Navigation – Plan du site
Les intermédiaires du travail. Acteurs du recrutement et de la gestion des travailleurs, (XVIe-XXIe siècle)

Places, palais, auberges. À la recherche du travail dans une ville baroque

Eleonora Canepari

Résumés

L’article s’interroge sur les formes d’accès au marché du travail dans un cadre urbain – celui de Rome à l’époque moderne – où la personnalisation des échanges économiques coexiste avec un fort degré de mobilité des habitants. Comment les individus « mobiles » (travailleurs saisonniers, journaliers, migrants temporaires) accédaient-ils au marché du travail, dans une société de l’« économie baroque » ? Pour répondre à cette question, l’article est centré sur certains lieux de la ville qui fonctionnent comme « plaques tournantes » de l’information relative au travail. La première partie de l’article a pour objet les palais, les places et les auberges, analysés au prisme du rôle des intermédiaires ; la deuxième section est centrée sur les liens entre les propriétaires fonciers, les salariés agricoles et les intermédiaires (caporali), replacés dans un cadre urbain.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a bénéficié d'une aide du gouvernement français au titre du programme « Investissements d'avenir, initiative d'excellence » d'Aix-Marseille Université – A*MIDEX.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Bosma – Van Nederveen Meerkerk – Sarker 2012 ; Lucassen 2000 ; Wadauer – Buchner – Mejstrik 2015.

1Dans les études qui ont exploré les dynamiques du recrutement dans le passé, la fin du XXe siècle représente un tournant, car c’est à ce moment que les agences pour l’emploi et les « bourses du travail » sont créées dans la plupart des pays d’Europe1. C’est également à ce moment que se généralise la pratique d’insérer des offres d’emploi dans les journaux, et d’y répondre, l’accès au travail étant étroitement liée à la circulation de l’information. Si ces deux nouveautés ouvrent sans doute la voie à un processus de recrutement moins personnalisé, les études des sociologues sur les marchés du travail des sociétés contemporaines ont désormais mis en évidence que la mobilisation des réseaux d’amis et parents demeure la première – et la plus efficace – forme de recherche d’un emploi.

2Faire partie d’un réseau permet en effet non seulement d’avoir accès à l’information relative aux offres de postes, mais aussi d’utiliser le registre de la confiance, malgré l’absence de relations directes entre (futur) employé et employeur.

  • 2 De Schweinetz 1932 ; Parnes 1954 ; Edelman et al. 1952 ; Sheppard – Belitsky 1966 ; Brown 1965.
  • 3 Granovetter 1974, p. 6.
  • 4 Castilla et al. 2000.

3De ce point de vue, on ne peut pas vraiment distinguer les sociétés modernes – censées être des sociétés du « face à face » – de celles de nos jours, considérées plus impersonnelles : dans les deux cas, la mobilisation des réseaux personnels est le moyen le plus efficace de trouver un travail. Depuis la parution, à partir des années 1930, des études sur les blue-collars aux États-Unis, on sait que le recrutement par l’intermédiaire d’amis ou de parents représente la majorité des embauches2. Ainsi, le travail de référence de Mark Granovetter, publié en 1974, a comme point de départ ce qui, déjà à l’époque, était un acquis de la recherche sociologique sur les dynamiques de recrutement : « (…) information is secured from ‘friends and relatives’«3. Plus récemment, Granovetter a étudié le milieu professionnel de la Silicon Valley, berceau de l’innovation, précisément en termes de réseaux sociaux et de contacts personnels, ce qui remet définitivement en question le lien supposé entre « modernité » et impersonnalité des rapports (et donc des dynamiques de recrutement)4.

  • 5 Grieco 1987. Voir, entre autres, Fontaine 1993 ; Maitte 2009.
  • 6 Ago 1998.

4Etant donné l’importance du « face à face », aujourd’hui comme hier, cet article s’interroge sur les formes d’accès au marché du travail dans un cadre urbain marqué à la fois par la centralité de la confiance dans les échanges économiques, et par le fort degré de mobilité de ses habitants : celui de Rome à l’époque moderne. Quelles étaient les voies d’accès au marché du travail dans une ville caractérisée par la mobilité ? Le rôle des « pays » dans les premières étapes qui suivent l’arrivée du migrant en ville est bien connu : les liens établis au sein de la communauté d’origine permettaient au nouvel arrivant non seulement de se loger, mais aussi de s’insérer (et de se former) dans un milieu professionnel. Plusieurs études historiques se sont intéressées au rôle des « communautés » d’origine géographique et des chaînes migratoires dans la recherche d’un travail, à partir de l’ouvrage de Margaret Grieco sur les migrations et les chaînes occupationnelles5. Toutefois, toutes les formes de mobilité n’étaient pas inscrites dans une chaîne migratoire : il suffit de penser aux travailleurs saisonniers, aux journaliers, aux hommes et aux femmes qui émigraient dans une ville où ils disposaient d’un faible enracinement local. Comment ces individus « mobiles » (aussi bien du point de vue géographique que professionnel) parvenaient-ils à accéder et ré-accéder au marché du travail, dans une société de l’économie baroque centrée sur la mobilisation du registre de la confiance dans les transactions ?6

  • 7 Geremek 1968.
  • 8 Sarasúa 2001 ; Kaplan 1989 ; Luciani 1990.
  • 9 Gruet 2008, p. 274.
  • 10 Knotter 2015.

5La réponse proposée dans cet article se fonde sur une approche spatiale, qui prend en compte la notoriété de certains lieux comme « plaques tournantes » de l’information relative au travail : c’était dans ces endroits que les intermédiaires offraient leurs services. En effet, en l’absence de moyens de communication capables de raccourcir les distances physiques, dans les villes de toute l’Europe moderne, certains lieux fonctionnaient comme des véritables « catalyseurs » des offres d’emploi. Les plus connues sont certainement les places d’embauche, les « marchés aux bras »7 où ce qui était en vente était la force de travail des hommes et des femmes qui s’y rendaient pour trouver un patron ou un employeur8. Comme Brice Gruet le souligne à propos de Rome, les places des villes modernes étaient « polyvalentes » et avaient parmi leurs fonctions celle de favoriser l’embauche des salariés : « Les services y sont très présents, notamment pour l’embauche, et nous retrouvons là un trait caractéristique de l’organisation ancienne du travail dans laquelle les employés à la journée se recrutent en des endroits bien précis, classés par type de profession »9. À côté de ceux-ci, d’autres lieux de la ville, à Rome come ailleurs, étaient connus par ses habitants comme des endroits où se rendre pour trouver un emploi. Ad Knotter souligne que, jusqu’à la deuxième guerre mondiale, l’une des formes d’intermédiation du travail les plus courantes était le « calling around »10. Cette pratique consistait à se rendre sur les lieux où se situaient des structures susceptibles d’avoir besoin de main-d’œuvre : portails des usines, sites en construction, entrées des ports, mines, etc. Le mécanisme qui présidait au fonctionnement de ces lieux comme centres de recrutement était leur notoriété et le partage de cette réputation, c’est-à-dire le fait que les habitants de la ville savaient avec certitude que c’était ici qu’on cherchait un emploi – et que même ceux qui venaient d’arriver en ville étaient au courant de cette « géographie urbaine » du recrutement.

  • 11 On peut également mentionner l’utilisation des portes pour la circulation des informations : Cuvel (...)
  • 12 Vincent Danet, dans un article sur la mobilité résidentielle, parle d’une « transmission de proxim (...)

6Ainsi, ce qui différencie la ville moderne de celle d’après 1800 est moins l’existence de formes de recrutement « impersonnelles » (telles que les agences d’emploi) que le rôle joué par l’espace urbain11. Dans un contexte où la proximité joue un rôle clé dans l’accès à l’information, qui circule souvent de façon « segmentée »12, les intermédiaires du travail investissaient certains lieux spécifiques de la ville, tels que les palais de la noblesse et les places dans lesquelles ils étaient situées – véritables carrefours pour l’emploi des domestiques – mais aussi, dans le cas des salariés agricoles, les places d’embauche, dont les caporali (intermédiaires du recrutement agricole) étaient des habitués. Les palais, les places et les auberges, analysées au prisme de la recherche d’emploi et des services des intermédiaires, font l’objet de la première partie de cet article, tandis que la deuxième section est centrée sur les liens entre les propriétaires fonciers, les salariés agricoles et les intermédiaires (caporali), replacés dans le cadre urbain, que la mobilité des individus relie étroitement à la campagne.

Des portes qui s’ouvrent. Places, palais, auberges et sensali

  • 13 ASR (Archivio di Stato di Roma (désormais ASR), Ospizio apostolico di San Michele, partie II, vol. (...)

7L’économie de Rome à l’époque moderne était très attractive pour les hommes et les femmes qui arrivaient en ville à la recherche d’un emploi. Dans les dossiers de pauvres de l’hôpital de San Sisto, la recherche d’un travail est indiquée comme la raison de la migration à Rome dans la majorité des cas, et ce, aussi bien pour les hommes (54 %) que pour les femmes (37 %)13.

  • 14 Descriptio Urbis 1985.

8La Descriptio Urbis, un recensement de la ville datant de 1527, qui dénombre les métiers des chefs de ménage, montre que les activités les plus répandues étaient celles qui embauchaient le plus grand nombre de salariés et apprentis – en ordre décroissant, tailleurs, cordonneries et boulangers14. Ceux-ci étaient recrutés, généralement sur des très courtes périodes, pour exécuter des tâches variées, et souvent en tant que « factotum » de la boutique ou de l’atelier. En effet, la plupart des boutiques et des ateliers artisans s’appuyaient, dans leur gestion au quotidien, sur la présence de ces facteurs, garçons, domestiques, employés. À cela il convient d’ajouter les familles de la noblesse, les églises, les cardinaux, pourvoyeurs de serviteurs qui étaient employés dans leurs maisons, leurs palais, leurs domaines agricoles, etc.

  • 15 Boutry 2000, p. 959, traduction de l’auteur.
  • 16 Geremek 1968, p. 41.

9Selon Philippe Boutry, cette population de salariés et « gagne-deniers » jouait un rôle clé au sein de l’économie urbaine : ils étaient « sensibles à toute variation de la conjoncture et prêts, au moindre signal, à migrer ailleurs ou à retourner chez eux, dans le bassin démographique rural et montagnard de la ville (…) »15. La précarité de cette « population » instable, « flottante », composée de domestiques, anciens soldats, ouvriers, cordonniers, journaliers, colporteurs, et ainsi de suite, consistait non seulement en une forte mobilité locative, mais aussi en une mobilité professionnelle qui l’accompagnait dans la plupart des cas. En effet, la mobilité professionnelle caractérise ce que Bronisław Geremek a défini le « monde socialement instable des salariés et des domestiques »16. La question donc n’est pas seulement comment ces individus accédaient au marché du travail, mais aussi comment ils y rentraient après avoir perdu/quitté un autre emploi.

  • 17 Cohen 2008.

10C’est à cette population « instable » que s’adressaient les services proposés informellement par les « sensali di servitori ». Autrement dits « cercaserve », ils étaient des intermédiaires du travail non reconnus et non autorisés officiellement, qui agissaient dans les rues et dans les places de la ville, en proposant leur intervention aux aspirants serviteurs. Comme Elizabeth Cohen le montre, certaines femmes qui, dans un cadre de l'économie de makeshift, passaient la plupart du temps dans la rue, agissaient en tant qu’intermédiaires pour les serviteurs, grâce à leur connaissance du voisinage. Ces femmes étaient en effet toujours au courant des demandes de personnel de la part des artisans de la rue ; pour cette raison, Cohen définit la rue « a place of economic opportunity for poor women »17. L’exemple de Tomassina, une mendiante qui tirait quelques revenus de ses activités de couturière et de laveuse de linge, mais surtout d’intermédiaire de domestiques, est à ce propos très pertinent. Lorsque, en 1603, Maddalena s’adresse à elle pour trouver un travail, Tomassina déploie ses connaissances et met à profit les informations dont elle dispose pour lui trouver un patron. Elle l’amène d’abord chez un tailleur et ensuite chez un batteur d’or, ayant su par sa belle-sœur que celui-ci cherchait à remplacer l’une de ses domestiques. Puisque les deux pistes se révèlent infructueuses, Tomassina se souvient avoir entendu le matin même de son voisin Antonio Boschetti, employé chez le cardinal Rusticucci, que l’un des serviteurs recrutés avait finalement décidé de ne pas pourvoir le poste. Dans l’urgence du remplacement, Antonio embauche Maddalena sans hésiter. Ainsi, Tomassina a recours à différentes sources d’informations, relevant de la proximité spatiale (les artisans dont les boutiques sont situées dans la rue), de la parenté et du voisinage. Grâce à leur capital de connaissances et d’informations, ces intermédiaires informels – tels que Tomassina – jouaient certainement un rôle clé dans le recrutement des serviteurs, mobilisant leur réseau au profit du nouvel-arrivant. Ce faisant, l’intermédiaire joue sur la disparité entre les informations dont il dispose et l’« extranéité » de celui ou celle qui cherchait un patron.

  • 18 ASR, Miscellanea famiglie, vol. 43, Cenci.

11La disparité était particulièrement profitable aux intermédiaires lorsqu’ils avaient affaire à ceux et celles qui cherchaient à s’employer chez les familles de la grande et petite noblesse, qui étaient particulièrement nombreuses dans la Rome moderne. Installées dans leurs palais, et propriétaires de terrains dans la campagne environnante, ces familles étaient parmi les principales employeurs de la ville, auxquels s’adressait une multitude d’hommes et de femmes immigré(e)s à Rome pour trouver un travail. Pour ces aspirants domestiques, les palais – et les places sur lesquelles les bâtiments ouvraient dans la plupart des cas – représentaient des endroits-clés de la ville : c’était ici que les possibilités de rencontrer des employeurs potentiels étaient les plus élevées. Étant donné la notoriété des palais et de leurs places en tant que lieux clés dans la recherche d’un patron, les sensali stationnaient ici, et allaient à l’encontre des « clients » potentiels, en leur offrant leurs services. C’est ainsi en fréquentant la place de la douane, où le palais des Cenci était situé, qu’Andrea, cordonnier chez mastro Colantonio, entre au service de cette famille de la noblesse. Allant souvent visiter sa mère, domestique dans la maison en face du palais, Andrea croise un jour « un certo Angelo da Sergi », qui lui propose de remplacer un garçon qui venait de partir pour effectuer des travaux de maçonnerie dans le site du palais18.

  • 19 Le tissu urbain a un rapport direct avec l’édifice qui s’y s’installe : voir l’exemple du Palais F (...)
  • 20 La cour (corte) est un véritable espace privé, situé à l’intérieur du palais et entouré de murs. E (...)

12La disparité de capital social sur laquelle jouaient les intermédiaires de serviteurs était centrée sur la question de l’accès aux palais. Si ceux-ci étaient bien évidemment interdits aux inconnus, ces bâtiments avaient néanmoins une certaine « porosité » vis-à-vis de l’extérieur. En effet, les palais de la Rome moderne avaient tous une certaine ouverture sur l’espace extérieur19, grâce à la présence d’éléments architecturaux - les portiques au rez-de-chaussée, les loges, les fenêtres - qui rendaient possible le contact et la communication entre le dehors et le dedans de l’édifice. À l’intérieur, les palais modernes comptaient souvent un vestibule et une cour, qui étaient les lieux de contact et de passage entre les espaces intérieurs et extérieurs, entre le « macrocosme-ville » et le « microcosme-palais »20. C’est sur cette « porosité » entre dehors et dedans que les sensali jouaient pour alimenter l’espoir des hommes et des femmes à la recherche d’un patron : être reçus dans le palais.

13Cette dynamique est très bien décrite dans une supplique datée de 1622, adressée au Gouverneur de Rome par un groupe de serviteurs, se plaignant de l’insistance et de la mauvaise foi des intermédiaires :

  • 21 ASR, Tribunale del Governatore, Atti vari di cancelleria, b. 96, f. 3, 1622.

La povera servitù, che va per Roma tanto huomini come donne, supplicano a Vostra Signoria Illustrissima e lo pregano per amor d’Iddio, che voglia dar rimedio a tal mercantia che si fa sopra di loro poveretti et loro non si possono accomodare se non per via di senzale, et questi senzali gli cavano dalle mani, se hanno de quattrini, e se non gl’hanno gli fanno vender qualche poco di panni, sintanto che gli cavano dei quattrini dalle mani, et li menano li mesi intieri con le favole, et mai gli accomodano, et per tenerli in parole li menano nelli palazzi con farli restar nella porta, et detti senzali vanno di sopra al palazzo, et poi scendono, et dicono a detti poveri servitori che tornino il giorno seguente, et l’istesso gli fa nell’altro giorno ; di modo che li poverelli si trovano disperati non potendosi accomodar senza li senzali21.

14La « povera servitù », n’ayant pas un corps de métier, ne se définit pas « de Rome », mais « che va per Roma », ce qui donne de manière immédiate l’idée de l’instabilité et du manque d’ancrage de ces travailleurs. Les sensali profitaient de cette absence d’ancrage local, en leur imposant leurs services, au point que les serviteurs regrettent de ne pas pouvoir trouver un employeur sans leur intermédiation. Celle-ci est toutefois décrite comme frauduleuse et inefficace, caractérisée par la mauvaise foi du sensale qui, après avoir exigé de l’argent, faisait patienter le client pendant des mois, en mettant en scène une arnaque qui se jouait autour de l’accessibilité du palais. En effet, le sensale, qui devait être connu au sein du palais, conduisait le client dans le palais, mais le laissait sur la porte, tandis que lui pénétrait dans le bâtiment et montait à l’étage, d’où il redescendait « les mains vides » – après avoir probablement été reçu, plutôt que par le noble, par son majordome ou son agent –, pour recommencer la mise en scène le jour suivant.

15Ainsi, coincée entre la mauvaise foi des sensali et le manque de connaissances directes et d’accès aux réseaux des familles nobles, la « povera servitù » ne se limite pas à dénoncer la situation auprès du Gouverneur de Rome, mais revendique le droit de se passer de l’intermédiation. La supplique se poursuit en effet avec une requête précise : que l’offre et la demande (c’est-à-dire les aspirants serviteurs et les patrons) soient mises en contact directement, grâce à l’obtention d’une place de recrutement :

  • 22 Idem.

Però supplicano Vostra Signoria Illustrissima a porger rimedio à tal inconveniente, si come ci sono li fornari, che hanno piazza da loro deputata, tanto si potria dare alla povera servitù, che và per Roma, et essendovi la Santa Chiesa di Sant’Agostino dove è piazza vacante d’ogni mercanzia saria atta a tal effetto, oltre che ivi haveriano occasione pregar il Signor Iddio per chi farà tal grazie, oppure altra piazza che parera à Vostra Signoria Illustrissima (…)22.

  • 23 « De Fornari, già de’Piccolomini, e di Siena ; in essa si radunano i lavoranti de’ i Fornari », Ma (...)

16Ainsi, les serviteurs s’appuient sur le cas de la piazza di Siena, dans le rione Sant’Eustachio, également appelée piazza « de Fornari »23 pour demander à que la place de Sant’Agostino leur soit attribuée, afin de s’affranchir des intermédiaires et de leurs services.

  • 24 C’est dans ces métiers, et dans celui de cordonnier, qu’on observe la concentration la plus import (...)

17Selon Geremek, les places d’embauches n’existaient pas dans tous les métiers, mais seulement dans ceux qui étaient caractérisés par un certain « degré d’élasticité de la demande ». En effet, dans le cas de Rome, nous pouvons observer que la place d’embauche des salariés est associée aux métiers ou les individus mobiles, comme on l’a vu, avaient tendance à se concentrer : boulangers, ouvriers agricoles, domestiques24.

  • 25 Archivio storico capitolino (désormais ASC), Camera capitolina, cred. XI, t. 50, Statuti dell’Univ (...)
  • 26 Ibid., chap. 50.
  • 27 Ibid., chap. 47.

18Un autre secteur où les salariés étaient particulièrement nombreux – on l’a mentionné – était celui de l’accueil, où ils trouvaient un emploi comme garçons d’aubergiste : dans ce métier, la question du recrutement était toutefois gérée d’une façon différente. Le grand nombre de ces salariés fut à l’origine de la fondation d’une corporation, en 1616, spécifiquement réservée aux garçons d’aubergiste (l’Università dei garzoni degli osti di Roma)25. Ainsi il n’est pas étonnant que cette corporation fût la seule à prévoir des normes concernant les sensali (5 chapitres sur 67 dans le statut de 1736). Le chapitre 50 témoigne de cette préoccupation : « Statuimo et ordiniamo, che nessuno fuori delli nostri Sensali possi accomodar Garzoni, ne Compagni nell’ostarie, ò altrove, che non sia come di sopra ammesso per tale dalla nostra Università, etiam che lo facesse senza premio sotto pena di scudi cento »26. D’autres chapitres précisent que les « sensali » des garçons aubergistes devaient être inscrits à la corporation (au prix de 12 écus par an), et ne pas être des aubergistes maîtres ni leurs associés27.

  • 28 Roche 1998 ; Geremek 1968, p. 128.

19Les garçons des aubergistes, comme on l’a vu, sont les seuls à organiser un service d’intermédiation pour le recrutement des salariés, ce qui est lié à la nature même de l’auberge. Outre le fort turn-over qui caractérisait l’emploi dans les auberges – lieux de passage par excellence – l’existence d’intermédiaires « officiels » est due également au fait que les auberges étaient elles-mêmes des endroits qui servaient de lieu d’embauche et où l’information circulait28. Les intermédiaires trouvaient donc ici – comme dans les places des palais – des lieux particulièrement propices à leurs affaires.

  • 29 ASR, Tribunale criminale del Governatore, Processi, 1651, vol. 440.

20La fréquentation de certains endroits de la ville et la médiation des sensali permettait donc à ceux et celles qui arrivaient à Rome en cherche d’un travail d’entrer en contact avec les employeurs. Une fois entré au service d’un patron – qu’il soit maître artisan ou gentilhomme – la possibilité de rester dans le « circuit » des domestiques était très concrète, malgré le fort degré d’instabilité qui caractérisait la profession, car souvent les employeurs agissaient eux-mêmes comme des intermédiaires. En 1651, Pompeo Solari, Napolitain, sculpteur de marbres, est arrêté dans la place de l’ambassadeur de France, car il a été attrapé par les « sbirri » avec deux pistolets sur lui29. Un témoin, Pasquale Santilli, déclare avoir rencontré plusieurs fois ce « Napolitain », dont il ne connaît pas le nom, sur la place de l’Ambassadeur. En effet, Pompeo habitait dans le palais et fréquentait ainsi la place : lorsqu’il a été arrêté, il était descendu de sa chambre dans le palais pour « aller chercher à manger là à la place », dont il était un habitant depuis son entrée au service de l’Ambassadeur. Et comment Pompeo, immigré quatre ans auparavant du village toscan d’Orbetello, eut-t-il accès au réseau et au palais de l’Ambassadeur ? Arrivé à Rome « pour visiter la ville et pour rester travailler comme sculpteur », Pompeo est proposé par Ercole Ferrari « un sculpteur qui habitait Borgo » à Nicola Menchini, qui était le sculpteur du cardinal Francesco Barberini. C’est ainsi que Pompeo s’est installé dans le palais de l’Ambassadeur.

  • 30 Grieco 1987.
  • 31 Un exemple dans ASR, Tribunale criminale del Governatore, Processi, 1566, vol. 111.

21Dans le cas de Pompeo, où un sculpteur le « propose » à son collègue, on observe un modèle de recommandation horizontale, qui caractérisait également les recruitement chains bien connus30. Dans d’autres cas, toutefois, les intermédiaires étaient les employeurs, étant à la fois habitués à avoir à leur service des domestiques et des serviteurs (y compris des salariés agricoles), et disposant d’un réseau formé par d’autres familles nobles31. Comme le montrent les parcours professionnels de deux serviteurs des Cenci (dont un est Andrea de Cortone, le cordonnier mentionné plus haut), schématisés dans le tableau 1, une fois entré au service d’une famille noble, on avait tendance à rester dans ce milieu de travail, malgré les changements de métier et malgré les passages d’un employeur à l’autre.

Tableau 1 – Mobilité professionnelle au sein du réseau des familles nobles

Cesare alias Smuccia, de Frascati* Andrea de Cortone
Emploi** Employeur Durée Emploi** Employeur Durée
Chasseur Ciriaco Mattei depuis 2 ans(1594-1592) Garçon d’étable Cardinal Ragona 2 mois
Facteur de campagne Francesco Cenci 2 ans(1592-1590) Serviteur dans le palais Cardinal Ragona 1 mois
Maçon Francesco Cenci 2 mois
Cordonnier Maître Colantonio -
Cordonnier Maître Curzio -

Source : ASR, Miscellanea famiglie, vol. 43, Cenci, 1594.
* Arrivé à Rome en 1590
** Du plus récent au plus ancien

22Les parcours de Cesare et d’Andrea sont ceux de deux hommes qui, une fois entrés dans le réseau nobiliaire, évoluent au gré des opportunités qui se présentent et dont ils sont au courant grâce à la médiation des employeurs et à la circulation des nouvelles dans la proximité de l’interaction quotidienne et dans le partage de l’espace. Ainsi, le fait de rester au sein du réseau des employeurs/intermédiaires nobles semble être beaucoup plus important que le type de travail qu’on est appelé à effectuer.

23Si l’on revient aux « sensali di servitori », on comprend maintenant encore mieux l’enjeu de leur intermédiation, et la tactique de faire patienter les « clients » juste sur la porte du palais : la franchir signifiait, symboliquement, entrer dans un réseau d’opportunités de travail potentiellement très nombreuses.

De la place à la campagne (et retour). Caporali et ouvriers agricoles

24Cesare alias Smuccia arrive à Rome de Frascati en 1590 et, selon son témoignage, s’emploie comme facteur chez les Mattei. Le caractère urbain de ces formes et lieux d’intermédiation et de recrutement – palais, places, auberges, etc. – est, comme on l’a vu, l’une des raisons qui poussait à Rome des individus dont les parcours de précarité se prolongeaient dans la ville. Le lien étroit entre ces lieux d’embauche et la campagne réside dans la mobilité des individus mais aussi dans le fait que les principaux employeurs de serviteurs – c’est-à-dire les familles nobles – étaient également les principaux propriétaires fonciers. Ainsi, comme on l’a dit, on pouvait aussi bien être recruté pour servir dans le palais urbain que pour travailler dans les domaines.

  • 32 Région rurale qui s’étendait autour de la ville sur environ 2000 km2.
  • 33 Geremek 1968, p. 141.

25Les places d’embauche de la ville, en effet, étaient utilisées non seulement par ceux et celles qui cherchaient un emploi à Rome, mais aussi par les travailleurs agricoles qui, sans essayer de franchir les portes des palais, se rassemblaient dans la piazza Montanara, où ils attendaient d’être recrutés par un caporale. Employés selon des rythmes saisonniers ou à la journée, ces migrants étaient des « intermittents » de la ville, qui se déplaçaient régulièrement entre Rome et sa campagne. La ville, pour certains d’entre eux, était l’endroit où ils venaient dormir après avoir travaillé la journée dans les champs et les vignes, son air étant considéré plus salubre que celui de l’Ager romanus32, où la malaria était endémique. L’attirance des marchés du travail urbain au-delà des limites de la ville est mise en évidence par Geremek à partir des trajectoires des salariés agricoles, qui alternent occupations rurales et occupations urbaines, et qui retournent à chaque fois à Paris pour retrouver du travail. Ainsi, on voit à l’œuvre « un type régional de relation avec le marché »33 qui, dans le cas de Rome, poussait les salariés agricoles vers la piazza Montanara, en attente d’un recrutement qui les amènerait hors les murs de la ville, pour revenir ensuite une fois le travail terminé.

  • 34 Les propriétaires étaient souvent des nobles, mais aussi des institutions religieuses. La liste ré (...)
  • 35 Les casali étaient des unités productives destinées à la culture ou à l’élevage, formées par un en (...)

26Dans le cas de l’embauche des salariés agricoles, les intermédiaires qui investissaient ce « marché aux bras » étaient appelés caporali. Ceux-ci étaient les « go-between » entre les propriétaires des domaines agricoles34 – les casali, qui caractérisaient la campagne romaine35 – et les ouvriers agricoles.

  • 36 Selon Renata Ago, le faible degré de formalisation des accords de travail est une caractéristique (...)
  • 37 ASR, Notai del Tribunale dell’Agricoltura, vol. 1, 23/4/1603.
  • 38 Ibid., 28/4/1605.
  • 39 Ibid., 30/1/1606.

27L’intermédiation du caporale commençait par l’obtention de la charge d’exécuter les travaux de la part du propriétaire foncier, qui lui confiait la gestion de la main-d’œuvre, et en particulier l’embauche et l’encadrement des ouvriers. Le contrat entre le propriétaire et le caporale consistait en une obligation (obligatio) : le caporale s’engageait à effectuer « et faire effectuer » des travaux agricoles dans le domaine indiqué dans le contrat. Le contrait était au forfait avec le caporale d’abord, qui a son tour payait à la pièce (a cottimo) les ouvriers, c’est-à-dire pour chaque rubbia (soit 1,85 ha) de terrain travaillée. Dans les volumes d’actes notariés, et en particulier de ceux rédigés par les notaires du Tribunale dell’Agricoltura, les obligationes sont très nombreuses, témoignage du fait que ce type d’accord était très souvent formalisé, contrairement à d’autres type de transactions36. Une obligatio falciandi datée d’avril 1603, par exemple, engage Vincenzo Vincenzi de Terra Nigra, « caporalis falciatorum », à « faucher et faire faucher » les herbes des Signori Pietro Cini et Bartolomeo de Curreri à Tor Pigniotta et Vallerani hors la porte San Sebastiano. Le paiement s’effectuait par chaque rubbia fauchée et les propriétaires devaient fournir le pain pour les ouvriers37. Une obligatio metendi, comme le nom le dit, engage le caporale à « récolter et faire récolter » les blés d’un domaine : par exemple, celui des Cento Corvi du gentilhomme Mario Fani, pour lequel s’engagent deux caporali de Pérouse, avec 150 hommes « et plus, s’il le faudra »38. Quelques mois plus tard, c’est Pompeo de Belli de Rignano qui, par une asportatio frumenti, promet devant le notaire d’« emporter, et faire emporter » le blé des domaines Valga, Vaccareccia et Castelluccio appartenant à Mario Fani39. Il s’engage aussi à faire transporter le blé jusqu’au grenier du palais du gentilhomme.

  • 40 Rossi 1985.

28Pour « faire faucher, « faire récolter », « faire transporter » et ainsi de suite, les caporali devaient tout d’abord former des équipes d’ouvriers. En ce qui concerne l’embauche de ces salariés, la relation du cardinal Rezzonico, analysée par Giorgio Rossi dans son ouvrage sur l’Agro di Roma, met surtout l’accent sur le recrutement forcé, qui concernait, entre autres, les prisonniers ou les mendiants non autorisés, attrapés dans les rues de la ville par les gens du caporale, ce qui renvoie encore à une dimension urbaine du recrutement rural40. Une autre catégorie était formée par ceux qui rejoignaient l’équipe du caporale spontanément (« …libenter se conferunt »), qui étaient embauchés à Rome sur la piazza Montanara. Parmi eux, Rezzonico mentionne des patri familias, des artisans appauvris et même des pèlerins – ce qui confirme l’observation de Geremek sur l’alternance entre occupations urbaines et rurales. Les ouvriers « non forcés » étaient embauchés à Rome sur la piazza Montanara, où ils se rassemblaient en attente des caporali ou, plus rarement, des propriétaires et de leurs facteurs.

  • 41 La famille Manili était une famille romaine d’origine juive, attestée aux XVIe et XVIIe siècle. El (...)
  • 42 ASR, Arciconfraternita della Santissima Annunziata, vol. 71.
  • 43 Ibid.

29En effet, bien que le caporale ait l’exclusivité de l’intermédiation dans le recrutement agricole, les propriétaires pouvaient eux aussi se rendre sur la piazza Montanara à la recherche de salariés, même si cette pratique n’était pas courante. Dans son livre de compte, le gentilhomme Orazio Manili décrit clairement les circonstances qui l’ont porté à chercher directement ses ouvriers sur la piazza Montanara, pour effectuer des travaux dans sa vigne hors la porta San Pancrazio41. Comme on l’a vu, les ouvriers agricoles alternaient différents types de professions, de façon temporaire, souvent selon un calendrier saisonnier ou au gré des opportunités qui se présentaient. Ainsi, à deux occasions entre 1597 et 1598, Manili ne trouve pas d’ouvriers disposés à travailler aux prix habituels, car la plupart d’entre eux étaient partis pour la guerre de Ferrare, ce qui avait entrainé une hausse des salaires42. En avril 1598, lorsqu’il doit effectuer d’autres travaux dans la vigne, Manili s’adresse au caporale Giovannino, dont les ouvriers, en raison de la pénurie de main-d’œuvre, sont toutefois trop chers. Ainsi, le propriétaire n’a pas d’autre choix que d’aller embaucher les salariés directement sur la piazza Montanara, pour ensuite les faire travailler sous la direction de Giovannino et du vigneron43.

30Ainsi, lorsque le caporale n’arrive pas à rassembler une équipe d’ouvriers le propriétaire est obligé de retourner à Rome, et d’y choisir directement les salariés. C'est ce qu’est contraint de faire le majordome de l’hôpital de Santo Spirito, lorsque le caporale dei mietitori (faucheurs) Galeotto Novis de Cantiano (Gubbio), est abandonné par ses hommes lors du fauchage du domaine de Palidoro en 1566 :

  • 44 ASR, Ospedale di Santo Spirito, Feudi e priorati, Manziana, vol. 789, 1569.

Giunto il tempo di tagliar l’orzi Galeotto menò fuori una compagnia di mietitori che disse haverli messi tutti a parte del cottimo pro rata, come viddero el Campo trovorno scusa ch’il Pane non era bono (…) e con questa scusa abandonorno il Campo a sono di tamburo, e Galeotto restò solo con 25 homini, mi dolsi con lui pur assai di questo tratto conoscendo il gran danno che ne succedeva, mi rispose non posservi fare altro in modo di raccomandationi dove fui forzato mandar a Roma e Cerveteri per altri homini abbastanza sempre in suo nome per non pregiudicar al nostro contratto (…)44.

31Ainsi, on voit que le recours à l’embauche directe était surtout la conséquence d’un problème avec l’équipe du caporale. Dans la mesure du possible, en effet, les propriétaires préféraient s’adresser aux caporali, qui mobilisaient leurs équipes et, si besoin, œuvraient pour trouver des salariés aux prix convenus dans l’obligatio. Si l’on observe les transactions entre le caporale et le propriétaire du domaine, on remarque un certain degré de personnalisation des échanges. Tout d’abord, les mêmes caporali étaient embauchés plusieurs fois de suite, ou travaillaient en parallèle dans deux domaines différents de propriété de la même famille, ou encore transmettaient de père en fils les « carnets d’adresses » professionnels. En outre, on observe que les caporali embauchés dans certains contrats agissaient comme témoins dans d’autres actes notariés, rédigés à peu près à la même période.

  • 45 Les Mattei sont une famille de la noblesse municipale romaine, l’une des plus éminentes. Ils étaie (...)
  • 46 ASR, Trenta notai capitolini, uff. 2, vol. 75, 15/5/1616.
  • 47 Idem.
  • 48 ASR, Camerale III, Roma, Cause giudiziarie, vol. 1766, 1681.

32Bien que jouissant de la confiance du propriétaire, le caporale n’était pas le seul à encadrer les ouvriers travaillant dans le domaine. Tout d’abord, il était soumis aux décisions et à l’autorité du facteur du propriétaire, qui pouvait même arriver à désigner le caporale dans le cas où celui-ci n’avait pas été nommé lors de la rédaction de l’obligatio. En mai 1616, Pietro de Renzi et Caterino Antoni de L’Aquila s’obligent à moissonner 20 rubbia de blé et 15 d’orge dans le domaine Malagrotta de la famille Mattei45, avec 35 ouvriers et plus, si nécessaire46. Le contrat stipule que les caporali sont tenus de respecter les décisions du facteur des Mattei, en matière de travaux, mais aussi dans la gestion des salariés47. Comme le précise Carlo Picchi, facteur du marchand Stefano Perti, cela impliquait un certain degré d’autonomie par rapport au propriétaire : « j’étais son facteur et j’avais l’ordre de traiter avec les personnes c’est-à-dire boulangers et charcutiers, caporali et autres ouvriers dans l’intérêt du domaine, comme cela me semble le mieux pour son service »48. Outre le facteur, d’autres employés du propriétaire intervenaient souvent dans le domaine – par exemple, les gardiens de vaches ou de chevaux, et les porta spese, en charge d’apporter les repas aux ouvriers. Tous ces employés obéissaient au facteur, véritable représentant du propriétaire pendant les travaux dans le domaine.

  • 49 ASR, Ospedale di Santo Spirito, Feudi e priorati, Manziana, vol. 789, 1569.

33Si le facteur était hiérarchiquement supérieur au caporale, celui-ci, de son côté, était au sommet d’une pyramide, formée à la base par les ouvriers agricoles et aux étages supérieurs par une hiérarchie d’encadrants, soumis à l’autorité du caporale : fattoretti, capodieci (caporali de 10 ouvriers), capofalce, et ainsi de suite49.

  • 50 Sur l’architecture des domaines voir Esposito 2005.

34Dans l’ensemble, le caporale, le facteur et les autres employés du propriétaire formaient un groupe « dirigeant » qui se distinguait nettement des ouvriers agricoles. Le facteur, ou le vigneron dans le cas des vignes, occupaient donc la position la plus haute dans la hiérarchie des employés présents sur une propriété foncière. Il habitait dans la maison du domaine où, seuls les gardiens et, lors des travaux, les chefs d’équipes d’ouvriers avaient le droit de résider. Les salariés, en revanche, étaient logés ailleurs, souvent dans des grottes50.

  • 51 ASR, Camerale III, Roma, Cause giudiziarie, vol. 1766, 1681.

35Cette différence hiérarchique ne signifie pas, toutefois, que la mobilité d’une catégorie à l’autre était impossible. En effet, dans certains cas, les ouvriers agricoles pouvaient être réembauchés avec des conditions différentes. Appelé à témoigner lors du procès qui oppose, en 1681, le marchand Stefano Perti (dont nous avons déjà mentionné le facteur) au caporale Carlo Mariani51, Santi déclare avoir travaillé, au cours des dernières années, comme ouvrier agricole dans une compagnie employée par le marchand et dans une autre encadrée par le caporale, mais aussi avoir été garzone portaspese au service du marchand, ayant la fonction d’« aller chercher le pain, le vin, le fromage et tout ce qu’il fallait pour le ravitaillement des ouvrages ». Santi explique aussi avoir été embauché par le caporale car ils se connaissaient auparavant. En effet, Carlo Mariani, caporale « d’hommes et femmes », était également « tavernier, et tenait une épicerie et une boucherie, et moi [Santi] j’allais manger à sa taverne ». Santi décrit ainsi un parcours dans lequel l’embauche s’effectue par des liens personnels, et où le fait de faire partie de l’équipe des ouvriers lui permet ensuite de travailler comme portaspese, une différence qui peut ne pas sembler significative mais qui, en réalité, impliquait une promotion et un changement de statut important – ne serait-ce que par la mobilité résidentielle qu’elle impliquait : de la grotte à la maison du domaine, et de là, avec un peu de chance, vers le palais du patron.


  • 52 Ago, 1998 ; Fontaine 2008.
  • 53 Canepari 2013.

36Si nous revenons, en conclusion, sur ces parcours de domestiques et salariés qui restent dans le réseau nobiliaire tout en étant mobiles, on voit à l’œuvre deux registres différents dans le processus de recrutement, celui du marché et celui de la réciprocité, qui coexistent dans l’économie baroque et pas seulement52. Comme on l’a vu, pour ceux et celles qui ne disposaient pas d’un ancrage local suffisant à décrocher un travail, le sensale jouait un rôle incontournable, car il remplissait, en échange d’argent, le déficit de capital social du chercheur d’emploi. Celui-ci était initialement son client, au sens monétaire du terme ; l’argent versé payait toutefois bien plus qu’un poste de domestique. En effet, le serviteur pouvait tirer des nombreux avantages de la mise en relation avec un patron, notamment l’inclusion dans un réseau nobiliaire, et devenir ainsi, potentiellement, l’un des protégés d’un gentilhomme ou d’un cardinal53. Sans compter que, comme on l’a vu, le patron pouvait recommander le serviteur en cas de changement de poste. En d’autres termes, l’intermédiation payante du sensale offrait au chercheur d’emploi la possibilité de devenir client d’un patron qui faisait partie de l’élite de la ville. On est donc ici dans le registre de la réciprocité, bien qu’asymétrique, et de la relation de patronage. On observe ainsi que le patron renonce difficilement aux services de l’intermédiaire, qui est de ce point de vue un homme de confiance, et ne se prive de sa médiation qu’en cas d’urgence.

37L’adoption d’une approche spatiale a permis de mettre en évidence le commencement de ce processus, en l’absence des solidarités internes aux réseaux de « pays ». Pour ceux qui ne jouissent pas de l'appartenance à un groupe restreint, comme la « communauté » d’origine, par exemple, se rendre à certains endroits de la ville est la conditio sine qua non, préliminaire à la rencontre avec le sensale ou le caporale et à l’accès au réseau nobiliaire. Ainsi, la première étape de ce processus implique quelque part de se manifester dans l’espace urbain : fréquenter une place ou un autre endroit de la ville pour se faire voir, pour faire circuler l’information qu’on a besoin d’un travail, pour pouvoir saisir des opportunités autrement inconnues, pour prendre contact avec ces hommes qui accompagnent jusqu’aux portes du palais, pour attendre le caporale ou l’agent d’un gentilhomme. Entre « face à face », marché et réciprocité, les parcours professionnels – parfois ascendants – des hommes et des femmes qui arrivent à Rome à la recherche d’un travail ou d’un patron commencent ici, entre la fontaine d’une place et la porte d’un palais.

Haut de page

Bibliographie

Ago 1998 = R. Ago, Economia barocca. Mercato e istituzioni nella Roma del Seicento, Rome, 1998.

Bentivoglio 2003 = E. Bentivoglio, Il palazzo di Orazio Manili a Roma di Francesco Peparelli e la famiglia Manili nei secolo XVI-XVII, dans Quaderni del Dipartimento patrimonio architettonico e urbanistico, 25-26, 2003, p. 77-89.

Bosma – van Nederveen Meerkerk – Sarker 2012 = U. Bosma, E. van Nederveen Meerkerk, A. Sarker (dir.), Mediating labour, International Review of Social History, 20, vol. 57, 2012.

Boutry 2000 = Ph. Boutry, La Roma napoleonica fra tradizione e modernità (1809-14), dans L. Fiorani, A. Prosperi, Storia d’Italia, Annali 16 – Roma, la città del papa. Vita civile e religiosa dal giubileo di Bonifacio VIII al giubileo di papa Wojtyla, Turin, 2000, p. 935-973.

Brown 1965 = D. G. Brown, The market for college teachers, Chapel Hill, 1965.

Canepari 2013 = E. Canepari, Porteurs, mendiants, gentilshommes. La construction sociale du pouvoir politique (Rome, 1550-1650), dans Annales HSS, 68, 2013, p. 740-743.

Canepari 2016 = E. Canepari, Working for someone else : adult apprentices and dependent work (Rome, 17th to early 18th century), dans E. Jullien, M. Pauly (dir.), Craftsmen and guilds in the medieval and early modern periods, Stuttgart, 2016, p. 261-276.

Carocci – Vendittelli 2004 = S. Carocci, M. Vendittelli, L’origine della campagna romana. Casali, castelli e villaggi nel XII e XIII secolo, Rome, 2004, p. 11-23.

Castilla et al. 2000 = E.J. Castilla et al., Social networks in Silicon Valley, dans L. Chong-Moon et al. (dir.), The Silicon Valley edge : a habitat for innovation and entrepreneurship, Stanford, 2000, p. 218-247.

Cohen 2008 = E.S. Cohen, To pray, to work, to hear, to spea: women in Roman streets, c. 1600, dans Journal of Early Modern History, 12, 2008, p. 289-311.

Cortonesi 1995 = A. Cortonesi, L’economia del casale romano agli inizi del Quattrocento, dans Id., Ruralia. Economie e paesaggi del medioevo italiano, Rome, 1995, p. 105-118.

Cortonesi – Pasquali, Piccinni 2002 = A. Cortonesi, G. Pasquali, G. Piccinni, Uomini e campagne nell’Italia medievale, Rome-Bari, 2002.

Coste 1969 = J. Coste, I casali della campagna di Roma all’inizio del Seicento, dans Archivio della Società romana di storia patria, 90, 1969, p. 41-116.

Coste 1971 = J. Coste, I casali della campagna di Roma nella seconda metà del Cinquecento, dans Archivio della Società romana di storia patria, 94, 1971, p. 31-144.

Cresti – Rendina 1998 = C. Cresti, C. Rendina, Villas et palais de Rome, Paris, 1998.

Cuvelier 2017 = L. Cuvelier, Repères et écrans. Portes parisiennes et information urbaine au XVIIIe siècle, dans Città e Storia, 2017 (à paraître).

Danet 2016 = V. Danet, Il ‘second peuple’ di Nantes tra quattro mura (1719-1734). Instabilità residenziale e micro-mobilità, dans Quaderni storici, 151, 2016, p. 165-196.

De Schweinetz 1932 = D. De Schweinetz, How workers find jobs, Philadelphia, 1932.

Descriptio Urbis 1985 = E. Lee (éd.), Descriptio Urbis. The Roman census of 1527, Rome, 1985.

Edelman et al. 1952 = M. Edelman et al., Channels of employment, Urban, Ill., 1952.

Esposito 2005 = D. Esposito, Architettura e costruzione dei casali della Campagna Romana fra XII e XIV secolo, Rome, 2005.

Fontaine 1993 = L. Fontaine, Histoire du colportage en Europe, (XVe-XIXe siècle), Paris, 1993.

Fontaine 2008 = L. Fontaine, L’économie morale. Pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, 2008.

Geremek 1968 = B. Geremek, Le salariat dans l’artisanat aux XIIIe-XVe siècles. Étude sur le marché de la main-d’œuvre au Moyen Âge, Paris-La Haye, 1968.

Granovetter 1974 = M. Granovetter, Getting a job. A study of contacts and careers, Chicago-Londres, 1974.

Grendi 1975 = E. Grendi, Profilo storico degli Alberghi genovesi, dans Mélanges de l’École française de Rome, Moyen Âge-Temps Modernes, 87, 1975, p. 241-302.

Grieco 1987 = M. Grieco, Keeping it in the family : social networks and employment chance, Londres, 1987.

Gruet 2008 = B. Gruet, Les quartiers de Rome dans un guide du XVIIe siècle, la Roma ricercata de Fioravante Martinelli, dans M. Royo, É. Hubert, A. Bérenger (dir.), « Rome des quartiers » : des vici aux rioni, Paris, 2008, p. 261-278.

Kaplan 1989 = S.L. Kaplan, La lutte pour le contrôle du marché du travail à Paris au XVIIIe siècle, dans Revue d’histoire moderne et contemporaine, 36, 1989, p. 361-412.

Knotter 2012 = A. Knotter, From placement control to control of the unemployed. Trade unions and labour market intermediation in Western Europe in the nineteenth and early twentieth centuries, dans Wadauer – Buchner – Mejstrik 2015, p. 117-150.

Le Palais Farnèse 1981 = Le Palais Farnèse, Rome, 1981.

Lucassen 2000 = J. Lucassen, dans Search for work, Amsterdam, 2000.

Luciani 1990 = J. Luciani, Logiques du placement ouvrier au XIXe siècle et construction du marché du travail, dans Sociétés contemporaines, 3, 1990, p. 5-18.

Maitte 2009 = C. Maitte, Les Chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise (XVIe-XIXe siècles), Rennes, 2009.

Martinelli 1761 = F. Martinelli, Roma ricercata nel suo sito con tutte le curiosità, che in essa si ritrovano, tanto antiche, come moderne, cioè chiese, monasterj, ospedali..., Rome, presso gli eredi Barbiellini a Pasquino, 1761.

Palazzo Mattei 1996 = Palazzo Mattei di Paganica e l’Enciclopedia italiana, Rome, 1996.

Parnes 1954 = H. Parnes, Research on labor mobility, New York, 1954.

Poleggi 1965 = E. Poleggi, Le contrade delle consorterie nobiliari a Genova tra il XII e il XIII secolo, dans Urbanistica, 42-43, 1965, p. 15-20.

Roche 1998 = D. Roche, Le peuple de Paris, Paris, 1998.

Rossi 1985 = G. Rossi, L’agro di Roma tra ’500 e ’800. Condizioni di vita e lavoro, Rome, 1985.

Sarasúa 2001 = C. Sarasúa, Leaving home to help the family? Male and female temporary migrants in eighteenth- and nineteenth-century Spain, dans P. Sharpe (dir.), Women, gender, and labour migration : historical and global perspectives, p. 48–78, Londres, 2001.

Sheppard – Belitsky 1966 = H.L. Sheppard, A.H. Belitsky, The job hunt: job-seeking behavior of unemployed workers in a local economy, Baltimore, 1966.

Van Gennep 1949 = A. Van Gennep, Manuel du folklore français contemporain, vol. I, Paris, 1949.

Wadauer – Buchner – Mejstrik 2015 = S. Wadauer, T. Buchner, A. Mejstrik (dir.), The history of labour intermediation. Institutions and finding employment in the nineteenth and early twentieth centuries, New York-Oxford, 2015.

Haut de page

Notes

1 Bosma – Van Nederveen Meerkerk – Sarker 2012 ; Lucassen 2000 ; Wadauer – Buchner – Mejstrik 2015.

2 De Schweinetz 1932 ; Parnes 1954 ; Edelman et al. 1952 ; Sheppard – Belitsky 1966 ; Brown 1965.

3 Granovetter 1974, p. 6.

4 Castilla et al. 2000.

5 Grieco 1987. Voir, entre autres, Fontaine 1993 ; Maitte 2009.

6 Ago 1998.

7 Geremek 1968.

8 Sarasúa 2001 ; Kaplan 1989 ; Luciani 1990.

9 Gruet 2008, p. 274.

10 Knotter 2015.

11 On peut également mentionner l’utilisation des portes pour la circulation des informations : Cuvelier 2017. Ceci dit, il convient de souligner que les transitions sont lentes, et que les places ou les auberges continuent de jouer un rôle important dans la recherche du travail, même au cours du XIXe siècle.

12 Vincent Danet, dans un article sur la mobilité résidentielle, parle d’une « transmission de proximité », qui caractérise la circulation localisée de l’information, Danet 2016, p. 42.

13 ASR (Archivio di Stato di Roma (désormais ASR), Ospizio apostolico di San Michele, partie II, vol. 204, 1691-1711.

14 Descriptio Urbis 1985.

15 Boutry 2000, p. 959, traduction de l’auteur.

16 Geremek 1968, p. 41.

17 Cohen 2008.

18 ASR, Miscellanea famiglie, vol. 43, Cenci.

19 Le tissu urbain a un rapport direct avec l’édifice qui s’y s’installe : voir l’exemple du Palais Farnese : Le Palais Farnèse 1981. Selon Carlo Cresti et Claudio Rendina, les rapports qu’entretiennent les palais avec les rues et les places environnantes impliquent des formes de contiguïté, de contact et d’intégration, Cresti – Rendina 1998, p. 15.

20 La cour (corte) est un véritable espace privé, situé à l’intérieur du palais et entouré de murs. Elle est donc invisible de l’extérieur, située au centre de l’ensemble des propriétés, du fief urbain, accessible seulement aux membres du groupe propriétaire. À ce propos, Edoardo Grendi affirme que les alberghi génois, des associations de nobles alliés, sont fortement intéressés par la gestion de certains lieux : les places, les loges et les églises (Grendi 1975). La loge aurait une fonction socio-économique en tant qu’espace « communautaire », accessible aux clans nobiliaires, leurs domestiques, familiers, protégés et simples locataires.

21 ASR, Tribunale del Governatore, Atti vari di cancelleria, b. 96, f. 3, 1622.

22 Idem.

23 « De Fornari, già de’Piccolomini, e di Siena ; in essa si radunano i lavoranti de’ i Fornari », Martinelli 1761, p. 180.

24 C’est dans ces métiers, et dans celui de cordonnier, qu’on observe la concentration la plus importante d’apprentis et laboureurs âgés d’au moins 40 ans : l’accessibilité d’un métier consiste aussi en combien d’occasion d’emploi il offre. Voir Canepari 2016.

25 Archivio storico capitolino (désormais ASC), Camera capitolina, cred. XI, t. 50, Statuti dell’Università dei Garzoni dell’Osti di Roma. L’existence d’une corporation de garçons est un fait plutôt exceptionnel, même si à Rome ce n’est pas un cas isolé. En effet, entre 1614 et 1757 huit corporations de garçons furent fondées : cordonniers (1614), aubergistes (1616), vermicelliers (1641), marchands de fruits (avant 1630), marchands de légumes (avant 1630), meuniers (avant 1630), orfèvres et argentiers (1720), chapeliers (1757).

26 Ibid., chap. 50.

27 Ibid., chap. 47.

28 Roche 1998 ; Geremek 1968, p. 128.

29 ASR, Tribunale criminale del Governatore, Processi, 1651, vol. 440.

30 Grieco 1987.

31 Un exemple dans ASR, Tribunale criminale del Governatore, Processi, 1566, vol. 111.

32 Région rurale qui s’étendait autour de la ville sur environ 2000 km2.

33 Geremek 1968, p. 141.

34 Les propriétaires étaient souvent des nobles, mais aussi des institutions religieuses. La liste rédigée par Vincenzo Renzi (1588), ultérieurement mise à jour par Giovanni Bardi (1596) montre que, sur un total de 367 domaines, les laïcs en possédaient la plupart (281, soit 76 %), ce qui correspond à 71 % du total de la surface (205 rubbia en moyenne soit 3,7 km2). Coste 1971 ; Coste 1969.

35 Les casali étaient des unités productives destinées à la culture ou à l’élevage, formées par un ensemble plus ou moins homogène de terres et d’un ou plusieurs bâtiments. Cortonesi – Pasquali – Piccinni 2002 ; Carocci – Vendittelli 2004 ; Cortonesi 1995.

36 Selon Renata Ago, le faible degré de formalisation des accords de travail est une caractéristique de l’économie romaine. Ago 1998.

37 ASR, Notai del Tribunale dell’Agricoltura, vol. 1, 23/4/1603.

38 Ibid., 28/4/1605.

39 Ibid., 30/1/1606.

40 Rossi 1985.

41 La famille Manili était une famille romaine d’origine juive, attestée aux XVIe et XVIIe siècle. Elle comptait parmi ses membres des marchands, des curiales et un « physicus ». Bentivoglio 2003.

42 ASR, Arciconfraternita della Santissima Annunziata, vol. 71.

43 Ibid.

44 ASR, Ospedale di Santo Spirito, Feudi e priorati, Manziana, vol. 789, 1569.

45 Les Mattei sont une famille de la noblesse municipale romaine, l’une des plus éminentes. Ils étaient implantés dans les quartiers Trastevere et Sant’Angelo, où était située leur insula, l’îlot Mattei. Palazzo Mattei 1996.

46 ASR, Trenta notai capitolini, uff. 2, vol. 75, 15/5/1616.

47 Idem.

48 ASR, Camerale III, Roma, Cause giudiziarie, vol. 1766, 1681.

49 ASR, Ospedale di Santo Spirito, Feudi e priorati, Manziana, vol. 789, 1569.

50 Sur l’architecture des domaines voir Esposito 2005.

51 ASR, Camerale III, Roma, Cause giudiziarie, vol. 1766, 1681.

52 Ago, 1998 ; Fontaine 2008.

53 Canepari 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eleonora Canepari, « Places, palais, auberges. À la recherche du travail dans une ville baroque », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 129-1 | 2017, mis en ligne le 29 septembre 2017, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/3303 ; DOI : 10.4000/mefrim.3303

Haut de page

Auteur

Eleonora Canepari

Aix-Marseille Université, CNRS, TELEMME, Aix-en-Provence, eleonora.canepari@univ-amu.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org