Navigation – Plan du site
Mythe, Histoire, Croisade. Autour d’Alphonse Dupront

Alphonse Dupront et Charles Péguy

Marc Venard

Résumés

On ne peut se contenter d'assurer qu'Alphonse Dupront fut un grand lecteur de Péguy. Toute l'oeuvre de l'historien est tellement imprégnée de celle de l'éditeur des Cahiers de la Quinzaine, qu'il faut en mesurer la portée et la signification littéraire, intellectuelle et humaine. Si l'écriture de Dupront est le fruit de sa rencontre avec son maître Alain, elle doit certainement beaucoup également à la fréquentation de Péguy. Comment ne pas remarquer les profondes correspondances dans le regard jeté sur les liens entre passé et présent à travers des objets comme l'histoire de France, étendue pour Dupront à l'Europe, le pèlerinage, la croisade. Enfin, et surtout, l'auteur de Notre jeunesse fut, pour l'historien, un maître d'existence

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Notes de l’auteur

Cette contribution au colloque « Mythe, Histoire, Croisade. En lisant Alphonse Dupront », tenu à Paris les 29 et 30 mars 2001, a d’abord été publiée dans le bulletin L’Amitié Charles Péguy, n° 95, 2001, p.416-429. Je remercie la responsable de cette publication d’en avoir autorisé la reproduction.

Texte intégral

  • 1 Revue d’Histoire de l’Église de France, 85, 1999, p. 112.

1Dans Le Mythe de Croisade, « de tous les auteurs contemporains, Péguy est le plus souvent cité. Et surtout, il est cité dans les moments décisifs de l’analyse. Qui, parmi les élèves de Dupront, soupçonnait l’influence exercée sur lui par l’éditeur des Cahiers de la Quinzaine ? Le Péguy de Dupront, ne croyons pas que ce soit l’auteur nationaliste qui voit dans la croisade l’expression la plus pure des vertus françaises : ce serait oublier que la chrétienté selon Dupront ne se limite pas à la France chrétienne. Dans Péguy se décèle la trace de Michelet, dont les intuitions inspirent aussi Dupront. Mais il faut aller plus profond, dans les correspondances qui s’établissent entre le poète du sacré charnel et de la boue des chemins qui mènent à Dieu, (et) l’historien des pulsions collectives en attente du royaume de Dieu »1.

2Vous voudrez bien me pardonner de me citer moi-même. Mais je pense qu’en écrivant ces lignes, j’avais visé assez juste, puisque je les avais précédées d’une citation de Péguy insérée par Alphonse Dupront dans Le Mythe de Croisade, que Dominique Julia, de son côté et sans que nous nous soyons donné le mot, a mise en épigraphe de sa recension du même ouvrage :

  • 2 D. Julia, Une marche à la transfiguration. À propos du Mythe de Croisade d’Alphonse Dupront, dans R (...)

Et ils étaient partis pour la délivrance du Saint Sépulcre.
Et ils ne trouvèrent
Que le royaume de Dieu et la vie éternelle2.

3Ce sont donc ces impressions que je voudrais développer et confirmer, « en lisant » le Mythe de Croisade, mais aussi en utilisant les divers autres indices qui témoignent de l’influence exercée par Péguy sur la pensée et l’œuvre d’Alphonse Dupront, comme sur ses engagements humains. Ces indices, je les dois à Dominique Julia, déjà nommé, mais aussi à Robert Sauzet et à Madame Monique Dupront, que je ne saurais assez remercier du concours qu’ils m’ont apporté et des idées qu’ils m’ont suggérées. Sous mon nom, c’est donc à une reconnaissance collective et, je l’espère, fidèle, que je souhaite procéder, de la filiation spirituelle qui unit ces deux fortes personnalités du XXe siècle, sans pour autant méconnaître les caractères par quoi ils se distinguent.

Péguy dans le Mythe de Croisade

  • 3 C. Péguy, Le Mystère des saints Innocents, dans Œuvres poétiques, p. 381. Dupront cite presque touj (...)

4Péguy surgit aux moments décisifs de l’œuvre. D’abord au chapitre VIII, intitulé Croisade et chevalerie. « Fils des croisés » et service inutile (p. 748-754) : « Dernière étape de l’évolution du lien croisade et chevalerie, écrit Dupront, celle d’aujourd’hui ». Celui qui la représente le mieux c’est le Péguy des Mystères. « De l’un à l’autre mystère, Mystère de la charité de Jeanne d’Arc et Mystère des saints Innocents, Péguy semble avoir libéré une conscience entière de la Chrétienté et de la Croisade. » La croisade de l’honneur chrétien devant les infidèles de toute sorte : « Il y aura toujours la croisade »3.

  • 4 C. Péguy, Note conjointe sur M. Descartes et la philosophie cartésienne, dans Œuvres en prose II, p (...)
  • 5 C. Péguy, Un nouveau théologien, Monsieur Laudet, dans Œuvres en prose II, p. 910.

5Pour Péguy, la vie est croisade. Celle-ci est avant tout un combat pour l’honneur, l’honneur de chrétienté, le combat de Saint Louis et de Jeanne d’Arc, guerre juste, plutôt que guerre sainte ; guerre pour l’honneur et non pas pour la domination ; guerre de chevalerie, car « dans le système chevaleresque, il s’agit de mesurer des valeurs »4. Contre les critiques « bien-pensantes » de Fernand Laudet, Péguy rappelle que tout chrétien est un miles Christ i5.

  • 6 C. Péguy, L’Argent suite, dans Œuvres en prose II, p. 1208. Ici, je rectifie la référence donnée da (...)

6Deuxième grand moment : au terme du chapitre X intitulé Vie de la croisade aux temps modernes. Rêves et épique. Apparaît alors Péguy (p. 973-976), « Témoin une autre fois, et d’une grandeur mâle ». Le Péguy défenseur des Arméniens, dans les tout premiers Cahiers. Mais aussi le Péguy pourfendeur de toutes les bassesses et de toutes les médiocrités. Réveil de l’épique de la guerre sainte (« La guerre sainte est partout »), pour laquelle les Français ont vocation providentielle : « La France a deux vocations dans le monde [...] elle a à pourvoir à deux tâches, et à deux fidélités, à sa vocation de chrétienté, et à sa vocation de liberté »6. Et le chapitre s’achève sur la grande perspective du retour de chrétienté annoncé dans Clio.

  • 7 C. Péguy, op. cit. n. 3, p. 435.
  • 8 C. Péguy, Ève, dans Œuvres poétiques, p. 813.

7Troisième moment, dans le chapitre XVIII intitulé Signification de la croisade, le dernier avant la conclusion. Péguy fournit à Dupront quelques clés : par exemple, la place tenue par l’Égypte entre l’Orient et l’Occident, et plus profondément dans l’histoire du Salut (p. 1540)7 ; le lien entre le temporel et l’éternel (p. 1605)8 ; et la croisade comme un aller dont l’arrivée ne nous appartient pas. Ce qui culmine dans ces vers du Mystère des saints Innocents, que je citais en commençant (p. 1631).

8Enfin, dans la conclusion, Péguy est encore invoqué deux fois. Il représente, aux yeux de Dupront, une des expressions modernes du mythe de croisade (en parallèle avec les traditionalismes nationalistes, la mystique socialiste et les totalitarismes) : « la conscience poétique de la chrétienté en marche » (p. 1673) ; et il témoigne qu’il n’y a qu’une seule croisade, toujours à refaire (p. 1679).

9Toutefois, la place de Péguy dans Le Mythe de croisade ne se mesure pas seulement au nombre des citations et à l’usage qui en est fait. Elle éclate dans la manière dont notre auteur amène ces citations, pas seulement avec révérence ou admiration, mais avec une véritable ferveur.

10« Dans la liaison la plus fraîchement créatrice entre le passé et le présent, Péguy » (p. 748) ; « Toute cette piétaille grandiose que suscitent la ferveur épique de Péguy et la flamme de son imaginaire » (p. 750) ; « L’accomplissement de Péguy même, croisé de toujours du salut commun, pétri, d’une grâce singulière, de cette élection épique, accordée aux Français » (p. 752) ; « Admirable probité qui nettoie corps et âme, jusqu’à un style d’unité :  demander la victoire et n’avoir pas envie de se battre, je trouve que c’est mal élevé » (p. 753). Encore quelques lignes plus loin : « Voici un autre trait de lumière ». Et enfin : « C’est l’enseignement de Péguy, et qui ne s’épuise pas » (p. 754).

11Sautons dans ce que j’ai appelé le deuxième moment. Celui où nous retrouvons Charles Péguy, « témoin, une autre fois, et d’une grandeur mâle et simple » (p. 973).

12Péguy porteur de l’épique de croisade : « Dire qu’il est croisé, qu’il appelle à la croisade, serait le trahir d’une image : il a atteint le sens même de la croisade, au-delà du temps, dans la double exigence de l’engagement total et d’une création qui soit incarnation, c’est-à-dire chair et âme ensemble, temporel et spirituel intimement unis » (p. 974). (Chrétienté et liberté), « c’est la religion de Péguy, celle du moins de son écriture inspirée, et pour nous si étrangement prophétique » (p. 976).

13Et voici encore, au seuil d’une analyse de l’esprit de croisade dans les drames du XXe siècle : « Inlassablement découvreur des profondeurs » (p. 1184) Péguy, « pour nous si proche, scrutateur révèrent du mystère » (p. 1372). Il est le guide : « D’une de ces intuitions où Péguy découvre tant de réalités que nous avons mis, après lui, si longtemps à recevoir » (p. 1513). « Ce qu’a senti, en une élection d’être, Péguy » (p. 1540) ; « Mystère de l’immanence totale, où Péguy peut être encore une fois notre guide » (p. 1605).

14Au moment de conclure : (Tout le paradoxe de la croisade) « le poète (Péguy) l’a livré, avec autant de sûreté métaphysique que d’humilité forte » (p. 1631).

15Que Le Mythe de croisade soit ainsi tout rempli, et comme brûlant de l’œuvre de Péguy n’est évidemment pas le fruit d’une rencontre superficielle. Madame Dupront a retrouvé dans les papiers de l’historien des dizaines de fiches où, de son écriture serrée, Alphonse Dupront a recopié des pages entières de Péguy en indiquant, en haut à gauche, dans quel chapitre il comptait les utiliser.

16Ainsi par exemple, sous l’indication « Croisade. Vie XXe siècle », sont recopiées plusieurs pages du Cahier : Un nouveau théologien : Monsieur Laudet, dont Dupront retiendra la longue citation qui figure p. 760 du Mythe. Cependant certains passages que le copieur avait soulignés d’un double trait en marge n’ont pas été retenus dans ce passage, ni même dans la thèse. Mais nous verrons plus loin que le lecteur ne les a pas oubliés.

17Sur d’autres fiches, classées « Croisade. Mythe. XIXe-XXe siècle. Péguy », ont été copiés de longs passages de L’Argent suite, dont celui qui fournira la citation sur la double vocation de la France. À un autre, sur la République « qui était l’objet d’une mystique », Dupront avait assigné sa place en notant, en tête de sa fiche « Au cœur des liaisons possibles, cette définition ».

18Voici encore une autre fiche, intitulée « Croisade. Connaissance. Élections françaises. Péguy ». À la différence des précédentes, on y trouve réunis plusieurs passages du Mystère des saints Innocents, dont certains jalonneront le Mythe de croisade, suivis d’une citation tirée de la Note conjointe sur M. Descartes qui, elle, ne figurera pas dans la thèse mais bien dans les pages de La France et les Français dont nous parlerons plus loin. Et que dire de cette fiche intitulée « Croisade. Contemporain. Péguy », où l’on trouve mis bout à bout quelques lignes de Notre jeunesse, puis une page de Victor-Marie comte Hugo, et enfin deux passages du Mystère de la charité de Jeanne d’Arc. Cette pratique des fiches portant des textes tirés de diverses œuvres témoigne d’un stade d’élaboration plus poussé, qui implique qu’il ne s’agit pas d’une première lecture. Quand Dupront se met à puiser dans les œuvres de Péguy des matériaux pour alimenter sa thèse, il y a déjà longtemps qu’il en est imprégné.

Dupront lecteur de Péguy

19Quand Alphonse Dupront entre à l’École Normale Supérieure, en 1925, il y a déjà onze ans que Péguy repose sur le champ de bataille de Villeroy. Il est devenu le grand ancien héroïque, dont on a entrepris, depuis 1916, de rééditer les Cahiers en œuvres complètes. Dans sa curiosité fouineuse, Dominique Julia est allé consulter le registre de prêts de la bibliothèque de l’École ; et il a pu me dire que l’élève Dupront avait emprunté, le 30 avril 1926, les tomes I et II des Œuvres complètes de Péguy, qui étaient alors en cours d’édition ; et qu’il les a rendues le 5 juillet suivant. On dira qu’il n’a donc pas jugé bon de les acheter. Je dirai que cela prouve qu’il les a lues, mieux sans doute que s’il les avait possédées.

20Et qu’a-t-il tiré de cette lecture ?

21Rien, apparemment, dans les premières années de sa carrière et de ses travaux universitaires. À Rome, où Dupront se plonge dans le monde de la Contre-réforme et du Baroque, Péguy semble bien oublié. Mais il ne s’agit là, selon un mot cher à notre auteur, que de « latence », avant un réveil qui se produira, peut-être, sous le coup du drame de 1940. Car de la croisade au pèlerinage, en passant par l’idée de patrie, toute la pensée et l’œuvre de Dupront vont porter la marque ineffaçable de Péguy.

Le sentiment national

  • 9 M. François (dir.), La France et les Français, dans Encyclopédie de la Pléiade n. 32, Paris, 1972, (...)

22Nous ne reviendrons pas sur le Mythe de croisade, composé dans les années 1945-1955, dont l’inspiration même semble avoir été donnée par Péguy. Et nous sauterons au très beau texte que Dupront a donné, dans le recueil intitulé La France et les Français publié en 1972, sous le titre « Du sentiment national »9.

23Ici, les choses sont claires. Cinq ouvrages de Péguy, et non des moindres, sont cités parmi les sources, pris dans l’édition des Œuvres en prose et des Œuvres poétiques de la Pléiade. Les croisades et Jeanne d’Arc figurent en bonne place dans la conscience historique des Français (p. 1443 et 1445). Mais surtout Péguy apparaît comme le représentant le plus authentique du patriotisme français. Il est « le plus héroïque dans la vie et dans la mort, le plus sensible aussi à la poétique d’être Français. Jusqu’à nous en donner aujourd’hui encore les voix et les devoirs ». (p. 1450) Et Dupront de citer les vertus que Dieu, par la bouche de Péguy, reconnaît aux Français : peuple inventeur de la cathédrale, peuple inventeur de la croisade, peuple jardinier... Si cette exaltation peut paraître excessive, Dupront remarque aussitôt qu’« il n’y a rien d’agressif dans le patriotisme lumineux de Péguy ».

24Plus loin, il rapproche la France de Péguy de celle de Michelet. Pour l’un comme pour l’autre, la France est une personne, et une personne qui a une vocation universelle. Mais plus complètement que Michelet, pour qui la France ne naissait vraiment qu’avec et par la Révolution, Péguy a su réunir dans une même vision la France royale et chrétienne et la France révolutionnaire et laïque, le royaume et la république. La France de Péguy, note Dupront, « est, dans le temps et dans l’éternel, présence totale ». D’où sa double vocation de fille aînée de l’Église et de patronne de la liberté dans le monde. Robert Sauzet a vu parfaitement juste, quand il m’écrit : « l’auteur de la Présentation de la Beauce à Notre-Dame de Chartres est l’épine dorsale de (ce) chapitre de Dupront » (lettre du 7 septembre 1999).

  • 10 Cité par J. Guyot, Alphonse Dupront l’Européen, dans Cahiers Alphonse Dupront, 1 (1992), p. 18.

25Toutefois, de Péguy à Dupront, un demi-siècle s’est écoulé. « Notre Patrie », pour Péguy, en 1905, c’était la France, toute tendue vers la Revanche. Pour Dupront, en 1963, « l’Europe est en train de devenir une manière de patrie »10. Et l’on sait avec quelle ardeur il va militer pour qu’elle le devienne toujours davantage. Dupront a plusieurs fois relevé combien l’espace géographique parcouru par Péguy était limité, entre Loire et Seine. Péguy est un Français qui n’est jamais sorti de l’Île-de-France. Dupront est un Européen qui a séjourné en Italie et en Roumanie, et qui a visité la plupart des pays de notre continent. La chrétienté de Péguy est devenue l’Europe de Dupront. La capitale de Péguy, c’est Paris, le Paris de sainte Geneviève et de Victor Hugo, « Paris, ville de pierre, peuple de monuments, peuple de mémoires, peuple d’anciennes actions, Paris, capitale du monde, ville capitale, tout un âge que l’on croyait révolu » (Notre Patrie, p. 56). Pour Dupront, sa capitale, celle qui lui a donné sa conscience d’Européen, c’est Rome :

  • 11 Rome, Ville éternelle, dans Cahiers Alphonse Dupront, 4, 1995, p. 10-11.

Capitale de l’Empire antique et capable de la catholicité moderne d’autre part, la même ville est le lieu élu de la synthèse. Par elle, et par elle seulement, paganisme et christianisme se trouvent unis dans la plénitude du baptême chrétien : c’est un achèvement des temps, une consécration de l’histoire, donc la présence de l’éternel11.

26Du patriotisme français de Péguy à la conscience européenne de Dupront, ce n’est pas un désaveu, mais un accomplissement.

Le pèlerinage

27Alphonse Dupront a écrit que c’était Paul Alphandéry qui lui avait fait découvrir le « chemin pèlerin ». L’affirmation est surprenante, de la part d’un lecteur assidu de Péguy. Ou alors faut-il penser – mais il me semble que Dupront l’aurait dit – que c’est Alphandéry qui, rue d’Ulm, a conduit Dupront à lire Péguy ?

28En tout cas, qui lit Du Sacré ne peut pas ne pas reconnaître l’écho des accents du pèlerin de Chartres. Ceci, par exemple :

  • 12 A. Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages. Paris, 1987, p. 47.

Qu’attendre (...) de ceux qui demandent de prier pour eux à Compostelle, et d’autres, pèlerins des longs chemins, silencieux de leurs exploits, comme il en part sans cesse pour mettre leurs pas, leur assouvissement d’espace et leur foi dans les traces de ceux qui, au long des siècles, ont fait le « voyage »12 ?

29N’y entendez-vous pas l’écho de ces vers de Péguy :

  • 13 C. Péguy, Présentation de la Beauce à Notre Dame de Chartres, dans Œuvres poétiques, p. 677.

Vous nous voyez marcher, nous sommes la piétaille.
Nous n’avançons jamais que d’un pas à la fois.
Mais vingt siècles de peuple et vingt siècles de rois [...]
Ont appris ce que c’est que d’être familiers,
Et comme on peut marcher, les pieds dans ses souliers,
Vers un dernier carré le soir d’une bataille13.

30Ou encore, de Dupront :

  • 14 A. Dupront, Du Sacré... cit., p. 48.

La marche est l’engagement [...] Le pèlerinage est marche à l’« ailleurs » [...] Marcher dans l’engagement du corps entier n’est-il pas toujours élévation et sublimation14 ?

31Revenons à Péguy :

  • 15 C. Péguy, Présentation de la Beauce… cit., p. 676.

Vous nous voyez marcher sur cette route droite ;
Tout poudreux, tout crotté, la pluie entre les dents.
Sur ce large éventail ouvert à tous les vents
La route nationale est notre porte étroite15.

  • 16 A. Dupront, Du Sacré... cit., p. 49.

32Enfin l’exaltation finale, quand apparaît à l’horizon le sanctuaire vers quoi marche le pèlerin. Dupront l’évoque sur l’exemple de la Madeleine de Vézelay16. Mais pouvait-il oublier l’apparition de la cathédrale de Chartres au regard de Péguy ?

  • 17 C. Péguy, Ibid., p. 682.

Mais vous apparaissez, reine mystérieuse.
Cette pointe là-bas dans le moutonnement
Des moissons et des bois et dans le flottement
De l’extrême horizon, ce n’est point une yeuse
Ni le profil connu d’un arbre interchangeable.
C’est déjà plus distante, et plus basse, et plus haute,
Ferme comme un espoir sur la dernière côte,
Sur le dernier coteau, la flèche inimitable17.

33Ainsi le vécu de Péguy pèlerin, transfiguré en poèmes, n’a pas cessé, me semble-t-il, d’inspirer les analyses anthropologiques de Dupront sur le pèlerinage. Mais c’est encore trop peu dire : j’ose penser que c’est Péguy qui a appris à Dupront que le sacré est à la rencontre du spirituel et du charnel, et que le spirituel et le temporel ne sauraient être séparés :

  • 18 C. Péguy, Victor-Marie, comte Hugo, dans Œuvres en prose II, p. 729.

Cette (toute) mystérieuse insertion de l’éternel dans le temporel, du spirituel dans le charnel, qui est le gond, qui est le cardinal, qui est [...] l’articulation de toute créature, (de toute créature humaine, matérielle, de toute créature de ce monde)18.

Péguy pour Dupront : un modèle d’être

  • 19 J. Mesnard, Mystère et charisme d’Alphonse Dupront, dans Cahiers Alphonse Dupront, 2 (1993), p. 12.
  • 20 C. Péguy, Victor-Marie, comte... cit., p. 681-682.

34Il est tentant de rapprocher l’enfance gasconne d’Alphonse Dupront de l’enfance orléanaise de Charles Péguy. « Issu d’une famille très modeste, a écrit Jean Mesnard, il eut l’enfance d’un provincial à demi campagnard. Il connut la langue des simples, le patois du pays. Il revenait fréquemment dans sa Gascogne natale, où il retrouvait comme sa profondeur »19. Comment ne pas penser à Péguy, retrouvant tout naturellement le parler des gens de Chécy et de Saint-Jean-de-Braye20 ? Cette entrée de plain-pied dans la conversation populaire, Dupront saura l’utiliser à merveille dans ses enquêtes sur les pèlerinages.

  • 21 A. Dupront, Du Sacré... cité n. 12, p. 211.
  • 22 D. Halévy, Péguy et les Cahiers de la Quinzaine, 2e éd., Paris, 1941, p. 30-36.
  • 23 C. Péguy, Un nouveau théologien, M. Fernand Laudet.

35Puis voici l’initiation, le grand éblouissement intellectuel, l’entrée en khâgne, à Paris, que Dupront a évoquée dans une rare confidence autobiographique : son écriture, dit-il, fut alors définitivement frappée d’une marque, « celle du maître (c’était Alain) que découvrit un automne lointain un adolescent venu de l’extrême fond de sa province et qui sous les ors poussiéreux du décor génovéfain de la place du Panthéon apportait pour tout bagage au lycée Henri IV un petit traité in-12, Le Fondement de l’induction de Lachelier »21. Certes, de son entrée au collège Sainte-Barbe quelque trente ans plus tôt, Péguy n’a guère parlé, mais Daniel Halévy a su la rappeler en des pages admirables22. Et Péguy lui-même a témoigné de ce que furent « ces deux ou trois merveilleuses années de notre jeunesse, les ardentes années. Tout était pur alors. Tout était jeune »23. Quel ancien khâgneux n’a pas ressenti cela ? Après quoi, l’entrée rue d’Ulm n’est plus guère que ce qu’on appelait autrefois « le renouvellement », après la communion solennelle. Mais il y a la Bibliothèque de l’École : Charles Péguy y emprunte aussitôt les Procès de Jeanne d’Arc édités par Quicherat, comme plus tard Alphonse Dupront empruntera les premiers tomes des Œuvres complètes de Péguy.

  • 24 C. Péguy, Notre Jeunesse.
  • 25 A. Dupront, Du Sacré... cit., p. 12.

36Paul Alphandéry fut en quelque sorte le Bernard-Lazare de Dupront. « C’était un homme, très précisément un prophète... » a écrit Péguy du premier défenseur de Dreyfus24 (Notre Jeunesse). « Justicier des hommes oubliés ou refoulés... », c’est ainsi que Dupront qualifie son maître25. Qu’ils fussent juifs l’un et l’autre n’est assurément pas un hasard. C’étaient l’un et l’autre des Justes au plein sens du mot. Et Dupront, catholique enraciné et pratiquant, comme Péguy enraciné catholique mais non plus pratiquant, reconnurent en eux le pur héritage de la Bible.

  • 26 De cette conférence, Dupront avait conservé quelques notes manuscrites que Madame Dupront m’a aimab (...)

37Après quoi, je l’ai déjà dit, les carrières et les engagements divergent. Mais Dupront n’oublie pas Péguy. Dans une conférence prononcée à Iasi (Roumanie) en octobre 1939, intitulée « Valeurs de la France contemporaine », l’orateur rappelle que, selon le mot de Péguy, la politique doit demeurer une « mystique » ; puis il évoque la figure de celui qui opposait à l’opportunisme politique la mystique et le spirituel ; le chantre de « la réalité épique des masses » et des « mythes chargés d’histoire »26. Aussi n’est-il pas surprenant que lorsque se produit, en juin 1940, l’effondrement de la France, Dupront spontanément, parle comme Péguy. Relisez la lettre au Général de Gaulle, datée de Bucarest, le 22 juin 1940 :

  • 27 Cahiers Alphonse Dupront, 1, 1992, p. 3.

Votre appel a profondément retenti dans l’âme de tous les Français. Il sauve, dans l’effondrement du régime, l’honneur et les plus authentiques traditions de la grandeur française 27.

  • 28 C. Péguy, L’Argent suite, dans Œuvres en prose II, p. 1187.

38Celui qui écrit cela se souvient évidemment du lieutenant de réserve Charles Péguy : « En temps de guerre, celui qui ne se rend pas est mon homme, quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, et quel que soit son parti »28.

39Mais ceci révèle mieux encore sa source :

  • 29 Cahiers Alphonse Dupront, 1, 1992, p. 3.

Ils (les Français de Roumanie soussignés) estiment [...] qu’afin d’épargner à la France le retour traditionnel dans son histoire, de la guerre civile, toute possibilité doit être sauvegardée du maintien intérieur, sinon extérieur, d’une unanimité française29.

  • 30 C. Péguy, L’Argent suite... cit., p. 1184.

40Car cette idée, que la capitulation devant l’invasion étrangère mène tout droit à la guerre civile, elle appartient à Péguy, quand il rappelait que la paix honteuse de 1871 avait causé la Commune et ses trente mille morts30. La guerre civile, honte et malheur :

  • 31 C. Péguy, Note conjointe... cité n. 4, p. 1410.

Car toute guerre étrangère ne sort point de la catégorie de la grâce. Mais dans toute guerre civile, il y un point de déshonneur propre 31.

41Quelques années plus tard, nous retrouvons Alphonse Dupront à Montpellier. Le jeune professeur entend maintenant contribuer à rendre à la France son rayonnement dans le monde. Il crée pour cela le « Centre de connaissance internationale », dont Robert Sauzet m’a communiqué le tract de lancement. Je relève, parmi les buts indiqués :

 ...rendre sensibles à tous les hommes qui se posent, dans les temps actuels, le problème d’eux-mêmes, de leur pays, de leur humanité, les faits élémentaires ci-dessous : La France, dans la conscience des ses puissances et de ses limites, peut accomplir dans le monde d’aujourd’hui, mieux qu’une mission, un service et un exemple .

42À la lecture, nous croyons entendre Péguy :

  • 32 C. Péguy, Le Mystère des... cité n. 3, p. 379-380.

C’est embêtant, dit Dieu. Quand il n’y aura plus ces Français,
Il y a des choses que je fais, il n’y aura plus personne pour les comprendre32.

43Et notre tract poursuit :

 Le seul devoir entier des hommes de France est de vivre l’union au-delà de toutes les passions partisanes. Et nous passons presque tout notre temps à nous donner ou à accepter de ne pas le faire.

44Puis un peu plus loin :

Nous ne cherchons pas de partisans : nous sommes pour tous les hommes de bonne foi.
Nous ne souhaitons pas un recrutement de quantité : nous avons besoin d’hommes capables de recevoir, mais aussi capables de donner.
Nous ne voulons pas un comité de plus, ou un groupe aux réunions inutiles. Nous avons besoin d’une aide efficace.

45Cet appel à la fois pluraliste et élitiste, cet accent résolu, cette volonté d’efficacité, tout familier de Péguy les reconnaît aussitôt. Mais la parenté est plus frappante encore dans un deuxième tract lancé une ou deux années plus tard, « Pour une force de vérité ». Robert Sauzet, qui l’a retrouvé dans ses archives et qui me l’a généreusement envoyé, m’écrit que « le modèle "péguyste" est évident ». Jugez vous-même :

Le mensonge est partout : personne n’ose plus croire. [...] Le mensonge est devenu une seconde nature. En définitive, c’est ce qui nous gêne le moins. Personne ne croit plus à rien, à l’écrit comme à la parole. Et cependant, chacun frémit du besoin d’avoir confiance.

46Pour remédier à ce fléau, il faut créer des « circuits de confiance » qui seront nourris et unis entre eux par des Cahiers de vérité. Or le programme de ceux-ci, c’est, à un demi-siècle de distance, très exactement celui des Cahiers de la Quinzaine : rappelons en effet que Péguy, dès la première livraison, exprimait son inquiétude à l’idée que chez les socialistes, la vérité pourrait être subordonnée aux intérêts du parti. Il rappelait que la passion de la vérité, l’intolérance du mensonge avaient été les principes de base du combat dreyfusiste. Et maintenant, écrit-il :

  • 33 Cité par F. Laichter, Péguy et ses Cahiers de la Quinzaine, Paris, 1985, p. 16.

Dire la vérité, toute la vérité, rien que la vérité, dire bêtement la vérité bête, dire ennuyeusement la vérité ennuyeuse, tristement la vérité triste : voilà ce que nous nous sommes proposé depuis plus de vingt mois, et non pas seulement pour les questions de doctrine et de méthode [...] mais surtout pour l’action33.

47Similitude encore, quant au contenu rédactionnel (des témoignages, des enquêtes, des articles envoyés librement par les lecteurs) et quant au rythme de parution (« nous paraîtrons quand nous serons prêts »), et jusque dans l’appel aux abonnements, entre les Cahiers de Dupront et ceux de Péguy ; sauf que ceux-là restent abrités sous l’anonymat... Est-ce pour cela qu’ils ne verront jamais le jour ?

  • 34 Cahiers Alphonse Dupront, 8, 1999, p. 21 (21 mai 1941).
  • 35 Ibid., p. 22 (1943).
  • 36 Ibid., p. 26 et 27 (1944).

48Devant ses étudiants, en revanche, le professeur se livre à visage découvert. Relisez ces étonnantes exhortations lancées du haut de la chaire, au début ou à la fin des années universitaires de la période de guerre. « Nous crevons d’individualisme »34 ; « Sortir de l’anarchisme où s’attardait notre consentement à la décadence »35 ; « Le goût de l’aventure et du risque » ; « Nous vivons dans la médiocrité triomphante d’un universel aplati » ; « La profondeur naît de la liaison des choses »36.

49Car l’histoire a pour fonction de façonner des hommes :

  • 37 Ibid., p. 24 (1943).

Votre promenade historique est ennuyée, contrainte, comme dans les recoins obscurs d’un poussiéreux musée de province. Cherchez la vie, vous la trouverez. Ainsi vous connaîtrez une matière de l’histoire : elle fera de vous des hommes37.

50Ce sont les mêmes reproches que jadis Péguy adressait à Charles V. Langlois.

  • 38 Cahiers Alphonse Dupront, 1, 1992, p. 26.

51Pas plus que son aîné, Dupront n’a le culte de la méthode, celle qui, dans la Sorbonne de Péguy, reposait sur la bibliographie exhaustive et le dépouillement complet de la documentation. « Méthode, écrit Dupront, est notre commun mot et notre paresse ». Et plus loin il dénonce « cette superstition de la méthode qu’il suffit de recevoir et d’appliquer »38.

  • 39 Cahiers Alphonse Dupront, 7, 1998, p. 17.
  • 40 Ibid., p. 25.

52Deuxième maladie qui étouffe l’université, l’encyclopédisme : « L’enseignement est devenu de plus en plus instruction, c’est-à-dire encyclopédie des connaissances »39. Il en résulte un triste appauvrissement de sens. Car « au cœur de l’encyclopédisme, il y a la volonté brutale de porter le mystère en pleine lumière. Sacrilège, diront les uns, s’il en est encore capables de vouloir laisser intact le mystère. Nous dirons simplement : inanité, - car il y a, pour toute création, en toute création, une nécessité du mystère »40. Péguy ne disait pas autre chose, quand il réglait son compte au pauvre Fernand Laudet.

  • 41 Cahiers Alphonse Dupront, 1, 1992, p. 27.

53Autre maladie de l’esprit, le culte de la doctrine, celle qui est impuissance d’inventer, tyrannie et sclérose. Or, professe Dupront, « aucune doctrine n’est indispensable à vivre et à créer ». « Maniaque de la tête sans plus ; incapable des mains ou de l’autre ». Rappelez-vous le mot fameux de Péguy : « Le kantisme a les mains pures, mais il n’a pas de mains ». Et Dupront de déceler, derrière cette « faim de doctrine », « une confusion, dont l’intoxication intellectuelle régnante demeure grandement responsable »41.

54Intellectuel, adjectif presque aussi péjoratif sous la plume de Dupront que sous celle de Péguy. On sait assez que, pour celui-ci, la citadelle du « parti intellectuel », c’était la Sorbonne abhorrée. Comment comprendre alors que Dupront, lui, se soit fait après les secousses de Mai 68, le restaurateur d’une Sorbonne en majesté ? Il y a des secrets qu’il ne nous appartient pas de pénétrer.

Conclusion

  • 42 Paris, 1928, p. 10.

55« On le déclarait illisible ». C’est Charles Lucas de Peslouan, ami et éditeur de Péguy, qui le rappelle dans sa préface à une édition de Morceaux choisis des Cahiers de la Quinzaine42. Combien de fois aura-t-on dit la même chose d’Alphonse Dupront, bien que le style tendu de celui-ci soit fort différent de l’incantation lente et irrésistible de celui-là ? Tout cela reste de surface.

56Héritage ou parenté, c’est plus profond que le rapprochement s’est imposé à nous. Dans un même enracinement du spirituel dans le charnel ; dans une même exigence d’honneur dans la vérité ; dans une même conscience de chrétienté millénaire et toujours prégnante ; dans une même attente de cet accomplissement que Dupront, plus souvent encore que Péguy, aime appeler le Règne.

  • 43 Cahiers Alphonse Dupront, 3, 1994, p. 24.
  • 44 Ibid., p. 25.

57« Nous vivons une 'fin de monde' », a écrit A. Dupront dans un moment qui nous échappe43. Moment de cafard, d’angoisse, de dégoût ? Oui et non : « Le savoir n’est pas accablement masochiste, ni impuissance à vivre, mais conscience [...] Nous sommes dans un monde où il n’y a plus de raison pour quoi mourir. Pas davantage pour vivre, sinon par donnée acquise...  ». Le signe de la fin, c’est, poursuit Dupront, « le despotique compartimentage de cet univers, où il n’est plus possible de figurer que partiel, et où nous est désespérément refusée la grâce de l’unité »44.

  • 45 C. Péguy, Clio, Dialogue de l’Histoire et de l’âme païenne, dans Œuvres en prose II, p. 224. Cité d (...)

58Or l’homme qui écrit ces lignes apparemment désespérées, est le même qui, dans le Mythe de Croisade, salue dans Clio, la dernière œuvre de Péguy, qui sera publiée après sa mort, la promesse d’unité, au moment même où s’annonce la Grande Guerre dans laquelle s’engloutira la civilisation européenne. Catastrophe unifiante parce que catastrophe mondiale, elle refera l’unité de la chrétienté. Péguy, écrit Dupront, « toujours scrutant, (est) admirable de sûreté pour décrire le mécanisme : ‘Oui, ce monde moderne a tout fait pour éliminer de soi hermétiquement toute chrétienté. Mais il y a des reports. Et il y a l’éternelle attention »45.

59Alphonse Dupront, me semble-t-il, a été fidèle à « l’éternelle attention », celle qu’il commente ainsi : « ouverte aux profondeurs, elle éclaire soudain, là où toutes choses vivent et sont en place, ce qui doit maintenant animer le devant de la scène collective, faire la conscience commune ».

Haut de page

Notes

1 Revue d’Histoire de l’Église de France, 85, 1999, p. 112.

2 D. Julia, Une marche à la transfiguration. À propos du Mythe de Croisade d’Alphonse Dupront, dans Revue Mabillon, Nouvelle série 9, t. 70, 1998, p. 271-280. Cette citation tirée du Mystère des saints Innocents de Péguy se trouve dans le Mythe de Croisade, II, Paris, 1997, p. 1631.

3 C. Péguy, Le Mystère des saints Innocents, dans Œuvres poétiques, p. 381. Dupront cite presque toujours Péguy en utilisant les Œuvres complètes en 20 volumes éditées à Paris chez Gallimard de 1916 à 1955. Pour la commodité du lecteur, j’ai choisi de transposer ses références dans l’édition de la Bibliothèque de la Pléiade en trois volumes (Œuvres poétiques et Œuvres en prose I (1898-1908) et II (1909-1914), publiée chez le même éditeur en 1948, 1959 et 1957.

4 C. Péguy, Note conjointe sur M. Descartes et la philosophie cartésienne, dans Œuvres en prose II, p. 1402-1403 et 1365-1367.

5 C. Péguy, Un nouveau théologien, Monsieur Laudet, dans Œuvres en prose II, p. 910.

6 C. Péguy, L’Argent suite, dans Œuvres en prose II, p. 1208. Ici, je rectifie la référence donnée dans le Mythe de Croisade, n. 428, qui est fautive.

7 C. Péguy, op. cit. n. 3, p. 435.

8 C. Péguy, Ève, dans Œuvres poétiques, p. 813.

9 M. François (dir.), La France et les Français, dans Encyclopédie de la Pléiade n. 32, Paris, 1972, p. 1423-1474.

10 Cité par J. Guyot, Alphonse Dupront l’Européen, dans Cahiers Alphonse Dupront, 1 (1992), p. 18.

11 Rome, Ville éternelle, dans Cahiers Alphonse Dupront, 4, 1995, p. 10-11.

12 A. Dupront, Du Sacré. Croisades et pèlerinages. Images et langages. Paris, 1987, p. 47.

13 C. Péguy, Présentation de la Beauce à Notre Dame de Chartres, dans Œuvres poétiques, p. 677.

14 A. Dupront, Du Sacré... cit., p. 48.

15 C. Péguy, Présentation de la Beauce… cit., p. 676.

16 A. Dupront, Du Sacré... cit., p. 49.

17 C. Péguy, Ibid., p. 682.

18 C. Péguy, Victor-Marie, comte Hugo, dans Œuvres en prose II, p. 729.

19 J. Mesnard, Mystère et charisme d’Alphonse Dupront, dans Cahiers Alphonse Dupront, 2 (1993), p. 12.

20 C. Péguy, Victor-Marie, comte... cit., p. 681-682.

21 A. Dupront, Du Sacré... cité n. 12, p. 211.

22 D. Halévy, Péguy et les Cahiers de la Quinzaine, 2e éd., Paris, 1941, p. 30-36.

23 C. Péguy, Un nouveau théologien, M. Fernand Laudet.

24 C. Péguy, Notre Jeunesse.

25 A. Dupront, Du Sacré... cit., p. 12.

26 De cette conférence, Dupront avait conservé quelques notes manuscrites que Madame Dupront m’a aimablement communiquées.

27 Cahiers Alphonse Dupront, 1, 1992, p. 3.

28 C. Péguy, L’Argent suite, dans Œuvres en prose II, p. 1187.

29 Cahiers Alphonse Dupront, 1, 1992, p. 3.

30 C. Péguy, L’Argent suite... cit., p. 1184.

31 C. Péguy, Note conjointe... cité n. 4, p. 1410.

32 C. Péguy, Le Mystère des... cité n. 3, p. 379-380.

33 Cité par F. Laichter, Péguy et ses Cahiers de la Quinzaine, Paris, 1985, p. 16.

34 Cahiers Alphonse Dupront, 8, 1999, p. 21 (21 mai 1941).

35 Ibid., p. 22 (1943).

36 Ibid., p. 26 et 27 (1944).

37 Ibid., p. 24 (1943).

38 Cahiers Alphonse Dupront, 1, 1992, p. 26.

39 Cahiers Alphonse Dupront, 7, 1998, p. 17.

40 Ibid., p. 25.

41 Cahiers Alphonse Dupront, 1, 1992, p. 27.

42 Paris, 1928, p. 10.

43 Cahiers Alphonse Dupront, 3, 1994, p. 24.

44 Ibid., p. 25.

45 C. Péguy, Clio, Dialogue de l’Histoire et de l’âme païenne, dans Œuvres en prose II, p. 224. Cité dans le Mythe de Croisade… cit., p. 1185.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc Venard, « Alphonse Dupront et Charles Péguy », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 124-1 | 2012, mis en ligne le 19 décembre 2012, consulté le 30 avril 2017. URL : http://mefrim.revues.org/334 ; DOI : 10.4000/mefrim.334

Haut de page

Auteur

Marc Venard

marc.venard@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org