Navigazione – Piano del sito

Testo integrale

  • 1 J’ai rédigé cette note introductive, en tant que coordinateur en 2014-2015 avec Céline Torrisi, de (...)
  • 2 Pour un profil biographique voir Gerratana 1975a et Vacca 2002.

1Ce dossier est le résultat de la journée d’études organisée le 3 juillet 2015, en conclusion de l’édition 2014-2015 du séminaire de « lectures en sciences sociales » de l’École française de Rome, consacrée à l’œuvre et à la pensée d’Antonio Gramsci1. La figure de cet intellectuel et homme politique est largement connue à l’échelle globale, notamment en raison de son engagement au sein du Parti communiste italien – dont il fut un des fondateurs en 1921 – et du long emprisonnement que le régime fasciste lui infligea à partir de 1926 et jusqu’à sa mort en 19372. Cependant, au-delà de son parcours biographique, Gramsci produisit des écrits dont l’influence est considérée aujourd’hui comme cruciale dans l’élaboration de plusieurs concepts que les chercheurs en histoire et en sciences sociales mobilisent en permanence, tels que ceux d’hégémonie, de subalternité, de société civile etc.

  • 3 Sur les conditions d’écriture et de formation de l’œuvre de Gramsci, voir Gerratana 1975a et 1975b

2Entourée d’une aura quasi mythique, l’œuvre de cet auteur manifeste pourtant un caractère fragmentaire et largement inachevé, qui contribue sans doute en partie à expliquer son large succès. En effet, elle ne compte aucun véritable ouvrage et consiste en une accumulation d’une vaste quantité de textes plus au moins longs, destinés à une vie éphémère – les articles produits dans le cadre de son activité de journaliste et de militant – ou pensés à l’origine comme des écrits privés, tels que les lettres ou les cahiers qu’il commence à rédiger en 1929 dans la prison de Turi (province de Bari) où il reste jusqu’à son hospitalisation en 1933. La véritable formation de l’œuvre de Gramsci ne commence donc qu’une dizaine d’années après sa mort, sous l’impulsion de son ancien camarade de lutte Palmiro Togliatti, devenu secrétaire du Parti communiste. Après la publication d’une sélection de lettres en 1947, les six volumes de la première édition des Cahiers de prison paraissent en 1948-1951 et adoptent une approche thématique. Si les idées de Gramsci s’internationalisent et circulent dans la période de l’après-guerre, c’est seulement en 1975 que les cahiers sortent en version intégrale, grâce au minutieux travail de reconstitution mené par Valentino Gerratana, dans le cadre de l’Istituto Gramsci en collaboration avec l’éditeur Einaudi3.

  • 4 Pour une mise en perspective générale voir Descendre et Zancarini 2015, parmi les ouvrages italien (...)
  • 5 Vacca 2011.
  • 6 Le décret du 20 décembre 1996 identifie les personnalités suivantes comme membres de la commission (...)

3Cette édition critique s’impose comme la référence incontestée, inspirant même les traductions dans d’autres langues mais, au fil des années et du renouveau des études sur le sujet4, émerge aussi l’idée d’une édition nationale des œuvres complètes de l’intellectuel né dans le petit village sarde d’Ales. En 1990, le projet obtient le haut patronage du président de la République de l’époque, Francesco Cossiga, ténor démocrate-chrétien controversé et lui aussi originaire de Sardaigne5. La décision est ensuite confirmée par le décret du 20 décembre 1996, signé par le ministre de la Culture Walter Veltroni qui venait juste de quitter la direction de L’Unità, le journal que Gramsci fonda en 1924 pour servir d’organe officiel du Parti communiste italien. L’Istituto Gramsci de Rome se charge de coordonner la nouvelle entreprise éditoriale et une commission scientifique, dont font partie plusieurs éminents chercheurs et intellectuels italiens et étrangers, est créée6. Au-delà de ces aspects anecdotiques, nous tenons surtout à souligner le large consensus qui se crée autour du projet et fait de cet auteur un classique. Ce statut garantit non seulement les financements nécessaires pour mener à bien l’initiative éditoriale mais ouvre les portes d’un processus de patrimonialisation inscrivant Gramsci dans le panthéon de la culture italienne, à côté de figures telles que Dante, Galilée, Léonard et Machiavel.

  • 7 Sans prétendre être exhaustif, des pistes peuvent être offertes ici par Santucci 1995 et par les v (...)
  • 8 Hobsbawm 2011.

4Dès sa première édition et au-delà des frontières italiennes, la réflexion des Cahiers de prison trouve rapidement des échos à l’échelle mondiale et exerce une influence déterminante sur plusieurs courants visant à renouveler les sciences sociales, comme en témoigne sa réappropriation par les subaltern studies, les post-colonial studies, les cultural studies ou encore l’école néogramscienne des relations internationales7. Toutefois, reprenant une réflexion collective menée sur ce sujet, l’historien anglais Eric Hobsbawm souligne que la réception internationale de Gramsci s’est réalisée par vagues successives et très peu uniformes suivant les pays8.

5Sollicité par le caractère fragmentaire et par l’apparente plasticité de cette œuvre qui semble profiter aujourd’hui d’un regain d’intérêt, le séminaire de lectures en sciences sociales nous a conduits à explorer les travaux de Gramsci en prêtant une attention particulière au cas français, qui semble entretenir avec cet auteur un rapport controversé. Gramsci se voit très tôt attribuer une place centrale dans les relations avec la France. En effet, suite à la prise du pouvoir par Mussolini en octobre 1922, ce pays se transforme non seulement en terre d’accueil pour beaucoup d’opposants politiques, mais aussi en base arrière pour les luttes clandestines des mouvements antifascistes italiens. Dans ce contexte particulier, Gramsci devient une sorte d’icône pour beaucoup d’intellectuels français qui s’engagent activement en faveur de sa libération, comme le prouve par exemple le pamphlet que le prix Nobel Romain Rolland publie en 1934 sous le titre Antonio Gramsci. Ceux qui meurent dans les prisons de Mussolini. Cependant, il ne faut pas oublier qu’à cette époque Gramsci est encore – et surtout – le secrétaire du Parti communiste enfermé par la violence du régime fasciste.

  • 9 À titre d’exemple nous pouvons citer ici Buci-Glucksmann 1975 et Tosel 1991, ainsi que les différe (...)
  • 10 La traduction française de l’intégralité des Cahiers de prison est basée sur l’édition critique it (...)

6C’est à partir de l’après-guerre que les travaux de Gramsci – tant les écrits précarcéraux que les lettres et, plus tard, l’ensemble des Cahiers – sont progressivement traduits et rentrent dans les débats à la fois politiques et scientifiques. L’intellectuel sarde devient ainsi le symbole de l’autonomie du marxisme italien, présenté comme une sorte de contre-modèle de l’orthodoxie du Parti communiste français. La reprise rencontre un tel succès qu’on a parlé, pour la décennie 1965-1975, d’une « Gramsci Renaissance » française pendant laquelle cet auteur est souvent cité et invoqué, même si certains considèrent qu’il reste en général peu lu et finalement mal connu. Cette phase suscite néanmoins plusieurs réflexions d’une grande envergure qu’il est impossible de présenter ici de manière détaillée9. De plus, c’est à partir des années 1970 que l’intégralité de l’œuvre de Gramsci est progressivement mise à la disposition du public français, les Éditions Gallimard lançant notamment l’entreprise de traduction des Cahiers de prison, coordonnée par Robert Paris10.

  • 11 Voir par exemple la manière dont Gramsci et Bourdieu peuvent être mobilisés autour du concept de d (...)
  • 12 Aymard 1981, p. 415. Cet article fait partie d’un plus vaste dossier sur « Les Annales et l’histor (...)

7Paradoxalement, au moment où tous ses travaux deviennent finalement accessibles aux lecteurs, Gramsci disparaît des débats français : à la phase de la fascination suit un déclin qui s’apparente presque à un oubli. Dans les années 1980, l’auteur est une « victime collatérale » de l’offensive contre la pensée marxiste et il est assez intéressant de constater que, malgré la proximité de certains thèmes – la question de la relation entre savoir et pouvoir, par exemple – rares sont les références à Gramsci chez des auteurs français tels que Michel Foucault ou Pierre Bourdieu11. Mais le dialogue semble également difficile dans le sens inverse, comme le souligne Maurice Aymard qui, s’interrogeant sur les dynamiques de l’influence des Annales en Italie, situe « la vraie coupure [avec les réflexions françaises] dans la dérivation gramscienne de l’historiographie marxiste italienne, et dans l’influence de Croce sur Gramsci12 ».

8Alors que dans le monde anglo-saxon, en Inde ou en Amérique Latine, on assiste à une redécouverte de la pensée de cet auteur, de sa manière originale d’envisager la relation entre l’État et la société civile, ou des concepts tels qu’hégémonie ou subalternité, la France reste à l’écart de ce processus jusqu’à une époque très récente. Au cours des dernières années, on assiste toutefois à un regain d’intérêt pour l’œuvre de Grasmci dans le monde académique français avec la mobilisation d’institutions et d’acteurs très variés, ce qui semble confirmer le caractère non-épisodique de ce mouvement.

9Depuis 2012, le Séminaire Pensée Politique Italienne, animé à l’ENS de Lyon par Romain Descendre et Jean-Claude Zancarini, se donne pour thème « Lire des Cahiers de prison d’Antonio Gramsci ». En mars 2013, le colloque international La « Gramsci Renaissance ». Regards croisés France-Italie sur la pensée d’Antonio Gramsci est organisé à la Cité universitaire de Paris par la Fondation Gabriel Péri, l’Istituto Gramsci et le Centre d’histoire des systèmes de pensée moderne de l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne en collaboration avec la Maison de l’Italie. La même année, Riccardo Ciavolella lance son séminaire L’anthropologie politique et Antonio Gramsci à l’École des hautes études en sciences sociales où, en avril 2016, il organise avec Gianfranco Rebucini la journée d’études Traduire la pensée gramscienne. La réception de Gramsci en France et son influence sur les sciences sociales. Un projet de coopération scientifique entre l’École des hautes études en sciences sociales, l’École française de Rome, la Fondazione Istituto Gramsci, l’Associazione Internazionale Ernesto de Martino et l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia est enfin lancé en 2016, où les contributions originales de la pensée gramscienne sont étudiées par le biais de la figure de l’anthropologue Ernesto de Martino.

  • 13 Voir entre autres : Gramsci 2012, Hoare – Sperber 2013, Tosel 2016.

10En France, ces dernières années sont aussi particulièrement riches en termes de publications. Il s’agit de nouvelles anthologies des textes issus des cahiers ou des lettres, mais aussi d’ouvrages d’invitation à la lecture et à la réappropriation de leçon de Gramsci13. Plusieurs revues contribuent à ce renouveau parmi les chercheurs, comme en témoigne le riche dossier « Antonio Gramsci », coordonné par Riccardo Ciavolella, Romain Descendre et Jean-Claude Zancarini dans le n° 57/2015 de la revue Actuel Marx, ou encore celui en préparation pour la revue Laboratoire italien, politique et société.

  • 14 Voir http://semefr.hypotheses.org

11Cette présentation très synthétique vise à recontextualiser, de manière sans doute incomplète, la trajectoire de la pensée gramscienne et la récupération dont celle-ci a fait l’objet au cours des dernières années. Certaines des pistes ainsi ouvertes ont animé les débats de l’édition 2014-2015 du séminaire de lectures en sciences sociales. Le carnet de recherche Hypothèses du séminaire14 permet par ailleurs de suivre la trace d’une réflexion qui s’est débord intéressée aux clivages qui sous-tendent la formation de l’œuvre de cet auteur (liberté-enfermement, progrès-tradition, rural-urbain). La place et l’engagement des intellectuels dans les combats pour l’hégémonie ont ensuite servi de fil rouge à la discussion et préparé la dernière étape du séminaire, consacrée à l’écriture carcérale, qui a replacée Gramsci dans l’histoire longue des auteurs contraints d’élaborer leur pensée dans l’isolement – physique et intellectuel – de l’enceinte carcérale.

12La journée finale a enfin permis de focaliser l’attention sur les origines, les développements, les articulations réciproques et les réappropriations de deux concepts de marque gramscienne : hégémonie et subalternité. Souvent mobilisés en relation à des contextes très variés, ces concepts revêtent une importance particulière pour les chercheurs en histoire et sciences sociales. Cet intérêt explique aussi la décision de transformer les contributions de la journée finale dans un dossier pour les Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée modernes et contemporaines, l’idée étant de mettre certains résultats, issus du renouveau récent de ces études, à disposition d’un public francophone le plus large possible

13Il est intéressant d’observer que, dans les quatre articles qui composent le dossier, les auteurs tiennent à souligner le caractère non figé et le processus de reconstruction permanente dont les outils conceptuels font l’objet, tant d’ailleurs de la part de Gramsci lui-même que dans le cadre de la réception de sa pensée. Fabio Frosini illustre ainsi la dilatation sémantique du champ lexical de l’hégémonie et ses conséquences en termes de transformation dans la manière de concevoir le rôle de l’État au sein de la société. Giancarlo Schirru reprend la question des dispositifs au service de l’hégémonie et relie la réflexion gramscienne sous l’angle de l’influence les débats soviétiques de l’époque, où émergea l’importance cruciale de l’enjeu linguistique pour les luttes révolutionnaires. Guido Liguori trace ensuite une véritable généalogie du concept de « subalterne » à partir de son utilisation disséminée chez Gramsci, qui va de la genèse dans les écrits précarcéraux jusqu’à l’individualisation qu’on retrouve par exemple déclinée dans les lettres. Focalisant l’attention sur la décennie qui suit la Libération, Riccardo Ciavolella présente la réappropriation de la « subalternité » gramscienne opérée par des chercheurs, notamment des anthropologues, qui trouvent dans ce concept un outil opérant tant en Occident que dans le monde colonial.

Inizio pagina

Bibliografia

Aymard 1978 = M. Aymard, The Impact of the Annales School in Mediterranean Countries, dans Review (Fernand Braudel Center), 1, 3-4, 1978, p. 53-67.

Aymard 1981 = M. Aymard, Les Annales et l’Italie, dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge - Temps modernes, 93, 1, 1981, p. 401-417.

Burawoy 2011 = M. Burawoy, La domination est-elle si profonde ? Au-delà de Bourdieu et de Gramsci, dans Actuel Marx, 50, 2011, p. 166-190.

Buci-Glucksmann 1975 = C. Buci-Glucksmann, Gramsci et l’État. Pour une théorie matérialiste de la philosophie, Paris, 1975.

Descendre – Zancarini 2015 = R. Descendre, J.-C. Zancarini, « Le rythme de la pensée en développement ». Le renouveau des études gramsciennes en Italie, dans Actuel Marx, 57, 2015, p. 11-26.

Frosini 2003 = F. Frosini, Gramsci e la filosofia. Saggio sui quaderni del carcere, Rome, 2003.

Frosini – Liguori 2004 = F. Frosini, G. Liguori (dir.), Le parole di Gramsci. Per un lessico dei quaderni del carcere, Rome, 2004.

Gerratana 1975a = V. Gerratana, Prefazione, dans A. Gramsci, Quaderni del carcere. Volume I. Quaderni 1 (XVI) - 5 (IX), Turin, 1975, p. xi-xli.

Gerratana 1975 b = V. Gerratana, Note di filologia gramsciana, dans Studi storici, 16, 1, 1975, p. 126-154.

Gervasoni 1998 = M. Gervasoni, Antonio Gramsci e la Francia. Dal mito della modernità alla scienza della politica, Milan, 1998.

Hoare – Sperber 2013 = G. Hoare, N. Sperber, Introduction à Antonio Gramsci, Paris, 2013.

Hobsbawm 2011 = E.J. Hobsbawm, The Reception of Gramsci, dans Id., How to change the World. Tales of Marx and Marxism, New Haven-Londres, 2011, p. 334-343.

Liguori 2006 = G. Liguori, Sentieri gramsciani, Rome, 2006.

Liguori – Voza 2015 = G. Liguori, P. Voza, Dizionario gramsciano, 1926-1937, Rome, 2009.

Paris 1979 = R. Paris, Gramsci en France, dans Revue française de science politique, 29, 1, 1979, p. 5-18.

Santucci 1995 = A. Santucci (dir.), Gramsci in Europa e in America, Rome-Bari, 1995.

Tosel 1991 = A. Tosel, Marx en italiques. Aux origines de la philosophie italienne contemporaine, Mauvezin, 1991.

Tosel 1992 = A. Tosel (dir.), Modernité de Gramsci ? Actes du colloque franco-italien de Besançon, 23-25 novembre 1989, Paris, 1992.

Tosel 2016 = A. Tosel, Étudier Gramsci, Paris, 2016.

Vacca 2002 = G. Vacca, Gramsci, Antonio, dans Dizionario biografico degli italiani, Rome, 58, 2002, p. 412-430.

Vacca 2011 = G. Vacca, Gramsci studies since 1989, dans Journal of Modern Italian Studies, 16, 2, p. 179-194.

Inizio pagina

Note

1 J’ai rédigé cette note introductive, en tant que coordinateur en 2014-2015 avec Céline Torrisi, de l’effort collectif qui est à l’origine du séminaire de lectures en sciences sociales, animé chaque année par les membres de l’École française de Rome. Je tiens aussi à remercier Riccardo Ciavolella qui a collaboré à la préparation de ce dossier pendant son séjour à l’École française de Rome de février à juillet 2016, en tant que chercheur résident.

2 Pour un profil biographique voir Gerratana 1975a et Vacca 2002.

3 Sur les conditions d’écriture et de formation de l’œuvre de Gramsci, voir Gerratana 1975a et 1975b.

4 Pour une mise en perspective générale voir Descendre et Zancarini 2015, parmi les ouvrages italiens récents voir, à titre d’exemple, Frosini 2003, Frosini – Liguori 2004, Liguori 2006, Liguori – Voza 2015.

5 Vacca 2011.

6 Le décret du 20 décembre 1996 identifie les personnalités suivantes comme membres de la commission nationale : Norberto Bobbio, Remo Bodei, Joseph A. Buttigieg, Luciano Canfora, Michele Ciliberto, Franco De Felice, Gianni Francioni, Eugenio Garin, Eric J. Hobsbawm, Luisa Mangoni, Ezio Raimondi, Mario Scotti, Giuseppe Vacca, Renato Zangheri. Sous la présidence de Zangheri jusqu’en avril 2000 puis de Vacca, la commission intègre d’autres personnes au cours des années, dont deux des quatre auteurs du présent dossier : Fabio Frosini et Giancarlo Schirru.

7 Sans prétendre être exhaustif, des pistes peuvent être offertes ici par Santucci 1995 et par les volumes thématiques de la collection « Annuario studi gramsciani nel mondo » publiée par la Fondazione Istituto Gramsci en collaboration avec les éditions Il Mulino de Bologne.

8 Hobsbawm 2011.

9 À titre d’exemple nous pouvons citer ici Buci-Glucksmann 1975 et Tosel 1991, ainsi que les différents questionnements qui émergent dans Tosel 1992 et Gervasoni 1998.

10 La traduction française de l’intégralité des Cahiers de prison est basée sur l’édition critique italienne de 1975 et sort en cinq volumes entre 1978 et 1996. Voir Paris 1979.

11 Voir par exemple la manière dont Gramsci et Bourdieu peuvent être mobilisés autour du concept de domination dans Burawoy 2011.

12 Aymard 1981, p. 415. Cet article fait partie d’un plus vaste dossier sur « Les Annales et l’historiographie italienne » dans Mélanges de l’École française de Rome. Moyen Âge - Temps modernes, 93, 1, 1981, p. 347-463. Sur ces questions voir aussi Aymard 1978.

13 Voir entre autres : Gramsci 2012, Hoare – Sperber 2013, Tosel 2016.

14 Voir http://semefr.hypotheses.org

Inizio pagina

Per citare questo articolo

Riferimento elettronico

Niccolò Mignemi, « Introduction », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [Online], 128-2 | 2016, Messo online il 07 novembre 2016, consultato il 29 aprile 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2999 ; DOI : 10.4000/mefrim.2999

Inizio pagina

Autore

Niccolò Mignemi

École française de Rome - niccolo.mignemi@gmail.com

Inizio pagina

Diritti d'autore

© École française de Rome

Inizio pagina
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org