Navegación – Mapa del sitio
La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

« Une place peu convenable » : Être chancelier d’un consulat de France (premier XIXe siècle)

Alexandre Massé

Resúmenes

Cet article s’attache à souligner l’inadéquation entre les compétences professionnelles exigées des chanceliers des consulats de France en Grèce et dans l’Empire ottoman et les conditions matérielles de leur carrière. L’étude prosopographique des dossiers personnels des chanceliers et des informations transmises par les consuls permet de mettre en évidence leurs origines sociales et géographiques, mais aussi leur formation et leurs compétences. La confrontation entre les itinéraires individuels et les ordonnances qui règlementent la carrière de chancelier pointe la faiblesse des rémunérations qui leur sont offertes, ce qu’aggrave l’absence de perspectives de promotion avec la fermeture de la carrière consulaire en 1833. Cette situation peut contraindre les consuls à recruter des chanceliers ne présentant pas les garanties exigées. L’analyse de correspondances privées permet de souligner davantage le mécontentement des chanceliers qui perçoivent souvent leur fonction comme une étape. En 1845, le ministère finit donc par leur ouvrir à nouveau la carrière consulaire.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

  • 1 Cf. Archives nationales, AE BIII 242-2, pièce 24, mémoire du chevalier de Taulès. Mézin 1997, p. 4 (...)

La place de chancelier n’a besoin d’ailleurs ni de grands talents ni de grandes connaissances. Ils y seraient en pure perte. Les affaires sont si simples, si peu compliquées dans le Levant que le seul bon sens après avoir jeté les yeux sur les formules d’usage suffit pour les conduire et les terminer1.

  • 2 Mézin 1997, p. 44-47.

1Ces propos prononcés par le chevalier de Taulès, à la fin du XVIIIe siècle, illustrent le mépris que de nombreux consuls avaient pour la fonction de chancelier. Pourtant, les chanceliers sont les auxiliaires incontournables sur lesquels repose le bon fonctionnement d’un consulat. Leurs tâches sont multiples et diversifiées. Secrétaires des consuls et archivistes des consulats, ils exercent également des fonctions notariales en délivrant des contrats de vente ou en recevant les contrats de mariage et les testaments, par exemple. Chargés d’établir des procès verbaux, de délivrer des récépissés, ils accompagnent également les consuls dans leurs fonctions d’officier d’état civil en tenant les registres des baptêmes, des mariages et des décès. En matière de justice civile et criminelle, ils servent de greffiers2. Dans l’Empire ottoman qui, dans ce premier XIXe siècle, comprend encore le Levant et le Maghreb, les chanceliers sont bien souvent aussi des interprètes et doivent, à ce titre, maîtriser le turc, le persan ou le grec moderne, entre autres.

  • 3 Voir Ferragu 2007, p. 103.
  • 4 Voir Massé 2012, p. 249-302.

2Il semble donc avoir existé un fort contraste entre les compétences exigées sur le terrain pour faire un bon chancelier et la reconnaissance de ce métier au sein de la hiérarchie consulaire. Quelles étaient les conséquences de ce décalage ? La carrière des chanceliers était-elle si mal reconnue ? Comment s’effectuait, dans ces conditions, le recrutement d’individus compétents ? De plus, au XIXe siècle, la question de la professionnalisation des grands corps de l’État se pose. Par professionnalisation, nous entendons ici le recrutement de fonctionnaires, non plus par faveur et sur recommandation3, mais davantage à partir de compétences définies et évaluées équitablement par le biais de diplômes, d’examens ou de concours. Le personnel ainsi recruté doit également voir ses attributions organisées administrativement et bénéficier d’une carrière cohérente. Pour la période étudiée ici, la professionnalisation du corps consulaire, dans la lignée de la période révolutionnaire, est flagrante4. En est-il de même pour les chanceliers de consulats ?

  • 5 Ce panel prend en considération des individus ayant débuté leur carrière entre 1815 et 1856 et aya (...)
  • 6 Il s’agit de chanceliers qui, dans l’Empire ottoman, cumulaient aussi les fonctions de traducteurs (...)

3Les réponses apportées ici à ces questions le seront principalement à partir de l’étude d’un échantillon de 74 chanceliers5 exerçant essentiellement dans l’Empire ottoman et en Grèce entre 1815 et 1856, même si des comparaisons avec des chanceliers en poste dans d’autres espaces géographiques conduiront à mettre en évidence certaines spécificités. Ces délimitations présentent l’avantage de permettre d’étudier, aux côtés des deux principaux statuts que pouvaient avoir les chanceliers – à savoir les chanceliers recrutés localement et les chanceliers brevetés –, le cas particulier des drogmans-chanceliers dans l’Empire ottoman6. De plus, l’indépendance de la Grèce, qui rejoint les pays dits « de Chrétienté » à partir de 1830, permet d’analyser l’adaptation de l’institution consulaire à ce changement, ce qui met en exergue les problèmes rencontrés pour trouver des chanceliers compétents.

Les différents statuts des chanceliers

  • 7 C’est le cas dans les états de 1816 ou 1838. Par contre, en 1847, ils sont fondus dans un ensemble (...)

4Derrière le titre de chancelier, se cache une réelle diversité. Au cours de ce premier XIXe siècle, un individu souhaitant entrer dans cette carrière pouvait avoir jusqu’à cinq titres différents : chancelier d’ambassade, chancelier breveté de consulat, chancelier non breveté de consulat, interprète-chancelier et drogman-chancelier. Les chanceliers d’ambassade seront, ici, laissés de côté. En effet, leurs profils sont très différents et leur carrière présente des spécificités trop marquées. Le ministère des Affaires étrangères en avait d’ailleurs conscience et les gérait différemment. Ainsi, dans les états du personnel extérieur ou des consulats, les chanceliers d’ambassade sont tous mentionnés, alors que ce n’est pas le cas des chanceliers de consulat qui en sont absents. Par exemple, dans l’état du personnel des agents politiques et consulaires au 1er janvier 1838, aux côtés des dix-neuf consuls généraux, des trente-et-un consuls de 1ère classe et des trente-six consuls de 2e classe, figurent neuf chanceliers d’ambassade et de légation. Dans les états du personnel extérieur au 1er janvier 1847, il y a cette fois onze chanceliers d’ambassade et de légation, mais toujours aucun chancelier au service des consuls. La seule exception concerne les drogmans-chanceliers. Ceux-ci sont fréquemment présents dans ces états du personnel7.

5Cet effacement des chanceliers de consulats illustre le faible intérêt du ministère pour cette catégorie de personnel, mais également la méconnaissance qu’il en avait. Toutefois, au XIXe siècle, le ministère poursuit la professionnalisation de l’institution consulaire, ce qui passe par une meilleure connaissance du personnel qu’il emploie. Ainsi, les chanceliers brevetés et les drogmans-chanceliers possèdent désormais un dossier personnel qui permet de mieux appréhender leur carrière. Ça n’est pas toujours le cas des chanceliers non brevetés, qui étaient souvent recrutés sur place par les consuls de France. Dans ce cas, les seules informations que nous possédons sont celles que le consul a bien voulu transmettre dans sa correspondance avec le ministère. Globalement, les informations dont disposait le ministère sur ses chanceliers sont plus lacunaires que celles qu’il avait sur ses consuls, ce qui illustre le flou de leur statut juridique et la professionnalisation encore très fragile de cette fonction. Malgré tout, il est possible de cerner leurs origines sociales et géographiques.

Les origines géographiques et sociales des chanceliers

  • 8 Mézin 1997, p. 14.
  • 9 Archives du ministère des Affaires étrangères (désormais AMAEE), Correspondances consulaires et co (...)
  • 10 Le lieu de naissance est connu pour 73 % d’entre eux (54 sur 74). Pour plus de clarté, les chiffre (...)
  • 11 Cet élément serait également à mettre en relief avec l’ouverture de nouveaux postes en Amérique la (...)

6Dans leur quasi-totalité, les chanceliers sont de nationalité française. Dans son étude de l’institution consulaire au XVIIIe siècle, Anne Mézin soulignait, qu’à une exception près, cette règle était déjà en vigueur dans l’Empire ottoman, même si elle s’appliquait moins dans les pays de Chrétienté8. De même, entre 1815 et 1856, pour l’Empire ottoman, la seule exception trouvée est le recrutement d’un Anglais, Charles Suter, comme drogman-chancelier à Arta. Choisi par le consul en poste, il est confirmé par le ministère le 28 août 18359. Les autres chanceliers, français, ont des origines très variées et viennent de toutes les provinces de France : Strasbourg, Perpignan, Paris, Figeac, Uzès, Marseille, Gers, Dordogne, etc. Il faut noter que de nombreux chanceliers, bien que de nationalité française, sont nés à l’étranger. Ils sont ainsi près de 24 % (13/54)10 à être nés hors de France. Cependant, ce chiffre doit être nuancé par la surreprésentation dans notre panel des drogmans-chanceliers. En effet, ces derniers sont bien souvent originaires de familles de drogmans installées de longue date dans l’Empire ottoman. Ainsi, 57 % (8/14) des quatorze drogmans-chanceliers du panel sont nés à l’étranger, principalement dans l’Empire ottoman. Parmi ceux nés en France, les Parisiens sont les plus représentés avec 26 % (14/54). Seulement 20 % (12/54) des chanceliers sont originaires d’un grand Sud-Est allant de Perpignan à Toulon et comprenant le Corse. Cela confirme le processus observé chez les consuls, qui se caractérise par un recul des familles de chanceliers et de consuls traditionnellement originaires du Sud-Est de la France11. La professionnalisation des chanceliers s’accompagne d’un recentrage sur Paris et d’une ouverture du recrutement à l’ensemble des provinces françaises.

  • 12 Mézin 1997, p. 75.
  • 13 AMAEE, Dossier personnel (désormais DP), 1ère série nominative, carton n° 3868.
  • 14 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1764.
  • 15 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1849.
  • 16 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 2358.
  • 17 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 2295. Joseph Marie Portalis est ministre des Cultes so (...)
  • 18 Le frère de Duguet (le jeune), par exemple : AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1441.
  • 19 Thomas Mariotti a ainsi un cousin député. AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 2757. Frédér (...)

7Les origines sociales des chanceliers ne sont guère aisées à déterminer faute de données précises. Nous n’avons d’informations sur la famille élargie du chancelier que dans 55 % (41/74) des cas. Parmi eux, le milieu le plus clairement représenté est celui qu’Anne Mézin désigne sous le nom « de commis ou de serviteurs de l’État12 » (88 %, soit 36/41). Il faut souligner que 63 % (26/41) des chanceliers ont un parent proche travaillant ou ayant travaillé pour le ministère des Affaires étrangères, ce dernier favorisant cette reproduction professionnelle. Il faut toutefois noter qu’on trouve de fortes disparités hiérarchiques. Par exemple, il y a des familles de drogmans, comme celles de Pierre Clément Mertrud13 ou de Jean-Louis Alexandre Gaspary14. Il y a des familles où l’on est traditionnellement agent consulaire, comme celle de Pierre Georges Gizy15. En haut de la hiérarchie, Numa Nestor de Lafléchelle est le fils d’un sous-chef de la division des fonds16. Pour sa part, Étienne Joseph Marie La Palun, chancelier à Nice de 1821 à 1828, est parent du comte Portalis17. Au sein des familles des chanceliers, d’autres serviteurs de l’État sont présents (34 %, soit 14/41). Ainsi, 13 % (5/41) des chanceliers ont un parent militaire, mais apparaissent aussi des sous-préfets18, des députés19, des pairs de France, etc. Parmi les origines professionnelles minoritaires, figurent des banquiers, des notaires, des négociants, etc. Toutes ces origines familiales ont l’avantage d’offrir des appuis pour entrer dans la carrière de chancelier et/ou un bagage de connaissances pour exercer ce métier.

La formation des chanceliers

  • 20 Cet âge est connu avec suffisamment de précision pour établir des statistiques pour 74 % (55/74) d (...)
  • 21 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 3563.
  • 22 C’est un point sur lequel nous reviendrons.

8Si l’on se penche sur l’âge des chanceliers20 au moment de leur première nomination dans une perspective diachronique du XVIIIe siècle, le premier constat est une relative stabilité. Cependant, si aucun bouleversement n’est à relever, une évolution tend à voir les chanceliers commencer plus jeune leur carrière, ce qui accrédite l’idée d’une professionnalisation croissante de ce corps. En effet, certains individus se préparent dès leur plus jeune âge à suivre cette carrière et entrent en poste très tôt. Par exemple, Joseph-Louis Rousseau aurait été chancelier-interprète dès l’âge de 15 ans21. Il faut toutefois noter que les carrières débutées si précocement concernent toujours les fils ou les neveux de consuls. Ils font ainsi leurs premières armes en bénéficiant du soutien de leur famille22. Toutefois, 58 % (36/62) des chanceliers ont exercé une profession avant d’entrer dans la carrière, mais, dans presque tous les cas, il s’agissait de métier permettant d’acquérir les compétences réclamées. Ainsi, parmi ceux ayant travaillé avant, 67 % (24/36) ont été employés dans un consulat ou au ministère, 17 % (6/36) ont été secrétaires particuliers, le plus souvent d’un consul.

Tableau 1 – Âge des chanceliers lors de la première nomination.

  • 23 Mézin 1997, p. 16.
Âge Moins de 25 ans De 25 à 29 ans De 30 à 39 ans De 40 à 49 ans Plus de 50 ans
Au XVIIIe siècle23 30 % 16 % 29 % 16 % 9 %
1815-1856 30,9 % (17/55) 25,4 % (14/55) 36,4 % (20/55) 7,3 % (4/55) 0 %
  • 24 Huber 1826.
  • 25 Tancoigne 1819. Précédemment, il avait déjà publié : Tancoigne 1817.
  • 26 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 302.

9La formation des chanceliers des consulats de France est bien le point le plus délicat à cerner. Au XIXe siècle, les consuls débutent de plus en plus souvent leur carrière en devenant élèves vice-consuls, ce qui impose la maîtrise de compétences en droit, langues, mathématiques, géographie et dessin, ce dont des certificats et des examens doivent attester. Cette étape n’existe pas pour les chanceliers, et leur formation n’a donc pas ou peu laissé de traces dans les archives, même s’il existe de grandes différences en fonction de leur statut. Par exemple, les drogmans-chanceliers et les secrétaires-interprètes bénéficiaient souvent d’une formation et passaient par l’école des Jeunes de Langues, au lycée Louis-Le-Grand à Paris et à Constantinople. Ainsi, parmi eux, ils sont 63 % (12/19) à avoir été Jeunes de Langues. Si l’on ne prend en compte que les drogmans-chanceliers, cette proportion monte à 75 % (12/16). Les autres chanceliers ne sont pas pour autant dépourvus de formation, mais il est difficile de les appréhender, surtout quand ils ont été recrutés localement par les consuls. En fin de compte, seuls 16 % (12/74) des chanceliers ne font état d’aucune formation ou expérience professionnelle préalable. Pour compléter ce tableau, il faut souligner la présence de personnalités remarquablement cultivées parmi eux. Par exemple, Bertrand Huber, chancelier à Ostende de 1816 à 1820, publie, en 1826, un Aperçu statistique de l’île de Cuba24. Joseph Michel Tancoigne participe à la mission du général Gardanne en Perse et en publie le récit en 182025. Dans un autre domaine, Philippe Nettement, avant de devenir chancelier, est secrétaire et traducteur des lettres de Napoléon Ier. Pour sa part, avant d’être nommé drogman-chancelier à Erzeroum en 1843, François Alphonse Belin est, pendant cinq ans, maître-répétiteur à l’école des Jeunes de Langues à Paris26.

10Ainsi, compte tenu de leurs vastes attributions, les chanceliers peuvent, sans surprise, très majoritairement justifier de compétences réelles au moment de leur entrée dans la carrière. Toutefois, l’hétérogénéité de leurs parcours et de leurs formations prouve que la professionnalisation de ce métier est encore balbutiante.

Rémunération et carrière

  • 27 Mézin 1997, p. 4, 49.
  • 28 Ibid., p. 64.
  • 29 Dans les dossiers du personnel, l’État nominatif des consuls-généraux, consuls, vice-consuls et dr (...)
  • 30 Voir annexe.
  • 31 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 836, Louis Eugène Chaigneau est le neveu du consul Jea (...)
  • 32 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 4035, lettre du 4 janvier 1844, Huet au ministre.
  • 33 Par exemple, J. Pruche, chancelier à Corfou à partir de 1825, est confirmé par le ministère le 5 m (...)
  • 34 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton 1ère série nominative, carton n° 2415.

11Comme pour les consuls, depuis le XVIIIe, les chanceliers n’ont pas le droit de se livrer au commerce et doivent se consacrer exclusivement à leurs fonctions de chancelier27. Aucune exception n’a été relevée au sein du panel étudié. Par contre, contrairement à leur situation au XVIIIe siècle28, ils doivent se contenter des rétributions liées à leur place, ce qui n’est pas sans soulever des difficultés. En effet, hormis les interprètes-chanceliers (4 000 francs/an29) et les drogmans-chanceliers (3 000 à 5 000 francs/an30), la plupart d’entre eux ne percevaient pas de salaire de la part du ministère, même si de rarissimes exceptions peuvent être relevées. Par exemple, en 1824, lorsque Louis Eugène Chaigneau, chancelier à Hué en Cochinchine, demande une augmentation, le ministère lui répond que les chanceliers n’ont le droit à aucun « traitement sur les fonds de l’État ». En percevant 1 500 francs, il bénéficie déjà d’« une faveur spéciale » car il devrait en principe se contenter des produits de sa chancellerie31. Toutefois, les consuls étaient libres de leur attribuer – ou non – sur leurs propres émoluments des appointements qui étaient complétés par une partie des revenues de la chancellerie. Pour sa part, en 1822, Philippe Nettement, lui, n’a pas cette chance et se contente de percevoir un quart des recettes des passeports. Encore n’est-il pas le plus à plaindre car, alors en poste à Londres, il a la chance d’être à la tête d’une chancellerie active. En effet, certains chanceliers, installés dans des consulats plus politiques, ne voient passer que peu de voyageurs ou de commerçants. Ils ne perçoivent alors que les revenus que leur consul peut leur attribuer. Par exemple, à Salonique, en 1844, le consul déplore que sa chancellerie ne rapporte rien32. Même lorsqu’un chancelier est confirmé par le ministère, cela ne lui ouvre pas le droit à une rémunération33. En fin de compte, les émoluments des chanceliers se révèlent extrêmement variables d’un poste à un autre et difficiles à déterminer, même s’ils tournent souvent autour de 2 000 francs durant la période étudiée ici. Ainsi, le chancelier du consulat de Brême, en 1846, perçoit 1 000 francs de son consul et prélève 1 000 francs dans la caisse de sa chancellerie34.

  • 35 AMAEE, Affaires diverses commerciales, carton 5, Ordonnance du 22 juillet 1821.
  • 36 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton 1ère série nominative, carton n° 4045 : réponse ministéri (...)
  • 37 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 2781.
  • 38 AMAEE, CCC, Patras 4, fol. 470-2.
  • 39 AMAEE, CCC, Syra 3, fol. 211bis-212.

12Ces rémunérations, faibles et aléatoires, placent les chanceliers dans des situations précaires, que la fragilité de leur statut dans la carrière aggrave encore. Les textes qui le fixent sont ambigus et contradictoires. En principe, depuis l’ordonnance du 22 juillet 1821, les chanceliers des consulats généraux, consulats et vice-consulats sont institués et nommés par le roi, ce qui les contraint notamment à prêter serment comme les consuls. Toutefois, l’article 2 prévoit que, lorsqu’il n’y aura pas encore de chancelier de nomination royale, le consul « est autorisé à commettre à l’exercice de sa chancellerie la personne qu’il en jugera le plus capable35 ». Dans la pratique, la plupart des chanceliers sont effectivement proposés par les consuls, puis confirmés par le ministère, ce qui n’est pas sans conséquences sur leur situation administrative. Ainsi, en 1826, le ministère précise que l’ordonnance, en « confiant aux consuls, sous leur propre responsabilité, le choix de leurs chanceliers, elle ne donne, à ces derniers, aucuns droits [sic] à la carrière consulaire à laquelle ils n’appartiennent même pas36 ». Dans la pratique, ils sont effectivement en marge de l’institution consulaire, ce qui les prive de nombreux droits. Les difficultés d’Antoine Martin, chancelier à Alger, l’illustrent bien. En 1827, il doit fuir la ville où il abandonne une part importante de ses biens. Il demande alors une indemnisation au ministère. Ce dernier refuse et lui fait alors savoir, en septembre 1829, que « les employés des chancelleries ont toujours été considérés comme entièrement étrangers à [son] ministère, qui n’est jamais entré dans les arrangements qui ont pu se conclure entre eux et les consuls37 ». Autre conséquence, dans la plupart des cas, les chanceliers peuvent être renvoyés à tout moment et sans motif. Contrairement aux consuls, ils ne peuvent prétendre à un placement en disponibilité avec traitement, en attendant un nouveau poste. Par exemple, lorsque le vice-consulat de Coron ferme, en 1823, le ministère prévient son chancelier, Amoureux, qu’il doit désormais chercher un autre moyen de vivre38. Même les chanceliers brevetés ne sont pas à l’abri. Ainsi, lorsque le consulat de Syra est fermé, en 1849, Pierre Georges Gizy, chancelier de 1ère classe, est congédié sans autre forme, ce que le ministère prétend regretter39.

  • 40 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 3563.
  • 41 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 302.
  • 42 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 908.
  • 43 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 448.
  • 44 En 1821, Couteaux demande au ministère d’accorder à de Chantal, un brevet de vice-consul. Il argue (...)

13Leur situation au sein de l’institution consulaire se dégrade encore avec l’ordonnance du 20 août 1833 qui leur interdit, en principe, l’espoir d’entrer dans la carrière consulaire par promotion interne. En effet, jusque-là, la perspective d’une belle carrière pouvait compenser les désagréments matériels de leur place. Ainsi, ils pouvaient même espérer atteindre le grade de consul général. Joseph Louis Rousseau40, François Alphonse Belin41, Jean Baptiste Gabriel Amédée Chaumette-Desfossés42 et Pierre Geoffroy Blanchet43 y parviennent. Néanmoins, déjà avant 1833, cette promotion n’était pas aisée à obtenir comme le prouve le cas Maximilien Ildefonse de Chantal, chancelier de Corfou dans les années 1820. Bien qu’il ait bénéficié du soutien de son supérieur44, bien qu’on lui ait promis à plusieurs reprises le titre de « vice-consul », il ne l’obtient finalement pas.

14Toutefois, les ordonnances de 1833 ne présentent pas un obstacle incontournable comme le souligne Gautier, chancelier à Londres :

  • 45 AN, Fonds Devoize, 327 AP 23, lettre du 20 avril 1842, Frédérique Gautier à Devoize.

M. Guizot qui me témoigne une bienveillance fort grande ne serait pas éloigné de me donner un poste de 2ème classe, car il trouve les ordonnances de 1833 absurdes et elles ne l’arrêteront pas45.

15Guizot semble donc désapprouver les ordonnances adoptées par Henri de Rigny, durant le gouvernement Soult, qui n’autorisent plus la promotion au mérite. Si les chanceliers sont, assez logiquement, plutôt critiques à l’égard d’ordonnances qui réduisent leurs chances de promotion, les consuls, pour leur part, se montrent partagés vis-à-vis de l’ordonnance de 1833.

  • 46 AN, Fonds Devoize, 327 AP 24, lettre du 7 avril 1837, Amédée Gaillard à Devoize.
  • 47 À travers cette idée de « carrières longues », il s’agit d’exclure les chanceliers provisoires et (...)
  • 48 AMAEE, CCC, Larnaca 19, fol. 30-30bis.

16Premièrement, comme le souligne Amédée Gaillard dans une lettre adressée à Devoize46, il paraît paradoxal de confier la gestion de consulats à des chanceliers, tout en leur refusant l’espoir de devenir consuls. Si nous ne prenons en compte que les carrières longues47, sur un total de vingt-quatre chanceliers, quatorze d’entre eux se sont vus confier une telle mission. Ces gestions peuvent durer des mois, voire des années, comme c’est le cas pour de Chantal. Certains en effectuent même plusieurs. Par exemple, Ledoulx se charge pendant un an du consulat de Tripoli de Barbarie avant d’aller s’occuper des consulats de Syra et de La Canée, mais, également, du consulat général de Smyrne. Il faut tout de même noter que certains consuls condamnent l’emploi de chanceliers pour gérer des consulats. Ainsi, en 1837, Raybaud souligne que, pour lui-même et pour « un grand nombre de [ses] collègues », il y a de nombreux inconvénients à confier des consulats aux chanceliers, à cause des erreurs qu’ils commettent. Il précise que le minimum serait que les consuls puissent choisir ces derniers48.

  • 49 AN, Fonds Devoize, 327 AP 23, lettre du 29 novembre 1841, Fabreguettes à Devoize.
  • 50 Il s’agit de Charles François Dieudé-Defly, chancelier à Malte de 1839 à 1842. AMAEE, DP, 1ère sér (...)
  • 51 AN, Fonds Devoize, 327 AP 23, lettre du 29 novembre 1841, Fabreguettes à Devoize.

17Deuxièmement, il est à craindre que, privés de perspectives, les chanceliers ne manquent de zèle. En 1841, Fabreguettes met en avant cette idée, en notant que ce problème est d’autant plus important que le ministère confie de plus en plus les consulats aux élèves vice-consuls et non plus aux chanceliers, ce qui tend à les démotiver davantage49. Pour sa part, Fabreguettes refuse qu’on lui envoie un élève vice-consul car, dit-il, cela « viendrait donner du dépit à Defly50 qui est un collaborateur des plus distingués ». Il se refuse à lui faire « cette peine »51. L’amertume qu’éprouvent certains chanceliers à ne plus pouvoir devenir consuls est tout particulièrement palpable dans leurs correspondances privées. Par exemple, lorsqu’Alexandre Roujoux est sur le point d’être nommé consul à Syra, en 1842, Defly est le premier à s’offusquer de cette entorse aux règles de la carrière consulaire :

  • 52 AN, Fonds Devoize, 327 AP 23, lettre du 27 juin 1842, Deply à Devoize.

L’on me parle aussi de la nomination de Mr Roujoux comme probable. J’avoue que si elle se réalise je ne comprendrai plus rien à la signification du mot carrière consulaire, non pas assurément que je veuille contester à Mr Roujoux les talents dont il peut être doté, mais parce que je trouve assez étrange que l’on aille chercher aujourd’hui des consuls dans l’administration des postes. [...] Ainsi, il faut admettre comme axiome que pour faire un consul tout individu sera bon à l’avenir pourvu qu’il ne soit pas chancelier ! On devra ajouter alors que pour être chancelier il faudra être une triple bête ou une huître à proportions monstrueuses52.

  • 53 François, baron de Tott (1733-1793) fut employé à l’ambassade de France à Constantinople avant d’ê (...)
  • 54 AMAEE, CCC, Smyrne 39, fol. 164bis.
  • 55 Ibid., fol. 163-164.

18Voilà une dernière appréciation que ne désapprouverait pas le chevalier de Taulès. Toutefois, dans l’Empire ottoman, cette fermeture de la carrière est compensée par l’existence du statut de drogman-chancelier. Ce cumul des fonctions de drogman et de chancelier est systématique dans les consulats généraux et a été institué par le baron de Tott53, en 1781, pour motiver les drogmans54. Pierre David, consul général à Smyrne, considère comme néfaste cette fusion, car le drogman doit se déplacer pour négocier avec les autorités locales, alors que le chancelier doit demeurer dans le consulat pour établir les documents officiels et effectuer les tâches administratives dont le consul n’a pas le temps de s’occuper. De ce fait, le drogman-chancelier demeure dans le consulat et sa connaissance des langues n’est plus utilisée autant qu’il le faudrait. Surtout, le consul « se trouve dans la nécessité de mettre des drogmans du pays dans la confidence de certaines affaires françaises qui exigeraient de la discrétion, ou de faire défendre des intérêts nationaux par des rayas qui tremblent devant les Turcs »55. Ce que réclame David pour le bon fonctionnement des consulats, est une réelle spécialisation professionnelle.

Les problèmes de la carrière de chancelier : l’exemple du consulat de Syra

19La suppression du statut de drogman-chancelier dans le nouveau royaume de Grèce et les difficultés rencontrées par Devoize à Syra pour trouver un chancelier offrent un exemple concret des conséquences de l’inadéquation entre les compétences exigées des chanceliers et le manque de reconnaissance de leur profession au sein de la carrière, tant du point de vue des perspectives de promotion que de la rémunération.

  • 56 AMAEE, CCC, Syra 1, fol. 105-105bis.
  • 57 AMAEE, CCC, Syra 1, fol. 315 ; Syra 2, fol. 5-5bis ; fol. 30bis-32.
  • 58 AMAEE, CCC, Syra 1, fol. 279-281bis.
  • 59 Ibid., fol. 292.
  • 60 Ibid., fol. 315.
  • 61 Ibid., fol. 343.
  • 62 Ibid., fol. 382bis-383.
  • 63 AMAEE, CCC, Syra 2, fol. 32, fol. 60.
  • 64 Ibid., fol. 45.
  • 65 Ibid., fol. 155.
  • 66 Ibid., fol. 343.
  • 67 Ibid., fol. 351.
  • 68 AMAEE, CCC, Syra 4, fol. 13, fol. 427.

20Dès 1835, Ernest Ledhuy relève les inconvénients du métier de chancelier en Grèce. D’une part, « le Grec moderne n’étant pas compris dans les langues prescrites au commencement de la carrière consulaire ni qu’il soit d’usage d’apprendre [sic] vu le peu d’avantages qu’on en retirerait, semble devoir être l’objet d’études particulières »56. D’autre part, n’étant pas également drogmans, les chanceliers perdent une partie de leur rémunération. À son arrivée, en 1837, Devoize dresse le même constat. De plus, il apparaît impossible de trouver des individus parlant à la fois le grec et le français, dans la mesure où l’État grec en construction les recrute en leur offrant de bien meilleures rémunérations57. Le 21 décembre 1837, Devoize doit suspendre provisoirement son chancelier, Pierre Georges Gizy. Tant le gouvernement grec que les Français de Syra ou les agents consulaires de l’Archipel se plaignent de lui. De plus, il est accusé d’avoir livré des documents officiels. Par ailleurs, il demande à être augmenté et se montre insolent58. Le 12 février 1838, le ministère approuve le licenciement de Gizy59. Cependant, dans l’impossibilité de trouver un chancelier ayant les compétences nécessaires, le 2 mai 1838, il informe le ministère qu’il a dû reprendre Gizy comme chancelier60. Le 30 juillet 1838, le ministère entérine cette décision, mais provisoirement, compte tenu des motifs à l’origine du renvoi61. Ennuyé par cette décision, Devoize demande l’autorisation de ne prévenir son chancelier que lorsqu’il aura trouvé un successeur62. En août 1839, c’est Gizy qui finit par quitter de lui-même sa place pour entrer au service de la Grèce en espérant être mieux rémunéré63. Le 26 septembre 1839, le ministère prend note de sa démission et nomme un Bertiny64 pour le remplacer, mais ce dernier, jugeant sa rémunération insuffisante, démissionne dès avril 184065. En 1842, Gizy est de retour. Le ministère décide alors d’envoyer un chancelier de nomination royale, Donadei. À l’arrivée de ce dernier, Devoize s’étonne de son manque de compétence et de son ignorance du grec. Après la révocation de Donadei, en novembre 1842, suite à un incident, le ministère autorise une nouvelle fois la nomination de Gizy comme chancelier provisoire, en précisant qu’il sera peut-être confirmé à ce poste66. Le 15 janvier 1843, le nouveau consul, Roujoux, recommande Gizy pour l’investiture royale67. Il est promu chancelier de 1ère classe, le 29 avril 1843, et gère à plusieurs reprises68 le consulat. Ainsi, faute de pouvoir offrir aux chanceliers une carrière suffisamment attractive, les consuls se voient contraints de recruter des personnes peu compétentes ou d’une probité contestable.

L’ordonnance de 1845 et l’amélioration partielle de la carrière des chanceliers

  • 69 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1201, lettre du 11 décembre 1837, Armande Philippine D (...)
  • 70 Mézin 2010, p. 59.
  • 71 AMAEE, ADC, carton 72, ordonnance du 26 avril 1845, article 4, section 5.

21Le ministère des Affaires étrangères finit par prendre conscience des difficultés qu’il y a à recruter des chanceliers compétents sans leur offrir une rémunération correcte ou des perspectives de carrière. La seule promotion que les chanceliers pouvaient espérer obtenir, avec difficulté, était le titre de vice-consul. Hors, comme le précise le directeur des consulats, Désaugiers, à la mère de Defly, ce titre ne signifie rien et n’est que « de l’eau bénite de cours »69. Pour y remédier, avec l’ordonnance du 26 avril 1845, « une passerelle est instituée entre les chancelleries et les consulats : les chanceliers d’ambassade ou de légation sont déclarés aptes aux emplois de consuls après huit ans de grade, les chanceliers de consulat après dix »70, à condition qu’ils aient géré pendant au moins douze mois un consulat71.

  • 72 AMAEE, ADC, carton 72, circulaire ministérielle du 20 juin 1845
  • 73 Ibid.
  • 74 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1335.
  • 75 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1201.

22Comme le déclare Guizot, dans la circulaire qu’il adresse aux consuls, le 20 juin 1845, l’objectif de cette réforme est de corriger les erreurs de l’ordonnance de 1833, qui « tendait à écarter des aptitudes naturelles, dont l’admission ne peut qu’ajouter à l’efficacité de l’institution consulaire »72. Certes, cette réforme a principalement comme objectif de permettre la nomination d’agents politiques à des postes consulaires. Cependant, elle concerne également les chanceliers qui, précise Guizot, « ont encore paru offrir des conditions d’aptitude dont il était juste de tenir compte, tout en les soumettant à un contrôle sévère »73. L’ordonnance de 1845 a des conséquences presque immédiates sur la carrière des chanceliers. Par exemple, Paulin Jules Doazan, chancelier à Palma puis à Valence, entre dans la carrière consulaire en 184974. Cette réouverture de la carrière aux chanceliers permet de relancer la promotion interne. Le cas le plus emblématique est sans conteste celui de Delfy. Simple employé de consulat, puis agent consulaire, il devient chancelier à Malte en 1839. En 1842, il est promu chancelier d’ambassade à Rome et reçoit, en mars 1845, le titre de vice-consul honoraire. En application de l’ordonnance de 1845, le 11 mai 1850, il est nommé consul à Richmond. Après avoir occupé cinq consulats et trois consulats généraux, il achève sa longue carrière le 18 décembre 1875, date à laquelle il est placé à la retraite avec le titre de ministre plénipotentiaire de 2e classe75. Le 30 janvier 1876, il est élu sénateur des Alpes-Maritimes. S’il s’agit du cas le plus frappant de promotion sociale, d’autres exemples existent. Ainsi, Doazan obtient également le titre de ministre plénipotentiaire de 2e classe à sa retraite.

Conclusion

23Plongé dans ses difficultés pour trouver un chancelier compétent, sans avoir la possibilité de le rémunérer suffisamment, Devoize s’adresse en ces termes à Bertiny :

  • 76 AN, Fonds Devoize, 327 AP 23, lettre du 17 janvier 1836, Devoize à Bertiny.

Il m’importe, Monsieur, d’avoir un chancelier sur lequel je puisse compter, qui ne dédaigne pas ouvertement sa position, et ne me mette pas le marché à la main pour le plus futile des motifs, comme cela vous arrive pour la seconde fois ; la confiance qu’un consul est obligé d’accorder à son chancelier doit nécessairement reposer sur la garantie d’une certaine durée dans leurs relations mutuelles76.

  • 77 Par exemple, entre Pierre David et son drogman-chancelier : AMAEE, CCC, Smyrne 39, fol. 76-77, fol (...)
  • 78 Il n’est pas si rare de voir les chanceliers ou les consuls puiser dans la caisse. Ainsi, Louis Gu (...)
  • 79 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 2295.

24En effet, toujours davantage accaparés par leur mission de représentation et par leur devoir d’informer le ministère de la situation économique et politique du pays où ils se trouvent, les consuls doivent s’appuyer de plus en plus sur les chanceliers pour le fonctionnement quotidien du consulat. Une relation de confiance doit alors pouvoir s’établir entre un consul et son chancelier, même si les conflits restent fréquents77. Ainsi, d’une part, le poste de chancelier requiert de nombreuses compétences, d’autre part, il nécessite une personne de confiance car les chanceliers ont accès aux secrets des affaires et au coffre du consulat78. Dans la première moitié du XIXe siècle, la professionnalisation de l’institution consulaire se poursuit et concerne les consuls comme les chanceliers. Toutefois, les conditions salariales et statutaires, la fermeture de la carrière à partir de 1833, complexifient la professionnalisation du corps des chanceliers en détournant de cette carrière les profils les plus compétents. L’ordonnance de 1845 corrige partiellement cette erreur. Toutefois, pour achever le processus, il manque encore l’instauration d’un statut équivalent à celui d’élève vice-consul, ceci afin d’uniformiser les formations et les compétences requises. En fait, malgré les exigences demandées pour exercer ce métier, les chanceliers souffrent d’un réel manque de reconnaissance. Par conséquent, ce poste n’est que très rarement considéré comme une fin en soi. Le plus souvent, la chancellerie n’est perçue que comme une étape pour entrer dans la carrière consulaire. Ainsi, parmi le panel étudié, seulement 15 % des chanceliers finissent leur carrière comme chancelier. Cette perception dévalorisée de la fonction de chancelier est partagée par les consuls, mais également par les bureaux du ministère. Ainsi, en 1826, lorsque La Palun demande à quitter la carrière des chanceliers pour devenir consul, une petite note glissée dans son dossier précise qu’« il lui avait été promis que cette place peu convenable ne serait que le moyen d’entrer dans une carrière à laquelle il avait été étranger jusqu’alors »79.

Annexe – État du personnel des drogmans-chanceliers de 1838 à 1847

1833 1838 1847
Résidences Titulaires Traitements Titulaires Traitements Titulaires Traitements
Alep Vidal 4 000 Geofroy 4 000 Geofroy Jean-Baptiste 4 000
Alger Martin 4 000
Alexandrie Cardin 3 000 Jorelle 4 000 Jouannin 4 000
Bagdad Beuscher Jean-Marie 4 000 Geofroy 6 000
Beyrouth Jouannin 4 000 Pérétié 4 000
Bône Lauxerrois 3 000
Le Caire Jeoffroy Alphonse 3 000 Belin 4 000
La Canée Gaspary aîné 4 000 Joseph V. de Bourville 3 000 Gaspary 3 000
Constantinople Beaudin 4 000
Jérusalem Dauprat 3 000
Larnaca Guillois 4 000 Gaspary 4 000 Sunimaripa 3 000
Mossoul Guillois 3 000
Saint-Jean d’Acre Jorelle 4 000
Salonique Auban 4 000 Peltier 3 000 Garnier 3 000
Smyrne Tancoigne 3 000 Tancoigne 4 000 Ledoulx 4 000
Sousse Destrès 3 000
Tanger Beuscher 4 000 Fleurat Adolphe 5 000
Tarsous Battus 3 000
Tripoli de Barbarie Ledoulx 4 000 Vattier de Bourville 5 000
Tripoli de Syrie Geofroy Jean-Baptiste 3 000
Tunis Duchenoud 4 000 Duchenoud 5 000
12 titulaires 3 667 11 titulaires 3 818 16 titulaires 3 812

AMAEE, Dossiers généraux – 1706-1972, carton 268, 391QO268, tableau du personnel politique et consulaire au premier janvier 1847.
AMAEE, Personnel – Dossiers généraux – 1706-1972, carton 271, 393QO271, personnel extérieur en 1833.

Inicio de página

Bibliografía

Ferragu 1826 = G. Ferragu, La diplomatie est-elle modernisable au XIXe siècle, dans M. Belissa, G. Ferragu (dir.), Acteurs diplomatiques et ordre international. Fin XVIIIe siècle - XIXe siècle, Paris, 2007.

Huber 1826 = B. Huber, Aperçu statistique de l’île de Cuba, Paris, 1826.

Massé 2012 = A. Massé, La « domination morale » : les consuls de France dans l’Orient grec (1815-1856). Images, ingérences, colonisations, Université Toulouse 2 Jean-Jaurès, thèse, Toulouse, 2012.

Mézin 1997 = A. Mézin, Les consuls de France au siècle des Lumières (1715-1792), Paris, 1997.

Mézin 2010 = A. Mézin, Les services consulaires français au XIXe siècle, dans J. Ulbert et L. Prijac (dir.), Consuls et services consulaires au XIXe siècle / Consulship in the 19th Century / Die Welt der Konsulate im 19. Jahrhundert, Hambourg, 2010, p. 47-61.

Tancoigne 1817 = J. M. Tancoigne, Voyage à Smyrne, dans l'archipel et l’île de Candie : en 1811, 1812, 1813 et 1814 : suivi d’une Notice sur Péra et d’une Description de la marche du Sultan, Paris, 1817.

Tancoigne 1819 = J. M. Tancoigne, Lettres sur la Perse et la Turquie d’Asie, Paris, 1819.

Inicio de página

Notas

1 Cf. Archives nationales, AE BIII 242-2, pièce 24, mémoire du chevalier de Taulès. Mézin 1997, p. 46.

2 Mézin 1997, p. 44-47.

3 Voir Ferragu 2007, p. 103.

4 Voir Massé 2012, p. 249-302.

5 Ce panel prend en considération des individus ayant débuté leur carrière entre 1815 et 1856 et ayant été chanceliers dans un consulat de France à un moment ou à un autre de leur carrière, sans limitation géographique.

6 Il s’agit de chanceliers qui, dans l’Empire ottoman, cumulaient aussi les fonctions de traducteurs et d’intermédiaires avec les autorités ottomanes.

7 C’est le cas dans les états de 1816 ou 1838. Par contre, en 1847, ils sont fondus dans un ensemble intitulé, sans autre précision, « Secrétaires interprètes, drogmans et drogmans chanceliers ».

8 Mézin 1997, p. 14.

9 Archives du ministère des Affaires étrangères (désormais AMAEE), Correspondances consulaires et commerciales (désormais CCC), Arta 4, fol. 417, 423.

10 Le lieu de naissance est connu pour 73 % d’entre eux (54 sur 74). Pour plus de clarté, les chiffres suivants sont donnés en pourcentage, mais toujours suivi du nombre de chanceliers par rapport à l’échantillon disponible pour la donnée étudiée.

11 Cet élément serait également à mettre en relief avec l’ouverture de nouveaux postes en Amérique latine, ce qui fait reculer l’importance de l’Empire ottoman dans la carrière.

12 Mézin 1997, p. 75.

13 AMAEE, Dossier personnel (désormais DP), 1ère série nominative, carton n° 3868.

14 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1764.

15 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1849.

16 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 2358.

17 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 2295. Joseph Marie Portalis est ministre des Cultes sous le Premier Empire et ministre de la Justice puis des Affaires étrangères sous Charles X.

18 Le frère de Duguet (le jeune), par exemple : AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1441.

19 Thomas Mariotti a ainsi un cousin député. AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 2757. Frédéric Théodore Cerfberr est le frère d’un député. AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 831.

20 Cet âge est connu avec suffisamment de précision pour établir des statistiques pour 74 % (55/74) des chanceliers du panel. Sur la même période, l’âge est connu pour 82 % des consuls.

21 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 3563.

22 C’est un point sur lequel nous reviendrons.

23 Mézin 1997, p. 16.

24 Huber 1826.

25 Tancoigne 1819. Précédemment, il avait déjà publié : Tancoigne 1817.

26 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 302.

27 Mézin 1997, p. 4, 49.

28 Ibid., p. 64.

29 Dans les dossiers du personnel, l’État nominatif des consuls-généraux, consuls, vice-consuls et drogmans avec indication de leur traitement et la date de leur nomination précise l’existence de quatre interprètes-chanceliers : Astoin Sielve à Alger, Martin à Bone, Duchenoud à Tunis et Vattier de Bourville à Tripoli de Barbarie. AMAEE, Personnel – Dossiers généraux – 1706-1972, carton 270.

30 Voir annexe.

31 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 836, Louis Eugène Chaigneau est le neveu du consul Jean-Baptiste Chaigneau.

32 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 4035, lettre du 4 janvier 1844, Huet au ministre.

33 Par exemple, J. Pruche, chancelier à Corfou à partir de 1825, est confirmé par le ministère le 5 mai 1827, mais on lui refuse le traitement que son consul avait demandé pour lui. AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 3368.

34 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton 1ère série nominative, carton n° 2415.

35 AMAEE, Affaires diverses commerciales, carton 5, Ordonnance du 22 juillet 1821.

36 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton 1ère série nominative, carton n° 4045 : réponse ministérielle du 21 avril 1826 à la lettre d’Alexis de Noailles, du 14 mars 1826, recommandant Désiré, Charles, Joseph Auguste Vattier de Bourville, chancelier à Tripoli de Barbarie, pour un avancement.

37 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 2781.

38 AMAEE, CCC, Patras 4, fol. 470-2.

39 AMAEE, CCC, Syra 3, fol. 211bis-212.

40 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 3563.

41 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 302.

42 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 908.

43 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 448.

44 En 1821, Couteaux demande au ministère d’accorder à de Chantal, un brevet de vice-consul. Il argue que ce dernier va bientôt être chargé de la gestion du consulat et qu’il serait dans l’intérêt du service qu’il lui soit donné ce brevet car cela permettrait à de Chantal de jouir de davantage de considération et de porter l’uniforme consulaire devant les Anglais. Il ne s’agit là que d’une des multiples interventions de Couteaux en faveur de son chancelier. AMAEE, CCC, Corfou 7, fol. 60bis.

45 AN, Fonds Devoize, 327 AP 23, lettre du 20 avril 1842, Frédérique Gautier à Devoize.

46 AN, Fonds Devoize, 327 AP 24, lettre du 7 avril 1837, Amédée Gaillard à Devoize.

47 À travers cette idée de « carrières longues », il s’agit d’exclure les chanceliers provisoires et ceux dont la carrière n’a pas dépassé un ou deux ans, les chanceliers devenus très rapidement consuls et qui n’ont donc pas eu le temps de connaître une carrière significative de chancelier. Inclure ces chanceliers compromettrait l’intérêt des chiffres avancés.

48 AMAEE, CCC, Larnaca 19, fol. 30-30bis.

49 AN, Fonds Devoize, 327 AP 23, lettre du 29 novembre 1841, Fabreguettes à Devoize.

50 Il s’agit de Charles François Dieudé-Defly, chancelier à Malte de 1839 à 1842. AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1201.

51 AN, Fonds Devoize, 327 AP 23, lettre du 29 novembre 1841, Fabreguettes à Devoize.

52 AN, Fonds Devoize, 327 AP 23, lettre du 27 juin 1842, Deply à Devoize.

53 François, baron de Tott (1733-1793) fut employé à l’ambassade de France à Constantinople avant d’être nommé consul de France en Crimée, en 1767. Il fut chargé, par la suite, d’une mission d’inspection des consulats dans le Levant et en Barbarie.

54 AMAEE, CCC, Smyrne 39, fol. 164bis.

55 Ibid., fol. 163-164.

56 AMAEE, CCC, Syra 1, fol. 105-105bis.

57 AMAEE, CCC, Syra 1, fol. 315 ; Syra 2, fol. 5-5bis ; fol. 30bis-32.

58 AMAEE, CCC, Syra 1, fol. 279-281bis.

59 Ibid., fol. 292.

60 Ibid., fol. 315.

61 Ibid., fol. 343.

62 Ibid., fol. 382bis-383.

63 AMAEE, CCC, Syra 2, fol. 32, fol. 60.

64 Ibid., fol. 45.

65 Ibid., fol. 155.

66 Ibid., fol. 343.

67 Ibid., fol. 351.

68 AMAEE, CCC, Syra 4, fol. 13, fol. 427.

69 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1201, lettre du 11 décembre 1837, Armande Philippine Dieudé-Defly à Désaugier.

70 Mézin 2010, p. 59.

71 AMAEE, ADC, carton 72, ordonnance du 26 avril 1845, article 4, section 5.

72 AMAEE, ADC, carton 72, circulaire ministérielle du 20 juin 1845

73 Ibid.

74 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1335.

75 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 1201.

76 AN, Fonds Devoize, 327 AP 23, lettre du 17 janvier 1836, Devoize à Bertiny.

77 Par exemple, entre Pierre David et son drogman-chancelier : AMAEE, CCC, Smyrne 39, fol. 76-77, fol. 79-80. Ou entre André Nicolas Levasseur et son chancelier. AMAEE, 1ère série nominative, carton n° 2608.

78 Il n’est pas si rare de voir les chanceliers ou les consuls puiser dans la caisse. Ainsi, Louis Guys, fils d’Édouard Guys, chancelier à Saint-Pétersbourg à la fin des années 1840, est renvoyé pour avoir volé de l’argent déposé au consulat.

79 AMAEE, DP, 1ère série nominative, carton n° 2295.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Alexandre Massé, « « Une place peu convenable » : Être chancelier d’un consulat de France (premier XIXe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En línea], 128-2 | 2016, Publicado el 18 noviembre 2016, consultado el 21 octubre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2751 ; DOI : 10.4000/mefrim.2751

Inicio de página

Autor

Alexandre Massé

FRAMESPA - URM 5136 – masse.alexandre.pierre@gmail.com

Inicio de página

Derechos de autor

© École française de Rome

Inicio de página
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org