Navegación – Mapa del sitio

Resúmenes

En 1923 le régime fasciste s’attache à mener une campagne de propagande en revendiquant la possession de la Corse et de Malte, c’est-à-dire des terres sous la domination de la France et du Royaume-Uni, qui sont considérées comme italiennes. Les publications à caractère irrédentiste concernant la Corse et Malte visent à justifier le fait que les deux îles sont italiennes sur la base des évidences historiques, culturelles et linguistiques. Les fascistes font allusion aux relations historiques, géographiques, linguistiques, ethnographiques et culturelles entre la péninsule italienne et les élites insulaires pendant le XIXe siècle dans le but de démontrer l’italianité de la Corse et de Malte. Le régime fasciste mobilise toutes les institutions culturelles et la majorité des intellectuels italiens dans le but déclaré d’étayer, sur le plan idéologique, les aspirations irrédentistes et impérialistes dans le bassin méditerranéen. Cet article s’attache à évaluer à la fois les divergences et les convergences entre la propagande irrédentiste et la réalité des revendications territoriales de l’Italie fasciste dans la Méditerranée, en particulier au sujet de la Corse et de Malte.

Inicio de página

Texto completo

Introduction

  • 1 Paci 2015.

1À partir de 1923, le fascisme italien s’attache à amener des revendications autour de l’« italianité » de la Corse et de Malte, s’appuyant sur le thème de la « victoire mutilée », les supposés liens culturels entre les élites italiennes, corses et maltaises du XIXe siècle aussi bien que des arguments d’ordre géographique, historique, linguistique ou ethnographique1. Cette défense d’une « italianité » corse et maltaise ne constitue cependant qu’une réactualisation de la politique impérialiste de la Rome antique dans le Lebensraum italien qui se concrétise autour du concept de Mare Nostrum. Afin de restituer la manière dont les revendications fascistes ont pu interagir autour de ces différents concepts, notre angle d’approche privilégiera l’analyse de l’usage politique de la mémoire historique en fonction des ambitions impérialistes du régime fasciste. Il s’agit d’une approche comparative entre deux espaces d’étude (la Corse et Malte) mettant en jeu plusieurs groupes d’acteurs sur une large échelle sociale et institutionnelle (le gouvernement italien, les intellectuels fascistes, les élites maltaises et corses italophones). Notre analyse s’attache à examiner la propagande irrédentiste menée par Benito Mussolini, tel qu’elle a été conçue ; c’est à dire dans le but de justifier devant l’opinion publique italienne les choix du gouvernement italien en matière de politique étrangère et en particulier au sujet des terre irredente méditerranéennes : la Corse et Malte.

  • 2 Isnenghi 2008.
  • 3 En 1920 le directeur du journal corsiste A Muvra Petru Rocca et ses plus fidèles collaborateurs cr (...)
  • 4 Sur Malte dans l’entre-deux guerres voir Fenech 1976, 2005 ; Frendo 1989, 1991, 1992, 1993, 1994, (...)
  • 5 Vigezzi 1983 ; Bracco 1998.

2La notion d’irrédentisme remonte au XIXe siècle et désigne le mouvement culturel et politique ayant pour doctrine politique l’annexion de tous les territoires de langues italiennes ; des espaces qui n’étaient pas encore « libérés » (terre irredente)2. En abordant la question de l’irrédentisme en Corse et à Malte émerge alors le problème de la proximité linguistique des idiomes locaux avec la langue italienne. Dans les deux cas, nous nous heurtons à une des plus délicates questions de l’histoire corse et maltaise : le désir d’autonomie et d’indépendance. Donc il faut combiner l’étude des structures de sociabilité culturelle et scientifique liés à la valorisation linguistique avec une nouvelle analyse de la politique méditerranéenne de l’Italie fasciste, tout en gardant une approche sociale et politique des réseaux et vecteurs internes de l’autonomisme corse et du nationalisme maltais. Les fascistes, profitant du mécontentement d’une partie de la population corse et maltaise envers les gouvernements français et britannique cherchent à rallier à la cause irrédentiste les plus fervents opposants à la France et à la Grande-Bretagne : les membres du Parti Corse d’Action (PCA)3 et du Parti Nationaliste Maltais4. Ce problème linguistique qui devrait se cantonner à un débat purement scientifique est ainsi dévoyé sur le terrain politique au profit des irrédentistes fascistes et des nationalistes corses et maltais. Le régime fasciste mobilise toutes les institutions culturelles et la majorité des intellectuels italiens dans le but déclaré d’étayer, sur le plan idéologique, les aspirations irrédentistes et impérialistes dans le bassin méditerranéen5. La fierté nationale, ancrée au plus profond des intellectuels, même chez les moins engagés d’entre eux au sein du régime fasciste, est un facteur qui les rassemble autour du projet mussolinien. Comme le met en lumière Frédéric Attal :

  • 6 Attal 2013, p. 138-139.

Le nationalisme reste l’élément le plus fédérateur d’intellectuels autour du fascisme. Celui-ci apparaît à des intellectuels aux trajectoires diverses, pas forcément en accord avec le régime à ses origines, comme la pierre apportée par l’Italie à la civilisation européenne, le dépassement victorieux de la démocratie, le nouveau primat des Italiens6.

  • 7 Baioni 2006, p. 249-276.
  • 8 Sur Gioacchino Volpe voir Di Giovanni 1964 ; Cervelli 1977 ; Miozzi 1978, p. 217-289 ; Del Piano 1 (...)
  • 9 Herling 2002.
  • 10 Vigezzi 1983 ; Angelini 2012.
  • 11 Benedetti 2007, p. 163-206, 2008, p. 159-184 ; Sullam, 2010.

3La propagande irrédentiste connecte la « mission impériale » fasciste, qui dans l’imaginaire historique du fascisme italien remonte à l’époque de l’ancienne Rome, au « destin méditerranéen » de la Maison de Savoie7. Ainsi, notre étude s’attache à évaluer à la fois les divergences et les convergences entre la propagande irrédentiste et la réalité des revendications territoriales de l’Italie fasciste, en particulier au sujet de la Corse et de Malte. À ce titre, les aspirations irrédentistes et impérialistes au sein du bassin méditerranéen recouvrent une idéalisation culturelle qui a des implications sur l’action politique. C’est particulièrement le cas à partir de la deuxième moitié des années 1930, notamment à l’occasion de la guerre d’Éthiopie, période pendant laquelle l’idéologie fasciste est engagée dans une opération culturelle visant à réinterpréter l’histoire nationale pour la faire cadrer avec les aspirations du temps présent. Par exemple de nombreux intellectuels – comme Gioacchino Volpe8 et Federico Chabod9 – réinvestissent l’histoire de la Rome impériale aux temps de son hégémonie avec en corollaire le concept de Mare nostrum10. Dans le même temps, ces derniers proposent une relecture de l’époque du Risorgimento en termes mythiques et commémoratifs, en s’inspirant des acteurs majeurs de cette période qui, malgré les échecs et les difficultés, ont réussi à élever l’Italie au rang de grande puissance méditerranéenne. Les principaux acteurs de l’unification italienne – c’est à dire Giuseppe Mazzini11, Giuseppe Garibaldi, Camillo Cavour, Vincenzo Gioberti aussi bien que Francesco Crispi – sont vus par ces intellectuels comme les « précurseurs » du fascisme italien.

L’Autre et Nous. L’identité insulaire en Corse et à Malte

  • 12 Hull 1993.
  • 13 Brunet 1993 ; Taglioni 2010, p. 421-435.

4Concernant le choix d’effectuer la comparaison entre les cas corse et maltais, nous devons tenir compte des possibles similitudes au niveau des conditions sociales et culturelles lors de l’entre-deux-guerres. Or ces contextes sont issus d’une longue maturation historique. Dès l’époque moderne les deux îles établissent des contacts culturels et commerciaux avec la Péninsule par l’intermédiaire d’un langage commun, en l’occurrence l’italien. Géographiquement situées au cœur de la Méditerranée, la Corse et Malte ne peuvent également échapper aux grands flux européens, tant sur le plan des idées que du commerce. Ainsi, bien que solidement ancrées dans les logiques liées à l’insularité, ces territoires participent à l’histoire de la Péninsule italienne, surtout pendant le Risorgimento italien, en ayant parfois même étés protagonistes des destinées italiennes. Tout au long du XIXe siècle les liens culturels entre les deux îles et l’Italie se maintiennent. Surtout, la pratique de l'italien maltais et du corse, également proche de l'italien, constituent le motif principal des revendications insulaires12. Ainsi, dans le but de conquérir un espace d’autonomie au sein du contexte institutionnel français et britannique, les élites corses et maltaises italophones construisent un appareil narratif fondé sur les discours identitaires, notamment « insularistes », qui visent à souligner une diversité que les centres institutionnels auxquels les deux îles sont rattachées doivent prendre en compte et reconnaître. L’« insularisme », exprime la propension qu'ont souvent les insulaires à cultiver à l'excès leur spécificité, pour mieux affirmer leur identité culturelle ou bénéficier d’avantages non moins spécifiques13. Ce concept permet d’observer les stratégies et les différents comportements, tant la différenciation sociale que l’isolement, adoptés par les élites insulaires italophones afin d’obtenir un espace de négociation à l’égard du centre institutionnel. Si l’on considère spécifiquement la dimension spatiale, les discours irrédentistes soulignent la proximité géographique entre les deux îles et l’Italie. Par exemple, en 1924 la propagande fasciste fait appel aux expressions du célèbre géographe français, Elisée Reclus, qui décrit la Corse de la façon suivante :

  • 14 Elisée Reclus, Géographie Universelle, Paris, 1879 cité par Corsica. Bollettino mensile della Soci (...)

L’île de Corse, l’antique Kyrnos des Grecs, la Corsica des Latins, des anciens habitants indigènes et des Italiens, constitue avec la terre plus considérable de Sardaigne, un groupe parfaitement distinct, une sorte de monde à part. Jadis, nous le savons, elle était rattachée à l’île sœur par une arrête continue de montagnes : mais des deux terres jumelles, c’est précisément la Corse qui est la plus italienne, pour la position géographique aussi bien que pour les traditions de l’histoire14.

  • 15 Cini 2003.
  • 16 Hull 1993 ; Fenech 2005.
  • 17 Paci 2014a, p. 551-576.
  • 18 Cini - Biancarelli 2008.

5Dès le début du XIXe siècle, les élites insulaires italophones défendent avec vigueur leur patrimoine culturel – c’est-à-dire les traditions, la langue, le dialecte, la religion et la mémoire historique – contre les tentatives visant à redimensionner la portée des traditions locales afin d’exercer un contrôle diffus sur le territoire15. Les élites maltaises italophones occupent des positions de pouvoir au sein de l’administration locale ainsi que du clergé et étant donné que beaucoup d’entre ses membres partagent les mêmes intérêts, elles peuvent être considérées comme un bloc16. Par exemple, au cours des années 1930 ces élites doivent faire face à la campagne de diffusion du protestantisme et de la langue anglaise menée par le gouvernement de Gerald Strickland, ce qui risque de mettre en péril la langue italienne aussi bien que la religion catholique dans l’île17. Comme l’écrivent Marco Cini et Bernard Biancarelli, dans les premières décennies du XIXe siècle les élites corses italophones sont un groupe suffisamment étendu de notables, surtout bastiais, qui s’opposent au processus de « francisation » consistant à interdire l’usage de la langue italienne dans l’administration, ou à organiser un nouveau système d’éducation destiné aux classes populaires18.

  • 19 Thiesse 1999 ; Gellner 1997 ; Hobsbawm – Ranger 1983.
  • 20 La Revue de la Corse est une des principaux journaux de l’entre-deux-guerres, la seule revue corse (...)
  • 21 Pomponi 2007, p. 110.

6En ce qui concerne le XIXe siècle, les élites corses et maltaises italophones engagent une bataille politique et culturelle contre les autorités françaises et britanniques visant à affirmer le particularisme insulaire. Cette lutte détermine la formation d’une sociabilité spécifique, isolée, et prenant encore plus son ancrage dans les traditions locales qui constituent en apparence une protection par rapport à l’extérieur. Les élites insulaires italophones s’engagent dans l’élaboration d’un réseau de relations culturelles avec le centre « spirituel » représenté par la péninsule italienne. La défense du patrimoine identitaire – c’est-à-dire à la fois la langue, l’histoire et la religion – se présente alors comme un mécanisme de mobilisation politique adopté par les élites locales italophones pour s’affranchir de la gouvernance continentale19. Il ne faut pas oublier qu’il existe néanmoins des acteurs qui affirment leur attachement à la culture corse et en même temps à la France. À ce propos il est d’ailleurs intéressant de rappeler que l’équipe dirigeante de la Revue de la Corse20 regrette que l’histoire de la Corse soit instrumentalisée à des fins irrédentistes. Comme l’écrit Francis Pomponi, « face à la remise en question de l’appartenance française de la Corse qui est le fait d’une minorité et à la menace croissante des revendications de l’Italie fasciste, elle [la Revue de la Corse] devient un champ d’expression privilégié du sentiment national français de l’intelligentsia qui l’anime »21.

  • 22 Petri 2005, p. 79-99.
  • 23 Kolodny 2004.

7La tutelle institutionnelle de la France et de l’Empire britannique est rejetée et niée par une partie de la population corse et maltaise qui se montre particulièrement sensible aux discours « insularistes ». Tous ceux qui souhaitent la disparition du patrimoine traditionnel insulaire, en imposant une sorte d’uniformisation culturelle, sont naturellement considérés comme des « étrangers » et des « envahisseurs ». En défendant le patrimoine culturel, soumis aux attaques provenant de l’extérieur, les élites corses et maltaises italophones construisent un appareil narratif visant à affirmer leur sentiment d’appartenance, leur insularité, dans le but de maintenir leurs positions de pouvoir au niveau local. Cependant, si des formes de repli culturel des insulaires existent, elles n’impliquent pas une stricte dichotomie entre les notions de « Nous » et d’« Autre ». Les îles oscillent constamment entre repli et ouverture. L’analyse de la notion de frontière constitue un exemple de ce rapport de partage et de communication. Même si les insulaires défendent leur identité culturelle qui, selon eux, est complètement différente de celle des continentaux, ils ne peuvent éluder leur dépendance par rapport au centre continental, notamment dans les domaines économiques et géopolitiques. À ce titre, l’interaction entre les îles et le continent doit retenir toute notre attention22. Selon Émile Kolodny, la particularité de l’insularité méditerranéenne est la présence d’îles placées au sein d’un espace maritime presque fermé. Il devient alors inévitable que la relation île-continent soit un facteur déterminant en ce qui concerne le rapport avec « l’Autre »23.

Les discours identitaires. Langue et identité en Corse et à Malte

  • 24 Cini – Biancarelli 2008.

8Une partie des élites insulaires – qui se sent exclue du pouvoir et souhaite acquérir une capacité de décision – s’oppose à la campagne de francisation24 et anglicisation qui est mise en place dans les deux îles en élaborant un appareil narratif insulaire, c’est-à-dire l’« insularisme ».

  • 25 À propos des conséquences de la crise économique sur la perception de l’insularité des élites insu (...)
  • 26 Charaudeau 2001.

9Les discours « insularistes » deviennent des motifs de mobilisation dont se servent les élites insulaires italophones à des fins politiques. Ces élites profitent du mécontentement populaire concernant des mauvaises conditions économiques en souhaitant influer sur la ligne du gouvernement français et britannique par rapport à la Corse et à Malte25. Si l’exemple de la défense de la langue témoigne des processus liés à l’édification d’un caractère national, il est particulièrement prégnant dans nos travaux. En effet, le combat pour la défense de la langue qu’on suppose menacée par le gouvernement central – c’est-à-dire le corse ou l’italien – constitue l’un des thèmes de propagande des élites nationalistes maltaises et des membres du Parti Corse d’Action. La langue corse devient alors la clef de voûte des discours « insularistes » car elle rassemble l’ensemble de la population autour d’une cause commune : la pratique de la langue est un acte collectif partagé par tous ceux qui appartiennent à une communauté26.

  • 27 Pellegrinetti 2003.
  • 28 Trifone 2009, 38-39.
  • 29 Corsica. Bollettino mensile della Società Gli Amici della Corsica, 1, mars 1924, p. 3.

10Pour accentuer le caractère politique de ce « partage », ces élites opèrent une formalisation de la langue en établissant un modèle de communication écrite pour en revendiquer la reconnaissance institutionnelle. Comme dans le cas d’autres mouvements nationaux, la langue est, comme l’a montré Jean-Paul Pellegrinetti, une composante essentielle de l’identité des Corses et représente un thème significatif des discours autonomistes et indépendantistes27. Jusqu’à la chute du Second Empire trois langues différentes sont utilisées en Corse : l’italien, le corse et le français. Si le corse est pratiqué dans la communication orale, l’italien et le français coexistent officiellement tout au long du XIXe siècle pour l’écrit. Concernant plus spécifiquement l’italien, c’est le toscan qui est utilisé dans l’administration et parlée par les autorités qui représentent le pouvoir central28. Dans la perspective fasciste, le corse est présenté comme l’un des plus purs dialectes italiens. Comme l’écrit l’historien officiel du régime fasciste Gioacchino Volpe dans les colonnes de la revue Corsica. Bollettino mensile della Società Gli Amici della Corsica : « la langue italienne ancienne se retrouve aujourd’hui dans le dialecte corse, dialecte qui conserve ancore toute la sonorité et l’harmonie de nos poètes primitifs et qui surtout, comme nos anciens dialectes, est le dépositaire de l’âme d’un peuple, comme aucun dialecte italien ne l’a été à aucune époque »29.

  • 30 Cini 2009.
  • 31 Cini 2009.
  • 32 Pellegrinetti - Rovere 2004.

11Pendant la période comprise entre le Second Empire et les premières années de la Troisième République, les élites insulaires bonapartistes sont italophones et d’un point de vue culturel très proche de l’Italie30. Il est intéressant de constater le grand nombre d’écrits publiés alors en langue italienne. Suite à l’avènement de la Troisième République on assiste en revanche à un processus de francisation et de « républicanisation » de la Corse à travers la scolarisation et le service militaire31. Ce processus favorisera la reconnaissance du français comme la seule langue officielle dans la forme écrite et orale. Le dialogue avec les élites corses s’arrête à la fin des années 1840 suite à l’instauration de la Deuxième République puis l’Empire de Napoléon III. Plusieurs facteurs contribuent à affaiblir le projet hégémonique des élites insulaires italophones : l’enracinement des institutions françaises dans l’île, l’intégration de Corses dans l’administration publique ; le déplacement du pôle commercial maritime du port de Livourne vers les ports du sud de la France32.

  • 33 À ce propos il serait intéressant de comparer le cas de Malte avec celui de la Dalmatie où, comme (...)

12Dans le cas de Malte les élites italophones s’attachent à sauvegarder la langue italienne aussi bien que la religion catholique, menacées par la campagne d’anglicisation conduite de façon systématique par le gouvernement de Gerald Strickland dans l’entre-deux-guerres. Dès leur arrivée à Malte en 1815, les Anglais cherchent à diffuser leur langue au détriment de l’italien. Cependant, ils doivent faire face aux réactions d’hostilité des couches cultivées de la société maltaise qui s’expriment et communiquent en langue italienne. En fait, l’italien est la langue de la culture maltaise car il est utilisé par l’Église, dans les établissements d’éducation, les tribunaux et l’administration publique. Il s’agit de la langue utilisée par les couches cultivées, notamment les individus qui exercent une profession libérale et le clergé. Soulignons que les religieux utilisent le dialecte maltais comme moyen de communication qui n’est pas officiel. Il n’est ainsi pas étonnant que les tentatives de pénétration de la langue anglaise et du protestantisme à Malte inquiètent les élites italophones qui s’opposent à toutes formes de transformation politique visant une donnée culturelle33.

  • 34 Hull 1993, 8-9.
  • 35 Hull 1993.
  • 36 Gellner 1993, p. 637-689.

13Les Britanniques se rendent alors compte que s’ils souhaitent s’enraciner dans l’île, il faut imposer la pratique du maltais – c’est-à-dire le dialecte local d’origine arabe qui est parlé par la plupart des habitants – dans le but d’affaiblir le binôme hégémonique, c’est-à-dire langue italienne-catholicisme. Concernant ce dernier point, rappelons que l’italien est pour les Maltais cultivés une langue de communication et de culture qui n’est pas confinée aux frontières géographiques de l’île mais étendue au bassin méditerranéen. C’est pour cela que la campagne d’anglicisation promue par le gouvernement britannique est combattue par l’intelligentsia locale34. L’élite maltaise – composée pour l’essentiel par des avocats et par le clergé local – considère la politique linguistique du gouvernement britannique comme une tentative de les priver de leur pouvoir social et spirituel35. Les discours « insularistes » élaborés par l’élite maltaise mettent à ce titre en lumière l’action de l’Empire britannique en mettant l’accent sur une forme de déracinement spirituellement des Maltais à l’égard de leur dimension méditerranéenne. En d’autres termes, on leur impose une langue et une culture qui n’ont rien à voir avec les traditions insulaires. En effet, la langue anglaise et le protestantisme sont désignées comme faisant partie d’un patrimoine culturel et religieux qui est complètement étranger à l’île. Les couches cultivées de la société maltaise, c’est-à-dire les élites maltaises italophones – considèrent clairement l’anglicisation comme une menace pour la culture autochtone mais surtout pour leurs propres privilèges : elles croient perdre leur ascendant sur les classes populaires. La diffusion de l’anglais au détriment de l’italien favoriserait en effet le contact direct entre les classes sociales les plus pauvres et la tutelle étrangère, rendant superflue la médiation – et surtout l’influence – des acteurs les plus influents de la société maltaise. Le contexte doit ici retenir l’attention. La société maltaise se trouve en effet à l’« âge agraire », pour reprendre une expression d’Ernst Gellner36 c’est-à-dire que très peu de personnes sont capables de lire et d’écrire et les individus « alphabétisés » ont une forte influence sur ceux qui ne le sont pas. Une situation bien lointaine d’un « âge industriel » où la lecture et l’écriture sont plus diffuses. Ainsi, la transition vers une société mieux alphabétisée qui s’accomplit au cours du XXe siècle, s’accompagne d’une mise à l’écart de la langue italienne au profit de l’anglais et du maltais. Cette dernière langue obtient d’ailleurs une reconnaissance institutionnelle par le gouvernement britannique ayant un intérêt à faire disparaitre la pratique de l’italien.

La perspective mussolinienne : intégration et objectifs

  • 37 Rossi 1936.
  • 38 Paci 2014b, p. 53-68.
  • 39 Au cours du XIXe siècle les classes cultivées insulaires italophones s’allient aux élites italienn (...)
  • 40 Gray 1940, p. 15.
  • 41 Giglioli 2001.
  • 42 Cini 1998 et Rovere 2001, p. 89-98.
  • 43 Bonacci 1943.
  • 44 Quartararo 2006.
  • 45 Paci 2014 ; Giglioli 2001 ; Quartararo 2006.

14La difficile intégration de la Corse et de Malte au sein de la République française et de l’Empire britannique ne fait qu’alimenter les ambitions expansionnistes de Mussolini en faisant croître les ambitions du régime fasciste au sein du bassin méditerranéen. Les deux îles deviennent rapidement l’un des objectifs stratégiques de Mussolini qui voudrait faire de l’Italie une puissance maritime de premier ordre sur les rives méditerranéennes, du nord au sud. Pour ce faire, le régime fasciste s’approprie les discours identitaires que les élites insulaires italophones ont auparavant utilisés pour leur conférer un poids politique face aux mesures centralisatrices adoptées par les gouvernements de tutelle. La défense de la langue italienne et du corse devient alors dans la perspective fasciste une bataille pour l’affirmation de l’italianité de la Corse et de Malte. Le dialecte corse est ainsi présenté par la presse fasciste comme l’un des plus anciens et plus « purs » dialectes italiens, alors que la pratique de la langue italienne, même si elle est limitée aux couches cultivées de la société maltaise, témoigne de l’italianité de Malte. Dans la perspective fasciste, l’italien est présenté à Malte comme « la langue de la culture » alors que l’anglais est « la langue des dominateurs »37. À propos du dialecte maltais, les fascistes en soulignent l’origine arabe et récusent la thèse selon laquelle le maltais proviendrait du phénico-punique et non de l’arabe38. En mettant l’accent sur les affinités historiques, culturelles et linguistiques entre l’Italie et les deux îles, le fascisme cherche à justifier les aspirations irrédentistes au sujet de la Corse et de Malte. Par exemple la propagande irrédentiste fasciste fait appel à une longue tradition39 des contacts culturels entre les élites italiennes, corses et maltaises dans le but de démontrer l’italianité des deux îles et leur sentiment fraternel à l’égard de l’Italie qui resterait presque inchangé depuis des siècles. En 1940, Ezio Maria Gray, l’un des journalistes les plus fidèles au régime fasciste, écrit un volume de propagande intitulé Le nostre terre ritornano : Malta, Corsica, Nizza publié par l’Istituto Geografico De Agostini, dans lequel il fait allusion aux nombreux exilés italiens qui entre 1820 et 1860 se réfugient dans les deux îles. Selon Gray les exilés croient avoir abordé sur des îles italiennes : « Crispi, Poerio, Settembrini, Ruggero Settimo, Amari … Au sortir de leurs ardentes conversations avec les patriotes maltais, c’était, pour ces conspirateurs en exil, un grand réconfort de sentir palpiter la patrie à travers les coutumes du peuple, la solidarité du clergé, les cloches des églises […], et de se croire libres dans une Italie déjà libérée »40. La proximité des traditions culturelles et linguistiques est considérée comme le trait d’union entre les élites italiennes, corses et maltaises. Dans la perspective fasciste il s’agit, avant d’entamer une action politique visant à l’annexion, de préparer la population sur le terrain culturel et politique pour que l’occupation des deux îles apparaisse « naturelle ». Les intellectuels italiens tout comme les institutions mettent alors en place une stratégie culturelle visant à affirmer et à soutenir l’idée de l’italianité des deux îles41. Les discours « insularistes » réélaborés par le régime fasciste à des fins politiques sont d’abord perçus comme un soutien à la propagande irrédentiste visant à revendiquer l’italianité de la Corse et de Malte. La relecture de ces discours réalisée par des journalistes et des personnalités du monde de la culture en constitue un exemple. Par exemple, Pascal Paoli, celui qui est perçu comme le héros de Pontenuovo par les élites insulaires, est aussi considéré par les intellectuels italiens comme un exemple et un modèle pour le fascisme : la lutte « paoliste » contre « l’envahisseur » au XVIII siècle est vue comme la première guerre d’indépendance italienne, ou bien le symptôme du Risorgimento italien42. À ce propos en 1943 Paolo Bonacci, qui est l’auteur d’un article intitulé « Pontenuovo : la prima battaglia del Risorgimento italiano » paru dans le journal Gazzetta di Messina, écrit « quand pourrons-nous, sans passeport, visiter en dévot pèlerinage ces lieux où fut livrée la première bataille de notre Risorgimento ? Bientôt, très bientôt. Nous avons et nourrissons la certitude absolue que nous pourrons embrasser tous nos frères irrédents et saluer le retour à la mère patrie de la Corse et des autres terres italiennes qui sont dans les mains de l’étranger »43. Au-delà de cette manipulation à partir des discours irrédentistes qui marquent les orientations de la politique étrangère du régime fasciste par rapport à Malte et à la Corse, l’évolution des relations italo-françaises et italo-britanniques est également un facteur décisif au niveau des contenus de ces discours. Parfois le contexte atténue la portée de ces écrits. Par exemple Mussolini est convaincu qu’il ne faut pas exagérer les proclamations irrédentistes car, selon lui, il est nécessaire de préserver le fragile équilibre des relations diplomatique avec la France et l’Angleterre44. L’idéal irrédentiste, lié à l’italianité de la Corse et de Malte, ne peut alors éluder les revendications territoriales et les aspects diplomatiques. Si l’italianité est considérée comme l’argument principal pour avancer des prétentions territoriales le régime fasciste pourrait également accélérer le processus d’annexion en entreprenant une opération militaire. Or, cela serait une erreur politique aux résultats incertains. Il s’agit de convaincre la population corse et maltaise des bénéfices d’un « retour à la mère patrie italienne ». Toutefois, dans la perspective fasciste il faut prendre en compte l’attitude typique de l’« insularisme », c’est-à-dire la méfiance à l’égard de l’étranger et le repli sur soi Ainsi, au lieu de tenter d’atteindre par la force les Italiens « non regnicoli », c’est-à-dire les Italiens qui ne sont pas nés dans le Royaume d’Italie, le régime préfère mobiliser les intellectuels. Ces derniers doivent alimenter d’une part le sentiment d’affection des Italiens envers les « frères » Corses et Maltais, et d’autre part persuader les insulaires des avantages qu’ils tireraient de l’annexion à l’État italien en termes sociaux, économique et culturels45.

  • 46 Isnenghi 1979 et Belardelli 2005.
  • 47 Zunino 1995.
  • 48 Paci 2014c, p. 625-640.

15Les références aux fastes de l’Empire Romain en Méditerranée et au Risorgimento considéré comme un « acte inachevé » prouvent l’existence d’un phénomène de politisation de l’histoire qui intéresse le monde intellectuel italien46. En s’appuyant sur des arguments présumés scientifiques, le monde intellectuel italien justifie la politique expansionniste du fascisme italien dans le bassin méditerranéen aussi bien que le droit de l’Italie de s’approprier la Corse et Malte. Le passé est relu et interprété à la lumière du présent tandis que le future apparaît indéfini47. Si on revendique l’italianité de la Corse et de Malte, qui pour le fascisme est un fait avéré depuis la nuit des temps, on ne donne pas de précisions sur l’annexion des deux îles. Les intellectuels fascistes proposent là aussi une relecture du passé correspondant aux exigences du temps présent mais sur une autre échelle. En particulier les historiens, comme Gioacchino Volpe, Federico Chabod, sont alors appelés à fournir une lecture du passé qui permet d’élaborer une vision du futur dans laquelle on met en valeur les « intérêts vitaux » de l’Italie fasciste qui s’auto-représente comme une grande puissance méditerranéenne48.

Le fascisme italien et les élites corses et maltaise italophones

  • 49 Fenech 2005.
  • 50 Yvia-Croce 1979, p. 121.
  • 51 Orsini d’Ampugnani, Italophilie ne veut point dire irrédentisme, in A Muvra, 4 mars 1923.

16Les cas maltais et corse révèlent que le sentiment d’appartenance est sujet à des changements, des fluctuations et des variations qui suivent l’évolution des contextes sociaux, historiques et culturels. Le sentiment d’appartenance est essentiellement un concept dynamique et relationnel dans la mesure où il ne peut être défini que par rapport aux dimensions nationales et supranationales. Si l’identité insulaire veut avoir une existence sociale, elle doit acquérir une consistance effective et affective en orientant les perceptions et les comportements des habitants. La catégorie d’analyse que constitue l’« insularisme » permet d’observer que la conscience d’appartenir à un territoire commun est la conséquence de l’interaction entre l’espace, la représentation de l’espace et l’organisation sociale. Les élites corses et maltaises italophones cherchent à développer le sentiment d’appartenance des habitants dans une perspective extra-insulaire, en projetant localement des concepts originaires de France, d’Angleterre ou de l’Italie fasciste, ou bien en créant l’utopisme d’une centralité insulaire par le biais de l’autonomisme ou de l’indépendantisme. Toutes les fois que les centres extra-insulaire cherchent à priver les élites de leur capacité d’exercer un contrôle sur le territoire, ces dernières soutiennent alors la naissance des mouvements autonomistes et indépendantistes. C’est le cas dans l’entre-deux-guerres. Concernant plus précisément les élites insulaires italophones, elles sont convaincues que les autorités françaises et britanniques ont le projet de mener des mesures discriminatoires à l’égard des Corses et Maltais en mettant en œuvre une campagne contre la pratique du dialecte corse et de la langue italienne à Malte. En Corse ces élites sont un groupe minoritaire qui n’a pas d’influence sur le niveau de la politique locale. Au contraire, les élites maltaises italophones, qui majoritairement exercent la profession d’avocat, ont un poids politique extrêmement fort. Il ne faut pas oublier que, contrairement au Parti Corse d’Action, le Parti Nationaliste Maltais, qui est composé par les élites maltaises italophones, a ses propres représentants élus49. Ces élites qui se reconnaissent dans les revendications du Parti Corse d’Action et du Parti Nationaliste Maltais soutiennent dès lors la campagne culturelle en faveur de l’italianité des deux îles conduite par le régime fasciste par l’intermédiaire de ses intellectuels et de ses institutions culturelles. Malgré le fait que l’italophilie n’implique pas l’adhésion au mouvement irrédentiste, elle est le leitmotiv de la presse nationaliste corse et maltaise. Le nationaliste corse Hyacinthe Yvia-Croce soutient que l’«  italophilie ne signifie point pour autant être irrédentiste, comme certains plumitifs sans scrupules tentent de le faire gober à leurs lecteurs »50. Notons qu’Orsini d’Ampugnani – l’un des fondateurs du journal A Muvra ensuite devenu sympathisant du fascisme italien – publie le 4 mars 1923 un article intitulé Italophilie ne veut point dire irrédentisme51. Même Enrico Mizzi – chef du Parti Nationaliste Maltais – précise à plusieurs reprises que la défense de la langue et de la culture italienne n’implique pas la volonté de mettre fin à tout rapport avec le Royaume-Uni. Si l’on analyse les écrits parus dans les journaux Malta, organe du Parti Nationaliste Maltais, ou A Muvra , la revue du Parti Corse d’Action, nous voyons que l’action des nationalistes maltais et corses se cantonne sur le terrain des revendications insulaires, de la préservation de la langue et des coutumes. Par exemple, dans un éditorial intitulé L’Italia e Noi, Matthieu Rocca (sous le pseudonyme de Michele Corano), rédacteur en chef du journal A Muvra, écrit :

  • 52 Matthieu Rocca, L’Italia e noi, in A Muvra, 22 février 1931.

Mais si nous aimons, si nous admirons l’Italie, si plus d’une fois nous cherchons en elle les reflets de notre propre âme, c’est seulement au titre exclusivement intrinsèquement culturel. En tant que Corses, nous ne croyons pas que ce soit un péché mortel que de dédier à l’Alma Mater un culte auquel sont uniformément tenues les différentes races latines52.

  • 53 Concernant le financement du journal Malta voir ASMAE, Gab., 1923-1943, b. 1097, appunto per la di (...)
  • 54 Par exemple Mario Canepa, La civicità dei benefici in Sardegna ed una carta reale a favore di un C (...)

17Toutefois, les sources d’archive révèlent que le Parti Corse d’Action et le Parti Nationaliste Maltais bénéficient de subventions du régime fasciste pour le financement de leur propres journaux53. Les nationalistes maltais aussi bien que les membres du Parti Corse d’Action ne perdent jamais une occasion de mettre en parallèle l’état d’abandon dans lequel se trouvent les deux îles et les réalisations achevées par le gouvernement italien, notamment en Sardaigne. Par exemple, dans le numéro du 1er juillet 1923 d’A Muvra figure une allusion à la visite de Mussolini en Sardaigne à l’occasion de l’inauguration du « lac artificiel le plus large du monde » issu du barrage construit sur le fleuve Tirse et qui coûté à l’État italien la somme considérable de 500 millions de lires ». La revue Archivio Storico di Corsica, fondée par Gioacchino Volpe, publie de même une série d’essais portant sur les relations entre Corse et Sardaigne à l’époque moderne54. Le gouvernement français est ainsi accusé par la presse nationaliste corse de ne pas se donner la peine de remédier à la situation économique de l’île :

  • 55 A Muvra, 1 juillet 1923.

Nul Premier français n’est près de venir inaugurer le barrage du Prunelli ou du Liamone, car si les Continentaux ont parfaitement supporté que cent mille poitrines corses aient servi à consolider, entre 14 et 18, le barrage du Nord et de l’Est, ils ne sauraient admettre que 500 millions de francs soient consacrés au simple rocher stratégique qu’est notre île55.

  • 56 Bellieni 1985.
  • 57 Camillo Bellieni, Opinione-Ai Margini d’Italia-Il Regionalismu Corsu, in Critica politica, 25 déce (...)
  • 58 Sur Paul Graziani et ses compromissions avec le régime fasciste voir Delmas-Bartoli 2005, p. 135-1 (...)
  • 59 Revue de la Corse, 1 juin 1924.
  • 60 Paul Graziani, Un succès régionaliste. Le Pari Passu à Malte, in Revue de la Corse, 23 mars 1924.

18Evoquant la floraison de revues corsistes, Camillo Bellieni56, le principal idéologue et fondateur du Parti Sarde d’Action, écrit que l’irrédentisme n’influencerait pas autant les mouvements autonomistes si le gouvernement français répondait favorablement à certaines revendications plutôt que de poursuivre un processus de « dénationalisation ». Bellieni s’intéresse à l’histoire de la Corse en écrivant toute une série d’articles publiés dans La Critica politica. Un de ces articles, paru dans le numéro du 25 décembre 1923 et intitulé Opinione-Ai Margini d’Italia-Il Regionalismu Corsu, examine certains aspects du régionalisme corse en recourant à la littérature corsiste la plus influente. Bellieni y propose une réflexion sur le rôle que les régionalistes italiens devraient jouer face au renouvellement de la pensée autonomiste. Il faut, selon lui, échapper à la tentation nationaliste de revendiquer territorialement la Corse à cause de sa proximité culturelle avec l’Italie. Selon Bellieni, la solution au problème réside dans un « acte de sage et raffinée politique » de la part du gouvernement français57. La reconnaissance d’une autonomie administrative à la Corse réduirait les dérives irrédentistes, puisque le gouvernement interviendrait pour apaiser le mécontentement populaire. Bellieni est convaincu que l’on peut empêcher l’aggravation de la situation si la France veut vraiment s’opposer aux mouvement séparatistes et irrédentistes. Cela implique la reconnaissance de quelques espaces d’autonomie à la Corse. L’article de Bellieni a un grand retentissement dans la presse française et est reproduit intégralement par le journal A Muvra dans le numéro du 13 janvier 1924. Jusqu’à la fin des années 1920, les nationaliste corses manifestent leur volonté d’obtenir du gouvernement français un statut d’autonomie. Il est intéressant de relever que la presse corse fait à ce sujet de nombreuses références à Malte qui devient symbole du combat autonomiste. Dans le numéro de la Revue de la Corse du 1e juin 1924 l’archiviste Paul Graziani58 affirme qu’il n’est pas étonnant que le gouvernement italien éprouve de la sympathie pour le mouvement autonomiste corse. Selon lui, il faut s’inspirer de la politique britannique à Malte qui a permis la reconnaissance par la loi d’un statut d’autonomie et l’utilisation de la langue italienne dans le cadre de l’université. Graziani pense que les Anglais ne se sentent pas menacés par la proximité culturelle entre l’Italie et l’archipel59. La politique britannique à Malte est donc clairement considérée comme un exemple à suivre. Le 23 mars 1924, Paul Graziani écrit un autre article intitulé Un succès régionaliste. Le Pari Passu à Malte dans lequel il affirme que la loi rendant obligatoire l’enseignement de l’italien et de l’anglais est un « grand acte de justice et comme un succès magnifique à l’actif des doctrinaires fédéralistes »60. Graziani reconnait aux nationalistes maltais le mérite de sauvegarder les « caractères » du peuple maltais : sa latinité et son italianité restent inaltérés. Graziani reproche au gouvernement français d’ignorer délibérément les revendications avancées par les Corses. À son avis, malgré les promesses, la Corse ne se voit pas accorder plus d’autonomie mais bien nier la possibilité d’avoir une université corse.

  • 61 Cité par Giglioli 2001, p. 350.
  • 62 Grillère-Lacroix 2014, p. 45-58.
  • 63 ASMAE, fonds Gabinetto del Ministro 1923-1943, 1075. Note « Proibizioni di funzioni religiose a fa (...)

19Les discours « insularistes » sont progressivement dénaturés par la rhétorique impérialiste et par conséquent ne font pas une grande impression sur les populations maltaise et corse. Au contraire, suite aux déclarations du Ministre des Affaires étrangères, Galeazzo Ciano, prononcées à la Chambre le 30 novembre 1938 concernant la politique étrangère italienne et les « aspirations naturelles » de l’Italie dans la Méditerranée, l’inquiétude des populations est patente61. Bien que, dès le milieu des années 1920, le régime fasciste mène une propagande irrédentiste s’appuyant sur des études visant à justifier historiquement les revendications italiennes, c’est la manifestation du 30 novembre 1938 qui vient représenter le point de départ de la campagne de revendications fascistes envers la France62. Les journaux locaux, Le Petit Bastiais notamment, dénoncent l’ingérence d’une puissance extérieure dans la politique française et vilipendent les menées irrédentistes63. Ces revendications territoriales italiennes sont prises au sérieux par les autorités françaises. Au mois de février 1939 l’ambassadeur français en Italie François-Poncet écrit alors au Ministre des Affaires Étrangères Georges Bonnet :

  • 64 « Lettre de l’ambassadeur de France à Rome (François-Poncet) au ministre des Affaires étrangères ( (...)

On crie désormais : « Djibouti ! La Tunisie ! La Corse ! Et Nice ! » comme on criait autrefois « Trente ! Trieste ! » ou « Fiume ! » Le Régime semble vouloir trouver dans ces formules [...] le ressort dont il a besoin pour tendre les énergies du pays, pour nourrir son enthousiasme, son dynamisme, soutenir ses espérances et justifier les mesures écrasantes qu’il impose à la population64.

  • 65 Gabriele 1965.

20La majorité de Corses réagissent face à ces déclarations en prononçant le « Serment de Bastia » du 4 décembre 1938 qui symbolise la loyauté de la population insulaire envers la République. Côté maltais, c’est la résistance héroïque des Maltais face aux bombardements de l’Axe – rappelons l’attribution par la Couronne britannique, le 14 avril 1942, de la « George Cross » à l’île – qui prouve l’insuccès de la propagande irrédentiste65.

Conclusion

  • 66 Paci 2010.
  • 67 Mallia 1940.
  • 68 Paci 2014a ; Fenech 1976 ; Fenech 2005.

21Au-delà de ces aspects culturels l’évolution de la propagande irrédentiste dans un sens impérialiste et annexionniste à partir du 1935 ne fait qu’aggraver les relations diplomatiques entre Italie, France et Angleterre. C’est la guerre d’Éthiopie en 1935 qui détériore les rapports anglo-italiens aussi bien que les relations franco-italiennes. La propagande irrédentiste déclenche un conflit entre les autorités françaises et anglaises et les partis autonomistes italophiles. Les gouvernements français et britannique promulguent alors tout une série de mesures ayant trait, à Malte, à la langue, à la culture italienne et à la religion catholique, et en Corse, au mouvement autonomiste qu’on cherche à isoler. Les autonomistes du Parti Corse d’Action et les nationalistes maltais sont également l’objet d’un contrôle par les autorités qui a pour conséquence d’affaiblir les rapports entre les élites et les habitants. Les militants du Parti Corse d’Action se révèlent être un groupe finalement minoritaire qui n’arrive pas à obtenir un consensus large. Plusieurs d’entre eux, profitant des bourses d’études qui sont accordées par le gouvernement italien, se rendent en Italie où militent dans les Groupes d’Action Irrédentiste Corses fondés par Petru Giovacchini66. La politique anti-italienne conduite à Malte par le Premier Ministre Gerald Strickland et soutenue par le gouvernement britannique vise, elle, à affaiblir le Parti Nationaliste Maltais. S’il est privé de son organe de presse, le Malta, ce dernier fait l’objet d’une « renaissance » à Rome sous le titre Malta. Serie romana67. Il s’agit de l’initiative d’un groupe de jeunes nationalistes maltais, fervents irrédentistes, qui après être arrivés en Italie pour échapper aux mesures discriminatoires du gouvernement britannique adhérent au Comité d’Action Maltaise. La religion catholique et la langue italienne subissent au même titre plusieurs attaques du Parti Constitutionnel de Gerald Strickland. Face à l’aversion du clergé local pour les opposants à la religion catholique, le Saint-Siège intervient pour calmer les esprits et empêcher une détérioration de la situation68. La réélaboration des discours « insularistes » à des fins politiques, en mettant en lumière l’italianité de la Corse et de Malte, ne peut effacer les craintes de perdre la « spécificité insulaire » et paradoxalement les avantages économiques et sociaux qui découlent de l’appartenance à la France et à l’Empire britannique.

Inicio de página

Bibliografía

Angelini 2012 = M. Angelini, Fare storia. Culture e pratiche della ricerca in Italia da Gioacchino Volpe a Federico Chabod, Rome, 2012.

Attal 2013 = F. Attal, Histoire des intellectuels italiens au XXsiècle. Prophètes, philosophes et experts, Paris, 2013.

Baioni 2006 = M. Baioni, Risorgimento in camicia nera. Studi, istituzioni, musei nell’Italia fascista, Rome, 2006.

Baldoli 2008 = C. Baldoli, The 'Northern dominator' and the Mare nostrum : fascist Italy's 'cultural war' in Malta, dans Modern Italy, 52, 2008, p. 5-20.

Belardelli 1988 = G. Belardelli, Il mito della « nuova Italia ». Gioacchino Volpe tra guerra e fascismo, Rome, 1988.

Belardelli 2005 = G. Belardelli, Il Ventennio degli intellettuali. Cultura, politica, ideologia nell’Italia fascista, Rome-Bari, 2005.

Bellieni 1985 = C. Bellieni, Partito Sardo d'Azione e Repubblica Federale. scritti 1919-1925, Sassari, 1985.

Benedetti 2007 = P. Benedetti, Mazzini in « camicia nera », dans Annali della Fondazione Ugo La Malfa, 22, 2007, p. 163-206.

Benedetti 2008 = P. Benedetti, Mazzini in « camicia nera », dans Annali della Fondazione Ugo La Malfa, 23, 2008, p. 159-184.

Bonacci 1943 = P. Bonacci, Pontenuovo : la prima battaglia del Risorgimento italiano, Gazzetta di Messina, 29 mai 1943.

Bonuglia 2007 = R. Bonuglia (dir.), Gioacchino Volpe tra passato e presente, Rome, 2007.

Bracco 1998 = B. Bracco, Storici italiani e politica estera. Tra Salvemini e Volpe 1917-1925, Milan, 1998.

Bracco 2009 = B. Bracco (dir.), Discussione su Gioacchino Volpe, dans Memoria e Ricerca, 32, 2009, p. 95-112.

Busino 2010 = G. Busino, La Corse vue par les historiens italiens contemporaines, dans Revue européenne des sciences sociales, 145, 2010, p. 81-96.

Brunet 1993 = R. Brunet (dir.), Les mots de la géographie, Paris-Montpellier, 1993.

Cervelli 1977 = I. Cervelli, Gioacchino Volpe, Naples, 1977.

Charaudeau 2001 = P. Charaudeau, Langue, discours et identité culturelle, dans Ela. Études de linguistique appliquée, 123-124, 2001, p. 341-348.

Cini 1998 = M. Cini (dir.), La nascita di un mito : Pasquale Paoli tra ’700 e ’800, Pise, 1998.

Cini 2003 = M. Cini, Une île entre Paris et Florence. Culture et politique de l’élite corse dans la première moitié du XIXe siècle, Ajaccio, 2003.

Cini – Biancarelli 2008 = M. Cini, B. Biancarelli, Corse et Italie : proximité et fractures, dans Ethnologie française, 38, 2008, p. 427-435.

Cini 2009 = M. Cini, Corsica e Toscana nell’Ottocento. Relazioni politiche, economiche e culturali fra due regioni del Mediterraneo,

Gênes, 2009.

Cini 2011 = M. Cini, « La Suisse de la Méditerranée ». La Corse économique dans la presse irrédentiste italienne (1930-1940), dans Études Corses, 73, 2011, p. 63-84.

Cossalter 2007 = F. Cossalter, Come nasce uno storico contemporaneo. Gioacchino Volpe tra guerra, dopoguerra e fascismo, Rome, 2007.

Del Piano 1987 = L. Del Piano, Gioacchino Volpe e la Corsica e altri saggi, Cagliari, 1987.

Delmas-Bartoli 2005 = M.-C. Delmas-Bartoli, L’énigme Paul Graziani, archiviste départemental de 1916 à 1931, dans Bulletin de la Société des sciences historiques et naturelles de la Corse, 710-711, 2005, p. 135-174.

Di Giovanni 1964 = G. Di Giovanni, Il realismo storico di Gioacchino Volpe, Rome, 1964.

Di Rienzo 2007 = E. Di Rienzo, La Corse et l’espace politique méditerranéen dans l’Archivio storico di Corsica, dans Études Corses, 64, 2007, p. 57-68.

Di Rienzo 2008 = E. Di Rienzo, La storia e l’azione. Vita politica di Gioacchino Volpe, Florence, 2008.

Fabei 2007 = S. Fabei, Carmelo Borg Pisani (1915-1942). Eroe o traditore?, Bologne, 2007.

Fenech 1976 = D. Fenech, The making of Archbishop Gonzi, La Valette, 1976.

Fenech 2005 = D. Fenech, Responsibility and power in inter-war Malta (Book one: Endemic Democracy (1919-1930), San Gwann, 2005.

Frendo 1989 = H. Frendo, Malta’s Quest for Independence : reflections on the course of Maltese history, La Valette, 1989.

Frendo 1991 = H. Frendo, Party politics in a Fortress Colony : the Maltese Experience, Malte, 1991.

Frendo 1992 = H. Frendo, Intra-European Colonial Nationalis : The case of Malta: 1922 -1927, dans Melita Historica, 11, 1992, p. 79-97.

Frendo 1993 = H. Frendo, Maltese political development, 1798-1964 : selected readings, Beltissebħ, 1993.

Frendo 1994 = H. Frendo, Maltese Journalism : 1838-1992 an historical overview, Malte, 1994.

Frendo 2012 = H. Frendo, Europe and empire : culture, politics and identity in Malta and the Mediterranean (1912-1946), Sta. Venera, 2012.

Friggieri 1995 = O. Friggieri, Il-Kuxjenza Nazzjonali Maltija. Lejn definizzjoni Storika-Kulturali, San Gwann, 1995.

Gabriele 1965 = M. Gabriele, Operazione C 3 : Malta, Rome, 1965.

Gellner 1993 = E. Gellner, Il mito della nazione e quello delle classi, dans P. Anderson et al., L’Europa oggi, I, L’Europa oggi, Turin, 1993, p. 637-689.

Gellner 1997 = E. Gellner, Nazioni e nazionalismo, Rome, 1997.

Giglioli 2001 = A. Giglioli, Italia e Francia 1936-1939. Irredentismo e ultranazionalismo nella politica estera di Mussolini, Rome, 2001.

Gray 1940 = E. M. Gray, Le nostre terre ritornano : Malta, Corsica, Nizza, Novare, 1940.

Gregori 1997 = S. Gregori, Tra Lucchese è nimicu : la représentation mentale de l’italien dans l’imaginaire social corse, dans Études corses, 49, 1997, p. 89-121.

Grillère-Lacroix 2014 = D. Grillère-Lacroix, La politique fasciste de revendications territoriales à l’égard de la France et ses enjeux (1938-1943), dans Relations internationales, 158, 2014, p. 45-58.

Herling 2002 = M. Herling (dir.), Nazione, nazionalismi ed Europa nell’opera di Federico Chabod, Florence, 2002.

Hobsbawm – Ranger 1983= E. J. Hobsbawm, T. Ranger, The Invention of Tradition, Cambridge, 1983.

Hull 1993 = G. Hull, The Malta language question. A case history in cultural imperialism, La Valette, 1993.

Isnenghi 1979 = M. Isnenghi, Intellettuali militanti e intellettuali funzionari. Appunti sulla cultura fascista, Turin, 1979.

Isnenghi 2008 = M. Isnenghi (dir.), Gli italiani in guerra : conflitti, identità, memorie dal Risorgimento ai nostri giorni, 3 voll., Turin, 2008.

Kolodny 2004 = É. Kolodny, Îles et populations en Méditerranée orientale, Istanbul, 2004.

Leca 1992 = A. Leca, A Muvra ou le procès de la France par les autonomistes corses (1920-1939), Aix-en-Provence-Marseille, 1992, p. 326-350.

Leca 1993 = A. Leca, A Muvra ou l'autonomisme corse de la réhabilitation de l'Italie à la tentation fasciste (1920-1939), Aix-en-Provence-Marseille, 1993, p. 405-430.

Mallia 1940 = C. Mallia, Continuiamo la nostra battaglia, dans Malta. Serie romana, 1, 1940.

Miozzi 1978 = U. M. Miozzi, Bibliografia completa di Gioacchino Volpe, dans Studi e ricerche in onore di Gioacchino Volpe nel centenario della nascita (1876-1976), Rome, 1978, p. 217-289

Monzali 2004 = L. Monzali, Italiani di Dalmazia. Dal Risorgimento alla Grande Guerra, Florence, 2004.

Paci 2010 = D. Paci, L’archivio della Natio Còrsa. Petru Giovacchini e i Gruppi di Cultura Còrsa, dans Études Corses, 71, 2010, p. 89-119.

Paci 2012 = D. Paci, Le dialogue des élites méditerranéennes à travers les médias au XIXe siècle : le cas de Malte et de la Corse, dans Cahiers de la Méditerranée, 85, 2012, p. 11-30

Paci 2014a = D. Paci, Lingua di Dante, fede di Roma. La battaglia per l'italianità a Malta tra le due guerre, dans Contemporanea, 64, 2014, p. 551-576.

Paci 2014b = D. Paci, « Romana la terra, cattolica la fede, italici i destini » Romanità e italianità a Malta durante il ventennio fascista, dans J. Bassi, G. Canè (dir.), Sulle spalle degli antichi. Eredità classica e costruzione delle identità nazionali nel Novecento, Milan, 2014, p. 53-68.

Paci 2014c = D. Paci, Is history the strongest weapon? Corsica in the Fascist mare nostrum, dans Journal of Modern Italian Studies, 19, 2014, p. 625-640.

Paci 2015 = D. Paci, Corsica fatal, Malta baluardo di romanità. L’irredentismo fascista nel mare nostrum (1922-1942), Florence, 2015.

Pellegrinetti 2003 = J.-P. Pellegrinetti, Langue et identité : l’exemple du corse durant la troisième république, dans Cahiers de la Méditerranée, 66, 2003, p. 265-277.

Pellegrinetti – Rovere 2004 = J.-P. Pellegrinetti, A. Rovere, La Corse et la République. La vie politique de la fin du second Empire au début du XXIe siècle, Paris, 2004.

Petri 2005 = R. Petri, Gerarchie culturali e confini nazionali. Sulla legittimazione delle frontiere nell’Europa dei secoli XIX e XX, dans S. Salvatici (dir.), Confini. Costruzione, attraversamenti, rappresentazioni, Soveria Mannelli, 2005, p. 79-99.

Pomponi 1977 = F. Pomponi, Le régionalisme en Corse dans l'entre-deux-guerres (1919-1939), dans C. Gras et G. Livet (dir.), Régions et régionalisme en France du XVIIIe siècle à nos jours, Paris, 1977, p. 393-415.

Pomponi 1979 = F. Pomponi (dir.), Le Mémorial des Corses. IV. L’Île éprouvée : 1914-1945, Ajaccio, 1979.

Pomponi 2007 = F. Pomponi, La Revue de la Corse, historiographie et idéologue, dans Études Corses, 64, 2007, p. 89-112.

Portelli 2010 = S. Portelli, La stampa periodica in italiano a Malta, Msida, 2010.

Poupault 2013 = C. Poupault, Amitié « latine » et pragmatisme diplomatique. Les relations franco-italiennes de 1936 à 1938, dans Relations internationales, 154, 2013, p. 51-62.

Quartararo 1975 = M. R. Quartararo, La crisi mediterranea del 1935-36, dans Storia contemporanea, 34, 1975, p. 801-846 ;

Quartararo 1980 = M. R. Quartararo, Roma tra Londra e Berlino. La politica estera fascista dal 1930 al 1940, Rome, 1980.

Quartararo 1982 = M. R. Quartararo, L’altra faccia della crisi mediterranea (1935-1936), dans Storia Contemporanea, 69, 1982, p. 759-820.

Quartararo 2006 = M. R. Quartararo, L’irredentismo di Malta fra Roma e Londra. Un fenomeno autoctono o « ispirato » dall’Italia fascista ? (1922-1940), Naples, 2006.

Rogé 2008 = Y. Rogé, Le corsisme et l’irrédentisme 1920-1946. Histoire du premier mouvement autonomiste corse et de sa compromission par l’Italie fasciste, Paris 2008.

Rossi 1936 = E. Rossi, Il dialetto Maltese e la questione linguistica di Malta, dans Archivio Storico di Malta, 7, 1936, p. 468-476.

Rovere 2001 = A. Rovere, Pascal Paoli de l’Histoire aux mythes, dans Panoramique(s), 53, 2001, p. 89-98.

Sullam 2010 = S. L. Sullam, L’apostolo a brandelli. L’eredità di Mazzini tra Risorgimento e fascismo, Rome-Bari, 2010.

Taglioni 2010 = F. Taglioni, L’insularisme : une rhétorique bien huilée dans les petits espaces insulaires, dans O. Sevin (dir.), Comme un parfum d’île, Paris, 2010, p. 421-435.

Thiesse 1999 = A.-M. Thiesse, La création des identités nationales, Paris, 1999.

Tomassini 2000-2001 = S. Tomassini, Gli studi sulla Corsica in Gioacchino Volpe e la storiografia del Novecento, dans Annali della Fondazione Ugo Spirito, 12-13, 2000-2001, p. 755-787.

Trifone 2009 = P. Trifone (dir), Lingua e identità. Una storia sociale dell’italiano, Rome, 2009.

Vigezzi 1983 = B. Vigezzi (dir.), Federico Chabod e la « Nuova storiografia » italiana 1919-1950, Milan, 1983.

Yvia-Croce 1979 = H. Yvia-Croce, Vingt années de corsisme 1920-1939. Chronique corse de l’entre-deux guerres, Ajaccio, 1979.

Zunino 1995 = P. G. Zunino, L’ideologia del fascismo. Miti, credenze e valori nella stabilizzazione del regime, Bologne, 1995.

Inicio de página

Notas

1 Paci 2015.

2 Isnenghi 2008.

3 En 1920 le directeur du journal corsiste A Muvra Petru Rocca et ses plus fidèles collaborateurs créent le Parti Corse d’Action qui regroupe, à l'origine, un nombre restreint de participants composé de journalistes, d'écrivains, de poètes, de professions libérales, de fonctionnaires et d'étudiants (Pellegrinetti 2003). Sur la Corse dans l’entre-deux-guerres voir Pomponi 1977, 1979 ; Yvia-Croce 1979 ; Leca 1992, 1993 ; Gregori 1997 ; Pellegrinetti - Rovere 2004 ; Pellegrinetti 2003, p. 265-277 ; Rogé 2008 ; Paci 2010 ; Cini 2011.

4 Sur Malte dans l’entre-deux guerres voir Fenech 1976, 2005 ; Frendo 1989, 1991, 1992, 1993, 1994, 2012 ; Quartararo 1975, 1980, 1982, 2006 ; Friggieri 1995 ; Fabei 2007 ; Baldoli 2008 ; Portelli 2010 ; Ardizzone 2011.

5 Vigezzi 1983 ; Bracco 1998.

6 Attal 2013, p. 138-139.

7 Baioni 2006, p. 249-276.

8 Sur Gioacchino Volpe voir Di Giovanni 1964 ; Cervelli 1977 ; Miozzi 1978, p. 217-289 ; Del Piano 1987 ; Belardelli 1988 ; Tomassini 2000-2001, p. 755-787 ; Bonuglia 2007 ; Cossalter 2007 ; Di Rienzo 2007, p. 57-68, 2008 ; Bracco 2009, p. 95-112 ; Busino 2010, p. 81-96.

9 Herling 2002.

10 Vigezzi 1983 ; Angelini 2012.

11 Benedetti 2007, p. 163-206, 2008, p. 159-184 ; Sullam, 2010.

12 Hull 1993.

13 Brunet 1993 ; Taglioni 2010, p. 421-435.

14 Elisée Reclus, Géographie Universelle, Paris, 1879 cité par Corsica. Bollettino mensile della Società Gli Amici della Corsica, 4, juin 1924, p. 7.

15 Cini 2003.

16 Hull 1993 ; Fenech 2005.

17 Paci 2014a, p. 551-576.

18 Cini - Biancarelli 2008.

19 Thiesse 1999 ; Gellner 1997 ; Hobsbawm – Ranger 1983.

20 La Revue de la Corse est une des principaux journaux de l’entre-deux-guerres, la seule revue corse de langue française à caractère historique pendant de cette période. Née en 1919 à l’initiative d’Auguste Clavel, son but est de promouvoir la culture insulaire. L’action militante de la revue se situe dans le contexte des revendications régionalistes. Pomponi 2007.

21 Pomponi 2007, p. 110.

22 Petri 2005, p. 79-99.

23 Kolodny 2004.

24 Cini – Biancarelli 2008.

25 À propos des conséquences de la crise économique sur la perception de l’insularité des élites insulaires voir Cini 2011.

26 Charaudeau 2001.

27 Pellegrinetti 2003.

28 Trifone 2009, 38-39.

29 Corsica. Bollettino mensile della Società Gli Amici della Corsica, 1, mars 1924, p. 3.

30 Cini 2009.

31 Cini 2009.

32 Pellegrinetti - Rovere 2004.

33 À ce propos il serait intéressant de comparer le cas de Malte avec celui de la Dalmatie où, comme l’écrit Luciano Monzali, les autonomistes dalmates défendent la langue et la culture italienne (Monzali 2004).

34 Hull 1993, 8-9.

35 Hull 1993.

36 Gellner 1993, p. 637-689.

37 Rossi 1936.

38 Paci 2014b, p. 53-68.

39 Au cours du XIXe siècle les classes cultivées insulaires italophones s’allient aux élites italiennes afin de faire face aux tentatives de francisation et d’anglicisation de deux îles. Voir Paci 2012, p. 11-30 et Cini 2003.

40 Gray 1940, p. 15.

41 Giglioli 2001.

42 Cini 1998 et Rovere 2001, p. 89-98.

43 Bonacci 1943.

44 Quartararo 2006.

45 Paci 2014 ; Giglioli 2001 ; Quartararo 2006.

46 Isnenghi 1979 et Belardelli 2005.

47 Zunino 1995.

48 Paci 2014c, p. 625-640.

49 Fenech 2005.

50 Yvia-Croce 1979, p. 121.

51 Orsini d’Ampugnani, Italophilie ne veut point dire irrédentisme, in A Muvra, 4 mars 1923.

52 Matthieu Rocca, L’Italia e noi, in A Muvra, 22 février 1931.

53 Concernant le financement du journal Malta voir ASMAE, Gab., 1923-1943, b. 1097, appunto per la direzione generale italiani all’estero, 20 janvier 1936.

54 Par exemple Mario Canepa, La civicità dei benefici in Sardegna ed una carta reale a favore di un Corso, in Archivio Storico di Corsica, 1-2, janvier-juin 1927.

55 A Muvra, 1 juillet 1923.

56 Bellieni 1985.

57 Camillo Bellieni, Opinione-Ai Margini d’Italia-Il Regionalismu Corsu, in Critica politica, 25 décembre 1923.

58 Sur Paul Graziani et ses compromissions avec le régime fasciste voir Delmas-Bartoli 2005, p. 135-174.

59 Revue de la Corse, 1 juin 1924.

60 Paul Graziani, Un succès régionaliste. Le Pari Passu à Malte, in Revue de la Corse, 23 mars 1924.

61 Cité par Giglioli 2001, p. 350.

62 Grillère-Lacroix 2014, p. 45-58.

63 ASMAE, fonds Gabinetto del Ministro 1923-1943, 1075. Note « Proibizioni di funzioni religiose a favore degli Italiani di Bastia » du consul Riccardo Moscati pour le ministère des Affaires étrangères, Bastia, le 21 février 1938.

64 « Lettre de l’ambassadeur de France à Rome (François-Poncet) au ministre des Affaires étrangères (Georges Bonnet) », Rome, 16 février 1939, dans Commission de publication des documents relatifs aux origines de la guerre 1939-1945 (dir.), Documents diplomatiques français : 1932-1939. 2e série (1936-1939), t. XIV, Paris, Imprimerie nationale, 1980, p. 229.

65 Gabriele 1965.

66 Paci 2010.

67 Mallia 1940.

68 Paci 2014a ; Fenech 1976 ; Fenech 2005.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia electrónica

Deborah Paci, « Le mare nostrum fasciste. L’espace politique et culturel en Corse et à Malte à l’époque du fascisme italien », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En línea], 128-2 | 2016, Publicado el 07 noviembre 2016, consultado el 24 junio 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2695 ; DOI : 10.4000/mefrim.2695

Inicio de página

Autor

Deborah Paci

Università Ca' Foscari, Venise - deborah.paci@unive.it

Inicio de página

Derechos de autor

© École française de Rome

Inicio de página
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org