Navigation – Plan du site
Familles laborieuses. Rémunération, transmission et apprentissage dans les ateliers familiaux de la fin du Moyen Âge à l’époque contemporaine en Europe
Apprentissage, transmission et travail dans les ateliers familiaux

Apprentissage, travail sous-payé et relations maîtres-élèves à Turin et à Rouen à l'époque moderne

Beatrice Zucca Micheletto

Résumés

L'article étudie la nature des relations entre maîtres et apprenti-e-s et le rapport entre formation et travail à Turin et à Rouen, au XVIIIe siècle. Dans les deux contextes, les archives révèlent l’ambiguïté du langage des contrats d'apprentissage, le manque de détails sur les engagements et les devoirs des maîtres et des élèves, autant que sur les contenus de la formation. Cela montre que l'apprentissage était un mélange de formation et travail qui s'échappait largement aux pratiques envisagées par les corps de métiers. En outre, les relations maître-élève, tout en restant verticales et hiérarchiques, étaient passibles d'être négociées cas-pas-cas et les contenus des contrats d’apprentissage dépendaient de la nature des rapports déjà existants entre l’apprenti, sa famille et le maître.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir par exemple le débat entre Epstein et Ogilvie (Epstein 1998 et Ogilvie 2004). Voir aussi les (...)
  • 2 Crossick 1997 ; Farr 2000.
  • 3 Béghin 1996 ; Bellavitis 2006a ; Bellavitis 2006b ; Bellavitis 2006c ; Krausman Ben-Amos 1991 ; La (...)

1Cet article se propose d'étudier l'apprentissage – et notamment la nature des relations entre maîtres et élèves et le rapport entre formation et travail - à partir de l'observation de deux contextes urbains de l'Ancien Régime, Turin et Rouen, au XVIIIe siècle. Dans le passé comme aujourd'hui, la formation des nouvelles générations était un enjeu crucial pour la prospérité de l'état et pour le bien-être de sa population. En même temps, pour chacun, homme ou femme, « avoir un métier », un savoir faire, était une condition indispensable pour assurer la survie de sa propre famille, ou au moins le maintien d'un certain degré de stabilité économique et sociale. Or, ces dernières années la littérature sur le sujet a largement accru pour les sociétés européennes et non européennes, et l'historiographie, les méthodologies et les débats remontent au moins aux années soixante-dix et aux réflexions autour du life-cycle servanthood. Une grande attention a été portée aux rapports entre apprentissage et corps de métiers, et si certaines études ont souligné le rôle crucial joué par ces derniers dans la formation d'une main d'œuvre qualifiée partout en Europe, d'autres recherches ont largement atténué cette interprétation, en montrant la non-causalité de ce lien1. En outre, l'apprentissage était souvent vécu comme un rite de passage, indispensable à la construction de l'identité sociale masculine : ainsi les apprentis étaient à la fois introduits aux secrets de l'art et socialisés à la vie de la confrérie2. Le développement de l’histoire des femmes et, plus en général d'une perspective d'étude genrée, a poussé les chercheurs à s'occuper aussi de la formation des filles, à déceler leur présence non seulement dans les (rares) corporations qui leur offraient cette possibilité, mais aussi dans des parcours alternatifs, ce qui a permis de valoriser des formes non structurées d'apprentissage ou, en tout cas, différentes de celles offertes par les corps de métiers3.

  • 4 Clark 1919.
  • 5 Ago 1998.
  • 6 De Munck 2010 ; Reith 2007.

2Un autre aspect de l'apprentissage a aussi attiré l'attention des chercheurs : la nature des relations entre maîtres et élèves. Dans son étude pionnière, Alice Clark avait affirmé que les apprentis - autant que les domestiques - faisaient partie de la famille du maître avec laquelle ils partageaient la vie quotidienne et le travail4, une remarque confirmée par maintes autres recherches qui ont montré que le maître agissait in loco parentis et que les rapports avec l'élève étaient hiérarchiques et structurés selon une logique patriarcale. De plus, exactement du fait que les échanges économiques et les affectivités se trouvaient imbriquées, ces relations n'étaient pas non plus dépourvues d’ambiguïtés. Selon Renata Ago, à Rome à l'époque baroque, les rapports de travail étaient régis par des critères d'« intimité familiale » et, en théorie, la « réciprocité » et la « charité » attendues entre les membres d'une famille concernaient aussi les apprentis co-résidents5. Des recherches récentes consacrées aux pays de l'Europe nord occidentale et aux pays germanophones ont expliqué que cela ne fut pas toujours le cas et que, au fil des siècles, des changements survinrent. À Anvers au XVIIIe siècle, les rapports entre maître et élève perdirent leur empreinte familiale et patriarcale pour devenir de véritables transactions économiques (businesslike), tandis que, selon une autre étude, en Allemagne et en Autriche la transformation des relations maître-apprenti fut la conséquence de l'introduction d'une réglementation basée sur le salaire et des normes de comportement « de travail »6.

  • 7 Bellavitis 2006a ; Sarti 2006. Sur la difficulté, dans certains contextes, de distinguer d’une faç (...)
  • 8 Bellavitis 2006b, p. 8 .
  • 9 Rivière 2014 (et bibliographie citée).
  • 10 Wallis 2008 ; Minns - Wallis 2012 ; De Munck et De Kerf 2014.
  • 11 Martini - Bellavitis 2014.

3Un aspect crucial du sujet tient aux contenus de l'apprentissage et surtout, loin de toute idéalisation de celui-ci, aux limites incertains entre formation et travail. D'un côté, les études ont montré la proximité de l'apprenti au valet ou au domestique, puisque le premier était censé servir son maître et lui être obéissant ; en outre il était souvent engagé explicitement pour l'accomplissement des tâches ménagères7. Surtout, plusieurs recherches ont montré qu'en Italie déjà à la fin du Moyen Âge – et ensuite pendant toute l 'époque moderne, selon une chronologie incertaine dans les différents états italiens - le contrat d’apprentissage se rapprocha de plus en plus du contrat de travail, à cause d'un « renversement des taches économiques respectives de la famille d’origine et de la famille d’accueil : d’un engagement des parents à payer au maître la formation technique de leurs enfants, le contrat d’apprentissage devient [devint] la promesse, souscrite par le maître, de payer le jeune pour le travail accompli »8. Ces mêmes ambiguïtés ont été enregistrées aussi en France depuis le Moyen Âge9, tandis que d'autres recherches se sont focalisées sur les aspects techniques, les rythmes et les modalités de l'éducation des jeunes, en montrant la grande mobilité des apprentis d'un atelier à l'autre, la fréquence des contrats non achevés et des pratiques de formation qui se déroulaient en parallèle au travail10. Plus récemment, en adoptant cette même perspective, Manuela Martini et Anna Bellavitis ont tracé un lien explicite entre les activités assurées par les apprenties et certaines formes de travail non payé ou sous-payé fourni par les membres d'une famille au sein de l'entreprise ou la boutique familiale11.

  • 12 Cette fluidité dans les pratiques de l'apprentissage à été mise en lumière aussi pour l'Angleterre (...)

4La présente contribution s'inscrit dans le même débat historiographique et envisage de présenter quelques réflexions autour des rapports entre maître et élève et des connexions entre formation et travail, à partir de mes recherches qui portent sur les villes de Turin et de Rouen au XVIIIe siècle. Il s'agissait évidemment de deux réalités socio-économiques différentes à l'époque moderne et mon propos ici ne tient pas à une quelconque comparaison mais plutôt à montrer l'utilité d'une analyse de la qualité des relations qui s'écoulaient entre les maîtres et les apprentis (et la famille ou les garants de ceux-ci) afin de comprendre non seulement les engagements réciproques, les espaces de liberté et les contraintes de deux parties mais aussi les contenus de la formation et ses connexions avec le travail tout court. De fait ces configurations relationnelles étaient fluides et chaque partie faisait valoir son pouvoir de négociation. Bien sur, ces relations restaient verticales et hiérarchiques, et plus au moins imbibées d'émotions ; mais elles étaient aussi fluides et passibles d'être négociées, selon les contextes. L'analyse des cas turinois et rouennais permet aussi de nuancer, à une échelle européenne, une image trop rigide et figée de l'apprentissage, même quand celui-ci avait lieu sous l'égide des corps de métier : comme on le verra, l'analyse croisée des sources révèle un écart entre pratiques et normes qui nous invite à valoriser une notion d'apprentissage beaucoup plus fluide que celle qui est généralement admise12.

L'apprentissage à Turin : une pluralité de sujets

5Durant l'Ancien Régime, Turin fut capitale du duché de Savoie, du royaume de Sardaigne et ensuite de l'Italie unifiée dans ses premières années de vie. Au cours du XVIIIe siècle, la ville connut une croissance économique et démographique remarquable : les services, la manufacture et l'artisanat, soutenus par la consommation de luxe des familles nobles et des élites économiques, constituaient les piliers de la ville et les secteurs où la majorité de la population tirait sa subsistance. Durant la première moitié du siècle, la politique mise en place par les souverains lança, avec des résultats parfois douteux, la production de soie brute, de tissus et d'autres produits en soie (bas, voiles, dentelles) dans tout le Piémont ; en même temps de nombreux efforts furent faits pour stimuler l'implantation et le développement de nouvelles manufactures et pour favoriser la formation in loco de groupes d'artisans qualifiés.

  • 13 Castiglioni 1862.

6Les apprentis turinois sont attestés dans une série de relevés de la population. Ces documents, disponibles pour tout le XVIIIsiècle, fournissent pour chaque année un tableau de la composition de la population de la ville et de ses faubourgs par sexe et par catégorie y compris apprentis et ouvriers (imprendizzi et lavoranti, ici considérés ensemble)13. Or, durant la deuxième moitié du siècle, cette double catégorie comptait en moyenne 2800 garçons et hommes et 500 filles et femmes avec des variations significatives d'une année sur l'autre à partir des années 1780, quand la ville fut touchée par une grave crise économique et sociale.

Fig. 1 – Apprentis-es et ouvriers/ères à Turin (1750-1800)

Fig. 1 – Apprentis-es et ouvriers/ères à Turin (1750-1800)

Source : P. Castiglioni, Relazione generale (mon élaboration)

7Dans ce contexte, un peu schématiquement, la formation des jeunes pouvait emprunter trois chemins différents : 1) l'éducation dans la boutique familiale ou dans le réseau des proches ; 2) la mise en apprentissage chez un maître ; 3) la formation organisée par les institutions de charité. Il faut tenir compte de cette pluralité lorsqu'on interroge la nature des relations entre maîtres et élèves puisque, évidemment, ni les parties concernées ni leurs attentes sociales et économiques n'étaient les mêmes.

8Comme ailleurs en Europe, les parents et le réseau familial constituaient des espaces de formation cruciaux ; et comme ailleurs, là où le métier était organisé en jurande, les fils des maîtres (et les filles des maîtresses dans les rares corporations qui les admettaient officiellement) profitaient de la position des parents pour rejoindre le corps à des conditions avantageuses. Dans tous les cas, qu’ils soient ou non destinés à la corporation, tous ces jeunes introduits aux secrets de l'art depuis leur enfance étaient une main d'œuvre précieuse pour l'atelier familial, car largement disponible et souvent gratuite. Le recensement des arts et métiers de 1792 enregistra les boutiques de 60 métiers artisanaux (dont 22 organisés en « universités », ou guildes). Il s'agit évidemment d'un tableau partiel, qui ne tient pas compte des filles et des femmes des artisans, quasi totalement invisibles (en dépit de leur contribution), à part les veuves. Néanmoins, il constitue un bon point de départ pour saisir la composition des ateliers, leur taille et les multiples liens (surtout masculins) de parenté qui existaient entre les individus. Le tableau suivant montre la nature et la fréquence de ces liens, là où ils ont été explicitement déclarés, dans certains métiers les plus populaires.

Tab. 1 - Composition des boutiques et liens de parenté à Turin selon le recensement des arts et métiers de 1792
  nombre de boutiques veuve seule veuve avec enfant(s) veuve avec enfant(s) et petits enfants maître+1 enfant maître+ 2 enfants (ou plus) maître+frère(s) maître + frère et enfants du frère
tisserands en soie 227 2 11 0 19 12 5 0
cordonniers 219 9 0 0 9 1 0 0
ménuisiers, ébénistes, fabricants de carosses 113 1 0 0 9 2 6 0
perruquiers 92 0 0 0 6 5 1 1
boulangers 86 10 6 2 7 13 2 0
fabricants de rubans et passemanteries 81 0 0 0 3 1 1 0
serruries 63 1 0 0 0 2 2 1
bijoutiers et orfèvres 46 2 1 0 2 1 3 0
fabricants de selles 31 0 1 0 6 1 0 0
tourneurs 31 0 0 0 6 1 0 0
fabricants de bas en soie 33 0 0 0 4 3 2 0
fabricants de matelas 28 0 0 0 2 0 0 0
fabricants de guants et autres biens en cuir 21 1 0 0 0 2 1 0
Nombre total de boutiques enregistrées 2477  
Source : AST, Commercio, II add., Magistrato del Consolato, mazzo 2, Volume contenente li nomi, cognomi e patria..
  • 14 Archivio di Stato di Torino (dorénavant AST), sez. riun., Albergo di Virtù, Fondazione e dotazione (...)
  • 15  Regio Biglietto [...] pel quale dànnosi alcuni giovani dell’Albergo quali apprendisti alla manifat (...)
  • 16  Regio Biglietto [...] col quale si ordina di mandare cinque alunne dell’opera della provvidenza ad (...)

9Les institutions de charité, nombreuses à Turin depuis le XVIIe siècle, jouèrent aussi un rôle crucial dans la formation des filles et des garçons. L'Ospedale di Carità et l'Albergo di Virtù, par exemple, soit plaçaient leurs jeunes dans les boutiques citadines soit dans les manufactures et les ateliers hébergés dans leur enceinte et donnés en gestion aux maîtres, à leur tour obligés de recruter une partie de la main d’œuvre et des apprentis parmi les internés. L'Albergo di Virtù, fondé en 1568, avait pour mission d'offrir une formation aux enfants pauvres et de leur permettre de s'insérer rapidement dans le marché du travail. En 1721, cette institution comptait 31 garçons et 45 filles en apprentissage dans les espaces mis à disposition des maîtres et maîtresses : les garçons apprenaient la fabrication des rubans et des tissus en laine et en soie et d'autres devenaient cordonniers, menuisiers, serruriers, tailleurs, tandis que les filles apprenaient la fabrication des gazes en soie ou cousaient chemises et gants, ou encore étaient employées dans les activités mineures de la soie (préparation des fils, filage)14. En septembre 1732, les entrepreneurs Brunetta et Benissone y installèrent une manufacture de voiles et lustrine « à la façon de Bologne »15, tandis qu'à la fin du siècle, en 1798, les maîtres-marchands des tissus en or, argent et soie agréés par l'Albergo étaient 14 et disposaient de 119 métiers à tisser ; leurs ateliers comptaient sur une main d’œuvre externe et interne et les apprentis de l'Albergo étaient 75 sur un total de 88. Dans l'enceinte de l'Ospedale di Carità, en 1664 et 1665, on comptait un atelier pour la fabrication des rubans ; en revanche, en 1767 et 1768, ce furent une échoppe de cordonnier et un atelier pour la fabrication de chapeaux qui s’installèrent à coté d'une manufacture pour la laine. D'autres institutions n'avaient pas développé de système d'apprentissage in loco mais le travail – et sa fonction pédagogique - continuaient à jouer un rôle crucial. En 1731, par exemple, l'Opera della Provvidenza, envoya six filles travailler chez les maîtres de l'Ospedale di Carità et cinq autres « apprendre la fabrication de la dentelle » dans la manufacture de l'entrepreneur français Boullement16.

Limites des maîtres et devoirs des apprentis : le bon père de famille et ses subalternes

  • 17  AST, I sez., Materie economiche, m. 20 bis, II add., Memoriale a capi con patenti concesse da SSRM (...)
  • 18  Ibid., Rescritto del consolato di commercio di SM in data delli 4 gennaio 1815 [...] ed altre prov (...)
  • 19  AST, sez. riun., Notai di Torino, vol. 2754, ff. 504r-513r.
  • 20  Ibid., vol. 2783, f. 264r-271r.
  • 21  Ibid., Consolato di Commercio, Registro dei taffetieri, vol. 67, f. 1r-2r.

10Quelle était la nature des engagements entre les maîtres et les apprentis ? Quelles étaient les tâches et les attentes réciproques ? La plupart des règlements des corporations turinoises établissaient comme obligatoire la rédaction d'un contrat. Selon le statut des tailleurs, tout apprenti, fille ou garçon, devait signer un accord avec le maître dans le premier mois suivant le début de son engagement et débourser un demi-écu d'or à l'Université17. De même, chez les rubaniers, filles et garçons devaient passer une convention et s'enrôler pour 4 ans, tandis que pour les aspirants serruriers l'engagement demandé était de trois ans et le paiement de 3 sous au trésorier de l'Université18. Les corporations, en plus d'établir la durée officielle de tout apprentissage, fournissaient en gros les indications sur le comportement attendu par les apprentis vis-à-vis de leurs maîtres, mais ne précisaient pas les conditions d'engagement. Les apprentis – et leurs familles - devaient s'arranger (« aggiustarsi ») avec le maître, c'est-à-dire négocier eux-mêmes les clauses ; chez les perruquiers on parlait de « patti » et de « convenzioni », chez les tailleurs et les bonnetiers de « scritture » et chez les serruriers et les fabricants de rubans de « capitolazioni ». Cette absence, non casuelle, avait pour but de laisser des marges de manœuvre aux parties. Or, il est clair que la qualité et la quantité des ressources de nature monétaire ou matérielle mobilisées ainsi que la direction des flux et leur durée pouvaient basculer les équilibres dans les relations maîtres-élèves et, à la limite, même changer la nature du contrat d'apprentissage. À Turin deux situations étaient possibles : soit la famille de l'apprenti payait le maître, soit le maître donnait à l'apprenti un salaire. En outre, parfois (mais pas toujours), l'apprenti cohabitait avec le maître et celui-ci prenait en charge sa nourriture et son logement. En mai 1770, Gio Batta et Ludovica Giardino expliquèrent que leur intention était de payer l'apprentissage de leur fils âgé de 17 ans, chez un marchand de draps : le couple précisa que « dans les temps courants, on ne veut pas accepter dans les magasins des apprentis sauf moyennant quelques sommes d'argent » et que grâce à leur argent leur fils sera accepté chez un maître pour trois ans, plus une quatrième année « sans salaire » (senza paga)19 . En décembre 1782 Gioacchina Fenestra signa un contrat d'apprentissage de trois ans avec Rosa Bosco « marchande et fabricante de bonnets » : la maîtresse s'engagea à apprendre le métier à Gioacchina et à la nourrir tandis que la jeune promit de lui payer 300 livres dans un délai de deux mois20. Dans d'autres situations, les accords prévoyaient à la fois la cohabitation avec le maître et le paiement d'un salaire, ce qui rapprochait ces pactes à de véritables contrats de salariés. Tel était le cas de Francesco Miroglio qui, accompagné par son père, en novembre 1769 fut recruté pour six ans dans la boutique de Giorgio Perdomo, marchand et maître fabricant de tissus en soie, or et argent, pour un salaire qui était de 4 sous par jour durant la première année jusqu'à atteindre 9 sous la dernière année ; ou de Caterina Chayre (orpheline présentée par son oncle, qui en était aussi le garant) qui, en novembre 1754, fut retirée chez le maître fabricant en soie Filippo Graneri : elle reçût 8 sous par jour pour les deux premières années, et 10 sous par jour pour la troisième année « en outre du lit et la soupe »21.

  • 22  Ibid., Ordinanze, vol. 106, f. 63v-64r et 140r. On retrouve Felice Sala parmi les tisserands en so (...)

11L'impression que pour ces jeunes, filles et garçons, il n'était pas seulement question de se former au métier mais de travailler tout court est renforcée par le fait qu'ils étaient payés régulièrement. Très souvent ce que l'on appelle apprentissage était donc un travail sous-payé, ou mieux, une formation qui devenait un travail au fur et à mesure que l’élève apprenait et que donc son habilité et sa vitesse – et donc sa rentabilité – augmentaient. Un indice de l'importance de ce travail et des tensions que la situation pouvait déclencher ressort du cas de Maddalena Sala et son père Felice qui, en juin 1785, signèrent un contrat avec Anna Rovere, maîtresse en velours : la jeune allait habiter chez cette dernière pour 5 ans et était payée d'une façon croissante, au fur et à mesure des années. En juillet 1786 Maddalena fut appelée en justice à cause du fait que, après un an et demi de travail, et après avoir reçu « son salaire » (salario en italien) elle quitta la maîtresse pour rentrer chez son père. Selon Anna ce geste était « sans cause légitime » et lui avait procuré un préjudice puisqu'au moment du départ, elle se trouvait « chargée de travail ». Le tribunal reconnut ses raisons et condamna Felice à renvoyer la fille chez la maîtresse ou, à défaut, à la dédommager : l'ordonnance ne permet pas de saisir les raisons des deux parties mais les mots employés ne laissent aucun doute sur le fait que ce contrat, soi-disant d'apprentissage - au moins au début - était en réalité une allocation de main d’œuvre puisque la jeune travaillait pour répondre aux commandes d'une clientèle et recevait un « salaire ». D'autre part, il serait intéressant de connaître les raisons qui poussèrent le père à retirer Maddalena : est-ce-qu'il considérait les conditions ou le temps de travail de sa fille trop pénibles ? Est-ce-qu'il estimait que sa fille avait appris suffisamment pour l'aider dans son propre atelier (lui-même étant un tisserand en soie)22 ?

  • 23  Ibid., Notai di Torino, vol. 5166, ff. 170r-181v.
  • 24  Exemples tirés du recensement de la population de 1802.

12Le cas de Luisa Rousset, couturière, abandonnée par son mari, avec deux enfants à charge, laisse entrevoir un des possibles terrains de conflit/négociation entre parents et maîtres. En décembre 1767, inquiète pour le destin professionnel de son fils aîné de 8 ans, Luisa arriva finalement à lui trouver une place comme apprenti chez le maître armurier Galleani. Le milieu choisi n'était pas fortuit, puisque le père de Luisa et ses deux frères exerçaient aussi comme armuriers et c'est sans doute grâce à ce réseau familial qu'elle avait réussi à lui trouver une place. Toutefois, en dépit de sa position privilégiée, Galleani lui demanda de prendre en charge les frais pour habiller et nourrir son fils (« che la medema proveda detto suo figlio degli decenti indumenti e le somministri li allimenti senza del che non volendo Galleani accettarlo »)23, ce qu'elle ne refusa pas, au point d'arriver à aliéner sa dot afin de disposer d'argent liquide. Le maître pouvait donc se limiter à recevoir l’apprenti à la journée, sans être obligé de le garder chez lui, et en économisant ainsi les frais pour son entretien. Dans le recensement de la population de 1802, la présence des filles et fils en apprentissage mais co-résidents avec leurs parents occupés dans toutes autres activités, témoigne de la diffusion de ce modèle. Ainsi, la veuve Tirante gérait une boulangerie à l'aide de deux ouvriers (garzoni) et d'un apprenti tandis qu'un de ses fils (co-résident) était apprenti dans la fabrication de bonnets ; de son coté, Paolo Massimino, veuf de 61 ans et domestique, avait réussit à placer pendant la journée son enfant de 13 ans comme apprenti chez un cordonnier et sa fille de 8 ans chez un fabricant de bonnets24.

  • 25 Ibid., Bottonaj, vol. 6, ff. nn.
  • 26 Ibid., Registro dei taffetieri, vol. 67, ff.nn.
  • 27 Ibid., Bindellaj, vol. 37, ff. 22r-23r.
  • 28 Archivio Storico del Comune di Torino (dorénavant ASCT), Vicariato, vol. 250, ff. 12r-13r. En fran (...)

13Comment se configuraient-elles les relations entre maîtres et apprentis ? Quelles étaient les valeurs sur lesquels reposaient les rapports réciproques ? Comme il est bien connu, les contrats contiennent des références explicites au langage de la « familiarité » : le maître (ou la maîtresse) s'engageait à apprendre son métier « comme un bon père de famille / une véritable mère de famille ». Selon la notion la plus classique issue du droit romain, le père de famille (« paterfamilias ») était censé protéger ses subalternes et subvenir à leurs besoins et, en même temps, son autorité lui conférait des droits sur eux. Pour cette raison, les statuts des corporations soulignaient avec emphase les devoirs des apprentis : « obbligo » (« obligation ») et « servitù » (« service ») étaient les mots employés par les perruquiers, les fabricants de bas, et les bonnetiers, tandis que chez les serruriers il était rappelé que tout « subalterne » était tenu « à la fidélité et à l'obéissance » envers son maître. De plus, les chaudronniers demandaient des apprentis « de bonnes mœurs » et les bonnetiers déclaraient bannir du corps les apprentis surpris à voler. Il s'agissait de mots chargés de significations, aptes à rappeler que l'apprentissage impliquait un engagement à la fois juridique et moral. Ces obligations se trouvent aussi dans les contrats entre particuliers, mais ici, la grande variabilité d'expressions employées et les nuances de mots, qui allaient jusqu'à établir des limitations pour les maîtres, révèlent le pouvoir de négociation des parties. Ainsi en 1733, Margherita Griva, placée par son père chez la maîtresse boutonnière Peret, était tenue de faire « tout ce que madame Peret lui commandera licitement, et selon les forces de la dite apprentie », (« tutto ciò e quanto verrà da detta signora Peret licitamente comandato, havuto però riguardo alle forze di detta imprendissa ») ; en outre la maîtresse devait se limiter strictement à l'enseignement du métier et la fille n'avait aucune autre obligation25. De son coté, Angela Gerardi, orpheline assistée par son oncle, fut placée chez Madame et Monsieur Aperlo, tisserands en taffetas, en 1755 : la jeune promit d'être obéissante tandis que le couple s'obligea à « la rendre capable à être reçue par les syndics de la corporation du métier » et promit « de la corriger et de lui apprendre sans sévérité ni dans la parole ni encore moins dans les faits » (« coregendola ed insegnandole senza severità di parola e molto meno di fatti »), une phrase significative, qui évoque le fait que « les grands moyens » n'étaient pas étrangers à cette réalité26. Loin de pouvoir jouir de ce traitement, par contre, les deux orphelines Angela Maria Ferrera et Margherita Cassula étaient obligées de « travailler avec assiduité et zèle » durant quatre années dans un atelier de passementeries et sans pouvoir avancer aucune prétention pour un salaire (« senza pretenzione di verun altra mercede o corespetivo »)27. Les limites de la logique familiale se montraient aussi dans la prise en charge des apprentis qui tombaient malades, puisque ceux-ci perdaient leur salaire, après une période plus ou moins longue de tolérance qui, encore une fois, variait selon les contextes. Jean Mathieu Coraglia, par exemple, apprenti dans la boulangerie de Madame Vinardi, en cas de maladie avait droit à être logé et nourri pendant huit jours dans la maison de sa maîtresse - « étant néanmoins à charge de celui-ci les frais soit du médecin que du chirurgien et appothicaire »28 - mais les orphelines Ferrera et Cassula, citées plus en haut, étaient obligées de partir à l'hôpital après trois jours seulement de maladie.

Les institutions de charité entre formation et travail

  • 29 Sur les rapports entre salaire, tâches et temps de travail dans les institutions de charité turino (...)
  • 30 AST, sez. riun., Insinuazione di Torino, a. 1757, l. 2, ff. 819r-823r.
  • 31 ASCT, Ospedale di Carità, cat. XIX, Atti, vol. 17, anno 1753; Idem, vol. 29, a. 1776 ; Idem, cat.  (...)
  • 32 Regie Patenti di concessione di privativa [...] per [...] lo stabilimento in Torino d'una manifatt (...)
  • 33 ASCT, Ospedale di Carità, cat. III, Ordinati, vol. 15, ff. 115r-v.

14Les institutions de charité turinoises jouèrent un rôle crucial dans la formation de jeunes à l'époque moderne. Ici l'apprentissage trouvait place dans un contexte idéologique spécifique. Selon un modèle culturel répandu, la politique de secours se basait sur un mélange d'attitudes à la fois paternalistes et coercitives : le travail des internés avait pour but d'inculquer l'ordre et la discipline, à partir de la prémisse que l’oisiveté était un danger pour la société et que les pauvres dignes de secours étaient ceux qui gagnaient leur vie avec le labeur. En même temps, chacun, apprenti ou adulte, avait l'obligation de contribuer à son propre entretien et à celui de l'institution qui l’hébergeait. Ces propos se concrétisaient lors que, les apprentis, comme tous les autres ouvriers, recevaient un salaire, calculé à la journée ou à la pièce29. Il s'agissait d'un chiffre très modeste et correspondant à un quart de la somme effectivement payée par le maître ou le marchand-entrepreneur à l'institution ; néanmoins, grâce à celle-ci les pauvres pouvaient s'assurer une recharge de linges et vêtements (admise par le règlement), et même de la nourriture ou d'autres biens grâce à la complicité des gardiens ou concierges qui fonctionnaient comme des intermédiaires avec le monde externe (bien que cela fusse officiellement interdit). Le reste du salaire était encaissé directement par l'institution. Les apprentis de l'Albergo di Virtù recevaient chaque mois un salaire qui, au XVIIIe siècle, allait de 4 à 5 sous par jour ; en revanche, ils n'étaient pas payés les jours fériés, en cas d'absence ou de maladie et durant la période d'essai, dite de « tolérance » qui, jusqu'à 1753, correspondit aux trois premiers mois d'apprentissage et fut ensuite limitée à 40 jours. À l'Ospedale les apprentis fabricants de bas en soie et laine, étaient payés 5 sous par jour pendant les quatre premières années et 6 sous par jour pendant les deux dernières années, à l'exclusion des vingt jours d'essai tout au début du contrat30. En revanche, les apprentis reçus par les marchands-entrepreneurs, devaient être payés depuis le premier jour de travail, à l'exception des apprentis-tisserands. Ces derniers étaient obligés de travailler pour trois premiers mois « au total bénéfice » de l'entrepreneur (qui donc ne payait pas l'Ospedale) ; ensuite, pour deux ans ils percevaient le même salaire que les ouvriers externes – et éventuellement une prime d'une livre pour chaque drap « pour les inciter au travail » - et finalement pendant les trois derniers mois, ils étaient obligés de renoncer tout court à leur salaire en faveur de l'Ospedale, et cela à titre de remboursement31. Comme pour les contrats entre particuliers, ces clauses - riches en détails sur le payement et non pas sur les contenus de la formation à dispenser - révèlent que, au delà de toute déclaration de principe, l'apprentissage était strictement lié au travail : les jeunes apprenaient et travaillaient à la fois, au point que dans les manufactures de la laine des plafonds de production journalière avaient été fixés et que des sanctions étaient prévues pour ceux qui ne les respectaient pas. Une plainte envoyée par maître Eula aux doyens de l'Ospedale confirme cette lecture et montre jusqu'à quel point les apprentis pouvaient devenir l'objet de l'exploitation des fabricants et entrepreneurs, avec la complicité des institutions de charité. En février 1757 Gioanni Eula signa un contrat de location pour quatre boutiques placées dans l'enceinte de l'Ospedale afin d'y installer un atelier pour la fabrication de bas ; de plus, l'année avant il avait octroyé une patente royale pour un privilège privatif portant sur la production de bas et bonnets en laine32. Or, selon le contrat passé avec l'Ospedale, le nombre d'apprentis-internés ne pouvait pas dépasser les deux tiers des métiers à tisser de l'atelier et cela afin d'encourager le maître à se munir de main-d’œuvre externe (qu'il fallait régulièrement payer). Mais en 1761, Eula dénonça certaines obligations de son contrat comme « trop lourdes et préjudiciables » (pour ses intérêts..) et obtint par les doyens de pouvoir admettre dans son atelier entre 8 et 12 jeunes, de les payer 5 sous par jour sans distinction entre apprentis et ouvriers, avec une période d'essai (non payée) de 30 jours33. Or, il est clair que ces changements n'avaient rien à voir avec la formation des apprentis mais plutôt avec la possibilité d'exploiter leur travail ; en outre, le maître se trouvait dans une position privilégiée, qui lui conférait un pouvoir de négociation non négligeable vis-à-vis des doyens de l'Ospedale, lesquels d'autre part, dans un jeu d’intérêts réciproques et de connivences, furent prêts à seconder sa demande.

  • 34  Ibid., cat. XI, fasc. 3 ; Regie patenti [...] a favore de' giovani ricoverati nell'Ospedale di Car (...)

15Cela dit, il serait réducteur de voir dans cet apprentissage uniquement un travail sous-payé, sans aucun issu en termes de formation. À partir de la seconde moitié du XVIIIsiècle, l'apprentissage au sein de l'Ospedale permit aux jeunes d’intégrer les corporations citadines à des conditions privilégiées. En réponse à une demande du conseil administratif, et en dépit des protestations des corps de métiers, deux arrêts royaux fixèrent en 1758 des dérogations aux règlements corporatifs : les enfants qui avaient suivi une formation comme fabricants de bas auprès des maîtres de l'institution avaient le droit de s'inscrire aux examens de maîtrise après un parcours de formation raccourci (quatre ans d'apprentissage et deux ans de compagnonnage, à la place des trois ans requis par la corporation) et ils étaient exemptés du paiement des frais habituellement exigés des apprentis et des compagnons (respectivement 3 et 4 livres). De la même manière, les aspirants cordonniers pouvaient se contenter de travailler trois ans comme compagnons (au lieu des quatre prévus) et bénéficier de l'exemption du paiement des frais pour les apprentis et les compagnons (2 et 4 livres respectivement), et des frais d'accès à la maîtrise34. En conclusion, quoique dans des conditions ambiguës et à risque de tomber dans le travail sous-payé, les institutions de charité turinoises offraient aux enfants des possibilités réelles d'apprendre un métier artisanal et d’intégrer les corporations citadines.

La mobilité comme instrument de négociation

  • 35 AST, corte, Materie economiche, m. 20, II add., Capi d'aggiunta al memoriale a favore dell'Univers (...)
  • 36  Ibid., m. 6 II add., Minusieri ed ebanisti, Memoriale a capi con risposte e patenti concesse da SS (...)

16Un autre trait semble caractériser l'apprentissage turinois, et donc la nature des relations entre maîtres et apprentis, chez les particuliers autant que dans les institutions de charité : la grande mobilité des jeunes. Les règlements des corps de métier insistaient sur la nécessité de contrôler la main d'ouvre, et surtout d’empêcher son départ inopportun et soudain, ce qui nous fait comprendre que très probablement les apprentis étaient toujours prêts à partir, à se déplacer d'une boutique à l'autre, à quitter un maître pour un autre. Tout début d'apprentissage devait être déclaré et enregistré par les syndics de la corporation ou le « bidello », une figure qui fut établie dans certaines corporations à la fin du XVIIIe siècle, et qui gagna beaucoup d'importance lors que les relations de travail devinrent particulièrement tendues. Selon le statut des boulangers de 1794, le « bidello » était censé agir comme intermédiaire entre les apprentis et les ouvriers d'un coté et les maîtres et les institutions de l'autre et comme surveillant de la conduite des premiers. Il recevait les certificats d’achèvement d'apprentissage et il devait tenir un registre des individus au chômage afin de les rediriger, de gré ou de force, chez des nouveaux maîtres35. Or, sans doute la mobilité, ou plus subtilement la menace d'abandonner l'atelier, offrait aux apprentis un moyen de négociation contre les prétentions excessives des maîtres. D'autre part, les maîtres avaient leurs responsabilités dans ces jeux : comme je l'ai montré plus en haut, les conditions d'apprentissage variaient d'un atelier à l'autre et il une certaine concurrence existait entre les maîtres pour pouvoir bénéficier de cette main d'œuvre jeune, et bon marché. Pour cette raison, dans les statuts des tailleurs, boulangers, et fabricants de bas, était explicitement interdit aux artisans de recevoir des apprentis dépourvus du justificatif de leur ancien maître (le « benservito » ou un certificat de « fedele servitù ») et, encore plus explicitement, chez les menuisiers il était défendu aux maîtres de débaucher les apprentis d’un autre maître36.

  • 37 Ricorso [...] e relativo decreto del consiglio dell’Albergo col quale si vieta ai giovani ivi rico (...)

17Ces dynamiques étaient à l'œuvre aussi dans les institutions de charité, en dépit de désavantages majeurs soufferts par les jeunes internés. Depuis le XVIIe siècle, le Conseil de l'Albergo di Virtù fut obligé de rappeler à maintes reprises qu'il était interdit aux jeunes de quitter l'institution avant la fin de leur apprentissage et aux maîtres artisans de la soie de recruter dans leur boutique tout ouvrier issu de l'Albergo démuni de son « benservito »37. Le travail des apprentis était donc précieux et les artisans étaient prêts à profiter des capacités des jeunes qui, sans avoir (encore) achevé leur apprentissage, avaient désormais acquis une expertise suffisante pour travailler d'une façon autonome.

À Rouen : pratiques et règlements de l'apprentissage dans une ville jurée

18À ce point de notre analyse on peut se demander si les questions historiographiques soulevées pour Turin, pour décrire un contexte socio-économique spécifique, sont de fait utiles aussi pour approcher d'autres réalités urbaines. Il ne s'agit pas évidemment de faire des comparaisons mais de montrer qu'une attention spécifique aux dynamiques relationnelles entre maîtres et élèves constitue une approche pertinente pour saisir la nature ambiguë de l'apprentissage et ses limites et superpositions avec le travail.

  • 38 Hoock 1988 ; Hafter 2007
  • 39 La majorité des statuts de corporations rouennaises ont été recueillis et publiés par Ouin Lacroix (...)
  • 40 Archives Départementales de la Seine Maritime (dorénavant ADSM) 5 EP/504.
  • 41 Ouin Lacroix 1850, p. 611 et p. 587.

19Depuis le Moyen Âge Rouen était une ville jurée, c'est-à-dire que des nombreux métiers étaient organisés en jurandes masculines, féminines ou mixtes38. Selon leurs statuts, le placement en apprentissage et la réussite d'un chef-d’œuvre étaient des étapes obligatoires pour la majorité des aspirant-e-s artisan-e-s, à l’exception des enfants de maîtres et maîtresses qui jouissaient d’un accès direct. Dans la majorité des corporations l'apprenti, garçon ou fille, était obligé de loger chez le maître/la maîtresse qui devait lui assurer « boire, manger et coucher » ; en outre au début de son parcours, au moment du serment devant les gardes, il était censé payer une somme qui variait selon les métiers39. D'après le contrat des aspirantes lingères, par exemple, la maîtresse déclarait recevoir la fille et s’engageait à lui « fournir […] boire, mangé, feu, lit & hotel, & lui montrer sondit métier, suivant les accords et pactions faites »40. Si officiellement tous les artisans avaient des obligations envers leurs apprentis, significativement aucune indication n'était fournie à propos des « accords » et des « pactions », ni du contenu de la formation, des aspects qui étaient négociés entre les parties au cas par cas. Les règlements insistaient sur le comportement correct et diligent des élèves : chez les couturières, les filles étaient tenues de « travailler assidûment [...] tous les jours », à la réserve des dimanches « et des fêtes commandées par l’Église » ; chez les cuisiniers-traiteurs-rôtisseurs l'apprenti était censé porter « honneur et respect » au maître et chez les chandeliers il s’engageait à « bien et loyaument servir son maître »41. Mais, au delà de ces indications, les engagements restaient obscures, et, comme à Turin, force est d'en conclure que c'était grâce à une telle ambiguïté que les clauses entre les parties étaient passibles de changements et d'arrangements.

  • 42  Ibid. p. 583-584.
  • 43 Ibid., p. 584 et p. 597.
  • 44 Significativement le mot «gage» était employé aussi pour se référer au paiement des domestiques. J (...)
  • 45 Ouin Lacroix 1850, p. 592 et p. 707.

20Cette flexibilité, voire négociabilité des rapports entre maîtres et apprentis est confirmée, par contraste, par la volonté des jurandes de s'assurer la loyauté des apprentis et, en même temps, de fixer des limites aux maîtres et maîtresses. Parmi les lingères en neuf, par exemple « nulle maîtresse ne pourra avoir qu'une apprentisse, et ensuite pourra avoir une repourvue », et les choses n'allaient pas autrement chez les cardiers, les drapelliers en laine ou les cartiers-feuilletiers. De plus, le règlement des brodeuses établissait que « s'il arrive qu'il y ait deux maîtresses dans la même maison […] elles n'en pourront avoir qu'une, et n'en pourront avoir aucune, si elles n'ont actuellement boutique ouverte », et il était leur interdit de « prendre » ou « soustraire l'apprentisse d'une autre »42. La nécessité d'insister sur ces aspects, plutôt que sur le contenu de la formation et sur les objectifs pédagogiques, révèle une volonté de contraster des pratiques de travail qui devaient être très répandues et qui, comme à Turin, rendaient souple la nature des relations professionnelles entre les apprenti-e-s et les maîtres/maîtresses. En effet, les jeunes (surtout ceux qui ne pouvaient pas bénéficier de la condition de fils/fille de maître ou maîtresse) pouvaient être amenés à accepter des conditions de travail dures afin d’accomplir leur apprentissage et s'assurer le plus rapidement possible une place dans une des prestigieuses corporations citadines, tandis que maîtres et maîtresses pouvaient être tenté-e-s de multiplier (d'une façon plus ou moins licite) le nombre d'apprentis pour profiter au maximum d'une main d’œuvre prête à s'engager et à soutenir des efforts afin de réussir. D'autre part, ces mêmes statuts révèlent que l'acceptation d'un apprenti pouvait être un véritable effort économique pour le maître, au point que chez les cardiers « nul maître ne pourra tenir apprenti, s'il n'est suffisant de le tenir continuellement à son pain et son pot pendant le dit temps » et chez les charpentiers si le maître manquait de travail il devait remettre l'apprenti au gardes jurées qui devaient le placer ailleurs43. Il est clair donc que l'apprenti, fille ou garçon, se trouvait dans une position professionnelle ambiguë au sein de l'atelier ; bon gré mal gré, il risquait d'être considéré plus comme un ouvrier que comme un véritable élève. Et même si dans le cas rouennais aucune indication n'existe du fait que l'apprenti était payé par son maître/maîtresse (comme c'était le cas en Italie), ces dynamiques suggèrent que l'apprentissage pouvait tourner rapidement vers des formes de travail salarié, avec une complicité plus ou moins explicite entre les parties. Pour cette raison probablement, le statut des chapeliers de 1710, déclarait qu'il était faite « défense aux maîtres de donner aux apprentis pendant leur temps d'apprentissage aucuns gages »44, tandis que chez les passementiers il était interdit de « transporter » ou « bailler son aprentis à un autre maître »45.

  • 46 ADSM, 4BPL, Enregistrement des métiers de Rouen devant le lieutenant du bailliage de Rouen. Pour c (...)
  • 47 ADSM, 4BPL/51. Les données ne concernent pas les fils/fille de maître et maîtresses, puisque leur (...)

21D'autres éléments confirment la nature ambiguë de l'apprentissage. Loin de ce qu'on pourrait s'attendre dans un tel contexte, l'apprentissage à Rouen n'avait rien de stéréotypé et s'adaptait mal au schéma en trois parties qui a été souvent adopté pour décrire les parcours professionnels des jeunes (apprenti-ouvrier-maître). Les statuts des corps de métiers définissaient le nombre d'années nécessaires à l’achèvement de l'apprentissage - de trois à six ans - qui commençaient officiellement quand l'apprenti prêtait son serment devant le lieutenant de police et les gardes jurées et son nom était marqué dans les registres annuels46. À la fin de l'apprentissage, et après une période plus ou moins longue de service en qualité de compagnon - qui, dans un nombre très limité de cas, lui permettait d’accéder à la maîtrise, et qui, dans la majorité des cas, l'emmenait au travail salarié - l'aspirant maître pouvait passer l'examen du chef-d’œuvre ; et si le résultat était positif, il se rendait encore avec les gardes jurées au bailliage afin d'officialiser son nouveau statut professionnel. Or, le dépouillement nominatif des registres du lieutenant pour l'année 1720 concernant trois corporations masculines (tailleurs d'habits, toiliers et passementiers) et trois féminines (lingères en neuf, brodeuses-bonnetières et couturières) montre clairement qu'une bonne partie des apprenti-e-s n'obtenaient pas la maîtrise dans les délais prévus. Parmi les lingères en neuf, par exemple, l'apprentissage était de trois ans, passés lesquels « l'apprentisse qui aura fait son temps d'apprentissage se retirera vers les gardes en charge pour demander chef-d’œuvre ». Cette phrase laisse entendre qu'un passage immédiat à la maîtrise était la règle ; toutefois, en 1720, seulement 7 filles sur 19 réussirent à respecter ce délai, en limitant ainsi leur permanence en qualité d'ouvrières à quelques mois seulement. Pour toutes les autres, le titre de maîtresse arriva entre quatre et plus de dix ans après le début de l'apprentissage, ce qui signifie que ces filles passaient de longues années en travaillant en tant qu'ouvrières après l’achèvement officiel de leur formation. De même, la seule couturière reçue dans le corps en 1720 travailla durant plus de 8 ans. De telles dynamiques se trouvent aussi chez les passementiers : leur apprentissage était fixé à 4 ans, « après le que dit aprentis […], s'il veut être reçu à la maitrise dudit mestier, s'il est à se faire suffisant, il se retirera par devers les gardes […] pour lui bailler chef d'oeuvre ». Mais en réalité, parmi les dix garçons reçus en 1720 dans le corps, un avait servi pour plus de trois ans, 4 entre 5 et plus de 6 ans et tous les autres entre 9 et plus de 11 ans et, dans le cas de François Quignart, on dépassait largement 30 ans. Or, ces exemples montrent une fois de plus la difficulté d'établir exactement le profil des apprentis autant que le contenu de l'apprentissage et ses limites avec le travail : il est clair qu'il ne s'agissait plus de jeunes mais d’adultes, plus ou moins obligés de rester dans une condition subalterne pendant de longues années, tout en assurant un véritable travail47.

  • 48 Ibid.
  • 49 Ibid.

22Un deuxième trait de l'apprentissage rouennais donne à réfléchir : le rythme des réceptions. Les registres du bailliage gardent les traces année par année de tous les apprentis (garçons et filles) placés en apprentissage. La lecture attentive de ces registres montre que les artisan-e-s recevaient fréquemment leur maîtrise quelques semaines ou quelques jours à peine après l'admission de leur maître-esse, selon une dynamique basée sur des entrées rapprochées ou consécutives. Le phénomène ressort clairement chez les rubaniers-ères mais a été enregistré aussi dans d'autres corps de métier, masculins ou féminins : Marie Madeleine Bidard, par exemple, aspirante rubanière, débuta son parcours de formation le 8 avril 1720 « sous Madeleine De Haye reçue maîtresse » ce même jour ; même cas de figure pour Cécile Deuille, Marie Madeleine Lecarpentier et Marie Marthe Moulin, admises à l'apprentissage le jour même de la réception de leur maîtresse48. Ainsi, le 15 avril 1720 les quatre frères De la Rue (Nicolas, George Martin, Christophe et Pierre-Nicolas) furent reçus maîtres passementiers et, selon un scénario déjà décrit, ce jour même Nicolas s’engagea à apprendre le métier au jeune Etienne Mouchet. De même, François-Thomas Huby devint maître toilier le 7 mai 1720 et à la même date il accueillit un apprenti49. Or, ces chronologies témoignent du fait que la signature d’un contrat d’apprentissage était un acte qui formalisait des rapports de connaissance et de travail déjà existants entre l’apprenti, sa famille et le maître/la maîtresse, mais qui devenaient explicites et publiques seulement au moment où l'artisan-e obtenait la maîtrise et pouvait désormais officiellement tenir un-e apprenti-e. En revanche, comme le suggèrent les nombreuses interdictions sur l’échange des apprenties et les nombreuses sollicitations à ne pas garder un apprenti dans son propre atelier au delà de quelques jours sans le déclarer aux autorités, des rapports professionnels existaient bien avant leur officialisation devant le lieutenant de police et étaient le résultat des interactions sociales quotidiennes dans les boutiques.

Conclusion

23Le but de cet article était d'explorer les relations entre maîtres et apprentis et la nature de l’apprentissage ainsi que ses liens avec le travail dans deux contextes urbains différents, sans aucune prétention de comparer les deux situations, mais plutôt d'identifier des problèmes historiographiques communs ainsi que des clés de lecture pertinentes. L’ambiguïté du langage du contrat, le manque de détails à propos des engagements et des devoirs réciproques, autant que des contenus de la formation, caractérisaient l'apprentissage à Turin comme à Rouen et montrent que, dans les deux cas, celui-ci était clairement un mélange de formation et travail qui échappait largement aux pratiques envisagées par les corps de métiers. Et même si le pouvoir économique et politique des jurandes rouennaises était beaucoup plus important que celui des corporations turinoises, dans les deux villes ces institutions avaient du mal à encadrer l'apprentissage et surtout à réguler les relations entre maîtres et apprentis lesquelles à leur tour, loin d'être neutres ou anodines, étaient l'expression des rapports de force et de la capacité de négociation des parties. En conclusion, donc, si l'apprentissage était un phénomène stratifié, cachant des formes de travail non rémunéré, sous rémunéré et/ou du travail salarial, les contradictions et les ambiguïtés des données turinoises et rouennaises, nous sollicitent explicitement à réinterroger les dynamiques liées à la formation des jeunes dans les sociétés d'Ancien Régime, non seulement en abandonnant une notion trop technique et idéalisée d’apprentissage – celle décrite par les statuts des corporations - mais aussi en choisissant de mieux sonder la nature des liens sociaux entre les parties en jeu.

Haut de page

Bibliographie

Ago 1998 = R. Ago, Economia barocca. Mercato e istituzioni nella Roma del Seicento, Rome.

Béghin 1996 = C. Béghin, Donneuses d'ouvrages, apprenties et salariées au xive et xve siècles dans les sociétés urbaines languedociennes, dans Clio. Histoires, Femmes, Sociétés, 3, 1996, p. 31-54.

Bellavitis 2006a = A. Bellavitis, Le travail des femmes dans les contrats d’apprentissage de la Giustizia vecchia (Venise, XVIe siècle), dans I. Chabot, J. Hayez,, D. Lett (dir.), La famille, les femmes et le quotidien (XIVe-XVIIIe siècle). Textes offerts à Christiane Klapisch-Zuber, Paris, 2006, p. 181-195.

Bellavitis, 2006b = A. Bellavitis, Genres, métiers, apprentissages dans trois villes italiennes à l'époque moderne, dans Histoire Urbaine, 15, 2006, p. 5-12.

Bellavitis 2006c = A. Bellavitis, Apprentissages masculins, apprentissages féminins à Venise au XVIe siècle, dans Histoire Urbaine, 15, 2006, p. 49-73.

Ben Amos 1991 = I. Krausman Ben-Amos, Women apprentices in the trades and crafts of early modern Bristol, dans Continuity and Change, 6,.2, 1991, p. 227-252.

Castiglioni 1862 = P. Castiglioni, Relazione generale con una introduzione storica sopra i censimenti delle popolazioni italiane dai tempi antichi sino all’anno 1860, vol. 1, dans Statistica del Regno d’Italia, Popolazione. Censimento degli antichi stati sardi (1 gennaio 1858) e censimenti di Lombardia, di Parma e di Modena (1857-1858), Turin, Stamperia Reale, 1862

Cavallo 1998 = S. Cavallo, Family obligations and inequalities in access to care in northern Italy seventeenth to eighteenth century, dans P. Horden, R. Smith (dir.), The Locus of Care. Families, communities, institutions and the provision of welfare since antiquity, Londres-New York, 1998, p. 90-110.

Clark 1919 = A. Clark, Working life of the women in the seventeenth century, Londres, 1919.

Crossick 1997 = G. Crossick (dir.), Past masters : in search of the artisan in European History, dans G. Crossick, The artisan and the European town, 1500-1900, Aldershot, 1997, p. 13-15.

Crowston 2005 = C. H. Crowston, L'apprentissage hors corporations. Les formations professionnelles alternatives à Paris sous l'Ancien Régime, dans Annales HSS, mars-avril 2005, 2, p. 409-441.

De Munck 2010 = B. De Munck, From brotherhood community to civil society ? Apprentices between guild, household and the freedom of contract in early modern Antwerp, dans Social History 35, 1, 2010, p. 1-20.

De Munck, De Kerf 2014 = B. De Munck, R. De Kerf, Wandering about the learning market : early modern apprenticeship in Antwerp gold- and silversmith ateliers, communication présentée dans la session organisée par B. Zucca Micheletto, Learning and training patterns of skilled labour force in preindustrial Europe, 10th ESSHC, Vienne (Autriche), 23-26 avril 2014.

Duboin 1818-1869 = F. A. Duboin, Raccolta per ordine di materie delle leggi, cioè patenti, manifesti ecc.. pubblicate sino all’8 dicembre 1789 sotto il felicissimo dominio della Real Casa di Savoia [...], Turin, 1818-1869.

Epstein 1998 = S. R. Epstein, Craft Guilds, Apprenticeship and Technological Change in Premodern Europe, dans The Journal of Economic History, 58, 1998, p. 684-713.

Farr 2000 = J. R. Farr, Artisans in Europe 1300-1914, Cambridge, 2000.

Hoock 1988 = J. Hoock, Réunion des métier et marché régional. Les marchands réunis de la ville de Rouen au début du XVIIIe siècle, dans Annales. ESC, 43e année, n. 2, 1988, p. 301-322.

Hafter 2007 = D. Hafter, Women at work in Preindustrial France, University Park, PA, 2007.

Laudani 2006 = S. Laudani, Apprenties ou jeunes salariées ? Parcours de formation dans les métiers de Catane (xviiie - xixe siècle), dans Histoire Urbaine, 15, 2006, p. 13-25.

Martinat 2011 = M. Martinat, Travail et apprentissage des femmes à Lyon au xviiie siècle, dans MEFRIM, 123-1, 2011, p. 11-24, URL : https://mefrim.revues.org/589.

Martini - Bellavitis 2014 = M. Martini, A. Bellavitis, Households, family workshops and unpaid market work in Europe from the 16th century to the present, dans The History of the Family, 19/3, 2014, p. 273-282.

Minns - Wallis 2012 = C. Minns, P. Wallis, Rules and reality : quantifying the practice of apprenticeship in early modern England, dans The Economic History Review, 65, 2, 2012, p. 556-579.

Ogilvie 2004 = S. Ogilvie, Guild, efficiency, and social capital : evidence from German proto-industry, dans The Economic History Review, 57, 2, 2004, p. 286-333.

Ouin Lacroix 1850 = Ch. Ouin Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe Frères, 1850.

Reith 2007 = R. Reith, Apprentices in the German and Austrian craft in early modern times – Apprentices as a wage earners ?, dans S. B. De Munck, S. L. Kaplan, H. Soly (dir.), Learning on the shop floor. Historical perspective on apprenticeship, Londres-New York, 2007, p. 179-202.

Rivière 2014 = F. Rivière, Salariat et apprentissage à travers la réglementation professionnelle normande. Réflexions à partir des cas de Lisieux et de Gisors (1430‑1540), dans P. Beck, Ph. Bernardi, L. Feller (dir.), Rémunérer le travail au Moyen Âge : pour une histoire sociale du salariat, Paris, 2014, p. 265‑277.

Sarti 2005 = R. Sarti, Who are Servants ? Defining Domestic Service in Western Europe (16th-21th centuries), dans S. Pasleau, I. Schopp (ed.) with R. Sarti, Proceedings of the « Servant Project , 5 vols., vol. 2, Lièges, 2005 (but 2006), p. 3-59.

Sarti 2006 = R. Sarti, Nubili e celibi tra scelta e costrizione. I percorsi di Clio, dans M. Lanzinger, R. Sarti (dir.), Nubili e celibi tra scelta e costrizione (secoli XVI-XX), Udine, 2006, p. 144-319.

Wallis 2008 = P. Wallis, Apprenticeship and training in Premodern England, dans The Journal of Economic History, 68, 3, 2008, p. 832-861.

Zucca Micheletto 2014a = B. Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, 2014.

Zucca Micheletto 2014b = B. Zucca Micheletto, Temps pour travailler, temps pour éduquer : le travail des pauvres dans les institutions de charité (Turin, XVIIIe siècle), dans C. Maitte, D. Terrier (dir.), Les temps du travail. Normes, pratiques, évolutions (XIVe-XIXe siècle), Rennes, 2014, p. 81-99.

Zucca Micheletto 2015 = B. Zucca Micheletto, L'apprentissage des filles à Rouen dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle : entre règlements et pratiques de travail, dans A. Bellavitis, V. Jourdain, V. Lemonnier-Lesage, B. Zucca Micheletto (dir.), « Tout ce qu'elle saura et pourra faire ». Femmes, droits, travail en Normandie du Moyen Âge à la Grande Guerre , Mont-Saint-Aignan, 2015, p. 57-66.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple le débat entre Epstein et Ogilvie (Epstein 1998 et Ogilvie 2004). Voir aussi les remarques intéressates de Wallis 2008.

2 Crossick 1997 ; Farr 2000.

3 Béghin 1996 ; Bellavitis 2006a ; Bellavitis 2006b ; Bellavitis 2006c ; Krausman Ben-Amos 1991 ; Laudani 2006 ; Martinat 2011 ; Zucca Micheletto 2015. Pour l'apprentissage en dehors des corporations voir : Crowston 2005 ; Cavallo 1998 ; Zucca Micheletto 2014a, chap. 4.

4 Clark 1919.

5 Ago 1998.

6 De Munck 2010 ; Reith 2007.

7 Bellavitis 2006a ; Sarti 2006. Sur la difficulté, dans certains contextes, de distinguer d’une façon claire les domestiques et les apprentis, cf. Sarti 2005.

8 Bellavitis 2006b, p. 8 .

9 Rivière 2014 (et bibliographie citée).

10 Wallis 2008 ; Minns - Wallis 2012 ; De Munck et De Kerf 2014.

11 Martini - Bellavitis 2014.

12 Cette fluidité dans les pratiques de l'apprentissage à été mise en lumière aussi pour l'Angleterre moderne (Minns - Wallis 2012).

13 Castiglioni 1862.

14 Archivio di Stato di Torino (dorénavant AST), sez. riun., Albergo di Virtù, Fondazione e dotazione dell'opera, 1700-1750, vol. 5.

15  Regio Biglietto [...] pel quale dànnosi alcuni giovani dell’Albergo quali apprendisti alla manifattura di lustrini e di veli di Bologna eretta in Torino [...], in Duboin 1818-1869, libro VII, p. 213.

16  Regio Biglietto [...] col quale si ordina di mandare cinque alunne dell’opera della provvidenza ad imparare l’arte dei merletti nella fabbrica Boullement e si riduce a sei il numero di quelle da inviarsi dall’Ospedale di Carità, in Duboin 1818-1869, libro VII, p. 262.

17  AST, I sez., Materie economiche, m. 20 bis, II add., Memoriale a capi con patenti concesse da SSRM all’Università de Sarti abitanti nella città di Torino in data delli 12 e 15 novembre 1737.

18  Ibid., Rescritto del consolato di commercio di SM in data delli 4 gennaio 1815 [...] ed altre provvidenze emanate a favore dell'università de' mastri serraglieri di questa città suoi borghi e territorio.

19  AST, sez. riun., Notai di Torino, vol. 2754, ff. 504r-513r.

20  Ibid., vol. 2783, f. 264r-271r.

21  Ibid., Consolato di Commercio, Registro dei taffetieri, vol. 67, f. 1r-2r.

22  Ibid., Ordinanze, vol. 106, f. 63v-64r et 140r. On retrouve Felice Sala parmi les tisserands en soie dans le recensement des arts et métiers de 1792.

23  Ibid., Notai di Torino, vol. 5166, ff. 170r-181v.

24  Exemples tirés du recensement de la population de 1802.

25 Ibid., Bottonaj, vol. 6, ff. nn.

26 Ibid., Registro dei taffetieri, vol. 67, ff.nn.

27 Ibid., Bindellaj, vol. 37, ff. 22r-23r.

28 Archivio Storico del Comune di Torino (dorénavant ASCT), Vicariato, vol. 250, ff. 12r-13r. En français dans le document.

29 Sur les rapports entre salaire, tâches et temps de travail dans les institutions de charité turinoises, voir Zucca Micheletto 2014b.

30 AST, sez. riun., Insinuazione di Torino, a. 1757, l. 2, ff. 819r-823r.

31 ASCT, Ospedale di Carità, cat. XIX, Atti, vol. 17, anno 1753; Idem, vol. 29, a. 1776 ; Idem, cat. XI, fasc. 5, a. 1793 ; AST, sez. riun., Insinuazione di Torino, a. 1763, l. 3, f. 582r-588r ; Idem, a. 1784, l. 9, f. 961r-969r.

32 Regie Patenti di concessione di privativa [...] per [...] lo stabilimento in Torino d'una manifattura di calzette, calze, berretti, ed altri simili tessuti a maglia, in Duboin 1818-1869, libro IX, p. 892.

33 ASCT, Ospedale di Carità, cat. III, Ordinati, vol. 15, ff. 115r-v.

34  Ibid., cat. XI, fasc. 3 ; Regie patenti [...] a favore de' giovani ricoverati nell'Ospedale di Carità di Torino che apprendono ivi l'arte di calzettajo, in Duboin 1818-1869, libro IX, p. 893. Des dispositions similaires furent prises pour les tisserands en soie de l'Albergo di Virtù (Regie patenti [...] a favore de’ giovani che ne fanno il tirocinio nell’Albergo di Virtù di Torino), in Duboin, 1818-1869, libro VII, p. 215-216.

35 AST, corte, Materie economiche, m. 20, II add., Capi d'aggiunta al memoriale a favore dell'Università dei panatari,

36  Ibid., m. 6 II add., Minusieri ed ebanisti, Memoriale a capi con risposte e patenti concesse da SSRM alli minusieri, ebanisti, mastri da carrozze e montadori d'arme.

37 Ricorso [...] e relativo decreto del consiglio dell’Albergo col quale si vieta ai giovani ivi ricoverati d’uscirne prima del tempo prefisso ed a qualunque persona d’accettarli se non riportino il ben servito del Consiglio; Ordine del Consiglio dell’Albergo col quale si proibisce ai mastri tessitori, filatori e fabbricanti di seta di ricevere nelle loro botteghe lavoranti dell’albergo stesso, che non abbiano ottenuto la loro licenza, in F. A. Duboin, 1818-1869, libro VII, p. 209.

38 Hoock 1988 ; Hafter 2007

39 La majorité des statuts de corporations rouennaises ont été recueillis et publiés par Ouin Lacroix 1850.

40 Archives Départementales de la Seine Maritime (dorénavant ADSM) 5 EP/504.

41 Ouin Lacroix 1850, p. 611 et p. 587.

42  Ibid. p. 583-584.

43 Ibid., p. 584 et p. 597.

44 Significativement le mot «gage» était employé aussi pour se référer au paiement des domestiques. Je remercie Raffaella Sarti pour cette remarque qui, une fois de plus, évoque les rapports ambigus entre travail domestique et apprentissage.

45 Ouin Lacroix 1850, p. 592 et p. 707.

46 ADSM, 4BPL, Enregistrement des métiers de Rouen devant le lieutenant du bailliage de Rouen. Pour chaque enregistrement on connaît le nom de l'apprenti-e et de son père, le nom du maître/maîtresse qui l'a en charge et la date de la réception de ce dernier dans la corporation. Les fils/filles des maîtres/maîtresses n'étaient pas enregistré-e-s comme apprenti-e-s. Le bailliage était une juridiction royale, chargée de faire respecter les ordonnances et de veiller au maintien de la tranquillité publique. Il assurait aussi le fonctionnement des foires et des marchés et l’entretien des routes ; en même temps, il réglait les conflits au sein des corporations et gardait trace des généralités des nouveaux apprentis et maîtres (hommes et femmes) et en recevait le serment de loyauté.

47 ADSM, 4BPL/51. Les données ne concernent pas les fils/fille de maître et maîtresses, puisque leur accès au chef-d'oeuvre ne dépendait pas de l’achèvement d'un apprentissage.

48 Ibid.

49 Ibid.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Apprentis-es et ouvriers/ères à Turin (1750-1800)
Légende Source : P. Castiglioni, Relazione generale (mon élaboration)
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Beatrice Zucca Micheletto, « Apprentissage, travail sous-payé et relations maîtres-élèves à Turin et à Rouen à l'époque moderne », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 14 mars 2016, consulté le 28 février 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2481 ; DOI : 10.4000/mefrim.2481

Haut de page

Auteur

Beatrice Zucca Micheletto

GRHIS – Groupe de Recherche d'Histoire - Université de Rouen - beatrice.zucca@gmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org