Navigazione – Piano del sito
Le genre, une nouvelle approche du fait religieux

Les archives des congrégations religieuses féminines : nouvelles sources et nouveaux objets pour l’histoire sociale à l’époque contemporaine

Anne Jusseaume

Riassunti

Les archives des congrégations religieuses offrent un matériau riche et méconnu des historiographies profanes. Cet article explore différentes potentialités heuristiques de ces sources. Elles éclairent d’un jour nouveau la question de la place des femmes dans l’histoire et dans la société. Ainsi, d’autres compréhensions de la vie religieuse et de ses rythmes quotidiens dans cet espace « clos » peuvent êtres saisies au plus près des acteurs, incitant à repenser la relation entre l’institution et les individus mais aussi les rapports sociaux de sexe et les rapports de pouvoir au sein de l’institution ecclésiale et dans la société. Elles sont riches d’enseignements pour l'histoire sociale.

Inizio pagina

Note dell'autore

L’accueil généreux des sœurs archivistes – et des autres sœurs rencontrées –, leur disponibilité et leur aide ont été précieux. Sr Anne-Marguerite Fromaget (décédée), archiviste des Filles de la Charité, Sr Madeleine Rémond, archiviste des Petites Sœurs de l’Assomption et secrétaire générale de l’AAEF, et Sr Danièle Sautray, supérieure de la congrégation des Sœurs du Saint Enfant-Jésus de Reims, ont particulièrement aidé pour ce travail. Qu’elles en soient remerciées.

Testo integrale

Du couvent à la société, portée heuristique des sources religieuses pour l’histoire du genre

  • 1 Terme de l’institut qui correspond à un noviciat.
  • 2 Molette 1974.
  • 3 Actes du Saint-Siège, F. Marchisano – C. Chenis 1997 ; Delpal 2007, p. 2-7 et le Bulletin de l’AAE (...)
  • 4 Perrot 1998.

1Les locaux du « séminaire »1 des Filles de la Charité abritent aujourd’hui les principales archives de l’institut. La vie consacrée cède le pas à l’histoire et à la mémoire : la Compagnie des Filles de la Charité n’a plus besoin d’autant d’espace pour accueillir les femmes qui se présentent, alors qu’elle reçoit les fonds de maisons fermées. C’est un nouveau temps de l’histoire des congrégations religieuses féminines en France : celui de la crise des vocations, mais aussi d’un regain d’intérêt pour les archives. Après un premier élan dans les années 1970, venu de l’Église et concrétisé entre autres par la création de l’Association des Archivistes de l’Église de France (AAEF) de religieux et diocésains, un Manuel des Archives de l’Église de France et un guide pour les chercheurs2, la fin des années 1990 et les années 2000 ont vu un renouveau d’intérêt pour la conservation de ces archives et la promotion de la recherche historique3. Celles qui avaient fait vœu de silence sortent ainsi des « silences de l’histoire »4.

  • 5 Cholvy 1995, Hours 2001, Curtis 2003, Mellot – Guise 2005, Langlois 2010, Brejon de Lavergnée 2011 (...)

2Dans ce contexte de renouvellement et de décloisonnement historiographique, l’usage renouvelé des archives des congrégations religieuses permet de poser à nouveaux frais la question du genre dans l’institution religieuse. Comment dès lors se saisir des sources ecclésiastiques pour développer l’histoire des femmes et du genre ? À partir de ces fonds, qui ont permis une historiographie riche sur les congrégations, nous proposons d’élargir le spectre des recherches sur les femmes dans le catholicisme contemporain5.

  • 6 Delpal 2007, Pettinaroli 2009, Bulletin de l’AAEF 2013, Parisot 2013.
  • 7 Molette 1974, p. 10, Cabanel 2004, p. 254-255, Hours 2012, p. 101.
  • 8 Rusconi 2004, Zarri 2004, Cova – Dumons 2012, Rogers 2013, Brejon de Lavergnée – Della Sudda 2015, (...)
  • 9 Curtis 2010.
  • 10 Paisant 2014.
  • 11 Rousseau 2013.
  • 12 Raison du Cleuziou 2015.
  • 13 Turin 1989 ; Favier 2009 ; Rousseau 2009.
  • 14 Léonard 1977 ; Le Brun 1984 et 1986 ; Faure 1999 et 2006 ; Jusseaume 2013.

3Comme d’autres sources religieuses, celles des congrégations peuvent être mobilisées hors de l’histoire religieuse afin de contribuer à d’autres historiographies6. Ces archives conservent les traces de vie de milliers de femmes, de l’explosion congréganiste du XIXe siècle – on recense 16 000 religieuses et congréganistes en 1814 et 127 000 en 1878, et 200 000 femmes sont entrées dans un noviciat entre 1800 et 1880 – à la baisse de la seconde moitié du XXe siècle7. L’histoire des femmes et du genre s’est saisie des sources religieuses de longue date, avec des succès différents selon les historiographies nationales et les périodes8. Plus récemment l’histoire de la colonisation au prisme du genre a mobilisé ces archives9. Les récents bilans historiographiques invitent à poursuivre les travaux sur les congrégations à l’époque contemporaine dans une perspective comparative. Toutefois, de nombreux pans du XXe siècle, période de reflux des congrégations, restent à investiguer : les retours d’exil dans les années 1920 après la laïcisation, le rôle des communautés lors des conflits mondiaux10, la réception de Vatican II11, l’exploration de nouvelles formes de vie religieuse dans le sillage de mai 6812, et des féminismes13. En histoire des sciences et de la médecine, la sécularisation du savoir et des professions a donné lieu à quelques rares travaux portant sur les femmes, des expériences de la souffrance et de la maladie au rôle des religieuses dans la médicalisation de la société au XIXe siècle14.

  • 15 Boutry 2006.

4À partir d’une typologie des sources mobilisables, nous envisagerons des pistes de recherche où, pour reprendre les termes de P. Boutry, « la dimension religieuse des faits historiques s’articule étroitement aux champs de la culture et de la société »15. Ainsi, à la lumière des apports des sciences sociales, ces archives renouvellent l’histoire sociale du religieux et enrichissent l’histoire profane.

Les archives des communautés religieuses, des sources pour les sciences sociales

  • 16 Langlois 1984, p. 601-625.

5Les communautés religieuses conservent un certain nombre d’archives dont les fonctions s’enchevêtrent. Certaines ont une valeur canonique, d’autres permettent ou reflètent la prise de décision au sein de la congrégation. Les unes sont restreintes aux autorités de la congrégation (registres) tandis que d’autres (circulaires, nécrologies) sont largement diffusées. Ces fonds permettent de faire une prosopographie de femmes et de compléter les travaux consacrés aux hommes – parmi eux davantage aux élites – à partir de fonds qui témoignent d’un recrutement vers les classes populaires majoritairement rurales16.

  • 17 Si le terme de « registre » est employé, c’est parce qu’il s’agit de la forme principale sous laqu (...)
  • 18 Bidard et al, 2009.

6Dans l’idéal d’une vie intégralement consacrée au service de Dieu, les institutions religieuses recueillent diverses informations. Si les sources personnelles sont rares tant dans leur production au sein des communautés apostoliques que dans leur conservation, d’autres suivent les sœurs au long de leur engagement religieux qui souvent se déroule sur la majorité de leur vie. Les registres17, produits et outils du processus d’enregistrement de la vocation, scandent les étapes de la vie religieuse. Ils sont des documents administratifs pour la congrégation qui doit connaître et gérer ses membres dans toutes les dimensions de leur vie : registres d’entrée dans la communauté où la dot peut être mentionnée, registres de profession qui actent l’entrée dans la vie religieuse, registres de sortie et listes de sœurs décédées. Ceux-ci consignent des informations biographiques (état-civil, données sociales, familiales, géographiques), et, à titre variable, de brèves considérations sur les capacités, le caractère, la vocation, la santé, les aptitudes de la sœur, les décisions de l’institution concernant son entrée et sa sortie éventuelle, les dates importantes de sa vie religieuse, son nom de religion et son affectation dans tel lieu ou à tel emploi. Ces informations administratives sont doublées d’une appréciation sur sa personne physique, ses compétences et ses titres, ce qui n’est pas sans rappeler la rationalisation observée à la Compagnie de Jésus à la même époque18.

  • 19 Livre d'or des Filles de la Charité 1938 et Livre d'or des Filles de la Charité 1940.

7À cela s’ajoute la notice nécrologique, quand elle existe. Ces récits de vie sont des morceaux choisis pour faire sens d’un destin, dresser l’éloge funèbre et construire une identité religieuse. Les notices regroupées dans des recueils de circulaires ou nécrologes forment un corpus hagiographique qui vise l’édification et la transmission de la mémoire. Divers en longueur et tonalité suivant le siècle et la rédactrice, les notices articulent un parcours individuel avec un idéal religieux. Le Livre d’or des Filles de la Charité19 classe les sœurs disposant d’une notice par type : la supérieure, la missionnaire, la souffrante. Il témoigne du souci de l’institution de conformer au mieux les caractéristiques des individus à leur fonction dans la société religieuse. À partir de la fin du XIXe siècle, des photos, parfois annotées ou expliquées par une sœur âgée au sein de la communauté confèrent une dimension visuelle à ces catégories. L’analyse de ce matériau iconographique reste à réaliser.

8D’autres fonds permettent d’appréhender le fonctionnement de l’institution. Les cahiers de comptes-rendus du conseil, ou registres de décisions du chapitre et des élections renseignent sur l’accession aux postes de pouvoir et les décisions prises par le gouvernement de la communauté. Les visites canoniques par des autorités extérieures à une maison font le tableau de cette dernière, de ses activités, son état et son personnel à un moment donné. Chez les Filles de la Charité, des séries de demandes de rénovation de vœux ont été conservées : produites par la supérieure d’une maison locale, cette dernière dresse un état des lieux de la maison, de ses activités et liste toutes les sœurs avec leurs informations et une appréciation sur leur caractère, leur vie religieuse et leur apostolat. Diplômes et capacités sont renseignés, qui témoignent de la rationalité administrative et économique de la congrégation.

9Ces sources ne sont pas exemptes d’écueils. Le suivi des sœurs lors des différents registres peut s’avérer décevant : souvent recopiées et faites les unes à partir des autres, ces archives doivent être croisées avec les sources extérieures – registres d’état-civil, institutions qui les emploient, familles avec qui elles sont liées. Les fonds du Vatican ou de toute autre institution religieuse faisant figure d’autorité complètent les fonds des congrégations parfois lacunaires sur des prises de position, des activités ou des conflits internes. Lorsque l’institut est associé ou dirigé par une congrégation masculine, les archives de cette dernière en France ou à Rome renseignent sur les rapports de pouvoir, l’activité et la spiritualité des sœurs. L’enseignement des sœurs du Saint Enfant-Jésus de Reims ne peut se saisir sans les archives des Frères des Écoles Chrétiennes, et les Lazaristes conservent des archives sur les Filles de la Charité.

  • 20 Dauzet 2006, p. 117-168.
  • 21 Scott 1986.

10Ces sources prennent sens dans une communauté qui écrit son histoire à travers les annales, chroniques, lettres circulaires, pour diffuser l’information au sein de la congrégation mais aussi édifier et transmettre une mémoire20. L’histoire de la congrégation et les « petites histoires » du quotidien des sœurs s’articulent au siècle et s’insèrent dans l’histoire pluriséculaire de l’Église. Ces sources contribuent à renouveler l’histoire sociale du catholicisme en se penchant sur les femmes, longtemps marginalisées dans l’historiographie comme dans l’institution. En insistant sur les trajectoires individuelles des postulantes et religieuses, c’est aussi le genre qui est au cœur de l’analyse, entendu comme la manière de signifier les rapports de pouvoir21, de façonner les parcours biographiques et d’examiner les négociations qui président à l’engagement religieux.

  • 22 Revel 1989, p. XXIV.
  • 23 Revel 2013 p. 113.

11En effet, en articulant les règlements et les constitutions avec les archives de la pratique, en confrontant différents discours institutionnels sur la même personne tout au long de la vie religieuse, en analysant les relations sociales et les rituels, les temporalités religieuses et l’activité des sœurs aux prises avec le siècle, la focale se porte sur le cadre de l’expérience individuelle. Dans cette histoire au « ras du sol », par la répétition et la normalisation du discours de l’institution, apparaissent des pratiques et des stratégies certes « liées à des valeurs, encadrées par des contraintes »22, mais qui laissent entrevoir la marge de manœuvre des individus. Elles révèlent que les « transactions qui se nouent autour des normes n’ont de sens que parce que celles-ci ont une réalité propre, irréductiblement autonome, mais qui est inséparable de leur effectuation au sein des rapports sociaux »23, dans des univers religieux qui ne peuvent être isolés de la société dans laquelle ils prennent place.

Renouveler l’histoire sociale du catholicisme et l’histoire religieuse du social

Derrière la « bonne sœur » et les murs du couvent, une pluralité d’expériences féminines

  • 24 Kniebiehler – Leroux-Hugon – Dupont-Hess et al. 1984, p. 9 et p. 41-46, Leroux-Hugon 1992 et Diebo (...)
  • 25 Gazier 1923, p. 225-229.

12Comparer les différentes congrégations permet de saisir la singularité de chacune, nuançant l’image d’une « religieuse » vestige de l’Ancien Régime ou d’une « sœur de charité » davantage engagée dans le monde. Les spiritualités et traditions de chaque congrégation, leur vivier de recrutement mais aussi leur mode de fonctionnement invitent à réfléchir sur la diversité de leur ancrage social, des mises en récit de leur action et de leur vision du monde24. Par exemple, la laïcisation précoce au début des années 1880 des hôpitaux de Saint-Antoine et de la Pitié à Paris ne résulte pas seulement d’une politique volontariste des pouvoirs publics, elle se comprend aussi par le difficile recrutement de la communauté janséniste de Sainte-Marthe25.

  • 26 Raison du Cleuziou 2012.
  • 27 AFDCP MM 94 Registre des visites régulières.
  • 28 Lüdtke 2000, p. 281-285.

13Les conformités, mais surtout les écarts notés permettent d’apercevoir une vie religieuse « en pratique », même si les critiques et les termes employés relèvent aussi de contraintes administratives. Toutes les sœurs ne sont pas toujours de « bonnes » sœurs, et la marge de tolérance de l’institution ainsi que les appropriations différenciées de l’identité et du mode de vie religieux se donnent à voir dans les rapports, les correspondances ou certains fonds relatifs aux conflits internes. De manière plus générale, les pratiques de l’espace, les rites du quotidien et le régime de vérité du couvent, « institution totale », peuvent être saisis par ces sources privées dans leurs normes et leurs déviances26. Dans les rapports des visitatrices27, – consignés en série continue pour le milieu des années 1850 – sur les différentes maisons des Filles de la Charité, les écarts ou au contraire les conformités aux pratiques de la vie religieuse – lever à 4h, oraison – sont relevés et donnent lieu à des recommandations dans des lettres adressées aux sœurs des maisons suite à la visite. Se dégagent des figures de supérieures qui savent faire respecter les « saintes règles », voire sont particulièrement habiles à former les sœurs et conduisent des maisons de manière exemplaire. D’autres, pour des raisons de caractère, d’âge ou de santé peinent à assurer toutes les dimensions de la direction et à faire vivre un « esprit de famille », ce dont certaines sœurs peuvent souffrir. Autant les notations que les lettres de recommandation révèlent à quel point la vie religieuse s’apprend au quotidien, et la façon dont les dysfonctionnements individuels ou certaines influences du siècle mettent en péril l’idéal d’une vie religieuse communautaire. Il est rappelé aux sœurs la nécessaire « pratique constante et fidèle des vertus », jusqu’à ce que cela devienne une « sainte habitude », révélant en creux les manquements du quotidien et les dispositifs instaurés pour maintenir les sœurs dans leur vocation et la conformité à la règle. L’analyse de leur quotidien rejoint la proposition d’A. Lüdtke de porter le regard sur les « petites gens » en plaçant « au centre la pratique sociale des êtres humains », cependant on constate que la routine des sœurs n’est pas toujours la « soumission à un ordre » qui leur est pourtant enjointe28.

14Cette vie religieuse apostolique est aux prises avec les administrations ecclésiastiques et civiles dont elle dépend. Des logiques locales conditionnent son fonctionnement et donnent une diversité de situations dans des établissements aux objectifs et règles similaires – des maisons de secours tenues par quelques sœurs de charité dont les prérogatives, au XIXe siècle, sont délimitées par un contrat modèle élaboré en 1839 et par leurs propres règles. Par exemple, les relations entre les sœurs et le curé, qui les confesse et leur fournit des ressources pour les œuvres, révèlent la complexité des rapports genrés de pouvoir autour du ministère ecclésial et de l’apostolat charitable. Elles conditionnent la plus ou moins grande autonomie des sœurs dans la gestion des œuvres et leurs pratiques religieuses.

  • 29 Arnold 1984.

15En permettant la confrontation des textes réglementaires aux sources de la pratique quotidienne dans les institutions, ces archives incitent à voir la relation individu-institution comme des ajustements permanents tout en mesurant le poids de l’idéal religieux. Elles incarnent dans des existences les formes de la vie religieuse abordée par le travail d’O. Arnold à partir des règles, constitutions, biographies et autres imprimés29, et révèlent les logiques sociales qui traversent ce monde religieux.

Une histoire relationnelle de la vocation religieuse : repenser les rapports entre l’individu et l’institution

  • 30 Langlois 1997, p. 146-147.
  • 31 Cuchet 2012, p. 224-225.
  • 32 AFDCP MM 709 Registre du postulat 1863-1868.

16L’interrogation sur le succès des congrégations féminines amenait C. Langlois à mettre en avant les avantages matériels du « contrat congréganiste », la diversité des tâches offertes aux jeunes femmes qui y entraient, dans le contexte de démocratisation du recrutement et d’une diversité de l’offre congréganiste. L’historien y décelait une possibilité d’individualisation du comportement religieux30. Si Le catholicisme au féminin souligne la dimension massive des vocations religieuses de femmes au XIXe siècle, ses travaux successifs questionnent des motivations personnelles31. Les archives des instituts religieux permettent d’aborder toutes les dimensions dont procède la vocation : le contexte social, psychologique et religieux, les stratégies familiales, les logiques de réseaux et d’héritage, la politique de recrutement de la part des congrégations voire le conditionnement depuis l’enfance, tout en enrichissant l’approche sociale de la vocation. En 1866, la sœur de la paroisse Saint-Paul à Paris présente Marie F., 25 ans dont la note révèle à la fois les dispositions et la décision de l’institution : « elle est orpheline de Père et de Mère, elle est depuis deux ans, sous maitresse [sic] chez nos Srs, et a de l'aptitude pour nos œuvres, sa vocation datte [sic] depuis sa 1ère communion : elle est pieuse, soumise, d'un bon caractère, d'une bonne santé, postulera »32. Alors que la Compagnie des Filles de la Charité se méfie de la vocation des orphelines qu’elle cherche à éprouver, la jeune femme, bien connue des sœurs, présente les critères de santé, de vocation, de piété, d’aptitudes et de caractère, qui l’assurent d’une conformité aux exigences de l’institut et d’une capacité à la vie communautaire apostolique. Sa vocation apparaît à la fois sous une expression classique pour les jeunes filles de l’époque, éveillée lors de la première communion, le « plus beau jour de la vie » préfiguration de la vie religieuse ou du mariage, mais aussi comme le résultat possible d’un conditionnement par l’encadrement religieux dont elle a bénéficié toute sa jeunesse. Le consentement des parents, normalement nécessaire, n’a pas ici lieu d’être puisqu’elle est orpheline, alors que dans d’autres cas son absence est frein voire obstacle à l’entrée en religion, et donne lieu à des tensions familiales entre jeunes femmes qui désirent devenir sœurs et les parents qui s’y opposent, conduisant parfois les sœurs à les aider à partir de chez elles en fournissant la dot ou les faisant postuler dans une autre ville.

  • 33 Gautrelet 1846, Sempé 1950, Sauvage 1992-1994, Godin 1994. Pour l’approche psychanalytique, Maître (...)

17Ne concernant que les parcours aboutis de vie religieuse, les notices nécrologiques contiennent le récit de vocation, l’origine sociale et les relations familiales, donnant à la dimension religieuse un poids surdéterminant. Les différents registres soulignent l’origine sociale des jeunes femmes, les étapes et les temporalités de l’entrée dans la vie religieuse. Cet « appel » qu’est la vocation est à comprendre dans une relation entre l’institution et l’individu33. La vocation religieuse apparaît comme le résultat d’un ensemble de négociations entre des individus qui incarnent une institution et d’autres qui aspirent, à un moment, à y entrer.

18En l’absence presque récurrente de sources personnelles de sœurs – ce qui produit une asymétrie dans l’analyse – les registres tenus par les autorités de la congrégation objectivent la relation entre l’individu et l’institution. Ils consignent toutes les demandes des jeunes femmes qui se présentent afin d’être acceptées mais qui ne poursuivent pas nécessairement dans la vie religieuse. Les registres du postulat montrent la sélection qui se fait avant l’entrée en religion. On peut ainsi distinguer les profils des jeunes femmes qui initient cette démarche sans la mener à terme – de leur fait ou de celui de l’institution. La raison en est parfois renseignée, et la combinaison des critères et la comparaison avec celles devenues sœurs constituent une mise en série de jugements individuels et institutionnels. Cela conduit à relativiser le poids du religieux dans la reconnaissance par l’institution de la vocation : la piété est minime au regard des critères de santé, de moralité, de capacités et d’appréciation de la famille. Un travail de sémantique historique à partir des dictionnaires de l’époque, pour analyser les mots utilisés dans ces registres, éclaire sur l’importance de la respectabilité et l’honneur dans la hiérarchie sociale de la France du XIXe siècle et sur la lecture morale partagée des comportements entre le monde religieux et la société.

  • 34 Ford 2005.
  • 35 Lalouette – Machelon 2002, p. 11.

19Cette histoire sociale de la vocation apparaît comme la combinaison entre des dispositions de la postulante et des critères économiques, sociaux, médicaux, culturels, institutionnels et religieux qui déterminent l’entrée en religion. La vocation ne se réduit pas à un appel de Dieu, n’est pas davantage le résultat d’un « rapt de séduction »34 ni une « marque d’aliénation dangereuse pour les individus et la société », cette dernière interprétation se cristallisant à nouveau sous la Troisième République35. Elle est une possibilité d’état de vie, alternative au mariage, à la maternité ou au célibat, envisagée par contraintes et/ou désirs par de nombreuses jeunes femmes au XIXe siècle.

20À l’intersection du genre et de la religion, émerge une pluralité de rapports sociaux possibles qui invitent à repenser les rapports de pouvoir entre les sexes et les liens entre le monde religieux et la société.

Conclusion

  • 36 Certeau 1975 et 1990, et Maigret 2000.

21D’une grande richesse, ces archives privées font émerger des femmes de toutes conditions sociales comme actrices de l’histoire, et intègrent la vie religieuse comme un choix de vie possible ayant de multiples liens avec la société. Femmes et religieuses, engagées dans le monde par leur apostolat et pourtant retirées de ce monde, les sœurs sont à l’intersection de plusieurs univers sociaux, professionnels, identitaires. D’autres pistes seraient à explorer – sur le rapport au temps, à l’écriture de l’histoire, sur le travail des femmes et la formation professionnelle, en histoire économique, politique et pour l’histoire sociale et religieuse des laïcs qui s’inscrivent dans les familles religieuses de ces congrégations ou entretiennent des liens spirituels avec elles. Fécondes pour enrichir une histoire sociale et religieuse, à l’interface même de ces deux champs de l’histoire, ces archives offrent l’opportunité de saisir des expériences de la religion, d’articuler des croyances et des formulations religieuses avec des faits, et sur un temps long d’en suivre les significations successives. Ainsi, les réflexions de M. de Certeau – dont l’usage pour ces archives pourraient mériter un article en soi – sur les pratiques religieuses et la spiritualité, le quotidien mais aussi l’écriture de l’histoire, paraissent stimulantes pour nourrir l’approche de ces sources et de ces univers afin de réfléchir aux discours et pratiques quotidiennes des sœurs, inscrites dans des relations de pouvoir et des institutions36.

22Le monde des congrégations fonctionne comme un monde en soi : en saisir les acteurs permet d’enrichir sa compréhension et sa complexité. Étudier ce monde par lui-même et en lui-même au sein des sociétés dans lesquelles il se déploie, en donnant la parole à l’institution qui le constitue et l’incarne, mais aussi à des individus dont les trajectoires dérivent ou renforcent l’institution, permet de mesurer toute la diversité d’êtres, de pratiques et de croyances derrière les mots de «  religieuse » ou de « sœur ».

  • 37 Michel de Certeau dans l’introduction de la Possession de Loudun, repris dans Boutry 1988.

23Le principal apport de ces archives réside dans ses possibilités heuristiques et méthodologiques. En articulant le « fait social » quantifiable avec ses dynamiques internes, les représentations mais aussi le sens conféré par l’institution et par ses membres, ces archives invitent à repenser les liens entre institution et individus. De là, en explorant les écarts dans la pratique entre un idéal religieux et sa réalisation, et en ancrant les stratégies discursives dans une épaisseur sociale et dans une « chair », il est possible de porter un autre regard sur la spécificité et la diversité des religieuses mais aussi leurs multiples liens avec le siècle, et peut être avant tout « d’essayer de [les] comprendre »37.

Inizio pagina

Bibliografia

Actes du Saint-Siège, F. Marchisano – C. Chenis 1997 = Actes du Saint-Siège, F. Marchisano et C. Chenis, SDB, de la Commission pontificale pour les Biens culturels de l’Église, La fonction pastorale des archives ecclésiastiques. Lettre circulaire de la Commission pontificale pour les Biens culturels de l’Église, Cité du Vatican, 2 février 1997, dans La documentation catholique n°2163, 79, XCIV, 6 juillet 1997, p. 610-620.

AFDCP MM = Archives des Filles de la Charité, Paris Maison Mère.

Arnold 1984 = O. Arnold, Le corps et l’âme, la vie des religieuses au XIXe siècle, Paris, 1984.

Bidard et al., 2009 = C. Bidard, Christian, G. Erreygers, W. Parys, ‘Our daily bread’: Maurice Potron, from catholicism to mathematical economics, dans The European Journal of the History of Economic Thought. 16, 2009, p. 123-154.

Boutry 1988 = P. Boutry, De l’histoire des mentalités à l’histoire des croyances. La possession de Loudun, dans Le Débat, 9, 1988, p. 85-96.

Boutry 2006 = P. Boutry, De la sociologie religieuse à l’histoire sociale et culturelle du religieux, dans Le Mouvement social, 215, 2006, p. 3-8.

Brejon de Lavergnée 2011 = M. Brejon de Lavergnée, Histoire des Filles de la Charité. La rue pour cloître (XVIIe-XVIIIe siècle), Paris, 2011.

Brejon de Lavergnée – Della Sudda 2015 = M. Brejon de Lavergnée et M. Della Sudda (dir.), Genre et christianisme : plaidoyers pour une histoire croisée, Paris, 2015.

Bulletin de l’AAEF 2013 = 40e Anniversaire de l’AAEF (1973-2013) L’avenir de nos archives, dans Bulletin de l’AAEF, 80, 2013.

Cabanel 2004 = P. Cabanel, Les congrégations religieuses, dans B. Pellistrandi, L'histoire religieuse en France et en Espagne : colloque international, Casa de Velázquez, 2-5 avril 2001, Madrid, 2004, p. 249-269.

Certeau 1975 = M. de Certeau, L’écriture de l’histoire, Paris, 1975 (2nde éd.).

Certeau 1990 = M. de Certeau, L’invention du quotidien, 1. Arts de faire, Paris, 1990 (nouvelle édition).

Cholvy 1995 = G. Cholvy, André Soulas et les Sœurs gardes-malades de Notre-Dame Auxiliatrice : 1845-1995, Montpellier, 1995.

Cholvy 2012 = G. Cholvy, Le XIXe, grand siècle des religieuses françaises, Perpignan, 2012.

Cova – Dumons 2012 = A. Cova et B. Dumons, Femmes, genre et catholicisme : nouvelles recherches, nouveaux objets (France XIXe-XXe siècles), dans Chrétiens et sociétés, 17, Lyon, 2012.

Cuchet 2012 = G. Cuchet, Écriture spirituelle et histoire. Claude Langlois lecteur de Thérèse de Lisieux, dans Archives de sciences sociales des religions, n°158, avril-juin 2012, p. 221-235.

Curtis 2003 = S. Curtis, L’enseignement au temps des congrégations, Le diocèse de Lyon (1801-1905), Lyon, 2003.

Curtis 2010 = S. Curtis, Civilizing habits : women missionaries and the revival of French Empire, Oxford, 2010.

Dauzet 2006 = D.-M. Dauzet, La mystique bien tempérée, Écriture féminine de l’expérience spirituelle XIXe-XXe siècle, Paris, 2006.

Delpal 2007 = B. Delpal, Sauvegarde et mise en valeur des archives religieuses contemporaines : un enjeu commun aux archivistes, historiens et chercheurs, dans Bulletin de l’AAEF, 67-68, 2007.

Diebolt – Fouché 2011 = E. Diebolt et N. Fouché, Devenir infirmière en France, une histoire atlantique ? (1854-1938), Paris, 2011.

Dumons 2013 = B. Dumons, Femmes et genre, dans B. Dumons, C. Sorrel (dir.), Le catholicisme en chantiers, France, XIXe-XXe siècles, Rennes, 2013.

Faure 1999 = O. Faure, Les religieuses hospitalières entre médecine et religion en France au XIXe siècle, dans D. Pelletier, I. von Bueltzingsloewen (dir.), La charité en pratique. Chrétiens français et allemands sur le terrain social, XIXe-XXe siècle, Strasbourg, 1999, p. 53-64.

Faure 2006 = O. Faure, Les religieuses dans les petits hôpitaux en France au XIXe siècle, dans J. Lalouette (dir.), L’hôpital entre religions et laïcité du Moyen Âge à nos jours, Paris, 2006, p. 59-72.

Favier 2009 = A. Favier, Des religieuses féministes dans les années 68 ?, dans Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 2009, 29, p. 59-77.

Ford 2005 = C. Ford, Divided houses. Religion and gender in modern France, Ithaca (N.Y.), 2005.

Gazier 1923 = C. Gazier, Après Port-Royal, L’ordre hospitalier des sœurs de Sainte-Marthe de Paris, 1713-1918, Paris, 1923.

Gautrelet 1846 = F.-X. Gautrelet, Traité de l’état religieux ou notions théologiques sur la nature de cet état et les devoirs qu’il impose, à l’usage des supérieurs et des confesseurs de communautés religieuses, Lyon, Paris, 1846.

Godin 1994 = A. Godin, Psychologie de la vocation dans l’article Vocation du Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t.16, Paris, 1994, p. 1158-1167.

Henneau – Vismara – Barbiche et al. 2011 = M.-É. Henneau, P. Vismara, B. Barbiche et al. (dir.), L'ordre de la Visitation, 1610-2010 : pour Annecy et pour le monde : actes du colloque international d'Annecy, 1er-3 juin 2010, Milano, Annecy, 2011.

Hoegaerts 2015 = J. Hoegaerts, Soldats dévots et saints combatifs. Regards sur l’historiographie anglophone et germanophone des masculinités religieuses (XIXe-XXe siècles), dans M. Brejon de Lavergnée et M. Della Sudda (dir.), Genre et christianisme. Plaidoyers pour une histoire croisée, Paris, 2015, p. 73-94.

Hours 2001 = B. Hours (dir.), Carmes et carmélites en France du XVIIe siècle à nos jours : actes du colloque de Lyon, 1997, Paris, 2001.

Hours 2012 = B. Hours, Histoire des ordres religieux, Paris, 2012.

Jusseaume 2013 = A. Jusseaume, Soigner des femmes en couches, un interdit levé pour rechristianiser ? Des sœurs auprès des parturientes au XIXe siècle, dans Chrétiens et sociétés XVIe–XXIe, 19,  2013.

Kniebiehler – Leroux-Hugon – Dupont-Hess et al. 1984 = Y. Kniebiehler, V. Leroux-Hugon, O. Dupont-Hess et al. Cornettes et blouses blanches : les infirmières dans la société française 1880-1980, Paris, 1984.

Lalouette – Machelon 2002 = J. Lalouette et J.-P. Machelon (dir.), Les congrégations hors la loi ? Autour de la loi du 1er juillet 1901, Paris, 2002.

Langlois 1984 = C. Langlois, Le catholicisme au féminin : les congrégations françaises à supérieure générale au XIXe siècle, Paris, 1984.

Langlois 1997 = C. Langlois, Le catholicisme au féminin revisité, dans A. Corbin, J. Lalouette, M. Riot-Sarcey (dir.) Femmes dans la cité, 1815-1871, Grâne, 1997.

Langlois 2001 = Préface de C. Langlois, dans D. Odon-Hurel (dir.) Guide pour l’histoire des ordres et des congrégations religieuses : France, XVIe-XXe siècles, Turnhout, 2001.

Langlois 2010 = C. Langlois, Catholicisme, religieuses et société. Le temps des bonnes sœurs, Paris, 2010.

Le Brun 1984 = J. Le Brun, Cancer serpit. Recherches sur la représentation du cancer dans les biographies spirituelles féminines du XVIIe siècle, dans Sciences sociales et santé, 2, 2, 1984, p. 9-31.

Le Brun 1986 = J. Le Brun, À corps perdu. Les biographies féminines du XVIIe siècle, dans Corps des dieux. Le Temps de la réflexion, VII, 1986, p. 389-408.

Léonard 1977 = J. Léonard, Femmes, religion et médecine, Les religieuses qui soignent en France au XIXe siècle, dans Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 5, 1977, p. 887-907.

Leroux-Hugon 1992 = V. Leroux-Hugon, Des saintes laïques, les infirmières à l’aube de la Troisième République, Paris, 1992.

Livre d'or des Filles de la Charité 1938 = Livre d'or des Filles de la Charité ou simple aperçu des plus belles notices des sœurs retournées à Dieu dans les trois premiers siècles de la petite compagnie. 1er volume : de 1633 à 1870, Paris, 1938.

Livre d'or des Filles de la Charité 1940 = Livre d'or des Filles de la Charité ou simple aperçu des plus belles notices des sœurs retournées à Dieu durant les trente dernières années du XIXe siècle, II, De 1871 à 1900, Paris, 1940.

Lüdtke 2000 = A. Lüdtke, Qu’est ce que l’histoire du quotidien et qui la pratique ? dans A. Lüdtke, Des ouvriers dans l’Allemagne du XXe siècle : le quotidien des dictatures, Paris, 2000, p. 277-325.

Maigret 2000 = E. Maigret, Les trois héritages de Michel de Certeau. Un projet éclaté d’analyse de la modernité, dans Annales. Histoire, Sciences Sociales, 55e année, n°3, 2000, p. 511-549.

Maître 1994 = Avant-propos dialogué avec Pierre Bourdieu, dans J. Maître, L’autobiographie d’un paranoïaque, l’abbé Berry (1878-1947) et le roman de Billy Introïbo, Paris, 1994, p. V-XXII.

Maître 1995 = J. Maître, « L’orpheline de la Bérésina » : Thérèse de Lisieux, 1873-1897 : essai de psychanalyse socio-historique, Paris, 1995.

Marcélis 2012 = A.-D. Marcélis, Femmes cloîtrées des temps contemporains : vies et histoires de carmélites et de clarisses en Namurois : 1837-2000, Louvain, 2012.

Mellot – Guise 2005 = J.-D. Mellot, A. Guise, Histoire du Carmel de Pontoise, tome II, 1792- vers 1960, Paris, 2005.

Molette 1974 = C. Molette, Guide des sources de l’histoire des congrégations féminines françaises de vie active, Paris, 1974.

Paisant 2014 = C. Paisant, De l’exil aux tranchées 1901/1914-1918. Le témoignage des sœurs, Paris, 2014.

Parisot 2013 = G. Parisot (dir.) Semaines religieuses et bulletins paroissiaux, des sources pour l’histoire, Actes de la journée d’étude du 15 février 2012, dans le Bulletin de l’AAEF, n°79, 1er semestre 2013.

Perrot 1998 = M. Perrot, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, 1998.

Pettinaroli 2009 = L. Pettinaroli, Les archives vaticanes : des ressources pour l’histoire contemporaine, dans Histoire@Politique. Politique, culture, société, 7, 2009.

Raison du Cleuziou 2012 = Y. Raison du Cleuziou, « Le couvent comme dispositif d'imposition de la vérité religieuse ». Orthopraxie et orthodoxie dans la Province dominicaine de France durant l'après-guerre, dans Sociétés contemporaines, 88, 4, 2012, p. 73-98.

Raison du Cleuziou 2015 = Y. Raison du Cleuziou, Devenir homme parmi les hommes. Révolution ascétique et redéfinition de la virilité sacerdotale au milieu du XXe siècle, dans M. Brejon de Lavergnée et M. Della Sudda, (dir.), Genre et christianisme. Plaidoyers pour une histoire croisée, Paris, 2015, p. 257-285

Revel 1989 = J. Revel, L’histoire au ras du sol, dans G. Levi, Le pouvoir au village, histoire d’un exorciste dans le Piémont du XVIIe siècle, Paris, 1989.

Revel 2013 = J. Revel, L’institution et le social, dans B. Lepetit (dir.), Les formes de l’expérience, une autre histoire sociale, Paris, 2013 (1re éd. 1995), p. 85-113.

Rogers 2013 = R. Rogers, Le catholicisme au féminin, Thirty Years of Women’s History, dans Historical Reflections, 39, 1, 2013, p. 82-100.

Rousseau 2009 = S. Rousseau, La vocation religieuse féminine dans les années 1960-1970 : crise collective, itinéraires singuliers, dans Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, 116, 3, 2009, p. 125-138.

Rousseau 2013 = S. Rousseau, Le corps des religieuses entre réformes conciliaires et révolution des mœurs, dans Autour du Fait religieux. Nouvelles recherches en histoire contemporaine, Paris, 2013, p. 239-254.

Rousseau 2015 = S. Rousseau, Vingt ans d’histoire religieuse des femmes et du genre en France, dans M. Brejon de Lavergnée et M. Della Sudda (dir.), Genre et christianisme : Plaidoyer pour une histoire croisée, Paris, 2015, p. 55-72.

Rusconi 2004 = R. Rusconi, La storia religiosa « al femminile » e la vita religiosa delle donne, dans G. Calvi (a cura di), Innesti. Donne e genere nella storia sociale, Roma, 2004, p. 175-195.

Sauvage 1992-1994 = M. Sauvage, Des vocations particulières, sacerdoce et vie consacrée dans l’article Vocation du Dictionnaire de spiritualité ascétique et mystique, t.15 et 16, Paris, 1992-1994, p. 1092-1158.

Scott 1986 = J.W. Scott, Gender: A useful category of historical analysis, dans The American Historical Review, 91, 5, 1986, p. 1053–1075.

Sempé 1950 = L. Sempé, Vocation, dans le Dictionnaire de théologie catholique, tome XVe, 2e partie, 1950, p. 3148-3181.

Turin 1989 = Y. Turin, Femmes et religieuses au XIXe siècle. Le féminisme « en religion », Paris, 1989.

Zarri 2004 = G. Zarri, Storia delle donne e storia religiosa : un innesto riuscito, dans G. Calvi (dir.), Innesti. Donne e genere nella storia sociale, Roma, 2004, p. 149-173.

Inizio pagina

Note

1 Terme de l’institut qui correspond à un noviciat.

2 Molette 1974.

3 Actes du Saint-Siège, F. Marchisano – C. Chenis 1997 ; Delpal 2007, p. 2-7 et le Bulletin de l’AAEF 2013 ; Langlois 2001, p. 5-8

4 Perrot 1998.

5 Cholvy 1995, Hours 2001, Curtis 2003, Mellot – Guise 2005, Langlois 2010, Brejon de Lavergnée 2011, Henneau – Vismara – Barbiche et al. 2011, Cholvy 2012, Marcélis 2012, Dumons 2013.

6 Delpal 2007, Pettinaroli 2009, Bulletin de l’AAEF 2013, Parisot 2013.

7 Molette 1974, p. 10, Cabanel 2004, p. 254-255, Hours 2012, p. 101.

8 Rusconi 2004, Zarri 2004, Cova – Dumons 2012, Rogers 2013, Brejon de Lavergnée – Della Sudda 2015, Rousseau 2015, Hoegaerts 2015.

9 Curtis 2010.

10 Paisant 2014.

11 Rousseau 2013.

12 Raison du Cleuziou 2015.

13 Turin 1989 ; Favier 2009 ; Rousseau 2009.

14 Léonard 1977 ; Le Brun 1984 et 1986 ; Faure 1999 et 2006 ; Jusseaume 2013.

15 Boutry 2006.

16 Langlois 1984, p. 601-625.

17 Si le terme de « registre » est employé, c’est parce qu’il s’agit de la forme principale sous laquelle il se présente. Cependant, cela peut constituer en des liasses de billets.

18 Bidard et al, 2009.

19 Livre d'or des Filles de la Charité 1938 et Livre d'or des Filles de la Charité 1940.

20 Dauzet 2006, p. 117-168.

21 Scott 1986.

22 Revel 1989, p. XXIV.

23 Revel 2013 p. 113.

24 Kniebiehler – Leroux-Hugon – Dupont-Hess et al. 1984, p. 9 et p. 41-46, Leroux-Hugon 1992 et Diebolt – Fouché 2011, p. 89-94 : si elles dressent une diversité d’attitudes possibles, le portrait des religieuses soignantes est assez uniforme en terme de groupe.

25 Gazier 1923, p. 225-229.

26 Raison du Cleuziou 2012.

27 AFDCP MM 94 Registre des visites régulières.

28 Lüdtke 2000, p. 281-285.

29 Arnold 1984.

30 Langlois 1997, p. 146-147.

31 Cuchet 2012, p. 224-225.

32 AFDCP MM 709 Registre du postulat 1863-1868.

33 Gautrelet 1846, Sempé 1950, Sauvage 1992-1994, Godin 1994. Pour l’approche psychanalytique, Maître 1994 et 1995.

34 Ford 2005.

35 Lalouette – Machelon 2002, p. 11.

36 Certeau 1975 et 1990, et Maigret 2000.

37 Michel de Certeau dans l’introduction de la Possession de Loudun, repris dans Boutry 1988.

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Anne Jusseaume, « Les archives des congrégations religieuses féminines : nouvelles sources et nouveaux objets pour l’histoire sociale à l’époque contemporaine », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [Online], 128-2 | 2016, Messo online il 23 novembre 2016, consultato il 29 marzo 2017. URL : http://mefrim.revues.org/3053 ; DOI : 10.4000/mefrim.3053

Inizio pagina

Autore

Anne Jusseaume

Centre d'histoire de Sciences Po - anne.jusseaume@sciencespo.fr

Inizio pagina

Diritti d'autore

© École française de Rome

Inizio pagina
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org