Navigation – Plan du site
Familles laborieuses. Rémunération, transmission et apprentissage dans les ateliers familiaux de la fin du Moyen Âge à l’époque contemporaine en Europe
Travail en famille : quelle rémunération ?

Le travail invisible dans les familles artisanales (XVIIe-XVIIIe siècle)

Corine Maitte

Résumés

Que les femmes aient toujours travaillé et qu’elles aient contribué de façon sans doute essentielle au travail artisanal ne fait aujourd’hui plus de doutes, même si leurs activités restent largement dans l’ombre, comme cela a également été maintes fois souligné. Usant donc du « paradigme de l’indice », cette communication tentera de débusquer, au travers de sources souvent peu loquaces, les traces du travail des filles et des femmes d’artisans, à la fois dans le domaine du verre et dans celui des petites entreprises textiles toscanes de la fin du XVIIIe siècle. Filles, femmes mariée, veuves, les modalités de la participation aux affaires et au travail peuvent être très variées. Si le travail n’est jamais salarié, cela ne veut pourtant pas dire qu’il ne fasse pas l’objet dans certains cas de formes de rémunération que nous tenterons de mettre à jour.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Humphries - Sarasua, 2012, p. 39.
  • 2 Maitte 2009a et Maitte 2001.

1Le travail des membres composant la famille artisanale est resté pendant très longtemps largement invisible dans les sources, off the record, comme le disent Jane Humphries et Carmen Sarasua1 : le fisc, les corps de métiers, les registres de production, les recensements, même, n’enregistrent le plus souvent que le nom du titulaire de l’activité, laissant dans l’ombre tous les composants de la famille qui peuvent néanmoins y travailler de façon plus ou moins intense. Usant donc du « paradigme de l’indice », cet article tente de débusquer, au travers d’archives souvent peu loquaces, les traces du travail des femmes, des filles, mais aussi des fils, voire des gendres d’artisans, à la fois dans les familles verrières d’Altare en Ligurie, qui migrent un peu partout en Italie et en Europe du XVIe au XVIIIe siècle, et celles du textile de Prato, en Toscane, cette fois entre XVIIIe et premier XIXe siècle2.

  • 3 Malanima 1982, p. 85.
  • 4 Maitte 1994, p. 361 : d’après un sondage effectué dans les registres de l’état civil de 1808-1809- (...)

2Ces deux domaines sont bien différents au niveau de la composition de la force de travail : dans celui du verre, les femmes sont théoriquement et réellement absentes du cœur du processus de production – on ne les retrouve que dans le rôle de trieuses de verres cassés qui servent de matière première ; dans la manufacture textile au contraire, leur rôle est ancien et croit sans doute à l’époque moderne. En Toscane, plus de 60% de la main-d’œuvre du secteur lainier est féminin au XVIIIe siècle3, un pourcentage sans doute dépassé à Prato où tout le tissage est entre leurs mains et où très peu de femmes se déclarent sans profession lors de leur mariage4.

  • 5 Je ne parle pas du travail strictement domestique, Schmidt 2014, et, pour une comparaison avec l’é (...)

3Je m’intéresserai ici non pas aux ouvriers et ouvrières de ces productions, mais aux « entrepreneurs » de ces activités, et donc à leurs épouses, à leurs veuves, à leurs filles et à leurs fils. Les hommes, tout en gérant l’activité, mettent aussi la main à la pâte. Dans le domaine du verre, ce sont les patrons des verreries dans lesquelles ils travaillent souvent eux-mêmes ; dans le domaine textile, ce sont les donneurs d’ouvrage à domicile, mais aussi les maîtres teinturiers, foulons et tondeurs qui gèrent des ateliers indépendants dans lesquels ils apprêtent les draps : en somme, cette middle sort indépendante qui possède les instruments de production, éventuellement aussi les boutiques et ateliers, et chez laquelle le travail des composants de la famille est à la fois le plus répandu et le moins visible5.

  • 6 Le régime dotal a pourtant des modes de fonctionnement très différent dans les villes italiennes. (...)
  • 7 À l'intérieur de la ville de Prato, les entrepreneurs ont un comportement familial tout à fait spé (...)

4Précisons aussi que les régimes matrimoniaux qui prévalent dans les communautés étudiées sont ceux du régime dotal pour les filles6, de la logique patriarcale du nom pour tous et, dans une large mesure, de la famille élargie, notamment par la constitution de nombreuses frérèches liées à la volonté de maintenir l’unité de « l’entreprise » familiale au-delà du système de division égalitaire du patrimoine entre les frères7. Les deux activités considérées sont également encadrées par des corporations : Art du verre de Venise ou d’Altare, Art de la laine de Prato dans les statuts desquels les femmes sont à peu près absentes.

  • 8 Maitte 1994 ; Maitte 2001 et Maitte 2009a.

5Ce travail est basé sur la lecture à nouveaux frais de sources notariées, de registres de faillites, de registres de tutelles ou de contentieux déjà travaillés dans une autre optique : suivre les parcours de migrations des maitres verriers d’une part, comprendre le développement du monde entrepreneurial de Prato d’autre part8. Un des fils conducteurs en sera la correspondance familiale des Mazzoni, entrepreneurs de bonnets à la levantine à Livourne et Prato entre la fin du XVIIIe siècle (1785) et le début du XIXe siècle. Il s’agit donc d’une approche qualitative et micro qui tente de débusquer les pratiques du travail en famille, bien plus que les normes. Partant du travail des femmes, je suivrai ensuite celui des veuves et, enfin, celui des enfants, garçons et filles, adolescents comme adultes. Si, dans une mesure écrasante, ce travail n’est jamais directement rétribué, cela ne veut pourtant pas dire qu’il ne fasse pas l’objet, dans certains cas, de formes de rémunérations que les sources permettent parfois de mettre à jour.

La femme, cette associée sans le nom9

  • 9 La bibliographie sur le travail des femmes est considérable. Je renvoie pour l’Italie à Groppi 199 (...)
  • 10 Zucca Micheletto 2014.

6Le rôle des femmes dans les milieux artisanaux a déjà été souvent souligné : tout en ne possédant le plus souvent aucun statut légal, notamment dans le cadre des corporations, les femmes d’artisans jouent des rôles fondamentaux et très variés auprès de leurs maris, même si, contrairement à une idée reçue, elles peuvent aussi avoir des occupations autonomes que nous ne sommes pourtant pas en mesure de connaître dans les cas étudiés10.

Les multiples activités de Giuseppa Mazzoni

  • 11 Chassagne 1981.

7Très peu ont laissé d’aussi beaux témoignages de leurs activités que Mme Maraise, la collaboratrice d’Oberkampf11 et il faut le plus souvent aller chercher dans le creux des sources la trace de leur implication dans les affaires de leurs maris. C’est le cas pour Giuseppa Mazzoni, la très fidèle épouse de Vincenzo Mazzoni qui, dans les premières années de leur mariage (soit dans les années 1780-90), est la correspondante presque exclusive de son mari lorsque celui-ci part de Livourne, où le couple habite normalement, pour se rendre à Prato, où est regroupée une grande partie de la fabrication des bonnets à la levantine dont il a développé la production : à Livourne ne restent rapidement en effet que quelques opérations de finition et d’emballage.

  • 12 Cette absence est-elle en soi significative du peu de cas fait par les descendants des missives de (...)
  • 13 Cela est particulièrement présent dans les lettres de 1799 cf. Archivio di Stato di Prato (ASP), F (...)

8Les lettres de Vincenzo, seules conservées12, permettent de saisir l’ampleur, classique, des tâches assignées à sa compagne : en plus de la gestion quotidienne de la maison, cela va sans dire, elle maintient le contact avec les fournisseurs de matières premières et les clients, effectue les paiements à des tiers et ou pour des tiers, encaisse le montant des ventes et les inscrits dans les livres, tient toutes les écritures et fait les comptes (sans doute avec l’aide du commis) et envoie à son mari tout ce qu’il réclame. En somme, tout ce qu’un petit « entrepreneur », à la fois petit négociant et fabricant, peut espérer d’une parfaite compagne. Giuseppa travaille aussi plus concrètement à gérer et vérifier la phase finale de contrôle des bonnets levantins qui s’effectue à Livourne : elle doit également mettre la main à la pâte, soit en leur redonnant de la couleur, soit en les époussetant, soit en cousant les nappes qui les ornent. La voilà donc aussi au cœur du travail, chargée de suivre, par exemple, les conseils de teinturerie domestique que lui prodigue par lettre son mari13.

  • 14 Merzario 2000.
  • 15 On trouve par exemple ainsi les « regrets » exprimés par Vincenzo suite au rabais de 2 % sur le pr (...)

9Quatre remarques méritent d’être faites : sans l’existence de cette correspondance, nous ne saurions cependant absolument rien de toutes ces activités ; la gamme des tâches ainsi effectuées par la femme de Vincenzo est variée mais assez classique ; les entreprises du mari permettent assurément à sa femme de développer des activités et des compétences multiples qui font d’elle un double reconnu de son mari dans ses affaires, et ce alors même qu’aucune procuration légale ne semble avoir été enregistrée ; évaluer le degré d’autonomie de l’action de Giuseppa reste cependant très difficile : la surveillance du père de famille est-elle constante, comme l’affirme Raul Merzario par exemple à propos des familles de migrants14, ou, au contraire, des marges d’action réellement autonome existent-elles ? Dans le cas de Giuseppa, il semble qu’elle soit sous liberté très surveillée, contrôlée dans chacune de ses actions par le compte-rendu qu’elle doit en faire à son mari et soumise à son approbation constante15

L’apport matériel des femmes dans l’économie familiale

  • 16 Dans son testament, le mari de Gertrude lui demandait explicitement de continuer à veiller « al bu (...)

10Il est beaucoup plus difficile de saisir en détail ce que font concrètement les autres femmes des petits fabricants ou des petits artisans de Prato. Si les vertus célébrées sont celles que l’on retrouve apposées par ses fils sur la tombe de Gertrude Pacchiani (décédée en 1820) : donna casalingha modesta devota, on peut douter qu’elle, ou ses consœurs, soit restée dans les limites de ce que nous entendons aujourd’hui par sphère domestique ; il faut au contraire comprendre que l’entreprise en fait partie et qu’elles y mettent tous leurs soins, et parfois leur argent, seul aspect que les sources consultées permettent d’évaluer16.

  • 17 Il faudrait évidemment entrer dans le détail de la composition matérielle des dots, impossible ici (...)
  • 18 Voir notamment Lanaro – Varanini 2009, p. 92 et s. qui font une synthèse des multiples études de c (...)
  • 19 Voir aussi Scardozzi 1998 qui donne des exemples pour d’autres centres toscans, p. 114 et s.
  • 20 On ignore s’il s’agit de l’ensemble de la dot, ce qui est théoriquement interdit, ou seulement une (...)
  • 21 Zucca Micheletto 2014.
  • 22 ASF, Notarile moderno, Gatti, p. 23103.

11De fait, les archives notariés et les registres de faillite dévoilent, de façon assez classique, l’emploi assez fréquent des dots pour constituer le capital de départ des nouvelles entreprises, et, surtout (?), pour faire face aux accidents des activités entrepreneuriales17 : si ces aspects ont bien été étudiés pour Venise et Florence à la Renaissance18, il est intéressant d’en noter l’usage dans les milieux entrepreneuriaux bien plus modestes d’une ville du contado florentin19. À Prato donc, de tels cas d’emploi des dots sont fréquents ; ils montrent parfois les femmes agissant en première personne. Quelques cas sont exemplaires : ainsi, Pier Antonio Cocci est-il fort endetté en ce début de XVIIIe siècle, à tel point qu’il ne paye plus depuis longtemps les loyers de sa calandre. À bout de patience, le noble Bocchineri, propriétaire, ordonne la mise en vente de l'immeuble : la belle-fille de Pier Antonio, Marianna Belli, épouse de son fils Girolamo, le rachète grâce à la permission obtenue d’y employer son capital dotal20. L'édifice, désormais formellement aux mains de Marianna, reste ainsi dans la famille, qui vit sous le même toit. Cela implique-t-il un rôle croissant et un pouvoir accru de Marianna21 ? Les sources ne nous permettent pas d’en juger. Toujours est-il qu’elle est désormais responsable de la dot de sa belle-sœur, dont l'hypothèque pesait sur l'immeuble vendu, Caterina Magni, épouse de GioMichele, l’autre fils de Pier Antonio qui vit également sous le toit paternel. Le conflit éclate après la mort du patriarche. En 1723, Caterina obtient du magistrat l'autorisation pour son mari de retirer sa dot auprès de sa belle-sœur et de l'employer « en partie pour les besoins de la famille, en partie pour payer ceux qui vendront à Gio Michele les outils pour l'usage de sa boutique de tondeur »22. Marianna doit obtempérer. La dot de Caterina, comme la sienne, est donc utilisée pour la sauvegarde de la famille et l'investissement dans les activités de production gérées par les hommes certes, mais dont les femmes sont aussi propriétaires, ou du moins, dans lesquelles elles jouent un rôle important dans la constitution de la propriété et conservent sur elle une forte préemption par le « privilège » de type hypothécaire dont elles bénéficient au titre de garantie dotale.

  • 23 Scardozzi 1998, p. 103 explique comment le « privilège dotal », aboli à l’époque napoléonienne, fu (...)
  • 24 Exemple de la faillite de Francesco Becheri : l'activité était exercée en commun avec son frère Ba (...)
  • 25 ASF, Notarile moderno, Mazzoni, p. 35935 (1824) et ASP, Vicariato, Atti civili Cercignani, b. 61 ( (...)
  • 26 ASF, Tribunale di prima istanza, 1295. La première vente enregistrée de Rosa en faveur de son mari (...)

12Cet usage des dots continue au XIXe siècle, comme en témoignent cette fois les rapports de faillite : non seulement les épouses sont alors autorisées à faire passer les créanciers de leur mari avant leur propre crédit dotal, le droit ayant entériné en 1836 la perte de privilège particulier de l’hypothèque dotale23, mais les dots servent aussi directement pour faire face aux passivités24, tout comme les biens que les femmes possèdent éventuellement en propre. Ainsi, l'emploi du capital dotal de Rosa di Francesco Franchi sauve sa famille : provenant comme son mari Bartolommeo Soffi-Ghibellini d'une famille de la finition, elle utilise progressivement ses 5600 lires de dot pour payer les créditeurs de son mari et permettre la survie journalière des siens25. De même, Rosa Ferrari, épouse de Francesco Martini, vend en 1815 les biens immobiliers reçus de son père et donne les 7000 lires retirées de la vente à son mari, contre une inscription hypothécaire. Lorsque ses fils font faillite, en 1833, elle cède alors son crédit à L. Varrocchi qui donne en comptant cette somme au syndic de la faillite. Elle ne possède plus alors qu'une inscription hypothécaire de 300 écus, montant de sa dot que son mari a touchée en liquide – en 1779 –, et utilisée depuis longtemps, tout comme ses fils ont utilisé celles de leurs femmes et de leurs belles-filles26.

  • 27 Cf. Chabot 1998. Cette loi du lignage n’est pas strictement appliquée à Poppi et Borgo San Lorenzo (...)
  • 28 Lanaro – Varanini 2009, p. 92.
  • 29 Les cas d’entreprises administrées par des femmes restent tout à fait exceptionnels : le seul conn (...)

13Ainsi, les dots constituent un apport de liquidité, une garantie de status et un éventuel recours pour les familles. Elles ne sont par contre jamais constituées de parts d’entreprises, dont l’héritage revient toujours aux garçons, sauf dans le cas très spécifiques des filles qui doivent à l’absence de frère de recevoir à la mort de leur père l’ensemble du patrimoine familial : on ne trouve pas ici l’ancienne coutume florentine de préférer tous les mâles de la branche masculine aux filles27. Si ces pratiques montrent sans doute une évolution des rapports pères/filles28, les cas connus n’indiquent cependant pas véritablement une plus grande liberté d’action de la femme qui, mariée, fait entrer son époux dans sa propre famille29. Dans des situations de ce type, le gendre remplace la plupart du temps le fils absent. Tant que vit le père, c’est lui qui commande les affaires. Cette pratique, rencontrée au XVIIIe siècle, reste identique dans la première moitié du XIXe siècle. Ainsi, en 1810, Cristiano Menabuoni épouse Carola Giacchetti, seule future héritière de son père Nicola :

  • 30 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36055. Toutes les traductions sont le fait de l’auteur de l’art (...)

à la suite d’un tel mariage, ce Cristiano Menabuoni se sépara de sa famille et alla vivre et cohabiter avec son épouse et ses parents, en employant son activité à assister avec assiduité les manufactures des bonnets de laine à usage du Levant, et d’autres manufactures auxquelles se livrait son beau-père qui par son âge avancé et ses incommodités de santé n’aurait pu seul soutenir la charge de la direction de cette fabrique30.

  • 31 Idem.

14De fait, il meurt l’année suivante, laissant tout son patrimoine à sa fille et à « la libre disposition de Cristiano et ce fut le moyen avec lequel il put activer et étendre ses propres trafics et spéculations commerciales »31. Si ce dernier reconnait en 1848 que rien ne lui appartient, cela ne l’empêche pas de faire une donation universelle à ses fils, avec l’accord toutefois de son épouse, véritable propriétaire de l’ensemble. Propriétaire, mais incapables de jouir de leurs biens, telles apparaissent donc le plus souvent ces héritières. Il faudrait évidemment d’autres indices pour évaluer la part intime qu’elles pouvaient malgré tout avoir dans les choix de leurs époux.

  • 32 Pour une étude concernant Sienne cf. Lumia 1998. Pour une étude concernant Poppi et Borgo San Sepo (...)
  • 33 Même remarque à Venise cf. Bellavitis 1998, p. 4.

15Très rares sont donc dans une telle situation celles qui testent en propre et décident du sort de ce qui leur appartenait malgré tout, dot, supplément de dot, éventuel héritage32. Quand elles le font, elles suivent le plus souvent les règles communes, dotant les filles –ou participant à les doter – et faisant hériter les fils ou petits-fils33. Très rares celles qui privilégient les filles, comme Elisabetta di Francesco-Ghibellini qui explique, après la Restauration il est vrai, pourquoi elle choisit de favoriser sa fille par rapport à ce que prévoit alors la loi, en l’instituant héritière à égalité avec son frère :

  • 34 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063.

Considérant que son attention doit spécialement être d’assurer les moyens d’un établissement convenable à sa fille Anna Becherini célibataire, en rendant ses conditions sur la succession maternelle meilleures de ce qu’elles devraient être suivant les lois actuelles… car son fils mâle peut être convenablement pourvu par l’exercice de son industrie, appliqué au commerce dans lequel il a été dirigé par son père et voulant d’autre part que les biens avec lesquels doit être assuré l’établissement convenable de sa fille soient indépendants des vicissitudes du commerce… »34

Un début d’émancipation des Toscanes35 ?

Et dans le verre ?

  • 36 Voir notamment Lorenzetti - Merzario, 2005.
  • 37 Maitte 2009a, chap. 7. Anecdote racontée par Donneau de Vizé Jean, Voyage des Ambassadeurs de Siam (...)

16Dans le travail du verre, les femmes sont très peu présentes et les documents notariés sont avares sur leur participation aux affaires de leur mari. Il est évidemment possible que l’époque, bien antérieure à celle prise en considération pour Prato, puisse avoir quelque indice sur les informations fournies par les sources, mais cela reste malgré tout assez peu probable. Il est ici peu plausible d’ailleurs que les femmes participent d’une façon ou de l’autre au processus de production lui-même, on l’a dit. Pourtant, dans le cadre des migrations fréquentes de ces artisans, des rôles spécifiques reviennent aux femmes : quand elles restent dans le pays de départ, notamment à Altare, mais aussi à Venise, ce sont elles qui gèrent la maison, la famille et les éventuelles exploitations agricoles, selon le modèle bien connu des familles montagnardes36. Quand les verriers prennent par contre femme à l’étranger, ce qui est moins fréquent, elles ont alors un rôle important dans la construction des liens sociaux dans les villes d’arrivée et peuvent à l’occasion aussi suppléer leur mari dans leurs rapports aux autorités : c’est par exemple le rôle que tient la femme de Bernard Perroto, dont on raconte qu’elle sert d’intermédiaire pour présenter les productions de son italien de mari37.

  • 38 Archives Départementales de la Nièvre (ADN), 1E 87, 3/9/1658.

17Surtout, dans le cadre de la corporation verrière altaraise, les filles de verriers sont un des moyens pour les « étrangers » à l’art et à la communauté de s’y faire accepter, notamment à partir du XVIIe siècle : cela est d’autant plus intéressant que les filles peuvent hériter des parts de verrerie qu’elles peuvent donc apporter en dot, ou en héritage, à leur mari. Si la famille veut au contraire favoriser le/s fils, il faut que les contrats matrimoniaux prévoient la répartition future des biens hérités des parents. C’est ce qui arrive quand Maria Castellano se marie à Nevers en 1658 à un descendant d’Altarais : le contrat de mariage, on y reviendra, prévoit que dans l’héritage futur de ses parents se trouvera une verrerie, mais que seul son frère, s’il vit, devra en hériter38.

18En tous cas, il ne fait pas de doute que les épouses ont des rôles multiples et importants dans l’économie familiale artisanale de ces deux secteurs : reçoivent-elles pour autant des formes de rémunération ou de compensation ?

Pouvoir, rémunération, rétribution

  • 39 ASF, Notarile moderno, Ceri, p. 29483 pour le spillatico prévu pour Umiltà Gamucci, épouse de Gius (...)

19L’historiographie actuelle tend à mettre l’accent davantage sur les possibilités d’action de ces femmes mariées que sur l’exploitation dont elles seraient l’objet. Il est difficile de trancher : Giuseppa Mazzoni agit incontestablement, mais elle le fait sous le contrôle constant de son mari. On ignore d’ailleurs dans ce cas comme dans les autres quelles sont les éventuelles marges de manœuvre strictement financières des femmes dans le cadre de cette économie familiale. On ne sait pas non plus si beaucoup peuvent bénéficier, comme la femme de Giuseppe Pacchiani, celle de Niccola Farfalli ou de Lorenzo Martini, d’une somme régulièrement versée par leurs époux pour leurs « menues dépenses » : est-ce d’ailleurs en échange de leurs bons et loyaux services ou, plus vraisemblablement, comme rémunération de leur dot39 ? Il semble que l’absence totale de rétribution immédiate du travail fourni soit la règle normale et acceptée de tous.

  • 40 cf. Bellavitis 2008, notamment p. 112-115 ; Lumia 1998 et Zucca Micheletto 2014, p. 6 ; Martini, 2 (...)

20L’éventuelle « rémunération » symbolique et financière des épouses se trouve donc principalement posticipée au moment de la mort et trouve son expression dans les testaments, traditionnellement moment et moyen principal de reconnaissance du ‘travail’ des épouses40. C’est donc dans l’expression de leurs dernières volontés que les maris prévoient des sortes de récompenses à l’égard de leur « fidèle compagne », notamment par le biais de supplément de dots, de legs testamentaires ou encore « d’assurances sur l’avenir » : autant de mouvements personnels très diversifiés, de toute façon laissés à la discrétion du mari.

  • 41 De nombreux testaments prévoient en effet comme legs à la veuve le maintien de son alimentation, c (...)

21Un seul exemple, pour ne pas les multiplier : Antonio Maria di Guido Becherini teste en 1731. Rappelant soigneusement dans son testament non seulement le montant de la dot de son épouse, mais aussi celle de ses deux belles-filles dont il est responsable puisque ses fils vivent sous son toit, il prévoit l’avenir de sa veuve si elle lui survit en rappelant d’abord que les héritiers devront la maintenir quand elle aura « consommé sa dot »41. Il précise :

  • 42 ASF, Notarile moderno, Ambrogi, 25226, testament 1723-37.

Il dispose ainsi non seulement à cause de l’affection qu’il lui porte car elle est son épouse, mais aussi parce qu’ayant été une femme attentive aux intérêts domestiques et bienveillante envers sa famille, elle a coopéré aussi à quelques achats, et elle mérite pour cela une telle correspondance afin que dans sa vieillesse elle ne doive pas mendier son entretien42

  • 43 Au contraire de ce qui se passe à Venise dans les milieux artisanaux, mais en cohérence avec ce qu (...)

22Les testaments prévoient surtout quel devrait être le devenir de l’entreprise43, celui des enfants, surtout s’ils risquent d’être mineurs lors du décès et, dans ce cas, désignent le/les tuteurs ainsi que les membres du conseil de tutelle : la veuve, on va le voir, n’est pas la première choisie.

Les veuves

  • 44 Voir notamment : Cavallo – Warner 1999 ; Beauvalet-Boutouyrie 2001 ; Pellegrin - Winn 2003 ; Lanza (...)
  • 45 Pour une étude fondée sur l’analyse des inventaires après décès en Angleterre, voir Whittle 2014.

23Toute une historiographie s’est désormais intéressée au rôle des veuves dans la société occidentale et particulièrement dans le monde artisanal44. On a beaucoup insisté sur le fait que c’est sans doute l’étape de la vie d’une femme où elle est la plus indépendante et peut, enfin, gérer ses affaires comme elle l’entend et recevoir une juste rémunération de ses efforts dans l’économie familiale45. Les cas étudiés invitent à nuancer ces propos.

Les veuves à la tête des verreries

  • 46 Cité par Schuermans 1884, p. 38-39 et p. 40-41.
  • 47 En 1612, cf. Maitte 2009a, chap. 6.

24C’est effectivement au moment où elles deviennent veuves que l’on voit plus clairement, par exemple, le rôle que peuvent assumer les femmes dans la direction des verreries : pas de doute qu’elles ne s’improvisent pas gérantes de structures aussi complexes à la seule mort de leur mari ; on peut donc légitimement penser que toutes les veuves qui assument la charge de ces activités ont acquis antérieurement une familiarité, invisible dans les sources, avec la direction de ces entreprises. Ainsi, des « Italiens » gèrent une verrerie privilégiée dans le puissant centre d’Anvers depuis le milieu du XVIe siècle. Lorsque meurt Ambroise Mongarda après 1591, c’est sa veuve qui en reprend le privilège exclusif, en obtient le renouvellement pour sept ans en 1597 et en défend les droits, tout en n’hésitant pas à adresser des suppliques aux autorités centrales pour obtenir de plus larges avantages46. La « maitresse de la verrerie d’Anvers » est assurément pugnace et dynamique. Mais le temps de son veuvage est néanmoins bref et, deux ans après, c’est son nouveau mari qui reprend le privilège, en y associant ensuite ses beaux-enfants47. L’ancienne veuve et nouvelle épouse retombe dans l’ombre et rien n’indique ce qu’elle a bien pu personnellement retirer de l’affaire.

  • 48 C’est déjà ce que notait Chabot 2001, p. 102.
  • 49 ADN, 3E 1 699, notaire Casset Claude, 13/10/1645 : il s’agit en fait d’une donation mutuelle entre (...)
  • 50 ADN, 3E 1 699, notaire Casset Claude, location de la verrerie par Suzanne d’Albane à Giovanni Cast (...)
  • 51 Fils de Marie, la sœur de Michel, et de Marc de Bormiol, son ancien beau-frère et associé.
  • 52 J’ai traité deux exemples caractéristiques, mais en sens opposé, dans Maitte 2009b : celui d’Isabe (...)

25De fait, à chaque fois que l’on voit une veuve assumer une verrerie, c’est pour un temps relativement bref, juste celui qu’il faut pour passer le témoin à ses enfants48 ou, à défaut, à un membre de la famille de son feu époux, voire de la communauté à laquelle il appartenait si elle-même en est étrangère : ainsi à Nevers, petit « Murano français » géré par des familles d’Altare depuis la fin du XVIe siècle, Horace Ponte, maître de la verrerie, meurt sans enfant en 1645. De façon exceptionnelle, c’est sa femme, Suzanne d’Albane, elle-aussi originaire d’Altare, qui en hérite, suite à la donation mutuelle que se sont faite les deux époux peu avant le décès d’Horace49. C’est donc par elle que se fait, assez rapidement, le relai à d’autres Altarais, Giovanni Castellano et Bernardo Perroto auxquels elles louent les édifices en 164750. La succession du fils de Giovanni Castellano, Michel, est à priori plus complexe puisqu’il s’est marié à une Française : mais si sa veuve gère la verrerie après la mort sans descendant de son mari en 1721, elle le fait aidée du neveu de son époux, Bernard de Bormiol51 à qui elle vend l’affaire en 1726. Manifestement, malgré le régime de communauté des biens entre époux qui prévaut le plus souvent dans ces mariages, les épouses françaises des Altarais n’ont de choix que la cession volontaire de leurs parts : cela leur donne malgré tout des avantages et des droits supplémentaires, dont n’est cependant pas certain qu’elles soient toujours capables de les faire valoir52.

26À part un seul contre-exemple connu, celui de Catherine Lévêque (qui gère la verrerie de son défunt époux à Nevers de 1745-1771), les veuves sont donc à la tête des édifices pour de courtes périodes, avant de les passer à leurs enfants ou, à défaut, à des membres de la famille ou de la communauté du mari ; même si le régime coutumier français leur laisse parfois des possibilités d’action supplémentaires, elles n’arrivent pas toujours à en profiter. La forte nuance que ces exemples suggèrent au rôle autonome des veuves ne semble pas vraiment contredite dans le milieu entrepreneurial pratésien.

Les veuves du textile pratésien

  • 53 La proportion, que je n’ai cependant pas calculée, semble inverse par rapport à Venise cf. Bellavi (...)
  • 54 Ses fils, dit-il, « doivent se réputer pupilles y compris après 18 ans et donc ils ne doivent jama (...)
  • 55 ASF, Notarile moderno, Varrocchi, p. 30135, 1794. Sa femme est pourtant usufruitière de ses biens (...)
  • 56 ASP, Vicariato, Tutele, b. 108.
  • 57 Son père ayant nommé un certain Berti, approuvé par le conseil de famille ASP, Vicariato, Tutele, (...)
  • 58 Sur l’exclusion des filles, des femmes et des veuves à Florence après la peste noire, voir notamme (...)
  • 59 C’est ce que Macry 1988 a bien montré, et le processus ne semble guère différent à Prato. Il est t (...)
  • 60 Contrairement à ce qui se passe à Sienne, cf. Lumia 1998, p. 46 et s., où les époux, spécialement (...)
  • 61 Pour reprendre l’expression utilisée par Bernardin de Sienne, cf. Meyer-Roux 2006, p. 236.
  • 62 ASP, Vicariato, Tutele, Cercignani, b. 108.

27En cas de veuvage avec enfants mineurs, la femme peut être désignée comme tutrice, mais elle ne l'est pas systématiquement et en tous cas soigneusement encadrée53. Ainsi, quand Giovacchino Pacchiani teste en 1778, il prévoit que son frère soit l’exécuteur, le curateur et le tuteur unique de ses enfants encore mineurs (et dont il organise la minorité prolongée). Seule la mort prématurée de son frère permettrait à sa femme et sa mère de devenir tutrices des enfants, assistées de deux hommes et amis du testateur54. Avant ou après la Restauration, rien ne semble changer. Lorenzo Martini nomme également par testament, en 1794, son frère et deux amis de la famille tuteurs de ses enfants, et non sa femme55 ; ainsi agit également Luigi Magheri, décédé en 1817 après avoir nommé comme tuteur son frère et un notaire de Prato56. Il est vrai que les hommes sont nombreux dans ces familles. Mais Anna Casini est la seule fille de son père, une future héritière donc : son mari vient vivre sous le toit de son beau-père qui en fait le gestionnaire de sa fortune, formellement léguée aux enfants du jeune couple. Malheureusement, le gendre meurt avant le beau-père (en 1829). La fille, nouvelle veuve, n’en récupère aucun pouvoir : elle reste toujours exclue de la gestion du patrimoine comme de la tutelle de ses deux filles, placées contre son gré dans un conservatorio florentin57. Le cas est rare, mais pas forcément exceptionnel. Simple reflet de mésententes au sein du couple, du désintérêt de la femme pour les affaires, de son incapacité - notoire ou supposée -, ou, plus certainement, du maintien de la tradition patrilinéaire particulièrement forte en Toscane58 ? Il faut en effet souligner l’importance de la logique du nom dans ces familles « artisanales », le patrimoine doit être à tout prix en mains sûres, géré par des membres de la famille du père qui redoute toute intrusion de la famille maternelle59. C'est ce qui explique que la veuve, même tutrice, est de toutes façons généralement secondée, aidée et conseillée par des hommes, de préférence le frère du défunt ou à défaut des amis extérieurs, suffisamment au courant des affaires pour en gérer correctement le sort. Ainsi encadrée, les veuves n'ont souvent qu'une autonomie finalement presque aussi limitée que les épouses, renforcée par le fait qu’elles sont très rarement nommées héritières de leur mari60. Cela n’empêche pas l’action dynamique de certaines « veuves viriles »61, saluée par les conseils de famille, comme c’est le cas pour Rosa Franchi, veuve de Giovacchino Caponi qui, grâce à sa « conduite sage et attentive », a « administré utilement et même augmenté le patrimoine […] établis deux des fils et maintenu la nombreuse famille, conservée jalousement l'activité de ces trafics qui constituent en substance la presque totalité des effets laissés »62 : il est ainsi clair qu’elle a entièrement repris les tâches de son mari.

  • 63 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36061, testament de Niccola Farfalli, 1809. Sur la similitude a (...)
  • 64 Il est inutile de multiplier ici les exemples, mais en général, le mari prévoit que la veuve reçoi (...)
  • 65 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36061. La plupart des testaments insiste plus ou moins lourdeme (...)
  • 66 cf. Bellavitis 2008, p. 114. Sur la valorisation du veuvage en Toscane, Meyer-Roux 2006.

28Les enjeux de cette phase difficile sont souvent énoncés par les conseils de familles : union, crédit, intérêt. Le maintien du lien entre les fils, et entre la mère et ses enfants, est évidemment essentiel : la mort défait la communauté conjugale et la veuve peut décider de partir, de se remarier... et d'emporter sa dot. Toute une série de dispositions testamentaires assignant biens et revenus à la veuve, tant qu'elle reste dans la famille, tentent donc de l'en dissuader. À titre d’exemple, la femme de Niccola Farfalli doit « disposer librement de sa propre autorité du traitement d'alimentation, d'habitation, de domesticité, de médecins et de médicaments en cas de maladie, qu'elle reçoit actuellement […] que l'on évalue à 180 écus, à savoir 132 pour l'alimentation, habitation, domesticité, médecins et 48 écus pour l'habillement »63. Si les fils prennent en main le patrimoine, ils doivent donner 4 écus par mois à leur mère pour le vêtement et autre ; si la mère ne partage plus le toit de ses enfants, elle peut demander ces 180 écus en comptant et doit recevoir « un lit avec six paires de draps, quatre taies, quatre essuie-mains, deux nappes, douze serviettes, un bureau, une petite table, huit chaises et quatre cadres en plus de l'habillement et usage des bijoux ». Une précision assez peu coutumière64 qui s'accompagne de l'ultime précaution : « dans ce legs est compris le fruit de la dot qui ne peut être retirée du patrimoine », sauf bien sûr en cas de secondes noces que personne ici ne semble souhaiter65. Sur ce point, la persistance du modèle du veuvage féminin est tout à fait impressionnante et assez différente, semble-t-il, de ce qui se passe à Venise dans des milieux comparables66.

  • 67 Par exemple Pietro di Clemente Conti, testant en 1829 cf. ASF, Notarile moderno, Costantini, p. 38 (...)

29La plupart restent-elles donc veuves ? Le modèle présenté dans tous les testaments (sauf très rares exceptions67) reste celui-là : sur ce plan, rien ne semble avoir bougé depuis le Moyen Âge. Il faudrait approfondir l’enquête pour connaître le devenir de ces femmes une fois les enfants en âge de reprendre les affaires. Il est clair en tous cas qu’ils constituent eux-aussi une main-d’œuvre assez tôt mise à profit pour les besoins de l’économie familiale.

Le travail des enfants, un travail non rémunéré ?68

  • 68 Sur le travail des enfants, les recherches se sont multipliées ces dernières années, voir notammen (...)

30Il est admis dans les familles artisanales dont nous parlons que les fils continuent d’une façon ou d’une autre le travail de leur père : dans le milieu des petits « entrepreneurs » lainiers, des patrons de boutiques d’apprêt, comme dans celui des maîtres verriers, l’endogamie est forte et la continuité familiale importante. À la troisième génération seulement, on commence à voir certains fils orientés vers les carrières ecclésiastiques, les professions de notaire, d’avocat et autres. Les fils sont donc très tôt à la fois une main-d’œuvre utile et des apprentis qui suivent sur le tas le métier de leurs pères, pour des rémunérations directes qui apparaissent nulles.

Dans le verre : apprentissage de la migration et du travail verrier

  • 69 J’ai déjà évoqué cet aspect dans Maitte 2009b.

31Il est très difficile de voir apparaître dans les sources les fils de verriers car ils ne stipulent évidemment pas de contrats notariés avec leur père pour leur apprentissage. Un apprentissage qui, dans ce domaine, se fait sans doute en famille, mais aussi au-delà de la famille, dans le cadre communautaire des équipes de verriers qui font la « saison » d’une ville à l’autre69. Les jeunes sont alors à la fois des apprentis et des auxiliaires du travail dont le temps d’apprentissage n’est d’ailleurs jamais vraiment codifié, si ce n’est dans la corporation vénitienne. Que reçoivent-ils en compensation de ce travail dans les équipes ? Aucune trace de la savante répartition que fait entre tous le maître de cristal, responsable du contrat le plus souvent collectif qui engage une équipe avec un « patron » de four étranger.

  • 70 Il est vrai que les exemples connus concernent plus les verriers allemands qu’italiens cf. Yernaux (...)
  • 71 Archivio di Stato di Savona (ASS), Notarile, Panello, 09/1595.
  • 72 On sait que du point de vue du droit romain, le fils reste soumis à son père jusqu’au décès de cel (...)

32Hors d’Italie, les contrats de travail sont plus souvent individuels, et c’est par le biais des contrats d’embauche des pères que l’on peut voir parfois affleurer le travail de leurs fils à leur côté. Ainsi à Liège, certains contrats indiquent que le père sera accompagné de son fils, qui joue alors le rôle fondamental d’aide, de « garçon », voire de « grand garçon » et dont la rémunération est alors le plus souvent comprise dans celle du père70. Mais on retrouve la même indifférenciation à Altare, quand le père Giovanni Angelo Saroldo et son fils y sont payés, en 1595, de leur travail effectué à Nevers71. Aucune autonomie financière pour ces jeunes72 ? Difficile à déterminer.

33Quant aux fils des « entrepreneurs » verriers, patrons de verrerie et verriers eux-mêmes : ils apprennent et travaillent auprès de leur père, avant de reprendre eux-mêmes l’affaire, ou d’aller en installer une autre ailleurs. Dans ce cas, comme on le verra mieux avec l’exemple de la laine, l’héritage peut être compris comme une forme de rémunération a posteriori du travail loyalement accompli auprès du père.

34Tout autre est donc de ce point de vue un gendre, dont il est spécifié qu’il ne devra pas hériter de la verrerie. C’est ce qui se passe en 1658 quand Marie Castellano, fille de Giovanni Castellano, maître de la verrerie de Nevers, épouse, sous le régime de la communion des biens, Marc de Bormiol, fils d’Altarais installés, eux, dans le Dauphiné. Le contrat de mariage prévoit précisément les modalités du futur partage des biens des parents de Marie : Michel de Castellan, son frère, prendra par préciput et avant part de la succession de ses pères et mères un quart de l’ensemble ; les trois quart restants seront partagés également entre Marie et Michel. Cependant, les parents prévoient également que Michel prendra la verrerie, ses fourneaux et ustensiles, tout en dédommageant sa sœur si la valeur en est supérieure à sa part d’héritage. Mais de ce fait, le travail du gendre dans la verrerie, auquel il s’astreint également par ce contrat de mariage, sera rémunéré :

  • 73 ADN, 1E 87, 3/9/1658.

Le Sieur Bormiolle s’est obligé de rester en la verrerie avec Marie sa femme pour y travailler ainsi que les autres gentilhommes verriers à la charge de ses sallaires accoutumez pendant 6 années durant lesquelles il sera nourri et logé avec lad. Marie sans que les futurs soient tenus à contribuer, et de même s’ils continuent à cohabiter sans pour autant qu’il n’y ait communauté de part ni d’autre, et ce contrairement à la coutume73.

  • 74 Pourtant, dans le textile, des gendres vivant sous le toit de leur beau-père mais non destinés à h (...)

35Ainsi Michel, le fils et futur héritier, travaille (sans doute) gratuitement dans la verrerie de son père, certain qu’il est de recueillir l’héritage ; Marc, le gendre qui ne doit pas hériter de la verrerie est, lui, normalement payé comme les autres « gentilshommes verriers »74.

Apprentissages et travail des garçons dans le textile : une rémunération posticipée ? Les fils Mazzoni-Pacchiani

  • 75 ASP, FM, Vincenzo 1/11/1799.
  • 76 ASP, FM, Vincenzo, 15/11/1799. Mazzoni est d’ailleurs un partisan du travail des enfants qu’il emp (...)

36On peut retracer assez précisément les voies de l’apprentissage des fils de la famille Mazzoni (Lazero, né en 1785, Gaetano né en 1787, Giuliano) : le commis est le premier maître en écriture des enfants et il en reçoit d’ailleurs « un pourboire » ; puis le fils aîné est envoyé à sept ans (1792) au séminaire de Prato qu’il quitte néanmoins relativement rapidement, désormais adjoint de son père : il doit rédiger les lettres, que le père examine avec soin, et surtout venir avec son frère puiné, Gaetano, « faire marcher la fabrique sans avoir besoin de moi »75 : les deux frères ont alors seulement douze et quatorze ans. La conviction de Vincenzo est que pour faire fabriquer, il faut savoir soi-même travailler, pour ne pas se faire « gruger » par les ouvriers, ou les associés. Il leur recommande donc d’apprendre à lainer et à tondre les bonnets, une des opérations les plus délicates76. Il est clair que ces enfants ne reçoivent comme rémunération que l’espoir d’une situation et d’un héritage, dont une partie peut néanmoins être anticipée. Ainsi en 1808, Vincenzo Mazzoni décide de donner à ses deux premiers fils, alors âgés de 23 et 21 ans, des immeubles récemment acquis et agrandis, situés à Livourne dans le nouveau quartier de Borgo Reale. Les motivations de cette donation inter vivos sont alors clairement spécifiées :

  • 77 ASF, Notarile moderno, Mugnai, p. 37728.

ils ont assez contribué à l’agrandissement de sa fortune grâce au travail assidu et à la continuelle application employée par ceux-ci pour l’avantage des spéculations commerciales imaginées et entreprises par ce sieur Vincenzo Mazzoni77.

37La donation a un double but :

  • 78 Idem.

assurer à ceux-ci une juste récompense de leur activité et de leur industrie et les inciter toujours plus à la vigilance et assistance des affaires et à les rendre de façon majeure attachés et zélés pour l’intérêt de la famille78

  • 79 L’expression est de Giuseppe Pacchiani, ASP, FM, lettre du 11/4/1808.
  • 80 Sur ce point, voir Cavallo 2009, et, centré sur une période antérieure et des niveaux socialement (...)
  • 81 ASP, FM, Giuseppe Pacchiani 11/4/1808. L’acte d’émancipation date de 1807 cf. ASP, Notarile modern (...)
  • 82 ASP, FM, lettre du 11/4/1808.
  • 83 ASF, Notarile moderno, Giunti, p. 28529 : testament de Giovacchino di Filippo Pacchiani, 1795 : «  (...)

38Si la famille élargie garantit le succès, il faut cependant des arguments pertinents pour pousser les fils à rester sous le contrôle et l’autorité de leur padre padrone comme l’appellent sans ambiguïté les fils de la famille alliée des Mazzoni, les Pacchiani79. De fait, avant de faire l’acte de donation à ses fils, Vincenzo dit clairement sa peur de perdre son autorité sur ses deux plus fidèles soutiens à cause de l’émancipation qui va de pair80. Le fils de son associé, Giuseppe Pacchiani, le rassure sur ce point en lui rappelant l’exemple de son propre père qui a déjà émancipé ses fils (dont lui-même) et pourtant, dit-il, « vous savez bien qu’il n’a rien perdu de son autorité, et qu’il est patron comme il était avant »81. Il en sait personnellement quelque chose car la correspondance permet aussi d’entrer dans les conflits familiaux : ainsi apprend-on que lorsque le même Giuseppe Pacchiani tente d’expliquer à son père que, selon lui, il vaut mieux miser sur le lin que sur le coton, il reçoit des gifles pour son impertinence et sa hardiesse à contester le bien-fondé des décisions paternelles82. Son père précise d’ailleurs bien dans son testament que ni lui ni ses frères « ne peuvent rien demander comme provision ou salaire pour l’assistance prêtée dans les trafics »83.

  • 84 ASP, FM, Vincenzo, 7/4/1817.
  • 85 ASP, FM, 26/11/1812 et 24/10/1813.
  • 86 ASP, FM, 15/11/1813.
  • 87 ASP, FM, 28/8/1816.
  • 88 ASP, FM, 26/12/1819.
  • 89 En somme, une sorte de « salaire différé », comme on l’appellera en France en 1939 cf. Martini 201 (...)

39La correspondance permet donc de voir que le quotidien familial s’écarte souvent de la bonne entente idyllique présentée comme modèle : sans parler du troisième frère Mazzoni, Giuliano, qui n’en fait qu’à sa tête, rêve de devenir musicien ou d’entrer dans les gardes d’honneur du Grand Duc et affirme tout faire « au déplaisir de son père et de sa mère pour être renvoyé de la maison »84, les rapports sont on ne peut plus conflictuels également avec Gaetano, le second fils, qui, tout en faisant partie de l’affaire familiale, ne communique visiblement plus aucune information commerciale à son père à partir de 1812 (il est alors âgé de 25 ans). Le père dénonce alors « un esprit de domination » qui le fait sortir « de ses gonds en lui disant que le patron c’est moi et que je veux savoir tout ce qui m’intéresse »85. Le but de Gaetano n’est que trop clair aux yeux de Vincenzo : « me réduire à un bon à rien, afin que je me mette dans une chaise à faire caca »86. Vincenzo envisage alors de se débarrasser de son fils : « si je vis encore un peu, celui-là (Gaetano) ne restera pas dans ma maison et j’ai déjà pensé à le couillonner pour quand je serai mort »87. En somme, Gaetano semble tout le contraire de son frère aîné, Lazzero, obéissant et tentant par tous les moyens de maintenir l’unité familiale tout en étant conscient que la mort du patriarche représente un risque extrême88. De fait, la décision de diviser le patrimoine familial suit au contraire immédiatement la mort de Vincenzo (août 1820), mais la procédure dure plus de dix-sept ans car le frère cadet, Giuliano, ainsi que les sœurs, sont persuadés que les deux frères qui gèrent l’affaire familiale veulent prendre la plus belle part du gâteau : ils n’ont d’ailleurs pas tort. En ce sens, tous deux comprennent la succession –ou au moins une partie d’entre elle – comme une sorte de récompense de leur assiduité au travail pendant toutes ces années89.

L’héritage comme forme de rémunération du travail ?

40D’autres l’ont explicité bien avant eux : ainsi, Anton Maria Becherini explique en 1731 dans son testament pourquoi il ne laisse que 100 écus à son fils Silvestro, parti à Venise au début du XVIIIe siècle, alors que les autres se partagent l'ensemble du patrimoine : cette mesure, précise le testateur, n'est pas le fruit de

  • 90 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, codicille 1831. On trouve des notations identiques dans (...)

la haine ou mauvaise volonté qu'il porte à ce dit Silvestro [...] parce qu'il juge que chacun doit avoir du bien, parce que celui-là a acquis du capital à Venise et ce testateur lui a laissé, et les autres ont peiné à Prato et se sont toujours bien comportés, aidant avec leur industrie la maison et coopérant à l'accroissement du patrimoine du testateur, qui était autrefois assez ténu, qu'ils reçoivent par cette disposition une juste correspondance et une adéquate rémunération90.

41Plus que la seule conséquence du sang commun, l'héritage récompense le bon accomplissement du travail et le respect des devoirs filiaux.

42Bien des années plus tard, c’est aussi ce qu’explique Giovanni Caponi dans son codicille. On se trouve ici dans une situation un peu insolite puisque Giovanni n’a pour descendantes que deux filles. L’une se marie « normalement », emportant sa dot et quittant la maison paternelle pour le toit de son mari ; l’autre, au contraire, apporte son époux, Vincenzo Lastrucci, sous le toit de son père. Le gendre est désormais étroitement associé aux affaires de son beau-père, mais il doit en accepter l’autorité : non seulement, il ne perçoit rien pour son travail, mais verse tous ses gains dans le pot commun familial géré par le patriarche. Giovanni Caponi tient donc à le rappeler pour couper court à toute forme de contestation entre ses filles et ses beaux-fils après son décès, puisque ceux qui vivent sous son toit reçoivent bien plus que les autres :

  • 91 Le paiement effectif des dots, bien que théoriquement stipulé dans les accords matrimoniaux, est e (...)
  • 92 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, codicille 1831. Il est impossible de savoir si le gendre (...)

considérant que le sieur Vincenzo Lastrucci son gendre vivant sous son toit n’a jamais reçu le paiement de la dot constitué à dame Cateriana Caponi [...] ni retiré les fruits de cette dot91, que ce même Lastrucci non seulement a prêté assistance dans les affaires de son négoce avec sa femme, mais qu’encore il a versé en sa main tous les gains provenant de ses revenus personnels, comme l’a fait également Caterina Caponi [...] ils ont toujours versé à la maison leurs gains personnels, pour cela il déclare contre quelconque protestation après sa mort qu’il ne pourra jamais être promu contre sieur Lastrucci aucune prétention [...] devant se considérer comme correspondu et compensé avec les gains personnels versés, le fruit de la dot et les salaires que lui et sa femme auraient mérité pour l’assistance prêtée aux affaires commerciales de ce sieur codicillant92.

43Dans ce cas, Caterina est désignée pour recueillir l’ensemble du patrimoine paternel, au détriment de l’autre sœur, mais le père précise que la gestion en reviendrait entièrement à son gendre. On le voit, la fille travaille aussi aux côtés de son père et de son mari, tout aussi « gratuitement » que lui…

Et les filles ?

  • 93 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, codicille de Vincenzo Mazzoni, 1819. La correspondance c (...)
  • 94 ASP, FM, Vincenzo, 21/11/1808.

44Il est très difficile de savoir quels apprentissages les familles artisanales faisaient effectuer aux filles. Nous n’en savons à vrai dire rien pour le verre, alors mêmes qu’elles suivent parfois leurs parents sur les chemins de la migration, puisqu’on les retrouve parfois au détour des demandes de naturalisation, des registres de baptême ou encore comme nouvelle épouse d’un rejeton d’altarais lui aussi né en terre étrangère. Dans le textile, les vicissitudes de la famille Mazzoni peuvent une nouvelle fois permettre d’approcher des attitudes qui ne doivent pas être exceptionnelles. En effet, Vincenzo rappelle dans son testament « la coopération » de sa fille aînée Vincenza « aux travaux et aux fabrications de Vincenzo dans le temps où elle vivait dans la maison paternelle »93 : au détour de cette disposition testamentaire, qui ne lui accorde pourtant qu’un legs un peu supérieur à ses sœurs (150 sequins contre 100 aux autres), on apprend donc le travail constant de la fille aînée auprès du père, et, du même coup, l’absence de dépenses spécifiques d’éducation faites pour elle, contrairement à ce dont ont bénéficié ses sœurs cadettes. L’habitude au travail et à la gestion des affaires familiales n’étonnerait pas le futur mari de Vincenza, Nicola Zarini, « négociant et possédant » dont la sœur est elle-même décrite comme « une femme assez active pour les affaires de son frère […] elle surveille la boutique, va diviser les grains avec les paysans, et tient les écritures de toutes les métairies »94. Les filles et les sœurs accomplissent donc auprès de leurs pères et de leurs frères des tâches qu’elles feraient ensuite en tant qu’épouses : rien de plus logique.

  • 95 Zucca 2014.
  • 96 Beaucoup a été écrit sur l’inflation des dots dans le monde florentin dès la fin du Moyen Âge, mai (...)
  • 97 Et, si l’on en croit les évaluations portées bien des années plus tard lors de l’inventaire après (...)

45Un travail non rémunéré95 ? Pas forcément : dans quelle mesure, en effet, le montant de la dot n’est-il pas, en même temps qu’un apport parfois décisif au capital de la nouvelle famille, aussi le fruit d’une certaine rémunération du travail préalable des filles ? L’hypothèse peut paraître fantaisiste ou trop hardie. Mais la question mérite d’être posée car la pratique est bien attestée dans le cas du travail externe à la famille où une forme courante de rémunération du travail des jeunes filles est la constitution de la dot par l’employeur ; pourquoi ne pourrait-on pas trouver de telles pratiques aussi à l’intérieur du noyau familial ? L’interrogation peut naître en considérant la dot de Vincenza Mazzoni justement : s’il est certain qu’elle est surtout à la mesure de la considération sociale à laquelle prétend la famille, ne peut-on aussi la comprendre comme une certaine forme de récompense de son travail ? De mémoire d’entrepreneurs de Prato, on n’avait pas vu une somme aussi considérable donnée à une fille lors de son mariage, 40 000 lires, quand le montant général se situe autour de 2000 à 5000 lires96. Il ne s’agissait pas pourtant de léser les frères : la coïncidence entre la dotation de la fille aînée et la donation aux deux frères s’occupant du négoce est tout à fait parlante97.

  • 98 Mais il est clair, à lire ce testament, que les filles ont de nouveau le droit d’être dotées et de (...)
  • 99 Par exemple G. B. Baci, ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, testament 1823.
  • 100 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, codicille de Vincenzo Mazzoni, 1819.
  • 101 ASP, FM, Lazzero, 21/3/1821.
  • 102 ASP, FM, Lazzero, 1/10/1820.

46Ensuite… Vincenza ne recevrait donc de son père qu’un legs testamentaire somme toute modeste, puisque Vincenzo, comme tous ses confrères, considère que la dot doit tenir lieu de « légitime »98. Comme bien d’autres aussi99, il précise que les legs testamentaires faits à ses filles doivent les dissuader de demander à leurs frères l’établissement exact de l’état patrimonial : pour prix de leur renonciation, chacune des cadettes reçoit donc 100 sequins, 150 pour Vincenza on l’a dit, somme qu’elles perdent automatiquement si elles demandent « une rigoureuse liquidation de la légitime »100. Elles durent croire que le jeu en valait la chandelle et se lancèrent dans l’aventure. Les propos de Lazzero, le fils aîné, disent clairement l’opposition nette, dans son esprit, entre filles et garçons : « la trine masculine doit se trouver d’accord pour faire front contre les femmes »101. Comme il le dit encore sans détour à son frère : « il est certain qu’elles se feront couillonner, mais pourtant, elles nous donneront des inquiétudes »102. Bien plus « tranquilles » pour leurs pères, et sans aucun doute leurs frères, sont au fond les filles qui restent célibataires, les seules dont le travail éventuel n’est assurément rémunéré que par de très modestes legs testamentaires.

Conclusion

  • 103 Franceschi 2001, p. 105-119.

47Comme nous avons pu le voir tout au long de cet article, le système des familles « entrepreneuriales » ici étudiées est marqué par un fonctionnement élargi et patriarcal caractérisé par la longue cohabitation des pères - et des mères - avec leurs enfants, puis des fils entre eux. Ce mode d’organisation les rapproche sensiblement plus des comportements familiaux des élites, marqués notamment par l’importance du nom, que du fonctionnement de celles des ouvriers et des couches plus « populaires », centré sur le noyau nucléaire et sur le travail en dehors de la famille103. De ce point de vue, l’appellation générique de « familles artisanales » est source d’ambiguïtés car le seul exercice d’une activité de type artisanal n’est pas forcément suffisant pour caractériser les logiques de travail, d’organisation et de transmission de ces familles. Comptent aussi, et sans doute plus, la propriété ou non de l’outillage et des boutiques, la responsabilité en propre de l’activité et la volonté de la transmettre aux héritiers.

48Dans ce type de familles artisanales « entrepreneuriales », le travail est donc d’abord et avant tout en famille et non pas hors de la famille. Il peut éventuellement être « au-delà » de la famille, dans le cas du travail d’équipe des verriers et de la nécessaire association de plusieurs familles verrières dans les équipes de travail, voire dans le capital des entreprises, mais de moins en moins à la tête des verreries. Ce labeur familial comprend celui des femmes et des enfants, fermement assujettis au pouvoir de décision du padre padrone. Les rapports de domination dans le travail traversent bien évidemment les familles.

  • 104 Martini 2014.

49Ce travail est communément non rétribué : du reste, il l’est encore rarement au XXe siècle finissant104. Mais l’absence de rétribution immédiate ne veut pas dire que toute rémunération soit absente des logiques familiales : dans le cas des femmes, il faut comprendre que leur rémunération « indirecte » vient du mieux-être de la famille et, de façon plus explicite, des legs testamentaires par lesquels leurs maris récompensent à la fois leur « assiduité » et tentent de maintenir leur futures veuves dans ce rôle, à leurs tâches de mères des héritiers, toujours fermement encadrées par des hommes. Leur degré d’autonomie dans cet état apparaît en fait ici plus restreint qu’on ne l’a souvent dit.

50Les enfants, garçons, mais aussi filles dans le textile, apprennent tout en servant d’aides indispensables. Si les rétributions directes n’existent pas non plus, elles sont posticipées, au moment de l’héritage pour les garçons, peut-être au moment de la dot pour les filles. La notion de salaire différé, formalisée en France en 1939, me semble déjà faire partie des logiques de transmission des familles étudiées. L’idée que tout travail mérite rémunération n’est pas absente, au contraire, des logiques de ces familles ; elle fait partie intégrante de leur façon de comprendre et d’organiser la transmission des biens. Ainsi le fils parti au loin n’hérite que la part qu’on ne peut lui enlever ; le gendre, qui travaille sous le même toit mais n’est pas destiné à hériter, est lui rétribué…Seules les filles célibataires constituent les vraies laissées pour compte de ce travail en famille.

Haut de page

Bibliographie

Beauvalet-Boutouyrie 2001 = S. Beauvalet-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, 2001.

Bellavitis 1998 = A. Bellavitis, Dot et richesse des femmes à Venise au XVIe siècle, dans Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 7 | 1998, mis en ligne le 03 juin 2005, consulté le 23 septembre 2014. URL : http://clio.revues.org/346; DOI : 10.4000/clio.346

Bellavitis 2001 = A. Bellavitis, Identité, mariage, mobilité sociale. Citoyennes et citoyens à Venise au XVIe siècle, Rome, 2001.

Bellavitis 2008 = A. Bellavitis, Famille, genre, transmission à Venise au XVIe siècle, Rome, 2008.

Benadusi 1998 = G. Benadusi, Equilibri di potere nelle famiglie toscane tra sei e Settecento, dans G. Calvi, I. Chabot (dir.), Le ricchezze delle donne. Diritti patrimoniali e poteri familiari in Italia (XIII-XIX secc.), Turin, 1998, p. 79-93.

Caracausi 2014 = A. Caracausi, Beaten children and women’s work in early modern Italy, dans Past and Present, n° 222, 2014, p. 95-128.

Cavallo – Warner 1999 = S. Cavallo, L. Warner (dir.), Widowhood in Medieval and Early Modern Europe, Londres-New York, 1999.

Cavallo 2009 = S. Cavallo, Le emancipazioni : una fonte per lo studio dei rapporti familiari intra et inter-generazionali, dans A. Bellavitis, I. Chabot (dir.), Famiglie e poteri in Italia tra Medioevo ed età moderna, Rome, 2009, p. 347-370.

Chabot 1998 = I. Chabot, La loi du lignage. Notes sur le système successoral florentin (XIVe/XVe-XVIIe siècle), dans Clio, Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 7 | 1998, mis en ligne le 03 juin 2005, URL : http://clio.revues.org/344; DOI : 10.4000/clio.350

Chabot 2001 = I. Chabot, ‘Biens de famille’. Contrôle des ressources patrimoniales, gender et cycle domestique (Italie, XIIIe-XVIe siècle), dans M. Carlier, T. Soens (dir.), The household in late medieval cities, Italy and Northwestern Europe compared, Leuven-Apeldoorn, 2001, p. 89-104.

Chabot 2011 = I. Chabot, La dette des familles : femmes, lignage et patrimoine à Florence aux XIVe et XVe siècles, Rome, 2011.

Chassagne 1981 = S. Chassagne, Une Femme d'affaires au XVIIIe siècle : la correspondance de Madame de Maraise, collaboratrice d'Oberkampf, Toulouse, 1981.

Chauvard 2006 = J.-F. Chauvard, Circuit des biens dotaux et stratégies familiales dans la Venise du XVIIe siècle, dans I. Chabot, J. Hayez, D. Lett (dir.), La famille, les femmes et le quotidien. Textes offerts à Christiane Klapisch-Zuber, Paris, 2006, p. 291-307.

Fasano Guarini 1986 = E. Fasano Guarini (dir.), Un microcosmo in movimento, t. II di Prato storia di una città, sous la dir. de F. Braudel, Prato, 1986.

Franceschi 1993 = F. Franceschi, Oltre il tumulto. I lavoranti fiorentini dell’arte della Lana fra Tre e Quattrocento, Florence, 1993.

Franceschi 2001 = F. Franceschi, Famille et travail dans les villes italiennes du 13e au 15e siècle, dans M. Carlier, T.Soens (dir.), The household in late medieval cities, Italy and Northwestern Europe compared, Leuven-Apeldoorn, 2001, p. 105-119.

Fubini Leuzzi 1999 = M. Fubini Leuzzi, « Condurre a onore ». Famiglia, matrimonio e assistenza dotale a Firenze in Eta` Moderna, Florence, 1999.

Gozzini 1987 = G. Gozzini, Il censimento del 1810 a Firenze, dans Villes et territoire pendant la période napoléonienne (France et Italie), Actes du colloque de Rome (3-5 mai 1984), Rome, 1987, p. 221-229.

Groppi – Houbre 1998 = A. Groppi, G. Houbre (dir.), Femmes, dots et patrimoines. Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 7 | 1998, mis en ligne le 03 juin 2005, consulté le 06 octobre 2014. URL : http://clio.revues.org/350 ; DOI : 10.4000/clio.350.

Groppi 1996a = A. Groppi (dir.), Storia delle donne in Italia. Il lavoro delle donne, Roma-Bari, 1996.

Groppi 1996b = A. Groppi, Lavoro e proprietà delle donne in età moderna, dans A. Groppi (dir.), Storia delle donne in Italia. Il lavoro delle donne, Rome-Bari, 1996, p. 119-163.

Hindman 2009 = H.D. Hindman (ed.), The World of Child Labor. An historical and regional survey, Armonk-London, 2009.

Humphries - Sarasua, 2012 = J. Humphries, C. Sarasua, Off the record : Reconstructing women’s labor force participation in the European past, dans Feminist Economics, 18, 2012, p. 39–67.

Kirshner 2004 = J. Kirshner, Family and marriage : a socio-legal perspective, dans J.M. Najemy (dir.), Italy in the age the Renaissance, 1300-1550, Oxford, Short Oxford History of Italy, 2004, p. 97-99.

Klapisch-Zuber 1984 = C. Klapisch-Zuber, La famiglia e le donne nel Rinascimento a Firenze, Rome-Bari, 1984.

Kuehn 1982 = T. Kuehn, Emancipation in Late Medieval Florence, New Brunswick, 1982.

Lanaro – Varanini 2009 = P. Lanaro, G.M. Varanini, Funzioni economiche della dote nell’Italia centro-settentrionale (tardo medioevo, inizi età moderna), dans S. Cavaciocchi (dir.), La famiglia nell’economia europea secc. XIII-XVIII, Fondazione Datini, Atti delle « settimane di Studi » e altri convegni, Florence, 2009, p. 81-102.

Lanza 2007 = J.M. Lanza, From wives to widows in early modern Paris: gender, economy, and law, Aldershot, 2007.

Lieten - van Nederveen Meerkerk 2011 = K. Lieten, E. van Nederveen Meerkerk (dir.), Child labour’s global past, Bern, 2011.

Lorenzetti-Merzario 2005 = L. Lorenzetti, R. Merzario, Il fuoco acceso. Famiglie e migrazioni alpine nell’Italia d’età moderna, Rome, 2005.

Lumia 1998 = G. Lumia, Mariti e mogli nei testamenti senesi di età moderna, dans G. Calvi, I. Chabot (dir.), Le ricchezze delle donne. Diritti patrimoniali e poteri familiari in Italia (XIII–XIX secc.), Turin, 1998.

Macry 1988 = P. Macry, Ottocento. Famiglia, élites e patrimoni a Napoli, Torino, 1988.

Maitte 1994 = C. Maitte, Le monde textile de Prato, XVIIIe-XIXe siècles, thèse de doctorat de l’IUE Florence, 1994.

Maitte 2001 = C. Maitte, La trame incertaine, le monde textile de Prato aux XVIIIe et XIXe siècles, Villeneuve d’Ascq, 2001.

Maitte 2009a = C. Maitte, Les chemins de verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise, XVI-XIXe siècles, Rennes, 2009

Maitte 2009b = C. Maitte, Héritiers de verre. Transmettre le métier et les entreprises chez les verriers italiens migrants en Europe, XVIe-XVIIIe siècles, dans A. Bellavitis, L. Croq, M. Martinat (dir.), Mobilité et transmission dans les sociétés de l’Europe moderne, Rennes, 2009, p. 263-285.

Malanima 1982 = P. Malanima La decadenza di un'economia cittadina. L'industria di Firenze nei secoli XVI-XVIII, Bologne, 1982.

Martini 1996 = M. Martini, Doti e successioni a Bologna nell'Ottocento. I comportamenti patrimoniali del ceto nobiliare, dans Quaderni storici, 92, 1996, n. 2, p. 269-304.

Martini 1998 = M. Martini, Rapports patrimoniaux et crédit dans les ménages nobles. Dot et apanage des femmes à Bologne au XIXe siècle, dans Femmes, dots et patrimoines. Clio. Histoire‚ femmes et sociétés, 7 | 1998, mis en ligne le 03 juin 2005, consulté le 06 octobre 2014. URL : http://clio.revues.org/350 ; DOI : 10.4000/clio.350.

Martini 2014 = M. Martini 2014, When unpaid workers need a legal status : Family workers and reforms to labour rights in Twentieth-Century France, dans International Review of Social History, 59: 2, 2014, p. 247–278.

Merzario 2000 = R. Merzario, Adamocrazia, famiglie di emigranti in una regione alpina (Svizzera italiana, XVIII secolo), Bologne, 2000.

Meyer-Roux 2006 = K. Meyer-Roux, ‘Quella virile vedova’ : la prophétesse Anne comme veuve modèle dans la Toscane des XIVe et XVe siècles, dans La famille, les femmes et le quotidien. Textes offerts à Christiane Klapisch-Zuber, Rassemblés par I. Chabot, J. Hayez, D. Lett, Paris, 2006, p. 215-237.

Mori 1988 = G. Mori (dir.), Il tempo dell’industria, t. III de Prato storia di una città, sous la dir. de F. Braudel, Prato, 1988.

Pellegrin – Winn 2003 = N. Pellegrin, C. H. Winn (dir.), Veufs, Veuves, Veuvages dans la France d’Ancien Régime, Paris, 2003.

Scardozzi 1998 = M. Scardozzi, Tra due codici: I contratti dotali nella Toscana preunitaria, dans G. Calvi, I. Chabot (dir.), Le ricchezze delle donne. Diritti patrimoniali e poteri familiari in Italia (XIII-XIX secc.), Turin, 1998, p. 95–120.

Schmidt 2014 = A. Schmidt, The profits of unpaid work. ‘Assisting labour’ of women in the early modern urban Dutch economy, dans The History of the Family, 19, 3, 2014, p. 301-322.

Schuermans 1884 = H. Schuermans, Verres « façon de Venise » fabriqué aux Pays-Bas, Bulletin des Commissions royales d’Art et d’Archéologie, Bruxelles, 1884.

Whittle 2014 = J. Whittle, Enterprising widows and active wives : women's unpaid work in the household economy of early modern England, dans The History of the Family, 19, 3, 2014, p. 283-300.

Yernaux 1941 = J. Yernaux, Contrats de travail liégeois au XVIIe siècle, Bruxelles, 1941.

Zucca Micheletto 2014 = B. Zucca Micheletto, Only unpaid labour force ? Women's and girls' work and property in family business in early modern Italy, dans The History of the Family, 19, 3, 2014, p. 323-340.

Haut de page

Notes

1 Humphries - Sarasua, 2012, p. 39.

2 Maitte 2009a et Maitte 2001.

3 Malanima 1982, p. 85.

4 Maitte 1994, p. 361 : d’après un sondage effectué dans les registres de l’état civil de 1808-1809-1810, seules 2,22 % des 452 femmes se mariant à Prato se déclarent sans profession, 51,44 % déclarant travailler dans le textile, bien plus que les hommes (20,8 %). Pour Prato, les références incontournables sont évidemment Fasano Guarini 1986 et Mori 1988.

5 Je ne parle pas du travail strictement domestique, Schmidt 2014, et, pour une comparaison avec l’époque contemporaine et la France, Martini 2014.

6 Le régime dotal a pourtant des modes de fonctionnement très différent dans les villes italiennes. Pour un point d’ensemble, y compris historiographique : Lanaro-Varanini 2009. Les recherches concernant les dots, et la diversité du rôle des femmes par exemple entre Florence et Venise, sont trop nombreuses pour être toutes citées ici ; je renvoie néanmoins à Groppi – Houbre 1998 et notamment aux articles de C. Klapish-Zuber, I. Chabot, A. Bellavitis. Voir également Chabot 2001.

7 À l'intérieur de la ville de Prato, les entrepreneurs ont un comportement familial tout à fait spécifique que confirme l'analyse du Riscontro delle bocche della città de Prato de 1773 cf. Maitte 2001; Gozzini, 1987 est d'ailleurs arrivé à de semblables conclusions dans son analyse du recensement florentin de 1810. Pour la longue durée de cette situation, Franceschi 2001, notamment p. 105-8 et Franceschi 1993, p. 267.

8 Maitte 1994 ; Maitte 2001 et Maitte 2009a.

9 La bibliographie sur le travail des femmes est considérable. Je renvoie pour l’Italie à Groppi 1996a.

10 Zucca Micheletto 2014.

11 Chassagne 1981.

12 Cette absence est-elle en soi significative du peu de cas fait par les descendants des missives de la femme ? Peut-être car celles du commis ont également été perdues.

13 Cela est particulièrement présent dans les lettres de 1799 cf. Archivio di Stato di Prato (ASP), Fonds Mazzoni (FM), par exemple 2/8/1799, 2/9/1799 etc.

14 Merzario 2000.

15 On trouve par exemple ainsi les « regrets » exprimés par Vincenzo suite au rabais de 2 % sur le prix des bonnets concédé par sa femme et il lui enjoint par la suite de ne plus l’accepter (ASP, FM, 27/9/1799) ou encore l’injonction de ne prêter de l’argent à personne sans son ordre (ASP, FM, 21/2/1800 et 24/2/1800).

16 Dans son testament, le mari de Gertrude lui demandait explicitement de continuer à veiller « al buon andamento dei loro affari » cf. Archivio di Stato di Firenze (ASF), Notarile moderno, Cecconi, p. 36061. Sur le sujet de l’emploi des dots féminines dans les entreprises du mari, une synthèse dans Groppi 1996b, notamment p. 145 et s.

17 Il faudrait évidemment entrer dans le détail de la composition matérielle des dots, impossible ici. Sur la présence de biens immeubles dans les dots à Venise par exemple, mais à un autre niveau de fortune, cf. Bellavitis 2001, p. 185-188 et Chauvard 2006, p. 291-307.

18 Voir notamment Lanaro – Varanini 2009, p. 92 et s. qui font une synthèse des multiples études de cas, notamment sur Venise. Christiane Klapish-Zuber avait, elle, exprimé un doute sur la possible utilisation des dots pour lancer une entreprise commerciale étant donnée sa fréquente constitution par des titres et des valeurs bien plus que par de l’argent comptant cf. Klapish-Zuber 1984, p. 164. Sur les dots à Florence à l’époque moderne : Fubini Leuzzi 1999 et Scardozzi 1998.

19 Voir aussi Scardozzi 1998 qui donne des exemples pour d’autres centres toscans, p. 114 et s.

20 On ignore s’il s’agit de l’ensemble de la dot, ce qui est théoriquement interdit, ou seulement une partie.

21 Zucca Micheletto 2014.

22 ASF, Notarile moderno, Gatti, p. 23103.

23 Scardozzi 1998, p. 103 explique comment le « privilège dotal », aboli à l’époque napoléonienne, fut restauré dans la pratique plus que dans le droit après la Restauration et enfin que la faculté inhibitrice des droits dotaux fut définitivement perdue en 1836.

24 Exemple de la faillite de Francesco Becheri : l'activité était exercée en commun avec son frère Bartolommeo qui doit donc s'accoler la moitié des passivités ; c'est la dot de sa femme qui sert de monnaie d'échange avec le frère.

25 ASF, Notarile moderno, Mazzoni, p. 35935 (1824) et ASP, Vicariato, Atti civili Cercignani, b. 61 (1829) ; le mari est alors déclaré « misérable » par le curé.

26 ASF, Tribunale di prima istanza, 1295. La première vente enregistrée de Rosa en faveur de son mari date de 1815.

27 Cf. Chabot 1998. Cette loi du lignage n’est pas strictement appliquée à Poppi et Borgo San Lorenzo où semblent à l’œuvre, au XVIIe mais plus au XVIIIe siècle, des mécanismes de dévolution des biens aux filles, en l’absence de fils, assez semblables à ceux de Prato cf. Benadusi 1998, p. 82 et s. D’ailleurs, même à Florence, Chabot montre que les testaments des pères contournent parfois la rigueur de la législation existante cf. Chabot 2011, chapitre 3.

28 Lanaro – Varanini 2009, p. 92.

29 Les cas d’entreprises administrées par des femmes restent tout à fait exceptionnels : le seul connu dans les années 1780 est celui de l’atelier de tondeur géré par la société des trois sœurs Marchesuoli, héritières de leur père Fabiano cf. ASF, Notarile moderno, Ceri, p. 29482. Scardozzi 1998, p. 117 note que dans les listes d’entreprises florentines en 1815 et en 1848, les femmes apparaissent de façon très minoritaire, 4 %.

30 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36055. Toutes les traductions sont le fait de l’auteur de l’article.

31 Idem.

32 Pour une étude concernant Sienne cf. Lumia 1998. Pour une étude concernant Poppi et Borgo San Sepolcro, Benadusi 1998.

33 Même remarque à Venise cf. Bellavitis 1998, p. 4.

34 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063.

35 Scardozzi 1998, p. 100 indique que les changements juridiques de la Restauration permettent désormais aux femmes d’agir comme propriétaires absolues de la moitié de leur dot et donc de tester sans plus avoir besoin d’autorisation à partir du motuproprio du 20/11/1836.

36 Voir notamment Lorenzetti - Merzario, 2005.

37 Maitte 2009a, chap. 7. Anecdote racontée par Donneau de Vizé Jean, Voyage des Ambassadeurs de Siam en France, Paris, 1686-87, 4 tomes.

38 Archives Départementales de la Nièvre (ADN), 1E 87, 3/9/1658.

39 ASF, Notarile moderno, Ceri, p. 29483 pour le spillatico prévu pour Umiltà Gamucci, épouse de Giuseppe di Giovacchino Pacchiani et ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36049 pour celui de Luisa Goggi, épouse en 1836 de Lorenzo Martini. Sur le versement par l’époux d’une rente mensuelle à l’épouse en contrepartie de sa gestion de la dot, voir Martini 1998, notamment p. 5 et s. Les deux cas mentionnés à Prato datent d’après la Restauration et sont le fait de familles négociantes ayant désormais atteint les sommets de la notabilité. Cela conforte aussi les remarques à ce sujet de Scardozzi 1998, p. 112.

40 cf. Bellavitis 2008, notamment p. 112-115 ; Lumia 1998 et Zucca Micheletto 2014, p. 6 ; Martini, 2014, p. 9 pour la longue durée de cette attitude.

41 De nombreux testaments prévoient en effet comme legs à la veuve le maintien de son alimentation, clause qui disparaît bien entendu en cas de remariage.

42 ASF, Notarile moderno, Ambrogi, 25226, testament 1723-37.

43 Au contraire de ce qui se passe à Venise dans les milieux artisanaux, mais en cohérence avec ce qui s’y passe dans les milieux marchands cf. Bellavitis, 2008, p. 121 et p. 151.

44 Voir notamment : Cavallo – Warner 1999 ; Beauvalet-Boutouyrie 2001 ; Pellegrin - Winn 2003 ; Lanza 2007.

45 Pour une étude fondée sur l’analyse des inventaires après décès en Angleterre, voir Whittle 2014.

46 Cité par Schuermans 1884, p. 38-39 et p. 40-41.

47 En 1612, cf. Maitte 2009a, chap. 6.

48 C’est déjà ce que notait Chabot 2001, p. 102.

49 ADN, 3E 1 699, notaire Casset Claude, 13/10/1645 : il s’agit en fait d’une donation mutuelle entre les époux, selon la coutume de Nivernais, qui est d’autant plus intéressante qu’ils dérogent ainsi à leur contrat de mariage célébré, lui, selon la coutume de Paris qui interdit théoriquement ce genre de donation. Deux mois plus tard, après le décès d’Horace, Suzanne d’Albane, sa veuve, et Catherine Ponte, sœur d’Horace et elle-même veuve de l’ancien propriétaire de la verrerie de Chalons sur Saône et « demeurant de longtemps en ceste ville », se font également une donation universelle réciproque : ADN, 3E 1 699, notaire Casset Claude, 18/1/1646.

50 ADN, 3E 1 699, notaire Casset Claude, location de la verrerie par Suzanne d’Albane à Giovanni Castellano 20/7/1647. Ce ne sont pourtant pas eux qui héritent de Suzanne en 1666, mais la fille de sa « sœur de cœur » cf. testament de 1657 in Archives Communales de Nevers, GG 26.

51 Fils de Marie, la sœur de Michel, et de Marc de Bormiol, son ancien beau-frère et associé.

52 J’ai traité deux exemples caractéristiques, mais en sens opposé, dans Maitte 2009b : celui d’Isabelle Poulain qui échoue dans sa revendication de la verrerie de son mari altarais décédé en 1627 et au contraire de Catherine Levêque, veuve française de Bernard Bormiolle, titulaire de la verrerie de Nevers, décédé en 1745, qui elle en obtient l’héritage et la dirige jusque sa faillite en 1771.

53 La proportion, que je n’ai cependant pas calculée, semble inverse par rapport à Venise cf. Bellavitis 2008, p. 115.

54 Ses fils, dit-il, « doivent se réputer pupilles y compris après 18 ans et donc ils ne doivent jamais pouvoir contracter librement mais doivent vivre sous la tutelle –de leur oncle paternel- jusqu’à ce que tous aient accompli 18 ans » cf. ASF, Notarile moderno, Gamucci, p. 27796.

55 ASF, Notarile moderno, Varrocchi, p. 30135, 1794. Sa femme est pourtant usufruitière de ses biens si elle habite avec ses enfants, ce qu’elle perd si elle s’en sépare.

56 ASP, Vicariato, Tutele, b. 108.

57 Son père ayant nommé un certain Berti, approuvé par le conseil de famille ASP, Vicariato, Tutele, 299.

58 Sur l’exclusion des filles, des femmes et des veuves à Florence après la peste noire, voir notamment les travaux d’Isabelle Chabot et Christiane Klapish-Zuber. Sur les conseils donnés depuis le XIVe siècle pour se méfier des veuves et ne pas leur confier trop de pouvoir, voir Paolo da Certaldo, 1370 qui indique qu’il faut « bien se garder de confier ses affaires et ses enfants seulement à sa veuve, même si elle est leur mère, car les femmes sont presque toutes superficielles et il est très facile de les circonvenir », cité par Chabot 2001, p. 102-3.

59 C’est ce que Macry 1988 a bien montré, et le processus ne semble guère différent à Prato. Il est très rare que les femmes soient héritières de leurs maris.

60 Contrairement à ce qui se passe à Sienne, cf. Lumia 1998, p. 46 et s., où les époux, spécialement nobles, contredisent dans leur testament les impossibilités dictées par le droit.

61 Pour reprendre l’expression utilisée par Bernardin de Sienne, cf. Meyer-Roux 2006, p. 236.

62 ASP, Vicariato, Tutele, Cercignani, b. 108.

63 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36061, testament de Niccola Farfalli, 1809. Sur la similitude avec les comportements nobiliaires, voir Martini 1996, p. 282 et s.

64 Il est inutile de multiplier ici les exemples, mais en général, le mari prévoit que la veuve reçoive « le même traitement que de son vivant ».

65 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36061. La plupart des testaments insiste plus ou moins lourdement sur ce point.

66 cf. Bellavitis 2008, p. 114. Sur la valorisation du veuvage en Toscane, Meyer-Roux 2006.

67 Par exemple Pietro di Clemente Conti, testant en 1829 cf. ASF, Notarile moderno, Costantini, p. 38686.

68 Sur le travail des enfants, les recherches se sont multipliées ces dernières années, voir notamment Hindman 2009 ; Lieten - van Nederveen Meerkerk 2011 ; sur l’Italie médiévale, voir par exemple Franceschi 2001, p. 113-118. Sur la période moderne, sans multiplier les références, voir notamment Caracausi 2014.

69 J’ai déjà évoqué cet aspect dans Maitte 2009b.

70 Il est vrai que les exemples connus concernent plus les verriers allemands qu’italiens cf. Yernaux 1941.

71 Archivio di Stato di Savona (ASS), Notarile, Panello, 09/1595.

72 On sait que du point de vue du droit romain, le fils reste soumis à son père jusqu’au décès de celui-ci qui a donc un droit sur ses revenus cf. Kirshner 2004, p. 97-99.

73 ADN, 1E 87, 3/9/1658.

74 Pourtant, dans le textile, des gendres vivant sous le toit de leur beau-père mais non destinés à hériter peuvent également ne pas être rémunérés cf. Sebastiano Valentini (testant en 1802) qui laisse à son gendre un legs de 200 écus (une coquette somme) et le délivre de toutes réclamations pour les aliments reçus (et non payés par le gendre), mais ajoute également qu’il « non può pretendere niente per l’opera prestata »), ASF, Notarile moderno, Varrocchi, p. 30135.

75 ASP, FM, Vincenzo 1/11/1799.

76 ASP, FM, Vincenzo, 15/11/1799. Mazzoni est d’ailleurs un partisan du travail des enfants qu’il emploie dans sa fabrique, notamment en 1799 cf. lettre du 29/11/1799 et 4/12/1799.

77 ASF, Notarile moderno, Mugnai, p. 37728.

78 Idem.

79 L’expression est de Giuseppe Pacchiani, ASP, FM, lettre du 11/4/1808.

80 Sur ce point, voir Cavallo 2009, et, centré sur une période antérieure et des niveaux socialement plus élevés, Kuehn 1982. Cavallo rappelle que, dans l’Europe méditerranéenne, l’émancipation totale des fils n’advient théoriquement qu’à la mort du père, p. 352-3. Elle ne trouve dans son échantillon qu’un seul exemple de fils continuant à vivre avec son père après l’émancipation (p. 360), ce qui est au contraire le cas des fils Mazzoni comme des fils Pacchiani.

81 ASP, FM, Giuseppe Pacchiani 11/4/1808. L’acte d’émancipation date de 1807 cf. ASP, Notarile moderno, Chiocchini, p. 28672.

82 ASP, FM, lettre du 11/4/1808.

83 ASF, Notarile moderno, Giunti, p. 28529 : testament de Giovacchino di Filippo Pacchiani, 1795 : « non possono chiedere niente come provisione o salario per l’assistenza prestata ai traffici ».

84 ASP, FM, Vincenzo, 7/4/1817.

85 ASP, FM, 26/11/1812 et 24/10/1813.

86 ASP, FM, 15/11/1813.

87 ASP, FM, 28/8/1816.

88 ASP, FM, 26/12/1819.

89 En somme, une sorte de « salaire différé », comme on l’appellera en France en 1939 cf. Martini 2014, p. 9.

90 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, codicille 1831. On trouve des notations identiques dans les testaments de certains marchands vénitiens cf. Bellavitis, 2008, p. 153.

91 Le paiement effectif des dots, bien que théoriquement stipulé dans les accords matrimoniaux, est en fait très différent selon les cas cf. Lanaro - Varanini 2006, p. 85.

92 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, codicille 1831. Il est impossible de savoir si le gendre et la fille avaient vraiment une activité distincte ou s’il ne s’agit que d’une « formule de style » pour couper court à toute revendication, mais je penche pour la seconde hypothèse.

93 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, codicille de Vincenzo Mazzoni, 1819. La correspondance comprend quelques lettres de Vincenza.

94 ASP, FM, Vincenzo, 21/11/1808.

95 Zucca 2014.

96 Beaucoup a été écrit sur l’inflation des dots dans le monde florentin dès la fin du Moyen Âge, mais on n’en sait pas grand chose à Prato.

97 Et, si l’on en croit les évaluations portées bien des années plus tard lors de l’inventaire après décès de Vincenzo, les fils reçoivent alors bien plus que leur sœur.

98 Mais il est clair, à lire ce testament, que les filles ont de nouveau le droit d’être dotées et de recevoir la légitime sur le patrimoine de leur père. Comme l’explique Scardozzi 1998, notamment p. 96 et s., ces considérations viennent du changement introduit par la législation de la Restauration qui, tout en abolissant le code civil français (lequel, soit dit en passant, n’a jamais été pratiqué par les familles des entrepreneurs de Prato), introduit le droit des filles à la légitime sur la succession de leurs parents. On retrouve bien là une « stratégie d’exhérédation » dont parle Chabot 1998, p. 7 pour Florence. La même chose encore à Bologne au XIXe siècle cf. Martini 1996, p. 283 et s, p. 292 et s.

99 Par exemple G. B. Baci, ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, testament 1823.

100 ASF, Notarile moderno, Cecconi, p. 36063, codicille de Vincenzo Mazzoni, 1819.

101 ASP, FM, Lazzero, 21/3/1821.

102 ASP, FM, Lazzero, 1/10/1820.

103 Franceschi 2001, p. 105-119.

104 Martini 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Corine Maitte, « Le travail invisible dans les familles artisanales (XVIIe-XVIIIe siècle) », Mélanges de l’École française de Rome - Italie et Méditerranée modernes et contemporaines [En ligne], 128-1 | 2016, mis en ligne le 03 mars 2016, consulté le 23 mai 2017. URL : http://mefrim.revues.org/2436 ; DOI : 10.4000/mefrim.2436

Haut de page

Auteur

Corine Maitte

université de Paris-Est Marne-la-Vallée, laboratoire ACP 3350 - corine.maitte@u-pem.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© École française de Rome

Haut de page
  • Logo École française de Rome
  • Revues.org