Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1 Pour une présentation plus détaillée du projet, voir Jankowiak-Pettinaroli 2012.
  • 2 Fouilloux 2015.
  • 3 Voir ci-dessous n. 10 et 11.
  • 4 Les remises en cause de « l’idole individuelle » par les sociologues, à la suite de Simiand, puis (...)

1En mettant l’accent sur les cardinaux au pluriel, en tant que groupe social, et sur le cardinalat comme institution, le programme de recherche « Cardinaux et cardinalat : une élite à l’épreuve de la modernité (1775-1978) » entend aborder cette problématique en évitant une approche exclusivement individuelle1. Ce projet s’adosse cependant à un champ d’étude dans lequel, par un habitus somme toute logique, l’approche biographique est largement dominante, comme l’a rappelé Étienne Fouilloux2. La voie de la biographie cardinalice a été, en effet, régulièrement empruntée tant par les contemporains que par les historiens, dans une optique qui demeure, tard encore au XXe siècle, hagiographique. Renouvelé toutefois par des perspectives plus critiques et par l’usage systématique des sources privées et vaticanes ‑ quand elles sont disponibles ‑3, le genre de la biographie cardinalice n’est pas condamné à promouvoir une approche strictement individualisée de son objet. En histoire religieuse contemporaine comme ailleurs, la biographie peut être nourrie par des perspectives plus larges : en l’occurrence, la prise en compte du cardinal comme acteur au sein d’un groupe social, ou encore l’étude du façonnement réciproque entre l’individu et sa fonction4.

2Le dossier présenté ici entend illustrer ces renouveaux actuels de la biographie cardinalice, en insistant sur les questions méthodologiques qu’elle doit affronter. Ces questions relèvent pour une part des risques propres à toute entreprise biographique, tout en présentant quelques spécificités liées à l’institution cardinalice elle-même à la période contemporaine.

Un renouveau de la biographie cardinalice

3Le présent volume réunit des contributions présentées lors des colloques internationaux de Paris-Sceaux (19-20 juin 2014) et de Rome (16-17 avril 2015) par des chercheurs venus d’Italie, mais aussi du Canada, de Belgique et des Pays-Bas. Toutes privilégient l’approche biographique et mettent l’accent sur un aspect de la vie d’un cardinal (généralement objet d’études plus développées par ailleurs) qui soulève des questions particulières, tant au niveau des sources disponibles (Ranica, Schelkens, Galavotti) que de la méthodologie (Poels/De Valk et Roy-Lysencourt).

  • 5 Voir notamment Poels - Salemink - De Valk 2011, ainsi que http://www.cardinalvanrossum.eu/.
  • 6 Declerck 2013 ; Denaux - De Mey 2012.
  • 7 « Rivisitare Giovanni XXIII » 2003 ; Galavotti 2005 ; Fouilloux 2007 ; Roncalli 2008/1 et Roncalli (...)
  • 8 Ce projet intègre également une perspective d’histoire institutionnelle, comme le montre le colloq (...)

4Ces contributions permettent donc de faire connaître des travaux en cours, parvenus à des stades variés d’avancement. Le projet Van Rossum, piloté par Vefie Poels et Hans De Valk, a déjà donné lieu à plusieurs publications5, de même que les recherches menées autour de Willebrands et de ses archives6. Le cas Roncalli est un peu particulier tant les publications sur le « bon pape » sont nombreuses, notamment au sein des chercheurs de la Fondation pour les sciences religieuses de Bologne, à laquelle se rattache Enrico Galavotti7. En revanche, le projet postdoctoral sur Merry del Val mené par Philippe J. Roy-Lysencourt prend forme depuis peu8, de même que la recherche doctorale, en voie d’achèvement, de Marco Ranica sur Fontana.

  • 9 Leflon – Perrat 1962.
  • 10 Le fonds Gasparri est ainsi resté longtemps dans les archives de la Congrégation des Affaires eccl (...)

5Le temps nécessaire à de telles recherches ‑ parfois collectives ‑ révèle la complexité du travail sur certains cardinaux ayant occupé une place éminente dans la Curie contemporaine et apparaissant, au jugement de la postérité, comme des personnalités majeures de leur temps. En creux, ce phénomène tend également à confirmer la concentration des pouvoirs et de l’influence, accrues particulièrement au XIXe siècle, des instances romaines et donc curiales de gouvernement de l’Église. Pour autant, si ces figures de premier plan ont produit une masse impressionnante de documents dans l’exercice de leurs fonctions, on peine souvent à entrevoir leur personnalité par l’absence d’archives privées (ce que soulignent notamment V. Poels et H. De Valk), le caractère contrôlé, voire autolimité de ces dernières (à l’instar des Mémoires de B. Pacca9 ou du diario de Roncalli) ou encore leur inaccessibilité10.

  • 11 Masson 2001, Buonasorte 2006, Trippen 2003-2005, Cholvy 2007.
  • 12 Schmidt 1989 ; Regoli 2006 ; Fouilloux 2011.
  • 13 On peut aussi penser aux charges sur les diocèses suburbicaires de Porto et Santa Rufina (1946) pu (...)

6Le caractère pionnier de ces recherches, qui visent à élaborer des biographies scientifiques fondées sur des sources originales et diversifiées, doit être souligné. Longtemps en effet, seuls les cardinaux qui sont d’abord des évêques résidentiels, donc des figures charismatiques et de haut relief des Églises locales, ont attiré des biographes, recrutés dans le vivier des historiens nationaux11. Ce n’est que récemment que certains cardinaux de Curie ont suscité l’intérêt d’historiens préoccupés par le fonctionnement du Saint-Siège12, contribuant ainsi à une historiographie plus incarnée de ce dernier. Certes, ces études privilégient toujours des personnalités de premier plan, comme les cardinaux devenus papes (Roncalli) ou encore des figures brillantes mais atypiques de la Curie romaine, tels les cardinaux étrangers (Van Rossum, Merry del Val, Willebrands). Il convient malgré tout de souligner que la frontière entre cardinaux de Curie et cardinaux résidentiels, remplissant une charge pastorale sur des Églises locales, n’est pas totalement hermétique, qu’il s’agisse de Roncalli à Venise (1953-58) ou de Willebrands à Utrecht (1975-83)13. Avant de laisser la place aux études particulières, quelques réflexions générales peuvent être dessinées ici.

Un objet insaisissable : le cardinal, homme ou institution ?

Une institutionnalisation dévorante ?

  • 14 Bourdieu 1986, p. 70.
  • 15 Fouilloux 2011.
  • 16 Ce cas de figure est pourtant bien présent en milieu catholique. En effet, les religieuses ou reli (...)
  • 17 Les prérogatives des cardinaux ont toutefois été réduites au-delà d’un certain âge par le motu pro (...)

7Comme le rappelait Pierre Bourdieu, le nom – qu’il conviendrait d’interroger systématiquement comme « institutio[n] de totalisation et d'unification du moi » ‑ est le fil rouge de toute biographie14. Or, dans le cas d’un cardinal, le titre cardinalice s’insère au milieu du nom de naissance, comme l’a souligné, de façon significative, É. Fouilloux dans l’ouvrage intitulé Eugène cardinal Tisserant15. L’institution, sans supprimer les attaches familiales originelles16, remodèle ainsi l’identité de l’individu, dont elle devient indissociable jusqu’à la mort17. Se pose alors la question de savoir si l’institution en vient à masquer l’homme, à le cacher aux yeux d’autrui, et de l’historien en particulier.

Les archives privées cardinalices

  • 18 Natalini-Pagano-Martini 1991, p. 263. Voir également Croce 1998 et Jankowiak 2013.
  • 19 Quelques exemples de documents à portée institutionnelle et conservés dans le Spoglio d’un cardina (...)
  • 20 Loi sur les archives du Saint-Siège (21 mars 2005), art. 39 §2, dans Acta Apostolicae Sedis, 97, 2 (...)
  • 21 Archivio Segreto Vaticano (ed.), Indice dei Fondi e relativi mezzi di descrizione e di ricerca, Ci (...)

8Dans le cas des cardinaux, l'institutionnalisation de l'individu est particulièrement sensible dans le traitement réservé à ses archives personnelles. En effet, de longue date et de façon accrue depuis le XIXe siècle, le Saint-Siège procède à la récupération des spogli (« dépouilles »), c’est-à-dire des documents restés dans l’appartement des hauts fonctionnaires de Curie – et notamment des cardinaux ‑ après leurs décès18. Ce processus permet de sauvegarder des fonds précieux, comprenant parfois des éléments relevant du gouvernement de l’Église universelle (pensons par exemple à des projets de création ou de réforme n’ayant pas abouti19), et d’en éviter la dispersion. Cependant, l’absence de catalogage systématique de ces cartons en limite l’accessibilité, ce qui contribue à masquer la sphère privée, voire intime, des cardinaux. De plus, la norme fixée par Jean-Paul II pour la communication des archives est plus restrictive : les « spogli » des cardinaux font justement partie de la catégorie de documents « riservati e segreti » qui peuvent rester inaccessibles même pour une période ouverte à la consultation20. Ainsi, malgré l’ouverture des archives Pie XI en 2006, les spogli des cardinaux ne sont que partiellement consultables pour cette période21.

  • 22 Fouilloux 2011, p. 11-14 et 681-685.
  • 23 Agostinelli-Nironi 2006, p. 345-348.

9Malgré cette mainmise vaticane sur les archives personnelles des cardinaux, certains cardinaux parviennent à conserver – loin de Rome – leurs documents personnels. C’est le cas du cardinal Willebrands, décédé en 2006, dont le fonds – conservé aux Pays-Bas (archevêché d’Utrecht) ‑ offre aux historiens des sources inattendues et inédites, à l’exemple des notes de retraites spirituelles utilisées ici par K. Schelkens. Cette situation rappelle aussi le cas du cardinal Tisserant, dont les archives personnelles exceptionnellement riches ont échappé à la saisie et sont conservées en France, dans sa famille22. Pour une période encore plus récente, on pense également aux archives du cardinal Agostino Casaroli23.

10Si le recours aux spogli et archives privées des cardinaux permet incontestablement de mieux cerner la personnalité des cardinaux, il convient ici de souligner certains effets produits par ces sources, qui constituent un défi pour l’interprétation historique.

Une vie déliée : effets de source et illusion biographique

Une carrière involontaire : la tentation hagiographique

  • 24 Bourdieu 1986, p. 69.
  • 25 Voir Boutry 1998.
  • 26 La publication à Rome en 1920 des Mémoires de Domenico Ferrata, par les soins de son frère Nazzare (...)
  • 27 Sur les dangers inhérents au genre biographique mis en évidence par la tradition de l’École des An (...)
  • 28 En dépit du fait que l’expression « fare carriera » se rencontre fréquemment dans les sources, les (...)

11Comme le rappelait Pierre Bourdieu en 1986, toute biographie est construction, « création artificielle de sens » qui permet de présenter comme linéaire le récit d’une vie, nécessairement fragmentée24. Outre le caractère délicat de l’utilisation des témoignages, mémoires ou écrits laissés par les cardinaux eux-mêmes25, servis à l’occasion par une écriture habile, comme les Mémoires de Ferrata26, les reconstructions des vies de cardinaux – notamment des plus célèbres d’entre eux – donnent souvent lieu à la présentation d’un parcours marqué du sceau de l’évidence, minorant les ruptures et les échecs, en arguant d’une vocation dont la nature et les exigences se révèlent par degrés, au fil de l’existence du personnage27. Voisinant avec l’hagiographie, rédigées à grand renfort de développements oratoires, ces approches présentent la carrière – dont la notion même est classiquement contestée s’agissant de l’institution ecclésiale28 – comme un service rendu à l’Église (sous l’effet d’une conception ministérielle du pouvoir, portée par la tradition théologico-politique depuis le haut Moyen Âge). Les sources produites par les cardinaux déploient ici, comme ailleurs dans les sources ecclésiastiques, le poncif du refus des honneurs et le souhait d’une simple vie apostolique, correspondant en certains cas à des vœux prononcés par les impétrants. Merry del Val confie ainsi à ses correspondants ses inquiétudes quant aux nouvelles charges qu’il reçoit – malgré son jeune âge – en Curie sous Léon XIII (P. Roy-Lysencourt). Quant au cardinal Roncalli, il affirme dans son diario, au jour de son élection au trône pontifical, son abandon à la « voluntas Dei » (E. Galavotti). Sous une autre forme, l’isolement dans lequel se maintient le cardinal Van Rossum par rapport aux milieux curiaux peut relever d’un tel souci d’humilité (V. Poels, H. De Valk). La sainteté d’un homme qui a fait carrière suppose que les honneurs lui aient été accordés par surcroît, contre sa volonté même, apparaissant ainsi comme autant de de manifestations de la prédilection divine.

L’illusion d’ individus hors-sol

12Délié de sa propre volonté, le cardinal de Curie apparaît souvent dans les biographies comme également disjoint de tout milieu social. C’est un lieu commun de l’écriture biographique que de souligner les qualités individuelles exceptionnelles qui président à l’évolution d’une destinée, au détriment des logiques sociales. On retrouve bien cette tendance au sujet des princes de l’Église et plus particulièrement de cette élite dans l’élite cardinalice, qui attire les biographes. Il convient toutefois de souligner que cet isolement peut être artificiellement construit par le cardinal lui-même. C’est le cas – dans une circonstance il est vrai exceptionnelle – du cardinal Roncalli au conclave de 1958 : par deux fois, alors que son nom recueille davantage de suffrages au fil des tours de scrutin, il s’isole et ne dîne pas avec les autres cardinaux (E. Galavotti). On pense, ici encore, à la solitude volontaire du cardinal Van Rossum.

13Cependant, les études présentées permettent de mesurer combien ces personnalités doivent en fait toujours leur ascension à d’autres, qu’ils soient cardinaux ou pape bien sûr. Certains cardinaux apparaissent comme des « favoris » de certains papes, comme le jeune Merry del Val pour Léon XIII et bien sûr pour Pie X qui le crée cardinal. Plusieurs articles relèvent des liens forts entre un pape et un cardinal en particulier, dont la personnalité devient l’un des symboles du pontificat. C’est le cas du binôme Fontana / Pie VII, scellé dans l’expérience napoléonienne. Philippe Roy-Lysencourt observe une telle « correspondance » entre Pie X et Merry del Val. On note également des formes de filiation cardinalice, comme entre Gerdil et Fontana, tous deux barnabites. Plus largement, les articles du dossier montrent les interactions permanentes avec d’autres cardinaux. Le diario de Roncalli rappelle ainsi les rencontres du cardinal vénitien en marge du conclave avec les autres cardinaux italiens ‑ Dalla Costa, Pizzardo ‑ mais aussi français.

  • 29 Mentionnons à ce titre le programme pluriannuel de recherche sur les élites européennes au XIXe si (...)

14Au-delà de l’intégration dans le milieu cardinalice, l’étude biographique permet d’approcher de façon très concrète les liens avec d’autres groupes sociaux ou culturels, à différentes échelles. C’est sans doute dans cette voie, ouverte par ces études – et d’autres –, qu’il conviendra de poursuivre les enquêtes à l’avenir. Le parcours de Merry del Val pose ainsi bien des questions. Alors que le rôle de son père, ambassadeur d’Espagne près le Saint-Siège, a été important, on se demande en quoi son ascension fulgurante peut également s’expliquer par la raréfaction de candidats issus de la noblesse aristocratique italienne au tournant du XXe siècle. La sociographie des cardinaux à la période contemporaine, indissociable de celle des élites, notamment nobiliaires européennes, offre donc de belles pistes d’approfondissement29. Les sources utilisées par Marco Ranica ouvrent ici des perspectives intéressantes. Les chants composés pour célébrer le cardinal Fontana à l’occasion de sa création et de son décès dans les premières années de la Restauration constituent certes des instruments d’une « propagande » religieuse et politique, offrant une relecture partielle de la personnalité et de l’œuvre d’un cardinal, mais ils rappellent aussi combien la fonction cardinalice habite la culture politique tout autant que savante et artistique de cette époque. La présence des cardinaux dans la culture des XIXe et XXe siècles fera d’ailleurs l’objet d’un prochain numéro de revue.

Haut de page

Bibliographie

Aubert 1967 = R. Aubert, Ferrata, Domenico, dans Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, 16, 1967, col. 1229-1234.

Agostinelli-Nironi 2006 = P. G. Agostinelli, E. Nironi, L’archivio Agostino Casaroli, dans A. Melloni (a cura di), Il filo sottile. L’ostpolitik vaticana di Agostino Casaroli, Bologne, 2006, p. 345-369.

Bourdieu 1986 = P. Bourdieu, L’illusion biographique, dans Actes de la recherche en sciences sociales, 62-63, 1986, p. 69-72.

Boutry 1998 = Ph. Boutry, Les écrits autobiographiques des cardinaux secrétaires d’État du premier XIXsiècle, dans MEFRIM, 102/2, 1998, p. 591-607.

Buonasorte 2006 = N. Buonasorte, Siri. Tradizione e rinnovamento, Bologne, 2006.

Cassina – Traniello 1999 = C. Cassina et F. Traniello (dir.), La biografia. Un genere storiografico in trasformazione, Contemporanea, anno II, n° 2, aprile 1999, p. 287-305.

Chave-Dartoen - Leguy - Monnerie 2012 = S. Chave-Dartoen, C. Leguy, D. Monnerie Denis (dir.), Nomination et organisation sociale. Paris, 2012.

Cholvy 2007 = G. Cholvy, Le cardinal de Cabrières (1830-1921) : un siècle d'histoire de la France, Paris, 2007.

Croce 1998 = G. M. Croce, Les papiers des cardinaux secrétaires d'État, de Pie VII à Benoît XV dans la série des Spogli aux Archives secrètes vaticanes, dans MEFRIM, 110-2, 1998, p. 533-543.

Declerck 2013 = L. Declerck, Inventaire des archives personnelles du cardinal J. Willebrands, secrétaire et président du Secrétariat pour l’Unité des Chrétiens, archevêque d’Utrecht, Leuven, 2013 (Instrumenta Theologica, 32).

Denaux - De Mey 2012 = A. Denaux, P. De Mey (dir.), The Ecumenical Legacy of Johannes Cardinal Willebrands, Leuven, 2012 (Bibliotheca ephemeridum theologicarum lovaniensium, 253).

Dosse 2005 = F. Dosse, Le pari biographique. Écrire une vie, Paris, 2005.

Fouilloux 2007 = É. Fouilloux, Le agende di Angelo Giuseppe Roncalli-Giovanni XXIII (1905-1963), dans A. Fassò (dir.), Memorie, diari, confessioni, Bologne, 2007, p. 375-389.

Fouilloux 2011 = É. Fouilloux, Eugène cardinal Tisserant 1884-1972. Une biographie, Paris, 2011.

Fouilloux 2015 = É. Fouilloux, Cardinal ou cardinaux ? », dans MEFRIM [En ligne], 127-2, 2015, mis en ligne le 10 novembre 2015, consulté le 14 janvier 2016, URL : http://mefrim.revues.org/2325

Galavotti 2005 = E. Galavotti, Processo a Papa Giovanni. La causa di canonizzazione di A.G. Roncalli (1965-2000), Bologne, 2005.

Guenée 1987 = B. Guenée, Entre l'Église et l'État : quatre vies de prélats français à la fin du Moyen âge (XIIIe-XVe siècles), Paris, 1987.

Jankowiak 2007 = F. Jankowiak, La Curie romaine de Pie IX à Pie X. Le gouvernement central de l’Église et la fin des États pontificaux (1846-1914), Rome, 2007 (BEFAR, 330).

Jankowiak 2013 = F. Jankowiak, Entre intérêt public et intérêt privé : le cas des Spogli des prélats et cardinaux de la Curie romaine au sein des Archives Vaticanes, dans M. Cornu, J. Fromageau (dir.), La préservation des archives privées et l’intérêt public : mutations et ruptures, Actes du colloque international organisé par le Cecoji, CNRS, Université de Poitiers/Université Paris-Sud, Paris, 2013, p. 79-91.

Jankowiak - Pettinaroli 2012 = F. Jankowiak, L. Pettinaroli, Cardinaux et cardinalat, une élite à l’épreuve de la modernité (1775–1978). Réflexions autour d'un projet collectif, dans Rechtsgeschichte : Zeitschrift des Max-Planck-Instituts für europäische Rechtsgeschichte, n° 20, 2012, p. 363-365.

Leflon - Perrat 1962 = J. Leflon, Ch. Perrat, Les suppressions et édulcorations qu’a fait subir à ses ‘Mémoires’ le cardinal Pacca, dans Chiesa e Stato nell’Ottocento. Miscellanea in onore di P. Pirri, II, Padoue, 1962, p. 355-381.

Levillain 1996 = Ph. Levillain, Les protagonistes : de la biographie, dans R. Rémond (dir.), Pour une histoire politique, Paris, 1996, p. 121-159.

Masson 2001 = C. Masson, Le cardinal Liénart évêque de Lille 1928-1968, Paris, 2001.

Mourret 1924 = F. Mourret, L’Église contemporaine. Première partie (1823-1878), Paris, 1924 (Histoire générale de l’Église ; 8).

Natalini-Pagano-Martini 1992 = T. Natalini, S. Pagano, A.  Martini (dir.), Archivio segreto vaticano, Florence, 1992.

Poels-Salemink-De Valk 2011 = V. Poels, T. Salemink, H. De Valk (dir.), Life with a Mission : cardinal Willem Marinus van Rossum C.Ss.R. (1854-1932), Leuven, 2011.

Prudhomme 1998 = C. Prudhomme, Les hommes de la secrétairerie d’État. Carrières, réseaux, cultures, dans MEFRIM, 110-2, 1998, p. 475-493.

Regoli 2006 = R. Regoli, Ercole Consalvi : le scelte per la Chiesa, Rome, 2006.

« Rivisitare Giovanni XXIII » 2003 = « Rivisitare Giovanni XXIII ». Atti del Colloquio internazionale di Bologna (1-3 giugno 2003), dans Cristianesimo nella storia, XXV, 2, 2004, p. 323-774.

Roncalli 2008/1 = A. G. Roncalli-Giovanni XXIII, Pace e Vangelo. Agende del patriarca, vol. 1 : 1953-1955, edizione critica e annotazione a cura di E. Galavotti, Bologne, 2008.

Roncalli 2008/2 = A. G. Roncalli-Giovanni XXIII, Pace e Vangelo. Agende del patriarca, vol. 2 : 1956-1958, edizione critica e annotazione a cura di E. Galavotti, Bologne, 2008.

Schmidt 1989 = S. Schmidt, Augustin Bea : der Kardinal der Einheit, Graz, 1989.

Terlinden 1923 = Ch. Terlinden, [sans titre], dans Revue d’histoire ecclésiastique, 19, 1923, p. 274-279.

Trippen 2003-2005 = N. Trippen, Josef Kardinal Frings (1887-1978), Paderborn, 2 vol., 2003-2005.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation plus détaillée du projet, voir Jankowiak-Pettinaroli 2012.

2 Fouilloux 2015.

3 Voir ci-dessous n. 10 et 11.

4 Les remises en cause de « l’idole individuelle » par les sociologues, à la suite de Simiand, puis par l’École des Annales, ont conduit les historiens – français notamment – à une profonde réflexion méthodologique sur la biographie, dont rend compte notamment Dosse 2005. Pour un essai biographique intégrant nettement des perspectives sociales comparatives, on peut citer, pour la période médiévale, la biographie du cardinal Pierre d’Ailly dans Guenée 1987, p. 125-299.

5 Voir notamment Poels - Salemink - De Valk 2011, ainsi que http://www.cardinalvanrossum.eu/.

6 Declerck 2013 ; Denaux - De Mey 2012.

7 « Rivisitare Giovanni XXIII » 2003 ; Galavotti 2005 ; Fouilloux 2007 ; Roncalli 2008/1 et Roncalli 2008/2.

8 Ce projet intègre également une perspective d’histoire institutionnelle, comme le montre le colloque organisé par Ph. Roy-Lysencourt les 14-15 décembre 2015 « Histoire de la Délégation Apostolique du Saint-Siège au Canada (1877-1969) ».

9 Leflon – Perrat 1962.

10 Le fonds Gasparri est ainsi resté longtemps dans les archives de la Congrégation des Affaires ecclésiastiques extraordinaires et n’a rejoint qu’en 2002 le fonds des spogli de cardinaux de la Secrétairerie d’État, cfr. Croce 1998, p. 536 et Indice 1143B de la salle des Inventaires de l’ASV. Au-delà des cas particuliers, voir plus bas n. 20 au sujet des restrictions imposées aux spogli de cardinaux par la loi sur les archives du Saint-Siège.

11 Masson 2001, Buonasorte 2006, Trippen 2003-2005, Cholvy 2007.

12 Schmidt 1989 ; Regoli 2006 ; Fouilloux 2011.

13 On peut aussi penser aux charges sur les diocèses suburbicaires de Porto et Santa Rufina (1946) puis également d’Ostie (1951) assurées de façon effective par Tisserant jusqu’en 1966 : Fouilloux 2011, p. 475-515.

14 Bourdieu 1986, p. 70.

15 Fouilloux 2011.

16 Ce cas de figure est pourtant bien présent en milieu catholique. En effet, les religieuses ou religieux prennent un nouveau nom lors de leur entrée dans une communauté pour marquer autant la puissance de la conversion religieuse capable de faire « renaître » que l’implication des principes évangéliques exigeant le détachement des liens familiaux naturels. En contexte romain, on pense aux noms que se choisissent les papes à leur élection, les insérant dans une histoire à la fois sainte et pontificale. À notre connaissance, il n’existe pas d’étude ethnologique spécifiquement dédiée au catholicisme abordant cette question du nom. Cf., pour une perspective théorique et des études de cas sur d’autres groupes religieux : Chave-Dartoen – Leguy - Monnerie 2012.

17 Les prérogatives des cardinaux ont toutefois été réduites au-delà d’un certain âge par le motu proprio Ingravescetem aetatem du 21 novembre 1970, entré en vigueur le 1er janvier 1971 (Acta Apostolicae Sedis, 62, 1970, p. 810-813). Paul VI disposa que les cardinaux préposés aux dicastères de la Curie ainsi qu’aux autres organismes du Saint-Siège et de l’État de la Cité du Vatican présenteraient spontanément au souverain pontife leur démission à l’âge de 65 ans (art. I.). En outre, à 80 ans accomplis, les cardinaux cessent d’être membres des dicastères et organismes précités (art. II 1) et perdent le droit d’élire le pontife romain, ainsi que celui d’entrer en conclave..

18 Natalini-Pagano-Martini 1991, p. 263. Voir également Croce 1998 et Jankowiak 2013.

19 Quelques exemples de documents à portée institutionnelle et conservés dans le Spoglio d’un cardinal peuvent être mentionnés pour l’activité de la Curie au XIXe siècle : les Atti di nomina a varî importanti uffici di Curia [documents concernant les congrégations de l’Inquisition, des Évêques et Réguliers et de la Propagande] dans le Spoglio Bilio (b. 1A) ; des projets de réforme de l’appareil judiciaire et de la législation de l’État pontifical sur la période 1849-1852 dans le Spoglio du cardinal Mertel (b. 44A). Cf. Jankowiak 2005, p. 702-704.

20 Loi sur les archives du Saint-Siège (21 mars 2005), art. 39 §2, dans Acta Apostolicae Sedis, 97, 2005, p. 372.

21 Archivio Segreto Vaticano (ed.), Indice dei Fondi e relativi mezzi di descrizione e di ricerca, Città del Vaticano, 2008-2009, p. 3 : circulaire du Préfet des Archives secrètes vaticanes « ai signori ricercatori », Vatican, 31.07.2008, prot. N°48.393. La situation concrète actuelle est toutefois plus complexe et dépend également de l’état de catalogage des fonds.

22 Fouilloux 2011, p. 11-14 et 681-685.

23 Agostinelli-Nironi 2006, p. 345-348.

24 Bourdieu 1986, p. 69.

25 Voir Boutry 1998.

26 La publication à Rome en 1920 des Mémoires de Domenico Ferrata, par les soins de son frère Nazzareno sur le désir de Benoît XV, donna lieu à de nombreux commentaires, dont la plupart se félicitèrent de l’objectivité avec laquelle le cardinal rapportait ses souvenirs. Charles Terlinden en particulier reconnaissait que « c’est avec la plus grande prudence que l’historien doit [...] consulter les mémoires et les notes autobiographiques laissés par les personnages mêlés aux grands événements de la politique internationale. Dans la plupart des cas le désir de faire valoir ses services, de montrer sous un jour favorable le rôle qu’il a joué, de s’assurer une gloire posthume [...] provoque chez l’auteur l’hypertrophie du moi et lui fait exposer et juger les faits d’après un angle qui ne concorde pas avec la réalité. Toute autre est l’impression que laissera la lecture des trois gros volumes du cardinal Ferrata » (Terlinden 1923, p. 174-275). Avec davantage de recul, R. Aubert reconnaît en eux « une source historique importante, tout en constituant une apologie discrète, et forcément parfois un peu unilatérale, de l’œuvre diplomatique du prélat » (Aubert 1967, col. 1234). De ces Mémoires, le canoniste et historien allemand Ulrich Stutz tira une étude critique encore utile : Die päpstliche Diplomatie unter Leo XIII. Nach den Denkwürdigkeiten des Kardinals Domenico Ferrata, Berlin, 1926.

27 Sur les dangers inhérents au genre biographique mis en évidence par la tradition de l’École des Annales et la réfutation partielle de cet argumentaire, voir notamment Levillain, 1996 et Cassina - Traniello 1999.

28 En dépit du fait que l’expression « fare carriera » se rencontre fréquemment dans les sources, les itinéraires des protagonistes, prélats ou cardinaux, de la Curie, ne sont jamais présentés comme un parcours professionnel. Comme l’écrit Cl. Prudhomme, « le service de l’Église [...] relève au départ d’une vocation, puis passe par une série d’événements imprévus qu’une perspective religieuse interprète comme l’expression d’une volonté providentielle. [...] Nous ne nions pas que les circonstances, la spiritualité propre à la vocation sacerdotale, la conviction d’obéir à un appel constituent des éléments à prendre en compte dans une carrière ecclésiastique. Mais nous souhaitons attirer l’attention sur l’autre versant, celui des déterminations externes et des enchaînements qui modèlent les jeunes clercs et favorisent la promotion de certains sujets plutôt que d’autres » (Prudhomme 1998, p. 475).

29 Mentionnons à ce titre le programme pluriannuel de recherche sur les élites européennes au XIXe siècle coordonné par Andrea Ciampani (LUMSA), associant les Gruppi esteri dell’Istituto per la Storia del Risorgimento italiano et nouant un partenariat international avec le réseau de recherche européen « Encounters of European Elites in 19th Century ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Jankowiak et Laura Pettinaroli, « Introduction », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 07 mars 2016, consulté le 24 septembre 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2538 ; DOI : 10.4000/mefrim.2538

Haut de page

Auteurs

François Jankowiak

Université Paris-Saclay, Université Paris-Sud, Centre Droit et Sociétés Religieuses - francois.jankowiak@u-psud.fr

Articles du même auteur

Laura Pettinaroli

Institut Catholique de Paris - Unité de recherche Religion, culture et société EA 7403 - l.pettinaroli@icp.net

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org