Navigation – Plan du site
Les intermédiaires du travail. Acteurs du recrutement et de la gestion des travailleurs, (XVIe-XXIe siècle)

Du « caporale » au « caponero ». L'intermédiation de main-d’œuvre agricole migrante en Italie du Sud

Romain Filhol

Résumés

Cet article propose une analyse de la réappropriation de la figure du « caporale », intermédiaire informel de main d'œuvre agricole caractéristique des campagnes de l'Italie du Sud, par les travailleurs agricoles migrants de la filière de la tomate à industrie. Tout en cherchant à comprendre quelles sont les spécificités du « caporale » migrant – ou « caponero » – par rapport à sa version locale, il s'agira de mettre à jour la dimension de « figure de l'entre-deux » qu'il revêt, non seulement au sein du marché du travail agricole mais également au sein des espaces ruraux du Mezzogiorno. Proposant une réflexion tant sur le fonctionnement du système productif agricole que sur la possibilité, pour les migrants, de vivre et de travailler dans les campagnes méridionales, ce travail entend également contribuer au débat provoqué par l'adoption récente, par le parlement italien, d'une loi « anti-caporalato » destinée à punir l'intermédiation informelle de main d'œuvre agricole.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Brovia 2008.
  • 2 http://www.camera.it/leg17/522?tema=contrasto_dello_sfruttamento_del_lavoro_in_agricoltura (derniè (...)

1Dans son article « Sous la férule des caporali », Cristina Brovia rappelle comment deux évènements survenus durant l’été 2006 ont brusquement replacé la thématique du « caporalato » – que nous pourrions définir comme phénomène d'intermédiation informelle de main-d’œuvre à but lucratif – au centre de l’intérêt des médias italiens1. Le premier est un fait divers particulièrement choquant relatant la libération, par la police italienne, de 113 ouvriers agricoles polonais retenus de force dans de « véritables camps de travail forcé ». Le second est la parution d'un reportage du journaliste Fabrizio Gatti intitulé « Moi, esclave dans les Pouilles » dans lequel son auteur relate, après s’être fait passer pour un ouvrier agricole roumain, une expérience de vie et de travail marquée par la violence des « caporali ». Ces deux articles, conjugués au regain d'attention envers les travailleurs agricoles migrants des campagnes du Mezzogiorno faisant suite aux révoltes de Rosarno (janvier 2010) et de Nardò (juillet 2011), sont ainsi à l’origine d’un large mouvement de dénonciation du « caporalato » qui a récemment poussé députés et sénateurs italiens à adopter, le 18 octobre dernier, une loi qualifiée par la presse de loi « anti-caporalato »2.

  • 3 La Repubblica 1996.
  • 4 Commissione parlamentare d’inchiesta sul fenomeno del cosiddetto « caporalato » 1995.

2S'il est bien évidemment trop tôt pour jauger des effets de cette loi, l'on ne manquera pas de souligner l'impression de « déjà-vu » de cet échange entre médias et institutions politiques autour de la thématique du « caporalato ». Suite à la mort, en 1993, de trois ouvrières agricoles parties travailler pour le compte d’un « caporale »3, les pressions médiatiques avaient poussé les parlementaires italiens à réaliser une enquête parlementaire néanmoins restée sans suite4.

  • 5 J'aimerais ici souligner le rôle décisif joué par l'École française de Rome, grâce à deux bourses (...)
  • 6 Contraction de « caporale » et de « nero » (noir), le terme de « caponero » est celui qui est empl (...)

3Ce dernier point nous permet de mettre en lumière l’aspect chronique de l’attention portée à une figure qui semble apparaître et disparaître du débat publique au rythme de la conjoncture médiatique. Il nous permet aussi de mettre en exergue la permanence de la figure du « caporale » dans l’histoire récente des campagnes italiennes. En s'appuyant à la fois sur la littérature scientifique récente sur le thème, sur plusieurs semaines d’observation et sur plusieurs dizaines d’entretiens réalisés entre 2011 et 2015 dans le cadre de mon travail de thèse sur les travailleurs agricoles migrants des espaces de la tomate à industrie d’Italie du Sud5, cet article entend tracer un lien entre l’activité d’intermédiation de main-d’œuvre réalisée par le « caporale » migrant – ou « caponero »6 – et les évolutions récentes des espaces agricoles du Mezzogiorno.

4Plus précisément, je chercherai dans un premier temps à replacer la figure du « caponero » dans le temps long, afin de montrer le caractère structurel de l’intermédiation de main-d’œuvre dans les espaces agricoles d’Italie du Sud. Dans un second temps, je chercherai à montrer en quoi le « caponero » peut être qualifié de « figure de l’entre-deux » : non seulement entre demande et offre de travail, mais aussi entre espace productif et espace reproductif, ou encore entre communautés locales et communautés migrantes.

  • 7 Perrotta 2014a.

5La question de la réappropriation de la figure du « caporale » par les travailleurs agricoles migrants a poussé certains auteurs à évoquer un « nuovo caporalato »7 . S'inscrivant dans ce débat, cet article entend montrer en quoi les mutations récentes des pratiques de « caporalato » sont liées à la nature de plus en plus périphérique des espaces de recrutement de la main-d’œuvre agricole migrante, tout en soulignant la continuité d'un phénomène qui, dès ses origines, repose sur une mise à profit des discontinuités spatiales et sociales.

Le « caporale », structure des campagnes d’Italie du Sud

  • 8 Piselli 1989 ; Perrotta 2014a.

6Comprendre les spécificités de la figure du « caponero » nécessite de souligner l’inscription dans le temps long des pratiques d’intermédiation de main-d’œuvre agricole migrante dans les campagnes d’Italie du Sud. Sans m’attarder sur une reconstruction historique qui est déjà l’objet de publications antérieures8, je voudrais ici rappeler quels sont les principaux éléments qui ont contribué à faire du « caporale » une structure du marché du travail agricole méridional.

  • 9 Mercurio 1989, p. 135.
  • 10 Mercurio 1989, p. 139.
  • 11 Ago 1981 ; De Lorenzo 2007.
  • 12 Mercurio 1989, p. 158.
  • 13 Fontaine 2005.

7Tirant profit de la discontinuité entre des plaines littorales fertiles où « les difficiles conditions environnementales empêchaient la demeure stable […] mais sûrement pas la production »9 et les différents massifs montagneux des Apennins d’où « descendaient les hommes pour travailler la terre »10, le « caporale » s’impose dès l’époque moderne comme organisateur de la mobilité saisonnière de la main-d’œuvre agricole entre ces deux espaces. Détenteur d’un accès privilégié à l’information, aux réseaux, et aux besoins du marché du travail agricole, il est chargé de recruter parmi les communautés montagnardes dont il fait généralement partie les « bras » nécessaires à la récolte pour le compte des « massari », « mercanti di campagna » et autres loueurs des terres du grand propriétaire terrien11. Surtout, il est celui qui négocie le prix du travail avec l’exploitant agricole tout en étant le seul et unique responsable du paiement des ouvriers placés sous son autorité, faisant de lui non pas un simple médiateur mais un véritable « loueur » de travail12, suivant par là un schéma classique de la migration montagnarde13.

  • 14 Lupo 1990 ; Bevilacqua 2005.
  • 15 Ligues d'ouvriers agricoles ; Rinaldi et Sobrero 2004.
  • 16 Rinaldi – Sobrero 2004, p. 185.

8Au XIXe siècle, la « grande transformation » de l’agriculture des grands domaines sous l’effet conjugué de l’augmentation démographique, du renforcement du poids de l’agriculture commerciale et de l’émergence d’une nouvelle classe d’entrepreneurs agricoles issus de la libéralisation du marché foncier14 provoque un renforcement ultérieur du rôle du « caporale » dans l’organisation productive agricole. L’essor d’une agriculture fondée sur la disponibilité d’une main-d’œuvre à bas coût va en effet contribuer à faire de ce dernier un rouage essentiel des stratégies de mise en concurrence des travailleurs agricoles face aux tentatives de contrôle du marché du travail promues par les « leghe bracciantili »15. En introduisant dans les espaces d’agriculture intensive des ouvriers agricoles issus des régions les plus pauvres et acceptant de travailler pour un salaire inférieur à la paie syndicale, le « caporale » permet de peser sur l’ensemble de la main-d’œuvre agricole16.

  • 17 Mottura – Pugliese, 1976 ; Musso 2003 ; Altamura 2009 ; Perrotta 2014a.

9Si l'interdiction de l'intermédiation de main-d’œuvre à but lucratif, obtenue en 1919, constitue une éclatante victoire du mouvement « bracciantile », celle-ci sera de courte durée puisque le régime fasciste l’autorise de nouveau en 1923. Plus généralement, la répression du mouvement ouvrier et le soutien accordé aux grands propriétaires terriens durant la « Ventennio » fasciste empêchent toute tentative de contrôle d’un marché du travail agricole qui reste dominé par la figure du « caporale », même lorsque celui-ci, concurrençant l’idéologie corporative du régime, est de nouveau interdit en 1929-193017.

  • 18 Bevilacqua 2005.
  • 19 Principal syndicat d'ouvriers agricoles d'après-guerre.
  • 20 Bevilacqua 2005.

10Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, la « questione bracciantile » s’impose de nouveau comme thème social et politique majeur des campagnes italiennes18. Pour s’opposer à la gestion informelle du marché du travail par les « caporali », la « Federbraccianti »19 tente d’imposer un contrôle syndical du recrutement de main-d’œuvre agricole. Celui-ci sera néanmoins interdit en 1949 par le gouvernement de la Démocratie Chrétienne, qui préfère se faire promoteur d’une réforme agraire destinée à favoriser l'émergence d'une classe de petits exploitants-propriétaires20.

  • 21 La loi 83 du 11 mars 1970, D’Alessio 2012.
  • 22 Di Bartolo 2013.
  • 23 Barbero – Marotta 1989, p. 860.

11L’émigration de masse et l’exode rural et agricole auront finalement raison des tentatives syndicales de contrôle du marché du travail agricole. Si, à la fin des année 1960, un nouveau cycle de lutte aboutit à l’adoption d’une loi reconnaissant aux syndicats agricoles une certaine capacité d’action sur le marché du travail agricole21, les deux décennies d’après-guerre sont caractérisées par un « long adieu » de l’ouvrier agricole à la scène politique et sociale italienne22. De 1951 à 1980, le nombre d'actifs agricoles diminue de 8,6 à 2,9 millions d'unités, tandis que la main-d’œuvre agricole vieillit et se féminise23.

  • 24 Berlan 1986.

12Si la mécanisation de la production agricole vient en partie compenser ces pertes, le poids représenté par les cultures de fruits et légumes dans le Mezzogiorno maintient à un niveau élevé les besoins de main-d’œuvre, notamment durant la récolte. Dans le même temps, la dépendance de plus en plus forte des agriculteurs vis-à-vis du secteur agro-industriel et de la grande-distribution organisée les place dans une situation de plus en plus précaire au sein de laquelle le facteur travail représente, pour eux, l’unique « variable d’ajustement »24. Ainsi, le « caporale » s’impose une fois encore comme élément essentiel des mutations productives de l’agriculture méridionale, dont le modèle productif continue de reposer sur la disponibilité au travail d’une main-d’œuvre surabondante et peu coûteuse.

  • 25 Commissione centrale agraria del PCI 1987, p. 13.
  • 26 Quilici 1979 ; Gribaudi 1990 ; Zaccaria 1998.
  • 27 Afin de protéger mes interlocuteurs d'éventuelles conséquences négatives, la référence aux entreti (...)

13Si le rôle des « caporali » n’évolue guère, « les sujets auxquels ils s’adressent ont évolués »25. Suivant les évolutions démographiques des campagnes, le « caporale » se spécialise dans l’intermédiation de main-d’œuvre féminine, fournissant aux exploitants agricoles une main-d’œuvre facilement corvéable dans un contexte de chômage de masse et de faible nombre d’opportunités en dehors du secteur agricole pour la main-d'œuvre féminine. S’appuyant sur un réseau d’ouvriers agricoles « de confiance » et sur un moyen de transport personnel, le « caporale » organise des migrations pendulaires entre espaces ruraux à la marge et espaces d’agriculture intensive26 selon des modalités qui n’ont en rien perdu de leur actualité27.

  • 28 Pugliese 2006.
  • 29 CSR Idos 2014
  • 30 Eurispes 2014

14De même, l’augmentation du nombre de « capineri » dans les campagnes d’Italie du Sud est une conséquence directe de l’arrivée, dès les années 1970, de travailleurs agricoles issus des migrations internationales sur le marché du travail agricole méridional, ce dernier représentant l’un des piliers du « modèle migratoire méditerranéen »28. Ainsi, le secteur agricole italien employait en 2013 plus de 320 000 travailleurs migrants, réalisant 23,2 % du nombre total de journées de travail salarié déclarées par les exploitants agricoles29. Ces chiffres, qui nous donnent une idée de l'importance du travail migrant dans l'agriculture italienne, sont en outre probablement sous-estimés puisque le travail non-déclaré toucherait environ 32 % des salariés du secteur agricole, en particulier ceux d'origine étrangère30.

  • 31 Médecins sans frontières 2006 ; Amnesty international 2012 ; Osservatorio Placido Rizzotto Flai-CG (...)
  • 32 Pugliese 2013 ; Colloca – Corrado 2013 ; Corrado – De Castro – Perrotta 2016.
  • 33 Botte 2009.

15Analysant la thématique du travail agricole migrant, plusieurs travaux récents, rapports de recherche31, publications scientifiques32 ou encore ouvrages de divulgation33 ont souligné l’importance du rôle revêtu par les « capineri » dans le quotidien des travailleurs agricoles migrants. Tout en posant que la permanence de la figure du « caporale » dans les campagnes italiennes est liée à sa capacité à s'adapter aux évolutions du marché du travail agricole, nous chercherons dans les parties suivantes à comprendre comment le « caponero » s’est imposé comme une « figure de l’entre-deux » des campagnes méridionales.

Le « caponero » comme garant de l'accès à l'emploi agricole

L'homme de confiance de l'exploitant agricole

  • 34 Perrotta 2014a, p. 211.

16L'accès à l'emploi agricole détenu par le « caponero » – considéré par certains auteurs comme un véritable « monopole »34 – tient pour beaucoup dans le refus fréquent, de la part des exploitants agricoles, de recourir aux structures publiques de placement. En effet, la majorité d'entre eux considèrent que seul le « caponero » est en mesure de satisfaire tout un ensemble de besoins que l'on pourrait résumer ainsi :

  • La nécessité de mobiliser au plus vite un nombre important de « bras ». Dans le cas de la tomate, la récolte peut être gâchée en quelques jours si le produit n'est pas ramassé au moment voulu. En outre, les quantités récoltées dépendent du nombre de camions « envoyés » à l'exploitant – parfois averti le jour-même – par le commerçant ou la coopérative agricole en fonction des besoins de l'industrie de transformation. Le moment de la récolte est donc un moment de forte tension, durant lequel les investissements d'une année dépendent de la rapidité d'accès à la main-d'œuvre agricole.
  • La nécessité de trouver des ouvriers acceptant d'être payés à un tarif inférieur à la norme syndicale, pour des journées de travail plus longues. La main-d'oeuvre étant, comme nous l'avons vu précédemment, la seule « variable d'ajustement » de l'exploitant agricole, les bénéfices de ce dernier sont directement liés à la faiblesse du coût du travail que lui garantit le « caponero ».
  • L'organisation du travail, et l'assurance de maintenir à un niveau élevé la discipline et la productivité du travail, notamment à travers un système illégal de récolte à la pièce (voir plus avant).
  • La délégation au « caponero » du paiement des ouvriers agricole, lui laissant en contrepartie la possibilité de prélever le « pourcentage » qu'il souhaite (voir plus avant).
  • Le tranport des ouvriers sur le lieu de travail, l'exploitant agricole n'étant généralement pas équipé pour faire face au transport de dizaines d'ouvriers agricoles (cf. III.2).
  • 35 Piselli 1990, p. 835.

17En d'autres termes, l'exploitant agricole place entre les mains du « caponero » un ensemble de responsabilités qui nécessite entre les deux la construction d'un rapport de confiance identique à celui que décrit Franca Piselli à propos du début du siècle dernier : « le « caporale » était « l'homme de confiance » du propriétaire, recrutant et dirigeant l'équipe d'ouvriers pour les travaux agricoles »35.

18Devenir « caponero » implique donc d'acquérir la confiance des exploitants agricoles locaux, comme le raconte un producteur de tomates de Venosa :

Si tu prends G. par exemple, il n'est pas arrivé il y a très longtemps, mais immédiatement il s'est révélé sérieux, il s'est donné du mal ; et puis, il est resté ici, grâce au bouche à oreille il travaillait toujours, et quand tu avais besoin de quelques ouvriers tu t'adressais à lui et il t'apportait l'un de ses amis. Au final il s'est acheté un fourgon, et il a commencé à faire ce travail (Exploitant agricole 2, Venosa, 14/01/2015).

19Plusieurs points ressortent de ces extraits d'entretiens. Tout d'abord, le sérieux du « caponero » et sa capacité à respecter la parole donnée ; ensuite, sa connaissance du contexte local, des personnes mais aussi du travail à accomplir ; enfin, son choix d'investir dans un véhicule lui permettant de transporter des ouvriers. Devenir « caponero » n'est donc pas donné à tous, et les exemple d'échecs, notamment par manque de confiance de la part des exploitants agricoles, ne manquent pas, comme le révèle cet extrait :

Il y a, pour ce travail, une sorte de « sélection naturelle ». Ici, il y avait une autre personne qui faisait le « caporale » avant celui que nous avons maintenant ; mais il n'a pas vraiment réussi [...] Il n'était pas sérieux, car le « caporale » qui fait ce travail doit lui aussi être sérieux ; si tu me dis que tu m'apportes des ouvriers, et moi le matin je suis là à attendre qu'ils arrivent... Une fois je peux le comprendre, deux fois pourquoi pas, mais quand cela arrive fréquemment, cela veut dire qu'on ne peut pas lui faire confiance (Exploitant agricole 3, Venosa, 14/01/2015).

20Une fois instauré, le rapport de confiance entre l'exploitant agricole et le « caponero » revêt un caractère d'exclusivité que les simples ouvriers agricoles ne peuvent que difficilement concurrencer, comme le dévoile un ouvrier agricole ivoirien de Palazzo San Gervasio : « Si le patron veut vingt personnes, il appelle une seule personne. Et c'est elle qui va appeler les dix-neuf autres » (Ouvrier agricole migrant 1, Palazzo San Gervasio, 21/01/2014).

« La force du « caponero », c'est le transport » (Yvan Sagnet)

21Le premier extrait d'entretien du paragraphe précédent illustre l'importance que revêt l'acquisition d'un véhicule personnel dans la trajectoire du « caponero » G. Alors qu'il est déjà auréolé d'une bonne réputation à Venosa, c'est cet investissement dans un moyen de transport qui lui donne la possibilité de passer du statut de simple ouvrier à celui de « caponero », lui permettant ainsi de tirer un bénéfice économique des différentes ressources acquises durant son « apprentissage » du métier, à savoir de bonnes relations avec les communautés locales et migrantes, la rigueur au travail et la connaissance du contexte agricole local.

  • 36 Lotta Continua, 1978.
  • 37 Yvan Sagnet, Borgo Mezzanone, 03/09/2015.

22Le lien entre « caporalato » et possession d'un moyen de transport, ou d'un réseau de personnes de confiance chargées du transport des ouvriers, n'est pas nouveau. Déjà souligné par le journal Lotta Continua à la fin des années 197036, il est rappelé quarante ans plus tard par Yvan Sagnet, ex-ouvrier agricole camerounais à l'origine de la révolte de Nardò : « La force du « caponero », c'est le transport »37.

  • 38 Hazard 1997.

23En effet, l’une des particularités de l'activité agricole réside dans l'éloignement entre centres habités et lieux de travail, ces derniers étant généralement peu ou pas desservis par les transports publics. Sans même aborder la question de l'information relative au lieu de travail – susceptible de changer chaque jour – l'absence de possession d'un moyen de transport de la part de la majorité des ouvriers agricoles équivaut à une dépendance de ces derniers envers les services du « caponero ». La complaisance des autorités publiques envers les conducteurs de voitures sans assurance, évoquée par Benoît Hazard38 et confirmée par mes observations, est une preuve supplémentaire de l'importance de l'activité de transport de main-d'œuvre réalisée par le « caponero » pour le système productif local.

24Outre le transport quotidien vers le lieu de travail, le véhicule du « caponero » sert également à organiser les migrations saisonnières inter-régionales, au départ des espaces de résidence des travailleurs migrants hors saison agricole – comme l'agglomération napolitaine – et à destination des espaces de production agricole intensive :

Les « capo », qui vivent autour de nous ici à Castel Volturno, Casal di Principe, Villa Literno, ou Aversa, ils font des convois de personnes qui veulent travailler ensemble. Vous payez 10 € 50 ou 11 euros il vous emmène, et là bas il connait déjà des patrons, des Italiens, donc si tu as l'accès dans son véhicule pour y aller c'est sûr que tu vas pouvoir travailler (Ouvrier agricole 2, Caserte, 31/03/2015).

25Grâce à son véhicule, le « caponero » remplit donc la vieille fonction d'organisateur des flux quotidiens et saisonniers de travailleurs agricoles migrants sur laquelle nous nous sommes déjà penchés. Pour autant, la possession d'un véhicule n'implique pas forcément de devenir « caponero », certains migrant préférant se contenter de tirer un bénéfice du transport des ouvriers agricoles sans réaliser d'activité d'intermédiation de main-d'œuvre.

Hiérarchies et concurrence au sein du « marché » de l'intermédiation de main-d'œuvre

26Puisque devenir « caponero » nécessite d'entrer dans un réseaux fondé sur la confiance réciproque, l'on peut poser l'hypothèse d'une certaine continuité des figures de l'intermédiation de main-d'œuvre migrante, reposant sur :

  1. La nature d'une relation de confiance, s'inscrivant nécessairement dans la durée ;
  2. L'exigence de « retour sur investissement » du « caponero » qui a consenti à de nombreuses dépenses pour acquérir cette position ;
  3. La naissance de liens d'estime réciproque, voire de sympathie.

27Les mots des exploitants agricoles 2 et 3 à propos du « caponero » G. expriment parfaitement l'entremêlement de ces différentes idées :

EA1 : Il vient tout juste d'arriver et il est déjà opérationnel ! Et d'ici une semaine il ne s'arrêtera jamais, car il a tout de suite recommencé à reprendre contact...
EA2 : Il est arrivé ce matin, et s'est arrêté juste ici ; immédiatement il est venu nous dire bonjour !
EA1 : C'est un mec sympa, pour sûr (Exploitant agricole 2 et 3, Venosa, 14/01/2015).

  • 39 Piselli, 1989, p. 826.

28Dans son travail sur les intermédiaires calabrais du secteur agricole au XXe siècle, Franca Piselli utilise le concept d' « amitié instrumentale » pour qualifier ces interactions à la base des réseaux clientélistes et des chaînes « d'amis d'amis »39. Sans être propre au monde de l'intermédiation agricole ou à l'Italie du Sud, ces interactions y revêtent une importance majeure compte tenu de l'informalité diffuse qui caractérise les relations économiques qui s'y déroulent. En outre, on peut supposer qu'elles contribuent fortement à l'établissement et au maintien d'un cadre fortement hiérarchisé, au sein duquel les individus les mieux dotés en capital social et symbolique occupent les positions dominantes.

29L'arrivée de nouveaux acteurs dans le « marché » de l'intermédiation de main-d'œuvre ne semble donc possible que dans un mécanisme de subordination par rapport aux acteurs les plus anciens. S'il est difficile d'avoir des informations précises à ce propos, l'ensemble des acteurs de la production agricole avec lesquels je me suis entretenus étaient au fait de ces « chaines d'intermédiaires » au sein desquelles les premiers arrivés sur le marché, « caporali » italiens ou « capineri » présents de longue date, occupent les premières places. Ainsi :

Il y a le « caporalato » au sein des migrants eux-mêmes, mais en plus il y a le « caporalato » italien qui s'y superpose (Exploitant agricole 4, Venosa, 13/01/2015).
Tout le monde connait des « capo » ici, et le plus grand « capo » de tous, c'est un Italien. Ici ils disent tous que le « capo » c'est un problème des immigrés ; mais quand tu regardes bien l'affaire, c'est un problème qui vient d'eux-mêmes ! (Ouvrier agricole migrant 1, Palazzo San Gervasio, 21/01/2014).

  • 40 Perrotta 2014a.

30Cette hiérarchie entre « caporali » locaux et « capineri » est également relevée par Domenico Perrotta, qui trace un lien direct entre la pègre de Palazzo San Gervasio et l'intermédiation de main-d'œuvre migrante opérée par les « capineri » soudanais de la zone40. Elle se traduit par une délégation des tâches les plus ingrates ou risquées aux échelons inférieurs, illustrée par les propos suivants :

Le « caporale » italien n'est jamais pris, car lui se contente de passer les coups de téléphone (Exploitant agricole 4, Venosa, 13/01/2015).
S’il a eu le travail, le « capo » italien, alors il le donne aux « capineri » ; le grand « capo » il prend, l’autre il prend, jusqu’au petit « capo » (Ouvrier agricole migrant 1, Palazzo San Gervasio, 21/01/2014).

  • 41 Hazard, 1997, p. 399.
  • 42 Carlini 2016.

31Cette division du travail s'applique aussi bien entre « caporali » locaux et migrants qu'entre « capineri ». Mes longues heures d'observation parmi les ouvriers agricoles migrants sont peuplées de références à la hiérarchie entre « grand capo » et « petit capo », ce dernier se contentant généralement de gérer les différentes équipes d'un « caponero » particulièrement important. Cette gestion pyramidale de la main-d'œuvre agricole migrante au profit des primo-arrivants, déjà évoquée par Benoit Hazard41, fut également mise à jour lors du procès Sabr institué suite à la révolte des migrants de Nardò42.

32Loin d'être immuable, cette hiérarchie est constamment remise en cause par des « aspirants-capineri » qui se posent comme challengers des premiers arrivants, dans le but de conquérir une part du marché de l'intermédiation de travail agricole. Pour s'assurer le monopole de l'intermédiation de travail, les « capineri » imposent donc à leur ouvriers le maintien d'une distance stricte avec l'exploitant agricole, sous peine de renvoi :

Lorsque le « caponero » voit que tu t’approches de l’Italien pour échanger quelques mots il te dit « demain toi tu viens pas, parce que tu risques de faire découvrir des choses, des secrets », donc bon, souvent, même si on connait la langue, on fait semblant de ne pas savoir bien parler… (Ouvrier agricole 2, Caserte, 31/03/2015).

33Ces mécanismes de fermeture du marché de l'intermédiation de main-d'œuvre agricole migrante mis en œuvre par les « capineri » occupant les positions dominantes apparaissent comme une réponse aux tentatives des exploitants agricoles de jouer sur la concurrence entre « capineri », comme le montre cet extrait :

  • 43 Le « cassone » est un bac de plastique permettant de recueuillir environ 300 kg de tomates. Il ser (...)

En fait, le propriétaire des champs, il a fait un peu de chantage au « capo ». Moi-même je l’ai vu, il y a un « capo » qui était là dans le champ, et le propriétaire lui a dit « l’année dernière je donnais ça à quelqu’un qui le faisait à 4 euros le « cassone »43 ; toi si tu veux je peux te le donner à 3 € 50 ». Eux ils ont accepté ; et cette année, le gars qui a pris à 3 € 50 il est revenu, mais le patron lui a dit : « il y en a un qui a pris le travail à 3 € 25 ». Ils ont discuté, ils se sont même menacés de mort (Ouvrier agricole migrant 3, Palazzo San Gervasio, 21/01/2014).

  • 44 Perrotta 2014a ; 2015.

34Une expression fréquemment employée par les migrants illustre parfaitement la nature de cette concurrence également évoqués par Domenico Perrotta44 : « gagner un champ ». Contribuant à maintenir les salaires au plus bas, cette lutte pour le contrôle des champs passe par une violence verbale ou physique latente, non seulement entre « capineri », mais aussi à l'encontre des exploitants agricoles trahissant leurs engagements (Exploitant agricole 4, Venosa, 13/01/2015). Néanmoins, la principale stratégie des « capineri » pour maintenir leur position sur le marché de l'intermédiation de main-d'œuvre agricole réside dans l'acquisition d'un monopole de la gestion de l'offre de travail migrant, comme nous allons le voir dès à présent.

La gestion de l'offre de travail migrant

Une violence fonctionnelle à la récolte

  • 45 Quilici 1979 ; Rinaldi – Sobrero 2004.

35L'usage de la violence, verbale ou physique, est une attribution ancienne du rôle du « caporale »45. La crainte qu'inspire le « caponero » aux ouvriers qui composent son équipe est présentée par les exploitants agricoles comme nécessaire, permettant de discipliner les ouvriers « mauvais », « sournois », ou qui « posent problème » :

Quand mon cousin a planté des tomates, il a parlé avec un intermédiaire pour la récolte ; quand les ouvriers sont arrivés, impossible de dire combien ils étaient ! Les camionnettes ont fait deux, trois fois le voyage, les personnes descendaient et on ne pouvait plus les compter ! Et quand l'intermédiaire était là, on n'entendait pas les mouches voler. Ce qu'il disait était fait, et c'est tout. Il avait une de ces poignes, forte mais alors forte !.. (Exploitant agricole 2, Venosa, 14/01/2015).

  • 46 Gatti 2006.

36Cet extrait nous permet également de comprendre que la violence exercée par les « capineri » est avant tout une violence silencieuse, au contraire de l'image renvoyée par les reportages à sensations46. Car c'est bien sûr le fait d'être non seulement le « chef d'équipe » des ouvriers agricoles, mais également le principal détenteur de leur accès au travail agricole, qui confère au « caponero » un pouvoir contre lequel il est difficile de s'élever. Cette double fonction du « caponero », qui lui donne la possibilité de jouer sur la concurrence entre des ouvriers agricoles nombreux et aux exigences diverses, lui permet aussi bien de faire respecter la discipline que de se prémunir contre d'éventuelles revendications salariales :

Le fait est que nous sommes tous différents [...] C’est ça le problème ; le « capo », si tu refuses les 20 euros qu'il te propose, il va demander au Malien qui est habitué à ce genre de travail ; et s’il voit que tu essayes de lui parler révolution, il va parler de toi aux autres « capo » et tu ne travailleras plus (Ouvrier agricole 4, Paris, 10/04/2015).

« Caporalato » et travail « a cottimo » (à la pièce)

37Le pouvoir que le « caponero » tire de son double rôle de recruteur et de « chef d'équipe » est renforcé par la tâche du paiement des ouvriers que lui confie l'exploitant agricole. Donnant lieu à de multiples chantages, cette responsabilité offre au « caponero » la possibilité de mettre à exécution ses menaces, tout en lui donnant les moyens de se prémunir de toute contestation a posteriori en retardant le plus possible le moment du paiement.

38En outre, ce moment est probablement celui durant lequel le « caponero » met en scène sa domination sur les ouvriers agricoles de la façon la plus nette. Les supplications pour obtenir sa paie malgré le retard ou les attroupements fiévreux autour de la camionette à l'intérieur de laquelle, accoudé à sa fenêtre, le « caponero » consulte ses registres avant de procéder avec lenteur au paiement de ses ouvriers, sont autant de situations humiliantes destinées à rappeler la supériorité du « caponero ».

39Enfin, le bénéfice que tire le « caponero » de son activité est largement lié au mode de rétribution qu'il met en acte : la récolte « a cottimo » (« à la pièce »). Illégale dans la plupart des contrats d'ouvrier agricole – dans la province de Foggia par exemple, l'ouvrier agricole devrait théoriquement être rémunéré 40 euros pour 6 h 30 de travail – la récolte « a cottimo » apparait autant comme un instrument d'évasion fiscale que d'intensification du travail. Concernant l'ensemble des ouvriers agricoles migrants que j'ai interrogé, elle est aussi le moyen à travers lequel le « caponero » tire un bénéfice monétaire de son activité, en s'arrogeant une partie de la rétribution obtenue par chaque ouvrier agricole sur chaque « cassone » rempli.

40D'après les déclarations des ouvriers agricoles migrants, et malgré l'impossibilité de vérifier ces données considérant l'illégalité de la transaction, l'on peut raisonnablement avancer que l'exploitant agricole donnerait au « caponero » entre 4 et 4,50 euros par « cassone », tandis que ce dernier, après une déduction d'un euro ou de 50 centimes par « cassone », donnerait aux ouvriers agricoles environ 3 € 50 par « cassone ».

41Afin de justifier cette somme dérisoire, les exploitants agricoles soulignent combien ce mode de rétribution permettrait de gagner davantage que la paie officielle, tout en feignant de se plaindre de cette situation :

Il faut leur expliquer que le travail à la pièce n'existe pas en Italie, et qu'ils doivent travailler à la journée ! (Exploitant agricole 4, Venosa, 13/01/2015).
Disons que ceux-ci prennent 3 euros par « cassone ». Pour 40 « cassoni » en une journée, cela fait 120 euros par jour ! (Exploitant agricole 5, Palazzo San Gervasio, 17/01/2014).

  • 47 Perrotta 2014b.

42Outre la mauvaise foi évidente de ce dernier extrait, la question du nombre de « cassoni »  récoltés dans une journée est au coeur des sujets de conversation entre travailleurs agricoles migrants. Source de moqueries et d'admiration envers qui « a fait le plus de « cassoni », ces discours voués à magnifier la puissance physique du travailleur « noir » sont largement encouragés par le « caponero ». En promouvant la réappropriation d'un mode de rétribution qui, de toute évidence, profite avant tout aux exploitants agricoles, le « caponero » se fait ainsi, pour reprendre l'expression de Domenico Perrotta, un « médiateur de la violence symbolique » à l'encontre des ouvriers agricoles migrants47.

43Car, derrière les bravades, rares sont les migrants qui parviennent à récolter plus de 7 ou 8 « cassoni » par jour malgré des journées de 10, 11 voire 12 heures de travail ; tandis que d'autres, qui arrivent dans un champ dévasté, parviennent à peine à rembourser le prix du transport facturé par le « caponero ». Enfin, hernies discales et autres douleurs parfois irréversibles sont le quotidien de ces travailleurs qui, pour beaucoup, ont conscience de mettre leur santé en danger sans toutefois réussir à trouver d'alternatives.

Gérer les « bras » dans l'espace reproductif

Travail agricole migrant et « ghettos ruraux »

44S'étendant de l'espace productif – le champs – à l'espace reproductif – les lieux de résidence des travailleurs agricoles migrants – le contrôle du « caponero » sur le marché des « bras » dépend pour beaucoup de la nature des espaces de production agricole au sein desquels il s'exerce.

45Au contraire des espaces de polyculture fortement humanisés comme la plaine campanienne, les grandes plaines de monoculture comme le « Tavoliere » présentent trois d'éléments favorisant l'instauration et le maintien d'un monopole du « caponero » sur l'accès à la main-d'oeuvre agricole :

  • La forte discontinuité des besoins en « bras », rendant difficile l'instauration de rapports stables entre ouvriers agricoles migrants et exploitants agricoles ;
  • L'habitat concentré caractéristique des plaines agricoles du Mezzogiorno, à la fois distant des zones de production et difficile d'accès pour les travailleurs agricoles migrants, tant à cause de la faible disponibilité en logements qu'à cause des difficultés variées qu'ils rencontrent pour y louer un logement ;
  • L'importance du nombre de bâtiments abandonnés en rase campagne, anciennes fermes rurales ou pavillons inachevés issus de la réforme agraire.
  • 48 Hazard 2007 ; Filhol 2016a.

46La combinaison de ces trois éléments a ainsi favorisé l'émergence de regroupements informels d'ouvriers agricoles migrants que ces derniers désignent sous le nom de « ghetto », et qui prennent la forme d'un amas de baraques en bois, carton, tôle et plastique érigées en plein champs et à distance des centres urbains, souvent autour d'un ou plusieurs des bâtiments abandonnés évoqués ci-dessus. Sans trop nous attarder sur cette question déjà abordée dans d'autres travaux universitaires48, nous chercherons à mettre en lumière le lien qui unit « ghettos » ruraux et « capineri ».

La constitution d'une clientèle captive

47Concentration de « bras » disponibles au travail, le « ghetto » apparaît comme un réservoir de main-d’œuvre au sein duquel le « caponero » n’a qu’à se servir, tandis qu’il apporte aux migrants une réponse à deux de leurs besoins fondamentaux : l’accès au travail et au logement.

  • 49 Parmi lesquelles la question de l’accès aux travailleurs sans-papiers ; de l’absence de liberté au (...)

48L’imbrication du lien entre « ghetto », logement et accès à l’emploi agricole est ainsi mis en lumière par l’échec des projets d’hébergement de travailleurs agricoles migrants menés durant ces dernières années par les régions Basilicate et Pouilles. Si les raisons qui permettent d’expliquer le refus des migrants de prendre part à ces projets sont nombreuses49, c’est avant tout la conscience du fait que s’éloigner du « ghetto » signifie s’éloigner de la possibilité de travailler qui a poussé la majorité des migrants de ces régions à privilégier l’habitat isolé et insalubre des « ghettos » en lieu et place de ces structures d’hébergement.

49Dans le même temps, l’éloignement des « ghettos » par rapport aux centres urbains a pour conséquence une ségrégation particulièrement forte des travailleurs agricoles migrants, qui se retrouvent totalement isolés des communautés locales. Privant les migrants de l’accès aux instruments d’émancipation que représentent la connaissance des entrepreneurs locaux ou des syndicats, cet isolement contribue ainsi à faire du « caponero » non seulement un intermédiaire du travail, mais aussi un intermédiaire entre communautés migrantes et communautés locales.

  • 50 Ouvrier agricole 2, Caserte, 31/03/2015.

50L’organisation de l’isolement social et spatial de la main-d’œuvre agricole migrante permet ainsi au « caponero » de se constituer une clientèle captive au sein des communautés migrantes, dont la dépendance est illustrée par l’instauration d’un ensemble de mécanismes de dettes et d’obligations qui dépassent le cadre du travail pour toucher des aspects du quotidien des migrants directement liés à la sphère reproductive, comme par exemple l’accès à un endroit où dormir ou la fréquentation de certains commerces. Les retards de paiement sont une autre stratégie mobilisée par les « capineri » pour s’assurer la dépendance des ouvriers agricoles migrants à leur égard. Enfin, les mécanismes de cooptation sont à la base du fonctionnement du « ghetto », et entraînent la création de tout un ensemble d’obligations non seulement envers le « caponero » mais aussi envers les amis ou les parents qui vous mettent en contact avec lui, diminuant d’autant la propension des ouvriers agricoles migrants à vouloir changer les « lois » en vigueur50.

  • 51 Hazard 2007, p. 400.
  • 52 Perrotta 2014b.

51Les réseaux d'amitiés, de parenté, ou les liens communautaires à travers lesquels le « caponero » embauche ses ouvriers contribuent ainsi au renforcement non seulement de la dépendance, mais aussi de la cohésion du lien entre « capineri » et travailleurs agricoles migrants. Cette cohésion de type communautaire entre un « caponero » et son équipe, déjà relevée par Benoît Hazard51, se retrouve dans la majorité des espaces de vie des travailleurs agricoles migrants. Dans une telle configuration, les discours de rejet des « Italiens », des « blancs » ou des « autres » migrants que tiennent les « capineri »52 apparaissent comme autant de tentatives de faire passer pour de la « solidarité ethnique » ce qui apparait n’être qu’un moyen de contrôle et de discipline supplémentaire de la main-d'œuvre agricole migrante.

  • 53 Notes de terrain Foggia, 26/08/2015.
  • 54 Hazard 2007.

52La probable dissimulation, en août 2015, de la mort accidentelle d'un ouvrier malien résidant dans le « Grand Ghetto » de San Severo en est une preuve tragique. Bien que la majorité des habitants du « ghetto » aient rapidement été mis au courant de ce décès, le silence qu'ont maintenu les autres membres de l'équipe dans laquelle travaillait le disparu – tous originaires du même village que le « caponero » qui les avait emmenés au travail – a ainsi empêché toute enquête et tout moyen d'honorer une dépouille dont il n'y a aucune trace53. Ce silence, parfois qualifié « d'omertà »54, illustre la force de la cohésion entre « capineri » et ouvriers agricoles migrants, que la dimension communautaire des rapports de travail explique peut-être autant que les rapports de domination à l'oeuvre.

La difficile construction du consensus entre « capineri » et ouvriers agricoles migrants

53Sans infirmer ce qui précède, ne considérer les liens communautaires, familiaux ou amicaux que sous l'angle de l'instrumentalisation des travailleurs migrants par le « caponero » consisterait à opérer une simplification évidente de la nature du lien qui unit ces deux catégories. En effet, réduire le « caponero » à un rôle de garant de l'intérêt des exploitants agricoles reviendrait à oublier que celui-ci répond avant tout à des intérêts qui lui sont propres. En outre, considérer que les obligations qui dérivent de ces liens ne s'appliquent que dans un sens reviendrait à sous-estimer la capacité des ouvriers agricoles migrants à se saisir à leur tour de ces registres communautaires, familiaux ou amicaux pour contrebalancer le pouvoir exercé sur eux par le « caponero ».

54De là, j'aimerais avancer l'idée que l'acceptation de l'activité d'intermédiation du « caponero » par les ouvriers agricoles migrants n'est pas uniquement liée à la domination exercée par le premier sur les seconds, mais qu'elle se fonde aussi sur la construction d'un consensus entre « capineri » et travailleurs agricoles migrants reposant sur deux éléments : le respect d'une limite à ne pas franchir d'une part et la reconnaissance par les migrants du rôle rempli par le « caponero » de l'autre.

55Sans vouloir sous-estimer la violence de la relation entre ouvriers agricoles migrants et « capineri », mon propos repose sur deux postures. La première consiste à reconnaître qu'il est dans l'intérêt du « caponero » de ne pas s'enfermer dans une posture d'autorité et de distinction par rapport à la masse des ouvriers agricoles migrants, ne serait-ce que parce que le poids du nombre joue en sa défaveur, et que l'usage de la force s'avère souvent bien plus coûteux que quelques concessions. La seconde consiste à réfuter l'idée selon laquelle la capacité de révolte des ouvriers agricoles migrants serait totalement annihilée par le « caponero », permettant ainsi de refuser de procéder à une ultérieure victimisation de la figure du migrant.

Résistances et « limites à l'exploitation »

56L'acceptation des conditions de travail proposées par le « caponero » de la part des ouvriers agricoles migrants n'est pas inconditionnelle, et se situe dans le cadre d'une limite entre les exigences du premier et ce que les seconds sont prêts à endurer en échange de leur paie. Ainsi, le franchissement de cette limite tacite est à la base des épisodes d'actes de résistance au travail des ouvriers agricoles migrants, tel que nous le révèle un migrant ivoirien du « Grand Ghetto » :

Un jour on est arrivé dans un champ, et il n’y avait pas d’herbes ni tomates vertes, et c’était 4 euros le « cassone ». Et puis on a dû changer de champ, et là c’était que de l’herbe ou des tomates vertes. Alors on a réclamé au moins 7 euros le « cassone », mais le « capo » n’a pas voulu, il a dit que le patron ne lui donnait pas autant et qu’il allait perdre de l’argent. Après, personne ne peut vérifier, mais sûrement le patron il lui donne peut-être 10 euros même par « cassone ». Alors je lui ai dit, « tu sais quoi, je ne vais pas travailler, car je suis là pour gagner de l’argent, pas pour me tuer pour rien », car je savais qu’en une heure tu ne pouvais même pas faire un « cassone ». Du coup je suis parti me reposer sous un arbre. Après trente minute, un autre frère arrive ; et après, encore un autre. Alors le « capo » vient me voir et me dit que j’ai mis des idées dans la tête des autres, que c’est de ma faute s’ils ne travaillent pas. Je lui dit que non, c’est de sa faute car il ne veut pas nous donner plus. Il insiste, alors dans ce cas je lui dis de me payer tout ce qu’il me doit car je n’irai plus travailler avec lui. Si tu ne veux plus travailler avec un « capo », tu vas voir un autre. Ils ne sont pas amis entre eux, en tout cas au ghetto, ils sont concurrents, car chacun veut pouvoir amener le maximum de monde quand il a besoin, et se bat pour avoir les meilleurs. Et tu vois, quand il a plu, même le « capo » avec qui j’avais eu la dispute m’a redemandé de travailler avec lui, car chacun avait besoin de plus de monde possible (Ouvrier agricole 4, Paris, 10/04/2015).

57Cet extrait d’entretien, tout en montrant comment les ouvriers agricoles n’hésitent pas eux aussi à jouer sur la concurrence entre « capineri », dénote une capacité de résistance envers le « caponero » qu’il n’est pas rare de voir se muer en violence verbale voire physique, poussant ces derniers à habiter dans les centres urbains ou dans des pavillons situés à l’écart de la masse des travailleurs agricoles : « La plupart des immigrés qui ont perdu la tête là, il y a des fois ils peuvent leur faire du mal au caponero ; certains immigrés leur ont même brûlé des voitures (Ouvrier agricole 2, Caserte, 31/03/2015) ».

58L'extrait d'entretien suivant trace un lien direct entre le recours à la violence à l'encontre d'un « caponero » et le respect d'une limite à ne pas franchir :

Nous même un jour on a botté notre « caporal », parce qu’il jouait des conneries, « on travaille idiot, on fait ça idiot, c’est pas comme ça qu’on fait ça » ! J’ai dit bon comme c’est la première fois on n’a qu’à le laisser, peut-être le jour à venir il va changer. Le lendemain c’est devenu pire ! Il a tapé un gars avec un bâton, alors on a commencé à lui donner des coups de pied, on l’a tapé et puis on lui a laissé son travail et on est parti […] Parce que bon, c’est un « capo » qui est énervant, la plupart des gens le connaissent, et on n’était pas les premières personnes qui l’ont botté. Il a un mauvais comportement, il veut que les gens travaillent comme des animaux. Nous-mêmes on sait qu’on est sur-exploités mais si on est en train de l’accepter pour faire le travail il faudrait que tu nous laisses faire le travail [...] Il y a des limites à ne pas franchir et lorsque chez nous on dit « trop c’est trop », il faut réagir [...] Même si on est sur-exploités il y a quelque chose qui revient, c'est qu’on doit protéger notre dignité (Ouvrier agricole 2, Caserte, 31/03/2015).

  • 55 Yvan Sagnet, Borgo Mezzanone, 03/09/2015.

59Ces extraits soulignent bien la capacité de résistance que possèdent les ouvriers agricoles migrants face aux « capineri » qui franchissent une limite considérée comme acceptable par la communauté – aussi reculée qu'elle puisse paraître. Néanmoins, ces actes de rebellions apparaissent davantage comme des révoltes contre un écart à la norme que comme des révoltes contre le fonctionnement même du « caporalato ». Souvent liés à une violence excessive du « caponero », à l'absence de paiement, ou au prix du « cassone » par rapport à la qualité du champs – comme dans le cas de la révolte de Nardò55 – ces épisodes peuvent aussi bien être lus comme la preuve d'une capacité de résistance des migrants que comme de simples « sas de décompression », sortes d'exceptions confirmant la règle et permettant d'entériner un fonctionnement « normal » du « caporalato ».

La reconnaissance du rôle du « caponero »

60Malgré un sentiment d'injustice tenace, les travailleurs agricoles migrants sont nombreux à accepter les règles de l'activité de médiation du « caponero » :

Le « caporalato », c'est l'équivalent d'une agence de travail, qui elle aussi se paie sur ton propre travail (Ouvrier agricole 4, Paris, 10/04/2015).
En deux mois, je n'ai travaillé que quelques jours. Mais c'est normal, c'est la première année que j'y vais, je ne connais personne et le « caponero » ne sait pas si je vais lui poser des problèmes ou pas (Ouvrier agricole 6, Boreano, 29/11/213).
Quand le « capo » prend 50 ct, bon, c’est comme ça, c'est normal, les gens le savent, personne ne peut refuser ça (Ouvrier agricole migrant 1, Palazzo San Gervasio, 21/01/2014).

61Deux raisons permettent, selon moi, d'expliquer cette reconnaissance du rôle du « caponero ». La première réside dans l'idée que c'est l'exploitant agricole qui est responsable des conditions de travail des ouvriers agricoles migrants :

Même quand tu connais déjà le patron, si tu veux le travail, tu dois passer par le « caporale ». C’est obligatoire. C’est ça le problème ! Les patrons font tout pour avoir ce système (Ouvrier agricole migrant 1, Palazzo San Gervasio, 21/01/2014).

62La seconde réside dans la perception du « caponero » comme entrepreneur et figure de réussite migrante dans les espaces d'agriculture intensive d'Italie du Sud. Conscients des sacrifices réalisés par le « caponero » pour parvenir à cette position, nombreux sont les travailleur agricoles migrants qui n'hésitent pas à affirmer qu'ils deviendraient eux aussi « caponero » s'ils en avaient les moyens. Quant à ceux qui voient en lui le complice d'un système productif et social injuste, ils se retrouvent forcés de reconnaitre que la tentation de se compromettre est forte dans un contexte où la survie même du travailleur migrant est fréquemment menacée :

Si un gars a travaillé pour un « caponero » et n’a pas été payé, par exemple pour trois ou quatre mois, et s’il a l’accès à un Italien qui lui dit « moi j’ai besoin d'ouvriers », alors lui aussi il en profite pour boucher le trou qu’il avait creusé auparavant. Et c’est comme ça ; ça devient une chaine alimentaire. Il est mangé par l'autre, et lui aussi il mange l’autre (Ouvrier agricole 2, Caserte, 31/03/2015).

Le « caponero », baromètre de l'évolution des rapports de force dans les campagnes du Mezziogiorno ?

63Comme nous l'avons vu au début de ce texte, la persistance des pratiques de « caporalato » dans les campagnes du Mezzogiorno peut être expliquée par la permanence d'un ensemble de structures des espaces agricoles du Sud – en particulier la discontinuité de l'emploi, le recours à une main-d'œuvre exogène, l'informalité des relations économiques et la faible rémunération du travail – qui offrent à l'intermédiation de travail un terreau fertile sur lequel se développer. Dans le même temps, nous avons montré que l'une des principales forces du « caporale » était de s'adapter aux mutations du marché du travail agricole ; le « caponero », lié à l'augmentation du nombre de travailleurs agricoles migrants dans les campagnes italiennes, apparait donc dans un premier temps comme une simple évolution de la figure du « caporale » italien.

  • 56 Pugliese 2013, p. 60.
  • 57 Hazard 2007, p. 402.
  • 58 Huffington Post 2015.

64Et pourtant, la force des mécanismes d'exclusion subis par la main d'oeuvre migrante – d'une dimension inédite dans l'histoire des campagnes méridionales – a permis au « caponero » et aux exploitants agricoles de « construire un système de pouvoir et de contrôle du travailleur incomparable par rapport à celui exercé par la vieille figure du caporale »56. Et si le « caponero » est bien « un pur produit des rapports sociaux déterminés par le marché du travail local »57, on peut alors considérer que l'accroissement de son pouvoir est le signe d'une dégradation, non seulement des conditions de vie et de travail des ouvriers agricoles migrants, mais bien de l'ensemble de la main-d'œuvre agricole. La recrudescence de décès dans les campagnes d'Italie du Sud, touchant indistinctement ouvriers migrants et ouvrières italiennes, semble malheureusement en être une preuve58.

  • 59 Hazard 2007, p. 403.
  • 60 Campagne in Lotta 2015.

65Bien que les « capineri » soient l'instrument à travers lequel ces mécanismes sont mis en oeuvre, il serait trop facile de faire d'eux les responsables de cette situation. D'une part, car leur comportement, présenté « amoral » puisque fondé sur l'exploitation de « semblables », ne fait que refléter les pratiques d'un modèle hégémonique59. D'autre part, car les principaux gagnant du contrôle et des faibles rémunérations qu'ils imposent aux travailleurs sont autres. L'augmentation du nombre de voix s'élevant pour dénoncer non pas l'injustice des gains du « caponero », mais l'injustice de l'ensemble des gains de la filière agro-alimentaire dont il fait partie en témoigne60.

  • 61 D'Alessio 2012.

66Or, la vulnérabilité des travailleurs agricoles migrants – permettant aux exploitants agricoles de peser sur l'ensemble des salaires agricoles et de continuer à fournir aux industries de transformation des tomates « rémunérées » par le marché autour de 8 à 10 centimes le kilo – est bien évidemment une responsabilité des institutions publiques : à travers la production de travailleurs exclus de la tutelle du droit du travail permise par la loi Bossi-Fini d'une part, et la dérégulation progressive du marché du travail agricole opérée à partir des années 1990 d'autre part61, toutes les conditions ont été réunies pour faire du « caponero » une expression moderne de l'évolution des rapports de travail.

  • 62 Rinaldi et Sobrero 2004.

67C'est dans ce sens que je propose de qualifier le « caponero » de « baromètre » de l'évolution des rapports de force dans les campagnes méridionales. On comprend, à la lecture de ce qui précède, que l'essor du « caponero » est la traduction d'une faiblesse accrue de la main-d'œuvre agricole devant les propriétaires des moyens de production. L'analyse des luttes des « bras » du Mezzogiorno nous en offre la preuve. Tandis que le début du XXe et les deux décennies faisant suite à la Seconde Guerre mondiale, caractérisées par une force inégalée du mouvement bracciantile, enregistrent un recul des pratiques de « caporalato »62, les années du fascisme et celles, plus récentes, de la perte de centralité des campagnes comme lieu d'affrontement entre travail et capital, ont eu comme conséquence une recrudescence et une aggravation de ces pratiques.

  • 63 Di Martino 2015, p. 95.

68Aujourd'hui, l'État italien semble vouloir s'ériger en pourfendeur du « caporalato », à grands renforts de « rhétorique combattante »63. Pourtant, là où les luttes syndicales du siècle dernier ont montré que seul un contrôle de l'accès à l'emploi agricole par les travailleurs permettait un recul du « caporalato », les libéralisations continues du marché du travail réalisées par l'actuel gouvernement du Parti Democratique nous permettent de douter sérieusement de cette volonté. Au contraire, le choix de combattre le « caporalato » à l'aide d'un ensemble d'instruments uniquement répressifs semble davantage dicté par la volonté de répondre à une construction médiatique du « caponero » fondée sur une opposition entre victimes et bourreaux.

  • 64 Andrijasevic – Mai 2016.
  • 65 Moulier-Boutang, 1998.
  • 66 Pugliese 2015, p. 134.

69Manifestation de l'importance contemporaine des médias dans la constitution de « définitions élémentaires » des phénomène sociaux – en particulier lorsqu'il s'agit de spéculer sur la vulnérabilité des migrants64 – on peut ainsi douter des effets positifs de cette loi. D'une part, car en réduisant la question du « salariat bridé »65 à celle du « caporalato », elle ne donne aucun instrument concret permettant de lutter contre le poids de la domination subie par les travailleurs migrants. D'autre part, car on peut douter de son application dans le contexte d'informalité généralisée qui caractérise le secteur agricole. Enfin, car elle opère un « détournement de l'attention sur le droit du travail et les relations syndicales »66.

  • 67 Filhol 2016b.
  • 68 Activiste 1 et 2, Rome, 20/12/2015.

70Les mouvements sociaux dans lesquels s'impliquent les travailleurs agricoles migrants ne s'y trompent pas. C'est pourquoi les revendications portées aussi bien par le « Movimento dei Migranti e Rifugiati di Caserta »67(Mouvement des Migrants et des Réfugiés de Caserte) que par « Campagne in lotta »68 (Campagnes en lutte) sont avant tout vouées à lutter contre les conditions créant les mécanismes de domination subis par les migrants plutôt que de lutter contre le « caporalato » en soi. En effet, si les épisode de résistance au « caponero » peuvent constituer le point de départ de mobilisations migrantes de grande ampleur – comme à Nardò en 2011 – il convient de ne pas oublier que les « capineri » ne représentent que l'avant dernier maillon d'une chaîne de rapports de domination qui s'étend bien au-delà des seuls travailleurs agricoles migrants des espaces agricoles méridionaux. Dans un tel contexte, la lutte pour l'acquisition des moyens d'émancipation et d'autonomie des travailleurs agricoles migrants – à commencer par le permis de séjour, l'accès au transport, le contrat de travail et la régulation collective des mécanismes d'offre et de demande de travail – apparait comme le préalable à un renversement des rapports de force à l'œuvre dans les campagnes du Mezzogiorno dont le « caponero » n'est qu'une expression.

Haut de page

Bibliographie

Ago 1981 = R. Ago, Braccianti, contadini e grandi proprietari in un villaggio Laziale nel primo Settecento, dans Quaderni storici, 46, 1981, p. 60-91.

Altamura 2009 = F. Altamura, I sindacati fascisti nelle campagne baresi degli anni Trenta, dans Studi storici, 50-4, 2009, p. 1065-1097.

Amnesty international 2012 = Amnesty international, exploited labour. Migrant workers in Italy’s agricultural sector, Londres, 2012.

Andrijasevic – Mai 2016 = R. Andrijasevic, N. Mai, Trafficking (in) representations : understanding the recurring appeal of victimhood and slavery in neoliberal times, dans Anti-Trafficking Review, 7, 2016, p. 1-10.

Barbero – Marotta 1989 = G. Barbero, G. Marotta, Mobilità e mercato del lavoro agricolo dal dopo guerra ad oggi, dans Storia dell'agricoltura italiana in età contemporanea, 1, 1989, p. 857-881.

Berlan 1986 = J.P. Berlan, Agriculture et migrations, dans Revue européenne des migrations internationales, 2 (3), 1986, p. 9-32.

Bevilacqua 2005 = P. Bevilacqua, Breve storia dell'Italia meridionale : dall'Ottocento a oggi, Rome, 2005.

Botte 2009 = A. Botte, Mannaggia la miseria : storie di braccianti stranieri e caporali nella piana del sele, Rome, 2009.

Brovia 2008 = C. Brovia, Sous la férule des caporali, dans Études rurales, (2), 2008, p. 153-168.

Campagne 2015 = Campagne in Lotta, Oltre gli schiavi e i caporali ; riflessioni sullo sfruttamento nella filiera agro-alimentare, 31 août 2015, URL : http://campagneinlotta.org/oltre-gli-schiavi-e-i-caporali-riflessioni-sullo-sfruttamento-nella-filiera-agro-industriale/ (dernier accès : 12/04/2017)

Carlini 2016 = G. Carlini, Le voci dei migranti in un’aula di tribunale. Analisi etnografica del processo Sabr (Lecce) dans Antropologia, 3, 2, 2016.

Colloca – Corrado 2012 = C. Colloca, A. Corrado (dir.), La globalizzazione nelle campagne. Migrazioni e società rurali nel Sud Italia, Milan, 2012.

Commissione centrale PCI 1987 = Commissione centrale agraria del PCI, L’unità di tutte le forze nella lotta contro il caporalato, Rome, 1987.

Commissione parlamentare 1995 = Commissione parlamentare d’inchiesta sul fenomeno del cosiddetto « caporalato », Resoconti stenografici delle sedute, Rome, 1995.

Corrado – de Castro – Perrotta 2016 = A. Corrado, C. de Castro, D. Perrotta (dir.) Migration and agriculture : mobility and change in the Mediterranean area, Londres-New York, 2016.

Cosentino – Teodonio 2015 = R. Cosentino, V. Teodonio, Sono italiane le nuove schiave dei campi, dans La Repubblica, 25 mai 2015.

CSR Idos 2014 = CSR Idos, Dossier statistico immigrazione 2014, Rapporto Idos, Rome, 2014.

D'Alessio 2012 = M. D'Alessio, Evoluzione del collocamento e mercato del lavoro in agricoltura, dans Mercato del lavoro e agricoltura, AE, n° 12, 2012.

De Lorenzo 2007 = R. De Lorenzo (dir.), Storia e misura : indicatori sociali ed economici nel Mezzogiorno d'Italia, secoli XVIII-XX, Milan, 2007.

Di Bartolo 2013 = F. Di Bartolo, Dalle lotte sociali alla globalizzazione delle rivolte. Il movimento bracciantile nelle zone capitalistiche del Mezzogiorno, dans Meridiana, 2013, p. 175-201.

Di Martino 2015 = A. Di Martino, « Caporalato » e repressione penale. Appunti su una correlazione (troppo) scontata, dans E. Rigo (dir.) Leggi migranti e caporali, Pise, 2015.

Eurispes 2014 = Eurispes, Sottoterra. Indagine sul lavoro sommerso in agricoltura, Rome, 2014.

Filhol 2016a = R. Filhol, Vivre au « Grand Ghetto » : entre ségrégation sociospatiale et redéfinition des carrières migratoires des travailleurs agricoles sub-sahariens en Italie du Sud », dans E. Canepari, B. Mésini, S. Mourlane (dir.), Mobil hom(m)es, La Tour d'Aigues, 2016, p. 135-143.

Filhol 2016b = R. Filhol, When migrants meet squatters : the case of the movement of migrants and refugees in Caserta, dans P. Mudu, S. Chattopadhyay (dir.) Migration, squatting and radical autonomy, Abington, 2016, p. 232-247.

Fontaine 2005 = L. Fontaine, Montagnes et migrations de travail, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 2, 2005, p. 26-48.

Gatti 2006 = F. Gatti, I was a slave in Puglia, dans L’espresso, 1 septembre 2006.

Gribaudi 1990 = G. Gribaudi, A Eboli : Il mondo meridionale in cent'anni di trasformazioni, Venise, 1990.

Hazard 2007 = B. Hazard, L'aventure des Bisa dans les ghettos de « l'Or rouge » (Burkina Faso-Italie) : trajectoire historique et recomposition des réseaux migratoires burkinabe dans la région des Pouilles, Thèse de doctorat. Paris, EHESS, 2007.

Huffington Post 2015 = Tre braccianti agricoli morti in Puglia mentre raccoglievano frutta e verdura. Anche questo è il Sud, dans Huffington Post, 08 août 2015, URL : http:// www.huffingtonpost.it/2015/08/07/braccianti-morti- puglia_n_7953852.html (dernier accès 12/04/2017).

La Repubblica 1996 = Ho visto morire tre mie amiche per poche lire, dans La Repubblica, Rome,12 novembre 1996.

Lotta Continua 1978 = Lotta Continua, Inchiesta sui caporali in Puglia, 28 juillet 1978.

Lupo 1990 = S. Lupo, I proprietari terrieri nel Mezzogiorno, dans Storia dell’agricoltura italiana in età contemporanea, 2, 1990, p. 105-50.

Medici senza frontiere 2008 = Medici senza frontiere, Una stagione all’inferno. Rapporto sulle condizioni degli immigrati impiegati in agricoltura nelle regioni del Sud Italia, Rome, 2008.

Medu 2015 = Medici per i diritti umani, Terra ingiusta. Rapporto sulle condizioni di vita e di lavoro dei braccianti stranieri in agricoltura, Rome, 2015

Mercurio 1989 = F. Mercurio, Agricolture senza casa. Il sistema del lavoro migrante nelle maremme e nel latifondo, dans P. Bevilacqua (dir.), Storia dell'agricoltura italiana in età contemporanea, 1, 1989, p. 131-79.

Moulier-Boutang 1998 = Y. Moulier-Boutang, De l'esclavage au salariat : économie historique du salariat bridé, Paris, 1998.

Musso 2004 = S. Musso, Le regole e l'elusione : il governo del mercato del lavoro nell'industrializzazione italiana : 1888-2003, Turin, 2004.

Osservatorio Placido Rizzotto 2014 = Osservatorio Placido Rizzotto Flai-CGIL, Agromafie e caporalato. Secondo Rapporto, Rome, 2014.

Perrotta 2014a = D. Perrotta, Vecchi e nuovi mediatori. Storia, geografia ed etnografia del caporalato in agricoltura, dans Meridiana, 2014, p. 193-220.

Perrotta 2014b = D. Perrotta, Violenza simbolica e migranti in Italia. Esperienze di ricerca con operai rumeni e braccianti burkinabé, dans Rassegna Italiana di Sociologia, 55-1, 2014, p. 149-180.

Perrotta 2015 = D. Perrotta, Il caporalato come sistema : un contributo sociologico, dans Rigo E. (dir.) Leggi migranti e caporali, Pise, 2015.

Piselli 1990 = F. Piselli, Sensali e caporali dell'Italia meridionale, dans P. Bevilacqua (dir.), Storia dell’agricoltura italiana in età contemporanea, 2, 1990, p. 823-855.

Pugliese – Mottura 1975 = E. Pugliese, G. Mottura, Agricoltura, mezzogiorno e mercato del lavoro, Bologne, 1975.

Pugliese 2006 = E. Pugliese, L'Italia tra migrazioni internazionali e migrazioni interne, Bologne, 2006.

Pugliese 2013 = E. Pugliese (dir.), Immigrazione e diritti violati : i lavoratori immigrati nell'agricoltura del Mezzogiorno, Rome, 2013.

Pugliese 2015 = E. Pugliese, Braccianti, caporali e imprese, dans E. Rigo (dir.), Leggi migranti e caporali, Pise, 2015.

Quilici 1979 = F. Quilici, Intervista a Lorenza sulla raccolta delle olive e sul caporalato, dans F. Quilici (dir.), Uomo europeo. Interviste / registrazioni, Rome, 1979

Rinaldi – Sobrero 2004 = G. Rinaldi, P. Sobrero, La memoria che resta. Vita quotidiana, mito e storia dei braccianti nel Tavoliere di Puglia, Lecce, 2004 (1re ed. 1981).

Zaccaria 1998 = C. Zaccaria, Lavoro nero oggi : il fenomeno del caporalato agricolo in Puglia, dans Critica sociologica, 127, 1998, p. 72-86.

Haut de page

Notes

1 Brovia 2008.

2 http://www.camera.it/leg17/522?tema=contrasto_dello_sfruttamento_del_lavoro_in_agricoltura (dernière consultation le 21/11/2016).

3 La Repubblica 1996.

4 Commissione parlamentare d’inchiesta sul fenomeno del cosiddetto « caporalato » 1995.

5 J'aimerais ici souligner le rôle décisif joué par l'École française de Rome, grâce à deux bourses de mobilité accordées en 2014 et 2015, dans la réalisation du travail de terrain sur lequel repose cet article.

6 Contraction de « caporale » et de « nero » (noir), le terme de « caponero » est celui qui est employé aussi bien par les migrants que par certains exploitants agricoles pour désigner le « caporale » issu des migrations internationales, distinguant ainsi ce dernier du « caporale » d'origine italienne.

7 Perrotta 2014a.

8 Piselli 1989 ; Perrotta 2014a.

9 Mercurio 1989, p. 135.

10 Mercurio 1989, p. 139.

11 Ago 1981 ; De Lorenzo 2007.

12 Mercurio 1989, p. 158.

13 Fontaine 2005.

14 Lupo 1990 ; Bevilacqua 2005.

15 Ligues d'ouvriers agricoles ; Rinaldi et Sobrero 2004.

16 Rinaldi – Sobrero 2004, p. 185.

17 Mottura – Pugliese, 1976 ; Musso 2003 ; Altamura 2009 ; Perrotta 2014a.

18 Bevilacqua 2005.

19 Principal syndicat d'ouvriers agricoles d'après-guerre.

20 Bevilacqua 2005.

21 La loi 83 du 11 mars 1970, D’Alessio 2012.

22 Di Bartolo 2013.

23 Barbero – Marotta 1989, p. 860.

24 Berlan 1986.

25 Commissione centrale agraria del PCI 1987, p. 13.

26 Quilici 1979 ; Gribaudi 1990 ; Zaccaria 1998.

27 Afin de protéger mes interlocuteurs d'éventuelles conséquences négatives, la référence aux entretiens utilisés sera faite de façon suivante : fonction / numéro / lieu de l'entretien / date de l'entretien. Exploitant agricole 1 : Marcianise, 22-06-2011 ; Cosentino –Teodonio 2015

28 Pugliese 2006.

29 CSR Idos 2014

30 Eurispes 2014

31 Médecins sans frontières 2006 ; Amnesty international 2012 ; Osservatorio Placido Rizzotto Flai-CGIL 2014 ; Medu 2015.

32 Pugliese 2013 ; Colloca – Corrado 2013 ; Corrado – De Castro – Perrotta 2016.

33 Botte 2009.

34 Perrotta 2014a, p. 211.

35 Piselli 1990, p. 835.

36 Lotta Continua, 1978.

37 Yvan Sagnet, Borgo Mezzanone, 03/09/2015.

38 Hazard 1997.

39 Piselli, 1989, p. 826.

40 Perrotta 2014a.

41 Hazard, 1997, p. 399.

42 Carlini 2016.

43 Le « cassone » est un bac de plastique permettant de recueuillir environ 300 kg de tomates. Il sert d'unité de mesure du travail à la pièce ; cf section suivante.

44 Perrotta 2014a ; 2015.

45 Quilici 1979 ; Rinaldi – Sobrero 2004.

46 Gatti 2006.

47 Perrotta 2014b.

48 Hazard 2007 ; Filhol 2016a.

49 Parmi lesquelles la question de l’accès aux travailleurs sans-papiers ; de l’absence de liberté au sein de ces structures fermées au public ; ou encore de la faible durée de l’hébergement proposé.

50 Ouvrier agricole 2, Caserte, 31/03/2015.

51 Hazard 2007, p. 400.

52 Perrotta 2014b.

53 Notes de terrain Foggia, 26/08/2015.

54 Hazard 2007.

55 Yvan Sagnet, Borgo Mezzanone, 03/09/2015.

56 Pugliese 2013, p. 60.

57 Hazard 2007, p. 402.

58 Huffington Post 2015.

59 Hazard 2007, p. 403.

60 Campagne in Lotta 2015.

61 D'Alessio 2012.

62 Rinaldi et Sobrero 2004.

63 Di Martino 2015, p. 95.

64 Andrijasevic – Mai 2016.

65 Moulier-Boutang, 1998.

66 Pugliese 2015, p. 134.

67 Filhol 2016b.

68 Activiste 1 et 2, Rome, 20/12/2015.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Filhol, « Du « caporale » au « caponero ». L'intermédiation de main-d’œuvre agricole migrante en Italie du Sud », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 28 septembre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/3333 ; DOI : 10.4000/mefrim.3333

Haut de page

Auteur

Romain Filhol

Lab’Urba, Université Paris Est, Dipartimento di Scienze Sociali, Università degli Studi di Napoli Federico II, filhol.romain@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org