Navigation – Plan du site
La chancellerie consulaire française (XVIe-XXe siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

Un kaléidoscope administratif : la chancellerie du consulat de France à Salonique en 1839

Mathieu Jestin

Résumés

En 1839, le consulat de France à Salonique part en fumée à la suite d’un incendie qui ravage le quartier franc de la ville. La chancellerie connaît le même sort, réduisant en cendres la mémoire d’un siècle et demi de présence française sur place. Registres, rapports, manuels, compilations législatives et autres correspondances sont à jamais perdus. Cependant, une chancellerie n’est pas seulement le gardien du passé. Elle témoigne aussi du quotidien et de l’histoire en construction d’un maillon administratif de la France à l’étranger. Sa réouverture, quelques mois plus tard, permet dès lors de saisir les différentes facettes de son (dys)fonctionnement et de son influence locale : besoins matériels et humains, localisation, accueil du public.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archives du ministère des Affaires étrangères (désormais AMAE), correspondance consulaire et comme (...)
  • 2 Ibid., Salonique 22, le 11 septembre 1839, n° 4, Vattier de Bourville (chancelier gérant) à Soult (...)
  • 3 Özdemir 2003, p. 21-51.
  • 4 Mézin 2010, p. 47-61.

1La chancellerie constitue l’élément central d’un maillon administratif de la France à l’étranger. Elle se veut autant le gardien de la mémoire d’un poste consulaire, que le témoin de son action quotidienne, qu’enfin la porte d’entrée pour son histoire en construction. La chancellerie du consulat de France à Salonique fonctionne sans interruption de son ouverture en 1686 à 1839, objet de notre étude. Hormis lors de l’expédition d’Égypte, elle reste en effet ouverte lors des périodes de crise telle que la Révolution grecque1 et maintient son activité tous les jours de la semaine, samedi et dimanche compris, de manière à respecter le chevauchement des calendriers musulman, chrétien et juif de la ville. L’année 1839 permet de prendre un instantanée de son activité. Cette date marque la fin d’un cycle de la présence française dans la ville. D’une part, l’hôtel consulaire et la chancellerie sont entièrement détruits par un incendie qui ravage l’ensemble du quartier franc. Tout est à reconstruire, du moins matériellement2. D’autre part, la décennie 1830 correspond aux prémices de la refonte des systèmes législatifs ottoman et français. D’un côté le hatt-ı şherif de Gülhane est proclamé. Il lance la période des Tanzimat dans l’Empire ottoman, point de départ de nouveaux rapports entre États souverains3. De l’autre, les ordonnances de 1833 et 1836 mettent à jour celles de 1778 et 1781 sur l’organisation des consulats français4. Enfin, cette date correspond à un changement complet du personnel de carrière du consulat. Au binôme Charles Guys et Louis Ledoulx succède celui composé de Hyacinthe Gillet et de Michel Peltier. En attendant leur arrivée, un jeune chancelier, tout juste sorti de l’école des Jeunes de Langues, Sauveur Vattier de Bourville, est alors chargé d’assurer l’intérim et de garantir la « remise de service ». Cette dernière consiste d’abord à vérifier l’état de la chancellerie consulaire. Voici le premier constat qu’il adresse à Adolphe Thiers, son ministre de tutelle :

  • 5 AMAE, CCC, Salonique 22, Salonique, le 22 août 1839, n° 2, Peltier (chancelier gérant) à Soult (MA (...)

Je n’ai reçu aucun registre de la correspondance officielle de ce consul et que, loin de là, elle ne consiste qu’en des liasses de minutes, plus exactement en des tas de feuilles de papier, grandes et petites, brouillons couverts de ratures et presque ou tout à fait illisibles. […] Je ne sais réellement comment M. Gillet pourra les lire. Je fis cette observation à M. Guys qui me répondit qu’on n’était jamais dans le cas de lire ces correspondances et que ce n’était qu’une chose de forme. […] Quant aux liasses de papiers reçus, ce n’est qu’un mélange de lettres du ministère, de l’ambassadeur et de toutes autres espèces de lettres. Je lui fis remarquer, devant le chancelier substitué qui m’aidait à vérifier, qu’il me semblait que chaque sorte de correspondance devait se classer à part, il me donna alors pour réponse qu’il ne suivait plus ce mode-là et que c’était ainsi que cela se pratiquait actuellement. Trop en garde contre mon peu d’expérience, je n’osai le contredire et je passai outre5.

2Cet incendie donne donc l’opportunité au personnel du consulat de Salonique de réinventer sa chancellerie et à l’historien de prendre un instantanée du fonctionnement d’une administration française à l’étranger.

Matérialités de la chancellerie de Salonique 

  • 6 Pélissié du Rausas 1902.
  • 7 AMAE, CCC, Salonique 15 bis, Salonique, le 30 juin 1807, Clairambault (vice-consul gérant) au duc (...)
  • 8 Abidi 2009, p. 161-180.
  • 9 AMAE, CCC, Salonique 21, Salonique, le 28 janvier 1834, n° 23, Guys (consul) à Broglie (MAE).
  • 10 Cras 2006, p. 63.
  • 11 Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille, Archives antérieures à 1810, Série J, n° 1320, Sa (...)

3Le local affecté à la chancellerie fait partie intégrante de l’hôtel consulaire de France à Salonique. Cette disposition, recommandée par l’ordonnance de 1781, a plusieurs avantages, à commencer par la protection des biens matériels français garantie par l’article 70 des capitulations qui prévoit l’inviolabilité du domicile consulaire6. Cependant, la correspondance des consuls mentionne de nombreuses tentatives de cambriolage ou d’incendie volontaires, la chancellerie donnant directement sur la rue. Dès lors, les consuls conservent dans leur chambre ou dans la salle attenante, les liquidités ainsi que les documents relatifs à des affaires importantes, urgentes ou en cours de traitement. Par ailleurs, cette disposition permet de regrouper les hommes et les activités, faisant de l’hôtel consulaire un lieu central et visible de la présence française dans la ville, comme l’illustre le pavillon aux couleurs de la France qui flotte au-dessus du portail d’entrée. Enfin, l’hôtel consulaire est implanté dans le quartier franc, dit de Malte, à proximité d’une des quatre portes de la ville, la porte du Vardar, qui donne un accès direct au port et aux bâtiments adjacents : entrepôts, douane,… ; la dimension commerciale étant l’objet central du travail quotidien de la chancellerie. Or, dans l’imposante bâtisse consulaire, la chancellerie n’occupe qu’un local exigu composé de deux pièces attenantes. La première pièce sert de lieu de stockage à la fois du travail consulaire à plus ou moins long terme, comme en témoignent les séquestres, et des biens que les Français souhaitent mettre à l’abri du vol et des aléas climatiques et humains. C’est le cas en 1807 lors de la révolte des Janissaires7. La seconde pièce – lieu de travail de l’équipe de la chancellerie – se compose d’un seul bureau, d’une armoire et de quelques étagères. C’est aussi l’endroit où sont enregistrés les actes, en présence du ou des témoin(s), du requérant, du chancelier et du consul8. Ainsi, selon les correspondances et registres consulaires, la chancellerie est ouverte au public tous les jours de la semaine de 9h à 12h et de 14h à 16h9. Pourtant ce n’est pas, à proprement parler, un lieu de réception du public malgré l’obligation d’y afficher un certain nombre de documents officiels comme les tarifs – le coût des actes varie selon leur nature, leur longueur ou leur statut, certains sont gratuits10 –, les avis de recherche, le calendrier de la nation française. De fait, les usagers sont reçus au consulat, dans « la salle d’audience11 ». Il faut d’ailleurs attendre la IIIe République pour qu’un espace et un mobilier destinés à l’accueil du public voient le jour au consulat de France à Salonique.

  • 12 Ibid., n° 1323, Salonique, lettres de la nation française et des députés, 1792-1794, registre de l (...)
  • 13 Archives des Lazaristes de Salonique, carton 4 B 5, correspondance avec le consulat.
  • 14 AMAE, CCC, Salonique 17, Salonique, le 28 septembre 1816, n° 26, Cousinery (consul) à Richelieu (M (...)
  • 15 Archives nationales (désormais AN), Affaires étrangères (désormais AE) BI, 1004, Salonique, le 29 (...)
  • 16 AMAE, CCC, Salonique 22, Salonique, le 16 août 1839, n° 1, Peltier (chancelier gérant) à Soult (MA (...)
  • 17 Centre des archives diplomatiques de Nantes (désormais CADN), Salonique, série B, carton 7, dossie (...)

4Or, de 1793 à 1826, la représentation française à Salonique perd son hôtel consulaire. Le titulaire Esprit-Marie Cousinery doit le revendre à la suite d’une hypothèque non remboursée auprès du négociant français Tavernier12. Par conséquent, les avantages d’une unicité matérielle et physique de l’action française en ville disparaissent. Les consuls se voient dans l’obligation de louer plusieurs bâtiments à usages personnel et professionnel, ce qui provoque non seulement un surcoût, mais aussi une augmentation des risques en matière de sécurité. Ainsi le consulat, la chancellerie et les magasins à feu sont-ils situés à trois endroits différents, le mât du pavillon, censé protéger des avanies, se dressant seulement sur la maison consulaire. À ces difficultés s’ajoute la saisie de la chancellerie en 1798 par le pacha de Salonique dans le contexte de l’expédition d’Égypte et de la rupture des relations franco-ottomanes13. Si le contenu de la chancellerie est restitué aux Français en 1802 lors de la réouverture du consulat, Cousinery, démis de ses fonctions en 1793 puis rappelé par la Restauration, déplore le classement des archives en 181614, insistant sur leur bonne tenue au moment de son renvoi15. Il ne liste en revanche jamais explicitement « les documents à jamais perdus ». Or, malgré le rachat en 1826 de l’hôtel consulaire dans lequel se réinstalle la chancellerie, le « désordre général » que Cousinery constate alors ne sera jamais totalement arrangé, comme le révèle Vattier de Bourville en 1839 : « Il y avait tant de confusion dans ces papiers qu’il a fallu quelques jours pour y mettre un peu d’ordre »16. Ce désordre s’explique notamment par les choix et les conditions de conservation. Les papiers sont rongés par les vers et les rats17. La plupart des documents sont déposés en caisses scellées, au nombre de cinq. Seuls les registres « pour le service journalier de ladite chancellerie » – état civil et entrées et sorties de navires – sont accessibles directement, ainsi que les affaires en cours. Pourtant, le fonctionnement théorique d’une chancellerie nécessite un grand nombre de documents accessibles et à jour.

Organisation théorique et fonctionnement pratique de la chancellerie de Salonique

  • 18 Ibid., Salonique, le 3 octobre 1937, Camille Gérard et Raymond Clouet.
  • 19 Ibid., remises de service du 19 octobre 1833, du 31 décembre 1833 et d’août 1839.

5L’ordonnance de réorganisation consulaire de 1833 fixe notamment les modalités de remise de service entre deux gestions, selon un modèle encore en vigueur sous la IIIRépublique comme en témoigne celle effectuée entre Camille Gérard et Raymond Clouet le 3 octobre 1937 « conformément aux dispositions prescrites par l’Ordonnance en date du 18 août 1833 »18. Ces remises de service permettent d’affiner le fonctionnement d’une chancellerie comme le prouvent celles de l’arrivée (1833) et du départ de Charles Guys (1839)19.

  • 20 AMAE, CCC, Salonique 22, Paris, le 29 février 1840, Soult (MAE) à Peltier (chancelier gérant).
  • 21 Van den Boogerts 2005 ; Pélissié du Rausas 1902.
  • 22 AMAE, CCC, Salonique 21, Salonique, le 11 novembre 1833, n° 14, Guys (consul) à Broglie (MAE).
  • 23 Windler 2002, p. 148.
  • 24 AMAE, CCC, Salonique 20, le 14 juin 1825, n° 26, Bottu (consul) au baron de Damas (MAE).

6La chancellerie renferme d’abord les attributs d’un maillon administratif de la France à l’étranger : des manuels diplomatiques et consulaires, des journaux – Guys mentionne en 1839 les Journaux de jurisprudence, les Annales maritimes et coloniales ou encore Le Bulletin des lois –, les symboles et instruments de l’officialité et de la légitimité consulaire tels les sceaux et les pavillons, mais surtout un ensemble de textes législatifs. Ainsi, sitôt après l’incendie de septembre 1839, Vattier de Bourville reçoit de Paris « une collection des principales ordonnances, instructions et circulaires qui règlent le service consulaire », à l’exception des capitulations dont le ministère n’a plus d’exemplaire20. Cet ensemble de textes permet en effet au consulat de fonctionner, du moins théoriquement, selon les normes voulues par les deux États en présence, la France et l’Empire ottoman21. Ainsi, du fait de leur importance, les capitulations se trouvent à disposition dans toutes les chancelleries des consulats français du Levant et Barbarie. À Salonique, elles ne sont d’ailleurs traduites qu’en 183322, ce qui révèle d’une part la compétence linguistique des chanceliers, généralement drogmans de formation, et d’autre part, la façon de fonctionner des consuls, à l’expérience, au souvenir, en répétant des règles qu’ils considèrent eux-mêmes comme immuables, ce que Christian Windler qualifie de « force normative de l’usage »23. Or, si les ordonnances générales et les capitulations changent peu entre le xviiie et le xixe siècle, le service consulaire est régi par un grand nombre de circulaires qui se succèdent, s’accumulent, se superposent, sans toutefois être rarement supprimées. Dès lors, pour que ces évolutions soient efficacement suivies, la chancellerie doit être tenue à jour. Toutes les circulaires sont en effet enregistrées en chancellerie, même si elles ne concernent pas directement le quotidien du poste. Ainsi, après avoir transcrit l’ordonnance du 10 décembre 1824 « qui recommande aux agents du roi de n’accorder que des engagements militaires qu’à des hommes ayant dix-huit ans révolus et dont l’état civil, la bonne conduite et la moralité motiveraient leur admissions au service », le consul François Bottu ajoute qu’il sera « rarement dans le cas de la faire appliquer »24. Or, ces textes successifs peuvent être absents ou lacunaires dans les chancelleries et ceux qui arrivent sont généralement enfermés dans les caisses et oubliés.

  • 25 Cras 2006.
  • 26 Dans les archives des Lazaristes à Salonique, on retrouve l’état civil des catholiques depuis 1707 (...)
  • 27 Cras 2006.

7Outre ces instruments de travail, on retrouve des registres divers correspondant aux différentes missions consulaires ainsi qu’aux besoins de la communauté française. Si les actes de chancellerie sont consignés dans un registre unique dans les premières décennies du xviiie siècle, des registres particuliers apparaissent progressivement au cours du siècle, selon les dispositions prises par l’ordonnance de 178125. Ils sont majoritairement d'essence civile et commerciale, comme en témoigne la remise de service de Michel Peltier, drogman chancelier du consulat, à Sauveur Vattier de Bourville le 11 novembre 1839 lors de la réouverture de la chancellerie. Y sont consignés deux registres d’actes d’état civil, deux registres d’actes notariés, un registre d’expédition de navires, un registre de dépôt, un registre de délivrance de visas et passeports, un registre de recettes et dépenses de chancellerie, un registre d’enregistrement des manifestes d’entrée et de sortie, une liasse de passeports, une liasse de patentes de santé, une liasse sur l’affaire commerciale opposant les négociants français Pascalin et Goy à la famille génoise Vianello (septembre 1839), une liasse concernant l’avanie d’une caisse de crêpes appartenant à MM Fernandez et une liasse de lettres et pièces diverses. D’autres registres peuvent exister mais n’ont pas de caractère obligatoire. Ainsi, avant 1804, le registre d’état civil n’est-il pas tenu par le consulat mais par la paroisse catholique de Salonique26. Il faut attendre 1813 pour voir apparaître les premiers actes d'état civil émis par les consuls. Mis à part les registres, on retrouve enfin les « minutes et papiers » de la correspondance consulaire, résultats de l’abondance des transcriptions à faire et du « choix raisonnable » que doit effectuer le chancelier débordé27.

  • 28 Degros 1982, p. 68-111.

8Le travail quotidien des consuls dépend donc de la bonne tenue de la chancellerie. D’une part, les consuls sont des fonctionnaires publics. Toute leur correspondance doit être conservée en chancellerie. Ils ne peuvent rien emporter avec eux à leur départ du poste. Cependant, cette disposition met du temps à entrer dans les mœurs consulaires. Par ailleurs, la bonne tenue de la chancellerie facilite leur travail. À leur arrivée, les nouveaux titulaires peuvent ainsi se plonger dans les archives afin de mieux appréhender leur mission et d’avoir des points de repères, ainsi des rapports commerciaux qui servent de modèle et donnent les tendances générales. Cette réalité permet d’un côté de mieux comprendre le décalage entre la théorie des instructions et la réalité de leur application, quelle que soit la demande. Faire l’histoire de la législation française dans le Levant c’est en effet faire d’abord une histoire des interstices28. D’un autre côté, elle pose la question des personnels en charge de la chancellerie.

Les chanceliers de Salonique du premier tiers du XIXe siècle

  • 29 Cf. notamment de Testa et Gautier 2003.
  • 30 AMAE, CCC, Salonique 16, Salonique, le 21 août 1813, n° 36, Clairambault (vice-consul gérant) au d (...)
  • 31 Baillou 1984.
  • 32 AMAE, dossier personnel, 1re série, n° 141, Auban Alexandre Joseph.
  • 33 Ibid., n° 2880, Meusnier Jean-Pierre.

9Si la chancellerie est un des piliers du consulat, quand bien même elle dysfonctionne, le chancelier – en tant que fonction particulière – ne l’est pas forcément. À la suite du départ du chancelier Pierre Renard en 1793, une douzaine de titulaires se succèdent à la chancellerie de Salonique jusqu’en 1839. Cette rotation des personnels n’est pas gage de continuité et de suivi de la gestion de la chancellerie, d’autant que leurs statuts sont extrêmement variés, tous n’étant pas formés à ce poste. Pour le personnel de carrière, le secrétariat d’État de la Marine puis, à partir de 1793, le ministère des Affaires étrangères ou des Relations extérieures en ont d’ailleurs tantôt fait une fonction particulière tantôt une fonction rattachée au drogman. Supprimés par le règlement de décembre 1776 et l’arrêt du 27 novembre 1779, ils sont rétablis en 1806 comme fonctionnaires spécifiques, indépendants du drogman (sauf dans le Levant et en Barbarie). C’est le cas de Charles Clairambault nommé « vice-consul chancelier ». Pour devenir chancelier, les prétendants doivent être de nationalité française, avoir 25 ans accomplis et ne pas être parents du chef de poste. Cependant ils sont trop peu nombreux – onze prévus par l’ordonnance de 1833 –, ce qui signifie que chaque poste consulaire n’est pas pourvu d’un chancelier de carrière. Cette fonction est dès lors assumée par un drogman de carrière formé à l’École des Jeunes de Langues, double casquette souvent remise en question. En effet, surchargés par leurs fonctions premières, les drogmans sont avant tout des spécialistes de langue et non d’administration29. Or, le nombre de chanceliers est également insuffisant pour satisfaire aux besoins de l’ensemble du réseau consulaire français. Les solutions de substitution sont par conséquent nombreuses et variées. Certains sont encore en formation à l’École de Jeunes de Langues, ainsi de Louis Marescheau, nommé à Salonique de 1817 à 1820, ou tout juste diplômé comme Louis Ledoulx en 1833 ou Sauveur Vattier de Bourville en 1839. D’autres sont pris dans l’entourage direct du consul comme Sinet qui occupe le poste en 1813 alors qu’il est venu à Salonique avec le consul Fourcade en qualité d’agent d’informations30 ou Alphonse Bottu, fils du consul, par intermittence de 1819 à 1825. Cependant, le personnel le plus stable est constitué par des « enfants de la balle31 » issus des réseaux d’interconnaissances méditerranéennes, comme Alexandre-Joseph Auban, au tournant des années 1820-1830, fils d’un ancien officier de santé de Toulon qui a servi au Levant32 ou Jean-Pierre Meusnier à partir de la Révolution Française et qui supplée à de nombreuses reprises le poste de chancelier jusqu’à son décès en 184033.

  • 34 AMAE, CCC, Salonique 15 bis, Salonique, 16 brumaire an XIV, Clairambault (consul) à Talleyrand (MA (...)
  • 35 Sur ces questions cf. Smyrnelis 2005.
  • 36 AMAE, CCC, Salonique 15 bis, Salonique, 16 brumaire an XIV, Clairambault (consul) à Talleyrand (MA (...)

10À cette foule de titulaires et intérimaires de chancellerie répond le faible nombre de commis présents au cours de la période. Payés sur les frais de gestion du consulat, voire directement sur le traitement des consuls, les titulaires s’en passent en effet fréquemment. Ce poste secondaire s’avère pourtant nécessaire à la fois au consulat et à ceux qui l’occupent. Cette fonction permet en effet de fluidifier le travail de chancellerie, ceux qui l’occupent faisant office à la fois de secrétaires et de clercs : préparation des actes, vérification des cargaisons, recopiage des correspondances. Ce travail de petite main fait ainsi gagner un temps précieux aux chanceliers qui peuvent se consacrer aux tâches techniques de leur fonction. Du côté des employés, le poste de commis permet le plus souvent à des membres de la nation française de surmonter des difficultés conjoncturelles voire d’éviter la misère. Ainsi François Masse et Alexandre Aubanel font-il alternativement office de commis après avoir perdu leur cautionnement de négociants dès la fin des années 179034. François Masse doit en effet nourrir ses six enfants, l’un d’entre eux étant également employé au même poste dans les années 1820 par les consuls François Bottu et Adrien Dupré. Or il faut noter que, outre la nécessité financière, ces individus sont intimement liés au commerce et occupent ce poste dans le cadre de stratégies familiales et individuelles35. Ainsi François Masse travaille-t-il nuit et jour « comme commis dans deux maisons de commerce et sert d’avocat dans l’Échelle »36. Dès lors, s’ils ne sont pas spécifiquement formés à la tenue d’une chancellerie consulaire, ils en connaissent le fonctionnement théorique et peuvent donc, ainsi que leurs proches, profiter de ce cumul d’activités pour tirer le meilleur parti possible de la chancellerie et de ses carences.

  • 37 Ibid., Salonique, le 14 floréal an IV, n° 12, Beaujour (consul) à Delacroix (MAE).
  • 38 Baillou 1984, p. 326 ; Faivre d’Arcier 2007.
  • 39 AMAE, CCC, Salonique 17, Salonique, le 25 juin 1814, n° 3, Malivoire (vice-consul gérant) à Talley (...)
  • 40 AMAE, dossier personnel, 1re série nominative reliée, Esprit Marie Cousinery, vol. 20, p. 37-176.
  • 41 Baillou 1984, p. 522.
  • 42 AMAE, CCC, Salonique 21, Salonique, le 26 août 1834, n° 42, Guys (consul) à Rigny (MAE).
  • 43 AMAE, dossier personnel, 1re série, n° 2542, Louis Marie Alexandre François Amédée Ledoulx.
  • 44 AMAE, CCC, Salonique 21, Salonique, le 17 janvier 1833, n° 4, Codrika (consul) à Broglie (MAE).
  • 45 Ibid., Paris, le 20 mai 1833, n° 11, Broglie (MAE) à Codrika (consul).

11Cette variété des profils et des compétences du personnel de la chancellerie de Salonique contribue à entretenir des liens de familiarité ambiguë avec les consuls. Dans la majorité des cas, les titulaires du poste font leur choix, validé certes par le ministère, dans leur cercle de connaissance. Cette proximité personnelle entre les deux fonctions soulève de nombreuses critiques. En effet, le chancelier, bras droit du consul, a un rôle de contrôle de l’action consulaire. D’une part, il paraphe en double l’ensemble des actes de chancellerie, généralement avec le ou les député(s) de la nation « pour garantir plus de sûreté »37. D’autre part, en cas de litige lié aux consuls, il a un rôle d’intermédiation face aux supérieurs hiérarchiques et aux interlocuteurs sur place. A contrario, les générations de consuls post-révolutionnaires38 méprisent ouvertement ces fonctions. C’est le cas de Clairambault qui aurait dû assumer le poste de chancelier à l’arrivée du nouveau titulaire Pascal Fourcade en 1813 mais le refuse cependant, « regardant les fonctions de chancelier comme au-dessus de lui »39. Pourtant leurs prédécesseurs passaient par le poste de chancelier avant de devenir consul. C’est le cas de Cousinery, vice- consul chancelier de Trieste, Salonique et Smyrne dans les années 1770 avant d’être titularisé à Salonique en 178640. Par conséquent les rapports entre consuls et chanceliers sont autant amicaux, hiérarchiques que d’autorité et peuvent s’avérer tendus. C’est notamment le cas dans les années 1830, pour des questions d’abord financières. Les ordonnances de 1833 excluent en effet les consuls des bénéfices des recettes de chancelleries, le chancelier demeurant le seul à en profiter41. Ainsi Guys refuse de se conformer à cette mesure. Il se heurte à ses chanceliers, Beuscher puis Louis Ledoulx, ce qui lui vaut les foudres du ministère42. Les tensions sont ensuite personnelles et relationnelles. En effet, les chanceliers assurent régulièrement l’intérim du poste dans les périodes de congé, de non-remplacement ou d’intermède entre deux titulaires. Amenés à dépasser leurs attributions, les chanceliers entrent dès lors en concurrence avec les consuls. Le conflit entre Achille Codrika et Louis Ledoulx est à ce titre emblématique. En janvier 1833, Codrika informe en effet le ministère qu’il a accepté le départ de Ledoulx, chancelier par intérim de Salonique. Devenu inutile avec le retour du titulaire Alexandre Auban, Ledoulx aurait en effet émis le souhait de repartir à Constantinople où il est nommé drogman sans résidence fixe43. Codrika fait alors son éloge, le qualifiant de « jeune homme prometteur »44. Cet arrangement interne à l’Échelle provoque le mécontentement du ministère45. Six mois plus tard, les Français se confient à Guys et expliquent au nouveau consul les tenants et aboutissants de cette histoire, fondée sur une mésentente personnelle allant jusqu’à des menaces physiques. Ainsi, lors d’une réception de notabilités européennes au consulat, Codrika aurait déclaré à Ledoulx, centre de toutes les attentions des convives :

  • 46 Ibid., Salonique, le 25 septembre 1833, n° 5, Guys (consul) à Broglie (MAE).

Si vous ne vous ôtez pas de là, je vous passe mon épée à travers du corps. […] C’est pourquoi Ledoulx demanda à retourner à Constantinople. […] Codrika se hâta de lui délivrer l’autorisation, sans prendre des ordres supérieurs, ce qui lui attira les reproches de Votre Excellence46.

12Cet exemple montre aussi le décalage croissant depuis la Restauration entre les formations de ces deux types de personnel de carrière ; la nouvelle génération de chanceliers est désormais mieux formée et armée à affronter les exigences accrues de l’administration centrale que leur supérieur qui conservent, eux, un mode de fonctionnement calqué sur celui de l’Ancien Régime. Centre névralgique d’un consulat, la chancellerie de Salonique est donc non seulement mal tenue en ce premier tiers de XIXe siècle mais le personnel qui la gère se trouve régulièrement dans l’incapacité de s’en charger, situation que les relations du couple consul-chancelier n’arrangent pas mais qui peut bénéficier aux usagers.

Les usagers de la chancellerie consulaire de Salonique

  • 47 Altermatt 1990.
  • 48 Dimakopoulou 1981-1982.

13Les usagers de la chancellerie du consulat de France à Salonique dans le premier tiers du XIXe siècle ont un profil extrêmement varié qui reflète le cosmopolitisme de l’Échelle rouméliote. À côté des Français qui doivent y passer par obligation, par intérêt personnel et familial ou par connivence avec les consuls, on retrouve les Levantins et protégés qui la fréquentent eux par choix, de manière irrégulière et calculée. C’est le cas également des Européens qui s’y rendent soit de manière ponctuelle en fonction de la conjoncture internationale, soit parce qu’ils ne sont pas eux-mêmes représentés sur place, ainsi des Suisses47. Au début des années 1830, les Hellènes sont placés sous la protection des trois puissances protectrices avant l’arrivée du consul grec, Théodore Valliano48. En 1831, le consul Louis Despréaux de Saint Sauveur note :

  • 49 AMAE, CCC, Salonique 21, Salonique, le 14 juin 1831, n° 24, Despréaux de Saint-Sauveur (vice-consu (...)

Depuis notre glorieuse révolution, [les bâtiments grecs] s’adressent presque tous au consulat de France en donnant de l’occupation à ma chancellerie. Le pavillon tricolore est celui de tous les pavillons qui leur inspire le plus confiance et ils font flotter cet emblème de gloire et de liberté avec le pavillon hellène49.

14Alexandre Auban, gérant du consulat en 1833 et présent sur place depuis de nombreuses années, est moins dupe :

  • 50 Ibid., le 28 février 1830, Auban (chancelier gérant) à Polignac (MAE).

Cette préférence est fondée disent les capitaines sur l’humanité et le désintéressement qui ont toujours dirigé la conduite de la France dans toute l’affaire grecque. [Mais surtout] des droits de chancellerie bien inférieurs à ceux qu’ils paient dans les deux autres consulats50.

15Ce premier constat fait ressortir une réelle mixité confessionnelle propre à l’Empire ottoman. Les usagers de la chancellerie sont certes en majorité chrétiens catholiques, orthodoxes et protestants, mais on y retrouve également des juifs – protection, actes commerciaux etc. – et des musulmans, notamment comme prête-noms pour les actes de propriété des Français de la circonscription. D’ailleurs, si les gens de mer sont les plus nombreux à fréquenter la chancellerie – marins civils ou militaires, commerçants –, ce cosmopolitisme se retrouve aussi à l’échelle professionnelle : banquiers, artisans, paysans, religieux. La présence de ces différents parcours s’explique soit par des liens personnels entretenus avec les agents du consulat, soit par des ensembles familiaux vastes marqués par la diversité des profils. À ce titre, seuls les hommes fréquentent la chancellerie ; les femmes et les enfants apparaissent eux en creux et très rarement en tant que demandeurs. Selon les ordonnances de 1781, les femmes et les enfants français ne sont en effet que tolérés dans les Échelles à la condition que les femmes soient mariées. Dès lors leurs actes doivent passer par leur mari, père ou tuteur conformément aux dispositions du Code Civil de 1804. Les rares cas où les femmes apparaissent concernent les veuves. Les obstacles qu’elles rencontrent en chancellerie sont nombreux, notamment lorsqu’elles ont été mariées à un étranger.

  • 51 Ibid., Salonique, le 26 février 1818, n° 18, Bottu (consul) à Richelieu (MAE).
  • 52 Ibid., Salonique, le 18 juillet 1816, n° 22, Cousinery (consul) à Richelieu (MAE).
  • 53 AMAE, État Civil, Salonique, 1813-1847, 16 janvier 1813, n° 3 et 4. L’aînée décède peu après, n° 5 (...)
  • 54 AMAE, CCC, Salonique 22, Salonique, le 11 septembre 1839, n° 4, Peltier (chancelier) à Soult (MAE)
  • 55 AMAE, État Civil, Salonique, 1813-1847, 26 février 1842, n° 2, Gillet (consul) à Guizot (MAE).
  • 56 AMAE, CCC, Salonique 22, Salonique, le 1er septembre 1841, n° 25, Gillet (consul) à Guizot (MAE).
  • 57 Windler 2002.
  • 58 AMAE, CCC, Salonique 22, Salonique, le 7 juillet 1836, n° 104, Guys (consul) à Thiers (MAE).
  • 59 Ibid., Thérapia, le 18 mai 1839, Pontois (chargé d’affaires à Constantinople) au duc de Montbello (...)

16Cette diversité des profils s’explique entre autres par la position de contrôle de la chancellerie. En réalité, seuls les passages courts sont efficacement contrôlés par la chancellerie, tels que des gens de mer, des prisonniers… ce qui explique l’accessibilité des registres les concernant dans les archives de chancellerie. En revanche, l’insertion dans la durée dans l’Échelle et, dans une moindre mesure, les circulations régulières favorisent le délitement et les possibilités de contournement. Ainsi est-il possible de faire appel aux Lazaristes pour certains actes d’état civil, à d’autres chancelleries consulaires pour jouer sur les tarifs de chancellerie, aux juridictions ottomanes dans certaines affaires judiciaires. À ce titre, la mauvaise tenue de la chancellerie favorise les blancs dans les parcours individuels et donc les contournements récurrents, ainsi de l’affaire Giublich. Né à Salonique en 178851, d’un père originaire de Raguse, Pierre Giublich fait ses études à Louis-le-Grand à Paris de 1803 à 1808. Revenu à Salonique pour prendre la succession de son père décédé, il devient l’associé du Français Philibert Fouquier. Ce dernier perd son cautionnement en 1811 car Pierre Giublich est rayé par Clairambault de la liste des protégés. Cousinery l’y réinscrit brièvement au motif qu’il a servi de nombreuses fois comme drogman auxiliaire mais doit le supprimer à nouveau à la demande expresse du ministère52. Pourtant en 1818, François Bottu enregistre ses deux filles, Henriette Sabine, née le 16 janvier 1818, et Adélaïde Françoise née en 1815, le qualifiant de « négociant protégé »53. Le consul adresse ensuite différentes demandes de naturalisation mais aucune réponse ne semble avoir été envoyée. Or, on retrouve Giublich mentionné dans les archives de chancellerie à la suite de l’incendie de 1839. C’est en effet lui qui loue à Michel Peltier, le chancelier gérant, le nouveau consulat. Peltier le qualifie alors de « Français »54. Cette dénomination est confirmée par Gillet en 1842 à la réouverture des registres55. En l’espace de trente ans, il a connu de multiples statuts dans le sillage de la France à Salonique et profite à la fois de la clémence des consuls et de la mauvaise tenue de chancellerie pour mourir Français. Or, si certains de ces arrangements sont le fruit de transitions hasardeuses d’un consul à l’autre et d’une chancellerie en désordre, d’autres sont entretenus sciemment par les consuls, jusque tard dans le XIXe siècle, par souci d’efficacité et d’harmonie de la colonie française mais aussi par crainte que les usagers se tournent vers d’autres chancelleries. C’est cette position qu’illustre le mariage de l’architecte Laurent Ricard avec Émeronde Radot, chrétienne ottomane, célébré en 1812 par Clairambault et enregistré en chancellerie, alors même que « personne n’ignorait qu’il eut une femme légitime à Toulon »56. Ces exemples montrent que les consuls sont confrontés à des interlocuteurs – groupes ou individus isolés – incontournables tant par devoir professionnel imposé par les instructions, ordonnances et traités que par nécessité pour le bon déroulement de leur gestion. Ces relations institutionnelles deviennent très vite personnelles tant le cercle est petit, mais son influence déterminante. Christian Windler affirme ainsi que « les consuls choisissaient leurs interlocuteurs selon la constellation momentanée des réseaux de pouvoir »57. Leur fonction de représentant de l’État français compte autant que leur implication et leur charisme personnels, ces deux facteurs pouvant assurer la réussite comme l’échec de leur mission. Dès lors, la tenue stricte de la chancellerie n’est pas la priorité des consuls qui peuvent le cas échéant fournir des documents plus ou moins fiables à leur hiérarchie en fonction des demandes. Ainsi en 1836, le chiffre d’une vingtaine de protégés déclaré par Guys est-il bien inférieur58 au nombre réel de protégés officieux dans son entourage, une cinquantaine selon ses successeurs59.

Conclusion

17Cette brève histoire d'une chancellerie consulaire française du premier XIXe siècle révèle le dysfonctionnement non quotidien mais normatif de cette institution locale de l’administration française à l’étranger. À la manière d’un kaléidoscope, selon les points de vue adoptés, la chancellerie renvoie l’image d’une marche impressionniste, loin d’une réalité théorique imposée d’en-haut depuis Paris. Or, les décennies suivantes sont marquées par la normalisation de l’activité des chancelleries consulaires tant sur la forme qu’elles doivent adopter que sur le fond du travail. Ce constat s’applique notamment au personnel de carrière. D’une part, le statut de drogman-chancelier devient la norme jusqu’au 29 mars 1902, date à laquelle les deux postes sont séparés, le grade de chancelier disparaissant au profit du vice-consul. D’autre part, les titulaires du poste comprennent désormais la chancellerie comme véritable outil de travail et de gestion. Cependant, dans son action quotidienne, la chancellerie de Salonique demeure encore souple jusqu’à la fin du siècle tant par obligations matérielle et humaine, que par nécessité dans son rapport aux usagers locaux.

Haut de page

Bibliographie

Altermatt 1990 = C. Altermatt, Les débuts de la diplomatie professionnelle en Suisse (1848-1914), Fribourg, 1990.

Abidi 2009 = A. Abidi, Le processus de rachat des captifs dans la Régence de Tripoli de Barbarie au XVIIIe siècle, dans Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 116, 2009, p. 161-180.

Baillou 1984 = J. Baillou (dir.), Les Affaires étrangères et le corps diplomatique français, t. 1 : De l’Ancien Régime au Second Empire, Paris, 1984.

Bartolomei – Brogini 2017 = A. Bartolomei et A. Brogini, De la réglementation aux pratiques marchandes. L’enregistrement des actes commerciaux à la chancellerie consulaire à Cadix et à Tunis (XVIIIe et XIXe siècles), dans A. Bartolomei et al. (dir.), L’institution consulaire et les marchands dans le monde méditerranéen (XVIIe-XIXe siècle), Madrid, 2017, à paraître

van den Boogert 2005 = M. H. van den Boogert, The Capitulations and the Ottoman Legal System. Qadis, Consuls and Beraths in the 18th century, Leyde-Boston, 2005.

Cras 2006 = J. Cras, Une approche archivistique des consulats de la nation française : les actes de chancellerie consulaire sous l’Ancien Régime, dans J. Ulbert, G. Le Bouëdec (dir.), La fonction consulaire à l’époque moderne, l’affirmation d’une institution économique et politique (1500-1800), Rennes, 2006, p. 51-84.

Degros 1982 = M. Degros, L’administration des consulats sous la Révolution (1789-1799), dans Revue d’Histoire Diplomatique, 96, 1982, p. 68-111.

Dimakopoulou 1982 = Chariklia G. Dimakopoulou, Θεόδωρος Βαλλιάνος, Αγωνιστής και Αρχιτέκτων », Επετηρίς Ιδρύματος Νεοελληνικών Σπουδών (Théodore Vallianos, combattant et architecte, dans Journal annuel de la fondation des études néo-helléniques), t. 2, Athènes, 1981-1982, p. 110-122.

Duvergier 1842 = J.-B. Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglemens, avis du Conseil d’État : (de 1788 à 1830, par ordre chronologique), continuée depuis 1830 et formant un volume chaque année, tome trente-troisième, année 1833, Paris, 1842.

Faivre d’Arcier 2007 = A. Faivre d’Arcier, Les Oubliés de la liberté, négociants, consuls et missionnaires français au Levant pendant la Révolution (1784-1798), Paris, 2007.

Mézin 2010 = A. Mézin, Les services consulaires français au XIXsiècle, dans J. Ulbert, L. Prijac (dir.), Consuls et services consulaires au XIXe siècle, Hambourg, 2010, p. 47-61.

Özdemir 2003 = B. Özdemir, A critical review of the literature on the Tanzimat, dans B. Özdemir, Ottoman reforms and social life, reflections from Salonica, Istanbul, 2003, p. 21-51.

Pélissié du Rausas 1902 = G. Pélissié du Rausas, Le régime des capitulations dans l’Empire ottoman, Paris, 1902, 2 vol.

Smyrnelis 2005 = M.-C. Smyrnelis, Une société hors de soi. Identités et relations sociales à Smyrne aux XVIIIe et XIXe siècles, Paris-Louvain, 2005.

Testa – Gautier 2003 = M. de Testa et A. Gautier (dir.), Drogmans et diplomates européens auprès de la Porte ottomane, Istanbul, 2003.

Windler 2002 = Ch. Windler, La diplomatie comme expérience de l’Autre, consuls français au Maghreb, 1700-1840, Genève, 2002.

Haut de page

Notes

1 Archives du ministère des Affaires étrangères (désormais AMAE), correspondance consulaire et commerciale (désormais CCC), Salonique 20, Syra, le 1er juin 1828, n° 24, Dupré (consul) à La Ferronays (MAE).

2 Ibid., Salonique 22, le 11 septembre 1839, n° 4, Vattier de Bourville (chancelier gérant) à Soult (MAE).

3 Özdemir 2003, p. 21-51.

4 Mézin 2010, p. 47-61.

5 AMAE, CCC, Salonique 22, Salonique, le 22 août 1839, n° 2, Peltier (chancelier gérant) à Soult (MAE).

6 Pélissié du Rausas 1902.

7 AMAE, CCC, Salonique 15 bis, Salonique, le 30 juin 1807, Clairambault (vice-consul gérant) au duc de Champagny (MAE).

8 Abidi 2009, p. 161-180.

9 AMAE, CCC, Salonique 21, Salonique, le 28 janvier 1834, n° 23, Guys (consul) à Broglie (MAE).

10 Cras 2006, p. 63.

11 Chambre de Commerce et d’Industrie de Marseille, Archives antérieures à 1810, Série J, n° 1320, Salonique, lettres de la nation française et des députés 1777-1784. Par exemple, la dépêche du 18 juillet 1780 émanant de Salonique pour la vérification des comptes – recettes et dépenses – de la chancellerie.

12 Ibid., n° 1323, Salonique, lettres de la nation française et des députés, 1792-1794, registre de la chancellerie.

13 Archives des Lazaristes de Salonique, carton 4 B 5, correspondance avec le consulat.

14 AMAE, CCC, Salonique 17, Salonique, le 28 septembre 1816, n° 26, Cousinery (consul) à Richelieu (MAE).

15 Archives nationales (désormais AN), Affaires étrangères (désormais AE) BI, 1004, Salonique, le 29 novembre 1786, Pavillon (chancelier) à Castries (secrétaire d’État à la Marine).

16 AMAE, CCC, Salonique 22, Salonique, le 16 août 1839, n° 1, Peltier (chancelier gérant) à Soult (MAE).

17 Centre des archives diplomatiques de Nantes (désormais CADN), Salonique, série B, carton 7, dossier 1 : remise de service ; août 1933

18 Ibid., Salonique, le 3 octobre 1937, Camille Gérard et Raymond Clouet.

19 Ibid., remises de service du 19 octobre 1833, du 31 décembre 1833 et d’août 1839.

20 AMAE, CCC, Salonique 22, Paris, le 29 février 1840, Soult (MAE) à Peltier (chancelier gérant).

21 Van den Boogerts 2005 ; Pélissié du Rausas 1902.

22 AMAE, CCC, Salonique 21, Salonique, le 11 novembre 1833, n° 14, Guys (consul) à Broglie (MAE).

23 Windler 2002, p. 148.

24 AMAE, CCC, Salonique 20, le 14 juin 1825, n° 26, Bottu (consul) au baron de Damas (MAE).

25 Cras 2006.

26 Dans les archives des Lazaristes à Salonique, on retrouve l’état civil des catholiques depuis 1707, date de l’arrivée des Jésuites dans l’Échelle. En revanche le premier registre d’état civil du consulat ne commence qu’en 1813. AMAE, état civil, Salonique, 1813-1840, carton n° 225.

27 Cras 2006.

28 Degros 1982, p. 68-111.

29 Cf. notamment de Testa et Gautier 2003.

30 AMAE, CCC, Salonique 16, Salonique, le 21 août 1813, n° 36, Clairambault (vice-consul gérant) au duc de Bassano (MAE).

31 Baillou 1984.

32 AMAE, dossier personnel, 1re série, n° 141, Auban Alexandre Joseph.

33 Ibid., n° 2880, Meusnier Jean-Pierre.

34 AMAE, CCC, Salonique 15 bis, Salonique, 16 brumaire an XIV, Clairambault (consul) à Talleyrand (MAE).

35 Sur ces questions cf. Smyrnelis 2005.

36 AMAE, CCC, Salonique 15 bis, Salonique, 16 brumaire an XIV, Clairambault (consul) à Talleyrand (MAE).

37 Ibid., Salonique, le 14 floréal an IV, n° 12, Beaujour (consul) à Delacroix (MAE).

38 Baillou 1984, p. 326 ; Faivre d’Arcier 2007.

39 AMAE, CCC, Salonique 17, Salonique, le 25 juin 1814, n° 3, Malivoire (vice-consul gérant) à Talleyrand (MAE).

40 AMAE, dossier personnel, 1re série nominative reliée, Esprit Marie Cousinery, vol. 20, p. 37-176.

41 Baillou 1984, p. 522.

42 AMAE, CCC, Salonique 21, Salonique, le 26 août 1834, n° 42, Guys (consul) à Rigny (MAE).

43 AMAE, dossier personnel, 1re série, n° 2542, Louis Marie Alexandre François Amédée Ledoulx.

44 AMAE, CCC, Salonique 21, Salonique, le 17 janvier 1833, n° 4, Codrika (consul) à Broglie (MAE).

45 Ibid., Paris, le 20 mai 1833, n° 11, Broglie (MAE) à Codrika (consul).

46 Ibid., Salonique, le 25 septembre 1833, n° 5, Guys (consul) à Broglie (MAE).

47 Altermatt 1990.

48 Dimakopoulou 1981-1982.

49 AMAE, CCC, Salonique 21, Salonique, le 14 juin 1831, n° 24, Despréaux de Saint-Sauveur (vice-consul) au comte de Sébastiani (MAE).

50 Ibid., le 28 février 1830, Auban (chancelier gérant) à Polignac (MAE).

51 Ibid., Salonique, le 26 février 1818, n° 18, Bottu (consul) à Richelieu (MAE).

52 Ibid., Salonique, le 18 juillet 1816, n° 22, Cousinery (consul) à Richelieu (MAE).

53 AMAE, État Civil, Salonique, 1813-1847, 16 janvier 1813, n° 3 et 4. L’aînée décède peu après, n° 5. Une fille naît en 1820, une autre vit brièvement en 1822. Pierre est toujours qualifié de protégé.

54 AMAE, CCC, Salonique 22, Salonique, le 11 septembre 1839, n° 4, Peltier (chancelier) à Soult (MAE).

55 AMAE, État Civil, Salonique, 1813-1847, 26 février 1842, n° 2, Gillet (consul) à Guizot (MAE).

56 AMAE, CCC, Salonique 22, Salonique, le 1er septembre 1841, n° 25, Gillet (consul) à Guizot (MAE).

57 Windler 2002.

58 AMAE, CCC, Salonique 22, Salonique, le 7 juillet 1836, n° 104, Guys (consul) à Thiers (MAE).

59 Ibid., Thérapia, le 18 mai 1839, Pontois (chargé d’affaires à Constantinople) au duc de Montbello (MAE) ; ibid., Salonique, le 21 avril 1840, n° 5, Gillet (consul) à Thiers (MAE).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathieu Jestin, « Un kaléidoscope administratif : la chancellerie du consulat de France à Salonique en 1839 », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 128-2 | 2016, mis en ligne le 21 novembre 2016, consulté le 25 juin 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2731 ; DOI : 10.4000/mefrim.2731

Haut de page

Auteur

Mathieu Jestin

LabEx EHNE, UMR-SIRICE 8138 - mathieujestin@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org