007 = F. Trivellato, Merchants’ letters across geographical and social boundaries, dans F. Bethencourt, F. Egmond (dir.), Correspondence and cultural exchange in Europe, 1400-1700, Cambridge, 2007, p. 80-103.

Turnovsky 2007 = G. Turnovsky, « Vivre de sa plume ». Réflexions sur un topos de l’auctorialité moderne, dans Revue de synthèse, 128, 1, 2007, p. 51-70.

Haut de page

Notes

1 Fauve-Chamoux 1997. Je remercie Anton Tantner et les responsables du dossier de leurs remarques ainsi que Nicolas Lyon-Caen pour ses conseils.

2 Fairchilds 1984 ; Maza 1983 ; Gutton 1981.

3 , parmi ses travaux, Schapira 2006, et Kühn 2012.

4 Sarti 2005 et Hoerder – van Nederveen Meerkerk – Neunsinger 2015.

5 Krajewski 2010.

6 Frevert 2010.

7 Margairaz – Minard 2008.

8 Gutton 1981, chap. IV.

9 Gutton 1981, p. 161-165, qui cite le projet de l’avocat Raoul Spifame (1500-1563).

10 L’expression, d’un anachronisme productif, est de Tantner 2015, et Tantner 2016.

11 Archives nationales, minutier central (désormais AN, MC), Étude XVII, 952.

12 Jèze 1764, p. 284.

13 Des éléments historiques dans Hurtaut – Magny 1779, vol. 1, p. 701, ainsi que les annonces dans la presse contemporaine pour Gondeville et Rapin ; le Bureau général d’indication et d’avis (1763), lointain héritier de Renaudot, propose des personnels qualifiés (gouverneurs, intendants, etc.).

14 Voir, pour la France, Feyel 2000.

15 L’abbé Jean-Louis Aubert (1731-1814), secondé de collaborateurs peu connus, Stewart [en ligne].

16 Feyel 2000, p. 936.

17 Iser 1972.

18 Un journalier pouvait gagner autour de 1000 livres par an ; le prix passe à 30 et 37 livres dans les années 1780.

19 1769 : 1116 p. ; 1779 : 2920 p. ; 1785 : 3480 p. ; 1788 : 3650 p. 1763 (suppléments, qui se multiplient à partir de 1776), et fin 1778 (format quotidien) constituent les paliers significatifs ; Feyel 2000, p. 952 sq.

20 Elle passe de 3,4 % en 1758 à 6,4 % en 1768, puis à 13,2 % en 1778, Feyel, p. 945.

21 Selon Cerino 1999, cité par Feyel 2000, p. 945 : 1758 (aucune annonce) ; 1768 (14 offres, 1 demande) ; 1778 (610 demandes, 189 offres).

22 Trivellato 2007, p. 84.

23 Feyel 2000, p. 605.

24 Affiches, 13/8/1778, p. 1212.

25 Affiches, 17/2/1777, p. 222.

26 Selon Jèze 1764, p. 284, le bureau de la rue des Prouvaires demande 30 sols aux employeur.es.

27 Affiches, 30/10/1788, p. 3009.

28 BNF ms. frç. 18600, f. 461-487 [imprimé], Théophraste Renaudot, Le renouvellement des bureaux d’adresse, a ce nouvel an M. DC. XLVII. […], Paris, Du Bureau d’Adresse, 1647, p. 39-40. Je remercie A. Tantner d’avoir mis à ma disposition la documentation concernant Renaudot.

29 Krampl à paraître 2017.

30 Pour comparaison, à Liège au milieu du XIXe siècle, l’offre domine clairement grâce, selon Pasleau 2002, p. 529, à une conjoncture favorable à l’emploi, un besoin croissant de services dans la petite et moyenne bourgeoisie et des spécificités démographiques.

31 Selon Expilly, les femmes étaient plus nombreuses que les hommes parmi la domesticité parisienne dès 1764. En analogie avec la situation à Toulouse (64 % en 1770) ou Lyon (près de 80 % à la fin de l’Ancien Régime), on peut avancer que la féminisation du secteur progresse aussi à Paris ; Hanne 2007.

32 Dont : effets à vendre suite à un décès pour lesquels le lieu est indiqué.

33 Affiches, 14/5/1780, p. 1110.

34 Voir à titre d’exemple les Affiches de Toulouse et du Haut-Languedoc, du 02/01/1788, p. 3, où un particulier cherchant un domestique donne son adresse personnelle, tandis qu’un autre renvoie au Bureau des Affiches ; le 09/01/1788, p. 10, un domestique donne l’adresse d’un intermédiaire.

35 Affiches, 11/12/1783, p. 2952.

36 Turnovsky 2007.

37 Affiches, 21/8/1781, p. 1946.

38 Feyel 2000, p. 648 sq. ; voir aussi Granderoute [en ligne].

39 Affiches, 19/10/1752, p. 654.

40 Affiches, 06/02/1758, « Avertissement ».

41 Affiches, 01/01/1784, p. 1.

42 Journal économique, 12/1771, p. 345, bureau du sieur Gondeville.

43 Ainsi le « Bureau de confiance et de sûreté » rue du Four Saint-Honoré du sieur Rapin, Affiches, 22/11/1785, p. 3109.

44 Denis – Milliot 2004.

45 Gutton 1981, chap. IV et Fréminville 1778, vol. 1, « Domestiques », p. 257-26.

46 AN, MC, Étude XXXIX (Gibert), 609, l’inventaire après décès de Gondeville, 07/12/1787 ; bureau situé Cul-de-sac du Cocq-Saint-Honoré, puis rue Montmartre et enfin rue Tiquetonne.

47 Denis 2008.

48 Dolan 2012, p. 62 : par voisinage, par origine géographique commune.

49 Descimon 2004 et Descimon 2005.

50 Certains intermédiaires se spécialisent : l’avocat et secrétaire-interprète du roi pour l’allemand Vogt le jeune privilégie le placement d’hommes et de femmes connaissant la langue allemande.

51 Gutton 1981, p. 146 sq.

52 L’instance de l’intervention des procureurs (Châtelet, Parlement) est rarement précisée.

53 Dolan 2012, p. 86, et Dolan 2013.

54 Descimon 2005, p. 324-325.

55 La prudence est de mise au vu d’un échantillon réduit. Répartition des adresses dans les 20 quartiers de police (première quinzaine de janvier et de juillet), en 1781 : 0 % (3 quartiers) ; 1-5 % (9 quartiers) ; 6-10 % (6 quartiers) ; plus de 10 % (Palais-Royal 13 % ; Saint-Germain-des-prés 14 %) ; en 1788 : 1-5 % (12 quartiers) ; 6-10 % (6 quartiers, dont Saint-Martin 9 %) ; plus de 10 % (Saint-Eustache 13 %, Saint-Denis 11 %).

56 Ils chutent de 14 % à 6 % (S-G-des-prés), de 13 % à 5 % (P-R).

57 Dubost 1995, p. 242.

58 Almanach parisien 1772, p. 95 ; Jèze 1759, p. 284, indique la même fonction pour le bureau de la rue des Prouvaires.

59 Chabaud – Milliot – Roy 2000, ainsi que Dubost 2000, p. 262-265.

60 Affiches, 30/1/1780, p. 238.

61 Sondages effectués pour : 01-15/01/1781 et 01-15/07/1781 ; 01-15/01/1788 et 01-15/07/1788.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Ulrike Krampl, « « S’adresser à M. le Clerc, Huissier, rue S. Honoré... » (1780) ou les intermédiaires de l’intermédiaire. Presse d’annonces et emploi domestique à Paris à la fin de l’Ancien Régime », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 29 septembre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/3357 ; DOI : 10.4000/mefrim.3357

Haut de page

Auteur

Ulrike Krampl

Université François-Rabelais, Tours (CeTHiS), ulrike.krampl@univ-tours.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org